Pas à pas. vers la réussite. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pas à pas. vers la réussite. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation"

Transcription

1 Pas à pas vers la réussite Le cadre d imputabilité et de responsabilisation

2 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS LES BASES DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LA VISION DU Conseil scolaire Viamonde LES VALEURS DU Conseil scolaire Viamonde LES PRINCIPES DIRECTEURS DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LA POLITIQUE D AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE LE CADRE D EFFICACITÉ DES ÉCOLES LE CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION LES ATTENTES LA PLANIFICATION LES INDICATEURS DE MESURE ET DE SUCCÈS LE PERFECTIONNEMENT LA MISE EN ŒUVRE LES CYCLES D AMÉLIORATION L ÉVALUATION ÉCHÉANCIERS CONCLUSION...25 RÉFÉRENCES...26 NOTES... 27

3 AVANT PROPOS Le but ultime du cadre d imputabilité du Conseil scolaire Viamonde est d assurer la réussite de chaque élève qui fréquente une école du Conseil par l amélioration de nos techniques, nos pratiques, nos approches ainsi que nos comportements et attitudes au travail. Le cadre d imputabilité et de responsabilisation vise donc à alimenter la culture d amélioration continue du Conseil scolaire Viamonde. Ainsi, nous sommes toutes et tous appelés à jeter un regard critique sur les activités du Conseil en vue d accroître notre efficacité. D abord et avant tout, ce cadre d imputabilité est un travail d équipe qui mise sur notre collégialité, notre diversité, notre responsabilisation et notre collaboration. Le cadre s appuie sur un modèle de responsabilisation professionnelle qui reconnaît la diversité de nos milieux de travail et de nos collectivités. Il puise sa vigueur et sa vitalité dans notre participation, au quotidien, à cette volonté d amélioration. Le cadre part du principe que nous œuvrons au sein d une communauté d apprentissage professionnelle qui : met l accent sur le cheminement du personnel dans un contexte de développement et d apprentissage; reconnaît que la compétence se développe dans l action; favorise le développement et la mise en œuvre de projets novateurs et l établissement de partenariats, internes et externes, authentiques et signifiants. 2

4 1 LES BASES DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION Le cadre d imputabilité et de responsabilisation inclut deux notions indissociables. D une part, la responsabilisation qui fait appel à notre capacité en tant qu intervenantes et intervenants de faire des choix professionnels et d en être redevables. L imputabilité, d autre part, qui fait référence à notre obligation de rendre des comptes et à l importance de la transparence puisque nous sommes un organisme financé par des fonds publics. Le cadre d imputabilité doit donc reposer sur une vision, des valeurs, des principes directeurs explicites et des politiques claires et définies. 1.1 LA VISION DU Conseil scolaire Viamonde Un Conseil et des écoles dédiés aux élèves et leur offrant une formation : influencée par des valeurs éducatives orientées vers l éthique, l engagement et l effort, la générosité et le partage, et le respect de la diversité culturelle; où les processus d apprentissage et les compétences visées sont d une excellente qualité et susceptibles de rendre les élèves aptes à actualiser leur projet de vie dans une société moderne; où le personnel sera outillé afin de participer activement à créer les conditions optimales à notre réussite collective. 3

5 1.2 LES VALEURS DU Conseil scolaire Viamonde Trois grandes valeurs soutiennent nos actions. La cohérence La vision du Conseil sert de point d ancrage à la planification de l amélioration systémique. Toutes les actions planifiées par les différents secteurs et services ainsi que par les écoles doivent se faire en lien direct avec cette vision. La collaboration Le travail d équipe est le moteur de notre culture de collaboration. Les membres ne sont pas «invités» à travailler avec leurs collègues, ils sont appelés à participer à l effort commun, qui vise à aider chaque élève à apprendre efficacement. Un engagement est nécessaire pour discuter, échanger et au besoin remettre en question nos façons de faire et réfléchir sur nos pratiques. L établissement en équipe de plans d action et leur mise en œuvre favorise la cohésion du groupe et, de ce fait, augmente et améliore les possibilités de réussite de chaque élève qui fréquente les écoles Viamonde. Le respect des différences Les membres du personnel, les élèves et les parents sont tous appelés à participer activement aux activités d amélioration des écoles et du Conseil en contribuant de leurs expertises, de leurs idées et de leur temps. Le Conseil scolaire Viamonde reconnaît aussi la diversité des besoins d apprentissage des élèves. Toutes les écoles ainsi que tous les secteurs et services Viamonde doivent viser la réussite de l élève en mettant en place, directement et indirectement selon leur rôle, des conditions optimales d apprentissage et de développement de la personne. 4

6 1.3 LES PRINCIPES DIRECTEURS DU CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION Les principes suivants guident l élaboration, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration : La communication Maintenir une communication ouverte entre tous les membres, intervenantes et intervenants, partenaires ainsi que le personnel des secteurs et services. Assurer une transparence en demeurant à l écoute de la communauté et en accueillant les contributions variées des partenaires. «Il est faux de croire que le monde traversera l état actuel des choses en répétant constamment la même façon de penser Celle-ci ayant créé la problématique!» Traduction libre de Albert Einstein Le leadership Développer un modèle de leadership assurant la mise en œuvre d une communauté d apprentissage professionnelle au sein de son équipe. Favoriser le développement de l autonomie professionnelle de tous les membres de l équipe tout en maintenant une perspective de collaboration dans le déroulement du projet d amélioration. 5

7 La valorisation Reconnaître, accueillir et mettre à profit la contribution de tous les partenaires dans la planification, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration. Viser le développement de compétences individuelles et collectives dans la mise en œuvre des projets d amélioration au sein des secteurs et des services ou des écoles. Célébrer les réussites collectives et individuelles de l équipe. 1.4 LA POLITIQUE D AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE À partir d une analyse du contexte de l éducation en langue française et des défis à relever en matière d apprentissage de la langue et d appropriation de la culture, cette politique développée par le ministère de l Éducation identifie deux grands objectifs stratégiques dans le développement de la personne et la réussite scolaire : faciliter, dans la perspective de l apprentissage tout au long de la vie, la réussite scolaire de chaque élève par la mise en place de programmes et de services pertinents et de qualité qui reflètent la spécificité de la communauté francophone et qui tiennent compte des effets du contexte anglo-dominant sur l apprentissage des matières et des disciplines scolaires; favoriser la construction de l identité et l expression de la fierté d être francophone par la mise en place de conditions favorables à la création d un espace francophone qui tient compte du dynamisme et respecte le pluralisme de la communauté de langue française de l Ontario. 6

8 Elle identifie également trois cibles qui favorisent le développement des capacités institutionnelles : développer par l entremise de communautés apprenantes, les capacités du personnel scolaire, des familles et des élèves à soutenir le développement linguistique et culturel de la communauté dans une vision qui favorise l apprentissage tout au long de la vie; accroître la capacité des institutions éducatives à développer les programmes, les ressources et les services nécessaires par la création de partenariats significatifs entre l école, la famille et le milieu communautaire; accroître la vitalité des institutions éducatives ontariennes par un leadership éducationnel qui met l accent sur les capacités à induire des changements stratégiques contribuant à la pérennité de ces institutions et au développement durable de la communauté francophone. 1.5 LE CADRE D EFFICACITÉ DES ÉCOLES Le cadre d efficacité des écoles se veut un outil pour aider les écoles à remplir leurs missions : assurer des apprentissages de qualité; permettre à tous les intervenants et intervenantes de bien comprendre la réalité pour témoigner de la qualité des services offerts; poursuivre la mise en œuvre d une culture d amélioration continue. Le désir d accroître la responsabilisation professionnelle, l engagement commun et la collégialité alimentent autant ce cadre qui provient du ministère de l Éducation que le cadre d imputabilité et de responsabilisation de Viamonde. Dans ce contexte, l intégration des outils proposés oriente l examen des écoles et du Conseil et la planification de l amélioration. Le degré de responsabilisation le plus élevé est atteint lorsque les professionnels s engagent à s autoévaluer et à prendre les mesures pour favoriser l amélioration. La prise en charge de cette responsabilisation constitue un moyen d accroître la confiance du public dans la capacité des écoles de répondre aux besoins des élèves et d améliorer leur rendement. 7

9 2 LE CADRE D IMPUTABILITÉ ET DE RESPONSABILISATION 2.1 LES ATTENTES En exprimant clairement ses attentes, Viamonde oriente la réflexion et les actions pour le personnel des écoles, des secteurs et services vers des objectifs stratégiques communs. Le Conseil scolaire Viamonde s attend à ce que chacune et chacun de nous : participe à l élaboration, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration visant la réussite de chaque élève; démontre et fasse la promotion des valeurs du Conseil, soit la cohérence, la collaboration et le respect de la diversité; mette en application les principes directeurs de communication, de leadership et de valorisation dans l exercice de ses fonctions; évolue dans un modèle de pratique réflexive selon les étapes du cycle d amélioration de Viamonde; travaille dans un modèle de communauté d apprentissage professionnelle en contribuant au cheminement de l équipe; utilise la cueillette et l analyse de données quantitatives et qualitatives pour planifier l amélioration du rendement; s engage à développer des objectifs spécifiques guidant les actions dans le court terme; utilise les ressources et les outils développés par Viamonde dans la planification, la mise en œuvre et l évaluation du projet d amélioration; s assure de recueillir des évidences d apprentissage variées pour faire évoluer les pratiques courantes ou novatrices; exerce le leadership nécessaire à la réalisation de ses objectifs 8

10 professionnels par des expérimentations concrètes dans son milieu de travail et en participant aux projets de perfectionnement professionnel; travaille en collaboration avec tous les partenaires de Viamonde (élèves, parents, tuteurs, tutrices, communauté et autres) à définir et à créer un espace francophone dans le but de rehausser la vitalité de la communauté francophone; reconnaît l importance de la communication en français en tout et partout et choisit délibérément de façon spontanée de parler français avec ses collègues; et contribue au développement et à la valorisation de la culture Viamonde et à son rayonnement au sein de la communauté. «Ce n est pas par la mesure que l on grandit.» Philippe Gammage En ce qui a trait aux écoles et aux secteurs et services, les attentes qui découlent du modèle d imputabilité cherchent à développer une synergie entre les actions de chaque école, secteur et service afin d améliorer les possibilités de succès. Ces attentes systémiques permettent aux écoles, secteurs et services : d identifier des buts ou des objectifs d amélioration précis en lien direct avec la vision du Conseil; de définir les résultats attendus en terme de rendement ou de performance; de comparer les résultats obtenus avec ceux des années précédentes; d identifier les stratégies qui ont eu un effet direct sur l amélioration des élèves ou du secteur et service; de faire évoluer les pratiques courantes pour les rendre encore plus efficaces et de pouvoir les partager avec toutes les écoles ou tous les secteurs et services du Conseil. 9

11 2.2 LA PLANIFICATION La première véritable étape vers un processus de changement et d amélioration réside dans une planification sérieuse qui : cible des besoins précis identifiés suite à une analyse du milieu; reconnaît l importance du cheminement professionnel dans la planification et le déroulement du projet; utilise un modèle de planification dynamique favorisant l engagement, l expérimentation et l objectivation au sein d équipes de collaboration; identifie des critères de réussite ou des indicateurs de succès quantitatifs et qualitatifs; évalue et analyse sur une base continue et selon le modèle de pratique réflexive, les modifications et les ajustements à apporter tout au long de la mise en œuvre du projet d amélioration. Il est essentiel que cette planification tienne compte au premier plan des priorités qui sont établies annuellement selon les visées stratégiques du plan opérationnel systémique du Conseil scolaire Viamonde et au second plan des résultats de sondages de satisfaction proposés à : l ensemble des employés permanents de Viamonde l ensemble des parents aux élèves. La planification tient compte également des recherches récentes ainsi que des initiatives du ministère de l Éducation de l Ontario telles que la mise en œuvre de la «Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation en langue française» (2004). La planification de l amélioration s élabore selon les étapes suivantes : le diagnostic, l établissement des priorités, la préparation, la réalisation et l intégration. 10

12 Le diagnostic C est l étape où nous traçons le profil actuel et faisons l analyse en identifiant les défis ou les problématiques par le biais de diverses activités, par exemple des sondages, des questionnaires, des discussions au sein du personnel et des forums. À cette étape, le processus nous amène souvent à remettre en question nos perceptions, ce qui amène les participantes et participants à traiter d éléments organisationnels et culturels. L établissement des priorités C est l étape où nous établissons des liens entre les problématiques et les défis identifiés, ainsi que la vision, les valeurs, les principes directeurs et les visées systémiques de Viamonde. L établissement des priorités stratégiques visent des éléments internes comme le fonctionnement de l équipe, le climat de travail, les relations et aussi des éléments externes comme l amélioration du service offert, le niveau de contribution systémique, la cohérence avec la vision du Conseil, la collaboration et le respect des différences. La préparation C est l étape de la planification formelle. Il est important d avoir une image claire de l amélioration visée, d identifier des cibles précises et d affirmer clairement ses intentions pour assurer la réussite du projet. La phase de préparation est cruciale au succès de notre processus d amélioration continue. Il est possible que certaines initiatives de formation soient nécessaires à cette étape afin de faire l étude d un ou de divers cadres de référence qui soutiendront les actions individuelles et collectives de la prochaine étape. Il faut souligner l importance de planifier de façon structurée tout en gardant une certaine souplesse ce qui nous permettra d apporter des ajustements ou des modifications en cours de route. C est en tenant compte des principes directeurs proposés dans les éléments de base du cadre d imputabilité et de responsabilisation que les écoles et les secteurs et services seront en mesure d assurer la planification de projets dynamiques. En équipe, nous devons déterminer des cibles et des indicateurs de mesure et de succès, et ce pour le plan général d amélioration du Conseil ainsi que celui de chaque école, de chaque secteur et de chaque service. 11

13 La réalisation C est l étape où nous effectuons la mise en œuvre du plan. Il est très important tout au long de cette étape de faire des retours, de discuter régulièrement, de se rencontrer en équipe afin de faire l analyse des progrès, d identifier les défis qui surgissent et de réajuster le tir ou de modifier le plan. Les personnes et les équipes œuvrent donc dans un modèle de pratique réflexive par rapport au changement planifié ou aux nouvelles façons de faire. Bien entendu, l entraide entre les participantes et les participants est de mise. L intégration C est l étape où nous ferons l évaluation finale de l action ou du projet dans le but de le transposer dans un autre contexte ou de le raffiner. Il est important d observer l impact du changement et de penser aux possibilités d adaptation. À cette étape, de nouvelles pistes d amélioration commencent déjà à jaillir pour une prochaine planification selon le cycle d amélioration du Conseil scolaire Viamonde présenté aux tableaux 2 et 3. Des critères précis permettent de tirer des constats de progrès ou d amélioration générale selon les indicateurs de mesure et de succès établis à l étape de la préparation. 12

14 2.3 LES INDICATEURS DE MESURE ET DE SUCCÈS Identifier des indicateurs de mesure et de succès dans un modèle d imputabilité et de responsabilisation constitue une façon d assurer une adéquation entre la cueillette et l analyse des données et les objectifs d amélioration visés. Il faut choisir des indicateurs qui ciblent de façon précise et objective des critères qualitatifs et quantitatifs. De plus, ils doivent : permettre de documenter l évolution du projet; retracer l historique selon un développement progressif; actualiser les valeurs de cohérence, de collaboration et de respect des différences; appliquer les principes directeurs de communication, de leadership et de valorisation. 2.4 LE PERFECTIONNEMENT Les pratiques d amélioration favorisent l engagement individuel et collectif des membres du personnel tout en leur fournissant un appui et un encouragement de la part du Conseil. L établissement d attentes claires et précises permet de réduire la confusion, les messages contradictoires et les jugements pouvant provoquer des conflits interpersonnels ou des retraits intentionnels de la part de certains groupes ou individus. Un continuum de pratiques aide les écoles, ainsi que les secteurs et services à établir les priorités nécessaires pour cibler les actions spécifiques à court terme dans la mise en œuvre du projet d amélioration. (Tableau 1) 13

15 Tableau 1 : Continuum de pratiques Pratiques insatisfaisantes Pas de projet écrit pour l amélioration du rendement des élèves. Pratiques de base Projet général qui n identifie pas de priorités. Préparation Réalisation Travail isolé; amélioration selon des priorités personnelles. Identification des forces et défis dans l environnement de travail immédiat. (ex. salle de classe, dossiers) Activités arbitraires, sans planification. Travail isolé sans objectifs communs d amélioration. Mise en place des mécanismes pour un projet de collaboration au sein de l équipe par la direction de l école ou du secteur. Projet élaboré sans tenir compte des forces et des défis du milieu. Mise en œuvre du projet; cible une activité clé autour d un thème particulier à l école ou au secteur. Direction met en place des mécanismes de collaboration pour la mise en œuvre du projet. La direction laisse les gens décider de leur engagement envers l amélioration. Regard critique personnel seulement sur les actions professionnelles. Direction sollicite des contributions personnelles mais dans un but collectif pour la réalisation du projet. Direction valorise les actions des individus sans se préoccuper de l amélioration chez les élèves. Intégration / Évaluation Aucun objectif d amélioration défini par le groupe. Évaluation du projet d amélioration basée sur des observations informelles en fin d année. 14 Aucun instrument de mesure ou d évaluation défini. Échec attribuable à des conditions extérieures et non à l action professionnelle. Instruments de mesure et d évaluation limités à des grilles d observation sur les perceptions et les actions entreprises.

16 Pratiques acceptables Projet vise une ou des priorités précises. Projet élaboré en collaboration avec une petite équipe (équipe de la réussite). Projet élaboré en fonction de l observation des forces et des défis du milieu. Mise en œuvre du projet comprenant diverses activités. Petite équipe (de la réussite) responsable de la mise en œuvre du projet. Attentes précises qui identifient les actions nécessaires pour tous les intervenants et intervenantes. Équipe de travail (de la réussite) évalue en fin d étape les actions et les effets du projet. Évaluation du projet d amélioration basée sur des objectifs généraux établis en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration. Pratiques efficaces Projet vise une ou des priorités liées à l apprentissage des élèves. Projet élaboré en collaboration avec tout le personnel de l école ou du secteur. Projet élaboré en fonction des forces et des défis du milieu selon les données quantitatives recueillies. Mise en œuvre du projet comprend diverses activités visant une ou des améliorations précises. Majorité des membres du personnel participent à des équipes de collaboration et s engagent à la mise en œuvre du projet. Attentes font appel à des contributions différenciées ciblant les forces de chacun des membres de l équipe. Majorité des membres du personnel participent à l évaluation continue des actions et du projet d amélioration. Évaluation du projet d amélioration basée sur l atteinte d objectifs SMART établis en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration et axés surtout sur les effets sur l apprentissage. Pratiques exemplaires Projet vise une ou des priorités liées à l apprentissage des élèves selon les valeurs et les principes directeurs. Projet élaboré en partenariat avec le personnel et la communauté (élèves, parents, membres de la communauté). Projet élaboré en fonction de l analyse des forces et défis du milieu selon différentes données quantitatives et qualitatives. Toutes les activités ont un lien direct avec le projet et tiennent compte des besoins particuliers de certains groupes. Membres du personnel, élèves et membres de la communauté réunis en équipes de collaboration engagées dans la mise en œuvre du projet. Attentes faisant appel à des contributions planifiées favorisant l épanouissement et le cheminement professionnel de tous. Recherche-action par les membres du personnel, de la communauté et les élèves pour évaluer les actions et l amélioration obtenue (cueillette et analyse d observations et de données pour apporter des modifications au besoin). Évaluation du projet d amélioration basée sur l atteinte d objectifs SMART selon des critères d évaluation précis identifiés en début de projet. Instruments de mesure et d évaluation conformes aux objectifs du projet d amélioration et axés surtout sur les effets sur l apprentissage. Résultats utilisés pour analyser l amélioration selon un modèle progressif longitudinal. Tableau 1

17 2.5 LA MISE EN ŒUVRE LES CYCLES D AMÉLIORATION «Un changement réel ne se fait pas du jour au lendemain. C est là quelque chose que l école et tous ses partenaires se doivent de comprendre lorsqu ils entreprennent le processus de planification de l amélioration. Les améliorations graduelles sont importantes, et il y a tout lieu de s en féliciter, mais elles ne représentent pas un changement durable.» 1 Comme nous l avons mentionné précédemment, pour que le processus d amélioration soit un succès, la participation de toutes et de tous est nécessaire. D ailleurs depuis la création du cadre d imputabilité et de responsabilisation Viamonde a appuyé l ensemble de ses écoles, incluant les plus isolées, en leur proposant un cycle d amélioration tentant de vaincre l isolement de l action individuelle et favorisant la planification d action collective d amélioration (tableau 2). Ce cycle d amélioration permet aux écoles de mettre l accent sur des stratégies et des objectifs particuliers de changement qui ont comme but ultime d accroître le rendement des élèves et l actualisation du mandat de l école. Ce cycle aide tous les membres du personnel à répondre aux questions suivantes : Sur quelle priorité porterons-nous maintenant notre attention? Quelles seront nos actions précises? Comment ces actions permettront-elles d améliorer les possibilités de réussite de chaque élève? Comment allons-nous mesurer nos résultats? 1. Commission d amélioration de l éducation, Manuel de planification de l amélioration des écoles, novembre 2000, page 5 16

18 Cycle d amélioration pour les écoles du Conseil scolaire Viamonde Tableau 2 17

19 La planification, selon les étapes expliquées précédemment, assure la cohérence des actions collectives du personnel et l établissement d objectifs SMART (spécifiques, mesurables, ambitieux et atteignables, axés sur des résultats et limités dans le temps) favorisant l expérimentation de stratégies pédagogiques au sein de la salle de classe. Pour tous les secteurs et services, le point d ancrage du cycle d amélioration (tableau 3) est le développement d une «approche service». Plus les divers secteurs et services du Conseil seront efficients dans l appui offert aux écoles, plus les écoles seront en mesure de consacrer la majeure partie de leurs énergies à la mise en œuvre d un projet visant l amélioration de la réussite de tous les élèves. Reconnaissant l importance de la contribution des membres du personnel dans l amélioration de la réussite de chaque élève ainsi que l importance de l apprentissage la vie durant, de la construction identitaire et de l expression de la fierté d être francophone, Viamonde met en œuvre un cycle d amélioration qui permet autant la mesure et l analyse des résultats de l action pédagogique que du rendement de l élève. Finalement, ce cycle assure l actualisation des valeurs du Conseil, c est-à-dire la cohérence, la collaboration et le respect des différences puisque les premières origines du projet éducatif se retrouvent dans le vécu quotidien et la réalité locale de l école francophone dans sa communauté. 18

20 Tableau 3 19

21 2.6 L ÉVALUATION Au début du processus de planification, les données des écoles, secteurs et services orientent l établissement des priorités. À mesure que la mise en œuvre des stratégies d amélioration se poursuit, les écoles, secteurs et services continuent de recueillir des données qui sont comparées aux données originales dans un processus continuel de collecte et d analyse de données. Reconnaissant que la collecte de données peut être une tâche exigeante qui demande beaucoup de temps, le personnel du service de l imputabilité du Conseil travaille en collaboration avec les écoles, secteurs et services afin de les appuyer dans la collecte et l analyse de données selon tous les éléments qui se retrouvent dans son cycle d amélioration : mise en place du projet d amélioration; formulation d objectifs SMART; actions collectives de l école ou du secteur et du service; engagement professionnel ou expérimentation en lien avec le modèle de planification du Conseil; identification des évidences d apprentissage; mesure et analyse des résultats sur une base continue; évolution du projet d amélioration afin d assurer la réussite de chaque élève (écoles) et la mise en œuvre d une approche service (secteurs et services). 20

22 Bien entendu, cette collecte de données sert à : évaluer le projet; identifier les succès obtenus; proposer des orientations futures; veiller à ce que tous et chacun aient pour objectif ultime d améliorer l école ou le secteur et service. Une équipe d évaluation systémique travaille de près avec les écoles, secteurs et services tout au long du processus d évaluation. Celle-ci est responsable : d élaborer des instruments de mesure permettant de recueillir des données sur chacun des éléments du cycle d amélioration; de les traiter et de les interpréter afin d en faire rapport; de formuler des recommandations et de nouvelles suggestions de mise en œuvre au personnel de l école, du secteur et service. 21

23 2.7 ÉCHÉANCIERS Le projet d amélioration doit être unificateur. Il permet à tous ceux qui y contribuent d œuvrer ensemble à la réalisation d objectifs d amélioration communs. Quoique les écoles, secteurs et services se penchent sur de nouvelles initiatives, ils ne doivent pas interrompre les efforts déployés à l égard du projet d amélioration et s assurer de garder le cap sur des améliorations significatives. Tenant compte du temps que prend l amélioration de l école ou du secteur et service, le processus de mise en œuvre peut s étendre sur un cycle de trois ans. Bien entendu, l envergure de l amélioration proposée influencera la période de temps nécessaire à la mise en œuvre. De plus, une révision annuelle des activités d amélioration permet à chaque équipe de tenir compte des suggestions d amélioration et des imprévus et de réorienter l action collective ainsi que les expérimentations individuelles. Pour continuer d avoir du succès dans la planification de l amélioration, il est crucial que les efforts déployés et les succès obtenus soient reconnus et célébrés publiquement tout au long du processus révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; cueillette de données sondage auprès des élèves; cueillette de données sondage de satisfaction auprès des employés; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. 22

24 révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; publication du rapport- Résultats du sondage de satisfaction des employés (comparaison aux résultats 2007); cueillette de données sondage auprès des parents; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. révision du projet d amélioration en tenant compte des données recueillies lors de l autoévaluation - objectivation; publication du rapport - Résultats du sondage de satisfaction auprès des parents (comparaison aux résultats 2008); cueillette de données sondage auprès des élèves; accompagnement des équipes de la réussite des écoles, des secteurs et services dans la mise en œuvre du projet d amélioration; activité d autoévaluation et d objectivation en fin d année scolaire. 23

25

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Annexe A Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Afin de jouer son rôle de chef de file dans le développement et la croissance des diverses communautés de langue française sur son territoire

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Orientation et formation au cheminement de carrière

Orientation et formation au cheminement de carrière Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année R É V I S É Orientation et formation au cheminement de carrière 2 0 0 6 Table des matières Introduction.......................................................

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

ÉVALUATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL ENSEIGNANT. Guide des exigences et des modalités

ÉVALUATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL ENSEIGNANT. Guide des exigences et des modalités ÉVALUATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL ENSEIGNANT Guide des exigences et des modalités 2010 Cette publication est postée dans le site Web du ministère de l Éducation au www.edu.gov.on.ca. An equivalent publication

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Programme d assurance de la qualité

Programme d assurance de la qualité Programme d assurance de la qualité Section B Section B Programme d assurance de la qualité Aperçu du Programme d assurance de la qualité... -B-1- Introduction... Programme d assurance de la qualité...

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et le rapport de première année Préparé pour : CRSH Conseil de recherches en

Plus en détail

2 0 1 0-2 0 1 1. Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants

2 0 1 0-2 0 1 1. Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants 2 0 1 0-2 0 1 1 Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants Version provisoire TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 L école de langue française 1 L approche culturelle

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

Ministère de l Éducation. Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année RÉVISÉ. Affaires et commerce. 2006 [Modifié en février 2007]

Ministère de l Éducation. Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année RÉVISÉ. Affaires et commerce. 2006 [Modifié en février 2007] Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année RÉVISÉ Affaires et commerce 2006 [Modifié en février 2007] Table des matières Introduction........................................................

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française

Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française 2011 Message du ministre L Ontario a besoin d un système d éducation postsecondaire

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES. DU GESTIONNAIRE-LEADER de la fonction publique québécoise

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES. DU GESTIONNAIRE-LEADER de la fonction publique québécoise RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES DU GESTIONNAIRE-LEADER de la fonction publique québécoise RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES DU GESTIONNAIRE-LEADER de la fonction publique québécoise Papier 30 % fibres recyclées postconsommation,

Plus en détail

Plan sur les langues officielles Le bilinguisme officiel Une force 2011 2013 2011.09 Province du Nouveau-Brunswick CP 6000 Fredericton NB E3B 5H1

Plan sur les langues officielles Le bilinguisme officiel Une force 2011 2013 2011.09 Province du Nouveau-Brunswick CP 6000 Fredericton NB E3B 5H1 Plan sur les langues officielles Le bilinguisme officiel Une force 2011 2013 2011.09 Province du Nouveau-Brunswick CP 6000 Fredericton NB E3B 5H1 CANADA www.gnb.ca/premier ISBN 978-1-55471-534-3 Imprimé

Plus en détail

École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick

École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick L implantation, école par école, d une culture d apprentissage autonome et d entrepreneuriat conscient Présenté par Rino Levesque, directeur général

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Rapport annuel 2014 Table des Matières

Rapport annuel 2014 Table des Matières Rapport annuel 2014 Rapport annuel 2014 Table des Matières 1. Mot de la directrice de l éducation...5 2. Plan pluriannuel 2012-2015 du Conseil scolaire Viamonde :...7 2.1. Activités 2014...7 2.1.1. Axe

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue l Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue 16 mars 2015 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES

PROGRAMMES DE BOURSES PROGRAMMES DE BOURSES La Fondation du Cégep de Sainte-Foy a pour mission de soutenir l œuvre éducative du Cégep de Sainte-Foy en favorisant la qualité de l enseignement, la réussite scolaire et l innovation.

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Un engagement profond envers l apprentissage continu Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Table des matières Message du Bureau des affaires professionnelles...3

Plus en détail

Le Cadre de leadership

Le Cadre de leadership Le Cadre de leadership de l Ontario Guide à l intention des leaders scolaires et des leaders du système pour la mise en application du Cadre de leadership de l Ontario Révisé septembre 2013 2 MENER AVEC

Plus en détail

Programme d appui aux nouveaux arrivants

Programme d appui aux nouveaux arrivants 2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 1 re à la 8 e année Programme d appui aux nouveaux arrivants TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 La raison d être du programme-cadre d appui aux nouveaux

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Éducation physique et santé

Éducation physique et santé 2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 1 re à la 8 e année Éducation physique et santé Version provisoire Printed on recycled paper 09-062 ISBN 978-1-4435-XXXX-X (Print) ISBN 978-1-4435-XXXX-X

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation Guides d introduction sur l amélioration de la qualité Guide d introduction sur la propagation REMERCIEMENTS Ce manuel est le résultat des efforts de Qualité des services de santé Ontario (QSSO). Pour

Plus en détail

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec Le plan d affaires 2005-2008 de la Société du Centre des congrès de Québec Le nouveau plan d affaires de la Société du Centre des congrès

Plus en détail

2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 9 e à la 12 e année. Programme d appui aux nouveaux arrivants

2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 9 e à la 12 e année. Programme d appui aux nouveaux arrivants 2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 9 e à la 12 e année Programme d appui aux nouveaux arrivants TABL DS MATIÈRS INTRODUCTION 3 La raison d être du programme-cadre d appui aux nouveaux

Plus en détail

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations Poste En bref : En tant que Conseiller implantation de logiciel chez Gestion Portail Santé, vous pourrez contribuer à la croissance d une entreprise reconnue pour moderniser les résidences de personnes

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE

GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE FRVI Mars 2009 Guide sur les indicateurs de performance dans les unités de vérification interne 2 Table des matières Introduction..04

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

le plan stratégique de l Université d Ottawa

le plan stratégique de l Université d Ottawa le plan stratégique de l Université d Ottawa uottawa : un bilan éloquent L Université d Ottawa fait partie des grandes universités canadiennes. Ces dernières années, nous avons connu une croissance et

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL Introduction Le module répond à un besoin réel des membres du réseau Youth to Youth (Jeunes pour Jeunes) afin des les aider à faire face aux entraves

Plus en détail

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Table des matières Introduction p.3 Mise en contexte Objectifs Barème d allocation des UFC Guide de pointage des activités professionnelles p.5 Activités

Plus en détail

Les valeurs qui nous guident...

Les valeurs qui nous guident... Les valeurs qui nous guident... La manière Kinross La société Kinross est une entreprise internationale d exploitation de gisements aurifères basée au Canada. Elle a des sites d exploitation et de mise

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

Surtout, Données de recherche Canada salue le leadership dont le Groupe 3+ a fait preuve en mettant en branle l actuel processus de consultation.

Surtout, Données de recherche Canada salue le leadership dont le Groupe 3+ a fait preuve en mettant en branle l actuel processus de consultation. Réponse de Données de recherche Canada au document de consultation Tirer profit des données massives : Vers un nouveau cadre stratégique pour l évolution de la recherche numérique au Canada Novembre 2013

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Technologie des systèmes informatiques Réparation d ordinateurs

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Technologie des systèmes informatiques Réparation d ordinateurs Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Technologie des systèmes informatiques Réparation d ordinateurs Annexe F Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Août

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail