DEXIA DIVERSIFIED FUTURES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEXIA DIVERSIFIED FUTURES"

Transcription

1 DEXIA DIVERSIFIED FUTURES RAPPORT ANNUEL au 29 décembre 2011 Fonds Commun de Placement Société de gestion : Dexia Asset Management - 40, rue de Washington PARIS Dépositaire : RBCDexia Investor Services Bank France - 105, rue Réaumur PARIS

2 CLASSIFICATION Diversifié AFFECTATION DES RESULTATS Capitalisation des revenus. OPCVM D OPCVM Inférieur à 10 % de l actif net. OBJECTIF DE GESTION Le FCP a pour objectif de réaliser une performance absolue supérieure à l EONIA indépendante des marchés internationaux d actions, de taux, de devises et de matières premières par le biais de stratégies quantitatives systématiques et de trading sur les contrats à terme. La volatilité cible est comprise entre 6% et 8 %. INDICATEUR DE REFERENCE L indice EONIA (Euro Overnight Index Average) correspond à la moyenne des taux au jour le jour de la zone Euro, il est calculé par la Banque Centrale Européenne et représente le taux sans risque de la zone Euro. STRATEGIE D INVESTISSEMENT Le fonds intervient à l achat comme à la vente sur les principales classes d actifs (indices actions, taux courts, taux longs, devises et matières premières), majoritairement au travers de produits dérivés négociés sur les marchés réglementés et par le biais de stratégies quantitatives systématiques. Afin de réaliser son objectif de gestion : - le Fonds s inscrit dans un style de gestion dit systématique La stratégie du Fonds consiste à analyser le comportement des marchés financiers grâce à diverses stratégies systématiques développées en interne par Dexia Asset Management, afin de générer de la performance. - le Fonds adopte à l égard des marchés un programme diversifié d analyse. 1) Gestion systématique Les règles qui président aux différentes prises de position et à leur neutralisation sont établies par avance. L'écriture informatique de ces règles permet de les traduire en signaux d'action sur le marché. Un Logiciel a été développé par les équipes informatiques de Dexia Asset Management. Il permet l élaboration et le back-testing de stratégies sur le marché. Stratégies Systématiques utilisées Les stratégies utilisées découlent d une recherche permanente de la part de Dexia Asset Management. L intégration d une stratégie dans le portefeuille est déterminée par sa corrélation avec les modèles existants ainsi que sa capacité à générer un rendement sur le long terme. Par conséquent le portefeuille de stratégies est évolutif et sujet à modification. Il existe à ce jour trois types de stratégies : DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

3 La stratégie principale dites de suivi de tendance qui consiste à exploiter la directionnalité des marchés. Deux stratégies diversifiantes : - l approche contrariante qui tire profit des propriétés de retour à la moyenne des marchés. - la reconnaissance de forme qui effectue une analyse statistique des marchés. La stratégie de suivi de tendance a vocation à rester le principal moteur de performance du Fonds, alors que les stratégies diversifiantes actuelles ou celle qui pourront être mise en place à l avenir visent à dégager une performance peu corrélée de celle de la stratégie principale et donc améliorer le couple risque/rendement et limiter les drawdowns (pertes cumulées). Une nouvelle stratégie sera implémentée dans le portefeuille si elle est peu corrélée aux stratégies existantes et possèdent une espérance de rendement positive. 2) Gestion diversifiée* La diversification des positions en portefeuille, ainsi que la connaissance de leurs corrélations mutuelles, sont un facteur déterminant de la maîtrise des risques. Une position s'assimilant dans le cadre d'une gestion systématique à un modèle de trading, cette diversification s'accomplit alors autant par multiplication des logiques et des horizons de trading que par celle des supports et des places d'intervention. On aboutit de la sorte à un concept de diversification quadri-dimensionnelle : 1) Diversification technique* : La gestion systématique s'appuie sur plusieurs stratégies de trading, faiblement correlées. 2) Diversification temporelle* : Les stratégies sont elles-mêmes appliquées à plusieurs horizons de trading, chaque horizon définissant un système. Ainsi, les horizons analysés peuvent aller de quelques minutes à plusieurs mois. 3) Diversification sectorielle* : Il est essentiel de disposer dans le portefeuille d'un certain nombre de tendances claires permettant d'alimenter la performance globale du fonds. Aussi pourra-t-on étendre le trading sur un grand nombre de familles d'instruments : taux courts, taux longs, devises, indices boursiers, et matières premières. 4) Diversification géographique* : La recherche de diversité s'entend également du choix des places d'intervention, qui recouvreront essentiellement les trois principales zones économiques mondiales : Amérique du Nord, Asie, Europe. Lorsque la performance de nos modèles et la liquidité des sous jacents le permettent, les constituants des secteurs seront diversifiés géographiquement. A titre d exemple le risque alloué à notre secteur indices actions est réparti de manière égale entre l Europe, l Amérique du Nord et l Asie. Sur le secteur des taux d intérêt, le risque est réparti entre la zone Euro, le royaume uni, la suisse et les Etats-Unis, les taux court japonais ne présentant pas d opportunité pour nos modèles. *Le Fonds vise à atteindre la diversification par construction, il est néanmoins possible que certaines configurations de marchés amènent le fonds à avoir des positions non diversifiées. Les positions résultantes des signaux générés par nos modèles sont susceptibles de s annuler, ou d être neutre, il est donc possible de ne pas avoir à tout moment d exposition significative sur un secteur ou une zone géographique donnée ceci réduisant donc la diversité de nos positions. Le FCP sera investi en futures de taux d intérêts, futures sur indice actions, futures sur devises, indices de futures et swaps d indices de futures de matières premières. L exposition aux marchés actions et aux matières premières pourra varier entre 200 % et % L exposition brute (exposition longue plus la valeur absolue de l exposition vendeuse) sera au maximum de 200 % de l actif net. Le Fond de portefeuille est investi en titres du marché monétaire sur des titres d Etat de la zone Euro ou des papiers commerciaux de courte maturité avec un rating minimum de A1. Le ratio d engagement de l OPCVM est calculé selon la méthode probabiliste en VaR. La VaR correspond à la perte potentielle dans 95% des cas sur un horizon 7 jours dans des conditions normales de marchés. Le niveau de la VaR pour un intervalle de confiance à 95% sera inférieur à 5%. Le dépôt de garantie est le critère important retenu pour définir les limites d'intervention du Fonds sur les marchés à terme. Ainsi, le Fonds doit détenir au minimum 70 % de son actif en liquidités ou en DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

4 valeurs assimilées qui ne peuvent être utilisées sous forme de dépôts de garantie auprès des Chambres de Compensation (article 13 du décret n du 6 septembre 1989). PROFIL DE RISQUE Votre argent sera principalement investi dans des instruments financiers sélectionnés par la société de gestion. Ces instruments connaîtront les évolutions et les aléas des marchés. Le FCP peut être exposé aux principaux types de risques suivants : Risque de perte en capital : L investisseur est averti que son capital n est pas garanti et peut donc ne pas lui être intégralement restitué Risque de modèle : le processus de gestion du FCP repose sur l élaboration d un modèle systématique permettant d identifier des signaux sur la base de résultats statistiques passés. Il existe un risque que le modèle ne soit pas efficient et que les stratégies mises en place entraînent une contre performance, rien ne garantissant que les situations de marché passées se reproduisent à l avenir. Risque indice sur actions : le Fonds sera exposé au risque de marché actions par le biais des indices. Ces investissements entrainant une exposition à l achat ou à la vente peuvent entrainer des risques de pertes importantes. Une variation des indices sur actions dans le sens inverse des positions pourrait entrainer des risques de pertes et pourrait faire baisser la valeur liquidative du fonds. Risque de taux : le FCP sera exposé au risque de taux par le biais d investissements sur les contrats dérivés de taux mondiaux, à l achat et à la vente. Une variation des taux dans le sens inverse des positions pourrait entraîner des risques de pertes et pourrait faire baisser la valeur liquidative du Fonds. Risque de devises : le FCP sera exposé aux marchés internationaux de devises. Ces dernières peuvent être très volatiles et en fonction des positions prises, peuvent entrainer des risques de pertes importantes et par conséquent une baisse de valeur liquidative de l OPCVM. Risque indice de matières premières : Les composants matière premières pourront avoir une évolution significativement différente des marchés de valeurs mobilières traditionnelles (actions, obligations). Les facteurs climatiques et géopolitiques peuvent également altérer les niveaux d offre et de demande du produit sous-jacent considéré, autrement dit modifier la rareté attendue de ce dernier sur le marché. Cependant les composants appartenant au même marché de matières premières parmi les trois principaux représentés, à savoir l énergie, les métaux ou les produits agricoles, pourront en revanche avoir entre eux des évolutions plus fortement corrélées. Une évolution défavorable de ces marchés pourra faire baisser la valeur liquidative du Fonds. Risque de contrepartie : ce risque mesure les pertes encourues par le FCP au titre des engagements contractés auprès d une contrepartie défaillante. En particulier, le FCP aura recours aux swaps sur matières premières afin de mettre en oeuvre sa stratégie sur les matières premières. La défaillance d une contrepartie à ces opérations pourrait faire baisser la valeur liquidative. MODIFICATIONS Changements intervenus au cours du semestre précédent 01/02/2011 : Entrée en vigueur du nouveau prospectus suite à la mise à jour de la partie performance. 18/04/2011 : Entrée en vigueur du nouveau prospectus suite à la mise à jour de la partie frais. Changements intervenus au cours du semestre Néant Changements à intervenir Néant DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

5 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE ET FINANCIER L année 2010 se clôture, aux États-Unis, avec les annonces, d une part de l intention de la Réserve fédérale d acheter, entre novembre 2010 et juin 2011, pour 600 milliards de dollars de titres de dette publique à long terme et d autre part, de la reconduction de toutes les baisses d impôts de l Administration Bush pour deux ans, de l allongement des indemnités de chômage et de la baisse des cotisations sociales salariales par l Administration Obama. Début février, la première estimation de la croissance du PIB au quatrième trimestre 2010 est estimée à 3,1 % et montre un détail assez favorable en termes de consommation et d investissement en équipement et en structure. Aussi symbolique soit-il, ce retour vers les niveaux d activité qui prévalaient avant la crise ne doit pas faire oublier que le redressement de l économie américaine est loin d être achevé. Le pari des autorités de stimuler une nouvelle fois l activité au prix du maintien d un déficit public élevé (autour de 10 % du PIB en 2011) n est pas sans risque. Il suppose notamment, pour conserver la confiance des marchés, que les autorités s engagent à prendre les mesures de rééquilibrage nécessaires une fois la croissance revenue. S il a certes nettement ralenti, le PIB américain a tout de même crû de 1,9 % au titre du premier trimestre En fait, l activité a été largement freinée par des facteurs temporaires (conditions climatiques défavorables et coupes momentanées dans le secteur de la défense). Quant à la consommation, malgré la forte augmentation du prix de l essence, elle croît de 2,2 %, et ce, grâce à la réduction des cotisations employés qui a dopé le revenu disponible des ménages. Par ailleurs, l instabilité dans la zone euro, liée à la situation en Grèce, est venue s ajouter aux éléments perturbateurs déjà présents au premier trimestre (prix élevés des matières premières et du pétrole, rupture des chaînes d approvisionnement suite aux événements dramatiques survenus au Japon, resserrement de la politique monétaire dans les pays émergents). Tous ces développements ont pesé sur la croissance du deuxième trimestre (1,3 %) ce qui s est finalement traduit par une première baisse du prix du pétrole début mai suivi d une seconde mijuin après l annonce par l Agence Internationale de l Energie de mettre sur le marché 60 millions de barils. Début juillet, les indices ISM sont proches mais légèrement supérieurs à 50 et on observe une légère accélération des créations d emploi et de la consommation des ménages. Mais, en août, la découverte d une activité plus faible qu attendue au premier semestre, le blocage politique illustré par les difficultés rencontrées lors du vote du relèvement du plafond de la dette, un environnement international qui se dégrade et la perte du «AAA» de l État fédéral a conduit la Bourse américaine à fluctuer énormément au cours du troisième trimestre. La conjugaison de ces chocs a entrainé une baisse de la confiance qui a conduit à une chute des cours de Bourse de 15 % sur le trimestre et une baisse du taux à 10 ans de 127 points de base. Dans le cadre de son double mandat, la Réserve fédérale a, dans un premier temps, décidé d ancrer le niveau des taux d intérêt à deux ans en annonçant qu elle ne remonterait pas ses taux avant au moins mi Dans un second temps, elle a commencé à vendre ses titres les plus courts pour acheter des plus longs pesant ainsi plus encore sur la partie longue de la courbe. Outre ces mesures, la baisse du prix du pétrole et des matières premières, en réponse aux craintes de ralentissement de la croissance mondiale, a également contribué à accroître le pouvoir d achat des consommateurs américains ce qui s est, in fine, traduit par une ré-accélération de la croissance du PIB sur un rythme de 2 % au troisième trimestre. En réaction, les bourses ont progressé de près de 14 % sur octobre et novembre et les taux à long terme ont augmenté de près de 30 points de base à 2,17 %. La reprise de la croissance est toutefois nettement plus faible que la médiane des reprises d après-guerre. En effet, bien que les taux hypothécaires soient très bas, l économie n a pas été soutenue par l investissement résidentiel. L année se termine sur une note un peu plus optimiste. En effet, l indicateur ISM du secteur manufacturier ré-accélère alors que celui des services est stable par rapport au troisième trimestre. Les créations d emplois demeurent modérées mais suffisantes pour faire légèrement baisser le taux de chômage qui s établit à 8,5% en décembre Finalement, malgré la forte volatilité, la Bourse n a rien perdu sur l année mais les taux d intérêt à 10 ans ont baissé de près de 150 points de base. En Europe, début 2011, les indicateurs conjoncturels continuent de pointer vers une accélération de la reprise. Surtout, même s ils restent largement déprimés, les indices de sentiments économiques de la Commission européenne se sont améliorés dans les pays de la «périphérie» pour la première fois DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

6 depuis le printemps En mars, les marchés sont chahutés par l évolution de la situation en Afrique du nord ainsi que par le séisme et la catastrophe nucléaire au Japon. Malgré ces développements, jusqu en avril, les exportations continuent de profiter de la croissance robuste des pays émergents, mais aussi de l accélération observée outre-atlantique l amélioration des perspectives à l exportation et le raffermissement de la consommation des ménages devant inciter les entreprises à accélérer leurs investissements. Malgré cette amélioration globale, les divergences entre pays persistent. L État portugais, incapable de se financer sur les marchés à des taux raisonnables, a ainsi dû se résoudre, après la Grèce et l Irlande, à solliciter l aide européenne. En mai, les déclarations du Ministre des finances allemand relancent le débat sur la possibilité d une restructuration de la dette grecque et sur l implication du secteur privé dans celle-ci conduisant à une volatilité plus marquée des bourses européennes qui, fin mai, avaient effacé tout les gains accumulés depuis le début de l année. En réaction, les taux à long terme allemand passent de 3,45 % mi-avril à un peu moins de 3 % fin mai. En juin, après de longues négociations, les membres de la zone euro se mettent d accord pour le déboursement de la nouvelle tranche d aide d un montant de 12 milliards d euros conditionné au vote par le Parlement grec d un nouveau plan d austérité. L approbation du Parlement conditionne aussi la mise en place d un nouveau plan de financement de l État à partir de Par ailleurs, le dérapage des anticipations d inflation (dans les enquêtes auprès des ménages) ainsi que la hausse de l inflation bien au-delà des 2 % (2,7 % en mars) a conduit la Banque centrale européenne à augmenter, début avril, une première fois de 25 points de base son taux directeur (à 1,25 %). La bonne tenue au deuxième trimestre des indicateurs d activité ainsi qu un niveau d inflation toujours trop élevé a conduit la BCE à relever, début juillet, une seconde fois son taux directeur (pour atteindre 1,5 %). Le plan de sauvetage de la Grèce et d élargissement des compétences du Fonds européen de stabilité financière (FESF) annoncé le 21 juillet fut loin d avoir mis un terme à la crise de la dette souveraine car elle consacre la participation «volontaire» du secteur privé et, ce qui va prendre du temps, doit être voté par chacun des parlements nationaux. Enfin, si les interventions de la BCE ont permis d abaisser le niveau des taux d intérêt italiens et espagnols, cet épisode a d ores et déjà eu deux conséquences négatives : certains pays notamment l Italie ont accentué le resserrement de leur politique budgétaire au risque d affaiblir plus encore l activité ; la confiance envers les banques détentrices de montants significatifs de dettes publiques des pays de la «périphérie» a été affectée. D autant plus que les déclarations désordonnées d officiels européens ont, en relançant l idée d un défaut de la Grèce voire d une sortie de la zone euro, accentué les tensions sur le marché interbancaire et conduit à une nouvelle chute des Bourses en septembre. Les développements de l été ont eu comme conséquence de faire baisser la Bourse de plus de 20 % et le taux des obligations allemandes à 10 ans de 112 points de base entre le début et la fin du troisième trimestre. Finalement alors qu outre-atlantique le choc de confiance n a pas eu de répercussion majeure sur l économie réelle, il en a été tout autrement dans la zone euro. Dès le début du troisième trimestre, les enquêtes de conjoncture (PMI et Commission européenne) ont commencé à décliner ce mouvement s accélérant en fin de période. Les enquêtes pointent désormais vers une contraction modérée de la croissance dans la zone. Quant aux marchés, ils demeurent soumis aux aléas des décisions politiques. Toutefois, la bourse européenne a suivi le marché américain croissant d un peu plus de 10 % sur le mois d octobre. En revanche, le taux allemand à 10 ans n a augmenté que d une vingtaine de points de base sur la même période. En novembre, les marchés furent nettement plus agités. En effet, entre l annonce d un référendum en Grèce sur l'accord conclu par les Européens pour effacer une partie de la dette publique du pays, les doutes sur l Italie qui a vu ses taux à long terme s envoler au-delà des 7 % et l émission de dette allemande qui n a pas été complètement souscrite, les bourses ont finalement légèrement progressé (+2,3 %) sur le mois et les taux allemands, eux, se sont encore un peu plus tendu pour atteindre 2,24 % fin novembre soit une hausse de 43 points de base sur le mois. Au total, alors que la forte volatilité en 2011 n a pas impacté la bourse américaine, il en a été tout-à-fait autrement dans la zone euro, sur un an, la Bourse a baissé d un peu plus de 15 % et les taux ont perdu un peu plus de 100 points de base. POLITIQUE DE GESTION 1er trimestre 2011 : Performance 1er trimestre : - 0,49 % Le scenario d'une reprise économique modérée semble se confirmer. La hausse des matières premières accentuée par les événements géopolitiques au Moyen-Orient renforce les inquiétudes sur un éventuel DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

7 dérapage inflationniste. Dans ce contexte, la Banque centrale européenne semble être la première à vouloir agir et les récents événements au Japon n'ont pas provoqué d'inflexion dans son discours. L'Europe s'oriente donc vraisemblablement vers une politique monétaire plus rigoureuse avec un mécanisme d'aide aux pays périphériques en difficulté renforcé. Le tremblement de terre au Japon aura provoqué en fin de trimestre une forte montée de l'aversion au risque et les récentes tendances ont toutes été mises à mal. Ce contexte nous aura été défavorable et nous enregistrons donc une performance légèrement négative au premier trimestre. 2ème trimestre 2011 : Performance 2ème trimestre : + 1,07 % Ce trimestre a été marqué par beaucoup d'incertitudes macroéconomiques notamment aux États-Unis où deux problèmes majeurs demeurent. D'une part, le relèvement du seuil d'endettement de l'état fédéral qui est l'objet de difficiles négociations entre républicains et démocrates. La possibilité d'un blocage de l'état début août n'est pas à exclure. D'autre part, la fin du second programme d'assouplissement quantitatif prévu au mois de juin. Ce programme avait permis de soutenir l'économie américaine, mais était aussi accusé de nourrir la hausse des matières premières. Un ensemble de chiffres macroéconomiques décevant au mois de juin, montrent un essoufflement de la reprise économique, rendant possible, mais peu probable un troisième programme d'assouplissement quantitatif. En Europe ce sont principalement les problèmes de la Grèce qui ont fait l'actualité. Ces incertitudes ont créé une volatilité accrue sur toutes les classes d'actifs, ce qui nous a permis de réaliser une bonne performance sur ce trimestre. 3ème trimestre 2011 : Performance 3ème trimestre : + 4,48 % Les données macroéconomiques observées ce trimestre laissent craindre une récession et la crise souveraine en Europe continue de peser sur la confiance mondiale. L'emploi aux États-Unis peine toujours à redémarrer, et les autorités américaines semblent sur le point de mettre en place un nouveau plan de soutien. Dans ce contexte et malgré la dégradation de la notation de la dette américaine par S&P, les obligations ont connu une hausse très marquée alors que les marchés des actions et plus particulièrement les marchés européens ont fortement chuté. La recherche de valeurs refuges a poussé l'or et les devises comme le yen ou le franc suisse vers de nouveaux sommets. La banque nationale suisse a réagi en liant désormais l'évolution de sa devise à l'euro. Notre processus d'investissement a réussi à naviguer à travers cette période mouvementée et nous enregistrons une performance fortement positive sur le trimestre. 4ème trimestre 2011 : Performance 4ème trimestre : - 1,79 % Malgré une actualité toujours marquée par la crise de la dette souveraine en Europe, la plupart des tendances initiées durant l'été ont été remise en cause au mois d'octobre. Les déclarations des hommes politiques ont fortement influencé les marchés à la hausse comme à la baisse. L'environnement macroéconomique en Europe s'est fortement dégradé et une croissance nulle, voire même une récession, semble maintenant inévitable en Le nouveau président de la BCE a d'ailleurs réagi en assouplissant sa politique monétaire. Aux Etats-Unis l'économie bien qu'en légère amélioration ne semble pas avoir la capacité à accélérer fortement. Ce contexte où l'aversion et l'appétit au risque s'affrontent en permanence a constitué un environnement défavorable pour nos stratégies. Sur l exercice, la part classique affiche une performance de + 3,49 % et la part I de + 3,87 % Le fonds n a pas fait appel pendant cette période (janvier 2011 à décembre 2011) aux dérivés de crédit. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

8 UTILISATION DES DROITS DE VOTE Nous renvoyons au rapport émis par la société de gestion conformément à l article du Règlement Général de l AMF. Ce rapport est disponible dans les quatre mois suivant la clôture (fin décembre) de l exercice de la société de gestion. PROCEDURE DE SELECTION ET D EVALUATION DES INTERMEDIAIRES ET CONTREPARTIES Dexia Asset Management, gestionnaire financier par délégation, dispose d'une procédure formalisée de sélection et d évaluation des intermédiaires financiers et des contreparties. Conformément à sa politique de sélection accessible sur le site Dexia Asset Management sélectionne les intermédiaires, auprès desquels elle transmet des ordres pour exécution, sur base notamment de leur politique d exécution. Les facteurs d exécution pris en compte sont notamment: le prix, le coût, la rapidité, la probabilité d exécution et de règlement, la taille et la nature de l ordre. En application de la procédure de sélection et d évaluation des intermédiaires financiers et des contreparties et sur base d'une demande émanant du gérant, le Comité Broker («Broker Review») de Dexia Asset Management valide ou refuse toute demande de nouvel intermédiaire financier. Par ailleurs, périodiquement, dans le cadre de la "Broker Review", est passée en revue la liste des brokers et des contreparties agréés afin de les évaluer selon plusieurs filtres et d'y apporter toute modification utile et nécessaire." DEXIA DIVERSIFIED FUTURES Exercice

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014 AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part A : FR0011619345 Part B : FR0011619352 Part C : FR0011619402 Dénomination : AFIM MELANION DIVIDENDES Forme juridique

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

DEXIA DIVERSIFIED FUTURES

DEXIA DIVERSIFIED FUTURES DEXIA DIVERSIFIED FUTURES PROSPECTUS COMPLET Dexia Diversified Futures OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A : STATUTAIRE 1. PRESENTATION SUCCINTE Dénomination: Forme juridique

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs.

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs. Lettre d information relative à la transformation du FCPE «Destination bon port» en FCPE nourricier du Fonds d Investissement à Vocation Générale (FIVG) Maître «MONESOR» A Malakoff, le 22/04/2015, Madame,

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

federal multi patrimoine

federal multi patrimoine federal multi patrimoine bâti POUR réussir. Federal multi Patrimoine : Processus de gestion L allocation Les modèles de suivi de tendances «multi classes d actifs» sont issus de la recherche Federal Finance,

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

INEDIT PEA COURT TERME

INEDIT PEA COURT TERME PROSPECTUS SIMPLIFIE INEDIT PEA COURT TERME PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Code ISIN : FR0000990483 Dénomination : INEDIT PEA COURT TERME Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*?

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? Épargne Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? AXA Double Garantie 5 Votre capital net investi est garanti à l échéance* en cas de baisse des marchés

Plus en détail

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente Éligible PEA La recherche de la performance passe par une approche différente FIDELITY EUROPE : UNE GESTION Sur la durée, on constate qu il est difficile pour les Sicav de battre les indices des grandes

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Global Ecologic Performance

Global Ecologic Performance Invest Managers «Faites de vos convictions, un choix d investissement» Présente la NOTICE SIMPLIFIEE de son nouveau FCP : Global Ecologic Performance Conforme aux normes européennes. 1 PARTIE A STATUTAIRE

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Les marchés action ont été enfoncés alors qu'une combinaison de bénéfices plus faibles qu'attendus et d'un indice de sentiment des consommateurs décevants ont entamés la confiance des investisseurs. La

Plus en détail

Luxembourg, le 7 janvier 2013. Modifications apportées au JPMorgan Funds (la «SICAV») Madame, Monsieur,

Luxembourg, le 7 janvier 2013. Modifications apportées au JPMorgan Funds (la «SICAV») Madame, Monsieur, JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable Registered Office: European Bank and Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand Duchy of Luxembourg R.C.S. Luxembourg B 8478

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

Prospectus simplifié

Prospectus simplifié Octobre 2006 Prospectus simplifié Robeco Capital Growth Funds - Robeco Health Care Equities Présentation succincte Politique et objectif d investissement Profil de risque du Sous- Fonds Ce prospectus simplifié

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

PALATINE TRESORERIE PREMIERE

PALATINE TRESORERIE PREMIERE PALATINE TRESORERIE PREMIERE FCP à vocation générale MONETAIRE COURT TERME RAPPORT ANNUEL DE GESTION 30/03/2012 - I - CARACTERISTIQUES OPCVM d OPCVM : Inférieur à 10% de l actif net Objectif de gestion

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

ING (L) Invest European Equity

ING (L) Invest European Equity PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LUXEMBOURG - AVRIL 8 ING (L) INVEST Introduction Ce compartiment a été lancé par l apport de l avoir social du compartiment «European Equity» (lancé le 17 octobre 1997) de la SICAV

Plus en détail

LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011

LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011 LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011 Rappel : Le 19 mai 2010, le CESR, Comité européen des régulateurs de marchés (maintenant renommé ESMA, European Securities and Markets Authority), suite

Plus en détail

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded?

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded? 16 Septembre 211 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu 14 Europe: indice du secteur bancaire européen

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

UNION INDICIEL CHINE. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014. Commentaires de gestion. Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels

UNION INDICIEL CHINE. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014. Commentaires de gestion. Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels Fonds commun de placement UNION INDICIEL CHINE Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion L OPCVM a

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Bons aujourd hui, meilleurs demain

Bons aujourd hui, meilleurs demain Fonds d investissement BMO Portefeuilles de retraite Bons aujourd hui, meilleurs demain Vous le savez, une saine alimentation et la pratique de l exercice physique vous aideront à vivre plus longtemps

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail