Note D2DPE n 51. Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note D2DPE n 51. Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective"

Transcription

1 Note D2DPE n 51 Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective Novembre 2013

2 2

3 RÉSUMÉ La résilience territoriale est une notion récente qui rencontre un succès croissant auprès des acteurs du développement des territoires. Elle traduit bien l ambivalence existant entre un contexte anxiogène fait de crises et de transformations difficiles à appréhender, et les promesses de renouveau que recèle cette situation. La région Nord-Pas de Calais, au travers notamment de son Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT), s est saisie de la résilience territoriale qui devient un élément de sa vision régionale pour En effet, la région se trouve au cœur des interrogations soulevées par la résilience du fait de son histoire tourmentée et des capacités de rebond qu elle a suscitée au sein de sa population. Des premiers travaux d exploration sur la résilience territoriale et sa possible application dans la région ont été menés par la D2DPE au sein du Conseil régional dès La présente démarche prospective s inscrit dans cette continuité avec l objectif de construire une vision de d une région Nord-Pas de Calais à l horizon Les premiers éléments de cette démarche prospective ont pour ambition d aider les acteurs régionaux à mieux cerner cette notion très plastique, utilisée dans des contextes extrêmement différents. Les premières étapes consistent donc à s interroger sur son origine, son utilité et ses limites pour éventuellement commencer à esquisser une première typologie des expériences se réclamant de cette démarche. Parallèlement seront menées des investigations visant élaborer des outils de mesure et d évaluation à la fois qualitatifs et quantitatifs de la résilience sur les territoires régionaux, en les considérant de manière critique dans leurs apports et leurs limites. 1 Conseil Régional Nord-Pas de Calais «Vision 2040 pour le Nord-Pas de Calais»

4 CONTACTS Dossier suivi par Frédérique PARRAD, Service «Observation et Prospective Régionale», Direction du Développement Durable, de la Prospective et de l Évaluation. mail : téléphone : Consultable sur : prospective.nordpasdecalais.fr 4

5 SOMMAIRE INTRODUCTION.. P6 1 La résilience territoriale comme objectif des politiques publiques régionales. P6 2 Pourquoi la région Nord-Pas de Calais s intéresse-t-elle à la résilience territoriale?... P6 ÉMERGENCE DE LA NOTION DE RÉSILIENCE TERRITORIALE. 1 La résilience pour surmonter les épreuves : de la psychologie aux P7 territoires 2 Résilience territoriale et prise en compte du long terme : l apport de la prospective. P8 3 Le territoire au cœur des enjeux de la résilience.. P9 4 Des questions qui restent en suspens P11 P7 LA RÉSILIENCE TERRITORIALE, A LA RENCONTRE DE DIFFÉRENTES APPROCHES DU DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES.. P12 1 La résilience, une approche qui combine adaptation et robustesse pour faire face aux défis P12 écologiques à venir.. 2 La résilience pour réduire la vulnérabilité aux risques. p12 3 Les territoires face aux chocs économiques, quels apports de la résilience?... p13 4 La résilience comme levier de l évolution des représentations collectives. p14 5 Innovation sociale et débat démocratique comme accélérateurs de la résilience. p15 6 La résilience, une condition pour permettre la durabilité p15 7 La résilience est un levier majeur des démarches de transition vers un nouveau modèle de développement... p16 DES PISTES POUR ÉVALUER LES CAPACITÉS DE RÉSILIENCE D UN TERRITOIRE.. p17 1 Une grille d analyse avec des critères : un outil qualitatif en construction.. p17 2 Vers un indicateur de résilience territoriale, pour suivre et comparer les évolutions des capacités d un territoire p19 3 Comment mesurer la résilience, puis l évaluer et la comparer?... P20 VERS UNE VISION D UNE RÉGION RÉSILIENTE EN 2040 P21 Dernières notes D2DPE 5

6 INTRODUCTION 1. La résilience territoriale comme objectif des politiques publiques régionales Dans son actualisation, le Schéma Régional d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT) de la région identifie la résilience territoriale comme l un des éléments de la vision régionale. Il se donne pour ambition à l horizon 2030 d inscrire la région dans une nouvelle étape du développement durable menant vers un nouveau modèle de développement. Cette vision s appuie sur trois principes : Vers un territoire régional plus résilient : s appuyer sur les capacités de rebond de ses forces vives pour faire face aux crises à venir, dans une vision positive de l avenir recélant des potentialités de progrès. S engager dans la transformation écologique et sociale : il s agit d une première expérimentation pour transformer les politiques publiques régionales. Le principe consiste à travailler avec l ensemble des acteurs d une filière pour les amener à identifier des objectifs partagés par delà leurs intérêts divergents («le réagencement d acteurs») pour créer ensemble des biens communs, c est-àdire des biens collectifs nécessaire à l accomplissement d un développement humain durable (santé, culture, dialogue social, égalité des chances, etc.). Une mise en œuvre inter-territoriale : ces pratiques de coopération territoriale asymétriques permettent de dépasser les frontières institutionnelles et de répondre aux différents enjeux à l échelle appropriée. 2. Pourquoi la région Nord-Pas de Calais s intéresse-t-elle à la résilience territoriale? Le climat actuel d incertitudes sur l évolution de la société et de l économie, dans un contexte de crise économique dont les impacts sur les territoires ne semblent pas s être encore faits pleinement sentir, l anticipation de chocs à venir qu on ne cerne pas encore bien, et plus globalement une impression générale de déclin, de glissement progressif vers un autre monde, perçu comme une dégradation de la situation actuelle, tous ces éléments contribuent à l intérêt suscité par la résilience territoriale. Ce contexte peut également être perçu comme une opportunité de réinventer un autre modèle de développement, un nouveau projet de société plus satisfaisant que celui que nous connaissons actuellement. Il peut être la promesse d une nouvelle Renaissance, voir Bruno Latour qui déclare dans le Monde «l apocalypse est notre chance», c est-à-dire la certitude que le monde a changé et qu on peut faire quelque chose. C est cette ambivalence que traduit la résilience, appréhension d un choc et promesse d un renouveau. 6

7 La région Nord-Pas de Calais, du fait de son tissu économique, de sa structure sociale, de sa situation environnementale, peut sembler particulièrement vulnérable face à ces nouveaux chocs. Ceci alors qu elle a déjà subi des crises importantes dans le passé, qu elle avait l impression de commencer à surmonter, comme l illustre le récit du «Grand Tournant 2». La résilience peut servir de socle aux récits d une région dont l histoire est jalonnée de souffrances (guerres, occupation, histoire industrielle, crises économiques et sociales) qu elle essaie de surmonter. En effet, les acteurs régionaux perçoivent que, du fait même de son histoire tourmentée, la région a des capacités de rebond, des ressources d innovation, sa population possède des aptitudes particulières lui permettant de faire face aux aléas, et même de les transformer en forces de progrès. Le recours à la notion de résilience territoriale est un moyen de mettre en avant ces capacités et de projeter une vision positive du futur. ÉMERGENCE DE LA NOTION DE RÉSILIENCE TERRITORIALE La résilience appliquée aux territoires est une notion qui malgré sa popularité croissante est encore en gestation. Considérée comme un outil d appréhension de la complexité des enjeux qui se posent aux territoires, elle suscite encore des interrogations. 1. La résilience pour surmonter les épreuves, de la psychologie aux territoires "La résilience se définit comme l aptitude à s adapter, à réussir à vivre et à se développer, à retrouver un état d équilibre après une perturbation avec la possibilité de transformation et renouvellement des structures. Elle offre un moyen de faire face aux perturbations, de ne plus subir, c est une réponse à nos angoisses". Priscille Couvent (2010). Une genèse longue et diversifiée Dans une note réalisée en 2010 pour le Conseil régional 3, Priscille Couvent met en évidence la genèse et l évolution de la notion : à l origine, elle désignait une propriété des métaux. De la mécanique, elle s est ensuite étendue à l écologie pour décrire des éco-systèmes puis à la psychologie pour décrire la capacité de certains individus à surmonter certains traumatismes. Elle est également utilisée dans l analyse des systèmes, finances, informatique, etc. Mais c est surtout au travers de la psychologie qu elle a acquis sa notoriété et qu elle s est diffusée par analogie au développement territorial. 2 DAVEZIES Laurent, VELTZ Pierre «Nord-Pas de Calais : Le grand tournant» Aube Nord, 2005, 169 pages. 3 Note de la D2DPE n 43 «La résilience territoriale, du concept à l application, premières interprétations», décembre 2010, Conseil régional Nord-Pas de Calais 7

8 Une notion utilisée en psychologie La résilience psychologique repose sur deux principes : d un mal peut sortir un bien, à la suite d un traumatisme et à l issu d un cheminement personnel, un individu peut ressortir plus apte à construire sa vie et à être heureux ; chacun peut trouver en soi les ressorts lui permettant de surmonter un traumatisme. Popularisée par Boris Cyrulnik, cette catégorie d analyse est largement reprise même si elle suscite des réserves chez certains, considérant qu elle pourrait amener à une vision darwinienne selon laquelle chacun doit avant tout pouvoir compter sur soi et seuls les plus aptes s en sortiront. étendue par analogie au développement territorial Le développement territorial combine cette dimension psychologique de la résilience avec sa première utilisation concernant la matière et les systèmes : c est à la fois un espace physique avec ses spécificités, un système avec ses acteurs et ses institutions qui font société, et un collectif d individus plus ou moins unis par des caractéristiques communes. Les deux propriétés de la résilience psychologique prennent sens dans ce cadre territorial : ainsi le fait de parvenir à s en sortir en comptant sur ses propres ressources, est un objectif souhaitable, même si d autres formes de solidarité peuvent être sollicitées parallèlement. De la même façon, le fait de ressortir plus fort, mieux armé à l issue d une crise est tout à fait positif. On peut noter, toutefois, et c est un reproche récurrent sur lequel nous reviendrons, que l association de la résilience avec la souffrance et la crise peut avoir un effet négatif dans un contexte déjà anxiogène dans lequel l opinion peine à se représenter l avenir de manière positive. 2. Résilience territoriale et prise en compte du long terme : l apport de la prospective En réhabilitant la prise en compte du long terme, la résilience territoriale s inscrit dans la démarche prospective menée par le Conseil régional : les mécanismes de résilience se fondent sur la mémoire du passé et des événements, chocs et ruptures, qui se sont déroulés sur les territoires alors que la dictature du court terme et des flux d information en continu privilégient une réactivité immédiate et un mécanisme d oubli et de renouvellement permanent des questions. 8

9 La résilience territoriale promeut des comportements pro-actifs La résilience oblige à se projeter dans l avenir et dans les événements qui pourraient arriver. Elle encourage à anticiper. Face à des chocs de nature externe ou interne, la résilience encourage des comportements visant à les surmonter. Pourtant, de même que les analyses en termes de résistance ou vulnérabilité, elle peut donner l image d un territoire forteresse qui se crispe en attendant d être heurté par le monde extérieur, subissant les événements au lieu de les contrôler. Cette image de passivité associée à la résilience ne correspond pas à sa définition telle que mise en évidence par Priscille Couvent. Selon elle, la résilience permet d absorber les chocs mais également de créer un nouvel état d équilibre résultant de cette absorption. Le système initial ne reste donc pas figé, il s adapte tout en conservant une partie de ses caractéristiques initiales. La résilience combine robustesse (constance et résistance face aux évolutions) et adaptation (capacité à accepter le changement) 4. Un cadre prospectif pour construire une finalité à ces comportements résilients Toutefois, il est certain que la résilience territoriale ne peut pas être conçue sans une appréhension des événements qui sont susceptibles de se produire, donc sans une exploration des futurs possibles dont certains seront le produit de chocs internes aux territoires. C est dans le cadre d une démarche de prospective prenant en compte tendances et ruptures, phénomènes émergents et analyse systémique, que la résilience territoriale prend tout son sens. En effet, en permettant de construire des futurs souhaitables, appuyés sur une vision de l avenir construite collectivement, la démarche prospective fournit un cadre d action à une résilience territoriale à laquelle on reproche de n être pas finalisée : résilience pour quoi et vers quel modèle, l essentiel n est pas le seul processus d adaptation reconstruction mais son but. C est le sens de l orientation des politiques publiques régionales vers la seconde étape du développement durable, la construction d un nouveau modèle de développement. Dans ce cadre, la résilience est un outil, un appui à l action qui aide à appréhender la complexité du monde. 3. Le territoire au cœur des enjeux de la résilience La résilience est une notion de plus en plus fréquemment utilisée dans le développement territorial car elle rend bien compte de la complexité des enjeux auxquels ont à faire face les sociétés locales. 4 Note de la D2DPE n 43 «La résilience territoriale, du concept à l application, premières interprétations», op cit. 9

10 En effet, c est au niveau local que se rencontrent les attentes des populations avec les contraintes et les opportunités économiques et écologiques. Au plus près de la diversité des acteurs et de leurs pratiques, les décideurs locaux sont en première ligne pour concilier ces attentes et les articuler dans un projet qui «fasse territoire». Une approche en termes de résilience permet de mettre en évidence les leviers d action dont disposent les acteurs locaux, pour combattre le sentiment d impuissance qui peut être ressenti face à des phénomènes globaux dépassant les capacités de chacun. Dans un contexte incertain, confronté à des transitions majeures, la résilience permet d appréhender la complexité du monde, marquée par : l emboîtement des échelles : du local au global, le développement des échanges et des réseaux dépasse les frontières institutionnelles ; la transversalité des enjeux : économie et société, environnement et gouvernance doivent être appréhendés de manière intégrée, et dans leurs interactions réciproques ; le fonctionnement systémique : chaque phénomène ne peut être considéré indépendamment mais dans ses impacts potentiels positifs ou négatifs sur les acteurs et les territoires. La prise en compte du long terme : pour se préparer à l inattendu et construire des futurs souhaitables. C est dans ce contexte que chaque territoire, ses acteurs, ses institutions, ses habitants construit sa propre réponse aux défis qui l attendent, en fonction de ses spécificités. Cette diversité fait la richesse du tissu local, favorisant l innovation et la créativité de chacun, mais elle est également porteuse de risques pour les territoires qui ne sauront ou ne pourront pas mobiliser les ressources nécessaires à leur rebond. De ce constat, est née la réflexion sur l égalité des territoires qui est amenée à se développer 5. Dans ce cadre, le territoire régional et ses principaux responsables, notamment au sein de la collectivité régionale, occupe une position stratégique, à la charnière entre enjeux de proximité et enjeux globaux. La région a vocation à fédérer les potentialités des différents territoires locaux, les aider à développer leurs capacités de résilience, en gardant à l esprit que l inscription de chacun dans des réseaux dépasse ses propres frontières régionales. 5 Cf. Laurent Eloi (ss dir.) «Vers l égalité des territoires, dynamiques, mesures, politiques. Rapport à la ministre de l Egalité du territoire et du logement», La Documentation française, 2013 et notamment Lorens Pierre-Jean, Marlier Grégory et Humbert Stéphane «Vers de nouveaux indicateurs pour le développement d humain territorial» pp

11 4. Des questions qui restent en suspens La résilience suscite encore des interrogations sans compter des réserves qui vont jusqu à questionner son intérêt même. Une image qui reste encore ambivalente pour de nombreux acteurs L idée de résilience est associée à celle d adaptation et d acceptation passive des évolutions de son environnement sans tenter d en influer le cours. On a vu plus haut que les premières théories de la résilience associaient adaptation et robustesse, c est-à-dire une capacité à conserver ses fondamentaux et non pas une adaptation sans fin, mais aux yeux de certains, la notion manque de dimension volontariste. De plus, du fait de son usage par la psychologie pour décrire comment certains ont pu surmonter des traumatismes, la notion est marquée par l idée de souffrance. Or, dans une région qui a déjà une image marquée par les crises, les guerres et les difficultés, le recours à cette notion risque de ne pas projeter une vision positive du futur et de ses potentialités. Enfin, et ce reproche n est pas adressé à la seule résilience, certains ne voient pas l intérêt de développer un nouveau concept pour l analyse du développement des territoires, ses bénéfices pour les acteurs de terrain ne paraissant pas majeurs alors que des notions plus anciennes comme le développement durable ou la transition énergétique ont déjà du mal à être intégrées. Qu est ce qu une bonne résilience? Un objectif ou un processus? Une ambivalence demeure sur ce qui est recherché au travers de la résilience. La résilience doit-elle être un objectif des politiques publiques visant à développer les capacités de rebond des habitants, des entreprises et de l ensemble des acteurs d un territoire ou doit-elle être considérée comme un processus qui participe à la réalisation d un développement qui profite à tous? En d autres termes, parle-t-on de territoires résilients ou de résilience territoriale? L enjeu n est pas le même, il implique de savoir si la résilience s impose comme une nouvelle composante du développement des territoires ou si c est un instrument au service de politiques publiques pré-existantes. On retrouve ici la question du manque de finalité attribuée à la résilience et de la nécessité de l adosser à des objectifs plus larges dont elle peut contribuer à changer le sens (comme cela a été fait dans le SRADDT Nord-Pas de Calais). Cette question a des impacts sur la façon dont sera ensuite mesurée cette résilience : s agit-il d un solde global comptabilisé au terme d un diagnostic le plus exhaustif possible des forces et faiblesses de la situation d un territoire au regard de la résilience ; 11

12 ou s agit-il de mesurer des capacités de résilience, au travers de la mise en évidence de leviers, de bonnes pratiques, au risque de ne présenter qu une vision partielle de la situation, faisant la part belle aux initiatives des institutions. LA RÉSILIENCE TERRITORIALE, A LA RENCONTRE DE DIFFÉRENTES APPROCHES DU DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES On peut tenter de distinguer ces approches même si elles sont généralement très liées entre elles, certaines ont contribué à créer la notion de résilience tandis que d autres l ont intégrée à une démarche pré-existante. 1. La résilience, une approche qui combine adaptation et robustesse pour faire face aux défis écologiques à venir Ce champ d investigation est en partie le fruit des travaux d écologie humaine, s intéressant à l évolution des éco-systèmes écologiques et humains, les interactions entre la nature et les sociétés humaines. La prise de conscience des crises écologiques à venir, changement climatique et tensions sur les ressources naturelles, a mis sur le devant de la scène ces analyses avec notamment : le rôle de la biodiversité, elle-même menacée, qui contribue à la robustesse des territoires, leur capacité à conserver leurs caractéristiques propres face à des perturbations exogènes ; l attention portée aux stratégies d adaptation, prenant acte que les impacts des crises écologiques vont aller en s amplifiant, les sociétés ont intérêt à s y préparer en adaptant leurs fonctionnements et leurs structures aux chocs à venir. Dans ce cadre, la résilience est la combinaison de l adaptation à la robustesse, c està-dire la capacité à évoluer en fonction des contraintes de son environnement tout en conservant ce qui fait sa spécificité, le cœur de son être. 2. La résilience pour réduire la vulnérabilité aux risques La gestion des risques et des catastrophes est une préoccupation ancienne des pouvoirs publics, à tel point qu elle est longtemps restée une prérogative exclusive des autorités étatiques, au titre de la sécurité civile à mi-chemin entre police et défense nationale. Aujourd hui, la question est plus que jamais au cœur des préoccupations avec des événements dont la fréquence et la gravité s accélèrent, en lien avec le changement climatique dont cette augmentation est l une des conséquences. Préoccupées par la recherche du risque zéro, les sociétés contemporaines sont en train d évoluer pour mieux les prendre en compte au lieu de les nier et devenir des «sociétés du risque». 12

13 Les risques sont traditionnellement considérés comme la rencontre d un aléa avec une vulnérabilité. Or, du fait des dérèglements climatiques, ces aléas se sont accrus avec notamment des phénomènes d enchaînement du type Fukushima, un tremblement de terre qui entraîne un tsunami puis une catastrophe nucléaire. De plus, la vulnérabilité de nombreuses sociétés a progressé, notamment dans les pays du sud avec une explosion anarchique des villes et une fragilisation de certains milieux notamment le long des littoraux. Progressivement, la résilience se développe comme une notion centrale pour appréhender ces problématiques. Elle permet d insister sur les caractéristiques suivantes : la capacité des sociétés locales à se mobiliser pour faire face à ces nouveaux risques, à côté d un pouvoir central continuant à exercer ses prérogatives tout en les articulant mieux aux spécificités de chaque territoire ; l importance d anticiper ces risques en misant sur des stratégies de prévention, y compris en se préparant à l inattendu, l inconcevable ; la prise en compte de la mémoire et de l expérience de chacun pour comprendre comment les territoires arrivent à surmonter un traumatisme individuel et collectif ; la nécessité de penser les risques dans leurs impacts multi-dimensionnels et de prévoir l organisation sociale en conséquence ; la possibilité de transformer une catastrophe en atout de développement en misant sur les potentialités de rebond de la population, articulées dans un récit de long terme. 3. Les territoires face aux chocs économiques, quels apports de la résilience? L inégale capacité des territoires à faire face aux aléas économiques et la mise en place de stratégies de différentiation territoriale sont depuis toujours au cœur des préoccupations du développement local. Dans un contexte de concurrence accrue entre territoires, en dépit des discours de solidarité régionale ou nationale, chacun cherche à valoriser son attractivité, mettre en avant ses atouts, remédier à ses faiblesses, dans un discours sur la compétitivité qui s inspire de celui des entreprises privées. L analyse des facteurs de vulnérabilité et de résistance des territoires face à l évolution de la conjoncture économique s appuie sur une analyse du tissu productif, sa diversité, son ouverture, la présence de centres de décision, le poids de la sphère présentielle et de l économie sociale et solidaire, la concentration des emplois, et sur une analyse de la population active, son profil socio-économique, son niveau de formation, etc. 13

14 L introduction de la notion de résilience dans ces analyses s inscrit dans la même optique insistant sur les marges de manœuvre locales face aux évolutions globales. Elle contribue à mettre en avant certains éléments : l importance du capital humain, le lien entre emploi et formation et le fait de considérer la population comme une ressource à valoriser ; l emboîtement des échelles, le territoire n est pas une île et les acteurs sont inscrits dans des réseaux qui dépassent ses frontières ; l apport d une analyse coûts / avantages : ainsi, la présence d une activité d excellence est un atout et un facteur de fragilité, les activités présentielles sont non délocalisables mais proposent des emplois peu qualifiés, etc. la prise en compte de l impact sur l économie des évolutions d autres secteurs, par exemple la prise en compte des risques, la dégradation de la biodiversité ou la qualité du climat social. 4. La résilience comme levier de l évolution des représentations collectives On se trouve au cœur de l analogie entre résilience psychologique et résilience appliquée aux territoires. Le territoire, identifié ici comme une société localisée, est considéré comme un organisme vivant possédant une mémoire collective des événements qui s y sont déroulés. Cette intuition consistant à caractériser une population comme plus ou moins entreprenante, solidaire, passive, etc. occupe une place importante dans les analyses des acteurs sur un territoire, elle contribue à façonner l identité que ces acteurs ont d eux-mêmes. Ces représentations ont une influence forte sur la capacité des acteurs à se mobiliser et à innover, mais le problème est qu elles sont difficiles à objectiver. Le risque d un recours à une analyse en terme de résilience pour caractériser une population serait d en faire une qualité intrinsèque qui serait présente ou non et qui se transmettrait de génération en génération. Toutefois, il pourrait être possible d identifier des facteurs de résilience qui pourraient ensuite contribuer à faire évoluer les représentations et à construire un récit collectif des mutations vécues par le territoire. Quelques pistes peuvent être évoquées pour creuser ces sujets : une investigation sur les valeurs de la population, sous forme de sondage, ou sur les représentations de ses acteurs à partir d entretiens qualitatifs, de groupes de travail (conférence de consensus, focus group, etc.) un travail sur la mémoire de la population face aux événements de l histoire ancienne et récente : fermeture d entreprises, catastrophes naturelles ou industrielles, guerres, conflits sociaux, etc. une mobilisation des initiatives artistiques et culturelles qui ont vocation à transformer des expériences singulières en récits collectifs. 14

15 5. Innovation sociale et débat démocratique comme accélérateurs de la résilience Bien-être des populations, climat social, fonctionnement des institutions et de la «gouvernance» sont des paramètres classiques de l analyse du développement des territoires. La prise en compte de la résilience permet d articuler ces éléments vers un objectif commun en dynamique, se préparer aux évolutions futures. A noter que ce n est évidemment leur seule raison d être puisque la recherche du bien-être ou la qualité du débat démocratique sont des objectifs qui se suffisent en soi. En matière de fonctionnement social, la résilience s inscrit dans le prolongement des analyses sur la santé sociale des territoires 6 : qualité des relations entre les individus, degré de confiance inter-personnelle et vis-à-vis des institutions, conflictualité, ainsi que sa cohésion sociale et son niveau de disparités, son degré d ouverture et son potentiel d innovation sociale, de mise en capacitation, d esprit d initiative, etc. En ce qui concerne les institutions politiques, la résilience profite d une bonne coordination des acteurs publics, de politiques publiques efficaces, orientées vers le long terme mais réactives, prenant en compte la complexité des interactions sociales y compris territoriales. Toutefois, il peut exister une ambivalence au regard de la dimension délibérative du fonctionnement politique. En effet, la résilience suppose réactivité et capacité de décision, ce qui implique éventuellement un leadership politique fort, avec une capacité d entraînement. A cette aune, la mise en place de démarches de participation, l émergence de débats venant éventuellement remettre en cause des choix politiques apparaît contre-productive. Pourtant, on peut considérer que l approfondissement des fonctionnements démocratiques, le développement de controverses fécondes favorise au contraire l autonomie des citoyens et bénéficie à plus long terme à leurs capacités de résilience. C est la capacité à articuler court et long terme qui est au cœur de la résilience, la réponse à l urgence, si elle est nécessaire, ne dispense pas de préparer l avenir et de s inscrire dans le temps pour construire une société pleinement démocratique. 6. La résilience, une condition pour permettre la durabilité Résultant de l ensemble des approches présentées ci-dessus, le champ du développement durable et de la soutenabilité a lui aussi progressivement intégré les réflexions issues de la résilience. A l origine, cette approche vient d une prise en compte des limites de la planète et vise à concilier respect de l environnement et développement à la fois économique et social. Le développement durable a fait l objet d une adhésion croissante au cours des années 90, à tel point qu il est devenu trop consensuel et relativement illisible. 6 Note D2DPE n 49 «Un indicateur de santé sociale pour les régions française, l ISS. Actualisation pour l année 2008», février 2012, Conseil régional Nord-Pas de Calais, mars

16 Dans un article de , Jacques Theys appelle à une deuxième étape du développement durable. Pour lui, le développement durable a un contenu spécifique issu du rapport Brundtland et du sommet de la Terre de Rio en 2002, qu il convient de prendre au sérieux, ce n est pas uniquement une manière de faire consistant à concilier différentes logiques. C est la deuxième étape du développement durable qui a été discutée lors du sommet de la Terre Rio+20 en 2012 et qui a été reprise comme objectif politique par la Région 8. Elle permet d intégrer au développement durable les crises écologiques et notamment le changement climatique dont la prise de conscience a progressé depuis les années 90. Dans ce cadre, la résilience s impose comme un moyen pour atteindre la durabilité. Elle permet de faire face aux chocs et aux imprévus tout en conservant sa finalité de développement durable : entre résilience non durable et développement durable non résilient, les deux notions se confortent. La résilience devient une des conditions de la durabilité. 7. La résilience est un levier majeur des démarches de transition vers un nouveau modèle de développement Au-delà du développement durable qui constitue une forme de compromis, des approches plus radicales visant à transformer profondément les conditions du développement à l échelle locale ont existé depuis longtemps. Mêlant critiques du système capitaliste et prise de conscience écologique, elles mettent en avant stratégies de décroissance, recherche de qualité au détriment de la quantité, sobriété et nouvelles utopies sociales. Dans la foulée des mobilisations altermondialistes, le mouvement de la transition (autour de Rob Hopkins et des villes en transition) 9 a pris son essor dans les années Il repose sur un double contexte de changement climatique et crise énergétique et sur une conviction, celle de la capacité des acteurs à agir au niveau local. D où l importance que ce mouvement accorde à la notion de résilience, qu il a contribué à faire émerger. En effet, la résilience permet de mettre en avant l incertitude du contexte et donc la nécessité de se préparer au changement, et les marges de manœuvre des acteurs, dans une optique très participative et ascendante. Dans cette optique, la résilience acquiert une finalité spécifique, elle éclaire le chemin de la transition vers un autre modèle de développement, un monde meilleur, plus solidaire, plus sobre et plus démocratique. 7 THEYS Jacques «Pour une nouvelle étape du développement durable», Editions de l Aube Nord, La seconde étape du développement durable sert de socle à la vision régionale pour 2030 dans le Schéma régional de développement durable du territoire (SRADDT) Nord-Pas de Calais actualisé en septembre 2013, ainsi qu au référentiel de la transformation écologique et sociale, démarche expérimentale mis en œuvre par le Conseil régional Nord-Pas de Calais, cf. début de la présente note

17 DES PISTES POUR ÉVALUER LES CAPACITÉS DE RÉSILIENCE D UN TERRITOIRE Au-delà des tentatives nécessaires de clarification sur la notion de résilience territoriale, l apport du travail de la D2DPE et notamment de Priscille Couvent que cette démarche entend poursuivre réside dans les pistes qu elle ouvre pour la prise en compte de la résilience dans le développement des territoires. 1. Une grille d analyse avec des critères : un outil qualitatif en construction Sur la base de ses premières investigations à Béthune en 2010, Priscille Couvent a construit une grille d analyse dont l objectif est de mettre en évidence les capacités de résilience d un territoire. Cette grille suscite encore autant de questions qu elle n ouvre de pistes mais elle représente une première tentative de concrétiser les apports d une analyse en termes de résilience. Les 4 domaines de la résilience Classiquement, en reprenant les analyses du développement durable, l analyse du territoire est divisée en 4 domaines : l environnement, y compris aménagement du territoire et urbanisme : l individu et la société, pour passer des analyses de la psychologie à la sociologie ; l économie et la finance ; les institutions. Les 5 critères de la résilience C est là un des apports principaux du travail de Priscille Couvent, elle a construit ces cinq critères qui offrent une approche synthétique de la résilience : la diversité l ouverture et la modularité notamment l emboîtement des échelles géographiques l innovation, sous toutes ses formes (créativité, prise d initiative, etc.) la transversalité entre dimensions (et le fonctionnement systémique) l anticipation et l organisation 17

18 La grille d analyse des capacités de résilience : une combinaison de ces deux éléments La grille d analyse permet de passer au crible des cinq critères de la résilience les caractéristiques principales du territoire, en se posant la question : quels sont les atouts, quelles sont les faiblesses de ce territoire, au regard de la diversité, de l ouverture, de l innovation, etc., ceci dans des quatre domaines identifiés ci-dessus. Cette grille fonctionne sur le même principe que les analyses forces / faiblesses / opportunités / menaces, mais elle a l avantage d être finalisée. C est-à-dire que les différents éléments sont considérés au regard des cinq critères de la résilience, et non pas dans l absolu par rapport à un modèle non explicité, ce qui est un des problèmes principaux des approches type SWOT 10. En revanche, la grille reste sur une analyse statique à un moment T, ce qui est paradoxal pour la résilience qui vise à mettre en évidence des potentialités, ce que P. Couvent avait déjà remarqué. Pour introduire une dynamique, on pourrait envisager d introduire des éléments de futurs possibles et de futurs souhaitables. La question est la même pour les échelles géographiques, où s arrête le territoire, comment prendre en compte l inscription dans les réseaux et collaborations multiples, les frontières poreuses et les emboîtements d échelles? C est à ces interrogations que cherchent à répondre les démarches d inter-territorialité 11. On voit que cet objet est encore en construction, il repose sur une analyse qualitative des capacités du territoire et doit donc être élaboré au sein de groupes de travail rassemblant des acteurs issus des secteurs les plus divers afin d avoir une vision la plus exhaustive possible de la situation. Cette grille devra donc être complétée par d autres outils qualitatifs pour offrir une vision la plus large possible des potentialités de résilience d un territoire : récits et narrations, travail sur les représentations (mémoires, focus group, etc.). 10 SWOT : «Strengths, Weaknesses Opportunities Threats», un outil inspiré du mangagement stratégique pour construire des diagnostics de territoire 11 Notes de la D2DPE n 35 «Démarche prospective sur les conditions de mise en œuvre de politiques interterritoriales», avril 2010, Conseil régional Nord-Pas de Calais 18

19 2. Vers un indicateur de résilience territoriale, pour suivre et comparer les évolutions des capacités d un territoire Cet indicateur ou plutôt ces indicateurs de suivi représentent une première tentative d évaluer la résilience de manière quantitative. Sa démarche de construction est décrite dans la note Priscille Couvent, mais il n est pas terminé. Il se présente pour l instant sous forme de radars pour pouvoir intégrer les 4 dimensions de la résilience avec les cinq critères : Note de la D2DPE n 43 «La résilience territoriale, du concept à l application, premières interprétations», op cit., p. 27 Notamment, la sélection des indicateurs de chacun des 4 domaines n est pas achevée. De même, la question de l échelle de référence n est pas tranchée, cidessus, les données régionales sont comparées à l échelle nationale, mais on pourrait envisager de les mettre en relation avec un niveau optimum à atteindre au regard d un objectif de résilience régionale. Comme les autres indicateurs de développement durable du projet «indicateurs 21» construits par la D2DPE et repris en grande partie par l ARF (association des régions de France) 12, ce processus de sélection devrait être soumis à un débat contradictoire avec les acteurs régionaux, qui devrait se dérouler au sein d un forum hybride permanent qui sera mis en place par le Conseil régional à l automne Association des régions de France «Rapport sur les indicateurs de contexte de développement durable», janvier

20 Pour des raisons de disponibilité des données, ces premiers travaux sont conçus à l échelle régionale, même s ils pourraient à terme être envisagés à des échelles plus locales. Comme tous les indicateurs synthétiques, un indicateur de résilience aurait d abord une fonction pédagogique, d affichage d une priorité, ainsi qu une fonction comparative dans l espace et dans le temps. 3. Comment mesurer la résilience, puis l évaluer et la comparer? A la lumière des premières investigations menées en 2010, on peut identifier trois types de questions sur cette évaluation, même si d autres sont vraisemblablement appelées à émerger au fur et à mesure de l avancement des travaux : échelle, temporalité et appréciation qualitative. A quelles échelles mesurer la résilience L articulation entre niveaux global et local est sensible dans les deux axes de la construction d une résilience territoriale dans la région : Au niveau du territoire de projet, intercommunalité, SCOT, pays qui se construit lui-même dans une imbrication des périmètres et des frontières s insérant dans des réseaux. Au niveau de la région, niveau «méso» entre global et local, mais qui résulte soit de la somme de ces différents territoires soit d une investigation spécifique menée à cette échelle. Selon quelles temporalités mesurer la résilience Il est possible, soit de la mesurer à un instant T avec la possibilité de suivre son évolution dans le temps, soit de la mesurer en termes de potentialités en la confrontant à des scénarios de futurs possibles pour évaluer la capacité du territoires à résister à des chocs à venir. Cette question a des implications importantes car une démarche fondée sur une seule évaluation a posteriori des vulnérabilités d un territoire a un intérêt moindre qu une analyse en amont de ses potentialités de mobilisation. Mais la mesure de ces capacités nécessite une détection fine des initiatives et signaux faibles à l œuvre sur les territoires qui doit ensuite pouvoir être modélisée dans des instruments de mesure, c est une démarche ambitieuse. Comment évaluer les critères de la résilience en se fondant sur une démarche qualitative Au-delà des indicateurs de suivi de la résilience reposant sur des variables chiffrées encore à construire, la grille d évaluation et ses cinq critères est conçue à partir des représentations des acteurs qui sont recueillies dans le cadre d une démarche qualitative associant des participants issus d horizons variés pour éviter des biais trop importants. 20

21 Il convient de conserver ces questions à l esprit tout en continuant de progresser dans la démarche afin d éventuellement nuancer les analyses qui en résulteront. VERS UNE VISION D UNE RÉGION RÉSILIENTE EN 2040 L objectif final de la démarche est de construire une vision souhaitable de ce que serait une région Nord-Pas de Calais résiliente à l horizon 2040, assortie de moyens pour la mesurer et de leviers identifiés pour y parvenir. Dans cette optique, deux démarches peuvent être menées en parallèle : Un panorama des initiatives existantes en matière de résilience dans la région et ailleurs pour en esquisser une première typologie ; Une expérimentation d outils de mesure de la résilience sur des territoires volontaires pour dresser un bilan de ses forces, faiblesses et de son évolution. Sur la base de ces deux volets, il sera possible de construire une conception consolidée de la résilience territoriale dans la région, de son intérêt, de ses limites et d envisager des propositions pour la renforcer à l horizon

22 Références bibliographiques DAVEZIES Laurent, VELTZ Pierre «Nord-Pas de Calais : Le grand tournant» Aube Nord, 2005, 169 pages. Note de la D2DPE n 43 «La résilience territoriale, du concept à l application, premières interprétations», décembre 2010, Conseil régional Nord-Pas de Calais Laurent Eloi (ss dir.) «Vers l égalité des territoires, dynamiques, mesures, politiques. Rapport à la ministre de l Egalité du territoire et du logement», La Documentation française, 2013 et notamment Lorens Pierre-Jean, Marlier Grégory et Humbert Stéphane «Vers de nouveaux indicateurs pour le développement dumain territorial» pp Note D2DPE n 49 «Un indicateur de santé sociale pour les régions française, l ISS. Actualisation pour l année 2008», février 2012, Conseil régional Nord-Pas de Calais, mars THEYS Jacques «Pour une nouvelle étape du développement durable», Editions de l Aube Nord, Notes de la D2DPE n 35 «Démarche prospective sur les conditions de mise en œuvre de politiques interterritoriales», avril 2010, Conseil régional Nord-Pas de Calais Association des régions de France «Développement durable : la révolution des nouveaux indicateurs», janvier «Vision 2040 pour le Nord-Pas de Calais»

23 Dernières notes de la D2DPE Note D2DPE n 50 : L évolution de l occupation du sol du Nord-Pas de Calais à travers l analyse de la base de données SIGALE de 1990 à 2009 (mai 2012) Note D2DPE n 49 : Un indicateur de santé sociale pour les régions françaises : l ISS - Actualisation pour l année 2008 (janvier 2012) Note D2DPE n 48 : Une régionalisation de l Indicateur de Développement Humain : l IDH-2 - Actualisation pour l année 2088 (janvier 2012) Note D2DPE n 47 : La régionalisation de l Indicateur de Participation des Femmes à la vie économique et politique. (décembre 2011) Note D2DPE n 46 : Portrait socio-économique des espaces ruraux du Nord Pas de Calais. (avril 2011) Note D2DPE n 45 : Économie des territoires du Nord Pas de Calais Typologies et sensibilité à la crise. Quels impacts? (janvier 2011) Note D2DPE n 44 : L évolution de l urbanisation en Nord Pas de Calais à l horizon (novembre 2010) Note D2DPE n 43 : La résilience territoriale, du concept à l application Premières interprétations (décembre 2010) Note D2DPE n 42 : Étude prospective sur la mise en oeuvre du facteur 4 en Nord-Pas de Calais (novembre 2010) Note D2DPE n 41 : «Lycées des nouvelles chances» (novembre 2010) Note D2DPE n 40 : Changement climatique et robustesse des territoires en Nord- Pas de Calais à 2025 : méthodes et premières expérimentations (rapport étudiants sciences-po) (novembre 2010) 23

24 Région Nord-Pas de Calais Pôle «Appui au pilotage des politiques publiques» Direction du Développement Durable, de la Prospective et de l Evaluation 151 avenue du Président Hoover LILLE CEDEX Tél :

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES Coordination et rédaction : Ana HOURS Catherine LAPIERRE Co-rédacteurs

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive INVITATION Mardi 7 juillet 2015 JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive «Dimensionner une planification ambitieuse

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE PROPOSITIONS COMMUNES Mise en œuvre de la rénovation énergétique du parc existant de bâtiments Contact CFEE : Joël VORMUS Tél. : 01 55 86 80 08 joel.vormus@cler.org

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE Exemple de grille de diagnostic du contexte socioéconomique du territoire et de l offre départementale de l IAE Analyse AFOM - Atouts - Faiblesses - Opportunités Menaces Définition générale L'analyse AFOM

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

teddif L élaboration d un diagnostic de développement durable Cahier n 8 CYCLE DE FORMATION-ACTION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2011

teddif L élaboration d un diagnostic de développement durable Cahier n 8 CYCLE DE FORMATION-ACTION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2011 teddif Les cahiers du développement durable CYCLE DE FORMATION-ACTION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2011 Cahier n 8 L élaboration d un diagnostic de développement durable Septembre 2011 teddif préambule

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail