Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tension d alimentation : V CC. i C R C R B"

Transcription

1 Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de tension. Ce circuit, repris à la fig. 4.1, utilise un transistor bipolaire monté en émetteur commun (voir section 3.3.4). Le signal d entrée correspond aux variations dans le temps de la tension v in et le signal de sortie correspond aux variations de la tension v CE. Tension d alimentation : V CC i C R C v in V B i B v out = v CE 0 V Fig. 4.1 Circuit d amplification pris en exemple dans le chapitre 3. Pour le bon fonctionnement du circuit, il est important de maintenir le transistor à tout instant dans le mode actif normal (MAN), car ce mode 57

2 58 Polarisation du transistor bipolaire à jonction correspond à un régime linéaire. En effet, nous avons montré qu en MAN, le signal de sortie est directement proportionnel au signal d entrée et constitue donc une réplique fidèle de celui-ci (dans l exemple de la fig. 4.1, le signal de sortie est une image amplifiée et inversée du signal d entrée). Le transistor quitte le mode actif normal dans deux situations. Nous avons vu qu à mesure que la tension d entrée v in varie dans le temps, le point de fonctionnement du transistor se déplace le long de la droite de charge i C = I CC v CE /R C, où I CC = V CC /R C. Les situations à éviter sont les suivantes : 1. le transistor entre en régime de blocage (ou coupure) si son point de fonctionnement s approche du point i C = 0 et v CE = V CC ; 2. il entre en saturation si le point de fonctionnement s approche de i C = I CC et v CE = 0. Nous allons voir ci-dessous que le signal est déformé si le transistor entre dans un de ces deux modes. Polariser un transistor correctement consiste donc à choisir les éléments du circuit d encadrement (les résistances et les source de tension ou de courant) de telle façon que le transistor fonctionne à tout instant dans le mode actif normal Exemples de polarisation La figure 4.2 montre l exemple d une polarisation choisie judicieusement. En l absence d un signal d entrée, c est-à-dire lorsque v in = 0, le point de fonctionnement est représenté par symbole Q (Q vient de l anglais quiescent point, également appelé bias point). Le courant de base s écrit i B = (V B V BE )/ +v in (t)/. En supposant que v in prend la forme d un signal sinusoïdal, on déduit que i B varie comme un sinus dans le temps, autour de la valeur moyenne I B = (V B V BE )/. 1 Etant donné que le courant i C est proportionnel à i B, ses variations sont également sinusoïdales. Par conséquent, le point de fonctionnement (i C, v CE ) se déplace au cours du temps le long de la droite de charge entre les points A et B, situés symétriquement de part et d autre de Q. Dans cet exemple, le transistor ne quitte jamais le mode actif normal et le signal de sortie est un image non-déformée de la tension v in. 1 Nous négligeons en première approximation les variations de la tension v BE et posons v BE = V BE où V BE est une constante dans le temps. Nous verrons au chapitre 5 que si les variations de v BE sont prises en compte, les variations du courant i B sont sinusoïdales pour autant que l amplitude du signal reste faible.

3 4.1 Le problème de la polarisation 59 Fig. 4.2 Exemple d une polarisation judicieuse du circuit 4.1 (figure tirée de Floyd). Fig. 4.3 Exemple d une distorsion due à la saturation. Le point Q est positionné trop près des faibles tensions v CE (figure tirée de Floyd).

4 60 Polarisation du transistor bipolaire à jonction Fig. 4.4 Exemple d une distorsion due au blocage. Le point Q est positionné trop près des faibles courants i C (figure tirée de Floyd). Si le transistor quitte le mode actif normal, la tension de sortie subit une distorsion. La figure 4.3 montre que lorsque le transistor entre en régime de saturation, la tension v CE est écrêtée à la faible valeur positive v CE sat (la figure, simplifiée, montre un écrêtement à v CE = 0). Parallèlement, lorsque le transistor entre en blocage, la tension v CE est écrêtée à une valeur proche de V CC, comme l illustre la fig Dans ces deux cas, les variations de la tension de sortie ne sont plus symétriques et ne reproduisent pas fidèlement la tension d entrée v in Notations Dans ce cours, nous distinguons les valeurs de polarisation, qui sont indépendantes du temps et sont représentées par des symboles en majuscules munis d indices en majuscules,

5 4.1 Le problème de la polarisation 61 des valeurs de signal, qui varient dans le temps et sont représentées par des symboles et des indices en minuscules, les valeurs totales des grandeurs électriques, qui sont la somme des valeurs de polarisation et de signal et sont représentées par des symboles en minuscules munis d indices en majuscules. Ainsi par exemple, le courant i B du circuit de la fig. 4.1 s écrit i B (t) = I B + i b (t), (4.1) où I B = V B V BE (4.2) est constant, tandis que i b (t) varie (sinusoïdalement) dans le temps et contient l information du signal à amplifier Stabilité du point de polarisation La stabilité du point de repos d un transistor vis-à-vis des variations de paramètres externes est un paramètre important. En effet, nous avons vu au chap. 3 que la température influence la tension v BE et le gain β. Ce dernier est également influencé par la valeur de i C et peut varier substantiellement entre des transistors satisfaisant la même fiche technique. Ce n est donc pas une bonne idée de concevoir un circuit dont le fonctionnement repose sur des valeurs précises des v BE ou des constantes β des transistors, car son fonctionnement serait très sensible aux conditions de température. Le circuit pourrait également changer radicalement de comportement si, à la suite du remplacement d un transistor défectueux, le nouveau composant fonctionnait en dehors du mode actif normal! Autres facteurs Jusqu à présent, nous avons cherché à éviter une distorsion du signal de sortie et avons attiré l attention sur la stabilité du point de repos. Toutefois, d autres critères peuvent également intervenir dans le choix du schéma de polarisation : gain en tension élevé, obtenu par exemple en choisissant de grandes valeurs de R C, grande résistance d entrée et petite résistance de sortie (voir chap. 5), excursion maximale de la tension de sortie, puissance dissipée par le transistor inférieure à une limite renseignée par le constructeur.

6 62 Polarisation du transistor bipolaire à jonction Ces objectifs peuvent avoir plus ou moins d importance en fonction de l application visée. Très souvent, il est impossible de satisfaire simultanément tous les critères, il faut donc trouver un compromis. Remarque Pour rappel, la puissance instantanée dissipée par un transistor se calcule comme suit : en prenant l exemple du transistor npn de la fig. 4.5, il suffit de sommer les produits (tension) (courant entrant) à chacune des trois bornes, P = v i i i = (+v C )(+i C ) + (+v B )(+i B ) + (+v E )( i E ) bornes i = v C i C + v B i B v E i E. (4.3) Etant donné que i E = i B + i C, cela donne P = (v C v E ) i C + (v B v E ) i E = v CE i C + v BE i B. (4.4) Typiquement, en mode actif normal, le premier terme l emporte sur le second car i B = i C /β i C et v BE 0.7 V est inférieur à v CE. Dans ce qui suit, on utilisera donc l approximation P v CE i C. (4.5) v C i C v B i B i E v E Fig. 4.5 Calcul de la puissance dissipée par un transistor de type npn. 4.2 Schémas de polarisation Polarisation par la base La polarisation par la base, illustrée à la fig. 4.6, est un schéma très simple qui n utilise qu une seule source de tension.

7 4.2 Schémas de polarisation 63 V CC I C R C I B Fig. 4.6 Schéma de polarisation par la base. Analyse du point de polarisation Maille base-émetteur : I B De la relation I C = βi B, on déduit I C = V CC V BE. (4.6) ( VCC V BE = β Maille collecteur-émetteur (droite de charge) : ). (4.7) V CE = V CC R C I C. (4.8) Le résultat (4.7) montre que le courant I C est très sensible au gain β, ce qui devrait être évité pour les raisons évoquées plus haut. De plus, le numérateur de l expression (4.7) dépend de V BE, qui est sensible aux variations de la température. Cependant, l influence de ces variations peut être réduite en choisissant un V CC suffisamment grand par rapport à V BE (au moins un facteur 10). Exemple numérique Considérons le circuit de la fig. 4.7 et comparons son fonctionnement à deux températures : à T = 25 C, le transistor est caractérisé par les paramètres β = 100 et V BE = 0.7 V ; à T = 75 C, le paramètre β augmente à la valeur β = 150, tandis que V BE, diminuant de 2 mv par C, devient V BE = 0.6 V. Ces variations de paramètres sont assez fortes, on a par exemple β β = β 75 C β 25 C β 25 C = = %! (4.9)

8 64 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 100 kω 12 V 0.56 kω Fig. 4.7 Polarisation par la base : exemple numérique. Les expressions (4.7) et (4.8) nous donnent les valeurs suivantes : I C = 11.3 ma et V CE = 5.7 V à T = 25 C (4.10) et I C = 17.1 ma et V CE = 2.4 V à T = 75 C. (4.11) Les valeurs de I C et de V CE subissent donc des variations relatives de l ordre de 50%, soit du même ordre de grandeur que les variations de β. Ceci est bien sûr le résultat du fait que I C est directement proportionnel à β Polarisation par l émetteur Le schéma de polarisation par l émetteur (fig. 4.8) permet, moyennant le choix adéquat des composants, de réduire la sensibilité du point de fonctionnement vis-à-vis des variations de température. Il nécessite néanmoins l utilisation de deux sources de tension. V CC R C R E V EE Fig. 4.8 Schéma de polarisation par l émetteur.

9 4.2 Schémas de polarisation 65 Analyse du point de polarisation Maille base-émetteur : 0 = I B + V BE + R E I E + ( V EE ). (4.12) Comme I E = (1 + β)i B, on peut écrire V EE V BE = I B + R E (1 + β) I B, (4.13) V EE V BE = I B =. (4.14) + (1 + β)r E De la relation I C = βi B, on déduit I C = β V EE V BE + (1 + β)r E β V EE V BE + βr E. (4.15) Maille collecteur-émetteur (droite de charge) : V CE = V CC + V EE R C I C R E I E. (4.16) Ainsi, le courant I C peut être rendu peu sensible aux variations de β si βr E, et à celles de V BE si V EE > V BE 0.7 V. Quand ces deux conditions sont satisfaites, on a, approximativement, I C V EE R E, (4.17) dont la valeur numérique est fixée par le circuit d encadrement (et non par les paramètres intrinsèques du transistor) Polarisation par diviseur de tension On peut améliorer le circuit précédent et n utiliser qu une seule source d alimentation en délivrant la tension requise via un diviseur potentiométrique. La figure 4.9 illustre ce principe. Analyse du point de polarisation Maille base-émetteur : simplifions d abord le schéma en exprimant le diviseur potentiométrique par son équivalent de Thévenin. 2 Ceci donne le schéma de la fig. 4.10, avec V TH = R 2 R 1 + R 2 V CC et R TH = R 1R 2 R 1 + R 2. (4.18) 2 Il s agit de l équivalent de Thévenin vu par l accès constitué d une part par la base du transistor et d autre part par un point de référence à la masse, soit l accès ab.

10 66 Polarisation du transistor bipolaire à jonction V CC R 1 R C R 2 R E Fig. 4.9 Schéma de polarisation par diviseur de tension. V CC V CC R 1 R C R C a a R 2 b R E V TH R TH b R E Fig Transformation du diviseur potentiométrique en son équivalent de Thévenin, vu par l accès ab. En résolvant ensuite la maille base-émetteur, nous obtenons or, comme I E = (1 + β)i B, on a V TH = R TH I B + V BE + R E I E, (4.19) I B = V TH V BE R TH + (1 + β) R E. (4.20) De la relation I C = βi B, on déduit I C = β V TH V BE R TH + (1 + β) R E (4.21) β V TH V BE R TH + β R E. (4.22)

11 4.2 Schémas de polarisation 67 Maille collecteur-émetteur (droite de charge) : V CE = V CC R C I C R E I E V CC (R C + R E ) I C. (4.23) Par conséquent, d une façon similaire au schéma de polarisation par l émetteur, I C est peu sensible aux variations de β si R TH βr E. Il est également peu sensible aux variations de V BE si V BE V TH. Lorsque ces deux conditions sont remplies, on a I C V TH /R E. La faible sensibilité de I C vis-à-vis des variations de β est la conséquence d une polarisation judicieuse du diviseur potentiométrique. Rappelons qu un diviseur potentiométrique est qualifié de diviseur rigide si la tension qu il délivre à sa charge est proche de la tension équivalente de Thévenin V TH. V CC R 1 I L V L R 2 R L Fig Diviseur de tension alimentant un charge résistive R L. Considérons l exemple de la fig : en remplaçant le diviseur par son équivalent Thévenin, on obtient facilement V L = V TH R TH I L. (4.24) Comme V L = R L I L, on déduit I L = V TH /(R L + R TH ). En revenant à la relation (4.24), on observe que V L V TH si R TH I L V TH 1 R TH R L + R TH 1 R TH R L. (4.25) Dans le circuit de la fig. 4.9, le diviseur alimente un transistor et non une résistance. Cependant, en remarquant que la tension de la base est donnée par l expression V B = V BE + R E I E = V BE + R E (1 + β) I B, (4.26) dont le premier terme, V BE, est en général petit par rapport au deuxième terme, on constate que V B est équivalente à la chute de potentiel que l on

12 68 Polarisation du transistor bipolaire à jonction obtiendrait aux bornes d une résistance de valeur R L (1+β)R E, parcourue par un courant I B. La condition R TH R L devient alors R TH R L = (1 + β)r E R TH (1 + β)r E βr E, (4.27) c est-à-dire la condition de stabilité énoncée plus haut. Remarque Notez qu en pratique, dans les montages d amplification de tension où intervient le schéma de la fig. 4.9, choisir une faible valeur de R TH peut aussi réduire la résistance d entrée (voir les montages correspondants dans le chapitre 5). De plus, choisir une grande valeur de V TH réduit la plage de tension réservée à R C i C et, par suite, l excursion de la tension de sortie (voir chap. 5). Comme nous l avions annoncé de façon générale dans la soussection 4.1.5, le choix de valeurs adéquates relève donc d un compromis, qu il faut résoudre en fonction de l application visée. Exemple numérique 20 V 110 kω 10 kω 10 kω 1 kω Fig Schéma de polarisation par diviseur de tension : exemple numérique. Afin d illustrer la stabilité du schéma de polarisation par diviseur de tension, examinons le circuit de la fig à deux températures distinctes : A T = 25 C, on a β = 100 et V BE = 0.7 V. à T = 75 C, les paramètres du transistor deviennent β = 150 et V BE = 0.6 V. Les expressions (4.22) et (4.23) nous donnent I C = 0.9 ma et V CE = 10.3 V à T = 25 C (4.28)

13 4.2 Schémas de polarisation 69 et I C = 1.0 ma et V CE = 9.0 V à T = 75 C. (4.29) Ainsi, au contraire de l exemple de la polarisation par la base, des variations de β de l ordre de 50% se traduisent dans cet exemple par des variations de I C et V CE inférieures à 15%, elles sont donc amorties Mécanisme de contre-réaction à l émetteur La stabilité de la polarisation par l émetteur ou la polarisation par diviseur potentiométrique provient d un mécanisme de contre-réaction négative à l émetteur. Ainsi, par exemple, considérons le circuit de la fig. 4.9 et supposons que le facteur β augmente (par exemple à la suite d un échauffement du transistor). La séquence suivante d événements se déroule : I C = βi B et I E = (1 + β)i B augmentent, la chute de tension aux bornes de R E augmente, V B (tension à la base) et V E (tension à l émetteur) sont poussés vers le haut, le diviseur étant rigide, il limite fortement les variations de V B, mais n a pratiquement pas d action sur V E, V B augmentant très faiblement par rapport à V E, la tension V BE diminue, la diminution de V BE entraîne une diminution de I C qui contrecarre son augmentation initiale. Ainsi, la contre-réaction des variations de I E sur la tension V BE fournit un mécanisme d autorégulation du courant I C Polarisation par contre-réaction au collecteur V CC R C V C Fig Schéma de polarisation par contre-réaction au collecteur.

14 70 Polarisation du transistor bipolaire à jonction Le principe de contre-réaction peut être exploité dans d autres schémas de polarisation, comme le montre la fig. 4.13, qui illustre le schéma de polarisation par contre-réaction au collecteur. Analyse du point de polarisation Maille base-émetteur (de V CC à E via ) : I B = V C V B = V C V BE, (4.30) V C = V CC R C (I C + I B ). (4.31) V E =0 de la relation I C = βi B, et en éliminant V C au moyen de (4.31), on déduit I C = β maille collecteur-émetteur (droite de charge) : V CC V BE + (1 + β)r C. (4.32) V CE = V CC R C I C (4.33) D une façon similaire aux autres schémas de polarisation, on en déduit que I C est peu sensible aux variations de β si βr C. I C est également peu sensible aux variations de V BE si V CC V BE. Lorsque les deux conditions sont remplies, on a i C V CC /R C. Le mécanisme de contre-réaction est le suivant : une augmentation de T entraîne une diminution de V BE et une augmentation de β. Par conséquent, I C augmente, la chute de tension aux bornes de R C augmente et V C diminue. Par (4.30), I B diminue et, via l effet transistor, induit une diminution de I C qui s oppose à son augmentation initiale. Remarquez que dans ce montage, le collecteur se trouve toujours à une tension supérieure ou égale à celle de la base. Par conséquent, le transistor n entre jamais en saturation Polarisation par source de courant Dans les circuits intégrés et dans un certain nombre de montages tels que l amplificateur différentiel (voir chap. 7), on rencontre souvent une polarisation qui impose un courant plutôt qu une tension. Dans le schéma de la fig. 4.14, le courant d émetteur est fixé à I E = I. Par conséquent, I C I E = I. Un choix adéquat du courant (voir fiche technique) garantit la polarisation dans le mode actif normal, c est-à-dire dans le régime linéaire.

15 4.2 Schémas de polarisation 71 V CC R C I V EE Fig Schéma de polarisation par source de courant.

16 72 Polarisation du transistor bipolaire à jonction

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension.

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension. Diode à jonction A. Composants non linéaires Dans la première partie de ce cours nous avons étudié le comportement de circuits ne faisant intervenir que des composants linéaires. Cependant l'importance

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE LCTRONIQU ANALOGIQU CALCUL T XPRIMNTATION D UN AMPLIFICATUR A TRANSISTOR BIPOLAIR Joël RDOUTY Mise à jour décembre 2010 AMPLIFICATUR BASS FRQUNC A TRANSISTOR BIPOLAIR L'objectif de ce T est de montrer

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Conception. de systèmes électroniques. analogiques

Conception. de systèmes électroniques. analogiques Christian JUTTEN Conception de systèmes électroniques analogiques Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de deuxième année du département 3i Janvier 2007 Table des matières Modèle mathématique

Plus en détail

Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique

Amplificateur à deux étages : gains, résistances vues, droites de charges, distorsion harmonique Problème 6 Amplificateur à deux étages : gains, résistances "ues", droites de charges, distorsion harmonique Le circuit analysé dans ce problème est un exemple représentatif d'amplificateur réalisé à composants

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire

ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire Institut Montefiore Université de Liège ELEN0075-1 Electronique analogique Notes de laboratoire Benoît Vanderheyden Etienne Michel Août 2010 Ulg-Département Montefiore, Sart-Tilman, Bât.28, Parking B32,

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier)

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier) Lycée Clemenceau PCSI 1 (O.Granier) Présentation de l AOP Liens vers : TP-Cours AOP n 1 TP-Cours AOP n 2 TP-Cours AOP n 3 I Présentation et propriétés de l AOP : 1 Description de l AOP : Aspects historiques

Plus en détail

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE 1 Guillaume LAMY Fabrice DECROP 1G1 TD1 LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE A ENSEA 1 ère A Electronique Analogique 2 Introduction A ce point d avancement sur les cours d électronique analogique

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 Calculatrice et Objets communicants interdits Les valeurs numériques seront considérées justes à 10

Plus en détail

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1 6GEI620 - Électronique II Laboratoire #1 Conception avec amplificateurs opérationnels Hiver 2008 1. Objectifs Se familiariser avec l outil Multisim Se familiariser avec le prototypage Apprendre, dans un

Plus en détail

COMPOSANTS ELECTRONIQUES

COMPOSANTS ELECTRONIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOKRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE M HAMED BOUGARA DE BOUMERDES FACULTE DES SCIENCES - DÉPARTEMENT PHYSIQUE

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

CHAPITRE IX. Modèle de Thévenin & modèle de Norton. Les exercices EXERCICE N 1 R 1 R 2

CHAPITRE IX. Modèle de Thévenin & modèle de Norton. Les exercices EXERCICE N 1 R 1 R 2 CHPITRE IX Modèle de Thévenin & modèle de Norton Les exercices EXERCICE N 1 R 3 E = 12V R 1 = 500Ω R 2 = 1kΩ R 3 = 1kΩ R C = 1kΩ E R 1 R 2 U I C R C 0V a. Dessiner le générateur de Thévenin vu entre les

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Les transistors à effet de champ

Les transistors à effet de champ etour au menu! Les transistors à effet de champ 1 tructure A TANITO à JONCTION (JFET) Contrairement aux transistors bipolaires dont le fonctionnement repose sur deux types de porteurs les trous et les

Plus en détail

REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V

REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V (cette réalisation fait suite aux articles publiés dans La Vie de l Auto n os 934, 935, 1118) Deux objectifs : 1. Le

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I La diode à jonction I.1 Constitution Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I.2 Caractéristique d'une diode Définition : c'est le graphique qui donne

Plus en détail

MONTAGES ELECTRONIQUES

MONTAGES ELECTRONIQUES MONTAGES ELECTRONIQUES Classes concernées : 2 nde MPI, TS, TS spé (Bilbio : livres de 2 nde MPI, TS et TS spé Hachette) INTRODUCTION L électronique est omniprésente dans notre quotidien. Que ce soit dans

Plus en détail

Conditionneur pour les capteurs

Conditionneur pour les capteurs Conditionneur pour les capteurs Les éléments de la chaîne de mesure Grandeur Physique Grandeur électrique Capteur Conditionneur lecture/commande/controle Appareil mesure/ capteur par abus de langage Capteur

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Communiquer les informations

Communiquer les informations Série S option : Science de l Ingénieur Communiquer les informations Adresse : irai.gotdns.com Port : 5003 Mot de passe : à demander au professeur Problème technique : Analyser le fonctionnement de l affichage

Plus en détail

Exercices d électronique

Exercices d électronique Exercices d électronique PSI* - Philippe Ribière Année Scolaire 2015-2016 Ph. Ribière PSI* 2015/2016 2 Chapitre 1 Réseau en régime permanent. 1.1 Transformation Thévenin Norton Donner le modèle de Thévenin

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment

Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B3600 ELECTRONIIQUE DE PUIISSANCE MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE

GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE Chapitre 2 GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE I- LES APPAREILS DE MESURE ANALOGIQUES: Un appareil de mesure comprend généralement un ou plusieurs inducteurs fixes ( aimant permanant ou électroaimant)

