JOURNALISTES ET CONFLITS : Débats théorique et actons concrètes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNALISTES ET CONFLITS : Débats théorique et actons concrètes"

Transcription

1 JOURNALISTES ET CONFLITS : Débats théorique et actons concrètes ROSS HOWARD INTRODUCTION : Melissa Bauman et Hannes Siebert, qui furent parmi les premiers à s interroger sur le rôle des médias dans les confits disaient ceci : «les journalistes sont les médiateurs des confits, qu ils le veuillent ou non» Ils ont analysé la manière dont les journalistes ont couvert les travaux de la commission vérité et réconciliaton en Afrique du Sud de l après-apartheid. Ils conclurent leur travail en disant que «le journaliste professionnel, avec ses principes d impartalité, de responsabilités et de pertnence dispose automatquement d un potentel énorme et souvent inconscient pour contribuer à la résoluton des confits. C est là une évidence qui doit être reconnue de tous les journalistes». THEORIES SUR LE JOURNALISME ET LES CONFLITS De la noton de «journalisme sensible au confit» à celle de «journalisme de paix» beaucoup de concepts théoriques et pratques ont été développés pour orienter le travail des professionnels des médias pour la prise de conscience de leur rôle dans les confits et dans la consolidaton de la paix. Beaucoup de propriétaires de médias étaient contre cete nouvelle forme de journalisme comme Ronald Koven (représentant de World Press Freedom Commitee en Europe) qui disait qu «obliger les journalistes à travailler pour servir des objectfs spécifques consttue une usurpaton de son libre arbitre donc une négaton de la liberté de presse.» Ce débat de compatbilité entre journalisme professionnel et journalisme de paix n est certainement pas facile à résoudre. L auteur ne voulant pas donner une réponse à cete queston de compatbilité propose quelques théories et d autres pratques du journalisme de paix.

2 LORETTA HIEBER: Lifeline media: Reaching populatons in crisis Loreta Hieber travaillait pour Media Acton Internatonal, une ONG suisse qui s intéressait tout d abord au lien entre les médias, la queston humanitaire et le développement avant d être confrontée à au rôle des médias dans les guerres civiles. Son ouvrage traite de la façon dont les médias peuvent atrer l atenton du public sur les confits et leur possible impact dans leur résoluton. Dans sa double démarche, elle insiste sur la nécessité de fournir des informatons exactes et de s assurer de leur difusion la plus large possible. Elle propose aux médias des stratégies qui leur permetent à la fois de sauver des vies et de contribuer à la résoluton des confits. Elle fournit de nombreux projets qui utlisent des techniques médiatques pour conscientser les populatons à apaiser els tensions et promouvoir la réconciliaton. Elle prône un journalisme au service de l humanitaire qu elle nomme journalisme «pro-actf». Comment faire du journalisme pro-actf? D habitude les médias en temps de crise préfèrent se focaliser sur les aspects spectaculaires. Ils réduisent le confit à une confrontaton entre bons et mauvais en commentant les atrocités. Les reportages de guerres ne s interesse qu à la parte visible du confit et déshumanisent «l ennemi» en rapportant les atrocités commises. Loreta déplore ce type de journalisme qui selon elle, il ne peut en résulter qu une paix se basant sur la victoire d un camp. Ils répercutent la positon de certaines élites politques ou militaires impliqués dans le confit. Le journalisme «pro-actf», lui, veille à l impartalité et à l exacttude des informatons qui sont données. Sur la queston des enfants soldats, le journaliste «pro-actf» ne s intéressera pas aux atrocités commises par ces jeunes comme les journalistes classiques mais metra plutôt en évidence la difculté d échapper à l enrôlement, sur les programmes de réinserton éducatve ou sociale qui permetent à certains de s en sortr. Elle pense que «le bon journalisme consiste à éduquer, à rendre confance, à dénoncer les stéréotypes, à analyser les causes sous-jacentes des confits, à

3 humaniser les protagonistes pour que chaque parte puisse mieux comprendre l autre, et donc permetre l émergence d alternatves à la violence.» L auteur pense aussi qu il faut changer les attudes même du public dans le sens d une culture de la paix. Il s agit de faire en sorte que «les gens passent d une positon de compétton à une positon de coopératon.» Un enjeu important réside notamment dans le choix de la langue et du vocabulaire à employer, la sélecton des partenaires de travail pour assurer la joncton entre l ancien journalisme et le nouveau journalisme. Exemple concrets: Parmi les applicatons de Lifeline Media un peu partout au monde se trouve l exemple du Mali où les pasteurs et les agriculteurs rentrent constamment en confits sur les points d eaux et les terres. La voix de Douentza, une radio locale, a créé des émissions de fcton sur l importance de la négociaton au lieu de la violence. Le gouvernement et les populatons locales estment que ces émissions ont eu un bon efet sur ces confits qui ont carrément diminué. S A N D R A D. M E L O N E, G E O R G I O S T E R Z I S E T O Z S E L B E L E L I Using the media for confict transformaton: The common ground experience Search of Common Ground (Recherche d un terrain d entente) est l une des organisatons les plus expérimentées dans la constructon de la paix par les médias. Elle travaille surtout dans les milieux touchés par les confits interethniques. Depuis la fn de la guerre froide beaucoup de dirigeants recourent à la dimension identtaire pour faire valoir leurs aspiratons. Dans ce contexte les médias servent à appuyer les «élites ethniques» et à transformer les minorités ou les groupes faibles en des ennemis. SFCG pense que si les journalistes se tenaient à l éthique des médias, on peut tout à fait contrecarrer ce genre de journalisme de la haine et réparer les dégâts qu il a causés.

4 Le SFCG demeure convaincu que «les médias ne peuvent pas rester neutres faces aux enjeux de la paix ( ) la manière dont ils couvrent un évènement infuence considérablement la percepton qu en a le public ( )» Le CFCG vise trois cibles dans le secteur médiatque. Il s agit des journalistes eux-mêmes, du contenu médiatques et le champ politque. Pour les journalistes, le CFCG leur ofre des formatons pour les pousser à utliser des termes qui enfamment moins la passion et favoriser en même temps la compréhension interculturelle entre les journalistes venant de diférents pays. Pour le contenu médiatque, le CFCG crée des feuilletons télévisés destnés aux enfants. Dans ces feuilletons on apprend aux enfants la tolérance interculturelle et la recherche du consensus. Enfn des productons artstques produit par des éléments venant de groupes ethniques diférents ou de tendance politque opposée. Comment rechercher ce terrain d entente : Le SFCG en plus d utliser le champ médiatque y ajoute des forums, des tables rondes, des carrefours de collaboraton interethnique au sein d une profession et d autres mécanismes permetant de réunir des groupes opposés pour débatre de leurs problèmes communs. Le CFCG insiste sur la nécessité d évaluer chaque cas après applicaton, voir ce qui a marché et ce qui a échoué. En général les cas d échec sont dus à l utlisaton d un média inadéquat ou au manque de fnancement. Une initatve réussie doit servir d exemple et s inscrire dans la durée et prévoir un plan conduisant à l autosufsance. ADIODUN ONADIPE ET DAVID LORD : African media and confict

5 Les auteurs de cete théorie se préservent de prétendre à une généralisaton du rôle des médias dans les confits africains compte tenu de la diversité du contnent mais restent convaincus qu une étude approfondie permetra de repérer des constantes concernant leur rôle. Selon Onadipe et Lord, tout confit violent peut être analysé comme un phénomène social relevant des inégalités sociales ou quand deux personnes ou groupes pensent ne pas pouvoir partager l objet qu ils convoitent tous deux. Ils parviennent à la conclusion que les méthodes appliquées par les insttutons internatonales (ONU, CEDEAO, UA) sont très inefcaces face à la diversité des confits. Pour ces deux auteurs même si la préventon des confits est difcile à réussir ceci reste la meilleure façon de faire face à ces confits africains. Ils insistent notamment sur la liberté de presse dans l environnement médiatque. Il arrive que des journalistes bien formés partent dans certaines zones où les lois sont carrément bafouées et les régulateurs deviennent des corrompus censeurs des médias. Le pouvoir doit donc fournir sufsamment d efort pour améliorer la capacité des médias africains pour qu ils puissent donner l informaton dont les populatons ont besoin en période de confits. 4- DUSAN RELIJK : The news media and the transformaton of ethnopolitcal conficts Son travail se fonde sur le processus de démocratsaton dans les pays de l Europe de l Est mais est applicable à l Afrique. Il constate «dans la réalité peu de chance de réellement infuencer l issue d un confit car la plupart du temps ils sont instrumentalisés par les belligérants. ( ) c est donc la combinaison d actons concertées menées parallèlement sur le plan politque, économique, social médiatque et surtout éducatf qui permetrait d avoir un impact positf.» En termes clairs, même si l on est conscient de nos jours de l impact que les médias des médias sur les confits, il faut reconnaitre que tout déploiement médiatque nécessite un certain nombre de paramètre dont un environnement

6 légal et réglementaire adéquat, la viabilité économique, la tolérance politque et la société elle-même doit être favorable aux solutons dites non violentes. Ceci pour leur propre sécurité. Il focalise son travail sur les sociétés déchirées par les confits intracommunautaires. Dans ce genre de confits, en général, les gens partagent certaines caractéristques culturelles, se proclament uniques et œuvrent pour un traitement partculier. Ce type de revendicaton conduit inévitablement à la violence. Dans de telles conditons comment les médias doivent se comporter pour contrer ces revendicatons identtaires et se montrer constructfs? La démocrate consensuelle : Depuis toujours il y a eu des confits et il en ressort toujours de la victoire d un groupe ou dans les cas extrêmes à l exterminaton de des autres. Mais il y a d autres solutons comme ce qu on appelle la démocrate consensuelle. Son applicaton dans un pays multethnique nécessite un partage équitable du pouvoir politque et un renoncement sans équivoque à la violence. Dans ce type de résoluton, le journalisme doit être responsable en évitant les stéréotypes et els parts pris et promouvoir la paix dans ses reportages. La démocrate consensuelle exige des médias qu ils soient fables. Il distngue quatre conditons préalables pour toute constructon de la paix par les médias : - Un Etat de droit - Un environnement économique où les médias sont des entreprises indépendantes fnancièrement et non étatques. - Une opinion publique se reconnaissant dans les valeurs démocratques - Des médias indépendants du pouvoir et en jamais lui servir de porte-voix. Sans ces conditons, le travail est voué à l échec. Il cite l exemple d un magazine croate qui bénéfciait de beaucoup de fnancement de la part des ONG mais qui n a pas eu long feu car les populatons n étaient pas prêtes à écouter le genre de discours produit car ils étaient trop captvés par les discours natonalistes. Il note enfn que journalisme et démocrate exigent un environnement favorable pour vraiment pouvoir se déployer dans tout territoire en confit.

7 5- Tim Allen et Jean Seaton : The media of confict : war reportng and representaton of the ethnic violence Le journalisme superfciel consiste à présenter toute guerre comme un confit ethnique et à se focaliser surtout sur les scènes choquantes et explique tout les confits africains en les prenant pour des confits ethniques basé sur des antagonismes hérités de l histoire. Ce genre d analyse sur la seule base ethnique permet aussi aux gouvernements et l opinion publique de ne pas prendre leurs responsabilités. Confits sociaux plutôt qu ethnique : De nos jours tous les confits ne sont pas dus à des divergences naturelles ou biologiques mais plutôt sociales. Le pouvoir et l argent sont la plupart du temps les bases mêmes de ces guerres dites ethniques. Si les médias veulent vraiment connaitre la vérité dans les confits, ils doivent dépasser ces explicatons simplistes et aller en profondeurs des choses. Leur analyse a porté sur les confits dans beaucoup de pays au monde et partculièrement en Afrique où elle a porté sur des pays comme le Libéria, l Ouganda, le Rwanda ou encore le Zimbabwe. Au Libéria, Philippe Atkinson, co-auteur constate que les libériens ont toujours formé des alliances avec des hommes politques ou d afaires. Tout conduirait à croire que ces alliances sont préconçues et répondent à des normes comportementales ancestrales. Ces pratques répondent en réalité à des intérêts politques et économiques. Cete descripton des médias du confit libérien comme fruit d une haine ethnique plutôt que le résultat d une oppression économique et politque a conduit la communauté internatonale à envisager des solutons non adéquates. En prenant aussi l exemple du Rwanda, un des auteurs de cet ouvrage, David Keen, afrme que le facteur ethnique n est pas la cause du génocide. La tragédie a été minuteusement préparée par le gouvernement hutu pour saboter le processus de paix engagé et par la même occasion conserver son pouvoir et ses privilèges économiques et non l érupton d une haine ethnique

8 ancienne qui a brusquement explosé comme le décrivent certains médias africains et internatonaux. Il conclut leur travail sur un amer constat sur les conséquences des guerres. De nos jours 90% des victmes de guerre sont des civils alors que les belligérants passent nt leur temps à s éviter.

24 mois après la publicaton de la présente norme, toutes les certfcatons accréditées ne sont plus valides.

24 mois après la publicaton de la présente norme, toutes les certfcatons accréditées ne sont plus valides. Généralité La norme ISO 9001-2008 introduit des clarifcatons par rapport aux exigences existantes d ISO 9001-2000 afn d améliorer la cohérence avec la norme ISO 14001-2004. L ISO 9001 et l ISO 9004 sont

Plus en détail

Les nouveaux programmes d histoire et géographie. Enseigner par compétences

Les nouveaux programmes d histoire et géographie. Enseigner par compétences Les nouveaux programmes d histoire et géographie. Enseigner par compétences Mars 2016 Film «enseigner et évaluer par compétences» académie de Nantes (4') compétences» académie de Nantes (4') htp://video.crdpnantes.fr/enseignerevaluerhtp://video.crdpnantes.fr/enseignerevaluerparcompetences/evaluaton_formatve/

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE TOUBAB DIALAW, SENEGAL CONTEXTE

RECOMMANDATIONS DE TOUBAB DIALAW, SENEGAL CONTEXTE RECOMMANDATIONS DE TOUBAB DIALAW, SENEGAL SUR LA REGULATION DE L AUDIOVISUEL EN AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE. CONTEXTE Du 3 au 6 novembre 2008 s est tenu un atelier de formation sur le thème «la régulation

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU DEBAT GENERAL DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES

DISCOURS D OUVERTURE DU DEBAT GENERAL DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES «Une ONU forte, inclusive et ouverte en tant que garante de la gouvernance globale» DISCOURS D OUVERTURE DU DEBAT GENERAL DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES S.E.

Plus en détail

LA CARTOGRAPHIE DES CONTROVERSES AU LYCEE

LA CARTOGRAPHIE DES CONTROVERSES AU LYCEE LA CARTOGRAPHIE DES CONTROVERSES AU LYCEE La complexité et l incerttude du monde dans lequel nous vivons nous incitent à nous informer sur de nombreuses controverses scientfques, techniques qui ont une

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE DES JOURNALISTES EN PÉRIODE ÉLECTORALE

CODE DE BONNE CONDUITE DES JOURNALISTES EN PÉRIODE ÉLECTORALE ELECTIONS 2016 CODE DE BONNE CONDUITE DES JOURNALISTES EN PÉRIODE ÉLECTORALE Avec l'appui financier de l'organisation Internationale de la Francophonie (OIF) 1 2 ELECTIONS 2016 CODE DE BONNE CONDUITE DES

Plus en détail

1) Un siècle de transformatons scientfques, technologiques, économiques et sociales

1) Un siècle de transformatons scientfques, technologiques, économiques et sociales Voilà un document à compléter qui te permetra de résumer les principales connaissances du programme à retenir et maîtriser Il a été élaboré par plusieurs professeurs de l'académie de Reims. Histoire :

Plus en détail

PROTECTION DU JOURNALISME SÉCURITÉ DES JOURNALISTES

PROTECTION DU JOURNALISME SÉCURITÉ DES JOURNALISTES PROTECTION DU JOURNALISME SÉCURITÉ DES JOURNALISTES En bref La Plateforme collecte et publie des alertes concernant les atteintes à la liberté des médias, ainsi que les actions menées par le Conseil de

Plus en détail

Socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Socle commun de connaissances, de compétences et de culture Socle commun de connaissances, de compétences et de culture 1. Présentaton générale Le socle couvre la période de la scolarité obligatoire, c'est-à-dire dix années fondamentales de la vie et de la formaton

Plus en détail

Femmes et conflits : les défis lancés par la Résolution 1325 de l ONU

Femmes et conflits : les défis lancés par la Résolution 1325 de l ONU Femmes et conflits : les défis lancés par la Résolution 1325 de l ONU La mission organisée par Justice et Paix en février 2008 à l Est de la République Démocratique du Congo a confirmé d une part l horreur

Plus en détail

Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route se sont convenus de prendre les engagements ci-après;

Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route se sont convenus de prendre les engagements ci-après; Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar Engagements des Acteurs Politiques Malgaches Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route se sont convenus de prendre

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura DG/2006/076 REV. Original : anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l Organisation des Nations Unies pour

Plus en détail

Du Hijab au Kirpan: : entre l obligation d accommoder et le choix de tolérer

Du Hijab au Kirpan: : entre l obligation d accommoder et le choix de tolérer INTÉGRATION ET SCOLARISATION DES ÉLÈVES IMMIGRANTS DESSINE-MOI UNE ÉCOLE COLLOQUE DU 23 MAI 2003 ATELIER B-1 Du Hijab au Kirpan: : entre l obligation d accommoder et le choix de tolérer Entre l obligation

Plus en détail

Elaboration d. une charte de la participation citoyenne

Elaboration d. une charte de la participation citoyenne Elaboration d une charte de la participation citoyenne Pourquoi élaborer une charte de participation citoyenne? Une tradition de concertation à Meylan Une attente forte de la population Un engagement de

Plus en détail

Objectifs généraux du premier cycle

Objectifs généraux du premier cycle Objectifs généraux du premier cycle 1/ Intégrer harmonieusement son milieu familial et local 2/Acquérir un esprit patriotique et de respect des valeurs de civisme, de solidarité et d ouverture 3Développer

Plus en détail

GRILLE DE COMPÉTENCES DE L UNIVERSITÉ MCGILL POUR LE «GROUPE M»

GRILLE DE COMPÉTENCES DE L UNIVERSITÉ MCGILL POUR LE «GROUPE M» COMPÉTENCE COMPORTEMENTALE DEGRÉ DE MAÎTRISE A DEGRÉ DE MAÎTRISE B DEGRÉ DE MAÎTRISE C DEGRÉ DE MAÎTRISE D LA CAPACITÉ D ADAPTATION AU CHANGEMENT Être ouvert au et aux améliorations pour faire avancer

Plus en détail

Conseil des droits de l homme

Conseil des droits de l homme Conseil des droits de l homme Résolution 7/34. Mandat du Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l intolérance qui y est associée Le

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Introduction 9 TITRE I NAISSANCE ET TRAITS ESSENTIELS DE LA RESPONSABILITÉ DE PROTÉGER

Table des matières. Sommaire 7 Introduction 9 TITRE I NAISSANCE ET TRAITS ESSENTIELS DE LA RESPONSABILITÉ DE PROTÉGER Table des matières Sommaire 7 Introduction 9 TITRE I NAISSANCE ET TRAITS ESSENTIELS DE LA RESPONSABILITÉ DE PROTÉGER Quelques considérations introductives 17 I. L angle d approche de la responsabilité

Plus en détail

EXPLORONS EDH LE DROIT HUMANITAIRE. Explorons le droit humanitaire MODULES D ÉDUCATION POUR LES JEUNES

EXPLORONS EDH LE DROIT HUMANITAIRE. Explorons le droit humanitaire MODULES D ÉDUCATION POUR LES JEUNES EXPLORONS LE DROIT HUMANITAIRE EDH Explorons le droit humanitaire MODULES D ÉDUCATION POUR LES JEUNES Quelques mots sur EDH «Explorons le droit humanitaire» (EDH) est un programme éducatif destiné à sensibiliser

Plus en détail

UAA Interactions médiatiques Adopter un regard critique sur les pratiques médiatiques contemporaines

UAA Interactions médiatiques Adopter un regard critique sur les pratiques médiatiques contemporaines La cinquième édition dans les compétences terminales pour le cours de Formation sociale et économique UAA Interactions médiatiques Adopter un regard critique sur les pratiques médiatiques contemporaines

Plus en détail

Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest

Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest Adoptée par la conférence régionale sur les élections et la stabilité qui s est tenue à Praia, Cap- Vert, (18-20 Mai 2011) I.

Plus en détail

ÊTRE DÉFENDU, UN DROIT UNIVERSEL

ÊTRE DÉFENDU, UN DROIT UNIVERSEL ÊTRE DÉFENDU, UN DROIT UNIVERSEL Newsletter Juillet 2015 Vision du Monde La protection juridique des enfants soldats en France Un enfant soldat, une victime devenue bourreau Un enfant soldat, c est quoi?

Plus en détail

Les élèves de l Athénée de Luxembourg

Les élèves de l Athénée de Luxembourg 1. Charte des élèves - Préambule Les élèves de l Athénée de Luxembourg conscients des responsabilités qui leur incombent en tant que futurs citoyens dans l édification de la paix convaincus qu une paix

Plus en détail

Groupe de solutions pour un développement durable

Groupe de solutions pour un développement durable Novembre 2007, Montréal Commentaires sur le projet de stratégie gouvernementale sur le développement durable Par le Groupe de Solutions pour un Développement Durable Introduction Le Groupe de solutions

Plus en détail

VOIX DES FEMMES 2015 avec Irene M. Santiago :«Femmes.Droits.Humains»

VOIX DES FEMMES 2015 avec Irene M. Santiago :«Femmes.Droits.Humains» TERRE DES FEMMES Suisse TERRE DES FEMMES Suisse (TDF) est une ONG qui s engage contre les violations des droits humains des femmes et des filles. Elle s engage pour que toutes les femmes et les filles

Plus en détail

LES FEMMES DE LA SOCIETE CIVILE IVOIRIENNE INTERPELLENT LE PANEL DES 5 CHEFS D ETAT AFRICAINS

LES FEMMES DE LA SOCIETE CIVILE IVOIRIENNE INTERPELLENT LE PANEL DES 5 CHEFS D ETAT AFRICAINS LES FEMMES DE LA SOCIETE CIVILE IVOIRIENNE INTERPELLENT LE PANEL DES 5 CHEFS D ETAT AFRICAINS Les femmes de la société civile ivoirienne, issues du CEF-CI, de la COFEMCI-REPC, du FOSCAO-CI, d OFACI, de

Plus en détail

Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire

Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire 1. Constat général Chaque année, 250 millions d individus sont victimes de désastres humanitaires, qu il s agisse d épidémies,

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN PROCESSUS DE PAIX DURABLE AU TCHAD

PLAIDOYER POUR UN PROCESSUS DE PAIX DURABLE AU TCHAD PLAIDOYER POUR UN PROCESSUS DE PAIX DURABLE AU TCHAD Tchad Superficie : 1 284 000 km² Population : 11 millions (8,8 hab./ km²) 45% moins de 15 ans 3% plus de 64 ans IDH : 0,34 (faible),184 / 187 (2012)

Plus en détail

fiche d accompagnement pédagogique

fiche d accompagnement pédagogique fiche d accompagnement pédagogique Les compétences développées par la pratique des ateliers philosophiques en maternelle PS/MS/GS Fiche écrite par Jean-Charles Pettier, docteur en sciences de l éducation

Plus en détail

L Assemblée générale des Nations Unies : lieu prééminent du débat global DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES

L Assemblée générale des Nations Unies : lieu prééminent du débat global DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES L Assemblée générale des Nations Unies : lieu prééminent du débat global DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES S.E. M. JOSEPH DEISS SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L

Plus en détail

LA PARTICIPATION DE L UNION AFRICAINE AU SOMMET HUMANITAIRE MONDIAL. Istanbul (Turquie), les mai 2016 AIDE-MEMOIRE

LA PARTICIPATION DE L UNION AFRICAINE AU SOMMET HUMANITAIRE MONDIAL. Istanbul (Turquie), les mai 2016 AIDE-MEMOIRE LA PARTICIPATION DE L UNION AFRICAINE AU SOMMET HUMANITAIRE MONDIAL Istanbul (Turquie), les 23-24 mai 2016 AIDE-MEMOIRE THEME: Une seule humanité, des responsabilités partagées PA16891 72/2/24 LA PARTICIPATION

Plus en détail

Le rôle de la société civile dans la construction de la paix au Mali

Le rôle de la société civile dans la construction de la paix au Mali SIPRI ESSAI Le rôle de la société civile dans la construction de la paix au Mali par Elisabeth Sköns Le 19 septembre, le Mali a célébré l investiture de son nouveau président élu, Ibrahim Boubacar Keïta.

Plus en détail

Allocution de l Ambassadeur Smaïl Chergui, Commissaire Paix et Sécurité de l Union Africaine

Allocution de l Ambassadeur Smaïl Chergui, Commissaire Paix et Sécurité de l Union Africaine AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Kinshasa, R.D.C. Téléphone 0815002238-0816001410 Courriel : audrc2002@gmail.com CÉRÉMONIE D OUVERTURE DU DIALOGUE POLITIQUE NATIONAL INCLUSIF EN RÉPUBLIQUE

Plus en détail

ANS LES ENFANTS ET. BUREAU DU REPRéSENTANT SPéCIAL DU SECRéTAIRE GéNéRAL POUR. LES CONFLITS ARMéS

ANS LES ENFANTS ET. BUREAU DU REPRéSENTANT SPéCIAL DU SECRéTAIRE GéNéRAL POUR. LES CONFLITS ARMéS ANS LES ENFANTS ET BUREAU DU REPRéSENTANT SPéCIAL DU SECRéTAIRE GéNéRAL POUR LES CONFLITS ARMéS UN MANDAT POUR LA PROTECTION DES ENFANTS EN TEMPS DE CONFLIT ARMÉ Le Représentant spécial du Secrétaire général

Plus en détail

Résolution sur la question israélo-paliestinienne

Résolution sur la question israélo-paliestinienne Résolution sur la question israélo-paliestinienne Affaires étrangères & Europe (Texte original) «Garantir les droits des minorités» Insistant sur le droit de chacun de voir respecter ses droits fondamentaux,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Colloque URMIS-CIEMI - Dossier de presse - Page 1

DOSSIER DE PRESSE. Colloque URMIS-CIEMI - Dossier de presse - Page 1 DOSSIER DE PRESSE Colloque URMIS-CIEMI - Dossier de presse - Page 1 Retour sur "l'intégration à la française" Après l'échec de la refondation, comment sortir de l'enlisement? Sommaire du dossier Présentaton

Plus en détail

LES PRINCIPES GENERAUX D ANALYSE DES ECHANGES MONETAIRES ET FINANCIERS INTERNATIONAUX. Ch. 4 - Principes généraux d'analyse...

LES PRINCIPES GENERAUX D ANALYSE DES ECHANGES MONETAIRES ET FINANCIERS INTERNATIONAUX. Ch. 4 - Principes généraux d'analyse... LES PRINCIPES GENERAUX D ANALYSE DES ECHANGES MONETAIRES ET FINANCIERS INTERNATIONAUX d'analyse... - Diapo 1 1 1. LE MARCHE DES CHANGES ET LA DETERMINATION DES TAUX DE CHANGE 1.1 Les acteurs du marché

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE DIPLOMATIQUE EN AFRIQUE (OVIDA)

OBSERVATOIRE DE LA VIE DIPLOMATIQUE EN AFRIQUE (OVIDA) OBSERVATOIRE DE LA VIE DIPLOMATIQUE EN AFRIQUE (OVIDA) Veille d information Analyses & Etudes Débats Pour une participation effective et efficiente de l Afrique aux processus internationaux de prise de

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES JURISTES DEMOCRATES ( AIJD ) *********

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES JURISTES DEMOCRATES ( AIJD ) ********* ASSOCIATION INTERNATIONALE DES JURISTES DEMOCRATES ( AIJD ) PREPARATION DU RAPPORT A MI-PARCOURS DE LA DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PROMOTION D UNE CULTURE DE LA NON-VIOLENCE ET DE LA PAIX AU PROFIT DES

Plus en détail

La réforme de la réglementation des médias au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : Réglementation de la profession de journaliste

La réforme de la réglementation des médias au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : Réglementation de la profession de journaliste La réforme de la réglementation des médias au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : Réglementation de la profession de journaliste Déclaration adoptée à l issue d un workshop organisé à Tunis les 6 et 7

Plus en détail

Ben & Jerry s ou la problématique du commerce équitable

Ben & Jerry s ou la problématique du commerce équitable Ben & Jerry s ou la problématique du commerce équitable Sommaire Ben & Jerry s Page 2 Introduction : Le marché de la glace en France compte de multples acteurs prestgieux tels Nestlé, Häagen- Dazs ou Masterfoods.

Plus en détail

Qui suis-je? Interview avec Ninian Hubert van Blyenburgh. Qui êtes-vous Ninian Hubert et pourquoi ce sujet «qui suis-je» avec des enfants?

Qui suis-je? Interview avec Ninian Hubert van Blyenburgh. Qui êtes-vous Ninian Hubert et pourquoi ce sujet «qui suis-je» avec des enfants? Qui suis-je? Interview avec Ninian Hubert van Blyenburgh Qui êtes-vous Ninian Hubert et pourquoi ce sujet «qui suis-je» avec des enfants? Peut-être est-ce dû à mon origine hollandaise, je me suis toujours

Plus en détail

JOURNALISTE, QUEL MÉTIER!

JOURNALISTE, QUEL MÉTIER! JOURNALISTE, QUEL MÉTIER! Date de mise en ligne : mars 2017 À partir d une source, le-la journaliste, grâce à ses qualités et son professionnalisme, intervient à chaque étape pour nous livrer une nouvelle

Plus en détail

1e Partie : Les Origines de la Responsabilité de Protéger et du Projet R2PSC

1e Partie : Les Origines de la Responsabilité de Protéger et du Projet R2PSC 1e Partie : Les Origines de la Responsabilité de Protéger et du Projet R2PSC En Quoi Consiste la Responsabilité de Protéger (R2P)? La R2P est une émergeante norme internationale selon laquelle la responsabilité

Plus en détail

2ème session et des publics vulnérables

2ème session et des publics vulnérables 5 ÈME CONFÉRENCE DES INSTANCES DE RÉGULATION DE LA COMMUNICATION D AFRIQUE (CIRCAF) 19 & 20 novembre 2009 Marrakech 2ème session La protection de l enfance l et des publics vulnérables PROTECTION DU JEUNE

Plus en détail

L éducation à la citoyenneté : pour un monde solidaire

L éducation à la citoyenneté : pour un monde solidaire L éducation à la citoyenneté : pour un monde solidaire CONFERENCE A PARIS LE 28 NOVEMBRE 2016 PROJET DE PROGRAMME, SEPTEMBRE 2016 Conférence organisée avec le soutien de la Commission européenne Contexte

Plus en détail

Rapport World Café Les jeunes en action contre le racisme. Pour une multiculturalité!

Rapport World Café Les jeunes en action contre le racisme. Pour une multiculturalité! World Café Rapport World Café Les jeunes en action contre le racisme. Pour une multiculturalité! Le Centre pour l action non-violente (CENAC) 1, a organisé en collaboration avec le Centre Transit, centre

Plus en détail

Résumé sur un document de travail sur. La Crise du Darfour au Soudan

Résumé sur un document de travail sur. La Crise du Darfour au Soudan Résumé sur un document de travail sur La Crise du Darfour au Soudan 1 La crise du Darfour constitue avec ses complexités une tragédie torturant la conscience de l humanité après qu on a pensé que la résolution

Plus en détail

2 e Conférence des Présidents des Instances de régulation membres du REFRAM

2 e Conférence des Présidents des Instances de régulation membres du REFRAM Bruxelles, 19 septembre 2011 2 e Conférence des Présidents des Instances de régulation membres du REFRAM Message de S.E. Monsieur Abdou DIOUF, Secrétaire général de la Francophonie Seul le texte prononcé

Plus en détail

(Partage d Expériences) AIDE MEMOIRE. 28 juin 2005 Tanger, Maroc. Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc

(Partage d Expériences) AIDE MEMOIRE. 28 juin 2005 Tanger, Maroc. Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Royaume du Maroc Séminaire Conjoint CAFRAD/Ministère de la Modernisation

Plus en détail

Union africaine Adoption de la Charte africaine

Union africaine Adoption de la Charte africaine Union africaine Adoption de la Charte africaine Lors de la 7 e session ordinaire de la Conférence des Chefs d Etat et de Gouvernement de l Union Africaine, tenue à Banjul, la Gambie a adopté le 2 juillet

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES DE REDDITION DE COMPTES

LES BONNES PRATIQUES DE REDDITION DE COMPTES LES BONNES PRATIQUES DE REDDITION DE COMPTES OCTOBRE 2015 Avant propos Avec l avènement de la décentralisation, il est de plus en plus démontré que l un des mécanismes de redevabilité est la reddition

Plus en détail

Discours de Madame TRIERWEILER à l ONU contre les violences sexuelles dans les conflits (24/09/13)

Discours de Madame TRIERWEILER à l ONU contre les violences sexuelles dans les conflits (24/09/13) Discours de Madame TRIERWEILER à l ONU contre les violences sexuelles dans les conflits (24/09/13) Mesdames, Messieurs, Il nous faut tout d abord remercier la Grande-Bretagne et tout particulièrement son

Plus en détail

Mme Isil Gachet Secrétaire général de la Commission européenne contre le racisme et l intolérance (ECRI)

Mme Isil Gachet Secrétaire général de la Commission européenne contre le racisme et l intolérance (ECRI) Conférence nationale TOUS DIFFERENTS TOUS EGAUX organisée par la Commission fédérale contre le racisme et le Forum contre le racisme Centre EPF Zurich, 21 mars 2001 Résultats de la Conférence européenne

Plus en détail

L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE

L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE La société civile est spécifiquement reconnue en tant qu acteur dans l accord de partenariat de Cotonou (APC).

Plus en détail

Programme de la VI ème Rencontre Internationale de Jeunes pour la Culture de Paix Istres du 27 au 31 juillet 2014

Programme de la VI ème Rencontre Internationale de Jeunes pour la Culture de Paix Istres du 27 au 31 juillet 2014 Programme de la VI ème Rencontre Internationale de Jeunes pour la Culture de Paix Istres du 27 au 31 juillet 2014 Jour 1 27 juillet : Arrivée 15h : Introduction et présentation des objectifs de la rencontre.

Plus en détail

Association québécoise pour l avancement des Nations Unies POLITIQUE SUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

Association québécoise pour l avancement des Nations Unies POLITIQUE SUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE SUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE SUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ARTICLE 1 ÉNONCÉ DE PRINCIPE L AQANU est une organisation non gouvernementale vouée à la sensibilisation

Plus en détail

A/HRC/FD/2016/1. Assemblée générale. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté

A/HRC/FD/2016/1. Assemblée générale. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 septembre 2016 Français Original : anglais A/HRC/FD/2016/1 Conseil des droits de l homme Forum des Nations Unies sur les droits de l homme, la démocratie

Plus en détail

DROITS DE L ENFANT PRIX IDE - RTS POUR LES

DROITS DE L ENFANT PRIX IDE - RTS POUR LES PRIX IDE - RTS POUR LES DROITS DE L ENFANT Un projet de l Institut international des Droits de l Enfant (IDE) à Sion, Suisse, en collaboration avec la RTS Radio Télévision Suisse Juin 2012 1 PRIX IDE RTS

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les médias de masse et les TIC. Avant-propos...3

Table des matières. Partie I Les médias de masse et les TIC. Avant-propos...3 Table des matières Avant-propos...3 Partie I Les médias de masse et les TIC Panorama des médias français...9 1. La presse écrite...10 II. La musique...17 III. La radio...19 IV. Le cinéma...22 V. La vidéo...23

Plus en détail

La Charte de la Fondation Hirondelle

La Charte de la Fondation Hirondelle La Charte de la Fondation Hirondelle Au fur et à mesure de la naissance et de la vie de ses projets, la FH invite des centaines de personnes à travailler avec elle. La FH propose des projets à des journalistes

Plus en détail

Au service et aux côtés

Au service et aux côtés Au service et aux côtés Accroche couverture de tous les infirmiers et infirmières À votre service pour vous conseiller sur votre exercice Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

PROGRAMME > 25 NovemBRE 2016

PROGRAMME > 25 NovemBRE 2016 Forum International Peace and SporT 23 > 25 NovemBRE 2016 Principauté de Monaco La paix en jeu : changer le monde par le sport Bienvenue à la 9ème édition du Forum International! Cette année, plus de 500

Plus en détail

Tenir le rôle d arbitre central / d'arbitre assistant

Tenir le rôle d arbitre central / d'arbitre assistant Tenir le rôle d arbitre central / d'arbitre assistant Constat et enjeux : L apprentissage de l arbitrage est rarement organisé dans les clubs. Le passage des joueurs par cette fonction est pourtant riche

Plus en détail

Lycée François-Arago - Perpignan (académie de Montpellier) TPE : La crise viticole dans les Pyrénées Orientales et son traitement médiatique

Lycée François-Arago - Perpignan (académie de Montpellier) TPE : La crise viticole dans les Pyrénées Orientales et son traitement médiatique Lycée François-Arago - Perpignan (académie de Montpellier) TPE : La crise viticole dans les Pyrénées Orientales et son traitement médiatique Compte rendu établi par Hélène Pons, juin 2004 Situation de

Plus en détail

ALLOCUTION PRONONCEE AU NOM DU RESEAU DES INSTITUTIONS NATIONALES AFRICAINES DES DROITS DE L HOMME

ALLOCUTION PRONONCEE AU NOM DU RESEAU DES INSTITUTIONS NATIONALES AFRICAINES DES DROITS DE L HOMME ALLOCUTION PRONONCEE AU NOM DU RESEAU DES INSTITUTIONS NATIONALES AFRICAINES DES DROITS DE L HOMME ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INDH DE L AFRIQUE DE L OUEST Abuja, Nigeria, 21-23 septembre

Plus en détail

Ni policier ni sauveur: quel est le pouvoir d agir d un intervenant?

Ni policier ni sauveur: quel est le pouvoir d agir d un intervenant? Ni policier ni sauveur: quel est le pouvoir d agir d un intervenant? Yann Le Bossé Université Laval Qu est que le pouvoir d agir (empowerment)? La capacité des personnes à exercer un plus grand contrôle

Plus en détail

FORMATION CIVIQUE ET CITOYENNE RÉFÉRENTIEL DES THÈMES

FORMATION CIVIQUE ET CITOYENNE RÉFÉRENTIEL DES THÈMES FORMATION CIVIQUE ET CITOYENNE RÉFÉRENTIEL DES THÈMES L organisation, la programmation et le déroulement des journées consacrées à la formation civique et citoyenne des volontaires du Service Civique doivent

Plus en détail

Ambassadeur De ZORZI, directeur adjoint de l IHEDN

Ambassadeur De ZORZI, directeur adjoint de l IHEDN Seul le prononcé fait foi 14 e Fica Mot de bienvenue 6 juin 2013 Ambassadeur De ZORZI, directeur adjoint de l IHEDN Mon général, Mesdames et Messieurs les auditeurs, permettez-moi, en mon nom et en celui

Plus en détail

Travailler ensemble pour les populations et les environnements de montagne

Travailler ensemble pour les populations et les environnements de montagne Travailler ensemble pour les populations et les environnements de montagne QUI SOMMES-NOUS? Le Partenariat de la montagne est une alliance volontaire des Nations Unies, dont les membres œuvrent vers un

Plus en détail

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE Préambule Le 21 mars 2009, la Ville de Saint-Étienne a organisé son premier Printemps des associations. A cette occasion, elle a réaffirmé l'importance qu elle accorde à la

Plus en détail

Les. quartiers. Réalisons ensemble nos quartiers culturels

Les. quartiers. Réalisons ensemble nos quartiers culturels Les quartiers culturels Réalisons ensemble nos quartiers culturels Plan de mise en œuvre juin 2013 Enrichir les expériences en matière d art, de culture, de patrimoine vécues par les Montréalais non seulement

Plus en détail

Note de cadrage de la retraite du Conseil

Note de cadrage de la retraite du Conseil BOD/2015/10 DOC 02 Retraite du Conseil d administration Washington D.C. 14-16 octobre 2015 Note de cadrage de la retraite du Conseil 1. Processus de planification du GPE Où en sommes-nous? Le Partenariat

Plus en détail

STRATÉGIE GLOBALE POUR LE PROGRAMME MOST. Résumé

STRATÉGIE GLOBALE POUR LE PROGRAMME MOST. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-neuvième session 199 EX/7 PARIS, le 23 février 2016 Original anglais Point 7 de l'ordre du jour provisoire STRATÉGIE GLOBALE POUR LE PROGRAMME MOST Résumé Le présent

Plus en détail

Tdh/Rene Torres - Népal. «Faire la différence» La Vision Terre des hommes Version synthétique

Tdh/Rene Torres - Népal. «Faire la différence» La Vision Terre des hommes Version synthétique Tdh/Rene Torres - Népal «Faire la différence» La Vision Terre des hommes 2030 Version synthétique Notre analyse du contexte Contexte institutionnel Terre des hommes a mené une large réflexion afin de définir

Plus en détail

CENTRE NORD-SUD DU CONSEIL DE L EUROPE FORUM DE LISBONNE juin Centre Ismaili Lisbonne. Conclusions i

CENTRE NORD-SUD DU CONSEIL DE L EUROPE FORUM DE LISBONNE juin Centre Ismaili Lisbonne. Conclusions i CENTRE NORD-SUD DU CONSEIL DE L EUROPE FORUM DE LISBONNE 2017 1-2 juin Centre Ismaili Lisbonne INTERCONNECTER LES PERSONNES : Gérer les migrations, prévenir le populisme, construire des sociétés inclusives

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE LOMÉ. Hôtel Acropolis, Lomé, Togo. Colloque Régional Ouest Africain sur la Prévention des Conflits et la Promotion de la Paix P R I C A

COMMUNIQUÉ DE LOMÉ. Hôtel Acropolis, Lomé, Togo. Colloque Régional Ouest Africain sur la Prévention des Conflits et la Promotion de la Paix P R I C A PROCMURA P R I C A COMMUNIQUÉ DE LOMÉ Colloque Régional Ouest Africain sur la Prévention des Conflits et la Promotion de la Paix Hôtel Acropolis, Lomé, Togo du 24 au 27 Août 2015 1 Nous, Leaders religieux

Plus en détail

BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO

BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO La Convention des Nations Unies contre la corruption a été signée par 140 pays et ratifiée par 174 Etats

Plus en détail

Les projets des grands musées d'asie. Quelles formes de médiatons? Les musées chinois d'aujourd'hui

Les projets des grands musées d'asie. Quelles formes de médiatons? Les musées chinois d'aujourd'hui Les projets des grands musées d'asie Quelles formes de médiatons? Les musées chinois d'aujourd'hui UAPV-Agorantc, Avignon, 11 décembre 2014 Bernard Schiele UQAM Deux constats : La Chine, désormais la seconde

Plus en détail

Partenariat et rôle des villes et municipalités Partager nos stratégies gagnantes. Table ronde

Partenariat et rôle des villes et municipalités Partager nos stratégies gagnantes. Table ronde Partenariat et rôle des villes et municipalités Partager nos stratégies gagnantes Table ronde Conférencier : Franz Vanderschueren Animateur : Dimitri Panagos Secrétaire : Elsa Galerand Exposé M. Franz

Plus en détail

Invité : Damien Vandermeersch Juge d instruction sur le dossier Rwanda

Invité : Damien Vandermeersch Juge d instruction sur le dossier Rwanda Invité : Damien Vandermeersch Juge d instruction sur le dossier Rwanda Date de diffusion 06/04/2014 1. Mise en route A) Écoutez attentivement la chanson «Né en 17 à Leidenstadt» de Jean-Jacques Goldman.

Plus en détail

FORMATION SUR LES TECHNIQUES DE CONCEPTION ET D ANIMATION DE PROGRAMME RADIO AXE SUR LE DROIT NOTAMMENT LES QUESTIONS SENSIBLES

FORMATION SUR LES TECHNIQUES DE CONCEPTION ET D ANIMATION DE PROGRAMME RADIO AXE SUR LE DROIT NOTAMMENT LES QUESTIONS SENSIBLES FORMATION SUR LES TECHNIQUES DE CONCEPTION ET D ANIMATION DE PROGRAMME RADIO AXE SUR LE DROIT NOTAMMENT LES QUESTIONS SENSIBLES 1 I Domaine de définition Techniques de conception et d animation de programmes

Plus en détail

U P A. 36 ème CONFERENCE LIBREVILLE (Gabon), 7 et 8 Novembre 2013 ( R. 134/36/13) RESOLUTION. sur

U P A. 36 ème CONFERENCE LIBREVILLE (Gabon), 7 et 8 Novembre 2013 ( R. 134/36/13) RESOLUTION. sur U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A 36 ème CONFERENCE LIBREVILLE (Gabon), 7 et 8 Novembre 2013 ( R. 134/36/13) ------- RESOLUTION sur «Le rôle des Parlements africains dans la mobilisation

Plus en détail

L intégration et la participation des jeunes immigrants à la société

L intégration et la participation des jeunes immigrants à la société L intégration et la participation des jeunes immigrants à la société Un document de réflexion préparé pour la communauté bahá íe du Canada Septembre 2014 La communauté bahá íe du Canada est une communauté

Plus en détail

Se former en éducation au développement et à l'approche interculturelle face à la complexité du monde. Centre de formation pour le développement ITECO

Se former en éducation au développement et à l'approche interculturelle face à la complexité du monde. Centre de formation pour le développement ITECO ITECO Centre de formation pour le développement ITECO 2, rue Renkin B 1030 Bruxelles tél. +[32] 02 243 70 30 fax +[32] 02 245 39 29 iteco@iteco.be http://www.iteco.be Se former en éducation au développement

Plus en détail

Premier salon de l édition musicale en France

Premier salon de l édition musicale en France Premier salon de l édition musicale en France EditA-Event, C/O Eifeil, 34 rue de la Victoire 75 009 Paris. Tel : (33) 01 44 53 80 82 / e-mail : contact@edita-event.fr www.edita-event.fr EditA, Salon de

Plus en détail

UNESCO, le 29 mai 2009

UNESCO, le 29 mai 2009 Discours de M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l UNESCO, à l occasion de la visite au Siège de S. E. M. Amadou Toumani Touré, Président de la République du Mali UNESCO, le 29 mai 2009 Monsieur

Plus en détail

COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT. Quarante sixième session

COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT. Quarante sixième session NATIONS UNIES CRC Convention relative aux droits de l enfant Distr. GÉNÉRALE CRC/C/OPAC/ESP/CO/1 17 octobre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT Quarante sixième session EXAMEN

Plus en détail

L engagement du gouvernement du Québec dans la solidarité internationale

L engagement du gouvernement du Québec dans la solidarité internationale L engagement du gouvernement du Québec dans la solidarité internationale Gouvernement du Québec Dépôt légal 2005 ISBN : 2 550 44158 3 Bibliothèque nationale du Québec Photos de la page couverture : Club

Plus en détail

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL CODE : SRH 05-06 14 ADOPTION : 2006-02-28 Résolution : C.C. 019-06 Page 1 sur 7 TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICE :

Plus en détail

Introduction. La compétence du citoyen profane dans l expertise scientifique Traduction, médiation et construction de sens PLAN

Introduction. La compétence du citoyen profane dans l expertise scientifique Traduction, médiation et construction de sens PLAN La compétence du citoyen profane dans l expertise scientifique Traduction, médiation et construction de sens Julie Debaveye Doctorante en information-communication Département d information-communication

Plus en détail

Intervention du Ministre de la Défense

Intervention du Ministre de la Défense Intervention du Ministre de la Défense Forum «Challenges of Peace Operations»: «Partenariats Les Nations Unies, l Union européenne et les dimensions régionales des opérations de paix» Ecole militaire,

Plus en détail

Colloque international de Ouagadougou La promotion des droits humains en Afrique à partir de la situation des pasteurs nomades

Colloque international de Ouagadougou La promotion des droits humains en Afrique à partir de la situation des pasteurs nomades Colloque international de Ouagadougou ----------- La promotion des droits humains en Afrique à partir de la situation des pasteurs nomades ------------------------ TDR DU COLLOQUE Splendid Hôtel, 22 au

Plus en détail

UNION INTERPARLEMENTAIRE 118 ème Assemblée et réunions connexes Le Cap (Afrique du Sud), avril 2008

UNION INTERPARLEMENTAIRE 118 ème Assemblée et réunions connexes Le Cap (Afrique du Sud), avril 2008 UNION INTERPARLEMENTAIRE 118 ème Assemblée et réunions connexes Le Cap (Afrique du Sud), 13-18 avril 2008 Assemblée A/118/2-P.7 Point 2 11 avril 2008 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT

Plus en détail

Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne

Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne L organisationr la programmation et le déroulement des journées consacrées à la formation civique et citoyenne des volontaires du Service Civique

Plus en détail

Commission de l OMT pour l Afrique Cinquante-sixième réunion Luanda (Angola), 28 avril 2014 Point 4.2 de l ordre du jour provisoire

Commission de l OMT pour l Afrique Cinquante-sixième réunion Luanda (Angola), 28 avril 2014 Point 4.2 de l ordre du jour provisoire Commission de l OMT pour l Afrique Cinquante-sixième réunion Luanda (Angola), 28 avril 2014 Point 4.2 de l ordre du jour provisoire CAF/56/4.2 Madrid, mars 2014 Original : anglais Point 4.2 de l ordre

Plus en détail

Projet de discours de la France au Segment Humanitaire de l ECOSOC. C est un plaisir pour moi de m adresser à vous aujourd hui au nom de la

Projet de discours de la France au Segment Humanitaire de l ECOSOC. C est un plaisir pour moi de m adresser à vous aujourd hui au nom de la Projet de discours de la France au Segment Humanitaire de l ECOSOC 2013. Monsieur le Président, chers collègues, C est un plaisir pour moi de m adresser à vous aujourd hui au nom de la France. Je tiens

Plus en détail

Acteur de son environnement

Acteur de son environnement CHARTE Acteur de son environnement Empreintes est une Organisation de Jeunesse environnementaliste. Son objectif est de «Renforcer la capacité des Jeunes à être acteurs de leur(s) environnement(s)» Eco-socio-système

Plus en détail

LE MODELE MACROECONOMIQUE CLASSIQUE. Ch. 1 - Le modèle macroéconomique classique

LE MODELE MACROECONOMIQUE CLASSIQUE. Ch. 1 - Le modèle macroéconomique classique LE MODELE MACROECONOMIQUE CLASSIQUE 1 Rappel : cours de 1 ère année Le raisonnement macroéconomique 1 ère lecture : distncton micro macroéconomie Niveau d analyse (agents agrégats) Objet de l analyse (équilibre

Plus en détail

FR Unie dans la diversité FR A8-0389/21. Amendement. Dominique Bilde au nom du groupe ENF

FR Unie dans la diversité FR A8-0389/21. Amendement. Dominique Bilde au nom du groupe ENF 25.1.2017 A8-0389/21 21 sur la mise en œuvre du programme Erasmus + Paragraphe 54 54. recommande de réduire le montant des subventions dans le domaine de la coopération entre écoles au bénéfice du nombre

Plus en détail