Résumé : I- Introduction :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé : I- Introduction :"

Transcription

1 Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure de Statstque et d Économe Applquée d Alger. L objectf de cette étude est de comparer la performance des entreprses prvées avec celle des entreprses de proprété publques algérennes. En d autres termes, elle tente d analyser le len entre la forme de proprété et la performance des entreprses. Mantes études théorques et emprques qu sont ntéressées à l examen de ce len. Sur le plan théorque, l exste prncpalement deux grandes écoles, la premère est la théore des drots de proprété et la seconde est la théore des chox publcs ; celles-c corroborent l'exstence d'une relaton postve entre la forme de proprété prvée et la performance d entreprse, c'est-à-dre que l entreprse de proprété prvée est plus performante que l entreprse de proprété publque ; alors que sur le plan emprque, les résultats de certanes études pratques nfrment la suprémate de l'entreprse prvée comparatvement à l'entreprse de proprété publque, et d'autres travaux confrment la préémnence de l'entreprse prvée; ces résultats, non dentques, montrent que la relaton entre la proprété et la performance d'entreprse est lon d'être établt. Cette d'ambguïté, nous a ncté à vérfer la relaton proprété-performance des entreprses sur des données des entreprses algérennes, en utlsant l approche de frontère stochastque pour estmer la performance de chaque entreprse mesurer par l effcence technque. Mot clés : Formes de proprété, performance, prvée, publque, effcence technque, frontère stochastque. I- Introducton : La prvatsaton est l un des phénomènes économques du XX e sècle, des mllers d entreprses publques ont été prvatsés. Les prncpales rasons, souvent nvoquées par les partsans de la prvatsaton pour la justfer, se résument ans : le premer est : «la prvatsaton permet d amélorer le nveau de performance des entreprses publque» 1, et le second argument est «tous ce qu est de proprété publque est ntrnsèquement mauvas». Sute au lancement du processus de prvatsaton des mllers d'entreprses publques dans dfférents pays, tels que : Canada, USA, France, Bretagne, Europe de l Est etc., de nombreuses études théorques et emprques se sont ntéressées à l étude de la relaton entre la forme de proprété et la performance des entreprses, en d'autres termes, à l'examen de l effet de du changement de proprété sur la performance des entreprses. L objet de cette étude est de tenter d analyser le len entre la forme de proprété et la performance des entreprses algérennes en utlsant le modèle de frontère de producton stochastque. L mportance de cette étude résde essentellement en deux ponts : d une part, elle applque l analyse de frontère stochastque pour évaluer la performance des entreprses et d autre part, elle tente également de 1 Labaronne, D. : «Prvatsaton et performances des frmes des économes de l'est», Revue économque-vol.53. N 5, Sep 00. Gathon, H-J. et Pesteau, P. «La performance des entreprses publques : une queston de proprété ou de concurrence», Revue économque, N 6, Novembre,

2 comparer ou de vérfer la suprémate, en termes de performance, de l entreprse prvée par rapport à l entreprse de proprété publque, et ce sur des données des entreprses algérennes. II- Cadre théorque : Les prncpales théores économques néoclassques qu soulgnent et affrment la suprémate de l entreprse prvée comparatvement à l entreprse de proprété publque, sont en nombre de deux. Il s agt de la théore des drots de proprété 3 et la théore des chox publcs. Selon la premère théore, l entreprse prvée est plus performante que l entreprse publque pour rason de l exstence des mécansmes de contrôle exercé par le proprétare de l entreprse prvée à travers le marché des captaux, contrarement à l entreprse publque où ce mécansme est totalement absent, et que la proprété prvée crée, contrarement à la proprété publque, les nctatons à une melleure allocaton des ressources 4 ; alors que la seconde théore met l accent sur le problème de fonctonnement du gouvernement de l'entreprse publque où le manager tend souvent à maxmser son pouvor, son prestge et la quantté de ressources sous son control. Néanmons, certanes recherches mettent en queston cette proposton 5. En conséquence, les adeptes de ces deux théores avancent que l'entreprse prvée est plus performante que l'entreprse de proprété publque. Alors que emprquement, les résultats de nombreux travaux qu comparent la performance entre les deux formes de proprété «prvée Vs publque» ne se convergent pas souvent vers la même concluson, ces travaux dfférents de la façon dont ls analysent la relaton entre la forme de proprété prvée et la performance de l entreprses. Concernant la dfférence méthodologque utlsée par les études emprques; certanes d'entre elles comparent la performance d un groupe d entreprses prvée avec la performance d un autre groupe d entreprses de proprété publque, cette manère de procède est dte l analyse transversale 6 ; alors que d autres études adoptent une autre démarche dte l analyse longtudnale 7, celle-c consste à comparer la performance d un seul groupe des entreprses publques avant et après leurs prvatsatons. Les tests applqués aux entreprses 8, qu cherchent à mettre en évdence une relaton entre la performance des frmes et leur forme de proprété, offrent des résultats contradctores, les résultats obtenus par certans travaux affrment la suprémate de la frme prvée alors que d'autres travaux contestent ces résultats et d'autres présentent des résultats mtgés. Ces résultats montrent que la supposton selon laquelle l'entreprse prvée est plus performante que l'entreprse publque, est lon d être défntvement établt sur le plan emprque. Certans auteurs prétendent que lorsque l y a un envronnement suffsamment compéttf entre l entreprse prvée et 3 Vnng, A, R, and Boardman, A, E. «Ownershp versus competton: Effcency n publc enterprse», Publc Choce, vol 73, Pour plus de détal Vor : Amann, B. «La théore des drots de proprété», n «De nouvelles théores pour gérer l'entreprse», nouvelle édton Ouvrage collectf (Charreaux, G., Joffre P., Kœng, G., Martnet, A-C., de Montmorllon, B.), Économca. Pars, mars Vor, Bozec, R. et Breton, G. & Côté. L, : «The Underperformance of State-Owned Frms Revsted», Fnancal, Accountablty and Management, Vol 18, ss 4, Nov 00. pp: D Souza, J. et Meggnson, W.L. «The Fnancal and Operatng Performance of Prvatzed Frms durng the 1990s». The Journal of Fnance, vol. LIV, no. 4, August Idem. 8 Tels : France, USA, Canada, et de l'europe de l'est, tels : Pologne, Hongre, Républque tchèque,... etc.,

3 publque, la dfférence en terme cout untare n est pas sgnfcatve 9, donc, c est la structure de marché qu détermne le nveau de performance et non pas la forme de proprété 10,11, 1. Par alleurs, Bozec 13 a récemment recensé de très nombreuses études réalsées au cours des 40 dernères années dans le but de vérfer la relaton entre la forme de proprété et la performance des entreprses dans dfférents secteurs. Selon les résultats de ces études, 63% de ces études suggèrent que l entreprse prvée est plus performante que l entreprse publque. Et 1 % d entre elles présentent des résultats à l opposé de, et 19 % de ces études constatent l absence de dfférence entre les entreprses, alors que le reste (6 %) de ces études présentent des résultats mtgés III. Modèle de frontère de Stochastque Agner, et al (ALS) et Meeusen et al, ont proposé ndépendamment et smultanément un modèle de frontère qu prend en consdératon à la fos les éléments consdérés comme exogène au processus de producton de la frme (terme d erreur symétrque) et les éléments représentés par l effcence technque. Ces modèles sont appelés modèle de frontère Stochastque ou modèle de frontère à erreur composée 14. Dans cette approche, le terme d erreur est composé de deux termes ndépendants, le premer terme représente l neffcence (terme d erreur asymétrque) et le second terme aléatore, capte tous les facteurs qu ne sont pas sous le contrôle de la frme (terme d erreur blatéral). Conformément à ces rasonnements, l addton du terme d erreur symétrque avec le terme asymétrque représentant l neffcence, on obtent le modèle à erreur composé suvant : avec 15 : u, 0 utlsé par la frme, alors que y u et, la technologe utlsée par les entreprses. f x j exp (1) et j y dénote l output de l entreprse et x j est le vecteur d nput est un vecteur des paramètres nconnus et à estmer, défnssant la structure de La composante symbolse le brut aléatore symétrque, les sont supposé être d selon N (0, ). La composante u est supposée être dstrbuée ndépendamment de, et elle est asymétrque..e. u 0. Selon la lttérature emprque, dfférentes dstrbutons ont été adoptées pour u. Les dstrbutons les plus ustées sont : la lo sem-normal, la lo normale tronquée autour de d une valeur dfférente de zéro, la lo exponentelle, enfn, la lo gamma. 9 Vnng, A, R, and Boardman, A, E. «Ownershp versus competton: Effcency n publc enterprse», Publc Choce, vol 73, Vnng, A, R, and Boardman, A, E., op-ct. 11 Gathon, H-J. et Pesteau, P. «La performance des entreprses publques : une queston de proprété ou de concurrence», Revue économque, N 6, Novembre, Boardman, A. et Vnng, A. : «Ownershp of Performance n Compettve Envronments: A Comparson of the Performance of Prvate, Mxed and State-Owned Enterprses», Journal of Law and Economcs, 3(1), 1989, p : Bozec, R. «L analyse comparatve de la performance entre les entreprses publques et les entreprses prvées : le problème de mesure et son mpact sur les résultats» L'Actualté économque, vol. 80, n 4, 004, p Agner, D, et Lovell, K, et Schmdt, P. op-ct, p Agner, D, et Lovell, K, et Schmdt, P. op-ct, p 4. 3

4 La logque économque derrère cette spécfcaton est que le processus de producton est sujette à deux bruts aléatores économquement dstnguables, ayant des caractérstques dfférentes 16. D un pont de vue pratque, une telle dstncton faclte grandement l estmaton et l nterprétaton de la frontère. Le brut u postf reflète le fat que l output de chaque frme dot être sur ou en dessous de la frontère [ f ( x, ) ], et n mporte quelle dévaton de la frontère est le résultat des facteurs qu sont sous du contrôle de la frme. Ans, l effcence technque est mesurée, dans le modèle de frontère stochastque, par le rato 17 Estmaton de l effcence technque par la méthode du Maxmum de vrasemblance À l nstar de ALS, posons que sut (0, ) N y f ( x, ) et u (neffcence technque) sut une dstrbué semnormale, alors que Meeusen et Van Den Broeck ont adopté une dstrbuton exponentelle pour les u. Une fos que les coeffcents de la frontère sont estmés par la méthode du maxmum de vrasemblance, l neffcence technque u spécfque à chaque observaton peut être estmé sot par le mode ou la moyenne de u, et ce, suvant la démarche proposée par Jondrow et Lovell et Materov et Schmdt 18 permet de séparer le terme d erreur composé, et donc d estmer u de chaque observaton.. Cas d une lo sem-normale-normale 19 Dans le cas suvant : N(0, ) et N( 0, u u ) Ces auteurs ont proposé d utlser sot la moyenne sot le mode de la dstrbuton condtonnelle de u pour estmer u ndvduelle : E ) 1 ( u * / Où et représentent respectvement la foncton de densté d une lo normale standard et sa foncton de répartton. Avec : u* u et et u, * u* u u et * Le second estmateur de u est le mode : M u ) 0 ( u / s s 0 0 Une fos que les estmatons de û sont obtenues, l estmaton de l effcence technque ndvduelle est obtenue par l équaton suvante: TE exp ˆ u 16 Agner, D, et Lovell, K, et Schmdt, P. op-ct, 1977, pp : Agner, D, et Lovell, K, et Schmdt, P. op-ct, 1977, p : Jondrow, J. et Lovell, K,C,A. et Schmdt, P. op-ct, 19 Jondrow, J. et Lovell, K,C,A. et Schmdt, P. op-ct, p : 35. 4

5 Battese et coell 0 ont proposes un autre formule pour estmater l effcence technque spécfque à chaque producteur, comme sut TE E 1 * * * exp u / 1 1 exp * * * * Cas d une lo exponentelle-normale Dans ce cas, le terme d erreur représentant l neffcence technque sut, mantenant, une dstrbuton exponentelle dépendante d un seul paramètre de dsperson, avec une foncton de densté 1 : u f ( x) 1 e u u Comme pour le cas d une dstrbuton sem-normale, la moyenne ou le mode est utlsé afn d estmer chaque observaton : En effet, la moyenne et le mode de cette dstrbuton sont égaux à: u pour E u ( / ) 1 A A A et M ( u ) u 0 s snon / u Avec A. u Il paraît clarement que ces méthodes d estmaton de la frontère dépendent de la dstrbuton spécfer pour l neffcence technque u, cette hypothèse est très mportante, par conséquent, dfférents spécfcaton de la lo de dstrbuton vont entraîner dfférentes frontère estmée, donc, la mesure de l neffcence qu en découle est également dfférente 3. L étape suvante consste a remplacée sot le mode ou la moyenne dans la formule suvante TE exp ˆ u Afn d obtenr, comme auparavant, une estmaton de l effcence technque spécfque à chaque producteur. Avant de présenter les résultats de cette étude, un bref expose de la démarche méthodologque est abordée caprès : VI- Méthodologe & Données Avant de présenter la méthodologe poursuve pour comparer la performance publques, une courte descrpton des données et de l hypothèse est abordée c-après : VI-1- Données : des entreprses prvées et Notre échantllon est composé de 34 entreprses algérennes non cotées en bourses. Elles appartennent toutes au secteur ndustrel. Cet échantllon comporte 0 entreprses prvées et les autres sont de proprété publque 4. Les données utlsées dans cette étude recouvrent unquement l année Battese, G.E., and Coell, T.J., «Predcton of Frm-Level Techncal Effcences Wth a Generalsed Fronter Producton Functon and Panel Data», Journal of Econometrcs, 38, Jondrow, J. et Lovell, K,C,A. et Schmdt, P. op-ct, p : 36. Jondrow, J. et Lovell, K,C,A. et Schmdt, P. op-ct, p : Atknson, S. E et Cornwell, C. «Measurng techncal effcency wth panel data», Journal of Econometrcs, 59, 1979, p : Vor Belouard, N.A. : «Formes de proprété et performance de l entreprse : évaluaton par l analyse multcrtère», mémore de magster, École supéreure de commerce d Alger, Alger,

6 VI-- hypothèse : En rapport avec les prédctons de la théore 5, l hypothèse suvante peut être émse : H 0 : l entreprse prvée est plus performante que l entreprse de proprété publque 6, en d autres termes, la forme de proprété prvée, contrarement à la forme publque, est postvement lée à la performance. Sur le plan théorque cette hypothèse est soutenue prncpalement par deux grandes écoles. Il s agt de la théore des drots de proprété et la théore des chox publcs. Car sur le plan pratque, les travaux emprques présentent des résultats qu vont à l encontre de ce qu avance la théore. Dans le but de vérfer cette hypothèse, la démarche adoptée comporte prncpalement deux étapes : La premère étape s ntéresse à l évaluaton de la performance de chaque entreprse va le modèle de frontère stochastque des varables présenté c-dessous. La performance des entreprses de l échantllon est calculée selon quatre ndcateurs dfférents, et ce selon la dstrbuton adopté pour le terme asymétrque (sem-normale ou exponentelle) et suvant également le mode ou la moyenne ; La seconde étape consste essentellement dans l analyse du len entre les varables défnes dans l étape précédente ; c'est-à-dre, elle compare la performance des deux groupes d entreprses (Prvée vs Publque). VI-3- Défnton des varables : L analyse de l hypothèse requert la défnton, pour chaque entreprse, deux varables prncpales : d une part, une varable dte à explquer (dépendante) représentant la performance de l entreprse, notée u, et d autre part, une varable dte explcatve ou ndépendante, défnssant la forme de proprété de l entreprse notée Ownershp. Pour avor une mesure de performance, l faut d abord estmer le modèle de frontère de producton stochastque suvant : Nous avons spécfé une forme fonctonnelle de type Cobb-Douglas en forme logarthmque, à tros facteurs de producton, supposée représenter la technologe de producton : ln y 0 1 lnx 1 lnx 3 lnx 3 Avec y est l output de la frme mesuré la valeur ajoutée. x1 est le nveau d nput 1 utlsé par la frme, cet nput est l mmoblsatons corporelles brutes mesuré en unté monétare x est le nveau d nput utlsé par la frme, cet nput est la masse salarale mesurée en unté monétare x3 est le nveau d nput 3 utlsé par la frme, cet nput est le montant des matères premères utlsé dans la producton. 5 Théore des Drots de Proprété et Théore des Chox Publcs 6 Vor Labaronne, D., op-ct. 6

7 N sut (0, ) et à l nstar de ALS u (neffcence technque) sut une dstrbué sem-normale, pus dans un second temps on estme le même modèle en posons une autre dstrbuton à savor une dstrbuton exponentelle pour les u comme dans Meeusen et Van Den Broeck. En plus, l effet neffcence technque u 0 1 Ownershp Sze u est supposé être défn ans : VI-3--Varable Indépendante : L analyse nécesste la défnton d une varable explcatve de nature dchotomque, notée Ownershp. Celle-c ndque la forme de proprété de l entreprse. Elle prend la valeur zéro pour la proprété publque et l unté s l entreprse est de proprété prvée 7. 1 ' Ownershp 0 s l ' entreprse s l entreprse est de proprété prvée est de proprété publque Une autre varable explcatve, utlsée dans cette étude, est la talle de l entreprse, notée Sze. Celle-c est calculée, à l nstar de Bozec et al 8, par le logarthme des ventes. 9 La talle de l entreprse est utlsée comme une varable de contrôle dans le modèle défn cdessous. V- Défnton du modèle Afn de tester l hypothèse énoncée c-dessus, nous avons spécfe dfférents modèles de frontère de producton stochastque, la forme fonctonnelle chose est Cobb-Douglas : V-1. Modèle sem-normal/normal Dans ce modèle une dstrbuton sem normale est défne pour le terme d neffcence. Où y lnx lnx x ln ln M 01 u 0 1Ownershp Sze w w sut également une dstrbuton normale. 3 V-. Modèle exponentel/normal Dans ce modèle une dstrbuton exponentelle est défne pour le terme asymétrque. Où y lnx lnx x ln ln M 0 u 0 1Ownershp Sze w w sut également une dstrbuton normale. 3 Chaque modèle est estmé successvement et obtenant pour chaque modèle tros mesures ( Eexp, E et u u M ) de l effcence technque qu seront utlsées par la sute dans le u 7 Vor Boardman, A. et Vnng, A., op-ct. 8 Vor Bozec, R. et Breton, G. & Côté. L, op-ct. 9 Vor Bozec, R. et Breton, G. & Côté. L, op-ct. 7

8 modèle de l effcence technque afn de l explquer ou de comparer la forme de proprété (prvée vs publque) en terme d effcence technque. S 0 alors la forme de proprété prvée est plus effcente que la forme 1 publque, snon la forme de proprété publque est plus effcente que la forme prvée. Les estmatons de ces dfférents modèles sont obtenues à travers la mse en œuvre des technques du maxmum de vrasemblance(ml). Les résultats de l applcaton du ML sur ces modèles (M01) et (M0) sont présentés dans la parte c-dessous. VI- Résultats du modèle de frontère de producton stochastque Les résultats d estmatons obtenues, pour les dfférents modèles, sont présentés dans le tableau suvant 30 : Varable paramètre Modèle sem normal/normal Modèle Exponentel/normal Constant ( ) Log(Imob) ( ) Log(sa) ( ) Log(mp) (0.0965) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (0.173) ( ) (0.0530) ( ) ( ) Log(lkelhood) Lkelhood-rato test of =0: chbar(01) = 0.93 Prob>=chbar = Les valeurs entre parenthèses représentent l écart type, au seul de 5%. chbar(01) = 0.03 Prob>=chbar = 0.43 Dans le modèle sem-normal, le test d absence des effets neffcences dans l échantllon est rejeté au seul de sgnfcaton de 5%, alors que dans le modèle exponentel, l hypothèse d absence des effets neffcences ne peut être rejetée, au même seul. Pour le modèle sem-normal, tous les paramètres de la structure de producton sont sgnfcatvement dfférents de zéro excepte la varable des matères premères. De même pour le modèle exponentel, cette varable est également non sgnfcatve ans que la constante. Les paramètres estmés pour le modèle de frontère de producton stochastque avec l hypothèse sem-normale, ndquent que l élastcté des matères premères est estmée à être L élastcté estmée pour le salare 30 Ces résultats sont obtenus va la mse en œuvre du logcel STATA verson 10. 8

9 (employé) est L élastcté des mmoblsatons est Ces estmatons mplque que le paramètre du rendement d échelle est estmé à être 0.96 (0.845). Ans, la technologe de ces entreprses est telle que l hypothèse du rendement d échelle constant peut être accepté. Quand aux paramètres estmés pour le modèle exponentel-normal de la frontère stochastque, présentant des résultats smlares aux modèle précédent, l élastcté de la matère premère, du salare et des mmoblsatons sont respectvement estmés à être égales , et La somme de ces coeffcents offre une dée sur le rendement d échelle de la technologe. Celu-c est estmé a être (0.88), donc l hypothèse de rendement d échelle constant. À propos de l effcence technque de chaque entreprse est estmée par les tros formules défnes c-dessus pour le modèle sem-normal ; cependant, dans le modèle exponentel l effcence technque ndvduelle est estmé seulement par la moyenne condtonnelle 31. En ce qu concerne l analyse comparatve entre les deux groupes d entreprses, en d autres termes, les varables susceptbles d explquer le nveau d effcence technque sont abordés c-dessous ; les résultats d estmatons du modèle d neffcence technque sont présentés pour chaque modèle de l effcence, de cette manère : Les résultats du modèle d neffcence technque/sem-normal Efft = Owner Sze (0.473) (0.71) (0.0) Efft_md_H = Owner Sze (0.385) (0.1) (0.0187) Efft_my_H = Owner Sze (0.386) (0.1) (0.0187) Les résultats du modèle d neffcence technque/exponentel Efftx = Owner Sze (0.090) (0.051) (0.004) Efft_my_x = Owner Sze (0.099) (0.057) (0.004) Ces résultats montrent le plus souvent une relaton postve, et sgnfcatvement dfférente de zéro au seul de 5%, entre la forme de proprété prvée et la performance d entreprse, ce qu explque globalement que l entreprse prvée est plus performante par rapport à l entreprse publque. VII- Concluson L objet de cette étude est d analyser le len entre la forme de proprété «prvée Vs publque» et la performance de l entreprse algérenne. I.e. elle tente de comparer la performance des entreprses (effcence technque) prvées et des entreprses publques. Pour ce fare, nous avons utlsé un modèle de frontère de producton stochastque pour estmer le degré d effcence technque de chaque observaton. Une forme fonctonnelle de type Cobb-Douglas log-lnéarsée a été spécfée et estmée avec, d une part, un terme d erreur d effet neffcence supposé sem-normal, et d autre part, avec une dstrbuton exponentelle pour le même terme asymétrque. Le dfférent degré d effcence spécfque à chaque entreprse estmé est alors explqué par d autres varables. Cette analyse tente de comparer 31 Le mode condtonnel offre des valeurs nulles pour chaque observaton. 9

10 la performance des deux groupes d entreprses. Les résultats obtenus de cette analyse comparatve corroborent les prédctons de la préémnence de l entreprse prvée sur l entreprse publque. Vu la talle fable de l échantllon ans que la pérode d étude, les résultats de cette étude ne sont pas concluant et défntf, l évdemment clar que davantage d études théorque et emprque sont nécessares pour la compréhenson des sources de l effcence, est ce que la performance est une queston de proprété ou de structure de marché. De plus, les résultats des études emprques suggèrent que l entreprse publque n est pas forcément mons effcace 3, par conséquent, la forme de proprété n est pas la seule source qu explque la performance et parfos n un détermnant sgnfcatf. Cependant, c est la méthodologe de frontère de producton stochastque qu nous ntéresse beaucoup plus dans cette étude. Bblographe Agner, D, et Lovell, K, et Schmdt, P., «Formulaton and Estmaton of Stochastc Fronter Producton Functon Models», Journal of Econometrcs, 6, Amann, B. «La théore des drots de proprété», n «De nouvelles théores pour gérer l'entreprse», nouvelle édton Ouvrage collectf (Charreaux, G., Joffre P., Kœng, G., Martnet, A-C., de Montmorllon, B.), Économca. Pars, mars Atknson, S. E et Cornwell, C., «Measurng techncal effcency wth panel data», Journal of Econometrcs, 59, Battese, G.E., et Coell, T.J., «Predcton of Frm-Level Techncal Effcences Wth a Generalsed Fronter Producton Functon and Panel Data», Journal of Econometrcs, 38, Belouard, N.A. : «Formes de proprété et performance de l entreprse : évaluaton par l analyse multcrtère», mémore de magster, École supéreure de commerce d Alger, Alger, 005. Boardman, A. et Vnng, A., : «Ownershp of Performance n Compettve Envronments: A Comparson of the Performance of Prvate, Mxed and State-Owned Enterprses», Journal of Law and Economcs, 3(1), Bozec, R. et Breton, G. & Côté. L, : «The Underperformance of State-Owned Frms Revsted», Fnancal, Accountablty and Management, Vol 18, ss 4, Nov 00. Bozec, R. «L analyse comparatve de la performance entre les entreprses publques et les entreprses prvées : le problème de mesure et son mpact sur les résultats», L'Actualté économque, vol. 80, n 4, 004, p Charreaux, G.«L'entreprse publque est-elle nécessarement mons effcace?», Revue Françase de Geston, septembreoctobre, D Souza, J. et Meggnson, W.L. «The Fnancal and Operatng Performance of Prvatzed Frms durng the 1990s». The Journal of Fnance, vol. LIV, no. 4, August De Vllarmos, O. «Le concept de performance et sa mesure : un état de l'art», Cahers de recherche de l'iae de Llle, N 5/001, Unversté de Llle, 001. Gathon, H-J. et Pesteau, P. «La performance des entreprses publques : une queston de proprété ou de concurrence», Revue économque, N 6, Novembre, Jondrow, J. et Lovell, K,C,A. et Schmdt, P. «On the estmaton of techncal neffcency n the stochastc fronter producton functon model», Journal of Econometrcs, Vol 19, 198. Labaronne, D. : «Prvatsaton et performances des frmes des économes de l'est», Revue économque,vol.53. N 5, Sep 00. STATA verson 10. Vnng, A, R, et Boardman, A, E., «Ownershp versus competton: Effcency n publc enterprse», Publc Choce, vol 73, Charreaux, G.«L'entreprse publque est-elle nécessarement mons effcace?», Revue Françase de Geston, septembreoctobre,

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque de Lqudté Chaptre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ Erwan Le Saout - Novembre 2000. 97 La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale Analyse des détermnants d accès aux servces fnancers des assocatons de mcrocrédt dans la Tunse rurale Sana Kacem 1 et Sona Ghorbel ZouarI 2, Unversté de Sfax Résumé L objectf de ce traval est d dentfer

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud IUT Bordeaux 1 2008-2009 Département Informatque ASR2-Réseaux TP Programmaton de protocoles de communcaton Basé sur un TP de M1- Master IST, Unversté Pars-Sud Ce TP a pour objectf d'nter à la programmaton

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES Série des Documents de Travail 'Méthodologie Statistique

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES Série des Documents de Travail 'Méthodologie Statistique INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES Sére des Documents de Traval 'Méthodologe Statstque N 9702 MODELES UNIVARIES ET MODELES DE DUREE sur données ndvduelles S. LOLLIVIER Cette

Plus en détail

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»?

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»? Moblté salarale : moblté géographque et moblté professonnelle sont-elles «payantes»? Yves Gullotn et Salma Hamouche G.A.I.N.S. XVIèmes Journées de Mcro Econome Applquée Lyon 3-4 Jun 1999 0 Introducton

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves MESURE DES COMPÉTENCES Méthodes psychométrques utlsées dans le cadre des évaluatons des élèves Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle présente les méthodes psychométrques

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité Comparason de méthodes d ajustement d une dstrbuton de Webull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacté M. Marquès, N. Pérot, N. Devctor Laboratore de Condute et Fablté des Réacteurs

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Le raisonnement incertain

Le raisonnement incertain 1 Plan général 2 Le rasonnement ncertan dans les systèmes experts I- Introducton aux systèmes experts II- Fondements : organsaton et fonctonnement des SE III- Le rasonnement ncertan Introducton Antone

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS Chaptre 7 : Calcul des ndcateurs du souten aux consommateurs CHAITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS 313. À l nstar du chaptre 6, le présent chaptre décrt en détal la méthode à applquer

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris

Analyse du risque de non-exécution des ordres à la bourse de Paris 13, allée Franços Mtterrand BP 13633 49100 ANGERS Cedex 01 Tél. : +33 (0) 2 41 96 21 06 Web : http://www.unv-angers.fr/granem Analyse du rsque de non-exécuton des ordres à la bourse de Pars Angélque Auber

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale TS - ccompagnement: Probabltés condtonnelles,, varable aléatore et lo bnomale xercce 1 'asthme est une malade nflammatore chronque des voes respratores en constante augmentaton. n France, les statstques

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU

ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU ASCENSEUR FLUVIAL FUNICULAIRE DE STREPY-THIEU Le canddat est nvté à formuler toute hypothèse cohérente qu lu semblerat nécessare pour pouvor répondre aux questons posées. Page 1 sur 21 1. PRESENTATION

Plus en détail

Les Déterminants de la Durée des Contrats de Travail Application micro-économétrique sur l'enquête TDE-MLT. benhalima@gate.cnrs.fr

Les Déterminants de la Durée des Contrats de Travail Application micro-économétrique sur l'enquête TDE-MLT. benhalima@gate.cnrs.fr Les Détermnants de la Durée des Contrats de Traval Applcaton mcro-économétrque sur l'enquête TDE-MLT Mohamed Al BEN HALIMA * Mars 2005 *GATE (Groupe d Analyse et de Théore Economque), UMR-CNRS n 5824,

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges Orgne Socale et réusste scolare : un modèle en Chaîne de Markov estmé sur données ndvduelles belges Olver Donn Unversté de Mons-Hanaut et CREPP Bernard Lejeune Unversté de Lège, CORE et ERUDITE Cette étude

Plus en détail