Création de la Métropole du Grand Paris. Suppression des départements de Paris et de la petite couronne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Création de la Métropole du Grand Paris. Suppression des départements de Paris et de la petite couronne"

Transcription

1 Juin 2014 Création de la Métropole du Grand Paris Suppression des départements de Paris et de la petite couronne 1 ère approche des enjeux financiers La loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles récemment adoptée par le Parlement a décidé, à l échéance du 1 janvier 2016, la création de la Métropole du Grand Paris sous la forme d un Etablissement Public de Coopération Intercommunale à fiscalité propre. La Métropole du Grand Paris exercera de plein droit, en lieu et place de ses Communes membres, des compétences dans les domaines suivants : aménagement de l espace métropolitain politique locale de l habitat politique de la ville développement et aménagement économique, social et culturel protection et mise en valeur de l environnement et politique du cadre de vie Si elle supprime une vingtaine d EPCI sur le territoire de la future Métropole, la loi laisse inchangée l organisation territoriale actuelle. Pour l heure, elle ne simplifie en rien le millefeuille territorial, voir elle le complique. Telle qu elle conçue aujourd hui la Métropole du Grand Paris se superposera en effet aux structures actuelles, en particulier aux 4 départements centraux dont l existence n est pas remise en cause. Cette nouvelle structure, lourde et complexe, ne manquera pas de générer de nouveaux coûts de fonctionnement qui appelleront des prélèvements fiscaux supplémentaires sur les ménages et les entreprises. Dans une récente note interne, le Syndicat Mixte d études Paris Métropole a déjà évalué à 650 M /an les ressources complémentaires qui, selon lui, devraient s ajouter aux quelque 3,4 MM (valeur 2012) de recettes 1 qui seront transférées des intercommunalités supprimées à la Métropole 2. 1 Produit de la Fiscalité Professionnelle Unique (FPU) composé d une part de CFE (1 MM ), d une part de CVAE (1MM ) et de la dotation de compensation de la suppression progressive de la part des salaires (1,4 MM ). 2 Pour réunir ces 650 M, le syndicat mixte d études Paris Métropole a avancé deux pistes au nom de la solidarité métropolitaine : l une qui se traduirait par une hausse de 35% de la CFE pour les entreprises parisiennes, le taux actuel de 16,5% passant à 22,4%. 1

2 Dans le cadre de la recherche d économies budgétaires, le Président de la République a récemment déclaré vouloir s attaquer à la réduction du millefeuille territorial en procédant au regroupement des régions dont le nombre serait réduit de moitié et à la suppression des départements. Ces déclarations confirment les propos de l ancien Premier Ministre qui avait déclaré que, comme à Lyon, il n était pas opposé, sur le territoire de la Métropole du Grand Paris, à la suppression des 4 départements centraux (Paris, Hauts de Seine, Seine Saint Denis et Val de Marne) issus de la disparition du grand département de la Seine en Les enjeux financiers d une telle réforme sont d importance. La présente note en propose une première approche. 1 Quatre départements contrastés Les départements de Paris, des Hauts de Seine, de la Seine Saint Denis et du Val de Marne ne forment pas un ensemble territorial homogène 3. Département de Paris : son territoire (105 km²) se confond avec celui de la Commune de Paris. Sa population s élève à près de 2,3 millions habitants et sa densité dépasse habitants au km². Avec une moyenne de /habitant en 2009, les revenus imposables y sont les plus élevés et la proportion des 15 à 64 ans (71%) est plus importante que dans les 3 autres départements (67%). Fin 2013, le taux de chômage s établissait à 8,2%. Département des Hauts de Seine : son territoire (176 km²) couvre 36 communes. Sa population s élève à près de 1,6 million d habitants pour une densité voisine de 8900 habitants au km². Avec une moyenne de /habitant en 2009, les revenus imposables arrivent immédiatement après ceux de Paris et largement avant ceux de Seine Saint Denis et du Val de Marne. Le taux de chômage y est le moins élevé (7,6% fin 2013). Des 4 départements, les Hauts de Seine comptent le plus faible nombre de bénéficiaires du RSA ( au 31/12/2012) contre à Paris, en Seine Saint Denis et dans le Val de Marne. Département de Seine Saint-Denis : son territoire (236 km²) couvre 40 communes. Sa population s élève à un peu plus de 1,5 million d habitants pour une densité de 6400 habitants au km². Avec une moyenne de /habitant en 2009, les revenus imposables y sont les plus faibles des départements centraux et le taux de chômage y est le plus élevé (12,7% fin 2013). Département du Val de Marne : son territoire (245 km²) comprend 47 communes. Sa population s élève à un peu plus de 1,3 million d habitants pour une densité de l ordre de 5400 habitants au km², la moins forte du cœur d agglomération. Avec une moyenne de /habitant en 2009, les revenus imposables sont largement supérieurs à ceux de la Seine Saint-Denis mais nettement inférieurs à ceux de Paris (23000 /habitant) ou des Hauts l autre qui consisterait à transférer à la MGP l ex part départementale de la taxe d habitation (128,3 M en 2010 pour Paris sur la base d un taux de 2,58%) supprimée à l occasion de la réforme de la TP au taux moyen pondéré métropolitain de 5,11%. Cette mesure se traduirait par une baisse du taux de la Taxe d Habitation pour l ensemble de la petite couronne et par une hausse de 19% du taux communal (13,38% en 2012) pour Paris. 3 Cf. Annexe 1. 2

3 de Seine (20000 /habitant). Largement inférieur à celui de Seine Denis, le taux de chômage (8.6% fin 2013) est néanmoins supérieur à ceux de Paris et des Hauts de Seine. 2 Quatre départements dans une situation financière différente 4 Avertissement Les données utilisées pour évaluer la situation financière des 4 départements centraux sont toutes issues d une étude statistique publiée en janvier par la DGCL et réalisée à partir des comptes administratifs 2012 (dernier comptes connus). 2.1 Le fonctionnement Source DGCL PARIS / HAUTS / SEINE / VAL DE / TOTAL / SAINT En M arrondis- Ratios en Habit DE SEINE Habit DENIS Habit MARNE Habit Habit Recettes de fonctionnement 2075 M M M M M 1013 Dont : Fiscalité Directe 263 M M M M M 291 Autres impôts et taxes (hors Fiscalité Directe) 1151M M M M M 410 Dotations et participations 546 M M M M M PM Fiscalité reversée -972 M -290 M 23 M -1 M M Dépenses de fonctionnement 2006 M M M M M 942 Dont : Charges de personnel 228 M M M M M 180 En % DF 11% 20% 21% 28% 19% Charges à caractère général 125 M M M M M 83 En % DF 6% 12% 8% 10% 9% Autres charges d'activité 1641 M M M M M 650 En % DF 82% 60% 68% 60% 69% Charges financières 0 M 0 9 M 5,7 30 M 19,3 15 M 11,2 54 M Les recettes de fonctionnement Les recettes réelles de fonctionnement par habitant sont inférieures à Paris (919 ) à celles des Hauts de Seine (1047 ), de Seine Saint Denis (1121 ) et du Val de Marne (1011 ). 4 Cf. annexes 2 à 5. 5 «Les finances des départements 2012». DGCL Département des études et des statistiques locales Janvier NOTA : les données brutes des comptes administratifs et celles figurant dans cette étude ne correspondent pas toujours. En effet, afin de permettre des comparaisons homogènes et de calculer des ratios, la DGCL a dû retraiter certaines données issues des comptes administratifs. C est ainsi, par exemple, que du produit des impôts et taxes a été déduite, pour Paris et les Hauts de Seine, la fiscalité reversée (au titre du FNGIR et du fonds de péréquation des DMTO). Ou encore qu ont été réintégrées en charges à caractère général des dépenses de même nature incluses par les comptes administratifs dans le coût de certaines interventions (notamment en matière d action sociale). 3

4 La fiscalité locale directe et indirecte représente 69% des recettes de fonctionnement des 4 départements. En réalité elle est beaucoup plus élevée si l on y ajoute le produit de la fiscalité prélevée à Paris et dans les Hauts de Seine (1262 M ) et reversée au titre de la péréquation du Fonds National de Garantie Individuelles des Ressources (FNGIR) et des Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO). En tenant compte de ces reversements, le poids de la fiscalité globale dans ces deux départements est nettement plus lourd que le tableau ci-dessus ne le laisse paraitre : 1057 /habitant au total à Paris (au lieu de 626 selon le calcul de la DGCL) et 973 /habitant dans les Hauts de Seine (au lieu de 790 selon le calcul de la DGCL) contre 747 /habitant en Seine Saint Denis et 674 /habitant dans le Val de Marne 6. Dotations et participations : logiquement, la Seine Saint Denis (308 /habitant) et, dans une moindre mesure, le Val de Marne (273 /habitant) bénéficient au regard de leurs caractéristiques socio-économiques d apports plus importants par habitant que les Hauts de Seine (192 /habitant) et Paris (242 /habitant). La différence entre Paris et les Hauts de Seine tient très probablement au nombre beaucoup plus important à Paris des bénéficiaires de l aide sociale, en particulier du RSA (plus de à Paris contre dans les Hauts de Seine fin 2012) Les charges de fonctionnement Les dépenses réelles de fonctionnement par habitant sont légèrement moindres à Paris (888 ) que dans les Hauts de Seine et dans le Val de Marne (906 pour les deux) et qu en Seine Saint Denis (1091 ). Les charges de personnel : d un montant total de 1206 M en 2012 (19% du total des charges de fonctionnement), elles se répartissent entre les 4 départements de la façon suivante : o Paris : environ 3200 agents 7 pour une dépense de 228 M soit 11,3 % des dépenses o o o de fonctionnement 8 Hauts de Seine : environ 6500 agents (selon les informations du site internet du Conseil Général) pour une dépense de 292 M soit 20,4% des dépenses de fonctionnement Seine Saint Denis : environ 8000 agents (selon les informations du site internet du Conseil Général) pour une dépense de 351 M soit 21% des dépenses de fonctionnement Val de Marne : environ 8000 agents (selon les informations du site internet du Conseil Général) pour une dépense de 335 M soit 27,8% des dépenses de fonctionnement. 6 Moyenne de la fiscalité locale globale (fiscalité directe et indirecte + fiscalité reversée) des 4 départements : 887 /habitant. 7 Selon le bilan social 2012 : 2845 titulaires et 328 non titulaires. 8 Par comparaison ce ratio est de 17,4% dans les Bouches-du-Rhône (Marseille), de 18,9% dans le Nord (Lille) et de 18,8% dans le Rhône (Lyon). 4

5 La situation du département de Paris n est pas comparable à celle des 3 autres départements dans la mesure où, exception faite de l aide sociale, il peut s appuyer sur les services de la Ville de Paris pour exercer de nombreuses fonctions (urbanisme, environnement, éducation, logement, culture, développement économique.). A Paris, la mutualisation des services est, à l évidence, source d économies d échelle. S agissant des 3 autres départements, on relèvera que les dépenses de personnel dans le Val de Marne sont les plus élevées en /habitant (252 ) et en % des dépenses de fonctionnement (27,8%). On relèvera également que, pour un % sensiblement équivalent de leurs dépenses de fonctionnement (20,4% pour les Hauts de Seine et 21% pour la Seine Saint Denis, le ratio en /habitant en Seine Saint Denis (229 /habitant). est nettement plus élevé que celui des Hauts de Seine (185 /habitant). Les charges à caractère général, constitutives du «train de vie» des départements, se montent globalement à 559 M en 2012 pour les 4 départements. Mais pour les mêmes raisons que celles évoquées ci-dessus en matière de charges de personnel, les dépenses à caractère général du département de Paris sont atypiques par rapport à celles des 3 autres départements qui exercent avec leurs moyens propres l ensemble de leurs compétences institutionnelles. Représentant 6% du total des dépenses de fonctionnement à Paris (125 M ), elles représentent le double dans les Hauts de Seine (170 M soit 12%) et respectivement 8 % et 10% en Seine Saint Denis (140 M ) et dans le Val de Marne (124 M ). Faible à Paris (55 ), le ratio par habitant pour cette nature de charges est sensiblement plus élevé dans les Hauts de Seine (108 /habitant) qu en Seine Saint Denis et dans le Val de Marne où il se situe au même niveau (respectivement 92 et 93 ). Les autres charges d activité se montent globalement pour les 4 départements à 4356 M dont près de 38 % pour le seul département de Paris. Dans ce domaine aussi Paris et les 3 autres départements sont dans une situation différente. o A Paris, les autres charges d activité (1641 M ) représentent près de 82% des dépenses totales de fonctionnement. o En Seine Saint Denis, les autres charges d activité représentent 68% des dépenses totales de fonctionnement (1134 M ), 60 % dans le Val de Marne (729 M ) et également 60% dans les Hauts de Seine (852 M ). Dans ces autres charges d activité, la part afférente à l aide sociale (Famille et enfance, Handicap, Personnes âgées, RMI/RSA, APA) est prépondérante pour les 4 départements. A Paris, l action sociale représente 67 % des dépenses réelles de fonctionnement (1351M ), ce pourcentage se situant à 53 % dans les Hauts de Seine (761 M ) 62 % dans le Val de Marne (742 M ) et 70 % en Seine Saint Denis (1166M ) 9. Au titre de l aide sociale et en /habitant, Paris dépense 598, les Hauts de Seine 481, la Seine Saint Denis 763 et le Val de Marne Cf. annexe 2. 5

6 A Paris, en dehors du transport (participation au STIF : 19% des Dépenses Réelles de Fonctionnement) et de l enseignement (5% des DRF), les autres charges d activité apparaissent résiduelles. En revanche, dans les 3 autres départements, les autres charges d activité (au total environ 47% pour les Hauts de Seine, 38% pour le Val de Marne et 30% pour la Seine Saint Denis) concernent de nombreux domaines : culture, vie sociale, loisirs, sports, environnement, infrastructures de transports, réseaux, aménagement, sécurité, prévention médico-sociale 10 Les charges financières : nulles pour le Département de Paris (la Ville d endette, en tant que de besoin, au lieu et place du département), elles sont faibles pour les Hauts de Seine (9 M en 2012 soit moins de 6 par habitant) qui sont peu endettés, d importance moyenne pour le Val de Marne (15 M soit 11 par habitant) et sensibles pour le département de Seine Saint Denis qui est le plus endetté des 4 départements (30 M de charges financières en 2012 soit 19 par habitant). 2.2 Les investissements et la dette Source DGCL PARIS / HAUTS / SEINE / VAL / TOTAL / En M arrondis Ratios en SAINT DE /habitant Habit DE SEINE Habit DENIS Habit MARNE Habit Habit Recettes d'investissement 65 M M M M M 97 Dont : FCTVA Subventions et dotations reçues Emprunts souscrits Dépenses d'investissement 153 M M M M M 190 Investissements directs Subventions versées Remboursement des emprunts DETTE Source DGCL En M arrondis Ratio en /habitant Paris Stock de dettes au 31/12/ / Habit Hauts de Seine / Habit Seine Saint Denis / Habit Val de Marne / Habit Total / Habit NS (1) 163 M M M M 267 Taux d'endettement (2) 0 9,90% 62% 42% 26% Ratio de capacité de désendet- tement (3) 0 0,7 23,3 4 Epargne brute 68M M M M M 71 (1) Le Département de Paris n'emprunte pas. La dette parisienne est portée par la Ville de Paris. (2) Dette/Recettes de fonctionnement. (3) Dette/Epargne brute. 10 Cf. Annexe 3. 6

7 En 2012, l ensemble des 4 départements du cœur d agglomération a investi 1273 M. Le département de Paris investit peu (153 M en 2012 soit 68 habitant), l essentiel des investissements étant assuré par la Ville de Paris. Les investissements du département parisien portent principalement sur les collèges et incluent des subventions d équipement versées à des organismes privés ou publics, notamment au titre du logement social. Comparativement à celui de Paris, les investissements réalisés dans les 3 autres départements sont beaucoup plus significatifs en particulier dans les Hauts de Seine (509 M soit 322 /habitant) suivis par le Val de Marne (329 M soit 247 /habitant) et par la Seine Saint Denis (282 M soit 184 /habitant). Ces investissements se distribuent entre les collèges 11, les routes 12, les équipements socio-éducatifs, le développement économique, l habitat, la protection des espaces naturels, la gestion de l eau, la culture, le sport, les transports. Si le département de Paris n a pas de dette, les 3 autres départements sont endettés à des hauteurs variables. Faible dans les Hauts de Seine (163 M pour un taux d endettement de 9,9% et une dette de 103 /habitant), le stock de dette au 31/12/2012 est important dans le Val de Marne (565 M pour un taux d endettement de 42% et une dette de 424 /habitant) et surtout en Seine Saint Denis (1062 M pour un taux d endettement de 62% et une dette de 695 /habitant). En 2012, les 3 collectivités départementales ont dû opérer des remboursements significatifs : 85 M pour les Hauts de Seine, 59 M pour la Seine Saint Denis et 60 M pour le Val de Marne. Ce rapide survol de la situation financière contrastée des 4 départements centraux en 2012 permet de constater l impact positif de la mutualisation des services entre le Département et la Ville de Paris. Bien institutionnellement distinctes, ces deux structures forment, en effet, un ensemble fortement imbriqué, sinon intégré, placé sous la même autorité politique. Ville et Département s appuient sur des services communs générateurs d importantes économies d échelle. Comment expliquer autrement que le Département de Paris affiche le meilleur ratio charges de personnel/dépenses Réelles de Fonctionnement (11,3 %) alors que les 3 autres départements atteignent et dépassent 20% (20,4% pour les Hauts de Seine, 21% pour la Seine Saint Denis et 27,8% pour le Val de Marne)? Il en est de même pour les charges à caractère général : 6% des dépenses réelles de fonctionnement pour Paris, 12% pour les Hauts de Seine, 8% pour la Seine Saint Denis et 10% pour le Val de Marne. En fait l imbrication politique, technique et financière est telle qu il est permis de s interroger sur les raisons qui ont conduit jusqu à aujourd hui à maintenir deux structures, deux budgets, deux comptes administratifs et des personnels de statuts différents. 11 Investissements dans les collèges de 2004 à 2012 : 249 M à Paris, 858 M dans les Hauts de Seine, 481 M en Seine Saint Denis, 679 M dans le Val de Marne (Cf. Annexe 4). 12 Investissements dans la voirie de 2004 à 2012 : néant pour Paris (c est la Ville qui prend en charge la dépense), 434 M dans les Hauts de Seine, 489 M en Seine Saint Denis et 876 M dans le Val de Marne (Cf. Annexe 4). 7

8 1 Evaluation des économies d échelle résultant de la suppression des 4 départements centraux Dans une déclaration récente 13 la Ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique estimait qu une mutualisation des services entre collectivités locales génère, en général, des économies de l ordre de 8 à 10% du montant de leurs dépenses de fonctionnement. Une mutualisation existant dès maintenant entre le département et la ville de Paris, on considérera qu une économie de l ordre de grandeur indiqué par la Ministre est, de ce fait, déjà réalisée pour ces deux collectivités. Appliqué aux 3 départements de la petite couronne ce ratio donnerait, en 1 ère approche, une économie brute potentielle de l ordre de 344 à 430 M (8 à 10% de 4305 M de dépenses réelles de fonctionnement en 2012) 14. Encore faudrait-il, pour qu une telle économie puisse être rendue possible, que ces trois départements disposent, comme le département de Paris avec la Ville de Paris, d une structure de services support. La Métropole du Grand Paris telle qu elle est conçue (statut d EPCI à compétences limitées et non de collectivité à part entière) ne sera pas en mesure de remplir ce rôle, la métropole parisienne n ayant, en particulier, aucune compétence en matière de gestion de services d intérêt collectif. En 2016, la situation de la Métropole du Grand Paris sera très différente de celle de la Métropole de Lyon, nouvelle structure intégrée, qui sera érigée «en collectivité à statut particulier, en lieu et place de la communauté urbaine de Lyon et, dans les limites territoriales précédemment reconnues à celle-ci, du département du Rhône». Aux termes de la loi, la métropole de Lyon «formera un espace de solidarité pour élaborer et conduire un projet d aménagement et de développement économique, écologique, éducatif, sportif, culturel et social de son territoire, afin d en améliorer la compétitivité et la cohésion». «Elle assurera les conditions de son développement économique, social et environnemental au moyen des infrastructures, réseaux et équipements structurants métropolitains». Outre ses compétences propres 15, la Métropole de Lyon exercera de plein droit les compétences que les lois attribuent au département. Quelles économies d échelle la même réforme appliquée à Paris serait-elle susceptible de générer? 13 Le 4 Mars sur Radio Classique M pour les 4 départements M (département de Paris). 15 Compétences propres et élargies en matière de : développement et d aménagement économique, social et culturel aménagement de l espace métropolitain politique locale de l habitat politique de la ville gestion des services d intérêt collectif protection et de mise en valeur de l environnement et de politique du cadre de vie 8

9 On considérera qu un transfert des missions assurées par les 4 départements à une structure d agglomération n entraînera pas d économies en matière d investissements (1273 M en 2012) ni sur les charges d activité (4356 M en 2012). La structure d agglomération devra continuer à faire fonctionner les collèges, à apporter des aides sociales, à entretenir les routes, à créer et maintenir des équipements d infrastructure et de superstructure. Les économies se situeront donc dans le domaine des charges de personnel (1206 M en 2012) et dans celui des charges à caractère général (559 M en 2012) soit, au total, 28% (1765 M /6311M ), des Dépenses Réelles de Fonctionnement des 4 départements en valeur 2012 (cf. Tableau page 3 cidessus). Pour évaluer ces économies, on utilisera les données comptables de 2012 (cf. Tableau page 3 cidessus) et les ratios parisiens qui sont le reflet financier d une organisation mutualisée en les corrigeant toutefois en matière de charges à caractère général pour tenir compte des retraitements opérés par la DGCL et en matière de charges de personnel pour prendre en compte les caractéristiques différentes des 3 départements périphériques dont les territoires sont plus vastes et plus hétérogènes (villes et campagne) et demandent a priori plus de personnels et de moyens de gestion que celui de Paris. o Pour les charges à caractère général 16, dans la mesure où l analyse du CA 2012 du Département de Paris 17 fait apparaître que 20% de ces charges ne sont pas stricto sensu imputables au fonctionnement général de l institution mais à des interventions, 18 et qu il doit en être de même pour les 3 autres départements, on estimera que la suppression des 4 départements centraux et leur intégration dans une structure d agglomération serait susceptible d entraîner une économie annuelle globale de l ordre de 450 M (80% de 559 M valeur 2012). o Pour les charges de personnel, le ratio parisien de 11,3% des dépenses réelles de fonctionnement devrait être relevé à 15% des DRF pour les 3 départements périphériques afin de tenir compte de leurs spécificités territoriales. Sur ces bases on estimera l économie potentielle en matière de charges de personnel à : 0 M pour Paris, le personnel du département basculant avec ses missions dans la structure d agglomération ; 16 Entretien et maintenance des locaux, prestations de services diverses, assurances, indemnités d élus, fonctionnement des cabinets et des directions générales, frais de mission et de transport, réceptions, communication, impôts et taxes diverses. 17 Selon le CA 2012 (pages 39 à 41 du rapport budgétaire), les charges à caractère général se montent en fait, stricto sensu, à 100 M soit 80% de leur montant retraité par la DGCL (125M ). 18 La DGCL considère que 20%, soit 25 M, sont en fait imputables à des interventions et non pas au fonctionnement général du département. 9

10 Pour les 3 autres départements, les charges de personnel seraient ramenées de 978 M (22,7 % des DRF (4305 M ) à 646 M (15% des DRF) soit une économie annuelle potentielle de l ordre de 330 M qui ne serait toutefois réalisable, au regard du statut de la fonction publique territoriale que progressivement au rythme des départs en retraite, des mobilités, des reconversions possibles de personnel et des remplacements indispensables dans certains secteurs. Si les économies en matière de charges à caractère général pourraient donc être quasi immédiates, celles en matière de charges de personnel seront forcément étalées dans le temps. Globalement, ce sont environ 780 M /an d économies budgétaires annuelles ( ) valeur 2012) que l on pourrait attendre d un processus de suppression/intégration des 4 départements du cœur de l agglomération parisienne dans une Métropole du Grand Paris dotée des mêmes compétences que son homologue lyonnaise soit plus que ce que recherche la Métropole du Grand Paris (650 M /an) en supplément des ressources fiscales qui lui seront transférées (cf. ci-dessus page 1). Il ne serait dès lors plus nécessaire, comme le suggère le Syndicat Mixte Paris Métropole, d augmenter à nouveau les prélèvements fiscaux sur les ménages et les entreprises dans une période difficile où il faudrait plutôt songer à les alléger. ***** Ce n est pas en augmentant la pression fiscale, en particulier sur les entreprises et les ménages parisiens, et en se contentant d empiler une nouvelle structure sur les structures existantes en évitant tout effort de rationalisation pour faire baisser leur coût global que la métropole parisienne pourra construire son avenir. ***** 10

11 TERRITOIRE DE LA METROPOLE DU GRAND PARIS SITUATION FINANCIERE DES DEPARTEMENTS CENTRAUX ANNEXES 11

12 ANNEXE 1 Principales caractéristiques physiques, économiques et sociales des départements du cœur de l'agglomération parisienne (Source "Les finances des départements 2012" - Direction Générale des Collectivités Locales - Janvier 2014) Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Total Nombre de communes Superficie en km² arrondis Population totale au 1/1/ Densité de population Part population de 15 à 64 ans en % 71,30% 67,20% 67,20% 67,30% Part population de 75 ans et + en % 7,40% 7,20% 5,20% 6,70% Revenus imposables en 2009 en /habitant Taux de chômage au 4e tri ,50% 7,80% 12,70% 8,60% 3e tri ,90% 8,10% 13,30% 9,10% Nombre de bénéficiaires du RSA au 31/12/ Kilomètres de voirie pour 1000 habitants 0,7 km 0,2 km 0,2 km 0,3 km Nombre d'élèves du secondaire Nombre de collèges publics et privés Dont publics Nombre d'élèves du secondaire pour 1000 hab

13 ANNEXE 2 Répartition par nature des dépenses brutes obligatoires d'aide sociale (Source "Les finances des départements 2012" - Direction Générale des Collectivités Locales - Janvier 2014) Données issues des Comptes Administratifs 2012 Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Dépenses brutes obligatoires en M Dont en % : Famille et enfance 31,30% 32% 29,20% 21,60% Personnes handicapées 14,50% 20,60% 15,50% 18,20% Personnes âgées 11,70% 12,50% 8,90% 11,60% RMI/RSA 27,10% 19,00% 34,50% 25,60% APA 10,60% 9,00% 8,60% 9,90% 13

14 ANNEXE 3 Répartition des dépenses réelles de fonctionnement (par fonction et en %) (Source "Les finances des départements 2012" - Direction Générale des Collectivités Locales - Janvier 2014) Données issues des Comptes Administratifs 2012 Fonctions Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Services Généraux 4,10% 9,90% 6,50% 11,20% Sécurité 0,10% 2,70% 2,10% 2,60% Enseignement 4,60% 7,50% 5,50% 5,60% Culture, vie sociale, sports, jeunesse et loisirs 0,60% 3,20% 2,40% 3,40% Prévention médico-sociale 2,80% 3,00% 4,40% 3,70% Action sociale 67,30% 53,20% 69,90% 61,50% Réseaux et infrastructures 0,30% 2,30% 1,30% 2,90% Aménagement et environnement 0,10% 4,00% 2,00% 2,70% Transports 18,80% 6,50% 2,80% 4,10% Développement économique 0,90% 0,30% 0,60% 0,80% 14

15 ANNEXE 4 Détail des dépenses d'investissements : collèges et voirie (Source "Les finances des départements 2012" - Direction Générale des Collectivités Locales - Janvier 2014) Données issues des Comptes Administratifs 2012 Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne En M arrondis Collèges Voirie Collèges Voirie Collèges Voirie Collèges Voirie Total Dépenses en 2012 Fonctionnement En M En par habitant En par km Investissement En M En par habitant En par km Total En M En par habitant En par km

16 ANNEXE 5 RATIOS FINANCIERS EN EUROS ET EN % (Source "Les finances des départements 2012" - Direction Générale des Collectivités Locales - Janvier 2014) RATIOS FINANCIERS EN EUROS ARRONDIS PAR HABITANT Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Dépenses réelles de fonctionnement/population Contributions directes/population Recettes réelles de fonctionnement/population Immobilisations/Population Dette/population Dotation globale de fonctionnement/population RATIOS FINANCIERS EN % Paris Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Charges de personnel/dépenses 11,30% 20,40% 21% 27,80% Dépenses réelles de fonctionnement + remboursement 96,70% 91,70% 100,80% 94% de la dette/recettes réelles de fonctionnement Immobilisations/ Recettes réelles de fonctionnement 2% 15,20% 11% 14,90% Dette/Recettes réelles de fonctionnement 0 9,90% 62% 42% 16

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Les collectivités territoriales d'outre-mer

Les collectivités territoriales d'outre-mer Annexe 3 Les collectivités territoriales d'outre-mer Les collectivités territoriales outre-mer sont regroupées en deux catégories : les et les COM, la Nouvelle-Calédonie, quant à elle, n est pas considérée

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Colloque des 6 et 7 juin 2013 > L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Table ronde sur l autonomie financière comparée de 3 collectivité: une Région, un Département et une Communauté urbaine.

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Cellule Economique Ile de France 7 juin 2012

Cellule Economique Ile de France 7 juin 2012 NOTE REGIONALE SUR LES FINANCES LOCALES DE L ILE DE FRANCE Cellule Economique Ile de France 7 juin 2012 Olivier Thyebaut Directeur Régional Ile de France Ouest Olivier Grimberg Directeur Régional Ile de

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 ACCUEIL La Direction des Finances de la ville d Aix-en-Provence s est montrée coopérative. Le service financier de la commune a su encourager la démarche d ODIS,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Les périmètres La gouvernance Les compétences Les incidences financières

Les périmètres La gouvernance Les compétences Les incidences financières Les périmètres La gouvernance Les compétences Les incidences financières Les périmètres Patrick GAUTRAT Conseiller municipal délégué aux Relations extérieures et au Grand Paris La métropole 6,5 millions

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris

Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Evolution du statut des territoires de la Métropole du Grand Paris Groupe de travail «Statut et compétences des territoires» du jeudi 18 septembre 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL 1 Quatre scenarii : 1. Une Métropole

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général Bilan de l exercice 2014 Une épargne brute qui augmente Evolution

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital. Conclusions du rapport de Philippe DALLIER. au nom de l Observatoire de la décentralisation

Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital. Conclusions du rapport de Philippe DALLIER. au nom de l Observatoire de la décentralisation http://blogs.senat.fr/grandparis Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital Conclusions du rapport de Philippe DALLIER au nom de l Observatoire de la décentralisation Mercredi 9 avril 2008 Une

Plus en détail

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi

INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi INTERCOMMUNALITÉ Mode d emploi 2014 23 & 3O MARS 2O14 1 er RENDEZ-VOUS avec le suffrage universel direct L intercommunalité s est généralisée et rationalisée suite à la loi de réforme des collectivités

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL L exercice 2014 dégage un résultat de - 3 088 442,07 composé de l ensemble des opérations réelles et d ordre +2 091 721,03 en fonctionnement -5 180 163,10 en investissement Ces résultats se cumulent à

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle janvier 2010 Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour 2010. Le texte comporte, d une part, un volet «entreprises»

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 : 203,4 M * * Mouvements réels + mouvements d ordre hors réaménagement de dette Valenciennes Métropole page 2 BUDGET PRIMITIF 2014 Equilibre

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques Initiation au budget communal Belfort, le 24/05/12 Frédéric DUPUIS Dexia CL - Directeur des relations institutionnelles Nord et Est 1 INITIATION AU BUDGET COMMUNAL 1. Comment recenser les informations

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Les Finances des départements 2012

Les Finances des départements 2012 MINISTERE DE L'INTERIEUR MINISTERE DE LA REFORME DE L ETAT, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les Finances des départements 2012 Statistiques et finances locales (tableaux) Direction générale

Plus en détail