Manipulations de cours et marchés électroniques 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manipulations de cours et marchés électroniques 1"

Transcription

1 Manipulations de cours et marchés électroniques 1 Jacques Hamon Professeur à l Université Paris Dauphine Bertrand Jacquillat Professeur à Sciences Po Paris Rien de nouveau sous le soleil pourrait-on écrire. Les manipulations de cours sont consubstantielles aux marchés financiers et la littérature française du 19 è siècle en a fait ses choux gras, si l on se réfère à Balzac, Dumas ou Zola notamment. Mais il s agissait à l époque de «bouilloires 2» ou de trafics d influence alors qu aujourd hui les rumeurs et les manipulations de cours s exercent sur un terrain beaucoup plus complexe, multiforme, mondialisé au travers des nouvelles technologies. Et donc prouver dans l environnement technologique d aujourd hui l existence de manipulations de cours est beaucoup plus difficile qu autrefois. L échelle de temps des marchés n est en effet même plus la journée, elle est de quelques centaines de microsecondes (millionième de seconde). Mois après mois, le temps se dilate et la barrière du millionième de seconde pourrait bientôt être franchie. La barrière suivante étant la nanoseconde. Une autre caractéristique différencie le marché des actions du 19 è siècle et les marchés d aujourd hui. Il s agit de la fragmentation des flux d ordres. Jusqu en novembre 2007 le marché français était à quelques exceptions près un marché centralisé avec un carnet d ordres géré par Euronext et surveillé par l AMF. Depuis, plusieurs plateformes se partagent les ordres relatifs aux actions listées principalement à Paris. Ce qui pose la question de la coordination de la réglementation et de la surveillance. Euronext-Paris qui est régulée par l AMF ne réalise en octobre 2011 que 57,5% des échanges sur les titres de l indice CAC40 ; pour l essentiel le reste des échanges sur les titres de l indice est régulé par le FSA (Londres), ainsi les 26,7% réalisés sur la plateforme CHI-X 3. Le développement du trading algorithmique (automatisation de l exécution des ordres) et plus généralement du high frequency trading (HTF, qui englobe également l automatisation de la stratégie d investissement), est difficilement observable de manière directe, puisque les ordres ne sont pas marqués pour distinguer entre la passation d ordres pilotée par ordinateur, celle assistée par ordinateur ou encore l envoi presque manuel (par minitel par un petit porteur auvergnat)! De manière indirecte, on observe que les plateformes de cotation offrent des temps de latence de plus en plus réduits 4, et relocalisent leurs serveurs, en offrant de 1 Cet article est adapté d une communication faite par les auteurs au colloque du 5 octobre 2011 de la Commission des Sanctions de l AMF «La recherche de la preuve à l épreuve des nouvelles technologies». 2 Le procédé de la «bouilloire» consiste à répandre des rumeurs après avoir pris des positions sur un titre, puis à dénouer sa position avec profit, la rumeur ayant fait bouger les cours dans le sens souhaité par le manipulateur. Ainsi, Zola (1890) imagine le rachat par un prête-nom financé par Saccard d un journal nommé «La cote financière» de bonne renommée «douze ans de probité absolue», dans lequel ensuite ce dernier fait passer de fausses informations dans le but de faire monter le cours de l Universelle, dont il est actionnaire et dirigeant. 3 Suivant les données disponibles sur 4 Le temps que met l automate d un marché en cotation assisté à répondre à une sollicitation. Le London Stock Exchange revendique ainsi en décembre 2011 «Our world leading Millennium Exchange platform average 99 percentile latency round trip time is 125 microsecond for the London Stock Exchange Market and 100 microsecond for the Turquoise Cash Equity market». BATS Europe en décembre 2011 affiche un temps de

2 nouveaux services tels que l hébergement de proximité (colocation 5 ). Ces nouveaux services répondent clairement à un besoin exprimé par certains investisseurs institutionnels et traduisent la montée en puissance des différentes formes de HFT. Le CME garantit ainsi à ses clients en hébergement de proximité, un accès 24 heures sur 24 et une distance identique à l automate quel que soit l emplacement physique loué (location neutrality within the colocation facility). Avec une vitesse de la lumière de mètres par seconde, en une microseconde le signal parcours au mieux 299,79 mètres. Un ordre passé à Paris, sur une valeur admise sur Euronext-Paris, est acheminé pour son exécution vers Basildon (329,4 kilomètres au plus court), ce qui prend 1,09876 milliseconde. Ce délai est inenvisageable, car beaucoup trop long, pour la mise en œuvre d une stratégie de HFT. Le développement de l hébergement de proximité traduit l importance pour une plateforme d échange, d être physiquement proche des donneurs d ordres les plus importants ou les plus sensibles à ce paramètre. Déjà certains s émeuvent de ce type de développement, y voient une source d inégalité entre donneurs d ordres 6 ou pire la porte ouverte aux manipulateurs déstabilisant les marchés pour leur plus grand profit. Le Sénat le 9 novembre 2011 a adopté un amendement «tendant à créer une taxe sur les transactions automatisées, plus particulièrement destinée à limiter l essor du trading haute fréquence». Le Président de l AMF évoque explicitement l encadrement voire l interdiction et déclare (5 octobre 2011, conférence AMF) «Si le gendarme de la bourse ne peut plus courir aussi vite que le voleur en raison de l évolution de la structure des marchés financiers, il faudra trouver d autres voies pour assurer l intégrité du marché et réduire à la source les risques et opportunités de manquement à la réglementation boursière et financière». Dans cet article, nous commençons par définir une typologie des manipulations de cours, et évoquons pour les prévenir des actions de prévention autant que des pistes de recherche de preuve. Mais c est notre intime conviction que celles-ci seront d autant plus faciles à détecter que les données de cours, de carnet d ordres, de transactions, etc. que les différents acteurs des marchés financiers se trouvent dans l obligation de communiquer à l AMF seront mises à la disposition de la communauté des chercheurs à des conditions raisonnables. I Classification des manipulations de cours Les manipulations de cours ont fait l objet de plusieurs classifications. Celle-ci peut être d origine académique (cf. Allen et Gale, 1992). Elle peut être aussi d origine réglementaire. Pour s en tenir à la période contemporaine, certains textes de lois visant les manipulations de cours sont bien antérieurs aux textes modernes et à la création même de la COB, déjà lointain ancêtre de l AMF. Plus près d aujourd hui, la Directive Européenne MAD (Market Abuse Directive) traite ce sujet. latence (order to quote latency) sur toute la séance, y compris le passage des pare-feu (firewall) de moins de 224 microsecondes pour 99% des ordres avec une connexion 10 giga-bits. 5 A Basildon près de Londres pour les marchés européens d Euronext par exemple, à Mahwah dans le New Jersey pour le NYSE qui n est donc plus à Wall Street ou à Aurora dans l Illinois à partir de fin janvier 2012 pour le CME (et Globex), avec un data center de plus de m² (http://www.cmegroup.com/globex/tradingcme-group-products/co-location-services.html). 6 L argument a certainement également été avancé à partir de 1844 lors de l invention du télégraphe électrique, alors que le moyen le plus commun utilisé jusqu à cette date pour communiquer les informations ou les ordres était le cheval. 2

3 On distingue la manipulation indirecte des cours via une manipulation d informations et la manipulation directe. Dans les deux cas, l émergence de nouvelles technologies renouvelle à la marge le genre sans bouleversement significatif. I.1 Informations et rumeurs Manipuler des informations dans le but d affecter les cours est un grand classique qui consiste à diffuser des informations erronées ou à répandre des rumeurs infondées. Le développement d Internet (comme support de diffusion d information) a dépoussiéré les bouilloires. Marc Jakob, étudiant californien de 23 ans, réussit à manipuler une revue internet «Internet Wire» (où il avait été stagiaire) et lui faire annoncer faussement une ouverture d enquête de la SEC sur les dirigeants de la société Emulex cotée au NASDAQ ainsi qu une forte baisse des profits de la même société. Ces fausses annonces le 25 août 2000, ont été pourtant reprises par plusieurs supports dont Bloomberg, et Emulex perdit temporairement la moitié de sa capitalisation boursière soit environ 2,4 milliards de dollars! Mi-août Jacob avait vendu à découvert puis racheté 3 jours après pour un gain total modeste de dollars. On a pu mesurer l effet redoutable en plein mois d août 2011 d une telle manipulation d information par la diffusion de rumeurs sur les problèmes de liquidité et de refinancement auxquels la Société Générale aurait été confrontée. Il est clair qu Internet, comme vecteur de communication de par les blogs, les commentaires sur les sites boursiers et autres, a donné de nouvelles opportunités à la manipulation de cours, par la diffusion de rumeurs d une toute autre ampleur (spams et pourriels), mais de même nature de ce qui pouvait être pratiqué auparavant. D autres types de manipulations par les initiés existent. John et Narayanan (1997) explore la possibilité pour un dirigeant d envoyer des faux signaux au marché (en vendant, alors que l information privilégiée qu il détient lui commande d acheter). Le mécanisme de manipulation utilise alors l obligation légale de publication des transactions des dirigeants (depuis fin 2004 en France avec la transposition de la directive Abus de marché). L avantage pour le dirigeant est alors de bruiter ses interventions et de rendre difficile leur interprétation par le commun des investisseurs. I.2 Manipulations des cours L achat ou la vente de grandes quantités de titres (relativement au niveau de liquidité du titre) peut déformer les prix. Par exemple, le cours de clôture est susceptible d être l objet de manipulations car des investisseurs l utilisent pour valoriser des positions ; la clôture peut correspondre à l échéance simultanée de contrats à terme sur actions, indices ou ETF (trois voire quatre sorcières) 7. La plupart des marchés ont mis en place des dispositifs limitant les possibilités de manipulation, ainsi le choix d un fixing de clôture fait par la bourse de Paris depuis Attirer le chaland pour faire croire à une liquidité inexistante (painting the tape, pump and dump) est une pratique plus ancienne qu Internet. La manipulation porte sur une information très particulière, celle des quantités échangées. Des transactions fictives donnent l illusion d un marché animé et l investisseur trompé se retrouvera collé au marché avec des titres 7 «Paris finit la journée des quatre sorcières dans le rouge» titre Les Echos le 16 septembre 2011, jour d arrivée à échéance de contrats à terme sur actions et sur indices en Europe et aux Etats-Unis (quadruple witching day). 3

4 échangés peu fréquemment (cf. Khwaja et Mian (2005) dans le cas de manipulations impliquant des intermédiaires contre leurs clients). La position française sur ce thème conserve une certaine ambiguïté. Les contrats de liquidité («pratique admise de marché») admettent par principe la possibilité pour un émetteur de «régulariser son cours», sinon de le soutenir. Gérer sa liquidité, c est le terme français, ne se traduirait-il pas en anglais par manipulation de cours? Dans une lettre adressée en 2001 au Président de la COB, Michel Prada, Jean-Marie Messier écrivait : «Nous avons comme vous ressenti la nécessité d opérer de manière exceptionnellement vigoureuse à la régularisation de notre cours». La frontière peut être ténue entre manipulation et stabilisation des cours. La manipulation de cours peut se concrétiser par la création d un intérêt acheteur ou vendeur artificiel via le placement puis l annulation d ordres. L investisseur indélicat fait croire à la présence d un courant acheteur important dans l espoir d attirer d autres acheteurs et de faire monter les prix. Lui-même annulera ses ordres d achats dès que la probabilité d exécution devient forte et en émettra de nouveaux de priorité temporelle inférieure. L anticipation du manipulateur est de voir le cours monter et ses ordres de vente préalablement placés en carnet, exécutés. Ce type de stratégie se caractérise par un taux d annulation important des ordres. Annuler un ordre n est pas en soi une anomalie. C est un droit. Economiquement cela se justifie par une modification des conditions du marché (nouvelle information, décalage des fourchettes de prix) ou tout simplement parce que l investisseur change d avis ou de stratégie. Le phénomène d annulation d ordres a pris une dimension semble-t-il importante notamment avec l explosion du High Frequency Trading (HFT) 8. Ce phénomène peut également correspondre à un achat de temps sur un marché électronique. Noyer les ordinateurs des investisseurs concurrents sous une masse d ordres et ainsi leur faire perdre du temps, alors que l émetteur des ordres sait qu ils sont fictifs et seront annulés peut constituer une stratégie faisant gagner quelques microsecondes. Une modification des règles de fonctionnement d une plateforme d échange fixant un taux d annulation maximum ou une tarification pénalisante au-delà d un taux d annulation donné peut constituer une parade efficace. Le remède doit être soigneusement dosé et ne doit pas pénaliser les apporteurs de liquidité qui sont naturellement amenés à annuler des ordres. Dans ces cas, il n y a pas de preuves à chercher puisque la réglementation n interdit pas ce genre de pratiques. Sauf à modifier celle-ci pour limiter les pratiques éventuellement délictuelles, en facturant les entrées d ordres ou en fixant des ratios maximum entre le nombre d ordres annulés et le nombre d ordres exécutés (ce qui est déjà pratiqué par certaines plateformes). 8 Un cruel manque de statistiques se fait sentir sur ce sujet. Selon Oseredczuck (2010) et une étude interne de l AMF, trois membres entrent à eux seuls la moitié des ordres soumis sur les actions de l indice CAC40 au mois d avril Selon Les Échos du 27 avril 2011, les trois membres sont des hedge funds ou des teneurs de marché américains (Citadel Securities, Getco et Knight Capital Group). Parmi tous les ordres entrés, seule une partie, minoritaire, fut exécutée. Le taux d exécution était de l ordre de 1 à 5 % seulement. Sur un seul titre en une seule séance (non précisée) messages sont émis (ajout, modification, annulation ou exécution d un ordre), dont 80 % par les cinq membres les plus actifs sur cette valeur. La plus courte durée de vie d un ordre (entré puis annulé) fut de 25 microsecondes. Entre deux messages consécutifs émis par le même membre, la durée minimale observée fut de 7 microsecondes. Cette activité correspond à de l algotrading (automatisation de l exécution) mais dépasse ce cadre : manifestement au moins une partie reflète l exécution de stratégies de gestion (on parle alors de high frequency trading). 4

5 Enfin, la multiplication des marchés traitant de titres financiers du même émetteur peut donner lieu à des manipulations croisées. Les nouvelles technologies multiplient les possibilités de telles manipulations, ce qui souligne l importance des coordinations entre les instances de régulation. Au niveau européen actuellement la coordination n est pas au niveau des enjeux. En définitive, les manipulations de cours sont diverses, la plupart préexistaient aux nouvelles technologies d aujourd hui, mais celles-ci ont rendu leur détection et la recherche de preuves plus difficile. Les manipulations de cours s effectuent généralement sur des cibles privilégiées, notamment les actions de quatre sous (penny stocks) car peu liquides. Si les volumes de transactions sont de montant nominal faible, les cours sont manipulables, ils peuvent alors mécaniquement être plus facilement déstabilisés par un ordre. La valeur de l échelon de cotation (tick) pour cette catégorie de titres devient forte en termes relatifs, ce qui affecte les stratégies de placement d ordres. I.3 SAFE, les actions de quatre sous et l échelon de cotation L AMF dans une période récente, pointe de manière particulière deux dossiers représentatifs de pratiques nouvelles : il s agit des sociétés Kraay trading et SAFE (cf AMF, 2011). Les amendes réclamées initialement dans les rapports de la Direction des enquêtes et de la surveillance étaient de l ordre de 1 million d dans le premier cas et de 9 millions d dans le second. La Commission des sanctions a condamné Kraay à pour manipulation de cours en juin 2011 et SAFE en 2009 à La montagne a-t-elle accouchée d une souris ou bien le décalage entre le chiffre initial et l amende finale est-il lié à des difficultés particulières dans la mise en évidence des manipulations sur un marché électronique? Ciaprès le cas de SAFE est abordé. SAFE est en 2006 une petite société de trading en compte propre localisée à Milan d une dizaine de personnes opérant sur 5 postes GL Trade en écrans délocalisés via un courtier. L AMF ouvre une enquête en 2005 à propos des interventions de SAFE à partir de 2004 sur les titres de plusieurs sociétés dont Alstom, Eurotunnel et Eurodisney. Le rapport formule deux reproches : des quantités positionnées trop importantes amenant une position dominante et le fait de gagner la priorité d exécution à la fois à l achat et à la vente. Par exemple, entre mars 2005 et mai 2006, SAFE achète 1 803,939 millions d actions Eurotunnel et en vend 1 803,164 millions soit un peu plus de 39% des volumes de transaction sur le titre. La stratégie de SAFE consiste à positionner des ordres à l achat et à la vente et à gagner la priorité d exécution des deux côtés du carnet : lorsque cette situation est acquise, les autres investisseurs au même moment achètent et vendent à SAFE qui gagne (brut) 1 centime par action. Ainsi le 30 janvier 2006, le bid évolue entre 0,37 et 0,39, la fourchette de prix est de 1 centime et entre 10:14:24 et 10:26:45, pendant 12 minutes et 21 secondes, SAFE est prioritaire à l achat et à la vente et gagne (brut) 2,5974% relativement au milieu de la fourchette de prix. 5

6 0.41 Figure 1 Eurotunnel, séance du 30 janvier :00 10:00 12:00 14:00 16:00 18:00 Note : la figure représente les trajectoires du bid (meilleure limite inférieure) et du ask (meilleure limite supérieure). La grille de prix imposée n est à l évidence pas adaptée. Le cours se fixe soit au ask (si un ordre d achat au mieux parvient au marché), soit au bid (dans l hypothèse de l arrivée d un ordre de vente). La réglementation impose des sauts aux cours et créée de la volatilité. La stratégie de placement d ordres sur ces actions est toutefois très particulière à cette époque et ceci en raison de la valeur élevée de leur échelon de cotation relativement à leur niveau de cours. Il s agit d actions de quatre sous (penny stock) dont le cours est inférieur à 1. Plus le cours est faible et plus un échelon de cotation d un centime devient disproportionné. A 25 centimes de cours, l échelon relatif est de 4% et à 10 centimes il représente 10%. Les quantités en carnet ne reflètent plus une liquidité mais une file d attente, une économie de rationnement. Certains acheteurs seraient prêts à payer un peu plus cher (mais pas 4% ou 10% de plus), certains vendeurs seraient prêts à céder les titres un peu moins cher (mais pas 4% ou 10% de moins). Ce qui créé une situation très particulière : l échelon, trop fort, perturbe les cotations. Pour échanger, la concurrence par les prix n est plus la seule dimension, s y ajoute une habileté à gérer des files d attente (économie soviétique!). Pour obtenir un équilibre par les prix, et non plus par les files d attente, il conviendrait de réduire l échelon de cotation. La réduction de l échelon rendrait la grille de prix beaucoup plus dense et réduirait la valeur de la fourchette de prix. Par définition, la fourchette est exprimée en multiples d échelon et ici est toujours de 1 échelon soit 1 centime (cf figure 1). La fourchette est indirectement fixée réglementairement et ne résulte plus d un équilibre entre offre et demande. Un calibrage défectueux de la règlementation, fixant un échelon de cotation (tick) à un niveau élevé relativement au niveau du cours, a perturbé le marché sans qu aucun garde-fou spécifique n ait été mis en place. C est une «volatilité règlementaire» qui fait valser les cours du bid au ask dans une fourchette stable (le couloir). La «volatilité règlementaire» est importante car l échelon de cotation est important (relativement au niveau du cours). La réduction de l échelon de cotation sur le titre Eurotunnel aurait suffi à rétablir de saines conditions de concurrence entre les donneurs d ordres et aurait réduit la fourchette de prix et donc le profit potentiellement réalisé par une stratégie consistant à gagner la priorité des deux côtés du carnet. En Europe, les échelons de cotation et la grille de prix sont déterminés par chaque plateforme. Depuis 2007 et l accroissement de la concurrence entre plateformes d échange et de cotation, on a assisté à une forte réduction de l échelon de cotation sur certains titres. Euronext cote certains titres à 3 décimales, soit un échelon pouvant être de 0,1 centime. Aux Etats-Unis, la 6

7 SEC encadre les valeurs d échelon (tick) en fixant une valeur que toutes les plateformes doivent appliquer. Le choix européen est celui d une non intervention. La concurrence entre plateformes produit des résultats satisfaisants : dans la mesure où la valeur minimale de la fourchette est l échelon, sa réduction a diminué les fourchettes de prix, ce qui est un avantage notamment pour l investisseur marginal passant des ordres de petite taille. Il est clair que la réduction de l échelon dans ce cas a également réduit la profondeur, les investisseurs (institutionnels) étant moins motivés à s exposer en carnet, puisqu une très légère (un faible échelon) amélioration de prix leur permet de gagner instantanément la priorité d exécution. Toutefois, lorsque la pression concurrentielle est moins forte, des situations atypiques perdurent. Ainsi le cours de STDupont, inscrite à la cote d Euronext-Paris, est en 2011 compris entre 0,2 et 0,99 et la valeur minimale touche 10 centimes si on retient les trois dernières années. L échelon est bloqué à 1 centime ainsi que la valeur de la fourchette de prix et des quantités importantes sont positionnées en carnet sur chaque limite de prix. Smalto dont le cours est sous 10 centimes en septembre 2011 est également dans ce type de situation. Les donneurs d ordres ne peuvent se voir imputer la responsabilité de ce type de situation. Dans de tels cas de valeur captive d une plateforme, l AMF pourrait intervenir et fixer une valeur maximale de l échelon, plutôt que de reprocher certaines stratégies à quelques investisseurs. La stratégie de SAFE s apparentait à une stratégie de capture de volatilité. C est une pratique institutionnalisée à la Bourse de Paris depuis au moins le début des années Placer des ordres en carnet, c est apporter de la liquidité, et donc rendre un service, aux investisseurs. L augmentation de la profondeur et la réduction de la fourchette provoquent une amélioration de la liquidité. Placer des ordres uniquement à l achat traduit des anticipations haussières, placer uniquement des ordres à la vente traduit des anticipations baissières. La stratégie suivie par SAFE pourrait être dénommée stratégie de capture de volatilité réglementaire. Malgré l importance des positions, on ne peut ranger les stratégies de SAFE dans le HFT, les ordres étaient passés de manière traditionnelle (par un trader sur une console GL Trade à partir de Milan). Les frais (avocats, experts, temps passé en interne par les traders) sont très lourds pour une petite structure qui plus est étrangère et ne justifiaient probablement pas qu un appel de cette décision soit entrepris. Une autre piste bien en amont serait de mieux utiliser les informations dont dispose l AMF et que celle-ci recueille auprès des différents acteurs des marchés financiers, émetteurs, investisseurs, opérateurs. II L obligation d information comme limite aux manipulations Dans le chapitre «Libérez l information» de leur ouvrage «La société translucide», Landier et Thesmar (2010) parlent de mettre fin aux rentes d information. «De nombreuses données dorment comme du minerai inexploité dans le secret des institutions qui les collectent, de l INSEE à l INA, en passant par la Banque de France». Ils auraient pu ajouter l AMF comme détenteur de données microéconomiques dont la mise à disposition de la communauté des chercheurs, serait une entreprise salutaire qui permettrait sûrement d avancer dans la recherche de la preuve à l épreuve des nouvelles technologies. Internet donne de nouvelles opportunités en réduisant le coût d accès et de mise à disposition des informations. 7

8 Nous évoquons quatre exemples où la mise à disposition publique par l AMF des données qu elle centralise serait une œuvre de salubrité publique, et indiquons en quoi la disposition publique de ces données a pu détecter et/ou prévenir certaines manipulations de cours à travers des exemples américains. 1. La publication des transactions et des ordres Il y a plus de 25 ans, avant que la cotation assistée sur ordinateur ne soit introduite à la Bourse de Paris, la Société des Bourses Françaises, le successeur de la Compagnie des Agents de Change et prédécesseur d Euronext, puis NYSE/Euronext, était le seul opérateur, et pour la plupart des valeurs un seul cours d action était coté à chaque séance. La SBF avait l obligation de publier la «Cote officielle» sur papier qui donnait la liste des cours. L équivalent aujourd hui n existe pas. Depuis la mise en place à l automne 2007 de la Directive MIFID, de nombreux marchés opèrent sur les valeurs françaises et la liste des prix, et il y en a plusieurs milliers sur une seule valeur, est pratiquement impossible à obtenir. Elle devrait exister et être rendue publique, c est-à-dire accessible à quiconque à un prix raisonnable. Aussi, pouvoir reconstituer les transactions à partir de carnets d ordres devrait être facilité, ce que les données publiques d Euronext n ont jamais permis 9. Un intérêt direct de l AMF à disposer de données précises est la nécessité de calculer les gains liés à une opération supposée de manipulation de cours. La réglementation donne la possibilité de fixer une amende au-delà d un plafond et jusqu à 10 fois les gains, encore fautil pouvoir les calculer précisément. Aux Etats-Unis, une obligation d affichage centralisé est financée par la profession depuis 1978 avec Intermarket Trading System(ITS) et deux outils dont il conviendrait de s inspirer : la publication des transactions avec le Consolidated Tape Association Plan (CTA Plan), et la publication des fourchettes avec le Consolidated Quotation System (CQ Plan). L ensemble des données disponibles et publiques pourrait être enrichi de manière à faciliter la surveillance et à disposer d outils de pilotage, comme le marquage de certains types d ordres : les ordres à découvert, les ordres en applications de stratégies indicielles ou les ordres sur compte propre passés par les investisseurs institutionnel de manière à les distinguer des ordres passés pour le compte de leurs clients. Ces informations supplémentaires, rendues publiques, permettraient d apporter des réponses quant à l impact de ce type de transaction sur les équilibres. 2. Les opérations des dirigeants Depuis 2004, les sociétés doivent communiquer les opérations effectuées par les dirigeants sur leurs propres titres. Mais les données ne sont disponibles que sous des formats disparates ce qui rend le coût d accès à l information prohibitif. Une organisation en base de données avec consultation publique à distance serait très utile pour détecter les délits d initiés, ou simplement comme information disponible aux investisseurs pour apprécier les sentiments des investisseurs mieux informés que sont censés être les dirigeants. La publication des informations obligatoires doit se faire avec le recours à des formulaires standard qui imposent 9 Jusqu à une période très récente les données historiques stockées étaient peu précises car tronquées à la seconde, les ordres annulés n étaient pas suivis par les données historiques et il était très délicat de reconstituer l exécution d un ordre fractionné en plusieurs tranches. 8

9 une présentation homogène à l image de ce qui est pratiqué par la SEC aux Etats-Unis depuis fort longtemps. Les données doivent être organisées en base de données. 3. Les contrats de liquidité Très peu d informations sont disponibles sur les contrats de liquidité et encore moins sur leur efficacité. Pour quelle raison plus de la moitié des émetteurs dont les actions sont incluses dans l indice CAC40 ont-ils un contrat de liquidité? Pour quels avantages? Quelle est la part des ordres placés en apports de liquidité? Quel est le taux de rotation des capitaux gérés dans un contrat de liquidité? Quelle est l importance des interventions en fixing de clôture? Quelle est la place du HTF dans l exécution de ces contrats? 4. Les rachats d actions Les entreprises qui rachètent leurs propres actions doivent déclarer à l AMF ces rachats. Là encore une organisation de l information en base de données faciliterait l accès. Pour connaitre le montant des rachats réalisés une année donnée, il faut faire le tour des sites web des émetteurs ou consulter les lettres Vernimmen (pour les émetteurs du CAC40), mais les chiffres ne figurent pas, pour les années récentes ni dans le rapport ni sur le site web de l AMF. 5. Des exemples américains de prévention des fraudes par la mise à disposition des données publiques de marché Christie et Shultz (1994) observent que les fourchettes de prix du NASDAQ sont très fréquemment un multiple pair de l échelon de cotation (tick) : la fourchette est de 2 ou 4 ou 6 ticks beaucoup plus fréquemment qu elle n est exprimée en multiple impair. La seule explication plausible pour les auteurs était une entente entre les markets makers du NASDAQ de manière à afficher une fourchette un peu plus élevée que sa valeur concurrentielle. Cet article a eu un impact très important avec une baisse des fourchettes de prix du NASDAQ dès que la presse a relayé cette hypothèse. Les enquêtes ultérieures de la SEC et du Congrès américain ont pour l essentiel confirmé l hypothèse d entente. Les class-actions ont coûté 1 milliard de dollars au NASDAQ qui a, de plus, dû mettre en place une instance indépendante de régulation (NASDR) et surtout a été obligé de mettre en place un carnet d ordres avec une confrontation directe des investisseurs entre eux en Ce qui à l époque a traumatisé les teneurs de marché du NASDAQ, a été en fait une opportunité pour le marché qui a pu passer en cotation assistée plus rapidement et a depuis gagné des parts de marché sur le marché américain. MacInish et Wood (1995) montrent que les specialists du NYSE, qui à l époque ont la responsabilité de l affichage de la fourchette de prix, tirent profit d une réglementation un peu floue. La réglementation les contraint à afficher le meilleur «quote». Un quote comporte quatre informations : deux sur les prix (la fourchette) et deux autres sur la taille des ordres impliqués. Les ordres postés par le specialist étaient soit ceux meilleurs en prix soit ceux plus importants en quantité, ce qui permettait aux specialists de brouiller les prix et de se donner une marge de manœuvre en dissimulant des ordres mieux placés. La SEC a fait cesser cette pratique en imposant l affichage de la meilleure fourchette en prix quelles que soient les quantités. 9

10 CONCLUSION Le champ des manipulations de cours s est étendu dans la période contemporaine du fait de la puissance des nouvelles technologies de l information et de la fragmentation des marchés. La preuve de telles manipulations n en a été rendue que plus difficile. Pour limiter celles-ci, il nous semble donc qu il faille opérer ex ante, au niveau de la prévention, autant sinon plus qu ex post au niveau de la preuve et de la sanction. La première recommandation est la constitution d un carnet d ordres agrégé des différentes plateformes. Une deuxième recommandation est d étendre le champ de la compréhension des mécanismes de manipulation des cours, qu il s agisse de la manipulation de cours par la manipulation d informations et la propagation des rumeurs, ou de manipulations de cours via la manipulation du carnet d ordres. Ceci passe donc d abord par la dissémination des informations dont dispose l AMF auprès des chercheurs spécialistes des marchés financiers. Une troisième recommandation est le renforcement de la réglementation concernant le carnet d ordres et en particulier le marquage de certains ordres. Il est illusoire de penser pouvoir «ralentir» certains opérateurs pour amener leur vitesse à celle maitrisée par les autorités de régulation. Il est plus réaliste de suivre l exemple de Georges Clémenceau qui en 1907 bouleversa l organisation et les méthodes de la police avec la création des brigades de police mobile (dites brigades du Tigre). Bien entendu, et afin d éviter l arbitrage réglementaire, une harmonisation des réglementations au niveau européen, contribuera à la prévention. BIBLIOGRAPHIE AMF, 2011, «Colloque de la Commission des sanctions, compte rendu des tables rondes du 5 octobre», document de 54 pages téléchargeable sur le site web de l AMF. Christie W.G. et P.H. Schultz, 1994, «Why do NASDAQ market makers avoid Odd-eighth quotes?», The Journal of Finance, Vol 49, n 5, December, p Franklin A., et D. Gale, 1992, «Stock Price Manipulation», Review of Financial Studies, Vol 5, n 3, p Khwaja A.I. and A. Mian, 2005, «Unchecked intermediaries: price manipulation in an emerging stock market», Journal of Financial Economics, Vol 78, p Kose J. et R. Narayanan, 1997, «Market Manipulation and the Role of Insider Trading Regulations», Journal of Business, Vol. 70, No. 2, pp Landier A. et D. Thesmar, 2010, «La société translucide. Pour en finir avec le mythe de l Etat bienveillant», Fayard. Leinweber D.J. and A. N. Madhavan, 2001, «Three hundred years of stock market manipulations», Journal of Investing, Summer, p McInish T.H. and R.A. Wood, 2005, «Hidden limit orders on the NYSE», Journal of Portfolio Management, Spring, p Oseredczuck A., 2010, «Le trading haute fréquence vu de l AMF», site AMF. Van Bommel J., 2003, «Rumors», The Journal of Finance Zola E., 1890, «L argent», 10

High Frequency Trading. Nicolas Vitale

High Frequency Trading. Nicolas Vitale High Frequency Trading Nicolas Vitale Consulting et services technologiques liés au trading automatique et algorithmique. www.alphanovae.com Sites communautaires : www.trading-automatique.fr www.automatedtrading.eu

Plus en détail

2- Microstructure des marchés financiers

2- Microstructure des marchés financiers 2- Microstructure des marchés financiers Principes d'organisation des marchés modes de cotation modes de transmission et d'exécution des ordres rôle des intermédiaires informations disponibles aux agents

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS EVOLUTIONS ACTUELLES DE LA REFLEXION EN FINANCE MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS MASTER 2 FINANCE ET DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES 2014-2015 Présenté par : Aldjia AMARA Mirela BIRSAN Ngoné G. NDIOUR

Plus en détail

GUIDE DU DAY TRADER. WH SELFINVEST S.A. - www.whexpert.com

GUIDE DU DAY TRADER. WH SELFINVEST S.A. - www.whexpert.com Remarque : ce guide est purement informatif et ne peut en aucun cas être interprété comme une proposition de conseil d achat ou de vente d actions. Ce type d investissement actif n est pas sans risques.

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Les valeurs liquidatives des OPCVM (SICAV et FCP)

Les valeurs liquidatives des OPCVM (SICAV et FCP) S informer sur Les valeurs liquidatives des OPCVM (SICAV et FCP) LES VALEURS LIQUIDATIVES DES OPCVM COMMENT SE CALCULE LE PRIX? EXEMPLES DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR LIQUIDATIVE DE RÉFÉRENCE LES FRAIS

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant : Parlons Trading Ask : prix d offre ; c est le prix auquel un «market maker» vend un titre et le prix auquel l investisseur achète le titre. Le prix du marché correspond au prix le plus intéressant parmi

Plus en détail

Le trading haute fréquence vu de l AMF. Arnaud Oseredczuck, chef du service de la surveillance des marchés

Le trading haute fréquence vu de l AMF. Arnaud Oseredczuck, chef du service de la surveillance des marchés Le trading haute fréquence vu de l AMF Arnaud Oseredczuck, chef du service de la surveillance des marchés Introduction - Trading haute fréquence : définitions Conceptuellement, il convient de distinguer

Plus en détail

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098)

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Paris, le 6 juin 2014 Communiqué de presse Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Concomitamment au placement privé d Obligations à option

Plus en détail

Éléments généraux sur les marchés financiers

Éléments généraux sur les marchés financiers CHAPITRE I Éléments généraux sur les marchés financiers «Nous serions capables d éteindre le soleil et les étoiles parce qu ils ne rapportent aucun dividende.» John Meynard Keynes Le monde de la Bourse

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

Ce communiqué ne doit pas être publié, distribué ou diffusé aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon.

Ce communiqué ne doit pas être publié, distribué ou diffusé aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon. Communiqué de presse Vincennes, le 15 juin 2006 INTRODUCTION EN BOURSE D HEURTEY PETROCHEM SUR ALTERNEXT D EURONEXT PARIS (visa n 06-200 en date du 14 juin 2006) Suite à l enregistrement par l Autorité

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

Dossier de synthèse Janvier 2011

Dossier de synthèse Janvier 2011 Dossier de synthèse Janvier 2011 La structure, la réglementation et la transparence des marchés de valeurs mobilières européens dans le cadre de Directive MiF Ce dossier de synthèse décrit l effet de la

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse?

Qu est-ce que la Bourse? Qu est-ce que la Bourse? Une bourse est un marché sur lequel se négocient des valeurs mobilières. Les émetteurs y offrent des titres que les investisseurs achètent ; ces derniers financent alors les agents

Plus en détail

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc.

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. S informer sur Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Autorité des marchés financiers Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Sommaire Les principaux acteurs 03 Les différentes

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT 1. L article 2.1 de l Instruction générale relative

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. des Ordres pour les CFDs. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409

CMC MARKETS UK PLC. des Ordres pour les CFDs. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 CMC MARKETS UK PLC des Ordres pour les CFDs Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority sous

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX Définition du FOREX : FOREX est l abréviation de Foreign Exchange market et désigne le marché sur lequel sont échangées les devises l une contre l autre. C est un des marchés les plus liquides qui soient.

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Obligation pour un ordre invisible de procurer une amélioration du cours lorsqu'il est négocié contre un ordre visant des lots irréguliers

Obligation pour un ordre invisible de procurer une amélioration du cours lorsqu'il est négocié contre un ordre visant des lots irréguliers Avis sur les règles Avis d approbation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : Kevin McCoy Vice-président

Plus en détail

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis?

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Résumé : - Le prix des actions sur le marché américain fluctue autour des $30 depuis les années 1930, ceci grâce à la pratique régulière

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier Les produits dérivd rivés s : des instruments incontournables du paysage financier Léon Bitton Vice-président, R&D Bourse de Montréal Inc. CONGRÈS DE L'ASDEQ 19 mai 2005 1 Produits dérivd rivés s : Outils

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

BARX pour Entreprises

BARX pour Entreprises BARX pour Entreprises Un savoir-faire inégalé et global dans l exécution des opérations de change Barclays Capital est la division de banque d investissement de Barclays Bank PLC. Son modèle d activité

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

Ne pas distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon.

Ne pas distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon. Bernin, le 19 septembre 2013 Communiqué de presse Ouverture du 20 septembre 2013 au 26 septembre 2013 de la procédure de désintéressement des porteurs d Obligations à option de Conversion et/ou d Echange

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Les options, de l Antiquité à nos jours

Les options, de l Antiquité à nos jours Chapitre 1 Les options, de l Antiquité à nos jours Ce titre peut paraître surprenant, mais si nous regardons très loin dans le passé, nous pouvons trouver des traces d options plus ou moins négociées depuis

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Fusion des bourses à l échelle mondiale et affrontement pour l acquisition de la TMX

Fusion des bourses à l échelle mondiale et affrontement pour l acquisition de la TMX à l échelle mondiale Entre octobre 2010 et novembre 2011, huit opérations faisant intervenir des bourses ont eu lieu dans le monde, notamment au Canada. Plusieurs facteurs, comme l intensification de la

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

9certificat renaissance 9x9

9certificat renaissance 9x9 9 9certificat renaissance 9x9 Les objectifs de renaissance 9x9 Un gain potentiel de 9% accumulable tous les 9 mois pendant 9 ans Un objectif de rendement annuel brut compris entre 8,5% et 11,2% (pour un

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC Washington, le 14 Octobre 2008 PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC M. ABDELAZIZ EL HADDAD Chef de Division de l Arbitrage à la TGR 1 Rabat le: 22 avril 2009 1/ 17 Sommaire Introduction

Plus en détail

Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05. Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext

Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05. Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext Groupe de Travail Valorisation des Instruments Complexes Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05 Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext Avec le

Plus en détail

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading clehalle@cheuvreux.com Resp. de la Recherche Quant., Atelier Trading & Micro Structure 10 décembre 2008 Contenu La liquidité en Europe Les

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1147 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste reçu le 31 juillet 2013 relatif aux offres

Plus en détail

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse?

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse? S informer sur Comment acheter des actions en bourse? Autorité des marchés financiers Comment acheter des actions en bourse? Sommaire Sous quelle forme dois-je détenir mes actions? 03 Quels sont les frais?

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Règle 4-604 Responsabilités des teneurs de marché (modifié)

Règle 4-604 Responsabilités des teneurs de marché (modifié) PARTIE 1 - INTERPRÉTATION Règle 1-101 Définitions (modifié) (1) Sauf indication contraire du contexte, les termes employés dans une exigence de la Bourse et a) définis ou interprétés à l article 1 de la

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs.

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs. Lettre d information relative à la transformation du FCPE «Destination bon port» en FCPE nourricier du Fonds d Investissement à Vocation Générale (FIVG) Maître «MONESOR» A Malakoff, le 22/04/2015, Madame,

Plus en détail

KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET ALTERNEXT PARIS

KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET ALTERNEXT PARIS La référence dans la production innovante et responsable de cacao Communiqué de presse Paris/Bruxelles, le 22 octobre 2015 KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET

Plus en détail

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement!!! Créé Par Ben De Bourse Ensemble http://www.bourseensemble.com! À Lire - Très Important Je sais que vous avez envie de vous plonger

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance sur les bourses, OBVM) Modification du 10 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 2 décembre 1996 sur

Plus en détail

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale HERVÉ JUVIN Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale, 2004 ISBN : 2-7081-3032-3 Sommaire INTRODUCTION... 13 CHAPITRE 1 - PETITE HISTOIRE DES MARCHÉS FINANCIERS... 21 Naissance des marchés

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale mixte des actionnaires du 27 avril 2012

Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale mixte des actionnaires du 27 avril 2012 Société Anonyme au capital de 53 100 000 Euros Siège Social : 5, rue Saint-Georges 75009 Paris 712 048 735 R.C.S. Paris Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale

Plus en détail

AGF OCTOPLUS. Caractéristiques financières

AGF OCTOPLUS. Caractéristiques financières Code Isin : FR0007082755 NOTICE D'INFORMATION AGF OCTOPLUS FONDS A FORMULE AVERTISSEMENT Le FCP AGF OCTOPLUS est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de vie du FCP, et

Plus en détail

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées.

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. Aucune demande d adhésion ne sera prise en compte par téléphone, fax, courrier

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PARIS LA DÉFENSE, LE 4 JUIN 2013 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS autorisé par l Assemblée Générale Mixte du 30 mai 2013 1. CADRE JURIDIQUE En application des articles L. 225-209 et suivants

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

UTILISATION DE NOS SIGNAUX DE TRADING SUR DEVISES

UTILISATION DE NOS SIGNAUX DE TRADING SUR DEVISES UTILISATION DE NOS SIGNAUX DE TRADING SUR DEVISES TradMaker 33 Throgmorton Street, London EC2N 2BR www.tradmaker.com Tel: 01 79 97 46 16 Utilisation de nos signaux de trading sur devises Cet algorithme

Plus en détail

I. ASPECTS TECHNIQUES ET OPERATIONELS DE LA COTATION EN CONTINU

I. ASPECTS TECHNIQUES ET OPERATIONELS DE LA COTATION EN CONTINU NOTE DE SYNTHESE PASSAGE A LA COTATION EN CONTINU CONTEXTE GENERAL Dans le cadre de la mise en œuvre des orientations stratégiques visant à améliorer sa liquidité et son développement, la BRVM passera

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex R.C.S. NANTERRE B 331 408 336 NOTE d INFORMATION ETABLIE SUITE A LA

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les cycles d introduction Van Bommel et al. (2000) : vagues d IPO En France : [1985-1987] et [1998-2000] Évolution du secteur des services

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés

Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés Placements directs TD, Conseils de placement privés, Gestion de patrimoine TD et Valeurs Mobilières TD («nous», «notre» et «nos») ont pris l

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 Les intervenants : Florent Dimitriou ING Direct Responsable produit Bourse et Fonds Sébastien David Société Générale Responsable Relations Investisseurs

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Certificats BONUS CAPPÉS

Certificats BONUS CAPPÉS Certificats BONUS CAPPÉS Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! Produits non garantis en capital, non éligibles au PEA www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les

Plus en détail

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers Belfius Banque a mis en place la présente politique d exécution des ordres de ses Clients afin de répondre aux exigences de la Directive européenne concernant les marchés d Instruments Financiers. Cette

Plus en détail