À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES"

Transcription

1 RÉPONSE DES AUTORITÉS FRANÇAISES À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES I- TRANSPARENCE ET COMPARABILITE DES FRAIS BANCAIRES Question 1 : considérez-vous que les informations fournies par les banques concernant les frais bancaires sont présentées aux consommateurs d une manière suffisamment claire et facile pour comparer les banques? Quelles bonnes pratiques pouvez-vous identifier? Quelles sont les problèmes qui persistent? Pensez-vous que la modification des obligations de transparence dans la directive concernant les services de paiement (2007/64/CE) pourrait permettre de remédier à ces problèmes? Question 2 : pensez-vous que la normalisation de la terminologie liée aux frais bancaires pourrait contribuer à améliorer la transparence et la comparabilité des informations concernant ces frais? Si la terminologie devait être normalisée, cette normalisation devrait-elle concerner tous les frais ou seulement certains d entre eux? Si seuls certains d entre eux doivent l être, selon quels critères devraient-ils être choisis? La terminologie devrait-elle être normalisée au niveau national ou européen? Question 3 : pensez-vous que des glossaires terminologiques et des listes normalisées de frais bancaires permettraient de faciliter la comparabilité? Si oui, quel devrait être le format et le contenu de ces informations? Quel organisme/forum jugeriez-vous approprié pour élaborer un tel glossaire ou une telle liste normalisée de frais? Les évolutions du contenu et de la présentation des informations relatives aux frais bancaires fournis par les banques, qui ont été entreprises ces dernières années en France, facilitent la comparaison entre les tarifs pratiqués par les banques. En effet, les obligations de transparence introduites par la directive 2007/64/CE relative aux services de paiement ont été complétées par des engagements pris par la profession dans le cadre du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), qui associe notamment les professionnels du secteur financier et les associations de consommateurs, en collaboration avec le ministère de l Économie et les Autorités de contrôle (Autorité de contrôle prudentiel, Autorité des marchés financiers). Ainsi, les banques ont, lors du CCSF du 21 septembre 2010, pris d importants engagements en matière de transparence des tarifs bancaires sur la base des préconisations du rapport de MM. Pauget et Constans sur les tarifs bancaires remis au ministre chargé de l Economie en juillet Les frais sont lisibles et comparables, tant sur l information tarifaire du consommateur ex-ante qu ex-post : - un extrait standard des tarifs bancaires présente en tête des plaquettes tarifaires des banques le prix d une liste standardisée des services les plus couramment utilisés par les consommateurs de services bancaires 2, 1 Rapport de Georges Pauget et Emmanuel Constans sur la tarification des services bancaires. 2 Abonnement permettant de gérer ses comptes sur Internet ; produit offrant des alertes sur la situation des comptes par SMS ; carte de paiement internationale à débit immédiat ; carte de paiement internationale à débit différé ; carte de paiement à autorisation systématique ; retrait en euros d un distributeur automatique (ATM) de billets d un autre établissement de la zone euro avec une carte de paiement internationale ; virement SEPA occasionnel externe dans la zone euro ; frais de prélèvement ; commission d intervention ; assurance perte ou vol des moyens de paiement. 1

2 - un sommaire type 3 existe pour toutes les plaquettes tarifaires, - les termes bancaires sont harmonisés 4 sur la base d une définition commune au sein d un organisme de normalisation et les conditions générales applicables à la gestion d un compte sont à la disposition du public et de la clientèle, - ex-post, les relevés de compte comportent obligatoirement chaque mois 5 un récapitulatif des frais bancaires, et un récapitulatif détaillé en fin d année 6 ; ils mentionnent un plafond d autorisation de découvert. Enfin, la profession a aussi annoncé en 2010 qu elle proposerait, dans un cadre concurrentiel, de nouvelles générations d offres de services groupés («forfaits» ou «packages») destinés à mieux prendre en compte les différents besoins de la clientèle. Les travaux de l Observatoire des tarifs bancaires du CCSF, mis en place en 2011 et chargé de suivre l évolution des pratiques des établissements de crédits et de paiement en matière tarifaires, qui a remis son premier rapport en novembre 2011, montrent en effet une tendance effective à la personnalisation des forfaits et à une simplification de l offre, ces nouveaux forfaits proposant plusieurs options s ajoutant à un socle de base qui comporte un nombre limité de services. Un contrôle du respect des engagements pris dans le cadre du CCSF est effectué par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les éléments d informations recueillis par la DGCCRF en 2011 dans le cadre de son enquête relative aux frais bancaires ont montré une mise en œuvre globalement satisfaisante des engagements pris en matière de transparence et la comparabilité des tarifs bancaires. En outre, la plupart de ses engagements ont été érigés en normes professionnelles 7 de la Fédération bancaire française (FBF) : ils revêtent alors un caractère contraignant pour les établissements et leur non-respect est sanctionné par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP). La France estime que les engagements de la profession pris au sein du CCSF sont un complément utile, souple et efficace des dispositions législatives et réglementaires. Ils résultent des échanges fructueux entre consommateurs, professionnels et régulateurs. La révision des dispositions relatives à la transparence dans la directive sur les services de paiement ne semblent pas de nature à améliorer pas substantiellement les pratiques. Concernant la normalisation des termes, celle-ci est pertinente si elle est effectuée par un organisme spécialisé. Elle peut se faire sur la base de l usage le plus répandu (par exemple, les 10, 20 ou 30 opérations les plus courantes ou représentant 50%, 70% ou 80% des frais acquittés par les consommateurs). Ainsi en France, le CFONB 4 qui regroupe les principales banques et fédérations bancaires professionnelles est agréé comme bureau de normalisation de l'afnor. C'est un organisme professionnel qui a pour mission d'étudier et de résoudre, aux plans organisationnel et normatif, les 3 Le sommaire type définit pour toutes les banques les appellations et l ordre des rubriques ( : Extrait standard des tarifs ; Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte ; Ouverture, transformation, clôture ; Relevés de compte ; Tenue de compte ; Services en agence ; Banque à distance ; Vos moyens et opérations de paiement ; Cartes ; Virements ; Prélèvements/titre interbancaire de paiement (TIP) ; Chèques ; Offres groupées de services ; Nom commercial des offres ; GPA (Gamme des moyens de paiement alternatifs au chèque) ; Irrégularités et incidents ; Commission d intervention ; Opérations particulières ; Incidents de paiement ; Découverts et crédits ; Facilités de caisse et/ou découvert (suivant la pratique de chaque banque) ; Crédits à la consommation ; Crédits immobiliers ; Épargne et placements financiers ; Épargne bancaire ; Placements financiers ; Assurances et prévoyance ; Résoudre un litige. 4 Ce «socle harmonisé» par le Comité français d organisation et de normalisation bancaire (CFONB) comprend quarante-six termes couvrant plus de 95 % des opérations bancaires courantes facturées aux consommateurs. 5 Norme de la Fédération bancaire française du 10 décembre L article L du Code monétaire et financier prévoit que le relevé récapitulatif comprenne trois rubriques : cotisations des produits et des services ; frais de fonctionnement ; frais pour les incidents de fonctionnement. 7 Une norme professionnelle est une règle professionnelle ou déontologique normative pour tous les établissements bancaires visée par le règlement CRBF (ou une règle de bonne conduite visée par l'alinéa 3 de l'article L du code monétaire et financier ou l'article du Règlement général de l'amf). 2

3 problèmes de caractère technique liés à l'activité bancaire. Dans le même esprit, le CCSF a élaboré un glossaire de la banque au quotidien et du crédit 8, actualisé en juin Question 4 : dans le but d améliorer la transparence et la comparabilité des frais liés aux comptes bancaires, parmi les outils suivants, lesquels devraient-ils être envisagés: i) sites de comparaison gérés par les pouvoirs publics ii) simulations de coûts normalisées fournies par les banques iii) exemples normalisés fournis par les banques iv) enquêtes réalisées par des organisations de consommateurs ou le médiateur financier v) tout autre outil que vous jugez pertinent? L un de ces outils devrait-il être rendu obligatoire? Quels en seraient les coûts probables? Les outils précités mis en place en France tels que les extraits standards de tarifs, sommaire type, définition harmonisée et relevés mensuels ou annuel de frais bancaires sont généralisés à toute la profession. La mise en place des dispositifs cités par la Commission au plan communautaire pourrait être confrontée à deux difficultés : - Des différences notables d acception de termes entre États membres : bien que ce risque ne soit pas matérialisé concrètement pour l instant, il n est pas à écarter ; - La mise en place de comparateurs de crédit en ligne est délicate. En effet, dans le cas où ces comparateurs seraient d initiative privée, une supervision légère d origine publique et ad hoc serait nécessaire afin de s assurer de l origine et de la fiabilité de l information, de la régularité de l actualisation, de l utilisation des données collectées sur le site, de la traçabilité ou encore du type de taux utilisés. Les comparateurs de prix se sont développés récemment en France et suscitent un intérêt croissant des consommateurs. L autorité publique pourrait encourager ou accompagner la mise en place de tels comparateurs. Ainsi, c est sous l impulsion des pouvoirs publics que la Fédération du e- commerce et de la vente à distance (FEVAD) a créé dès 2009 un label de confiance s appuyant sur une charte déontologique et visant à renforcer la transparence de ces sites. Ces sites font, par ailleurs, l objet de contrôles des services d enquête de la DGCCRF. A contrario, l autorité publique ne peut s engager sur l existence de tels sites qui peuvent disparaître et apparaître très rapidement, sauf à en constituer un elle-même. Question 5 : quel devrait-être le niveau de détail des informations sur les frais réellement facturés et à quelle fréquence le titulaire du compte devrait-il les recevoir? Le fait de disposer d informations comparables sur les frais effectivement payés favoriserait-il la mobilité des consommateurs, y compris à l échelon transfrontalier? Question 6 : quelles autres mesures et instruments doivent-ils être pris en compte pour améliorer la transparence et la comparabilité des frais bancaires? Veuillez les décrire et indiquer à quel niveau (national ou de l UE) vous jugez qu ils doivent intervenir. En France, les établissements de crédits adressent tous les ans, avant le 31 janvier N+1, un récapitulatif détaillé des frais bancaires perçus au cours de l année N. L article L du Code monétaire et financier prévoit qu au moins trois rubriques doivent figurer sur le relevé récapitulatif : 1/ Les cotisations des produits et des services. Cette rubrique reprend les cotisations nécessaires à la gestion du compte de dépôt, comme la cotisation annuelle de la carte bancaire, les frais liés aux services en ligne mis à disposition du client ou les cotisations liées à l offre de service souscrite («package»). 8 3

4 2/ Les frais de fonctionnement du compte de dépôt. Il s agit des frais liés aux moyens de paiement (les frais d envoi de chéquiers, d émission de virements, de retraits dans les autres distributeurs que ceux de la banque gestionnaire du compte de dépôt ), ainsi que des frais facturés ponctuellement pour des services spécifiques, comme les frais d envoi de courriers, les avis à tiers détenteur, etc. 3/ Les frais pour les incidents de fonctionnement du compte de dépôt. Cette rubrique reprend les frais liés à l opposition d un moyen de paiement (carte bancaire, chèque, prélèvement ou titre interbancaire de paiement TIP) et les commissions liées à la situation débitrice et irrégulière du compte de dépôt. Ce récapitulatif présente pour chaque catégorie de services et/ou de produits liés à la gestion du compte de dépôt un sous-total et le nombre de services et/ou de produits correspondants. Le montant des frais acquittés mensuellement est également communiqué (cf. supra) à tout particulier titulaire d un compte bancaire. Ces informations sur les frais effectivement payés peuvent être un facteur incitant les consommateurs à changer de banque. Les enquêtes montrent toutefois que le changement de banque est avant tout motivé par des facteurs autres (en premier lieu souscription d un prêt immobilier et déménagement) et nombre de consommateurs font le choix d être multi bancarisés. C est notamment le cas d un certain nombre de ceux qui s établissent momentanément dans un autre État-membre (conservation du compte dans le pays d origine, ouverture d un compte dans le pays d accueil qui sera clôturé lors du retour dans le pays d origine). II- CHANGEMENT D ETABLISSEMENT BANCAIRE Question 7 : les banques établies dans l État membre où vous disposez d un compte bancaire proposent-elles un service de transfert? Si tel est le cas, est-il conforme aux principes communs sur le changement de compte bancaire décrits ci-dessus? Les informations sur les conditions de transfert sont-elles présentées d une manière qui est favorable au consommateur? Question 8 : si un service de transfert conforme aux principes communs est proposé par les banques de l État membre où vous disposez d un compte bancaire, élimine-t-il tous les obstacles entravant le changement de compte bancaire? Si tel n est pas le cas, quels sont les obstacles qui subsistent? Fournissez des exemples de bonnes pratiques et d obstacles persistants que vous avez rencontrés. Question 11 : selon vous, quelle importance le risque que des reçus, des factures et des paiements soient mal acheminés représente-il en cas de changement de compte bancaire? Quelles mesures pourraient être envisagées pour rendre le processus de transfert plus sûr? Question 13 : quelles autres mesures convient-il d envisager pour améliorer le changement de compte bancaire? Veuillez les décrire. Dès 2005, les banques françaises ont mis en place des mesures favorisant la mobilité («switching service») : gratuité de la clôture des comptes de dépôt et sur livret, service permettant d obtenir dans sa banque un récapitulatif des opérations automatiques et récurrentes, édition d un guide de la mobilité disponible sur internet et dans les banques. 1. Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a adopté le 26 mai 2008 un avis sur la mobilité bancaire préconisant la création dans chaque établissement d un service d aide à la mobilité. Les principes communs pour le changement de compte bancaire de décembre 2008 ont fait l objet d une norme professionnelle 7 de la Fédération bancaire française (FBF), généralisée à tous les réseaux avant le 1 er novembre Le service d aide à la mobilité bancaire mis en place dans les banques françaises repose largement sur la banque d accueil du nouveau client, qui s engage à faciliter et prendre en charge à sa place s il le souhaite les formalités administratives liées au changement de banque (particulièrement la communication aux créanciers et débiteurs de la nouvelle domiciliation bancaire, ainsi que le transfert sur le compte ouvert des virements et prélèvements réguliers). La banque de départ s engage de son 4

5 côté à fermer le compte dans un délai de 10 jours ouvrés et à prévenir son client si des chèques sont présentés sur le compte clos, afin de lui permettre de régulariser sa situation 2. Un premier bilan conduit en 2010 a donné lieu à un nouvel avis du CCSF qui a considéré que : - l existence et la nature du service d aide à la mobilité bancaire devaient être mieux connues en agence et notamment par les personnels chargés de l accueil, ce qui supposaient des actions de formation appropriées, afin que les nouveaux clients puissent être utilement informés ; - l information sur le service d aide à la mobilité disponible sur les sites Internet des banques devait être accessible facilement et rapidement ; qu il serait très souhaitable que les associations de consommateurs participassent également à la diffusion de cette information, que ce soit par leurs propres outils ou, par exemple au moyen de liens vers le «Guide de la mobilité bancaire» édité par les Clés de la banque ; - la communication sur les délais devait être claire : qu il importait que le client disposât d une information suffisante pour comprendre l enchaînement des différentes étapes et les responsabilités de chacun des acteurs dans la gestion des délais. 3. L Autorité de contrôle prudentiel (ACP) a vérifié en 2011 le respect de ces engagements dans l ensemble des banques françaises, sur demande du Ministre de l Économie. Ses conclusions sont globalement positives et très encourageantes. Les avancées sont notables : le service d aide à la mobilité existe bien dans la grande majorité des banques et est fourni gratuitement. Les engagements des banques sont respectés en termes de mise à disposition de l information et de gratuité effective de la clôture des comptes. Pour la banque d accueil, ce service comporte toujours la mise à disposition d un guide de la mobilité bancaire et la prise en charge des contacts avec les émetteurs d avis de prélèvement. Les délais d envoi des changements de domiciliation aux émetteurs fixés à cinq jours ouvrés sont respectés par la moitié des banques représentant 71 % des dépôts. Plusieurs axes d amélioration ont cependant été relevés lors de la vérification : systématiser le service d aide lors de l ouverture d un compte pour toutes les banques, remise du récapitulatif des opérations automatiques et récurrentes sur les treize derniers mois, formation du personnel d agence. Le CCSF suit activement ce sujet à la demande des autorités françaises. 4. Parallèlement, les éléments d information recueillis par la Direction générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des fraudes (DGCCRF) au cours du deuxième semestre 2011 ont fait apparaître que le dispositif est effectivement opérationnel dans les réseaux bancaires et que, lorsqu il est utilisé, il fonctionne plutôt de manière satisfaisante. Cette enquête consacrée aux frais et à la mobilité bancaires confirme les lacunes identifiées par l ACP : déficit de notoriété des mesures destinées à faciliter la mobilité, faible connaissance du dispositif par le personnel de l agence, accessibilité de l information hétérogène. Des pistes d amélioration existent donc, même si l enquête a permis de mettre en évidence des évolutions encourageantes, comme l introduction progressive des questions liées à la mobilité bancaire dans les formations dispensées aux personnels des établissements. En définitive, et pour des raisons commerciales aisées à comprendre, le service d aide à la mobilité bancaire semble beaucoup plus performant et plus facilement utilisable pour de nouveaux clients potentiels que pour d éventuels candidats au départ vers un autre établissement. 5

6 Question 9 : les principes communs doivent-ils rester volontaires? Selon vous, quels sont les avantages ou les inconvénients liés au fait de les rendre obligatoires au niveau européen? Quels en seraient les coûts probables? Question 10 : les principes/mesures en matière de transfert doivent-ils aussi concerner les changements de compte bancaire à l échelle transfrontalier? Question 12 : le cas échéant, quels sont les obstacles auxquels sont toujours confrontés les établissements bancaires de petite taille ou ceux qui sont établis dans un autre État membre pour élargir leur clientèle ou pénétrer de nouveaux marchés? S agit-il de problèmes liés aux mécanismes de transfert? Les autorités françaises estiment qu il est préférable que les «principes communs» restent sur une base volontaire. Ils ont accompagné en France un dispositif déjà existant. La profession bancaire a pris des engagements, actés au sein du CCSF, qui ont révélé leur efficacité et sont placés à un bon niveau de pertinence. Les autorités françaises s interrogent sur la pertinence de rendre obligatoire les principes communs au plan communautaire. E, effet, l écrasante majorité des consommateurs ne sont pas concernés par un changement de compte transfrontalier, mais ceci ne semble pas lié à l existence de barrières administratives particulières. Comme cela a été déjà évoqué ci-dessus, les consommateurs changent de banque en France lorsqu ils contractent un crédit immobilier ou lorsqu ils déménagent. Quant aux consommateurs qui s installent dans un autre État membre que leur État d origine pour une durée déterminée (raisons professionnelles tout particulièrement), l immense majorité privilégie la solution de la multibancarité. La question semble donc se poser essentiellement pour les personnes changeant définitivement de pays de résidence mais ce problème n a jamais été identifié en tant que tel en France. Des éléments complémentaires seraient bienvenus pour illustrer ce point si nécessaire. III- ACCES AU COMPTE BANCAIRE DE BASE Questions 14&15 : êtes-vous au courant que des consommateurs rencontrent des difficultés pour accéder à un compte bancaire de base? Quels sont les types d obstacles signalés? Avez-vous connaissance de toutes les mesures prises par les banques afin de faciliter l accès à un compte de paiement de base? Ces initiatives ont-elles été correctement appliquées? Les difficultés d accès à un compte bancaire sont très limitées en France. D après une étude du CREDOC 9 (2010), moins de 1% des ménages en France déclarent ne pas avoir de compte de dépôt. La quasi-totalité de la population détient un compte bancaire et les moyens de paiement associés. Selon le rapport sur la tarification des services bancaires de MM. Pauget et Constans (juillet 2010), 96% des ménages en situation de pauvreté monétaire disposeraient ainsi aujourd hui d une carte bancaire et 99% d un compte courant. Les raisons invoquées par les personnes ne disposant pas de compte de dépôt sont le plus souvent l absence de besoin ou le choix de ne pas en avoir. Il faut noter qu il existe par ailleurs une utilisation du livret A comme un compte de dépôt, notamment les livrets ouverts auprès de La Banque Postale dans le cadre de sa mission spécifique d accessibilité bancaire. Selon l étude du CREDOC, parmi la population qui ne détenait pas déjà un compte bancaire et qui a fait une demande d ouverture de compte auprès d un établissement de crédit, moins de 1% s est vu opposer un refus. En vertu du principe, à valeur constitutionnelle, de liberté contractuelle, il n existe pas en France d obligation pour les établissements de crédit de motiver les raisons d un refus d ouverture de compte de dépôt. Il n existe donc pas de statistiques officielles sur ce point. 9 Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie (CREDOC) 6

7 Toutefois, selon l étude précitée, les personnes interrogées qui s étaient vu refuser l ouverture d un compte bancaire ont invoqué les raisons suivantes : - Vos revenus n'étaient pas assez importants 42% - Vos revenus n'étaient pas assez réguliers 29% - Vous ne pouviez pas mettre sur ce compte la somme minimum qui était demandée 12% - Vous n'aviez pas pu rembourser un crédit dans le passé 11% - Vous n'avez pas su pourquoi 7% - Vous ne vouliez pas verser vos revenus sur ce compte 1% - Autres raisons 17% Une majorité des personnes concernées a pu ouvrir un compte en s adressant à une autre agence bancaire. Le dispositif français du droit au compte - prévu par la loi - permet aux personnes qui se sont vu refuser l ouverture d un compte de dépôt et qui n en possède pas déjà un de disposer d un compte par désignation par la Banque de France d un établissement de crédit qui a l obligation d ouvrir un tel compte. Les critères ouvrant le bénéfice de cette procédure sont interprétés très souplement et permettent de couvrir l essentiel des personnes concernées. Ainsi, aucune condition de nationalité n est exigée et le critère de domiciliation en France est apprécié très souplement : il ne signifie pas résidence fiscale ou permanente. En particulier, une attestation d élection de domicile chez un particulier, à l hôtel ou dans une structure d accueil est acceptée pour les personnes ne pouvant pas présenter de justificatif de domicile habituel (facture d électricité ou de téléphone par exemple) à leur nom. Les pièces justificatives demandées par la Banque de France sont simplement une photocopie d une pièce d identité, un justificatif de domicile et une lettre de refus d ouverture de compte émanant d un établissement bancaire (il existe une lettre type annexée à la charte d accessibilité bancaire mentionnée ci-dessous). En 2011, personnes physiques ont bénéficié de la procédure. Entre 2001 et 2009, l accès au compte de dépôt s est amélioré de façon significative pour les bénéficiaires de minima sociaux selon le CREDOC passant de 92% à 96%. Les raisons invoquées par les établissements de crédit pour refuser d ouvrir un compte malgré l obligation qui leur en est faite, de même que celles invoquées pour les clôtures de comptes ouverts dans le cadre de cette procédure 10, tiennent essentiellement à des difficultés au regard de leurs obligations liées à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 11, ainsi que parfois à des litiges très importants avec la personne concernée, voire à des comportements agressifs de la part de celle-ci envers les employés de la banque. Une charte d accessibilité bancaire pour renforcer l effectivité du droit au compte a été adoptée par l Association française des établissements de crédit et des entreprises d investissement et homologuée par arrêté du ministre chargé de l Économie. Ce document précise les conditions à respecter d une part par les demandeurs, d autre part par les établissements financiers dans la procédure du droit au compte ; il rappelle la règlementation en vigueur et présente l intérêt d énoncer clairement les droits et les devoirs, à la fois des demandeurs et des établissements, et d être largement diffusable. 10 Si l établissement de crédit désigné clôt ultérieurement le compte, après un délai incompressible de deux mois, il doit en revanche motiver cette clôture et en informer, outre le client, la Banque de France. Néanmoins, les comptes ouverts dans le cadre de cette procédure ne se distinguant pas des comptes de dépôts ouverts dans le cadre de relations commerciales habituelles au-delà de ce délai de deux mois, il est probable que les établissements de crédit, lorsque le compte est clos au bout de plusieurs mois ou plusieurs années, ne signalent pas cette clôture à la Banque de France. 11 Toutefois, en application de la législation en la matière, les établissements de crédit ont une obligation de confidentialité, vis-à-vis de la personne concernée comme vis-à-vis des tiers, en cas de soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme et ne peuvent donc pas invoquer officiellement cette raison pour refuser d ouvrir le compte ou le clore. 7

8 Le contrôle du respect de cette charte est assuré par l Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP), sous peine de sanctions prévues par la loi. La charte d accessibilité bancaire prévoit notamment que l agence bancaire qui ne souhaite pas ouvrir de compte doit remettre systématiquement et sans délai l attestation de refus. Des contrôles réalisés en 2011 par l ACP ont montré que les agents des établissements bancaires avaient une connaissance insuffisante de la procédure du droit au compte, en particulier du traitement des refus d ouverture de compte et de proposition de la procédure simplifiée (c'est-à-dire la prise en charge par l établissement à l origine du refus des démarches à entreprendre auprès de la Banque de France). Dans le même sens, les associations de consommateurs signalent de leur côté les difficultés rencontrées par certaines personnes pour obtenir les attestations de refus d ouverture de compte indispensables pour bénéficier de la procédure. Question 16 : ces mesures facilitent-elles également l accès à un compte de paiement de base pour les non-résidents? La procédure du droit au compte n est pas ouverte aux non-résidents. En effet, le dispositif du droit au compte s inscrit dans un objectif de lutte contre l exclusion bancaire qui, dans le cadre plus vaste de la lutte contre l exclusion sociale, n a de sens que là où les personnes vivent et donc sont «résidentes». Toutefois, le dispositif français répond, via la notion de «domiciliation» en France, à l objectif de la Commission européenne de faciliter l ouverture de comptes par des personnes n ayant pas leur résidence permanente dans l Etat membre (étudiants, travailleurs saisonniers, etc.). En effet, cette notion de «domiciliation» est interprétée très souplement : il ne s agit pas de résidence fiscale et aucune condition de durée de résidence minimale ou de motivation sur les raisons de la résidence en France n est exigée. Question 17 : si les consommateurs rencontrent encore des difficultés pour ouvrir un compte bancaire, quelles en sont les raisons? La principale raison tient à la méconnaissance de la procédure du droit au compte par les personnes concernées mais également par les agents des banques qui ne savent pas toujours les suites qui doivent être données à un refus d ouverture de compte. L étude du CREDOC susmentionnée comme les associations de consommateurs soulignent que le dispositif du droit au compte reste encore trop méconnu et que certaines personnes qui pourraient en bénéficier ne l utilisent pas faute de connaissance. Question 18 : si des efforts supplémentaires doivent être fournis, quelles mesures convient-il d envisager? Le problème doit-il être abordé au niveau national ou européen? Le dispositif français en matière d accès aux services bancaires de base est déjà très complet ; les difficultés résiduelles d application sont le plus souvent liées à une méconnaissance de la procédure par les consommateurs et peuvent donc être efficacement traitées au niveau national. Les autorités françaises ont ainsi l intention de lancer prochainement une nouvelle campagne d information sur le sujet du droit au compte. L exclusion bancaire et financière a un impact négatif certain sur l insertion sociale, économique et professionnelle. Les autorités françaises reconnaissent à ce titre que l ouverture d un compte bancaire de base est un élément clé pour promouvoir la cohésion sociale. Le dispositif français, à visée sociale d inclusion financière, répond déjà en grande partie à cet objectif, et peut donc figurer comme «bonne pratique» au niveau européen. 8

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 19/10/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er juillet 2015 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er

Plus en détail

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs 20.3.2012 Document de travail des services de la Commission Consultation

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er juin

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 ER NOVEMBRE 2014 104, avenue des Champs-Elysées, 75008 PARIS Tél. : 01 53 76 84 00 Fax +33(0)1 45 63 57 00 Swift : FRAFFRPP S.A. au capital de 18 000 179,40

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS

Bon usage LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Bon usage Novembre 2004 LA BANQUE PLUS FACILE POUR TOUS 1) REFONDER LES RELATIONS CONTRACTUELLES ENTRE LES BANQUES ET LES CLIENTS Rétablir dans la loi l obligation de contractualiser L obligation pour

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE

AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE au 1 er novembre 2012 Dans le cadre de l évolution de notre système d information en novembre prochain, cet avenant a pour objet de

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute information

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er avril 2016 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3 OUVERTURE,

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com - 01

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama banque vous

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 N 14 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr sec_01-1

Plus en détail

Le compte chèque jeune monabanq.

Le compte chèque jeune monabanq. - 1 - Le compte chèque jeune monabanq. Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001 (N Azur, prix d un appel local depuis un poste fixe, de 8h à 22h en semaine et de 8h à 20h le samedi). Principaux

Plus en détail

CHÈQUES AUTONOMIE PERSONNES ÂGÉES

CHÈQUES AUTONOMIE PERSONNES ÂGÉES GUIDE DU BÉNÉFICIAIRE ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CHÈQUES AUTONOMIE PERSONNES ÂGÉES EDITO DU PRÉSIDENT Le Département des Pyrénées-Atlantiques a placé l accompagnement

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance!

SOLUTIONS JEUNES 18-25 ANS. Gagnez en indépendance! SOLUTIONS Gagnez en indépendance! TOUTES LES SOLUTIONS POUR PRENDRE VOTRE ENVOL SEREINEMENT SOLUTIONS ASTRÉA Spécialement conçues pour s adapter aux besoins des jeunes, les solutions Groupama Banque vous

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 26 mai 2015 Retrouvez l ensemble de nos tarifs sur www.bforbank.com SOMMAIRE 1 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 5 OFFRES GRPÉES DE SERVICES 2 VERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Vivre sans chéquier : la GPA

Vivre sans chéquier : la GPA JANVIER 2013 N 21 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Vivre sans chéquier : la GPA Gamme des moyens de Paiement Alternatifs Ce mini-guide

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES Etablissement contractant Crédit Municipal de Nantes Etablissement public de crédit et d aide sociale N Siret 264 400 557 00 205 Siège social 2 rue Marcel Paul- BP 90625 44006 Nantes cedex 1 Tél. 02 40

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Mai 2012. Les Mini-Guides Bancaires

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Mai 2012. Les Mini-Guides Bancaires 014 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris 1 cles@fbf.fr Mai 2012 2 Sommaire

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

LA SOLUTION TOUT EN UN QUI VOUS DONNE DES AILES

LA SOLUTION TOUT EN UN QUI VOUS DONNE DES AILES LA SOLUTION TOUT EN UN QUI VOUS DONNE DES AILES DÉCOUVREZ NOS OFFRES SPÉCIALES FRONTALIERS Découvrez un accompagnement et une offre adaptés à votre statut Frontalier. LES AVANTAGES DU STATUT FRONTALIERS

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle SOLUTIONS BANQUE PRO À vos côtés pour votre activité professionnelle TOUTES NOS SOLUTIONS POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOTRE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE Pour développer et pérenniser votre activité professionnelle,

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie ENTREPRISES CYCLE D EXPLOITATION CGA EXPRESS Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie CGA Express > VOTRE BESOIN Vous avez des besoins de trésorerie ponctuels insuffisamment couverts par vos

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE)

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Dans le but de vous faciliter la lecture de ses barèmes tarifaires, la

Plus en détail

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier Christine LAGARDE Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle Edition.

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle Edition. Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso Au Crédit Mutuel, JE M engage dans un crédit réfléchi et ça, ça change tout. guide clarté crédits conso guide clarté crédits conso SOMMAIRE Le crédit réfléchi page 4 Financer vos projets page 6 Regrouper

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN

MON COMPTE AU QUOTIDIEN MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION JANVIER 2011 UNE RELATION FONDÉE SUR LA CLARTÉ EST LE GAGE DE VOTRE CONFIANCE ET DE VOTRE FIDÉLITÉ. Pour

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail