Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi"

Transcription

1 Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis Gallois Jean-Hervé Lorenzi Gilles Michel Etienne Pflimlin François Rachline Yazid Sabeg Avec les contributions de Jean-Baptiste Bellon, Alexander Law et Alexandre Mirlicourtois. Previsis

2 Extrait des Actes du colloque Xerfi Finance, emploi, relocalisations Sous la direction de Laurent Faibis En collaboration avec Jean Michel Quatrepoint Septrembre 2010

3 Les développements et la stratégie des grands groupes face à la logique et aux objectifs des marchés financiers par Éric Bourdais de Charbonnière La finance a-t-elle dérivé? La finance est-elle au service des entreprises? Les investisseurs ont-ils joué leur rôle? Je vais m efforcer de répondre à ces trois questions sur la base de mon expérience de terrain dans trois domaines. Banquier chez JP Morgan pendant 25 ans, j ai d abord passé 10 ans à Wall Street, avant de prendre la responsabilité d une salle de marchés pour voir, ensuite, mon métier initial de banquierprêteur aux entreprises évoluer vers celui d investment banker, c est-à-dire de banquier d affaires tourné vers les transactions financières génératrices de commissions. Puis, j ai rejoint le monde de l industrie en qualité de directeur financier de Michelin pendant 10 ans. Je suis aujourd hui administrateur de sociétés industrielles et financières. Mon témoignage sur les dérives de la finance est donc celui d un homme qui a

4 42 Finance, emploi et relocalisations connu les deux côtés de la barrière : d une part, les ors et les moquettes de Wall Street ou de la place Vendôme, de l autre, le Tapisom et le Formica de Clermont-Ferrand. Du financement par le crédit à la spéculation Passage obligé à l époque pour tout futur banquier, j ai commencé ma formation chez JP Morgan par un credit course. Grâce à celui-ci, j ai mis en place depuis New York plusieurs financements, dont celui d une durée de 15 ans qui a permis la construction des usines Michelin en Amérique du Nord. C était au début des années De retour à New York au milieu des années 1980, j ai constaté que les grandes banques américaines se détournaient du crédit aux entreprises (trop risqué et peu rémunérateur) pour des activités plus lucratives : la titrisation, la spéculation sur les marchés et les produits dérivés. Faute de crédits, le credit course a disparu et l on s est attaqué au Glass Steagall Act, qui séparait alors les activités de banque de dépôt et de banque d affaires. Notre lobby à Washington a été d une intensité incroyable et le mur du Glass Steagall est tombé dans les années 1990, ouvrant ainsi la voie à toutes les dérives dont on mesure aujourd hui les dégâts. La finance apprise au credit course a alors été remplacée par une finance nouvelle et créative, soucieuse de générer le maximum de profits à court terme. Tous les moyens ont été utilisés : de l effet de levier aux modèles mathématiques complaisants, repoussant les risques dans le temps et, si possible,

5 Les développements et la stratégie des grands groupes 43 en dehors du bilan de la banque vers le marché. Cet acteur anonyme, invisible, passif et peu regardant a accepté les yeux fermés de financer des projets qui n auraient pas résisté à la stricte analyse enseignée au credit course. Malgré quelques accidents de parcours, la Réserve fédérale a sauvé les acteurs du naufrage. Et la spéculation a pu reprendre de plus belle avec l aide d un effet de levier grandissant et de conflits d intérêts ignorés. Comme client des grandes investment banks, j ai été le témoin de ces dérives des années Je les ai dénoncées à plusieurs reprises dans la plus grande indifférence. Remettre en ordre les activités bancaires Pour reconstruire le système, il ne faut pas se résigner à une simple révision mais s attaquer aux racines du mal. Autrement dit, il devient urgent de faire la distinction entre la banque de détail et la banque d affaires. La première accomplit les opérations de base : recevoir les dépôts des épargnants, prêter aux principaux acteurs de l économie et réaliser des opérations bancaires simples. L économie ne peut fonctionner sans elle. Il faut donc la protéger de la spéculation et de la faillite. Il faut également l inciter à jouer pleinement son rôle au service de l économie par le biais de la réglementation et de la fiscalité. Les activités de la banque d affaires doivent, elles, être revisitées. Le trading sur certains produits essentiels au fonctionnement de l économie (certaines matières premières dont le pétrole) doit être réservé aux professionnels du secteur

6 44 Finance, emploi et relocalisations et interdit aux acteurs financiers qui vivent de la volatilité entretenue sur les marchés (du caoutchouc par exemple). De façon générale, il faut obliger les banques à doter de fonds propres supplémentaires leurs activités à risques et à limiter strictement l effet de levier. La fiscalité doit être utilisée pour décourager toute spéculation à court terme. Alors, la rentabilité des opérations spéculatives baissera considérablement et les moyens bancaires seront à nouveau dirigés vers l économie. Je ne connais pas actuellement beaucoup de banques préoccupées par le coût du capital lorsqu elles évaluent les résultats de leur activité de trading et ceux de leurs traders. Nécessaire, cette remise en ordre des activités bancaires doit s accompagner d encouragement à l investissement long dans les entreprises par les investisseurs institutionnels. La montée en puissance de ces investisseurs a été régulière au cours des trente dernières années. Menés par les fonds de pension américains, les actionnaires professionnels ont pris conscience de leur pouvoir et imposé leur logique de rendement élevé et de court terme à l ensemble des entreprises dont ils devenaient actionnaires/propriétaires à travers le monde. Au fil du temps, j ai eu de plus en plus de mal à intéresser mes interlocuteurs investisseurs à la stratégie à long terme, aux investissements et à la technologie. Marge opérationnelle du mois dernier, free cash flow et niveau des stocks constituaient l essentiel de leurs préoccupations. Les entreprises ont entendu le message, leurs dirigeants aussi. En s accordant généreusement des stockoptions, ils se sont mis au diapason de leurs actionnaires. En contrepartie, les investisseurs ont sanctionné rapidement les

7 Les développements et la stratégie des grands groupes 45 échecs et la durée de vie moyenne du PDG s en est trouvée raccourcie. Plus grave encore, cet appât du gain à court terme a souvent été obtenu au détriment de l investissement long, pourtant nécessaire à la pérennité des sociétés industrielles. Après les banques et les investisseurs, les conseils d administration ont été gagnés par cette financiarisation de l économie. Les administrateurs sont souvent ensevelis sous une masse de documents financiers issus de la comptabilité et du contrôle de gestion, reçus la veille de la réunion du conseil. Ils manquent en revanche d informations essentielles, remontées du terrain, concernant la qualité des produits, l innovation, la fuite des cerveaux, le moral des troupes Élus par les actionnaires pour contrôler la gestion de l entreprise en leur nom, les administrateurs ont-ils les moyens de leur mission? Peuvent-ils porter un jugement solide sur le contrôle interne et la gestion des risques? Leur mission doit-elle inclure l intérêt social de l entreprise, les autres parties prenantes et, en définitive, la pérennité de l entreprise? Les réponses varient selon les pays, mais aussi à l intérieur d un même pays et d un même conseil. Il faudra répondre à ces questions fondamentales avant de concrétiser de nouvelles avancées en matière de gouvernance des entreprises. De mes expériences de banquier, financier d entreprise et administrateur, je retiendrai deux thèmes communs et récurrents : le court-termisme et la cupidité. En définitive, la finance a imposé son rythme au reste de l économie. Qui se soucie en effet des conséquences des produits financiers qu elle invente sur le reste de l économie?

8 46 Finance, emploi et relocalisations Réconcilier finance et industrie Finance et industrie sont devenues antagonistes. Comment résoudre l opposition entre ces deux logiques? Comment réconcilier la logique financière à la recherche de rendements élevés à brève échéance et la logique industrielle caractérisée par des pay back longs (18 mois pour construire une usine, 18 mois supplémentaires pour monter la production en régime ). L histoire de Michelin, société familiale, illustre parfaitement cette opposition. En décidant d investir dans le pneu radial, la société de Clermont-Ferrand a construit une nouvelle usine tous les neuf mois pendant plus de 20 ans. Une décision qui a permis à Michelin, 25 ans plus tard, de rattraper son retard pour se hisser au premier rang mondial. Au cours de ce quart de siècle, les actionnaires de Goodyear avaient certes perçu davantage de dividendes que ceux de Michelin, mais le groupe américain avait définitivement perdu son leadership. Désormais, les Chinois et les Coréens sont seuls à investir à long terme sans trop se soucier de rentabilité immédiate. Ils gagnent ainsi chaque année des parts du marché mondial. Pendant ce temps-là, la réponse des industriels de l Ouest pour rester compétitifs et satisfaire les investisseurs est la restructuration de l outil existant. On ferme des usines, on délocalise, on regroupe les sites qui restent. Le prix à payer est lourd. C est la disparition progressive des emplois industriels et du savoir-faire de l Ouest. Les premières victimes de ces logiques antagonistes dans un marché mondialisé sont les

9 Les développements et la stratégie des grands groupes 47 PME, nos sous-traitants, qui n ont pas les moyens d investir dans les marchés en croissance des pays émergents. Le véritable patron de l entreprise, celui qui paye les salaires, n est pas le financier mais le client. Il nous faut le suivre là où il se trouve. Les leviers de croissance futurs sont en Inde, en Chine et au Brésil. J ai vécu de l intérieur la chute du Glass Steagall Act et les dérives qui ont suivi dans la banque américaine. J ai vu l horizon des investisseurs et du management de nos entreprises se raccourcir. En demandant au monde de la finance de se remettre au service de l industrie, je suis fortement convaincu que la véritable création de richesse a sa source dans l entreprise. En cherchant à se l approprier, la finance finira par tarir la source et l entreprise avec elle, comme on a pu le voir dans l industrie du pneumatique aux États-Unis. Extrait des Actes du colloque du Groupe Xerfi : " LA FINANCE FACE A L'EMPLOI "

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis. avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis. avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Chapitre 7 : LA STRATEGIE ET LA DEMARCHE STRATEGIQUE

Chapitre 7 : LA STRATEGIE ET LA DEMARCHE STRATEGIQUE Partie 2 : Elaborer une stratégie Sous partie 1 : Définir une démarche stratégique B.T.S. M.U.C. / Management des entreprises Chapitre 7 : LA STRATEGIE ET LA DEMARCHE STRATEGIQUE Ressources nécessaires

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment?

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? DOSSIER : la culture Cash Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? Avant de chercher financements ou capitaux auprès de banques ou d investisseurs, pourquoi ne pas chercher et

Plus en détail

Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville

Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville Numéro spécial 15 e anniversaire de Fondaction (CSN), colloque sur l épargne responsable Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville, directeur général INM Est-ce possible de

Plus en détail

Les territoires dans la mondialisation

Les territoires dans la mondialisation Les territoires dans la mondialisation G5. Les Etats-Unis dans la mondialisation I. Nike, une entreprise à la conquête du monde Comment s est construite la première marque de vêtements au monde? A. Une

Plus en détail

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante Acquérir et redresser une cible sous-performante , des compétences multiples, un partenaire unique au service de vos transactions Banquier d affaire Avocats Commissaires aux comptes Consultants en stratégie

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

http://www.mondialisation.ca/comment-les-banques-et-lesgouvernants-detruisent-les-garde-fous/5364873

http://www.mondialisation.ca/comment-les-banques-et-lesgouvernants-detruisent-les-garde-fous/5364873 http://www.mondialisation.ca/comment-les-banques-et-lesgouvernants-detruisent-les-garde-fous/5364873 Comment les banques et les gouvernants détruisent les gardefous Par Eric Toussaint Mondialisation.ca,

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national 1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national Laurent Faibis, Président de Xerfi Découvrez la vidéo : «Conjuguer stratégies globales et intérêt national» Comment conjuguer la logique de nos firmes

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité Robert Reich 6 mai 2012 La victoire de François Hollande n

Plus en détail

MICHELIN A LA RENCONTRE DE SES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS. Marseille 21 mars 2011

MICHELIN A LA RENCONTRE DE SES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS. Marseille 21 mars 2011 MICHELIN A LA RENCONTRE DE SES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS Marseille 21 mars 2011 Sommaire Michelin en bref Résultats 2010 et perspectives 2011 Enjeux et Stratégie Une nouvelle étape de conquête Nos actionnaires

Plus en détail

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le Nation Unies Commission économique pour l Afrique Réunion ad hoc d experts Financement du développement en Afrique du Nord 19 21 octobre 2010 «La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour

Plus en détail

MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES. MARSEILLE 8 septembre 2015. 1 MARSEILLE 8 septembre 2015

MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES. MARSEILLE 8 septembre 2015. 1 MARSEILLE 8 septembre 2015 MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES MARSEILLE 8 septembre 2015 1 MARSEILLE 8 septembre 2015 Lyon 30 mars 2015 MICHELIN RENCONTRE SES ACTIONNAIRES 1 2 3 4 L essentiel sur Michelin Résultats premier semestre

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I : PROGRAMME DE FORMATION JOURNEE 1 DEMYSTIFICATION DES

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS Vendredi 3 avril 2015 ACCELERER L INVESTISSEMENT EN FRANCE Une situation économique française qui s améliore, favorable

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

Lettre de la gestion Janvier 2014

Lettre de la gestion Janvier 2014 Chers co-investisseurs, Toute l équipe de BDL Capital Management profite de cette lettre pour vous souhaiter une très bonne année 2014 et vous remercier une nouvelle fois de votre fidélité. En 2013, vous

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008 A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient 1 ere partie 17 juin 2008 Sommaire Les investisseurs en France Les stratégies et critères d investissement Quels

Plus en détail

Gaz naturel. Fiche d information. Introduction. Trading sur gaz naturel

Gaz naturel. Fiche d information. Introduction. Trading sur gaz naturel Gaz naturel Fiche d information Introduction Trading sur gaz naturel Aux Etats-Unis, le gaz naturel représente près d un quart de la consommation d énergie, et le contrat à terme sur le gaz naturel de

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008 Conférence Investisseurs 1 er avril 2008 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

http://blog.editionsleduc.com Maquette : Sébastienne Ocampo

http://blog.editionsleduc.com Maquette : Sébastienne Ocampo Retrouvez nos prochaines parutions, les ouvrages du catalogue et les événements à ne pas rater. Votre avis nous intéresse : dialoguez avec nos auteurs et nos éditeurs. Tout cela et plus encore sur Internet

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée Éligibilité

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée  Éligibilité Orange Dégressif Orange Dégressif est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Éléments généraux sur les marchés financiers

Éléments généraux sur les marchés financiers CHAPITRE I Éléments généraux sur les marchés financiers «Nous serions capables d éteindre le soleil et les étoiles parce qu ils ne rapportent aucun dividende.» John Meynard Keynes Le monde de la Bourse

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

L Usine de demain sera engagée

L Usine de demain sera engagée L Usine de demain sera engagée MAPP : Management Autonome de la Performance et du Progrès ILF 21 novembre 2014 Olivier MARSAL MICHELIN MANUFACTURING WAY Sommaire Michelin : une meilleure façon d avancer

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

Donnez l'élan à votre Trésorerie

Donnez l'élan à votre Trésorerie Donnez l'élan à votre Trésorerie 2010 Dossier de Presse Fidrys Sylvie Henry Martin Contact : mailto:sylviehm@fidrys.com?subject=dossier de presse Fidrys 2010 Fidrys : Anticiper et Accompagner la trésorerie

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Surfer sur la bulle : théorie et pratique. Par Prof. François Longin ESSEC Business School

Surfer sur la bulle : théorie et pratique. Par Prof. François Longin ESSEC Business School Surfer sur la bulle : théorie et pratique Par Prof. François Longin ESSEC Business School Présentation Salon Actionaria - Novembre 2015 Surfer sur la bulle Qu est qu une bulle? Que sait-on des bulles spéculatives?

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) présenté à l occasion des consultations du Ministère des finances du Québec

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

La poursuite de l activité malgré la grève

La poursuite de l activité malgré la grève Négocier des accords et résoudre les conflits collectifs La poursuite de l activité malgré la grève Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... 9

SOMMAIRE. Introduction... 9 SOMMAIRE Introduction............................................ 9 Chapitre 1 Quels sont les fondements de la puissance américaine dans l économie mondiale? 1. Les fondements intérieurs de la puissance

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin juin

L évolution du marché des OPCVM à fin juin L évolution du marché des OPCVM à fin juin Le marché des fonds de droit français enregistre un recul d encours de -1,4% en juin, l équivalent de 11 milliards d euros de moins par rapport à fin mai. La

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

La maîtrise des risques dans les opérations d acquisition

La maîtrise des risques dans les opérations d acquisition La maîtrise des risques dans les opérations d acquisition d Sommaire Introduction Cartographie des risques Appréciation des risques et illustrations Bonnes pratiques et recommandations INTRODUCTION Introduction

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018 Zurich, 25 novembre RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE ET OBJECTIFS 208 Un plan stratégique et des objectifs à moyen terme, en particulier une génération de cash-flow libre d'au moins

Plus en détail

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises:

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Pour voir une différence au quotidien! «In this world nothing can be said to be certain, except death and taxes!» Benjamin Franklin Le principe

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

PETITS DEJEUNERS DU COMMERCE

PETITS DEJEUNERS DU COMMERCE PETITS DEJEUNERS DU COMMERCE 17 octobre 2014 Eléments clés pour acheter ou vendre un fonds de commerce Agent en fonds de commerce, un métier règlementé Photo Michèle SONZOGNI Michèle SONZOGNI Propriétaire

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANNONCE DES RÉSULTATS 2014 INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE COMMUNIQUÉ DE PRESSE: SIOEN INDUSTRIES - 27/02/2015 AVANT OUVERTURE DE LA BOURSE CONTENU 1. Synthèse de l état consolidé du résultat total 4 2. Commentaire

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ASSEMBLÉE ANNUELLE Jeudi 7 mai 2015 200 Bloor Street Toronto Merci, Monsieur

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Les principales spécificités des «résidences de tourisme»

Les principales spécificités des «résidences de tourisme» Les principales spécificités des «résidences de tourisme» «La résidence de tourisme est un établissement commercial d hébergement classé, faisant l objet d une exploitation permanente ou saisonnière. Elle

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail