Prevention quaternaire; principes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prevention quaternaire; principes"

Transcription

1 Prevention quaternaire; principes Dr Marc Jamoulle MD. Médecin de famille, IRSS-UCL, Brussels https://www.uclouvain.be/irss.html Quatorzième atelier de Pédiatrie Lausanne 25 avril 2013 De Donati, Vierge à l enfant, détail Lyon. Palais des arts

2 A propos de mj Médecin de famille à Charleroi, Belgique, en pratique de groupe depuis 1974 Spécialiste en gestion de données de santé Membre du Wonca International Classification Committee (ICPC) Membre de la société de formation thérapeutique généraliste (sftg.net France) Membre de Mieux Prescrire (éditeur de Prescrire) Collaborateur scientifique IRSS UCL Père de six enfants Pas de conflit d intérêt

3 MJ

4 Some kind of Marcus Welby doctor Charleroi, Belgium, Home visit, /04/2013 Photography by Stephen Feldman 4

5 Discutons La relation médecin patient, la ligne du temps et le job du médecin 24/04/2013 5

6 Actions prise en vue d éradiquer, éliminer ou minimiser l impact de la maladie ou invalidité ou si rien de cela n est possible de retarder la progression de cette maladie ou invalidité Last JM. A Dictionary of Epidemiology.4th edition. OUP En tant que médecin de famille, je suis concerné par la prévention clinique On peut donc considérer la prevention comme la réalisation d un process au cours du temps

7 3 niveau traditionnels de prévention (Leavell & Clark1958. Last 2001) ) (Primordial habitat, sanitation, eau ) Primaire éduc santé./ immunisation Secondaire dépistage, diagnostic précoce Tertiaire rehabilitation In 1988 Bury propose pour la prévention Quaternaire les soins au patient mourant (palliatif)

8 0 Activité médicale; vue chronologique Episode de soin α stop stop stop stop Problème de santé du patient Ligne de vie Ω Evenement 123Leavell, H., & Clark, E. (1958). Preventive Medicine for the Doctor in His Community an Epidemiologic Approach (p. 684). McGraw-Hill. 0 Primordial :Last JM. A Dictionary of Epidemiology.4th edition [Internet]. OUP Bury, J. (1988). Éducation pour la santé : concepts enjeux planifications. Bruxelles: De Boeck-Université.

9 Ce type de vue est plutôt centrée sur la maladie. Le médecin parle du patient et considére la maladie sur la ligne du temps Voyons cela en interaction médecin patient 24/04/2013 9

10 Il est essentiel de reconnaître que les interactions patient-médecin sont des transactions entre des modèles explicatifs, transactions impliquant souvent des écarts importants dans le contenu cognitif ainsi que les valeurs thérapeutiques, les attentes et les objectifs. Dr. Arthur Kleinman Professor of de Psychiatie, & d Anthropologie médicale, Harvard Medical School. Kleinman A, Eisenberg L, Good B. Culture, Illness, and Care: Clinical Lessons From Anthropologic and Cross-Cultural Research. FOCUS: The Journal of Lifelong Learning in Psychiatry. 4(1). 2006

11 Changeons le paradigme Voyons le problème de santé à travers les relations médecin patient, chacun avec son propre ordre du jour, ses craintes, ses attentes et son modèle explicatif. Le médecin a été formé pour trouver la maladie Le patient a ses raisons d'aborder le médecin, de se sentir bien ou mal Si on croise ces acteurs, on change la dimension Prenons le modèle du tableau à double entrée

12 Point de vue du patient Activité médicale; une vue relationnelle (-) Point de vue du médecin (+) (-) (+) 123 Wonca International Classification Committtee. (1995). An international glossary for general/family practice. WONCA Classification Committee. Family Practice, 12(3), Jamoulle, M. (1986). Information et informatisation en médecine générale [Computer and computerisation in general practice]. Les informa-g-iciens (pp ). Presses Universitaires de Namur. 12

13 Point de vue du patient Activité médicale; une vue relationnelle (-) Point de vue du médecin (+) (-) 1 2 (+) Wonca International Classification Committtee. (1995). An international glossary for general/family practice. WONCA Classification Committee. Family Practice, 12(3), Jamoulle, M. (1986). Information et informatisation en médecine générale [Computer and computerisation in general practice]. Les informa-g-iciens (pp ). Presses Universitaires de Namur. 13

14 patient s view Activité médicale; une vue relationnelle Doctor s view 1 2 Intervention avant la maladie Éviter les faux négatifs 4 Éviter les faux positifs 3 Traiter et prévenir les complications 123 Wonca International Classification Committtee. (1995). An international glossary for general/family practice. WONCA Classification Committee. Family Practice, 12(3), Jamoulle, M. (1986). Information et informatisation en médecine générale [Computer and computerisation in general practice]. Les informa-g-iciens (pp ). Presses Universitaires de Namur. 14