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES PARTIE ELECTRONIQUE Le schéma complet de FP5 est donnée en annexe. Les questions porterons sur la fonction FP5 dont le schéma fonctionnel de degré 2 est présenté

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU Session 2013 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 Sciences Physiques U-32 PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Matériel autorisé : - Toutes les

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER 28 janvier 2007 Table des matières 1 Synthèse des convertisseurs

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Sommaire. 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6. 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16

Sommaire. 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6. 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16 Sommaire 1. Introduction 3 Pages. Reprise de projet précédent 4 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16 5. Acquisition

Plus en détail

Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème

Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème METHODE D'ETUDE D'UN CIRCUIT ELECTRIQUE Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème mais de vous montrer comment on peut procéder pour obtenir les lois des noeuds et des mailles. Vous

Plus en détail

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Université de Bourgogne Faculté Mirande Rapport de projet Licence Electronique, Signal et Image Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Sébastien Jeanniard Guillaume Lemaître Novembre

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Capteurs et Métrologie :

Capteurs et Métrologie : République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed KHIDER Biskra Faculté des Sciences et de la Technologie Département

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

Etude d un haut-parleur

Etude d un haut-parleur Etude d un haut-parleur Le haut-parleur électrodynamique, dont l invention remonte à plus de cent ans, n a pas évolué dans son principe. Il a été amélioré d année en année par l utilisation de nouvelles

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

L alimentation. 1 er juin 2004. Iznogood de la http://iznogood-factory.org

L alimentation. 1 er juin 2004. Iznogood de la http://iznogood-factory.org L alimentation 1 er juin 2004 présenté et proposé par Iznogood de la http://iznogood-factory.org 1 Table des matières I Introduction 3 II Présentation 4 1 La modularité 4 2 L agencement des blocs 5 2.1

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. www.copperconsultancy.com/about-us/about-copper/

Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. www.copperconsultancy.com/about-us/about-copper/ Le solénoïde montré sur la figure a une inductance de mh et est traversé par un courant de 1 A. Le fil qui forme le solénoïde a une résistance de,5. Quelle est la différence de potentiel entre les deux

Plus en détail

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie Revue des Energies Renouvelables ICESD 11 Adrar (2011) 113-121 Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie R. Merahi * et R. Chenni Département d Electrotechnique,

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

Exemples d'utilisations des transistors bipolaires

Exemples d'utilisations des transistors bipolaires Exemples d'utilisations des transistors bipolaires Remarques concernant tous les montages: Tous les montages ont ete testes (sauf ampli de classe B) Si un montage refuse de fonctionner, mettre un condensateur

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002. E p r e u v e : P H Y S I Q U E A P P L I Q U É E

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002. E p r e u v e : P H Y S I Q U E A P P L I Q U É E BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002 Calculatrice à fonctionnement autonome autorisée (circulaire 99-186 du 16.11.99) E p r e u v e : P H Y S I Q U E P P L I Q U É E Durée : 4 heures

Plus en détail

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique Fiche technique 9.30 Page 1/10 JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique JUMO dtrans T03 BU, TU Convertisseur de mesure analogique, 3 fils avec réglage numérique

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19 / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Réglages rapides et précis par encodeurs ou par les interfaces. Interfaces analogique,

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

SOMMAIRE. B5.1 Première approche

SOMMAIRE. B5.1 Première approche APPROCHE THEORIQE LES COMPOSANTS ELECTRONIQES B5 LES IOES SOMMAIRE B5.1 Première approche B5.2 e la jonction PN à la diode B5.3 Caractéristique d'une diode B5.4 Mécanisme de conduction d'une diode B5.5

Plus en détail

BTS Maintenance et après-vente automobile

BTS Maintenance et après-vente automobile BTS Maintenance et après-vente automobile Programme de Sciences Physiques AVERTISSEMENT Ce référentiel ne constitue absolument pas la liste des activités que le Professeur conduit au cours de l année scolaire.

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail