125 ans hotelleriesuisse magazine anniversaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "125 ans hotelleriesuisse 1882 2007. magazine anniversaire"

Transcription

1 125 ans hotelleriesuisse magazine anniversaire

2 Pour vos 125 ans, nous vous offrons 125 clients. Aucune correspondance ne sera échangée au sujet de ce tirage au sort. Tout recours juridique est exclu. 5 hôtels partenaires d hotelleriesuisse seront tirés au sort afin de gagner chacun 25 nuitées de clients que nous prendrons entièrement à notre charge. Avec un peu de chance, c est vous qui bénéficierez de ce cadeau. > Inscription au tirage au sort avant le 31 décembre 2007 auprès de M. Fabio Mangoni, +41 (0) , ou > Les 5 hôtels gagnants seront informés par courier avant le 31 janvier happy AG félicite chaleureusement hotelleriesuisse à l occasion de son jubilé.

3 W Table des matières Editorial 3 Entretien entre economiesuisse et hotelleriesuisse 5 Agenda pour une hôtellerie suisse compétitive 13 Le pouvoir éclairant des étoiles hôtelières 17 Diversification et différenciation dans la formation professionnelle du futur ème anniversaire du Label de qualité: Histoire d une réussite 26 hotelleriesuisse c est nous! 28 L étude du GDI sur «L avenir de l hôtellerie suisse» 31 David Bosshart: L avenir est entre nos mains 34 L htr célèbre son éditrice de 125 ans 37 hotelleriesuisse félicite les hôtels du même âge 44 Les groupes Exper: La combinaison idéale du transfert de savoir et du networking 47 Monica Kissling consulte les astres pour hotelleriesuisse 48 W A propos du concept photographique L Ecole hôtelière de Thoune a elle aussi des raisons de faire la fête: elle a été créée par hotelleriesuisse il y a 20 ans et est aujourd hui très bien implantée au titre d école supérieure spécialisée reconnue par la Confédération. L Ecole hôtelière de Thoune occupe donc une place particulière dans notre magazine. Les photos retraçant les multiples facettes du quotidien à l école s étirent comme un fil rouge à travers le magazine et dévoilent les moments captivants du monde dynamique d une école hôtelière. A cette occasion, nous exprimons nos plus vifs remerciements à la direction de l école, mais surtout aussi aux étudiantes et aux étudiants. Ils auront marqué de leur empreinte l avenir de notre branche. Pour faire écho à notre devise anniversaire, nous leur souhaitons un esprit pionnier et novateur! W Impressum Editeur: hotelleriesuisse, Monbijoustrasse 130, Case postale, CH-3001 Berne Auteurs hotelleriesuisse: Thomas Allemann, Nora Fehr, Isabel Garcia, Anna Gerber, Saskia Ott, Estelle Papaux, Annette Stoffel, Renate Dubach (htr), Elsbeth Hobmeier (htr), Laurent Missbauer (htr), Gudrun Schlenczek Gasser (htr), Karl Josef Verding (htr) Auteurs invités: David Bosshart (GDI), Karin Frick (GDI), Katja Girschik (GDI), Monica Kissling Correction: Co-Text GmbH, Zurich Rédaction finale: Nora Fehr, hotelleriesuisse Photos: Heinz Unger, Alain Boillat (hotelleriesuisse), Uwe Schädelin, Tomas Wüthrich Réalisation: René Habermacher, Visuelle Gestaltung, Zurich Impression: dedruck AG, Effretikon 1 W

4 W 2 L hospitalité commence par un accueil chaleureux et un sourire radieux.

5 W Editorial Chère lectrice, cher lecteur, Les années anniversaires connaissent un bel essor. Après une année 2005 dédiée à Schiller, Einstein et l EPF, 2006 a été marquée par les célébrations du jubilé du Credit Suisse et des Cars postaux. En 2007, c est hotelleriesuisse, association des entrepreneurs de l hôtellerie suisse, qui est à l honneur à l occasion de son 125 ème anniversaire. Mais vaut-il la peine de regarder en arrière à une époque où tout évolue si vite? Ne court-on pas le risque de perdre de vue le présent, voire de négliger l avenir, et de laisser passer des chances importantes? Nous sommes convaincus que non, bien au contraire. Développer un rapport constructif avec le passé et son héritage est une condition essentielle pour être à même de relever avec succès les défis à venir. Les expériences et la connaissance indispensables pour poser les jalons du futur ne se nourrissent en effet que de la mémoire. C est pourquoi nous publions le présent magazine anniversaire. D une part, nous y exposons certaines de nos activités mises sur pied pour l occasion, lesquelles se rattachent toutes à nos tâches clés et renforcent délibérément ces dernières en cette année anniversaire. D autre part, nous y traitons les thèmes et les objectifs qui revêtent par tradition une importance majeure pour notre association et qui doivent conserver ce caractère primordial. Nous considérons les défis de l avenir en premier lieu comme une chance et non comme un danger. Et nous estimons être bien armés pour les relever: l étude intitulée «L avenir de l hôtellerie suisse», réalisée cette année par l Institut Gottlieb Duttweiler pour notre compte, ainsi que notre engagement intact pour encourager l esprit de pionnier et l innovation nous donnent la volonté et la force d ajouter de nouveaux chapitres dans l histoire de la réussite de l hôtellerie suisse. Un secteur économique qui compte, selon des futurologues réputés, parmi les plus prometteurs du monde. Nous vous souhaitons une lecture passionnante et enrichissante! W Guglielmo L. Brentel, Président W Dr Christoph Juen, CEO 3 W

6 W Profil des associations W 4 Pascal Gentinetta, Guglielmo L. Brentel, Gerold Bührer et Christoph Juen (de gauche à droite) ont discuté à l Hôtel Bellevue Palace à Berne.

7 Entretien entre economiesuisse et hotelleriesuisse economiesuisse est la plus importante organisation faîtière de l économie suisse. Au sein de «l association des associations», hotelleriesuisse représente les intérêts du tourisme suisse et fait ainsi connaître les besoins de la branche au monde de la politique ainsi qu au public. Gerold Bührer (président d economiesuisse), Pascal Gentinetta (président de la direction d economiesuisse), Guglielmo L. Brentel (pré- sident d hotelleriesuisse) et Christoph Juen (CEO d hotelleriesuisse) discutent de la collaboration et des objectifs communs. W Elsbeth Hobmeier s est entretenue avec les principaux représentants d economiesuisse et d hotelleriesuisse economiesuisse s engage dans le cadre d une procédure politique en faveur de conditions-cadres optimales pour ses membres. Qu est-ce que cela implique exactement? En quoi consiste concrètement la collaboration entre economiesuisse et hotelleriesuisse? Christoph Juen: D un point de vue stratégique, notre président Guglielmo L. Brentel fait partie de la direction d economiesuisse. Sur le plan opérationnel, plusieurs collaborateurs d hotelleriesuisse sont actifs au sein de plusieurs commissions et groupes de travail. On nous demande parfois si nous ne nous sentons pas perdus, en tant que petite association, au sein de cette gigantesque organisation faîtière. Mais ce n est pas la taille qui importe. Lorsque l on travaille avec de bons arguments et que l on fait intervenir ses compétences spécifiques, l accueil est automatiquement favorable. Pascal Gentinetta: economiesuisse se considère comme un orchestrateur économique qui unit les forces. Dans ce contexte, le tourisme est donc un secteur crucial. Notre objectif consiste à inté grer rapidement la base dans les secteurs prioritaires, à faire avancer le processus de formation de l opinion, à prendre position et à la soutenir auprès du parlement ou de la population dans le cadre des campagnes de votation. Bien entendu, nous avons besoin à cet effet des compétences ainsi que des connaissances de nos membres. L analyse d economiesuisse résulte toujours d un contexte économique supérieur. Guglielmo L. Brentel: A l instar de J. F. Kennedy, la question n est pas tant de savoir ce que fait economiesuisse pour nous, mais ce que nous pouvons faire pour economiesuisse. Lorsque nous abordons sérieusement le travail et la discussion, nous obtenons automatiquement l attention que nous méritons. Notre branche doit en principe résoudre elle-même ses propres problèmes cette tâche n incombe ni à l Etat, ni à economiesuisse. M. Gentinetta a parlé des objectifs prioritaires d economiesuisse le tourisme en fait-il également partie? Gerold Bührer: Dans le cadre de la nouvelle stratégie, nous avons défini huit thèmes principaux: la politique financière, la politique fiscale, la politique économique extérieure, la politique de la concurrence, la politique en matière de recherche et d éducation, la politique relative aux infrastructures, le contexte normatif et la politique économique générale. Ce sont tous des thèmes transversaux qui ont un rapport direct avec le tourisme. Si notre lutte en faveur de bonnes conditions-cadres dans ces domaines est fructueuse, le secteur du tourisme en profite aussi automatiquement. Je souhaite évoquer à ce propos les référendums gagnés en rapport avec les accords bilatéraux. Ou la simplification de la TVA: cela implique une assistance bureaucratique considérable pour l ensemble des entreprises qui ne disposent pas d une armée d experts financiers, autrement dit aussi pour la majorité des établissements hôteliers. Ou prenons la politique 5 W

8 W Profil des associations W Gerold Bührer, est depuis 2007 président d economiesuisse. Depuis 1991, il est membre du Conseil national et est en même temps actif au sein de plusieurs commissions. Il a un diplôme en sciences économiques de l Université de Zurich (lic. oec. publ.) et a rempli plusieurs mandats dans des conseils d administration, entre autres chez Swiss Life et Georg Fischer. des transports: nous luttons contre l initiative de plafonnement dé - sastreuse à Zurich, qui affaiblirait considérablement l aéroport de Kloten, et par conséquent le tourisme. Pascal Gentinetta: Nous prenons cette demande au sérieux. C est à nous qu il incombe de mettre en avant les points forts de chaque branche et de conduire le dialogue au-delà des différents secteurs économiques. Guglielmo L. Brentel: La mobilisation d economiesuisse apporte beaucoup à notre branche. Nous avons l impression d être pris au sérieux en tant que représentants du tourisme, et sommes d accord au niveau de notre organisation de base. Nous avons une position de base libérale et partageons la conviction selon laquelle une économie d exportation florissante est décisive pour notre pays. Quelle est l importance du tourisme au sein de l économie suisse? Guglielmo L. Brentel: En bref, si le tourisme va bien, tout le monde en profite. Pensez par exemple au fait qu un touriste ne dépense qu un tiers de son budget dans les hôtels et les restaurants. Les deux tiers restants sont dépensés dans d autres secteurs économiques des transports jusqu au commerce de détail. Le secteur de croissance du tourisme est également un employeur important qui propose des emplois à tous les niveaux. Il existe 72 métiers rien que dans le secteur de l hôtellerie! Je souhaite également mentionner à ce propos le nom de M. Bührer, qui compte le tourisme parmi les quatre secteurs les plus importants pour l avenir de la Suisse sur le plan stratégique. Gerold Bührer: Vous avez donc étudié minutieusement mes déclarations! Effectivement, en ce qui concerne l emploi et/ou les recettes fiscales, je vois quatre secteurs clés en Suisse: le secteur financier, le secteur des machines, l industrie pharmaceutique et le tourisme. La con joncture de ces secteurs a des répercussions considérables sur l emploi ainsi que sur le trésor public. C est la raison pour laquelle l Etat doit assurer des conditions-cadres particulièrement bonnes dans ces domaines. Guglielmo L. Brentel: Le tourisme doit enfin retenir l attention qu il mérite. economiesuisse peut et doit nous soutenir dans ce contexte. Gerold Bührer: Le public n est effectivement pas assez informé sur l importance du tourisme. Le travail d information correspondant est un travail de longue durée pour les associations. Christoph Juen: On oublie aussi rapidement que les créations d entreprises par des sociétés internationales résultent souvent d un voyage de vacances ou d affaires en Suisse. La promotion du tourisme constitue ainsi la meilleure promotion de la place économique suisse. Le travail de Suisse Tourisme, qui consiste à susciter l intérêt pour la Suisse et des sympathies à l étranger, est crucial pour l emploi et la place économique suisse, et est totalement sous-estimé. Guglielmo L. Brentel: Nous représentons le secteur transversal par excellence nous sommes depuis toujours étroitement associés à l ensemble des secteurs économiques. Le modèle de réussite suisse a peut-être même commencé avec le début du tourisme, au cours des années Inversement, la question se pose alors de savoir ce qu il adviendra de la Suisse si nous n attachons pas suffisamment d importance au tourisme. Il est important dans ce contexte que nous luttions ensemble avec economiesuisse en faveur de conditionscadres favorables pour les entreprises. En quoi consistent donc les principales mesures politiques? Christoph Juen: Le tourisme a en quelque sorte une position privilégiée: il s agit d un secteur d exportation, étant donné qu il dépend en grande partie des visiteurs étrangers, et il ne peut être délocalisé. Cela signifie qu il doit tenir compte des coûts et des prix élevés en Suisse et qu il ne peut pas simplement délocaliser sa production. En outre, il est en concurrence internationale avec environ 130 pays à travers le monde, qui effectuent des investissements colossaux dans W 6

9 perspectives réjouissantes Grâce à WIR vous augmentez votre nombre de clients, chiffre d affaires et bénéfice Appelez-nous sans tarder: depuis 1934

10 W Profil des associations W Pascal Gentinetta, dr oec. HSG et lic. iur, est depuis le 1 er octobre 2007 président de la direction d economiesuisse, où il travaille depuis Il occupait auparavant un poste au Département fédéral des finances après avoir acquis de l expérience dans différents domaines (banques, consultation, transport). le tourisme. La Suisse présente un inconvénient comparatif en raison de la structure particulière des coûts et des prix et se trouve en conflit avec la pression sur les coûts et les prix. Des mesures s avèrent nécessaires dans ce contexte! Dans le cadre de la lutte contre l îlot de cherté et des coûts élevés qu est la Suisse, nous avons besoin de davantage de soutien. Gerold Bührer: En effet, le tourisme est encore plus touché par les inconvénients liés aux coûts de la Suisse que les secteurs d exportation classiques. C est pourquoi nous luttons également sur différents fronts et nous engageons par exemple en faveur de l introduction du principe du Cassis de Dijon. Nous intervenons toutefois également dans le cadre des réglementations de prix défavorables instaurées par l Etat notamment dans le marché postal ou les transports. Nous nous attaquons également aux charges sociales, car l augmentation des prélèvements salariaux doit cesser. Guglielmo L. Brentel: Malgré toutes ces mesures importantes, nous ne gagnerons jamais dans le cadre de la lutte pour les prix à l échelle internationale. Dans le domaine de l hôtellerie, nous sommes conscients que nous ne pouvons miser que sur la qualité. Les coûts élevés impliquent cependant un taux de rendement insuffisant. Car toutes les entreprises ne sont pas en mesure de répercuter les coûts élevés sur les prix. Les hôtels en ville et les hôtels 5 étoiles y parviennent peut-être, mais ce n est pas le cas des hôtels de vacances. Si ces derniers sont trop chers, ils perdent leurs clients au profit de l étranger. Les hôtels situés dans le segment de prix intermédiaire et inférieur ne peuvent pas soutenir la comparaison internationale en matière de prix. Ils sont cependant aussi importants pour le fonctionnement du tourisme que les hôtels haut de gamme. Pour de telles entreprises, de meilleures conditions-cadres sont cruciales. Christoph Juen: A ce propos, nous devons également discuter de la politique financière et monétaire. La puissance de l euro nous a ramené les marchés européens, et notre branche en profite grandement. La compétitivité de la Suisse en matière de prix s est progressivement améliorée au cours des cinq dernières années de l ordre de 10 à 20 pour cent. De nombreux hôteliers en ont profilé: nous avons gagné des hôtels en adaptant les prix. Mais le problème lié au faible taux de rendement n est pas résolu pour autant. Gerold Bührer: Je viens du secteur de l exportation et je dis toujours aux exportateurs: «Ne comptez pas sur l état de grâce de l euro! Cette devise puissante est un cadeau du ciel pour les chiffres d affaires et la rentabilité. A un moment ou à un autre, cependant, le couperet tombera, ne l oublions pas. Guglielmo L. Brentel: Le succès actuel de l hôtellerie résulte de deux raisons principales: d une part, le taux de change et de l autre, la conjoncture. Les deux vont changer. Nous devons par conséquent consacrer notre temps à investir dans la qualité des prestations en nature, mais également dans la qualité des prestations de services et «Si le tourisme et l hôtellerie vont bien, tout le monde en profite. Notre branche doit enfin retenir l attention qu elle mérite. economie suisse peut et doit nous soutenir dans ce contexte» Guglielmo L. Brentel W 8

11 W Guglielmo L. Brentel est depuis 2005 président d hotelleriesuisse. Il occupait auparavant la fonction de président de Zürcher Hoteliers. Fort de ses études à l Ecole hôtelière de Lausanne, il dirige plusieurs hôtels et est propriétaire de H&G Hotel Gast AG, spécialisée dans les missions de consultation pour le secteur de l hôtellerie et de la restauration. W Christoph Juen, dr oec HSG, est depuis 1999 CEO d hotelleriesuisse, après avoir été pendant 12 ans membre de la direction de l Union suisse du commerce et de l industrie Vorort (aujourd hui economiesuisse) et travaillé pendant quatre ans à l Office fédéral des affaires économiques extérieures (aujourd hui le SECO). Il est représenté dans certains conseils de fondation et d administration. le capital humain. Je pense que nous pouvons également adopter aujourd hui un prix plus élevé en Suisse. Mais nous ne devons pas perdre de vue l aspect des coûts. Ce n est qu en augmentant la rentabilité que nous pourrons investir dans les innovations et par conséquent dans le futur. Vous avez parlé de vos objectifs. De quelle manière comptez-vous y parvenir? Quel rôle joue le lobbying dans votre travail? Gerold Bührer: En tant que conseiller national, je suis conscient de l importance du lobbying au sein de notre système de milice. Les politiciens ne peuvent pas avoir les mêmes connaissances dans tous les domaines ni dans toutes les branches et dépendent par conséquent des informations provenant de spécialistes. Nous demandons par conséquent à des spécialistes fiables, compétents et professionnels de nous communiquer des contenus et positions fondés et clairs. L image faussement négative du lobbying qui prédomine auprès du public est injustifiée. Il est parfaitement légitime de prendre position. Faire valoir son point de vue sur le plan politique est même un devoir de citoyen lorsque l on est convaincu qu il sert le pays. Pascal Gentinetta: Ce qui est très important en ce qui concerne le lobbying, c est de se manifester dès que possible, faute de quoi le train part sans vous. L administration dispose d une autorité considérable dans le cadre de l interprétation, de la mise en œuvre et de l élaboration des lois. Les groupements économiques doivent être très attentifs dans le cadre de ces procédures. Ils ont la possibilité d intervenir auprès des politiciens ainsi qu auprès du public en matière de prise de position par le biais d un travail médiatique efficace et de faits minutieusement recherchés. Guglielmo L. Brentel: Chez hotelleriesuisse, nous voyons également dans le lobbying un travail d information permanent et légitime. Nous discutons de façon concrète et agissons de manière consciencieuse. Nous avons de bons arguments et de bons thèmes, qui ne demeurent pas sans effet. Je pense que nous avons fait de gros progrès dans le domaine du lobbying notamment grâce au travail de Christoph Juen, qui possède de solides connaissances de la scène politique. Christoph Juen: Evidemment, nous devons avoir le lobbying dans le sang pensez donc aux halls d hôtels, appelés lobby en anglais, ces lieux de rencontre où circulent les informations! Non, sérieusement: selon moi, le plus important en ce qui concerne le contact entre les représentants de l économie et les décideurs politiques, c est la transparence. L identification précoce de thèmes pertinents et le raisonnement dans le cadre de scénarios à long terme orientés vers l avenir sont également décisifs. Ce sont les objectifs les plus importants des groupements économiques. Guglielmo L. Brentel: A ce propos, il faut impérativement citer le travail des médias! Il ne s agit pas seulement d informer et de con - vaincre le monde politique de ses demandes et positions, mais également le public. Nous prenons par ailleurs très au sérieux le travail de persuasion vis-à-vis de nos membres et de l hôtellerie: nous voulons montrer à la branche la destination ainsi que l objectif du voyage. Nous devons informer la branche. Pascal Gentinentta: Ce travail d information vers l intérieur est crucial. La base de l économie n est pas toujours consciente de la portée des projets politiques. economiesuisse s engage par exemple clairement en faveur de la réforme fiscale pour les PME. Dans ce contexte, nous devons montrer de façon transparente aux PME et aux entrepreneurs quels bénéfices concrets ils peuvent tirer du Oui à la réforme de l imposition des entreprises II. Guglielmo L. Brentel: En ce qui concerne le travail de persuasion et les campagnes de votation, nous sommes effectivement en pole position absolue dans notre branche. Imaginez si tous les hôteliers de Suisse parvenaient à convaincre leurs clients au sujet d un thème nous remporterions alors aisément la moindre votation! 9 W

12 La nature comme modèle et mesure des choses La culture du lin, sa transformation et son tissage ont une tradition vieille d un siècle dans la vallée d l Emme et sont encore bien vivantes aujourd hui. La plus ancienne fabrique de tissages du lin encore entièrement préservée de Suisse se trouve à Burgdorf, porte de la vallée de l Emme. Schwob puise dans son riche passé tout en misant résolument sur la technologie de pointe de la dernière génération. Et sur son site en Suisse pour une proximité optimale aux clients. Innovante, créative et compétente: Schwob est l un des leaders internationaux pour la fourniture de linge de haute qualité pour la table, le lit et le bain.

13 Schwob & Co. AG, tissage de toiles, CH-3401 Burgdorf Téléphone ,

14 W 12 La branche est mise à l épreuve: outre les conditions-cadres avantageuses, il est crucial de fournir, en premier lieu, des produits de qualité et un marketing efficace afin d assurer sa réussite durable.

15 W Politique économique et sociale Agenda pour une hôtellerie suisse compétitive Avec l élaboration des Lignes directrices de la politique économique et touristique, hotelleriesuisse a défini l orientation de l association pour la législature et s est fixé des objectifs politiques précis. W Thomas Allemann En tant qu association des entrepreneurs de l hôtellerie suisse tournée vers l avenir, hotelleriesuisse est fermement déterminée à améliorer les chances de succès des hôteliers suisses compétitifs et de ceux désireux de le devenir. L association souhaite s engager pour faire prospérer en Suisse également le secteur de production qui connaît la croissance la plus rapide au niveau mondial, à savoir le tourisme. Ainsi, des hôtes du monde entier doivent pouvoir visiter et découvrir notre pays, que ce soit pour y passer leurs vacances, y faire des affaires ou participer à un congrès. Car toutes ces activités contribuent à créer des emplois porteurs d avenir en Suisse, garantissant ainsi la prospérité. La lutte contre la cherté des prix et des coûts en Suisse est le thème prioritaire de l agenda politique d hotelleriesuisse, puisqu elle constitue le frein le plus important à la croissance du tourisme, branche d exportation qui ne peut être délocalisée. Du fait que le niveau trop élevé des prix et des coûts tient à une régulation excessive et un repli sur soi, hotelleriesuisse perçoit une libéralisation accrue et une politique d ouverture comme les instruments optimaux pour améliorer la marge de manœuvre entrepreneuriale des hôteliers et des hôtels. hotelleriesuisse a identifié les six thèmes suivants comme champs d action prioritaires: Ouverture de l économie extérieure Il est fondamental pour l attractivité de la Suisse en tant que destination touristique d avoir une bonne image à l étranger; or l ouverture de la politique étrangère en est la condition essentielle. Par ailleurs, les mesures de libéralisation de la politique économique extérieure ont toujours une influence positive directe ou indirecte sur la branche d exportation qu est l hôtellerie. Une mise en œuvre rigoureuse des accords bilatéraux avec l UE, en particulier les accords de Schengen, la conclusion d un accord de libre-échange avec l UE en matière d agriculture et de denrées alimentaires, la réduction des freins non tarifaires au commerce, avec par exemple la reconnaissance du principe du Cassis de Dijon et le renforcement de l OMC, ainsi que le déve - loppement ciblé du réseau d accords multilatéraux et bilatéraux sont donc au cœur des exigences pour la législature Libéralisation du marché intérieur Un marché intérieur performant et la libre concurrence sont les éléments centraux d une économie de marché et constituent la condition essentielle d un entreprenariat productif et dynamique. De nouvelles mesures de libéralisation du marché intérieur et un renforcement des forces concurrentielles se trouvent ainsi en tête de liste des réformes d hotelleriesuisse. Sur ce point, les principales exigences de la politique sont la mise en œuvre rigoureuse de la loi sur le marché intérieur et la réduction simultanée de la liste des exceptions ainsi que la poursuite des mesures de libéralisation dans l agriculture et ses secteurs situés en amont et en aval. Une politique budgétaire et fiscale propice à la croissance Un système fiscal simple et transparent ainsi qu une politique budgétaire solide et durable ont des conséquences immédiates sur la marge de manœuvre des entrepreneurs. Les réglementations complexes de la législation sur la taxe sur la valeur ajoutée nuisent à la compétitivité et aux conditions-cadres des petites et moyennes entreprises. C est la raison pour laquelle hotelleriesuisse se prononce en faveur de l aménagement d instruments de politique budgétaire et fiscale propices à la croissance. L association mise donc sur une simplification radicale de la taxe sur la valeur ajoutée et sur l introduction d un taux unique aussi bas que possible, à condition que les 25 exceptions soient toutes supprimées. hotelleriesuisse s engage également pour une mise en œuvre rapide de la deuxième réforme de l imposition des entreprises en vue d un allègement fiscal et administratif au sein des petites et moyennes entreprises. 13 W

16 W Politique économique et sociale Politique libérale de l emploi et partenariat social équitable hotelleriesuisse souhaite conserver la plus importante convention collective de travail déclarée de force obligatoire en Suisse, ainsi qu un partenariat social construit par le secteur de l hôtellerie et de la restauration depuis des décennies, et poursuivre leur développement en fonction des besoins du monde du travail des années à venir. L objectif est une politique libérale de l emploi qui établisse des conditions-cadres favorables à la concurrence pour les hôteliers, qui limite le moins possible la liberté entrepreneuriale tout en évitant les réglementations inutiles. La flexibilisation du marché du travail, les simplifications administratives, une loi sur l immigration favorable à l économie, la suppression des freins étatiques en matière de droit économique et de droit du travail, et le rejet des commissions tripartites au sein d une CCNT efficace constituent les requêtes essentielles d hotelleriesuisse. le perfectionnement des collaborateurs compétents. Une formation professionnelle adaptée aux besoins de la branche et de l économie ainsi que la promotion de la recherche orientée vers la pratique constituent ici les exigences fondamentales de l association. Instruments de la politique du tourisme orientés vers le marché Pour que le tourisme suisse puisse proposer des produits et des services compétitifs au niveau national et international, il est essentiel qu il se fonde de manière cohérente sur l évolution du marché. Ainsi, hotelleriesuisse s engage en faveur d une amélioration des conditions-cadres économiques et des programmes d action sur mesure proposés par la Confédération. Le développement des instruments de la politique du tourisme, à savoir l encouragement à l innovation, la promotion de la Suisse et la statistique par branche, constitue les exigences majeures de l association. Politique de formation viable Les compétences humaines et professionnelles des collaborateurs sont décisives pour la capacité d innovation et la qualité des prestations de l hôtellerie et de la restauration. Voilà pourquoi hotelleriesuisse s engage en faveur d une politique de formation clairvoyante capable de soutenir la branche dans le recrutement, la formation et Le texte intégral des Lignes directrices de la politique économique et touristique d hotelleriesuisse, y compris toutes les revendications pour la législature , peut être téléchargé sur rubrique «politique». hotelleriesuisse est profondément déterminée à améliorer les chances de succès et de croissance des hôteliers suisses compétitifs et de ceux désireux de le devenir. La lutte contre la cherté des prix et des coûts en Suisse est la principale priorité de l agenda politique d hotelleriesuisse, car elle constitue le frein essentiel à la croissance du tourisme, branche d exportation intimement liée au territoire national. W 14

17 RenØ Habermacher Visuelle Gestaltun g Zrich Atelier für visuelle Kommunikation und Kunst

18 W Classification des hôtels W 16 La classification comme défi: un hôtel doit remplir de nombreux critères pour atteindre les étoiles.

19 Le pouvoir éclairant des étoiles hôtelières Depuis plus d un quart de siècle, les étoiles brillent audessus des hôtels classés par hotelleriesuisse. Elles guident l hôte vers l établissement fonctionnel, raffiné ou luxueux qu il recherche. Elles lui indiquent en un coup d œil où résident les points forts de l établissement en question et veillent à ce que son séjour soit placé sous une bonne étoile. W Annette Stoffel Arrivée et accueil En 1979, hotelleriesuisse introduit le système de classification des hôtels. Aujourd hui, près de 77 pour cent de toute la clientèle hôtelière en Suisse séjournent dans des établissements classés par hotelleriesuisse. Les normes de la classification des hôtels sont régulièrement adaptées aux exigences qualitatives internationales et aux besoins des hôtes. De plus, le système de classification récompense les efforts entrepris dans la gestion de la qualité en prenant en considération le Label de qualité pour le tourisme suisse ou des programmes équivalents lors de l attribution des étoiles. La procédure de classification des hôtels est effectuée avec la collaboration de l hôtel concerné et des commissions compétentes d hotelleriesuisse (Commissions régionales et Commission de la classification des hôtels). Celles-ci sont composées d hôteliers actifs et de représentants d organisations de protection des consommateurs, elles prennent leurs décisions en toute autonomie en s appuyant sur un règlement spécialement conçu à cet effet. Les inspections sont annoncées à l avance et sont faites par deux représentants de la commission régionale ou des contrôles anonymes sont réalisés à l improviste par les inspecteurs de la Société Générale de Surveillance (SGS). Ces derniers contrôlent notamment les «facteurs souples» tels que l amabilité du personnel ou le traitement des réclamations et des souhaits particuliers. Le reportage photographique sur le Sorell Hôtel Zürichberg à Zurich ne donne qu un petit aperçu du système de classification vaste et complexe, des diverses catégories de base et de spécialisation ainsi que des normes à remplir. Pour de plus amples informations, il est recommandé de consulter le site consacré à la classification des hôtels. W W Pour qu un hôte se sente bien dans un hôtel, il faut que la prestation de service, l équipement et l état de la maison répondent à ses attentes. Ces points font l objet d un contrôle lors de la procédure de classification et se reflètent dans les étoiles accordées. L attention est également portée sur des éléments à l extérieur de l hôtel dont le client ne perçoit peut-être pas la valeur de manière consciente tels que l emplacement devant l entrée de l hôtel, la mise à disposition de places de stationnement, l entretien du jardin et de la terrasse ou l état du bâtiment en général. Lorsque l hôte pénètre ensuite dans l univers hôtelier, l accueil doit être chaleureux, comme le prescrivent les directives de la classification des hôtels. Dans un établissement 4 étoiles à l image du Sorell Hôtel Zürichberg les employés à la réception doivent par exemple être aptes à s exprimer en plusieurs langues et ils sont par la même occasion des interlocuteurs privilégiés lors de demandes de renseignements ou pour les services du portier. La disponibilité des services pour les formalités d enregistrement et de départ, mais aussi la tenue des collaborateurs sont prises en compte dans l évaluation. Dans l espace accueil de l hôtel, des critères généraux tels que propreté et ambiance, mais aussi l état du mobilier sont contrôlés. La mise à disposition des hôtes de dossiers d information détaillés, d accès à Internet ou de sièges dans le hall de réception sont encore d autres éléments récompensés lors de la procédure de classification. En se rendant à sa chambre, l hôte emprunte l ascenseur, les escaliers, il traverse des corridors, longe des salons ou passe à côté de WC réservés à la clientèle. Ces locaux sont tous répertoriés dans la procédure de classification et font l objet d un contrôle par exemple quant à l impression générale qu ils donnent et leur fonctionnalité. 17 W

20 W Classification des hôtels Offre de chambres spéciales et service Dimensions et équipement de la chambre W Arrivé sur le seuil de la chambre, c est un autre critère d évaluation central qui est visible: les dimensions de la chambre. Une règle simple et plausible s applique ici: plus un hôtel porte d étoiles, plus ses chambres et ses salles de bains sont grandes et ce aussi bien pour les chambres individuelles que les chambres à deux lits. Les dimensions minimales requises pour les chambres et les salles de bains sont définies de manière très précise au mètre carré pour toutes les catégories. Les chambres et les salles de bains sont soumises à des critères décisifs qui comptent dans l attribution du nombre d étoiles, mais le type et la diversité de l infrastructure revêtent aussi une importance particulière. Dans un établissement 4 étoiles, l hôte est en droit d attendre une chambre très confortable avec un équipement soigné de premier rang ainsi qu une large palette de prestations de services. Là encore, plus l équipement d une chambre est étendu et sophistiqué, plus l hôtel portera d étoiles. La palette des éléments à évaluer est vaste, elle s étend de l éclairage aux installations techniques, en passant par le mobilier ainsi que l équipement et les accessoires de la salle de bains. Pour ce qui est de l équipement des chambres, chaque catégorie comporte un certain nombre de normes obliga - toires à satisfaire et le standard qualitatif est toujours pris en con - sidération tout comme l état qui doit être irréprochable. W Les hôtels 3, 4 et 5 étoiles qui caracolent en tête ne sont pas seulement dotés d étoiles, mais ils portent également une couronne et la mention «Superior» pour les distinguer des autres établissements de la même catégorie. Dans un établissement Superior, une large palette d équipements supplémentaires et de prestations de services sont mis à disposition. Parmi les normes à remplir pour l obtention du supplément Superior figurent la climatisation dans la chambre, des jeux vidéo, la Pay-TV ainsi qu un lecteur CD et/ou DVD. Mais des chambres équipées de lits très longs ou des chambres pour personnes atteintes d allergies sont également récompensées par des points en plus. Des points supplémentaires sont encore octroyés si l hôte a la possibilité de choisir entre plusieurs types d oreillers ou de se préparer un café ou un thé dans la chambre. En ce qui concerne les salles de bains, des chauffe-linges, des radios ou des WC et douches séparés contribuent à l obtention de la distinction Superior. Lors de l attribution des étoiles, les prestations de services offertes par rapport à la chambre ont bien sûr aussi leur importance. Ainsi la fréquence du changement de linge ou le lavage et le repassage du linge des hôtes se répercutent dans les évaluations. Au service à l étage, si le type de l offre joue un rôle (boissons et/ou mets), les heures de service revêtent également une grande importance. Le système de classification prescrit par exemple aux hôtels 4 étoiles la possibilité de servir un petit-déjeuner continental dans la chambre jusqu à 11 heures au moins. Et quelles prestations l hôte est-il en droit d attendre à côté de la chambre? Qu il s agisse d un encadrement permanent ou d une vaste offre d installations sportives et de loisirs, là encore l hôte peut déduire l étendue de l offre en se basant sur le nombre d étoiles. W 18

03.02.2015. hotelleriesuisse. compétence, dynamisme, enthousiasme.

03.02.2015. hotelleriesuisse. compétence, dynamisme, enthousiasme. hotelleriesuisse compétence, dynamisme, enthousiasme. Diapositive 2 Contenu Qui sommes-nous? L hôtellerie suisse Notre cœur d activité Nos partenaires Diapositive 3 Notre vision L hôtellerie suisse est

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Evolution et futurs défis

Evolution et futurs défis Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Formation professionnelle duale Evolution et futurs

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Assistant(e) d assurance. Un excellent tremplin pour les titulaires d une maturité. Quels que soient vos projets, nous sommes

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine.

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. Et pour la réalisation de ses rêves. Avoir un but, c est bien.

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de gestionnaire en intendance avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 20 décembre 2004 (Etat le 15 juillet 2011) 79613 Gestionnaire en

Plus en détail

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale (OMPr) 412.103.1 du 24 juin 2009 (Etat le 1 er octobre 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 25, al. 5, de la loi fédérale du 13 décembre 2002 sur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 L alternance contribue à renforcer la professionnalisation des étudiants. Elle offre une véritable voie de sociabilisation

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

La classification suisse des hôtels

La classification suisse des hôtels La classification suisse des hôtels Règlement sur la classification suisse des hôtels et l utilisation des marques de garantie afférentes Le présent règlement a été adopté par l Assemblée des délégués

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Intermédiaire d assurance AFA

Intermédiaire d assurance AFA ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation à l examen pour Intermédiaire d assurance AFA de septembre 2014 à mars 2015 Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs

Plus en détail

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale Guide Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale 2 Utilisation du présent guide Le présent guide décrit des mesures et des possibilités d action déjà expérimentées. Les

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

SPECIALISTE EN COMMUNICATION

SPECIALISTE EN COMMUNICATION Spécial: «Meilleures pratiques digitales» SPECIALISTE EN COMMUNICATION Formation professionnelle de Spécialiste en communication, préparant au Brevet fédéral de Planificateur/trice en communication. 1

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure Titres compréhensibles à l échelle internationale pour la formation professionnelle supérieure Diplômes de la formation professionnelle supérieure La formation professionnelle supérieure contribue de manière

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Droguiste. Un métier d avenir

Droguiste. Un métier d avenir Droguiste Un métier d avenir La santé: une exigence La profession de droguiste est intéressante, variée, elle permet de relever des défis passionnants et offre des perspectives d avenir prometteuses; des

Plus en détail

QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? ARBEITGEBER AWARD 2010

QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? ARBEITGEBER AWARD 2010 ARBEITGEBER QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? PARTICIPEZ: «cash Arbeitgeber-Award» vous permettra de vous faire une image réelle des conditions de travail dans votre entreprise. ARBEITGEBER

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie du 15 mars 2001 Le Département fédéral de l économie, vu l art. 61, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chef de projet touristique de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Spécialiste d achat/ approvisionnement

Spécialiste d achat/ approvisionnement Cours de préparation à l examen professionnel Spécialiste d achat/ approvisionnement avec brevet fédéral Scannez ce code avec votre smartphone pour plus d informations ou consultez notre site www.procure.ch

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste un lien important avec le marché du travail. La formation professionnelle supérieure permet d acquérir les compétences

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Avocats et notaires. Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance.

Avocats et notaires. Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance. Avocats et notaires Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance. Table des matières Table des matières Le Credit Suisse, partenaire financier des avocats

Plus en détail