JEUDI 20 MARS américaines de la Réserve fédérale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JEUDI 20 MARS 2014. américaines de la Réserve fédérale."

Transcription

1 JEUDI 20 MARS 2014 = La Russie retire 100 milliards de dollars d obligations de la Fed p.1 = Russie : le dossier Crimée est-il clos? p.3 = A qui profite l inflation? p.5 = Gloups! p.7 = «Les belles méthodes des démocrates ukrainiens!» p.10 = «Alerte : les banques veulent vendre vos données.» p.18 = Manipulations du Forex et du Libor : les banques centrales à la manœuvre, comme pour l or? p.30 = Cigar Lake : la production démarre p.31 = Euro : l'histoire repasse les plats p.32 = Les sanctions des États-Unis et de l UE contre la Russie : une menace de guerre à peine voilée p.33 = Si le Sénat ne peut être espionné, pourquoi pouvons nous l'être p.37 = L ART DE DIRE LES CHOSES À SA CONVENANCE p.39 = Il faut mieux encadrer la restructuration des dettes souveraines p.42 = La Chine devient le 4e plus gros exportateur d armes p.44 = L État, cette mafia qui veut votre bien à coups de poing dans la gueule p.45 = La Fed réduit encore son soutien à l'économie américaine p.48 = Japon: la déflation est terminée, dit la Banque du Japon p.50 = Comment devenir millionnaire p.52 = Google va élargir sa plateforme Android à l'informatique portable p.56 = Sanctions: Moscou envisage des réponses auxquelles Washington ne sera pas "indifférent" [voir p.1] p.57 = La Réserve fédérale abandonne la cible d'un taux de chômage à 6,5 % p.58 <> <> <> <> <> <> <> o <> <> <> <> <> <> <> La Russie retire 100 milliards de dollars d obligations de la Fed Par Jason Hamlin - Gold Stock Bull Publié le 20 mars 2014 Selon les plus récentes données publiées par la banque centrale des EtatsUnis, quelqu un viendrait de sortir 105 milliards de dollars d obligations américaines de la Réserve fédérale.

2 Comme vous pouvez le voir, un retrait de cette échelle est sans précédent. La Fed fait beaucoup de choses. Elle fixe les politiques monétaires, régule les banques Et elle est elle-même une banque. Elle joue un peu le rôle de banque trust pour les banques centrales étrangères, puisqu elle se charge des bons du Trésor et des autres investissements que ces dernières voudraient laisser aux Etats-Unis. (C est ce que sont les «dépôts-titres») Mais il arrive parfois qu un pays ne désire pas conserver tous ses actifs aux Etats-Unis. Comme par exemple lorsqu il est impliqué dans un affrontement géopolitique majeur et qu on commence à parler du gel des actifs de ses citoyens les plus fortunés. (Notez cependant que pour les dépôts-titres de la Fed, nous parlons bien des actifs de la Russie, et non de ceux de ses citoyens)

3 Il est important de noter que le fait que ces actifs aient été retirés de la Fed ne signifie pas qu ils ont été vendus. S ils l avaient été, nous nous en serions certainement rendu compte. Le marché des obligations américaines peut être liquide, si quelqu un y vendait plus de 100 milliards de dollars d obligations, il y aurait des répercussions et les rendements des obligations américaines augmenteraient brutalement. Rien de tel ne s est produit la semaine dernière. Il y a donc plus de chances que ces obligations aient été transférées vers une autre banque, probablement plus neutre. Peut-être qu il ne s agit de rien de plus que de placer des obligations en sécurité jusqu'à ce que la situation devienne plus plaisante. Il y a beaucoup de spéculation à ce sujet en ce moment. Voici ce qu en dit ZeroHedge : Cela ne pourra que pousser la Chine à mettre l accent sur ses accords commerciaux bilatéraux et effectuer des échanges en roubles ou en renminbis, sans passer par le dollar. Peut-être qu elle utilisera l or, possibilité que le prix de l or semble avoir détecté cette semaine, d où son record à la hausse sur six mois. Les deux nations ne pourront que s en trouver rapprocher, alors que le «diable impérialiste» que sont les Etats-Unis se retrouvera aliéné.

4 Russie : le dossier Crimée est-il clos? 20 mar 2014 Bill Bonner Ils disent que nous avons violé le droit international. Au moins se souviennent-ils qu il y a un droit international. Mieux vaut tard que jamais. Vladimir Poutine au sujet des Etats-Unis et de l Occident Une fois encore, la géopolitique ou les affaires étrangères dominent les nouvelles. Le dossier Crimée semble refermé. Les Russes ont fait ce qu on pourrait attendre d eux. La Crimée aussi. La Crimée a voté en majorité pour rejoindre la Russie. Le marché semble s en réjouir : les actions ont grimpé suite à la nouvelle, pendant que l or reculait. Nous vous avions promis une deuxième exploration de ce sombre avenir où les choses qui ne peuvent durer éternellement prennent fin. La question sur la table hier était, quand. Nous n avions pas de réponse. La question d aujourd hui était comment sur laquelle nous avons plus de choses à dire. Tant de choses, en fait, que nous allons devoir laisser ça pour demain. Au lieu de ça, nous allons divaguer sur la géopolitique au sujet de laquelle nous en savons encore moins que sur l économie! Pourquoi se mettre dans un tel état? Le peuple de Crimée a parlé. Naturellement, les défenseurs de la démocratie sont consternés. Dans le Los Angeles Times : Durant ce qui est la confrontation Est-Ouest la plus directe depuis la Guerre froide, la Maison Blanche et l Union européenne ont imposé des sanctions à plus de deux douzaines d officiels russes et ukrainiens lundi, menaçant de nouvelles pénalités si Moscou ne recule pas en Crimée. Cependant, le président russe Vladimir Poutine a émis un décret reconnaissant la Crimée comme étant souveraine et indépendante après le vote de dimanche, largement favorable à une sécession de l Ukraine. CNN continue :

5 Le vice-président américain Joe Biden, lors d une réunion avec le Premier ministre polonais Donald Tusk mardi, a accusé les dirigeants russes d une incursion militaire éhontée, éhontée et déclaré que l OTAN émergerait de cette crise plus forte et plus unifiée que jamais. Le secrétaire aux Affaires étrangères britannique William Hague, s exprimant mardi, a déclaré que la Russie choisissait la voie de l isolation, refusant aux citoyens de son propre pays et de la Crimée un partenariat avec la communauté internationale. Hague a également averti d un grave danger de provocation ailleurs en Ukraine qui deviendrait un prétexte pour une nouvelle escalade militaire. La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que le soidisant référendum et l acceptation de la Crimée au sein de la Fédération russe étaient une violation du droit international. Pourquoi l Occident se met-il dans un tel état? Le principe de l autodétermination n est-il pas un élément essentiel de la Déclaration d indépendance aux Etats-Unis? N a-t-il pas été répété dans les documents d intention de la Société des Nations ainsi que des Nations Unies? Le droit des peuples à disposer d eux-mêmes et à décider par qui ils seront mal gouvernés n est-il pas le socle même de la démocratie? Oh, cher lecteur, parfois, vous nous surprenez. L auto-détermination a toujours été une forme utile et pratique de sottises. Elle n est pratique que lorsque vous avez assez d armes pour la soutenir. Sinon, ce n est que du vent. A qui profite l inflation? 20 mar 2014 Simone Wapler Pourquoi la majorité des économistes soutiennent-ils qu une petite inflation est bonne pour l économie et par conséquent pour nous alors que c est l inverse? Nous avons régulièrement droit à des apologies de l inflation et des pamphlets contre la déflation. Olivier Blanchard, chef économiste du Fonds monétaire

6 international sur la déflation au Portugal et en Espagne, le 10 mars 2014 : D un côté, cela améliorerait sans doute leur compétitivité et soutiendrait les exportations, de l autre, cela augmenterait le taux d intérêt réel et la valeur réelle de la dette et réduirait ainsi la demande intérieure. Le capitalisme honnête conduit à la déflation. Il a pour but de produire plus et mieux avec moins d effort. En 1880, il fallait heures de travail à un être humain pour produire sa ration annuelle de nourriture. Aujourd hui 270 heures suffisent. Avant 1900, une automobile était un luxe extraordinaire, le privilège de très grands bourgeois et d aristocrates fortunés. Aujourd hui, un étudiant peut s acheter un véhicule d occasion en bon état grâce à ses petits boulots. Ces extraordinaires avancées ont pu se produire en investissant dans des biens de capitaux : des moissonneuses-batteuses, des chaînes de production. Il s agit d une lente accumulation au fil du temps d investissements toujours plus lourds, toujours plus complexes. Le capitalisme conduit à une baisse des prix. La déflation n est pas un malheur, c est un progrès. L inflation en tant que hausse généralisée des prix n est donc pas naturelle, elle est même contraire au capitalisme. Ainsi, une petite inflation de 2% par an divise un capital par deux en 35 ans. Prenons un autre exemple : vous achetez une maison qui vaut 100 ; l immobilier double partout en 10 ans ; vous revendez votre maison 200 mais avec vos 200 vous ne pouvez racheter qu un bien équivalent à celui que vous venez de vendre. Cette inflation des prix de l immobilier ne vous a donc pas enrichi. Au contraire, en admettant que cette maison ne soit pas votre résidence principale, vous devrez acquitter l impôt sur la plus-value, vous vous serez donc appauvri dans ce processus. Qui en profite, alors? Une chose est sûre et certaine : l inflation est bonne pour les gouvernements et pour l industrie financière. Bonne pour les gouvernements car il s agit d un impôt déguisé ; bonne pour l industrie financière car elle permet de capter votre argent qui autrement pourrait être oisif.

7 En l absence d inflation, vous pourriez décider de ne rien faire de votre argent, de le laisser sous votre matelas. Vous le feriez parce que vous estimeriez que les placements qu on vous propose sont trop risqués ou ne rapporte pas assez. Vous auriez donc un choix : attendre ou faire participer votre épargne au cycle économique. Si chacun décide d attendre, l argent se fait rare. Ceux qui veulent emprunter payent plus cher. Pourquoi attendre? Eh bien parce que les conditions économiques que chacun ressent autour de soi laissent à désirer : les taux d intérêt sont trop bas et pourquoi risquer mon argent. Ou bien, mon entreprise va mal et j ai besoin que mon épargne soit disponible pour parer au coup dur qui semble se profiler. Au lieu de statistiques plus ou moins crédibles et fiables et de grands planificateurs intervenant sur les taux d intérêt, l économie est alors régulée par l information collectée sur le terrain par de millions de gens. Les taux d intérêt échappent aux manipulations d un banquier central. Mais avec de l inflation, tout change Si vous ne faites rien, vous êtes puni puisque votre épargne perd de sa valeur. Donc vous la mettez dans un Livret A, ce qui permet au gouvernement de s endetter pour pas cher avec cet argent captif. Puis vous approvisionnez un compte en banque ce qui va permettre à une banque de prêter 100 fois votre argent. Lorsque l économie s essouffle, la montée naturelle des taux d intérêt qui permettrait à l activité de reprendre son souffle et aux entreprises non viables de faire faillite pour mieux repartir de l avant ne se produit pas. Le banquier central baisse au contraire les taux d intérêt. Les créances douteuses s entassent. Alors que votre épargne devrait être mieux rémunérée puisque le risque augmente, c est l inverse qui se produit. L inflation nous prive d une information vitale et non manipulée sur la conjoncture économique et de notre liberté de ne rien faire. Nous sommes contraints de mettre votre argent dans le système. A qui profite ce crime liberticide de l inflation? Aux gouvernements qui ont besoin d emprunter et de rembourser en monnaie de singe et aux banquiers qui collectent de l argent à bon compte et se lancent dans des prêts hasardeux mais sans risque pour eux. Le but est effectivement que tout l argent disponible soit dans le système financier. La simple évocation d une petite fuite hors système, d une monnaie hors contrôle, rend hystériques nos

8 bienveillantes autorités politiques et monétaires. Comment alors collecter l impôt de la TVA (qui n existait pas lorsque les gens conservaient leur argent sous le matelas)? L idée d une bonne petite inflation est une escroquerie et il est incompréhensible que des économistes la défendent à moins qu ils ne soient eux-mêmes des escrocs. La vérité est que la déflation n est tragique que pour ceux qui portent de la mauvaise dette, comme le souligne Olivier Blanchard, puisqu elle augmente le taux d intérêt réel. Mais pour bien enfumer les foules, les escronomistes agitent un épouvantail : la déflation créerait du chômage. C est aussi stupide que de dire que l inflation amènerait le plein emploi. Il nous reste un petit espace de liberté, celui de refuser les manipulations monétaires en refusant la monnaie, en refusant la bancarisation forcée dès que c est légalement possible. Les gouvernements se sont lancés dans une destruction simultanée des monnaies fiduciaires et ils vont peut-être y arriver. Si ce génocide débouchait sur une monnaie saine, au service de l économie réelle, qui n aurait pas besoin de l intervention de politiciens, de banquiers centraux et d économistes prônant les bienfaits des manipulations monétaires. Une monnaie libre, appartenant au peuple et pas à de grands planificateurs omniscients. Gloups! 20 mars 2014 Cécile Chevré Janet était attendue, Janet est venue mais Janet a-t-elle convaincue? C est la question que nous nous posons après le communiqué du comité monétaire de la Fed (FOMC) qui clôturait 2 jours de réunion et après la conférence de presse de Yellen, venue couronner ces événements d hier. Comme prévu, Janet Yellen a annoncé une nouvelle réduction du quantitative easing, et une nouvelle fois de 10 milliards de dollars. Le montant des achats mensuels de la Fed atteindra donc les 55 milliards, ce qui est loin d être négligeable. Cette réduction était attendue mais ce qui l était moins c est l anticipation d une remontée des taux directeurs plus rapide que prévue. Plus encore que le quantitative easing, c est la politique de taux bas de la Fed

9 qui permet l afflux de liquidités sur les marchés depuis Quand emprunter auprès de votre banque centrale ne vous coûte rien ou presque, pourquoi vous priver? Depuis 2008, la Fed appliquait une tactique très simple : marteler aux marchés que les taux seraient maintenus à zéro pendant très longtemps encore. Cette forward guidance a fait les beaux jours de la Fed jusqu à ces derniers mois. Mais récemment, cette belle machine s est un peu grippée. Les marchés ont commencé à se demander à quoi jouait la Fed et ce qu elle voulait vraiment. En cause, un cafouillage dans les déclarations. La Banque centrale a en effet décidé de lier sa politique monétaire au taux de chômage. Ben Bernanke, en son temps, avait ainsi assuré que les taux ne remonteraient pas tant que le taux de chômage dépasserait les 7%. Quand celui-ci s est approché de ce seuil, la Fed a revu son objectif à 6,5%. Seulement voilà, selon les derniers chiffres (de février), le taux de chômage américain atteint aujourd hui les 6,7%. La Fed a donc hier pris la décision de changer une nouvelle fois ses critères en désolidarisant les taux directeurs du chômage mais en les fondant sur une vaste série d informations, notamment les conditions du marché du travail et les pressions sur l inflation. Très clair, n est-ce pas? Or c est justement ce que les marchés reprochent de plus en plus à la Fed : un manque de clarté dans ses intentions. Les tensions internes au sein de l institution pèsent sur sa communication. Plus personne n ignore que le clan de ceux qui veulent mettre une fin définitive et rapide à la politique accommodante pratiquée depuis 2008 prend de l ampleur. En revoyant pour la troisième fois en quelques mois les critères sur lesquels sont fondés sa politique monétaire, la Fed ne donne pas l image d une institution qui mène sa barque d une main assurée Mais cela ne s arrête pas là. Car au cours de la conférence de presse qui a suivi cette réunion, Janet Yellen a jeté un nouveau froid sur les marchés. Un journaliste lui a demandé de préciser la déclaration faite par le FOMC selon laquelle il maintiendrait les taux à zéro pour une durée considérable après la

10 fin du programme de rachat d actifs. Question d un journaliste pour Janet Yellen : que signifie durée considérable? Réponse de la présidente de la Fed : C est le genre de terme qui est difficile à quantifier peut-être de l ordre de six mois. En tendant attentivement l oreille, vous avez pu entendre le gloups! prononcé par les marchés à ce moment-là. Marchés qui ont immédiatement sortis leur calculette pour faire le calcul suivant : Au rythme actuel, le quantitative easing devrait prendre fin à l automne Si on ajoute 6 mois, on arrive au printemps Re-gloups. Les marchés s attendaient plutôt à une remontée des taux fin 2015, voire même au printemps Gloups, gloups A leur place, je ne procastrinerais pas trop, je me précipiterais au guichet de la Fed, je me gaverais de liquidités et je flamberais tout cela en Bourse pour gagner un maximum avant que la banque centrale ne referme les vannes. Si cela se passe ainsi, on devrait assister à un nouveau rally sur les actions dans les mois qui viennent. A moins que je ne me trompe Mais changeons complètement de sujet pour nous intéresser aux matières premières et en particulier au cuivre, aussi appelé Docteur Copper par les économistes et autres analystes économiques. La raison? C est que le cours du cuivre est un excellent indicateur de la santé de l économie. Quand celleci progresse, la demande de cuivre, matériau indispensable à l industrie ou la construction, suit la même tendance. Quand celle-ci monte des signes de faiblesses, le cuivre fait de même. Or depuis un mois, le cours du cuivre s est effondré? Signe d un krach économique à venir? Phénomène à relativiser? La réponse de Byron King est à lire dans les lignes qui suivent

11 «Les belles méthodes des démocrates ukrainiens!» Charles Sannat jeudi 20 mars Mes chères contrariennes, mes chers contrariens! Aujourd hui, je souhaitais quitter le champ économique pur pour faire une petite incursion au sujet de la crise ukrainienne. Évidemment, l économie n est jamais loin. Souvenez-vous de l inversion sémantique dans l ouvrage de référence 1984! Dans ce livre, tous les mots changent de sens. «La guerre c est la paix» est l un des slogans cardinaux de George Orwell mais ce n est bien sûr pas le seul exemple. Le ministère de la Torture est rebaptisé ministère de l Amour et tout est à l avenant dans ce monde «orwellien». Ce qui pouvait sembler de la science-fiction ou n être qu un roman d anticipation est en fait devenu réalité et vous pouvez contempler sous vos yeux, là, maintenant, les manipulations grossières auxquelles nous sommes soumis à longueur de journée. Encore ce matin, mon idole (et je le dis sans ironie tant il a bercé ma jeunesse de ses doctes explications) Bernard Guetta de France Inter y allait de son couplet anti-poutine et de sa «russo-phobie» primaire! Cette manipulation géopolitique à laquelle nous sommes confrontés est révélatrice des méthodes désormais employées sans vergogne par nos dirigeants sur tous les domaines, et ces outils et cette culture du mensonge posent incontestablement un problème démocratique de taille. Pour le dire plus clairement : la masse de mensonges qui nous est servi matin, midi et soir est tout simplement incompatible avec un exercice citoyen éclairé. C est incompatible avec la liberté. Les mots ont un sens et la défense de la vérité est le seul contre-pouvoir crédible contre le poison de la manipulation Je fais partie de ceux qui considèrent que tout ne peut pas forcément être dit parce qu il existe des cas où les «secrets d État» ont effectivement une signification et que pour protéger les intérêts supérieurs de votre nation et du peuple il faut parfois cacher certaines choses. C est une évidence qu il convient de rappeler. Il ne s agit donc pas d être irresponsable dans la divulgation d informations. Néanmoins, ce qui se passe au sujet de l Ukraine est tellement gros que cela

12 mérite une nouvelle dose de ré-information. Oui Poutine n est pas un ange et sa conception de la démocratie est une conception russe de la chose, tout comme nous avons en France la nôtre et elle a beaucoup évolué ces dernières années, en tout cas depuis 2001 et plutôt vers la démocrassie que vers la Démocratie. Comme vous le savez, la Russie est dans le camp des méchants et du «mauvais côté de l histoire», en tout cas c est ce qui nous est rappelé avec force et conviction ces derniers jours par nos dirigeants qui bombent le torse et tiennent des propos assez édifiants tellement les mensonges sont gros. Ainsi, Laurent Fabius, notre ministre des Affaires étrangères, a tenu à rassurer le peuple de France, alors que notre pays sort à peine du psychodrame de l affaire M Bala M bala et que l on s interroge toujours sur l ambiguïté du geste dit de la «quenelle» qui serait un signe antisémite. Rassurez-vous, en Ukraine, point n est besoin de s interroger trop longtemps puisque le parti Svoboda dont je vous ai déjà parlé est un parti fondamentalement et sans conteste de la pire espèce antisémite. Donc notre ministre Fabius disait avec fermeté sur France Inter que : «Quand on accuse ce gouvernement d être d extrême droite, c est faux.» «Il y a trois membres du parti Svoboda qui est un parti plus à droite que les autres, mais l extrême droite n est pas au sein du gouvernement», a-t-il ajouté La démission sous la contrainte physique du président de la télé publique ukrainienne Aujourd hui, enfin hier, nous avons eu droit à une illustration extraordinaire de la conception de la démocratie des membres du «parti un peu plus à droite», comme dirait Fabius, puisque des membres élus au Parlement ukrainien de Svoboda ont pris d assaut le bureau du président du France Télévision locale et lui ont «littéralement éclaté» la tête sur son bureau jusqu à ce que ce dernier, sous une modeste «pression» physique, c est-à-dire un lynchage en règle, prenne une feuille blanche tenue par un preneur d otage fort sympathique et démocrate puisque soutenu par nous (les gentils) et signe «librement» sa démission qui, évidemment, dans un pays démocratique, ne serait pas valable et serait annulé par le tribunal des prud hommes Même que la victime pourrait demander quelques dommages et intérêts vu la

13 violence de la scène que vous pourrez regarder sur la vidéo ci-dessous diffusée par le site Euronews. Comme le dit Euronews, qui n arrive pas même en se forçant à soutenir les membres de ce parti : «Le président de la télévision nationale ukrainienne, Alexander Panteleymonov, a passé hier soir un mauvais moment. Des hommes ont investi son bureau et l ont forcé à signer sa démission. Et ces assaillants sont des membres du parlement. Des députés du parti d extrême-droite Svoboda qui reprochent notamment à Alexander Panteleymonov d avoir diffusé hier en direct la cérémonie de signature par Vladimir Poutine du traité entre la Crimée et la Russie. Le patron de la télévision, déjà en fonction sous Ianoukovitch, était connu pour pratiquer la censure. La télévision a été accusée d avoir constamment menti pendant le siège de Maïdan. Il n empêche que la méthode est plutôt musclée, de la part de députés. L homme à la queue de cheval est responsable au parlement de la liberté d expression.» Heureusement, le Premier ministre a «condamné un acte inacceptable pour une société démocratique» Mais le pauvre président de télé n a pas été «re-missionné»! Un parti de nazillons aux méthodes «nauséabondes»! Voilà ceux que Laurent Fabius soutient. Voilà ceux que nous autres, occidentaux, soutenons et encourageons. N y a-t-il pas là de quoi comprendre la fureur somme toute contenue des Russes (la guerre avec les nazis, c est presque 30 millions de morts et un pays ravagé)? Nous devons nous rendre compte de ce que c est que «les pires moments de notre histoire», où les propos «nauséabonds» qui sont des termes galvaudés sous nos latitudes tant tout ce qui n est pas politiquement correct pour nos bien-pensants est systématiquement qualifié avec ces mots. Or ce qui est nauséabond c est de soutenir en mentant des gens comme ceux de Svoboda qui défilent en uniformes, qui terrorisent tous les démocrates et qui confisquent la liberté de la majorité. Ce qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire c est de voir un parti fasciste utiliser exactement les méthodes de la SA d Adolf Hitler

14 et de terroriser par la violence la plus extrême tous ceux qui ne pensent pas comme eux, tous ceux qui ne sont pas comme eux. Ce président de la télévision publique ukrainienne n avait vraisemblablement plus beaucoup d avenir professionnel dans le paysage médiatique ukrainien, mais sommes-nous obligés de supporter et de cautionner l hypocrisie de nos dirigeants si prompts à qualifier de fascistes rances les gamins de la manif pour tous ayant l outrecuidance de manifester pour une certaine tradition (à laquelle on peut avoir le droit de ne pas adhérer) et pourtant soutenant politiquement, militairement et économiquement avec notre argent un régime dont les exactions ne vont faire que s aggraver? Revenons à plus de modération Je crois que là est l essentiel, plus de modération et plus de sérénité sur ce dossier ukrainien sur lequel nos dirigeants s agitent comme des pantins désarticulés sans que cela n aboutisse d ailleurs à grand-chose. Les sanctions sont très modestes pour ne pas dire uniquement symboliques pour le moment alors que les propos sont outranciers. Nous avons voulu créer une forme de chaos en Ukraine pour jouer un tour pendable aux Russes et, comme à chaque fois, ces méthodes de voyous conduisent à une fragmentation et un délitement du pays concerné, ce qui amène progressivement à une guerre civile et à une balkanisation. À chaque fois, ce sont les peuples qui paient au prix fort un conflit qu ils n ont jamais demandé ni souhaité. Ceux qui veulent en savoir un peu plus encore sur ces gentils «démocrates» ukrainiens peuvent lire l excellent papier d Olivier Berruyer, qui comme moi, est loin d être un fasciste et qui est un garçon parfaitement pondéré, qui connaît bien son histoire et fait exactement les mêmes constats sur les mensonges éhontés qui nous sont rabâchés. Ne soyons pas dupes et luttons contre la manipulation par la ré-information systématique de nos concitoyens. Restez à l écoute. À demain si vous le voulez bien!!

15 La première banque d Ukraine suspend ses activités en Crimée Bank run en Crimée puisque la première banque ukrainienne PrivatBank, détenue par un milliardaire, a annoncé mercredi avoir cessé toute opération en Crimée en attendant des éclaircissements sur le statut légal de la péninsule contrôlée par la Russie Voilà ce qui s appelle une sanction efficace Les habitants de Crimée ne vont pas être contents de voir leurs sous piqués par Kiev! Il va donc y avoir vraisemblablement une petite mise sous pression de la Russie sur l Ukraine pour que les sous soient rendus aux Criméens le gaz va-t-il être coupé? Charles SANNAT Source ici Le froid plombe les résultats de FedEx, le titre recule D après une dépêche Reuters, la grande société de transport et de messagerie «FedEx a fait état mercredi de résultats trimestriels inférieurs aux attentes en raison de la vague de froid qui a balayé une partie des États-Unis au début de l année». Pour le coup, si un type d entreprise peut être touché par le froid, c est effectivement les transporteurs. Pas facile de faire bouger un camion dans 2 mètres de neige. Pour une fois, je suis d accord avec le constat pour le froid et le constat est plausible. Charles SANNAT Source ici Les Abenomics enlisés, l horizon s assombrit pour le Japon C est un article de La Tribune qui nous explique que «les exportations ont déçu les analystes en ne progressant que de 9 % en février. À ce rythme, la progression des exportations ne suffira pas à compenser la hausse prochaine de la taxe sur la consommation de 5 à 8 % qui doit entrer en vigueur le mois prochain.

16 Faute de relance du nucléaire civil, d une hausse des salaires conséquente et de réformes visant à attirer les investisseurs, les Abenomics semblent n avoir que des conséquences négatives sur le Japon». En clair, la politique monétaire japonaise ne fonctionne pas, ce qui était prévisible et que nous avons toujours indiqué dès le départ. Charles SANNAT Source ici La Chine et la Nouvelle-Zélande annoncent l échange direct entre le yuan et le dollar néo-zélandais BEIJING, 19 mars Le Premier ministre chinois Li Keqiang et le Premier ministre néo-zélandais John Key ont annoncé mardi à Beijing l ouverture de l échange direct entre le yuan et le dollar néo-zélandais. M. Li a déclaré que ces échanges directs aideraient les deux pays à réduire les coûts de change des devises et à faciliter le commerce bilatéral et la coopération financière. Lors de leur entretien au Grand Palais du Peuple, Li Keqiang a exprimé l espoir que la Nouvelle-Zélande continuerait à soutenir les institutions financières chinoises dans l établissement de branches dans le pays et à promouvoir l utilisation du yuan par les entreprises néo-zélandaises. M. Key, qui effectue son quatrième voyage en Chine depuis son entrée en fonction en 2008, s est engagé à faire des efforts conjoints avec la Chine afin de promouvoir l échange direct RMB-dollar néo-zélandais. Il espère saisir cette opportunité pour élargir davantage la coopération bilatérale dans le commerce, l investissement, la finance, l éducation, le tourisme ainsi que dans d autres domaines. M. Li a indiqué que la Chine accordait une grande attention à la sécurité des aliments, demandant à la Nouvelle-Zélande d exporter plus de produits agricoles de haute qualité vers la Chine et de rester stricte sur les contrôles de qualité. M. Key a annoncé de son côté que son pays comprenait les préoccupations des consommateurs chinois sur la sécurité des aliments, promettant de prendre des mesures plus strictes afin d assurer la qualité des exportations alimentaires vers la Chine.

17 Comme la Chine organisera le sommet APEC 2014 en automne, M. Li a appelé à une coordination renforcée avec la Nouvelle-Zélande afin de promouvoir les progrès substantiels de la conférence et de faire progresser l intégration économique régionale. Le gouvernement chinois encourage les entreprises compétitives et fiables à investir en Nouvelle-Zélande, a déclaré Li Keqiang, exhortant le pays à assouplir les restrictions pour l entrée des travailleurs techniques chinois et des matières premières. M. Key effectue une visite de travail de trois jours en Chine à l invitation de M. Li. Agence de Presse Xinhua Analyse & décryptage Et voici encore un accord bilatéral de devises concernant le yuan dont les Chinois poursuivent l internationalisation. C est une conséquence directe de la politique de «désaméricanisation» annoncée par Pékin il y a quelques mois. Charles SANNAT Blythe Master bientôt licenciée? Mercuria rachète le département Matières Premières de la JPMorgan!! Mercuria Energy Group Ltd, le groupe de Marco Dunand et Daniel Jaeggi, pose 3,5 milliards de dollars pour racheter les activités de négoce de matières premières de JPMorgan! Et Mercuria ne va pas garder tout le monde et sans doute pas Blythe Master Sera-t-elle bientôt licenciée? Que va-t-elle devenir, elle qui a tant contribué aussi bien à la manipulation des marchés de matières premières qu évidemment celui de l or?? Pour information, la société Mercuria, assez récente et au succès phénoménal, est basée en Suisse et a été fondée par deux anciens de Goldman Sachs. Charles SANNAT Source ici

18 Les Français craignent pour leur retraite mais ont du mal à la préparer C est un article du Monde qui découvre que l eau ça mouille, que les Français savent qu ils vont avoir des problèmes pour leur retraite mais qu ils ont du mal à la préparer Peut-être qu il faudrait expliquer aux journalistes du Monde que lorsque l on est à 10 euros près pour finir chaque mois, le problème immédiat n est pas la retraite de dans 20 ou 30 ans mais le repas du soir Pour Le Monde, qui ne comprend décidément rien, le soucis c est que «les Français s orientent, en effet, vers des produits qui ne sont pas adaptés. Cela prouve qu ils sont mal accompagnés, mal conseillés. C est d ailleurs une autre conclusion de notre étude», souligne M. Magron Assez pathétique, les conseils n ont pas changé d une année sur l autre et sont toujours aussi mauvais, donc cela ne peut pas expliquer la baisse constatée dans le nombre de Français capables d épargner pour la retraite. Le problème c est bien la baisse du pouvoir d achat disponible pour l épargne de long terme. Charles SANNAT Lire ici pour le croire «Alerte : les banques veulent vendre vos données. Résistez, organisez-vous. Voici nos conseils pratiques pour protéger votre vie privée!» Charles Sannat mercredi 19 mars Mes chères contrariennes, mes chers contrariens! Hier, j évoquais dans l un des articles du Contarien Matin la dernière volonté de la banque ING (lien ci-dessous) qui, comme toutes les banques, toujours à la recherche de profits supplémentaires, avait décidé de revendre les informations disponibles concernant les habitudes de ses clients. Je vous l expliquerai en détail un peu plus bas, mais sachez qu un banquier sait absolument tout de vous et c est effrayant! Si les banques se lancent dans ce que l on appelle l exploitation du «big data», alors on lira en vous comme dans un livre ouvert, on saura vous localiser, vous cibler, vous faire parvenir les bonnes sollicitations commerciales.

19 Exploiter les données bancaires est le rêve absolu de toutes les entreprises de marketing car ces informations sont capitales. Avant de vous expliquer ce que peut savoir un banquier et comment se protéger de cette intrusion dans votre vie privée, je voulais revenir sur un article du jour concernant la BNP! BNPP Fortis s autorise à transmettre les données de ses clients C est un article paru dans L Écho belge. «Les «conditions générales bancaires» qui régissent les relations avec ses clients ont été adaptées par la banque au début La banque conteste avoir des projets visant à faire usage de cette possibilité. La Commission de la vie privée a ouvert un dossier. Alors que la banque ING, aux Pays-Bas, est en train de faire marche arrière quant à ses projets visant à transmettre les données personnelles de ses clients à des opérateurs extérieurs et/ou partenaires commerciaux, on apprend que BNP Paribas Fortis, en Belgique, a ouvert la porte à ce genre d opérations pourtant fortement critiquées au nom du respect de la vie privée. BNPP Fortis, la plus grande banque de Belgique, a en effet revu, fin de l année dernière, ses «conditions générales bancaires», qui régissent les relations avec ses clients. La nouvelle version de ces conditions générales est d application depuis le début de l année. Et le plus frappant est qu une série d articles évoquant l utilisation et la transmission de données personnelles des clients ont été modifiés, au profit des partenaires commerciaux de la banque «avec lesquels a été conclu un engagement de confidentialité, dans le but exclusif de proposer des services et produits avec la banque». Vis-à-vis de tels partenaires commerciaux, ne s impose donc plus l interdiction de transmettre des données personnelles des clients de la banque. Notamment pour des opérations de direct marketing, précisent les nouvelles conditions générales. BNPP Fortis conteste toutefois avoir de tels projets dans ses cartons.» Alors ne soyons pas naïfs, ce n est que partie remise et, comme à chaque fois, cela se fera de façon insidieuse, douce, progressivement afin de vous faire accepter petit à petit des changements qui pourraient sembler mineurs mais qui, en s additionnant, vous livreront aux mains du grand «marketing»!

20 Pourquoi? Tout simplement parce que l enjeu commercial est monumental, que les informations que détiennent les banques valent des milliards d euros, et aussi parce que c est le «sens de l histoire». Ainsi évolue notre monde, encore plus de consommation de masse pour accumuler encore plus de masses de profits! C est la logique de notre système, que vous l aimiez ou pas, que vous y adhériez ou pas c est la logique, et un système pousse toujours sa logique propre jusqu au bout et cela c est l histoire qui nous l enseigne. Que peut savoir votre banquier? Tous les banquiers le savent, et je suis un ancien banquier «repenti», nous pouvons tout savoir et presque tout déduire de vos prélèvements et de vos dépenses.voici quelques exemples qui vous permettront de comprendre comme cela marche pour de vrai! Et pas comme on vous l explique avec des fleurs dans les belles brochures commerciales sur papier glacé. Si vous avez des paiements de nuits d hôtel à intervalle régulier tandis que votre métier consiste à rester assis dans un bureau sans avoir à vous déplacer pour raison professionnelle alors vous avez vraisemblablement une maîtresse. C est un facteur de risque car un divorce qui se passe mal est en général un divorce qui appauvrit. À surveiller avec attention. Si vous avez l habitude de jouer au poker en ligne et quelles que soient les sommes engagées, alors vous êtes un joueur, ce qui est financièrement encore plus risqué que de vous voir être alcoolique. À surveiller de façon très étroite, baisser progressivement les plafonds de dépenses des cartes bleues détenues par le client. En cas de problème, parler de soucis informatiques ou encore d une nouvelle politique des risques de la banque liée à l augmentation inquiétante des fraudes. Idéalement, le pousser gentiment vers la sortie, ne jamais lui répondre, oublier systématiquement ses demandes, etc. Vous payez régulièrement un péage le vendredi soir à la sortie du travail? Vous avez certainement une résidence secondaire ou une maison de campagne. Proposer avec le plus grand sourire à votre client une assurance multirisques habitations pour sa maison à la campagne ainsi qu une alarme un cambriolage est si vite arrivé de nos jours ma brave dame Beaucoup de restos? Monsieur est sans doute célibataire et n aime pas les plats surgelés, il préfère le sous vide des restaurateurs. Monsieur est donc

21 assez jeune, assez dépensier. Découverts réguliers. Va avoir un problème après les vacances d été pour payer ses voyages, ses sorties, ses restos penser à lui coller un prêt personnel avant les grandes vacances sinon mon brave Monsieur, cela va vous coûter très cher en frais à la rentrée hein! Allez signez là, c est pour votre bien! Et hop! un p tit crédit en plus! Monsieur fait des virements permanents à une dame qui n est pas sa fille? Maîtresse probable. Faire comprendre que vous avez compris. Proposer à ce client le produit le plus moisi de votre gamme que personne n arrive à vendre. Évidemment, votre client, en position de faiblesse, veut absolument vous être agréable, vous n allez pas non plus l en dissuader! Vous vendez votre produit pourri et vous allez crâner dans le bureau de votre chef en faisant bisque-bisque-rage à vos collègues lors de la séance de lobotomisation générale (heu pardon, lors de la réunion commerciale du lundi matin). Vos remboursements de Sécu viennent d augmenter brutalement et sont importants? Vous êtes sans doute malade et pas assurable vous risquez de mourir et de me planter un découvert supprimer le découvert, ne plus accorder de crédit, baisser les plafonds de la carte bleue Penser à proposer une assurance obsèques sans préciser à votre client qu il ne doit pas mourir avant 12 mois avant que l achat de son cercueil soit pris en charge (franchise de temps). Vous êtes solvable et je vois passer des crédits à la consommation d autres organismes? Je vous appelle en vous proposant de venir étudier avec votre gentil conseiller une proposition de rachat de crédit. Vous percevez des loyers? Je vous propose une assurance «propriétaire non occupant» ou PNO dans le langage des banquiers. Vous avez des enfants? Super, génial! Là j ai tout plein de trucs pour vous, du Livret A classique, jusqu à l assurance décès Ben oui mon brave, imaginez qu il vous arrive quelque chose comment vos gosses vont faire pour vivre, pour se payer des études? Je vous fais très peur avec la Sécu qui ne verse que euros en cas de décès eh oui, ça fait pas lourd hein Allez, signez là! Pour 5 euros par mois, vous avez un capital de euros! Oui Monsieur, !! C est pour le bien de vos enfants. Culpabilisé, un client signe beaucoup plus vite. Bref, on oublie juste de préciser et d insister sur le fait que cela n assure que les accidents accidentels pas la maladie. Ce n est pas de ma faute à moi si les gens ont l indécence de mourir dans 90 % des cas de maladie et pas

22 d accident Bref, je sais tout de vous, absolument tout, où vous passez vos vacances, avec qui, où vous faites vos courses, quel est le montant moyen de votre Caddie, ce que vous donnez à votre concierge lors des étrennes et bien sûr vos vices et si vous aimez vraiment votre épouse Pour bien connaître quelqu un, regardez comment il se comporte avec l argent. C est très révélateur! Évidemment, tout cela est cynique au plus haut point et sans aucune moralité, sans bienveillance et sans humanité. Comment se protéger de cette intrusion massive? Conseils pratiques! Tout d abord, on voit bien à quel point les banques sont en premier lieu à la recherche de tous les nouveaux revenus possibles mais, surtout, on visualise à quel point nous sommes sensibles car nos banques savent absolument tout de nous. Vous avez néanmoins la possibilité de lutter contre ce type d intrusion dans votre vie privée. Pour réussir à perdre vos espions, voici quelques conseils : Avoir plusieurs banques et répartir vos dépenses ainsi que vos rentrées entre différents comptes. Par exemple, vos remboursement de sécurité sociale sur un compte dans une banque, cette banque ne vous fera jamais de crédit vous le savez. Pas de problème. Vos dépenses gênantes, comme vos parties de poker en ligne qui dégradent systématiquement votre scoring bancaire, sur un autre compte avec une carte bleue spécifique et souvent gratuite (Boursorama banque, Fortunéo, etc.). Cette banque ne vous fera jamais de crédit vous le savez. Pas de problème. Vos revenus sur un autre compte. Nous appellerons ce compte le Compte Principal! C est sur cette banque qui vous donnera vos crédits aux meilleurs taux car vous veillerez à ne jamais être à découvert, à être toujours aimable avec votre banquier et à prendre la totalité des produits gratuits (type livret A, PEL, CEL, compte épargne, etc.). Vous aurez sur ce compte uniquement vos dépenses courantes. Si vous n avez pas de dépenses, alors le banquier saura que votre compte qui ne mouvemente pas en cache un autre Et si vous avez besoin d un crédit, il vous demandera la copie des 3 derniers mois de relevés bancaires

23 Vos prélèvements obligatoires doivent être répartis sur plusieurs banques (téléphone, assurance, EDF, loyer, etc.). Sur votre compte principal seront logés tous les prélèvements liés à votre résidence principale. Pour le reste, répartissez entre plusieurs banques. Ne soyez jamais dépendant d un seul banquier, la fidélité n est de toute façon plus du tout récompensée. Vous ne représentez qu un objectif de rentabilité, vous n êtes là que pour vous faire coller le maximum de produits inutiles et trop souvent redondants, par exemple ces multiples assurances que l on tente désespérément de vous coller à chaque passage dans votre agence. Vous pouvez utiliser la VeraCarte qui coûte moins de 20 euros par an désormais et vous permet de payer sans passer par un compte bancaire et avec votre or! Vous avez les avantages d une carte bleue, sans limitation ni de retrait ni de paiement (uniquement dans la limite de votre solde créditeur). L or servant à alimenter votre compte est physiquement dans des coffres hors système bancaire en Suisse (lien ci-dessous pour plus de renseignements). Comme notre VeraCarte ne vous fera jamais de crédit bancaire vos dépenses de casinos, d hôtels ou encore de poker en ligne y seront parfaitement à l abri des regards indiscrets!! Vous pouvez désormais aussi utiliser le compte Nickel (le nouveau service accessible chez les buralistes), même si je le trouve cher et qu il existe de nombreuses banques en ligne totalement gratuites pour ceux qui ne sont pas interdit bancaire Donc il est vrai que si vous êtes un client non fiché par la Banque de France, autant aller vers les banques en ligne dont les opérations courantes et les moyens de paiement (CB, etc.) sont totalement gratuits, mais cette alternative a le mérite d exister. À vous d étudier les choses. Enfin, vous pouvez aussi utiliser les CB prépayées ou encore, tant que cela est possible, payer le maximum de choses en espèces en particulier vos transactions intimes et privées. Pensez toujours à cocher les cases où vous refusez que vos informations personnelles soient revendues et que vous vous opposez à toutes les sollicitations commerciales de votre banque comme des tiers. N hésitez pas à prendre, pour 2 euros par mois, un forfait Free dont la puce ira dans votre vieux téléphone. Ne communiquez à tous ces organismes que cette ligne. C est cette ligne qui sera à terme géolocalisée et vous pouvez

24 laisser tranquillement ce vieux portable sur le bureau ou à la maison et ne l écouter qu une ou deux fois par semaine! Vous serez donc à l abri des sollicitations commerciales qui seront de plus en plus agressives. D une façon générale, vous donnerez ce numéro à toutes les entreprises avec lesquelles vous serez amené à être en contact. Il faut évidemment faire la même chose avec son adresse . Une adresse réelle et une adresse pour tous vos contacts avec une entreprise à vocation commerciale. Bref, il y a de nombreuses façons de s en sortir, mais cela se prépare et il faut être organisé. Alors, prêts à entrer en résistance passive? La semiclandestinité légale est en plus, pour un contrarien, un sport intellectuellement très stimulant à pratiquer! Bonne chance à toutes et tous, préparez-vous! Pour finir, nous avons intégré sur le site du contrarien.com les liens pour pouvoir partager directement les articles aussi bien par mail que sur les réseaux sociaux, alors n hésitez pas à utiliser cette nouvelle possibilité pour partager nos articles et contribuer à la «ré-information» du plus grand nombre. Restez à l écoute. À demain si vous le voulez bien!! Perte UniCredit messages Record, plans de suppressions d emplois Vous vous souvenez des pertes monumentales de la plus grosse banque italienne (sans doute à cause de la reprise en Italie où tout semble aller mieux que bien!)? Eh bien UniCredit SpA prévoit désormais de réduire ses effectifs de personnes! Je peux vous garantir que l avenir professionnel de centaines de milliers de petits banquiers d en bas (dans les agences) est fortement menacé et qu avec le développement des banques en ligne, c est un carnage sur l emploi qui aura lieu dans la banque de détail. Banquiers : préparez-vous, vous êtes vous aussi de la piétaille et vous serez sacrifiés sur l autel de la rentabilité. Charles SANNAT Source ici

25 Les juges suprêmes allemands valident définitivement le mécanisme européen MES «Les juges suprêmes allemands ont définitivement validé mardi le mécanisme de sauvetage de la zone euro mis en place en 2012, le MES, levant la dernière hypothèque qui pesait sur sa capacité d action. La Cour avait déjà prévalidé le MES dans une première décision en référé en septembre 2012, en jugeant que rien ne s interposait à ce que le président de la République allemande ne ratifie la loi correspondante. Le fonds de secours tel qu il est conçu actuellement permet de préserver l autonomie budgétaire du Bundestag, chambre basse du parlement allemand, a estimé le président de la Cour, Andreas Vosskuhle. Ce critère est décisif pour la Cour.» Il ne faut pas confondre le sujet du MES, qui avait déjà été entériné dans ses grandes lignes, avec le sujet du programme OMT de la BCE qui a fait, lui, l objet d un rejet sans ambiguïté de la part des juges allemands, sujet qu ils ont soumis le mois dernier à la Cour de justice européenne pour plusieurs questions sur ce dossier. Néanmoins, quelles que soient les réponses de la Cour de justice européenne, les juges allemands auront le dernier mot. Ils ont simplement gagné 1 an en bottant en touche, mais devront bien prendre leur responsabilité lorsque la Cour européenne aura répondu. Charles SANNAT Source ici Le distributeur Sainsbury accuse une baisse importante de ses ventes Pour la première fois depuis 9 ans, le «distributeur britannique J Sainsbury a fait état mardi d une rare baisse de ses ventes sur le trimestre écoulé tout en se montrant relativement confiant pour l exercice en cours. Le groupe, qui bataille avec Asda la filiale britannique de Wal-Mart pour être le numéro deux de la distribution alimentaire au Royaume-Uni derrière Tesco, a vu ses ventes à magasins comparables (hors carburant) diminuer de 3,1 % sur les dix semaines au 15 mars, période correspondant à son quatrième trimestre fiscal, à comparer à une croissance de 3,6 % un an plus tôt». Lorsqu un grand distributeur voit ses ventes baisser significativement, cela

26 est rarement signe d une expansion économique débridée! La croissance annoncée au Royaume-Uni est une croissance virtuelle, reposant avant tout sur l industrie bancaire de la City de Londres et sur le secteur immobilier londonien dont les prix sont stratosphériques. Pour l essentiel des Britanniques, le quotidien est plutôt de plus en plus misérable. Charles SANNAT Source ici L Espagne et l Italie parient sur la baisse des impôts pour soutenir la croissance Le gouvernement italien a décidé de 10 milliards de baisses d impôts hier tandis que le gouvernement espagnol présente demain sa réforme fiscale pour tenter de soutenir la croissance et de diminuer le taux de chômage qui dépassait les 26 % fin Des mesures qui pourraient faire écho à celles annoncées par le gouvernement italien hier. Selon des sources gouvernementales citées par Reuters, le conseil des ministres espagnol étudiera un projet de réduction de l impôt sur les sociétés et de l impôt sur le revenu. En contrepartie, Madrid devrait décider de relever les taux réduits de TVA de 4 et 10 %, à 21 %. En réalité donc, il n y a pas tant de réduction d impôts à venir qu une notion de dumping fiscal. Sur le cas de l Espagne, il s agit ni plus ni moins que de la mise en place d une méga TVA sociale, ce qui est une bonne idée économique en soit que de taxer indirectement les importations en provenance d Asie via la consommation. Cela va donc nous faire perdre de la compétitivité puisqu encore une fois c est sujet relatif surtout que notre pacte de «responsabilité» n est toujours pas mis en œuvre. Enfin, ces baisses d impôts sur les sociétés et l alourdissement de la fiscalité sur les ménages (qui ne peuvent pas se délocaliser) vont aboutir à une baisse significative de la croissance et à une diminution des rentrées fiscales qui vont aggraver les déficits et la dette. Nous sommes en plein dans un cycle déflationniste souhaité par la mise en place de politiques volontairement récessives et restrictives. Charles SANNAT Source L Agefi ici

27 L histoire secrète de la crise financière ou comment la FED domine le monde De nouvelles informations apparaissent concernant l attitude des autorités monétaires et financières face à la crise en Elles montrent le rôle clé de la FED et la marginalisation du FMI. Le grand roman de Balzac Illusions perdues se termine par une tirade sur la différence entre «l histoire officielle», qui est un «tissu de mensonges», et «l histoire secrète», c est-à-dire la vraie histoire. Dans le temps, il était possible de cacher les vérités scandaleuses de l histoire pendant longtemps voire pour toujours. Plus maintenant. Ceci n est nulle part aussi apparent que dans les récits de la crise financière mondiale. L histoire officielle dépeint la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne et les autres grandes banques centrales comme adoptant une action coordonnée pour sauver le système financier mondial de la catastrophe. Cependant, les transcriptions publiées récemment des réunions de 2008 du Federal Open Market Committee, le principal organe de décision de la FED, révèlent que, dans les faits, la FED a émergé de la crise en tant que la banque centrale du monde, tout en continuant à servir en premier lieu les intérêts américains. Le rôle premier de la FED Les réunions les plus importantes se sont déroulées le 16 septembre et le 28 octobre à la suite de l effondrement de la banque d investissement américaine Lehman Brothers et portaient sur la création d accords bilatéraux d échange de devises visant à assurer une liquidité adéquate. La FED y avait décidé d accorder des crédits en dollars à des banques étrangères en échange de devises, que la banque étrangère acceptait de racheter après une période spécifiée au même taux de change, plus les intérêts. Cela fournissait aux banques centrales en particulier celles de l Europe, qui faisaient face à une pénurie de dollars après la fuite des investisseurs américains les dollars dont elles avaient besoin pour prêter aux institutions financières domestiques en difficulté. Lire la suite de cet article ici

28 USA : troisième mois de recul pour les mises en chantier de logements Nous avons appris aujourd hui que sur le front de l immobilier américain, il n y a pas vraiment d amélioration. «Les mises en chantier de logements aux États-Unis ont reculé en février pour le troisième mois consécutif, surprenant les analystes qui s attendaient à ce qu ils progressent, selon les chiffres publiés mardi par le département du Commerce. En données corrigées des variations saisonnières, l indicateur de la construction nouvelle est en retrait de 0,2 % par rapport au mois de janvier, à mises en chantier.» Encore une fois, regarder les chiffres chaque mois n a pas grande importance et ce n est d ailleurs pas d une grande utilité. L essentiel c est évidemment de constater en revanche le tableau d ensemble qui se dégage et la tendance de fond. Or, lorsque l on prend un peu de recul, on ne peut que constater que l effondrement de l immobilier américain est enrayé certes, mais qu il n y a pas de reprise réelle qui se dégage et qui prend forme. Cela signifie, encore une fois, qu il n y a pas de dynamique de croissance très forte pour le moment aux USA et que l arrêt des injections de liquidités de la FED va poser de gros problèmes si la Banque centrale américaine poursuit cette politique de réduction des QE. Charles SANNAT Source ici

29 Exclusivité, un haut membre de la Commission Trilatérale parle! Voici une vidéo de derrière les fagots qui devrait vous plaire. Vous noterez l optimisme béat affiché par nos élites qui n hésitent pas à traiter presque d imbécile ceux qui constatent simplement que le quotidien de millions d européens est en train de se dégrader. Alors certes, il existe des «perspectives» comme la robotique et la robolution qui devrait supprimer beaucoup plus d emplois qu elle ne va en créer L avenir n est pas écrit, mais il semble assez difficile d être en phase avec ces gentils Bisounours qui balayent d un revers de la main le sujet de l endettement des États ou encore la misère sociale qui est en plein essor Bref, pour notre élite croulant sous le fric plutôt salement acquis, tout va très bien sans blague! Leur attitude pleine de suffisance, de morgue et d arrogance laisse comme un arrière-goût assez bizarre et amer. Charles SANNAT Bruxelles tâtonne pour rétablir les canaux de financement de l économie «Il n y a encore rien de tangible mais le changement de ton est perceptible. Dans sa communication sur l investissement de long terme qui sera adoptée le 27 mars et dont L Agefi a pris connaissance, la Commission manifeste le souci de rétablir les canaux de financement de l économie. Elle s engage à

30 considérer attentivement l impact des règles prudentielles sur la distribution du crédit bancaire. «Des règles de liquidité resserrées peuvent avoir un impact sur la faculté des banques à prêter sur des maturités longues», peut-on y lire. Bruxelles prévoit déjà de se pencher sur «le caractère approprié» ou non du règlement sur les exigences en capitaux des banques cette année et en 2015.» Tout cela peut se traduire par la question suivante : doit-on ou pas appliquer les nouvelles règles de Bâle aux banques européennes? Si nous le faisons, alors les banques vont devoir se recapitaliser et elles accorderont beaucoup moins de crédits, ce qui n est pas bon du tout pour l économie. Soit nous ne le faisons pas et alors les banques continueront à faire tout et n importe quoi et à prendre des risques inconsidérés et ce n est pas bon pour l économie. Enfin, juste pour information, le crédit aux entreprises se réduit de 2 à 3 % chaque année et ce n est pas bon pour l économie! Encore une fois, et quel que soit le sujet, il n y a plus vraiment de bon choix. Nous arrivons à la fin d un cycle et d un système. Charles SANNAT Source L Agefi ici La Russie fournit encore plus de gaz à l Europe!!! C est une dépêche AFP qui nous apprend que la «part du gaz russe dans la consommation des 28 pays de l Union européenne a atteint 27 % en 2013, contre 23 % en 2012, confortant la place de la Russie comme premier fournisseur extérieur, selon des statistiques publiées mardi». En clair, le gaz russe est tout simplement indispensable au bouquet énergétique européen, n en déplaise à nos dirigeants qui semblent vouloir se lancer dans une nouvelle guerre froide avec l Est! Pour cette raison et bien d autres, on peut raisonnablement espérer que la «guerre commerciale» tant attendue ne soit qu un feu de paille et que cela n aille pas trop loin. Pour le moment d ailleurs, l ensemble des mesures de rétorsion sont beaucoup plus symboliques qu autre chose. La dissuasion fonctionne. Pourvu

31 que cela dure. Charles SANNAT Source AFP ici Manipulations du Forex et du Libor : les banques centrales à la manœuvre, comme pour l or? Philippe Herlin (docteur en économie), Publié le 20 mars 2014, "GoldBroker.com tous droits réservés" https://www.goldbroker.com/fr/actualites/manipulations-forex-libor-banques-centralesmanoeuvre-comme-pour-or-452 Le scandale de la manipulation du marché des changes (Foreign Exchange ou Forex) ne cesse de prendre de l ampleur. En 2013, plusieurs grandes banques (Barclays, Deutsche Bank, UBS, Royal Bank of Scotland et HSBC) ont provisionné 16,4 milliards d euros pour couvrir les "dépenses légales", c'est-à-dire le montant probable des amendes qu elles devront payer après leurs procès. Pour 2014, cinq des plus grandes banques européennes devraient provisionner entre 8,5 et 10,5 milliards d'euros pour cette même raison selon le Financial Times du 10 mars. Les traders-manipulateurs du Forex s entendaient via leur messagerie instantanée pour placer des ordres un court laps de temps précédant la fixation du cours des devises, et ainsi en tirer partie. Les sommes en jeu sont tellement gigantesques (5.300 milliards de dollars de transactions quotidiennes) que le plus faible écart de cours devient significatif. L enquête se concentre sur la City de Londres, la première place mondiale pour les changes de devises, mais elle s étend également à l Europe continentale, aux Etats-Unis et à l Asie. A priori, aucune grande banque internationale ne devrait y réchapper. Mais cette affaire franchit encore un degré de gravité avec la mise en cause de rien de moins que la Banque d Angleterre elle-même! Le gouverneur de la banque centrale, Mark Carney, a été interrogé le 11 mars par la Commission des Finances de la Chambre des Communes et il a du s expliquer sur l attitude pour le moins ambiguë du chef du département "devises", Martin Mallett, qui a été suspendu en attendant les résultats de l'enquête interne. Il apparaît que ce dernier a été mis au courant du comportement frauduleux d un certain nombre de traders mais qu il n a pas donné suite

32 La mise à jour de ces manipulations sur le Forex fait suite à celles sur le Libor et l Euribor. Ces malversations de grande ampleur se sont étendues sur plusieurs années, toutes les grandes banques internationales sont concernées, et les banques centrales n en sauraient rien! Difficile d y croire. Les spécialistes qui suivent le marché de l or dénoncent depuis longtemps l intervention directe des banques centrales de concert avec les grandes banques d affaires. Pendant longtemps ils sont passés pour des hurluberlus ou des adeptes de la théorie du complot, mais dans ce domaine aussi des preuves apparaissent, des enquêtes sont lancées, des condamnations sont prononcées. Le London gold fix est manipulé depuis 10 ans explique Bloomberg. Finalement, les défenseurs de l or étaient des précurseurs, ils avaient compris bien avant les autres que les prix étaient manipulés, et on découvre maintenant l ampleur de ce mensonge : il est colossal car le Libor et le marché des changes concernent des volumes gigantesques et servent de référence à une multitude de produits financiers, jusqu à votre emprunt immobilier. Ironie de l histoire, c est l or, la "relique barbare", démonétisé et rangé au rayon des accessoires, selon ceux qui pensaient pouvoir s en passer, qui a joué le rôle d aiguillon. Il reste encore beaucoup à découvrir, mais plus on va s approcher des banques centrales, plus on va s amuser. Cigar Lake : la production démarre... Patrick Reymond 19 mars La production de la mine d'uranium de Cigar Lake vient de commencer. Je perds donc une partie de mon fond de commerce, qui consistait à me payer la fiole de cette mine qui devait rentrer en service en 2007, non, 2008, enfin, 2009, p'têt 2010? non? 2011? bof. 2012? ça sera dur... Ah 2014!!! Moi, je ne savais pas que le chantier était jumelé avec celui de l'epr. On est donc en pleine dérive, là aussi, des coûts de production, bien entendu, si rien ne vient encore contrarier l'exploitation et gonfler encore la note. Faut dire, que cette partie du Canada, c'est plein d'eau et de lacs. Il n'est même pas sûr que l'exploitation de cette mine propulse la production canadienne au delà de ce qu'elle est déjà, elle a beaucoup de mal à se maintenir, et le lancement de Cigar Lake pourrait entraîner la fermeture

33 d'autres unités, moins riches en minerais. La production canadienne montrait des signes évidents d'épuisements, avec une production au mieux stagnante, au pire orientée à la baisse. Il est d'ailleurs savoureux de voir les excellences prétendre que l'approvisionnement à long terme ne pose pas de problème, alors la production n'assure encore que 75 % de la consommation, le reste étant fourni par les stocks militaires. Il est clair que la situation est moins tendue qu'avant, car l'arrêt du nucléaire nippon, et d'une bonne part du nucléaire allemand, a notablement réduit les besoins, ou plutôt leur croissance. Il reste que le secret bien gardé des stocks réels d'uranium, pose aussi problème. En effet, les stocks civils, contrairement à ce que chantent Areva et EDF doivent être bien bas, et la vente des stocks nippons, 4500 tonnes, doit donner un ordre de grandeur bien plus véridiques que les sempiternels tonnes annoncées. Euro : l'histoire repasse les plats Posté le 19 mars 2014 par Bcolmant On le sait : l'allemagne n'aime pas l'inflation. Elle impose d'ailleurs sa rigueur monétaire à toute la zone euro qui aurait évité de frôler avec la déflation sans la politique monétaire restrictive de la BCE. Mais sait-on que, dès les années nonante, l'allemagne avait déjà plombé l'europe? Le support politique à la réunification allemande fut obtenu par la défunte RFA en contrepartie de la création de l'euro. Mais comme les Allemands décidèrent de financer leur réunification par

34 l'emprunt, cela entraîna une forte hausse des taux d'intérêt qui se propagea, par migration, aux futurs membres de la zone euro qui devaient garder leur parité avec le Deutsche Mark. En effet, une devise ne pouvait pas être dévaluée avant son entrée dans la zone euro. Et c'est ainsi que la rigueur allemande s'infiltra dans la future zone euro au travers d'une hausse des taux d'intérêt qui freina la croissance européenne en pleine expansion commerciale. L'histoire repasse les plats. Les sanctions des États-Unis et de l UE contre la Russie : une menace de guerre à peine voilée Par Alex Lantier Mondialisation.ca, 19 mars 2014 Dans son discours d hier annonçant des sanctions contre les responsables du Kremlin en représailles au référendum soutenu par la Russie en Crimée en faveur d une sécession d avec l Ukraine et d une union avec la Russie, le président américain Barack Obama a déclaré que les États-Unis et leurs alliés de l Union européenne auraient recours à tous les moyens nécessaires, y compris l action militaire, pour humilier et écraser la Russie. En initiant une guerre commerciale avec la Russie et en offrant un soutien militaire à durée indéterminée et des garanties de sécurité aux régimes droitiers qui bordent les frontières de la Russie, tels l Ukraine, l impérialisme américain et européen met en branle une confrontation qui pourrait facilement se terminer par un désastre. Une telle confrontation crée des risques immenses et n a aucun soutien de la part de la classe ouvrière en Europe ou aux États-Unis. Dans ses remarques, Obama a inversé la réalité, tentant de présenter l intervention américano-européenne en Ukraine comme une défense nonviolente et de principe du droit international contre l agression russe. Il a dit, «Ces derniers mois, tandis que les citoyens d Ukraine font entendre leur voix, nous avons été guidés par un principe fondamental : l avenir de l Ukraine doit être décidé par les gens d Ukraine [ ] Et donc, la décision de la Russie d envoyer des troupes en Crimée a entraîné à juste titre une condamnation mondiale.»

35 Obama a critiqué le référendum de dimanche en Crimée comme «une violation claire de la constitution ukrainienne et du droit international.» Il a ensuite annoncé : «Nous imposons des sanctions à des individus spécifiques responsables d atteintes à la souveraineté, à l intégrité territoriale, et au gouvernement de l Ukraine.» Il a promis de faire passer de nouvelles sanctions pour «faire payer un prix plus élevé à l économie russe» s il ne se soumettait pas aux demandes de Washington. La déclaration d Obama est une ânerie. Ce sont Washington et Berlin qui ont conçu une provocation politique massive, armant des groupes fascistes pour prendre le pouvoir au cours d un putsch et évincer illégalement le président Viktor Ianoukovitch. Le principal objectif de cette opération, menée en violation flagrante de la constitution et de la souveraineté ukrainiennes, et au mépris de l opinion publique ukrainienne, était de transformer l Ukraine en un poste avancé des puissances impérialistes, tenu par l extrême-droite, et prêt à servir en vue d opérations militaires et de menaces contre la Russie. Privé de crédits par les principales banques, le régime non-élu de Kiev dépend totalement des renflouements de l UE, des États-Unis et du FMI pour éviter la faillite. Ses plus hauts responsables de la sécurité sont des fascistes qui s occupaient de la sécurité durant les émeutes soutenues par l occident sur la place de l indépendance à Kiev, à savoir le ministre de la sécurité nationale Andriy Parubiy, co-fondateur du parti d extrême-droite Svoboda, et son second, Dmytro Yarosh, chef de la milice Secteur droit. Ces forces ne parlent pas au nom du «peuple ukrainien,» contrairement à ce qu affirme Obama, mais pour l impérialisme américain, qui a dépensé plus de 5 milliards de dollars pour établir des groupes d opposition pro-américains en Ukraine depuis la dissolution de l URSS, d après Victoria Nuland, responsable pour l Europe au ministère américain des Affaires étrangères. Ces éléments ne dissimulent aucunement leur violente hostilité envers la Russie, ni leur vénération des fascistes ukrainiens qui ont aidé les unités SS nazies à massacrer les juifs d Ukraine au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans un entretien du 12 mars accordé à Newsweek, Yarosh a mentionné ses liens avec les terroristes islamistes tchétchènes qui combattent Moscou, et s est vanté d avoir brandi le drapeau noir et rouge du fascisme ukrainien. «Nous nous sommes tenus sous les drapeaux rouges et noirs tout au long de la révolution,» a-t-il déclaré. «Du sang ukrainien rouge répandu

36 sur de la terre noire ukrainienne : ce drapeau est le symbole de la révolution nationale.» Ces forces sont maintenant intégrées dans la nouvelle Garde nationale établie par le régime de Kiev, soutenue et bientôt armée par l OTAN. Pendant qu Obama prononçait son discours, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriy Deshchytsia rencontrait de hauts responsables de l OTAN à Bruxelles. Il a promis de renforcer la «coopération militaire technique» avec l OTAN. D après le quotidien belge Le Soir, «les autorités de Kiev vont bientôt présenter à l OTAN, peut-être dès lundi, une liste d équipements qu ils aimeraient avoir à leur disposition.» Dénonçant «les touristes politiques russes en Ukraine orientale,» Deshchytsia a déclaré que la situation actuelle en Ukraine «ressemble fortement au scénario de Géorgie en 2008, où les provocations risquaient d entraîner une escalade militaire.» Cette déclaration extraordinaire est une menace d action militaire de la part du régime de Kiev. La guerre de 2008 en Géorgie avait commencé lorsque les forces géorgiennes avaient attaqué les troupes russes qui faisaient respecter le cessez-le-feu dans la région controversée d Ossétie du Sud. Si la confrontation actuelle ressemble à la guerre de 2008, comme le dit Deshchytsia, c est parce que Kiev se prépare à attaquer les forces Russes ou pro-russes, soit en Crimée soit en Ukraine orientale. Les critiques d Obama contre la Russie qui aurait envahi la Crimée sont hypocrites et politiquement absurdes. Premièrement, il est historiquement établi que lorsque l impérialisme américain s est opposé à des régimes qui arrivaient au pouvoir à ses frontières, comme ce fut le cas lors de la révolution mexicaine de 1911 ou la révolution cubaine en 1959, il n a pas hésité à organiser des attaques militaires contre eux. Il a même menacé de déclencher une guerre nucléaire, comme durant la crise des missiles à Cuba en Dans leur propre politique étrangère, les États-Unis et leurs alliés ne reconnaissent pas la souveraineté ou l intégrité territoriale des autres Etats comme quelque chose qu ils doivent respecter. Même avant de formuler la doctrine de Bush autorisant la «guerre préventive,» le gouvernement américain et les médias avaient inventé une catégorie spéciale d Etat, les soidisant «Etats défaillants» (Somalie, Afghanistan), qui pouvaient être envahis

37 ou bombardés à volonté. En second lieu, l affirmation implicite d Obama que la Crimée ne fait pas partie de la Russie ignore l histoire. Cette région à majorité ethnique russe faisait partie de la Russie, puis de l URSS, depuis sa conquête par la Tsarine russe Catherine la Grande au 18e siècle jusqu à la dissolution de l URSS en Transférée à l Ukraine en 1954 par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev, décision qui avait bien peu d importance pratique jusqu à la dissolution de l URSS, elle continue à abriter une base navale majeure de la Russie à Sébastopol. Le danger d une invasion de la Crimée ne vient pas de Moscou, mais des forces d extrême-droite à Kiev. Ces paramilitaires fascistes, auxquels les puissances de l OTAN laissent une latitude extraordinaire, sont placées dans une situation où elles pourraient déclencher une guerre majeure pratiquement à n importe quel moment et bénéficier du soutien de l OTAN. Dans son discours, Obama a dit : «Le vice-président Biden part pour l Europe, où il rencontrera les dirigeants de nos alliés de l OTAN : la Pologne, l Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Et je vais me rendre en Europe la semaine prochaine. Notre message sera clair. En tant qu alliés de l OTAN, nous avons un engagement solennel à notre défense collective, et nous respecterons cet engagement.» Cette utilisation de la Pologne et des ex-républiques soviétiques baltes comme avant-postes militaires dirigés contre la Russie souligne les conséquences catastrophiques de la dissolution de l URSS par la bureaucratie stalinienne. Cela a poussé l ensemble de l ex-urss sur une trajectoire de désintégration territoriale et de retour à un statut semi-colonial, où ces pays serviront de source de travailleurs bon marché pour le capital financier et seront livrés aux intrigues impérialistes. En Estonie, en Lettonie, en Lituanie, tout comme en Russie, les élites dirigeantes qui sont arrivées au pouvoir après la dissolution de l Union soviétique étaient des oligarques capitalistes mafieux. Les puissances impérialistes calculent maintenant que des menaces militaires constantes et des sanctions économiques de plus en plus fortes briseront le cercle des oligarques qui soutiennent Poutine et déstabiliseront la loyauté de la classe moyenne supérieure russe envers le Kremlin.

38 Le Süddeutsche Zeitung écrit : «Les sanctions actuelles ne sont pas des armes miracles, et encore moins des armes à effet immédiat. Le gel des avoirs et les interdictions de voyager ne rendront pas Poutine populaire parmi l élite politique et argentée russe, mais son image dans le peuple en sera probablement améliorée au début. Les sanctions économiques, qui sont l étape suivante de l escalade que l UE promet, sont dangereuses pour Poutine. Elles coûteront cher à bien des gens dans l UE, mais elles coûtent encore plus cher à Poutine.» Cette politique profondément téméraire, qui risque de provoquer un effondrement du commerce et une guerre mondiale, est menée avec un mépris de l opinion publique non seulement en Russie et en Ukraine, mais aussi aux États-Unis et en Europe. Obama n a pas demandé à la classe ouvrière des États-Unis ou d Europe si elles soutiennent une guerre contre la Russie pour honorer les «engagements solennels» qu il a passés avec des kleptocrates lituaniens ou les fascistes de Kiev. Ce qui se prépare est une explosion d opposition dans la classe ouvrière internationale face à la politique étrangère criminelle de l impérialisme. Si le Sénat ne peut être espionné, pourquoi pouvons nous l'être Par Ron Paul - Daily Paul Publié le 20 mars 2014 La réaction de la Sénatrice Dianne Feinstein (D-CA) à l annonce de la fouille par la CIA des ordinateurs de la Commission du Sénat sur le renseignement la semaine dernière en dit long sur l idée que son font les élites du gouvernement du reste d entre nous. «Espionnez ceux-là, mais pas nous». L hypocrisie de la Sénatrice Feinstein est époustouflante. Elle est la plus fervente partisante de l espionnage des citoyens par la NSA, mais dès que l attention de cette dernière se trouve tournée vers son équipe, elle se met en colère. Mais il y a plus encore. A Washington, on a tendance à penser que les lois votées par le Congrès ne s appliquent pas à ses Membres. Ils pensent pouvoir piétiner nos libertés sans jamais affecter la leur. Souvenez-vous que tout cela a commencé quand les hommes politiques se sont dépêchés de signer le Patriot Act après le 11 septembre. Ceux d entre nous qui pensaient qu attribuer de tels pouvoirs à l Etat pourrait un jour se

39 retourner contre nous ont été traités d alarmistes et de bien d autres noms. Les premières violations ont eu lieu alors que nous présentions nos mises en garde, mais quand nos dirigeants se sont aperçus de la violation de nos libertés civiles, ils n ont rien fait pour nous aider. Il a fallu attendre que des dénonciateurs comme Edward Snowden nous informent de ces abus pour que le débat autour de la surveillance qu Obama a toujours dit vouloir lancer le soit enfin. S il n avait été question que de Dianne Feinstein, Mike Rogers, et du président Obama, ce débat n aurait jamais eu lieu, et nous n aurions jamais rien su. Washington se moque de notre vie privée. Quand des violations sont mises au grand jour, les hommes politiques se précipitent pour protéger le statu quo plutôt que de défendre la Constitution. C est ce qu a fait la Sénatrice Feinstein quand les révélations quant à l espionnage de la NSA ont commencé à peser sur les épaules de la Commission sur le renseignement. Sa réforme de la NSA n était autre qu un nuage de fumée : sous l apparence d une réforme, elle n aurait fait que codifier les violations déjà en place. Quand ce fait est devenu trop évident pour être nié, le Sénat a été forcé de laisser mourir la loi. Ce qui est intéressant, et enterré au beau milieu des accusations et des dénégations, est que l espionnage de la NSA a eu à voir avec un rapport de 6000 page écrit par la Commission au sujet de récentes affaires de tortures par la CIA dans «l archipel» de prisons secrètes du monde depuis le 11 septembre. Je peux comprendre pourquoi la CIA ne voudrait pas que ces informations soient dévoilées. Quand le dénonciateur John Kiriakou a exposé le rôle joué par la CIA dans la torture de prisonniers, il a été jeté en prison pendant près de trois ans. Mais la Sénatrice Feinstein et ses collègues n ont pas bougé le petit doigt pour l aider. L essence du problème est liée à la difficulté représentée par la gestion de l empire américain. Quand le gouvernement se comporte tel un empire plutôt qu en tant que république, nous mentir est chose permise. Il nous espionne parce qu il n a confiance en personne. La solution est simple : mettre un frein à la CIA et l empêcher de mener des actions sous couvert. Mettre un frein au gouvernement. Espérons que la Sénatrice Feinstein finira par se réveiller et commencera bientôt à nous défendre de ce gouvernement qui nous perçoit de

40 plus en plus comme ses ennemis. L ART DE DIRE LES CHOSES À SA CONVENANCE Par Paul Jorion - Publié le 20 mars 2014 «Rendre le monde plus sûr!», c est sur ses paroles apaisantes et sans crainte de manier les paradoxes que Yukiya Amano, le directeur général de l Agence internationale de l énergie atomique (AIEA), a conclu hier sa conférence de presse de Tokyo. Il faut dire que l organisation est née en 1957 sous l égide de l ONU, en pleine guerre froide, sous le slogan «Atom for Peace» (L atome pour la paix) et n a cessé depuis de promouvoir les applications civiles du nucléaire (tout en ayant comme mandat d en limiter les développements militaires). Prenant le taureau par les cornes devant son auditoire japonais, le haut fonctionnaire international venait auparavant d aborder le sujet pour lequel il était venu, dans un pays où les centrales sont arrêtées avec comme enjeu leur relance. «La sécurité à 100 % n existe pas», a-t-il expliqué pour appuyer le lobby de l électronucléaire, en prenant pour preuve qu une «catastrophe naturelle peut arriver n importe où dans le monde», sans s arrêter à un petit détail : dans le cas de l électronucléaire, ce risque est créé de toutes pièces! Par cette assimilation abusive, il a implicitement renvoyé aux anciennes croyances qui conduisaient à subir passivement le châtiment des dieux. En déclarant «ce qui est important dans la sûreté, c est que le processus soit

41 évolutif», il a apporté un autre argument à la relance, bien que cela revienne à reconnaître qu en matière de sécurité, on est toujours pris en défaut là où on ne s y attend pas! L art de dire les choses à sa convenance! Yukiya Amano est ensuite venu au second volet de sa mission. Tchernobyl avait le défaut d être derrière le rideau de fer à l époque de la catastrophe, tandis que Fukushima est un champ d expériences accessible, afin de préparer la prochaine catastrophe, puisqu elle est inévitable (un phénomène mystérieux, du même ordre que la formation des bulles financières). Une excellente occasion d apprendre à gérer les catastrophes au mieux, c est à dire au moindre mal, en étudiant les effets de celle qui est en cours afin de rendre la prochaine plus acceptable. Quitte à négliger les conséquences des faibles expositions prolongées en proposant à la population déplacée de revenir vivre dans un contexte de pollution radioactive accrue dont elle va devoir s accommoder. Pas question, bien entendu, de se poser la seule question toute simple qui vaille : le risque nucléaire vaut-il d être pris étant donné son potentiel dévastateur? Faut-il rappeler que le monde a été à deux doigts d une catastrophe bien plus grande il y a trois ans? PS : plus les problèmes sont présentés comme compliqués, plus ils imposent de s en tenir à une parole d expert, mais les philosophes voient les choses autrement. Quand l un d entre eux se rend compte qu il ne peut pas protéger son petit garçon des «Êtres radioactifs», il en vient à écrire un essai sur «La condition nucléaire», en s inspirant du titre anglais de l ouvrage d Hannah Arendt : «The Human Condition». Ces Êtres, explique-t-il sur FranceCulture, rendent impossible la condition humaine : «le monde a l air vivable, mais en réalité il est de plus en plus invivable» en raison des épisodes successifs de pollution radioactive de la planète qui s additionnent, ainsi que du danger persistant de «catastrophes interminables» que l on ne peut pas réparer. ======================== Jean-Jacques Delfour, La condition nucléaire Réflexions sur la situation atomique de l humanité,

42 296 pages, 15 Remerciements à Paul Jorion de Il faut mieux encadrer la restructuration des dettes souveraines Par Hélène Rey 20/03 Les Echos.fr Il y a des histoires qui se répètent. Les pays, souvent engoncés dans des considérations électorales de court terme, parfois soumis à des chocs macroéconomiques extrêmes, s'endettent trop et ne peuvent rembourser. Les créditeurs prêtent leur argent à tire-larigot quand tout va bien, contents d'encaisser une large prime de risque, et feignent de trouver anormal lorsque le risque se matérialise et qu'ils doivent essuyer une perte en capital. C'est pour cela qu'il est important d'avoir en place des mécanismes légaux et ordonnés pour sortir des crises de dettes souveraines : lorsqu'un pays ne peut plus payer et que les créditeurs ne veulent pas renégocier la dette de ce pays, la situation est catastrophique. Les investissements se tarissent, l'économie, déjà en crise, plonge. In fine, les créditeurs perdent aussi, car ils ne peuvent quasiment rien récupérer de leur investissement initial. C'est une situation de perdant-perdant. Pour éviter ces défauts désordonnés, et en l'absence d'une cour internationale capable d'arbitrer sur les faillites des pays, il faut s'asseoir autour d'une table et parvenir à un accord pour restructurer la dette du pays en difficulté. On diminue le montant de la dette, on rallonge la maturité pour que le souverain puisse payer au moins une partie de ses obligations sans que ce fardeau n'écrase son économie ; et les créditeurs peuvent récupérer une partie

43 de leur investissement. C'est du gagnant-gagnant. On imagine bien que les négociations sont habituellement très compliquées et ont un coût politique important ce qui explique sans doute, comme l'a écrit le FMI récemment, que les restructurations se font souvent trop tard et n'imposent pas de pertes assez importantes sur les créditeurs. Ce genre de logique, dont la sagesse a été douloureusement élaborée au cours d'une longue histoire de résolution de crises de dettes souveraines par la communauté internationale a en particulier été appliquée pour résoudre la crise de la dette de l'amérique latine dans les années Le fardeau d'une dette écrasante, conséquence, entre autres, du recyclage des pétrodollars dans les économies mal gérées d'amérique latine, a paralysé le continent pendant une décennie. Le salut est venu de la restructuration ordonnée de la dette avec les fameux Brady bonds et avec l'intervention du Club de Paris et du FMI. Pour que de tels plans de sauvetage marchent, il faut bien sûr que tous les créditeurs jouent le jeu et acceptent la restructuration de la dette qu'ils détiennent. S'ils le font tous, tout le monde y gagne. Mais il y a souvent quelques créditeurs qui espèrent pouvoir gagner beaucoup d'argent sur le dos des autres investisseurs et du pays en difficulté en refusant le deal. En effet, si l'économie est assainie suite à une restructuration où, disons, 95 % des créditeurs ont accepté d'avoir une perte de 20 % sur leurs investissements, les 5 % des créditeurs (souvent des «hedge funds» vautours) qui ont refusé le deal peuvent espérer pouvoir être payés à 100 %. Quelle bonne affaire pour eux, surtout s'ils ont acheté la dette du pays sur le tard, à très bas prix! Une telle attitude est bien sûr très dangereuse pour la résolution ordonnée des crises. Il est particulièrement alarmant que des juges de la cour de New York aient donné raison récemment à un «hedge fund» vautour qui a refusé la restructuration de la dette Argentine. Ce jugement met en péril la fragile architecture internationale, construite à grande peine, qui vise à faire coopérer les créditeurs pour parvenir à un meilleur résultat pour les pays en difficulté et pour l'ensemble des investisseurs. La France devrait déposer un amicus curiae auprès de la Cour suprême américaine pour contester le jugement de la cour de New York. Il ne s'agit point de soutenir l'argentine ou un pays particulier, il s'agit de protéger le processus de résolution ordonné et coopératif des crises souveraines contre les fonds vautours, qui font campagne agressivement pour encaisser leurs profits.

44 La Chine devient le 4e plus gros exportateur d armes Contrepoints, Publié le 20 mars 2014 La part des exportations de la Chine est passée à 6%, dépassant les 5% de la France, et venant derrière les 7% de l Allemagne, pour devenir le 4e plus grand exportateur. Selon l International Peace Research Institute de Stockholm, la Chine est devenue, pour la première fois, le quatrième plus grand exportateur d armes au monde. Les États-Unis et la Russie sont toujours les deux principaux fournisseurs d armes, représentant respectivement 29% et 27% du volume des exportations d armes conventionnelles. En ce qui concerne les importations, la part de l Inde dans les importations mondiales d armes conventionnelles s élevait, parmi les plus gros acheteurs, à 14%, suivie par la Chine et le Pakistan, qui représentent tous les deux 5%. Les cinq principaux pays importateurs d armes classiques sont tous situés en Asie.

45 L État, cette mafia qui veut votre bien à coups de poing dans la gueule Hashtable 20 mars 2014 Demaerd Awards et Grenelle de la Décomposition Aujourd hui, revenons l instant de quelques lignes sur les concepts de base, comme l importance d une égalité devant la loi, du contrôle des administrations, et de la nécessité d une probité hors norme de nos hommes politiques. Et pour cela, illustrons avec un exemple actuel, qui montrera que A/ la loi, c est pour les autres, B/ le contrôle des administrations, me faites pas rire, et C/ la probité des hommes politiques, ha ha ha la bonne blague. Comme je le remarque parfois au détour d un de mes billets désabusé, l État est une véritable mafia. Le jeune démocrate naïf, à la carte d électeur encore vierge de tout tampon républicain et tout frémissant à l idée d aller voter prochainement, s écriera immédiatement en lisant ça «Quelle exagération!», avec un mouvement rageur du poing histoire de bien montrer sa désapprobation en mode Non Mais Franchement. Les vieux militants, quant à eux et ne pouvant passer en pertes toute une vie à baratiner et se faire baratiner, jureront leurs grands dieux que non non non, l État n est pas une mafia bien que les problèmes courants pourraient bien être le fait d une certaine catégorie de personnel mais que les intentions et les principes sont bons, comme les petits pavés qui, bien ajustés, mènent à l enfer sans accroc. Mais la réalité, celle que refusent de voir les vieux briscards de la politicaillerie et les jeunes noobs de l engagement citoyen, cette réalité sans fard montre qu il n y a pas exagération : il n y a aucune différence de nature entre une organisation mafieuse et l État, surtout lorsque ce dernier a abandonné toute prétention à représenter autre chose que ceux qui le dirigent et qui en profitent personnellement et directement. Tout comme une mafia, l État utilisera d abord les paroles, les menaces et les sous-entendus pour s assurer de votre coopération, pour ensuite passer aux rétorsions, aux petites misères et autres vexations si vous montrez quelques réticences à lui accorder ce qu il désire, pour enfin utiliser la force et la brutalité si, d aventure, vous vous obstiniez. Et ce qui se passe actuellement avec Numericable en apporte une preuve flagrante.

46 Et dès qu on fait dans le biceps turgescent et le matraquage viril, il n y a pas mieux qu Arnaud Montebourg qui, sous les dehors d un gentleman farmer à la bonhommie de prétoire, cache en réalité un petit coq dictatorial dont les envolées théâtrales camouflent mal la cuistrerie. Et ce petit coq s est trouvé mortifié par le violent camouflet que lui aura infligé Vivendi lorsque la société, décidée à se séparer de sa filiale de téléphonie SFR, aura choisi Numéricable pour entamer les négociations plutôt que le poulain choisi par le ministre du Dressement Reproductif. Pourtant, comme tout bon mafioso, le parrain Montebourg avait clairement indiqué les termes de la proposition que Vivendi ne pouvait pas refuser : ou bien Bouygues rachetait SFR sans faire de vague, tout se passait bien et des petits bisous républicains étaient échangés, ou bien Numéricable tentait le coup et «Il faut que monsieur Drahi rapatrie l ensemble de ses possessions et de ses biens en France et nous aurons des questions fiscales à lui poser.» Las. Monsieur Drahi, le patron de Numericable, n a manifestement pas pris les remarques de Montebourg au sérieux. Ou pas assez. Et Vivendi, de son côté, aura probablement mal vu que le ministère se mêle de ses petites affaires : le

47 tempétueux minustre n a en effet rien trouvé de mieux que dévoiler, au micro d Europe1 et avant l ouverture de la séance boursière que «les dirigeants de Vivendi ont décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable», entraînant ainsi une bourrasque pour Bouygues et Free. Peut-être la firme centenaire a-t-elle jugé prudent de s éloigner de ce clown et de ses propositions : souhaitant logiquement éviter le pire, ils ont choisi l adversité avec Numéricable, mais se sont probablement épargnés un paquet d emmerdes futures monumentales (qui peut les blâmer? Vivendi se souvient sans doute de son cuisant passage dans les mains de politiciens et autres énarques). Ce qui devait arriver arriva : Numericable se prend donc un petit contrôle fiscal, déjà évalué à plus de 36 millions d euros. Cette demande est certes ouverte depuis un mois, probablement pour montrer toute la réalité du levier dont dispose le brave Arnaud, mais elle va trouver son importance accrue par l échec ministériel. On peut parier que la somme demandé par Bercy grimpera, sans parler de l attention des services de l État pour eux. Et puis histoire de montrer qu en plus des menaces générales sur l entreprise, Montebourg est aussi capable de cogner sur son patron, on apprend selon la mention consacrée d «une source gouvernementale» (relayée par BFM) que Bercy a lancé une enquête sur la situation fiscale du PDG de Numericable, et notamment sa résidence fiscale exacte, étant donné l importance que prend Patrick Drahi dans l économie hexagonale. Ben voyons. On imagine sans mal qu à mesure que les négociations entre Vivendi et Numericable vont avancer, les cognements fiscaux dont Drahi va faire l expérience vont très probablement s intensifier. Les noms d oiseaux («exilé fiscal», «salodesuisse» et autres joyeusetés du même tonneau) ont déjà commencé à pleuvoir, vaguement adoucis par le langage un peu duplomatique de Montebourg et de son sbire Pellerin. Le parrain ne laissera pas ce deal se faire sans grogner. Mais voilà : tout le monde semble trouver tout ça parfaitement normal. Les politiciens, par exemple, n ont absolument rien à dire sur l heureuse concomitance de la reprise de SFR par Numericable et d un contrôle fiscal de la société et de son patron. Du reste, on les comprend : ceux qui sont au pouvoir s en foutent et comprennent très bien, et ceux qui n y sont pas n ont

48 probablement pas envie de faire partie de la prochaine fournée de contrôles. La presse, par exemple, est mollement atone alors qu à l évidence, le ministre use ici de son pouvoir bien au-delà de ses prérogatives pour harceler un citoyen et une entreprise. Les articles se suivent et se ressemblent comme si les recopies un peu remises en forme de l AFP pouvaient constituer la vraie valeur ajoutée du travail de journaliste économique dans ce pays. Personne pour s étonner de cette pratique alors que d habitude, les deux tourtereaux gouvernementaux s entendent comme des larrons en foire pour louer l investissement étranger en France ; pourtant, ici, c est bien un étranger qui investit, massivement, en France, non? Apparemment, ce n est pas le bon type d étranger. Zut alors. Pas un journaliste pour s étonner aussi du parti-pris gouvernemental. Le parrain s agace et cogne, mais tout ceci est parfaitement normal. Et tant pis si la reprise du réseau SFR par Bouygues aurait inévitablement conduit à la fermeture des douzaines de boutiques SFR devenues surnuméraires (car généralement proches de celles de Bouygues), provoquant une pelleté de chômeurs en plus, ce qui ne se produira pas (ou alors, pas de cette façon là) avec Numericable Personne pour s interroger sur les vraies motivations qui poussent ainsi Arnaud à faire autant confiance à une entreprise de BTP, ou ce qui l encourage avec sa frétillance habituelle à sortir que finalement, la concurrence, c est cracra et qu il vaut mieux se contenter d un bon petit cartel de téléphonistes, à trois Mais non. Tout le monde s en fiche. Même pas mal. C est la France. La Fed réduit encore son soutien à l'économie américaine LesAffaires.com Publié le 19/03/2014 Par AFP La banque centrale américaine (Fed) a décidé mercredi de réduire encore son soutien à l'économie américaine et a innové en cessant de lier une éventuelle remontée des taux directeurs au seuil de 6,5% du chômage. Présidé pour la première fois par Janet Yellen, le Comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed a sans surprise décidé de diminuer de dix milliards de dollars supplémentaires ses injections mensuelles de liquidités destinées à fluidifier le crédit et soutenir l'activité.

49 Dans le droit fil du mouvement de retrait amorcé en décembre, ses rachats d'actifs, notamment en bons du Trésor américains, seront ramenés à partir d'avril à 55 milliards de dollars contre 65 actuellement, a indiqué le FOMC dans son communiqué publié à l'issue de deux jours de réunion à Washington. A l'appui de sa décision, la Fed estime que l'activité économique a continué à progresser en dépit de la vague de froid qui frappe le pays et freine notamment les transactions immobilières. "La croissance de l'activité économique a ralenti au cours des mois d'hiver, reflétant en partie des conditions météorologiques difficiles", note ainsi le Comité dans son communiqué. Mais il relève également "des progrès cumulés" vers son objectif de plein emploi et d'amélioration sur le marché de l'emploi. En février, le taux de chômage a baissé à 6,7% contre 10% au plus fort de la crise financière de Prévision de croissance en baisse Sans surprise, la Fed a également décidé de maintenir son principal taux directeur proche de zéro --son niveau depuis afin de continuer à exercer une pression à la baisse sur les crédits à long terme. La Banque centrale a toutefois innové en cessant de lier une éventuelle remontée des taux à une baisse du taux de chômage sous le seuil des 6,5%, comme elle le faisait dans ses précédents communiqués. Pour prendre sa décision sur les taux, la Fed indique désormais qu'elle "évaluera les progrès" de l'économie vers les objectifs de plein emploi et d'inflation annuelle à 2%, sans fixer le moindre seuil sur le taux de chômage. "Cette évaluation prendra en compte un vaste série d'informations, notamment sur les conditions du marché du travail et les pressions sur l'inflation", écrit simplement le FOMC. Ce seuil de 6,5% de chômage, dont les Etats-Unis s'approchent, était considéré comme caduc par un nombre croissant d'experts qui soulignaient qu'il ne reflétait pas certaines faiblesses du marché du travail et la difficulté pour les chômeurs de longue durée à retrouver un emploi. La Fed avait déjà minimisé l'importance de ce seuil en réaffirmant à plusieurs reprises que ses taux directeurs resteraient proches de zéro "bien après" la

50 baisse du taux du chômage sous les 6,5%. Comme c'est le cas chaque trimestre, le FOMC a également publié ses nouvelles projections économiques qui font apparaître un regain de pessimisme pour la croissance et d'optimisme pour l'emploi. Selon la Fed, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis devrait ainsi progresser de 2,8% à 3,0% sur un an au dernier trimestre 2014, marquant un léger fléchissement par rapport aux 2,8% à 3,2% prévus en décembre dernier. La Fed se montre également plus pessimiste pour 2015 et assure que l'activité économique devrait moins progresser que prévu. Pour l'année prochaine, elle prévoit désormais une croissance allant de 3,0% à 3,2% contre 3,0% à 3,4% attendus jusque-là. La Banque centrale américaine fait en revanche part d'un regain d'optimisme sur le front de l'emploi. Pour 2014, elle s'attend désormais à un taux de chômage qui s'échelonnerait entre 6,1 à 6,3% contre 6,3 à 6,6% prévus jusque-là, indique-t-elle dans ses nouvelles prévisions. Pour 2015, la Fed prévoit aussi une embellie plus forte que prévu avec un taux de chômage entre 5,6% et 5,9% contre 5,8 à 6,1% attendus jusque-là. Japon: la déflation est terminée, dit la Banque du Japon LesAffaires.com Publié le 20 mars Par AFP Après un an à la tête de la banque centrale du Japon (BoJ), le gouverneur Haruhiko Kuroda juge le pays à mi-chemin mais sur la bonne voie pour en finir avec la déflation. Il faudra cependant plus de souplesse encore, estiment des économistes. «Une année est passée depuis l'introduction d'une nouvelle politique d'assouplissement quantitatif et qualitatif», a souligné M. Kuroda lors d'un discours prononcé jeudi. «Jusqu'à présent, la politique menée exerçant les effets escomptés, l'économie du Japon avance vers la réalisation de l'objectif de stabilité des prix équivalente à 2% d'inflation», a-t-il poursuivi. «Bien sûr, nous sommes seulement à mi-chemin, mais la banque centrale va poursuivre dans cette voie pour surmonter le plus rapidement possible la déflation qui a handicapé l'économie japonaise durant une quinzaine d'années

51 », a promis M. Kuroda. Ce dernier, choisi par le Premier ministre de droite Shinzo Abe, a en outre de nouveau assuré que la BoJ ferait preuve de flexibilité et de pragmatisme pour ajuster le tir si nécessaire. Arrivé au poste de gouverneur le 20 mars 2013, M. Kuroda a réformé dès le mois d'avril la politique monétaire en ne s'attachant plus tant au taux directeur au jour le jour mais en ciblant une inflation de 2% via un doublement de la masse monétaire en deux ans. Il a estimé jeudi que la lutte antidéflation antérieure avait été «insuffisante» et que l'objectif de 2% était «un standard international» et «approprié en termes de politique macroéconomique». «Si la banque avait ciblé plus tôt ce 2%, elle aurait vaincu la déflation de façon plus rapide», a-t-il souligné. Cette assouplissement dit qualitatif et quantitatif passe par des rachats d'actifs, des bons du Trésor notamment, ainsi que des titres considérés comme relativement risqués, tels des fonds cotés en Bourse (ETF) ou des fonds communs immobiliers japonais (J-REIT). Le tout vise à pousser les entrepreneurs et consommateurs à être moins regardants à la dépense. Cette politique a eu pour premier effet d'accentuer la baisse de la monnaie japonaise face au dollar et à l'euro et de donner un coup de pouce aux prix en instillant en outre dans la tête des clients et commerçants l'idée que l'inflation allait pointer son nez. Alors que la déflation sévissait franchement auparavant, ces derniers mois l'indice des prix au détail se situe à plus de +1%, même +1,3% en janvier, une hausse qui n'est certes pas tant due à un surcroît de demande qu'aux coûts renchéris de l'énergie importée, mais qui n'en est pas moins réelle. - Assouplissement accentué dès cet été? Si en théorie plus de la moitié du chemin vers une inflation de 2% est déjà accompli, se dresse dès le 1er avril un obstacle: la hausse de la taxe sur consommation (équivalent de la TVA française) qui va passer de 5% actuellement à 8%. Or nul ne sait de quelle ampleur et de quelle durée sera la chute inévitable de

52 consommation après la date fatidique. Plus elle durera, plus risque d'être retardée la fin durable de la déflation puisqu'une moindre demande poussera naturellement les marchands à proposer des prix hors taxe plus bas afin d'inciter plus de clients à acheter. Si bien que la plupart des économistes tablent sur un renforcement des mesures d'assouplissement monétaire durant l'été, afin d'éviter un retour en arrière. Cela a toute chance d'être selon eux d'autant plus nécessaire que les effets positifs de la baisse du yen sur les exportations ne sont pas aussi importants qu'espérés et que la facture des importations, elles, s'en trouve au contraire renchérie. La politique monétaire de M. Kuroda s'inscrit dans la stratégie à «3 flèches» définie par le Premier ministre Abe, aux côtés de largesses budgétaires et de réformes structurelles. Le tout est connu sous le vocable «Abenomics» et a pour but de faire entrer le Japon dans un cercle économique vertueux de hausse des salaires, des prix, de la consommation, des exportations et de la production, autrement dit dans un mouvement de croissance soutenue et auto-entretenue. «Dans une économie où existe une inflation stable de 2%, un cycle opposé à celui de la déflation se met en marche», a répété jeudi M. Kuroda qui a assuré que la banque maintiendra sa politique ultra-souple jusqu'à ce que ce but soit atteint. Comment devenir millionnaire Bernard Mooney LesAffaires.com Publié le 18/03/2014 J imagine qu une grande partie de mes lecteurs cherchent au moins à accumuler un bon capital, voire une fortune. Si ce n est pas le cas, vous devriez. A ce sujet, il y a de nombreux préjugés. Par exemple, de nombreuses personnes croient que devenir millionnaire est hors de portée; d autres qu il faut des revenus annuels monstres; etc. Je peux vous dire que les chemins menant à cette réalisation sont nombreux et variés. Et le placement intelligent en est un, à votre portée.

53 C est d ailleurs ce qui ressort d une récente étude publiée par une société financière américaine, PNC Wealth Management. On a ainsi sondé des gens dont la valeur nette excédait 5 M$ à propos des décisions et actions ayant contribué le plus à leur succès financier. Contrairement à ce que bien des gens sont portés à croire, avoir des revenus élevés n est pas le premier critère. En effet, leur première action a été «d épargner tôt et régulièrement». C est ce qui, selon eux, a le plus contribué à amasser une fortune. Leur deuxième réponse : faire de bons choix de placement. Encore là, rien de bien sexy, mais plutôt terre à terre comme réponse. En troisième place, loin derrière, on retrouve «avoir des revenus élevés». Car, il ne faut pas se leurrer : il est plus facile et rapide d amasser un million de dollars lorsqu on gagne $ par année que si notre revenu annuel est de $. Enfin, au quatrième rang, il y avait la réponse «dépenser de façon contrôlée». Cela signifie que pour la plupart de ces millionnaires, leur succès s explique par des éléments qu une personne contrôle, soit le travail, l épargne et le placement. Si vous faites cela de façon constante et disciplinée, vous aussi vous pouvez devenir millionnaire. Plus vous commencez tôt, plus vos chances de succès sont grandes. Par ailleurs, on leur a demandé de mentionner les plus grandes influences expliquant leur succès. Et 63% ont répondu «travailler fort», 16% «prendre de bonnes décisions» et 9% la «chance». Ces réponses sont loin d être surprenantes. Par contre, si j étais eux, je donnerais une plus forte note à la chance. En effet, réussir dans la vie comporte un élément de chance, ne serait-ce que pour rester en santé par exemple. Il est difficile à quantifier, mais il ne faut pas l oublier. Certes, la tendance humaine veut qu on explique notre insuccès par la malchance, mais pas notre succès par la chance. Je vous dirais que plus le succès est grand, plus il faut faire de la place à la chance. Par contre, il y a des attitudes qui mènent à la chance et d autres qui contribuent à augmenter les possibilités de malchance. Si vous passez votre vie à conduire votre auto de façon téméraire, les chances sont grandes pour qu un jour vous faites un accident grave. Et lorsque ce jour arrivera, je parie

54 que vous l attribuerez à la malchance. Comme dans le placement d ailleurs, alors que bien des épargnants spéculent stupidement pour se diriger, quasi inévitablement, vers la banqueroute. À ce moment, ils seront prompts à attribuer leur échec, voire leur désastre, à la malchance ou à d autres éléments extérieurs. Bref, avoir de bons revenus, dépenser moins que nos revenus, investir le reste intelligemment et rationnellement, voilà qui demeure une recette menant au succès financier. Et si vous êtes chanceux, ce succès prendra moins de temps à atteindre. Le jour où Hillary Clinton a douté... Diane Bérard LesAffaires.com Publié le 19/03/2014 Hillary Clinton (HRC) était de passage à Montréal, hier soir. Elle était conférencière invitée pour la série «Leaders internationaux» de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain. Lors d une conférence qui avait toutes les allures d un «road show» pré-campagne électorale, madame Clinton a consacré plus des trois-quarts de son discours au sort des femmes, dans les pays émergents aussi bien que dans les pays avancés. «Certains pays ont un plafond de verre. D autres, un plafond en ciment», a-t-elle déclaré. Hillary Clinton a longtemps milité pour l égalité hommes-femmes au nom de la justice. Mais, comme plusieurs autres, elle a réalisé que cette stratégie ne menait nulle part. Ce type d argument a très peu servi à faire avancer la cause des femmes. Aujourd hui, c est à coup de chiffres que madame Clinton se bat pour l égalité hommes-femmes. Au nom de la croissance économique plutôt que de l équité. Et ça fonctionne mieux. C est en parlant d économie et non de justice sociale que l on va améliorer le sort des femmes, a-t-elle déclaré hier soir.

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 MAXIME SWITEK L interview politique, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Christian NOYER, le gouverneur de

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Bâle 3: le retour du Régulateur

Bâle 3: le retour du Régulateur Bâle 3: le retour du Régulateur Au siège de la banque Universelle Hey c est quoi cette tête d enterrement? T as lu les journaux sur les nouvelles règles de Bâle 3? Le régulateur veut augmenter le capital

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Banque Crésus versus Famille Fernandez

Banque Crésus versus Famille Fernandez Banque Crésus versus Famille Fernandez Par Éric Toussaint Pas facile de se mettre dans la peau des dirigeants d une grande banque, que ce soit un grand actionnaire ou un haut dirigeant nommé, pour comprendre

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

DEBATS DU DEUXIEME PANEL

DEBATS DU DEUXIEME PANEL DEBATS DU DEUXIEME PANEL Modérateur : Abashi Shamamba L Économiste L APSF réclame un milliard de dirhams à l ex-doti qui ne veut pas les lui payer, pourquoi? D abord, ce n est pas la DRPP qui doit de l

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guides de Tangerine sur les finances personnelles Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guide pour les Canadiens Les RÉR existent depuis longtemps, mais les CÉLI sont relativement nouveaux,

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me l avaient demandé.

Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me l avaient demandé. Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Merci pour votre participation active au quizz que vous avez reçu le 17 janvier dernier! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble

Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble Paris, le 24 mai 2012 Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble La chancelière allemande et son ministre des finances ont clairement défini leur position et il est difficile d imaginer une alternative

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer.

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer. La dette ou la vie D abord, on cherche à nous culpabiliser. On nous répète partout «La France vit au dessus de ses moyens» C est faux, la France est le 5ème pays le plus riche au monde, les français produisent

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Mieux épargner : Livret A LDD Livret Bleu LEP Livret Jeune Oubliez les taux bas du moment! G u i

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

C est un mode de calcul

C est un mode de calcul Merci d être sur le plateau de BFM TV. Vous êtes gouverneur de la Banque de France, président de l Autorité de Contrôle Prudentiel, c est-à-dire ce qui supervise toutes les banques en France. Alors, évidemment,

Plus en détail

Formulaire d inscription dépôt commun

Formulaire d inscription dépôt commun Formulaire d inscription dépôt commun Données générales titulaire du dépôt 1 (veuillez compléter tous les champs) Tél. professionnel Activité professionnelle Tél. privé Employeur Données générales titulaire

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Investissez dans l'immobilier

Investissez dans l'immobilier Investissez dans l'immobilier 1 Investissez dans l'immobilier Visitez : www.immo-topics.fr 2 Investissez dans l'immobilier Sommaire Est-ce que l immobilier est fait pour vous?... 3 Pourquoi vous avez tout

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul dans un bocal et, les gestes à poser, les démarches à

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail