La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La circulation méconnue de l épargne règlementée en France!"

Transcription

1 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

2 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" ;%<%=>?5% AA;B" Données Insee 2012!"#$%$&'($)"*+,,+-./"012-3"4"#$%$)5$-'6"

3 La "circulation invisible des richesses" (L. Davezies, 2009)!!"#$%&'()*()+#",-(%.%+#",-(%/0$#121'3$"3,(% 4(,%56% 7+&85)2+-" 9:;<"!&7% <9;=" AA;B" DE(/2'(%!"#$%&'()* &8>5$I8'" Données Insee /01-$)2'),,)* C'D'-8."5$E."L"5M1G#(%'1-"'(%

4 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( CE.')8F"" >)-G)$?'." 423* 123* ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* +,'#'$,%-)* "! ) % * " '&

5 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

6 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## $! % $&! $ ' % ( RE-)3'." CE.')8F"" >)-G)$?'."!H8&IJD% )--8'55'." ) #* + ) %* " '& ) ##.'(/-0()* "! ) % * " '&

7 L épargne règlementée sur livret : un circuit!! " ## RE-)3'." $! % $&! $ ' % ( ) #* + ) %* " '& ) ## CE.')8F"" >)-G)$?'.".'(/-0()* A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(% "! ) % * " '&

8 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

9 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! A3#-:'"B1,%*(% 'K02"#L,(% #ML'(/(,$0(%

10 A3#-:'"B1,%*(%% 'K02"#L,(%% #ML'(/(,$0(% 1. Une cartographie de l épargne règlementée sur livret en France métropolitaine! Importance, direction, évolution!

11 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! DPAIQ8O% %%%!8NFO%%%%%% Des départements au solde positif 567* en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! 897*

12 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

13 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

14 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret Z)5V('VR)?-'" et des financements émis par la [+?(" CDC (indice de dissimilarité " 16%)!, ( -% Un transfert +& : les départements où les prêts 7)?$." par ménage sont les plus importants, sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! ) (& 9" =;B" 9" 9;B". /' Des départements au solde positif en nombre limité:! ) " des départements 0 =;B" $& avec de grandes agglomérations! OD'_?+-" " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! A" 9;B" =" SCY"A=99VA=9<"0XY6" H!R8SPD%!R8%THPRSD% C"`"V=/UA" Y+\]?'" Corrélations interdépartementales Prêts/mén (av. 09) Prêts/mén (ap. 09) Epargne/mén -21% -42% (signif.) 0,035 <.0001

15 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité:! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

16 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! &,*3-(%*K0-"#$%(,$#(%% V"Ba/=" V"9:/b" ""9:/b" ""Ba/=" ""W</<" 567%''%*

17 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions P1#*% des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

18 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage 1'$-'V" V*)5)$." entre les répartitions des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

19 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! 7).V('"" Un décalage entre les répartitions P1#*% 1'$-'V" V*)5)$." des encours d épargne R)?$2,'" règlementée sur livret et des R)?-'" financements émis par la CDC (indice S8?'" de dissimilarité " 16%)! &'()*(% +#",-(% Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les J'?/"('" plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! 8WX,(% c ('":"42$)1* Des départements au solde positif en nombre 4::,#;0"4'#21* limité! " S3#1,*(% des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.! Y0#":'$% Y":$()% S"#1,,(% O(3,()% V"')*(% )T"#,(% d 8-'"<"4$-'#2*$)*,#:);)2<*1#&-4,"" e 5)"=#"1)"

20 Cartographie de la circulation de l épargne règlementée! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Un déplacement : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse.!

21 2. Une épargne différenciée entre les départements?!

22 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! 0,6 Taux de Corr. Une épargne 0,55 peu différenciée spatialement! % 1 /, * ' *& GINI départemental 0, des 97% ) différences 98% entre départements qui reflètent la localisation des 0,45 facteurs individuels du comportement d épargne.! ( % %$ 96% 98% % $' 93% 98% 99% 0, % % ) 91% 96% 98% 98% #& ,35 84% 89% 93% 95% 94% 96% Epargne sur Livrets hors Paris ENRL ERL 0,

23 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Taux de Corr.! Une épargne peu différenciée spatialement! 2008! 99%! 2007! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! des différences 2009! entre 97%! départements 98%! qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.! 2010! 94%! 96%! 98%! 2011! 91%! 93%! 98%! 99%! 2012! 88%! 91%! 96%! 98%! 98%! 2013! 84%! 89%! 93%! 95%! 94%! 96%!

24 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

25 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

26 Où épargne-t-on le plus?! Un décalage entre les répartitions des encours d épargne O(3,()% règlementée sur livret et des financements émis par la CDC (indice de dissimilarité " 16%)! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement! Un transfert : les départements où les prêts par ménage sont les plus importants sont ceux où les encours par ménage sont plus faibles! des différences entre départements Y":$()% qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement [13#(% d épargne.! Des départements au solde positif en nombre limité! " des départements avec de grandes agglomérations! " et/ou avec une tradition de logement social,! " et la Corse. R9(Z#1,%! [1\M#(% 9:;===g" 9a;b==g" 9B;===g" 9<;<==g" 567%''%* Y":$()% 99;a==g" W;===g"

27 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

28 Les facteurs de différenciation de l épargne! O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% Une épargne peu différenciée /*>*A*BC7* spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

29 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours % change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! /*>*?*9D7* O$"$:$%*K"-B93$0%4F":E%*(%-WX/"L(6% R--:/:'"B1,%*(%'K02"#L,(% des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

30 Les facteurs de différenciation de l épargne! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Z)?$)>5'" S??'8? &V D)5'8?" "=/9B" =/=:" =/=B9W" J)8F"('"GKP,)3'" V=/Aa" =/=W" =/==B:" V=/Ua" =/9=" j/===9" V=/Aa" =/=:" =/===:" Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

31 Où épargne-t-on le plus?! Stabilité de l épargne : la localisation des encours change peu à travers le temps.! Une épargne peu différenciée spatialement (écart-type = 12%)! des différences entre départements qui reflètent la localisation des facteurs individuels du comportement d épargne.!

32 3. La nouvelle géographie des financements! Le rôle du logement social!

33 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

34 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 58)9* 30 Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

35 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

36 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

37 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cddg% cddh% cdd?%

38 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! cddf)ei% cdec% Des financements plus concentrés! cdee% liés à une évolution cded% la localisation des prêts au logement social! cddf% en faveur des zones de marché tendues! cdd=% cdd`)d=% cddg% cddh% cdd?%

39 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts!!8nfo%.%thprsd% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! W9" Des financements plus concentrés! AO" cddf)ei% 9;W" 9;a" 9;<" liés à une évolution la localisation UU" Aa" des prêts au logement social! 9" Ba" b9" en faveur des zones de marché U9" AA" <b" tendues! A9" =;b" =;U" BB" 9a" AU" ba" bb" BW" b<" UA" Ab" =U" 99" 9<" <B" AB" <:" BU" 9=" 9:" bu" b:" <=" a=" A:" =b" BA" UB" 9U" ::" :=" <W" au" AW" :U" U:" U=" :B" =<" Ub" :a" 9b" <A" =:" B<" a9" bw" 9W" =a" Ua" A<" :9" =A" Bb" :<" b=" :b" U<" B=" =W" 9A" 9B" B:" <a" W<" <9" WB" aw" WA" aa" aa" <<" <U" ab" ba" Af" :A" a<" :W" WU" B9" W=" =9" UW" ab" =B" bb" a:" =;9" =;9" =;U" =;b" 9" 9;<" 9;a" 9;W" cdd`)d=%

40 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts.! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

41 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

42 Où vont les financements?! 0,6 Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! 0 * ' *& Des financements plus concentrés! 2009 GINI départemental 1 /, liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! ) ( %$ 0,55 0,5 0, en faveur des zones de marché tendues!. $' % ) #& 0,4 0, prêts annuels lissés population 0,3

43 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

44 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%<G<*$-1E)"10)" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" ABAg" 9:=g" 9=bg"

45 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% * Une hausse sensible des prêts! F)6,(*1*G6,)*"H*/$#-(E(7>%** qui va de pair 8%)*%'$6I-)*8%*"H/>#-J'%K" avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! " liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

46 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! L#""/%*8%*"#*O6,-%;*P,-6'8%C"" qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! " #"8-'":0#:"4EF-)*E,%1*E#,4"-10)" Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

47 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues! <ABg" bbag" ABAg" Bbag" 9:=g" <WWg" 9=bg" AA<g"

48 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

49 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de marché tendues!

50 Où vont les financements?! =;W" Une hausse sensible des prêts! S3,3% qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements [ISDTDPF%OIA&R[% plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! A="===" en faveur des zones de marché tendues! =;b" =;B" =;<" 9B"===" 9="===" B"===" =" A==U" A==B" A==a" A==b" A==:" A==W" A=9=" A=99" A=9A" A=9<"

51 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

52 Où vont les financements?! ANAH, Guy Taïeb

53 cdd`)d=% Où vont les financements?! e% c% i% `%?% h%

54 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

55 cdd`)d=% Où vont les financements?! cddf)ei% e% c% i% `%?% h% e% c% i% `%?% h%

56 Où vont les financements?! Une hausse sensible des prêts! qui va de pair avec une inflexion dans la localisation des prêts! Des financements plus concentrés! liés à une évolution la localisation des prêts au logement social! en faveur des zones de tension du marché.!

57 4. Principaux enseignements!

58 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?!! Si oui, quelle en est l importance?!! Quelle-s direction-s?!! Avec quelle évolution dans le temps?! n o Dans quelle mesure, cette! circulation est-elle liée à la! répartition spatiale :!! des encours de l épargne!! et/ou des prêts?! q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

59 Les transferts spatiaux de l épargne règlementée sur livrets! Y a-t-il une circulation spatiale de l épargne règlementée?! % % % -1/2#(,*#(%'"% 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% n o q 'K02"#L,(%#0L'(/(,$0(% r

60 La circulation méconnue de l épargne règlementée en France! P. Bouché, E. Decoster et L. Halbert (Université Paris Est, LATTS)! Institut du Monde Arabe, Paris, Rencontres du Fonds d Épargne 31 Mars 2015

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

La circulation méconnue de l épargne réglementée

La circulation méconnue de l épargne réglementée La circulation méconnue de l épargne réglementée P. Bouché, E. Decoster, L. Halbert Journée RAH / REHAL Cité Universitaire Internationale, Paris 10 Juillet 2014 Latts - 11/07/2014 1 Le contexte partenarial

Plus en détail

vs Christia 1 n Poisson

vs Christia 1 n Poisson vs Christian 1 Poisson Cet ouvrage contient une sélection d'études d'echecs composées par ordinateur, plus précisément par l'analyse de tables de finales, en l'occurrence ici la table, à l'aide de WinChloe

Plus en détail

éclairages Étude n 6 MARS 2015

éclairages Étude n 6 MARS 2015 éclairages L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme MARS 2015 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique La circulation méconnue de l épargne réglementée

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

BARYCENTRE. Exercice 1. Rappel G barycentre des point s pondérés (A;a) et (B;b) avec a + b 0. = 0 et AG

BARYCENTRE. Exercice 1. Rappel G barycentre des point s pondérés (A;a) et (B;b) avec a + b 0. = 0 et AG BARYCENTRE Exercice 1 Rappel G barycentre des point s pondérés (A;a) et (B;b) avec a + b G est défini par a GA + bgb = et AG = b a + b AB G est sur le segment [ AB] ( G entre A et B) si les deux coefficients

Plus en détail

Seconde 1 IE3 géométrie vectorielle Sujet

Seconde 1 IE3 géométrie vectorielle Sujet Seconde 1 IE3 géométrie vectorielle Sujet 1 2016-2017 NOM : Prénom : Exercice 1 : Reconnaître des vecteurs égaux (5 points) Voici deux cercles concentriques de centre O, de rayon r et 2r. Indiquer les

Plus en détail

THEOREMES DES MILIEUX DROITES PARALLELES Corrigés 1/9

THEOREMES DES MILIEUX DROITES PARALLELES Corrigés 1/9 DROITES PARALLELES Corrigés 1/9 Corrigé 01 Corrigé 02 On sait que ABC est un triangle, que I est le milieu de [ AB ] et J le milieu de [ BC ]. (IJ) est donc parallèle à la droite (BC). Corrigé 03 On sait

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS EXERCICES 1) Recopiez le point A et le vecteur u sur le quadrillage de votre feuille : 4 e Chapitre III Vecteurs a) Construisez le point B tel que AB = u. b) Construisez le point

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011

Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION. FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Action Logement Les atouts du Prêt ACCESSION FNSCHLM, 4C 2011 Paris, le 8 septembre 2011 Le GIC, un acteur de référence pour Action Logement CIL : Comité Interprofessionnel du Logement depuis 1955 Groupe

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

Bilan Du 1/01/11 au 31/12/11. Union Syndicale Solidaires FP 144 Boulevard de la Villette PARIS

Bilan Du 1/01/11 au 31/12/11. Union Syndicale Solidaires FP 144 Boulevard de la Villette PARIS Bilan Du 1/01/11 au 31/12/11 Union Syndicale Solidaires FP 144 Boulevard de la Villette 75019 PARIS Bilan actif du 1/01/11 au 31/12/11 le 27/02/12 à 14:50 P o s t e C d B r u t C d A m o r t. Net N P r

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Inventaire forestier départemental. Vaucluse III e inventaire 2001

Inventaire forestier départemental. Vaucluse III e inventaire 2001 Inventaire forestier départemental Vaucluse III e inventaire 2001 !"#$%&$!' ()$*&!"' +,&"-'(&. /("'#"0"%'&1!"#2%' + '#&'$!&'!&"1"!' 3 4 5 3 4 '%"'6 3 4 %"-1& 4 7)!2!189"' :; : '(&2$? >! "! %1&'1$?'&-2(&*)'1$#%$*'!

Plus en détail

Inventaire forestier départemental. Vaucluse III e inventaire 2001

Inventaire forestier départemental. Vaucluse III e inventaire 2001 Inventaire forestier départemental Vaucluse III e inventaire 2001 !"#$%&$!' ()$*&!"' +,&"-'(&. /("'#"0"%'&1!"#2%' + '#&'$!&'!&"1"!' 3 4 5 3 4 '%"'6 3 4 %"-1& 4 7)!2!189"' :; : '(&2$? >! "! %1&'1$?'&-2(&*)'1$#%$*'!

Plus en détail

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Composition de la Communauté d Agglomération : 39 communes (dont 4 situées dans la Marne) Sources : IGN BD Topo, Francième Réalisation

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

! "#$%&'(!)!*!#(+,-.+"/%'%$(!!! "#!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-!

! #$%&'(!)!*!#(+,-.+/%'%$(!!! #!$%&&'()*+*),!(%-.'/+'!&0'-)*1/'!/'.2%-.#3*&*),!4'!.'.!%3&*5#)*%-.!&,5#&'.!')!6*.(#&'.7!-%)#88'-)!'-! "$%&'()*(+,-.+"/%'%$( "$%&&'()*+*),(%-.'/+'&0'-)*1/'/'.2%-.3*&*),4'.'.%3&*5)*%-.&,5&'.')6*.(&'.7-%)88'-)'- 8)*1/'4'6()9/)*%-&'(.,(:,-);?"@A?4-.&0,)3&*..'8'-)4'.6()9/'.2%9/.'.%9.)/*/'B.'.%3&*5)*%-.&,5&'.

Plus en détail

Géométrie analytique plane

Géométrie analytique plane Exercice 1 EXERCICES SUR LE CHAPITRE 8 Géométrie analytique plane Soit ( O, i ) un repère d une droite d (1) Placer sur cette droite les points I ( 1), A ( 3) et B( 2) (2) Déterminer l abscisse du point

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Page 1/19. Carte annexée au décret de création du Parc National des Calanques du 18 avril 2012

Page 1/19. Carte annexée au décret de création du Parc National des Calanques du 18 avril 2012 Extrait de l atlas cadastral non modifié identifiant les corrections du relevé cadastral annexé au III de l article 1er du décret créant le Parc National des Calanques. Carte annexée au décret de création

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Répartition géographique des investissements directs étrangers en Chine

Répartition géographique des investissements directs étrangers en Chine Répartition géographique des investissements directs étrangers en Chine Qixu Chen To cite this version: Qixu Chen. Répartition géographique des investissements directs étrangers en Chine. Economies and

Plus en détail

INFORMATIONS DIVERSES

INFORMATIONS DIVERSES Nom de l'adhérent : N d'adhérent :.. INFORMATIONS DIVERSES Rubrique Nom de la personne à contacter AD Date de début exercice N BA Date de fin exercice N BB Date d'arrêté provisoire BC DECLARATION RECTIFICATIVE

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R.

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R. EXEMPLE DE DOSSIER Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 23 C.I.R. STRATEGIE & ACCOMPAGNEMENT FINANCIER 7 Rue DENFERT-ROCHEREAU 38 GRENOBLE France Tél fax : ( 33 ) 4 76 43 47 11 SIRET

Plus en détail

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité.

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité. ❶ - Vecteurs I-- Définition d un vecteur Définition : Lorsqu on choisit deux points distincts M et N dans cet ordre, on définit : - une direction : celle des droites parallèles à (MN) ; - un sens : de

Plus en détail

Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) Flux Domicile Travail Chiffres DADS 2007

Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) Flux Domicile Travail Chiffres DADS 2007 Flux Domicile Travail Quelques données locales Données DADS 2007 (source INSEE traitement MDE PMC) I. La source La DADS pour mesurer les flux domicile travail DADS : Déclaration Annuelle de Données Sociales

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS COURS 1) Exemple : force exercée par un aimant. p 2 2) Définitions et notations. p 3 3) Egalité de deux vecteurs... p 5 4) Multiplication d un vecteur par un nombre réel... p 6 5)

Plus en détail

!"# $ %&' () *+,-. ).+ /0#"+12% / 0 / '1/ 2 !"!#$%#& '(

!# $ %&' () *+,-. ).+ /0#+12% / 0 / '1/ 2 !!#$%#& '( !"# $ %&' () *+,-. / / 0 / '1/ 2!"!#$%#& '( )*+,""-(*+,"" ).+ /0#"+12%!!"# 6%++/-%-78.". 8.'.!(!*."9! :..". 8 (''.! '** ;.".5 8.".*."9! :..". 8.*., "*.". 8.)6* (!.' ':.''! *.'.".< 8!(* ".,9=.!..*.'." *.

Plus en détail

2 e Devoir sur la quadrature du cercle

2 e Devoir sur la quadrature du cercle e Devoir sur la quadrature du cercle Si l on excepte quelques valeurs de mentionnées dans la Bible ou le Talmud ou indiquées par les Égyptiens et les Babyloniens, à savoir respectivement 6 9 et, l histoire

Plus en détail

La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs

La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs La taxe d habitation décomposition des caractères distributifs Clément Carbonnier Université de Cergy-Pontoise, THEMA & Sciences Po, LIEPP Un poids fiscal non négligeable à la répartition peu connue Les

Plus en détail

Notre modèle est la nature

Notre modèle est la nature S M N è QS 7/ Câ H A DS 3 Og P é SOMSO évé g, SOMSO-P. C QS 21/1 g è q q â éb, C véb x é v b g, vé b. Déb 3. H: 17,5, g, q h qé. SOMSO-P. bg : 14,1, éè: 51,2, : 0,8 kg b. S. P, P: 2,3 kg zg bq 1000 è é

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

Chers(ères) amis(es) initiateurs(trices) scolaires,

Chers(ères) amis(es) initiateurs(trices) scolaires, Chers(ères) amis(es) initiateurs(trices) scolaires, Merci à vous tous (toutes) qui avez voulu et su accompagner les premiers pas de nos jeunes bridgeurs au cours de leur première année d initiation. Merci

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial

Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial Coûts de transport et inégalités régionales: Les apports de la nouvelle économie géographique Miren Lafourcade Paris-Jourdan

Plus en détail

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Elisabeth VILAIN, Véronique BRUNIAUX, Rémi CAPOT, Insee Olivier GAUCHET,

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE

L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE Document de travail de la série Etudes et Documents E 2518 L IMPACT DISTRIBUTIF DES POLITIQUES AGRICOLES DES PAYS DEVELOPPES AU BRESIL : UNE ANALYSE NON-PARAMETRIQUE Sylvain CHABE-FERRET 1 CERDI, Université

Plus en détail

Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque

Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque 1 Le placement dans un compte d épargne dédié VALOREM/banque 1) Phase de collecte et d investissement Banques de détail Souscriptions obligataires participations Riverains parcs en projet Emissions obligataires

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Ma ville, ses projets, ses quartiers, je les construis COMMUNE DE VILLEJUIF OCTOBRE 2010 PLU

Ma ville, ses projets, ses quartiers, je les construis COMMUNE DE VILLEJUIF OCTOBRE 2010 PLU Ma ville, ses projets, ses quartiers, je les construis D I A G N O S T I C COMMUNE DE VILLEJUIF OCTOBRE 2010 PLU ÉQUIPE ET CONTACTS BRÈS+MARIOLLE et associés Architecture / urbanisme / programmation 15/17,

Plus en détail

L Etat et le financement de l économie

L Etat et le financement de l économie L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages

Plus en détail

Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S

Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S Géométrie vectorielle et analytique dans l'espace, cours, terminale S F.Gaudon 21 mars 2013 Table des matières 1 Vecteurs de l'espace 2 1.1 Extension de la notion de vecteur à l'espace.........................

Plus en détail

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Thierry Debrand, Claude Taffin* La mobilité résidentielle des ménages est fonction de l âge, du niveau de formation, du type

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Chapitre 14 Propriétés de Thalès

Chapitre 14 Propriétés de Thalès Chapitre 14 Propriétés de Thalès Pour les exercices 1 et 2, écrire les égalités données par le théorème de Thalès sans rédiger la justification. 1 a. Les droites (NP) et (QM) sont parallèles. b. Les droites

Plus en détail

DES GAZELLES DES GAZELLES. Rallye Aïcha. Elle s engage à :

DES GAZELLES DES GAZELLES. Rallye Aïcha. Elle s engage à : Ry Aïh PARIS U éé I L Ry Aïh Gz éé f yé g é (éé,,, I). C é x R-C, TF1, E, TV5, 2M M, E gz, L x, J Mé, Ché FM... é x f f. Aé Pè 1 j é. U b Ry y éé : éh,, g é, f, b g (é h). NADOR L g f é, g é h, w b, I

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION. Table des matières QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES BESOINS EN FORMATION Table des matières A. Informations générales B. Direction C. Corps directionnel D. Personnel E. Répartition de l espace F. Sûreté / Sécurité G. Collections

Plus en détail

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION CHAP 2 LA REPARTITION DU REVENU DISPONIBLE : CONSOMMATION ET EPARGNE 1 D après le Doc 1 Compléter le schéma suivant L'EXEMPLE DU MENAGE LEROY : (Rappel CHAP 1) Le revenu

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015 Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Conférence de Presse du 20 mai 2015 L observation des loyers, un double enjeu, national et local L Observatoire Local des Loyers, un projet

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES DU COMMERCE DE DÉTAIL AU 1 ER TRIMESTRE 2016 AVRIL 2016 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS U NE AC T I VIT É QU I R E S T E PE U D YN AM IQU E CE 1 ER T R IM ESTR E ET D E S PR É

Plus en détail

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette

Colloque PLACEMENTS. Valeur du Conseil. Québec, 26 novembre 2015. Claude Montmarquette Colloque RETRAITE et PLACEMENTS Valeur du Conseil Québec, 26 novembre 2015 Claude Montmarquette CIRANO et Université ité de Montréal S il Sil y a un prix, il y a de la valeur Ml Malgré cet énoncé étii

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Chapitre 3 : Tableaux de correspondance postes / comptes. Section 1 : Système normal BILAN-ACTIF

Chapitre 3 : Tableaux de correspondance postes / comptes. Section 1 : Système normal BILAN-ACTIF Chapitre 3 : Tableaux de correspondance postes / comptes Section 1 : Système normal BILAN-ACTIF Nos DE COMPTES À INCORPORER DANS les POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/ provisions AA CHARGES IMMOBILISÉES

Plus en détail

! " # + # + E + A + A +++ , - ( ( 5 # % #! . ( (

!  # + # + E + A + A +++ , - ( ( 5 # % #! . ( ( $ $ ( + ( ( % & ' ( E %& ' ' ( ' ) ' E +, ' ' ' ' -( D. / 0 ) 1' ' ' $& 2 -( ' 3 ' ' ' ' '( ' + ' ' 4 ' ' HB ( & ) ' ' ( %& 5 '6 ' BB BG + ' -( BG ( ' ( ) ' ' '6 GH $& % ' ' 1 '6 8' ' ' EE + 9 ' 3 0 '

Plus en détail

FG² = EF² + EG² 7² = 2² + EG² 49 = 4 + EG² EF = 2, FG = 7, EG =? EG² = 49 4 = 45 EG = = 3 EG 6,7

FG² = EF² + EG² 7² = 2² + EG² 49 = 4 + EG² EF = 2, FG = 7, EG =? EG² = 49 4 = 45 EG = = 3 EG 6,7 EC 4A : ELEMENTS DE MATHEMATIQUES THEOREMES DE PYTHAGORE ET DE THALES EXERCICES CORRECTION EXERCICE N 1 : Figure 1 : ABC est rectangle en A, donc, BC² = AB² + AC² BC² = 5² + 7² BC² = 25 + 49 AB = 5, AC

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

") *& +,-.- " *!" # # $ % & '" &(

) *& +,-.-  *! # # $ % & ' &( ")*&+,-.-"*!" ##$%&'"& !"#$!%&! "/0 1 -/!23 "& '))* EDITORIAL! " # $ % & ' ) *+, -. /0 1 2 3 & ) 4 $5 '567,89.#: # # SOMMAIRE INTRODUCTION...9 CHAPITRE 1. L INGENIEUR A LA CROISEE DES CHEMINS...13 1.1.

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

ORTHOGONALITE DANS ESPACE

ORTHOGONALITE DANS ESPACE ORTHOGONALITE DANS ESPACE Exercice n 1 1 ) Déterminer la mesure de l angle FGB 2 ) a)donner la nature du triangle BEG. Justifier votre réponse b)donner la mesure de l angle EBG Exercice n 2 Dans l espace,

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 www.certu.fr Séminaire de l'observation Urbaine. 15 novembre 2011. Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 Nicolas GILLIO et Geneviève ROCHE Ministère de l'écologie, de

Plus en détail

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH Rendez-vous de Insee «Des projections de ménages aux besoins en logement» Mardi 11 décembre 2012 Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH SOMMAIRE 1. L'évaluation des besoins en logements menée en Pays de la Loire Contexte

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Bruxelles, le 9 février 2011 L Union professionnelle du Crédit (UPC), membre de Febelfin, la Fédération belge

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 4 mars BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE TAUX D INTÉRÊT DES BANQUES DE LA ZONE EURO : JANVIER L indicateur composite du coût de l emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Descriptif du fichier d'importation EDI des réceptions Fastmag

Descriptif du fichier d'importation EDI des réceptions Fastmag Descriptif du fichier d'importation EDI des réceptions Fastmag Vous trouverez ci-dessous la description du fichier à nous remettre pour l importation dans Fastmag des réceptions de marchandises. Si les

Plus en détail

SP2C Étude sectorielle Panorama du secteur des outsourcers 2006

SP2C Étude sectorielle Panorama du secteur des outsourcers 2006 SP2C Étude sectorielle Panorama du secteur des outsourcers 2006 2006 KPMG S.A. cabinet français membre de KPMG International, une coopérative de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1

Plus en détail

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Planiste Ltée. 485 McGill, Bureau 400 - Montréal (Québec) H2Y 2H4 Téléphone :(514) 904-0934 - Sans frais :1 (866) 904-0934 - Télécopieur :(514) 904-0936

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Maisons individuelles 1 190 91,30%

Maisons individuelles 1 190 91,30% Les spécificités de l éco-prêt à 0% en Isère & en 2009 ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 En France, 70 795 éco-prêts à taux zéro ont été distribués en 2009.

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 mai 2015 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail