Pas à pas. vers la réussite. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pas à pas. vers la réussite. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation"

Transcription

1 Pas à pas vers la réussite Le cadre d imputabilité et de responsabilisation

2 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS LES BASES DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LA VISION DU Conseil scolaire Viamonde LES VALEURS DU Conseil scolaire Viamonde LES PRINCIPES DIRECTEURS DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LA POLITIQUE D AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE LE CADRE D EFFICACITÉ DES ÉCOLES LE CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LES ATTENTES LA PLANIFICATION LES INDICATEURS DE MESURE ET DE SUCCÈS LE PERFECTIONNEMENT LA MISE EN ŒUVRE LES CYCLES D AMÉLIORATION L ÉVALUATION ÉCHÉANCIERS CONCLUSION...25 RÉFÉRENCES...26 NOTES... 27

3 AVANT PROPOS Le but ultime du cadre d imputabilité du Conseil scolaire Viamonde est d assurer la réussite de chaque élève qui fréquente une école du Conseil par l amélioration de nos techniques, nos pratiques, nos approches ainsi que nos comportements et attitudes au travail. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation vise donc à alimenter la culture d amélioration continue du Conseil scolaire Viamonde. Ainsi, nous sommes toutes et tous appelés à jeter un regard critique sur les activités du Conseil en vue d accroître notre efficacité. D abord et avant tout, ce cadre d imputabilité est un travail d équipe qui mise sur notre collégialité, notre diversité, notre responsabilisation et notre collaboration. Le cadre s appuie sur un modèle de responsabilisation professionnelle qui reconnaît la diversité de nos milieux de travail et de nos collectivités. Il puise sa vigueur et sa vitalité dans notre participation, au quotidien, à cette volonté d amélioration. Le cadre part du principe que nous œuvrons au sein d une communauté d apprentissage professionnelle qui : met l accent sur le cheminement du personnel dans un contexte de développement et d apprentissage; reconnaît que la compétence se développe dans l action; favorise le développement et la mise en œuvre de projets novateurs et l établissement de partenariats, internes et externes, authentiques et signifiants. 2

4 1 LES BASES DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION Le cadre d imputabilité et de responsabilisation inclut deux notions indissociables. D une part, la responsabilisation qui fait appel à notre capacité en tant qu intervenantes et intervenants de faire des choix professionnels et d en être redevables. L imputabilité, d autre part, qui fait référence à notre obligation de rendre des comptes et à l importance de la transparence puisque nous sommes un organisme financé par des fonds publics. Le cadre d imputabilité doit donc reposer sur une vision, des valeurs, des principes directeurs explicites et des politiques claires et définies. 1.1 LA VISION DU Conseil scolaire Viamonde Un Conseil et des écoles dédiés aux élèves et leur offrant une formation : influencée par des valeurs éducatives orientées vers l éthique, l engagement et l effort, la générosité et le partage, et le respect de la diversité culturelle; où les processus d apprentissage et les compétences visées sont d une excellente qualité et susceptibles de rendre les élèves aptes à actualiser leur projet de vie dans une société moderne; où le personnel sera outillé afin de participer activement à créer les conditions optimales à notre réussite collective. 3

5 1.2 LES VALEURS DU Conseil scolaire Viamonde Trois grandes valeurs soutiennent nos actions. La cohérence La vision du Conseil sert de point d ancrage à la planification de l amélioration systémique. Toutes les actions planifiées par les différents secteurs et services ainsi que par les écoles doivent se faire en lien direct avec cette vision. La collaboration Le travail d équipe est le moteur de notre culture de collaboration. Les membres ne sont pas «invités» à travailler avec leurs collègues, ils sont appelés à participer à l effort commun, qui vise à aider chaque élève à apprendre efficacement. Un engagement est nécessaire pour discuter, échanger et au besoin remettre en question nos façons de faire et réfléchir sur nos pratiques. L établissement en équipe de plans d action et leur mise en œuvre favorise la cohésion du groupe et, de ce fait, augmente et améliore les possibilités de réussite de chaque élève qui fréquente les écoles Viamonde. Le respect des différences Les membres du personnel, les élèves et les parents sont tous appelés à participer activement aux activités d amélioration des écoles et du Conseil en contribuant de leurs expertises, de leurs idées et de leur temps. Le Conseil scolaire Viamonde reconnaît aussi la diversité des besoins d apprentissage des élèves. Toutes les écoles ainsi que tous les secteurs et services Viamonde doivent viser la réussite de l élève en mettant en place, directement et indirectement selon leur rôle, des conditions optimales d apprentissage et de développement de la personne. 4

6 1.3 LES PRINCIPES DIRECTEURS DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION Les principes suivants guident l élaboration, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration : La communication Maintenir une communication ouverte entre tous les membres, intervenantes et intervenants, partenaires ainsi que le personnel des secteurs et services. Assurer une transparence en demeurant à l écoute de la communauté et en accueillant les contributions variées des partenaires. «Il est faux de croire que le monde traversera l état actuel des choses en répétant constamment la même façon de penser Celle-ci ayant créé la problématique!» Traduction libre de Albert Einstein Le leadership Développer un modèle de leadership assurant la mise en œuvre d une communauté d apprentissage professionnelle au sein de son équipe. Favoriser le développement de l autonomie professionnelle de tous les membres de l équipe tout en maintenant une perspective de collaboration dans le déroulement du projet d amélioration. 5

7 La valorisation Reconnaître, accueillir et mettre à profit la contribution de tous les partenaires dans la planification, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration. Viser le développement de compétences individuelles et collectives dans la mise en œuvre des projets d amélioration au sein des secteurs et des services ou des écoles. Célébrer les réussites collectives et individuelles de l équipe. 1.4 LA POLITIQUE D AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE À partir d une analyse du contexte de l éducation en langue française et des défis à relever en matière d apprentissage de la langue et d appropriation de la culture, cette politique développée par le ministère de l Éducation identifie deux grands objectifs stratégiques dans le développement de la personne et la réussite scolaire : faciliter, dans la perspective de l apprentissage tout au long de la vie, la réussite scolaire de chaque élève par la mise en place de programmes et de services pertinents et de qualité qui reflètent la spécificité de la communauté francophone et qui tiennent compte des effets du contexte anglo-dominant sur l apprentissage des matières et des disciplines scolaires; favoriser la construction de l identité et l expression de la fierté d être francophone par la mise en place de conditions favorables à la création d un espace francophone qui tient compte du dynamisme et respecte le pluralisme de la communauté de langue française de l Ontario. 6

8 Elle identifie également trois cibles qui favorisent le développement des capacités institutionnelles : développer par l entremise de communautés apprenantes, les capacités du personnel scolaire, des familles et des élèves à soutenir le développement linguistique et culturel de la communauté dans une vision qui favorise l apprentissage tout au long de la vie; accroître la capacité des institutions éducatives à développer les programmes, les ressources et les services nécessaires par la création de partenariats significatifs entre l école, la famille et le milieu communautaire; accroître la vitalité des institutions éducatives ontariennes par un leadership éducationnel qui met l accent sur les capacités à induire des changements stratégiques contribuant à la pérennité de ces institutions et au développement durable de la communauté francophone. 1.5 LE CADRE D EFFICACITÉ DES ÉCOLES Le cadre d efficacité des écoles se veut un outil pour aider les écoles à remplir leurs missions : assurer des apprentissages de qualité; permettre à tous les intervenants et intervenantes de bien comprendre la réalité pour témoigner de la qualité des services offerts; poursuivre la mise en œuvre d une culture d amélioration continue. Le désir d accroître la responsabilisation professionnelle, l engagement commun et la collégialité alimentent autant ce cadre qui provient du ministère de l Éducation que le cadre d imputabilité et de responsabilisation de Viamonde. Dans ce contexte, l intégration des outils proposés oriente l examen des écoles et du Conseil et la planification de l amélioration. Le degré de responsabilisation le plus élevé est atteint lorsque les professionnels s engagent à s autoévaluer et à prendre les mesures pour favoriser l amélioration. La prise en charge de cette responsabilisation constitue un moyen d accroître la confiance du public dans la capacité des écoles de répondre aux besoins des élèves et d améliorer leur rendement. 7

9 2 LE CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION 2.1 LES ATTENTES En exprimant clairement ses attentes, Viamonde oriente la réflexion et les actions pour le personnel des écoles, des secteurs et services vers des objectifs stratégiques communs. Le Conseil scolaire Viamonde s attend à ce que chacune et chacun de nous : participe à l élaboration, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration visant la réussite de chaque élève; démontre et fasse la promotion des valeurs du Conseil, soit la cohérence, la collaboration et le respect de la diversité; mette en application les principes directeurs de communication, de leadership et de valorisation dans l exercice de ses fonctions; évolue dans un modèle de pratique réflexive selon les étapes du cycle d amélioration de Viamonde; travaille dans un modèle de communauté d apprentissage professionnelle en contribuant au cheminement de l équipe; utilise la cueillette et l analyse de données quantitatives et qualitatives pour planifier l amélioration du rendement; s engage à développer des objectifs spécifiques guidant les actions dans le court terme; utilise les ressources et les outils développés par Viamonde dans la planification, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration; s assure de recueillir des évidences d apprentissage variées pour faire évoluer les pratiques courantes ou novatrices; exerce le leadership nécessaire à la réalisation de ses objectifs 8

10 professionnels par des expérimentations concrètes dans son milieu de travail et en participant aux projets de perfectionnement professionnel; travaille en collaboration avec tous les partenaires de Viamonde (élèves, parents, tuteurs, tutrices, communauté et autres) à définir et à créer un espace francophone dans le but de rehausser la vitalité de la communauté francophone; reconnaît l importance de la communication en français en tout et partout et choisit délibérément de façon spontanée de parler français avec ses collègues; et contribue au développement et à la valorisation de la culture Viamonde et à son rayonnement au sein de la communauté. «Ce n est pas par la mesure que l on grandit.» Philippe Gammage En ce qui a trait aux écoles et aux secteurs et services, les attentes qui découlent du modèle d imputabilité cherchent à développer une synergie entre les actions de chaque école, secteur et service afin d améliorer les possibilités de succès. Ces attentes systémiques permettent aux écoles, secteurs et services : d identifier des buts ou des objectifs d amélioration précis en lien direct avec la vision du Conseil; de définir les résultats attendus en terme de rendement ou de performance; de comparer les résultats obtenus avec ceux des années précédentes; d identifier les stratégies qui ont eu un effet direct sur l amélioration des élèves ou du secteur et service; de faire évoluer les pratiques courantes pour les rendre encore plus efficaces et de pouvoir les partager avec toutes les écoles ou tous les secteurs et services du Conseil. 9

11 2.2 LA PLANIFICATION La première véritable étape vers un processus de changement et d amélioration réside dans une planification sérieuse qui : cible des besoins précis identifiés suite à une analyse du milieu; reconnaît l importance du cheminement professionnel dans la planification et le déroulement du projet; utilise un modèle de planification dynamique favorisant l engagement, l expérimentation et l objectivation au sein d équipes de collaboration; identifie des critères de réussite ou des indicateurs de succès quantitatifs et qualitatifs; évalue et analyse sur une base continue et selon le modèle de pratique réflexive, les modifications et les ajustements à apporter tout au long de la mise en œuvre du projet d amélioration. Il est essentiel que cette planification tienne compte au premier plan des priorités qui sont établies annuellement selon les visées stratégiques du plan opérationnel systémique du Conseil scolaire Viamonde et au second plan des résultats de sondages de satisfaction proposés à : l ensemble des employés permanents de Viamonde l ensemble des parents aux élèves. La planification tient compte également des recherches récentes ainsi que des initiatives du ministère de l Éducation de l Ontario telles que la mise en œuvre de la «Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation en langue française» (2004). La planification de l amélioration s élabore selon les étapes suivantes : le diagnostic, l établissement des priorités, la préparation, la réalisation et l intégration. 10

12 Le diagnostic C est l étape où nous traçons le profil actuel et faisons l analyse en identifiant les défis ou les problématiques par le biais de diverses activités, par exemple des sondages, des questionnaires, des discussions au sein du personnel et des forums. À cette étape, le processus nous amène souvent à remettre en question nos perceptions, ce qui amène les participantes et participants à traiter d éléments organisationnels et culturels. L établissement des priorités C est l étape où nous établissons des liens entre les problématiques et les défis identifiés, ainsi que la vision, les valeurs, les principes directeurs et les visées systémiques de Viamonde. L établissement des priorités stratégiques visent des éléments internes comme le fonctionnement de l équipe, le climat de travail, les relations et aussi des éléments externes comme l amélioration du service offert, le niveau de contribution systémique, la cohérence avec la vision du Conseil, la collaboration et le respect des différences. La préparation C est l étape de la planification formelle. Il est important d avoir une image claire de l amélioration visée, d identifier des cibles précises et d affirmer clairement ses intentions pour assurer la réussite du projet. La phase de préparation est cruciale au succès de notre processus d amélioration continue. Il est possible que certaines initiatives de formation soient nécessaires à cette étape afin de faire l étude d un ou de divers cadres de référence qui soutiendront les actions individuelles et collectives de la prochaine étape. Il faut souligner l importance de planifier de façon structurée tout en gardant une certaine souplesse ce qui nous permettra d apporter des ajustements ou des modifications en cours de route. C est en tenant compte des principes directeurs proposés dans les éléments de base du cadre d imputabilité et de responsabilisation que les écoles et les secteurs et services seront en mesure d assurer la planification de projets dynamiques. En équipe, nous devons déterminer des cibles et des indicateurs de mesure et de succès, et ce pour le plan général d amélioration du Conseil ainsi que celui de chaque école, de chaque secteur et de chaque service. 11

13 La réalisation C est l étape où nous effectuons la mise en œuvre du plan. Il est très important tout au long de cette étape de faire des retours, de discuter régulièrement, de se rencontrer en équipe afin de faire l analyse des progrès, d identifier les défis qui surgissent et de réajuster le tir ou de modifier le plan. Les personnes et les équipes œuvrent donc dans un modèle de pratique réflexive par rapport au changement planifié ou aux nouvelles façons de faire. Bien entendu, l entraide entre les participantes et les participants est de mise. L intégration C est l étape où nous ferons l évaluation finale de l action ou du projet dans le but de le transposer dans un autre contexte ou de le raffiner. Il est important d observer l impact du changement et de penser aux possibilités d adaptation. À cette étape, de nouvelles pistes d amélioration commencent déjà à jaillir pour une prochaine planification selon le cycle d amélioration du Conseil scolaire Viamonde présenté aux tableaux 2 et 3. Des critères précis permettent de tirer des constats de progrès ou d amélioration générale selon les indicateurs de mesure et de succès établis à l étape de la préparation. 12

14 2.3 LES INDICATEURS DE MESURE ET DE SUCCÈS Identifier des indicateurs de mesure et de succès dans un modèle d imputabilité et de responsabilisation constitue une façon d assurer une adéquation entre la cueillette et l analyse des données et les objectifs d amélioration visés. Il faut choisir des indicateurs qui ciblent de façon précise et objective des critères qualitatifs et quantitatifs. De plus, ils doivent : permettre de documenter l évolution du projet; retracer l historique selon un développement progressif; actualiser les valeurs de cohérence, de collaboration et de respect des différences; appliquer les principes directeurs de communication, de leadership et de valorisation. 2.4 LE PERFECTIONNEMENT Les pratiques d amélioration favorisent l engagement individuel et collectif des membres du personnel tout en leur fournissant un appui et un encouragement de la part du Conseil. L établissement d attentes claires et précises permet de réduire la confusion, les messages contradictoires et les jugements pouvant provoquer des conflits interpersonnels ou des retraits intentionnels de la part de certains groupes ou individus. Un continuum de pratiques aide les écoles, ainsi que les secteurs et services à établir les priorités nécessaires pour cibler les actions spécifiques à court terme dans la mise en œuvre du projet d amélioration. (Tableau 1) 13

15 Tableau 1 : Continuum de pratiques Pratiques insatisfaisantes Pas de projet écrit pour l amélioration du rendement des élèves. Pratiques de base Projet général qui n identifie pas de priorités. Préparation Réalisation Travail isolé; amélioration selon des priorités personnelles. Identification des forces et défis dans l environnement de travail immédiat. (ex. salle de classe, dossiers) Activités arbitraires, sans planification. Travail isolé sans objectifs communs d amélioration. Mise en place des mécanismes pour un projet de collaboration au sein de l équipe par la direction de l école ou du secteur. Projet élaboré sans tenir compte des forces et des défis du milieu. Mise en œuvre du projet; cible une activité clé autour d un thème particulier à l école ou au secteur. Direction met en place des mécanismes de collaboration pour la mise en œuvre du projet. La direction laisse les gens décider de leur engagement envers l amélioration. Regard critique personnel seulement sur les actions professionnelles. Direction sollicite des contributions personnelles mais dans un but collectif pour la réalisation du projet. Direction valorise les actions des individus sans se préoccuper de l amélioration chez les élèves. Intégration / Évaluation Aucun objectif d amélioration défini par le groupe. Évaluation du projet d amélioration basée sur des observations informelles en fin d année. 14 Aucun instrument de mesure ou d évaluation défini. Échec attribuable à des conditions extérieures et non à l action professionnelle. Instruments de mesure et d évaluation limités à des grilles d observation sur les perceptions et les actions entreprises.

16 Pratiques acceptables Projet vise une ou des priorités précises. Projet élaboré en collaboration avec une petite équipe (équipe de la réussite). Projet élaboré en fonction de l observation des forces et des défis du milieu. Mise en œuvre du projet comprenant diverses activités. Petite équipe (de la réussite) responsable de la mise en œuvre du projet. Attentes précises qui identifient les actions nécessaires pour tous les intervenants et intervenantes. Équipe de travail (de la réussite) évalue en fin d étape les actions et les effets du projet. Évaluation du projet d amélioration basée sur des objectifs généraux établis en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration. Pratiques efficaces Projet vise une ou des priorités liées à l apprentissage des élèves. Projet élaboré en collaboration avec tout le personnel de l école ou du secteur. Projet élaboré en fonction des forces et des défis du milieu selon les données quantitatives recueillies. Mise en œuvre du projet comprend diverses activités visant une ou des améliorations précises. Majorité des membres du personnel participent à des équipes de collaboration et s engagent à la mise en œuvre du projet. Attentes font appel à des contributions différenciées ciblant les forces de chacun des membres de l équipe. Majorité des membres du personnel participent à l évaluation continue des actions et du projet d amélioration. Évaluation du projet d amélioration basée sur l atteinte d objectifs SMART établis en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration et axés surtout sur les effets sur l apprentissage. Pratiques exemplaires Projet vise une ou des priorités liées à l apprentissage des élèves selon les valeurs et les principes directeurs. Projet élaboré en partenariat avec le personnel et la communauté (élèves, parents, membres de la communauté). Projet élaboré en fonction de l analyse des forces et défis du milieu selon différentes données quantitatives et qualitatives. Toutes les activités ont un lien direct avec le projet et tiennent compte des besoins particuliers de certains groupes. Membres du personnel, élèves et membres de la communauté réunis en équipes de collaboration engagées dans la mise en œuvre du projet. Attentes faisant appel à des contributions planifiées favorisant l épanouissement et le cheminement professionnel de tous. Recherche-action par les membres du personnel, de la communauté et les élèves pour évaluer les actions et l amélioration obtenue (cueillette et analyse d observations et de données pour apporter des modifications au besoin). Évaluation du projet d amélioration basée sur l atteinte d objectifs SMART selon des critères d évaluation précis identifiés en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration et axés surtout sur les effets sur l apprentissage. Résultats utilisés pour analyser l amélioration selon un modèle progressif longitudinal. Tableau 1

17 2.5 LA MISE EN ŒUVRE LES CYCLES D AMÉLIORATION «Un changement réel ne se fait pas du jour au lendemain. C est là quelque chose que l école et tous ses partenaires se doivent de comprendre lorsqu ils entreprennent le processus de planification de l amélioration. Les améliorations graduelles sont importantes, et il y a tout lieu de s en féliciter, mais elles ne représentent pas un changement durable.» 1 Comme nous l avons mentionné précédemment, pour que le processus d amélioration soit un succès, la participation de toutes et de tous est nécessaire. D ailleurs depuis la création du cadre d imputabilité et de responsabilisation Viamonde a appuyé l ensemble de ses écoles, incluant les plus isolées, en leur proposant un cycle d amélioration tentant de vaincre l isolement de l action individuelle et favorisant la planification d action collective d amélioration (tableau 2). Ce cycle d amélioration permet aux écoles de mettre l accent sur des stratégies et des objectifs particuliers de changement qui ont comme but ultime d accroître le rendement des élèves et l actualisation du mandat de l école. Ce cycle aide tous les membres du personnel à répondre aux questions suivantes : Sur quelle priorité porterons-nous maintenant notre attention? Quelles seront nos actions précises? Comment ces actions permettront-elles d améliorer les possibilités de réussite de chaque élève? Comment allons-nous mesurer nos résultats? 1. Commission d amélioration de l éducation, Manuel de planification de l amélioration des écoles, novembre 2000, page 5 16

18 Cycle d amélioration pour les écoles du Conseil scolaire Viamonde Tableau 2 17

19 La planification, selon les étapes expliquées précédemment, assure la cohérence des actions collectives du personnel et l établissement d objectifs SMART (spécifiques, mesurables, ambitieux et atteignables, axés sur des résultats et limités dans le temps) favorisant l expérimentation de stratégies pédagogiques au sein de la salle de classe. Pour tous les secteurs et services, le point d ancrage du cycle d amélioration (tableau 3) est le développement d une «approche service». Plus les divers secteurs et services du Conseil seront efficients dans l appui offert aux écoles, plus les écoles seront en mesure de consacrer la majeure partie de leurs énergies à la mise en œuvre d un projet visant l amélioration de la réussite de tous les élèves. Reconnaissant l importance de la contribution des membres du personnel dans l amélioration de la réussite de chaque élève ainsi que l importance de l apprentissage la vie durant, de la construction identitaire et de l expression de la fierté d être francophone, Viamonde met en œuvre un cycle d amélioration qui permet autant la mesure et l analyse des résultats de l action pédagogique que du rendement de l élève. Finalement, ce cycle assure l actualisation des valeurs du Conseil, c est-à-dire la cohérence, la collaboration et le respect des différences puisque les premières origines du projet éducatif se retrouvent dans le vécu quotidien et la réalité locale de l école francophone dans sa communauté. 18

20 Tableau 3 19

21 2.6 L ÉVALUATION Au début du processus de planification, les données des écoles, secteurs et services orientent l établissement des priorités. À mesure que la mise en œuvre des stratégies d amélioration se poursuit, les écoles, secteurs et services continuent de recueillir des données qui sont comparées aux données originales dans un processus continuel de collecte et d analyse de données. Reconnaissant que la collecte de données peut être une tâche exigeante qui demande beaucoup de temps, le personnel du service de l imputabilité du Conseil travaille en collaboration avec les écoles, secteurs et services afin de les appuyer dans la collecte et l analyse de données selon tous les éléments qui se retrouvent dans son cycle d amélioration : mise en place du projet d amélioration; formulation d objectifs SMART; actions collectives de l école ou du secteur et du service; engagement professionnel ou expérimentation en lien avec le modèle de planification du Conseil; identification des évidences d apprentissage; mesure et analyse des résultats sur une base continue; évolution du projet d amélioration afin d assurer la réussite de chaque élève (écoles) et la mise en œuvre d une approche service (secteurs et services). 20

22 Bien entendu, cette collecte de données sert à : évaluer le projet; identifier les succès obtenus; proposer des orientations futures; veiller à ce que tous et chacun aient pour objectif ultime d améliorer l école ou le secteur et service. Une équipe d évaluation systémique travaille de près avec les écoles, secteurs et services tout au long du processus d évaluation. Celle-ci est responsable : d élaborer des instruments de mesure permettant de recueillir des données sur chacun des éléments du cycle d amélioration; de les traiter et de les interpréter afin d en faire rapport; de formuler des recommandations et de nouvelles suggestions de mise en œuvre au personnel de l école, du secteur et service. 21

23 2.7 ÉCHÉANCIERS Le projet d amélioration doit être unificateur. Il permet à tous ceux qui y contribuent d œuvrer ensemble à la réalisation d objectifs d amélioration communs. Quoique les écoles, secteurs et services se penchent sur de nouvelles initiatives, ils ne doivent pas interrompre les efforts déployés à l égard du projet d amélioration et s assurer de garder le cap sur des améliorations significatives. Tenant compte du temps que prend l amélioration de l école ou du secteur et service, le processus de mise en œuvre peut s étendre sur un cycle de trois ans. Bien entendu, l envergure de l amélioration proposée influencera la période de temps nécessaire à la mise en œuvre. De plus, une révision annuelle des activités d amélioration permet à chaque équipe de tenir compte des suggestions d amélioration et des imprévus et de réorienter l action collective ainsi que les expérimentations individuelles. Pour continuer d avoir du succès dans la planification de l amélioration, il est crucial que les efforts déployés et les succès obtenus soient reconnus et célébrés publiquement tout au long du processus révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; cueillette de données sondage auprès des élèves; cueillette de données sondage de satisfaction auprès des employés; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. 22

24 révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; publication du rapport- Résultats du sondage de satisfaction des employés (comparaison aux résultats 2007); cueillette de données sondage auprès des parents; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; publication du rapport - Résultats du sondage de satisfaction auprès des parents (comparaison aux résultats 2008); cueillette de données sondage auprès des élèves; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. 23

25

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

Conseil scolaire Viamonde?

Conseil scolaire Viamonde? csviamonde.ca Pourquoi choisir une école du Conseil scolaire Viamonde? Des écoles franchement exemplaires! Choisir une école pour votre enfant est le résultat d une décision longuement mûrie. L école doit

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Collège Boréal L AUDIT DES MÉCANISMES D ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES. Sommaire du Rapport final

Collège Boréal L AUDIT DES MÉCANISMES D ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES. Sommaire du Rapport final CollègeBoréal L AUDITDESMÉCANISMESD ASSURANCEDE LAQUALITÉDESPROGRAMMES SommaireduRapportfinal Juin2010 SOMMAIRE DU RAPPORT A. CONCLUSIONS Le processus d assurance de la qualité est en pleine évolution

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur (Auparavant sous le nom de qualification de base additionnelle (QBA) mise à jour en juin 2011 pour correspondre

Plus en détail

Version révisée 2012. Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1

Version révisée 2012. Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1 Version révisée 2012 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1 Table des matières 3 Fondements de l exercice professionnel 4 Professionnalisme

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Annexe A Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Afin de jouer son rôle de chef de file dans le développement et la croissance des diverses communautés de langue française sur son territoire

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS ction C G UIDE DE LA FIXATION S e c t i o n C DES OBJECTIFS ction C janvier 2002 Dans ce guide, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes, sans discrimination à l égard des femmes et des

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique adoptée au conseil d administration le 12 juin 2000 Politique révisée le 11 juin 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1.

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

M 12. 2013 Cadre d efficacité pour la réussite de chaque élève à l école de langue française

M 12. 2013 Cadre d efficacité pour la réussite de chaque élève à l école de langue française 2013 Cadre d efficacité pour la réussite de chaque élève à l école de langue française Pour appuyer l amélioration des écoles et la réussite des élèves M 12 i Ministry of Education Mowat Block Queen s

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Gestion industrielle alternance études/stages

Gestion industrielle alternance études/stages Gestion industrielle alternance études/stages EJN18 Objectifs du programme Former des individus aptes à agir en tant que superviseur de la production ou contremaître ou technicien en gestion industrielle.

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE)

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) Adoptée au Conseil d administration le 25 février 1997 (Rés. 102-CA-04) et révisée le 28 novembre 2000 (Rés. 121-CA-07) TABLE DES

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES

GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES Service des ressources humaines 2015 GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES ORIENTER MOBILISER ÉVALUER 1 TABLE DES MATIÈRES Ce guide vise à familiariser tous les employés cadres de la Ville de Montréal

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION VISION 2018 PERTINENCE + QUALITÉ INNOVATION + COLLABORATION RÉUSSITE ÉTUDIANTE PÉRENNITÉ + VITALITÉ

LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION VISION 2018 PERTINENCE + QUALITÉ INNOVATION + COLLABORATION RÉUSSITE ÉTUDIANTE PÉRENNITÉ + VITALITÉ LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION de La Cité Dans un milieu de vie francophone, La Cité forme une main-d œuvre compétente, engagée et créative, capable de contribuer au développement économique,

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

Comprendre LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE. Le rôle de la direction d'école

Comprendre LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE. Le rôle de la direction d'école Comprendre LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE 7 Le rôle de la direction d'école Ce fascicule concerne plus particulièrement les écoles francophones situées en milieu minoritaire. Coordination : Richard Lacombe,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires.

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Mise à jour actualisée en fonction des modifications au Régime pédagogique entrant en vigueur le 1 er juillet

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION

GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION Postes en milieux documentaires PRÉPARONS LA RELÈVE! TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 SAVOIR GÉRER DES RESSOURCES HUMAINES 4 SAVOIR MOBILISER 4 SAVOIR DÉVELOPPER LES AUTRES

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Orientation et formation au cheminement de carrière

Orientation et formation au cheminement de carrière Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année R É V I S É Orientation et formation au cheminement de carrière 2 0 0 6 Table des matières Introduction.......................................................

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership. Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010)

Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership. Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010) Programme d études Éducation physique 71421 - Leadership Ministère de l Éducation Direction des services pédagogiques (2010) Programme d études : Éducation physique 71421 Leadership 2010 Table des matières

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 Résumé 350 rue Albert CP 1047 Ottawa ON K1P 5V8 1-800-263-5588 ou 613-566-4414 info@conseildesarts.ca conseildesarts.ca

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Guide. d'enseignement efficace des mathématiques de la maternelle à la 6 e année. Fascicule 1

Guide. d'enseignement efficace des mathématiques de la maternelle à la 6 e année. Fascicule 1 Guide d'enseignement efficace des mathématiques de la maternelle à la 6 e année Fascicule 1 2006 Guide d enseignement efficace des mathématiques de la maternelle à la 6 e année Fascicule 1 : 1. Amélioration

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Note : Les présentes directives administratives s appliquent au Conseil, tant dans son rôle de «Commanditaire» que dans celui de «Commandité».

Note : Les présentes directives administratives s appliquent au Conseil, tant dans son rôle de «Commanditaire» que dans celui de «Commandité». Approuvées le 25 avril 2009 Entrées en vigueur le 25 avril 2009 Révisées le 22 mars 2014 Prochaine révision en 2016-2017 Page 1 de 9 En vertu de la politique du Conseil scolaire Viamonde (le Conseil),

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Mentorat pour les leaders scolaires nouvellement nommés

Mentorat pour les leaders scolaires nouvellement nommés Mentorat pour les leaders scolaires nouvellement nommés Août 2009 Table des matières Avant propos... 5 Objectifs du guide... 6 Module 1 Définition du mentorat... 7 Module 2 Compétences de base essentielles

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Responsabilité de gestion : Direction générale Date d approbation : 1996.06.06 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 1996.06.06 Référence

Plus en détail

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs.

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs. «L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES EN STAGE : UN LEVIER IMPORTANT DANS LA QUALITÉ DES APPRENTISSAGES.». COMPTE-RENDU DES PRÉSENTATIONS ET DES DISCUSSIONS. 0. Introduction générale (Dominique Van Pee) Denis

Plus en détail

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SESSION DE FORMATION Module 3 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS 2 3 Terminologie de la GAR Plusieurs formulations sont utilisées : Gestion

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

L excellence : un dépassement perpétuel Planification stratégique 2011-2016

L excellence : un dépassement perpétuel Planification stratégique 2011-2016 L excellence : un dépassement perpétuel Planification stratégique 2011-2016 Bilan 2012-2013 / Objectifs 2013-2014 Message de la présidente et du directeur de l éducation Pour plusieurs, l excellence est

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Politique des devoirs et des leçons. Centre pédagogique Lucien-Guilbault secondaire

Politique des devoirs et des leçons. Centre pédagogique Lucien-Guilbault secondaire Politique des devoirs et des leçons Centre pédagogique Lucien-Guilbault secondaire Définition et précisions : «Les devoirs et les leçons sont des tâches données aux élèves par leur enseignante ou leur

Plus en détail