Infections génitales hautes RPC Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections génitales hautes RPC Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre"

Transcription

1 Infections génitales hautes RPC 2012 Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre

2 DEFINITION D UNE IGH Infections utero-annexielles compliquées ou non Endométrite Salpingite Abcès tubo ovariens Pelvipéritonite d origine génitale

3 QUAND Y PENSER? Douleurs pelviennes aigues Fièvre Métrorragies Leucorrhées Contage ou contexte d IST Contexte: post opératoire, post-abortum, postpartum, DIU, geste endo-utérin récent

4 FREQUENCE ET VALEURS DIAGNOSTIQUES Méta analyse de Kahn (Kahn et al, JAMA 1991) Tous les signes sont associés à l IGH RV > 2 : plus intéressant Diagnostic = combinaison de symptômes

5 Se(%) Sp(%) RV + RV- Symptômes Douleurs pelviennes> 4j ,72 0,39 Métrorragies ,9 1,07 Frissons ,73 0,79 ATCD D IST ,22 0,73 DIU ,03 0,98 SFU ,91 1,03 Syndrome rectal ,33 0,96 Examen clinique Leucorrhées pathologiques ,76 0,53 Masse abdominale ,88 0,71 Fièvre > 38 C ,11 0,76 Biologie CRP élevée ,07 0,16 BE ,9 0,28 Test gonocoque / CT ,35 0,3

6 EXAMENS COMPLEMENTAIRES NFS CRP Hémocultures BU/ECBU Echographie pelvienne Doute diagnostique: BE infiltration de PNN Si doute diagnostique et échographique: TDM AP

7

8

9

10 MICROBIOLOGIE PV: examen direct à la recherche de leucocytes altérés Recherche de CT, Neisseria gonorrhoeae, Mycoplasme genitalium Prélèvement d endocol: germes aérobies et anaérobies Si coelioscopie : prélèvements tubo péritonéaux

11 GERMES Dans la sphère génitale: E.Coli et streptocoques Anaérobies présentes dans près de 90% des cas : B. fragilis, autres Bacteroides, C. perfringens Anaérobies pas toujours retrouvés à la culture mais toujours être actif sur les anaérobies.

12 PRISE EN CHARGE (1) Forte suspicion d IGH : démarrer ATB ++ IGH non compliquée: voie veineuse vs PO identique OFLOXACINE 400 X 2 + METRONIDAZOLE 500 X 2 pour 14 jours. Si découverte gonocoque +: rajouter CEFTRIAXONE 500 mg IM : dose unique

13 PRISE EN CHARGE (2) Revoir les patientes à 3-5 jours pour vérifier l observance, l efficacité, tolérance du traitement Mêmes protocoles si VIH + Si IGH sur DIU : retrait du DIU Si IGH avec IST : dépistage des IST chez partenaire AZYTHROMYCINE pour CT CEFTRIAXONE pour NG

14 PEC DES ABCES TUBO OVARIENS IGH + abcès tubo ovariens = DRAINAGE (radio/coelio) Si collection > 3cm = DRAINAGE 1 ère intention: ponction par voie transvaginale Ponction sous TDM: voie infrapyriforme, pas de drain Chirurgie = COELIOSCOPIE + DRAINAGE Chirurgie si :-rupture -péritonite généralisée -choc septique

15

16

17 PEC DES ABCES TUBO OVARIENS : ANTIBIOTIQUE CEFTRIAXONE 2g/ jour IV + METRONIDAZOLE 500 mg X 3/jour + DOXYCYCLINE 100 mg X 2 / jour 14 à 21 jours Alternatives : OFLOXACINE 400mg X 2 /j + METRONIDAZOLE 500mg X 3/j CEFOXITINE 2g X 3/j + DOXYCYCLINE 100 mg X 2 /j 14 à 21 jours

18 PEC DES ABCES TUBO OVARIENS : ANTIBIOTIQUE Si choc septique : + GENTAMYCINE 6 mg/kg/jour IV Réévaluation des antibiotiques à 72h

19 INFECTION DU PP Diagnostic classique: douleurs pelviennes, hyperthermie, lochies fétides. Si doute vacuité utérine: faire une échographie Traitement endométrite PP : n a été évalué qu en IV: -AM-: Clindamycine 900mg X3: jour + Gentamycine 1,5 mg X 3 par jour -AM+ : Ceftriaxone 1g IV +/-Métronidazole 500mgX2 ou AUGMENTIN 3-4 g par jour Traitement de 5 à 10 jours

20 INFECTION DU PP Si fièvre > 5 jours : TDM injecté Thrombophlébite pelvienne + endométrite du PP : antibiothérapie + anticoagulation efficace 7 à 14 jours (relais AVK)

21 ANTIBIOPROPHYLAXIE Césarienne : C1G ou C2G à l incision cutanée Hystérosalpingographie : si dilatation tubaire ou ATCD d IGH Hystéroscopie diagnostique et opératoire : NON Pose de DIU : NON DA RU : NON, asepsie ++ IVG médicamenteuses: NON IVG chirurgicales: doxycyclines ++ ou métronidazole (100mg PO 1h avant 200mg après le geste)

22 COMPLICATIONS Récidive Altération de la mobilité tubaire: -GEU - stérilité tubaire - hydrosalpinx - adhérences pelviennes -brides -douleurs

23 Prévention des IST CONSEILS APRES IGH Pas de contrôle bactériologique hormis CT et NG (recontaminations à 3-6mois) Echographie à 3 mois si symptomatologie Pas d hystérosalpingographie à distance en dehors de l infertilité Pas d HSC après IGH Coelio de contrôle si infertilité/douleurs/ IGH sévère PRESERVATIFS++: diminue les séquelles par récurrence CO diminue les IGH + mesures préventives Avant pose DIU: recherche de fdr IGH Pas de CI aux DIU si ATCD d IGH Echographie si grossesse et IGH récente : éliminer GEU

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Salpingite : rôles de la coelioscopie

Salpingite : rôles de la coelioscopie Salpingite : rôles de la coelioscopie Dr AS AZUAR Nécessité d un outil diagnostique fiable. car Epidémiologie Problème de santé publique -130.000 cas / an - 15.000 cas de stérilités tubaires - Pb liés

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique

Recommandations pour la pratique clinique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech Cinquième partie Recommandations pour la pratique clinique 36 ES JOURNÉES NATIONALES Paris, 2012 591 Niveaux

Plus en détail

Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne

Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne C. Achtari N. Vulliémoz Maternité, 1011 CHUV Lausanne Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne La maladie inflammatoire pelvienne (MIP) est un diagnostic souvent négligé et son traitement est

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections uro-génitales ab10 Infections uro-génitales 08-12-16.doc Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 Prostatite aiguë, épididymite

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Dr Sophie Desurmont Praticien hospitalier Gynécologie-obstétrique Hôpital St Vincent de Paul Lille Entretiens de médecine générale Samedi 7 novembre

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique DISPOSITIF INTRA UTERIN TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique 2016 2017 2 dispositifs DIU au cuivre DIU Hormonal Mode d action DIU au cuivre Altération de la fonction et de la viabilité

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Infections en Gynécologie- Obstétrique

Infections en Gynécologie- Obstétrique Version 2 - Septembre 2015 Document élaboré en partenariat avec le réseau PERINATALITE en Franche-Comté Infections en Gynécologie- Obstétrique Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Dans ce

Plus en détail

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques Dr Benjamin JULLIAC Urgences gynéco - obstétriques Urgences Possibles gynécologique Torsion d annexe Salpingite Kyste hémorragique Grossesse extra utérine Fausse couche spontanée obstétrique : Accouchement

Plus en détail

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis E. Cervantes, M. Chassang, G. Baudin, F. Germain, P. Chevallier Service d Imagerie Médicale, Hôpital Archet 2 CHU Nice - France Maladie inflammatoire

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion Références HAS 2001 et décembre 2010 Prise en charge de l IVG jusqu à 14 sa CNGOF 2012 Prise en charge des IGH Diagnostic et modalités

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2016 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Evaluation des pratiques de prise en charge des infections génitales

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME Fibrome utérin Épidémio Fréquent Rarement unique Asymptomatique (50%) Types Interstitiel Sous-muqueux Intra-cavitaire Sous-séreux => PAS de ménorragie Circonstances de

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

ARCO Poitier, 11 février Claire LEGRAS, Limoges

ARCO Poitier, 11 février Claire LEGRAS, Limoges ARCO 2014 Poitier, 11 février 2014 Claire LEGRAS, Limoges Monsieur H., 20 ans.. Antécédents: Asthme allergique Furoncles à répétition depuis un an et demi: exploration avec sérologie VIH négative Pas d

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 Lithiase Biliaire Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 PLAN Physiopathologie Le foie Les voies biliaires La bile Les calculs biliaires Pathologies 1. Lithiase vésiculaire non compliquée 2. Colique hépatique

Plus en détail

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES Dr Perrine CAPMAS! Hôpital Bicêtre - HEGP! CEGORIF 30 Janvier 2015! 1 EPIDÉMIOLOGIE Grossesse ectopique: 1,5% des naissances! Grossesse tubaire: 90%! Grossesse interstitielle:

Plus en détail

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3),

Plus en détail

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Actualités en infectiologie Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Plan Consommation d antibiotiques Résistance bactérienne Infections urinaires Mise

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Prothèse de hanche ou de genou : diagnostic et prise en charge de l infection dans le mois suivant l implantation Dr S. Nguyen Service de Maladies Infectieuses,

Plus en détail

Diarrhée post antibiotiques

Diarrhée post antibiotiques Diarrhée post antibiotiques Dr M. Brière 2014 Diarrhée post antibiotiques Diarrhée survenant l Au décours l Et jusqu à 8 semaines après la fin du traitement ATB 2 diagnostics à évoquer l Dysbiose aigue

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme Epidémiologie, physiopathologie Uréthrite aiguë Souvent lié à une IST Germes les plus fréquents : Chlamydia Trachomatis et le Gonocoque Peut se compliquer de

Plus en détail

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les suites d une angine Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Définition/Epidémiologie Nécrobacillose = septicémie à Fusobacterium + Thrombose

Plus en détail

LES ENDOMETRITES EN MATERNITE

LES ENDOMETRITES EN MATERNITE LES ENDOMETRITES EN MATERNITE Dr AM DUMAS Centre Hospitalier Lyon Sud Endométrite du post-partum partum Complication la + fréquente Morbidité et même mortalité non négligeable, en France Nécessité d un

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Myomes et périménopause Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Définition de la périménopause À partir de 47 ans + année qui suit l arrêt des règles

Plus en détail

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M.

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M. La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif, M.N.Mhiri 2, M.Ben jemaa 1 1- Service des maladies infectieuses. CHU Hedi chaker, Sfax,

Plus en détail

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INTRODUCTION Infections fréquentes, «honteuses» Sous-diagnostiquées Complications aigues et chroniques Prise en charge globale,

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite Infections urinaires chez le sujet agé Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite LILLAZ J. (CCA UROLOGIE) Objectifs Infectieux urologie = Sujet simple dans la plupart des cas. A condition d être précis,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX PRISE EN CHARGE DE F.ARBOUZ Clinque Ahlem F.DJENDER Ain-Taya INTRODUCTION Obstruction complète du pavillons avec disparition des franges et distension liquidienne distale Pathologie fréquente 30 à 40 %

Plus en détail

Place de la sage-femme dans l IVG médicamenteuse. IVG Médicamenteuse. Le 09 juin 2016, ARRAS. DEF / SDPMI / Valérie DUCROCQ

Place de la sage-femme dans l IVG médicamenteuse. IVG Médicamenteuse. Le 09 juin 2016, ARRAS. DEF / SDPMI / Valérie DUCROCQ Place de la sage-femme dans l IVG médicamenteuse IVG Médicamenteuse Le 09 juin 2016, ARRAS IVG médicamenteuse Interruption d une grossesse par procédés médicamenteux, possible jusque 7 SA Contre indications

Plus en détail

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été.

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Elle a des relations sexuelles avec un nouveau partenaire depuis environ

Plus en détail

Progrès (FDR mieux connus et dépistés)

Progrès (FDR mieux connus et dépistés) DIU d Infections Ostéoarticulaires Lyon, 19 nov. 2014 Pr Cédric BARREY, MD, PhD, Service de Neurochirurgie C et Chirurgie du Rachis Centre Interrégional de Référence R des IOA Complexes Hôpital Neurologique

Plus en détail

STERILETS. Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou

STERILETS. Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou STERILETS Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou Indice de Pearl pour les DIU: En pratique courante : 0,8 En utilisation optimale: 0,6 Indice de Pearl pour la contraception

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

APPENDICITE. Définition :

APPENDICITE. Définition : APPENDICITE Le site du Docteur Patricia GRANDCOIN Adresse du site : www.docvadis.fr/patricia-grandcoin L appendicite correspond à l inflammation de l appendice. L'appendicite est l'urgence chirurgicale

Plus en détail

MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES

MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES Infection hématogène : (ostéomyélite) Hémocultures x 3 Si arthrite, ponction du liquide articulaire cytologie, bactériologie, BK avec «kit infection osseuse»

Plus en détail

Item n 291 : Adénopathie superficielle

Item n 291 : Adénopathie superficielle Définition Item n 291 : Adénopathie superficielle Hypertrophie dʼun ganglion lymphatique > 1 cm Physiopathologie Une adénopathie peut résulter : Stimulation antigénique dans le cadre dʼune infection Stimulation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 PRISE EN CHARGE DE LA GEU Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 Épidémiologie: incidence Augmentation X 4 entre 70 et 90 2 GEU pour 100 naissances Actuellement évolution

Plus en détail

IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée. Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau

IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée. Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau Définition Situation du problème Lorsque l échographie pelvienne ne met pas en évidence

Plus en détail

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 Une histoire d infection urinaire Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 -Femme 20 ans -Consulte aux Urgences pour AEG -Antécédents : 0 -Traitement en cours : Paracétamol / CO -HDM : elle a fait 3 semaines

Plus en détail

LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES

LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES MATERNITE - GYNECOLOGIE LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES I - LES INFECTIONS GENITALES A - INTRODUCTION Première cause de MST (maladie sexuellement transmissible) en France. Les infections à Chlamydia trachomatis

Plus en détail

SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int.

SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int. 1. SIMS I, VICKERS MR, STEPHENSON J. National assessment of PID diagnosis treatment and management in general practice :England and Wales. Int. JSTD-AIDS 2000;11:440-4 2. NESS R, BROOKS -NELSON D. Pelvic

Plus en détail

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DU de Gynécologie 11 Juin 2013 Thomas Hebert Centre Olympe de Gouges CHRU Tours PLAN L Endométriose: Qu est ce que c est? Quand la suspecter? Comment la trouver?

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Echographie gynécologique

Echographie gynécologique DIU de techniques de monitorage et d ultrasonographie en médecine pré-hospitalière et salle d accueil des urgences vitales Session janvier 2016 Echographie gynécologique Objectifs Comprendre la problématique

Plus en détail

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EPU ASGO FIV SENEGAL DAKAR 17-12-2016 Dr Joël ADJAKOU DEFINITION Incapacité d un couple à obtenir une grossesse après environ une année de rapports réguliers non

Plus en détail

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Initiation à l échographie pelvienne Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Rappels anatomiques L excavation pelvienne est à l état normal située en dessous d un plan passant par le promontoire

Plus en détail

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++)

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++) OBJECTIFS Connaître la nouvelle terminologie et les nouvelles stratégies thérapeutiques. Modifier sa pratique dans la gestion des infections urinaires. CONTEXTE 1. La recommandation SPILF de juin 2008

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 1 er juin 2000 (JO du 3 juin 2000) ENOXOR 200 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations)

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION 1/3 : Quant

Plus en détail

Neutropénies fébriles

Neutropénies fébriles Enfant fébrile ayant moins de 500 PNN/mm 3 = urgence thérapeutique! 1 - Accueil du patient Enfant à prendre en priorité sans passage dans la salle d attente «commune» des urgences. Antibiothérapie à débuter

Plus en détail

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME «DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME Pr M. BIBI Introduction : Les syndromes douloureux pelviens constituent un motif de consultation fréquent aux services d urgence. Leur prise en charge

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF G Martin-Blondel, P Delobel, B Marchou, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse

Plus en détail

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing.

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Introduction Aux USA, chaque année, sont implantés 700 «cœurs artificiels»

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique MATERNITE Procédure n : GYN P 0005 Responsable : Dr A.NAVEAU Approbateur : Dr P.PANEL Fonction : Assistant Hospitalier Fonction : Chef de Service Mise à jour : Date de création : 13/6/2102 signature signature

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE L organisation : Patiente ASA 1 ou 2 Consultation préalable

Plus en détail

Antibiothérapie de la cystite simple :

Antibiothérapie de la cystite simple : Antibiothérapie de la cystite simple : Traitement de 1ère intention = fosfomycine-trométamol en dose unique (très peu de résistance, bons coefficients d'éradication clinique et microbiologique, bonne tolérance,

Plus en détail

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé 30 juin 2015 DES UE Pharmacie Clinique Cécile LEBAUDY Présentation du patient (1) Mr B, 88 ans, 1m70, 85 kg Vit seul à domicile Autonome Pas de troubles

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations publiées en

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Introduction Ce poster illustre les principales étiologies des

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes Flore diverse provenant de la sphère digestive, oropharyngée et cutanée Écosystème très fragile

Plus en détail