I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux"

Transcription

1

2 INTERPOL I-Checkit

3 Pour votre sécurité

4 I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et tarir leur financement à l échelle mondiale. 4

5 La situation actuelle L accélération de la mondialisation a entraîné de profonds changements dans notre monde, tant positifs que négatifs. La porosité croissante des frontières ainsi que l augmentation sans précédent des voyages et des échanges commerciaux internationaux s accompagnent de défis uniques en matière de sécurité pour les gouvernements et les entités privées. En parallèle, les malfaiteurs continuent d exploiter à leur avantage les systèmes de communication et les technologies, d où la nécessité toujours plus grande de renforcer la coopération entre tous les secteurs pour lutter contre la criminalité transnationale et garantir la sécurité intérieure des pays. INTERPOL sait d expérience que les malfaiteurs utilisent des documents de voyage volés et perdus pour se déplacer sans entraves et mener à bien leurs activités illégales, parmi lesquelles le trafic de drogues, le trafic d êtres humains, le commerce illicite et le terrorisme. Face à ce défi, INTERPOL doit mettre au point des initiatives, des outils et des services novateurs à même de renforcer la sécurité nationale et internationale dans son ensemble et ce, de façon durable. C est dans cet esprit qu a été conçue l initiative I-Checkit d INTERPOL, comme un moyen d avant-garde de repérer les malfaiteurs utilisant des documents de voyage frauduleux pour réserver un billet d avion, ouvrir un compte bancaire ou accomplir les formalités d enregistrement dans un hôtel. I-Checkit permettra de parer à certains points vulnérables dans les secteurs des transports, de la banque et du tourisme en facilitant la transmission sécurisée des informations figurant sur les documents de voyage des clients en vue de leur vérification dans la base de données d INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus. 5

6 Combler une faille dans la sécurité des déplacements Placés entre de mauvaises mains, les documents de voyage volés et perdus peuvent constituer l un des plus grands dangers pour la sécurité mondiale. Aussi est-il essentiel de centraliser les données criminelles relatives à ces documents. Pour cette raison, INTERPOL a créé la base de données sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD), qui contient aujourd hui plus de 40 millions d enregistrements. Sur la seule année 2013, elle a été consultée 800 millions de fois, et ces recherches ont donné lieu à plus de signalements positifs. Cette base de données aide les pays membres de l Organisation, en particulier les Bureaux centraux nationaux INTERPOL, les services d immigration et la police des frontières, à renforcer la sécurité des documents en établissant la validité d un document de voyage en quelques secondes. La détection des documents de voyage faisant l objet d une utilisation frauduleuse aide les services chargés de l application de la loi à mieux cerner les tendances de fond d une criminalité particulièrement dangereuse. Malgré l existence de ce puissant outil de police, son potentiel demeure inexploité. En effet, pour différentes raisons, seuls quelques pays effectuent systématiquement à leurs frontières des vérifications concernant les documents de voyage dans la base de données SLTD. Cet état de fait limite considérablement l efficacité et l utilité opérationnelle de la base de données en réduisant le nombre de documents de voyage qui pourraient faire l objet de vérifications et en permettant aux malfaiteurs de franchir des frontières sans se faire repérer. Afin de pallier cette insuffisance et de garantir le contrôle du plus grand nombre possible de documents de voyage, INTERPOL élabore actuellement des solutions innovantes pour améliorer l utilisation de la base de données SLTD en faisant appel à un certain nombre de partenaires du secteur privé. 6

7 La base de données SLTD d INTERPOL est pour les pays membres un outil précieux qui améliore la façon dont sont échangées des informations de police importantes en vue de détecter, d entraver et de décourager en tous lieux la commission d infractions. Nombre d enregistrements en en 2013 Nombre de recherches effectuées en Nombre de signalements positifs en Ratio 1 /

