Présentation de l artiste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de l artiste"

Transcription

1 Bertrand Gondouin

2 Présentation de l artiste Bertrand Gondouin vit et travaille à Strasbourg. Après un an à l Ecole des Beaux Arts de Bourges, il est aujourd hui diplômé de l Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg (section Communication Graphique). Il est également titulaire du DEA de Cinéma de l Université Marc Bloch de Strasbourg. Pendant dix ans, il s est produit comme VJAY sous le pseudonyme de Docteur B. Il a essentiellement joué dans des clubs français, allemands, espagnols, turcs et new- yorkais avec des DJ de renommée internationale comme Sven Vath, Vitalic ou Laurent Garnier. Parallèlement il a poursuivi et prolonge encore aujourd hui son travail de photographe et de vidéaste. Sélectionné par le conseiller culturel de la ville de Dresde pour représenter la ville de Strasbourg, il a présenté ses photographies au salon START. Il a également été retenu plusieurs années de suite pour le festival Ososphère de Strasbourg où il a majoritairement réalisé des installations. Plusieurs de ses vidéos sont diffusées sur Pink TV (émission Paradise), Art channel et sur différentes chaînes du câble (Canal Sat et TPS). L exposition Régionale 10, programmée de novembre 2009 à janvier 2010 en France, en Suisse et en Allemagne, a accueilli son installation «Retour aux sources» (http://www.kunsthallemulhouse.com). Tout en poursuivant ses activités artistiques et graphiques, il réalise et coordonne la mise en place d événements culturels au sein du Musée d Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Il réalise notamment des installations pour les Nuits des Musées 2005, , 2008 et 2009 («Embarquement immédiat», «Le dernier bar avant la fin du monde»,...). La saison 2011/2012 accueillera quatre installations et une exposition de photographies de l auteur au sein de l espace Insight à Strasbourg. Ses expériences le conduisent à pratiquer la vidéo, la scénographie et la mise en scène théâtrale. Il collabore régulièrement avec la compagnie Astrolabe ; il a ainsi participé à la création des spectacles «Marguerite», «l Invention de Morel», «Planète Jeumobil», «le Marchand de sable», «L ombre». En septembre 2009, ses travaux photographiques et vidéo ont participé à la mise en scène de la pièce «Goya» de Rodrigo Garcia, programmée au festival Ososphère et à la Filature de Mulhouse. En octobre, il est entré en résidence au CREA de Kingersheim pour la création de la pièce «Matin brun» de Franck Pavloff Consultation des travaux sur : Bertrand Gondouin 7 rue des Lentilles Strasbourg

3 Photographies

4 Signes «Signes» est un projet photographique qui s articule autour du concept de frontières contemporaines. Si le concept de village global a tenté de remettre en cause notre idée d un monde multiple, force est de constater que les frontières n ont pas été abolies ; elles ont été déplacées, non vers une donnée symbolico-géographique mais plutôt vers une nouvelle classification sociale et économique. La frontière entoure aujourd hui la totalité des acteurs du monde. Les différentes photographies doivent êtres appréhendées comme le résultat d une collecte de signes polysémiques du monde contemporain : travail, lieux de pouvoir, architecture, etc. Je compose mes photographies de façon à ne garder qu un essentiel qui ne peut plus disparaître sous peine de perdre l intégralité du sens. Je m attache donc à éliminer tout élément pouvant perturber ou rendre ces images identifiables comme anecdotes singulières. (Les indications techniques des tirages sont indicatifs, il correspondent aux images déjà existantes il est possible de réaliser de plus grand format sur d autres support.) Si ces images se rattachent à des anecdotes qui leur sont propres (certaines extrêmement difficiles à réaliser en raison précisémment du contexte auquel elles renvoient), elles se doivent de laisser place à une interprétation qui tente de les dépasser, à un questionnement général du signifiant. C est sous l angle de l idée qu elles puissent devenir le stéréotype d une globalité contemporaine qu il faut envisager ce travail. Chaque image est plus ou moins retouchée : tout élément superflu à la lecture disparaît alors dans un souci d économie de signes devenus indispensables.... 4

5 5 Frankfurt flughafen, 2007, tirage encre, support forex 90 x 120 cm

6 6 Tour de chimie, 2009, tirage encre, support forex 100 x 150 cm

7 7 Auf der Frankfurt Autobahn, 2006, tirage encre, support forex 60 x 90 cm

8 Skycraper, 2007, tirage encre, support forex 90 x 60 cm... 8

9 9 Chaimtrail, 2008, tirage encre, support forex 60 x 90 cm

10 10 Centre commercial 2, 2010, tirage encre, support forex 80 x 120 cm

11 11 Parking, 2011, tirage encre, allu-dibond 60 x 200 cm

12 12 Sens interdit, 2008, tirage encre, support forex 100 x 150 cm

13 13 Centre commercial, 2010, tirage encre, support forex 60 x 90 cm

14 14 Bureau, 2009, tirage encre, support forex 60 x 150 cm

15 15 Bibliothèque 1, 2011, tirage encre, alu-dibond 70 x 200 cm

16 16 Bureau 2, 2011, tirage encre, alu-dibond 80 x 120 cm

17 17 Bibliothèque 2, 2011, tirage encre, alu-dibond 80 x 120 cm

18 18 Bibliothèque 3, 2011, tirage encre, alu-dibond 80 x 120 cm

19 Hôtel, 2006, tirage encre, support forex 90 x 60 cm... 19

20 20 La salle de réunion, 2010, tirage encre, support forex 80 x 120 cm

21 21 Flamingo, 2011, tirage encre, support dibon 80 x 120 cm

22 +1,42 %, 2006, tirage encre, support forex 90 x 60 cm... 22

23 Sans titre, 2009, tirage encre, support forex 90 x 60 cm... 23

24 24 Elle, 2007, tirage encre, support Dibond 40 x 60 cm

25 25 stovepipe wells, 2011, tirage encre, support dibon 80 x 120 cm

26 Hryvnia, 2010, tirage encre, support forex 80 x 120 cm

27 27 Crédit, 2009 tirage encre 70 x 105 cm / papier peint dimentions variables

28 28 Pechelbronn-Merkwiller oil, 2006, tirage encre, support forex 100 x 120 cm

29 Bertrand Gondouin propose ici la photographie d une raffinerie de pétrole. L assemblage de plusieurs parties de ce complexe industriel forme un panoramique qui flotte dans une nature volontairement écartée, imposant par là une vision artificielle d un objet bien réel. Le détourage de la raffinerie marque la limite entre un paysage naturel, qu on ne peut que deviner, et le paysage industriel de la raffinerie. Sa ligne d horizon, frontière infranchie et infranchissable entre un environnement naturel et une construction humaine, suggère la courbe d un graphisme aux variation complexes soumises aux contextes économique et politique. Elle rappelle l évolution du prix du baril de pétrole qui atteint lui-même, en 2009 sa limite, une limite artificielle symbolique du chiffre rond : 100 $. panoramique élaboré. Il s inspire du cycle de vie du pétrole, un produit naturel qui naît dans les entrailles de la terre et subit les transformations des techniques de raffinage pour en obtenir le produit «artificiel», moteur de notre développement sans précédent depuis l aube de l humanité. Catherine Duportail. L artiste prend donc le parti de l artificialité. Comme le photographe transforme une réalité, historiquement de la personne vivante à son portrait figé pour l éternité, Bertrand Gondouin transforme (modifie) la vision humaine, limitée par un angle de vue précis, en une image, représentation formatée par la technique du photomontage aboutissant au $, 2010, tirage encre, support forex 60 x 250 cm

30 30 L accident, 2011, tirage encre, support dibon 60 x 250 cm

31 31 fake, 2011, tirage encre, support dibon 80 x 120 cm

32 Installations

33 Ces différentes installations / performances sont élaborées autour d une thématique constante. Elle vise à questionner notre rapport à la réalité par le biais de sa reconstruction. A l instar du projet «Signe», dont les images retouchées deviennent des clichés interprétables comme des archétypes du monde, ces installations sont à appréhender comme autant d anecdotes personnelles ou non, collectées et remises en scène afin d y provoquer la sensation qui s y rapporte. A partir de mon expérience personnelle, je tente de faire naître une problématique générale qui dépasse ce statut anecdotique. Si la ré-interprétation du monde à travers sa copie était autrefois l apanage des artistes, ma génération fut une des premières qui a eu accès à des jeux dont les principes même furent spécialement élaborés pour lui permettre de reconstruire notre propre réalité. La part croissante du temps passé devant la télévision dans les foyers aidant, l amalgame entre réalité et fiction devint une évidence qui constitue aujourd hui une sorte de ciment social générationnel. De ce fait, notre monde est aujourd hui familier d une réalité arrangée, biaisée, ou purement créée. Il est d ailleurs significatif de constater que les puissants logiciels de retouches d images sont conçus par des adultes issus de cette génération. alors de la réalité et devient son artefact. Ces dispositifs tentent ainsi de prolonger notre rapport avec l idée d œuvre d art, tout en biaisant sa propre fonction. Le spectateur devient ici complice d une fiction dans laquelle il éprouve une émotion réelle. Ce consentement est bien sûr volontaire et sa participation jouée de façon généralement ludique devient alors l acte significatif de ces œuvres. Ce principe de conception repose de fait sur la volonté d afficher le «faux» de façon suffisamment explicite pour que le spectateur puisse volontairement s y immerger et participer à cette illusion consentie. Nous pouvons établir un parallèle avec une (re) production du monde construite en briques de Légo dans laquelle un enfant transposera sa réalité, quelque soit l exactitude de la reproduction. De façon similaire, ces installations font appel à un processus identique, à cette volonté du spectateur à croire au dispositif, à s y impliquer et par conséquent à l accréditer au regard de sa propre réalité. Mes installations s appuient non sur une recréation figurative du monde, mais sur l événement humain qui le constitue. Je reproduis le moment pour reproduire l émotion, le sentiment ou la sensation liée et induite par celui-ci. Cet événement s extrait... 33

34 Le dernier bar avant la fin du monde Le dernier bar avant la fin du monde est une installation présentée lors de la Nuit des musées 2009 au Musée d Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Elle est composée d une surface moquettée blanche au sol qui définit l espace. Sur ce dernier sont disposées des tables basses blanches entourées de coussins blancs. Un bar blanc propose des boissons blanches elles aussi (laits parfumés à la fraise, à la menthe, à la grenadine ou à la vodka). il joue volontairement le jeu du dispositif qui lui permettra d éprouver la sensation réelle. Ce dispositif fonctionne donc comme une inversion de la représentation. Plutôt que de photographier une éclipse pour en accréditer postérieurement la réalité, je propose ici d accepter de passer sciemment par l artifice pour accéder à la réalité. Accroché au mur, un écran circulaire en balsa, de quatre mètres de diamètre, sert de support à la projection de la vidéo de l éclipse qui se déroule en quatre phases : - un soleil fixe pendant quatre minutes, - l obscurcissement progressif de la lune pendant 20 minutes, - quatre minutes d éclipse totale durant laquelle l écran est fortement éclairé par derrière, - 15 minutes de réapparition du soleil. Cette installation place le spectateur au coeur d un dispositif lui permettant, au travers d un simulacre de réalité, de ressentir l émotion de l événement naturel. La finalité du dispositif est conçue comme la ré-interprétation du rapport classique de nature/ culture au travers de la représentation du réel. Si le spectateur n est plus dupe de cette représentation,... 34

35 35

36 34

37 35

38 Retour aux sources le film «War games» entièrement recalculé et projeté en code ASCII. NERD : terme non traduisible en français qui désigne une population nord-américaine jeune, dont la pratique de l informatique demeure l activité principale. La caricature du nerd est un jeune adolescent boutonneux qui porte des lunettes à double foyer et rencontre parfois des problèmes de communication avec la société en général et les filles en particulier. Il est intéressant de noter que, depuis l explosion de la nouvelle économie, les nerds sont devenus, contre toute attente, furieusement tendance. ASCII (prononcer «aski») : abréviation de «American Standard Code for Information Interchang». Ce standard définit la correspondance entre un tableau de nombres et les caractères alphanumériques à l écran. L art ASCII détourne cette fonction technique pour composer graphiquement des images avec ces caractères. Réalisé en 1983 par John Badham, «War Games» fut le premier film qui fit découvrir la culture «nerd» américaine au continent européen. Ce film nous narre l histoire d un adolescent qui, s introduisant dans le réseau du Pentagone, manque de provoquer une troisième guerre mondiale. Tiré d un fait réel (le véritable héros, Kevin Mitnick, s était réellement introduit dans les ordinateurs de la Défense américaine), ce film nous montrait à l époque une double inquiétude, celle de l introduction de l informatique dans la vie quotidienne et celle de gouvernements confrontés aux compétences exceptionnelles de jeunes pirates. «War Games» fut le tout premier film de piraterie informatique. À défaut de s introduire dans les serveurs de la Défense nationale, n importe qui peut aujourd hui copier et diffuser des films ou de la musique grâce aux réseaux. Cet acte est actuellement considéré comme de la piraterie par l industrie du spectacle. De fait, toute personne possédant et diffusant un film copié devient un dangereux pirate qui, s il ne risque pas de provoquer une guerre thermonucléaire, risque de mettre en danger l intégralité d un système économique fondé sur le droit d auteur. Par ce geste, il remet en question la principale source de financement de toute une chaîne d intermédiaires entre artistes et public. Le travail de conversion/projection de «Retour aux sources» tente de mettre en perspective une double mise en abîme : le thème du film original au regard de notre époque, et la vision, à travers la forme choisie du travail, qui nous renvoie précisément à la préhistoire de l informatique personnelle évoquée au travers de l utilisation du code ASCII

39 37

40 38

41 Le soleil brille Installation réalisée pour la Nuit des musées 2007 Musée d Art moderne et contemporain de Strasbourg La vidéo projetée sur le mur dure environ une heure. C est un montage réalisé à partir d un plan fixe tourné sur la plage de Cassis pendant une journée complète (9h/20h). Le spectateur est convié, le temps d une soirée, à jouer avec le dispositif qui l invite à se détendre sur la plage tout en sirotant diverses boissons. L illusion consentie est totale lorsque l ambiance devient festive, le spectateur feint alors d oublier le dispositif dont il fait partie et qui l a intégré

42 40

43 41

44 Bleue 1 projecteur, 4 néon bleus, 35 matelas, 20 sièges gonflables, 4 enceintes. Le spectateur est invité à s immerger dans un espace éclairé en bleu. Il s allonge sur des matelas pour contempler des nageurs dans une piscine projetée au plafond. Cette installation se conçoit comme une mise en scène de la sensation de bienêtre liée à la production d endorphine lorque l on s adonne à une activité sportive. Il en résulte un espace où chacun se laisse aller en contemplant l effort (modéré) des nageurs. Elle s appréhende, d une part, comme la méthaphore du spectacle de compétition sportive à travers sa médiatisation, et d autre part, comme le questionnement des émotions ressenties par le spectateur devant la retransmission sportive télévisée

45 43

46 44

47 Love box Dans cette cabine étroite et placée au centre de la pièce, on peut visionner un striptease aléatoirement choisi : homme ou femme, amateur modérément doué ou grande pro. Pas de quoi invoquer la transgression, ces effeuillages restant somme toute très corrects. Ce qui fait l originalité et l intérêt de la machine, c est la façon dont l image répond à la voix. Pour commencer à voir, mais aussi pour voir un peu plus, un peu plus longtemps, il faut en effet crier ou élever la voix, si bien que le voyeur doit pour assouvir sa petite pulsion s offrir en spectacle aux écouteurs restés à l extérieur. Le spectacle n est pas tant sur l écran mais dans la cabine, spectacle qui paradoxalement n est pas à voir mais à entendre. D un côté donc, un exemple, un de plus, de la disparition du public au profit d une consommation d images telle qu on peut la pratiquer devant la télé, le pc, le mobile, la cabine de la porno-shop, quelque chose qui peut virer assez vite au constat socio-quelque-chose. De l autre, au contraire, la reformation d un public, sur des bases pas nécessairement plus saines, mais néanmoins réelles. Ce n est pas ce qui est à voir qui fait spectacle, que la nécessité de choisir un moyen d expression pour voir. Doit-on mimer le désir, l excitation, l extase, la rage, l autorité, quelque posture que ce soit qui fasse élever la voix? À chacun de trouver sa réponse et de se déshabiller un peu. Celui qui suit dans la cabine a en tête ce qu il vient d entendre et cherche alors à se distinguer, à donner sa version, à faire mieux ou autrement, si bien qu on peut parler d une réaction en chaîne. Dispositif frustrant, qui offre peu à voir, ne permet pas de se sentir à l aise même s il amène souvent à parodier une ambiance de soirée un peu grasse, la LoveBox fonctionne en définitive plus comme une partition pour installation sonore que comme une installation vidéo. Cette installation sonore est aussi une création collective élaborée par des gens qui ne se connaissent pas nécessairement et ne seront pas nécessairement amenés à se (re)connaître. Cette machine est naturellement loin de l amour puisque celui-ci est, comme dans les plus belles comptines pop, dans l air ou tout autour. Pas sûr qu il s agisse d amour, mais le public est là et fait son oeuvre. Quant aux artistes, ils restent à l écoute, n aimant rien tant que recevoir le retour de la salle. Patrick Javault - Conservateur Octobre

48 Caractéristiques Largeur : 0,80 m Longueur : 3 m Hauteur : 2,20 m Jauge intérieure : 1 spectateur à la fois Jauge extérieure : fonction du lieu d implantation Durée moyenne par spectateur : 1 minute environ Implantation et conditions d accueil Implantation en intérieur uniquement, dans un lieu sécurisé Espace minimal de 5x3 mètres pour la boite avec une zone pour la file d attente public Sol plat impératif Alimentation électrique 220V 16A ondulée (Vidéo Projecteur interne) Démarrage et extinction de l installation uniquement par les artistes Le principe de la LoveBox poussant le spectateur à crier il convient d intégrer le paramètre «bruit occasionné» Montage : 4h / Démontage : 2h... 46

49 47

50 1976 Cette installation propose de jouer avec le spectateur qui prend place dans un dispositif lui proposant d expérimenter une réalité fictive dans le but de se la réapproprier. Au sol, une tente de camping d une hauteur de 1,20 environ dans laquelle les spectateurs sont invités à entrer. A l extérieur, 5 projecteurs de couleurs différentes bleu (pour l aube et la nuit), cyan (le matin), jaune (le midi), orange (la fin d après midi) et rouge (le soir) sont placés dans la pièce de façon à simuler la course du soleil. Quatre points de diffusion sonore sont placés autour et plongent le spectateur au cœur de différentes scènes caractéristiques de lieux de vacances tels que la vie au camping, le repas au restaurant, l après-midi à la plage... La séquence dure environ 1 heure. Elle retrace différents moments d une journée de vacances, allant du matin jusqu à la nuit. Il n est absolument pas nécessaire d assister à la totalité de la bande sonore. Chaque spectateur peut entrer et sortir de la tente au gré de ses envies. L ensemble vise à interroger la notion de souvenir, le processus de réminiscence de la mémoire (que reste t-il de nos vacances) constitué à la fois de moments réellement vécus et d élément issus de l inconscient collectif (tout le monde peut être enclin malgré lui à stéréotyper ses vacances). Le caractère prioritairement sonore de cette pièce permet au spectateur de retrouver par lui même, ou de découvrir, une situation vécue ou non, afin de s y (re)projeter. Du fait de l absence de support visuel, l appropriation du dispositif devient subjective et complètement personnelle. Le public se trouve alors entrainé au cœur de plusieurs histoires du quotidien, de scènes banales qui, si l on y prête attention, deviennent théâtrales. Il assiste ainsi à un spectacle sans début ni fin, à une histoire chaque jour recommencée. Cette installation fonctionne comme un objet qui tente de transcender le cloisonnement de différentes pratiques artistiques. Elle plonge le spectateur au cœur d un dispositif conçu pour l immerger dans une situation correspondant à un stéréotype de vacances (camping, bord de mer)

51 49

52 The game is over Puisant dans une banque de 4062 photographies non protégées du réseau social Facebook, l installation «the game is over» questionne notre comportement sur les réseaux sociaux, à travers l exhibition d images de notre sphère privée. La démocratisation des outils, comme Internet et les outils numériques (appareils photos, smartphones, tablettes tactiles...) a banalisé une démarche entreprise initialement par des artistes comme Nan Godling et Nobuyoshi Araki, en offrant à tous la possibilité de mettre en scène son quotidien. Contrairement à ces deux artistes dont la qualité du travail induit une réflexion qui dépasse la simple mise en scène, la production démocratique des images et leur diffusion sur les réseaux sociaux se fait, elle, sans réflexion aucune. Cette attitude a parasité peu à peu la vie réelle où tout peut ou doit être photographié et partagé. Le jeu de l image déteint alors sur la réalité elle-même. Il est significatif que cette expression «the game is over» ait été utilisée par George Bush en 2003 pour annoncer la victoire lors de la seconde guerre du golfe, première guerre où le rôle de l image fut prépondérant à la fois dans sa réception par le public et dans son action par les militaires. L installation place le spectateur à la croisée d un dispositif qui l oblige à participer à la fois à la construction (ou reconstruction) d une histoire fictive née de la combinaison des trois images et à jouer avec cette addiction du cliché en confondant réalité et jeu, ici combinés. L interface reprend le principe de la machine à sous, objet ludique conçu précisément pour provoquer le geste répétitif (compulsif) du joueur qui renvoie à notre propre comportement sur Facebook. Le spectateur se trouve donc emporté malgré lui dans cette production d images de la sphère intime publique où l objet du désir réside évidemment dans la composition de trois images qui se suivent. Les images affichées permettent ainsi de construire une nouvelle histoire née de leur association, une sorte de petit strip tiré au hasard parmi les 4062 photographies. La dimension ludique, quant à elle, renvoie au rapport à l image que l on a aujourd hui notamment à travers les nouveaux réseaux sociaux. Le numérique a permis la production d images gratuites, entraînant une profusion de sujets photographiques inimaginable il y a encore 20 ans, comme photographier le plat que l on s apprête à déguster et le publier sur le réseau social pour accréditer publiquement que l on a passé une soirée inoubliable par exemple

53 51

54 Aspect technique : l installation doit être vidéoprojetée sur un projecteur de résolution 720 x 1080 pixels. La taille de l image doit être relativement grande (2 mètres minimum). Elle nécessite un espace suffisant pour disposer un socle d un mètre de haut, muni d un bouton poussoir qui déclenche la séquence et une sonorisation modeste disposée selon la configuration du lieu. L application tourne sur un macintosh intel (n importe quelle gamme)

55 Nu descendant l escalier mécanique Description technique Cette installation propose trois temporalités distinctes. Le spectateur contemple en premier lieu une vidéo d assez grande dimension projetée sur les marches d un escalier. Celle ci nous montre une jeune femme nue descendant un escalier mécanique en mouvement. La femme descend l escalier au même rythme que celui ci monte : elle reste donc toujours cadrée dans l image et semble descendre indéfiniment. Lorsque le spectateur entreprend de monter les marches, il avance alors sur la projection. À cet instant précis, l image de l escalier mécanique se fige et la femme disparaît. Le spectateur marche ainsi sur la projection d un escalier roulant arrêté. Enfin, au moment où le spectateur quitte la scène, l escalier se remet en mouvement, faisant réapparaître la jeune femme et réinitialisant ainsi le processus de départ. Note d intention. Cette installation est conçue comme une ré- interprétation de «Nu descendant un escalier» de Marcel Duchamp. Elle revisite un des motifs fondamentaux de l oeuvre, à savoir la tentative de représentation du mouvement dans la peinture. Je propose ici une reformulation du concept à travers une installation composée d une vidéo mise en relation avec sa surface de projection. Cette projection de l escalier roulant qui monte avec cette femme qui le descend à la même vitesse, nous renvoie ironiquement au sujet original de Duchamp. L œuvre nous offre deux niveaux de lecture. Le premier concerne la partie vidéo. Sur celle ci la femme nue qui descend l escalier est immobile compte tenu du mouvement de l escalator. Elle reste cadrée dans l image et c est le mouvement de l escalier qui fait sens puisque la femme ne bouge que pour rester sur place. Nous avons ici une inversion du thème par rapport à l œuvre de Marcel Duchamp qui déplace son modèle du coin supérieur gauche du tableau vers le coin inférieur droit. L idée du mouvement se transmet ici de la femme à l escalier. Le modèle bouge pour rester immobile dans l image. Le second niveau nait de l interaction entre le spectateur et l installation. Ce dernier, après quelques minutes, va réellement monter les escaliers qui doivent être effectivement fonctionnels. Dès lors, l équilibre semble se rétablir entre fiction et réalité puisque sur la projection la femme disparaît, et l escalier roulant se fige. Mais dans le même temps, le spectateur prend la place du modèle dans le réel en se déplacent sur l escalier et réalise lui même la proposition de Duchamp. De fait, la situation s inverse à nouveau : Duchamp nous propose la vision du mouvement dans la peinture, médium résolument statique, alors qu ici le mouvement réel du spectateur rend statique un médium, la vidéo, conçu précisément pour reproduire le mouvement

56 54

57 Aspect technique : Matériel : Vidéoprojecteur Capteur de présence Macintosh (n importe quel gamme Intel) Note concernant l installation : Cette installation dois se situer sur un escalier praticable, si possible situé sur un lieux de passage. La projection dois pouvoir s adapter à l escalier sur laquelle elle sera projeté de façon à ce qu elle occupe la plus grande surface possible (possibilité grand angle). un système d accroche est a prévoir pour fixer le vidéoprojecteur ainsi que le detecteur de présence la partie informatique peut être déportée selon l endrois choisi

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

DES ÉTOILES AU COLLÈGE

DES ÉTOILES AU COLLÈGE DES ÉTOILES AU COLLÈGE à Dossier pédagogique avec le planétarium mobile Pour les élèves de 5 ème /4 ème Jardin des Sciences 12 rue de l Université - 67000 Strasbourg www.jardin-sciences.unistra.fr CONTACT

Plus en détail

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang SI28 - Projet intéractif Initiation à la langue chinoise 1 Introduction En tant que groupe franco-chinois et étudiants en génie informatique, nous avons décidé d

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Les outils de représentations paysagères

Les outils de représentations paysagères Les outils de représentations paysagères Les outils de représentation paysagère sont dans un entre-deux : entre l observateur du paysagère qui, par l outil graphique, donne corps à sa compréhension subjective

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Festival du numéro de clown Seconde édition Du mercredi 13 au samedi 16 avril 2016 Sous chapiteau, au Parc Paul Mistral à Grenoble

Festival du numéro de clown Seconde édition Du mercredi 13 au samedi 16 avril 2016 Sous chapiteau, au Parc Paul Mistral à Grenoble Suite au succès de la première édition (38 numéros différents proposés, plus de 900 spectateurs sur 4 soirées, et un bonheur chaque fois renouvelé pour les clowns se produisant, ainsi que pour tous nos

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

POÉTIQUE DE LA RETENUE

POÉTIQUE DE LA RETENUE POÉTIQUE DE LA RETENUE Exposition collective Du 24 avril au 2 mai 2015 Vernissage le 23 avril à 18h Photographies, vidéos et installations de: Gilles DEWALQUE Sandra GAILLARDON Marie-Claude LACROIX Anthony

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

ECOLE ET CINEMA. Les compétences du Livret scolaire

ECOLE ET CINEMA. Les compétences du Livret scolaire ECOLE ET CINEMA Ancrage dans les instructions officielles Les compétences du Livret scolaire PALIER 1 : COMPETENCE 1 LA MAITRISE DE LA LANGUE FRANÇAISE DIRE S exprimer clairement à l oral en utilisant

Plus en détail

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà P i s t e s p é d a g o g i q u e s Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà été consacrée à cet artiste. Elle permet de suivre le travail d un artiste de loin en loin

Plus en détail

SEQUENCE : Expression corporelle

SEQUENCE : Expression corporelle SEQUENCE : Expression corporelle Compétence : Découvrir son corps pour s exprimer grâce à lui Objectifs : - Créer une dynamique de classe, travailler en groupe, ou au contraire, canaliser son énergie -

Plus en détail

Cinéma expérimental et image en mouvement 17, rue Paul Bellamy - 44000 Nantes 02 40 89 78 07 - info@mire-exp.org www.mire-exp.org Contact : Aurélie

Cinéma expérimental et image en mouvement 17, rue Paul Bellamy - 44000 Nantes 02 40 89 78 07 - info@mire-exp.org www.mire-exp.org Contact : Aurélie Cinéma expérimental et image en mouvement 17, rue Paul Bellamy - 44000 Nantes 02 40 89 78 07 - info@mire-exp.org www.mire-exp.org Contact : Aurélie Percevault, chargée des actions pédagogiques PROPOSITIONS

Plus en détail

Conseils professionnels pour la photo sur Plexiglas

Conseils professionnels pour la photo sur Plexiglas Conseils professionnels pour la photo sur Plexiglas Obtenez les meilleurs résultats pour votre photo sur Plexiglas en tant que photographe professionnel XXLPIX 2013 For professional photographers only

Plus en détail

LE CHRONOGRAPHE EZ3KIEL : NAPHTALINE

LE CHRONOGRAPHE EZ3KIEL : NAPHTALINE PRESS BOOK EZ3KIEL : NAPHTALINE Depuis une dizaine d années, Ez3kiel s est distingué par la constante évolution de ses champs d interventions. Initialement axé sur la musique, le collectif a très rapidement

Plus en détail

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais SOMMAIRE La scénographie page 3 Concept général Concept secondaire Les espaces page 4 Le parcours La signalétique L installation page 5 Les supports et matériaux

Plus en détail

Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer. Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ

Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer. Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ Collectif audiovisuel : Installations / VJing / lives audio-vidéo Artistes : Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ Thomas Vaquié Musicien,

Plus en détail

Faire de la photo avec un PRO

Faire de la photo avec un PRO Faire de la photo avec un PRO Atelier photo pour les élèves Animation auteur CONTACT Christine Malard Ateliers Art terre 11 bis rue de la Frébardière Bâtiment B Atelier 20 35510 Cesson-Sévigné Tél : 02

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe

Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe Sommaire 1) Introduction 2) Les critères de choix 3) L usage que l on veut en faire 4) Le prix 5) Les caractéristiques détaillées a. L interactivité b. Longue

Plus en détail

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire 1 Fiche technique 3 Les espaces destinés à accueillir des activités culturelles dans les services et établissements du ministère de la Justice et des Libertés I- Normes pour les équipements destinés à

Plus en détail

COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE PROPOSITION POUR LE MOMENT ACTUEL

COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE PROPOSITION POUR LE MOMENT ACTUEL Extrait du PLAN D OPERATION D ARBITRAGE de la FIE : Plan de Travail pou r les Championnats du Monde 1 COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE SEQUENCE DES ACTIONS

Plus en détail

DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS?

DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS? DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS? Parcours artistique et scientifique au pays des illusions Cie Kat chaça - Des illusions? Quelles illusions? p. 1 sur 10 Un parcours Arts & Sciences La compagnie Kat chaça,

Plus en détail

La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective. Présentation du projet

La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective. Présentation du projet La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective Auteur : M.A Alfonso, Ecole d Adé Références : Photographies de Michel Dieuzaide, photographe

Plus en détail

ANICOTTE Guillaume GUFFROY Matthieu LIMA Juliette SALLOUH Chamsseddine CAHIER DES CHARGES SI 28

ANICOTTE Guillaume GUFFROY Matthieu LIMA Juliette SALLOUH Chamsseddine CAHIER DES CHARGES SI 28 ANICOTTE Guillaume GUFFROY Matthieu LIMA Juliette SALLOUH Chamsseddine CAHIER DES CHARGES SI 28 AUTOMNE 2013 SOMMAIRE Synopsis de projet 3 Concept 3 Public cible 3 Objectifs 3 Ressources médias Structuration

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans.

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans. 5... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations

Plus en détail

Créer un diaporama photos

Créer un diaporama photos Créer un diaporama photos Diapo = diapositive, image positive sur support transparent, visible par projection sur un écran. Orama = vient du grec orama, ce que l'on voit, spectacle C'est un terme qui a

Plus en détail

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal Avant Projet - Projet un regard numérique sur la ville - Œuvre interactive multimédia Le projet est la réalisation

Plus en détail

Habiter le musée plutôt que le traverser!

Habiter le musée plutôt que le traverser! Habiter le musée plutôt que le traverser! «Les images ne sont pas un simple auxiliaire de l écrit. Elles sont déclencheur d émotions et de pensées, et porteurs de messages. Cet apprentissage relève d une

Plus en détail

Reflex & Vous Cours et ateliers photo en France

Reflex & Vous Cours et ateliers photo en France Reflex & Vous Cours et ateliers photo en France Téléphone : 09 81 36 20 00 Email : contact@reflexetvous.com Site internet : www.reflexetvous.com Devenir un pro de la photo cela vous fait rêver... Mais

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

UPPLEVA. Le choix intelligent pour la télé, le son et le mobilier. nouveau. UPPLEVA le choix intelligent pour la télé, le son et le mobilier 1

UPPLEVA. Le choix intelligent pour la télé, le son et le mobilier. nouveau. UPPLEVA le choix intelligent pour la télé, le son et le mobilier 1 2015 UPPLEVA Le choix intelligent pour la télé, le son et le mobilier Les téléviseurs, systèmes audio et lunettes 3D UPPLEVA 5 ans de garantie gratuite; qualité au quotidien. BESTÅ/UPPLEVA combinaison

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL INTERNATIONAL TCHOUKBALL FEDERATION TECHNICAL COMMISSION AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL L exemple de la salle du Vieux-Moulin à Lausanne, Suisse Document préparé et édité

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Agence d art contemporain Lucia Drago, fondatrice en 2008 de l agence d art contemporain Drago for Art, souhaite créer un véritable pont entre l Italie, son pays natal, et la France

Plus en détail

Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia

Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia BISSLER Nicolas Licence 6 20301207 Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia J ai réalisé mon stage d observation à l agence et conseils en publicité Reymann à Illkirch-Graffenstaden

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

Maiko se jette à l eau. PHOTOGRAPHIE Et maintenant, des expositions sur l âme de la vague

Maiko se jette à l eau. PHOTOGRAPHIE Et maintenant, des expositions sur l âme de la vague PHOTOGRAPHIE Et maintenant, des expositions sur l âme de la vague Maiko Mou expose actuellement ses photos de vagues nues au showroom Ford de Mamao à Papeete. Une première exposition, bientôt suivie d

Plus en détail

William Pezet monsieurpixel@gmail.com

William Pezet monsieurpixel@gmail.com Du grain à moudre est un projet d installation multimédia qui utilise le moulin à café à la fois comme interface interactive mais aussi comme base imaginaire pour son propos William Pezet monsieurpixel@gmail.com

Plus en détail

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE = PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE Pablo Picasso à l origine Pablo Picasso est l un des premiers artistes à réaliser, dans les années 1950, des œuvres de peintures de lumière, avec le photographe

Plus en détail

Préparation de la journée de cinéma

Préparation de la journée de cinéma Préparation de la journée de cinéma Foto: Andri Stadler Grafik: Vertot 1 Organisation...3 1.1. Comité d organisation...3 1.2. Ce qui nous tient à coeur...4 1.3. Déroulement de la journée de cinéma...5

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Lieu De Passage La Byrinthe Filmatruc

Lieu De Passage La Byrinthe Filmatruc silvi simon 5, rue de Sélestat 67100 Strasbourg 0033 6 20 33 21 99 silvisi@voila.fr Lieu De Passage La Byrinthe Filmatruc Installations - multi projections -cinéma artisanal chimigrammes PRESENTATION Lieu

Plus en détail

Atelier lecture d affiches de films - 1H30

Atelier lecture d affiches de films - 1H30 Atelier lecture d affiches de films - 1H30 I) Quelques principes généraux sur la lecture d affiches Pourquoi lire des affiches de cinéma à l école? 1) Dans le cadre du dispositif «école et cinéma» dans

Plus en détail

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG Karine WITTIG Artiste plasticienne www.pluri-l.com Ateliers créatifs proposés Ateliers créatifs par tranche d âge Animations évènementielles Animation

Plus en détail

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014 3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 SaintLô 23 October 2014 Pratiques vocales en prison : la situation in France par Mériam Khaldi Lois, dispositifs et obligations spécifiques en

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE LA SOURCE

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE LA SOURCE PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE LA SOURCE 1- NOS INTENTIONS EDUCATIVES Nous souhaitons apprendre à l enfant à respecter lui-même, les autres enfants et les adultes, et l amener à trouver sa place

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

POTS. Géants. Les. Galiléo Production vous propose son concept de pots de terre géants (de 1 à 5 pots) de 2 m de haut.

POTS. Géants. Les. Galiléo Production vous propose son concept de pots de terre géants (de 1 à 5 pots) de 2 m de haut. Les POTS Géants Galiléo Production vous propose son concept de pots de terre géants (de 1 à 5 pots) de 2 m de haut. Ces pots Géants vous offrent de multiples possibilités pour vos animations et votre communication.

Plus en détail

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX Classe de CM2-6 ème DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE Cette séquence peut s organiser autour de trois séances en mathématiques 1 ère séance

Plus en détail

NOTE D INTENTION : Parler des abeilles autrement, les faire connaître, les faire aimer, d une façon originale.

NOTE D INTENTION : Parler des abeilles autrement, les faire connaître, les faire aimer, d une façon originale. COMMENT EST NE Josette etc. Spécialiste du monde des abeilles car apiculteur professionnel en Auvergne, Vincent Péricard aime partager ses connaissances. A La Miellerie, il a depuis longtemps imaginé et

Plus en détail

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe...... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation 1 OBJECTIFS "A l'usage, l association IL ETAIT UN

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Expérience Picturale Augmentée

Expérience Picturale Augmentée Expérience Picturale Augmentée Fribourg Rebecca Guyet Florian Saint-Maxent Manon Sené Baptiste I- Concept Le cœur du projet est d offrir à un public une expérience picturale augmentée. Le fil conducteur

Plus en détail

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent SÉANCE 6 Création de schémas 6.1 Présentation du logiciel «Draw» est un logiciel de dessin vectoriel et de PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Avec ce logiciel, il vous est possible de créer divers

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Mars la rouge, Mars la mystérieuse

Mars la rouge, Mars la mystérieuse EXPOSITION ITINÉRANTE Mars la rouge, Mars la mystérieuse Nourrie jadis par l imaginaire collectif, la planète Mars est aujourd hui au cœur d une actualité de pointe et au centre des préoccupations scientifiques.

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

SNAKE. Programmation du jeu SNAKE sur la console Windows en C sous l IDE Devcpp. Copie d écran du jeu

SNAKE. Programmation du jeu SNAKE sur la console Windows en C sous l IDE Devcpp. Copie d écran du jeu SNAKE Programmation du jeu SNAKE sur la console Windows en C sous l IDE Devcpp Copie d écran du jeu Principe de fonctionnement du jeu : le serpent avance automatiquement, le joueur ne peut agir que sur

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

Entreprises. Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES

Entreprises. Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES Entreprises Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES chiffres clés 1 1 er millions 110 employeur du spectacle vivant opéra en Limousin budget annuel et 1 orchestre EMPLOIS en limousin équivalents

Plus en détail

Copie. Copieur-imprimante WorkCentre C2424

Copie. Copieur-imprimante WorkCentre C2424 Copie Ce chapitre contient : «Copie de base», page 3-2 «Réglage des options de copie», page 3-4 «Paramètres de base», page 3-5 «Réglages de l image», page 3-10 «Réglages de la disposition de l image»,

Plus en détail

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE = PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE Pablo Picasso à l origine Pablo Picasso est l un des premiers artistes à réaliser, dans les années 1950, des œuvres de peintures de lumière, avec le photographe

Plus en détail

www.developpement-de-photo.com

www.developpement-de-photo.com Le logiciel Zhai-On requière l'utilisation d'un lecteur code barre portatif. Des étiquettes code barre imprimables depuis l'interface du logiciel sont à coller sur vos cartes de visite. Vos clients reçoivent

Plus en détail

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique Initiation bande dessinée La semaine du 21 au 25 avril 2014 De 9h30 à 16h30 Module Scénario BD du 7 et 8 décembre 2013 du 11 et 12 janvier 2013 Tous les mardis du 21 janvier au 8 avril 2014 Module Dessin

Plus en détail

Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution

Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution Qu est-ce que galerie-photo?... 2 Qu appelle-t-on photographie de haute résolution?... 2 Qu offre le site au visiteur?...

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

L interface utilisateur de Windows

L interface utilisateur de Windows Windows, développé par l éditeur américain Microsoft Corporation, est de loin le système d exploitation pour ordinateurs personnels le plus utilisé dans le monde. Il dépasse à lui seul 90 % du marché mondial

Plus en détail

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez communiquer avec l administrateur de votre programme ou le Service à

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Centrale d Alarme Visiotech

Centrale d Alarme Visiotech Centrale d Alarme Visiotech ++ www.biolume.com 1 Table des matières GENERALITES... 4 Responsabilités de l installateur et de l utilisateur... 4 Alimentation électrique... 4 Mise en service... 5 PRESENTATION

Plus en détail

CONCOURS PROJET ARTISTIQUE ECOLE DES BOUDINES MEYRIN. Réflexions. URSULA MUMENTHALER CHEMIN TAVERNEY 1 1218 GRAND SACONNEX www.ursulamumenthaler.

CONCOURS PROJET ARTISTIQUE ECOLE DES BOUDINES MEYRIN. Réflexions. URSULA MUMENTHALER CHEMIN TAVERNEY 1 1218 GRAND SACONNEX www.ursulamumenthaler. CONCOURS PROJET ARTISTIQUE ECOLE DES BOUDINES MEYRIN Réflexions URSULA MUMENTHALER CHEMIN TAVERNEY 1 1218 GRAND SACONNEX www.ursulamumenthaler.ch Courte note explicative à propos du hall et du

Plus en détail

Leçon 1 et 2 Leçon 3 Leçon 4 et 5 L ESPACE. Leçon 6 et 7 Leçon 8 EVALUATION

Leçon 1 et 2 Leçon 3 Leçon 4 et 5 L ESPACE. Leçon 6 et 7 Leçon 8 EVALUATION PROPOSITION D UN PREMIER CYCLE AUTOUR DES PARAMETRES DU MOUVEMENT 1 Leçon 1 et 2 Leçon 3 Leçon 4 et 5 LE TEMPS OBJECTIF : Utiliser la notion de temps dans un souci de composition Etre capable de se repérer

Plus en détail

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise Un lieu original pour votre séminaire d entreprise QUI SOMMES-NOUS? 2 Mon Atelier En Ville, un concept d ateliers urbains à louer à l heure pour créer, customiser ou réparer Aujourd hui, dans les villes,

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Sifoee, 1 place Louis Chazette 69001 Lyon Tél. : +33 4 82 53 96 77, Fax. : +33 4 82 53 93 29, Web : www.sifoee.com SOMMAIRE

Plus en détail

PROJET DE RÉHABILITATION DES ENTREPÔTS SEEGMULLER SITUES SUR LA PRESQU ÎLE MALRAUX STRASBOURG REZA MEHRABANI & CO

PROJET DE RÉHABILITATION DES ENTREPÔTS SEEGMULLER SITUES SUR LA PRESQU ÎLE MALRAUX STRASBOURG REZA MEHRABANI & CO PROJET DE RÉHABILITATION DES ENTREPÔTS SEEGMULLER SITUES SUR LA PRESQU ÎLE MALRAUX STRASBOURG REZA MEHRABANI & CO Un pôle multiculturel pour Strasbourg Projet de réaménagement du lot N 2 des entrepôts

Plus en détail

Avec son large écran tactile, son processeur surpuissant et son. Multimédia : photos, vidéos et musique

Avec son large écran tactile, son processeur surpuissant et son. Multimédia : photos, vidéos et musique Multimédia : photos, vidéos et musique Avec son large écran tactile, son processeur surpuissant et son système Android, le Samsung Galaxy S4 est un smartphone taillé pour le multimédia. La retouche et

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail