DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue"

Transcription

1 Fondation Concorde DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE Autre Point de vue Eléments de Réflexion sur une Eventuelle Fusion EDF/GDF Juillet 2003

2 Préambule L'avenir de nos grandes entreprises est un sujet de préoccupations pour les responsables de ce pays. Différentes options méritent d'être discutées. Les décisions prises aujourd'hui dans le domaine de l'électricité joueront un rôle dans l'établissement des prix du KW/H dans 10, 20, ou 40 ans. La qualité de la gouvernance de l'entreprise EDF, sa stratégie à moyen et long terme dépendront pour une large part des nouvelles structures dont les pouvoirs publics la doteront dans les prochaines années. Il en va de même pour gaz de France. Les experts du groupe de réflexion sur l'énergie de "Concorde" ont diffusé plusieurs options possibles. L'une d'entre elle a eu un écho important. Elle n'était qu'une des solutions envisageables et fut d'ailleurs présentée comme telle sur notre site. Dans les pages qui suivent, nous présentons des éléments de réflexion complémentaires, certaines réserves même concernant l'option déjà présentée. Ils permettront nous semble-t-il, de mieux éclairer les processus de décision. Ce à quoi les discussions au sein de "Concorde" doivent servir.

3 Eléments de réflexion sur une éventuelle fusion EDF / GDF Il convient en introduction de souligner que la fusion EDF-GDF constitue non pas un statut quo par rapport à la situation actuelle mais une évolution profonde des deux entreprises qui sont aujourd hui en concurrence notamment en matière de chauffage ou de fourniture d énergie aux grands consommateurs industriels. A contrario, il existe de nombreuses alternatives à l absence d une fusion, qui conserve les synergies existantes entre EDF et GDF et notamment l existence d EDF-GDF services. 1- Une fusion EDF-GDF ne présenterait qu'un intérêt industriel limité pour les deux entreprises même dans l hypothèse peu probable où aucune contrepartie ne serait demandée La pertinence de l'intégration des activités électriques et gazières fait aujourd'hui l'objet d'un certain consensus justifié par l intérêt pour les électriciens de maîtriser leur approvisionnement en gaz pour produire de l électricité, pour les vendeurs d énergie de proposer une offre multi-énergie et pour les distributeurs d énergie de dégager des synergies d exploitation. Ceci conduit à souhaiter qu EDF et GDF trouvent chacun un partenaire dans l'autre secteur. La question que soulève un éventuel rapprochement EDF / GDF est de savoir si Gaz de France est le partenaire gazier dont EDF a besoin, et réciproquement. S'agissant en premier lieu de l utilisation du gaz pour produire de l électricité, une fusion EDF-GDF ne présente pas d intérêt évident pour EDF. Les besoins de développement d EDF en gaz afin de produire de l électricité sont en effet principalement situés hors de France où la production est essentiellement nucléaire. A cet égard, GDF n apparaît pas comme le partenaire privilégié. La plupart de projets de développement de production électrique de GDF sont également situés à l étranger dans des pays où la pénétration d EDF est limitée. Concernant les activités de distribution, des synergies de coût significatives existent (gestion des infrastructures, fonctions de support, relevé des compteurs) et sont déjà largement mises en œuvre au sein de la DEGS. La fusion n est toutefois pas la seule solution qui permette de préserver ces synergies. Quant à la question de la fonction commerciale et de l offre multi-énergie, il convient de distinguer les différents segments de marché.

4 Pour les particuliers et les petits professionnels, une fusion permettrait d éviter toute concurrence entre EDF et GDF sur la consommation d électricité à usage spécifique des clients de gaz de France (soit 5 à 10% du marché de l électricité). Elle ne renforce toutefois en rien la capacité des entreprises à lutter contre la concurrence qui va apparaître. Elle obligerait de plus l entreprise fusionnée à arbitrer entre le développement de l électricité ou du gaz pour le chauffage. Pour les industriels, l intérêt d une offre multi-énergie reste à démontrer. Au total, l'intérêt industriel d'un rapprochement paraît faible sur la production, sans objet sur la distribution et faible sur la commercialisation. Sur le plan financier, une fusion améliorerait la structure financière de l'entité fusionnée (ratio dette nette / fonds propres de 118%) par rapport à la situation actuelle d'edf (146%), mais dégradée par rapport à celle de GDF (51%). Son intérêt paraît particulièrement faible pour GDF, puisqu'elle ne lui apporterait pas les moyens dont il a besoin pour rester un acteur gazier européen de premier plan (ce qui implique un développement dans l'amont, dans le transport-distribution et les services). En tout état de cause, les avantages éventuels d'un rapprochement EDF GDF - devraient (à supposer qu'ils ne soient pas remis en cause sous l'effet des demandes des autorités européennes ou nationales de la concurrence) être comparés avec ceux qui pourraient résulter, pour les deux entreprises, du choix d'un autre partenaire, français ou européen. 2- L'Europe ne pourrait sans doute pas accepter une telle fusion sans imposer à EDF et GDF des contreparties sévères, susceptibles d'entraver sérieusement leur développement. a- Les risques de contestation de la fusion sur le terrain juridique sont sérieux, en particulier en ce qui concerne le contrôle par la Commission européenne de l'abus de position dominante. En première analyse, il semble qu'il est probable qu'une éventuelle fusion EDF/GDF, qui pourrait difficilement échapper à la qualification de concentration, malgré l'existence de services communs et l'unicité d'actionnaire, ne serait néanmoins pas soumise au contrôle des concentrations par la Commission européenne. Celle-ci n'est en effet pas compétente pour les opérations impliquant des entreprises dont plus des deux tiers du chiffre d'affaire communautaire est réalisé dans un seul Etat membre. L'approbation de la fusion au regard des règles de concentration relèverait des autorités nationales de la concurrence des Etats membres dans lesquels les deux groupes sont implantés. En France, ce contrôle serait exercé par le ministre des Finances, dont la décision serait susceptible de contestation devant le Conseil d'etat. Afin de limiter le risque d'annulation, le Ministre pourrait demander l'avis du Conseil de la Concurrence, qui pourrait conditionner un avis favorable à des contreparties en termes de réduction du périmètre d'activité de l'entité fusionnée. Le risque de contestation au regard des règles françaises serait susceptible d'être circonscrit si la fusion était décidée par le législateur.

5 La Commission européenne pourrait en revanche être appelée à intervenir sur le terrain de l'abus de position dominante, et ce en dépit du critère du chiffre d'affaire, s'il était prouvé que l'opération "affecte sensiblement le commerce entre Etats membres". La Commission, qui pourrait s'auto-saisir, pourrait également être saisie par les concurrents d'edf et de GDF. Il serait a priori aisé de démontrer que l'opération entraîne un renforcement de la position dominante. Il est également probable que la Commission considérerait que le projet de fusion est susceptible d'affecter sensiblement le commerce entre Etats membres car EDF et GDF sont des opérateurs dominants, ayant procédé à des acquisitions dans plusieurs pays européens, et EDF est l'un des principaux exportateurs d'électricité. Il convient de souligner que le fait que la Commission européenne n'ait pas souhaité intervenir dans l'opération E.ON / Ruhrgas ne signifie pas qu'elle adopterait la même attitude en cas de fusion EDF / GDF. Les positionnements concurrentiels des deux entreprises françaises et des deux entreprises allemandes sur leurs marchés respectifs se distinguent par une situation de monopole de fait dans le premier cas, et d'un marché dominé par quelques acteurs dans le second cas. Contrairement au rapprochement E.ON / Ruhrgas, une fusion EDF / GDF entraînerait une quasi-disparition de la concurrence sur leur marché domestique. b- Le "prix à payer" pour faire accepter, juridiquement et politiquement, la fusion à nos partenaires européens pourrait être élevé pour les entreprises. Même si la Commission ne s'opposait pas à la fusion lors de sa mise en œuvre, l'entreprise resterait à la merci d'une saisine de la Commission ou d'une autorité nationale de la concurrence par un concurrent, sur le terrain de l'abus de position dominante. Une telle menace risquerait de compromettre toute possibilité d'ouverture du capital, compte tenu des risques qu'une intervention des autorités de la concurrence se traduise, pour l'entité fusionnée, par des exigences lourdes en matières de contreparties (cessions d'actifs, d'activités, etc.), susceptibles de rendre caduc l'intérêt de l'opération. Il est clair, également, qu'une fusion, qui serait interprétée par nos partenaires comme une remise en cause de la libéralisation du marché français, se traduirait par un affaiblissement de la position d'edf et de GDF dans les contentieux en cours, à Bruxelles ou dans certains Etats européens (Italie, Espagne). 3- Un rapprochement EDF-GDF aurait vraisemblablement un impact négatif sur l'emploi dans les deux entreprises. Même si elle va dans le sens des aspirations sociales des personnels, une fusion EDF GDF entraînerait probablement des réductions d effectifs, notamment dans les activités avals et dans les fonctions de siège et évidemment pour l ensemble en fonction des exigences des Autorités de la Concurrence.

6 On peut en revanche estimer que le maintien de deux entreprises devrait avoir un impact favorable en terme d emploi compte tenu des développements futurs envisageables d EDF et de GDF (multi-énergie, services). 4- Il semble difficile de soutenir qu'une fusion irait dans le sens des intérêts patrimoniaux de l'etat actionnaire. Du point de vue patrimonial de l Etat, l'impact d'une fusion EDF GDF est difficile à apprécier. La maximisation de la valeur globale des deux entreprises suppose que le marché soit persuadé du bien fondé industriel de la fusion et valorise de manière adéquate les synergies, qui pourraient être réduites du fait des conditions imposées par les autorités de la concurrence européennes ou nationales. Mais il ne peut être exclu que la fusion des deux entreprises soit perçue comme destructrice de valeur par le marché, notamment si elle est assortie de nombreuses contreparties et dans la mesure où elle rend plus difficile la conclusion d alliance dans les autres pays d Europe. 5 GDF a tout à fait la capacité de se développer par lui-même dans les 5 ans qui viennent pour atteindre une taille critique suffisante. Il lui est par ailleurs possible de lier des partenariats commerciaux sans pour autant perdre son autonomie. Il convient en effet de rappeler que : - GDF couvre plus de 10% de ses ventes par un accès direct au gaz. GDF n est donc pas comme on l entend souvent qu un trader de gaz - le transport de gaz est une activité régulée mais en concurrence comme le démontre l existence de GSO, CFM, GDF et les nombreuses filiales que possède GDF en Europe de l Est afin de disposer d un accès au gaz russe. Le secteur du gaz est donc très différent de celui de l électricité - GDF restera pour longtemps encore grâce aux contrats à long terme le principal fournisseur de gaz en France. Ces contrats sont un atout de GDF et non un désavantage. Le développement du marché spot n a en effet pas vocation à se substituer au contrat à long terme mais au contraire à le compléter et ne représentera qu une part limitée du marché (comme dans le cas du pétrole!). * Du point de vue industriel, une fusion EDF-GDF ne créerait que des synergies limitées, déjà largement réalisées dans le cadre de la DEGS. Elle empêcherait les entreprises de conclure les alliances dont elles ont effectivement besoin. Les intérêts de l Etat, en particulier le maintien de la concurrence, le développement de l emploi et de l activité, seraient probablement mieux servis par le maintien de la situation actuelle.

7 Enfin, vis-à-vis de Bruxelles, et des autres partenaires européens, une fusion ne serait réalisable qu au prix de contreparties invalidant la logique initiale de l opération. * * * En conclusion de nos débats Toutes les réflexions menées pour favoriser un rapprochement entre EDF et GDF sont utiles. La fusion entre E.on et Ruhrgas en Allemagne a déclenché en Europe la mode des rapprochements entre électriciens et gaziers. Cela démontre à l'évidence que les entreprises nationales doivent bouger pour faire face à la concurrence que va entraîner l'ouverture progressive du marché à 70% en 2004 et 100% en Une union forte entre EDF et GDF est une solution séduisante. Pour autant est-elle la meilleure solution? En effet pourquoi suivre cette mode européenne du mariage entre gaziers et électriciens dictée dans les autres pays par le besoin de sécurité pour les producteurs d'électricité à partir du gaz. Ce qui n'est pas le cas d'edf qui produit essentiellement à partir des centrales nucléaires. De ce point de vue, il n'y a pas d'intérêt immédiat au rapprochement. Enfin, le risque majeur est celui du respect de la concurrence imposé par Bruxelles. Si Eon et Ruhrgas représentent 50% du marché allemand, EDF et GDF représentent 90 % du marché français. Il est donc quasi-sûr qu'une fusion se traduirait par des contreparties significatives comme des cessions de capacité ou de contrats d'approvisionnements gaziers. Une fusion se traduirait vraisemblablement par des amputations. Et là ni les entreprises, ni les salariés, ni l'actionnaire n'y trouveraient leur compte. Néanmoins, il existe aujourd'hui des synergies entre EDF et GDF qu'il faut conserver, notamment en matière de gestion des réseaux de distribution. Ceci doit aussi faire partie de la réflexion. EDF dispose d'un quasi-monopole sur le marché français de l'électricité (93% de la production et 96% de la fourniture aux clients finals) alors qu'e.on n'est que l'un des quatre principaux acteurs du marché allemand de l'électricité (environ 22% de la production nationale et 15% de la fourniture aux clients finals). Pour sa part, GDF détient également un quasi-monopole (75% du réseau de transport, 96% du réseau de distribution, 95% de la consommation totale) alors que la combinaison E.ON / Ruhrgas représente 60% du transport mais un tiers environ de la fourniture aux clients finals.

