La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!"

Transcription

1 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

2 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" ;%<%=>?5% AA;B" Données Insee 2012!"#$%$&'($)"*+,,+-./"012-3"4"#$%$)5$-'6"

3 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" AA;B" DE(/2'(%!"#$%&'()* &8>5$I8'" Données Insee /01-$)2'),,)* C'D'-8."5$E."L"5M1G#(%'1-"'(%

4 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( CE.')8F"" >)-G)$?'." 423* 123* ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* +,'#'$,%-)* "! ) % * " '&

5 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

6 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

7 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( ) #* + ) %* " '& ) ## CE.')8F"" >)-G)$?'.".'(/-0()* A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(% "! ) % * " '&

8 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

9 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

10 A3#-:'"B1,%*(%% 'K02"#L,(%% #ML'(/(,$0(% 1. Une cartographie de l épargne règlementée sur livret en France métropolitaine! Importance, direction, évolution!

11 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! DPAIQ8O% %%%!8NFO%%%%%% Des départements au solde positif 567* en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! 897*

12 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

13 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

14 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

15 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

16 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! &,*3-(%*K0-"#$%(,$#(%% V"Ba/=" V"9:/b" ""9:/b" ""Ba/=" ""W</<" 567%''%*

17 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions P1#*% des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

18 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage 1'$-'V" V*)5)$." entre les répartitions des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

19 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage entre les répartitions P1#*% 1'$-'V" V*)5)$." des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

20 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un déplacement : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

21 2. Une épargne différenciée entre les départements?!

22 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! 0,6 Taux de Corr. Une épargne 0,55 peu différenciée spatialement! % 1 /, * ' *& GINI départemental 0, des 97% ) différences 98% entre départements qui reflètent la localisation des 0,45 facteurs individuels du comportement d épargne.! ( % %$ 96% 98% % $' 93% 98% 99% 0, % % ) 91% 96% 98% 98% #& ,35 84% 89% 93% 95% 94% 96% Epargne sur Livrets hors Paris ENRL ERL 0,

23 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Taux de Corr.! Une épargne peu différenciée spatialement! 2008! 99%! 2007! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! des différences 2009! entre 97%! départements 98%! qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.! 2010! 94%! 96%! 98%! 2011! 91%! 93%! 98%! 99%! 2012! 88%! 91%! 96%! 98%! 98%! 2013! 84%! 89%! 93%! 95%! 94%! 96%!

24 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

25 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

26 Où épargne-t-on le plus?! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne O(3,()% règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! des différences entre départements Y":$()% qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement [13#(% d épargne.! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse. R9(Z#1,%! [1\M#(% 9:;===g" 9a;b==g" 9B;===g" 9<;<==g" 567%''%* Y":$()% 99;a==g" W;===g"

27 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

28 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% Une épargne peu différenciée /*>*A*BC7* spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

29 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! /*>*?*9D7* O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

30 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Z)?$)>5'" S??'8? &V D)5'8?" "=/9B" =/=:" =/=B9W" J)8F"('"GKP,)3'" V=/Aa" =/=W" =/==B:" V=/Ua" =/9=" j/===9" V=/Aa" =/=:" =/===:" Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

31 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

32 3. La nouvelle géographie des financements! Le rôle du logement social!

33 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

34 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 58)9* 30 Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

35 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

36 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

37 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

38 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cddf)ei% cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cdd`)d=% cddg% cddh% cdd?%

39 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts!!8nfo%.%thprsd% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! W9" Des financements plus concentrés! AO" cddf)ei% 9;W" 9;a" 9;<" liés à une évolution la localisation UU" Aa" des prêts au logement social! 9" Ba" b9" en faveur des zones de marché U9" AA" <b" tendues! A9" =;b" =;U" BB" 9a" AU" ba" bb" BW" b<" UA" Ab" =U" 99" 9<" <B" AB" <:" BU" 9=" 9:" bu" b:" <=" a=" A:" =b" BA" UB" 9U" ::" :=" <W" au" AW" :U" U:" U=" :B" =<" Ub" :a" 9b" <A" =:" B<" a9" bw" 9W" =a" Ua" A<" :9" =A" Bb" :<" b=" :b" U<" B=" =W" 9A" 9B" B:" <a" W<" <9" WB" aw" WA" aa" aa" <<" <U" ab" ba" Af" :A" a<" :W" WU" B9" W=" =9" UW" ab" =B" bb" a:" =;9" =;9" =;U" =;b" 9" 9;<" 9;a" 9;W" cdd`)d=%

40 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

41 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

42 Où vont les financements?! 0,6 Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 0 * ' *& Des financements plus concentrés! 2009 GINI départemental 1 /, liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! ) ( %$ 0,55 0,5 0, en faveur des zones de marché tendues!. $' % ) #& 0,4 0, prêts annuels lissés population 0,3

43 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

44 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%<G<*$-1E)"10)" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" ABAg" 9:=g" 9=bg"

45 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% * Une hausse sensible des prêts! F)6,(*1*G6,)*"H*/$#-(E(7>%** qui va de pair 8%)*%'$6I-)*8%*"H/>#-J'%K" avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! " liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

46 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! L#""/%*8%*"#*O6,-%;*P,-6'8%C"" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%1*E#,4"-10)" Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

47 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

48 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

49 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

50 Où vont les financements?! =;W" Une hausse sensible des prêts! S3,3% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements [ISDTDPF%OIA&R[% plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! A="===" en faveur des zones de marché tendues! =;b" =;B" =;<" 9B"===" 9="===" B"===" =" A==U" A==B" A==a" A==b" A==:" A==W" A=9=" A=99" A=9A" A=9<"

51 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

52 Où vont les financements?! ANAH, Guy Taïeb

53 cdd`)d=% Où vont les financements?! e% c% i% `%?% h%

54 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

55 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

56 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

57 4. Principaux enseignements!

58 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! n o Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

59 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?! % % % -1/2#(,*#(%'"% 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% n o q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

60 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015 éclairages L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme MARS 2015 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique La circulation méconnue de l épargne réglementée

Plus en détail

INFORMATIONS DIVERSES

INFORMATIONS DIVERSES Nom de l'adhérent : N d'adhérent :.. INFORMATIONS DIVERSES Rubrique Nom de la personne à contacter AD Date de début exercice N BA Date de fin exercice N BB Date d'arrêté provisoire BC DECLARATION RECTIFICATIVE

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Vecteurs. I Translation. 1. Définition :

Vecteurs. I Translation. 1. Définition : Vecteurs I Translation Soit A et B deux points du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation du plan qui a tout point M associe le point M tel que [AM ] et [BM] aient le même

Plus en détail

#"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($

#$&'$+* ( ),'-.'($ %($ "#$%&' #(%)*"" (#%*!"!#$"! -!"!#$"!! -!"!#$"!./% -!"!#$"! #"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($ % & % '!#(! "! $#) #!* +,!(")"",#./ & 0!,$#!1!"!#1 $#!* ** +" + 1! 0! $!,#!,! $,! 2! $3! 1! $ 1+4!"$"#)1,##" 56./78#!

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

+, -. / 0 1! " #! $ % % %! &' ( &))*

+, -. / 0 1!  #! $ % % %! &' ( &))* !"#!$%% +,-. /01 %!&'(&))* 23%#!! " # " " " "$! 4 5-6 4! 1! " # - 5! " # 6 3! " # 7! " # " 8! 9 : ; 5 7 4! 1! # 42 5! 5 < 44 3! # " 7! 41 5 8 '9 4! " $ = " > 4!4 *% 43 4!1? 48 4 4!5 $ 9 4!3 4@ 4!7 $ #

Plus en détail

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 Chapitre1 Matrices 1 201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 EXERCICES 1.2 1. a) 1 3 Ë3 7 3 2 Ë 1 16 pas défini d) 16 30 17 3 e) Ë 7 68 22 16 13 Ë 5 18 6 2. a) 0 4 4 4 0 4 Ë4 4 0 Ë 0 4 32 4 4 0 4 32 32 4 0 4 4

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

Le théorème de Thalès et sa réciproque

Le théorème de Thalès et sa réciproque Le théorème de Thalès et sa réciproque I) Agrandissement et Réduction d une figure 1) Définition : Lorsque toutes les longueurs d une figure F sont multipliées par un même nombre k on obtient une autre

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Audit 360. Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets?

Audit 360. Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets? Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets? Permet de s affranchir d éventuels problèmes liés aux infrastructures techniques,

Plus en détail

SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.)

SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.) SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.) Dernière mise à jour : octobre 2013 Ce document a pour objectif de décrire ce que l OPCA (OPCA 3+) attend du fichier à transmettre par l adhérent.

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Exercices de géométrie

Exercices de géométrie Exercices de géométrie Stage olympique de Bois-le-Roi, avril 2006 Igor Kortchemski Exercices vus en cours Exercice 1. (IMO 2000) Soient Ω 1 et Ω 2 deux cercles qui se coupent en M et en N. Soit la tangente

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Atlas régional de l habitat

Atlas régional de l habitat Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur I Année 2011 Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

10 juin 2010 Polytech Lille. Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides.

10 juin 2010 Polytech Lille. Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides. 10 juin 2010 Polytech Lille Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides Synthèse ! " ##!! " $% &#'() (* + +!,(-) *. +*/ # $ 0*1*2 '(#3 4

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Les aides financières de l État au logement mars 2008

Les aides financières de l État au logement mars 2008 Les aides financières de l État au logement mars 2008 Sommaire Présentation d ensemble Les principaux prêts.................................................. 2 Secteur locatif social Caractéristiques

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Note de cours. Introduction à Excel 2007

Note de cours. Introduction à Excel 2007 Note de cours Introduction à Excel 2007 par Armande Pinette Cégep du Vieux Montréal Excel 2007 Page: 2 de 47 Table des matières Comment aller chercher un document sur CVMVirtuel?... 8 Souris... 8 Clavier

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB)

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB) RE ANNÉE SEMESTRE PRATIQUE ET INITIATION Dessin d observation et projet (FL [cd] + PC [a] + JMH [b]) Couleur / peinture (PC [cd] + AO [ab]) Espace / Volume (CLT [cd] + AT [ab]) Design (FC [ab] GG [cd])

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

! " # $ #% &!" # $ %"& ' ' $ (

!  # $ #% &! # $ %& ' ' $ ( !" #$%"& ! "#$#% &!" #$%"& ' '$( SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 METHODE... 4 TAUX DE REPONSES ET VALIDITE DES POURCENTAGES... 4 RESULTATS... 6 I. Qui sont les étudiants ayant répondu?... 6 1.1. Répartition

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Initiation à la programmation en Python

Initiation à la programmation en Python I-Conventions Initiation à la programmation en Python Nom : Prénom : Une commande Python sera écrite en caractère gras. Exemples : print 'Bonjour' max=input("nombre maximum autorisé :") Le résultat de

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014 Expertise Crédit Euro La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion Décembre 2014 destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Performance cumulée

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Chers Parents. Pour de plus amples renseignements et pour adhérer il suffit de vous rendre sur le site : http://apelma.e-monsite.

Chers Parents. Pour de plus amples renseignements et pour adhérer il suffit de vous rendre sur le site : http://apelma.e-monsite. , Chers Parents Votre enfant entre cette année au Lycée Militaire d AUTUN. Cet internat d excellence regroupe un peu plus de 750 élèves répartis sur les classes prépa, lycée et collège venant de toutes

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

' ( ) &" * +)&,! 0 1&,! ) 2334

' ( ) & * +)&,! 0 1&,! ) 2334 ! " #$ % & ' ( ) &" * +)&,! -. / 0 1&,! ) 2334 '& 56 7 8$, 9 4: -9'++ 5;3 '&56 7! #$ % &!! "" #! $ % %# #& % # # '%' #(" )'%#*+,-.*/0##%#%%#(1%' 2#'3'"4 ##%'5# #(" #'%''56# 3% "& 7# #/ 8''93:%#;%##(#

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014 Les Français et l économie Les journées de l économie 2014 Patrick Haas 13 novembre 2014 Rappel de la méthodologie Échantillon Mode de recueil Dates de terrain 959 individus âgés de 18 ans et plus Interviews

Plus en détail

Principales Fonctionnalités - Version 8

Principales Fonctionnalités - Version 8 Principales Fonctionnalités - Version 8 Cleansoft PRH Option Achats et Fournisseurs Ouverture du produit Personnalisation possible des éditions des pièces de ventes Personnalisation possible des éditions

Plus en détail

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur N 28 juillet 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Auteur : Nicolas ROUX 1 Le secteur de la

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Économie et démographie

Économie et démographie Économie et démographie Chapitre 1 PLAN DU CHAPITRE Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 1 2 3 Les grandes évolutions démographiques Le rôle de l épargne

Plus en détail

Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1

Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1 Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1 Ce document est un outil qui permet de déterminer les aides en faveur du logement social, qu il s agisse

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013

n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013 n 20 octobre 2013 Grandes tendances de l épargne des ménages français au bilan des banques et des assurances : juin 2012 juin 2013 n 24 décembre 2013 1 Sommaire 1. L ÉPARGNE FINANCIÈRE DES MÉNAGES RESTE

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DE L AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT Service études et prospective RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Quels placements. pour votre argent? Septembre 2013. Etude réalisée par. pour

Quels placements. pour votre argent? Septembre 2013. Etude réalisée par. pour 6500 6000 5500 5000 4500 4000 Quels placements 3500 3000 2500 2000 pour votre argent? Etude réalisée par pour Septembre 2013 Sommaire 1. Notre démarche 3 2. Les points-clés 4 3. Les placements étudiés

Plus en détail

Sommaire ! " +$% & , & & & ) . & / 2, %

Sommaire !  +$% & , & & & ) . & / 2, % #$%%&%' Sommaire #$% & '() *$% % +$% &, & & & $% $% ). & / 01/ 2, % Fiche n 1 : Réfléchir sur son projet avec le Point Accueil Installation ) ) ) ))) ) ) ) Le projet personnel : # $ % $ & ' (& ) Le projet

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Les assurances sociales en Suisse

Les assurances sociales en Suisse Dimensions et enjeux / facteurs d influences des assurances sociales Introduction : Alain Berset souhaite bien cerner les perspectives et les enjeux actuels et futurs des assurances sociales, notamment

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Novembre 2011 N 081 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DE TRAVAILLEURS HANDICAPÉS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE 20 SALARIÉS

Plus en détail

Septembre 2013. www.territoires.gouv.fr

Septembre 2013. www.territoires.gouv.fr Les aides financières au logement Septembre 2013 www.territoires.gouv.fr 02 SOMMAIRE PRÉSENTATION D ENSEMBLE 4 Les principales aides 4 LOCATIF SOCIAL 6 Caractéristiques des prêts PLAI et PLUS 8 Caractéristiques

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE L ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE L ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE 2011 RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE L ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE OBSERVATOIRE DE L ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE Observatoire de l épargne réglementée Code courrier : 043-1417 31 rue Croix-des-Petits-Champs 75049

Plus en détail

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 3 - DÉCEMBRE 2014 Sommaire les attentes croisées la synthèse des attentes l étude de potentiel

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

Twincat PLC Temperature Controller. Régulation de Température à l aide de TwinCAT PLC.

Twincat PLC Temperature Controller. Régulation de Température à l aide de TwinCAT PLC. Twincat PLC Temperature Controller Régulation de Température à l aide de TwinCAT PLC. VERSION : 1.0 / JYL DATE : 28 Novembre 2005 1 Installation...4 2 Présentation :...4 3 Schéma fonctionnel :...5 4 Générateur

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail