La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!"

Transcription

1 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

2 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" ;%<%=>?5% AA;B" Données Insee 2012!"#$%$&'($)"*+,,+-./"012-3"4"#$%$)5$-'6"

3 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" AA;B" DE(/2'(%!"#$%&'()* &8>5$I8'" Données Insee /01-$)2'),,)* C'D'-8."5$E."L"5M1G#(%'1-"'(%

4 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( CE.')8F"" >)-G)$?'." 423* 123* ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* +,'#'$,%-)* "! ) % * " '&

5 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

6 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

7 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( ) #* + ) %* " '& ) ## CE.')8F"" >)-G)$?'.".'(/-0()* A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(% "! ) % * " '&

8 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

9 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

10 A3#-:'"B1,%*(%% 'K02"#L,(%% #ML'(/(,$0(% 1. Une cartographie de l épargne règlementée sur livret en France métropolitaine! Importance, direction, évolution!

11 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! DPAIQ8O% %%%!8NFO%%%%%% Des départements au solde positif 567* en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! 897*

12 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

13 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

14 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

15 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

16 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! &,*3-(%*K0-"#$%(,$#(%% V"Ba/=" V"9:/b" ""9:/b" ""Ba/=" ""W</<" 567%''%*

17 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions P1#*% des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

18 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage 1'$-'V" V*)5)$." entre les répartitions des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

19 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage entre les répartitions P1#*% 1'$-'V" V*)5)$." des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

20 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un déplacement : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

21 2. Une épargne différenciée entre les départements?!

22 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! 0,6 Taux de Corr. Une épargne 0,55 peu différenciée spatialement! % 1 /, * ' *& GINI départemental 0, des 97% ) différences 98% entre départements qui reflètent la localisation des 0,45 facteurs individuels du comportement d épargne.! ( % %$ 96% 98% % $' 93% 98% 99% 0, % % ) 91% 96% 98% 98% #& ,35 84% 89% 93% 95% 94% 96% Epargne sur Livrets hors Paris ENRL ERL 0,

23 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Taux de Corr.! Une épargne peu différenciée spatialement! 2008! 99%! 2007! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! des différences 2009! entre 97%! départements 98%! qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.! 2010! 94%! 96%! 98%! 2011! 91%! 93%! 98%! 99%! 2012! 88%! 91%! 96%! 98%! 98%! 2013! 84%! 89%! 93%! 95%! 94%! 96%!

24 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

25 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

26 Où épargne-t-on le plus?! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne O(3,()% règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! des différences entre départements Y":$()% qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement [13#(% d épargne.! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse. R9(Z#1,%! [1\M#(% 9:;===g" 9a;b==g" 9B;===g" 9<;<==g" 567%''%* Y":$()% 99;a==g" W;===g"

27 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

28 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% Une épargne peu différenciée /*>*A*BC7* spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

29 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! /*>*?*9D7* O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

30 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Z)?$)>5'" S??'8? &V D)5'8?" "=/9B" =/=:" =/=B9W" J)8F"('"GKP,)3'" V=/Aa" =/=W" =/==B:" V=/Ua" =/9=" j/===9" V=/Aa" =/=:" =/===:" Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

31 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

32 3. La nouvelle géographie des financements! Le rôle du logement social!

33 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

34 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 58)9* 30 Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

35 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

36 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

37 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

38 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cddf)ei% cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cdd`)d=% cddg% cddh% cdd?%

39 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts!!8nfo%.%thprsd% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! W9" Des financements plus concentrés! AO" cddf)ei% 9;W" 9;a" 9;<" liés à une évolution la localisation UU" Aa" des prêts au logement social! 9" Ba" b9" en faveur des zones de marché U9" AA" <b" tendues! A9" =;b" =;U" BB" 9a" AU" ba" bb" BW" b<" UA" Ab" =U" 99" 9<" <B" AB" <:" BU" 9=" 9:" bu" b:" <=" a=" A:" =b" BA" UB" 9U" ::" :=" <W" au" AW" :U" U:" U=" :B" =<" Ub" :a" 9b" <A" =:" B<" a9" bw" 9W" =a" Ua" A<" :9" =A" Bb" :<" b=" :b" U<" B=" =W" 9A" 9B" B:" <a" W<" <9" WB" aw" WA" aa" aa" <<" <U" ab" ba" Af" :A" a<" :W" WU" B9" W=" =9" UW" ab" =B" bb" a:" =;9" =;9" =;U" =;b" 9" 9;<" 9;a" 9;W" cdd`)d=%

40 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

41 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

42 Où vont les financements?! 0,6 Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 0 * ' *& Des financements plus concentrés! 2009 GINI départemental 1 /, liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! ) ( %$ 0,55 0,5 0, en faveur des zones de marché tendues!. $' % ) #& 0,4 0, prêts annuels lissés population 0,3

43 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

44 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%<G<*$-1E)"10)" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" ABAg" 9:=g" 9=bg"

45 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% * Une hausse sensible des prêts! F)6,(*1*G6,)*"H*/$#-(E(7>%** qui va de pair 8%)*%'$6I-)*8%*"H/>#-J'%K" avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! " liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

46 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! L#""/%*8%*"#*O6,-%;*P,-6'8%C"" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%1*E#,4"-10)" Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

47 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

48 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

49 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

50 Où vont les financements?! =;W" Une hausse sensible des prêts! S3,3% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements [ISDTDPF%OIA&R[% plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! A="===" en faveur des zones de marché tendues! =;b" =;B" =;<" 9B"===" 9="===" B"===" =" A==U" A==B" A==a" A==b" A==:" A==W" A=9=" A=99" A=9A" A=9<"

51 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

52 Où vont les financements?! ANAH, Guy Taïeb

53 cdd`)d=% Où vont les financements?! e% c% i% `%?% h%

54 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

55 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

56 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

57 4. Principaux enseignements!

58 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! n o Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

59 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?! % % % -1/2#(,*#(%'"% 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% n o q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

60 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

vs Christia 1 n Poisson

vs Christia 1 n Poisson vs Christian 1 Poisson Cet ouvrage contient une sélection d'études d'echecs composées par ordinateur, plus précisément par l'analyse de tables de finales, en l'occurrence ici la table, à l'aide de WinChloe

Plus en détail

éclairages Étude n 6 MARS 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015 éclairages L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme MARS 2015 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique La circulation méconnue de l épargne réglementée

Plus en détail

INFORMATIONS DIVERSES

INFORMATIONS DIVERSES Nom de l'adhérent : N d'adhérent :.. INFORMATIONS DIVERSES Rubrique Nom de la personne à contacter AD Date de début exercice N BA Date de fin exercice N BB Date d'arrêté provisoire BC DECLARATION RECTIFICATIVE

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R.

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R. EXEMPLE DE DOSSIER Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 23 C.I.R. STRATEGIE & ACCOMPAGNEMENT FINANCIER 7 Rue DENFERT-ROCHEREAU 38 GRENOBLE France Tél fax : ( 33 ) 4 76 43 47 11 SIRET

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION Table des matières A. Informations générales B. Direction C. Corps directionnel D. Personnel E. Répartition de l espace F. Sûreté / Sécurité G. Collections

Plus en détail

Notre modèle est la nature

Notre modèle est la nature S M N è QS 7/ Câ H A DS 3 Og P é SOMSO évé g, SOMSO-P. C QS 21/1 g è q q â éb, C véb x é v b g, vé b. Déb 3. H: 17,5, g, q h qé. SOMSO-P. bg : 14,1, éè: 51,2, : 0,8 kg b. S. P, P: 2,3 kg zg bq 1000 è é

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

! "#$%&'(!)!*!#(+,-.+"/%'%$(!!! "#!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-!

! #$%&'(!)!*!#(+,-.+/%'%$(!!! #!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-! "$%&'()*(+,-.+"/%'%$( "$%&&'()*+*),(%-.'/+'&0'-)*1/'/'.2%-.3*&*),4'.'.%3&*5)*%-.&,5&'.')6*.(&'.7-%)88'-)'- 8)*1/'4'6()9/)*%-&'(.,(:,-);?"@A?4-.&0,)3&*..'8'-)4'.6()9/'.2%9/.'.%9.)/*/'B.'.%3&*5)*%-.&,5&'.

Plus en détail

") *& +,-.- " *!" # # $ % & '" &(

) *& +,-.-  *! # # $ % & ' &( ")*&+,-.-"*!" ##$%&'"& !"#$!%&! "/0 1 -/!23 "& '))* EDITORIAL! " # $ % & ' ) *+, -. /0 1 2 3 & ) 4 $5 '567,89.#: # # SOMMAIRE INTRODUCTION...9 CHAPITRE 1. L INGENIEUR A LA CROISEE DES CHEMINS...13 1.1.

Plus en détail

Enquête publique portant sur le projet de révision du Plan. Départemental d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés du.

Enquête publique portant sur le projet de révision du Plan. Départemental d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés du. !"!##$ %& ' (%) ) *) Enquête publique portant sur le projet de révision du Plan Départemental d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés du Morbihan + #$###,-./,0-12!##$3!#2!##$ -(&%%4&5 67895 :;,!##$

Plus en détail

+, -. / 0 1! " #! $ % % %! &' ( &))*

+, -. / 0 1!  #! $ % % %! &' ( &))* !"#!$%% +,-. /01 %!&'(&))* 23%#!! " # " " " "$! 4 5-6 4! 1! " # - 5! " # 6 3! " # 7! " # " 8! 9 : ; 5 7 4! 1! # 42 5! 5 < 44 3! # " 7! 41 5 8 '9 4! " $ = " > 4!4 *% 43 4!1? 48 4 4!5 $ 9 4!3 4@ 4!7 $ #

Plus en détail

SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE AU BENIN

SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE AU BENIN REPUBIQUE DU BENIN COMMISSION NATIONAE POUR E DEVEOPPEMENT ET A UTTE CONTRE A PAUVRETE (CNDP) SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE A PAUVRETE AU BENIN 2003 2005 Décembre 2002 TABE

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 Chapitre1 Matrices 1 201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 EXERCICES 1.2 1. a) 1 3 Ë3 7 3 2 Ë 1 16 pas défini d) 16 30 17 3 e) Ë 7 68 22 16 13 Ë 5 18 6 2. a) 0 4 4 4 0 4 Ë4 4 0 Ë 0 4 32 4 4 0 4 32 32 4 0 4 4

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

DES GAZELLES DES GAZELLES. Rallye Aïcha. Elle s engage à :

DES GAZELLES DES GAZELLES. Rallye Aïcha. Elle s engage à : Ry Aïh PARIS U éé I L Ry Aïh Gz éé f yé g é (éé,,, I). C é x R-C, TF1, E, TV5, 2M M, E gz, L x, J Mé, Ché FM... é x f f. Aé Pè 1 j é. U b Ry y éé : éh,, g é, f, b g (é h). NADOR L g f é, g é h, w b, I

Plus en détail

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013 BILAN - ACTIF Exercice N Exercice N - 1 Brut Amortissements, provisions Net Net Capital souscrit non appelé (I) AA Frais d'établissement AB AC ACTIF CIRCULANT ACTIF IMMOBILISÉ DIVERS CRÉANCES STOCKS IMMOBILISATIONS

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 7 21 = 7 21 = 1 3 18. Exercice n 2 : 4(3x 2) + 2(5 x) = 8 soit donc : 12 x 8 + 10 2x = 8

CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 7 21 = 7 21 = 1 3 18. Exercice n 2 : 4(3x 2) + 2(5 x) = 8 soit donc : 12 x 8 + 10 2x = 8 CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice n 1 : A = 5 21 + 3 7 1 3 = 5 21 + 9 21 7 21 = 7 21 = 1 3 ; B = 2 3 + 2 7 C = - 5 12 3 2 = - 5 12 14 9 = 2 3 + 2

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Fragments de géométrie du triangle

Fragments de géométrie du triangle Fragments de géométrie du triangle Pierre Jammes (version préliminaire du 2 août 2013) 1. Dénitions On donne ici les dénitions des principaux objets mis en jeu dans le début du texte. Dans le plan euclidien,

Plus en détail

#"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($

#$&'$+* ( ),'-.'($ %($ "#$%&' #(%)*"" (#%*!"!#$"! -!"!#$"!! -!"!#$"!./% -!"!#$"! #"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($ % & % '!#(! "! $#) #!* +,!(")"",#./ & 0!,$#!1!"!#1 $#!* ** +" + 1! 0! $!,#!,! $,! 2! $3! 1! $ 1+4!"$"#)1,##" 56./78#!

Plus en détail

Vecteurs. I Translation. 1. Définition :

Vecteurs. I Translation. 1. Définition : Vecteurs I Translation Soit A et B deux points du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation du plan qui a tout point M associe le point M tel que [AM ] et [BM] aient le même

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

Vérins à tige Vérins standard ISO 15552, Série PRA. Caractéristiques techniques

Vérins à tige Vérins standard ISO 15552, Série PRA. Caractéristiques techniques ISO 15552, Série PRA Caractéristiques techniques 2 Bosch Rexroth AG Pneumatics Vérin profilé, ISO 15552, Série PRA Ø 32-125 mm Orifices: G 1/8 - G 1/2 à double effet avec magnétique Amortissement: pneumatique,

Plus en détail

Remerciements!" # $ %& ' #*+ ),, -. +

Remerciements! # $ %& ' #*+ ),, -. + !"##$ Remerciements!" # $ %& ' (#($ ) #& #*+ ),, -. + / 0 '( Résumé %&'()*($+%%, -./,%! % 0,! % 1 2 0$$ 1 30 4 /' 0 1 5! $% ($ 4, $ ($4 '46 7," % $ 0$ $ $ 4 % $ 0$,!6% /,!%,3 0 4 /', "% 4 /' 0 (, "% /'

Plus en détail

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm A/8000/L, A/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 3 à 5 mm Avec piston magnétique ou non selon ISO 555, ISO 643, VDMA 456 et NFE 49-003- Blocage de sécurité de la tige de

Plus en détail

! " #!! $% & %!' & ( )! * $ ++,- ++.!$ / & / 0 / )1 2

!  #!! $% & %!' & ( )! * $ ++,- ++.!$ / & / 0 / )1 2 !! " #!! $% & %!' & ( )! * $ ++,- ++.!$ / & / 0 / )1 2 "#$ %$& ' ( )*$& $'$* $'$ (& @ @ A @ E + *, ( -. $ %$ ( (/ 0 (* % (0 *$ @ AA ) - 3 $ ( %! %!% % $ "! $ $ ( %! &!! "! $ ( %! $ 4 J AA 5 6 /! 7 3 8

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DU RESEAU DE TRANSPORT REGIONAL

SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DU RESEAU DE TRANSPORT REGIONAL SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DU RESEAU DE TRANSPORT REGIONAL www.midipyrenees.fr UNION EUROPÉENNE n Édito Agir en faveur des transports collectifs, c est assurer l accessibilité des réseaux à l ensemble

Plus en détail

a+b=c+d = b+d = a+d = b+c a+b+c=d+e+f = g+h+i d e f M

a+b=c+d = b+d = a+d = b+c a+b+c=d+e+f = g+h+i d e f M EXERCICES MPSI A6. ESPACES VECTORIELS R. FERREOL /4 Dans tous ces exercices,kest égal àrouc.. : Dire dans quelk espace vectoriel sont inclus les ensembles suivants (il faut préciserkdans certains cas).

Plus en détail

!" # "$%&'( )*+ #, - *.+/0*%+

! # $%&'( )*+ #, - *.+/0*%+ !" # "$%&'( )*+ #, - *.+/0*%+ )!"#$ #%& # ' ('&")*"'&# '" # '&& +"#+%'!!"'+**+**,&- ' " ' #!.+ % ''-##""%' '"& &* + +&''" $ '" $ ''- ' & ',) +/"+', #0' + #&% '1%+','&*0',', $'1" +',2&'30# '1"%+',2&'30',',

Plus en détail

)"*$+&,-'$'.,$"/$'+&!##$*0#+&!!#/'$,-'11"'#$ 2! '/'$ )(!)'/'$"*/#/0 )3 )01''#$,0"*'$#$ )!"*$+&'$'.+& ) '/$,,#$$0 28

)*$+&,-'$'.,$/$'+&!##$*0#+&!!#/'$,-'11'#$ 2! '/'$ )(!)'/'$*/#/0 )3 )01''#$,0*'$#$ )!*$+&'$'.+& ) '/$,,#$$0 28 #$ ##$ % #&&##'$ ( )*$+&,-'$'.,$/$'+& % ##$*0#+& #/'$,-'11'#$ 2 '/'$ )( )'/'$*/#/0 )3 45 66 70$0'& ',/0'$7,##'$ 1##1'/'$'*/+& ) 68 63 63 2 )01''#$,0*'$#$ 2 )*$+&'$'.+& 2 ) '/$,,#$$0 28 6 8 6 0*#,##7 8

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

Saison culturelle 2015 / 2016 C ULTURE. www.ville-romainville.fr SEPTEMBRE > DÉCEMBRE 2015. p e n s é e s. e n v i e. i v r e. j o i e.

Saison culturelle 2015 / 2016 C ULTURE. www.ville-romainville.fr SEPTEMBRE > DÉCEMBRE 2015. p e n s é e s. e n v i e. i v r e. j o i e. 1 www.-. S 2015 / 2016 SEPTEMBRE > DÉCEMBRE 2015 C ULTURE, j ' b j' É «L, '» L b. E j ' ' b ; ' ' g à b, g, g g. T œ ' y b, g. E,,,,,,,. R g E Eb gg ; b. L'g ' «R'A», y, R. D' ' à, b ' œ '. C à g (),,

Plus en détail

Exercice oral des mines : pour voir si vous avez compris l analogie de l exercice précédent.

Exercice oral des mines : pour voir si vous avez compris l analogie de l exercice précédent. Lycée Pierre de Fermat 203/204 MPSI Devoir maison Devoir maison n 20 Exercice : utilisation du produit matriciel par blocs. Dans l exercice K est un corps commutatif quelconque de caractéristique différente

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES OG exercice 2013

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES OG exercice 2013 RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES OG exercice 2013 RENSEIGNEMENTS GENERAUX Votre activité BNC est elle exercée à titre principal? Votre conjoint travaille-t-il dans l entreprise? si oui, quel est son statut?

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

Vers un capitalisme casino?

Vers un capitalisme casino? Dossier du service d études 5 Chaussée de Haecht 579 1031 Bruxelles Dossier du service d études Vers un capitalisme casino? Introduction à un nouveau défi syndical ! " %&' (&&)!" % & '()* +,. '/& 0 1 233

Plus en détail

Combien coûte la production de lait?

Combien coûte la production de lait? Combien coûte la production de lait? Calcul des coûts de la production laitière en Allemagne de 2002 à 2012 "##$%&' (&")*+',-%' *"' )",.' /.' *0.1#.%&+,.',2+.3&+4+5-.' 67"*2-*' /.,' 2$8&,'/.'*"'#%$/-2&+$3'*"+&+9%.',.')","3&',-%'*"')"35-.'/.'/$33(.,'

Plus en détail

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points)

PARTIE 1 : ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) COLLÈGE LA PRÉSENTATION BREVET BLANC Février 2011 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Classe de 3 e Durée : 2 heures Présentation et orthographe : 4 points Les calculatrices sont autorisées, ainsi que les instruments

Plus en détail

Détendeurs industriels butane, propane et gaz de réseau

Détendeurs industriels butane, propane et gaz de réseau s industriels butane, propane et gaz de réseau Applications Prise d impulsion Ces s et leurs sécurités associées s utilisent dans les installations industrielles ou dans les réseaux demandant des débits

Plus en détail

DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS

DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS DEVOIR MAISON 4 : LES VECTEURS Ce devoir maison de révisions, de préparation au DS4 comporte deux pages. Vous traiterez au choix au moins la première ou la deuxième page. Exercice 1. Le plan est muni d

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET 2010

CORRECTION DU BREVET 2010 CORRECTION DU BREVET 2010 Troisième Polynésie I - ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) Exercice 1 1) D après l algorithme d Euclide : a b reste division euclidienne 144 120 24 144 = 1 120 + 24 120 24 0 120

Plus en détail

Commentaires sur l activité de l exercice 2008 (annexés aux comptes)

Commentaires sur l activité de l exercice 2008 (annexés aux comptes) CARL INTERNATIONAL BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 2008 Commentaires sur l activité de l exercice 2008 (annexés aux comptes) Le chiffre d affaires de l exercice 2008 progresse de +11 % par rapport à celui

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Le GIC, un acteur de référence pour Action Logement CIL : Comité Interprofessionnel du Logement depuis 1955 Groupe

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

Nomenclature d exécution 2010. Programme 231. «Vie étudiante» Mission interministérielle : RA «Recherche et enseignement supérieur»

Nomenclature d exécution 2010. Programme 231. «Vie étudiante» Mission interministérielle : RA «Recherche et enseignement supérieur» Nomenclature d exécution 2010 231 «Vie étudiante» Mission interministérielle : RA «Recherche et enseignement supérieur» Ministère : 38 «Enseignement supérieur et recherche» (Version du 30/12/2010 à 22:11:04

Plus en détail

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE LES ROTATIONS DE R : VERSION MATRICIELLE. L espace R n Les structures dont R n est muni appartiennent à quatre niveaux : Structure vectorielle: Vecteur. Combinaison linéaire. Familles libres et liées.

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

I-ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points)

I-ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) BREVET BLANC 1_DECEMBRE 2011 I-ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 points) Exercice 1 : (4 pts) Soit les expressions 1) Calculer A et B en détaillant les étapes du calcul et écrire le résultat sous la forme d'une

Plus en détail

( # #) # * + %, #) # ' #(, - #$ % (!!! "!# $ % #!". #$% *. # /$ *. ( #

( # #) # * + %, #) # ' #(, - #$ % (!!! !# $ % #!. #$% *. # /$ *. ( # ! " #$%#%& ' !!!"!# $ % #!" #% $#,/ 0 & ' () *+!.123/% $,4&% 2,5$6% %#% $..#% #,( +8,( # 7 7.9.'#% #8,(,( +## :.9.;.%.9..%2.'.5$#,#$,##.'.;. $%%.'.. $%% '#$#.$,#$,#% 6##/#&.. /%,#$2/( % ( ( 5$ ; ;" ;"

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

! "##$ %!"# $ $ % # && ' ( % ) ( $$ * + + " ( $$!,, " ( % #

! ##$ %!# $ $ % # && ' ( % ) ( $$ * + +  ( $$!,,  ( % # !"##$ %!"#$$%# &&'(% )($$*++ "($$!,, "(%# &'' % ()* %+!,-.$(#$$$$($$$,$ $""$%"$#/$%$, /--! &%"0$1.(230 " 3( "4 $" 5,- %!- 67%$$" 8($$ "%($ 9##$:$(%,- ;(%6$($ 9##$ < ;$##%$$"$% 9"

Plus en détail

DÉCLARATION DES REVENUS 2012

DÉCLARATION DES REVENUS 2012 N 2042 N 10330 * 17 12 DÉCLARATION DES REVENUS 2012 direction générale des finances publiques Envoyez votre déclaration au centre des finances publiques de votre domicile au plus tard le 27 mai ou déclarez

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Les Chiffres sur. Le PTZ+ et historique

Les Chiffres sur. Le PTZ+ et historique Du prêt à 0% au PTZ+ Depuis 1995, l Etat aide les primo-accédants à la propriété en leur permettant de bénéficier d'un prêt sans intérêts, couvrant une partie du coût d achat du logement. Ce dispositif

Plus en détail

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Lundi 17 mars 2014 Direction Régionale EDF 69006 LYON 17 MARS 2014 Salle EDF 8 place Danton 69003 LYON TEL : 09 80 86 76 93 DEROULEMENT Propos introductifs

Plus en détail

Information chiffrée : proportions ; indices

Information chiffrée : proportions ; indices Information chiffrée : proportions ; indices Échauffez-vous! 1 Reliez chacun des nombres décimaux de la colonne de gauche à la fraction qui lui est égale 310 0,79 68, 3,1 79 0,068 2 Complétez : a) 0,72

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

14 rue Auguste Comte - 37000 TOURS. contact@inma.fr - http://www.inma.fr

14 rue Auguste Comte - 37000 TOURS. contact@inma.fr - http://www.inma.fr Siège social : INMA - Faculté de Médecine 2 bis bd Tonnellé - 37032 Tours cedex 14 rue Auguste Comte - 37000 TOURS 02 47 66 61 07 02 47 66 08 28 contact@inma.fr - http://www.inma.fr *** " # $ %& '(() &

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE

BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE INSTITUT D EMISSION DES DEPARTEMENTS D OUTRE MER BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE Suivi de la conjoncture financière et bancaire N 125 3 ème trimestre 2005 Décembre 2005 IEDOM SAINT-PIERRE ET MIQUELON

Plus en détail

Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité?

Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité? Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité? 19 décembre 2012 "#$"%"#$%&$'()*+,(*+ &''%()*+#)'*,"-%./01$2345/6789:(,+ -%+(".#)'*,($/")0,12*31+)0,";

Plus en détail

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire ASSAPROL ASSOCIATION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DU BASSIN DE L ADOUR B.P. 342 64603 ANGLET CEDEX & 05 59 57 75 95 - Télécopie : 05 59 52 91 79 e-mail : aga@assaprol.fr - Site internet : www.assaprol.com

Plus en détail

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette Colloque RETRAITE et PLACEMENTS Valeur du Conseil Québec, 26 novembre 2015 Claude Montmarquette CIRANO et Université ité de Montréal S il Sil y a un prix, il y a de la valeur Ml Malgré cet énoncé étii

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE

L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE Document de travail de la série Etudes et Documents E 2518 L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE Sylvain CHABE-FERRET 1 CERDI, Université

Plus en détail

Le climat d incertitude persiste et freine le développement de l emploi

Le climat d incertitude persiste et freine le développement de l emploi N 7 - D ON N É E S 2 ÉME T R IM E S T R E 2 0 1 2 - P A R U T ION O C T OB R E 2 0 1 2 De plus, la situation de l emploi est contrastée : l emploi progresse au nord où se concentre le quart des emplois

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l environnement. Commande n 1302 Mode EITION** Réalisé parjean Specimen Pour le compte de SPECIMEN ate

Plus en détail

Les langues officielles de l'union Européenne

Les langues officielles de l'union Européenne L g ff 'U E Ag I F E S L D L N Fç P Thèq Svq Am Hg Rm Svè Bg Pg Eg I G L v 'U, «I v», vg g ff : * m : I Vf g * g : Uy vy * bg : Единни в многообразието (E v mgbz) * : F mgfgh * g : U v * : Üh v * f : E

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 FF I CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 NOUVEAUX MONTANTS A PRENDRE EN COMPTE A PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013 F O N D E M E N T J U R I D I Q U E Décret

Plus en détail

EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE 3E" B49 EF#$%&'(#EEEE

EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE 3E B49 EF#$%&'(#EEEE 12345678539AA2BC85D E5F7328F7 42 FF9A 1234564789A9BCDEF 3 4 C5 8 E 58 E65BB9E8BE 93C 4BEEB5A 39EE69E 54BC 2 E 4BE69E 58 E 93A9CC39E69E64 C4B 893EE6 8BE 4A 9E 58 E6 4 EEC9 E58EC9 EC 9E6 8C5 8 E58E6 8C5

Plus en détail

& "!'" ( '( '#& (()*+,-.,/++012$30-.,4+-5

& !' ( '( '#& (()*+,-.,/++012$30-.,4+-5 !"##$$#!% ) $$*) $&+ $*&) &, $* -! %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% ) $$) $*. /0&$12, &'3/0&$12, &4" -! %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

Turbos à Echéance Fermée émis par. SG ISSUER (enregistré au Luxembourg) (en qualité d'emetteur)

Turbos à Echéance Fermée émis par. SG ISSUER (enregistré au Luxembourg) (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES TURBOS A ECHEANCE FERMEE SUR INDICE EN DATE DU 8 octobre 2015 Turbos à Echéance Fermée émis par SG ISSUER (enregistré au Luxembourg) (en qualité d'emetteur) bénéficiant

Plus en détail

Géométrie synthétique : Juillet 2005 (première série) Nom. Question 3 : (25%) Numéro

Géométrie synthétique : Juillet 2005 (première série) Nom. Question 3 : (25%) Numéro Géométrie synthétique : Juillet 2005 (première série) Question 3 : (25%) On donne dans le même plan, un point fixe F, et un cercle fixe de centre O et de rayon R. Par F, on mène une droite qui intersecte

Plus en détail

LE CHOIX D UNE QUALIFICATION PENALE

LE CHOIX D UNE QUALIFICATION PENALE !"""!! ## LE CHOIX D UNE QUALIFICATION PENALE Directeur de mémoire : Monsieur le Doyen DECOCQ !"#$%&' ( # % &&'() *" % *+,(-,(#'+(&,'.#/0&/ #! % #'++')((',(1'// #! % #'2,' +') ( +23( (!', ( 1'//, ( 0,

Plus en détail

ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES

ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES 5 1) Donner l écriture de a) A = 1 b) A = 1001 c) A = 1 ) Ecrire la suite des 10 premiers nombres entiers en base deux. En base quatre ) En base douze, on

Plus en détail

LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015. www.territoires.gouv.fr

LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015. www.territoires.gouv.fr LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015 www.territoires.gouv.fr 02 SOMMAIRE PRÉSENTATION D ENSEMBLE 4 Les principales aides 4 LOCATIF SOCIAL ET INTERMÉDIAIRE 6 Caractéristiques des prêts PLAI

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

Nouvelle évaluation de la ségrégation spatiale des immigrés, 1968-2007

Nouvelle évaluation de la ségrégation spatiale des immigrés, 1968-2007 Nouvelle évaluation de la ségrégation spatiale des immigrés, 1968-07 Jean-Louis Pan KéShon, LSQ-Crest/Insee Gregory Verdugo, Banque de France 1 Thèmes communs Perceptions d une ségrégation «ethnique» inquiétante,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L'OCCUPATION DES LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX AU 1er JANVIER 2014 ( OPS 2014 )

ENQUÊTE SUR L'OCCUPATION DES LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX AU 1er JANVIER 2014 ( OPS 2014 ) ANNEXE II : Formulaire de déclaration destiné aux organismes bailleurs pour répondre en 2014 à l'enquête statistique relative à l'occupation du parc social et à son évolution. ENQUÊTE SUR L'OCCUPATION

Plus en détail