8 La solution de détection I-Checkit La solution de détection I-Checkit élargira la portée de la base de données SLTD en créant un vaste réseau visant à systématiser la détection des documents de voyage volés et perdus utilisés dans les secteurs des transports, de la banque et du tourisme. En facilitant la transmission par le secteur privé de données non personnelles concernant les documents de voyage (type de document, numéro de document et pays de délivrance) afin qu elles fassent l objet de vérifications dans la base de données SLTD d INTERPOL, I-Checkit renforcera les mesures existantes en matière de protection de l identité et aidera la police dans sa lutte contre la criminalité organisée transnationale. Cette solution, qui alerte la police en temps réel en cas d utilisation auprès d une société privée d un document de voyage déclaré volé ou perdu, est un outil précieux pour les services chargés de l application de la loi. I-Checkit fournit des indications sans précédent sur des activités criminelles généralement hors d atteinte de la police, en renforçant ainsi les moyens en matière d enquête à l échelle mondiale et en offrant la possibilité de neutraliser les malfaiteurs avant qu ils ne se livrent à leurs activités. En outre, l augmentation globale du nombre de recherches effectuées dans la base de données SLTD permettra à INTERPOL d améliorer la qualité de ses données, de mieux faire connaître la base SLTD et son utilité, et d améliorer la sécurité mondiale. 8

9 9

10 En renforçant les lignes de défense dans les aéroports, I-Checkit révolutionnera le contrôle des passagers internationaux. 10

11 Les secteurs ciblés Secteur des transports Le nombre de voyageurs internationaux croît à une vitesse étourdissante. Selon les prévisions de l Association internationale du transport aérien (IATA), les compagnies aériennes transporteront quelque 3,6 milliards de passagers en 2016, soit 800 millions de plus qu en Cela fera peser une charge considérable sur les pays ne disposant pas des ressources nécessaires pour contrôler chaque personne entrant sur son territoire ou quittant celui-ci. Comme les flux de voyageurs vont augmenter considérablement, les malfaiteurs seront plus nombreux à franchir des frontières sans subir aucun contrôle. Afin d aider à combler cette lacune, I-Checkit favorise la collaboration avec des partenaires privés du secteur des transports, notamment des compagnies aériennes. Le secteur aurait beaucoup à gagner de ce niveau supplémentaire de protection de l identité, qui permettrait aux services chargés de l application de la loi de déceler les menaces avant les comptoirs d enregistrement et les portes d embarquement. Pour les services chargés de l application de la loi, il est en outre intéressant d avoir accès à des informations relatives à l utilisation de passeports volés ou perdus dans le secteur des transports. Ils seront alertés au sujet de ces transactions illégales et pourront alors ouvrir une enquête afin d établir l identité de la personne ayant présenté le document frauduleux et les motifs de son geste. 11

12 Secteur bancaire Au 21 ème siècle, les banques doivent faire face à de nombreux défis. Sur les 6,2 milliards de comptes bancaires ouverts dans le monde selon les estimations, certains servent à financer et à développer les activités relevant de la criminalité organisée aux niveaux national et international. L escroquerie, le blanchiment de fonds et d autres infractions financières sont souvent associés à des formes de criminalité violentes, parmi lesquelles le trafic de stupéfiants, le trafic d êtres humains et le terrorisme. Le secteur bancaire doit par conséquent se montrer de plus en plus vigilant au cours de ses activités quotidiennes face à l usurpation d identité et à l utilisation de fausses identités. Malheureusement, il existe peu de mécanismes structurels permettant de procéder à des vérifications approfondies sur l identité des clients actuels et futurs. Le projet I-Checkit a été en partie conçu pour repérer les individus qui tentent d utiliser les circuits bancaires licites sous une fausse identité afin de dissimuler des infractions plus graves. En envoyant des informations relatives aux documents de voyage par les canaux sécurisés d INTERPOL à des fins de contrôle dans la base de données SLTD, les banques peuvent alerter les services chargés de l application de la loi de tout acte répréhensible susceptible d être commis dans leur structure, et jouer en cela un rôle décisif. Grâce à cette solution, elles peuvent protéger leurs clients légitimes, préserver leur réputation, se prémunir contre des pertes financières et prouver qu elles respectent la réglementation antiblanchiment. Les services chargés de l application de la loi seront informés lorsqu un individu utilise un passeport volé ou perdu pour ouvrir un compte bancaire, ce qui leur permettra d enquêter afin d identifier la personne concernée et de surveiller les activités suspectes financées à partir de ce compte. I-Checkit constituera alors un outil d enquête majeur. 12

13 Grâce à I-Checkit, les services chargés de l application de la loi peuvent toucher directement le cœur des réseaux criminels organisés : leur argent. 13

14 Secteur du tourisme En participant à l initiative I-Checkit, les sociétés ont la possibilité d améliorer le niveau de sécurité général dans leur secteur et d endiguer certaines activités criminelles liées au tourisme, parmi lesquelles le trafic d êtres humains, la prostitution, le trafic de stupéfiants et le terrorisme. Des hôtels, des sociétés de croisières, des voyagistes et d autres partenaires pourraient tirer parti de l intégration de I-Checkit en réduisant le risque d activité criminelle, en améliorant la sécurité de leurs clients, en renforçant leur réputation, en se prémunissant contre les pertes financières liées à des activités criminelles et en se conformant aux normes de sécurité nationales prévoyant des contrôles renforcés. Comme dans le secteur des transports, I-Checkit permet aux services chargés de l application de la loi de disposer d informations nouvelles, relatives à l utilisation de passeports volés ou perdus dans un secteur difficile à contrôler. En étant alertés en cas de signalement positif, les services chargés de l application de la loi peuvent enquêter sur les activités illégales qui gangrènent ce secteur afin d entraver, de décourager et de prévenir la commission d infractions, et ainsi d améliorer grandement la sécurité nationale et mondiale. 14

15 Mettre en place I-Checkit par la collaboration Afin de réunir les conditions pour que l initiative I-Checkit soit couronnée de succès et s inscrive dans la durée, INTERPOL travaille en coopération avec les parties concernées en interne, les pays membres et le secteur privé à la mise en place de cet outil, qui se déroule en trois phases : une phase d essai sur une petite échelle, une phase pilote de plus grande ampleur et une phase de mise en œuvre à l échelle mondiale. Pendant la phase d essai, un petit nombre de partenaires privés représentant les secteurs ciblés utilisent la solution dans un environnement très contrôlé et surveillé. Les résultats de ces essais seront analysés et portés à la connaissance des pays membres. Une fois la phase d essai terminée, l objectif sera de lancer la phase pilote auprès d un éventail plus large d utilisateurs afin de tester la solution dans des conditions de plus en plus complexes et variées. Une évaluation complète des aspects techniques, politiques et opérationnels de I-Checkit pourra ainsi être réalisée avant le lancement de la phase de mise en œuvre. Un groupe de travail a élaboré un cadre qui est efficace sur le plan opérationnel et conforme aux impératifs des pays membres en matière de droit et de procédure. Par ailleurs, le Bureau des Affaires juridiques d INTERPOL, la Commission de contrôle des fichiers d INTERPOL et le Comité exécutif d INTERPOL continuent d être consultés et leur avis sollicité s agissant du Règlement et de la mission de l Organisation. 15

16 Le rôle des B.C.N. I-Checkit sert à la fois d outil de prévention et d enquête pour empêcher les malfaiteurs d utiliser des documents de voyage volés ou perdus, en alertant les services chargés de l application de la loi lorsqu une vérification donne un résultat positif. Un signalement positif génère instantanément un message à l intention du Secrétariat général d INTERPOL ainsi que des B.C.N. concernés, à savoir celui du pays d enregistrement de la société privée ayant procédé à la vérification et celui du pays ayant la propriété des données. Suite à ce signalement positif, le B.C.N. du pays propriétaire des données peut vérifier la validité des informations et entrer en contact avec celui du pays d enregistrement de la société privée. Le Secrétariat général d INTERPOL est joignable 24 heures sur 24 pour appuyer et faciliter la communication entre les B.C.N. En principe, le B.C.N. du pays d enregistrement agit alors en coordination avec le partenaire privé, qui peut apporter sa contribution à l enquête ultérieure en fournissant des informations complémentaires. 16

17 17

18 18

19 Le rôle des partenaires du secteur privé Les sociétés privées qui participent aux essais de I-Checkit aident les services chargés de l application de la loi, dans toute la mesure du possible, en communiquant des informations complémentaires sur l individu et la transaction concernés. Dans certains cas, ces sociétés privées recevront des informations qui ne sont pas des informations de police concernant les résultats des contrôles. Cette solution sera réservée aux secteurs dans lesquels la raison d un signalement positif doit être rapidement établie, par exemple celui du transport aérien. Le message informera simplement le personnel de sécurité de la société, formé à I-Checkit, qu il existe des motifs suffisants de procéder à un examen plus attentif du document en question. I-Checkit invite ainsi les agents de sécurité à utiliser les outils, l expertise et les procédures établies déjà à leur disposition pour déterminer si un document a été falsifié ou si la personne qui le présente en est réellement le titulaire. Parallèlement, les compagnies aériennes se mettront en relation avec leurs points de contact habituels au sein des services chargés de l application de la loi, afin que toutes les parties soient averties d un éventuel problème et qu elles mobilisent leurs ressources communes de manière efficace et rationnelle. 19

20 Objectifs REPÉRER les malfaiteurs qui effectuent des transactions illicites ; INFORMER les services chargés de l application de la loi lorsque des individus utilisent des documents d identité frauduleux ; ENQUÊTER sur les signalements positifs afin d identifier et d arrêter les malfaiteurs ; RÉDUIRE l utilisation illégale de documents de voyage ; PRÉVENIR les autres infractions graves liées à la fraude à l identité. En indiquant simplement que la fiabilité d un document est sujette à caution, la solution de détection I-Checkit offre un niveau supplémentaire de sécurité et permet d empêcher que des malfaiteurs ne fassent un usage illicite des services proposés par les entreprises privées. 20

21 Avantages Pour les pays membres et les services chargés de l application de la loi Informe en temps réel les services chargés de l application de la loi et les autres parties concernées lorsqu une personne utilise un document de voyage déclaré perdu ou volé ; Apporte aux services chargés de l application de la loi des renseignements précieux sur certaines tendances et caractéristiques, qui peuvent aider à mettre au jour des réseaux criminels et à tarir leur financement à l échelle mondiale ; Prévient les services chargés de l application de la loi lorsqu un individu tente de voyager sur présentation d un document déclaré perdu ou volé, afin qu ils puissent réagir et enquêter, ce qui améliore les chances d arrêter cet individu avant l embarquement ; Améliore la collaboration et les échanges d informations entre les services chargés de l application de la loi et le secteur privé ; Agit comme un filtre permettant de mettre à jour et améliorer la qualité des données enregistrées dans la base SLTD ; Sensibilise le public en attirant l attention sur l importance d utiliser des documents de voyage valables ; Crée un réseau variés de partenaires au sein du secteur privé, qui aidera INTERPOL à agir contre le crime. 21

22 Pour le secteur privé Renforce les mesures de sécurité en repérant les individus qui tentent d utiliser des documents déclarés perdus ou volés ; Améliore la sécurité des clients et du personnel, en empêchant des individus de monter à bord d avions ou de bateaux sur présentation de documents illicites ; Dissuade les personnes qui utilisent des documents volés dans une entreprise de continuer à le faire ; Favorise la fidélité et la confiance aux marques en celles-ci ; Atteste le respect des normes internationales en matière de sécurité propres à certains secteurs ; Offre aux sociétés privées un moyen simple et peu coûteux d améliorer les vérifications relatives aux clients, par exemple dans le cadre de leur obligation de connaissance de leurs clients ; Améliore la collaboration avec INTERPOL et les services chargés de l application de la loi. 22

23

24 Secrétariat général I-Checkit Initiative 200 Quai Charles de Gaulle Lyon, France Tél. : Fax :

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE INTERPOL PROGRAMME SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com 2 PROGRAMME INTERPOL SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com QUE SE

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire»

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement Réunion d experts sur les registres d état civil «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Varsovie,

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Protégez votre entreprise contre la fraude.

Protégez votre entreprise contre la fraude. Protégez votre entreprise contre la fraude. 1 La fraude aux entreprises Qu est-ce qu il y a dans ce document? 1 La fraude aux entreprises 3 Qu est-ce qu il y a dans ce document? Comment utiliser ce document?

Plus en détail

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte.

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte. Eléments d information relatifs au plan de lutte contre les escroqueries Escroqueries : un plan de prévention pour contrer le phénomène Alors que la délinquance a chuté de 4,10% en 2007, les escroqueries

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

BWC/MSP/2010/MX/INF.2

BWC/MSP/2010/MX/INF.2 Réunion des États parties à la Convention sur l interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction BWC/MSP/2010/MX/INF.2

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

PARAFES Dossier de presse

PARAFES Dossier de presse PARAFES Dossier de presse Avec PARAFES passez les frontières en toute simplicité With PARAFES, cross borders easily Dossier réalisé par la Mission communication. S OMMAIRE Contrôle Frontière automatisé

Plus en détail

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL INTERPOL Organisation International de Police Criminelle crée en 1923 siège a Lyon ( France).190 pays membres, 6 BR( Bureau Régional), 1 Bureau de liaison a Bangkok

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

La biométrie au cœur des solutions globales

La biométrie au cœur des solutions globales www.thalesgroup.com GESTION D IDENTITÉ SÉCURISÉE La biométrie au cœur des solutions globales Risques et solutions Explosion de la mobilité des personnes et des échanges de données, croissance des flux

Plus en détail

Protégez votre entreprise contre la fraude.

Protégez votre entreprise contre la fraude. Protégez votre entreprise contre la fraude. 1 La fraude aux entreprises 1 La fraude aux entreprises 3 Qu est-ce qu il y a dans ce document? Comment utiliser ce document? 2 Social Engineering ou fraude

Plus en détail

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT ET AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties

Plus en détail

Préservez votre crédit. Empêchez le vol d identité. GUIDE DES AVANTAGES

Préservez votre crédit. Empêchez le vol d identité. GUIDE DES AVANTAGES Préservez votre crédit. Empêchez le vol d identité. GUIDE DES AVANTAGES Bienvenue au programme Surveillance d identité Félicitations! Vous avez posé un geste important pour vous protéger des conséquences

Plus en détail

MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ

MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ Présentation de solution RÉSUMÉ Les nouvelles menaces de sécurité nécessitent une nouvelle approche de la gestion de la sécurité. Les

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne Développement de mesures de sécurité respectueuses des droits de la personne Pour obtenir de plus amples renseignements sur

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

contre les vols de véhicules et de pièces et trafics détachées PLAN national de lutte 2 OCTOBRE 2014

contre les vols de véhicules et de pièces et trafics détachées PLAN national de lutte 2 OCTOBRE 2014 Plan national de lutte contre les vols et trafics de véhicules et de pièces détachées 1 PLAN national de lutte contre les vols et trafics de véhicules et de pièces détachées 2 OCTOBRE 2014 2 Vols et trafics

Plus en détail

SANCTION CIVILE PRÉVENTION DES IMMIGRANTS CLANDESTINS : CODE DE BONNES PRATIQUES

SANCTION CIVILE PRÉVENTION DES IMMIGRANTS CLANDESTINS : CODE DE BONNES PRATIQUES French SANCTION CIVILE PRÉVENTION DES IMMIGRANTS CLANDESTINS : CODE DE BONNES PRATIQUES Code de bonnes pratiques paru en conformité avec la section 33 de l Immigration and Asylum Act 1999 SANCTION CIVILE

Plus en détail

Règlement concernant l administration des entrées et sorties des ressortissants étrangers du territoire de la République Populaire de Chine.

Règlement concernant l administration des entrées et sorties des ressortissants étrangers du territoire de la République Populaire de Chine. Règlement relatif à l administration des entrées et sorties des ressortissants étrangers du territoire de la République Populaire de Chine. Conseil des Affaires d Etat chinois Date de publication :12 juillet

Plus en détail

Programme de protection des passagers de Transports Canada

Programme de protection des passagers de Transports Canada RAPPORT DE VÉRIFICATION DE LA COMMISSAIRE À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Programme de protection des passagers de Transports Canada Article 37 de la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

PROTÉGÉ A. Vérification des programmes des voyageurs fiables

PROTÉGÉ A. Vérification des programmes des voyageurs fiables PROTÉGÉ A Vérification des programmes des voyageurs fiables Decembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 2 2.0 IMPORTANCE DE LA VÉRIFICATION... 2 3.0 ÉNONCÉ D ASSURANCE... 2 4.0 OPINION DE L ÉQUIPE

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l identité Examinée en séance plénière le 25 octobre 2011 Depuis

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Notre objectif : vous avertir si besoin est et vous aider à récupérer rapidement les données pertinentes. Intelligent Video Analysis

Notre objectif : vous avertir si besoin est et vous aider à récupérer rapidement les données pertinentes. Intelligent Video Analysis Notre objectif : vous avertir si besoin est et vous aider à récupérer rapidement les données pertinentes. Intelligent Video Analysis 2 Intelligent Video Analysis Apporter sens et structure S agissant de

Plus en détail

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!!

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! sommaire A votre domicile Des gestes simples se prémunir des cambriolages en cas d'absence prolongée que faire? Vous avez été victime d'un

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Document de sensibilisation CENTIF, 2006 (numéro BSDA: 12702210806)

Plus en détail

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses Secteur des banques RÉTROACTION SUR LA DÉCLARATION D OPÉRATIONS DOUTEUSES : SECTEUR DES BANQUES 1. Introduction Ce rapport a été rédigé pour le secteur

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations Objet : Information concernant l assurance «voyages officiels» des agents, experts et autres personnes voyageant à la charge des budgets de l Organisation PREAMBULE

Plus en détail

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance Redefining The Importer/Custom Brocker relationship Focus on compliance La mondialisation et la bataille libre-échange / protectionnisme Gatt et OMC sont les artisans du désarmement douanier Droits de

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/69/489)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/69/489)] Nations Unies A/RES/69/199 Assemblée générale Distr. générale 5 février 2015 Soixante-neuvième session Point 105 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 18 décembre 2014 [sur

Plus en détail

REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN. BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal

REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN. BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal L élargissement du champ d investigation de Tracfin à la fraude fiscale prévue dans des

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude

ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION. Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude ONTARIO TRIAL LAWYERS ASSOCIATION Réaction de l OTLA au Rapport d étape du Groupe de travail antifraude Le 17 août 2012 L Ontario Trial Lawyers Association (OTLA) est heureuse de saisir l occasion qui

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF Introduction Le monde a été secoué ces dernières années par des attaques terroristes sanglantes et destructrices.

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

Présentation de la Régie du bâtiment du Québec. Licence

Présentation de la Régie du bâtiment du Québec. Licence Présentation de la Régie du bâtiment du Québec Licence Date: Janvier 2012 Notre mission Assurer la qualité des travaux de construction et la sécurité des personnes qui accèdent à un bâtiment, à un équipement

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Aborder la question de l international

Aborder la question de l international La lettre d information N 10 Septembre 2014 lettre d actualité aux professionnels de la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme L ÉDITO M. DELEPIèRE, président de la CTIF (Belgique)

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à :

Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à : COMMERCANTS YVELINOIS : VOTRE SÉCURITE S C EST CEST AUSSI VOTRE AFFAIRE! Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à : Obliger le délinquant à augmenter ses efforts

Plus en détail

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL LC/34-WP/2-1 31/7/09 COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION (Montréal, 9 17 septembre 2009) Point 2 : Examen des rapports du Sous-Comité spécial

Plus en détail

que pour lutter contre la grande criminalité. La CTIF vient de publier son 7 e rapport d activités 5.

que pour lutter contre la grande criminalité. La CTIF vient de publier son 7 e rapport d activités 5. AM18710 1 La lutte contre le blanchiment de capitaux ou le refus d une mondialisation sans lois. A propos du 7 e rapport d activités de la Cellule de traitement des informations financières. Et pourquoi

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

l immigration irrégulière

l immigration irrégulière - MICOM 2009 - Crédits photos : droits réservés. Lutter contre l immigration clandestine L ESSENTIEL SUR 101, rue de Grenelle 75323 Paris Cedex 07 Tél. : 01 77 72 61 00 www.immigration.gouv.fr l immigration

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement Intervention du 4 mars 2014 GUIDE À L USAGE DES ENTREPRISES POUR LA PROTECTION CONTRE LA «FRAUDE AU PRÉSIDENT» Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement M. Raphaël Gauvain, avocat associé

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-117 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-117 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-117 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement SANS PRÉSENCE DE LA CARTE 1 Une récente étude

Plus en détail

Note d information à l intention des Emprunteurs

Note d information à l intention des Emprunteurs Réforme des sanctions : élargissement de la portée du régime des sanctions pour inclure des activités autres que la passation des marchés et imposition de sanctions en cas de manœuvre obstructionniste

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DESTINÉES AUX ÉTATS CONCERNANT LA GESTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES PRÉSENTANT UN RISQUE GRAVE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE.

LIGNES DIRECTRICES DESTINÉES AUX ÉTATS CONCERNANT LA GESTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES PRÉSENTANT UN RISQUE GRAVE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE. LIGNES DIRECTRICES DESTINÉES AUX ÉTATS CONCERNANT LA GESTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES PRÉSENTANT UN RISQUE GRAVE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE Préface Les présentes lignes directrices ont pour objet d aider

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

1.1 PRINCIPES SOUS-TENDANT LA MISE EN PLACE D UN CADRE COMMUN POUR LE RECYCLAGE DES BILLETS

1.1 PRINCIPES SOUS-TENDANT LA MISE EN PLACE D UN CADRE COMMUN POUR LE RECYCLAGE DES BILLETS RECYCLAGE DES BILLETS EN EUROS : CADRE POUR LA DÉTECTION DES CONTREFAÇONS ET LE TRI QUALITATIF DES BILLETS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES AUTRES PROFESSIONNELS APPELÉS À MANIPULER DES ESPÈCES

Plus en détail

Le crime transnational organisé en Fédération de Russie.

Le crime transnational organisé en Fédération de Russie. Le crime transnational organisé en Fédération de Russie. MALIKOV Serguei Directeur-adjoint de l Institut de la formation continue du Comité d Enquête de Russie, docteur en sciences juridiques, professeur,

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux

L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux Un phénomène de grande ampleur C est un phénomène qui touche essentiellement les sociétés françaises Les sociétés de toutes

Plus en détail

IDENTIFICATION DES FRAUDES

IDENTIFICATION DES FRAUDES IDENTIFICATION DES FRAUDES Yoanna PONS est juriste, titulaire d un master d audit, elle est auditeur SI chez AUDEA Noël PONS est CIA, consultant et auteur d ouvrages et d articles sur la fraude, Auteurs

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H LA PRÉFECTURE DE POLICE Compétente sur Paris et les trois départements de la petite couronne, la préfecture de Police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques : délinquance, troubles à

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective ASSURANCE COLLECTIVE Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective Travaillons ensemble pour les prévenir La fraude et l abus ont une forte incidence sur

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Coupez la ligne des courriels hameçons

Coupez la ligne des courriels hameçons Coupez la ligne des courriels hameçons Les fraudeurs qui cherchent à mettre la main sur des renseignements personnels ont élaboré un nouveau moyen d attirer des victimes sans méfiance. Ils lancent un «hameçon».

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

SOLUTIONS DE SECURITE POUR LES AEROPORTS

SOLUTIONS DE SECURITE POUR LES AEROPORTS SOLUTIONS DE SECURITE POUR LES AEROPORTS SOLUTIONS POUR LES AEROPORTS Circuler rapidement en toute sécurité La sécurité est une priorité essentielle des aéroports et compagnies aériennes. Spécialiste de

Plus en détail

CIVI.POL Conseil. Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français

CIVI.POL Conseil. Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français CIVI.POL Conseil Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français Présentation CIVIPOL 2011 PRESENTATION DE CIVI.POL CONSEIL Opérateur du Ministère de l Intérieur, CIVI.POL Conseil

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 PROJET Encadrement du système de caméras de sécurité et Foire aux questions Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 2 3 Table des matières 1. CADRE JURIDIQUE...4

Plus en détail

Guide d informations. Manuel d acceptation de cartes via le terminal de paiement

Guide d informations. Manuel d acceptation de cartes via le terminal de paiement Guide d informations Manuel d acceptation de cartes via le terminal de paiement Acceptation en toute sécurité des cartes bancaires sur votre terminal de paiement 4 1 Manuel d acceptation des cartes 6 1.1

Plus en détail

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première CENTAR PROTIV KRIJUMČARENJA UMJETNINAMA CENTER AGAINST TRAFFICKING IN WORKS OF ART KLOSTERSKA 19 75 000 TUZLA BOSNA I HERCEGOVINA CPKUBIH@GMAIL.COM WWW.CPKU.ORG +387 61 185 733 RAPPORT DE LA CONFERENCE

Plus en détail