Note TDTE N 44 bis. Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la Chaire TDTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note TDTE N 44 bis. Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la Chaire TDTE"

Transcription

1 Note TDTE N 44 bis Quelle épargne-retraite en France? Une proposition out of the box 1 Auteur Didier Folus, Profession de gestion à l Université Paris-Ouest Nanterre la Défense et chercheur associé à la Chaire TDTE Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts 10 avril 2014 «Seul le prononcé fait foi et ce compte-rendu n engage pas les intervenants» SOMMAIRE

2 Introduction 1. La retraite en France : des faits, des projections et une proposition 2. Quel montant de capitalisation? 3. L asset mix des institutions de retraite 2 Conclusion

3 Introduction 3 Le futur retraité a logiquement intérêt à disposer d une pension dont la constitution est liée à deux sources : la répartition et la capitalisation. Cette diversité est de nature à limiter le risque d une insuffisance de revenus, tout en offrant une exposition vertueuse au labeur des générations actives, à la fois via la redistribution et via des portefeuilles d actifs financiers rentables. Ainsi en va-t-il de l intérêt social du futur pensionné, l épargne en vue de la retraite constituant dès lors un thème de travail de première importance. En France, la retraite est financée par un système quasi-exclusivement fondé sur la répartition, même si des dispositifs de capitalisation, encore modestes en termes d encours, sont offerts au public, et que l assurance vie joue un rôle important en matière d épargne. Les récentes projections économiques du Conseil d orientation des retraites (COR, 2012) tracent un chemin chaotique pour les régimes obligatoires actuels, dans la plupart des scénarios économiques envisagés pour les prochaines décennies : l extrapolation faite à partir du scénario médian laisse entrevoir une baisse des prestations de retraite d environ 28 Md en 2030, d environ 60 Md en 2040, par rapport au niveau actuel du ratio pension/revenu d activité. Cette perspective implique la recherche de solutions originales, ne se limitant pas aux traditionnels ajustements paramétriques des mécanismes répartitifs. La présente note propose ainsi d introduire une part d épargne-retraite dans le système obligatoire, en fonction des transitions économiques et démographiques à venir. Au-delà de l argumentaire lié à la difficile soutenabilité économique des régimes de répartition en France, deux idées sont ici discutées : la question de la quantité de capitalisation à introduire dans le système de retraite et la question de l asset mix de cette composante capitalistique. La première section présente les données du système de retraite français, particulièrement son financement. La deuxième section extrapole, à partir des projections du COR (2012), un besoin théorique d épargne qui viserait à instiller 10 % de capitalisation dans le système de retraite obligatoire. La troisième section donne les caractéristiques des portefeuilles d actifs financiers d institutions de retraite par capitalisation et rappelle les préconisations théoriques et empiriques principales de la finance de long terme. Enfin, la conclusion ouvre le débat sur ce que pourrait être le rôle de l Etat en matière de garantie offerte au public : quel niveau de garantie, notamment en cas de «coup dur» sur les marchés financiers? 1. La retraite en France : des faits, des projections et une proposition La France de 2011 compte plus de 15,6 millions de retraités pour 28,4 millions de personnes actives (dont 2,6 millions de chômeurs), selon les données de la Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques (2013) du Ministère des affaires sociales Les faits Les régimes

4 4 obligatoires ont versé 274,0 Md de prestations pour des cotisations perçues de 251,0 Md. Les régimes supplémentaires facultatifs pour la plupart représentent une faible part du système de retraire en France, et ciblent des populations précises (indépendants, professions libérales ou catégories socio-professionnelles aisées). La part non-contributive des prestations est couverte, pour l essentiel, par le Fonds de solidarité vieillesse (minimum vieillesse, avantages familiaux, périodes de chômage ). Ainsi notre système de retraite repose sur une part contributive (comparable à un mécanisme d assurance dont la prestation est versée en rente) et sur la solidarité nationale (la part noncontributive étant financée par l impôt, notamment CRDS et CSG). Si la situation démographique et économique des Trente glorieuses ( ) a permis un fonctionnement harmonieux du système (beaucoup de cotisants et peu de retraités), il n en va plus de même depuis la fin de cette époque : ses performances ont chuté, que ce soit en termes financiers ou en termes de confiance de la part des actifs Sur les performances des régimes par répartition Le rendement d un régime de retraite par répartition dépend de différentes variables : - démographiques : taux de fécondité, espérance de vie, ratio démographique - économiques : taux de productivité, taux de chômage - sociales : sentiment quant à l équité des régimes, confiance dans leur pérennité - politiques : stabilité de la réglementation, coûts d agence résultant des conflits d intérêts, coût des ajustements paramétriques Force est de constater que les régimes français de retraite par répartition font l objet de re-paramétrages successifs (pompeusement intitulés «réformes» : 1982, 1993, 1995, 1999, 2003, 2007, 2010, 2013 ) et peu concluants en termes d efficacité : notre mécanisme répartitif est régulièrement en déficit, comme en atteste l évolution ci-dessous. Evolution du solde du régime général Source : Haut Conseil du financement de la protection sociale, mars 2014.

5 5 Ce déficit chronique dont la Caisse nationale d assurance vieillesse porte une part substantielle implique l émission d une dette sociale importante par des établissements publics tels que l Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) ou la Caisse d amortissement de la dette sociale (CADES) : au-delà de leur coût de gestion, les émissions obligataires de ces établissements sont garanties par l Etat, l ensemble étant ainsi coûteux pour la collectivité. A titre d illustration la CADES porte une dette de 132,6 Md au 31 décembre 2013 et a payé 41,1 Md d intérêts cumulés depuis sa création en 1996 ; elle a perçu les produits d impôts tels que la CRDS ou la CSG à hauteur de 125,3 Md sur cette même période. Proposition : On le voit, les marchés de capitaux financent déjà une partie du système de retraite français, fonctionnant pourtant officiellement en répartition : pourquoi ne pas utiliser ces mêmes marchés, mais de façon à y sélectionner des actifs rentables et favorables aux futurs pensionnés? La retraite par capitalisation, c est investir dans l économie via des portefeuilles d actifs financiers, de façon à distribuer les fruits de l activité industrielle ou commerciale aux retraités futurs. En effet, les actifs financiers constituent un moyen simple et efficace pour organiser ce transfert intergénérationnel l activité économique de la population active génère une rentabilité financière qui profite aux retraités via des portefeuilles de titres.

6 Plusieurs questions se posent alors : quelle part de capitalisation est-il opportun d instiller dans le système de retraite? Quel asset mix est-il approprié pour une capitalisation-retraite? Quel niveau de garantie pourrait-on offrir aux ayants-droit? 2. Quel montant de capitalisation? L introduction d une «dose» de capitalisation dans le système de retraite français permettrait au moins de compenser le gap de pensions futures provenant de l insuffisance actuelle de financement ; c était l idée initiale lors de la création du Fonds de réserve pour les retraites, mais réalisée de façon centralisée et finalement inefficace 1. Plus largement, la capitalisation elle aurait vocation à réduire le risque de dépendance des pensions vis-à-vis des régimes répartitifs et à être gérée de façon décentralisée Extrapolation des besoins futurs Dans son document publié en décembre 2012, le Conseil d orientation des retraites (COR) a projeté l évolution des régimes de retraite en France, notamment en termes de rapport démographique, de pensions et de financement. Plusieurs scénarios ont été envisagés : 6 1 La mission initiale du FRR a été réduite par le reparamétrage des régimes de répartition en 2010 : ses contraintes de passif ont été allégées et partiellement transférées à la CADES ; c est ainsi qu un choix de politique publique a organisé le passage d une logique de réserve à une logique d endettement, la seule continuité étant l affectation d un part croissante des contributions fiscales pour étayer le régime par répartition.

7 Source : COR, Les projections portent sur différentes variables, selon une hypothèse sur les rendements (constants ou décroissants) des régimes complémentaires AGIRC-ARRCO, à partir de l année 2011 et pour les horizons 2020 à 2060 (voir tableau ci-après).

8 Source : COR, La projection du COR indique, dans le scénario médian, une progression de l indice de revenu de 100,0 en 2011 à 143,3 à l horizon 2040 ; en appliquant la même progression à la pension brute moyenne, les prestations de 2011, soit 274,00 Md, devraient atteindre 392,64 Md en Or la projection sur cet horizon indique une progression indicielle de 100,0 à 121,3 soit une prestation de 332,36 Md. Ainsi le gap de prestations peut-il être chiffré à 60,28 Md. Certes, l exercice d extrapolation à partir de projections économiques est délicat ; s il s agissait de combler la moitié seulement du gap de prestations 2040, en le considérant comme constant sur les différents horizons temporels, il faudrait offrir aux retraités futurs une

9 rente perpétuelle d environ 30 Md par an. Ce montant correspond peu ou prou à 10 % des prestations de retraites actuelles. En actualisant cette rente perpétuelle à 2,00 %, on obtient une provision mathématique de Md, équivalente à environ par actif (on arrondi ici la population active à 25 millions de personnes). 2 Ce montant correspond approximativement à celui de la provision mathématique de l assurance vie en France ou encore à celui (au taux de change près) des pension entitlements aux Etats-Unis. Qu en est-il des produits d épargne retraite existant actuellement en France? 2.2. Comparaison avec l existant Les produits de retraite supplémentaires correspondent à des régimes généralement facultatifs offerts aux personnes, soit via des plans souscrits individuellement, soit via des plans proposés dans le cadre d une activité professionnelle. Selon la DRESS (2013), la provision mathématique de ces différents produits d épargne s élève à 155,7 Md à la fin de l année 2011 (soit une croissance de 7,54 % par an entre 2006 et 2011) et concerne 4,345 millions de personnes. On peut donc estimer l épargne constituée à par adhérant au 31 décembre Provisions mathématiques des dispositifs de retraite supplémentaire Source : DREES, novembre 2013 (données enquête DREES, AFG, FFSA). 2 Le taux d actualisation utilisé ici à une valeur stylistique, néanmoins proche des préconisations issues de travaux théoriques comme Gollier (2007). Par ailleurs, la CADES se finance à un taux d environ 2,5 % à fin 2013, sur ses émissions obligataires à long terme.

10 La performance financière d un produit d épargne retraite est influencée par l allocation du portefeuille en différentes classes d actifs et par les règles prudentielles, notamment les directives européennes Solvency (pour les produits d assurance) et IORP Institutions for Occupational Retirement Provision (pour les fonds de pension et plans assimilés). La question de l asset mix est ainsi posée. 3. L asset mix des institutions de retraite Parmi les investisseurs institutionnels, l OCDE (2013) évalue les placements des fonds de pension à Md$ à la fin de l année Les portefeuilles correspondants sont investis en actifs financiers pour l essentiel. En s extrayant de toute considération réglementaire, l idéal serait que ces portefeuilles puissent délivrer une rentabilité proche du taux de croissance réel de l économie, avec la régularité la plus grande possible Les placements des investisseurs institutionnels de la retraite 10 Traditionnellement, les classes d actifs supposées offrir une performance de long terme liée au taux de croissance de l économie sont les actions cotées, le private equity, les actifs immobiliers et les placements «alternatifs» (parts de hedge funds «absolute return», infrastructures, titrisations, etc.) ; les obligations souveraines et les bons du Trésor ou même les obligations privées sont vues comme des classes d actifs plutôt défensives. Dans le cas des fonds de pension, l enquête Mercer (2013) fait apparaître la part plus importante des actions dans l allocation des placements (cf. tableau ci-après). Allocation d actifs des principaux fonds de pension en Europe Source : Mercer (2013). La présence des actifs de croissance (growth assets) y est largement supérieure à celle des portefeuilles détenus par les entreprises d assurance, l autre grand investisseur institutionnel de long terme, mais soumis à des contraintes de passif et prudentielles plus

11 fortes. Les fonds de pension et institutions financières assimilées ont certes des contraintes de passif diverses (defined benefit, defined contribution ou plus récemment target benefit), mais toujours un horizon lointain de paiement des pensions La performance des actifs financiers et les préconisations théoriques Théoriquement, les portefeuilles devraient être composés de façon à optimiser le couple rentabilité-risque, les investisseurs de long terme pouvant a priori accroître la part des actifs risqués avec l horizon de détention. Cependant, la pratique montre des biais, notamment celui lié à l horizon de détention et celui provenant de la réglementation prudentielle Battre l inflation? 11 Le risque d inflation est naturellement important sur de longs horizons d investissement, rendant essentiel le choix d actifs performants pour un fonds de pension. Comme l illustre le graphique ci-contre (Crédit Suisse, 2013), la rentabilité réelle des actions est empiriquement plus résiliente sur longue période, particulièrement en période d inflation forte. La même question se pose quant aux autres classes d actifs : immobilier, alternatif, etc. Un travail de recherche sur des données européennes serait naturellement pertinent et de nature à éclairer les choix privés et ou publics, dans l intérêt des pensionnés L influence de l horizon de détention sur le risque relatif Les actifs les plus risqués sur courte période ne sont relativement pas plus risqués que les autres sur longue période : ce principe de mean reversion ou retour à la moyenne est discuté

12 dans la littérature académique, notamment par Campbell et Viceira (2002), Siegel (2005), Bec et Gollier (2008) ou encore Garnier et Thesmar (2009). 12 La vérification empirique de l excès de rentabilité ajustée du risque des actions sur les obligations à long terme, implique de constituer des portefeuilles afin de vérifier l autocorrélation négative des rendements sur des périodes de 10 à 30 ans au moins, puis d effectuer une comparaison avec les rendements obligataires. La recherche doit s effectuer sur des données françaises, mais aussi européennes et finalement internationales. Elle viserait à conforter, ou non, l idée d un accroissement de la part des growth assets dans les portefeuilles des institutions de retraite La nécessaire diversification internationale Les avantages de la diversification internationale d un portefeuille ont largement été documentés depuis les travaux de Markowitz (1952) : le couple rendement-risque s en trouve amélioré, le risque d une baisse du rendement d un portefeuille internationalement diversifié étant inférieur à celui d un portefeuille concentré sur des valeurs domestiques. Cela est en faveur de la protection de l épargne des ayants-droit d une institution financière de gestion des retraites. La diversification internationale offre également l avantage de redistribuer la richesse produite entre les générations, sans considération de frontières : le travail des générations actives, plus jeunes, profite aux pensions des ainés via les dividendes, coupons ou loyers versés par les actifs financiers du portefeuille de l institution de retraite par capitalisation. Un mécanisme de répartition est, quant à lui, limité à un transfert intergénérationnel domestique. Les régimes de retraite par capitalisation existants démontrent pourtant la présence d un biais domestique dans bon nombre de portefeuille institutionnels, pour différentes raisons : contraintes réglementaires, conservatisme dans les choix de portefeuille, etc. Il conviendrait de faire en sorte que le cadre réglementaire futur de l épargne-retraite limite ce biais. Ainsi, l introduction d une composante capitalistique internationalement diversifiée dans le système des retraites en France, profiterait aux retraités demain.

13 La question du niveau de garantie La certitude de percevoir sa pension, en temps et en heure et pour le montant promis, est naturellement importante pour un retraité. Un régime de retraite par capitalisation ne peut pas offrir cette garantie de façon nominale, pas plus que ne le peut un régime par répartition. Pour autant, la comparaison des deux mécanismes permettrait d envisager un certain niveau de garantie. Ce niveau qui reste à définir pourrait être atteint grâce à un dispositif prudentiel (réserve obligatoire pour le fonds de retraite par exemple ou dispositif de type EIORP) et un mécanisme de garantie de type public privé bénéficiant de la garantie de l Etat. Cette garantie existe aujourd hui, dans la mesure où l Etat garanti les établissements publics émetteurs de dette sociale (CADES, ACCOSS). Il faudrait alors concevoir une solution de place offrant un niveau de garantie aux épargnants-retraite, notamment en cas de «coup dur». Il s agit là d une question de recherche appliquée qui gagnerait à être explorée. Conclusion : quel schéma public d épargne-retraite? 13 Le financement des retraites repose, en France, presque exclusivement sur un mécanisme de répartition, dont la détérioration du ratio démographique laisse augurer des déficits chroniques. L introduction d une part de capitalisation dans le régime obligatoire, pourrait à la fois pérenniser le régime par répartition et mieux répondre à l intérêt social des retraités futurs. Face à leur méfiance vis-à-vis de régimes répartitifs désormais fragiles, il est grand temps de prendre en compte les avantages d une diversification : la capitalisation a certes des avantages et des inconvénients comme la répartition mais son introduction viserait ici à limiter la dépendant des pensions futures d une répartition exclusive et désormais peu crédible. L intérêt social des retraités de demain est en effet de la pas dépendre uniquement de la répartition surtout dans une économie vieillissante, de diversifier les sources de revenus générant les pensions et de faire des choix économiques en meilleure connaissance de cause via une implication dans la gestion du fonds. Un rendement proche de celui réel de l économie semble souhaitable. Dans cette perspective, l asset mix le plus adapté doit être recherché, de façon à loger un maximum d actifs de croissance dans les portefeuilles (actions, private equity, infratstructures ), compte tenu des contraintes de passif. Il faut ensuite «challenger» le mécanisme de capitalisation en simulant son comportement à travers les époques et le comparer à celui d un régime en répartition. Cela posera naturellement la question du niveau de garantie envisageable pour la composante capitalistique du système de retraite et aussi du ou des mécanismes pouvant offrir une telle garantie. Le rôle de l Etat, à l instar d autres mécanismes pourra alors être envisagé, dans une mesure limitée qui reste à définir.

14 Références 14 Bec F. et C. Gollier (2008), «Asset returns volatility and investment horizon: the French case», Toulouse School of Economics, working paper. Campbell J., Viceira L. (2002), Strategic Asset Allocation, Oxford University Press. Conseil d Orientation des Retraites (2012), Retraites : perspectives 2020, 2040 et 2060, 145 p. Crédit Suisse (2012) Global Investment Returns : Yearbook 2012, 64p. Crédit Suisse (2013), Global Investment Returns : Yearbook 2013, 68 p. Dimson, E, PR Marsh, and M Staunton (2007), The worldwide equity premium: a smaller puzzle, in R. Mehra (Ed.), The Handbook of the Equity Risk Premium, Amsterdam, Elsevier. DREES (2013), Les retraités et les retraites, sous la direction de L. Lequien, 154 p. Fama, EF, and KR French (2002), The equity premium, Journal of Finance, 57, Gollier, C., (2008), Assets relative risk for long-term investors, Life & Pensions, January, Gollier (2007), «Comment intégrer le risque dans le calcul économique?», Revue d économie politique, 117(2), HCFPS (2014), Point d étape sur les évolutions du financement de la protection sociale, 233 p. HCFPS (2014), Rapport sur les perspectives du financement à moyen-long terme des régimes de protection sociale, 245 p. Mercer (2014), Asset allocation of pension funds around the world, 21 p. Mercer (2013), Asset allocation survey : European Institutional Marketplace Overview 2012, 32 p. Ministère du Travail (2010), Les retraites en France, 20 p. Siegel, J. (2005), Stocks for the long run, Crown Business. Siegel, J. (2008), Stocks for the Long Run: The Definitive Guide to Financial Market Returns and Long Term Investment Strategies, 4 th Edition, McGraw Hill. Shiller, R. (2000), Irrational Exuberance, NJ: Princeton University Press.

Note TDTE N 21. Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts

Note TDTE N 21. Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts Note TDTE N 21 1 L épargne-retraite institutionnelle en France : nouveaux enjeux Auteurs Didier Folus, Université de Paris Ouest Nanterre Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts 15

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Jeudi 10 avril 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Jeudi 10 avril 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Intervenants : Jeudi 10 avril 2014 Didier Folus, Professeur de finance, Université

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Optimisation de la politique de placement : vers quelles classes d actifs se tourner? Stéphan Lazure Conseiller principal

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Les mutations de l offre Epargne Retraite

Les mutations de l offre Epargne Retraite Les mutations de l offre Epargne Retraite Forum International de Paris sur la Gestion de l Epargne Retraite Monique TEZENAS du MONTCEL 10 Avril 2012 BANQUE - FINANCE - ASSURANCE PROTECTION SOCIALE 10,

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE. {SWD(2013) 76 final}

Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE. {SWD(2013) 76 final} Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE {SWD(2013) 76 final} REPONSE DE L OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE OEE - 48 rue de Provence 75009 Paris

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013. Nos clients, les déposants

CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013. Nos clients, les déposants CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013 15 CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013 16 DES DÉCISIONS STRATÉGIQUES ET PORTEUSES À LONG TERME L approche client de la Caisse repose sur l écoute

Plus en détail

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement)

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement) Incluant l analyse du patrimoine Description du rapport (Couple seulement) Révisé le 25 mai 2011 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1 Le rapport PRO et Patrimoine : outil privilégié de communication

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Olivier GARNIER. Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010

Olivier GARNIER. Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010 Olivier GARNIER Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010 20.0% Etats-Unis: rentabilités réelles annuelles moyennes en 2008 selon l'année d'investissement 15.0% 10.0% 5.0% 0.0%

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Allianz Retraite TNS / Agricole

Allianz Retraite TNS / Agricole Professionnels indépendants Allianz Retraite TNS / Agricole Épargnez pour votre retraite tout en profitant de déductions fiscales *. www.allianz.fr Avec vous de A à Z * Selon la législation en vigueur

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

EssentIA. REER collectif. Rencontre d adhésion

EssentIA. REER collectif. Rencontre d adhésion EssentIA REER collectif Rencontre d adhésion Ordre du jour Introduction Caractéristiques de votre régime Planifiez votre retraite en deux temps, trois mouvements! Étape 1 : Fixez-vous un objectif de retraite

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea Bureau du surintendant des institutions financières Canada Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Office of the Chief Actuary Burea au de l actuaire

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Le 26 octobre 2012 Communiqué de presse INSEAD OEE Data Services annonce le lancement du premier indice patrimonial : IODS Patrimonial, qui mesure la performance de l épargne financière des ménages français.

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR

DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal Georges Langis Actuaire en chef Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 2 Une projection*! Niveau de remplacement

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE...

RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... INTRODUCTION MODULE I HISTORIQUE 2 RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... 2 3 HISTORIQUE QUÉBÉCOIS... 3 4 LA LOI 188 ET LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... 4 4.1 Objectifs de la loi... 4 4.2 Le

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CLIKÉO 3. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié

CLIKÉO 3. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié CLIKÉO 3 Éligible au PEA OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée Prospectus simplifié Le FCP CLIKÉO 3 est construit dans la perspective d un investissement

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

L assurance dans la planification de la retraite

L assurance dans la planification de la retraite Carl Yergeau, MBA, CPA, CMA, Pl. Fin. Analyste Service de planification financière avancée L assurance dans la planification de retraite L assurance dans la planification de la retraite 2 octobre 2014

Plus en détail

L Après Comité D Amours. Commentaires et Enjeux. Et les perspectives de rendement Octobre 2013. Richard Guay Ph.D., CFA, FRM

L Après Comité D Amours. Commentaires et Enjeux. Et les perspectives de rendement Octobre 2013. Richard Guay Ph.D., CFA, FRM L Après Comité D Amours Commentaires et Enjeux Et les perspectives de rendement Octobre 2013 Richard Guay Ph.D., CFA, FRM Professeur titulaire en finance, ESG-UQAM, Groupe Finance CIRANO et Chaire CDPQ

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail