Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin 2015. Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données»"

Transcription

1 Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin 2015 Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données»

2

3

4 Sommaire 1. Intérêt d un observatoire de l Océan Indien 2. Comment accéder aux données 3. Définition des indicateurs 4. Structuration et logistique d un observatoire

5 1, Intérêt d un observatoire de l Océan Indien Objectif d un observatoire : Mise à disposition de données publiques pour voir les problèmes des différents territoires afin de pouvoir y apporter des solutions communes Finalité de l observatoire : Outil d aide à la décision Exemple : aboutir à des fiches actions ou fiches projets permettant d échanger, d analyser et de comparer des solutions mises en œuvre que ce soit d un point de vue technique, économique, financier ou social Ne pas oublier le volet «prévention» et les usages à prendre en compte en amont Limite d un observatoire : Ne pas tomber dans le piège de la réalisation d un catalogue d indicateurs qui demanderait un énorme travail pour acquérir et gérer les données et qui n aurait qu un intérêt opérationnel limité.

6 2, Accès aux données 2,1 Accès aux données dans les différents territoires: Mayotte: Données disponible depuis les organismes de l état (DEAL, ARS), le CD ou le SIEAM mais pas de structure dédié à ce jour pour un observatoire Madagascar: Comprend communes. Le CITE initie la réalisation d un observatoire. Les données sont relativement accessibles pour les centres urbains (gestion par des services publics ou privés) mais beaucoup plus difficile pour le milieu rural (70 % des sites ruraux sont gérés par la communauté avec une cotisation mensuelle ou annuelle). Un réseau existant sur Madagascar «Ran eau» le CITE qui initie un observatoire sur 1 région pilote avec différentes échelles de collecte de la donnée (rurales, péri-urbain, urbain ).

7 2, Accès aux données 2,1 Accès aux données dans les différents territoires: Comores: Données quasiment inexistantes car la gestion et les systèmes restent à créer. Quelques données sont disponibles mais il s agit de données «personnelles» et non diffusées ou exploitées. Réunion: L office de l eau de la réunion a réalisé un observatoire qui représente aujourd hui 2 ETP (création des indicateurs, récoltes des données, analyses des données). Quelques éléments sur l observatoire de l office de l eau Données: plusieurs niveau de données ont été définies: Données brutes Données validées (pertinence de la donnée) Données nouvelles (exemple coût / habitant) Répartition du temps de travail : 90 % pour la récolte de données et 10 % pour le traitement informatique Temps important consacré pour la valorisation du travail et la communication ( 3 semaines / an pour l AEP et idem pour l assainissement).

8 2, Accès aux données Accès aux données très disparates selon les territoires Objectifs propre à chaque territoire, avec par exemple : - pour les Comores, la mise en œuvre d un observatoire et des données à y intégrer seront pour eux dans un premier temps plus un objectif à atteindre en terme de données à collecter. - Pour la Réunion il s agit plus d être un «mentor» et de valider des indicateurs au niveau de la région Océan Indien. - Pour Mayotte, il s agit d approcher un observatoire permettant notamment d alimenter les indicateurs nationaux type SISPEA ou autre et de rechercher et trouver de nouvelles solutions à ses problématiques - Pour Madagascar, mise en œuvre d indicateurs commun à l échelle de Madagascar

9 3, Définition d indicateurs La définition des indicateurs de l observatoire peut se faire en s appuyant sur des outils existants comme: - SISPEA (Système d Information sur les Services Publics d Eau et d Assainissement) de France - Le réseau RAN EAU de Madagascar (et peut être également au niveau du ministère) - L observatoire de la Réunion Bien choisir les indicateurs adaptés et ne pas hésiter à éliminer ceux qui ne le sont pas et à en rajouter des nouveaux plus adaptés (travail déjà en parti réalisé par ESPALIA mais également à Mayotte via les différents acteurs) Attention : Ne pas oublier dans un premier temps de définir l objectif attendu avant le choix d un indicateur Les indicateurs choisis doivent être simples et exploitables ne pas oublier la finalité qui est d avoir des échanges et des retours d expériences entre les différents acteurs et non pas des indicateurs pour remplir des tableaux isolé derrière son bureau

10 3, Définition d indicateurs Quelques échanges de la table ronde sur des indicateurs: Indicateurs de résultats par exemple sur la santé (nombre de malade par an..) Indicateurs «historique» : par exemple les Comores souhaite savoir comment Mayotte à réaliser sont réseau d eau potable et la pérenniser Indicateur technique de comparaison de process Indicateur de coûts (attention aux spécificités des territoires) Indicateur ou base de données d études initiée par le Pseau via son site internet voir comment rendre cette base de données «études» pérenne et plus facilement lisible (par exemple la mise en place de modèle commun) etc

11 4, Structuration et logistique de l observatoire Structuration Il semble qu un responsable de l observatoire est nécessaire (1 ETP) (attention au turn-over) Nécessité d avoir des référents de chaque territoire comme porte d entrée tout en étant attentif à ne pas avoir qu une seule personne moteur (problème du turn-over) Proposition de monter un groupe de travail avec les référents de chaque territoire pour faire vivre le réseau et l observatoire Logistique Voir possibilité de faire des extractions de données des observatoires existants Qui peut stocker les données et comment? Importance des supports de présentations (graphiques, cartes )

12 4, Structuration et logistique de l observatoire Suite à donner Rendu de l étude ESPELIA (commanditaire PSEau) qui va proposé une première base pour la mise en œuvre d un observatoire dans le zone Océan Indien PSEau devra communiquer cette étude et réunir les acteurs pour voir comment initier la mise en œuvre de cet observatoire afin de répondre aux questions suivantes: Quid de la suite de l étude ESPELIA Quid de la recherche de financement (1 ETP pour un responsable?) Quid du porteur de l observatoire (office de l eau de la réunion serait le plus apte car a déjà les bases dans le cadre de l observatoire de la Réunion mais cela nécessite une implication et un positionnement pas encore étudié) Peut être simplement commencer par la réalisation d un trombinoscope des personnes référentes pour chaque territoire?

13 Merci de votre attention

Développer les systèmes d information sur l eau et l assainissement

Développer les systèmes d information sur l eau et l assainissement Développer les systèmes d information sur l eau et l assainissement Ran Eau et le Système d Information sur l Eau de l Office de l Eau de la réunion, deux expériences de mise en réseau des informations

Plus en détail

Compte rendu du séminaire annuel du réseau des acteurs de l eau et l assainissement de l Océan Indien 9 & 10 Juin 2015 à Mayotte

Compte rendu du séminaire annuel du réseau des acteurs de l eau et l assainissement de l Océan Indien 9 & 10 Juin 2015 à Mayotte Compte rendu du séminaire annuel du réseau des acteurs de l eau et l assainissement de l Océan Indien 9 & 10 Juin 2015 à Mayotte Mardi 9 juin 2015 Discours d ouverture de Moussa Mouhamadi, Président du

Plus en détail

Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI

Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI Contexte Le réseau des acteurs de l eau et l assainissement de l Océan Indien, lancé il y a un an, est aujourd hui bien identifié

Plus en détail

Grégoire Duband : duband@pseau.org Bertrand Brohon : bertrand.brohon@mayotte.pref.gouv.fr

Grégoire Duband : duband@pseau.org Bertrand Brohon : bertrand.brohon@mayotte.pref.gouv.fr Les fonds FEDER de Coopération Territoriale Européenne entrent dans leur dernière phase de préparation. A Mayotte, la proposition a été transmise à la commission européenne fin 2014 pour les dernières

Plus en détail

Atelier 2 renforcement des compétences et formations

Atelier 2 renforcement des compétences et formations Atelier 2 renforcement des compétences et formations 1 er thème: L eau potable Titre de la formation: La gestion intégrée des ressources en eau Cibles: les exploitants, les élus, les maîtres d ouvrages

Plus en détail

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE Restitution de l Etude Isabelle BADOC Animation de la Table Ronde Cathy POLGE AGENDA Phase 1 : Quelle est la bonne périodicité d analyse des indicateurs et des tableaux de bord? Les 3 aspects du développement

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois Youenn HUON, directeur Le Pays du Grand Bergeracois Le Pays du Grand Bergeracois Le paysage intercommunal

Plus en détail

Catalogue d'états Sage Ligne 100 Édition Pilotée

Catalogue d'états Sage Ligne 100 Édition Pilotée Catalogue d'états Sage Ligne 100 Édition Pilotée En complément de son outil d'interrogation et d'analyse, la Ligne 100 Édition Pilotée propose des états prêts à l'emploi pour vous aider à mieux gérer au

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles

MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles Les différentes stratégies de pérennisation : étude menée par Edf avec ISO Ingénierie MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles Par Matthieu Bresciani 10/06/2010 Journée Club Automation MCO des systèmes

Plus en détail

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2 Nouveau Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée Plus simple, plus riche, plus métier! Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée est la solution de référence pour vous accompagner dans votre gestion

Plus en détail

Solution dédiée à l interfaçage de données entre progiciels propriétaires

Solution dédiée à l interfaçage de données entre progiciels propriétaires Solution dédiée à l interfaçage de données entre progiciels propriétaires Table des Matières 1. Contexte 2. Présentation SIB-ESB 3. SIB-ESB en résumé 4. Cas #1 : Remplacer un progiciel 5. Cas #2 : Migrer

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

COMMUNE DE CIVRAY-DE-TOURAINE PLAN LOCAL D URBANISME

COMMUNE DE CIVRAY-DE-TOURAINE PLAN LOCAL D URBANISME DÉPARTEMENT D INDRE ET LOIRE Rapport de Présentation Projet d Aménagement et de Développement Durable Orientations d Aménagement Règlement d Urbanisme Documents Graphiques ANNEXES Liste des emplacements

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

Département de Maine et Loire OASIS. Observatoire d Analyse du Système d Information Stratégique

Département de Maine et Loire OASIS. Observatoire d Analyse du Système d Information Stratégique Département de Maine et Loire OASIS Observatoire d Analyse du Système d Information Stratégique Système Information d Analyse Décisionnelle Plan de la présentation L informatique décisionnelle? Les Objectifs

Plus en détail

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne Fiche méthode n 3 Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 1. Définition d un projet GPEC Une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences est par définition,

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Compte-rendu Rencontre institutionnelle «Ran Eau 2014» Bilan 2014 et Perspectives 2015 Atelier sur les bases de données du secteur EAH

Compte-rendu Rencontre institutionnelle «Ran Eau 2014» Bilan 2014 et Perspectives 2015 Atelier sur les bases de données du secteur EAH Compte-rendu Rencontre institutionnelle «Ran Eau 2014» Bilan 2014 et Perspectives 2015 Atelier sur les bases de données du secteur EAH Mercredi 10 décembre 2014 à partir de 9h00 Hôtel Ibis à Ankorondrano

Plus en détail

Termes de référence. Observatoire du Foncier

Termes de référence. Observatoire du Foncier Termes de référence Pour le recrutement d un cabinet pour la production d un film documentaire sur les investissements agricoles à large emprise foncière à Madagascar Organisme : Résultat Attendu 3 : Activité

Plus en détail

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion Le Programme Régional de Protection des Végétaux Henri BROUCHOUD Cirad Réunion PRPV (2003-2008) Programme Régional de Protection des Végétaux e-prpv (2009 2014) Elargissement et Pérennisation du Réseau

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

no fail no stop Solutions d intégrité des actifs et de fiabilisation industrielle

no fail no stop Solutions d intégrité des actifs et de fiabilisation industrielle no fail no stop Solutions d intégrité des actifs et de fiabilisation industrielle Notre métier : la continuité de fonctionnement de vos installations Précurseur dans le domaine de la fiabilité, MCO Services

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

Semi Critiques (Extraction 70% à 90 %) Sécurisés (Extraction < 70%) Salés

Semi Critiques (Extraction 70% à 90 %) Sécurisés (Extraction < 70%) Salés Objectifs Fiche Projet : WATSAN Programme : Eau, Assainissement et Déchets Mai 2015 Objectif général : Améliorer l accès à l eau potable et à l assainissement des populations défavorisées des villages

Plus en détail

Système d information et Panel de ménages ONDH pour l évaluation des politiques publiques de développement humain

Système d information et Panel de ménages ONDH pour l évaluation des politiques publiques de développement humain Système d information et Panel de ménages ONDH pour l évaluation des politiques publiques de développement humain Elaboré par Mohamed Mouime et Mohamed Benkassmi Partie I : Système d information (Mohamed

Plus en détail

Intégration de la problématique des eaux souterraines dans une procédure de contrat de rivière : le cas de l Huveaune

Intégration de la problématique des eaux souterraines dans une procédure de contrat de rivière : le cas de l Huveaune Intégration de la problématique des eaux souterraines dans une procédure de contrat de rivière : le cas de l Huveaune Journée régionale sur les eaux souterraines SIBVH Mardi 8 septembre 2015 Intégration

Plus en détail

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Projet Schéma d Orientation Régional pour la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Vu la Loi N 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création de l Emploi d Avenir Vu le Décret N 2012-1210 du 31

Plus en détail

Comment développer votre eboutique et votre. activité ecommerce?

Comment développer votre eboutique et votre. activité ecommerce? Comment développer votre eboutique et votre activité ecommerce? Création de sites e-commerce 15 ans d expérience e-business 60 spécialistes à votre service 5500 clients professionnels Des clients sur toute

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Le service d assainissement en France : principales données 2008

Le service d assainissement en France : principales données 2008 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 210 Avril 2011 Le service d assainissement en France : principales données 2008 OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT La quatrième enquête sur les services

Plus en détail

Descours & Cabaud, un modèle unique d expertise et de proximité

Descours & Cabaud, un modèle unique d expertise et de proximité Descours & Cabaud, un modèle unique d expertise et de proximité Depuis 230 ans, Descours & Cabaud fait de la distribution professionnelle son métier. Notre Groupe, en proposant l offre la plus large du

Plus en détail

Bilan des activités de la Fondation Ensemble en 2005. Les derniers projets acceptés par la Fondation Ensemble

Bilan des activités de la Fondation Ensemble en 2005. Les derniers projets acceptés par la Fondation Ensemble Newsletter N 2 - Février 2006 Bilan des activités de la Fondation Ensemble en 2005 Les derniers projets acceptés par la Fondation Ensemble Zoom sur Bilan des activités de la Fondation Ensemble en 2005

Plus en détail

Réponse à l appel à projets 2015 - Ensemble préservons notre patrimoine naturel -

Réponse à l appel à projets 2015 - Ensemble préservons notre patrimoine naturel - Réponse à l appel à projets 2015 - Ensemble préservons notre patrimoine naturel - dossier à renvoyer avant le 30 juin 2015 par courrier / dépôt d une version papier uniquement à l adresse : publigraphix

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Programme SAGE. Appel à proposition de projets pédagogiques. 1. Le programme SAGE SAGEFOR-C-001 SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1

Programme SAGE. Appel à proposition de projets pédagogiques. 1. Le programme SAGE SAGEFOR-C-001 SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1 Programme SAGE Appel à proposition de projets pédagogiques SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1 2. LE VOLET PÉDAGOGIQUE DU PROGRAMME SAGE... 2 2.1. LE CONTEXTE... 2 2.2. VISIBILITÉ... 2 2.3. QUELQUES IDÉES

Plus en détail

En attendant Marseille La participation des jeunes professionnels au Forum Mondial de l Eau

En attendant Marseille La participation des jeunes professionnels au Forum Mondial de l Eau En attendant Marseille La participation des jeunes professionnels au Forum Mondial de l Eau Compte rendu des rencontres jeunes professionnels de Ouagadougou de juin 2011 Date : 31 mai 2011 Lieu : Eau Vive

Plus en détail

Tableau de bord statistique

Tableau de bord statistique Note d information : La méthodologie précisant le périmètre statistique du champ Jeunesse et Sports dans le cadre de ce projet, est présentée dans Amélioration la fiche «Guide méthodologique de». la connaissance

Plus en détail

± Fiche Comment bien présenter un projet de demande d aide

± Fiche Comment bien présenter un projet de demande d aide ± Fiche Comment bien présenter un projet de demande d aide Le projet doit être : cohérent pertinent faisable de qualité innovant et original Informations nécessaires pour présenter un projet (à compléter

Plus en détail

Présentation. www.itancia.com. Septembre 2013

Présentation. www.itancia.com. Septembre 2013 Présentation site marchand ITANCIA www.itancia.com Septembre 2013 Pourquoi acheter sur le site marchand d ITANCIA? Vos avantages utilisateurs Les nouveautés 2013 Une interface plus intuitive, au design

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Groupe d échanges n 2

Groupe d échanges n 2 Réseau régional des collectivités à compétence Eau Potable Groupe d échanges n 2 13 octobre 2015, Besançon 1 Déroulement de la rencontre 1. Accueil et tour de table 2. Réhabilitation des réseaux d alimentation

Plus en détail

Etape 1 : paramétrage et choix du modèle d organisation

Etape 1 : paramétrage et choix du modèle d organisation L outil d analyse que nous vous proposons reprend toutes les étapes relatives à l'établissement d'un bulletin de paie en fonction du profil d'organisation de votre cabinet. Il doit vous permettre de mieux

Plus en détail

2013-2018. Des outils privilégiés : l approche territoriale et la politique contractuelle

2013-2018. Des outils privilégiés : l approche territoriale et la politique contractuelle 2013-2018 Des outils privilégiés : l approche territoriale et la politique contractuelle Des outils confortés, des partenariats renforcés 2013-2018 Les schémas d aménagement et de gestion des eaux (Sage)

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace?

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Mardi 20 mai, Hôtel KING FAHD PALACE - Dakar Présenté par Sylvette Milin, ps-eau Disposer

Plus en détail

MAAF - DGPAAT. Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur. Synthèse du rapport d évaluation

MAAF - DGPAAT. Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur. Synthèse du rapport d évaluation MAAF - DGPAAT Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur Synthèse du rapport d évaluation Octobre 2013 L évaluation d un programme régional de développement agricole et rural financé par le CASDAR

Plus en détail

Dossier de candidature Tiers-lieux

Dossier de candidature Tiers-lieux LE DÉPARTEMENT Dossier de candidature Tiers-lieux A adresser par courriel à cdebombourg@ladromefr et cbarbot@ladromefr Conseil Départemental de la Drôme Direction Générale Adjointe du Développement Mission

Plus en détail

La Maison Départementale de l Autonomie

La Maison Départementale de l Autonomie La Maison Départementale de l Autonomie 1 Pourquoi une Maison de l Autonomie? Conseil général MDPH CLIC 2 Pourquoi une Maison de l Autonomie? Similitude des logiques d intervention des deux champs Personnes

Plus en détail

Formation consultants juniors en recrutement

Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement CHUQUET JEANNET CONSEIL Brigitte CHUQUET : brigitte.chuquet@chuquet-jeannet.fr 20 rue Jacques Rivière 92330 SCEAUX

Plus en détail

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Rapport Rapport Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Juillet 2013 Sommaire Glossaire 3 Introduction 4 Objectifs 6 Matériel et méthode 7 Résultats

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries Sage 100 Solutions de gestion pour l industrie our les etites et Moyennes Industries Entrez dans le monde Sage Avec plus de 500 000 utilisateurs, 20 millions de bulletins de paie édités chaque année, plus

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Groupe de travail «ingénierie locale» (bilan au 13-02-

Groupe de travail «ingénierie locale» (bilan au 13-02- Groupe de travail «ingénierie locale» (bilan au 13-02- 2014) Contexte et objectif du groupe de travail Les travaux réalisés en 2012 par le groupe de travail sur l ingénierie locale, mis en place par le

Plus en détail

Organisation et processus

Organisation et processus Organisation et processus «Le potentiel humain d une entreprise est plus important que ses outils techniques» Organisation et Processus Qu est ce qu un PROCESSUS? 1 Définition Un processus est un ensemble

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE

Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE 1/ Les spécificités du management

Plus en détail

IV - QUALITE et GESTION DES RISQUES. Tableau de bord de pilotage de la performance dans le secteur médico-social ANAP-ARS

IV - QUALITE et GESTION DES RISQUES. Tableau de bord de pilotage de la performance dans le secteur médico-social ANAP-ARS IV - QUALITE et GESTION DES RISQUES Tableau de bord de pilotage de la performance dans le secteur médico-social ANAP-ARS 1 Lancement des tableaux de bord du pilotage de la performance Après deux expérimentations,

Plus en détail

Les impacts socio économiques des circuits courts à l échelle des territoires

Les impacts socio économiques des circuits courts à l échelle des territoires Les impacts socio économiques des circuits courts à l échelle des territoires Résultat des projets de recherche action SALT et SOLALTER Langoat - rencontre alimentation locale -T3D 27 février 2015 Déroulement

Plus en détail

DOSSIER DE SPONSORING

DOSSIER DE SPONSORING DOSSIER DE SPONSORING SOMMAIRE Qui sommes-nous? 1 Notre objectif 1 Nos cibles 1 Notre programme de célébration 2 Sponsors, quels bénéfices? 4 Budget prévisionnel 5 Nos formules de sponsoring 6 Notre plan

Plus en détail

Présentation 13 janvier 2016

Présentation 13 janvier 2016 Présentation 13 janvier 2016 Exclusivement pour les formations plt L organisation de la formation professionnelle. Les métiers de l. Conditions d admission. Fonctionnement de l. Un CFC et après. Questions.

Plus en détail

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire Les modes d intervention des collectivités locales sont très variés

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE

Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE Réussir vos enjeux commerciaux GRACE A UN MANAGEMENT STIMULANT DE LA FORCE DE VENTE 1/ Les spécificités du management

Plus en détail

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation MèTIS est un fonds de dotation à But Non Lucratif au service du financement de l Economie Sociale et Solidaire 15 rue Buffon 75005 Paris jftaieb@hotmail.com

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

Formations PLANNING. Prévisions et Planification (PL-0) Mise en place et pilotage d un processus de Prévisions / Planification performant

Formations PLANNING. Prévisions et Planification (PL-0) Mise en place et pilotage d un processus de Prévisions / Planification performant Formations PLANNING Planning Achat Commande Transport Warehousing Production SCM Green SCM Prévisions et Planification (PL-0) Mise en place et pilotage d un processus de Prévisions / Planification performant

Plus en détail

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?»,

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», Salutations Ce débat que nous avons choisi de nommer l «Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», est la marque la volonté de la CRSA -en coopération étroite avec l agence régionale

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Proposition de valeur aux Etablissements de santé

Proposition de valeur aux Etablissements de santé Prix valables jusqu au 31 octobre 2015 Proposition de valeur aux Etablissements de santé OFFRE, OPTIONS, SERVICES Les sites d avis deviennent incontournables 91% des français consultent les avis avant

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

Bruno BENOI Entreprise Benoi TP. Un patrimoine précieux

Bruno BENOI Entreprise Benoi TP. Un patrimoine précieux Bruno BENOI Entreprise Benoi TP Un patrimoine précieux Pourquoi parler d eau potable et d assainissement aux maires? Certaines communes conservent ces compétences Le maire reste le garant de la salubrité

Plus en détail

ÉTUDE D AMENAGEMENT DE L ECOQUARTIER DE LA CHAVIOTTE A VILLERS-LA-CHEVRE

ÉTUDE D AMENAGEMENT DE L ECOQUARTIER DE LA CHAVIOTTE A VILLERS-LA-CHEVRE Communes de Villers-la-Chèvre ÉTUDE D AMENAGEMENT DE L ECOQUARTIER DE LA CHAVIOTTE A VILLERS-LA-CHEVRE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE DE L URBANISME Agence de Metz 7 rue Edouard Belin 57070 METZ Technopole

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

PILOTER ET MESURER MAÎTRISER L ORGANISATION PAR LES TABLEAUX DE BORD RH

PILOTER ET MESURER MAÎTRISER L ORGANISATION PAR LES TABLEAUX DE BORD RH PILOTER ET MESURER MAÎTRISER L ORGANISATION PAR LES TABLEAUX DE BORD RH HR Public 9 juin 2011 INTRODUCTION Piloter = Mesurer Comment? Via les tableaux de bord RH Réduire l incertitude Stabiliser l information

Plus en détail

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs Intelligence RH 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Approvisionnement et transport de granulats Quels coûts pour la collectivité?

Approvisionnement et transport de granulats Quels coûts pour la collectivité? Les granulats représentent le second poste de consommation en ressources naturelles Répartition de la production (%) Observatoire Régional des Matériaux de Construction - 2004 Exemples 1 logement : de

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Newsletter n 3 Automne 2013 1 EDITO 2 LA RÉVOLUTION SEPA 3 L ÉVOLUTION CARTE(S) BANCAIRE(S) 4 L INTERVIEW

Newsletter n 3 Automne 2013 1 EDITO 2 LA RÉVOLUTION SEPA 3 L ÉVOLUTION CARTE(S) BANCAIRE(S) 4 L INTERVIEW Newsletter n 3 Automne 2013 Cette nouvelle newsletter est axée sur une révolution et une évolution Le 1er février 2014 marque la fin des virements et des prélèvements nationaux VOLKSWAGEN BANK marque une

Plus en détail

La logistique du froid made in Europe

La logistique du froid made in Europe La logistique du froid made in Europe celle du service client, moteur de notre performance. Pôle logistique Pôle systèmes d information Pôle transport >> En se concentrant sur les métiers du froid, STEF-TFE

Plus en détail

La charte des dragages des ports bretons

La charte des dragages des ports bretons La charte des dragages des ports bretons Claire-Sophie TASIAS Directrice déléguée des ports, aéroports et voies navigables Conseil régional de Bretagne La charte des dragages des ports bretons Contexte

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005 Programme d Appui à la Modernisation du Secteur Financier Algérien SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire du 17 juillet 2005 Le pilotage d une compagnie d assurances SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Cahier des charges. Préambule

Cahier des charges. Préambule Cahier des charges Consultation n DMSOI-CROSS-2014-01 Pour la fourniture de services de détection des pollutions par satellite dans le Sudouest de l Océan-Indien Préambule L océan indien est fréquenté

Plus en détail

Les aides pour la création et reprise d entreprise

Les aides pour la création et reprise d entreprise Les aides pour la création et reprise d entreprise Pour créer sa boite, mieux vaut être accompagné Pourquoi SE FAIRE ACCOMPAGNER lors du lancement? Pour gagner du temps en ayant accès à des informations

Plus en détail

Les enjeux du 10 e programme

Les enjeux du 10 e programme Les enjeux du 10 e programme Atteindre une gestion équilibrée des ressources en eau tout en assurant la satisfaction durable des usages. Répondre à de nouveaux défis comme la pollution par les pesticides,

Plus en détail

Programme ISU. Interlocuteur Social Unique

Programme ISU. Interlocuteur Social Unique Interlocuteur Social Unique Point de situation octobre 2011 1. Mise en place d une «équipe cœur» début 2011...3 2. Fin des «groupes temporaires de résorption des stocks» (GTRS)...3 3. De nouveaux engagements

Plus en détail

Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC

Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC 1- Rappel des principaux objectifs réglementaires Prioriser l action au regard des bénéfices pour la santé et l environnement remise

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail