Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi"

Transcription

1 Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis Gallois Jean-Hervé Lorenzi Gilles Michel Etienne Pflimlin François Rachline Yazid Sabeg Avec les contributions de Jean-Baptiste Bellon, Alexander Law et Alexandre Mirlicourtois. Previsis

2 Extrait des Actes du colloque Xerfi Finance, emploi, relocalisations Sous la direction de Laurent Faibis En collaboration avec Jean Michel Quatrepoint Septrembre 2010

3 Les développements et la stratégie des grands groupes face à la logique et aux objectifs des marchés financiers par Éric Bourdais de Charbonnière La finance a-t-elle dérivé? La finance est-elle au service des entreprises? Les investisseurs ont-ils joué leur rôle? Je vais m efforcer de répondre à ces trois questions sur la base de mon expérience de terrain dans trois domaines. Banquier chez JP Morgan pendant 25 ans, j ai d abord passé 10 ans à Wall Street, avant de prendre la responsabilité d une salle de marchés pour voir, ensuite, mon métier initial de banquierprêteur aux entreprises évoluer vers celui d investment banker, c est-à-dire de banquier d affaires tourné vers les transactions financières génératrices de commissions. Puis, j ai rejoint le monde de l industrie en qualité de directeur financier de Michelin pendant 10 ans. Je suis aujourd hui administrateur de sociétés industrielles et financières. Mon témoignage sur les dérives de la finance est donc celui d un homme qui a

4 42 Finance, emploi et relocalisations connu les deux côtés de la barrière : d une part, les ors et les moquettes de Wall Street ou de la place Vendôme, de l autre, le Tapisom et le Formica de Clermont-Ferrand. Du financement par le crédit à la spéculation Passage obligé à l époque pour tout futur banquier, j ai commencé ma formation chez JP Morgan par un credit course. Grâce à celui-ci, j ai mis en place depuis New York plusieurs financements, dont celui d une durée de 15 ans qui a permis la construction des usines Michelin en Amérique du Nord. C était au début des années De retour à New York au milieu des années 1980, j ai constaté que les grandes banques américaines se détournaient du crédit aux entreprises (trop risqué et peu rémunérateur) pour des activités plus lucratives : la titrisation, la spéculation sur les marchés et les produits dérivés. Faute de crédits, le credit course a disparu et l on s est attaqué au Glass Steagall Act, qui séparait alors les activités de banque de dépôt et de banque d affaires. Notre lobby à Washington a été d une intensité incroyable et le mur du Glass Steagall est tombé dans les années 1990, ouvrant ainsi la voie à toutes les dérives dont on mesure aujourd hui les dégâts. La finance apprise au credit course a alors été remplacée par une finance nouvelle et créative, soucieuse de générer le maximum de profits à court terme. Tous les moyens ont été utilisés : de l effet de levier aux modèles mathématiques complaisants, repoussant les risques dans le temps et, si possible,

5 Les développements et la stratégie des grands groupes 43 en dehors du bilan de la banque vers le marché. Cet acteur anonyme, invisible, passif et peu regardant a accepté les yeux fermés de financer des projets qui n auraient pas résisté à la stricte analyse enseignée au credit course. Malgré quelques accidents de parcours, la Réserve fédérale a sauvé les acteurs du naufrage. Et la spéculation a pu reprendre de plus belle avec l aide d un effet de levier grandissant et de conflits d intérêts ignorés. Comme client des grandes investment banks, j ai été le témoin de ces dérives des années Je les ai dénoncées à plusieurs reprises dans la plus grande indifférence. Remettre en ordre les activités bancaires Pour reconstruire le système, il ne faut pas se résigner à une simple révision mais s attaquer aux racines du mal. Autrement dit, il devient urgent de faire la distinction entre la banque de détail et la banque d affaires. La première accomplit les opérations de base : recevoir les dépôts des épargnants, prêter aux principaux acteurs de l économie et réaliser des opérations bancaires simples. L économie ne peut fonctionner sans elle. Il faut donc la protéger de la spéculation et de la faillite. Il faut également l inciter à jouer pleinement son rôle au service de l économie par le biais de la réglementation et de la fiscalité. Les activités de la banque d affaires doivent, elles, être revisitées. Le trading sur certains produits essentiels au fonctionnement de l économie (certaines matières premières dont le pétrole) doit être réservé aux professionnels du secteur

6 44 Finance, emploi et relocalisations et interdit aux acteurs financiers qui vivent de la volatilité entretenue sur les marchés (du caoutchouc par exemple). De façon générale, il faut obliger les banques à doter de fonds propres supplémentaires leurs activités à risques et à limiter strictement l effet de levier. La fiscalité doit être utilisée pour décourager toute spéculation à court terme. Alors, la rentabilité des opérations spéculatives baissera considérablement et les moyens bancaires seront à nouveau dirigés vers l économie. Je ne connais pas actuellement beaucoup de banques préoccupées par le coût du capital lorsqu elles évaluent les résultats de leur activité de trading et ceux de leurs traders. Nécessaire, cette remise en ordre des activités bancaires doit s accompagner d encouragement à l investissement long dans les entreprises par les investisseurs institutionnels. La montée en puissance de ces investisseurs a été régulière au cours des trente dernières années. Menés par les fonds de pension américains, les actionnaires professionnels ont pris conscience de leur pouvoir et imposé leur logique de rendement élevé et de court terme à l ensemble des entreprises dont ils devenaient actionnaires/propriétaires à travers le monde. Au fil du temps, j ai eu de plus en plus de mal à intéresser mes interlocuteurs investisseurs à la stratégie à long terme, aux investissements et à la technologie. Marge opérationnelle du mois dernier, free cash flow et niveau des stocks constituaient l essentiel de leurs préoccupations. Les entreprises ont entendu le message, leurs dirigeants aussi. En s accordant généreusement des stockoptions, ils se sont mis au diapason de leurs actionnaires. En contrepartie, les investisseurs ont sanctionné rapidement les

7 Les développements et la stratégie des grands groupes 45 échecs et la durée de vie moyenne du PDG s en est trouvée raccourcie. Plus grave encore, cet appât du gain à court terme a souvent été obtenu au détriment de l investissement long, pourtant nécessaire à la pérennité des sociétés industrielles. Après les banques et les investisseurs, les conseils d administration ont été gagnés par cette financiarisation de l économie. Les administrateurs sont souvent ensevelis sous une masse de documents financiers issus de la comptabilité et du contrôle de gestion, reçus la veille de la réunion du conseil. Ils manquent en revanche d informations essentielles, remontées du terrain, concernant la qualité des produits, l innovation, la fuite des cerveaux, le moral des troupes Élus par les actionnaires pour contrôler la gestion de l entreprise en leur nom, les administrateurs ont-ils les moyens de leur mission? Peuvent-ils porter un jugement solide sur le contrôle interne et la gestion des risques? Leur mission doit-elle inclure l intérêt social de l entreprise, les autres parties prenantes et, en définitive, la pérennité de l entreprise? Les réponses varient selon les pays, mais aussi à l intérieur d un même pays et d un même conseil. Il faudra répondre à ces questions fondamentales avant de concrétiser de nouvelles avancées en matière de gouvernance des entreprises. De mes expériences de banquier, financier d entreprise et administrateur, je retiendrai deux thèmes communs et récurrents : le court-termisme et la cupidité. En définitive, la finance a imposé son rythme au reste de l économie. Qui se soucie en effet des conséquences des produits financiers qu elle invente sur le reste de l économie?

8 46 Finance, emploi et relocalisations Réconcilier finance et industrie Finance et industrie sont devenues antagonistes. Comment résoudre l opposition entre ces deux logiques? Comment réconcilier la logique financière à la recherche de rendements élevés à brève échéance et la logique industrielle caractérisée par des pay back longs (18 mois pour construire une usine, 18 mois supplémentaires pour monter la production en régime ). L histoire de Michelin, société familiale, illustre parfaitement cette opposition. En décidant d investir dans le pneu radial, la société de Clermont-Ferrand a construit une nouvelle usine tous les neuf mois pendant plus de 20 ans. Une décision qui a permis à Michelin, 25 ans plus tard, de rattraper son retard pour se hisser au premier rang mondial. Au cours de ce quart de siècle, les actionnaires de Goodyear avaient certes perçu davantage de dividendes que ceux de Michelin, mais le groupe américain avait définitivement perdu son leadership. Désormais, les Chinois et les Coréens sont seuls à investir à long terme sans trop se soucier de rentabilité immédiate. Ils gagnent ainsi chaque année des parts du marché mondial. Pendant ce temps-là, la réponse des industriels de l Ouest pour rester compétitifs et satisfaire les investisseurs est la restructuration de l outil existant. On ferme des usines, on délocalise, on regroupe les sites qui restent. Le prix à payer est lourd. C est la disparition progressive des emplois industriels et du savoir-faire de l Ouest. Les premières victimes de ces logiques antagonistes dans un marché mondialisé sont les

9 Les développements et la stratégie des grands groupes 47 PME, nos sous-traitants, qui n ont pas les moyens d investir dans les marchés en croissance des pays émergents. Le véritable patron de l entreprise, celui qui paye les salaires, n est pas le financier mais le client. Il nous faut le suivre là où il se trouve. Les leviers de croissance futurs sont en Inde, en Chine et au Brésil. J ai vécu de l intérieur la chute du Glass Steagall Act et les dérives qui ont suivi dans la banque américaine. J ai vu l horizon des investisseurs et du management de nos entreprises se raccourcir. En demandant au monde de la finance de se remettre au service de l industrie, je suis fortement convaincu que la véritable création de richesse a sa source dans l entreprise. En cherchant à se l approprier, la finance finira par tarir la source et l entreprise avec elle, comme on a pu le voir dans l industrie du pneumatique aux États-Unis. Extrait des Actes du colloque du Groupe Xerfi : " LA FINANCE FACE A L'EMPLOI "

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis. avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis. avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES. MARSEILLE 8 septembre 2015. 1 MARSEILLE 8 septembre 2015

MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES. MARSEILLE 8 septembre 2015. 1 MARSEILLE 8 septembre 2015 MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES MARSEILLE 8 septembre 2015 1 MARSEILLE 8 septembre 2015 Lyon 30 mars 2015 MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES 1 2 3 4 L essentiel sur Michelin Résultats premier semestre

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances Jean François Goux 20 Avril 2013 I A quoi servent les banques? Intro : les différentes catégories actuelles de banques 1) les rôles fondamentaux A le

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence. Investir pour inventer demain. Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement?

Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence. Investir pour inventer demain. Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement? Les Rencontres Économiques d Aix-en-Provence Investir pour inventer demain Session 15 La spéculation, ennemie de l investissement? Susan Wolburgh Jenah Présidente et chef de la direction 5 juillet 2014

Plus en détail

PLAN DE RELANCE. Vincent Van Dessel CEO NYSE Euronext Brussels. Octobre 2012

PLAN DE RELANCE. Vincent Van Dessel CEO NYSE Euronext Brussels. Octobre 2012 MARCHÉS FINANCIERS PLAN DE RELANCE Vincent Van Dessel CEO NYSE Euronext Brussels Octobre 2012 1 LES PME COTÉES CRÉENT LE PLUS D EMPLOIS Evolution de l emploi sur 4 ans dans les sociétés qui sont entrées

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008 Conférence Investisseurs 1 er avril 2008 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Midi MINATEC. Management et stratégie brevet

Midi MINATEC. Management et stratégie brevet Midi MINATEC Management et stratégie brevet Avenium Consulting, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 300.006 - RCS : 510 717 929 Grenoble Siège social : MINATEC - 3 parvis Louis Néel

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011. autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière»

Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011. autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière» Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011 autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière» Compte rendu de Jérôme Tadié Introduction de Jean-Fabien

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

23. Les mutations de l investissement

23. Les mutations de l investissement 23. Les mutations de l investissement Le Cercle des économistes présente sa Déclaration finale. Il s agira de discuter ses propositions afin de dégager les grandes transformations nécessaires pour inventer

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document de synthèse

Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document de synthèse Alliance mondiale des travailleurs de la finance UNI Finance Global Union, CWA & Committee for Better Banks Version : finale Date : 04.02.2014 Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois «Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois Économie et Solidarités, vol. 39, n 2, 2008, p. 125-130. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ

QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ Nom et Prénom du Client / Nom et Prénom du représentant du Client Numéro du Contrat du Client 1. La règlementation applicable (telle que résultant de

Plus en détail

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation La coopération réglementaire, une menace pour la capacité démocratique des pouvoirs publics à régule Il y a de bonnes raisons

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Questionnaire de l investisseur

Questionnaire de l investisseur Questionnaire de l investisseur La somme que vous décidez d allouer aux actions, aux obligations et à une réserve à court terme est un élément important qui déterminera le rendement et la volatilité à

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier Mai 2007 La décote : porte ouverte à tous les excès En qualité d associés de SCPI, vous êtes nombreux à vous

Plus en détail

Formulaire d ouverture

Formulaire d ouverture Formulaire d ouverture Instructions pour l ouverture DÉBUT Merci d avoir choisi LYNX. Pour ouvrir un compte rapidement, nous vous prions de suivre les étapes suivantes : 1 Remplissez toutes les données

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir 06 Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir La majorité des clients d affaires des banques sont de petites et moyennes entreprises (PME). En effet, les banques

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque.

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Publié et mis en ligne le 5 février 2007 Un fonds commun de placement à risques (FCPR) est un fonds dont

Plus en détail

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com BNETD ILEAP/JEICP TELESERVICES ET APE Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com Atelier sur Le rôle des négociations commerciales et des groupements de fournisseurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS Vendredi 3 avril 2015 ACCELERER L INVESTISSEMENT EN FRANCE Une situation économique française qui s améliore, favorable

Plus en détail

REUNION CLIFF / FFCI. Rouen 6 mai 2010

REUNION CLIFF / FFCI. Rouen 6 mai 2010 REUNION CLIFF / FFCI Rouen 6 mai 2010 Le Groupe BIC Un modèle économique durable bénéficiant de positions fortes dans le monde entier Une politique d utilisation de la trésorerie claire et une rémunération

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Financer la transmission de votre entreprise

Financer la transmission de votre entreprise Financer la transmission de votre entreprise Laurent Genest Directeur principal, Transfert d entreprises Banque Nationale Claude Lafond Directeur principal, Investissements Caisse de dépôt et placement

Plus en détail

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES LA GARANTIE DE L AUTOMOBILE LA COMPAGNIE AUTOMOBILE D ASSURANCE ET DE REASSURANCE ASSOCIÉES est une société de souscription et de gestion en assurance et en réassurance qui RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL Une publication P. 2 Comment investir en 2015 : Le Trading Social En 2015 vous souhaitez investir et générer des profits mais vous ne savez pas vraiment

Plus en détail