Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire"

Transcription

1 Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand ds organisms financirs soumis au contrôl d l ACP n vu d précisr ls attnts d cll-ci rlativs aux vigilancs d lutt contr l blanchimnt ds capitaux t l financmnt du trrorism (LCB-FT) n matièr d banqu d corrspondanc. Ls princips d application sctorils ont ainsi pour objt d'xplicitr, dans un souci pédagogiqu, ls txts n viguur concrnant ls informations xigibls afférnts à l activité d banqu d corrspondanc t, n particulir, d précisr l articulation ds dispositions du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt t clls du Cod monétair t financir (CMF) n matièr LCB-FT tlls qu issus d la transposition d la troisièm dirctiv. Ls princips d application adoptés par l ACP sont publics. Ils ont fait l'objt d'un concrtation préalabl à lur adoption au sin d la Commission consultativ Lutt contr l blanchimnt institué par l ACP n application d l articl L du CMF, qui a donné son avis l 23 janvir Cs princips d application pourront fair l'objt d'adaptations par la suit pour tnir compt d l xpérinc d l ACP t ds sujts qu ls mmbrs d la Commission consultativ LCB-FT souhaitront approfondir, ainsi qu ds changmnts législatifs ou réglmntairs évntuls ou ncor ds rcommandations intrnationals intrvnus, l cas échéant, dans l domain concrné.

2 Sommair 1 Définition d la notion d corrspondanc bancair périmètr ds princips d application sctorils 1.1 Au nivau intrnational 1.2 Champ d application rtnu dans ls princips d application sctorils 2 La classification ds risqus spécifiqus à l activité d corrspondanc bancair 2.1 L risqu pays 2.2 L risqu «établissmnt clint» 2.3 L risqu lié aux produits t srvics 3 Entré n rlation d affairs 3.1 Considérations générals Évaluation au rgard du risqu pays Évaluation au rgard du risqu clint Évaluation au rgard du risqu produits ou srvics 3.2 Convntion d corrspondanc bancair 3.3 Vigilanc allégé 3.4 Vigilanc rnforcé 3.5 Profil d la rlation d affairs 4 Msurs d vigilanc à l égard d l «établissmnt clint» 4.1 Considérations générals 4.2 Vigilanc constant 5 Actualisation d l évaluation du nivau d risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism t ds msurs d vigilanc Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 2

3 6 Approch group dans l cadr d la corrspondanc bancair 6.1 Cas du group suprvisé par l ACP 6.2 Cas du group suprvisé par un autr autorité 6.3 Pris n compt d l État d implantation d l ntrpris mèr d l «établissmnt clint» 7 Tirc introduction / xtrnalisation dans l cadr d la corrspondanc bancair 7.1 Tirc introduction 7.2 Extrnalisation 8 Établissmnts fictifs 9 Procédurs 10 Contrôl intrn Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 3

4 1 Définition d la notion d corrspondanc bancair périmètr ds princips d application sctorils 1.1 Au nivau intrnational 1. L Group d Action Financièr (GAFI) définit la corrspondanc bancair comm suit : «L xprssion corrspondanc bancair désign la prstation d srvics bancairs par un banqu (la «banqu corrspondant») à un autr banqu (la «banqu clint»). Ls banqus clints ont accès à un vast gamm d srvics, notammnt la gstion d trésorri (par xmpl, ds compts rémunérés dans plusiurs dviss), ls virmnts élctroniqus intrnationaux, la compnsation d chèqus, ls compts d passag t ls srvics d chang 1.» 1.2 Champ d application rtnu dans ls princips d application sctorils 2. Ls présnts princips d application sctorils portnt sur l activité par laqull un établissmnt d crédit défini à l articl L du CMF, ou un établissmnt d paimnt défini à l articl L du mêm cod, (l «établissmnt corrspondant») fournit ds prstations d srvics bancairs d paimnt ou d srvics d paimnt à un autr établissmnt («établissmnt clint») qui souhait proposr à ss clints ds srvics n ds liux où il (l «établissmnt clint») n st pas physiqumnt implanté. Cs prstations d srvics bancairs d paimnt ou d srvics d paimnt puvnt êtr ds srvics d tnu d compt, ds srvics d paimnt (notammnt ds transfrts d fonds, ssntillmnt ds virmnts, à ds bénéficiairs situés dans l État d implantation d l «établissmnt corrspondant»), d ncaissmnt ou d scompt d chèqus, tc. Il appartint à chaqu «établissmnt corrspondant» d déclinr ls présnts princips d application sctorils n fonction du contnu ds prstations proposés. Ls présnts princips n s appliqunt pas, notammnt : aux cas dans lsquls l «établissmnt clint» bénéfici pour son propr compt ds srvics d l établissmnt français, qui n agit pas alors n qualité d «établissmnt corrspondant» (par xmpl : ouvrtur d un compt n dviss dont l établissmnt étrangr st titulair pour y nrgistrr ds opérations qu il ffctu pour son propr compt) ; au rcours à un participant d un systèm d règlmnts intrbancairs ou d règlmnt t d livraison d instrumnts financirs n uros mntionnés à l articl L du CMF notammnt TARGET2, EURO1, CORE, STEP2 (par xmpl : pour la réalisation ds opérations intrbancairs d trésorri) ; aux échangs d clfs Swift, applés «Rlationship Managmnt Application» (RMA), ancinnmnt dénommés «Bilatral Ky Exchang» (BKE), visant à gérr la communication ntr ls établissmnts financirs. 3. L «établissmnt clint» st l clint d l «établissmnt corrspondant». Ls clints d l «établissmnt clint», pour l compt dsquls l «établissmnt corrspondant» ffctu ds opérations, n sont donc pas ds clints d l «établissmnt corrspondant» qui n dispos pas d élémnts rlatifs à ctt rlation d affairs. En conséqunc, l «établissmnt corrspondant» st xposé à un risqu spécifiqu. C st pourquoi ctt activité st considéré comm présntant un risqu élvé, soumis à ds msurs particulièrs d vigilanc. Ainsi, la rcommandation 13 du GAFI précis qu n c qui concrn ls rlations d corrspondanc bancair transfrontalièr, t ls autrs rlations 1. Cf. définition d la corrspondanc bancair, Glossair du GAFI : Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 4

5 similairs, ls institutions financièrs dvraint êtr obligés, n plus ds msurs normals d vigilanc rlativs à la clintèl, d mttr n œuvr ds msurs particulièrs d vigilanc. L 3 d l articl 13 d la dirctiv 2005/60/CE du Parlmnt uropén t du Consil du 26 octobr 2005 rlativ à la prévntion d l'utilisation du systèm financir aux fins du blanchimnt d capitaux t du financmnt du trrorism prévoit qu n cas d rlation transfrontalièr d corrspondant bancair avc ds établissmnts clints d pays tirs, ls États mmbrs xignt ds organisms financirs concrnés qu ils mttnt n œuvr ds msurs d vigilanc rnforcé. Ctt obligation a été transposé n droit français dans l articl R du CMF. Dès lors, l dispositif LCB-FT d un établissmnt qui propos ds srvics d corrspondanc bancair n tint compt. La classification ds risqus d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism d l «établissmnt corrspondant» couvr l activité d corrspondanc bancair. Il mt n œuvr ds msurs d vigilanc spécifiqus à ctt activité. 2 La classification ds risqus spécifiqus à l activité d corrspondanc bancair Articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt 3. La classification ds risqus d blanchimnt d capitaux t d financmnt du trrorism : a) Couvr touts ls activités suscptibls d'xposr l'ntrpris à ds risqus dans l domain d la lutt contr l blanchimnt ds capitaux t l financmnt du trrorism, notammnt : ls opérations avc ls prsonns mntionnés à l'articl R du cod monétair t financir ; ls activités mntionnés à l'articl R du cod monétair t financir ; ls activités d gstion d fortun ; ls activités xrcés avc ds prsonns établis dans ds États ou trritoirs mntionnés par un instanc intrnational intrvnant n matièr d lutt contr l blanchimnt d capitaux ou l financmnt du trrorism parmi cux dont la législation ou ls pratiqus font obstacl à cll-ci, ou par l'intrmédiair d'implantations dans cs États ou trritoirs ; ls activités xrcés avc ds prsonns établis dans ds États ou trritoirs mntionnés à l'articl L du cod monétair t financir ou par l'intrmédiair d'implantations dans cs États ou trritoirs ; 4. Conformémnt au a du 3 d l articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt, la classification ds risqus couvr touts ls activités suscptibls d xposr l établissmnt à ds risqus dans l domain d la LCB-FT, notammnt clls mntionnés à l articl R du CMF. Ls rlations transfrontalièrs d corrspondant bancair avc un organism financir situé dans un pays non mmbr d l'union uropénn ou qui n'st pas parti à l'accord sur l'espac économiqu uropén ou qui n figur pas sur la list prévu au 2 du II d l'articl L ds pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d LCB-FT sont xplicitmnt mntionnés par ct articl. 5. Ls critèrs suivants prmttnt d apprécir l risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism d la rlation d affairs d corrspondanc bancair. Lur énumération n st pas xhaustiv. Il appartint à chaqu «établissmnt corrspondant» d ls définir n fonction ds srvics qu il propos. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 5

6 2.1 L risqu pays Art. L du Cod monétair t financir Lorsqu'un prsonn mntionné au 1 ou au 5 d l'articl L ou un ntrpris d'invstissmnt autr qu'un société d gstion d portfuill ntrtint avc un organism financir situé dans un pays non mmbr d l'union uropénn ou qui n'st pas Parti à l'accord sur l'espac économiqu uropén ou qui n figur pas sur la list prévu au 2 du II d l'articl L ds pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d lutt contr l blanchimnt d capitaux t l financmnt du trrorism un rlation transfrontalièr d corrspondant bancair ou un rlation n vu d la distribution d'instrumnts financirs mntionnés à l'articl L , la prsonn français assujtti xrc sur l'organism financir étrangr avc lqul ll st n rlation, n plus ds msurs prévus aux articls L t L , ds msurs d vigilanc rnforcé dont ls modalités sont fixés par décrt n Consil d'état. 6. L critèr du risqu associé au pays d implantation d l «établissmnt clint» st un critèr important d la classification ds risqus. Il st xplicitmnt mntionné à l articl L du CMF. L «établissmnt corrspondant» prnd n compt dans sa classification ds risqus, n cohérnc avc l approch par ls risqus qu il a défini, l nivau d risqu associé au pays d implantation d l «établissmnt clint». 7. La pris n compt du risqu pays put conduir à rstrindr ls srvics d corrspondanc bancair proposés aux établissmnts implantés dans ds pays présntant un risqu élvé, voir rfusr d nour la rlation d affairs. 2.2 L risqu «établissmnt clint» 8. La classification ds risqus prnd n compt l nivau d risqu d blanchimnt d capitaux t d financmnt du trrorism d l «établissmnt clint» détrminé au rgard d informations concrnant la structur d c drnir t ss activités prmttant d apprécir, notammnt, sa gouvrnanc t sa réputation. Parmi ls élémnts à prndr n considération concrnant l «établissmnt clint», figurnt ls informations sur : ls dirigants t ls bénéficiairs ffctifs ; ls activités ; la clintèl ; ls implantations, notammnt clls situés dans ds pays présntant un risqu élvé (filials ou succursals avc lsqulls l «établissmnt clint» pourrait avoir ds activités). 2.3 L risqu lié aux produits t srvics 9. La classification prnd, notammnt, n compt : la natur ds srvics offrts à l «établissmnt clint» ; ls volums t montants prévisionnls ou constatés ds opérations réalisés dans l cadr d la rlation d corrspondanc bancair. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 6

7 3 Entré n rlation d affairs 3.1 Considérations générals 10. Lors d l ntré n rlation d affairs, ou lors d l actualisation du dossir d l «établissmnt clint», l «établissmnt corrspondant» rcuill ds informations sur l «établissmnt clint» pour êtr n msur d détrminr l nivau d risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism au rgard ds critèrs rtnus dans la classification ds risqus Évaluation au rgard du risqu pays 11. Pour adaptr l nivau ds vigilancs au risqu pays, l «établissmnt corrspondant» vérifi si l «établissmnt clint» st implanté : soit, dans un autr État mmbr d l Union uropénn ou parti à l accord sur l Espac Économiqu Europén ou dans un pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d LCB-FT figurant sur l arrêté prévu au 2 du II d l'articl L du CMF ; soit, dans un pays mntionné par la list ds juridictions présntant ds défaillancs stratégiqus n matièr d LCB-FT t qui font l objt d un appl du GAFI à ss mmbrs t aux autrs juridictions à appliqur ds contr-msurs ou sur la list ds juridictions présntant ds défaillancs stratégiqus n matièr d LCB-FT qui n ont pas fait d progrès suffisants ou qui n s sont pas ngagés à suivr un plan d action élaboré avc l GAFI, afin d rmédir à lurs défaillancs 2 ; ou dans un pays faisant l objt d un ou d plusiurs msurs rstrictivs intrnationals ou nationals d sanction ou d intrdiction. Il tint compt d la présnc du pays d implantation d l «établissmnt clint» dans un d cs lists, n cohérnc avc sa classification. 12. D autrs élémnts puvnt êtr pris n compt tls qu ls rapports d évaluation mutull du GAFI ou ds organisms régionaux d typ GAFI, dont la list st disponibl sur l sit d l OCDE (MONEYVAL, EAG, GAFISUD,.). L «établissmnt corrspondant» prnd n compt tout autr information publiqu diffusé par ls autorités nationals ou ds organisms intrnationaux sur l risqu présnté par un pays (corruption, trrorism, tc.) Évaluation au rgard du risqu clint 13. Ls informations rcuillis concrnant l «établissmnt clint» portnt notammnt sur : la gouvrnanc, l idntité d ss dirigants t d ss bénéficiairs ffctifs, t tout information prtinnt ls concrnant, notammnt la présnc d prsonns politiqumnt xposés, étrangèrs ou domstiqus, t s agissant ds bénéficiairs ffctifs, d lur nivau d influnc sur l orintation ds activités ; l appartnanc à un group 3, la notoriété d c group t d ss dirigants ; 2. Faisant suit au sommt du G20 d Londrs d 2009, la procédur d idntification ds juridictions à risqus a été rvu par l GAFI. Ctt procédur a abouti à la publication d lists qui sont régulièrmnt actualisés. 3. Cf. approch group 34 à 39 ds présnts princips d application sctorils. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 7

8 ls activités : crtains établissmnts disposnt d un clintèl spécifiqu pouvant présntr un nivau d risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism élvé ou proposr à lur propr clintèl ds srvics ou ds produits présntant un nivau d risqu plus élvé ; la réputation, t tout élémnt d information, notammnt n matièr LCB-FT, suscptibl d l affctr (sanctions disciplinairs ou judiciairs prononcés à l ncontr d l «établissmnt clint» ou d l un d ss dirigants ou bénéficiairs ffctifs) ; la qualité du dispositif LCB-FT du pays où st implanté l «établissmnt clint 4» ; l constat par l «établissmnt corrspondant» d défaillancs régulièrs d l «établissmnt clint» n tant qu PSP pour l application du règlmnt 1781/2006/CE, lorsqu cs dux établissmnts ont déjà été n rlation dans l passé ou lorsqu l «établissmnt clint» st, ou a été, n rlation avc un établissmnt appartnant au mêm group qu l «établissmnt corrspondant» ; l cas échéant, la situation d l «établissmnt clint» dans un chaîn d banqus d corrspondanc, lorsqu l «établissmnt clint» st lui-mêm «établissmnt corrspondant» d un autr établissmnt 5, rndant plus difficil la connaissanc du clint donnur d ordr ou du bénéficiair final ds opérations. 14. Pour l rcuil ds informations mntionnés au 13, l «établissmnt corrspondant» prnd n compt, notammnt, ls documnts accssibls au public, tls qu ds rapports d activité ou documnts d référnc, évntullmnt publiés sur l sit Intrnt d l «établissmnt clint», ou ls informations communiqués par ct établissmnt n répons à un qustionnair rlatif à son dispositif LCB-FT. L «établissmnt corrspondant» put s il l stim nécssair, obtnir la confirmation d cs informations par la consultation d un autr sourc Évaluation au rgard du risqu produits ou srvics 15. Crtains srvics présntnt un risqu plus élvé (par xmpl : compts d passag au sns d la Not intrprétativ d la Rcommandation 13 du GAFI 6 sur la corrspondanc bancair), nécssitant l xrcic par l «établissmnt corrspondant» d un vigilanc adapté lors d l ntré n rlation d affairs ou d son déroulmnt. 4. Cf. évaluation au rgard du risqu pays point ds présnts princips d application sctorils. 5. Par xmpl dans l cas d virmnts qui transitnt par plusiurs PSP intrmédiairs qui sont autant d «établissmnt corrspondants» avant d parvnir au PSP du bénéficiair. 6. Cf. not intrprétativ d la Rcommandation 13 : «L xprssion compt d passag désign ds compts d corrspondants, utilisés dirctmnt par ds tirs pour réalisr ds opérations pour lur propr compt». Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 8

9 3.2 Convntion d corrspondanc bancair Articl 8 du règlmnt du CRBF n du 18 avril 2002 modifié rlatif aux obligations d vigilanc n matièr d chèqus aux fins d lutt contr l blanchimnt ds capitaux t l financmnt du trrorism L établissmnt assujtti qui offr à ds établissmnts étrangrs un srvic d ncaissmnt ou d scompt d chèqus conclut à ct fft ds convntions écrits. L établissmnt étrangr avc lqul la convntion a été conclu st considéré, pour l application du présnt règlmnt, comm l clint d l établissmnt assujtti. Aucun srvic d ncaissmnt ou d scompt d chèqus n st offrt n l absnc d conclusion d un tll convntion. Articl R du Cod monétair t financir Lorsqu'lls conclunt un convntion pour offrir un srvic d corrspondant bancair, d'ncaissmnt ou d'scompt d chèqus ou nour un rlation d'affairs n vu d la distribution d'instrumnts financirs mntionnés à l'articl L avc ds organisms financirs mntionnés à l'articl L ,. 16. Ls articls 8 du règlmnt du CRBF n du 18 avril 2002 modifié rlatif aux obligations d vigilanc n matièr d chèqus aux fins d lutt contr l blanchimnt ds capitaux t l financmnt du trrorism t R du CMF imposnt, dans ls cas qu ils mntionnnt, qu un convntion soit conclu ntr l «établissmnt corrspondant» t l «établissmnt clint». En l absnc d précision du txt, l ACP considèr qu il st d bonn pratiqu qu la convntion prnn un form écrit t comprnn ds stipulations rlativs à la LCB-FT. 3.3 Vigilanc allégé Articl L , II du Cod monétair t financir Ls prsonns mntionnés à l'articl L n sont pas soumiss aux obligations prévus aux articls L t L , pour autant qu'il n'xist pas d soupçon d blanchimnt d capitaux ou d financmnt du trrorism, dans ls cas suivants : [...] 2 Lorsqu l clint st un prsonn mntionné aux 1 à 6 d l'articl L , établi ou ayant son sièg n Franc, dans un autr État mmbr d l'union uropénn ou dans un pays tirs imposant ds obligations équivalnts d lutt contr l blanchimnt t l financmnt du trrorism. La list d cs pays st arrêté par l ministr chargé d l'économi 7 ; 17. Ds msurs d vigilanc allégé puvnt êtr appliqués aux situations prévus par l 2 du II d l articl L du CMF. Lorsqu l clint st un établissmnt d crédit ou un établissmnt d paimnt établi ou ayant son sièg dans l un ds États précités, l «établissmnt corrspondant» put appliqur ds msurs d vigilanc allégé si t sulmnt si il n xist pas d soupçon d blanchimnt d capitaux ou d financmnt du trrorism. L «établissmnt corrspondant» n fait pas un application mécaniqu d la disposition rlativ à la mis n œuvr d msurs d vigilanc allégé, mais procèd, au cas par 7. Cf. égalmnt l articl R du CMF qui prévoit qu «n application du II d l'articl L , ls prsonns mntionnés à l'articl L n sont pas soumiss aux obligations d vigilanc prévus aux articls L t L , pour autant qu'il n'xist pas d soupçons d blanchimnt d capitaux ou d financmnt du trrorism, à l'égard ds prsonns suivants : 1 L clint ou, l cas échéant, l bénéficiair ffctif d la rlation d'affairs, lorsqu'il st, soit : a) Un prsonn mntionné aux 1 à 6 d l'articl L établi n Franc, dans un autr État mmbr d l'union uropénn, dans un État parti à l'accord sur l'espac économiqu uropén ou dans un pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d lutt contr l blanchimnt t l financmnt du trrorism t figurant sur la list prévu au 2 du II d l'articl L ;». Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 9

10 cas, à un approch fondé sur l risqu, cohérnt avc sa classification ds risqus, au rgard notammnt d critèrs d appréciation du risqu d blanchimnt tls qu l risqu pays, l risqu clint t la natur ds opérations proposés. L «établissmnt corrspondant» st n msur d justifir à l ACP du rspct ds conditions d application ds msurs d vigilanc allégé : l analys l amnant à stimr qu il n xist pas d soupçon d blanchimnt d capitaux ou d financmnt du trrorism ; ls élémnts rcuillis confirmant qu l «établissmnt clint» st établi ou a son sièg dans l un ds États mntionnés par l 2 du II d l articl L du CMF. À ct égard, l «établissmnt corrspondant» put xploitr tout information publiqumnt disponibl ainsi qu ls informations obtnus lors d l ntré n rlation d affairs. 3.4 Vigilanc rnforcé 18. Dans tous ls autrs cas qu cux mntionnés au 17, l «établissmnt corrspondant» mt n œuvr ds msurs d vigilanc rnforcé au sns d l articl R du CMF. L étndu ds msurs miss n œuvr st modulé n cohérnc avc la classification ds risqus d l «établissmnt corrspondant». Ainsi, pour ls rlations d corrspondanc bancair présntant un risqu particulièrmnt élvé, l «établissmnt corrspondant» put, par xmpl, vérifir la prtinnc ds élémnts déclarés n répons à un qustionnair rlatif à son dispositif LCB-FT par tout moyn approprié, tll qu la consultation d un sourc tirc ou ncor un ntrtin avc ls préposés d l «établissmnt clint» n charg d la LCB-FT. L «établissmnt corrspondant» st n msur d justifir son appréciation. Articl R du Cod monétair t financir Lorsqu'lls conclunt un convntion pour offrir un srvic d corrspondant bancair, d'ncaissmnt ou d'scompt d chèqus ou nour un rlation d'affairs n vu d la distribution d'instrumnts financirs mntionnés à l'articl L avc ds organisms financirs mntionnés à l'articl L , ls prsonns assujttis mntionnés à c drnir articl : 1 Rcuillnt sur l'établissmnt cocontractant ds informations suffisants pour connaîtr la natur d ss activités t pour apprécir, sur la bas d'informations accssibls au public t xploitabls, sa réputation t la qualité d la survillanc dont il fait l'objt ; 2 Évalunt l dispositif d lutt contr l blanchimnt d capitaux t l financmnt du trrorism mis n plac par l'établissmnt cocontractant ; 3 S'assurnt qu la décision d nour ou d maintnir un rlation d'affairs avc l'établissmnt cocontractant st pris par un mmbr d l'organ xécutif ou tout prsonn habilité à ct fft par l'organ xécutif ; 4 Prévoint dans la convntion d corrspondant bancair ou d distribution ds instrumnts financirs ls modalités d transmission ds informations à la dmand d l'établissmnt assujtti ; 5 S'assurnt, lorsqu'lls accuillnt, dans l cadr ds srvics d corrspondanc bancair, ds compts d corrspondant qui sont utilisés dirctmnt par ds tirs indépndants pour l'xécution d'opérations pour lur propr compt, qu l'établissmnt d crédit cocontractant a vérifié l'idntité ds clints ayant un accès dirct à cs compts d corrspondant t a mis n œuvr à l'égard d cs clints ds msurs d vigilanc conforms à clls prévus aux articls L t L Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 10

11 19. Pour l application du 1 d l articl R , l «établissmnt corrspondant» rcuill ds informations pour apprécir la qualité d la survillanc dont l «établissmnt clint» fait l objt dans son pays d implantation. Il s appui, notammnt, sur ds sourcs publiqus, tls ls rapports d évaluation mutull du GAFI t ds groups régionaux d typ GAFI. 20. Afin d obtnir ds informations sur la réglmntation applicabl ou la suprvision dans l pays d implantation d l «établissmnt clint», l «établissmnt corrspondant» put, s il l stim nécssair, prndr contact avc ls autorités du pays concrné, compétnts n matièr d LCB-FT (cllul d rnsignmnts financirs, autorité d contrôl du sctur bancair, autrs administrations publiqus ). 21. Pour l application du 2 d l articl R , l «établissmnt corrspondant» xamin : ls réponss transmiss par l «établissmnt clint» à tout qustionnair rlatif à son dispositif LCB-FT, qu il s agiss d un qustionnair typ ou d un qustionnair spécifiqu adapté au profil d risqu d l «établissmnt clint» lorsqu l risqu d blanchimnt ds capitaux ou d financmnt du trrorism apparaît, au rgard d la classification ds risqus, potntillmnt plus élvé ; ls documnts publiés par l «établissmnt clint» concrnant son dispositif d LCB-FT ; ls sanctions disciplinairs ou judiciairs prononcés à l ncontr d l «établissmnt clint», dont l «établissmnt corrspondant» st n msur d prndr connaissanc ; ls autrs informations accssibls. 22. Pour l application du 3 d l articl R , l nivau hiérarchiqu d la prsonn habilité par un mmbr d l organ xécutif st défini n cohérnc avc la classification ds risqus d l «établissmnt corrspondant». 23. Pour l application du 4 d l articl R , la convntion put prévoir, la natur ds informations transmiss, ainsi qu la fréqunc t ls modalités d lur transmission, par xmpl, sous form dématérialisé, sur un support numériqu (CD-ROM, clé USB ) ou par un moyn d communication élctroniqu (courril ). 24. Pour l application du 5 d l articl R , l «établissmnt corrspondant» put, par xmpl, s fondr sur ls réponss apportés par l «établissmnt clint» au qustionnair rlatif à son dispositif LCB-FT 8, ou ncor prévoir dans la convntion précité 9 ds stipulations spécifiqus, tlls qu : l ngagmnt d l «établissmnt clint» d vérifir l idntité ds clints ayant un accès dirct au compt chz l «établissmnt corrspondant» ; la mis n œuvr par l «établissmnt clint» d msurs d vigilanc lui prmttant d s assurr qu il n ntrtint pas d rlations d corrspondanc bancair prmttant à un établissmnt fictif d utilisr l compt ouvrt dans ls livrs d l «établissmnt corrspondant» ; l ngagmnt d l «établissmnt clint» à fournir ls donnés d idntification t d connaissanc sur ss clints à prmièr dmand d l «établissmnt corrspondant». 8. Cf. 21 ds présnts princips d application sctorils. 9. Cf. 16 ds présnts princips d application sctorils. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 11

12 3.5 Profil d la rlation d affairs Articl R du Cod monétair t financir I. Pour l'application d l'articl L , ls prsonns mntionnés aux 1 à 7 d l'articl L , à l'xcption d clls sur lsqulls l'autorité ds marchés financirs xrc un pouvoir d contrôl t d sanction n vrtu du 2 du I d l'articl L : 3 Détrminnt, si bsoin st, un profil d la rlation d'affairs avc l clint, prmttant d détctr ds anomalis dans ctt rlation, au rgard ds risqus d blanchimnt d capitaux ou d financmnt du trrorism ; Articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt 2.2. Ls ntrpriss assujttis s dotnt d dispositifs d suivi t d'analys d lurs rlations d'affairs, fondés sur la connaissanc d lur clintèl, prmttant notammnt d détctr ls opérations qui constitunt ds anomalis au rgard du profil ds rlations d'affairs t qui pourraint fair l'objt d'un xamn rnforcé mntionné à l'articl L (II) ou d'un déclaration prévu à l'articl L du cod monétair t financir. 25. A l aid ds informations rcuillis, l «établissmnt corrspondant» détrmin un profil d la rlation d'affairs prmttant la détction d opérations n corrspondant pas à clls attndus compt tnu du déroulmnt prévisibl d la rlation d affairs. 4 Msurs d vigilanc à l égard d l «établissmnt clint» 4.1 Considérations générals Articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt 2.2. Ls dispositifs ainsi mis n œuvr sont adaptés aux activités, aux clintèls, aux implantations d l ntrpris assujtti t aux risqus idntifiés par la classification. 26. Conformémnt aux dispositions du 3 du I d l articl R du CMF t d l alinéa 3 du 2.2 d l articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt, ls «établissmnts corrspondants» mttnt n œuvr un dispositif LCB-FT adapté à lurs activités, à lur clintèl t lurs implantations ainsi qu aux risqus idntifiés par la classification. 27. Lorsqu l «établissmnt corrspondant» nou un rlation d affairs avc un «établissmnt clint» auqul il propos par aillurs d autrs produits ou srvics, il st n msur : d ségrégur ls opérations réalisés par l «établissmnt clint» au titr d la rlation d corrspondanc bancair ds opérations réalisés dans l cadr d autrs rlations d affairs avc ct établissmnt ; d adaptr l nivau d vigilanc appliqué à chaqu activité. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 12

13 4.2 Vigilanc constant 28. L «établissmnt corrspondant», avant d ntrr n rlation d affairs avc l «établissmnt clint» évalu, n cohérnc avc sa classification ds risqus, l nivau d risqu t détrmin ls msurs adéquats d vigilanc. Il st n msur d détctr ls opérations nrgistrés qui constitunt ds anomalis au rgard du profil attndu d la rlation d corrspondanc bancair : ds opérations non cohérnts avc clls anticipés (par xmpl l nombr d opérations, l montant ds opérations) ; ds opérations manifstmnt contrairs aux dispositions d la convntion conclu avc l «établissmnt clint» suscptibls, par xmpl, d révélr l utilisation du compt d l «établissmnt clint» comm compt d passag, au sns d la rcommandation 13 du GAFI. 29. Ls opérations qui constitunt ds anomalis au rgard du profil attndu font l objt d un analys au mêm titr qu tout autr anomali détcté par ls dispositifs LCB-FT d l «établissmnt corrspondant». A l issu d l analys, l «établissmnt corrspondant» décid ds msurs à mttr n œuvr à l égard d l «établissmnt clint», y compris la cssation évntull d la rlation. 5 Actualisation d l évaluation du nivau d risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism t ds msurs d vigilanc 30. L «établissmnt corrspondant» actualis ls élémnts rcuillis sur l «établissmnt clint» t l nivau d risqu. Il adapt n conséqunc ls msurs d vigilanc xrcés. Ctt actualisation st conduit slon un périodicité établi n fonction du risqu t/ou lors d la survnanc d crtains événmnts significatifs affctant la rlation d affairs. A ctt occasion, l «établissmnt corrspondant» put, par xmpl, adrssr d nouvau à l «établissmnt clint» l qustionnair LCB-FT nvoyé lors d l ntré n rlation d affairs 10 d manièr à réévalur son dispositif LCB-FT. 31. Ctt actualisation put avoir liu lorsqu : la classification ds risqus ou crtains d ss paramètrs sont modifiés ; l «établissmnt corrspondant» a d bonns raisons d pnsr qu ls élémnts d informations concrnant l «établissmnt clint» précédmmnt obtnus n sont plus xacts ou prtinnts ; ls alrts produits par l dispositif d survillanc ds opérations s multiplint ; l «établissmnt clint» apport ds réponss insatisfaisants à ds dmands d informations. 32. L «établissmnt corrspondant», à l issu d l actualisation, décid soit d poursuivr la rlation d affairs, n adaptant, si nécssair, l nivau d la vigilanc xrcé, soit d y mttr un trm. Il st n msur d justifir sa décision à l ACP. 10. Cf. 21 ds présnts princips d application sctorils. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 13

14 6 Approch group dans l cadr d la corrspondanc bancair 6.1 Cas du group suprvisé par l ACP Exmpl : Group suprvisé par l ACP sur bas consolidé ou sous-consolidé Entrpris mèr A - Franc R l a t i o n d Rsponsabl du suivi consolidé ds rlations d affairs Rsponsabl LCB-FT concrné Filial A1- Chin Filial A2 - Irland c o r r s p o n d a n c Établissmnt clint - Australi Filial A3 États Unis d Amériqu b a n c a i r 33. Un «établissmnt clint» souhait ntrr n rlation avc plusiurs ntités appartnant à un mêm group suprvisé sur bas consolidé ou sous-consolidé par l ACP. Cs ntités, implantés dans ds États différnts, proposnt ds srvics d corrspondanc bancair dans lur pays d implantation rspctif. Un préposé put êtr désigné au sin du group pour assurr l suivi d la rlation d affairs avc l «établissmnt clint» au nivau du group. L ACP attnd qu l ntrpris mèr vill à c qu chaqu ntité du group n rlation d corrspondanc avc l mêm clint procèd à sa propr analys du risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism d la rlation d affairs. L rsponsabl du dispositif LCB-FT vill à la cohérnc, au nivau du group, d cs analyss t assur la communication ds informations utils à la LCB-FT concrnant la rlation d affairs aux ntités du group 11. L ACP rcommand qu l préposé désigné au sin du group pour assurr l suivi d la rlation d affairs avc l «établissmnt clint» échang ds informations avc ss collègus ds autrs ntités du group égalmnt n rlation d affairs avc l «établissmnt clint», t avc l rsponsabl LCB-FT concrné. 11. Cf. ligns dirctrics d l ACP rlativs aux échangs d informations au sin d un group t hors group. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 14

15 6.2 Cas du group suprvisé par un autr autorité Exmpl : Group étrangr non suprvisé par l ACP R l a t i o n d Établissmnt clint B Entrpris mèr Kowït Rsponsabl du suivi d la rlation d affairs Rsponsabl LCB-FT concrné Établissmnt corrspondant - Franc c o r r s p o n d a n c b a n c a i r Établissmnt clint Filial B1 UK Établissmnt clint Filial B2 Suiss 34. Plusiurs ntités appartnant à un mêm group souhaitnt nour un rlation d corrspondanc bancair avc un «établissmnt corrspondant» suprvisé par l ACP. Un préposé put êtr désigné au sin du group pour assurr l suivi global d la rlation d affairs avc ls différnts «établissmnts clints». L ACP attnd qu l «établissmnt corrspondant» procèd pour chacun ds rlations d corrspondanc bancair à un analys du risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism. L rsponsabl du dispositif LCB-FT d l «établissmnt corrspondant» vill à la cohérnc d cs analyss. L préposé désigné pour assurr l suivi d la rlation d affairs avc ls différnts «établissmnts clints» échang ds informations avc l rsponsabl LCB-FT concrné. 6.3 Pris n compt d l État d implantation d l ntrpris mèr d l «établissmnt clint» 35. Ls articls L t R du CMF n prévoint pas qu l liu d implantation d l ntrpris mèr d l «établissmnt clint» autoris l «établissmnt corrspondant» à diminur l nivau ds msurs d vigilanc rnforcé miss n œuvr n application d l articl R du CMF. L liu d implantation d l ntrpris mèr d l «établissmnt clint» put êtr pris n compt par l «établissmnt corrspondant», n cohérnc avc sa classification ds risqus, pour modulr l étndu ds msurs d vigilanc rnforcé. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 15

16 36. Lorsqu l ntrpris mèr du group dont font parti ls «établissmnts clints» st implanté dans un pays tirs n figurant pas sur la list ds pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d LCB-FT prévu au 2 du II d l'articl L du CMF, l «établissmnt corrspondant» adapt n conséqunc l nivau ds vigilancs appliqués. 37. La nouvll rcommandation 18 du GAFI prévoit qu ls institutions financièrs dvraint s assurr qu ls princips qui lur sont applicabls sont égalmnt mis n œuvr par lurs succursals t lurs filials majoritairmnt contrôlés situés à l étrangr, particulièrmnt dans ls pays qui n appliqunt pas ou insuffisammnt ls rcommandations du GAFI, dans la msur où ls lois t règlmnts locaux l prmttnt. Lorsqu dux établissmnts d un mêm group suprvisé sur bas consolidé ou sous-consolidé par l ACP souhaitnt ntrr n rlation d corrspondanc bancair, t qu l ntrpris mèr st n msur d justifir à l ACP qu ll vill à c qu ds msurs équivalnts à clls prévus par ls txts n viguur n Franc soint appliqués par l «établissmnt clint», l «établissmnt corrspondant» put n pas appliqur ls msurs d vigilanc rnforcé lorsqu l «établissmnt clint» st situé dans un pays tirs n figurant pas sur la list ds pays tirs imposant ds obligations équivalnts n matièr d LCB-FT prévu au 2 du II d l'articl L du CMF. 38. Lorsqu l «établissmnt clint» st établi dans un autr État mmbr d l'union uropénn ou parti à l accord sur l Espac économiqu uropén ou dans un pays tirs imposant ds obligations équivalnts d LCB-FT t si son ntrpris mèr st implanté : dans un pays mntionné sur la list ds juridictions présntant ds défaillancs stratégiqus n matièr d LCB-FT t qui font l objt d un appl du GAFI à ss mmbrs t aux autrs juridictions à appliqur ds contr-msurs ou sur la list ds juridictions présntant ds défaillancs stratégiqus n matièr d LCB-FT qui n ont pas fait d progrès suffisants ou qui n s sont pas ngagés à suivr un plan d action élaboré avc l GAFI, afin d rmédir à lurs défaillancs 12 ; ou dans un pays faisant l objt d un ou d plusiurs msurs rstrictivs intrnationals ou nationals d sanction ou d intrdiction ; alors l «établissmnt corrspondant» adapt n conséqunc l nivau ds vigilancs appliqués. 7 Tirc introduction / xtrnalisation dans l cadr d la corrspondanc bancair 7.1 Tirc introduction 39. L «établissmnt corrspondant» qui rcourt à la tirc introduction, y compris dans l cadr d un tirc introduction intra-group, s réfèr aux ligns dirctrics rlativs à la tirc introduction. 40. La corrspondanc bancair étant un activité signalé comm risqué t nécssitant ds msurs d vigilanc rnforcé, l ACP invit ls établissmnts à la plus grand prudnc lorsqu ils rcournt, n la matièr, à un tirs pour mttr n œuvr ls obligations prévus à l articl L du CMF. 12. Faisant suit au sommt du G20 d Londrs d 2009, la procédur d idntification ds juridictions à risqus a été rvu par l GAFI. Ctt procédur a abouti à la publication d lists qui sont régulièrmnt actualisés. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 16

17 7.2 Extrnalisation 41. Dans l cadr d l xtrnalisation, ls tâchs rlativs à la vigilanc constant puvnt êtr ffctués par un tirs, y compris dans l cadr d un xtrnalisation intra-group, agissant pour l compt d l «établissmnt corrspondant». Clui-ci rst n tout état d caus rsponsabl d la bonn xécution ds obligations qui lui incombnt. L «établissmnt corrspondant» st n msur d s assurr qu ls tâchs ainsi délégués sont corrctmnt xécutés t font l objt d un contrôl au titr ds activités xtrnalisés Établissmnts fictifs Articl L du Cod monétair t financir Il st intrdit aux prsonns mntionnés aux 1 t 5 d l articl L d nour ou maintnir un rlation d corrspondant bancair avc un établissmnt d crédit ou xrçant ds activités équivalnts constitué dans un pays où ct établissmnt n a aucun présnc physiqu ffctiv prmttant qu s xrcnt ds activités d dirction t d gstion, s il n st pas rattaché à un établissmnt ou à un group réglmnté. Ls prsonns mntionnés aux 1 t 5 d l articl L prnnnt ds msurs appropriés pour s assurr qu lls n nount ni n maintinnnt un rlation d corrspondant avc un prsonn ntrtnant ll-mêm ds rlations d banqu corrspondant prmttant à un établissmnt constitué dans ls conditions mntionnés à l alinéa précédnt d utilisr ss compts. 42. Conformémnt au 2èm alinéa d l articl L du CMF, l «établissmnt corrspondant» mt n œuvr ls msurs appropriés afin d s assurr n pas nour d rlation d corrspondanc bancair avc un établissmnt fictif. 43. Si un alrt révèl l utilisation ds compts par un établissmnt fictif ntrtnant ds rlations d corrspondanc bancair avc l «établissmnt clint», alors ctt alrt fait l objt d un analys. L «établissmnt corrspondant» st n msur d justifir à l ACP s êtr assuré qu il n maintint pas d rlation d affairs avc un «établissmnt clint» prmttant à un établissmnt fictif d utilisr ss compts. 9 Procédurs Articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt 4. Ls ntrpriss assujttis adoptnt ds procédurs rlativs aux obligations d vigilanc prévus aux chapitrs Ir t II du titr VI du livr V du cod monétair t financir n tnant compt ds risqus idntifiés par la classification prévu au 3 du présnt articl. 44. Conformémnt au 4 d l articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt, l «établissmnt corrspondant» adopt ds procédurs portant, notammnt, sur : ls modalités d accptation ds nouvaux clints dans l cadr d l offr d srvics d corrspondanc bancair ; ls procédurs prévoint, par xmpl, d formalisr par écrit ls élémnts motivant la décision d ntrr n rlation d affairs avc l «établissmnt clint», d fair validr la décision d ntrr n rlation d affairs par un préposé dûmnt mandaté par un mmbr 13. Cf. xtrnalisation 3 à 6 ds ligns dirctrics rlativs à la tirc introduction. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 17

18 d l organ xécutif ou d soumttr, n cas d risqus particulièrmnt élvés, l ntré n rlation d affairs à un comité spécifiqu aux activités d corrspondanc bancair ou à la LCB-FT lorsqu l «établissmnt corrspondant» s st doté d l un d cs comités ; ls diligncs à accomplir n matièr d idntification du clint t, l cas échéant, du ou ds bénéficiair(s) ffctif(s) ; ls msurs d vigilanc à appliqur à la rlation d affairs, notammnt ls msurs d vigilanc complémntairs ou ls msurs d vigilanc rnforcé à mttr n œuvr pour ls rlations d affairs mntionnés à l articl L du CMF, ainsi qu la révision ds msurs d vigilanc ; ls élémnts nécssairs à la connaissanc adéquat d la rlation d affairs t, l cas échéant, du ou ds bénéficiair(s) ffctif(s), ainsi qu la fréqunc d lur mis à jour. 10 Contrôl intrn Articl 11-7 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt 1. Ls ntrpriss assujttis s dotnt d'un organisation, d'un classification ds risqus d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism, d procédurs intrns t d'un systèm d contrôl d c dispositif. 45. L dispositif d contrôl intrn d l «établissmnt corrspondant» s assur qu il a mis n plac ds procédurs ncadrant l ntré n rlation t décrivant ls msurs d vigilancs appliqués dans l cadr d un rlation d corrspondanc bancair, notammnt lorsqu l articl R du CMF trouv à s appliqur. A ct fft, n application ds dispositions d l articl 6 du règlmnt du CRBF n du 21 févrir 1997 modifié rlatif au contrôl intrn ds établissmnts d crédit t ds ntrpriss d invstissmnt, l activité d corrspondanc bancair st intégré dans ls contrôls prmannts t périodiqus d l «établissmnt corrspondant». 46. Ls contrôls prmannts t périodiqus prmttnt à l «établissmnt corrspondant» d : s assurr d avoir ffctué ls diligncs rquiss lors d l ntré n rlation avc l «établissmnt clint» ; s assurr ds msurs priss pour idntifir ls compts qui rlèvnt d un rlation d corrspondanc bancair ; s assurr qu ds convntions ont été conclus, l cas échéant 14 ; s assurr qu ls srvics offrts à un «établissmnt clint» dans l cadr d l offr d corrspondanc bancair sont adaptés au nivau d risqu d blanchimnt ds capitaux t d financmnt du trrorism compatibl avc la politiqu d risqu d l «établissmnt corrspondant». 47. Ls «établissmnts corrspondants» sont n msur d justifir à l ACP ds msurs d contrôl intrn priss. 14. Cf. 16 ds présnts princips d application sctorils. Scrétariat général d l Autorité d contrôl prudntil 18

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

11. droit de la santé

11. droit de la santé 1 droit d la santé 11 La pharmacovigilanc, la qualité t la RC Produit 12 La publicité n droit d la santé 13 La RC Produit 14 L point sur la réform ds produits d santé 15 Ls allégations nutritionnlls t

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Dirction ds Affairs Juridiqus Mis à jour 21 octobr 2011 MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 DC3 A - Objt d la consultation t d l

Plus en détail

Glossaire hygiène des aliments

Glossaire hygiène des aliments Avis au lctur un lxiqu st disponibl à la fin du documnt Glossair hygièn ds alimnts I. Trms généraux Définition Commntairs Accréditation Procédur par laqull un organism faisant autorité rconnaît formllmnt

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique 3. Droit économiqu 3.1 Tchniqus contractulls : optimisation d la rédaction d vos contrats, clauss ssntills 3.2 Dépndanc économiqu, déséquilibr d la rlation commrcial 3.3 L optimisation du rcouvrmnt, la

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS EFFETS DE COMMERCE CHAPITRE 11, PAGE 334 328 EFFETS DE COMMERCE Effts d commrc Exprssion la plus courammnt utilisé pour désignr ls divrs instrumnts d paimnt d un somm d argnt. Ls ffts d commrc sont ds

Plus en détail

Septembre. Entrée Gratuite

Septembre. Entrée Gratuite t r i Fo g a t n Vi s n o l a S t m o C l y a n Font assin Espac C é n R l Cultur 25 au 27 Du Sptmbr 2015 Entré Gratuit 6èm FOIRE EXPO d Fontnay-l-Comt sous l ail d SVE Pour ctt 6èm édition, nous souhaitons

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

5. Droit public des affaires

5. Droit public des affaires 5. Droit public ds affairs 5.1 Actualité juridiqu ds marchés publics 5.2 Cadr général ds marchés publics 5.3 Connaîtr ls différnts procédurs t catégoris d marchés publics 5.4 Contntiux ds marchés publics

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

4. Droit pénal des affaires

4. Droit pénal des affaires 4. Droit pénal ds affairs Calndrir 2014 4.1 La dénonciation calomnius : quls moyns d action? 4.2 La gard à vu : commnt y fair fac 4.3 La victim : fair valoir ss droits t obtnir réparation 4.4 Ls principals

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents VEFA t VEFR Qulqus problèms récurrnts Rmarqus d méthod : 1/ La fich s présnt sous la form d un indx alphabétiqu indiquant la position actull sur qulqus problèms récurrnts : -Délai(s) pour agir (vic apparnts)

Plus en détail

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) t CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC La rconnaissanc ds droits acquis st un autr voi d inscription possibl

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Commerce international & facturation

Commerce international & facturation Commrc intrnational & facturation 6 t 7 mai 2002 Baudouin THIRION Philipp NOIRHOMME Contxt Connaissanc Contrats Employés Filials Succursals Infrastructur tchniqu Organisation Marchés Tmps Entrpris Positionnmnt

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Surveiller et entretenir un barrage

Surveiller et entretenir un barrage OCTOBRE RAPPORTS Srvic xxxx 2013 Sous-srvic xxx Survillr t ntrtnir un barrag Documnt d'information à l'attntion ds rsponsabls d barrags soumis à autorisation ou à déclaration (rlvant d la rubriqu 3.2.5.0)

Plus en détail

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte Bulltin d souscription Xaélidia Contrat d assuranc vi libllé n uros t/ou n unités d compt Cods produits : Duré viagèr : 2277 Duré détrminé : 2278 A. Souscriptur/Assuré Co-Souscriptur/Co-Assuré* Tous ls

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011]

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011] go gi qu D R ocu és m r vé nt à SO un D us EX ag O pé da ré g é t n s I t u n q i agchmn n a T M s é d n us SystèDmon Tchniq s Donné 1 Mai 2011 1. Présntation d Sodxo go gi qu 2. Ls procssus Sodxo D R

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques ADELE 126 : Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus Vrsion 1 janvir 2006 Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus vrsion 1 Vrsion 1 2 décmbr 2005 Pag 2/47 Chart graphiqu t rgonomiqu

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 3 JUILLET 1 DELIBERATION N CR-18.197 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégi régional pour l dévloppmnt ds filièrs agricols, forstièrs

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Mars 2013 Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Document de nature explicative 1. Les principes d application sectoriels élaborés par

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Préposée ou préposé aux renseignements

Préposée ou préposé aux renseignements Pag 1 sur 5 Préposé ou préposé aux rnsignmnts Numéro 24910RS93470001 Ministèr ou organism Fonction publiqu du Québc Région Touts ls régions Corps-class d'mplois 249.10 - Préposé aux rnsignmnts Catégori

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DE RENNES METROPOLE Commun d Chartrs d Brtagn Plan Local d Urbanism Règlmnt Littéral Révision approuvé par DCM du // Mis à jour n par arrêté du Mair du // Modifications n, t

Plus en détail

Comment remplir votre Bulletin d Adhésion?

Comment remplir votre Bulletin d Adhésion? Commnt rmplir votr Bulltin d Adhésion? BESOIN D AIDE? Applz Boursorama Banqu au 0 800 09 20 09 N Vrt APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE À rtournr à : Boursorama Banqu - Srvic ouvrtur d compt Libr répons

Plus en détail

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016 CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automn 2015 t Hivr 2016 TABLE DES MATIÈRES SECTION 1 : INTRODUCTION ET PARTAGE DES RESPONSABILITÉS... 5 Historiqu du SRAM... 7 L Entnt SRAM-Collègs... 8 L partag ds rsponsabilités

Plus en détail

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES COMMUNE DE BELFAUX REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES L'assmblé communal d Blfaux Vu : La loi du 27 sptmbr 1990 sur la prophylaxi t ls soins dntairs; l règlmnt

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970*

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970* nous votr srvi lints orang.fr > spa lint 3970* vous souhaitz édr votr abonnmnt Orang Mobil Bonjour, Vous trouvrz i-joint l formulair d ssion d abonnmnt Orang Mobil à rtournr omplété t par vous-mêm t par

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

Solution de communication d entreprise Aastra

Solution de communication d entreprise Aastra Solution d communication d ntrpris Aastra Téléphons mobils sur l Aastra 400 dès R.0 Mod d mploi Plats-forms priss n charg: Aastra 45 Aastra 430 Aastra 470 C mod d mploi décrit l intégration ds téléphons

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Table des matières Composantes du cours en immersion.............................. Onglet 1

Table des matières Composantes du cours en immersion.............................. Onglet 1 Tabl ds matièrs Avant-propos t rmrcimnts Contxt t fondmnt Composants du cours n immrsion.............................. Onglt 1 Introduction t vision.... 1 Tablau ds résultats d apprntissag spécifiqus à

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail