La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!"

Transcription

1 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

2 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" ;%<%=>?5% AA;B" Données Insee 2012!"#$%$&'($)"*+,,+-./"012-3"4"#$%$)5$-'6"

3 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" AA;B" DE(/2'(%!"#$%&'()* &8>5$I8'" Données Insee /01-$)2'),,)* C'D'-8."5$E."L"5M1G#(%'1-"'(%

4 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( CE.')8F"" >)-G)$?'." 423* 123* ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* +,'#'$,%-)* "! ) % * " '&

5 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

6 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

7 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( ) #* + ) %* " '& ) ## CE.')8F"" >)-G)$?'.".'(/-0()* A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(% "! ) % * " '&

8 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

9 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

10 A3#-:'"B1,%*(%% 'K02"#L,(%% #ML'(/(,$0(% 1. Une cartographie de l épargne règlementée sur livret en France métropolitaine! Importance, direction, évolution!

11 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! DPAIQ8O% %%%!8NFO%%%%%% Des départements au solde positif 567* en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! 897*

12 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

13 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

14 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

15 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

16 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! &,*3-(%*K0-"#$%(,$#(%% V"Ba/=" V"9:/b" ""9:/b" ""Ba/=" ""W</<" 567%''%*

17 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions P1#*% des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

18 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage 1'$-'V" V*)5)$." entre les répartitions des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

19 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage entre les répartitions P1#*% 1'$-'V" V*)5)$." des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

20 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un déplacement : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

21 2. Une épargne différenciée entre les départements?!

22 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! 0,6 Taux de Corr. Une épargne 0,55 peu différenciée spatialement! % 1 /, * ' *& GINI départemental 0, des 97% ) différences 98% entre départements qui reflètent la localisation des 0,45 facteurs individuels du comportement d épargne.! ( % %$ 96% 98% % $' 93% 98% 99% 0, % % ) 91% 96% 98% 98% #& ,35 84% 89% 93% 95% 94% 96% Epargne sur Livrets hors Paris ENRL ERL 0,

23 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Taux de Corr.! Une épargne peu différenciée spatialement! 2008! 99%! 2007! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! des différences 2009! entre 97%! départements 98%! qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.! 2010! 94%! 96%! 98%! 2011! 91%! 93%! 98%! 99%! 2012! 88%! 91%! 96%! 98%! 98%! 2013! 84%! 89%! 93%! 95%! 94%! 96%!

24 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

25 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

26 Où épargne-t-on le plus?! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne O(3,()% règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! des différences entre départements Y":$()% qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement [13#(% d épargne.! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse. R9(Z#1,%! [1\M#(% 9:;===g" 9a;b==g" 9B;===g" 9<;<==g" 567%''%* Y":$()% 99;a==g" W;===g"

27 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

28 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% Une épargne peu différenciée /*>*A*BC7* spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

29 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! /*>*?*9D7* O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

30 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Z)?$)>5'" S??'8? &V D)5'8?" "=/9B" =/=:" =/=B9W" J)8F"('"GKP,)3'" V=/Aa" =/=W" =/==B:" V=/Ua" =/9=" j/===9" V=/Aa" =/=:" =/===:" Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

31 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

32 3. La nouvelle géographie des financements! Le rôle du logement social!

33 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

34 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 58)9* 30 Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

35 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

36 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

37 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

38 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cddf)ei% cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cdd`)d=% cddg% cddh% cdd?%

39 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts!!8nfo%.%thprsd% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! W9" Des financements plus concentrés! AO" cddf)ei% 9;W" 9;a" 9;<" liés à une évolution la localisation UU" Aa" des prêts au logement social! 9" Ba" b9" en faveur des zones de marché U9" AA" <b" tendues! A9" =;b" =;U" BB" 9a" AU" ba" bb" BW" b<" UA" Ab" =U" 99" 9<" <B" AB" <:" BU" 9=" 9:" bu" b:" <=" a=" A:" =b" BA" UB" 9U" ::" :=" <W" au" AW" :U" U:" U=" :B" =<" Ub" :a" 9b" <A" =:" B<" a9" bw" 9W" =a" Ua" A<" :9" =A" Bb" :<" b=" :b" U<" B=" =W" 9A" 9B" B:" <a" W<" <9" WB" aw" WA" aa" aa" <<" <U" ab" ba" Af" :A" a<" :W" WU" B9" W=" =9" UW" ab" =B" bb" a:" =;9" =;9" =;U" =;b" 9" 9;<" 9;a" 9;W" cdd`)d=%

40 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

41 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

42 Où vont les financements?! 0,6 Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 0 * ' *& Des financements plus concentrés! 2009 GINI départemental 1 /, liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! ) ( %$ 0,55 0,5 0, en faveur des zones de marché tendues!. $' % ) #& 0,4 0, prêts annuels lissés population 0,3

43 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

44 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%<G<*$-1E)"10)" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" ABAg" 9:=g" 9=bg"

45 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% * Une hausse sensible des prêts! F)6,(*1*G6,)*"H*/$#-(E(7>%** qui va de pair 8%)*%'$6I-)*8%*"H/>#-J'%K" avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! " liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

46 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! L#""/%*8%*"#*O6,-%;*P,-6'8%C"" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%1*E#,4"-10)" Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

47 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

48 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

49 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

50 Où vont les financements?! =;W" Une hausse sensible des prêts! S3,3% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements [ISDTDPF%OIA&R[% plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! A="===" en faveur des zones de marché tendues! =;b" =;B" =;<" 9B"===" 9="===" B"===" =" A==U" A==B" A==a" A==b" A==:" A==W" A=9=" A=99" A=9A" A=9<"

51 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

52 Où vont les financements?! ANAH, Guy Taïeb

53 cdd`)d=% Où vont les financements?! e% c% i% `%?% h%

54 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

55 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

56 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

57 4. Principaux enseignements!

58 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! n o Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

59 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?! % % % -1/2#(,*#(%'"% 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% n o q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

60 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

INFORMATIONS DIVERSES

INFORMATIONS DIVERSES Nom de l'adhérent : N d'adhérent :.. INFORMATIONS DIVERSES Rubrique Nom de la personne à contacter AD Date de début exercice N BA Date de fin exercice N BB Date d'arrêté provisoire BC DECLARATION RECTIFICATIVE

Plus en détail

éclairages Étude n 6 MARS 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015 éclairages L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme MARS 2015 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique La circulation méconnue de l épargne réglementée

Plus en détail

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R.

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R. EXEMPLE DE DOSSIER Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 23 C.I.R. STRATEGIE & ACCOMPAGNEMENT FINANCIER 7 Rue DENFERT-ROCHEREAU 38 GRENOBLE France Tél fax : ( 33 ) 4 76 43 47 11 SIRET

Plus en détail

! "#$%&'(!)!*!#(+,-.+"/%'%$(!!! "#!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-!

! #$%&'(!)!*!#(+,-.+/%'%$(!!! #!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-! "$%&'()*(+,-.+"/%'%$( "$%&&'()*+*),(%-.'/+'&0'-)*1/'/'.2%-.3*&*),4'.'.%3&*5)*%-.&,5&'.')6*.(&'.7-%)88'-)'- 8)*1/'4'6()9/)*%-&'(.,(:,-);?"@A?4-.&0,)3&*..'8'-)4'.6()9/'.2%9/.'.%9.)/*/'B.'.%3&*5)*%-.&,5&'.

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE AU BENIN

SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE AU BENIN REPUBIQUE DU BENIN COMMISSION NATIONAE POUR E DEVEOPPEMENT ET A UTTE CONTRE A PAUVRETE (CNDP) SECRETARIAT PERMANENT DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE A PAUVRETE AU BENIN 2003 2005 Décembre 2002 TABE

Plus en détail

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1

201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 Chapitre1 Matrices 1 201-105-RE SOLUTIONS CHAPITRE 1 EXERCICES 1.2 1. a) 1 3 Ë3 7 3 2 Ë 1 16 pas défini d) 16 30 17 3 e) Ë 7 68 22 16 13 Ë 5 18 6 2. a) 0 4 4 4 0 4 Ë4 4 0 Ë 0 4 32 4 4 0 4 32 32 4 0 4 4

Plus en détail

+, -. / 0 1! " #! $ % % %! &' ( &))*

+, -. / 0 1!  #! $ % % %! &' ( &))* !"#!$%% +,-. /01 %!&'(&))* 23%#!! " # " " " "$! 4 5-6 4! 1! " # - 5! " # 6 3! " # 7! " # " 8! 9 : ; 5 7 4! 1! # 42 5! 5 < 44 3! # " 7! 41 5 8 '9 4! " $ = " > 4!4 *% 43 4!1? 48 4 4!5 $ 9 4!3 4@ 4!7 $ #

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Vecteurs. I Translation. 1. Définition :

Vecteurs. I Translation. 1. Définition : Vecteurs I Translation Soit A et B deux points du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation du plan qui a tout point M associe le point M tel que [AM ] et [BM] aient le même

Plus en détail

#"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($

#$&'$+* ( ),'-.'($ %($ "#$%&' #(%)*"" (#%*!"!#$"! -!"!#$"!! -!"!#$"!./% -!"!#$"! #"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($ % & % '!#(! "! $#) #!* +,!(")"",#./ & 0!,$#!1!"!#1 $#!* ** +" + 1! 0! $!,#!,! $,! 2! $3! 1! $ 1+4!"$"#)1,##" 56./78#!

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm A/8000/L, A/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 3 à 5 mm Avec piston magnétique ou non selon ISO 555, ISO 643, VDMA 456 et NFE 49-003- Blocage de sécurité de la tige de

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites

Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites I Droites perpendiculaires Lorsque deux droites se coupent, on dit qu elles sont sécantes Les droites (d 1 ) et (d 2 ) sont sécantes en A Le point A est le point d intersection des 2 droites Lorsque deux

Plus en détail

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire

ASSAPROL. TELETRANSMISSION DE LA DECLARATION 2035 Procédure obligatoire ASSAPROL ASSOCIATION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DU BASSIN DE L ADOUR B.P. 342 64603 ANGLET CEDEX & 05 59 57 75 95 - Télécopie : 05 59 52 91 79 e-mail : aga@assaprol.fr - Site internet : www.assaprol.com

Plus en détail

! "##$ %!"# $ $ % # && ' ( % ) ( $$ * + + " ( $$!,, " ( % #

! ##$ %!# $ $ % # && ' ( % ) ( $$ * + +  ( $$!,,  ( % # !"##$ %!"#$$%# &&'(% )($$*++ "($$!,, "(%# &'' % ()* %+!,-.$(#$$$$($$$,$ $""$%"$#/$%$, /--! &%"0$1.(230 " 3( "4 $" 5,- %!- 67%$$" 8($$ "%($ 9##$:$(%,- ;(%6$($ 9##$ < ;$##%$$"$% 9"

Plus en détail

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 FF I CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 NOUVEAUX MONTANTS A PRENDRE EN COMPTE A PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013 F O N D E M E N T J U R I D I Q U E Décret

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l environnement. Commande n 1302 Mode EITION** Réalisé parjean Specimen Pour le compte de SPECIMEN ate

Plus en détail

Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité?

Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité? Surcapacité dincinération et transport des déchets en Europe : la fin du principe de proximité? 19 décembre 2012 "#$"%"#$%&$'()*+,(*+ &''%()*+#)'*,"-%./01$2345/6789:(,+ -%+(".#)'*,($/")0,12*31+)0,";

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

RENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES RENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES N de dossier IDENTITE Nom : Profession Adresse mail : Forme juridique : Date début exercice : Date fin exercice : Date d arrêté provisoire : Tenue de la comptabilité : Par vous-même

Plus en détail

!"# $! " # $ % & % ' % ( % " ) % * %&" %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 "

!# $!  # $ % & % ' % ( %  ) % * %& %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 ! "## $! " # $ % & % ' % ( % " ) % * &+ %&" %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 "!"# $!" %#& ' & % & ( )* / +&,"" -. " -!* " / % +&# 0 *& -. )" /( )* 1%2 32 / ' * & * &*456$ $% *2$% 7 "$%# # 7 * $%*6$ $%*8!+9: $%*8!+9:

Plus en détail

Le théorème de Thalès et sa réciproque

Le théorème de Thalès et sa réciproque Le théorème de Thalès et sa réciproque I) Agrandissement et Réduction d une figure 1) Définition : Lorsque toutes les longueurs d une figure F sont multipliées par un même nombre k on obtient une autre

Plus en détail

Renseignements complémentaires pour les revenus de

Renseignements complémentaires pour les revenus de Renseignements complémentaires pour les de Annexe à la déclaration n 35 des destinée à l'arapl. Identité : Profession : N adhérent : Adresse mail obligatoirement adressée à l'administration fiscale: @

Plus en détail

! "#$#%&'()*+#!,-$#%.%&$/&0#!12/%-&'!! 32'/*#!4!+!5&6!7889!!!!!!!!!

! #$#%&'()*+#!,-$#%.%&$/&0#!12/%-&'!! 32'/*#!4!+!5&6!7889!!!!!!!!! "#$#%&'()*+#,-$#%.%&$/&0#12/%-&' 32'/*#4+5&67889 :/##-),-(;#%)(06=-0#%.2;#%-*#-0&'?#'&0(2-)?26&'5('(0&%6@2''#.#2>@&-&$&C2'(0(D&'ED(#-D#&-$FD2-2*(D) 2 F$(02%(-@G(#>HI%#.2%6C2)B2$(-()?26&'5('(0&%6@2''#.#2>@&-&$&

Plus en détail

Audit 360. Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets?

Audit 360. Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets? Votre Data Center peut-il vraiment répondre à vos objectifs? À quelles conditions? Avec quelles priorités? Pour quels budgets? Permet de s affranchir d éventuels problèmes liés aux infrastructures techniques,

Plus en détail

!"#$%#&%'()(#(% *+%,-)#("%+&($+.$+&+#$%+#$"./+&%

!#$%#&%'()(#(% *+%,-)#(%+&($+.$+&+#$%+#$./+&% "#$#&'()(#( *+,-)#("+&($+.$+&+#$+#$"./+& #$" $ &'()*$+,,-./'0'(1$/'(2'*3/$45*6$7*68/*9*4:$/;'$(3$8$($

Plus en détail

Notation o i (E) : la transaction i effectue sur l élément E l opération x qui peut être : r lecture (read) w écriture (write)

Notation o i (E) : la transaction i effectue sur l élément E l opération x qui peut être : r lecture (read) w écriture (write) MASTER INFORMATIQUE DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 BASES DE DONNÉES AVANCÉES INF 559 (CHRISTIAN RETORÉ) EXERCICES CORRIGÉS ACCÈS CONCURRENTS (31 DÉCEMBRE 2007) Le cours a présenté trois techniques de gestion

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique TEMATEC Löbach GmbH Adresse postale: de livraison: Telefon (49) 0 22 4287030 BP 1261 Löhestr. 37 Telefax (49) 0 22 42870320 http: // www.tematec.de 53759 Hennef 53773 Hennef email: team@ tematec.de Fiche

Plus en détail

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Collège OASIS Corrigé de l Epreuve de Mathématiques L usage de la calculatrice est autorisé, mais tout échange de matériel est interdit Les exercices sont indépendants

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

BREVET BLANC CORRIGE

BREVET BLANC CORRIGE ACTIVITES NUMERIQUES (12 POINTS) Exercice 1 (2 points) On a relevé le nombre de médailles gagnées par les sportifs calédoniens lors des Jeux du Pacifique. Voici les résultats regroupés à l aide d un tableur

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

EXPOSANT. Exposant. Parce que votre communication est précieuse, nous avons les solutions et les compétences pour la magnifier.

EXPOSANT. Exposant. Parce que votre communication est précieuse, nous avons les solutions et les compétences pour la magnifier. L x g éq M M PP Ex EXPOSAT P q v é, v é gf. E UMÉRIC R O L. TOPCO 'Ex j, é g é q v P P x évè L g h è v.! L é à é P : v E q é bg v à. v! h à v x q x T h g, f U H é, ' U S 04). (g hz T U q B v ég é b ô À

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Synthèse Rapport de gestion 2014

Synthèse Rapport de gestion 2014 Synthèse Rapport de gestion 2014 Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Chiffres clés 2013 2014 Retraités Tous les retraités sont réassurés auprès de la Zurich

Plus en détail

Automates. Lycée Louis-le-Grand Année 2003 2004. Automates. option informatique 1/74

Automates. Lycée Louis-le-Grand Année 2003 2004. Automates. option informatique 1/74 Lycée Louis-le-Grand Année 2003 2004 Automates option informatique 1/74 1 Sommaire notion d automate, leur intérêt et leurs usages ; calculs d un automate et langage reconnu ; déterminisme, comment s en

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Diagnostic

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Diagnostic Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Diagnostic Septembre 2013 Version finale Siège social : 20 boulevard

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.)

SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.) SPECIFICATION DES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISES (E.D.I.) Dernière mise à jour : octobre 2013 Ce document a pour objectif de décrire ce que l OPCA (OPCA 3+) attend du fichier à transmettre par l adhérent.

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Exercices de géométrie

Exercices de géométrie Exercices de géométrie Stage olympique de Bois-le-Roi, avril 2006 Igor Kortchemski Exercices vus en cours Exercice 1. (IMO 2000) Soient Ω 1 et Ω 2 deux cercles qui se coupent en M et en N. Soit la tangente

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

&, & 1 #, & @A : ) &+ &, 2($"+ #, -$!""2".!$'"%&+, "&%$!2"'-($!-'!" 2-&!$' 1 ", 2-&!$' &-!$.%$B- 5 6 A>C ; +A ; &-$DE2-"%&&$

&, & 1 #, & @A : ) &+ &, 2($+ #, -$!2.!$'%&+, &%$!2'-($!-'! 2-&!$' 1 , 2-&!$' &-!$.%$B- 5 6 A>C ; +A ; &-$DE2-%&&$ !"#$%'!"(!$' ) * + *, '-($!-'!./.!$"$' * #, %0!.-''.%%"! 1, "%$!2!".-2"'-3!$'"%!#$%$!2$'4-!$2 1 1 5 67 5 8.-'.9"-!!!"2 ' 5, 8.-'%"-!! 5 #, 8.-'%""2 ': 8.-'.9"!-2--$ ;, 8.-'%"#'/. ; #, 8.-'%"$ ;, 8.-'%"

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Class UB, Park Hill School, Coventry, United Kingdom CE2/ CM1 Ecole de Sainte-Anastasie, France 2006/2007

Class UB, Park Hill School, Coventry, United Kingdom CE2/ CM1 Ecole de Sainte-Anastasie, France 2006/2007 P G U f-bq, jm p èv x A f-b y, w jy by pp fm w C UB, Pk H S, Cvy, U Kgm CE2/ CM1 E S-A, F 2006/2007 V p j b v x p,b q f ç g : C UB, Pk H Pmy S, Cvy, UK M Rb B, g p://wwwpkvyk/fmp C CE2/CM1, E pbq S-A,

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL*

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* En 2002, en métropole, quatre ménages sur dix sont locataires de leur résidence principale. Ils occupent un logement de 68 m 2 en

Plus en détail

Politique d Horodatage achatpublic.com. achatpublic.com

Politique d Horodatage achatpublic.com. achatpublic.com Politique d Horodatage achatpublic.com Version 1.0 1 Préambule 2 1.1 Glossaire et bibliographie 2 1.2 Objet du présent document 2 1.3 Les services d achatpublic.com achatpublic.com 2 1.4 Les marchés publics

Plus en détail

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2)

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2) DEMANDE D ATTESTATION ET SES ANNEXES MODELE ADHERENT DOCUMENTS A NOUS ADRESSER OBLIGATOIREMENT SUR SUPPORT PAPIER OU EN DEMATERIALISATION EDI-TDFC Demande d attestation et renseignements complémentaires

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

! " # $ #% &!" # $ %"& ' ' $ (

!  # $ #% &! # $ %& ' ' $ ( !" #$%"& ! "#$#% &!" #$%"& ' '$( SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 METHODE... 4 TAUX DE REPONSES ET VALIDITE DES POURCENTAGES... 4 RESULTATS... 6 I. Qui sont les étudiants ayant répondu?... 6 1.1. Répartition

Plus en détail

Fiche de Renseignements Complémentaires

Fiche de Renseignements Complémentaires 1 Fiche de Renseignements Complémentaires à joindre à la 2035 papier ou à saisir avec la 2035 sur #araplgo www.araplgrandouest.org OGBNC00 Déclaration du professionnel de l'expertise-comptable Identification

Plus en détail

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT)

INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT) INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) Racine (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT) Intitulé compte 108 Compte de l'exploitant 13 Subventions d'investissement 16 Emprunts réalisés ou remboursés dans

Plus en détail

Atlas régional de l habitat

Atlas régional de l habitat Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur I Année 2011 Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Sommaire 1 Contexte / préoccupations des Français 2 Des Français concernés par la dépendance des personnes âgées

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

!"#$"%&'()' !"#! +!$ % & + ! " + ,-.

!#$%&'()' !#! +!$ % & + !  + ,-. !"#$"%&'()'!*! " +!"#! +!$ % & +,-. ! " # #$%&$!'$()$!*+$* ($ &!! "! "" # $ # %# "! &' "!,-&. */01&&1/12(%(3('& 4 5'!' $! *+,-..+ ""/"01! ",2!",-..+ 6478 % 9 (!0 3"! "1 7 0 " 45! 64 (71 558 ""!"8 5"!!58"

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

Municipalité de Maslacq

Municipalité de Maslacq Municipalité de Maslacq Associations : Demande de subvention Année 2015-2016 Pour être traité au Budget Primitif 2016, ce dossier doit être impérativement retourné rempli au secrétariat de Mairie avant

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

A ssociation des P rofessions L ibérales pour la R égion de L yon 22 rue Robert - 69458 Lyon Cedex 06

A ssociation des P rofessions L ibérales pour la R égion de L yon 22 rue Robert - 69458 Lyon Cedex 06 A.P.L.R.L. A ssociation des P rofessions L ibérales pour la R égion de L yon 22 rue Robert - 69458 Lyon Cedex 06 Tél : 04.72.83.61.30 Fax : 04.72.83.61.33 SIRET : 313 074 924 00033 Email : aplrl_2035@aplrl.asso.fr

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS?

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Conférence IMA France Mardi 30 janvier 2007 - www.ima-france.com Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Lionel Escaffre Professeur associé à l Université d Angers Commissaire aux Comptes

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

10 juin 2010 Polytech Lille. Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides.

10 juin 2010 Polytech Lille. Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides. 10 juin 2010 Polytech Lille Organisé par le Certia Interface, AQUIMER et le RMT (Réseau Mixte Technologique) Gestion durable des fluides Synthèse ! " ##!! " $% &#'() (* + +!,(-) *. +*/ # $ 0*1*2 '(#3 4

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Modèle de plan opérationnel de projet

Modèle de plan opérationnel de projet Suivi des versions et des validations du document. Ce document annule et remplace tout document diffusé de version-révision antérieure. Dès réception de ce document, les destinataires ont pour obligation

Plus en détail

Master Management des Ressources Humaines Institut d'administration des Entreprises 2 rue du Doyen Gabriel Marty - 31042 Toulouse cedex 9

Master Management des Ressources Humaines Institut d'administration des Entreprises 2 rue du Doyen Gabriel Marty - 31042 Toulouse cedex 9 Master Management des Ressources Humaines Institut d'administration des Entreprises 2 rue du Doyen Gabriel Marty - 31042 Toulouse cedex 9 Nous tenons à remercier tout particulièrement Monsieur Jonker,

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui.

FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui. FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui. La présentation se veut générale et pratique et ne pourra pas viser toutes les hypothèses. Dans un premier temps

Plus en détail

Les aides financières de l État au logement mars 2008

Les aides financières de l État au logement mars 2008 Les aides financières de l État au logement mars 2008 Sommaire Présentation d ensemble Les principaux prêts.................................................. 2 Secteur locatif social Caractéristiques

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE N 50489 # 09 (Formulaire obligatoire) N 2069 - A - NOT Pour les dépenses engagées au titre de 2006 CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE NOTICE Le dispositif du crédit d impôt recherche a été modifié

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB)

CULTURE GÉNÉRALE Histoire de l Art (RC) Philosophie (FB) RE ANNÉE SEMESTRE PRATIQUE ET INITIATION Dessin d observation et projet (FL [cd] + PC [a] + JMH [b]) Couleur / peinture (PC [cd] + AO [ab]) Espace / Volume (CLT [cd] + AT [ab]) Design (FC [ab] GG [cd])

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail