QCM d autoévaluation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QCM d autoévaluation"

Transcription

1 QCM d autoévaluation Concernant les techniques d analyse stratégique Philippe Massol Vous devez pouvoir répondre à toutes les questions de ce QCM pour pouvoir considérer que vous êtes à l aise avec les outils d analyse d environnement (il peut y avoir plusieurs bonnes réponses par question). Ce QCM n est pas suivi d une correction et aucune correction ne sera mise en ligne. Le QCM n est là que pour vous faire prendre conscience du chemin déjà accompli ou du chemin encore à faire. Concernant les outils d analyse, vous trouverez la quasi-totalité des informations nécessaires pour répondre à ce QCM dans le livre que vous avez normalement déjà : 2010 tous droits réservés - PHILIPPE MASSOL

2 SEGMENTATION STRATEGIQUE L analyse de la segmentation stratégique d une entreprise se fait: 1) avant l analyse de l environnement 2) après l analyse de l environnement Un DAS est: 3) un ensemble d activités élémentaires qui partagent une attente client en commun 4) un ensemble d activités élémentaires qui partagent des profils d attentes clients identiques 5) un ensemble d activités élémentaires qui partagent des profils d attentes clients similaires Pour identifier les bases stratégiques lors de la segmentation stratégique,: 6) On recherche les activités élémentaires qui ont des attentes en commun pour les regrouper 7) On recherche les activités élémentaires qui ont des profils d attentes client similaires pour les regrouper 8) On analyse les DAS 2 à 2 et on recherche l impact qu ils peuvent avoir l un sur l autre en identifiant les points communs partagés 9) On analyse tous les DAS en même temps pour trouver les points communs qui permettront de les lier par des synergies 10) On suppose l arrêt théorique d une activité pour en mesurer l impact sur la suivante. S il y a impact, il n y a pas de synergies et les DAS sont groupés dans une même base stratégique. 11) On suppose l arrêt théorique d une activité pour en mesurer l impact sur la suivante. S il y a impact, il y a synergie et les DAS sont groupés dans une même base stratégique. 12) On suppose l arrêt théorique d une activité pour en mesurer l impact sur la suivante. S il y a impact, il y a synergie et les DAS ne sont pas groupés dans une même base stratégique Il est indispensable de faire une analyse de synergies pour créer des Bases Stratégique quand on fait un segmentation stratégique d une industrie complète, tout comme on le fait pour la segmentation stratégique d une entreprise 13) VRAI 14) FAUX Voici les différentes étapes de la segmentation stratégique : (A) regroupement des DAS en bases stratégiques BS (B) identification de profils d attentes clients similaires (C) construction d un diagramme de segmentation (D) regroupement des activités élémentaires en DAS (E) recherche des attentes des clients (F) attribution des noms aux DAS (G) identification des activités élémentaires (H) attribution d un nom aux BS (I) recherches de synergies entre DAS grâce à un tableau Quel est l ordre logique de ces différentes étapes? 15) E G B D F I A H C 16) E G B D I F H A C 17) G E D F B I A H C 18) G E B D F I A H C 19) A B C D E F G H I 20) G B E D F A I H C DIMENSION GEOGRAPHIQUE Quand on analyse la dimension géographique, on doit analyser 2 séries de 6 facteurs : les facteurs locaux et les facteurs globaux. Quels sont les facteurs locaux dans la liste suivante? 21) Nécessité de proximité 22) Durée de vie des produits (durée de fenêtre de vente) 23) Chauvinisme des clients 24) Barrières dounières (législation, règlementation ) 25) Difficultés à atteindre le client final 26) Economies d échelle dans la production 27) Divergences des goûts de consommateurs 28) Intensité technologique (coût R&D élevé) 29) Niveau d investissement recquis 30) Nécessité d adapter son marketing (marketing spécifique) 31) Economies d échelles dans les achats (négociation) 32) Economies d échelle dans le marketing 2

3 Quand on analyse la dimension géographique, on doit analyser 2 séries de 6 facteurs : les facteurs locaux et les facteurs globaux. Quels sont les facteurs globaux dans la liste suivante? 33) Nécessité de proximité 34) Durée de vie des produits (durée de fenêtre de vente) 35) Chauvinisme des clients 36) Barrières dounières (législation, règlementation ) A 37) Difficultés à atteindre le client final 38) Economies d échelle dans la production 39) Divergences des goûts de consommateurs 40) Intensité technologique (coût R&D élevé) D 41) Niveau d investissement recquis 42) Nécessité d adapter son marketing (marketing spécifique) 43) Economies d échelles dans les achats (négociation) B 44) Economies d échelle dans le marketing Observez attentivement le schéma ci-contre. La position A indique que : Facteurs de pression Locale 45) La pression globale est forte et nécessite de ne pas développer son activité sur une zone géographique plus large 46) Les pressions sont telles que la position est intenable, c est ingérable. 47) il faut aller en global et en local en même temps 48) Les contraintes globales et locales moyennes toutes les deux impliquent un développement sur une zone géographique intermédiaire dépendant du type de secteur d activité 49) il n y a pas de contraintes, ni pour le local ni pour le global. On choisit de faire ce que l on veut. 50) Les contraintes impliquent une obligation à s étendre sur la zone géographique la plus large possible 51) les contraintes locales fortes et les contraintes globales faibles poussent à d abord suivre une stratégie de pénétration marché avant d étendre sa zone géographique. Ce n est cependant pas une obligation mais les avantages compétitifs sont difficiles à transférer hors de sa zone géographique actuelle. Observez attentivement le schéma ci-contre. La position B indique que : 52) La pression globale est forte et nécessite de ne pas développer son activité sur une zone géographique plus large 53) Les pressions sont telles que la position est intenable, c est ingérable. 54) il faut aller en global et en local en même temps 55) Les contraintes globales et locales moyennes toutes les deux impliquent un développement sur une zone géographique intermédiaire dépendant du type de secteur d activité 56) il n y a pas de contraintes, ni pour le local ni pour le global. On choisit de faire ce que l on veut. 57) Les contraintes impliquent une obligation à s étendre sur la zone géographique la plus large possible 58) les contraintes locales fortes et les contraintes globales faibles poussent à d abord suivre une stratégie de pénétration marché avant d étendre sa zone géographique. Ce n est cependant pas une obligation mais les avantages compétitifs sont difficiles à transférer hors de sa zone géographique actuelle. Observez attentivement le schéma ci-contre. La position C indique que : 59) La pression globale est forte et nécessite de ne pas développer son activité sur une zone géographique plus large 60) Les pressions sont telles que la position est intenable, c est ingérable. 61) il faut aller en global et en local en même temps 62) Les contraintes globales et locales moyennes toutes les deux impliquent un développement sur une zone géographique intermédiaire dépendant du type de secteur d activité 63) il n y a pas de contraintes, ni pour le local ni pour le global. On choisit de faire ce que l on veut. 64) Les contraintes impliquent une obligation à s étendre sur la zone géographique la plus large possible 65) les contraintes locales fortes et les contraintes globales faibles poussent à d abord suivre une stratégie de pénétration marché avant d étendre sa zone géographique. Ce n est cependant pas une obligation mais les avantages compétitifs sont difficiles à transférer hors de sa zone géographique actuelle. Observez attentivement le schéma ci-contre. La position D indique que : 66) La pression globale est forte et nécessite de ne pas développer son activité sur une zone géographique plus large 67) Les pressions sont telles que la position est intenable, c est ingérable. 68) il faut aller en global et en local en même temps 69) Les contraintes globales et locales moyennes toutes les deux impliquent un développement sur une zone géographique intermédiaire dépendant du type de secteur d activité 70) il n y a pas de contraintes, ni pour le local ni pour le global. On choisit de faire ce que l on veut. 71) Les contraintes impliquent une obligation à s étendre sur la zone géographique la plus large possible Facteurs de pression Globale C 3

4 72) les contraintes locales fortes et les contraintes globales faibles poussent à d abord suivre une stratégie de pénétration marché avant d étendre sa zone géographique. Ce n est cependant pas une obligation mais les avantages compétitifs sont difficiles à transférer hors de sa zone géographique actuelle. COURBE D EXPERIENCE La courbe d expérience est la relation entre : 73) Le coût de production et la quantité annuelle produite 74) Le coût de communication et la marge cumulée du produite 75) Le coût de communication et la production annuelle produite 76) Le coût de production et la production cumulative depuis le début de l activité La courbe d expérience repose (en partie) sur : 77) sur les économiques d échelles 78) sur la productivité humaine EFFETS DE VOLUME Les effets de volume indiquent que : 79) plus les quantités produites augmentent plus le prix de revient unitaire tend vers la valeur 1 sauf si les coûts fixes sont faibles 80) plus les quantités produites augmentes plus le prix de revient unitaire tend vers le coût variable unitaire 81) plus les quantités produites augmentes plus le prix de revient unitaire tend vers le coût fixe unitaire Gros volumes petits volumes MATURITE SECTORIELLE Le nombre de concurrents est forcément plus important à maturité que durant la phase de croissance de l activité : 82) Vrai 83) Faux On mesure la phase de maturité d une industrie grace au tableau ci-dessous. 84) On l utilise en cochant des croix correspondant aux informations recueillie dans l actualité ou toute autre source d information jusqu à ce que toutes les cases soient remplies 85) On l utilise en cochant des croix correspondant aux informations recueillie dans l actualité ou toute autre source d information jusqu à ce qu il y ait au moins une croix par ligne 86) On l utilise en cochant des croix correspondant aux informations recueillie dans l actualité ou toute autre source d information jusqu à ce que 5 croix soient cochées 87) On l utilise en cochant des croix correspondant aux informations recueillie dans l actualité ou toute autre source d information jusqu à avoir la conviction intime de la phase de maturité 0 Coût Variable Coût fixe 4

5 L outil d analyse suivant est: 88) Essentiel dans la comprehension et l analyse d informations concernant un secteur d activité 89) Très pratique pour se faire une bonne idée de la pression concurrentielle qui s exerce sur les différents DAS 90) Inutile pour la comprehension et l analyse d informations concernant un secteur d activité Une entreprise dominante sur un marché en déclin : 91) Est forcément déficitaire à cause de la récession 92) Ne court absolument aucun risque, c est même plutôt une bonne opportunité 93) A forcément besoin de beaucoup de liquidités 94) Peut être très rentable TYPOLOGIE DES SYSTEMES COMPETITIFS nombreuses Sources de différenciation peu faible TABLEAU N 1 TABLEAU N 2 A C Effet d expérience B D fort nombreuses Sources de différenciation peu faible A B C D Taille de l avantage compétitif fort L analyse de la typologie des systèmes concurrentiels correspond au : 95) TABLEAU N 1 96) TABLEAU N 2 L analyse de la typologie des systèmes concurrentiels permet : 97) d identifier le type d innovations à inventer 98) d identifier la façon dont on va gérer le rythme d innovation 99) d identifier l impact de l effet d expérience dans la concurrence 100)d identifier l impact de l effet d expérience sur l innovation En quelle unité mesure-t-on l axe des abscisses (axe horizontal)? 101) % de part de marché 102) part de marché relative 103) temps (durée) La position A ou A est appelée : 104)système compétitif fragmenté 105)système compétitif de volume 106)système compétitif spécialisé 107)système compétitif en impasse concurrentielle 5

6 La position B ou B est appelée : 108)système compétitif fragmenté 109)système compétitif de volume 110)système compétitif spécialisé 111)système compétitif en impasse concurrentielle La position C ou C est appelée : 112)système compétitif fragmenté 113)système compétitif de volume 114)système compétitif spécialisé 115)système compétitif en impasse concurrentielle La position D ou D est appelée : 116)système compétitif fragmenté 117)système compétitif de volume 118)système compétitif spécialisé 119)système compétitif en impasse concurrentielle Dans un système compétitif fragmenté : 120)il faut beaucoup innover et à un rythme important 121)On peut se reposer sur ses acquis 122)Les parts de marché peuvent facilement passer d un concurrents à un autre même si le secteur est à maturité 123)Les parts de marché peuvent facilement passer d un concurrents à un autre sauf si le secteur est à maturité 124)Les parts de marché peuvent difficilement passer d un concurrent à un autre surtout si le secteur est à maturité Une système competitif est un système de VOLUME quand il y a : 125)Nombreuses sources de différenciation et avantages compétitifs durables 126)Peu de sources de différenciation et avantages compétitifs durables 127)Nombreuses sources de différenciation et avantage compétitif faible 128)Peu desources de différenciation et avantage compétitif faible LES 5 FORCES DE PORTER Les 5 forces de porter sont : 129)Menace des produits de substitution 130)Menace des barrières à l entrée 131)Nécessité de proximité 132)Durée de vie des produits 133)Menace du chauvinisme 134)Pouvoir de négociation des fournisseurs 135)Menace des barrières douanières 136)Menace des divergences des goûts des consommateurs 137)Menace du besoin d un marketing spécifique 138)Pouvoir de négociation des clients 139)Menace du niveau d investissement capitalistique 140)Intensité de la concurrence 141)Menace des économies d échelle 142)Pouvoir de négociation du gouvernement 143)Menace des nouveaux entrants 144)Pouvoir de négociation des concurrents directs Quand le taux de croissance d un secteur est fort, la menace de nouveaux entrants est 145)Faible 146)Forte Dans un secteur à maturité, la compétition entre concurrents est plus faible quand les coûts fixes sont 147)faibles 148)forts 6

7 Les 4 facteurs à analyser dans la menace de la concurrence directe est : 149)Nécessité de proximité 150) Croissance de la demande 151) Menace du chauvinisme 152) Poids et taille relative des concurrents 153) Menace des barrières douanières 154) Menace des divergences des goûts des consommateurs 155) Barrières de transfert 156)Pouvoir de négociation des clients 157)Menace du niveau d investissement capitalistique 158) Barrières de sortie Cochez 4 facteurs d analyse de la menace de nouveaux entrants 159) croissance de l activité 160) intensité capitalistique (intensité de l investissement) 161) nécessité de proximité 162) part de marché relative 163) importance des coûts de transfert 164) volume de production 165) menace des économies d échelle 166) pouvoir de négociation du gouvernement LA CREATION DE VALEUR Dans la conception traditionnelle de la création d un avantage compétitif (en ne prenant donc pas en compte les innovations de rupture («breakthrough innovations»)), créer un avantage compétitif consiste à suivre potentiellement 2 types de stratégies : 167)diversification horizontale et différenciation verticale. Ces 2 stratégies sont généralement incompatibles. 168)Domination par les coûts et differenciation. Ces 2 stratégies sont à mener de front. 169)Diversification horizontale et différenciation verticale. Ces 2 stratégies sont à mener de front. 170)Diversification horizontale et différenciation. Ces 2 stratégies sont généralement incompatibles. 171)Domination par les coûts et differenciation. Ces 2 stratégies sont généralement incompatibles. 172)Diversification horizontale and differentiation. Ces 2 stratégies sont à mener de front. Comment diminuer ses coûts de production sans jouer sur les quantités produits (effets d échelle): 173) diminution des ressources humaines (diminution du nombre des employés) 174) relocalisation de la production dans des pays à la main d oeuvre moins chère, surtout si le coût du transport est faible 175) relocalisation de la production dans des pays à la main d oeuvre moins chère, surtout si le coût du transport est élevé 176) paiement de pots de vins aux administrations locales La publicité P1 est plutôt axée sur : 177) la différenciation vers le bas 178) la différenciation vers le haut 179) la guerre des prix La différence entre la «différenciation vers le bas» et la «différenciation vers le haut» est qu elle s adresse à des clients aux revenus les plus élevés. 180) VRAI 181) FAUX publicité P1 7

8 MAT La matrice MAT s appelle : 182) la matrice de pavloff 183) la matrice de ansoff 184) la matrice de karpoff 185) la matrice de bogdanoff Dans cette matrice, la stratégie à suivre en position A1 s appelle le (ou la): 186) développement marché 187) déroulement concentrique 188) spécialisation marché 189) spécialisation produit 190) développement produit 191) concentration marché 192) pénétration marché 193) diversification Dans cette matrice, la stratégie à suivre en position A2 s appelle le (ou la): 194) développement marché 195) déroulement concentrique 196) spécialisation marché 197) spécialisation produit 198) développement produit 199) concentration marché 200) pénétration marché 201) diversification Dans cette matrice, la stratégie à suivre en position A3 s appelle le (ou la): 202) développement marché 203) déroulement concentrique 204) spécialisation marché 205) spécialisation produit 206) développement produit 207) concentration marché 208) pénétration marché 209) diversification Dans cette matrice, la stratégie à suivre en position A4 s appelle le (ou la): 210) développement marché 211) déroulement concentrique 212) spécialisation marché 213) spécialisation produit 214) développement produit 215) concentration marché 216) pénétration marché 217) diversification De ces 4 stratégies, la plus risquée est généralement : 218) A1 219) A2 220) A3 221) A4 8

9 MATRICE BCG Dans l analyse portfolio BCG, est-ce qu une part de marché absolue faible veut forcément dire une position compétitive faible? 222)vrai 223)faux Quand on construit une matrice BCG, vous devez analyser la position compétitive. Quelle est la position compétitive de l entreprise A qui a 10% de part de marché si les concurrents ont 14%, 20%, 40%, 1%, and 15%. 224)4 225)la plus forte de tous les concurrents 226)1 227)la plus faible de tous les concurrents 228)0,4 229)0,25 230)20% A B 231)40% Y1 E Si vous devez investir dans des activités de votre entrepriwe (DAS), vous investirez préférentiellement dans : 232)Stars 233)Vache à lait 234)dilemmes 235)poids morts 236)Middle caps X1 C D X2 X3 Un DAS en poids mort indique que l activité perd obligatoirement de l argent : 237)vrai 238)faux Dans la matrice BCG, l axe des abscisses (horizontal) est mesuré par : 239)Le taux de croissance du marché pour représenter la phase de maturité de l industrie 240)Le taux de croissance relatif du marché 241)La part de marché relative = la part de marché de l entreprise moins la part de marché du meilleur concurrent 242)La part de marché relative = la part de marché du meilleur concurrent divisée par la part de marché de l entreprise 243)La part de marché relative = la part de marché de l entreprise divisée par la part de marché du meilleur concurrent Dans la matrice BCG, telle que décrite classiquement dans la littérature, l axe vertical représente: 244)Le taux de croissance du marché 245)Le taux de croissance relatif du marché 246)La part de marché 247)La part de marché du meilleur concurrent divisé par la part de marché de l entreprise 248)La part de marché de l entreprise divisé par la part de marché du meilleur concurrent Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la zone A s appelle : 249)Dilemme 250)Poids mort 251)star 252)middle cap 253)problem star 254)vache à lait Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la zone B s appelle : 255)Dilemme 256)Poids mort 257)star 258)middle cap 259)problem star 260)vache à lait Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la zone C s appelle : 261)Dilemme 262)Poids mort 9

10 263)star 264)middle cap 265)problem star 266)vache à lait Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la zone D s appelle : 267)Dilemme 268)Poids mort 269)star 270)middle cap 271)problem star 272)vache à lait Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la zone E s appelle : 273)Dilemme 274)Poids mort 275)star 276)middle cap 277)problem star 278)vache à lait Dans une matrice BCG, graphe ci-contre, la valeur Y1 la plus pertinente quand on utilise la matrice BCG selon la recette classique, est : 279) le PIB moyen des pays de référence 280) le taux de croissance moyen des DAS de l entreprise 281) le taux de croissance moyen des entreprises concurrentes mais il est mieux que les DAS de l entreprise aient une croissance moyenne homogène (peu d écart entre les différents taux de croissance des DAS) 282) le taux de croissance moyen des entreprises concurrentes mais il est mieux que les DAS de l entreprise aient une croissance moyenne hétérogène (beaucoup d écarts entre les taux de croissance des DAS) Il est possible de remplacer les valeurs de l axe des ordonnées par : 283) les différentes phases de maturité d une industrie en partant de l emergence pour arriver au déclin avec tous les intermédiaires en plaçant l émergence en haut des ordonnées et le déclin en bas 284)les différentes phases de maturité d une industrie en partant de l emergence pour arriver au déclin avec tous les intermédiaires en plaçant l émergence en bas des ordonnées et le déclin en haut 285) les étapes des cycles de vie des produits de chacun des DAS en partant de l emergence pour arriver au déclin avec tous les intermédiaires en plaçant l émergence en haut des ordonnées et le déclin en bas 286) les étapes des cycles de vie des produits de chacun des DAS en partant de l emergence pour arriver au déclin avec tous les intermédiaires en plaçant l émergence en bas des ordonnées et le déclin en haut 10

11 MATRICE McKINSEY La matrice McKinsey a un intérêt tout particulier : 287)Elle permet de croiser les informations concernant (i) la part de marché relative du DAS étudié et (ii) le taux de croissance du DAS 288)Elle permet de croiser les informations concernant (i) la qualité de la réponse aux profils d attentes clients et (ii) le taux de croissance du marché 289) Elle permet de croiser les informations concernant (i) la qualité de la réponse aux profils d attentes clients et (ii) le fait que le DAS étudié est en phase avec la stratégie générale de l entreprise. 290)Elle permet de croiser les informations concernant (i) la part de marché relative du DAS étudié et (ii) le fait que le DAS étudié est en phase avec la stratégie générale de l entreprise. TABLEAU K1 TABLEAU K2 Les tableaux K1 et K2 représentent des informations nécessaires à la création d une matrice McKinsey. La matrice McKinsey, comme toutes les matrices, analyse la position compétitive et l attractivité d un DAS. Pour mesurer la position compétitive, les informations nécessaires sont celles : 291) du tableau K1 292) du tableau K2 DAS LOCATION pondération note 0-6 régularité dans le CA 1 5 rentabilité!/tps passé 3 2 utilisation des locaux (amortissement 2 1 G1 DAS ACHAT VENTE pondération note 0-6 régularité dans le CA 1 1 rentabilité!/tps passé 3 6 utilisation des locaux (amortissement 2 4 DAS LOCATION Attente client facteur de pondération note [-2 ;+2] note pondérée choix dans les références bien propre 1 0,5 0,5 facilité de visite et sérieux payer une fois dans les lieux DAS ACHAT VENTE Attente client facteur de pondération note [-2 ;+2] note pondérée choix dans les références facilité de visite et sérieux CA du DAS G2 DAS LOCATION 10 DAS ACHAT VENTE 20 Si vous deviez dessiner la matrice McKinsey de l entreprise dont les informations précèdent, vous dessinerez : 293) G1 294) G2 295) aucune de ces 2 matrices car elles ne correspondent pas aux chiffres. 11

12 Dans le schéma ci-contre, les DAS sont organisés en Bases Stratégiques de la façon suivante : B1=5+6+7 ; BS2=1+2+3, BS3=4. Analysez la position du DAS 5 : 296)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux au profil d attente des clients que les concurrents. Il faut investir à tout prix pour maintenir la position. 297)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux aux profils d attente des clients que les concurrents. Il n y a pas d investissements particuliers à faire, juste veiller à ce que les concurrents ne proposent pas une nouveauté qui plait plus aux clients. 298)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien aux profils d attente des clients que les concurrents. Il faut investir massivement de grandes quantités d argent pour améliorer la position compétitive. position compétitive 299)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien au profil d attentes des clients que les concurrents. Il faut à tout prix améliorer la qualité des produits du DAS pour améliorer la position compétitive. 300)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. 301)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. On doit maintenir l activité de ce DAS si c était le seul DAS qu on voulait arreter ou revendre. 302)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, il faut l arrêter. 303)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, on ne peut pas l arrêter même si on le veut. Analysez la position du DAS 4 : 304)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux au profil d attente des clients que les concurrents. Il faut investir à tout prix pour maintenir la position. 305)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux aux profils d attente des clients que les concurrents. Il n y a pas d investissements particuliers à faire, juste veiller à ce que les concurrents ne proposent pas une nouveauté qui plait plus aux clients. 306)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien aux profils d attente des clients que les concurrents. Il faut investir massivement de grandes quantités d argent pour améliorer la position compétitive. 307)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien au profil d attentes des clients que les concurrents. Il faut à tout prix améliorer la qualité des produits du DAS pour améliorer la position compétitive. 308)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. 309)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. On doit maintenir l activité de ce DAS si c était le seul DAS qu on voulait arreter ou revendre. 310)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, il faut l arrêter. 311)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, on ne peut pas l arrêter même si on le veut. Analysez la position du DAS 1 : 312)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux au profil d attente des clients que les concurrents. Il faut investir à tout prix pour maintenir la position. 313)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent mieux aux profils d attente des clients que les concurrents. Il n y a pas d investissements particuliers à faire, juste veiller à ce que les concurrents ne proposent pas une nouveauté qui plait plus aux clients. 314)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien aux profils d attente des clients que les concurrents. Il faut investir massivement de grandes quantités d argent pour améliorer la position compétitive. 315)le DAS est parfaitement en phase avec la stratégie de l entreprise. Les références du DAS répondent moins bien au profil d attentes des clients que les concurrents. Il faut à tout prix améliorer la qualité des produits du DAS pour améliorer la position compétitive. 316)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. 317)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS répond mieux que les concurrents au profil d attentes des clients. On doit maintenir l activité de ce DAS si c était le seul DAS qu on voulait arreter ou revendre. 318)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, il faut l arrêter. 319)le DAS n est pas en phase avec la stratégie de l entreprise. Le DAS propose des produits moins bons que ceux des concurrents. S il n est pas rentable, on ne peut pas l arrêter même si on le veut. 6 5 * attractivité du DAS 12

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2

Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE. Les clés du succès concurrentiel. Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 Jean-Marie DUCREUX Maurice MARCHAND-TONEL STRATÉGIE Les clés du succès concurrentiel Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3153-2 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 ANALYSER CHAPITRE 1 L effet d expérience...9

Plus en détail

Audit stratégique. Démarche méthodologique

Audit stratégique. Démarche méthodologique Audit stratégique Démarche méthodologique La méthode ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT Identifier les opportunités et menaces DIAGNOSTIC DE L ENTREPRISE Identifier les forces et faiblesses POSITIONNEMENT STRATEGIQUE

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Dossier 2 : Approches et modèles d analyse stratégique Ce dossier présente, en particulier sur un plan méthodologique, des approches

Plus en détail

I. Mercatique et stratégie

I. Mercatique et stratégie 02. LE DIAGNOSTIC 1 I. Mercatique et stratégie A. Stratégie générale Selon Chandler, «la stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d une organisation, puis à choisir

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de onférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier ours de Master Plan du Module hap.- Les stratégies corporate et les matrices des cabinets de

Plus en détail

I. L ART ET LA MÉTHODE

I. L ART ET LA MÉTHODE I. L ART ET LA MÉTHODE Chap I T2 De la rigueur pour une indiscipline intellectuelle Chap II T2 Les ateliers de prospective Chap III T2 Le diagnostic de l entreprise Chap IV T2 La méthode des scénarios

Plus en détail

Diagnostic stratégique

Diagnostic stratégique Diagnostic stratégique Etape cruciale de la prise de décision stratégique, le diagnostic stratégique nous renseigne sur les orientations stratégiques possibles de l entreprise. Ceci du fait qu il permet

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Economie industrielle 2 EOST 1 ère année d Ecole Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Jean-Alain Héraud 2012-2013 L avantage concurrentiel Porter (1985): Competitive advantage Comment

Plus en détail

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international.

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international. Diagnostic Export L entreprise doit faire le point sur sa capacité à atteindre les marchés qu elle s est fixé afin de pouvoir déterminer la meilleure façon pour elle de les exploiter. 1) phase de diagnostic

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Chapitre 6 : Management Stratégique

Chapitre 6 : Management Stratégique Chapitre 6 : Management Stratégique PLAN Introduction... 61 I.Définition du management stratégique... 61 II.Les différents niveaux de stratégie... 64 1)Niveau corporate... 64 2)Niveau business... 64 3)Stratégie

Plus en détail

Chapitre III : Les outils et modèles d analyse stratégique

Chapitre III : Les outils et modèles d analyse stratégique Chapitre III : Les outils et modèles d analyse stratégique Le passage du diagnostic à la décision stratégique nécessite des outils conceptuels, des théories, des modèles permettant de formaliser les situations,

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

III - LES OUTILS D ANALYSE DU POSITIONNEMENT STRATEGIQUE

III - LES OUTILS D ANALYSE DU POSITIONNEMENT STRATEGIQUE - LS OULS D ANALYS DU POSONNMN SRAGQU Le positionnement stratégique exprime la position qu une entreprise peut acquérir sur un marché de telle façon à réaliser au mieux ses objectifs, tandis que le positionnement

Plus en détail

«Quelques concepts de l analyse stratégique & les grandes lignes de la démarche stratégique et comment les mettre en œuvre!...»

«Quelques concepts de l analyse stratégique & les grandes lignes de la démarche stratégique et comment les mettre en œuvre!...» «Quelques concepts de l analyse stratégique & les grandes lignes de la démarche stratégique et comment les mettre en œuvre!...» Jean Claude Vacher Alençon 9 décembre 2008 Intervention pour le Groupe Plato

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

STRATÉGIE GÉNÉRALE ET MARKETING

STRATÉGIE GÉNÉRALE ET MARKETING STRATÉGIE GÉNÉRALE ET MARKETING Corporate : Niveaux de la stratégie Niveau global, concerne le groupe dans son ensemble Domaine d activité stratégique (DAS) : Concerne un marché particulier Fonctionnel

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

1 Introduction à la stratégie 1

1 Introduction à la stratégie 1 Table des matières Liste des illustrations Liste des controverses académiques Liste des schémas et tableaux Crédits photographiques Stratégique : mode d emploi Préface Les auteurs XVII XIX XX XXIII XXIV

Plus en détail

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises Séance 1 Les outils d analyse et de Les outils d analyse et de diagnostic stratégique des marchés et des entreprises La stratégie d entreprise La stratégie => les orientations et décisions de long terme

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

AII GOPL. Plan de cours détaillé. Approche STRATEGIQUE DE L ENTREPRISE

AII GOPL. Plan de cours détaillé. Approche STRATEGIQUE DE L ENTREPRISE Plan de cours détaillé UV : Management des structures organisées & Dynamiques sociales et enjeux stratégiques Approche STRATEGIQUE DE L ENTREPRISE Intervenant : F.CHARLES AII GOPL Introduction Identification

Plus en détail

DEESMA ETUDE DE CAS CORRIGE SESSION JUIN 2009 DOSSIER 1 : DIAGNOSTIC & PRECONISATIONS

DEESMA ETUDE DE CAS CORRIGE SESSION JUIN 2009 DOSSIER 1 : DIAGNOSTIC & PRECONISATIONS DEESMA ETUDE DE CAS CORRIGE SESSION JUIN 2009 DOSSIER 1 : DIAGNOSTIC & PRECONISATIONS 1. Etablissez un diagnostic externe et interne de l entreprise. Le diagnostic interne devra être structuré dans un

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Permet de voir les occasions de marché c est-à-dire les places qui restent sur la carte perceptuelle. Enables to see

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Les différents modèles et méthodes du marketing stratégique. Marketing stratégique Séance 4 : Le Marketing stratégique

Les différents modèles et méthodes du marketing stratégique. Marketing stratégique Séance 4 : Le Marketing stratégique Les différents modèles et méthodes du marketing stratégique Marketing stratégique Séance 4 : Le Marketing stratégique Licence 3 G. de Lanauze IE - Université Montpellier 2 nalyse des besoins nalyse d attractivité

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

LES OUTILS DE L ANALYSE STRATEGIQUE EN MARKETING

LES OUTILS DE L ANALYSE STRATEGIQUE EN MARKETING LES OUTILS DE L ANALYSE STRATEGIQUE EN MARKETING I. ANALYSE PEST... 1 II. ANALYSE QUALITATIVE - SWOT ANALYSIS... 3 III. MATRICE DE CONFRONTATION... 6 IV. LA MATRICE BCG... 7 V. LE PRISME DE KAPFERER...

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

Management Development International Institute

Management Development International Institute Comprendre l'environnement et élaborer la stratégie Connaître et utiliser les principaux outils et méthodes d'analyse stratégique et de prospective, Comprendre et évaluer le contexte culturel, économique

Plus en détail

STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE

STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE Professeur M. Ramdane Mostefaoui ramdane.mostefaoui@upicardie.fr Séquence 4 : Les outils de l'analyse stratégique Objectif général : - Objectifs intermédiaires

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

Marketing B to B. Zone de chalandise : zone d attractivité autour d un point de vente (commencée par Décathlon).

Marketing B to B. Zone de chalandise : zone d attractivité autour d un point de vente (commencée par Décathlon). Marketing B to B : Mercatique industrielle ou d entreprise Marketing B to B Le Marketing B to B c est l ensemble des actions qui ont pour objet de prévoir, de constater, de stimuler, susciter, renouveler

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices

Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices Chapitre 3 : Les options stratégiques Exercices Exercice 1 : Les stratégies de spécialisation Questions : Complétez le tableau suivant : Entreprise Stratégie adoptée Justification SEB Stratégie de différenciation

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie Management: CH III Les stratégies business Les facteurs de performance La maîtrise du cycle de vie L accumulation d expérience La position de leader La mobilisation des compétences FACTEURS DE PERFORMANCE

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Management Stratégique

Management Stratégique Management Stratégique Fiche 1 : Management stratégique 1- Définition du management stratégique : Le management stratégique : a pour but fondamental, le développement de la réflexion «réfléchir sur des

Plus en détail

Le projet stratégique du cabinet : les clefs du succès Guide méthodologique pour la réalisation d un projet de cabinet.

Le projet stratégique du cabinet : les clefs du succès Guide méthodologique pour la réalisation d un projet de cabinet. Le projet stratégique du cabinet : les clefs du succès Guide méthodologique pour la réalisation d un projet de cabinet Juillet 2012 1 Les 2 dimensions clés du projet de Cabinet 1 - Vision stratégique de

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

SÉQUENCE 02 LE DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE 1 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34 CHAPITRE 3 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34

SÉQUENCE 02 LE DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE 1 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34 CHAPITRE 3 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34 LE DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE 1 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34 CHAPITRE 3 : L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 34 I. ANALYSE CONCURRENTIELLE... 36 A. ÉTAPES DE L ANALYSE CONCURRENTIELLE... 36 B. LE MÉTIER...

Plus en détail

Le marketing stratégique

Le marketing stratégique Chapitre2 Le marketing stratégique I. La démarche stratégique La démarche marketing comporte trois phases : analyse, planification et mise en œuvre. II. Le diagnostic stratégique Le diagnostic stratégique

Plus en détail

Stratégies Marketing - Résumé

Stratégies Marketing - Résumé Stratégies Marketing - Résumé 1. The strategic marketing planning... 2 1.1. De la stratégie d entreprise à la stratégie marketing... 2 1.2. Le concept de marché orienté... 2 1.3. Déroulement de la stratégie

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Stratégie & organisation d entreprise. Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel

Stratégie & organisation d entreprise. Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel Stratégie & organisation d entreprise Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel Planification Diagnostic stratégique Orientations stratégiques La création de stratégies de l entreprise

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L ENTREPRISE

LES FONDAMENTAUX DE L ENTREPRISE André BOYER, Gérard HIRIGOYEN, Jacques THÉPOT, Nadine TOURNOIS, Jean-Pierre VÉDRINE LES FONDAMENTAUX DE L ENTREPRISE Troisième édition Éditions d'organisation, 1997, pour l édition originale Éditions d'organisation,

Plus en détail

Chapitre IV : Les choix stratégiques de l entreprise

Chapitre IV : Les choix stratégiques de l entreprise Chapitre IV : Les choix stratégiques de l entreprise Les choix stratégiques de l entreprise peuvent se situés à deux niveaux : l un au niveau global où il est question de définir les voies de développement

Plus en détail

GESTION RELATION CLIENTS

GESTION RELATION CLIENTS GESTION RELATION CLIENTS COMMERCE INTERNATIONAL FINANCES VENTE- NEGOCIATION MARKETING MANAGEMENT 27 B rue Clément Marot 25000 BESANCON Tél. / Fax : 00 (33) 0952 069 918 email : info@strategexport.com SARL

Plus en détail

Principes de Base du Marketing. Robert TEP

Principes de Base du Marketing. Robert TEP Principes de Base du Marketing Robert TEP Plan I. Définition II. Principe III. Démarche IV. Les objectifs: 1. Clarifier la notion de Marketing 2. Distinguer les extensions de fonctions du Marketing 3.

Plus en détail

FINANCER SON PROJET PAR LE CAPITAL INVESTISSEMENT

FINANCER SON PROJET PAR LE CAPITAL INVESTISSEMENT FINANCER SON PROJET PAR LE CAPITAL INVESTISSEMENT Cour de marketing Mme GUERIN CNAM 16 Décembre 2013 Contexte Acteurs Modalités Success Story.. Disaster Story PRESENTATION OLIVIER DUBUISSON Ingénieur en

Plus en détail

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Fiches concept SEGMENTATION 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Un marché est un ensemble de consommateurs (ou de clients) potentiels d un produit tangible ou intangible. La plupart des

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

LE MARKETING B TO B OU LE MARKETING APPLIQUE AUX BIENS ET SERVICES INDUSTRIELS ET PROFESSIONNELS Armand Dayan, 2003, Vuibert

LE MARKETING B TO B OU LE MARKETING APPLIQUE AUX BIENS ET SERVICES INDUSTRIELS ET PROFESSIONNELS Armand Dayan, 2003, Vuibert LE MARKETING B TO B OU LE MARKETING APPLIQUE AUX BIENS ET SERVICES INDUSTRIELS ET PROFESSIONNELS Armand Dayan, 2003, Vuibert Le Marketing B to B c'est trouver la démarche marketing et les outils applicables

Plus en détail

Chapitre 2 : Les nouvelles théories du commerce international. Les théories Néo-Factorielle et Néo-Technologique

Chapitre 2 : Les nouvelles théories du commerce international. Les théories Néo-Factorielle et Néo-Technologique Chapitre 2 : Les nouvelles théories du commerce international Les théories Néo-Factorielle et Néo-Technologique 1 Approche néofactorielle Redéfinition des facteurs : intégration de la qualification du

Plus en détail

Marketing Management, 11 e éd.

Marketing Management, 11 e éd. Marketing Management, 11 e éd. Philip Kotler, Bernard Dubois & Delphine Manceau Table des matières détaillée Les innovations de cette nouvelle édition De nouveaux thèmes et une nouvelle structure De nouveaux

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

La politique commerciale. 1 La politique produit 2 La politique prix 3 La politique de distribution 4 La politique de communication

La politique commerciale. 1 La politique produit 2 La politique prix 3 La politique de distribution 4 La politique de communication La politique commerciale 1 La politique produit 2 La politique prix 3 La politique de distribution 4 La politique de communication I. La politique produit 1 Le concept de produit 2 La qualité 3 Le design

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Le diagnostic stratégique

Le diagnostic stratégique Le diagnostic stratégique 1.la segmentation stratégique 2.le diagnostic externe 3.le diagnostic interne 4.la synthèse du diagnostic 1 1. La segmentation stratégique Avant d effectuer un diagnostic sur

Plus en détail

FORMATION MARKETING AVRUL - DÉPARTEMENT INCUBATEUR SEPTEMBRE 2015

FORMATION MARKETING AVRUL - DÉPARTEMENT INCUBATEUR SEPTEMBRE 2015 FORMATION MARKETING AVRUL - DÉPARTEMENT INCUBATEUR SEPTEMBRE 2015 SOMMAIRE p 04 Déroulement de la session : première 1/2 journée p 05 Déroulement de la session : avant la seconde 1/2 journée p 06 Déroulement

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

GROUPE IDRAC BACHELOR 3 ème année

GROUPE IDRAC BACHELOR 3 ème année GROUPE IDRAC BACHELOR 3 ème année Mai 2015 Diagnostic Stratégique CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits Langue d enseignement STRA505 5 20 2 Français Département académique : Stratégie/Economie/Droit

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

Veille Marketing. Le radar de votre entreprise

Veille Marketing. Le radar de votre entreprise Marketing Le radar de votre entreprise Octobre 2006 www.centredoc.ch 1 CENTREDOC Jaquet-Droz 1 2002 Neuchâtel +41 32 720 51 11 info@centredoc.ch www.centredoc.ch www.centredoc.ch 2 CENTREDOC Société coopérative

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail