CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LA BASE DE DONNÉES SUR L'ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D'ENFANTS (INCADAT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LA BASE DE DONNÉES SUR L'ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D'ENFANTS (INCADAT) http://www.incadat."

Transcription

1 CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LA BASE DE DONNÉES SUR L'ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D'ENFANTS (INCADAT) INTRODUCTION 1 A la fin du printemps 1999, la Conférence de La Haye de droit international privé a commencé à établir une base de données des décisions judiciaires importantes rendues en application de la Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants. La base de données sur l'enlèvement d'enfants (INCADAT) est une initiative innovatrice dans le domaine du droit international privé. Les instruments internationaux tels que la Convention de 1980 posent de réels défis en ce qui concerne leur interprétation uniforme. Il n'existe pas de tribunal supranational qui, de manière régulière, rendrait des décisions liant les cours nationales. Par ailleurs, la Convention est mise en œuvre dans de nombreux systèmes juridiques, qui ont chacun des cultures juridiques différentes et des approches très diverses de la pratique judiciaire et de la procédure. L'idéal d'uniformité exige que les tribunaux et les autres autorités chargées de la mise en œuvre de la Convention aient directement accès à des informations exactes sur ce qui se passe dans les autres Etats. La base de données a été créée pour répondre à ce besoin. Elle pourra peut-être également servir de modèle utile pour d'autres instruments internationaux, y compris d'autres Conventions de La Haye. Les juges, les Autorités centrales, les praticiens, le monde académique et les personnes intéressées ont accès gratuitement à la base de données en ligne. DESCRIPTION 2 INCADAT donne tout d'abord aux utilisateurs une brève introduction à la Convention de 1980 et leur explique quels sont les objectifs de la base de données. La page d'accueil de l'enlèvement d'enfants reproduit le texte intégral de la Convention, le rapport explicatif, des traductions, une liste des Etats parties à la Convention. Elle contient aussi des liens vers les sites Internet officiels de chaque Autorité centrale désignée. 3 Les composants essentiels d'incadat sont les résumés des décisions judiciaires importantes rendues en application de la Convention de Ces résumés, qui se présentent sous une forme standard en langues anglaise et française, servent de point de départ pour toute recherche dans la base de données. Ils mettent en évidence le nom complet de la cause, la date du jugement, les juges impliqués, la désignation et le degré de juridiction du tribunal (à savoir première instance, cour d'appel ou dernière instance de recours), les Etats impliqués, les articles de la Convention ou de la législation d'exécution qui ont été appliqués ainsi que la décision du tribunal. Les résumés contiennent également un bref rappel des faits de la cause et de la décision rendue. 4 L'élément clé de chaque résumé est la section consacrée aux motifs de la décision. Pour faciliter les recherches, cette section a été divisée en quinze catégories différentes: les buts de la Convention; le déplacement et le non retour de l'enfant; le droit de garde; la résidence habituelle; le consentement; l'acquiescement; l'article 13(1)(b); les engagements pris; l'article 20; les objections de l'enfant à son retour; l'article 12(2); le droit de visite; l'interprétation de la Convention; le rôle des Autorités centrales et les questions de procédure. Ces catégories correspondent aux dispositions et notions principales contenues dans la Convention. 5 Enfin, le résumé contient une section intitulée "Références" dans laquelle les utilisateurs trouvent des renvois à d'autres décisions soit similaires, soit opposées, ainsi qu'à des commentaires de doctrine ou d'autres informations pertinentes. La majorité des résumés contenus dans la base de données reproduisent le texte intégral de la décision dans la langue originale. Ces décisions sont disponibles dans un format de

2 texte qui peut être imprimé ou télédéchargé par les utilisateurs.

3 6 Les utilisateurs ont le choix entre trois différents niveaux de recherche: la recherche simple, la recherche avancée et la recherche par mots clés. Une recherche simple permet à l'utilisateur de trouver des décisions par le biais du nom de la cause, du degré de juridiction du tribunal qui a pris la décision et de l'etat requis. La recherche avancée permet à l'utilisateur de rechercher des décisions dans toutes les sections énumérées ci-dessus, qui sont contenues dans le résumé standard. Par exemple, un utilisateur peut cliquer sur la section "Motifs de la décision" et ensuite sur la catégorie 10 pour trouver tous les cas dans lesquels il a été tenu compte des objections au retour soulevées par un enfant. Un utilisateur peut aussi affiner sa recherche en ne sélectionnant que les décisions rendues par des cours de dernière instance ou encore les décisions rendues dans les affaires où le pays requis était la France, par exemple. Enfin, les utilisateurs peuvent effectuer des recherches dans les résumés en utilisant les mots clés prévus à cet effet. DEVELOPPEMENT ET UTILISATION D'INCADAT 7 Le lancement public d'incadat lors de la Commission spéciale sur les affaires générales et la politique de la Conférence en mai 2000 a marqué la fin de la première phase du projet. A cette date, la base de données contenait environ 300 résumés, en anglais et en français, des décisions les plus importantes du monde entier. Lors de la seconde phase du projet, l'accent a été mis sur l'ajout de nouvelles décisions importantes et sur le développement du "réseau de correspondants INCADAT". En février 2001, la base de données contenait 100 résumés supplémentaires de décisions en provenance de 22 pays. INCADAT comprend aujourd'hui plus de 2,000 pages Internet d'analyse juridique et environ 5,000 pages Internet de décisions judiciaires. 8 Jusqu'au mois de janvier 2001, plus de 3,400 recherches avaient été effectuées et les pages Internet individuelles avaient été visitées plus de 114,000 fois. LE RESEAU INCADAT 9 L'objectif du Bureau Permanent est que la base de données contienne des décisions judiciaires en provenance de tous les Etats parties à la Convention de A cette fin, le Bureau Permanent a commencé à mettre sur pied un réseau de correspondants dans les Etats intéressés à contribuer à la base de données. Le rôle d'un correspondant INCADAT comprend la notification au Bureau Permanent de toute nouvelle décision rendue en application de la Convention dans son Etat et la préparation des résumés des décisions importantes qui seront inclues dans INCADAT. Une session de formation pour les correspondants INCADAT a été fixée à titre d'essai pour la mijuillet Le Bureau Permanent saisit cette occasion pour exprimer sa gratitude et adresser ses remerciements à toutes les personnes impliquées dans le développement de ce réseau et à tous ceux qui ont participé à la création d'incadat depuis le début (voir Annexe 1). FINANCEMENT D'INCADAT 10 Le budget normal de la Conférence, qui lui est assuré par ses 47 Etats membres, ne prévoit pas de poste pour le développement d'activités telles qu'incadat. Par conséquent, le Bureau Permanent a dû chercher des fonds supplémentaires pour le développement de ce projet. Cette démarche a été entreprise dans le cadre du Projet de La Haye pour la coopération internationale et la protection des enfants (voir Annexe 2). A ce jour, le Bureau Permanent a reçu un soutien financier de la part du gouvernement des Pays-Bas, du gouvernement du Royaume-Uni, du gouvernement de Norvège, du gouvernement du Canada ainsi que de trois fondations néerlandaises, la Fondation Levi Lassen, le VSB Fonds Den Haag en Omstreken et la Fondation Bernard van Leer. 11 Néanmoins, pour maintenir et étendre INCADAT et pour assurer sa mise à jour, un soutien financier supplémentaire est nécessaire. La création d'incadat a été saluée par les juges, les praticiens, les membres des gouvernements et des administrations officielles, par les Etats membres de la Conférence de La Haye ainsi que par les Etats

4 parties à la Convention de Le Bureau Permanent espère que de gouvernements contribueront aussi à son développement futur.

5 Annexe 1 / Annex 1 INCADAT a été créée par / INCADAT has been established by: Professor William Duncan, Deputy Secretary General, Hague Conference on Private International Law Ms Marion Ely, Attorney, Research Assistant, Hague Conference on Private International Law Mr Peter McEleavy, Barrister, Lecturer in Law, University of Aberdeen, United Kingdom Mlle Aude Fiorini, Allocataire moniteur enseignant, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, France Mr Arnold Erkendiep, ICT Consultant, Able.NL, Netherlands Mrs Gerda Boerman, System Administrator, Hague Conference on Private International Law Nos remerciements vont à / Acknowledgements are extended to: Ms Mary Banotti, MEP, EP President's Mediator for Abducted Children, European Parliament Mr Peter Beaton, Head of Civil Justice and International Division, Scottish Executive Justice Department, United Kingdom Mr Paul Beaumont, Professor, University of Aberdeen, United Kingdom Mr Christophe Bernasconi, First Secretary, Hague Conference on Private International Law Madame Agnès Bodard-Hermant, Magistrat, Bureau de l'entraide Judiciaire en matière civile et commerciale, Ministère de la Justice, France H.E. Mr Antonio Boggiano, Judge and former President of the Supreme Court of Argentina Mrs Alegría Borrás, Professor, University of Barcelona, Spain Ms Carol Bruch, Professor, University of California (Davis), United States Rt. Hon. Dame Elizabeth Butler-Sloss, President of the Family Division, Royal Courts of Justice, United Kingdom Mrs Denise Carter, Director, REUNITE, United Kingdom Ms Beth Cooper, Attorney-Adviser, Office of Children's Issues, US Department of State, United States Ms Anna-Lisa Corrales, New York University School of Law, United States Hon. Mr Svend Danielsen, Eastern High Court, Denmark Ms Jennifer Degeling, Principal Legal Adviser, International Family Law Section, Family Law & Legal Assistance Div., Attorney-General's Department, Commonwealth of Australia Ms Manon Dostie, Counsel, Department of Justice, Public Law Policy Section, Canada Ms Andrea Dye, Lord Chancellor's Department, Child Abduction Unit, United Kingdom Mr Adair Dyer, Former Deputy Secretary General of the Hague Conference on Private International Law, Attorney-at-Law, United States Mrs Maria Errkhis, Ministry of Justice, Germany Ms Sandra Zed Finless, Legal Counsel, Justice Legal Services, Department of Foreign Affairs, Canada Hon. Mr James D. Garbolino, Superior Court of California, Placer County, United States Mrs Cristina Gonzáles-Beilfuss, Professor, University of Barcelona, Spain Mr Jan Gotaas, Deputy Director General, Ministry of Justice, Norway Rt. Hon. Lady Justice Hale, D.B.E., Royal Courts of Justice, United Kingdom Mrs Barbara Hechter, Department of Justice, Family Advocate of the Republic of South Africa Mr William M. Hilton, Attorney-at-Law, United States Ms Patricia M. Hoff, Esq., American Bar Association, Center on Children and the Law, United States Ms Sigall Horovitz, Ministry of Justice, Israel Mrs Dorothea van Iterson, Ministry of Justice, Netherlands Mrs Maarit Jänterä-Jareborg, Professor, Uppsala University, Sweden Hon. Mr Joseph V. Kay, Family Court of Australia

6 Ms Catherine Kessedjan, Professor, Université de Paris II, Panthéon-Assas, France, Former Deputy Secretary General of the Hague Conference on Private International Law Mr Paul King, Lord Chancellor's Department, Child Abduction Unit, United Kingdom Annexe 1 / Annex 1 Ms Irit Kohn, Director, International Department, Ministry of Justice, Israel Ms Kristrún Kristinsdóttir, Legal Expert, Ministry of Justice and Ecclesiastical Affairs, Iceland Ms Phoebe Lauren, Attorney-at-Law, United States Mr Jens Christian Leonthin, Senior Executive Officer, Department of Justice, Norway Ms Karin Linhart, Assessorin, Assistant to Professor Dr K. Kreuzer, Institute for Comparative Law, Universität Würzburg, Germany Mr Pietro Lo Re, Senior Executive, Ufficio Centrale per la Giustizia Minorile, Italy Mr Hans van Loon, Secretary General, Hague Conference on Private International Law Mr Nigel Lowe, Professor, Cardiff Law School, United Kingdom Hon. Mr Patrick D. Mahony, Principal Family Court Judge, New Zealand Ms Christel Makarowski, Department for International Legal Assistance and Consular Affairs, Ministry for Foreign Affairs, Sweden Ms Mary B. Marshall, Director, Office of Children's Issues, US Department of State, United States Mr John McGuinness, Principal Legal Adviser, Civil Law Division, Attorney-General's Department, Commonwealth of Australia Ms Margaret McMahon, Attorney-Adviser, Office of Children's Issues, US Department of State, United States Mrs Maria Luz Puerto Mendoza, Secretaría General Técnica, Ministerio de Justicia, Spain Mr Frank Michlik, Ministry of Justice, Germany Hon. Mr Johan Montelius, Director, Ministry of Foreign Affairs, Sweden Ms Laura Mulheron, Policy Adviser, Scottish Executive Justice Department, United Kingdom Mr Michael Nicholls, Barrister, United Kingdom Hon. Mr Peter Nygh, Visiting Professor, University of New South Wales, Australia Mr Ip Peng Kin, Director of Social Welfare Department, Macau Special Administrative Region Mr Peter Pfund, Special Adviser, Office of the Legal Adviser, US Department of State, United States Hon. Mr Fausto Pocar, Professor University of Milan, Italy, Judge, International Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia, Netherlands Hon. Mr William Rigler, New York Supreme Court, United States Mrs Mary Robinson, United Nations High Commissioner for Human Rights, Switzerland Mrs Nicolette Rusca, Office fédéral de la Justice, Autorité centrale en matière d'enlèvement international d'enfants, Switzerland Mr Matti Savolainen, Senior Legal Adviser, Ministry of Justice, Finland Dr G.E. Schmidt, Asser Institute, Netherlands Mr James Schuler, Deputy Director, Office of Children's Issues, US Department of State, United States Ms Andrea Schulz, Legal Adviser, Ministry of Justice, Germany Mr Werner Schütz, Director, International Civil Matters, Ministry of Justice, Austria Ms Kim Seelinger, New York University School of Law, United States Mrs Linda Silberman, Professor, New York University School of Law, United States Ms Marian H.J. Soutendijk, Asser Institute, Netherlands Hon. Mr Sidney H. Stein, United States District Judge for the Second Circuit, United States Mr Antoon V.M. Struycken, Professor, Katholieke Universiteit Nijmegen, Netherlands Ms Heather Tavassoli, Department for Courts, New Zealand Mr Gordon Temple, Policy Adviser, Scottish Executive Justice Department, United Kingdom Rt. Hon. Lord Justice Mathew Thorpe, Royal Courts of Justice, United Kingdom

7 Mr Wolfgang Weitzel, Der Generalbundesanwalt beim Bundesgerichtshof, Germany

8 Annexe 2 C O N F É R E N C E D E L A H A Y E D E D R O I T I N T E R N A T I O N A L P R I V E BUREAU PERMANENT? 6, SCHEVENINGSEWEG? 2517 KT LA HAYE? PAYS-BAS?? +31 (70) ? TÉLÉCOPIE +31 (70) web: PROJET DE LA HAYE SUR LA COOPERATION INTERNATIONALE ET LA PROTECTION DES ENFANTS APERÇU DES OBJECTIFS La Conférence de La Haye de droit international privé a fait œuvre de pionnier en développant des systèmes de coopération internationale, tant au niveau administratif que judiciaire, tendant à la protection des enfants qui se trouvent dans une situation à caractère international présentant ou pouvant présenter un risque pour leur personne ou leurs biens. Le principal instrument pour réaliser cet objectif est la négociation et l élaboration de traités multilatéraux, les Conventions de La Haye. Trois Conventions ont été adoptées par la Conférence de La Haye dans les domaines spécifiques de l enlèvement international de l enfant, de l adoption internationale et de la responsabilité parentale et des mesures pour la protection des enfants: la Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants; la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale; et la Convention de La Haye du 19 octobre 1996 concernant la compétence, la loi applicable, la reconnaissance, l'exécution et la coopération en matière de responsabilité parentale et de mesures de protection des enfants. Le Bureau Permanent de la Conférence de La Haye a pour mission traditionnelle de préparer la négociation et de suivre la mise en œuvre des Conventions de La Haye, de maintenir une communication efficace entre les pays, d organiser des Commissions spéciales pour étudier le fonctionnement pratique des Conventions et de favoriser la connaissance et les bonnes pratiques en vertu des Conventions. Cependant, une action plus influente est désormais nécessaire, notamment en vue d appuyer les Etats dans leurs efforts visant à honorer les obligations de protection découlant des Conventions. En vue d améliorer la situation, le Bureau Permanent de la Conférence de La Haye a récemment engagé la mise en œuvre du Projet de La Haye pour la coopération internationale et la protection des enfants. Le but de ce projet est de rendre l information sur le fonctionnement des Conventions plus facilement accessible. Afin de réaliser cet objectif, les actions suivantes sont envisagées: 1. La création d une banque de données de décisions judiciaires prises en vertu de la Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants, qui sera disponible sur le Site Internet de la Conférence de La Haye : 2. Le développement de programmes de formation pour le personnel des Autorités centrales et autres organismes chargés de satisfaire aux obligations qui leur sont imposées par les Conventions; 3. L organisation de séminaires et de programmes de formation judiciaire afin de familiariser les juges avec le fonctionnement des Conventions; 4. L encouragement à la recherche sur le fonctionnement élémentaire des Conventions, avec dans un premier temps un accent particulier sur l établissement de statistiques rigoureuses; 5. L organisation de réunions locales et régionales afin de promouvoir la connaissance et la compréhension des Conventions de La Haye; 6. L examen de structures de coopération nouvelles et plus performantes qui peuvent améliorer la protection internationale des enfants, tels la médiation, le placement international des enfants dans un but autre que celui de l adoption ainsi que le contact entre parents et enfants. Le budget normal auquel contribuent les quarante-sept Etats membres de la Conférence ne prévoit pas de moyens pour le développement d activités de ce genre. C est pourquoi le Bureau Permanent tente d obtenir des fonds supplémentaires pour certains projets clés qui sont liés mais qui dépassent les activités traditionnelles dans le domaine de la protection internationale de l enfant. Ce projet est créé afin d assurer une compréhension réciproque ainsi qu une meilleure communication entre les juges de différents pays et de promouvoir la coopération internationale à un moment où celle-ci prend de plus en plus un caractère mondial.

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau

établi par le Bureau Permanent * * * REVIEW OF ACTIVITIES OF THE CONFERENCE IN REGARD TO MEDIATION drawn up by the Permanent Bureau AFFAIRES GÉNÉRALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. prél. No 11 Prel. Doc. No 11 février / February 2010 SUIVI DES ACTIVITÉS DE LA CONFÉRENCE EN MATIÈRE DE MÉDIATION établi par le Bureau Permanent

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ENFANTS ET LA COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE (La Haye, le 29 mai 1993) Notification

Plus en détail

CONCLUSIONS. 1. Les Conclusions et Recommandations établies par les Première, Deuxième et Troisième Déclarations de Malte sont réaffirmées.

CONCLUSIONS. 1. Les Conclusions et Recommandations établies par les Première, Deuxième et Troisième Déclarations de Malte sont réaffirmées. Séminaire judiciaire du Maroc sur la protection transfrontière des enfants et de la famille sous les auspices de la Cour Suprême du Royaume du Maroc en collaboration avec la Conférence de La Haye de droit

Plus en détail

document établi par le Bureau Permanent * * *

document établi par le Bureau Permanent * * * AFFAIRES GENERALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. info. No 1 Info. Doc. No 1 mars / March 2011 APERÇU DES CONVENTIONS ET AUTRES INSTRUMENTS ÉTABLIS SOUS LES AUSPICES DE LA CNUDCI, D UNIDROIT

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

The Judges Newsletter La lettre des juges

The Judges Newsletter La lettre des juges INTERNATIONAL CHILD PROTECTION PROTECTION INTERNATIONALE DE L ENFANT La lettre des juges Volume VI / Autumn 2003 Tome VI / Automne 2003 A publication of the Hague Conference on Private International Law

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

établi par le Bureau Permanent * * *

établi par le Bureau Permanent * * * Affaires générales et politique General affairs and policy Doc. prél. No 9 Prel. Doc. No 9 Octobre / October 2003 RAPPORT RELATIF A LA PREMIERE REUNION DE LA COMMISSION SPÉCIALE SUR LE RECOUVREMENT INTERNATIONAL

Plus en détail

RAPPORT RELATIF AUX COMMUNICATIONS ENTRE JUGES CONCERNANT LA PROTECTION INTERNATIONALE DE L ENFANT. établi par Philippe Lortie, Premier secrétaire

RAPPORT RELATIF AUX COMMUNICATIONS ENTRE JUGES CONCERNANT LA PROTECTION INTERNATIONALE DE L ENFANT. établi par Philippe Lortie, Premier secrétaire ENLÈVEMENT D ENFANTS / PROTECTION DES ENFANTS CHILD ABDUCTION / PROTECTION OF CHILDREN Doc. prél. No 3 B Prel. Doc. No 3 B avril / April 2011 RAPPORT RELATIF AUX COMMUNICATIONS ENTRE JUGES CONCERNANT LA

Plus en détail

Service ENX BT Infonet

Service ENX BT Infonet Service ENX BT Infonet Présentation ENX 25 Mai 2005 Paul Lenfant Fabrice Leclerc paul.lenfant@fr.bt.infonet.com fabrice.leclerc@fr.bt.infonet.com AGENDA! BT Infonet! Le service ENX de BT Infonet! Modèle

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE CONVENTION SUPPRIMANT L EXIGENCE DE LA LÉGALISATION DES ACTES PUBLICS ÉTRANGERS (La Haye, le 5 octobre 1961) Notification conformément

Plus en détail

établi par le Bureau Permanent * * *

établi par le Bureau Permanent * * * QUESTIONNAIRE janvier / January 2007 QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PARTIES PRENANTES DANS LE DOMAINE DE L ARBITRAGE COMMERCIAL EN VUE D EXAMINER L OPPORTUNITÉ D ÉLABORER UN INSTRUMENT RELATIF AU CHOIX DE LA

Plus en détail

PARTICIPANTS LIST. SICKNESS, DISABILITY AND WORK: BREAKING THE BARRIERS Australia, Luxembourg, Spain and the United Kingdom

PARTICIPANTS LIST. SICKNESS, DISABILITY AND WORK: BREAKING THE BARRIERS Australia, Luxembourg, Spain and the United Kingdom PARTICIPANTS LIST SICKNESS, DISABILITY AND WORK: BREAKING THE BARRIERS Australia, Luxembourg, Spain and the United Kingdom Discussion of the draft report and general policy issues 28-29 JUNE 2007, Novotel

Plus en détail

conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes publics à l étranger

conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes publics à l étranger conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes Ap os til le publics à l étranger Cette brochure fournit des réponses pratiques aux questions

Plus en détail

L EXÉCUTION DES DÉCISIONS FONDÉES SUR LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1980 - UNE ÉTUDE JURIDIQUE COMPARATIVE -

L EXÉCUTION DES DÉCISIONS FONDÉES SUR LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1980 - UNE ÉTUDE JURIDIQUE COMPARATIVE - ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D ENFANTS INTERNATIONAL CHILD ABDUCTION Doc. prél. No 6 Prel. Doc. No 6 octobre / October 2006 L EXÉCUTION DES DÉCISIONS FONDÉES SUR LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1980 - UNE ÉTUDE

Plus en détail

Thème 1: La responsabilité du magistrat. Simon Taylor. Université Paris Diderot. Les magistrats dans le système juridique anglais

Thème 1: La responsabilité du magistrat. Simon Taylor. Université Paris Diderot. Les magistrats dans le système juridique anglais Thème 1: La responsabilité du magistrat Simon Taylor Université Paris Diderot Les magistrats dans le système juridique anglais Il n existe pas d équivalent à strictement parlé du terme français magistrat

Plus en détail

UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140

UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140 UNIVERSITE LYON 3 (JEAN MOULIN) Référence GALAXIE : 4140 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : 0202 Corps : Professeur des universités Article : 51 Chaire : Non Section 1 : 01-Droit privé et sciences

Plus en détail

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013 CONVENTION DE LA HAYE DU 25 OCTOBRE 1980 SUR LES ASPECTS CIVILS DE L ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D ENFANTS Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse

Plus en détail

PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007. coordonné par le Bureau Permanent * * * COUNTRY PROFILE 2007 CHILD SUPPORT CONVENTION

PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007. coordonné par le Bureau Permanent * * * COUNTRY PROFILE 2007 CHILD SUPPORT CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS CHILD SUPPORT Doc. prél. No 3 (définitif) Prel. Doc. No 3 - final septembre / September 2012 PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007 coordonné par le Bureau

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE CONVENTION SUR LE RECOUVREMENT INTERNATIONAL DES ALIMENTS DESTINÉS AUX ENFANTS ET À D AUTRES MEMBRES DE LA FAMILLE (La Haye, le 23 novembre

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie)

N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie) N'gum, Aminatta Lois Runeni (Gambie) Renseignements personnels [Original: anglais] Nom: Aminatta Lois Runeni N'gum Date de naissance: 7 juin 1953 Lieu de naissance: Nationalité: Harare, Zimbabwe [alors

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Principes généraux et Guide de bonnes pratiques, Conférence de La Haye de droit international privé. Contacts transfrontières relatifs aux enfants

Principes généraux et Guide de bonnes pratiques, Conférence de La Haye de droit international privé. Contacts transfrontières relatifs aux enfants Principes généraux et Guide de bonnes pratiques, Conférence de La Haye de droit international privé Contacts transfrontières relatifs aux enfants CONTACTS TRANSFRONTIÈRES RELATIFS AUX ENFANTS PRINCIPES

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance

Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance Les TIC dans Horizon 2020-22 janvier 2014 01. 02. Présentation générale

Plus en détail

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Web Analytics Comment Valoriser la Connaissance des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Agenda comscore en Quelques Chiffres Réseaux Sociaux : Etat des lieux

Plus en détail

PROJET DE PROFIL D ÉTAT RÉVISÉ

PROJET DE PROFIL D ÉTAT RÉVISÉ AFFAIRES GÉNÉRALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. prél. No 4 B révisé Prel. Doc. No 4 B revised juin / June 2014 PROJET DE PROFIL D ÉTAT RÉVISÉ ORDONNANCES DE PROTECTION RENDUES PAR DES JURIDICTIONS

Plus en détail

Forum sur les Institutions, le

Forum sur les Institutions, le LA GUERRE DU DROIT Système juridique, levier de la croissance ou frein? 9 novembre 0-5h00 6h0 Journées d économie de Lyon 0 Bertrand du Marais Forum sur les Institutions, le Conseiller d État, détaché

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES JUDICIAIRES ET D ASSISTANCE TECHNIQUE DE LA CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

RAPPORT SUR LE CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES JUDICIAIRES ET D ASSISTANCE TECHNIQUE DE LA CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ AFFAIRES GÉNÉRALES ET POLITIQUE GENERAL AFFAIRS AND POLICY Doc. prél. No 10 Prel. Doc. No 10 février / February 2010 RAPPORT SUR LE CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES JUDICIAIRES ET D ASSISTANCE TECHNIQUE DE

Plus en détail

préparé par le Groupe de travail sur la coopération administrative qui s est réuni en novembre 2005 et janvier et mai 2006 * * *

préparé par le Groupe de travail sur la coopération administrative qui s est réuni en novembre 2005 et janvier et mai 2006 * * * OBLIGATIONS ALIMENTAIRES MAINTENANCE OBLIGATIONS Doc. prél. No 19 Prel. Doc. No 19 juin / June 2006 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA COOPÉRATION ADMINISTRATIVE DE LA COMMISSION SPÉCIALE DE JUIN 2006

Plus en détail

Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work

Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work Histoire 1991 2002 1998 2011 Réseau Global 3 NORTH AMERICA United States Canada LATIN AMERICA Argentina Bolivia Brazil Central

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE CLIENT)

Plus en détail

PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin

PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin Attention! Les règles spécifiques concernant les territoires ultramarins des Pays-Bas (voir fiches consacrées à ARUBA, CURAÇAO,

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

La place du Luxembourg dans les modèles de relations professionnelles en Europe. Frédéric Rey, Lise Cnam CNRS

La place du Luxembourg dans les modèles de relations professionnelles en Europe. Frédéric Rey, Lise Cnam CNRS La place du Luxembourg dans les modèles de relations professionnelles en Europe Frédéric Rey, Lise Cnam CNRS Plan 3 axes de réflexions : 1/ La place du Luxembourg dans les modèles de relations professionnelles

Plus en détail

P05 22-08-2006. Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs]

P05 22-08-2006. Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs] [Experts et inspecteurs] P5 22-8-26 Richard Hartless Building Research Establishment, BRE UK www.buildingsplatform.eu Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel L'objectif de ce document

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2015 Français Original : anglais Troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe

Plus en détail

FILE NAME : Ch_XI_B_15 VOLUME : VOL-1 CHAPTER : Chapter XI. Transport and Communications B. Road Traffic

FILE NAME : Ch_XI_B_15 VOLUME : VOL-1 CHAPTER : Chapter XI. Transport and Communications B. Road Traffic DOCUMENT INFORMATION FILE NAME : Ch_XI_B_15 VOLUME : VOL-1 CHAPTER : Chapter XI. Transport and Communications B. Road Traffic TITLE : 15. European Agreement on Road Markings. Geneva, 13 December 1957 ACCORD

Plus en détail

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV CONVENTION RELATIVE A LA PROCÉDURE CIVILE (Conclue le premier mars 1954) Les Etats signataires de la présente

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT DU RÈGLEMENT EN GÉNÉRAL

1. LE FONCTIONNEMENT DU RÈGLEMENT EN GÉNÉRAL Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX ET UNIVERS VIRTUELS:

RÉSEAUX SOCIAUX ET UNIVERS VIRTUELS: RÉSEAUX SOCIAUX ET UNIVERS VIRTUELS: QUELS RISQUES JURIDIQUES POUR LES ENTREPRISES? lundi 7 novembre 2011 Université de Genève UNIMAIL OBJET DU SÉMINAIRE Dans la société de l information, la communication

Plus en détail

19 ème réunion du Bureau du Comité de direction de l APES Conseil de l Europe 2 e étage, salle n 3 Palais de l Europe, Strasbourg. Liste de décisions

19 ème réunion du Bureau du Comité de direction de l APES Conseil de l Europe 2 e étage, salle n 3 Palais de l Europe, Strasbourg. Liste de décisions Strasbourg, le 4 avril 2014 EPAS (2014) 31 Accord partiel élargi sur le Sport (APES) 19 ème réunion du Bureau du Comité de direction de l APES Conseil de l Europe 2 e étage, salle n 3 Palais de l Europe,

Plus en détail

Site personnel : http://www.u-paris10.fr/11300/0/fiche annuaireksup/&rh=pers_annuaire

Site personnel : http://www.u-paris10.fr/11300/0/fiche annuaireksup/&rh=pers_annuaire Nom : du Marais, Bertrand Titre : Professeur associé de droit public, Université de Paris Ouest Nanterre, France Conseiller d Etat Paris, France Affiliations : CRDP, Chercheur associé à EconomiX Tel :

Plus en détail

LISTE PROVISOIRE DES MEMBRES ET AUTRES PARTICIPANTS PROVISIONAL LIST OF MEMBERS AND OTHER PARTICIPANTS

LISTE PROVISOIRE DES MEMBRES ET AUTRES PARTICIPANTS PROVISIONAL LIST OF MEMBERS AND OTHER PARTICIPANTS 0 WORLD HEALTH ORGANIZATION vûir EB91/PC/DIV/1 CONSEIL EXECUTIF EXECUTIVE BOARD Quatre-vingt-onzième session Ninety-first Session Comité du Programme du Conseil executif Programme Committee of the Executive

Plus en détail

Notes de mise à jour. 4D v11 SQL Release 3 (11.3) Notes de mise à jour

Notes de mise à jour. 4D v11 SQL Release 3 (11.3) Notes de mise à jour Notes de mise à jour 4D v11 SQL Release 3 (11.3) Notes de mise à jour 2 Découvrez ci-dessous les principales fonctionnalités de 4D v11 SQL Release 3 (11.3). Pour plus de détails consultez l addendum v11.3

Plus en détail

ENV 1993 1 1 ANB. EC1 Eurocode EN 1994 1 2

ENV 1993 1 1 ANB. EC1 Eurocode EN 1994 1 2 Implémentation des EUROCODES 3 et 4 en Belgique r.debruyckere@seco.be 18 novembre 2010 ENV 1993 1 1 ANB EC1 Eurocode NAD, DAN EC4 EN 1994 1 2 EC3 1. Un petit peu d histoire 2. Les Eurocodes en Europe 21ENV

Plus en détail

Speexx Basic Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol,

Speexx Basic Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Pour une démo, ctrl +clic pour suivre le lien : http://www.speexx.com/portal/media/softwaredemo/fr/demostart.htm http://www.speexx.com/onlinedemo/english/ Speexx Basic Anglais, Français, Allemand, Italien,

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

AFFAIRE RELATIVE À L'APPLICATION DE LA CONVENTION POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉPREISSION DU CRIME DE GÉNOCIDE

AFFAIRE RELATIVE À L'APPLICATION DE LA CONVENTION POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉPREISSION DU CRIME DE GÉNOCIDE COLIR INTERNATIONALE DE JUSTICE RECUEIL DES ARRÊTS, AVIS CONSULTATIFS ET ORDONNANCES AFFAIRE RELATIVE À L'APPLICATION DE LA CONVENTION POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉPREISSION DU CRIME DE GÉNOCIDE (C'ROATIE

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur

Plus en détail

A N N E X E S A P P E N D I C E S

A N N E X E S A P P E N D I C E S OBLIGATIONS ALIMENTAIRES MAINTENANCE OBLIGATIONS Doc. prél. No 9 - annexes Prel. Doc. No 9 - appendices Juin / June 2004 A N N E X E S TRANSFERT DE FONDS ET UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Rapport mensuel 01-janv.-2014-31-janv.-2014. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr

Rapport mensuel 01-janv.-2014-31-janv.-2014. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr Toutes les consultations de pages à partir d'un ordinateur sont comptabilisées pour une visite donnée. Les visites sont identifiées de manière univoque à partir de l'adresse IP et de la reconnaissance

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007 F OMPI SCT/17/5 ORIGINAL : anglais DATE : 23 mars 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles

La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles La désignation des juges en Angleterre et au Pays de Galles 1. La Loi de révision constitutionnelle (Constitutional Reform Act, ci-après «CRA») a introduit un certain nombre de modifications constitutionnelles

Plus en détail

Mission Expertise School of art at Central Saint Martins, University of the arts, London Patricia Solini, le 31 janvier 2011 (5 pages)

Mission Expertise School of art at Central Saint Martins, University of the arts, London Patricia Solini, le 31 janvier 2011 (5 pages) Mission Expertise School of art at Central Saint Martins, University of the arts, London Patricia Solini, le 31 janvier 2011 (5 pages) Déplacement effectué du 26 au 28 janvier 2011 à Londres. 1. The University

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Le tribunal de la famille et de la jeunesse

Le tribunal de la famille et de la jeunesse Le tribunal de la famille et de la jeunesse Le tribunal de la famille et de la jeunesse (*) est opérationnel dans tout le pays depuis le 1 er septembre 2014. C est désormais ce tribunal qui est compétent

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Cour suprême du Canada. Statistiques 2004 à 2014

Cour suprême du Canada. Statistiques 2004 à 2014 Cour suprême du Canada Statistiques 2004 à 2014 Cour suprême du Canada (2015) ISSN 1193-8536 (Imprimé) ISSN 1918-8358 (En ligne) Photographie : Photographie Cochrane introduction Le rapport présente des

Plus en détail

ISLANDS COMORES. Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level. Point Focal National / National Focal Point

ISLANDS COMORES. Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level. Point Focal National / National Focal Point ISLANDS Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level COMORES Point Focal National / National Focal Point Mme Fatouma Abdallah Responsable du volet Développement Durable Direction Générale

Plus en détail

FICHE PARTENAIRE. Mailman School of Public Health University of Columbia New York, USA http://www.mailman.columbia.edu/

FICHE PARTENAIRE. Mailman School of Public Health University of Columbia New York, USA http://www.mailman.columbia.edu/ FICHE PARTENAIRE Mailman School of Public Health University of Columbia New York, USA http://www.mailman.columbia.edu/ Pré séntation du parténairé Création : 1922 («Institut de Santé Publique» qui devient

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après la Commission) ; 1/13 Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 18/2013 du 17 juillet 2013 Objet : demande formulée par le Département des Études de la Banque nationale de Belgique afin d'obtenir

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

Lignes directrices européennes (1998)

Lignes directrices européennes (1998) Lignes directrices européennes (1998) Légende: Lignes directrices européennes, présentées en 1998, concernant l'application des normes de contrôle de l'organisation internationale des institutions supérieures

Plus en détail

Biographie Bianca Brétéché. Biography Bianca Brétéché

Biographie Bianca Brétéché. Biography Bianca Brétéché Biographie Bianca Brétéché Bianca Brétéché, administrateur principale à l OCDE/SIGMA, travaille depuis 19 ans dans le contexte des finances publiques, de la bonne gouvernance et de la coopération internationale.

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Rapport mensuel 01-oct.-2013-31-oct.-2013. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr

Rapport mensuel 01-oct.-2013-31-oct.-2013. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr Rapport mensuel 1-oct.-213-31-oct.-213 pour videobourse.fr Toutes les consultations de pages à partir d'un ordinateur sont comptabilisées pour une visite donnée. Les visites sont identifiées de manière

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Le 16 avril 2015 Introduction Les autorités en valeurs

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ct N 1302997 Union Nationale des Etudiants de France Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg - UNEF M. Gros Rapporteur M. Rees Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

NOTE PRÉLIMINAIRE SUR LE DÉMÉNAGEMENT FAMILIAL INTERNATIONAL. établie par le Bureau Permanent * * *

NOTE PRÉLIMINAIRE SUR LE DÉMÉNAGEMENT FAMILIAL INTERNATIONAL. établie par le Bureau Permanent * * * ENLÈVEMENT D ENFANTS / PROTECTION DES ENFANTS CHILD ABDUCTION / PROTECTION OF CHILDREN Doc. prél. No 11 Prel. Doc. No 11 janvier / January 2012 NOTE PRÉLIMINAIRE SUR LE DÉMÉNAGEMENT FAMILIAL INTERNATIONAL

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

GalleryPrintQueue User Guide

GalleryPrintQueue User Guide GalleryPrintQueue User Guide DROITS D'AUTEUR Rev: Rev-20110113 Copyright 2009 CORPORATION SATO. Tous droits réservés. www.satoworldwide.com Les informations contenues dans ce document sont sujettes à changement

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL 1. PARTIES La présente convention de service est conclue Entre et Claude Couture inspecteur en bâtiments 1765, rue Roberval Québec

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Colloque - Une carte ou des cartes?

Colloque - Une carte ou des cartes? Colloque - Une carte ou des cartes? Table ronde 1 Les cartes citoyennes en Europe : les réalisations les plus marquantes David ANKRI SMART IS Directeur Général Co-chairman egovernement & smart cards Association

Plus en détail

Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science

Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science Vertex nommée meilleur employeur dans le secteur du biopharmaceutique par le magazine Science -Vertex engage actuellement 150 personnes afin d appuyer sa croissance mondiale; l entreprise prévoit créer

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Formation - Spécialiste en Terminologie Juridique Multilingue

Formation - Spécialiste en Terminologie Juridique Multilingue Formation - Spécialiste en Terminologie Juridique Multilingue Anglais Français Espagnol Arabe Ecole de Traducteurs de Tolède (UCLM) 2014-2015 Introduction Dans les domaines de la Justice et des Affaires

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Journée VENDREDI 27 JUIN 2014. de l. 9h - 17h «ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION:

Journée VENDREDI 27 JUIN 2014. de l. 9h - 17h «ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION: ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION VENDREDI 27 JUIN 2014 9h - 17h L AFDIT est heureuse de vous faire part de la tenue de son prochain colloque le 27 juin 2014 AFDIT is happy to announce

Plus en détail

L ESSENTIEL 2014 KEY FACTS & FIGURES

L ESSENTIEL 2014 KEY FACTS & FIGURES L ESSENTIEL 2014 KEY FACTS & FIGURES LEADER EUROPÉEN DU FINANCEMENT AUX PARTICULIERS / EUROPEAN LEADER IN CONSUMER FINANCE Au sein du Groupe BNP Paribas, BNP Paribas Personal Finance est le partenaire

Plus en détail

Elizabeth Friesen Chef de la direction - Opérations Chief Operating Officer

Elizabeth Friesen Chef de la direction - Opérations Chief Operating Officer Elizabeth Friesen Chef de la direction - Opérations Chief Operating Maggie Kawalerczak Danny Chalifour (intérim) Directeur, Développement des affaires nationales et internationales Director, National and

Plus en détail

Guidance de Statistique : Epreuve de préparation à l examen

Guidance de Statistique : Epreuve de préparation à l examen Guidance de Statistique : Epreuve de préparation à l examen Durée totale : 90 min (1h30) 5 questions de pratique (12 pts) 20 décembre 2011 Matériel Feuilles de papier De quoi écrire Calculatrice Latte

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/

ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ ICOS Integrated Carbon Observing System http://www.icos-infrastructure.eu/ infrastructure.eu/ 1 Quantifier les flux régionaux Un réseau de 100 stations Pérenne, haute précision, homogène, opérationnelle

Plus en détail

CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET

CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET Me Marco Rivard Montréal, le 8 mars 2004 LISTE DES ANNEXES ANNEXE I - Soquij - Décisions des tribunaux du Québec ANNEXE

Plus en détail

Recommandation 7.1. Un Plan d action mondial pour l utilisation rationnelle et la gestion des tourbières

Recommandation 7.1. Un Plan d action mondial pour l utilisation rationnelle et la gestion des tourbières Recommandation 7.1 L homme et les zones humides: un lien vital 7e Session de la Conférence des Parties contractantes à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971), San José, Costa Rica, 10

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

Rapport mensuel 01-sept.-2013-30-sept.-2013. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr

Rapport mensuel 01-sept.-2013-30-sept.-2013. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr pour videobourse.fr Toutes les consultations de pages à partir d'un ordinateur sont comptabilisées pour une visite donnée. Les visites sont identifiées de manière univoque à partir de l'adresse IP et de

Plus en détail

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière Sommaire p1 p2 p3 S'informer sur l'adoption Le Conseil général et vous L'adoption en France p3 L'adoption dans l'aube en 2000 p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière p5 Qui peut demander à adopter

Plus en détail

Rapport mensuel 01-avr.-2014-30-avr.-2014. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr

Rapport mensuel 01-avr.-2014-30-avr.-2014. Visites. 1&1 WebStat pour videobourse.fr pour videobourse.fr Toutes les consultations de pages à partir d'un ordinateur sont comptabilisées pour une visite donnée. Les visites sont identifiées de manière univoque à partir de l'adresse IP et de

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2012-083 EN DATE DU 24 SEPTEMBRE 2012 Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne ; Vu la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail