Michel Vaujour UN FILM DE FABIENNE GODET. LE BUREAU présente MARC PAUFICHET / PHOTO : PATRICK SWIRC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Michel Vaujour UN FILM DE FABIENNE GODET. LE BUREAU présente MARC PAUFICHET / PHOTO : PATRICK SWIRC"

Transcription

1 MA PLUS BELLE ÉVASION N EST PAS DE M ÊTRE ÉVADÉ DES PRI- SONS DANS LESQUELLES J AI LONGTEMPS ÉTÉ ENFERMÉ, C EST DE M ÊTRE ÉCHAPPÉ DE CELLES DANS LESQUELLES JE ME SUIS ENFERMÉ TOUT SEUL JE CROIS QU UN HOMME PEUT TOUT RÉUSSIR S IL EST PRÊT À TOUT Y SACRIFIER ; MÊME ET SURTOUT CE QU IL CROIT ÊTRE. LE BUREAU présente MARC PAUFICHET / PHOTO : PATRICK SWIRC UN FILM DE FABIENNE GODET

2 Le Bureau présente RELATIONS PRESSE André-Paul Ricci Florence Narozny 6 place de la Madeleine Paris 8 Tél. : / Fax : PROGRAMMATION Martin Bidou et Christelle Oscar Tél. : /63 Fax : PARTENARIAT MÉDIA ET HORS MÉDIA Marion Tharaud et Carolyn Occelli Tel. : /44 Fax : DISTRIBUTION Haut et Court Laurence Petit Tel. : Fax : Un film de Fabienne Godet SORTIE NATIONALE LE 8 AVRIL France - Couleur 1h47 35 mm 1,85 Dolby SRD 2008

3 Synopsis FAUT-IL QUE JE DISE TOUTES LES VÉRITÉS? LES GENS QUE J AIME, JE LES AIME PARCE QU ILS SONT PLEIN D ILLUSIONS SUR LA VIE. ALORS QUE LA VIE, SA SEULE PROMESSE C EST LA MORT. JE VOIS LES FUTURS MORTS DANS LES VIVANTS QUI SONT DEVANT MOI. JE NE LES VOIS PAS, JE LE SAIS. TRISTESSE, NON, FRANCHEMENT, S IL Y EN A UN QUI REMERCIE LA VIE, C EST MOI... Ancien braqueur fiché au grand banditisme, Michel Vaujour a toujours préféré la fuite à la prison, l aventure à la soumission, la liberté à la loi. En l espace de 30 ans, il aura passé 27 ans en prison dont 17 en cellule d isolement et sera parvenu à s en échapper à cinq reprises avant d obtenir une libération conditionnelle en Si cette vie trépidante l a souvent exposé au pire, elle l a aussi confronté à un incroyable face-à-face avec lui-même. Avec le temps, cette fuite en avant est devenue une ascension intérieure, une esquisse de philosophie où il lui a fallu vaincre une certaine idée de soi, de la vie et des autres. C est à ce voyage initiatique que nous convie ce film.

4 Entretien avec Fabienne Godet Propos recueillis par Philippe Mangeot. À quelle occasion avez-vous rencontré? QUAND JE ME SUIS ÉVADÉ, J AI VRAIMENT CRU QUE J AVAIS GAGNÉ. J AI COMPRIS BIEN PLUS TARD QUE J AVAIS PERDU QUELQUE CHOSE D ESSENTIEL... C ÉTAIT LA CAPACITÉ DE LA JOIE. J AVAIS REPRIS UNE LIBERTÉ QUI N ÉTAIT PAS NÉCESSAIREMENT JOYEUSE. JE NE SAVAIS PAS AIMER. Je préparais fin 2003, Le Sixième homme, un documentaire de 52 que j ai réalisé sur Dominique Loiseau. Dominique avait été accusé à tort d être un policier ripoux. Quand je lui ai demandé ce qui lui avait permis de tenir en prison, il m a parlé de son père mais aussi de Michel Vaujour, qu il avait rencontré à la maison d arrêt de Bois d Arcy. À cette époque, Dominique était au plus mal psychologiquement. Michel, lui, avait pris une balle dans la tête au cours d un hold-up et se rééduquait seul. Michel lui avait insufflé l énergie pour continuer à se battre envers et contre tout. Sans son soutien, Dominique m a souvent dit qu il ne serait plus là aujourd hui. Je les ai donc rassemblés. Au cours du tournage, Michel a prononcé ces mots : «Ce qui m a touché chez Do, c est une innocence que j ai retrouvée dans sa douleur. Une innocence que moi j avais perdue en chemin. Une innocence que j avais dû laisser derrière moi pour survivre.» Ces phrases m ont bouleversée. Par-delà nos parcours très différents, je les ai d abord entendues pour ce qu elles faisaient résonner en moi : elles m évoquaient les rêves et les idéaux abandonnés à l épreuve du réel ; elles me disaient les deuils et le désenchantement dont est tissée la vie. Mais là où je ne voyais que la douleur, Michel montrait qu on pouvait en faire une force. Ces phrases sont à l origine du désir de faire un film avec lui, elles en sont aussi la trame secrète. Que saviez-vous de son passé à l époque? Pas grand-chose. J avais comme tout le monde entendu parler de son évasion de la Santé, rien de plus. Quand je l ai rencontré pour la première fois, en février 2004, il n était libre que depuis six mois et pourtant il n en parlait jamais, comme si le passé n existait pas. Nous nous sommes rencontrés à la gare de Lyon. Michel ne se confie pas facilement et il voulait savoir qui j étais. Je lui ai parlé de mon expérience de psychosociologue, de l époque où je travaillais auprès des soignants à l accompagnement des mourants. La mort, Michel la connaissait bien : il avait flirté avec elle toute sa vie! Avec cette balle dans la tête, il avait vécu ce qu on appelle une NDE (Near Death Experience). Quand nous nous sommes quittés, je n en savais pas beaucoup plus sur lui, mais il était clair que j avais fait une vraie rencontre.

5 Ne me libérez-pas est le premier documentaire sur auquel il ait accepté de participer ; mais il s était déjà raconté dans un livre 24H SUR 24 SEUL. SEUL... ET LES QUATRE MURS... T AS LE TEMPS DE PENSER, PENSER, PENSER, PENSER... ET LES IDÉES ET LES PENSÉES QUI REBONDISSENT CONTRE LES MURS... QUI TE REVIENNENT QUI TE TRAVERSENT LA TÊTE, TOUJOURS LES MÊMES. TU ES PRISONNIER DE ÇA, JE NE SUIS PAS SÛR QUE TU SOIS ENCORE TOI-MÊME... TU PRENDS LE FACTEUR TEMPS ET TU MULTIPLIES ÇA À L INFINI... TU VERRAS, TRÈS VITE TU NE RESSEMBLES PLUS À CE QUE TU ES. Au moment où je me suis mise à rêver de ce film, j ignorais que Michel écrivait sur sa vie. Quand Ma plus belle évasion est sorti, à l automne 2005, je l ai lu et relu pour y trouver un angle. Je savais qu il avait refusé toutes les propositions qui lui avaient été faites par la télévision. On voulait le faire revenir sur la culture du grand banditisme dont il est l un des derniers rescapés. Or il en avait déjà parlé dans son livre, et refusait qu on l assigne à ce passé dont il s était libéré. Je sentais bien, d ailleurs, que ce n était pas là ce qui m intéressait. Ces multiples refus n étaient pas très engageants, mais ils m ont poussé à clarifier ce que je souhaitais vraiment faire et à comprendre pour moi-même en quoi ce film m était nécessaire. La lecture de son livre m a évidemment servi. Mais ce qui m a été le plus précieux, ce sont les questionnements sans ménagement de mon producteur, Bertrand Faivre, et de mon co-scénariste, Franck Vassal, qui m ont aidé à préciser mes intentions. Si l on s en tient aux événements, ma vie et celle de Michel n ont évidemment rien à voir. Pourtant ce film m a renvoyé à une multitude de questions qui pourrait se résumer autour de deux interrogations : qu ai-je fait de ma vie et de ma liberté pendant ces 27 années où Michel a été emprisonné? Ai-je été à la hauteur de la vie qui m a été donnée? L idée de libération donne son titre à votre film. Mais on ne tarde pas à comprendre qu elle ne se réduit pas aux cinq évasions qui ont fait la célébrité de. Sa vie est tout entière occupée par cette question de la libération : les évasions n en sont que la part la plus visible. Cela commence très tôt : quelle liberté s octroyer, quand on est issu d une famille populaire et qu on refuse de prendre le chemin de soumission qu a suivi son père? Puis, pendant les longues années d incarcération en Quartier de Haute Sécurité (QHS) : comment se libérer mentalement pour résister à l enfermement physique? Surtout, au moment où il se rend compte que les choix qu il a faits l ont conduit à s enfermer luimême : comment se libérer de soi et des valeurs de son «milieu»? comment, en d autres termes, se «déconditionner» pour reprendre la «vie normale d un être humain», comme il dit. La grande question de qui me concerne et qui

6 concerne tout le monde, je crois est donc : comment se libérer? Mon film décrit un parcours initiatique ; la libération est son fil rouge, et ordonne tous les choix formels que j ai faits. Je l ai pensé et construit comme une discussion philosophique. J aurais pu l appeler Entretiens avec sur le métier de vivre. Pas sur le métier de bandit, ni sur les évasions proprement dites qui restent à mon sens anecdotiques. Là où on s attendait à trouver un roman d aventures, vous proposez un romanesque plus intime, et beaucoup moins rocambolesque. Sa vie est plus romanesque que la plus riche des fictions que j aurais pu imaginer. De toutes ses évasions, la plus célèbre l hélicoptère à la prison de la Santé en 1986 est pourtant celle qui m intéresse le moins. Elle est sa légende, qui éclipse tout le reste. Dans le film, cette légende est prise en charge par les journaux télévisés, dont je montre des extraits de l époque, et qui parlent tous du caractère «cinématographique» de ses évasions. Or mon film ne relève pas de ce cinéma-là, il en prend le contrepoint. Au-delà du spectaculaire, cette évasion représente pour Michel l expérience de la perte : au cours des préparatifs, la mort de Gilles, son frère d armes ; mais aussi la défection de tous les soi-disant amis sur lesquels Michel avait cru pouvoir compter. L évasion de 1986 n est donc qu une étape dans son cheminement psychologique et existentiel. Le film consacre pourtant du temps à une autre évasion : celle du pistolet en savon au palais de Justice de Châlons-sur-Marne, en Cette évasion-là, je l aime bien. Michel ne dispose de rien : s il parvient à s évader, c est au prix d un extraordinaire travail sur lui-même. Il est en QHS, et pendant quatre ans, il travaille à dompter toutes ses émotions, à concentrer la moindre de ses pensées sur un seul but, à tuer ce qu il reste en lui d enfant pour devenir une arme. C est là qu il a perdu son innocence et qu il s est enfermé dans le rôle de malfrat. C est aussi là qu il a acquis la concentration, l énergie et la force mentale pour survivre à cet enfermement. Son évasion, pour le moins incroyable, est le résultat de tout cela. C est cette même force mentale qui lui permettra des années plus tard, au moment où il se retrouve hémiplégique, prisonnier de son propre corps, de se rééduquer seul en prison et plus tard encore de se libérer des schémas mentaux dans lesquels il s est enfermé. Un portrait de en moine? Il emploie lui-même l image du moine les années de solitude et de silence dans une cellule s y prêtent mais je préfère parler d ascétisme : il y a chez lui une recherche spirituelle qui exige de s imposer une règle très dure. Il aurait pu être alpiniste ou navigateur en solitaire : cette expérience, qui consiste à se sentir vivant dans la recherche de l extrême et le travail sur ses limites, il l a vécue à travers le grand banditisme. Dans une image d archive, un avocat de la défense dit que les évasions de Michel ont toujours suscité un sentiment d amitié voire d amour parfois. C est vrai que les hors-la-loi engendrent toujours une certaine attirance, notamment par leur force de désobéissance à l ordre social. Mais derrière le mythe, que sait-on au final de la vie de ces hommes? Pas grand-chose. Et c est précisément ce qui m intéressait. Ce film montre l envers du décor, loin des clichés ou du glamour. Michel a traversé ce miroir-là. Il en a aussi payé le prix. C est ce qu il tente de transmettre à ses petits-neveux. Ce moment est pour moi très important car il s adresse à tous ceux qui rêvent de fraternité à travers ce milieu fraternité qui n existe pas ou si peu Le film témoigne toutefois de l admiration que vous éprouvez pour lui. Je ne soutiens pas ce que Michel a fait mais je tente de comprendre sans juger comment l enfant qu il était est devenu cet homme dangereux. En revanche, je soutiens son parcours à la lumière de ce qu il est devenu aujourd hui. D où lui vient sa capacité à trouver de la vie au cœur d un processus de destruction? Le film s ouvre et se referme par une célébration de la vie, et de «la beauté de ce qui nous est offert». Or cet homme a passé près de la moitié de son existence en prison : 27 ans, dont 17 d isolement. Qu est-ce que c est, au juste, de ne pas pouvoir toucher quelqu un pendant tant d années? Comment se fait-il qu il ne soit pas devenu fou, qu il n ait pas été broyé? C est ce mystère de la résilience que j essaie de percer. Pour percer ce mystère, vous avancez en psychologue : dans l enfance, ses chagrins et ses occasions manquées, vous cherchez à la fois la clé du basculement de dans le banditisme et de cette capacité de résilience dont vous parlez.

7 CE QUE J'APPELLE L'INNOCENCE C EST CE QUI TE PERMET D'ALLER AVEC UN PEU DE CONFIANCE DANS LA VIE, CE QUI TE PERMET DE SOURIRE AUX GENS, CE QUI TE PERMET DE RESPIRER LA VIE, TOUT SIMPLEMENT.

8 J ai fait des hypothèses de psychologue notamment celle du frère que Michel n a pas eu, et dont Gilles aurait été un substitut. Michel ne savait pas quoi en penser, mais il ne m a pas contredite. Je sais bien que cela n explique pas tout : le film pose la question du secret d une vie, il ne prétend pas la résoudre. Au départ, il y a un môme qui fait des conneries comme n importe quel autre môme ; qu est-ce qui fait que sa vie bascule? Par quelle série d enchaînements il devient? Mais on pourrait dire aussi bien que, pour moi, tout commence par la fin : par l énigme que représente ce qu il est aujourd hui, après ce qu il a traversé. D où le montage inversé de photos par lequel j ai choisi de terminer le film : on part du jour de sa libération, puis on remonte jusqu à la photo d un gosse en culottes courtes. Mon film fait donc dialoguer deux niveaux différents : le présent de la libération conditionnelle, le parcours qui a mené jusque-là. Quand Michel dit qu il a dû faire le deuil de la toute-puissance, il fallait montrer en parallèle comment s était construite cette toute puissance. Or ce mouvement de va-et-vient se traduit aussi, sur un plan formel, par l alternance entre les passages où il se raconte dans la salle à manger de sa mère et les séquences d extérieur où il parcourt la campagne. Je voulais montrer le rapport essentiel qu il entretient avec la nature, fait d émerveillement et de sensualité, qu il a pu retrouver depuis sa libération, et qui avait enchanté sa petite enfance, avant de partir dans ces «villes froides» dont il parle dans l une de ses lettres de prison. Vous avez tourné principalement dans sa famille Il y vivait au moment où nous avons tourné. C est donc là que je suis allé le filmer à plusieurs reprises, avec Crystel Fournier, qui était à l image et au son. Nous partagions avec lui son quotidien d homme libre, nous l accompagnions dans ses visites et ses promenades. Cette immersion dans sa famille, qui me semblait indispensable pour accéder à une parole vraie, exigeait aussi que nous travaillions en intimité, et que notre équipe soit aussi réduite que possible. Michel m a souvent dit que jusqu à une époque pas si lointaine, se confier à quelqu un qui n était pas du milieu lui aurait paru impensable. Vous montrez un très apaisé, et très peu «politique» y compris sur la violence du système carcéral Michel le dit, il n a jamais été politisé. Il est allé sur les barricades en 68, mais même à cette époque, sa rébellion était avant tout individuelle. Quant au système carcéral, Michel ne s est jamais positionné comme victime dans nos entretiens. C est aussi d une certaine façon ce qui l a aussi sauvé. L un de ses avocats, Henri Leclerc, explique très bien le processus de résistance qu il a mis en place pour maintenir le peu de liberté qu il avait. À sa sortie de prison Michel a dit : «Si je sors avec de la haine dans le coeur, c est eux qui auront gagné». Je crois qu il a raison. Vous évoquez un de ses avocats, pourquoi justement ne pas leur avoir donné la parole dans ce film? J ai rencontré trois de ses avocats que sont Henri Leclerc, Antoine Deguines et Marie-Laure Barré : leurs témoignages figureront dans le bonus du DVD, quand il sortira. La façon dont ils parlent de Michel est très forte et éclaire son parcours à des périodes très différentes. Mais avec mon monteur, Florent Mangeot, nous nous sommes rendus compte que le film gagnait à être centré autour de la parole de Michel. C était aussi plus proche de mon intention de départ. Il me fallait juste l assumer, me faire confiance mais surtout faire confiance au spectateur. Dans Autobiographie d un épouvantail, Boris Cyrulnik explique comment tout récit est une entreprise de libération : «Le récit n est pas le retour sur le passé, c est une réconciliation avec son histoire. On bricole une image, on donne une cohérence aux événements, comme si l on réparait une injuste blessure.» J ai choisi de donner entièrement place à ce processus. Le cinéma me donne cette liberté : celle d un film moins classique, moins formaté dans sa durée, qui n a pas à confronter des points de vue différents au nom d une soi-disant objectivité qui est souvent une imposture totale! Je ne crois pas plus à l exhaustivité : à vouloir tout dire, on ne dit plus rien du tout. J ai donc pris la décision de ne garder, des 60 heures de rushes dont je disposais, que celles qui relèvent de la dimension existentielle. Et je n ai conservé, parmi les témoignages que j avais recueillis, que ceux où Michel était présent, et qui traitent donc autant de son passé que de ce qu il est devenu. On est également surpris de l absence à l image des femmes que Michel Vaujour a aimées, et qui ont joué pour lui un rôle déterminant. Mais les femmes ne sont pas absentes, au contraire! Le film revient sans cesse sur le courage dont elles ont fait preuve quand les hommes avaient démissionné. C est l amour de Lisa, sa mère, quand son père affectait de ne plus le connaître. C est Chantal, sa sœur, qui a été la

9 T APPRENDS LES CHOSES PAR TOUT CE QUI TE MANQUE... SIMPLEMENT TOUCHER QUELQU UN. LÀ, TU N AS QUE LES MURS. ILS SONT FROIDS. TU RESTES COMME ÇA DES ANNÉES... TU VIENS À DES CHOSES ESSENTIELLES... J AI APPRIS LES CHOSES COMME ÇA, PAR LE MANQUE, ET ÇA TE SCULPTE BIEN. seule à le visiter systématiquement en prison. C est Nadine, qui par amour, a mené l évasion en hélicoptère alors que tous les soi-disant frères d armes sur qui Michel avait cru pouvoir compter s étaient défaussés. C est Jamila, qui a fait preuve d un incroyable culot pour arriver jusqu à lui, qui a pris le risque de la prison en assumant pleinement ses choix, et à qui Michel doit d avoir retrouvé la part d humanité dont il s était défait. Aux procès, les juges ont essayé de faire dire à Jamila comme à Nadine qu elles avaient été manipulées ce qu elles ont récusé avec une fermeté admirable. L idée misogyne selon laquelle elles seraient des dindes sous influence arrange tout le monde, et empêche de se poser les vraies questions politiques et sociales que suscite leur engagement. Ce film leur rend hommage. Quant au fait que ni Nadine, ni Jamila n apparaissent à l écran, c est une autre histoire. Michel et Nadine se sont séparés à un moment où la nouvelle loi sur la libération conditionnelle n existait pas. Pour Michel, il n y avait aucun avenir sinon celui de se résigner à mourir en prison. Par ailleurs, toute séparation qui plus est, un couple aussi légendaire engendre de la douleur de part et d autre. Il n est pas sûr que j aurais pu les réunir de nouveau. Ce n était pas non plus le sujet de mon film. Quant à Jamila, elle a choisi de rester discrète et je respecte sa décision. Elle n en est pas moins présente, à travers les lettres magnifiques qu elle m a confiées et que je lui ai demandé de lire. Sa voix dit tout. Le film est dédié à Jamila. Qui, de Michel ou de vous, lui adresse cette dédicace? J ai pris l initiative de cette dédicace car c est Jamila qui par son engagement dont elle a payé le prix fort a permis à Michel d être aujourd hui parmi nous. C est elle qui a ouvert les portes et qui lui a permis de changer, de s ouvrir à une vie «normale». Sans elle, je n aurais jamais rencontré Michel, il n aurait jamais pu se confier à moi. Je lui dois en quelque sorte ce film. Vous parliez de la voix de Jamila. Celle de Michel ouvre le film sur un écran noir. Commencer dans le noir, c est convier d emblée le spectateur à se mettre en situation d écoute : quelqu un est là, qui vous parle comme il m a parlé : l essentiel du film est dans cette invitation. La voix de Michel est une voix qui remplit l écran. Elle est congruente à la capacité de concentration qui est la sienne. Au début du film,

10 Michel propose d écouter le silence, pour donner une idée de celui d une cellule. Ses propres silences participent pleinement de sa parole : il peut se taire à un moment donné parce qu il se concentre. Mais je l entends aussi comme une façon de poser les choses, qui donne à ce qu il a dit le temps de résonner chez ses interlocuteurs. De fait, il a la présence d un grand acteur. J AI COMPRIS QUE, MOURIR POUR MOURIR, AUTANT MOURIR DEBOUT EN ESSAYANT DE REPRENDRE SA VIE... QUE L ACCEPTATION DE LA MORT ÉTAIT À PEU PRÈS LA SEULE FORCE QUE JE POUVAIS ASSIMILER POUR RETOURNER LA SITUATION. C est en effet une présence très immédiate, très forte. Quelques personnes m ont dit : c est un séducteur, il joue. Ce à quoi je réponds : il ne joue pas, il est. Il a souvent, par exemple, ce regard en l air, toujours du même côté : je ne sais pas d où cela vient, mais il y a là quelque chose qui me parle de ce que c est que de vivre des années entières dans une cellule de 9m 2. Ce qui est sûr, c est qu il ne craint pas la caméra. Il a décidé de raconter son histoire, il n y va pas à demi. Il m a dit un jour : «ces mots, je les ai répétés pendant 27 ans, je les connais par cœur». Je ne pense pas que cela en fasse pour autant un acteur. Vous le filmez souvent en plans très serrés, comme si vous cherchiez à capter quelque chose dans son regard. L objectif de la caméra n est que le prolongement de mon regard. Malgré moi, je scanne les visages, les moindres gestes, les moindres détails. Choisir de le filmer comme cela, c est aussi inviter le spectateur à prendre ma place. Parfois, ses yeux se voilent, passent de la douceur à la froideur, d un regard d enfant à un regard de tueur. Chaque fois que nous nous sommes vus, je lui ai parlé de la tristesse que j observe dans son regard. Michel conteste cette tristesse et préfère parler de mélancolie, de ce sentiment tragique de l existence qui l habite, et qui de façon presque paradoxale, lui donne accès à une grande légèreté : quand on est allé au bout de tout et surtout de soimême, on n a plus peur de rien. La mort est la mère de toutes nos peurs et Michel est allé au bout de sa mort. Il ne peut être que léger par profondeur. C est sans doute ce qui lui donne ce sourire qu il a parfois.

11 en quelques dates 1970 A 19 ans est condamné pour vol de voiture et conduite sans permis. La violence de la condamnation (30 mois fermes et 5 ans d interdiction de séjour dans son département) déterminera à jamais sa relation avec les autorités judiciaires. Sa peine effectuée, il sort de prison. Quelques mois plus tard, il se retrouve de nouveau confronté à la police pour conduite sans permis. Son seul réflexe est de s enfuir. Et pourtant, il sera tout de suite rattrapé et incarcéré : ce deuxième séjour n est que le début d une longue série 1975 Trois évasions successives permettent à Michel Vaujour d acquérir une petite réputation tant auprès de ces co-détenus que de l administration pénitentiaire. A cette époque, l évasion est un jeu. Mais les choses vont changer quand il va soudain être incarcéré au QHS de Chaumont, un de ces quartiers de haute surveillance dont on ne s évade pas. Il a tout juste 24 ans Quatrième évasion avec un pistolet fabriqué en savon et un coupe-ongle mais surtout avec une détermination sans faille, il prend en otage, sans aucune violence physique, la juge d instruction et réussit à sortir du tribunal en enfermant tout le monde à l intérieur... A 29 ans, reprend donc sa liberté. Ce sera le début d une longue cavale, où il va retrouver Gilles, un compagnon de cellule qui deviendra ce frère dont il a tant rêvé. Nadine, la soeur de Gilles, deviendra sa femme. Il retrouve une famille, entre dans le milieu du grand banditisme et enchaîne les braquages de banques. Mai 1986 s évade de la prison de la Santé avec la complicité de Nadine. Cette évasion spectaculaire en hélicoptère fait grand bruit dans la presse. Cette évasion réussie sera la cinquième et la dernière. 4 mois plus tard, il est repris lors d un braquage qui se termine par une fusillade, une balle dans la tête et une hémiplégie dont il se rééduquera seul en quelques mois, à force de volonté Rencontre Jamila, qui a 22 ans et travaille au Génépi. Après avoir tenté d alerter la presse et les pouvoirs publics sur ses conditions de détention (les QHS étaient censés avoir disparu), Jamila, qui n a jusqu ici jamais volé un timbre-poste, va choisir de l aider à s évader en hélicoptère. L évasion échoue, Jamila se retrouve en cavale et sera reprise quelques mois plus tard pour être incarcérée à Orléans. Michel est condamné à 8 ans supplémentaires : il ne sera à priori libérable qu en Jamila prend 7 ans. Pour elle, Michel décide de ne plus rien tenter jusqu à ce qu elle soit libérée. Juin 2000 Le gouvernement modifie la loi sur les conditions d obtention d une libération conditionnelle. Au vu de son dossier, Michel sait qu il n a aucune chance. Il va pourtant oeuvrer avec la même détermination à sa libération que pour une évasion. En septembre ans après sa dernière incarcération, Michel Vaujour gagne son combat. Il obtient l une des plus grosses remises de peine jamais obtenues en France 16 ans et sort libre... Il vit aujourd hui avec Jamila. Ne me libérez pas, je m en charge est le premier documentaire sur sa vie auquel Michel a accepté de participer Devenu l homme le plus recherché de France, Michel est repris quelque temps plus tard et incarcéré à la prison de la Santé en 1981.

12 LISTE TECHNIQUE ET ARTISTIQUE Mise en scène Scénario Image Montage image Montage son / Mixage Musique originale Documentaliste Assistant monteur Bruiteur Étalonnage Production Producteur délégué Productrice associée Assistante de production Directeur financier Stagiaires production Fabienne Godet Fabienne Godet et Franck Vassal Crystel Fournier Florent Mangeot Nathalie Vidal Xavier Godet Sandrine Ventezout Gwenaël Mulsan Xavier Drouault Bruno Patin Le Bureau Bertrand Faivre Sophie Quiédeville Gabrielle Dumon Vincent Gadelle Pauline Lallement Lise Bouley, Marie-Capucine Piquet Musique additionnelle «Mysteries» de Beth Gibbons & Rustin Man tiré de l album «Out of season» Universal (p) Chrysalis Avec la participation de Avec le soutien de En partenariat avec TPS STAR Région Ile-de-France Région des Pays de la Loire CNC Archives vidéo Crédits photos Montage pré-mixage Mixage Ventes Internationales Distribution Crédit photo INA Institut National de l Audiovisuel TF1 SIPA PRESS ORLANDO AUDIS DE JOINVILLE Celluloid Dreams Haut et Court Patrick Swirc

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Films disponibles au Bureau national

Films disponibles au Bureau national Films disponibles au Bureau national Pour vous procurer les films stockés au bureau national, vous pouvez contacter Sacha, le responsable de l ISP au bureau national (01 45 88 37 00 ou communication@genepi.fr),

Plus en détail

Robert Tirvaudey. E(lsa). N(in).

Robert Tirvaudey. E(lsa). N(in). Robert Tirvaudey E(lsa). N(in). 2 2 «Parler d amour, c est faire l amour» Balzac 2 3 24 Syndrome de Stockholm : L occurrence en question est le fait d un psychiatre, Nils Bejerot en 1973. Mais il revient

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12 UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS

Plus en détail

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2.

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. FICHE PEDAGOGIQUE Florence Foresti Objectifs Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. Culturel : L humour français Connaître une humoriste française : Florence

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997 CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC Annexe A CFTM-TV (TVA) au sujet de J.E. (Croisade pour un presbytère) (CBSC Decision 97/98-0555) Transcription partielle du

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis,

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Elisabeth nous a quittés au premier jour de l année nouvelle, avec cette discrétion élégante qu elle mettait en

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 N 21 26 mai 2013 La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 - Qui pourrait prétendre étreindre dans son étroit cerveau les richesses des Connaissances humaines? Je ne sais le tout de rien Je ne sais

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Pour un Québec Famille Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Semaine Québécoise des Familles Célébration du 9 mai

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

Toute une famille mobilisée

Toute une famille mobilisée Toute une famille mobilisée Témoignage Nadine, professionnelle de santé, a été entraînée en quelques mois, avec son compagnon, dans un enfermement psychologique qui a failli la conduire en hôpital psychiatrique,

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Etranges disparitions

Etranges disparitions Etranges disparitions Nina était une lycéenne de quinze ans qui vivait dans un appartement à Paris avec sa mère et son chien Médor. Sa mère était avocate et elle rentrait très tard le soir. Nina était

Plus en détail

Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève)

Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève) SCÈNE 1- Les anges Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève) La scène est dans le noir, la lumière s allume très faiblement. Et on découvre progressivement

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

La position psychique du psychologue clinicien

La position psychique du psychologue clinicien La position psychique du psychologue clinicien A partir d une situation clinique en stage dans une Maison de retraite Le cas de Mme A. J ai choisi de vous parler de Mme A., 88 ans, qui est entrée à la

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka Moka Gabrielle Charron-Rainville Témoignage À l été 2005, j'ai suivi une formation en leadership / apprenti-moniteur dans un camp en Ontario. J y ai amélioré mon anglais et eu énormément de plaisir. L

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique B1 Activité 4 Analyser l écriture cinématographique CE et CO / PO et PE Durée de l activité : 2 séances de 60mn Être capable de - Identifier les échelles de plans et les interpréter - Mettre en relation

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8

Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8 SOMMAIRE Préambule, page 3 En montage, page 5 Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8 Toute la mémoire du film, page 11 Transmission et apprentissage, page 11 1 2 De la nécessité du monteur

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Le livre dont vous êtes les héros

Le livre dont vous êtes les héros Journal d un petit trésor qui grandit Mamie et MOI Papi, Le livre dont vous êtes les héros Toujours, je veillerai sur toi Journal d un petit trésor qui grandit Le livre dont vous êtes les héros Gilles

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER LILLE, TRI POSTAL, JANVIER 2008 SM : IL Y A CE PLAN DANS LE FILM ET CE ZOOM SUR UNE PHOTO EN NOIR ET BLANC, UN PORTRAIT DE JEUNE FEMME, ET EN LE REGARDANT

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Arnaud Rykner Nur Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Éditions du Rouergue, 2007 Parc Saint-Joseph BP 3522 12035 Rodez cedex 9 Tél. : 0565777370 Fax : 0565777371 info@lerouergue.com

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1 Gabor Szilasi Gabor Szilasi Clip 1 Comment je suis devenu photographe C est, c est pas ce que je voulais devenir, photographe, mais j ai commencé à étudier en médecine et je voulais me sauver en 49 de

Plus en détail

Le petit orphelin et l ours polaire

Le petit orphelin et l ours polaire ii Le petit orphelin et l ours polaire Publié par Inhabit Media Inc. www.inhabitmedia.com Version originale: The Orphan and the Polar Bear Éditeurs: Louise Flaherty et Neil Christopher Auteur: Sakiasi

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Jade est une initiative portée par le réseau SPES et l Association Française des Aidants

Jade est une initiative portée par le réseau SPES et l Association Française des Aidants Tu as entre 8 et 22 ans? Tu t occupes d un parent, grand-parent, d un frère ou d une sœur malade ou handicapé? Tu veux prendre un peu de temps pour toi? Viens participer à un séjour cinéma-répit où tu

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

Stage de printemps. «Deuils et Renouveau»

Stage de printemps. «Deuils et Renouveau» Stage de printemps «Deuils et Renouveau» Se faire du bien quand on a mal Date du document : 24 Août 2015 Eric BELMONT 9 rue Anne FRANK 38400 St Martin d hères 06 45 21 66 38 belmonteric@gmail.com Coralie

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

Poste 3 c est le son qui fait le film

Poste 3 c est le son qui fait le film 1/6 C est le son qui fait le film! L effet produit par la musique dans les vidéos Conseils et astuces pour la postsonorisation de matériel vidéo enregistré 2/6 C est le son qui fait le film! Description

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy 1 Ecrire pour mieux lire : ce qu en comprennent les collègues, rapide tour de table En général : - Prendre une posture d écrivain

Plus en détail

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le CHAPITRE 1 Un million d euros dans un sac Le commissaire s approche du sac de sport contenant le million, et demande au garçon de décliner son identité. Jérôme Forestier. Jérôme Forestier Il y a un rapport

Plus en détail

avant-propos un divorce peut-il être «réussi»?

avant-propos un divorce peut-il être «réussi»? avant-propos un divorce peut-il être «réussi»? En février 2011, l UFE (Union des Familles en Europe) a publié les résultats d une enquête choc sur le divorce et ses conséquences. Parmi d autres chiffres

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND

Guide du petit visiteur. Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND Guide du petit visiteur Exposition HAÏKU CONVERSATIONS AUTOUR DU PAYSAGE JEAN-FRANÇOIS VAN HAELMEERSCH, NATHALIE AMAND, PAUL ROLAND DU 13 AVRIL AU 10 MAI Arrêt59, Centre Culturel de Péruwelz Petits jeux

Plus en détail

Le Petit Prince et le renard

Le Petit Prince et le renard LISEZ CE TEXTE ET FAITES LES ACTIVITÉS SUIVANTES. Le Petit Prince et le renard [ ] C est alors qu apparut le renard. - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE

Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE après une SÉPARATION Premier pas vers la guérison Marie-Soleil Cordeau Coach en bien-être amoureux «Le bien-être amoureux est à la portée de tous. Ça commence

Plus en détail