20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith"

Transcription

1 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

2 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui de la direction? Le conseil est l ultime responsable de l orientation stratégique de l entreprise. Son rôle dans ce processus peut varier : la direction s occupe souvent de l analyse et de la planification; les petites entreprises ont davantage recours à l expérience et aux connaissances des membres du conseil. Dans tous les cas, le conseil doit suffisamment comprendre la stratégie pour pouvoir l approuver. Idéalement, le conseil participe activement à la réflexion stratégique. 2

3 2. En quoi consiste le processus d élaboration du plan stratégique? Les administrateurs devraient comprendre le processus et leurs rôles dans ce processus. Les processus les plus efficaces comprennent les éléments suivants : orientation vers l avenir; considérations internes et externes; étendue et orientation adéquates de l analyse; utilisation appropriée des ressources externes; plan d action appuyant l élaboration de modèles financiers ; analyses des risques et des éventuelles situations de crise; participation adéquate. 3

4 3. Quel programme de formation aidera les administrateurs à bien comprendre l entreprise et son environnement? Certains administrateurs sont appelés à siéger au conseil en raison de leur connaissance du secteur d activité, mais ils sont peu nombreux à rester actifs dans leur domaine. D autres n ont acquis une connaissance du secteur d activité qu en siégeant au conseil. Les pratiques exemplaires comprennent : des séances d information sur la concurrence par des experts indépendants; des discussions éclairées sur différentes situations hypothétiques qui tiennent compte de la dynamique du secteur d activité, du marché et de la concurrence. 4

5 4. Comment la direction et le conseil collaboreront-ils à l élaboration de la stratégie? Les processus d élaboration de la stratégie sont les plus efficaces quand le conseil et la direction s engagent dans une réflexion commune : le conseil devrait exposer ses attentes et ses préoccupations dès le début du processus; le conseil devrait faire part de ses commentaires avant que la stratégie soit établie de façon définitive. La collaboration est une tâche délicate qui suppose la participation du conseil sans déresponsabilisation de la direction : les membres du conseil devraient participer à l analyse des scénarios et à l évaluation des risques afin qu ils puissent comprendre la stratégie et les risques; les membres du conseil devraient être appelés à participer lorsque le projet de stratégie est rédigé, mais que la stratégie n en est pas encore au stade définitif. 5

6 5. Que signifie pour le conseil la tolérance au risque en matière de stratégie? Les risques liés à la stratégie font partie des risques les plus importants que court l entreprise. Les administrateurs devraient discuter des incertitudes et des risques stratégiques acceptables dans un contexte donné. Le rôle des administrateurs N EST PAS de réduire le risque au minimum. Les pratiques exemplaires sont : de tenir compte du risque relié à l inaction; d utiliser l analyse de scénarios afin de comprendre les contextes éventuels et l exposition aux risques pour chacun des scénarios étudiés. 6

7 6. Quel est le contexte stratégique de chacune des décisions devant être prise? La décision prise modifie-t-elle la stratégie? Dans un environnement en constante évolution, la stratégie est un processus continu. Quand une décision semble être la bonne, mais ne cadre pas avec la stratégie, il y a trois possibilités : la stratégie est bonne et la décision ne devrait pas être prise; la décision engagerait la société sur une des voies de rechange prévues dans le plan stratégique (plan d urgence ou option stratégique); la décision modifie la stratégie. Il faut donc une nouvelle stratégie. 7

8 Contenu et niveaux de la stratégie que le conseil doit considérer Des questions importantes peuvent être posées pour chacun des quatre niveaux de stratégie suivants : 1) vision et objectifs stratégiques; 2) stratégie d entreprise (portefeuille, fusions et acquisitions); 3) stratégie concurrentielle; 4) stratégies fonctionnelles. Le conseil se concentre habituellement sur les premiers niveaux. Le conseil devrait se concentrer sur ce qui est le plus important pour le succès de l entreprise et sur l exposition aux risques stratégiques, peu importe le niveau. 8

9 Niveau 1 : Vision et objecifs stratégiques 7. Quel est le contexte futur du secteur d activité et de l entreprise? Le plan doit proposer des choix stratégiques en tenant compte du contexte futur le plus probable, qui est rarement le même que le contexte actuel. 8. D où proviendra la concurrence et pourquoi? De quels segments de marchés? De quelles parties de la chaîne de valeur du secteur d activité? De quels pays? 9. Une fois le contexte futur cerné et les choix concurrentiels effectués, en quoi consistent les objectifs stratégiques généraux? 9

10 Niveau 2 : Stratégie d entreprise 10. Est-il possible que des secteurs dans lesquels l entreprise exerce ses activités subissent une restructuration? 11. Quel rôle devrait jouer l entreprise dans la restructuration des secteurs d activité? Acquéreur ou vendeur? 12. De quelle manière la société mère peut-elle accroître la valeur d un portefeuille d activités? 13. La stratégie d entreprise envisagée est-elle compatible avec le rôle et les capacités de la société mère? 10

11 Niveau 3 : Stratégie concurrentielle 14. Comment la stratégie proposée rapproche-t-elle l entreprise de ses objectifs? La question permet de condenser une analyse complexe en quelques principes de base. Elle oblige à considérer la vision et les objectifs stratégiques. 15. Quelle est l incidence de la stratégie sur les besoins en compétences et en ressources? Les changements d orientation génèrent de nouveaux besoins en compétences et en ressources. Pratique exemplaire : évaluer les risques que la stratégie permet d éviter ou d atténuer et déterminer les nouveaux risques qu elle comporte. 11

12 Niveau 4 : Stratégies fonctionnelles 16. Quelles sont les stratégies fonctionnelles qui sont essentielles au succès et quels sont les risques associés à ces stratégies? La participation du conseil à l élaboration des stratégies fonctionnelles n est pas fonction du degré de planification ou de détail de ces stratégies, mais plutôt de leur degré d importance. 17. Comment les responsabilités sociales de l entreprise sont-elles intégrées à sa stratégie? Beaucoup d entreprises ont adopté des stratégies spécifiques. Une pratique exemplaire de plus en plus utilisée consiste à analyser les projets sous l angle de la responsabilité sociale de l entreprise pour trouver de meilleures solutions d affaires. 12

13 18. Quels sont les principales étapes et les principaux risques de la mise en œuvre de la stratégie et les principaux avantages que l on prévoit en tirer? La planification des mesures à prendre peut clarifier une stratégie ambiguë ou révéler le côté peu pratique d une stratégie mal conçue. Pratiques exemplaires : les projections financières sont fondées sur les mesures à prendre; le conseil suit les progrès de la mise en œuvre de la stratégie et compare les résultats aux prévisions; le conseil pourrait avoir un rôle à jouer dans la mise en œuvre de la stratégie (p. ex., approbation d acquisitions, plaidoyer pour l entreprise auprès des autorités). 13

14 19. Quels choix stratégiques doit-on conserver et lesquels doit-on éliminer? En période d incertitude, la flexibilité est un atout. La mise en œuvre d une nouvelle stratégie pourrait fermer certaines portes, mais en ouvrir d autres. Il est donc conseillé : d évaluer les occasions qui peuvent être perdues ou gagnées avec l application de la stratégie envisagée; de reporter la prise de certaines décisions pour conserver les possibilités de choix stratégiques le plus longtemps possible; d avoir une stratégie flexible. Une stratégie arrêtée prévoyant des actions bien précises dans l avenir présente un grand risque d échec ou d occasions manquées. 14

15 20. Le conseil est-il prêt à faire face à des événements qui pourraient propulser les administrateurs à l avant-scène? Le conseil doit être au fait de la situation et de la stratégie : le conseil pourrait avoir à participer à des décisions dont les enjeux sont considérables concernant une fusion, une acquisition ou une offre publique d achat non sollicitée; si l entreprise est en difficulté, le conseil pourrait avoir à demander une opinion indépendante; advenant le départ inopiné du chef de la direction, le conseil pourrait devoir trouver quelqu un pour assumer temporairement cette fonction. Le conseil qui a suivi l évolution du secteur d activité et qui a participé à l élaboration de la stratégie sera en mesure de prendre les meilleures décisions possibles si une situation inattendue se présente. 15

16 Conclusion La direction est habituellement responsable de la planification stratégique. Elle dispose des ressources; elle peut plus facilement que le conseil mettre en œuvre le plan stratégique et en assumer la responsabilité. Par conséquent, beaucoup de conseils ne sont pas suffisamment au fait de la situation pour pouvoir offrir un point de vue éclairé et indépendant. Les 20 questions visent à faire participer davantage les administrateurs au processus stratégique tout en conservant leur rôle d administrateur. Le processus d élaboration de la stratégie et le rôle du conseil dans ce processus devraient être clairs. Les administrateurs devraient avoir la possibilité de comprendre le contexte et d influer sur la stratégie. Le conseil a un rôle à jouer dans tous les domaines où la stratégie est importante. Si les administrateurs ont bien compris le contexte, ils seront de grands atouts pour l entreprise lorsque les enjeux seront importants. 16

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Troisième édition Ken Smith, ph.d., ias.a Publié à l origine par l une des organisations unifiées au sein de CPA Canada 2012 L Institut

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Secteur de l électricité Dette insurmontable

Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Ministère des Finances Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Contexte Nos rapports annuels antérieurs contenaient des mises à jour de la dette insurmontable

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATION Numéro : 10.45 Page 1 de 6 PRÉAMBULE L application systématique d un cadre de gestion intégrée des risques s inscrit dans un processus d amélioration continue de la gouvernance et de la

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à superviser les contrôles financiers et l information

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS

PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS PROMOTEUR DE RÉGIME AssistancedirecteMC PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Guide du produit à l intention du promoteur de régime Un investissement sensé, une vaste gamme de services Programme d aide aux employés

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Les rapports publics de performance. Guide de préparation

Les rapports publics de performance. Guide de préparation Les rapports publics de performance Guide de préparation Mai 2007 i Le présent guide vise à stimuler la réflexion et à fournir un cadre de référence pour la préparation des rapports publics de performance

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance. Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014

Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance. Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014 Appareils technologiques en milieu de travail : 4 e séance Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 16 avril 2014 1 Ordre du jour HEURE SUJETS PRÉSENTATEURS 9 h à 9 h 10 Mot

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Politique de gestion du risque

Politique de gestion du risque Juin 2004 Politique de gestion du risque INTRODUCTION La politique du risque intégré (ci-après appelée la politique) est un document de haut niveau qui décrit l approche et la stratégie de Génome Canada

Plus en détail

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Un juriste typique qui assume un rôle de juriste d entreprise est armé d une solide formation et expérience

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

Crédit-bail d équipement agricole

Crédit-bail d équipement agricole Services financiers à l entreprise Crédit-bail d équipement agricole Un moyen rapide et souple d équiper votre entreprise. Qu est-ce que le crédit-bail? n Le crédit-bail est une solution de financement

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 4 mai 2015 FRANÇAIS Original : anglais ICC-ASP/14/18 Quatorzième session La Haye, 18-26 novembre 2015 Rapport relatif à l examen

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

Société ontarienne d assurance-dépôts

Société ontarienne d assurance-dépôts Société ontarienne d assurance-dépôts Gestion des risques liés aux technologies de l information : Rôle des conseils d administration et des comités d audit DAVID FLORIO, CPA, CA IT, PCI QSA, CRMA PARTNER,

Plus en détail

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Note éducative révisée Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Commission des rapports financiers des régimes de retraite Septembre 2014 Document 214101 This document

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Adoptée par le conseil d administration le 25 février 2014. 1 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 3 2. LES ÉNONCÉS DE LA POLITIQUE DES COMMUNICATIONS... 3 3. CHAMPS D APPLICATION...

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Le présent document vise à éclaircir le processus de présentation d une demande de projet présentée aux responsables de la recherche

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération 1.0 INTRODUCTION... 1 2.0 OBJET... 1 3.0 COMPOSITION DU COMITÉ... 2 4.0 RÉUNIONS DU COMITÉ... 2 5.0 CONSEILLERS DU COMITÉ... 3 6.0 FONCTIONS

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

Sorties avec nuitée(s) dans un autre département : 8 semaines avant le départ.

Sorties avec nuitée(s) dans un autre département : 8 semaines avant le départ. CHAPITRE 2 SURVEILLANCE DES ELEVES FICHE II-5 SORTIES SCOLAIRES Circulaire ministérielle n 99.136 du 21-09-99 modifiée par la Circulaire n 2005-001 du 05-01-05 (ChII-9) «Questions-Réponses» ministérielles

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Planification de la succession pour les entreprises. Vous avez les cartes en main/

Planification de la succession pour les entreprises. Vous avez les cartes en main/ Planification de la succession pour les entreprises Vous avez les cartes en main/ Votre départ à la retraite signera-t-il la fin pour votre entreprise?/ La majeure partie des PME suisses sont des entreprises

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement SANS PRÉSENCE DE LA CARTE 1 Une récente étude

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit Avril 2014 FC 153/6 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-troisième Session Rome, 12-14 mai 2014 Rapport annuel du Comité d'audit Pour toute question relative au contenu du présent document, prière de s'adresser

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Secteur de la surveillance Novembre 2013 BSIF OSFI Table des matières

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PORTEFEUILLE DU DROIT DES AFFAIRES ET DU DROIT RÉGLEMENTAIRE BUREAU RÉGIONAL DE LA COL OMBIE- BRITANNIQUE.

VÉRIFICATION DU PORTEFEUILLE DU DROIT DES AFFAIRES ET DU DROIT RÉGLEMENTAIRE BUREAU RÉGIONAL DE LA COL OMBIE- BRITANNIQUE. VÉRIFICATION DU PORTEFEUILLE DU DROIT DES AFFAIRES ET DU DROIT RÉGLEMENTAIRE BUREAU RÉGIONAL DE LA COL OMBIE- BRITANNIQUE Le 3 octobre 2012 Direction de la vérification interne TABLE DES MATIÈRES ÉNONCÉ

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ACTIONS STRATÉGIQUES 1. Élever au niveau corporatif la réflexion sur les impacts

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Technologie. Présentateurs Michel Fortin et Luc Moisan. Le mercredi 30 septembre 2009 Québec

Technologie. Présentateurs Michel Fortin et Luc Moisan. Le mercredi 30 septembre 2009 Québec État d avancement des travaux du MSSS en regard de la gouvernance des ressources informationnelles volet gestion de portefeuilles et de projets TI au sein du réseau sociosanitaire Présentateurs Michel

Plus en détail

7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres

7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres Règles universelles d intégrité du marché Règles et Politiques 7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres (1) Interdictions - Sauf selon ce qui est autorisé, un courtier

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES OMPI DB/IM/7 ORIGINAL : anglais DATE : 18 novembre 1997 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

Annexe Circulaire NBB_2015_01 EBA/GL/2014/05. 7 juillet 2014. Orientations

Annexe Circulaire NBB_2015_01 EBA/GL/2014/05. 7 juillet 2014. Orientations Annexe Circulaire NBB_2015_01 EBA/GL/2014/05 7 juillet 2014 Orientations sur le transfert de risque de crédit significatif relatif aux articles 243 et 244 du règlement 575/2013 1 Orientations de l ABE

Plus en détail

Fusions, Acquisitions et Alliances Stratégiques dans l Industrie de l Assurance dans les pays du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Fusions, Acquisitions et Alliances Stratégiques dans l Industrie de l Assurance dans les pays du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Fusions, Acquisitions et Alliances Stratégiques dans l Industrie de l Assurance dans les pays du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Myrna A. Barakat MBCAP Est-ce que les F&A augmentent la valeur d une

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail