Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants de 1 technique.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants de 1 technique."

Transcription

1 Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0) fax : +32 (0) web site : Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants de 1 technique. Bancs d essai des moteurs à combustion interne. Auteur:Bernard GEORGES tel : +32 (0) Dernière mise à jour : février 2006

2 Table de matières. 1 INTRODUCTION RAPPEL DU PRINCIPE ET DES PERFORMANCES DU MOTEUR A COMBUSTION Performances énergétiques générales Les pertes par refroidissement Les pertes à l échappement Les pertes par imbrûlés Les pertes à l ambiance Puissance à l arbre DESCRIPTION PHYSIQUE DES BANCS D ESSAI MOTEUR Banc d essai du moteur à essence Citroën XM à injection Banc d essai du moteur diesel Mercédès INSTRUMENTATION DES BANCS D ESSAI Instrumentation du banc d essai du moteur essence Instrumentation du banc d essai du moteur diesel BILANS THERMIQUES Rappel des principes Définition et critique du choix des volumes de contrôle Volume simple Volume global Choix du volume de contrôle au niveau de l échappement REALISATION DES BILANS THERMIQUES A L AIDE DU SOLVEUR D EQUATIONS Conseils pour l écriture des équations et l utilisation du solveur Set de mesures et données par défaut pour le moteur DIESEL Set de mesures et données par défaut pour le moteur ESSENCE à injection Notes de labos moteurs_2006.doc 2

3 Table des illustrations. Figure 1: Vue en coupe d'un moteur à explosion....5 Figure 2: Excès d'air en fonction de la puissance du moteur diesel....7 Figure 3: Vue d'ensemble du banc d essai du moteur XM à injection....9 Figure 4:Vue du frein hydraulique du moteur XM...10 Figure 5: Vue d'ensemble du banc d essai du moteur diesel...11 Figure 6: Vue du frein hydraulique du moteur Mercédès...11 Figure 7: Schéma d instrumentation du moteur essence XM à injection Figure 8: Pertes de charge dans le circuit d'admission du moteur essence à injection Figure 9: Pesée du réservoir de carburant...13 Figure 10: Schéma d instrumentation du moteur diesel Mercedes Figure 11: Pertes de charge dans le circuit d'admission du moteur diesel...15 Figure 12: Illustration du bilan du refroidissement moteur...16 Figure 13: Volume de contrôle du moteur seul Figure 14: Volume de contrôle englobant le circuit d injection...18 Figure 15: Mesures de température à l'échappement...19 Notes de labos moteurs_2006.doc 3

4 1 Introduction. Le principe du moteur à combustion interne est de transformer de l énergie fossile en énergie cinétique utilisée pour la propulsion de véhicules, la production d électricité ou autres utilisations. Pour pouvoir comprendre et caractériser le fonctionnement du processus thermique, il est nécessaire de mesurer différentes grandeurs physiques avec le moins d erreur possible. Le fascicule «Notions de mesures sur bancs d essais.» explique pratiquement les différentes mesures qui sont réalisées lors des laboratoires. Pour vérifier le niveau de précision de ces mesures, on réalise des bilans thermiques qui permettent d abord de vérifier que les premiers principes de la thermodynamique sont respectés, ensuite d estimer la fiabilité globale des mesures réalisées. En cas de bilans erronés, on peut vérifier quelles sont les mesures incorrectes, après avoir toutefois vérifié les équations utilisées pour établir les bilans. Notes de labos moteurs_2006.doc 4

5 2 Rappel du principe et des performances du moteur à combustion. Un mélange de combustible (essence ou diesel dans notre cas) et de comburant (oxygène de l air ambiant) est réalisé dans les proportions requises pour être injecté dans la chambre de combustion constituée par les cylindres (cf. Figure 1). Le mélange est surchauffé par compression des pistons et enflammé, soit par une étincelle provenant de bougies dans le cas du moteur à essence (banc d essai du Citroën XM), soit par autoallumage dans le cas du moteur diesel (banc d essai Mercédès). L explosion du mélange entraîne le déplacement des pistons. Un système de bielles-manivelles transforme le mouvement de translation des pistons en mouvement de rotation de l arbre moteur.celui-ci entraîne une charge résistante constituée par l inertie du véhicule, les différents frottements (par exemple l air sur la carrosserie) et résistances au roulement (roues sur le sol, rotation des engrenages et autres). Dans le cas des bancs d essai, la charge résistante est constituée par un frein hydraulique dont le principe est décrit dans le fascicule sur les «Notions de mesures sur bancs d essais.» Cylindres (chambres de combustion Arbre moteur Bielles-manivelles Figure 1: Vue en coupe d'un moteur à explosion. Notes de labos moteurs_2006.doc 5

6 2.1 Performances énergétiques générales. La conversion énergétique se réalise forcément avec des pertes ainsi que l on a vu dans le cours de thermodynamique. On recense principalement, en régime établi,? Les pertes par refroidissement,? Les pertes à l échappement,? Les pertes par imbrûlés,? Les pertes à l ambiance. On peut considérer que la puissance injectée, soit le maximum de puissance disponible [W], est le produit du débit massique de carburant [kg/s] par son pouvoir calorifique [J/kg] Les pertes par refroidissement. Le refroidissement du moteur est indispensable pour éviter sa destruction. Quand le débit d eau est bien ajusté, on peut estimer que les pertes sont de l ordre de 30% de la puissance injectée, que ce soit pour le moteur à essence ou le moteur diesel. Comme l eau de refroidissement est à une température moyenne de 70 à 90 C, on peut récupérer une partie de cette énergie à travers un échangeur ( radiateur de chauffage par exemple).il en résulte une augmentation du rendement global du système Les pertes à l échappement. Les gaz d échappement sortent à haute température et haute pression pour aller se détendre à l atmosphère. L énergie libérée lors de la détente et le refroidissement est perdue pour le cycle. Quand la combustion est bonne, cette perte est aussi de l ordre de 30% de la puissance injectée, pour le moteur à essence comme pour le moteur diesel. On peut, entre autres exemples, récupérer une partie de cette énergie lorsqu on utilise un turbo-compresseur pour suralimenter le moteur et injecter plus de puissance pour la même cylindrée Les pertes par imbrûlés. Dans le cas du moteur à essence, on essaie d obtenir une combustion proche de la stœchiométrie, avec le risque d obtenir des imbrûlés. Le système d injection du moteur Renault XM du banc d essai est équipé d une régulation assez sophistiquée qui empêche, en régime établi du moins, la perte par imbrûlés. Le rapport air/essence est donc très proche de la stœchiométrie ( f stoe =0.068 ). L excès d air en pratique est compris entre 0.00 < e < Dans le cas du moteur Diesel, il est impératif, si l on veut éviter une formation exagérée de suies, d avoir un excès d air important. Dans ce cas il n a pas de pertes par imbrûlés. A vitesse de rotation du moteur constante, le débit d air aspiré est identique. La modulation de puissance du moteur est réalisée en modulant le débit d essence et l excès d air va évoluer. C est ce que montrent les résultats des tests en laboratoire sur le moteur Mercédès (cf. Figure 2 ), réalisés à une vitesse quasi-constante de l ordre de 2500 tr/m. C est un régime moteur rencontré régulièrement lorsque le véhicule circule en légère montée à km/h. Si la pente augmente et qu on veut maintenir la même vitesse, la pression sur l accélérateur engendre une augmentation de l injection de carburant. On accroît ainsi le couple moteur. On Notes de labos moteurs_2006.doc 6

7 voit que l excès d air est compris entre 1.5 < e < 3.5, en diminuant quand le débit de fuel, donc la puissance injectée, augmente. En pratique, à ce moment, on observe en général de l éjection de suie à l échappement sur un moteur mal réglé. 3.5 Banc d'essai Mercédès Excès d'air en fonction du débit de fuel à vitesse de rotation quasi-constante No e < N0 < 2600 tr/min 2600 No [tr/min] m fuel [kg/s] Figure 2: Excès d'air en fonction de la puissance du moteur diesel Les pertes à l ambiance. L eau de refroidissement circule autour des cylindres et de l huile de lubrification. La masse externe du moteur est portée à une température moyenne comprise entre celle de l eau et celle de l huile. On peut mesurer cette dernière à l aide d une sonde de température plongée dans le carter qui est une réserve, localisée en partie basse du moteur, récoltant l huile revenant des pistons et autres organes. La température moyenne d échange avec l ambiance est souvent proche de 80 à 90 C, avec des zones beaucoup plus chaudes au sommet du moteur autour des cylindres. On peut considérer que les pertes à l ambiance sont de l ordre de 10% de la puissance injectée pour les deux types de moteurs. Ces estimations ont été réalisées sur base d expériences antérieures sur différents moteurs Puissance à l arbre. Notes de labos moteurs_2006.doc 7

8 La puissance à l arbre est donc le solde disponible soit un ordre de grandeur de 30% de la puissance injectée. Dans le cadre des bancs d essais Mercédès et Renault, elle est convertie en frottement visqueux dans le frein hydraulique. On la mesure de deux manières :? On mesure le couple et la vitesse de rotation.? On calcule la puissance thermique dissipée dans le frein hydraulique en mesurant le débit d eau et les températures d entrée et sortie. Notes de labos moteurs_2006.doc 8

9 3 Description physique des bancs d essai moteur. Les composants principaux des deux bancs d essai sont décrits brièvement ci-après. Ils sont assez similaires. 3.1 Banc d essai du moteur à essence Citroën XM à injection. La Figure 3 montre une vue d ensemble du banc d essai du moteur à essence Citroën XM à injection. Arrivée d air Bloc moteur Frein hydraulique + couplemètre Réservoir d essence Figure 3: Vue d'ensemble du banc d essai du moteur XM à injection. Notes de labos moteurs_2006.doc 9

10 La Figure 4 montre un gros plan du frein hydraulique accouplé à l arbre du moteur XM.. Figure 4:Vue du frein hydraulique du moteur XM. La balance-couplemètre permet de mesurer le couple moteur à l aide des effets de contreréaction du frein hydraulique (cf. «Notions de mesures sur bancs d essais.»). Notes de labos moteurs_2006.doc 10

11 3.2 Banc d essai du moteur diesel Mercédès. La Figure 5 montre une vue d ensemble du banc d essai du moteur Mercédès avec le frein hydraulique en avant plan. Figure 5: Vue d'ensemble du banc d essai du moteur diesel. La Figure 6 montre le système permettant de mesurer le couple moteur à l aide des effets de contre-réaction du frein hydraulique et du capteur de force. (cf. «Notions de mesures sur bancs d essais.»). Bras de levier. Force. Figure 6: Vue du frein hydraulique du moteur Mercédès. Notes de labos moteurs_2006.doc 11

12 4 Instrumentation des bancs d essai. Elle est constituée de différents capteurs décrits dans le fascicule des notes de mesures. 4.1 Instrumentation du banc d essai du moteur essence. Le schéma d instrumentation du banc d essai du moteur essence est montré à la Figure 7. Figure 7: Schéma d instrumentation du moteur essence XM à injection. Notes de labos moteurs_2006.doc 12

13 Dans le circuit d injection, la perte de charge P2 entre la pression atmosphérique et le collecteur d admission est due au laminage de l air dans le papillon de réglage du débit. Elle est reportée au tube en U à l aide d un tuyau souple. (cf. Figure 8). Mesure de Figure 8: Pertes de charge dans le circuit d'admission du moteur essence à injection. Le débit de carburant est déterminé par pesée (cf. Figure 9) Figure 9: Pesée du réservoir de carburant. Notes de labos moteurs_2006.doc 13

14 4.2 Instrumentation du banc d essai du moteur diesel. Le schéma d instrumentation du banc d essai du moteur diesel.est montré à la Figure 10. Figure 10: Schéma d instrumentation du moteur diesel Mercedes. La perte de charge P3 entre la pression atmosphérique et le collecteur d admission est moindre que dans le cas du moteur essence car il n y pas de réglage de débit d air dans le circuit d injection. Elle est reportée au tube en U à l aide d un tuyau souple. (cf. Figure 11). Notes de labos moteurs_2006.doc 14

15 Mesure de pression Filtre Aspiration à l atmosphère par la tuyère. Figure 11: Pertes de charge dans le circuit d'admission du moteur diesel. Notes de labos moteurs_2006.doc 15

16 5 Bilans thermiques. 5.1 Rappel des principes. Les bilans thermiques et les calculs divers sont réalisés sur base des notes de cours de thermodynamique. Le choix du volume de contrôle peut conduire à des erreurs supplémentaires liées à des incertitudes de mesure ou de calcul sur les variables. On va illustrer la méthode pour le sous-système constitué par refroidissement du moteur XM en tenant compte des particularités du circuit eau. En effet, c est le débit d eau d injection, à la température t8, qui est mesuré (cf.figure 12 ) Figure 12: Illustration du bilan du refroidissement moteur. Pour rappel, on exprime le bilan des puissances en tenant compte du terme inertiel selon l expression du cours et utilisant les conventions égoïstes. On écrit l expression littérale de la puissance de manière telle que le sens soit positif si le volume reçoit cette puissance. On détermine par exemple les échanges avec l ambiance dont la température est t amb. 5.2 Définition et critique du choix des volumes de contrôle. Deux volumes de contrôle sont possibles Volume simple. Le premier (V1) englobe le moteur lui-même (cf. Figure 13 ). Pour calculer la puissance du côté eau, on doit connaître le débit. Hors comme on a dit précédemment, il est mesuré ailleurs. On doit alors écrire une équation d un nœud hydraulique pour le calculer. Notes de labos moteurs_2006.doc 16

17 V1 A Figure 13: Volume de contrôle du moteur seul. Soit m w le débit d eau traversant le moteur et m w,inj le débit d eau injecté dans la boucle et ressortant à l égout. On peut écrire, sans tenir compte du léger échauffement apporté par la compression de l eau dans la pompe, que : (m w - m w,inj). t7 +m w,inj. t8 = m w.t6 (bilan du nœud A) On obtient : m w = m w,inj. (t8-t7)/(t6-t7). Critique de la méthode du volume simple. Un essai particulier a donné :? T6 = C? T7 = 89.1 C? T8 = 12.9 C avec un débit d injection égal à 0.08 kg/s. On calcule un débit de refroidissement de kg/s, ce qui donne une puissance côté eau : Qw = W avec c w =4187 J/kg.K. Mais on a vu dans le fascicule sur les techniques de mesure que la mesure de chaque température est précise à ±0.2 K et que l erreur probable ( par calcul statistique) sur un? T est ( 0.3/?? T). L erreur probable sur le quotient de? T se calcule en considérant la racine carrée de la somme des carrés des erreurs. On obtient une erreur probable supplémentaire, liée au choix de ce volume de contrôle, de 2.8% sur la puissance soit près de 700 W!!! Notes de labos moteurs_2006.doc 17

18 5.2.2 Volume global. On considère un volume de contrôle englobant le circuit d injection (volume de contrôle V2 de la figure Figure 14) V2 Figure 14: Volume de contrôle englobant le circuit d injection Critique de la méthode du volume global. Dans ce cas la puissance apportée par l eau se calcule à l aide des températures t8 et t7. L erreur supplémentaire de 700W disparaît et l erreur probable sur la puissance échangée (image du? T eau ) passe de 0.3/ 11 à 0.3/76!!!. 5.3 Choix du volume de contrôle au niveau de l échappement. Sur le moteur XM, la température des gaz d échappement est mesuré à la sortie de chaque cylindre et dans le collecteur général (cf. Figure 15). On constate que la température de collecteur est systématiquement inférieure de près de 70 à 80 K de la température moyenne à la sortie des cylindres qui est de l ordre de 700 à 750 C. Notes de labos moteurs_2006.doc 18

19 Température de collecteur Figure 15: Mesures de température à l'échappement. La température du collecteur est beaucoup plus stable et il est tentant de l utiliser pour calculer les pertes à l échappement. Dans ce cas, on définit le volume de contrôle du moteur en incluant la portion du collecteur. Il faut tenir compte alors de l important rayonnement du collecteur à l extérieur de ce volume de contrôle. A titre d exemple, on peut calculer, en connaissant le débit de gaz, que cette puissance échangée par rayonnement et par convection, peut atteindre de 1000 à 1500W!. Notes de labos moteurs_2006.doc 19

20 6 Réalisation des bilans thermiques à l aide du solveur d équations. On utilise le solveur d équations (EES) pour écrire et résoudre les bilans. 6.1 Conseils pour l écriture des équations et l utilisation du solveur. On respecte la convention égoïste : l expression littérale est écrite de manière telle que l échange est positif si le volume de contrôle reçoit de l énergie. Attention au système d unités employé. Bien séparer les données et mesures de la résolution par équations littérales et ne jamais mettre les valeurs numériques des mesures dans les équations. Cela facilite énormément la lecture et les recherches d erreurs. Pour faciliter la lecture et le recherche d erreurs, il faut absolument utiliser des termes généraux qui seront ensuite décomposés dans des équations annexes, ellesmêmes pouvant être décomposées à leur tour. Ne pas hésiter à mettre des petits commentaires de liaison dans le style «avec», «et» pour architecturer les équations. Il faut écrire les équations progressivement et calculer régulièrement pour vérifier les erreurs. Sauvegarder le fichier sous un nom différent à chaque étape importante, comme par exemple itérer un numéro. Par exemple : merc_1 puis merc_2, etc Cela permet de toujours garder une partie de la solution qui tourne sans problèmes. 6.2 Set de mesures et données par défaut pour le moteur DIESEL. Pour préparer le laboratoire, on dispose d un set de données sur le banc d essai ainsi que des mesures réelles donnant des bilans satisfaisants. Le fichier EES original comprenant les questions est en annexe : <MER2006.EES> 6.3 Set de mesures et données par défaut pour le moteur ESSENCE à injection. Pour préparer le laboratoire, on dispose d un set de données sur le banc d essai ainsi que des mesures réelles donnant des bilans et des performances satisfaisants. Le fichier EES original comprenant les questions est en annexe : <XM2006.EES> Notes de labos moteurs_2006.doc 20

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Téléphone: Fax: VAT Registration No.:

Téléphone: Fax: VAT Registration No.: Téléphone: Fax: VAT Registration No.: Codes EOBD Tous les codes EOBD commençant par P zéro ont une signification standard indépendamment de la marque ou du modèle de véhicule. Pour les codes EOBD autres

Plus en détail

Les moteurs Information aux enseignants

Les moteurs Information aux enseignants Information aux enseignants 1/11 Ordre de travail Comment une voiture fonctionne-t-elle? Les élèves découvrent le moteur et apprennent à faire la différence entre un diesel et un moteur à essence. Objectif

Plus en détail

LE SYSTEME DE SURALIMENTATION 1. Mise en situation

LE SYSTEME DE SURALIMENTATION 1. Mise en situation 1. Mise en situation (entourez le turbo) Renault Mégane 1.9 dci 2. Necessité du système 2.1 Rappel P = C.ω P Puissance (watt) C Couple (N.m) ω Vitesse angulaire (rad.s -1 ) 2.2 Paramètres influençant les

Plus en détail

Liste des codes defauts.

Liste des codes defauts. Liste des codes defauts. P0100 «Défaut de fonctionnement du circuit de débit massique ou volume d air» P0101 «Problème de plage/efficacité du circuit de débit massique ou volume d air» P0102 «Entrée basse

Plus en détail

Liste des codes défauts génériques EOBD

Liste des codes défauts génériques EOBD Fournis par le Groupe ETAI Liste des codes défauts génériques EOBD www.groupe-etai.com Cliquer sur les liens ci-dessous afin d atteindre les groupes désirés : ¾ P00xx Dosage du carburant et de l air ¾

Plus en détail

Les véhicules La chaîne cinématique

Les véhicules La chaîne cinématique Un peu d histoire 1862 : M. BEAU DE ROCHAS invente le cycle à 4 temps 1864 : premier moteur à 4 temps, par M.OTTO 1870 : industrialisation de la voiture 1881 : première voiture électrique par M. JEANTAUD

Plus en détail

Carburant alimentation BOSCH MEV 17,4

Carburant alimentation BOSCH MEV 17,4 http://citroen-sto.ru/citroen-c4/razdel-12-sistemyi-upravleniya-dvigatelem/bosch-mev-17-4/sistema-pitaniya-toplivom-bosch-mev17-4/ Carburant alimentation BOSCH MEV 17,4 Schéma: Power Fuel Figure 12.24

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

Gestion moteur véhicules légers

Gestion moteur véhicules légers Module 8 Gestion moteur véhicules légers Orientation véhicules légers Diagnosticien d'automobiles avec brevet fédéral Orientation véhicules utilitaires Modules 7 à 9 Modules 10 à12 Modules 1 à 6 UPSA,

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL. 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence. Le phénomène d'auto-inflammation résulte lui-même :

PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL. 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence. Le phénomène d'auto-inflammation résulte lui-même : PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL 1. Généralités 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence La différence essentielle entre un moteur du type diesel et un moteur à essence réside dans le mode d'inflammation

Plus en détail

BANC D ESSAI D UNE TURBINE GAZ AXIALE / MOTEUR A REACTION. Applications pédagogiques

BANC D ESSAI D UNE TURBINE GAZ AXIALE / MOTEUR A REACTION. Applications pédagogiques BANC D ESSAI D UNE TURBINE GAZ AXIALE / MOTEUR A REACTION Applications pédagogiques - Etude du fonctionnement d une turbine à gaz comme moteur à réaction avec identification de l ensemble des composants

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS I:PRINCIPE DE BASE. 1-1:Situation problème. Lorsque nous voulons déplacer un véhicule manuellement, il est plus facile de le déplacer en créant une force sur

Plus en détail

CREATING POWER SOLUTIONS. 2G40. Moteurs Diesel Hatz. www.hatz-diesel.com

CREATING POWER SOLUTIONS. 2G40. Moteurs Diesel Hatz. www.hatz-diesel.com CREATING POWER SOLUTIONS. Moteurs Diesel Hatz FR www.hatz-diesel.com H Sur le, il est possible d utiliser les prises de force aussi bien au niveau de l arbre moteur (bout d arbre conique) que directement

Plus en détail

LA FONCTION REGULATION DE RALENTI. ( Pilotage de l'air additionnel.)

LA FONCTION REGULATION DE RALENTI. ( Pilotage de l'air additionnel.) LA FONCTION REGULATION DE RALENTI. ( Pilotage de l'air additionnel.) 1 / But : La régulation de ralenti permet d assurer un régime de ralenti stable et le plus faible possible. 2 / Principe : Pour pouvoir

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

INJECTION L JETRONIC

INJECTION L JETRONIC FICHE TECHNIQUE DU CLUB 924-944-968 Modele Moteur Rubrique Auteurs 944 2.5 L INJECTION Jean MULET INJECTION L JETRONIC LE SYSTEME D'INJECTION BOSCH L JETRONIC DME Le système de carburation consiste, en

Plus en détail

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur...

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... Table des matières Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... L étude technologique dans la démarche de maintenance... IX XI XII Partie 1 Approche et découverte de l automobile... 1 V Chapitre 1 :

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

1. LE MOTEUR THERMIQUE

1. LE MOTEUR THERMIQUE 1. LE MOTEUR THERMIQUE 1.1 Définition Les moteurs thermiques transforment de la chaleur en travail mécanique destiné à équilibrer le travail résistant d un véhicule qui se déplace. Les machines thermiques

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants.

Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Documentation technique Module de cogénération au gaz naturel Liebherr ENL936 EG207 Température du mélange air/gaz 50

Documentation technique Module de cogénération au gaz naturel Liebherr ENL936 EG207 Température du mélange air/gaz 50 Documentation technique Module de cogénération au gaz naturel Liebherr ENL936 EG207 Température du mélange air/gaz 50 ENL 936 EG207 - GMT 50 06/2012 Page 1 / 6 Sommaire page 1 Données techniques 3 2 Configuration

Plus en détail

DIAGNOSTICS DE PANNES DES VEHICULES DIESEL,HDI,

DIAGNOSTICS DE PANNES DES VEHICULES DIESEL,HDI, DIAGNOSTICS DE PANNES DES VEHICULES DIESEL,HDI, _ Vérifications de base 1. Vérification visuelle du moteur à l arrêt - Pas de fuite (GO, Liquide de refroidissement, Huile) - Pas de pièce détériorée (durit

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

t thermostats E k r A cartographiques M r E It t u Af od E r L po AH f M In

t thermostats E k r A cartographiques M r E It t u Af od E r L po AH f M In MAHLE Aftermarket Info produit Thermostats cartographiques Régulation conventionnelle de la température : la sécurité avant tout Dans un moteur à explosion, la combustion se déroule de manière optimale

Plus en détail

cussons Bancs d essai de moteurs pour techniciens automobiles Bancs d essai de moteurs monocylindres

cussons Bancs d essai de moteurs pour techniciens automobiles Bancs d essai de moteurs monocylindres LABORATOIRE DE MECANIQUE AUTOMOBILE RECOMMANDATIONS DE CUSSONS Pendant plus de 60 ans, Cussons Technology a été associée avec Ricardo Consulting Engineers, entreprise mondialement reconnue de conseils

Plus en détail

LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE

LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE : Ce document est rédigé dans le but de comprendre le principe de fonctionnement d un moteur 4 temps essence à 4 cylindre et plus. En aucun cas il ne s'agit d'un document technique

Plus en détail

DYNASCAN. Solution logicielle et électronique pour banc d essai à inertie ou freiné. Technologie multi-voie compatible mono ou multirouleaux

DYNASCAN. Solution logicielle et électronique pour banc d essai à inertie ou freiné. Technologie multi-voie compatible mono ou multirouleaux DYNASCAN Solution logicielle et électronique pour banc d essai à inertie ou freiné Systèmes pour bancs à rouleaux et bancs moteur Solution pour banc freiné ou pour banc à inertie Compatible avec toutes

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

TP n 5 : pompe common rail

TP n 5 : pompe common rail 4 ème année INSA TP Modélisation TP n 5 : pompe common rail Objectifs : analyser les divers mécanismes exploités sur la pompe common rail. TP n 5 : pompe common rail 1 Description de la pompe (20 ) 1.1

Plus en détail

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune :

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune : 1 L injection à rampe commune : 1.Mise en situation : 2. Définition : - On entend par système «common rail», un système d injection Diesel dont les injecteurs sont alimentés par une rampe commune et pilotés

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE DES VÉHICULES AUTOMOBILES OPTION A : VOITURES PARTICULIÈRES SESSION 2015 ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE ÉTUDE DE CAS - EXPERTISE TECHNIQUE Durée : 3 heures Coefficient

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version.0 1/7 Semestre 5 Technique automobile : moteur 7 périodes selon OrFo 3..5 Refroidissement Nommer les rôles du refroidissement du moteur et les exigences imposées au liquide de refroidissement RG53

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

Description des codes défauts standards par famille

Description des codes défauts standards par famille www.techn-ishop.fr / contact@techn-ishop.fr Description des codes défauts standards par famille Les codes défauts standard ou génériques sont une liste de codes commune à tous les constructeurs. Cette

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin :

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin : Nom.. Prénom.. Pneumatique Thème Technologie schéma 1 TECHNOLOGIE PNEUMATIQUE Du latin pneuma : souffle - esprit La pneumatique est la technologie de contrôle des gaz sous pression pour générer des forces

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

L injection essence 1 DATE : CLASSE :

L injection essence 1 DATE : CLASSE : 1 1. Frontière de l étude : 2. Solutions technologiques : On dénombre deux architectures selon le nombre et l emplacement des injecteurs : L injection multipoint : système le plus répandu actuellement,

Plus en détail

Moteur et périphériques

Moteur et périphériques Moteur et périphériques INJECTION DIESEL INJECTION ESSENCE BJ0E - BJ0J - BJ0K - BJ0M - BJ0P - BJ0V 77 11 311 220 Edition 2 - DECEMBRE 2001 Edition Française "Les Méthodes de Réparation prescrites par le

Plus en détail

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION Documentation technique DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION SEP du LPo N-J Cugnot 93 Neuilly/Marne LE CALCULATEUR Il est placé dans le boîtier à calculateurs, sur le passage de roue avant droit. Les

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 LES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES I/ PRINCIPE GENERAL Un chauffe-eau thermodynamique (CET) est un générateur thermodynamique

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Le compresseur : Le support compresseur :

Le compresseur : Le support compresseur : Conditionnement d air des véhicules est les différents organes que l on peut trouver suivant la marque le type et le modèle de véhicule, ainsi que sur les véhicules de TP. L été, dans les véhicules, la

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

SCHEMATISATION HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE

SCHEMATISATION HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE SCHEATISATION HYDRAULIQUE ET PNEUATIQUE SCHEATISATION HYDRAULIQUE ET PNEUATIQUE 1- Présentation En hydraulique et en pneumatique, on utilise un fluide liquide ou gazeux pour transporter l énergie. On a

Plus en détail

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels 1 Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels I Les moteurs à fonctionnement séquentiel A. Propriétés générales Le fluide est l air, l atmosphère est la source froide. On a montré que ρ = (T 1 -T 2 )/T

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

DYNADRIVE. Machines asynchrones pour bancs d essai MACHINE_ASYNCHRONE_P_02_08 1/6

DYNADRIVE. Machines asynchrones pour bancs d essai MACHINE_ASYNCHRONE_P_02_08 1/6 DYNADRIVE Machines asynchrones pour bancs d essai MACHINE_ASYNCHRONE_P_02_08 1/6 ROTRONICS ET LES BANCS D ESSAI Depuis près de 1 ans, Rotronics conçoit et fabrique des bancs moteurs pour l industrie, la

Plus en détail

MAGTROL. Frein à courant de Foucault haute vitesse WB 23. WB 23 Fiche Technique CARACTÉRISTIQUES COMMANDE PAR PC DESCRIPTION

MAGTROL. Frein à courant de Foucault haute vitesse WB 23. WB 23 Fiche Technique CARACTÉRISTIQUES COMMANDE PAR PC DESCRIPTION Fiche Technique Frein à courant de Foucault haute vitesse CARACTÉRISTIQUES nominal : 80 mnm Vitesse de rotation élevée 100 000 tmin -1 de freinage : 120 W en permanence et 400 W en intermittence Faible

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Modélisation et gestion de la thermique globale d un véhicule en vue de réduire sa consommation

Modélisation et gestion de la thermique globale d un véhicule en vue de réduire sa consommation Modélisation et gestion de la thermique globale d un véhicule en vue de réduire sa consommation Jacques MARACHLIAN 2, Riad BENELMIR 1, Cédric ROUAUD 2 1. LEMTA-CNRS UMR 7563 UHP Nancy I 2 Rue Jean Lamour,

Plus en détail

1) Principe du cycle quatre temps

1) Principe du cycle quatre temps Chapitre 1 Généralités 1) Principe du cycle quatre temps A) Moteur a quatre temps Inlaatklep: soupape d admission Uitlaatklep: soupape d échappement Compressieruimte : volume de compression Toevoer van

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

P0039 mesure/performance. Système électrovanne de commande de soupape d'échappement, ligne 1 - plage de

P0039 mesure/performance. Système électrovanne de commande de soupape d'échappement, ligne 1 - plage de Codes Description P0000 Aucune panne détectée P0001 Commande de régulateur de volume de carburant - circuit ouvert P0002 Commande de régulateur de volume de carburant - plage de mesure/performance du circuit

Plus en détail

Modélisation. et simulation. des groupes

Modélisation. et simulation. des groupes 128 Moteurs - Lubrifiants - 2014 ALIMENTATION EN AIR, COMBUSTION ET DÉPOLLUTION CONCEPTION DE LA BASE ÉVOLUTION DES Modélisation CONTRÔLE et simulation PHYSICO-CHIMIE DES LUBRIFIANTS ET THÉORIE DE LA des

Plus en détail

Les toutes nouvelles Alfa Romeo 4C Coupé et 4C Spider 2015 FICHE TECHNIQUE POUR LE CANADA

Les toutes nouvelles Alfa Romeo 4C Coupé et 4C Spider 2015 FICHE TECHNIQUE POUR LE CANADA Les toutes nouvelles Alfa Romeo 4C Coupé et 4C Spider 2015 FICHE TECHNIQUE POUR LE CANADA Les renseignements contenus dans la fiche technique sont basés sur les informations techniques les plus récentes

Plus en détail

Architecture moteur. Distribution. La distribution. Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution. Architecture.

Architecture moteur. Distribution. La distribution. Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution. Architecture. Architecture moteur La distribution Distribution Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution Architecture Dimensionnement Distribution variable Autres systèmes Exemples Octobre 2007

Plus en détail

Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz. par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies

Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz. par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies 3 Activités: Eosgen-technologies Bureau d étude mécanique et ingénierie.

Plus en détail

de 7,5 à 75 CV MODUL AIR Compresseurs rotatifs à vis

de 7,5 à 75 CV MODUL AIR Compresseurs rotatifs à vis de 7,5 à 75 CV MODUL AIR Compresseurs rotatifs à vis Compresseurs rotatifs à vis MODUL AIR de 7,5 Cv à 75 Cv D une technologie éprouvée par plus de 80 000 compresseurs rotatifs à vis installés dans le

Plus en détail

CAP MVA. Technologie. Maintenance des Véhicules Automobiles. Feuillets détachables. Jean-Luc BASCOL

CAP MVA. Technologie. Maintenance des Véhicules Automobiles. Feuillets détachables. Jean-Luc BASCOL CAP MVA Maintenance des Véhicules Automobiles Technologie Feuillets détachables JeanLuc BASCOL TECHNOLOGIE cap MAINTENANCE AUTOMOBILE Généralités 00 La découverte de l automobile 3 Savoir S 2.1 Motorisation

Plus en détail

Les turbocompresseurs

Les turbocompresseurs Les turbocompresseurs Conseils de montage n 4: le moteur P.S.A. DV6 1,6 hdi 75, 90 et 110 cv 1 RAPPEL : le turbocompresseur n est pas une pièce d usure, son changement est dû à une avarie moteur, des défauts

Plus en détail

L injection mono-point (Mono-Jetronic)

L injection mono-point (Mono-Jetronic) L injection mono-point (Mono-Jetronic) Table des matières 1 Introduction... 3 2 Nomenclature... 3 3 Fonctionnement... 4 4 Les paramètres principaux... 4 4.1 La quantité d air admise... 4 4.2 Le régime

Plus en détail

Lubrification automobile et des moteurs industriels

Lubrification automobile et des moteurs industriels Lubrification automobile et des moteurs industriels p. 95 à 97 Lubrification automobile et des moteurs industriels LUB / LUBMA LUB / LUBMA-E Lubrification des moteurs d automobiles 3 Jours Niveau : Expertise

Plus en détail

Compétition Automobile : Tout un Monde de Carburants. Arnaud ALBOUY Total Additifs & Carburants Spéciaux

Compétition Automobile : Tout un Monde de Carburants. Arnaud ALBOUY Total Additifs & Carburants Spéciaux Compétition Automobile : Tout un Monde de Carburants Arnaud ALBOUY Total Additifs & Carburants Spéciaux Compétition Automobile : Tout un Monde de Carburants Qu est ce qu un carburant compétition? Paramètres

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S DOSSIER TECHNIQUE APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S 1 PRESENTATION ET FONCTIONNEMENT 1.1 Mise en situation 1.2 Principe de fonctionnement 1.3 Chronogramme de fonctionnement 1.4 Régulation

Plus en détail

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils?

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? Ce n est pas un hasard si, en modélisme, les moteurs à deux temps sont utilisés dans 95% des cas. Le deux temps est un moteur très simple quant à sa composition;

Plus en détail

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC)

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Sébastien DECLAYE 1*, Sylvain QUOILIN 1, Vincent LEMORT 1. 1 Laboratoire

Plus en détail

MACHINES THERMIQUES (THERMO2)

MACHINES THERMIQUES (THERMO2) École Nationale d Ingénieurs de Tarbes MACHINES THERMIQUES (THERMO2) 1 ère année Semestre 2/2* EXERCICES - Rendement - Cycles Thermodynamiques - Écoulement en régime permanent Vous devez vous munir de

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Moteur thermique 50 cm 3, 2 temps à injection. Aucun document autorisé, calculatrice autorisée.

Moteur thermique 50 cm 3, 2 temps à injection. Aucun document autorisé, calculatrice autorisée. Moteur thermique 50 cm 3, 2 temps à injection. Aucun document autorisé, calculatrice autorisée. Mise en situation. Nous proposons l étude des performances d un moteur thermique de scooter et de sa chaîne

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur. DYNORACE 2WD /DF2 Banc 2 roues motrices. Banc de puissance Disponible en 3 versions :

GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur. DYNORACE 2WD /DF2 Banc 2 roues motrices. Banc de puissance Disponible en 3 versions : BANCS DE PUISSANCE Banc de puissance Disponible en 3 versions : Inertiel /DF2is Inertiel /DF2i Freiné /DF2fs Avec un frein à courant de Foucault 3 GROUPE HOLDIM Leader mondial de l optimisation moteur

Plus en détail

Biomobile et Consomini

Biomobile et Consomini Biomobile et Consomini La recherche de performances écologiques dans la mobilité Patrick Haas, Prof. HES CMEFE, HES-GE ER 06 Yverdon 3-4 octobre 2006 BioMobile et Consomini Deux véhicules : 1) prototypes

Plus en détail

AUTOMOBILE SPARE PARTS SINCE 1946

AUTOMOBILE SPARE PARTS SINCE 1946 AUTOMOBILE SPARE PARTS SINCE 1946 PLUS DE 4000 BONNES RAISONS POUR NOUS CHOISIR Les catalogues Facet, papier et web, comprennent plus de 4000 références pour toutes marques européennes, japonaises et coréennes,

Plus en détail

REMARQUES SUR LE SYSTEME FAP motorisation DW12ATED4 applications 406-607

REMARQUES SUR LE SYSTEME FAP motorisation DW12ATED4 applications 406-607 AVANT PROPOS Ce document cite uniquement des évolutions ou des compléments d informations sur le système FAP 1 ere génération (motorisations DW12ATED4 application 406 et 607 uniquement). La brochure «Filtre

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Clio Cup 2008 MOTEUR

Clio Cup 2008 MOTEUR Clio Cup 2008 MOTEUR MOTEUR SOMMAIRE MOTEUR. MOTEUR 2.. IDENTIFICATION DU MOTEUR 2..2 CARACTÉRISTIQUES 2..3 LUBRIFICATION 3..4 SCELLÉS 3..5 DÉPOSE-REPOSE DU GROUPE MOTO-PROPULSEUR 5.2 MELANGE CARBURE 2.2.

Plus en détail