ETUDE COLLECTIVE SUR LE RISQUE CHIMIQUE AU SEIN DES ATELIERS DE CONTRÔLE TECHNIQUE AUTOMOBILE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE COLLECTIVE SUR LE RISQUE CHIMIQUE AU SEIN DES ATELIERS DE CONTRÔLE TECHNIQUE AUTOMOBILE"

Transcription

1 ETUDE COLLECTIVE SUR LE RISQUE CHIMIQUE AU SEIN DES ATELIERS DE CONTRÔLE TECHNIQUE AUTOMOBILE Groupe Toxicologie Journée Dauphiné-Savoie Mars 2006

2 PRESENTATION DE L ETUDE

3 CONTRÔLE TECHNIQUE : GENERALITES Le contrôle technique est obligatoire en France depuis le 1 er janvier 1992 Destiné aux véhicules n excédant pas 3,5 tonnes S effectue sans aucun démontage Concerne 125 points de contrôle liés à la sécurité et au respect de l environnement

4 EVALUATION DU RISQUE Visites de plusieurs ateliers de contrôle technique Détermination des opérations à risque Synthèse des risques chimiques potentiels Étude de la faisabilité technique, financière et humaine du protocole déterminé

5 PARTICIPANTS A L ETUDE 14 ateliers de contrôle technique automobile Effectif total de 31 salariés Répartition dans le bassin annécien Présence d un atelier indépendant + ateliers intégrés à des groupes nationaux DEKRA SECURITEST AUTOSUR AUTOVISION AUTOSECURITE

6 PROTOCOLE ET RAPPEL TOXICOLOGIQUE

7 PROTOCOLE PERIODE ESTIVALE PERIODE HIVERNALE VENTILATION PARTICULES DIESEL MONOXYDE DE CARBONE MONOXYDE DE CARBONE BENZENE BENZENE

8 PROTOCOLE VENTILATION DES LOCAUX Anémomètre thermique (quantitatif) Générateur de brouillard (qualitatif) EXPOSITION AUX PARTICULES DIESEL 1 VME individuelle alvéolaire 1 VME ambiance EXPOSITION AU MONOXYDE DE CARBONE Niveau atmosphérique - Mesure en continu Niveau expiratoire individuel Variation début de poste / fin de poste EXPOSITION AU BENZENE IBE urinaire (acide trans, trans muconique) en fin de poste fin de journée

9 PARTICULES DIESEL PARTICULE DIESEL hydrocarbures adsorbés cœur carboné particules d hydrocarbures condensés sulfates Absence de VLEP Valeur de référence allemande (TRK) : exprimée en carbone élémentaire TRK = 0,1 mg/ m3

10 TOXICITE PARTICULES DIESEL Pénétration par voie respiratoire Effet cancérogène Poumon Vessie Atteinte ORL par mécanisme immuno-allergologique Augmentation des rhinites et asthme? Atteinte cardiovasculaire?

11 METROLOGIE PARTICULES DIESEL NF EN «Dosage des matières particulaires émises par les moteurs diesel» Fiche Métropol 002 (concentration pondérale d un aérosol sur filtre) de l INRS Fraction alvéolaire Cassette fermée 1700 ml/min Cyclone 10 mm Pompe EXEC SKC ARELCO Cassette porte-filtre Diam. 37 mm + filtre en fibre de quartz Cyclone Panametrics

12 TOXICITE MONOXYDE DE CARBONE VME : 50 ppm Atteinte au niveau du Système Nerveux Central Maux de tête (200 ppm) Atteinte au niveau du coeur Accélération du rythme Douleurs thoraciques Infarctus Atteintes générales 800 ppm : Céphalées Perte de conscience en 2 à 3h et décès 1000 ppm : Décès en 1 H Rougeur générale Fatigue Asphyxie Décès

13 METROLOGIE MONOXYDE DE CARBONE NIVEAU ATMOSPHERIQUE Mesure en continu Enregistrement du pic maximum d exposition Dräger Pac III NIVEAU EXPIRATOIRE Variation début de poste / fin de poste Prise en compte des facteurs pouvant influencer ce paramètre

14 TOXICITE BENZENE Exposition par voie cutanée : risque faible dans notre étude Des gants de protection adaptés sont : Présents dans les ateliers de contrôle techniques Utilisés systématiquement Exposition par voie respiratoire Benzène se retrouve dans les gaz d échappement (30 %) Pot catalytique : aucune influence sur la concentration atmosphérique en benzène Cancérogène reconnu R45

15 BIOMETROLOGIE BENZENE Recueil urinaire en fin de poste, fin de journée Dosage de l acide trans trans muconique Facteurs confondants : Tabac, certains médicaments et additifs VLI : 1 mg/g de créatinine Population générale : <0,1 mg/g de créatinine INTERPRETATION ACIDE MUCONIQUE URINAIRE 0 mg/g créat 0,3 mg/g créat 1 mg/g créat Exposition Négligeable Exposition Faible Exposition Certaine

16 RESULTATS

17 RESULTATS VENTILATION PRESENCE D UNE VENTILATION GENERALE MECANIQUE DE L ATELIER OUI NON 0/14 14/14 DOUBLE PORTE (entrée et sortie) OUI NON 4/14 10/14 VENTILATION GENERALE EFFICACE : 6 /14 OUVERTURES FAVORISANT VENTILATION GENERALE OUI NON 2/10 8/10

18 RESULTATS VENTILATION PRESENCE D UNE ASPIRATION LOCALISEE (contrôle pollution) OUI NON 7/14 7/14 UTILISATION DE CETTE ASPIRATION OUI NON 5/7 2/7 EFFICACITE DE CETTE ASPIRATION OUI NON 5/5 0/5 EFFICACITE DE CETTE ASPIRATION OUI NON 1/2 1/2

19 RESULTATS MONOXYDE DE CARBONE (été) Ventilation générale efficace 30 % VME Fumeur (interférence) CO ambiant (ppm) CO expiratoire (différence début et fin de poste) (ppm)

20 RESULTATS PARTICULES DIESEL (été) Mesure de l exposition individuelle des contrôleurs Particules diesel detectées : 5 /14 0,060 0,050 0,040 Ventilation générale inefficace 30 % TRK 0,030 0,020 0,010 0, Mesure de l ambiance de l atelier 0,060 0,050 Ventilation générale inefficace Particules diesel detectées : 4 /14 0,040 0,030 0,020 0, % TRK 0,

21 RESULTATS BENZENE (été) 0,35 0,3 0,25 Valeur en relation avec l exposition professionnelle de la journée travaillée NON Fumeur 0,2 0,15 0,1 0,05 0 Fumeur (interférence possible) Population générale < 0,1 mg/g créatinine Acide muconique (mg/g de créatinine)

22 RESULTATS MONOXYDE DE CARBONE (hiver) 25 Portes fermées Ventilation générale efficace 30 % VME Fumeur (intérference) CO ambiant (ppm) CO expiratoire (différence début et fin de poste) (ppm)

23 RESULTATS BENZENE (hiver) 0,25 0,2 Exposition au benzène en dehors de son activité professionnelle (tondeuse) NON Fumeur 0,15 0,1 0,05 Population générale < 0,1 mg/g créatinine Acide muconique (mg/g de créatinine)

24 COMPARAISON CO AMBIANT ETE/HIVER 25 Comparaison CO ambiant été/hiver (en ppm) Comparaison CO ambiant Eté/Hiver % VME Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver Eté Hiver LONGERAY ROSEAUX GANTIN RUMILLY BROGNY ALBANAIS CROIX ROUGE MALAZ EGALITE DOUSSARDFAVERGES THONES CRETES GREVES SEYSSEL : portes fermées durant le contrôle (absence de ventilation générale)

25 COMPARAISON BENZENE ETE/HIVER 0,35 0,3 0,25 Période hivernale période estivale 0,2 0,15 0,1 0,05 Population générale < 0,1 mg/g créatinine

26 RECOMMANDATIONS

27 RECOMMANDATIONS Éviter au maximum de laisser tourner les moteurs à l intérieur de l atelier notamment pendant l accueil d un nouveau client, d une prise de rendez vous, Préchauffer au maximum les véhicules à l extérieur de l atelier et/ou en utilisant systématiquement un système d aspiration des gaz d échappement. Favoriser au maximum la ventilation générale naturelle de l atelier Utiliser à chaque contrôle pollution le système d aspiration des gaz d échappement ou effectuer ce contrôle le plus à l extérieur de l atelier

28 SUIVI DE L ETUDE SENSIBILISATION DU PERSONNEL Restitution collective Employeur / Employé / MdT / IPRP Bonne participation (> 90 %) Public intéressé Ceci a motivé la seconde étude (période hivernale) Restitution individuelle orale à tous les ateliers de contrôle technique MISE EN PLACE D UNE SURVEILLANCE MEDICALE?

29 REMERCIEMENTS A LA SOCIETE DAUPHINEE SAVOIE MERCI DE VOTRE ATTENTION

Exposition aux émissions des moteurs Diesel et prévention des risques

Exposition aux émissions des moteurs Diesel et prévention des risques Exposition aux émissions des moteurs Diesel et prévention des risques J-P Depay et E. Mazillier Sommaire Introduction Moteur Diesel Émissions Diesel et particules Expositions professionnelles Prévention

Plus en détail

Anne LE MINOR Ingénieur Conseil Responsable du Laboratoire de Chimie-Toxicologie

Anne LE MINOR Ingénieur Conseil Responsable du Laboratoire de Chimie-Toxicologie Anne LE MINOR Ingénieur Conseil Responsable du Laboratoire de Chimie-Toxicologie Emissions de moteurs diesel Et si vous changiez d air? Matinée Marcel MARCHAND Samedi 28 Mars 2015 Sommaire 1. Les émissions

Plus en détail

SUIVI DES EXPOSITIONS A LA RAFFINERIE DE DUNKERQUE LORS D UN ARRET D UNITE S. DEWITTE INFIRMIERE HYGIENISTE IPRP

SUIVI DES EXPOSITIONS A LA RAFFINERIE DE DUNKERQUE LORS D UN ARRET D UNITE S. DEWITTE INFIRMIERE HYGIENISTE IPRP SUIVI DES EXPOSITIONS A LA RAFFINERIE DE DUNKERQUE LORS D UN ARRET D UNITE S. DEWITTE INFIRMIERE HYGIENISTE IPRP SOMMAIRE - Présentation de la Société de la Raffinerie de Dunkerque - Démarche de l hygiène

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique >Journée scientifique bi-académique Académie nationale de Pharmacie et Académie des Technologies Qualité de l air : de l échelle locale à l échelle planétaire Compréhension implications 25 01 12 Qualité

Plus en détail

Atelier sur la qualité de l air intérieur

Atelier sur la qualité de l air intérieur Atelier sur la qualité de l air intérieur Évaluation des contaminants atmosphériques courants dans les systèmes de ventilation Dru Sahai Santé publique Ontario Atelier sur la qualité de l air intérieur

Plus en détail

EFFETSSURLASANTÉ. 1 er décembre 2015 1

EFFETSSURLASANTÉ. 1 er décembre 2015 1 EFFETSSURLASANTÉ 1 er décembre 2015 1 Risques liés aux activités de soudage Risque oculaire Rayonnement Champ électromagnétique Incendie Chaleur Explosion Projections Choc électrique Fumées T.M.S. Bruit

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison LE RISQUE CHIMIQUE Un agent chimique dangereux est une substance ou un mélange dont la composition est susceptible de porter atteinte à la sécurité et à la santé des salariés exposés ou des utilisateurs.

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

ATELIERS DE FORMATION PROFESSIONNELLE A LA PRISON LOCALE DE SALE RISQUES ET CONSEQUENCES. Présenté par Dr Mouna REGRAGUI Dr Mohammed Abdalilah NEJJAR

ATELIERS DE FORMATION PROFESSIONNELLE A LA PRISON LOCALE DE SALE RISQUES ET CONSEQUENCES. Présenté par Dr Mouna REGRAGUI Dr Mohammed Abdalilah NEJJAR ATELIERS DE FORMATION PROFESSIONNELLE A LA PRISON LOCALE DE SALE RISQUES ET CONSEQUENCES SUR LA SANTE Présenté par Dr Mouna REGRAGUI Dr Mohammed Abdalilah NEJJAR Capacité de Médecine et Santé au Travail

Plus en détail

Nettoyage d un bac d essence sans plomb: Validation de la fiche d Exposition par l étude métrologique des postes de travail

Nettoyage d un bac d essence sans plomb: Validation de la fiche d Exposition par l étude métrologique des postes de travail Nettoyage d un bac d essence sans plomb: Validation de la fiche d Exposition par l étude métrologique des postes de travail, Dr Giocanti Acteurs de l étude Collaboration entre: Service de Santé au Travail

Plus en détail

Qualité de l air intérieur

Qualité de l air intérieur Qualité de l air intérieur 1 Présentation Air PACA Association Agréée de Surveillance de la Qualité de l Air (AASQA) Association loi 1901 à but non lucratif Surveillance de la région PACA 40 ans d expérience

Plus en détail

Évaluation des risques pour la santé de l exposition aux gaz d échappement des moteurs 2 temps

Évaluation des risques pour la santé de l exposition aux gaz d échappement des moteurs 2 temps Évaluation des risques pour la santé de l exposition aux gaz d échappement des moteurs 2 temps Dr Olivier SUROT(1) Dr François SCHERDING (1) Dr Magali DUFOUR (1) Pr Anne MAITRE (2) (1) Santé Sécurité au

Plus en détail

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Laurent MERCATORIS * Dr Pascale GEHIN * * ACST Strasbourg XXIII èmes Journées Franco-Suisses de Santé au Travail Chambéry, les

Plus en détail

L'air intérieur, un cocktail de polluants influant sur la santé

L'air intérieur, un cocktail de polluants influant sur la santé L'air intérieur, un cocktail de polluants influant sur la santé Énora Parent Chargée d'études en qualité sanitaire des bâtiments Cerema - Direction Territoriale Nord Picardie Dijon, le 3 juin 2014 Sources

Plus en détail

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux En hiver, la pollution extérieure est dominée par les particules et le dioxyde d azote, polluants primaires émis principalement par le trafic routier, les installations de chauffage des secteurs résidentiel,

Plus en détail

Conseils aux employeurs

Conseils aux employeurs Conseils aux employeurs Les informations que doit contenir le rapport final Décrypter un rapport d essai de mesures d empoussièrement en fibres d amiante 1 Nom et adresse de l organisme ayant réalisé les

Plus en détail

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 ------ 0 OFF PPM CO 20.9 0 % O2 LIE CH4 10 : 15 : 54 1 Déroulement de la leçon L oxygène O 2 Le monoxyde de carbone CO Interprétation des tableaux d évaluation

Plus en détail

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur HG0750F01B Pag. 1/6 MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur LIMOTEC nv Bosstraat 21 B- 8570 VICHTE Tel +32 (0) 56 650 660 www.limotec.be HG0750F01B Pag. 2/6 Index 1. TOXICITE DU MONOXYDE DE

Plus en détail

Activité 3 Et demain?

Activité 3 Et demain? annexe 1 : Interprétation des résultats La concentration du gaz CO est mesurée : en ppm (parties par million) De 0 à 5 ppm De 6 à 9 ppm De 10 à 18 ppm De 19 à 34 ppm Non Fumeur Soit entrée récente dans

Plus en détail

Sorbonnes à recirculation d'air

Sorbonnes à recirculation d'air GUIDE DE CHOIX Dernière mise à jour avril 2013 Sorbonnes à recirculation d'air Afin d optimiser le choix de votre sorbonne à recirculation d'air, répondez à ce questionnaire et retournez le par mail ou

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de personnes concernées.

L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de personnes concernées. Etude Engin de chantier et filtre à particules Constats L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de 700 000 personnes concernées.

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP

Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP Air Intérieur : partenariats nationaux Ministère de l environnement (préparation à la réglementation) Campagne nationale Ecoles et crèches

Plus en détail

Les risques du soudage et des activités connexes

Les risques du soudage et des activités connexes Les risques du soudage et des activités connexes TMS et manutention Rayonnement UV Incendie et explosion Risques oculaires Bruit Fumées de soudage Machines Vibrations Choc électrique Intervenants : Caroline

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds Acquisition d installations de captage des gaz d échappement et cabines de conduite des contrôles en air propre Ce document technique a été

Plus en détail

La pollution atmosphérique causée par les véhicules

La pollution atmosphérique causée par les véhicules La pollution atmosphérique causée par les véhicules Qu'est ce la pollution atmosphérique? Il s'agit d'une dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE 1. GENERALITES SUR LES AGENTS CHIMIQUES 2. NOTIONS DE BASE : Agent chimique Danger Risque Exposition professionnelle à un agent chimique Voies d exposition Agent chimique :

Plus en détail

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE >> www.cramif.fr RISQUE CHIMIQUE : LE SUIVI DES MESURES DE PRÉVENTION Dans le cas du risque chimique, lorsque la substitution

Plus en détail

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME Bonjour et Bienvenue DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME 1 LES PRODUITS CHIMIQUES Apprenons à les connaître pour bien se protéger! 2 2 Le règlement CLP (Classification, Labelling and Packaging of substances

Plus en détail

Sources : Pr B. Dautzenberg

Sources : Pr B. Dautzenberg LA TABAGISME PASSIF «Second hand tobacco» Sources : Pr B. Dautzenberg Définitions «Inhalation involontaire par un sujet nonfumeur de la fumée dégagée dans son voisinage par un ou plusieurs fumeurs» (Pr

Plus en détail

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti Ergonomes ERGOrama S.A. info@ergorama-sa.ch ERGOrama SA 1 Thèmes abordés Risques aigus et chroniques

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE FICHE DE DONNES DE SECURITE NETTOYANT VIDANGE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Nom du produit : Nettoyant vidange Distributeur : PGP DIFFUSION Adresse : 5, rue

Plus en détail

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Hubert Boulanger ARS Lorraine Marylise Fleury DREAL Lorraine 1 Plan I) Enjeux sanitaires et principaux polluants II) Résultats de la campagne

Plus en détail

Catalogue des formations proposées par S 3

Catalogue des formations proposées par S 3 Catalogue des formations proposées par S 3 Rue d En Bas 31580 LOUDET Tél. : 05.61.94.91.83 06.22.39.29.69 PreventionS3@yahoo.fr Principes généraux q Les modules de formation sont construits sur un modèle

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR UN ASPECT À ÉTUDIER POUR ÉTUDIER EN BONNE SANTÉ

QUALITÉ DE L AIR UN ASPECT À ÉTUDIER POUR ÉTUDIER EN BONNE SANTÉ QUALITÉ DE L AIR UN ASPECT À ÉTUDIER POUR ÉTUDIER EN BONNE SANTÉ Petit parcours «questions-réponses» pour comprendre pourquoi et comment la qualité de l air que vous respirez dans votre lieu de formation

Plus en détail

La marche automobile au ralenti

La marche automobile au ralenti Niveaux : 5 e, 6 e et 7 e année La marche automobile au ralenti Matières scolaires : mathématiques, sciences de la nature, utilisation des technologies de l information et des communications Objectifs

Plus en détail

Afth. l air. Rappel des recommandations en matière d air ambiant. thermoludiques

Afth. l air. Rappel des recommandations en matière d air ambiant. thermoludiques Rappel des recommandations en matière d air ambiant dans le GBPTh M. Fouquey (ISC eau) Quelques définitions (Art. R 4222-3 du code du travail) 1 Air neuf, l air pris à l air libre hors des sources de pollution

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES

LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES LISTE DES ÉQUIPEMENTS PRIORITAIRES N fiche Segmentation Équipements Exigences Carsat PRÉVENTION DU RISQUE CHIMIQUE 1 VL Carrosserie et PL 2 VL Mécanique et PL Système de lavage pour pistolets à peinture

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES

ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES Accueil Nouvel Adhérent Fiche Entreprise /Document Unique Programme «Bien-être» Métrologie Métrologie Accueil Nouvel Adhérent (ANA) L entreprise nouvellement adhérente au

Plus en détail

Biotox. Nouveautés juin 2014

Biotox. Nouveautés juin 2014 Biotox. Nouveautés juin 2014 Mise à jour, juin 2014 Mise à jour partielle, juin 2014, de la base de données Biotox Cette mise à jour «partielle» concerne les données scientifiques des monographies et dosages,

Plus en détail

NANOPARTICULES. Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009

NANOPARTICULES. Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009 NANOPARTICULES Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009 1 NANOPARTICULES: DEFINITIONS Ensemble des particules solides de dimension inférieure à 100 nm ( = 0,1 µ) (US National Nanotechnology Initiative) Nanoparticules

Plus en détail

Retour d expériences bâtiment basse consommation

Retour d expériences bâtiment basse consommation Retour d expériences bâtiment basse consommation Qualité de l air intérieur Jean-Luc PAUMIER et Nicolas LAVEISSIERE Qualité de l air intérieur Les polluants de l air intérieur - quelques rappels : les

Plus en détail

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans!

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! L air intérieur est plus pollué que l air extérieur! Nouveaux matériaux (bricolage, décoration, )

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

ALEC du pays de Rennes. Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur. 14 février 2013

ALEC du pays de Rennes. Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur. 14 février 2013 ALEC du pays de Rennes Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur 14 février 2013 1 Présentation d Air Breizh Présentation de la thématique Qualité de l Air Intérieur Présentationdel

Plus en détail

1. Les oxydes d'azote (NO x )

1. Les oxydes d'azote (NO x ) 1. Les oxydes d'azote (NO x ) Les NO x regroupent le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2 ), ils sont formés dans toutes les combustions fossiles, à haute température et par association de

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

EXPORISQ-HAP : Cartographie de l exposition professionnelle aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques

EXPORISQ-HAP : Cartographie de l exposition professionnelle aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques EXPORISQ-HAP : Cartographie de l exposition professionnelle aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques A. Maître, M Marques, L Legall, M Stoklov Toxicologie Professionnelle et Environnementale Equipe

Plus en détail

Concours académique Sciences Physiques

Concours académique Sciences Physiques Concours académique Sciences Physiques Classe de 4 ème Thème : Combustions, Alerte aux particules fines! Le ballon de Paris Le 13 décembre 2013, au plus fort du pic de pollution, les Parisiens ont inhalé

Plus en détail

La qualité de l air intérieur Principales sources de pollution et moyens d actions. Alexandre OCKLER- Air Lorraine

La qualité de l air intérieur Principales sources de pollution et moyens d actions. Alexandre OCKLER- Air Lorraine La qualité de l air intérieur Principales sources de pollution et moyens d actions Alexandre OCKLER- Air Lorraine Qualité de l air intérieur Une prise de conscience récente Mode de vie : 22 h sur 24 en

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

1. Formaldéhyde et benzène 2. Confinement 3. Deux exemples de résultats d enquêtes 4. Comparaison au niveau national

1. Formaldéhyde et benzène 2. Confinement 3. Deux exemples de résultats d enquêtes 4. Comparaison au niveau national Bilan en Limousin I. La campagne pilote 1. Contexte et objectifs 2. Organisation en région 3. Méthodologie 4. Choix des sites 5. Gestion des résultats II. Résultats en Limousin 1. Formaldéhyde et benzène

Plus en détail

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE Annie COURSIMAULT, Claudie DELAUNAY, Ghislaine GOUPIL Laboratoire

Plus en détail

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes Dr BAJON-THERY Dr COURJARET Dr SURET Dr DEWITTE Dr MICHOT Surveillance médico-professionnelle

Plus en détail

Pompes à membranes électriques pour urée

Pompes à membranes électriques pour urée Pompes à membranes électriques pour urée Pourquoi l urée? Les moteurs produisent des gaz d échappement nuisibles à l environnement qui se composent le plus souvent d oxyde de carbone, d hydrocarbures et

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers. Acquisition d installations de captage des gaz d échappement

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers. Acquisition d installations de captage des gaz d échappement CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers Acquisition d installations de captage des gaz d échappement Ce document technique a été élaboré par un groupe de travail coordonné par

Plus en détail

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 Conseils prévention Santé au travail Crée le 25/07/2011 par VK Mise à jour 08/09/2011 par VK Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 2. PRÉVENTION... 2 2.1. CONCEPTION DES LOCAUX... 2 2.2. ENTRETIEN DES LOCAUX...

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DE L EXPOSITION AU BENZÈNE

SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DE L EXPOSITION AU BENZÈNE 1 SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DE L EXPOSITION AU BENZÈNE Utilisation de l ACIDE S-PHENYLMERCAPTURIQUE urinaire dans les garages automobiles 2 Le benzène Produit par l industrie pétrochimique et cokeries 900

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

ETS B E A U S E I G N E U R

ETS B E A U S E I G N E U R ETS 6 Rue André Viellard Tél. 03 84 36 41 36 Fax 03 84 36 41 30 e-mail : contact@beauseigneur.com Site : www.beauseigneur.com FICHE DE DONNEES DE SECURITE LAVE GLACE - 30 C Version 1 du 21.12.2009 Réf

Plus en détail

Expositions aux fumées de soudage. Avantages et inconvénients des méthodes d analyses. Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS

Expositions aux fumées de soudage. Avantages et inconvénients des méthodes d analyses. Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS Expositions aux fumées de soudage Avantages et inconvénients des méthodes d analyses métrologiques et biométrologiques Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS Difficultés relatives aux mesurages Variations

Plus en détail

Contrôle et système d antipollution

Contrôle et système d antipollution Lycée professionnel Gaston Barré Baccalauréat professionnel MAINTENANCE des VEHICULES AUTOMOBILES SESSION 2013-2014 Contrôle et système d antipollution Nom : Prénoms : LYCÉE GASTON BARRÉ 1 Contrôle et

Plus en détail

Marie Christine CHOQUART

Marie Christine CHOQUART Marie Christine CHOQUART La Maison du Souffle = association loi 1901 Le Conseil d Administration Président Docteur -Pierre ELETUFE (M généraliste) Vice - Présidente Mme Sylvie GRIFFOIN (attachée de direction

Plus en détail

CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR

CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR 2014 1. PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE...P1 2. AIR INTÉRIEUR...P2 3. ANALYSEURS EN CONTINU A. ANALYSEUR DE POUSSIERES PORTATIF...P3 EN TEMPS REELS - FIDAS MOBILE B. ANALYSEUR

Plus en détail

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Fiche : Hygiène et sécurité BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Liste des préconisations relatives à l exposition aux facteurs de risque bruit, vibrations, poussières* réputées sans

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Jean-François BARTHÉLÉMY Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Risque chimique : contrôles des expositions atmosphériques Décret n 2009-1570 du 15 décembre 2009 Relatif au contrôle

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

UTILISATION : ENDUIT VINYLESTER GÉLIFIÉ UTILISÉ LORS DE LA FABRICATION DES MOULES POUR L INDUSTRIE DE LA FIBRE DE VERRE ET DES COMPOSITES.

UTILISATION : ENDUIT VINYLESTER GÉLIFIÉ UTILISÉ LORS DE LA FABRICATION DES MOULES POUR L INDUSTRIE DE LA FIBRE DE VERRE ET DES COMPOSITES. Fiche signalétique SECTION 1 : RENSEIGNEMENTS SUR LE PRODUIT Description : Gelcoat ou enduit gélifié Code de produit : SÉRIE 23VX UTILISATION : ENDUIT VINYLESTER GÉLIFIÉ UTILISÉ LORS DE LA FABRICATION

Plus en détail

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR wizmart Detecteur CO TECHNOLOGIE ELECTRO CHIMIQUE Garantie 5 ANS Le détecteur CO peut vous sauver la vie Le danger : la présence de monoxyde

Plus en détail

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA CAPTEURS AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA Association loi 1901Crée en 1996 par M.THIBAUDON pour poursuivre les travaux du laboratoire d Aérobiologie de l institut PASTEUR à Paris Étude du contenu

Plus en détail

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée COnCEnTRÉ DE TECHnOLOGiE Maîtrisez vos consommations grâce au concentré de technologie TOTAL EXCELLIUM DIESEL ) ) Une meilleure protection

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

Et si j arrêtais de fumer... Mon livret d accompagnement

Et si j arrêtais de fumer... Mon livret d accompagnement Et si j arrêtais de fumer... Mon livret d accompagnement Madame, Monsieur, Vous avez décidé de diminuer votre consommation de tabac ou d arrêter de fumer. L équipe de l UCSA est là pour vous aider et répondre

Plus en détail

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Etat des lieux de la prise en compte des risques liés aux agents chimiques dangereux pour la santé et la sécurité des salariés Principaux

Plus en détail

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales?

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Olivier Blanchard, EHESP Corinne Mandin, CSTB Page 1 Plan de l exposé La qualité de l air intérieur : quels enjeux? L OQAI en bref

Plus en détail

Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT

Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT Ingénieur, Docteur de L Ecole Centrale de Nantes Fonctionnement des moteurs Un moteur thermique permet de produire une énergie mécanique à partir d une énergie

Plus en détail

POLLUTION NO2 O3 PM10 C6H6 CO SO2 ATMOSPHERIQUE: S EN PROTÉGER, LA PRÉVENIR INFORMATIONS ET CONSEILS POUR LE GRAND PUBLIC

POLLUTION NO2 O3 PM10 C6H6 CO SO2 ATMOSPHERIQUE: S EN PROTÉGER, LA PRÉVENIR INFORMATIONS ET CONSEILS POUR LE GRAND PUBLIC POLLUTION ATMOSPHERIQUE: S EN PROTÉGER, LA PRÉVENIR INFORMATIONS ET CONSEILS POUR GRAND PUBLIC NO2 O3 PM10 C6H6 CO SO2 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS La qualité de l air, c est l affaire de tous Tout le monde

Plus en détail

Stratégie environnementale du traitement d air vis-à-vis des évolutions réglementaires et normatives

Stratégie environnementale du traitement d air vis-à-vis des évolutions réglementaires et normatives 1 Journées d études et de formation des techniques et de l ingénierie hospitalière Stratégie environnementale du traitement d air vis-à-vis des évolutions réglementaires et normatives Fabrice ROZMIAREK

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon (CE) N 1907/2006 - ISO 11014-1

Fiche de données de sécurité selon (CE) N 1907/2006 - ISO 11014-1 Fiche de données de sécurité selon (CE) N 1907/2006 - ISO 11014-1 Page 1 sur 6 5900 HEAVY BODY ULTRA BLACK SILICONE II No. FDS : 152855 V001.2 Révision: 01.05.2009 Date d'impression: 11.05.2009 1. Identification

Plus en détail

Prise en compte du risque chimique par l'équipe pluridisciplinaire. Béatrice Técher et Chloé LEROY Journée de l'uic/17 novembre 2015

Prise en compte du risque chimique par l'équipe pluridisciplinaire. Béatrice Técher et Chloé LEROY Journée de l'uic/17 novembre 2015 Prise en compte du risque chimique par l'équipe pluridisciplinaire Béatrice Técher et Chloé LEROY Journée de l'uic/17 novembre 2015 Contexte législatif Obligations des employeurs Évaluer l exposition (R4412-5

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux

Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux Club Bureaux, 13 novembre 2013 Pour toute information : corinne.mandin@cstb.fr L OQAI

Plus en détail

Effets sanitaires liés à la pollution de l air dans les crèches et bâtiments scolaires Assises régionales de l air

Effets sanitaires liés à la pollution de l air dans les crèches et bâtiments scolaires Assises régionales de l air Effets sanitaires liés à la pollution de l air dans les crèches et bâtiments scolaires Assises régionales de l air Dorothée Grange et Sabine Host, ORS Île-de-France 03/12/2013 1 Enjeu de santé publique

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT... 1 1 - Espaces

Plus en détail

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction :

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction : COIFFEUR Coiffeur Asthme, allergies respiratoires ou cutanées voire cancers et troubles de la reproduction imputables à la manipulation des produits chimiques, troubles musculo-squelettiques, stress dû

Plus en détail

Les polluants de l air intérieur Nature, origines et risques

Les polluants de l air intérieur Nature, origines et risques Les polluants de l air intérieur Nature, origines et risques CAPT AIR Bretagne Association loi 1901 Depuis 1996 : Analyse pollinique des sites bretons Depuis 2004 : Conseil Médical en Environnement Intérieur

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA

ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA HV-500 AVEC AROMATHÉRAPIE La poussière de notre maison Il est reconnu que l air de nos maisons est rempli de poussière, de pollen, de moisissures et de milliers d autres

Plus en détail