Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture entretien Le matériel GENERALITES (I) Le Centre Hospitalier Centre Bretagne 3 sites Pontivy Loudéac Plémet: Centre de Rééducation Activité spécialisée en «Médecine Physique et de Réadaptation» 1

2 Plémet GENERALITES (II) 70 Lits d hospitalisation complète (piscine de rééducation ouverte en février 1998) 70 % de patients hospitalisés 30 % de rééducation externe amplitude d utilisation: 8h/14h30 autorisation en 2003 pour 6 places d hospitalisation de jour GENERALITES (III) pas de réglementation particulière décret et arrêté d avril 1981 (piscines de loisir) annexe 22 du décret du 9 mars 1956 (épuration de l eau et sécurité) Coterehos DGS/DHOS/CTIN 2002 «surveillance micro biologique de l environnement dans les établissements de santé; air, eau, surfaces» Eau Du réseau Réserve eau L EAU: CIRCUIT (I) Pompe Filtre Sable 1 Pompe Filtre Sable 2 Sonde Sonde Chlore ph Sur chloreur assainissement Pédiluve 1 m³ d eau perdu 45m³ 39m² 45 m³ - 39 m² 2

3 EAU:CIRCUIT (II) Circuit parallèle à celui du reste du bâtiment: vannes d isolement Vannes d isolement sur circuit interne de la piscine: réparations sans vidange Pré-filtre avant les pompes ( grille PVC) Sécurité sur pompes à eau si niveau d eau dans bac tampon insuffisant Alimentation du pédiluve par eau passant par les sondes, non recyclée EAU: TRAITEMENT (I) Recyclage de l eau: Hydraulicité mixte: pompe de surface: goulottes pompe de profondeur Recyclage total de l eau en 1h30: débit des pompes 32 à 34 m³/h Apport d eau neuve: 30 L/baigneur. Assuré par la compensation en perte d eau du pédiluve. EAU:TRAITEMENT (II) Automatisation du système: sonde/pompe à injection de chlore (extrait de Javel dilué à 10%) sonde/pompe à ph (bisulfate de sodium) Chloration indépendante du pédiluve (galets à diffusion lente) Pas de floculant Pas de stabilisant (dégradation rapide des sondes) 3

4 EAU: MAINTENANCE (I) Nettoyage hebdomadaire des filtres à sable (185kg): Circulation inverse de l eau de piscine (3mn.) Rinçage par l eau de la piscine (1mn.) Rejet dans le réseau d assainissement de l eau utilisée Vidange trimestrielle du bassin Aspiration des impuretés visibles au fond du bassin par les agents EAU: MAINTENANCE (II) Entretien approfondi semestriel: de la piscine (monobloc en résine), des canalisations, du bac tampon par détartrage: application à l éponge du produit pur sur surfaces temps d action: 10mn triple rinçage au jet (eau du réseau) EAU: MAINTENANCE (III) du pré filtre par trempage dans la solution de détartrant puis rinçage des filtres à sable par chloration à 10% pendant 12h Changement annuel des sondes de mesure du chlore et ph 4

5 EAU: CONTRÔLES (I) Services techniques: Relevé quotidien du ph et chlore actif Quantité d eau neuve traçabilité Plateau technique: Analyse quotidienne par comprimés de réactif chlore libre chloramines Tableau de détermination du chlore actif ph Relevé de température: entre 30 et 33 C EAU: CONTRÔLES (II) EAU:CONTRÔLES (III) Laboratoire Départemental d Analyses Mandaté par la DDASS Physico-chimie et bactériologie mensuelles Prélèvements effectués en périphérie du bassin Existence d un robinet de puisage avant filtration 5

6 EAU:CONTRÔLES (IV) Normes: bactériologie Micro organismes revivifiables à 37 C: <100 UFC/ml Coliformes totaux à 37 C: < 1UFC/100 ml E. coli: < 1UFC/100 ml Entérocoques: < 1UFC/100 ml EAU:CONTRÔLES (IV) Normes: Physico-chimie chlore libre actif : 0,4 à 1,4 mg/l chlore combiné : pas plus de 0,6 mg/l (différence entre le Cl total et le Cl libre) ph entre 6,9 et 7,7 si utilisation de produits chlorés pour la désinfection de l eau CARNET SANITAIRE mois Jour Heure Température eau ph Chlore libre (dpd 1) Chlore total (dpd 3) Chlore libre actif Nombre de baigneurs signature 6

7 LE BAIGNEUR: CAT LE BAIGNEUR: TENUE Maillot de bain, serviettes éponge, peignoirs fournis Lavage et séchage des maillots assurés par les agents après séances Distribution en fin de journée dans les chambres Absence de maquillage, de bijoux Note distribuée aux externes reprenant les différents points Exclusion temporaire des baigneurs infectés LES LOCAUX fosse rampe e Porte manteaux P rampe rampe chaussures éponges entrée toilettes Vestiaires Douches Local Douche Entretien affusion Buanderie 7

8 ENTRETIEN DES LOCAUX (I) Plages et murs: carrelage et faïence Rampes d accès, de marche, grilles de protection des goulottes en inox ENTRETIEN DES LOCAUX (II) Application au jet d un dd contact alimentaire sur les plages (compatible avec le chlore). dosage automatique Détergence mécanique par passage de balai à bandeau, temps de contact 15mn Élimination du produit à la raclette Rinçage et séchage à la mono brosse Entretien des rampes avec une chiffonnette (même produit, même processus) ENTRETIEN DU MATERIEL Fauteuils roulants (PVC et inox), béquilles (inox peint), brancard de bain (inox et polyuréthane) Entretien hebdomadaire au dd contact alimentaire, puis rinçage 8

9 POINTS A AMELIORER (I) Maintenance: Filtres à sable avec alarme d encrassement Entretien: Fréquence quotidienne pour le matériel, après utilisation pour/par un baigneur Sécurité des agents: Bottes pour l entretien des locaux Masque pour utilisation détartrant POINTS A AMELIORER Prélèvements de contrôle: Compléter l analyse par recherche de: Staphylococcus aureus: < 1UFC/100 ml Pseudomonas aeruginosa: < 1UFC/100 ml Merci au Dr Cavé Et à l équipe de Plémet 9

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

BALNEOTHERAPIE. Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon

BALNEOTHERAPIE. Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon BALNEOTHERAPIE Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon Piscines et établissements de santé et médico-sociaux La piscine et la balnéothérapie sont

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

LE CARNET SANITAIRE POUR LA PRÉVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN BALNÉOTHÉRAPIE. Etablissement d une Organisation Humaine

LE CARNET SANITAIRE POUR LA PRÉVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN BALNÉOTHÉRAPIE. Etablissement d une Organisation Humaine LE CARNET SANITAIRE POUR LA PRÉVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN BALNÉOTHÉRAPIE Etablissement d une Organisation Humaine EMPLOYER DE L EAU POUR LES SOINS Balnéothérapie : immersion Hydrothérapie

Plus en détail

Etablissements de natation recevant du public

Etablissements de natation recevant du public Agence Régionale de Santé de Haute-normandie délégation territoriale de l Eure Etablissements de natation recevant du public Ministère de la Santé ARS Délégation territoriale de l Eure Articulation autour

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

LE BASSIN DE REEDUCATION MONOBLOC EN VINYLESTER. Fabriqué sur mesure. A niveaux de profondeur multiples. Moulé en une seule pièce homogène.

LE BASSIN DE REEDUCATION MONOBLOC EN VINYLESTER. Fabriqué sur mesure. A niveaux de profondeur multiples. Moulé en une seule pièce homogène. LE BASSIN DE REEDUCATION MONOBLOC EN VINYLESTER Fabriqué sur mesure. A niveaux de profondeur multiples. Départ d'usine Moulé en une seule pièce homogène. Avec des angles arrondis. Avec une surface absolument

Plus en détail

démarche qualité Hygiène

démarche qualité Hygiène démarche qualité Hygiène SALLES DE CLASSE, BUREAUX Chaise, table, bureau, sols, armoire, tableau, portes, interrupteurs, poubelle 1 z LAVETTE z SEAU z BALAI z SYSTEME DE LAVAGE DE SOL 1 z Eliminer tous

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

piscines en Languedoc- Roussillon

piscines en Languedoc- Roussillon BILAN 2010 DES CONTRÔLES EFFECTUÉS PAR L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ LANGUEDOC-ROUSSILLON La qualité de l eau des piscines en Languedoc- Roussillon Sommaire UNE PISCINE: COMMENT CELA FONCTIONNE? LES RISQUES

Plus en détail

La baignade en piscine est un plaisir

La baignade en piscine est un plaisir La baignade en piscine est un plaisir et doit le rester. C est également un facteur d attrait touristique dans notre région. Cependant une piscine mal gérée et mal entretenue peut être la source d inconfort

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires Rédaction cahier des clauses techniques particulières (CCTP) Phase Travaux Opération préalable à la réception des installations (OPR)

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE ET INTERNE D'AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL

CONCOURS EXTERNE ET INTERNE D'AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES CONCOURS EXTERNE ET INTERNE D'AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL Spécialité «environnement, hygiène» Mercredi 19 janvier 2011

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

AQUALIE 2009 ATELIER N 2 DU MARDI 1 ER DECEMBRE 2009 "MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS ET MAITRISE DE LA CONSOMMATION A L'HEURE DU DEVELOPPEMENT DURABLE"

AQUALIE 2009 ATELIER N 2 DU MARDI 1 ER DECEMBRE 2009 MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS ET MAITRISE DE LA CONSOMMATION A L'HEURE DU DEVELOPPEMENT DURABLE AQUALIE 2009 ATELIER N 2 DU MARDI 1 ER DECEMBRE 2009 "MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS ET MAITRISE DE LA CONSOMMATION A L'HEURE DU DEVELOPPEMENT DURABLE" LES CONSOMMATIONS D'EAU OU LA GESTION DES EFFLUENTS

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Entretien du matériel Tâches spécifiques

Entretien du matériel Tâches spécifiques Entretien du matériel Tâches spécifiques Service hygiène - 2015 Gestion et entretien des matelas à eau Principe du matelas à eau Matelas compartimenté, recevant de l eau tiède (37 ) à un niveau indiqué

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES Le traitement de l'eau des piscines collectives est soumis à un contrôle exigeant et une règlementation précise régit par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales. Sovica-Loisirs

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

SOMMAIRE LES RISQUES SANITAIRES... 4 RISQUES LIES A LA FREQUENTATION DES PISCINES... 5 PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES... 5

SOMMAIRE LES RISQUES SANITAIRES... 4 RISQUES LIES A LA FREQUENTATION DES PISCINES... 5 PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES... 5 L essentiel pour bien entretenir votre piscine ARS Ŕ Pays de la Loire Ŕ CS 56233 Ŕ 44262 NANTES cedex 2 - Tél : 02 49 10 40 00 Ŕ http://www.ars.paysdelaloire.sante.fr AVRIL 2012 SOMMAIRE LES RISQUES SANITAIRES...

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

Guide d entretien. Quelques conseils pour votre piscine

Guide d entretien. Quelques conseils pour votre piscine Guide d entretien Quelques conseils pour votre piscine Mise en service > REMPLISSAGE AU 2/3 SUPERIEUR DU SKIMMER 1) Contrôler le PH de l eau : chaque matin lorsque l eau est neuve et une à deux fois par

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Nos contrats d entretien piscine

Nos contrats d entretien piscine Nos contrats d entretien piscine 1. Contrat confort La garantie d une eau cristalline pour toute la saison! La vérification de l installation hydraulique dans votre local technique. L analyse complète

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

Avant propos. Nicole KLEIN Directrice Générale Agence Régionale de Santé d Aquitaine. ARS Aquitaine - mai 2010 3

Avant propos. Nicole KLEIN Directrice Générale Agence Régionale de Santé d Aquitaine. ARS Aquitaine - mai 2010 3 Avant propos Exploiter une piscine pour offrir aux usagers les meilleures conditions d'hygiène et de confort, tel doit être le souci de chaque responsable. En application du code de la santé publique,

Plus en détail

Les chloramines dans les piscines 30 juin 2011

Les chloramines dans les piscines 30 juin 2011 Les chloramines dans les piscines 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Que sont les chloramines? Chlore (ions hypochlorite

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Récupération de l eau de pluie : Quels rôles pour la collectivité? 1. Suivi & contrôle des installations privatives, 1.1. Les prescriptions techniques, Plan de l intervention 1.2. Le contrôle des installations

Plus en détail

ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr

ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr Propriété de : Commune de SAINT GALMIER Place de la devise 42330 SAINT GALMIER Réaménagement de la piscine du camping

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS POUR VOTRE PISCINE

QUELQUES CONSEILS POUR VOTRE PISCINE QUELQUES CONSEILS POUR VOTRE PISCINE MISE EN SERVICE REMPLISSAGE AU 2/3 SUPERIEUR DU SKIMMER 1) Contrôler le PH de l eau : chaque matin lorsque l eau est neuve et une à deux fois par semaine lorsque le

Plus en détail

À la rentrée, PROGRAMME DE RÉNOVATION DE LA PISCINE ROBESPIERRE FERMETURE complète durant l année scolaire RENTRÉE 2008 RENTRÉE 2009

À la rentrée, PROGRAMME DE RÉNOVATION DE LA PISCINE ROBESPIERRE FERMETURE complète durant l année scolaire RENTRÉE 2008 RENTRÉE 2009 Pour quelles raisons fermer si longtemps? Pourquoi et comment rénover la piscine? Quelles solutions pour les usagers? À la rentrée,! À partir de septembre, la piscine Robespierre ferme ses portes pour

Plus en détail

Récupération et utilisation de l eau de pluie : Aspects sanitaires. Docteur Fabien Squinazi Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

Récupération et utilisation de l eau de pluie : Aspects sanitaires. Docteur Fabien Squinazi Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Récupération et utilisation de l eau de pluie : Aspects sanitaires Docteur Fabien Squinazi Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages domestiques de l eau usages alimentaires : boisson, préparation

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur

Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur La piscine est un lieu d activités sportives et ludiques destiné au public. La mise à disposition de cet établissement impose de respecter des

Plus en détail

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS?

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? Rémy KERVADEC, ETHIS Ingénierie PEUT-ON PARLER RAISONNABLEMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE S'AGISSANT DE PISCINES? La piscine est un bâtiment très énergivore

Plus en détail

CAEP MNS - 21 mars 2012. Fonctionnement, hygiène et règles sanitaires relatives aux piscines

CAEP MNS - 21 mars 2012. Fonctionnement, hygiène et règles sanitaires relatives aux piscines CAEP MNS - 21 mars 2012 Fonctionnement, hygiène et règles sanitaires relatives aux piscines PLAN DE LA PRESENTATION 1. Introduction : rappels du cadre d intervention de l ARS. 2. Risques sanitaires et

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PR/HYG/003-B Page : Page 1 sur 18 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine 13011 MARSEILLE Tél : 04 91 43 21 84 - Fax : 04 91 27 07 61 RCS : Marseille B 070801022 Le traitement de l'eau des piscines collectives est

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif BIOROCK La solution d Assainissement Non Collectif Programme 1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction BIOROCK Système d épuration de BIOROCK Capacité des unités BIOROCK Avantages des unités BIOROCK Certifications

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide GR-CS-PR-01 CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide Nom de l établissement : EHPAD La Bastide Adresse : Lieu-dit «Le Pré Commun «31 360 BEAUCHALOT Nom du Responsable : Mme Sylvie LACOSTE-MANS Téléphone : 05.61.97.83.00.

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé 9èmes Journées de prévention des infections associées aux soins OBJECTIFS DEFINIS ET ATTEINTS PAR SANIVAP DEPUIS 13 ANS VALIDER L

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Françoise Enkiri Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris Académie Nationale de Pharmacie

Plus en détail

GUIDE DE L ENTRETIEN

GUIDE DE L ENTRETIEN GUIDE DE L ENTRETIEN DU FEU Matériel de ramonage cheminées et chaudières Produits chimiques pour cheminées et chaudières Entretien et contrôle de combustion des brûleurs Entretien des cuves à fioul Traitement

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Actualisé le 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT MECANIQUE

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

Une eau cristalline, à la douceur incomparable.

Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Traitement de l eau exclusif à base de magnésium MagnaPool est un système qui révolutionne le traitement de l eau de la piscine. Le magnésium, un extraordinaire

Plus en détail

LE CARNET SANITAIRE POUR LA PREVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN HYDRO-BALNEOTHERAPIE

LE CARNET SANITAIRE POUR LA PREVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN HYDRO-BALNEOTHERAPIE LE CARNET SANITAIRE POUR LA PREVENTION ET LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEU EN HYDRO-BALNEOTHERAPIE V1 octobre 2013 Document téléchargeable sur le site Internet du RFCLIN : www.rfclin.info Réseau franc-comtois

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

3. Organisation pédagogique Les élèves sont dédoublés en techniques professionnelles (2 groupes de 12 élèves).

3. Organisation pédagogique Les élèves sont dédoublés en techniques professionnelles (2 groupes de 12 élèves). Recommandations en termes d équipements CAP BP Bac Pro ESTHETIQUE / COSMETIQUE Académie de Versailles 1. Présentation Ce guide a été élaboré pour faciliter la détermination du matériel nécessaire à la

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION Plafond filtrant Lumispace Il est important de lire attentivement cette notice avant la maintenance du plafond Lumispace Ce document doit être remis au client

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

Avant l époque «Faubert»

Avant l époque «Faubert» Epoque que vous n avez surement pas connue! Entretien des locaux : de la serpillière à la méthode de pré imprégnation G. Guerre (CS hygiéniste) ARLIN Bourgogne 1893 Guide de l'entretien des locaux / ARLIN

Plus en détail

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles Produits vaisselle HalaGastro F11 Détergent pour lave-vaisselle avec chlore actif. Concentration d'utilisation: 0.3 0.5%, ph à 1.0%: 11.7 10600410-0002 10600410-0004 10600410-0007 Bidon 12 kg Bidon 25

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif conformément Diagnostic à l arrêté de l installation du 27 avril 2012 existante relatif aux modalités de contrôles d assainissement

Plus en détail

Bilan relatif au contrôle sanitaire des eaux de piscine de la région Nord- Pas-de-Calais

Bilan relatif au contrôle sanitaire des eaux de piscine de la région Nord- Pas-de-Calais Lille, le 29 mars 2013 AGENCE REGIONALE DE SANTE DU NORD-PAS-DE-CALAIS Bilan relatif au contrôle sanitaire des eaux de piscine de la région Nord- Pas-de-Calais Année 2012 Adresse postale : 556 Avenue Willy

Plus en détail

BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR

BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR PS ENS ENT 002 v2 2012 1/10 MODIFICATION(S) APPORTEE(S) - Nouveaux chariots - Méthode de pré-imprégnation - Individualisation des chiffonnettes OBJET Améliorer la qualité

Plus en détail

AUTOEPURE ssainissement Non Collectif (ANC) par filtres plantés de roseaux. La meilleure solution en filière traditionnelle!

AUTOEPURE ssainissement Non Collectif (ANC) par filtres plantés de roseaux. La meilleure solution en filière traditionnelle! Solution olution d Assainissement Non Collectif (ANC) : AUTOEPURE COMMUNICATION TECHNIQUE AUTOEPURE Solution d épuration d Assainissement ssainissement Non Collectif (ANC) (A par filtres plantés de roseaux.

Plus en détail

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Organisation du LEAV Accréditation COFRAC (1-1064) : Prélèvements + mesures terrain + analyses (EIL+ audit externe tous les 15 mois) Tous

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 ARAT 26 avril 2012 Ph.Carrara mars 2012 1 Les Directives Les recommandations

Plus en détail

Recommandation pour la Numérisation de l assainissement collectif et non collectif

Recommandation pour la Numérisation de l assainissement collectif et non collectif Recommandation pour la Numérisation de l assainissement collectif et non collectif 1/ Recommandations techniques Afin d intégrer les données de l assainissement collectif et non collectif dans le SIGil,

Plus en détail

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs Préconisations sanitaires Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs CDMP CDMP Préambule Aujourd hui, un bâtiment doit permettre à l éleveur une conduite sanitaire optimale de son élevage.

Plus en détail

Stations de traitement des effluents

Stations de traitement des effluents Stations de traitement des effluents Laboratoires - Morgues - Médecine nucléaire Blanchisserie et stérilisation - Industriel Stations de traitement des effluents 2 Le traitement d'effluents liquides en

Plus en détail

mecum les piscines wallonnes

mecum les piscines wallonnes mecum vadepour les piscines wallonnes Vous êtes propriétaire d une piscine, Vous avez la responsabilité d une piscine, Vous gérez une piscine publique, scolaire ou autre, Vous utilisez une piscine dans

Plus en détail

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 Procédure de maintenance des réseaux d eau Référence BM : Environnement Ref. Service : Eau Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 1. OBJET Cette procédure vise, dans le

Plus en détail

N 055FR11-DTS01-EI-300811

N 055FR11-DTS01-EI-300811 CO 08 30 FR 11 Page 1/21 AEGIDE FRANCE 055FR11-DTS01--300811 1 SPA SENIORS AEGIDE Descriptif Technique Sommaire HYDRAULIQUE BASSIN TRAITEMENT D AIR N 055FR11-DTS01--300811 Adresse : Coach Omnium & Spa

Plus en détail

www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires

www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires 1 Usages autorisés Usages domestiques extérieurs WC Lavage des sols Lavage du linge sous réserve Usages autorisés Cas du lavage du

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

C.C.T.P Cahier des Clauses Techniques Particulières

C.C.T.P Cahier des Clauses Techniques Particulières Communauté de Communes Mable et Vienne BP 19-86230 Saint Gervais - Les Trois - Clochers 05.49.23.39.50 Exploitation et maintenance des installations de chauffage, et du traitement de l eau au Centre Aquatique

Plus en détail

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre SOLUSCOPE 3 La valeur sûre SOLUSCOPE 3 une Machine rapide Pour un nettoyage et une désinfection efficace Un cycle 1 complet en 20 minutes UN TEMPS DE TRAITEMENT OPTIMAL Le cycle de traitement complet du

Plus en détail

Cadre de Décomposition du Prix Global Forfaitaire

Cadre de Décomposition du Prix Global Forfaitaire Cadre de Décomposition du Prix Global Forfaitaire Réhabilitation de la piscine municipale 15 rue Ronsard 66160 LE BOULOU Filtration et Traitement d eau Architecte : Selarl DUBEZY FAURE Architectes D.P.L.G.

Plus en détail

ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l'environnement et à

Plus en détail

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Juillet 2013 Rédigé par Élaine Guénette Étapes du plan d action espaces clos 1. Désigner, informer et former une ou des personnes responsables

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Règlement sur la qualité de l eau potable

Règlement sur la qualité de l eau potable Règlement sur la qualité de l eau potable Caroline Robert Direction des politiques de l eau Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs 25 janvier 2011 Sujets abordés Projet de

Plus en détail

C.C.T.P VILLE DE NICE ------------- DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DU DEVELOPPEMENT DES ACTIONS COMMUNALES

C.C.T.P VILLE DE NICE ------------- DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DU DEVELOPPEMENT DES ACTIONS COMMUNALES VILLE DE NICE ------------- DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DU DEVELOPPEMENT DES ACTIONS COMMUNALES DIRECTION CENTRALE DE L EDUCATION ------------ 6 C.C.T.P MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Marché sur B.P.U.

Plus en détail