15 Point de vue du patient α Prévention ; une vue relationnelle (-) Point de vue du médecin (+) (-) 1 2 (+) Wonca International Classification Committtee. (1995). An international glossary for general/family practice. WONCA Classification Committee. Family Practice, 12(3), Ligne du temps 4 Jamoulle, M. (1986). Information et informatisation en médecine générale [Computer and computerisation in general practice]. Les informa-g-iciens (pp ). Presses Universitaires de Namur. Ω 15

16 Prenons les définitions du Wonca dictionnary of Family Medicine Prévention primaire : Action menée pour éviter ou supprimer la cause d'un problème de santé d'un patient ou d'une population avant son émergence (ex ; vaccination) Bentzen N. An international glossary for general/family practice. Wonca International Classification Committee; Fam Pract.;12(3):

17 Point de vue du patient Mettons ces définitions dans le tableau à double entrée Prévention primaire : Action menée pour éviter ou supprimer la 1 cause d'un problème de santé d'un patient ou d'une Intervention population before avant disease son émergence (ex ; vaccination) 2 Avoiding false negative 4 Avoiding false positive 3 Cure & preventing complications

18 Prenons les définitions du Wonca dictionnary of Family Medicine Prévention secondaire: Action menée pour prévenir à un stade précoce le développement d'un problème de santé d'un patient ou d'une population en réduisant sa durée ou sa progression (ex ; dépistage de l'hypertension). Bentzen N. An international glossary for general/family practice. Wonca International Classification Committee; Fam Pract.;12(3):

19 Point de vue du patient Mettons ces définitions dans le tableau à double entrée Prévention primaire : Action menée pour éviter ou supprimer la 1 cause d'un problème de santé d'un patient ou d'une Intervention population before avant disease son émergence (ex ; vaccination) Prévention secondaire: Action menée pour prévenir à un stade précoce 2 le développement d'un problème de santé d'un patient ou Avoiding d'une population false negative en réduisant sa durée ou sa progression (ex ; dépistage de l'hypertension). 4 Avoiding false positive 3 Cure & preventing complications

20 Prenons les définitions du Wonca dictionnary of Family Medicine Prévention tertiaire : Action menée pour réduire l'effet et la prévalence d'un problème de santé chronique d'une personne ou d'une population en minimisant le handicap fonctionnel induit par un problème de santé aigu ou chronique (ex ; prévention des complications du diabète) Bentzen N. An international glossary for general/family practice. Wonca International Classification Committee; Fam Pract.;12(3):

21 Point de vue du patient Mettons ces définitions dans le tableau à double entrée Prévention primaire : Action menée pour éviter ou supprimer la 1 cause d'un problème de santé d'un patient ou d'une Intervention population before avant disease son émergence (ex ; vaccination) Prévention secondaire: Action menée pour prévenir à un stade précoce 2 le développement d'un problème de santé d'un patient ou Avoiding d'une population false negative en réduisant sa durée ou sa progression (ex ; dépistage de l'hypertension). 4 Avoiding false positive Prévention tertiaire : Action menée pour réduire l'effet et la 3 prévalence d'un problème de santé chronique d'une personne ou d'une Cure & preventing complications population en minimisant le handicap fonctionnel induit par un problème de santé aigu ou chronique (ex ; prévention des Time complications line du diabète) Ω

22 Sur le mêm modèle, nous avons proposé la définition de la prévention quaternaire Prévention quaternaire : action menée pour identifier un patient ou une population à risque de surmédicalisation, le protéger d'interventions médicales invasives, et lui proposer des procédures de soins éthiquement et médicalement acceptables (ex EBM) Jamoulle M, Roland M. Quaternary prevention. WICC annual workshop Hong Kong: Wonca congress proceedings; 1995 Bentzen N. Wonca Dictionary of General/Family Practice. Maanedsskr. Copenhagen; 2003.

23 Point de vue du patient Mettons ces définitions dans le tableau à double entrée Prévention primaire : Action menée pour éviter ou supprimer la 1 cause d'un problème de santé d'un patient ou d'une Intervention population before avant disease son émergence (ex ; vaccination) Prévention secondaire: Action menée pour prévenir à un stade précoce 2 le développement d'un problème de santé d'un patient ou Avoiding d'une population false negative en réduisant sa durée ou sa progression (ex ; dépistage de l'hypertension). Prévention quaternaire : action menée pour identifier 4 un patient ou une population à risque Avoiding de surmédicalisation, false positive le protéger d'interventions médicales invasives, et lui proposer des procédures de soins éthiquement et médicalement acceptables (ex EBM) Prévention tertiaire : Action menée pour réduire l'effet et la 3 prévalence d'un problème de santé chronique d'une personne ou d'une Cure & preventing complications population en minimisant le handicap fonctionnel induit par un problème de santé aigu ou chronique (ex ; prévention des Time complications line du diabète) Ω

24 Notons que le concept de prévention quaternaire correspond aussi à une attitude, un style de pensée qui s applique à tous les champs d exercice C est une invitation à instaurer un audit qualité sur tout le cycle de la médecine

25

26 Voyons le passage des champs 1, 2 et 3 vers le champs 4 Examinons quelques situations fréquentes en médecine, générée par le médecin/système de santé ou par le patient / l opinion

27 Point de vue du patient On passe facilement de P1, P2, P3 à P4 Du côté de chez le médecin Information de santé Education pour 1 la santé Intervention before disease Immunisation 2 Dépistage Avoiding false negative Diagnostic précoce 4 Avoiding false positive 3 Therapie Cure & preventing complications Le médecin attire le patient Marquons la ligne rouge de la P4 Incidentalome Time line Erreur diagnostique Ω

28 La barre rouge c est aussi contrôler; incompréhension Mauvaise communication Éducation pour la santé anxiogène La peur du médecin Campagne de dépisatage non fondée Médecine complémentaire non controllée technologie incontrolée Soins spécialisés incontrolés Direction d hôpitaux incitant à la productivité Croyance des médecins Programme de santé publique inadapté Médecine défensive Soins non éthiques Pas d assurance de qualité MJ

29 Point de vue du patient On passe facilement de P1, P2, P3 à P4 Du côté de chez le patient Information de santé Education pour 1 la santé Intervention before disease Immunisation 2 Dépistage Avoiding false negative Diagnostic précoce 4 Avoiding false positive 3 Therapie Cure & preventing complications Le patient attire le médecin Marquons la ligne rouge de la P4 Incidentalome Time line Erreur diagnostique Ω

30 Worried well Somatization Somatoform disorder Somatic fixation Abnormal illness behaviour - Non disease syndrome Functional somatic syndromes Non disease disease Medically unexplained symptoms MJ

31 Outils pour la prévention quaternaire Contrôle des programme préventif et curatif Contrôle de l amarchandisation de la santé Médecine basée sur les preuves éthique Analyse des erreurs de communication Approche des croyance et de l anxiété des patients Contrôle de la médecine défensive Gérer la décision dans l incertitude avec le patient Humilité pendant le processu diagnostic et dans les relations avec le patient Attitude éthique réfélchies.. MJ

32 La littérature touchant la concept P4 est en expansion 1966 Canguiheim G Le normal et le pathologique 1976 Illitch Y Némésis médicale 1985 Carpentier J Medical flipper 1993 Lebrun JP De la maladie médicale 1994 Skrabanek Petr Death of human medicine 2005 Blech J. Les inventeurs de maladies 2006 Moynihan R, Cassels A. Selling Sickness 24/04/

33 La littérature touchant la concept P4 est en expansion(suite) 2008 Lane C. Shyness 2008 Brownlee S. Overtreated 2009 Gori R, Volgo M La santé totalitaire [totalitarian health] 2012 Welch HG. Overdiagnosed 2012 Hadler NM. Worried Sick 2012 Dumit J Drugs for life 2012 Healy D Pharmageddon 2013 St-Onge J-C. Tous fous? [All mad?] 2013 Goldacre B. Bad Pharma 24/04/

34 Further readings The New Therapeutics: 10 Commandments; Choosing wizely hoosing-wisely.aspx Bilingual (Fr-En) alter dictionnary Selling sickness conferences Earth Citizens' Health Rubric about the P4 concept on WICC web site

35 Point de vue du patient α (-) Point de vue du médecin (+) (-) (+) Ω Ligne du temps 35

36 Messages clef Prévention quaternaire : action menée pour identifier un patient ou une population à risque de surmédicalisation, le protéger d'interventions médicales invasives, et lui proposer des procédures de soins éthiquement et médicalement acceptables (ex EBM) 24/04/

37 Merci 24/04/ mj 2013 Paysage, Charleroi, Belgique,

La médecine de famille, une connaissance complexe et multi facettes

La médecine de famille, une connaissance complexe et multi facettes 1er Congrès National de Médecine de Famille Tunis le 15 octobre 2015 La médecine de famille, une connaissance complexe et multi facettes Marc Jamoulle Médecin de famille, Spécialiste en gestion de données

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

Champs d action, gestion de l information et formes de prévention clinique en médecine générale et de famille

Champs d action, gestion de l information et formes de prévention clinique en médecine générale et de famille Mots clefs : médecine générale, information, prévention. INFORMATION Champs d action, gestion de l information et formes de prévention clinique en médecine générale et de famille Cet article tente de cerner

Plus en détail

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl.2006 1 Éléments essentiels en santé publique. 1. Responsabilité collective. 2. Rôle primordial de l état : protection et promotion

Plus en détail

projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 30 octobre 2006 médecine générale / médecine familiale Prof. Marc Vanmeerbeek 1.Gestion collective des risques hypertendus diabétiques à

Plus en détail

Enseigner l animation d une rencontre familiale

Enseigner l animation d une rencontre familiale Enseigner l animation d une rencontre familiale l En gériatrie K. Chevarie, M.-J. Dufour Relation Médecin/Patient/Famille (La triade thérapeutique) En gériatrie, cette triade va généralement de soi; Le

Plus en détail

Éducation thérapeutique. maladies chroniques

Éducation thérapeutique. maladies chroniques Éducation thérapeutique et prise en charge des patients porteurs de maladies chroniques Quels modèles médico-économiques en présence? Maladies chroniques États-unis et maladies chroniques 120 millions

Plus en détail

Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé?

Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé? Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé? Jean LAPERCHE Fédération des Maisons Médicales, Bruxelles. Centre Académique de Médecine Générale UCL, Belgique. Jean.laperche@uclouvain.be http://laperche-mmbarvaux.blogspot.com/

Plus en détail

Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir

Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir Arnaud Samson, MD, LMCC Médecin de famille CSSS Manicouagan Professeur agrégé de clinique Université Laval 1er décembre 2006 Objectifs Contribution

Plus en détail

Dépistage et diagnostic prénatal: un enjeu éthique pour les réseaux de santé en périnatalité?

Dépistage et diagnostic prénatal: un enjeu éthique pour les réseaux de santé en périnatalité? Dépistage et diagnostic prénatal: un enjeu éthique pour les réseaux de santé en périnatalité? Marc Dommergues Service de Gynécologie Obstétrique Réseau de Santé Périnatal Parisien Groupe Hospitalier Pitié

Plus en détail

Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG. Professeur B Gay

Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG. Professeur B Gay Les recommandations médicales Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG Professeur B Gay Recommandations Médicales Professionnelles Propositions développées é

Plus en détail

Alcoolisation Foetale

Alcoolisation Foetale CLPS-HO Alcoolisation Foetale Importance de la la Consultation Préconceptionnelle Pierre Delvoye ATH 19-09-08 Sommaire 1. Introduction 2. Le concept de prévention 3. Intérêt de la CPC 4. Prévention du

Plus en détail

Prévention et dépistage

Prévention et dépistage Prévention et dépistage Groupe de travail «risques sanitaires» 17 novembre 2010 M Mounier Dépister Découvrir ce qui n est pas apparent Déceler, Détecter, Mettre en évidence Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794)

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

Objectifs. Plan de la présentation. Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former?

Objectifs. Plan de la présentation. Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former? Dr Dagmar Haller Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former? Maître d'enseignement et de Recherche (MER) Unité de Recherche et d Enseignement de la Médecine de

Plus en détail

L option «Soins de confort» en fin de vie dans la maladie d Alzheimer

L option «Soins de confort» en fin de vie dans la maladie d Alzheimer L option «Soins de confort» en fin de vie dans la maladie d Alzheimer CIFGG Nice 2010 Marcel Arcand MD MSc Université de Sherbrooke Contexte Maladie d Alzheimer et maladies apparentées Atteintes cognitives

Plus en détail

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Précarité et santé Influence des déterminants sociaux sur la santé

Plus en détail

Programme. BPCO les Jeudis de l'europe séminaire FPC des 09 & 10 décembre 2005 I. J1. Ressources

Programme. BPCO les Jeudis de l'europe séminaire FPC des 09 & 10 décembre 2005 I. J1. Ressources Ressources - experts o spécialiste : Dr Frédéric Gormand, pneumologue o généraliste : Dr Pierre Wolff - animateurs o Dr Frédérique Grain o Dr Georges Granet - organisateur o Dr Pierre Wolf Programme I.

Plus en détail

INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE

INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE INTERVENTIONS BREVES ET APPROCHES MOTIVATIONNELLES EN PHARMACIE D OFFICINE Conflits d interêts Pharmacien du Board Novartis (Asthme et BPCO) «Comment améliorer l observance du patient» Pharmacien expert

Plus en détail

Déterminants des Intentions de Vaccination

Déterminants des Intentions de Vaccination Déterminants des Intentions de Vaccination Vaccination contre [la maladie] Docteur, Ce questionnaire est destiné à mieux comprendre les facteurs qui influencent votre attitude visà-vis de la contre [la

Plus en détail

MMISS La pharmacie en réseaux

MMISS La pharmacie en réseaux MMISS La pharmacie en réseaux Daniel Devos Katrien Verschoren Bruxelles, 6 octobre 2014 1. Nouveau modèle de soins: réseaux 2. Nouveau modèle de financement 2 Recommendations internationales The current

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Pr Pierre-Louis Druais Président

Pr Pierre-Louis Druais Président Pr Pierre-Louis Druais Président Facteurs intervenant dans la décision de prescrire un médicament Introduction Dans la plupart des discours médicaux théoriques, la décision thérapeutique est centrée sur

Plus en détail

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de

Plus en détail

Politiques de prévention

Politiques de prévention Politiques de prévention L importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie P O L I T I Q U E S DE PRÉVENTION Colloque organisé par la Fondation PiLeJe 19 SEPTEMBRE 2012 Mercredi 19 septembre

Plus en détail

Dyspepsie : Quand et comment l'explorer?

Dyspepsie : Quand et comment l'explorer? 14 è me c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é M a r o c a i n e d e n d o s c o p i e d i g e s t i v e «S M E D» Dyspepsie : Quand et comment l'explorer? Les 13 et 14 Mai 2016 Pr F. HADDAD,

Plus en détail

Les Soins Palliatifs: Définitions et Principes

Les Soins Palliatifs: Définitions et Principes FORMATION CONTINUE EN SOINS PALLIATIFS ET QUALITE DE VIE Université Catholique de Louvain Faculté de Santé Publique Les Soins Palliatifs: Définitions et Principes Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l

Plus en détail

Travail en réseau et intégration des soins

Travail en réseau et intégration des soins Congrès international Les enjeux du vieillissement en Suisse Lausanne, 3 décembre 2015 Travail en réseau et intégration des soins Patrick Beetschen Service de la Santé publique Plan de l exposé 1. Quel

Plus en détail

/ LA PERFORMANCE DANS LES HÔPITAUX

/ LA PERFORMANCE DANS LES HÔPITAUX / LA PERFORMANCE DANS LES HÔPITAUX /L HÔPITAL, ENTITÉ COMPLEXE Métiers Technologies Pluridisciplinaire Ambulatoire Patient Filières de soins Financement Qualité 3 /DANS CETTE COMPLEXITÉ, QUELS SONT LES

Plus en détail

Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée

Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée Le tabac drogue DURE les complications s inscrivent dans la durée Fumer deux fois plus longtemps c est > 20X risque Le conseil minimal Facile à faire, hautement rentable Efficacité dans la durée Potentiel

Plus en détail

Mieux vivre sa schizophrénie FONDATION PIERRE DENIKER

Mieux vivre sa schizophrénie FONDATION PIERRE DENIKER FONDATION PIERRE DENIKER 29.04.16 1 Un programme de recherche triennal (2014-2016) mené par : Viviane Kovess Masfety, psychiatre, Professeure à l EHESP, Université Paris Descartes, Murielle Villani, psychologue

Plus en détail

INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF

INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF L infirmière technicienne en GMF évalue l état de santé, détermine et assure la réalisation du plan de soins et de traitements infirmiers. Elle prodigue les soins et traitements

Plus en détail

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE 1 Contexte L insomnie, source de souffrance pour les patients, est un motif régulier de consultations. Les

Plus en détail

1 ere Université Maghrébine d Hygiène et de sécurité des soins

1 ere Université Maghrébine d Hygiène et de sécurité des soins La gestion des événements indésirables à l hôpital et la culture de sécurité des patients: approche par évaluation de l ampleur du problème Dr. Sana El Mhamdi Pr. Mondher Letaief Problématique (1) La sécurité

Plus en détail

Les trajets de soins

Les trajets de soins Les trajets de soins Un projet de collaboration entre médecins généralistes et spécialistes visant des soins intégrés pour les bénéficiaires atteints d affections chroniques Docteur Martial Moonen CHR

Plus en détail

Prévention quaternaire :

Prévention quaternaire : réflexion Prévention quaternaire : agir est-il toujours justifié en médecine de famille? Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 1052-6 D. Widmer L. Herzig M. Jamoulle Quaternary prevention : is acting always justified

Plus en détail

EVALUER l éducation thérapeutique du patient

EVALUER l éducation thérapeutique du patient EVALUER l éducation thérapeutique du patient Alain Deccache Unité UCL-MD-RESO, Education santé patient Faculté de médecine, Université catholique de Louvain, Bruxelles D.E.L.F., Paris, Février 2009. AD-BSB

Plus en détail

Evidence Based Medecine

Evidence Based Medecine 19 Mars 2008 Evidence Based Medecine La médecine fondée sur les preuves Vianney JOUHET ISP Définition «il s'agit, pour assurer correctement la prise en charge d'un malade donné, de revoir ce que la littérature

Plus en détail

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Midi InterActions CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent 22 avril 2015 Marie-Hélène Raymond, erg., M. Sc.

Plus en détail

Approche psychosociale et environnementale à l École de l Asthme.

Approche psychosociale et environnementale à l École de l Asthme. Approche psychosociale et environnementale à l École de l Asthme. Journée du 19 mai 2009 Société de Médecine et de santé au travail Aurore LAMOUROUX, Docteur ès psychologie, psychologue, Association Asthme

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

Problèmes de santé psychologiques en entreprise : Analyse critique des pratiques de prévention liées à leurs programmes de retour au travail

Problèmes de santé psychologiques en entreprise : Analyse critique des pratiques de prévention liées à leurs programmes de retour au travail 7 e symposium étudiant du CRIEVAT (Québec, 8 novembre 2013) Problèmes de santé psychologiques en entreprise : Analyse critique des pratiques de prévention liées à leurs programmes de retour au travail

Plus en détail

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur 7 ème Congrès National de lutte contre la douleur Oran le 17-18 Mars 2011 Dr Malika AMELLOU Gynécologue obstétricienne Mairie de PARIS Eléments

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue

L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue Dr Thierry LABARTHE Médecin généraliste URPS Médecins Libéraux de Bretagne Mardi 24 novembre 2015 - RENNES - La prescription - Le code

Plus en détail

DIU Gynécologie et obstétrique

DIU Gynécologie et obstétrique DIU Gynécologie et obstétrique DIU Sciences, Technologies, Santé Mention Gynécologie et obstétrique Il est créé à l'université de Saint-Étienne, avec les Universités de Grenoble et Lyon I, un Diplôme Interuniversitaire

Plus en détail

QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN

QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN 1.Que comporte le Règlement Sanitaire International de l Organisation mondiale de la santé? a. Des certificats sanitaires. b. La classification

Plus en détail

Diagnostic précoce de la maladie d Alzheimer. Qu en savez-vous?

Diagnostic précoce de la maladie d Alzheimer. Qu en savez-vous? Diagnostic précoce de la maladie d Alzheimer Qu en savez-vous? 2 Alzheimer : Près de la moitié des Français hésiteraient ou refuseraient de se faire diagnostiquer Menée par, une enquête sur l importance

Plus en détail

Indexer les Thèses de master en médecine générale et de famille?

Indexer les Thèses de master en médecine générale et de famille? Landen, 22 novembre 2016 Indexer les Thèses de master en médecine générale et de famille? Marc Jamoulle, Médecin de famille, Charleroi Département de médecine générale Université de Liège Departement d

Plus en détail

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique.

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. Pas de conflits d intérêts concernant le sujet. Dr Oswald Van Cutsem Clinique Saint Luc 5004 BOUGE 17 ème Journée Annuelle

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

VIOLENCES FAITES aux FEMMES Rôle du Médecin Généraliste. Dr Pierre MESTHE Professeur Associé de Médecine Générale DUMG des Facultés de Toulouse

VIOLENCES FAITES aux FEMMES Rôle du Médecin Généraliste. Dr Pierre MESTHE Professeur Associé de Médecine Générale DUMG des Facultés de Toulouse VIOLENCES FAITES aux FEMMES Rôle du Médecin Généraliste Dr Pierre MESTHE Professeur Associé de Médecine Générale DUMG des Facultés de Toulouse PM -PA MG Toulouse 22 janvier 2015 1 Contexte Prévalence majeure

Plus en détail

Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre?

Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre? V e n d r e d i 1 8 o c to b r e 2013 Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre? Dr Gilles Albrand Co-coordonnateur UCOG-IR Rhône-Auvergne-Guyane Groupement de la

Plus en détail

Impact de la pratique religieuse sur la stratégie d adaptation de la personne malade

Impact de la pratique religieuse sur la stratégie d adaptation de la personne malade Symposium Laïcité, religions et soins Impact de la pratique religieuse sur la stratégie d adaptation de la personne malade Christophe Debout Inf PhD Directeur de l institut de soins infirmiers supérieurs

Plus en détail

CONCEPTS DES ÉTATS DE SANTÉ

CONCEPTS DES ÉTATS DE SANTÉ CONCEPTS DES ÉTATS DE SANTÉ Définition : Etat d une personne dont l organisme fonctionne normalement ou dont les fonctions ne sont troublées par aucune maladie. Ces définitions sont principalement axées

Plus en détail

SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT. Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012

SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT. Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012 SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012 5 MOTS CLES : - FRAGILITE => terrain - COMPLEXITE => diagnostic /prise en charge - GRAVITE

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

«Selon vous, qu est-ce que l être humain?»

«Selon vous, qu est-ce que l être humain?» Les concepts fondateurs de la démarche soignante: Homme, santé, besoin, autonomie, dépendance, indépendance, maladie Compétence 1 Compétence 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

Description du programme «Mieux vivre avec une BPCO» Traitement non médicamenteux Education à l autogestion

Description du programme «Mieux vivre avec une BPCO» Traitement non médicamenteux Education à l autogestion Description du programme «Mieux vivre avec une BPCO» Traitement non médicamenteux Education à l autogestion 1 Plan Le matériel d éducation «Mieux vivre avec une BPCO» Processus d adaptation pour la Suisse

Plus en détail

Le raisonnement clinique* infirmier à l entretien d un douloureux chronique

Le raisonnement clinique* infirmier à l entretien d un douloureux chronique Infirmiers(ères) Ressource Douleur Pays de la Loire - Bretagne Pays de la Loire - Bretagne Le raisonnement clinique* infirmier à l entretien d un douloureux chronique Mr AGRES Hugues La Roche sur Yon *

Plus en détail

Maladies mentales chroniques: organisation des services.

Maladies mentales chroniques: organisation des services. Maladies mentales chroniques: organisation des services. Marie-France Rivard, MD, FRCPC Professeure titulaire, Département de Psychiatrie, Université d Ottawa Programme de Psychiatrie Gériatrique, Centre

Plus en détail

Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose?

Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose? Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose? C.VANDOORNE, G.MELEN, SCPS APES-ULg Formation des candidats inspecteurs des centres PMS MONS, le 6 mai 2009 Comment

Plus en détail

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca Démarche diagnostique devant un enfant présentant une Fièvre Aiguë Isolée A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca SOMIPEV Marrakech 2013 Recettes en médecine

Plus en détail

UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine Hyacinthe Bastaraud

UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine Hyacinthe Bastaraud Scolarité 3 ème Cycle Tél. : 0590 48 30 18 / 0590 48 30 25 Fax : 0590 48 30 28 UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine Hyacinthe Bastaraud L étudiant COMMENT REMPLIR LA FICHE D INSCRIPTION À LA

Plus en détail

Les types de coût et les analyses économiques en médecine. Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013

Les types de coût et les analyses économiques en médecine. Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013 Les types de coût et les analyses économiques en médecine Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013 Plan de la présentation Les analyses économiques La construction

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

Évaluation des pratiques professionnelles

Évaluation des pratiques professionnelles Évaluation des pratiques professionnelles Anne-Françoise Pauchet-Traversat Service des recommandations professionnelles 1 L ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Définition une démarche d analyse d

Plus en détail

La prévention tout au long du parcours de santé des personnes âgées : quelques illustrations à partir de la situation dans le canton de Vaud

La prévention tout au long du parcours de santé des personnes âgées : quelques illustrations à partir de la situation dans le canton de Vaud 4 ème journée de mise en réseau VIA Berne, 10 novembre 2015 La prévention tout au long du parcours de santé des personnes âgées : quelques illustrations à partir de la situation dans le canton de Vaud

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

Enseignement supérieur de type court

Enseignement supérieur de type court MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 CONSEIL GENERAL DE L ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE Profil professionnel

Plus en détail

Le cas de l'hémophilie

Le cas de l'hémophilie Professor Cedric HERMANS MD PhD FRCP (Lon, Edin) Haemostasis and Thrombosis Unit Haemophilia Clinic Division of Haematology Cliniques Universitaires Saint-Luc Catholic University of Louvain 1200 Brussels,

Plus en détail

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Les SISM qu est-ce que c est? Créée en 1990, la Semaine d Information sur la santé mentale est un événement annuel qui s adresse au grand public,

Plus en détail

Définition et classification des maladies rénales chroniques

Définition et classification des maladies rénales chroniques Définition et classification des maladies rénales chroniques Christian Combe Centre Hospitalier Universitaire & Université Victor Segalen Bordeaux, France Définitions «L insuffisance rénale chronique est

Plus en détail

UE SANTE SOCIETE HUMANITE

UE SANTE SOCIETE HUMANITE UE SANTE SOCIETE HUMANITE Module Santé Publique DCEM1, 2 ème Session, juin 2012 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : La prévention secondaire

Plus en détail

Elaboration de guide et d'outils pour le parcours de santé : principes et application à la périnatalité

Elaboration de guide et d'outils pour le parcours de santé : principes et application à la périnatalité Elaboration de guide et d'outils pour le parcours de santé : principes et application à la périnatalité A-F Pauchet-Traversat Direction de la qualité et sécurité des soins Service Macdam Evolution du parcours

Plus en détail

Quelle place pour la pharmacie clinique en Belgique et dans le cursus universitaire? Paul M. Tulkens

Quelle place pour la pharmacie clinique en Belgique et dans le cursus universitaire? Paul M. Tulkens Quelle place pour la pharmacie clinique en Belgique et dans le cursus universitaire? www.facm.ucl.ac.be www.farm.ucl.ac.be/cfcl Paul M. Tulkens Pharmacologie cellulaire et moléculaire Centre de pharmacie

Plus en détail

La filière soins palliatifs et les équipes mobiles

La filière soins palliatifs et les équipes mobiles La filière soins palliatifs et les équipes mobiles «La création d un réseau souple et vivant» Yvan Bourgeois, infirmier et chef de projet ASCOR, Association de Soins Coordonnés de la Riviera -Pays d Enhaut

Plus en détail

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS CHU de Nantes 8 octobre 2014 Une nouvelle dynamique de coopération : les GHT Article 48 du projet de loi : La constitution obligatoire de GHT à l horizon du 31 décembre 2015 autour d une stratégie médico-soignante

Plus en détail

Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites.

Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites. Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites. V DANEL BRUNAUD MD Centre SLA, Neurologie A, Pr Destee CHRU de Lille, Ethique Science, Santé et Société

Plus en détail

Avez-vous bien dormi cette nuit?

Avez-vous bien dormi cette nuit? Avez-vous bien dormi cette nuit? 40 % de la population adulte présente un problème de sommeil, souvent non diagnostiqué. 1 BIEN DORMIR, LE RÊVE DE TOUS Une mauvaise qualité de sommeil chronique augmente

Plus en détail

Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur

Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur Comment parler de mauvaises nouvelles Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur 1 Les mauvaises nouvelles dans les différentes périodes Phase potentiellement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES?

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? Alain F. Junod Professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Genève Pourquoi les scores cliniques? Toute décision médicale est faite de deux composantes principales :

Plus en détail

PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE

PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE Version de travail CIB_10oct2008 Introduction L organisation Mondiale de la Santé a souligné dans son rapport de 2006 que

Plus en détail

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION?

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Pr Christophe ARBUS CHU de Toulouse Pôle de Psychiatrie Gérontopôle POURQUOI PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Selon les critères du DSM-IV-TR, dans la population

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

L examen des données probantes dans le cadre de ces lignes directrices s est

L examen des données probantes dans le cadre de ces lignes directrices s est Documentation complémentaire en ligne MÉTHODES ET PROCESSUS L examen des données probantes dans le cadre de ces lignes directrices s est basé sur deux processus d évaluation décrits précédemment. Le premier

Plus en détail

Besoins et attentes des parents dont l enfant est en soins palliatifs

Besoins et attentes des parents dont l enfant est en soins palliatifs DU Soins Palliatifs - Université Catholique de Lille Besoins et attentes des parents dont l enfant est en soins palliatifs Pédiatrie et Soins Palliatifs - 25 octobre 2012 Frédérique RHEIMS-BRANQUART, Chargée

Plus en détail

LES FONCTIONS SOCIALES DU MÉDICAMENT

LES FONCTIONS SOCIALES DU MÉDICAMENT LES FONCTIONS SOCIALES DU MÉDICAMENT Pour une analyse des tendances de la société à traiter les symptômes avec des médicaments Johanne Collin Professeure titulaire, Faculté de pharmacie Université de Montréal

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

UE 3.1.S1. Promotion COLLIERE 18 SEPTEMBRE 2014 MHFF

UE 3.1.S1. Promotion COLLIERE 18 SEPTEMBRE 2014 MHFF UE 3.1.S1 Promotion COLLIERE 18 SEPTEMBRE 2014 Quelle compétence? Compétence 1 : Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier PLAN LE DIAGNOSTIC MEDICAL LE PROBLEME

Plus en détail

Le financement de la biologie clinique à l épreuve de la réforme du financement des hôpitaux DR BRAUNER JONATHAN

Le financement de la biologie clinique à l épreuve de la réforme du financement des hôpitaux DR BRAUNER JONATHAN Le financement de la biologie clinique à l épreuve de la réforme du financement des hôpitaux DR BRAUNER JONATHAN Plan Pourquoi une réforme du financement des hôpitaux? Etats des lieux et Vision macroéconomique

Plus en détail

Création d une consultation mémoire en zone rurale dont une partie se fait en. visio-conférence

Création d une consultation mémoire en zone rurale dont une partie se fait en. visio-conférence Congrès National 2015 Des Unités de soins, d Evaluation et de Prise en charge Alzheimer Création d une consultation mémoire en zone rurale dont une partie se fait en GNASSOUNOU RICHARD Neuropsychologue

Plus en détail

Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique. Exemple dans la schizophrénie

Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique. Exemple dans la schizophrénie Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique Education Thérapeutique du Patient : principes, enjeux et mises en pratique Exemple dans la schizophrénie Dr Anne-Marie

Plus en détail

Endocrinologie de l adolescent. Tome 1 Pathologies chroniques : Les enjeux de la transition

Endocrinologie de l adolescent. Tome 1 Pathologies chroniques : Les enjeux de la transition Endocrinologie de l adolescent Tome 1 Pathologies chroniques : Les enjeux de la transition Springer Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Aude Mariani Ecochard Endocrinologie de l adolescent

Plus en détail

SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES. Dr Jil Koullen 1

SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES. Dr Jil Koullen 1 SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES Dr Jil Koullen 1 ORGANISATION Dans un système de santé il faut distinguer 3 niveaux d offre de soins: 1 er niveau = soins de santé primaires 2

Plus en détail