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

CONCOURS OUVERTS LES 07, 08 ET 09 JUILLET 2009 POUR L ADMISSION AU CYCLE DE FORMATION DES ELEVES DIRECTEURS D HOPITAL CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS OUVERTS LES 07, 08 ET 09 JUILLET 2009 POUR L ADMISSION AU CYCLE DE FORMATION DES ELEVES DIRECTEURS D HOPITAL CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS OUVERTS LES 07, 08 ET 09 JUILLET 2009 POUR L ADMISSION AU CYCLE DE FORMATION DES ELEVES DIRECTEURS D HOPITAL CONCOURS EXTERNE ET INTERNE 3 ème EPREUVE D ADMISSIBILITE JEUDI 09 JUILLET 2009 MICROECONOMIE

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion Sommaire Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion GAZ DE FRANCE : Le Groupe Gaz de France est un acteur majeur de l'énergie en Europe. Numéro Un européen de la distribution

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b)

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Date de dépôt: 10 octobre 2007 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Pierre Kunz : Les SIG veulent augmenter le prix de l'électricité

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Le choix d une Régulation Asymétrique par le régulateur Présentation des expériences de Régulation Asymétrique en Europe Les différentes incitations à priori à négocier des contrats

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

Décision n 15-DCC-71 du 17 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Papeteries Pichon par la société Manutan International

Décision n 15-DCC-71 du 17 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Papeteries Pichon par la société Manutan International RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-71 du 17 juin 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Papeteries Pichon par la société Manutan International L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au SERVICE REGULATION AVIS SR- 20040528-19 relatif au Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014 rendu sur demande du Secrétaire d Etat en Charge de l Energie 28 mai 2004 Service

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004,

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004, OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE l énergie Depuis le 1 er juillet 2004, les marchés de l énergie sont ouverts à la concurrence pour les collectivités locales. Cela signifie que la collectivité

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Accord de principe (Memorandum of Understanding ou MOU ) visant à combiner CEGEDEL, SOTEG et Saar Ferngas ( SFG ) 23 Juillet 2008 Le ministère de l Economie et du Commerce extérieur

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? François Lévêque (energypolicyblog.com) 17 janvier 2008 Séminaire d Economie de l Energie Les pouvoirs

Plus en détail

Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 2003 Buenos - Aires ; Argentine.

Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 2003 Buenos - Aires ; Argentine. Colloque International Réseau MONDER 23-26 Novembre 23 Buenos - Aires ; Argentine. La libéralisation des marchés européens du gaz conséquences et restructurations Cécile BAZART Maître de Conférences CREDEN

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-32 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Vinci Facilities Operations Services France, Energie Sécurité, Faceo Sécurité Prévention

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-40 du 27 mars 2013 relative à la prise de contrôle conjoint de deux fonds de commerce d articles de bricolage par les sociétés La Boîte à Outils SAS et Mr. Bricolage

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Décision n 13-DCC-29 du 5 mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Gobé SAS par la société Scopelec

Décision n 13-DCC-29 du 5 mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Gobé SAS par la société Scopelec RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-29 du 5 mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Gobé SAS par la société Scopelec L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-132 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 15 novembre

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 24 janvier 2013 portant vérification de la conformité du barème des tarifs réglementés de vente de gaz proposé par GDF Suez au 1

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-122 du 7 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif par GFI-BUS du fonds de commerce constitué par la branche d activité «Business Solutions» de la société

Plus en détail

L expérience du SIGEIF en Île-de-France

L expérience du SIGEIF en Île-de-France Matinales de l ATEPS : fin des tarifs réglementés L expérience du SIGEIF en Île-de-France Jean-Serge Salva 7 mars 2014 1 Du monopole à la concurrence «L électricité constitue une marchandise» Cour de Justice

Plus en détail

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ CONSEIL GENERAL AVIS

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 06.09.2002 C(2002)3244 Objet: Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Plus en détail

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Le rapport de la commission Champsaur préconise le maintien, à l aval du système

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels»

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» A la veille de l extension de l éligibilité à l ensemble des consommateurs au 1 er

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101 DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Avril 2007 L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Introduction La libéralisation en cours dans le secteur de l énergie en Europe soulève deux questions qui sont

Plus en détail

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE FR Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) date: 18.8.2014 COMMISSION

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org EDI : Messages commerciaux Questions Réponses Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org 1 EDI : Questions Réponses 1. L architecture 3 2. Le niveau de service 4 3. La relation

Plus en détail

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance La Fe de ration europe enne des usagers des services financiers (EuroFinUse)

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

L'intérêt de la 27001 pour le CIL

L'intérêt de la 27001 pour le CIL HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet L'intérêt de la 27001 pour le CIL Frédéric Connes

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370321 ECLI:FR:CESSR:2014:370321.20141215 Inédit au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Maïlys Lange, rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon, rapporteur public

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail