La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!"

Transcription

1 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

2 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" ;%<%=>?5% AA;B" Données Insee 2012!"#$%$&'($)"*+,,+-./"012-3"4"#$%$)5$-'6"

3 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" AA;B" DE(/2'(%!"#$%&'()* &8>5$I8'" Données Insee /01-$)2'),,)* C'D'-8."5$E."L"5M1G#(%'1-"'(%

4 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( CE.')8F"" >)-G)$?'." 423* 123* ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* +,'#'$,%-)* "! ) % * " '&

5 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

6 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

7 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( ) #* + ) %* " '& ) ## CE.')8F"" >)-G)$?'.".'(/-0()* A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(% "! ) % * " '&

8 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

9 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

10 A3#-:'"B1,%*(%% 'K02"#L,(%% #ML'(/(,$0(% 1. Une cartographie de l épargne règlementée sur livret en France métropolitaine! Importance, direction, évolution!

11 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! DPAIQ8O% %%%!8NFO%%%%%% Des départements au solde positif 567* en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! 897*

12 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

13 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

14 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

15 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

16 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! &,*3-(%*K0-"#$%(,$#(%% V"Ba/=" V"9:/b" ""9:/b" ""Ba/=" ""W</<" 567%''%*

17 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions P1#*% des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

18 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage 1'$-'V" V*)5)$." entre les répartitions des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

19 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage entre les répartitions P1#*% 1'$-'V" V*)5)$." des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

20 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un déplacement : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

21 2. Une épargne différenciée entre les départements?!

22 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! 0,6 Taux de Corr. Une épargne 0,55 peu différenciée spatialement! % 1 /, * ' *& GINI départemental 0, des 97% ) différences 98% entre départements qui reflètent la localisation des 0,45 facteurs individuels du comportement d épargne.! ( % %$ 96% 98% % $' 93% 98% 99% 0, % % ) 91% 96% 98% 98% #& ,35 84% 89% 93% 95% 94% 96% Epargne sur Livrets hors Paris ENRL ERL 0,

23 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Taux de Corr.! Une épargne peu différenciée spatialement! 2008! 99%! 2007! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! des différences 2009! entre 97%! départements 98%! qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.! 2010! 94%! 96%! 98%! 2011! 91%! 93%! 98%! 99%! 2012! 88%! 91%! 96%! 98%! 98%! 2013! 84%! 89%! 93%! 95%! 94%! 96%!

24 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

25 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

26 Où épargne-t-on le plus?! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne O(3,()% règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! des différences entre départements Y":$()% qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement [13#(% d épargne.! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse. R9(Z#1,%! [1\M#(% 9:;===g" 9a;b==g" 9B;===g" 9<;<==g" 567%''%* Y":$()% 99;a==g" W;===g"

27 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

28 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% Une épargne peu différenciée /*>*A*BC7* spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

29 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! /*>*?*9D7* O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

30 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Z)?$)>5'" S??'8? &V D)5'8?" "=/9B" =/=:" =/=B9W" J)8F"('"GKP,)3'" V=/Aa" =/=W" =/==B:" V=/Ua" =/9=" j/===9" V=/Aa" =/=:" =/===:" Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

31 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

32 3. La nouvelle géographie des financements! Le rôle du logement social!

33 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

34 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 58)9* 30 Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

35 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

36 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

37 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

38 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cddf)ei% cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cdd`)d=% cddg% cddh% cdd?%

39 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts!!8nfo%.%thprsd% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! W9" Des financements plus concentrés! AO" cddf)ei% 9;W" 9;a" 9;<" liés à une évolution la localisation UU" Aa" des prêts au logement social! 9" Ba" b9" en faveur des zones de marché U9" AA" <b" tendues! A9" =;b" =;U" BB" 9a" AU" ba" bb" BW" b<" UA" Ab" =U" 99" 9<" <B" AB" <:" BU" 9=" 9:" bu" b:" <=" a=" A:" =b" BA" UB" 9U" ::" :=" <W" au" AW" :U" U:" U=" :B" =<" Ub" :a" 9b" <A" =:" B<" a9" bw" 9W" =a" Ua" A<" :9" =A" Bb" :<" b=" :b" U<" B=" =W" 9A" 9B" B:" <a" W<" <9" WB" aw" WA" aa" aa" <<" <U" ab" ba" Af" :A" a<" :W" WU" B9" W=" =9" UW" ab" =B" bb" a:" =;9" =;9" =;U" =;b" 9" 9;<" 9;a" 9;W" cdd`)d=%

40 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

41 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

42 Où vont les financements?! 0,6 Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 0 * ' *& Des financements plus concentrés! 2009 GINI départemental 1 /, liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! ) ( %$ 0,55 0,5 0, en faveur des zones de marché tendues!. $' % ) #& 0,4 0, prêts annuels lissés population 0,3

43 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

44 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%<G<*$-1E)"10)" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" ABAg" 9:=g" 9=bg"

45 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% * Une hausse sensible des prêts! F)6,(*1*G6,)*"H*/$#-(E(7>%** qui va de pair 8%)*%'$6I-)*8%*"H/>#-J'%K" avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! " liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

46 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! L#""/%*8%*"#*O6,-%;*P,-6'8%C"" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%1*E#,4"-10)" Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

47 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

48 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

49 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

50 Où vont les financements?! =;W" Une hausse sensible des prêts! S3,3% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements [ISDTDPF%OIA&R[% plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! A="===" en faveur des zones de marché tendues! =;b" =;B" =;<" 9B"===" 9="===" B"===" =" A==U" A==B" A==a" A==b" A==:" A==W" A=9=" A=99" A=9A" A=9<"

51 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

52 Où vont les financements?! ANAH, Guy Taïeb

53 cdd`)d=% Où vont les financements?! e% c% i% `%?% h%

54 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

55 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

56 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

57 4. Principaux enseignements!

58 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! n o Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

59 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?! % % % -1/2#(,*#(%'"% 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% n o q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

60 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

vs Christia 1 n Poisson

vs Christia 1 n Poisson vs Christian 1 Poisson Cet ouvrage contient une sélection d'études d'echecs composées par ordinateur, plus précisément par l'analyse de tables de finales, en l'occurrence ici la table, à l'aide de WinChloe

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché Nombre de résidences secondaires par commune en 2006 5 000 à 30 241 (73) 1 000 à 5 000 (325) 100 à 1 000 (3588) 30 à 0à 100 (9811) 30 (22816) Évaluation de l impact économique des résidences secondaires

Plus en détail

DIFFICILE DE SE LOGER À MONTRÉAL? La situation du logement à Montréal m apparaît Écris ton hypothèse cidessous.

DIFFICILE DE SE LOGER À MONTRÉAL? La situation du logement à Montréal m apparaît Écris ton hypothèse cidessous. DIFFICILE DE SE LOGER À MONTRÉAL? La situation du logement à Montréal m apparaît Écris ton hypothèse cidessous. Comment expliques-tu cette situation? Écris les facteurs qui selon toi influencent la situation

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA Deuxième Congrès des Economistes Africains Abidjan, Côte d Ivoire Novembre 24-26, 2011 Présentateur: Charles RURANGA Institution: Université Nationale du

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Un certain nombre d exemples concrets de l effet des mesures fiscales sont présentés sur les pages suivantes. Ces calculs se sont fait sur base de l application

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 Indice des prix des logements 4 trimestre 2014 o L indice belge des prix des logements augmente de 1,0% au quatrième trimestre 2014 par rapport au trimestre

Plus en détail

L essentiel du cours

L essentiel du cours Terminale S et concours L essentiel du cours mathématiques Arithmétique - matrices Jean-Marc FITOUSSI Progress Editions Table des matières Arithmétique 01 LA DIVISIBILITÉ page 6 02 LA DIVISION EUCLIDIENNE

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 7 21 = 7 21 = 1 3 18. Exercice n 2 : 4(3x 2) + 2(5 x) = 8 soit donc : 12 x 8 + 10 2x = 8

CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 7 21 = 7 21 = 1 3 18. Exercice n 2 : 4(3x 2) + 2(5 x) = 8 soit donc : 12 x 8 + 10 2x = 8 CORRECTION DU BREVET BLANC N 1 DE JANVIER 2010 ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice n 1 : A = 5 21 + 3 7 1 3 = 5 21 + 9 21 7 21 = 7 21 = 1 3 ; B = 2 3 + 2 7 C = - 5 12 3 2 = - 5 12 14 9 = 2 3 + 2

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse 27 février 2012 1 L assurance vie en janvier 2012 une remontée

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Rénovation du calcul du taux de chômage : du taux BIT au taux localisé J. Fabre

Rénovation du calcul du taux de chômage : du taux BIT au taux localisé J. Fabre Rénovation du calcul du taux de chômage : du taux BIT au taux localisé J. Fabre 14/10/2008 Sommaire 1. Rappel sur les changements au niveau national 2. Le calcul des taux de chômage localisés 3. Les nouvelles

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Sage HR Management. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Sage HR Management. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Sage HR Management La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences GPEC en quelques mots! La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) : La GPEC est une obligation légale prévue

Plus en détail

éclairages Étude n 6 MARS 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015 éclairages L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme MARS 2015 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique La circulation méconnue de l épargne réglementée

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Elisabeth VILAIN, Véronique BRUNIAUX, Rémi CAPOT, Insee Olivier GAUCHET,

Plus en détail

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine Service connaissance et développement durable Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs Commercialisation des appartements neufs Résultats au

Plus en détail

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette Colloque RETRAITE et PLACEMENTS Valeur du Conseil Québec, 26 novembre 2015 Claude Montmarquette CIRANO et Université ité de Montréal S il Sil y a un prix, il y a de la valeur Ml Malgré cet énoncé étii

Plus en détail

Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque

Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque 1 Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque 1) Phase de collecte et d investissement Banques de détail Souscriptions obligataires participations Riverains parcs en projet Emissions obligataires

Plus en détail

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION CHAP 2 LA REPARTITION DU REVENU DISPONIBLE : CONSOMMATION ET EPARGNE 1 D après le Doc 1 Compléter le schéma suivant L'EXEMPLE DU MENAGE LEROY : (Rappel CHAP 1) Le revenu

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Septembre 2013 Synthèse A la veille du Salon Patrimonia (26 et 27 septembre

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Le GIC, un acteur de référence pour Action Logement CIL : Comité Interprofessionnel du Logement depuis 1955 Groupe

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 1

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 1 Janvier 2011 Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 1 MATHÉMATIQUES Série Collège DURÉE DE L'ÉPREUVE : 2 h 00 L usage de la calculatrice est autorisé Le candidat remettra sa copie, accompagnée des documents

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Beyrouth, 19-20 mars 2012 Charlotte HANNA Centre de Recherche et de Développement pédagogiques République Libanaise Ministère

Plus en détail

AUGMENTATIONS ÉLEVÉES DE TAXES FONCIÈRES AFFECTANT CERTAINES RÉSIDENCES. Bernard Guay Directeur général de la Fiscalité Le 28 mai 2010

AUGMENTATIONS ÉLEVÉES DE TAXES FONCIÈRES AFFECTANT CERTAINES RÉSIDENCES. Bernard Guay Directeur général de la Fiscalité Le 28 mai 2010 LA PROBLÉMATIQUE DES AUGMENTATIONS ÉLEVÉES DE TAXES FONCIÈRES AFFECTANT CERTAINES RÉSIDENCES Bernard Guay Directeur général de la Fiscalité Le 28 mai 2010 L IMPÔT FONCIER : UNE TAXE CRITIQUÉE Dépendance

Plus en détail

OBJECTIFS DE L ÉTUDE

OBJECTIFS DE L ÉTUDE PRESTATIONS DES RÉGIMES DE RETRAITE ET COUVERTURE DES BESOINS DES RETRAITÉS Luc Godbout, Suzie St-Cerny et Marie-Andrée Babineau Université de Sherbrooke OBJECTIFS DE L ÉTUDE 2 1. Quantifier l importance

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 151-14 11 février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième

Plus en détail

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Bruxelles, le 9 février 2011 L Union professionnelle du Crédit (UPC), membre de Febelfin, la Fédération belge

Plus en détail

Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples

Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples Les intérêts simples et les intérêts composés THÈME 1 Exercice 1 Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples 1. Un capital (C) de 10 000 est placé du 13/03/N au 15/05/N au taux d

Plus en détail

LES PULSATIONS URBAINES

LES PULSATIONS URBAINES LES PULSATIONS URBAINES Localisation spatiale et temporelle des personnes et des voitures à partir des enquêtes ménages déplacements par Christophe Hurez, Gihad Baroudi Centre d études techniques de Lyon

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs

Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs Nouveau dispositif de rémunération des diffuseurs Depuis le 1 er janvier 2015, la rémunération des diffuseurs en métropole sur les produits presse a évolué suite aux décisions 2014-03 et 2014-07 du Conseil

Plus en détail

Epargne Salariale : Le dispositif de suivi statistique

Epargne Salariale : Le dispositif de suivi statistique Epargne Salariale : Le dispositif de suivi statistique Karl EVEN CNIS - 8 octobre 13 L épargne salariale Des instruments de rémunération des salariés liés aux bénéfices de l entreprise rémunération non

Plus en détail

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013 PROPRIÉTAIRES BAILLEURS Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement Établi au 1 er mars 2013 Document d information non contractuel Vous êtes propriétaire d un logement

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

Information chiffrée : proportions ; indices

Information chiffrée : proportions ; indices Information chiffrée : proportions ; indices Échauffez-vous! 1 Reliez chacun des nombres décimaux de la colonne de gauche à la fraction qui lui est égale 310 0,79 68, 3,1 79 0,068 2 Complétez : a) 0,72

Plus en détail

Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S

Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S F.Gaudon 21 mars 2013 Table des matières 1 Vecteurs de l'espace 2 1.1 Extension de la notion de vecteur à l'espace.........................

Plus en détail

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Composition de la Communauté d Agglomération : 39 communes (dont 4 situées dans la Marne) Sources : IGN BD Topo, Francième Réalisation

Plus en détail

Vers un outil de gestion des demandes de permis par les communes

Vers un outil de gestion des demandes de permis par les communes Vers un outil de gestion des demandes de permis par les communes Une collaboration entre le Cabinet du Ministre Jean-Claude MARCOURT, le Bureau économique de la Province de Namur et le Service de Géographie

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015 Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Conférence de Presse du 20 mai 2015 L observation des loyers, un double enjeu, national et local L Observatoire Local des Loyers, un projet

Plus en détail

La circulation méconnue de l épargne réglementée

La circulation méconnue de l épargne réglementée La circulation méconnue de l épargne réglementée P. Bouché, E. Decoster, L. Halbert Journée RAH / REHAL Cité Universitaire Internationale, Paris 10 Juillet 2014 Latts - 11/07/2014 1 Le contexte partenarial

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 51 ème édition novembre 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Diane Hion, Emmanuel Kahn, Thomas Stokic pour Méthodologie

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Paramètres de position

Paramètres de position Paramètres de position 1 On va parler ici des statistiques quantitatives. On veut les résumer par des nombres. On a deux types de nombres Les paramètre de position : ce sont ceux qui définissent une notion

Plus en détail

Les victimes de vols d automobiles

Les victimes de vols d automobiles Info rapide N 2 Octobre 2015 Les victimes de vols d automobiles Le nombre de ménages se déclarant victimes de vols d automobiles était orienté à la baisse entre 2008 et 2011, passant de 106 000 en 2008

Plus en détail

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés L AAH (Allocation aux adultes handicapés) a été créée par la loi du 30 juin 1975, en remplacement de l AHA (ancienne Allocation aux handicapés adultes).

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) Flux Domicile Travail Chiffres DADS 2007

Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) Flux Domicile Travail Chiffres DADS 2007 Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) I. La source La DADS pour mesurer les flux domicile travail DADS : Déclaration Annuelle de Données Sociales

Plus en détail

Maisons individuelles 1 190 91,30%

Maisons individuelles 1 190 91,30% Les spécificités de l éco-prêt à 0% en Isère & en 2009 ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 En France, 70 795 éco-prêts à taux zéro ont été distribués en 2009.

Plus en détail

Le PERP et la problématique de la retraite. Michel Gahinet

Le PERP et la problématique de la retraite. Michel Gahinet PREDICA - ASSURANCES DE PERSONNES Le PERP et la problématique de la retraite Michel Gahinet Directeur commercial de Predica Plan de la présentation La situation sur le financement des retraites en France

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs

La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs Clément Carbonnier Université de Cergy-Pontoise, THEMA & Sciences Po, LIEPP Un poids fiscal non négligeable à la répartition peu connue Les

Plus en détail

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits)

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) COTATION G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) La spécification géométrique des produits, symbolisée GPS, consiste à définir, au travers d un dessin de définition : La forme, les dimensions

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010)

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) France Création d'entreprises* de 2000 à 2010 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) Nombre de créations annuelles Indicateurs annuels 2006 2007 2008 2009 2010 Taux de

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h Avertissement au candidat : le candidat sera évalué sur sa capacité à réaliser l ensemble

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

[ Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie \ 19 novembre 2015

[ Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie \ 19 novembre 2015 Durée : 4 heures [ Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie \ 19 novembre 015 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 7 points Une usine produit de l eau minérale en bouteilles. Lorsque le taux de calcium dans une bouteille

Plus en détail

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine Conjoncture économique et emploi 2012 Principaux résultats Résultats de l enquête auprès des de l enquête réalisée par Médiamétrie chefs d entreprise de l Aire urbaine du 29 mai au 4 juin 2012 1 Présentation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. «La situation en novembre 1999» (12 ième vague)

OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. «La situation en novembre 1999» (12 ième vague) OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES «La situation en novembre 1999» (12 ième vague) et présentation des résultats de l enquête «Les incidences de la variation des taux sur l achat immobilier» Petit

Plus en détail

Ateliers-débats/2.12.2014

Ateliers-débats/2.12.2014 / Ateliers-débats I 2 décembre 2014 I Quels enjeux d habitat dans le SCoTAM? I 2 Ateliers-débats/2.12.2014 Quels enjeux d habitat dans le SCoTAM? PRÉSIDENCE : M. Henri HASSER, Président du SCoTAM PRÉSENTATION

Plus en détail

Le palmarès des villes attractives

Le palmarès des villes attractives La situation politique à Villefranche sur Mer - Novembre 2013 1 Le palmarès des villes attractives Institut CSA pour Guy Hoquet l Immobilier Avril 2015 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / Guy

Plus en détail

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement Conférence de presse mardi 31 mai 2016 Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement 2 SOMMAIRE PRET DE HAUT DE BILAN BONIFIE CAISSE DES DEPOTS ACTION LOGEMENT FICHE TECHNIQUE

Plus en détail

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 18 octobre 2010 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 18 octobre 2010 1 Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE?

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 7 Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? Le canal de transmission «normal» de la

Plus en détail

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI 11 décembre 215 Résultats de l enquête - Décembre 215 Graphique du mois... La marge payée sur les crédits bancaires est à la hausse pour

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS

MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS Antoine Rebérioux FORUM Université Paris X Nanterre antoine.reberioux@u-paris10.fr 26 novembre 2003 Journée d'études IAE de Paris 1 DÉFINITION DE LA PARTICIPATION

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 4 mars BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE TAUX D INTÉRÊT DES BANQUES DE LA ZONE EURO : JANVIER L indicateur composite du coût de l emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés

Plus en détail

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Noémie Jess, Rémi Lardellier, Renaud Legal avec la collaboration de Claire Marbot JESF 2013, discutant: Moussa DIENG 5

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION Table des matières A. Informations générales B. Direction C. Corps directionnel D. Personnel E. Répartition de l espace F. Sûreté / Sécurité G. Collections

Plus en détail

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail