Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de habitants)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants)"

Transcription

1 Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de habitants) Florian Vanco - CERTU Situation 2011 «Au 1 er janvier 2014, les 8 Cete, le Certu, le Cetmef et le Setra, fusionnent pour donner naissance au Cerema» Novembre

2 Un panorama pour situer entre eux les réseaux des agglomérations de plus de habitants Depuis 1999, le Certu propose un panorama des villes à transports collectifs urbains pour les agglomérations de plus de habitants. Ce panorama qui portait initialement uniquement sur les agglomérations disposant de transports collectifs en site propre (TCSP), a évolué vers un panorama selon la taille des agglomérations. En 2013, le CERTU a réalisé deux panoramas : un panorama des agglomérations de à habitants, un panorama des agglomérations de plus de habitants. Le présent document présente quelques exploitations issues de ces panoramas en relation avec les thématiques d'attractivité des réseaux et d'équilibre budgétaire. Les données sont issues de : de l enquête annuelle Transports Collectifs Urbains DGITM-Certu-GART-UTP (données 2011), de la base TCSP du Certu, des enquêtes ménages déplacements standard Certu. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 2

3 Les 65 agglomérations sélectionnées L agglomération retenue est l unité urbaine (UU) définie par l INSEE comme une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200m entre deux constructions) qui compte au moins habitants. La notion d UU reflète donc une réalité physique tandis que la présente analyse des réseaux de transports collectifs urbains se fait sur les périmètres de transports urbains (PTU), qui relève d un découpage administratif et de groupements locaux. 65 périmètres de transport urbain ont été finalement retenus pour le présent panorama : 24 PTU centres d unités urbaines de plus de habitants 41 PTU centres d'unité urbaines entre et habitants Certaines agglomérations comptent de 100 à habitants au sein de leur PTU mais font partie d'une UU de plus de habitants : Aubagne et Fos Martigues (UU de Marseille Aix-en-Provence) ; Antibes, Cannes et Grasse (UU de Nice). Ces réseaux ont été intégrés à l'échantillon. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 3

4 Les 65 agglomérations sélectionnées Parmi les 65 périmètres étudiés, on trouve en 2011 : 5 réseaux à métro Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Toulouse 12 réseaux à tramway Bordeaux, Clermont-Ferrand, Grenoble, Montpellier, Nantes, Nice, Orléans, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Valenciennes, Angers, Le Mans, Mulhouse et Reims Lyon, Lille, Marseille et Toulouse ont aussi une ou plusieurs lignes de tramway en service 2 réseaux avec un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) Nancy, Douai, Caen, Lorient, Maubeuge et La Rochelle Rouen, Nantes, Toulouse et Lyon ont également des lignes de BHNS en service Les autres réseaux sont en bus classique Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 4

5 Les agglomérations de plus de habitants Métro Tramway BHNS Bus Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 5

6 Les agglomérations de à habitants Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 6

7 Sommaire 1. éléments de contexte 2. Étendue et densité des réseaux 3. Les facteurs de l'efficacité commerciale 4. Offre et usage des réseaux de TCU 5. Conclusion Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 7

8 Éléments de contexte Novembre

9 Globalement la mobilité en transports collectifs est plutôt en progression Évolution de la mobilité en transports collectifs : nombre de déplacements en transports collectifs par habitant et par jour. Nombre de déplacements en TC par jour et par habitant Source : enquêtes ménages déplacements, standard Certu La mobilité en TC progresse sur toutes les villes qui ont mis des TCSP en service. La baisse de la mobilité TC sur St Etienne s'explique en partie par un élargissement du périmètre aux communes péri-urbaines. Quatre villes se détachent : Grenoble, Lyon, Rennes et Strasbourg. Elles ont poursuivi une politique dynamique de déplacements, déjà observée en La mobilité en TC à Valenciennes reste faible, du fait sans doute d'un PTU étendu et peu dense. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 9

10 Un retour des modes alternatifs à la voiture Évolution des parts modales de la voiture et des modes alternatifs sur les agglomérations étudiées. La part de marché des modes alternatifs à la voiture suit une même évolution sur l ensemble des villes. Aujourd hui, les modes hors VP progressent de nouveau dans toutes les agglomérations, grâce aux investissements réalisés dans les transports collectifs et plus généralement grâce aux politiques globales de déplacements initiées dans les PDU. Pour autant les écarts entre agglomérations peuvent être importants. Certaines agglomérations ont à nouveau franchi la barre des 50 % de modes alternatifs et de nombreuses agglomérations se situent entre 40 % et 50 %. Source : enquêtes ménages déplacements, standard Certu. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 10

11 1 L' étendue et densité des réseaux influencent l'efficacité économique et commerciale d'un réseau Novembre

12 Couverture de l'uu par les PTU (+ de hab.) Rapport population UU sur population PTU RENNES 128% LILLE 109% Rapport surface PTU sur surface UU 139% 214% Couverture de l unité urbaine par le PTU en population (foncé) et surface (clair) (en%). Si le recouvrement dépasse 100 %, le PTU est plus peuplé et/ou plus vaste que l unité urbaine. TOULOUSE 97% 108% LYON MARSEILLE 83% 67% 44% 35% La moitié des PTU couvre l unité urbaine et, au-delà, à la fois en population et encore plus en surface, marquant l extension des PTU vers les zones péri-urbaines. CLERMONT-FERRAND MONTPELLIER ROUEN STRASBOURG MULHOUSE VALENCIENNES ORLEANS SAINT-ETIENNE NANTES NANCY BORDEAUX GRENOBLE NICE DOUAI LENS DIJON HAVRE (LE) TOURS METZ TOULON AVIGNON AIX-EN-PROVENCE 108% 107% 105% 104% 103% 103% 101% 101% 99% 90% 85% 80% 55% 38% 117% 103% 100% 86% 76% 76% 40% 23% 18% 170% 134% 146% 131% 131% 135% 116% 136% 98% 58% 47% 60% 61% 61% 157% 133% 98% 67% 90% 48% 75% A l inverse, les PTU de Bordeaux, Grenoble, Lyon, Nancy, Tours et Toulon intègrent avant tout la (ou les) ville(s) centre(s) de l unité urbaine, avec une faible extension géographique. Ce sont aussi les périmètres à plus forte densité de population. L unité urbaine de Douai-Lens est couverte par les deux PTU de Douai et Lens. L agglomération de Aix-en-Provence-Marseille est couverte par 3 PTU avec sa plus grande surface et population couvertes par les PTU de Marseille et d Aix-en-Provence (le PTU d Aubagne n est pas étudié dans ce panorama). Dans ces agglomérations, les PTU présentent également des différences de population et de surface importantes. Les PTU d Avignon et de Nice couvrent très partiellement leurs unités urbaines. Ces dernières sont cependant également couvertes par d autres PTU (non étudiés dans ce panorama) : Orange et Carpentras pour l UU d Avignon et Cannes et Antibes pour l UU de Nice. 0% 50% 100% 150% 0% 50% 100% 150% 200% 250% Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus - Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 12

13 Des densités de PTU très disparates ( hab.) LYON LILLE MARSEILLE TOULOUSE RENNES Densité en habitants par km² (données INSEE 2009) Les densités observées sont très variables, reflétant des réalités territoriales complexes et diverses. NANCY STRASBOURG BORDEAUX GRENOBLE NICE NANTES MONTPELLIER CLERMONT-FERRAND ORLEANS MULHOUSE ROUEN SAINT-ETIENNE DOUAI VALENCIENNES HAVRE (LE) TOULON DIJON METZ LENS AVIGNON TOURS AIX-EN-PROVENCE Densité médiane : 941 habitants/km² Ainsi, deux PTU apparaissent plus denses que les autres : Lyon et Nancy. Cela s explique notamment par le fait que les PTU de Lyon et Nancy sont sensiblement petits par rapport à leur unité urbaine (continuité bâtie). Mais c est aussi le cas d autres PTU moins denses : Dijon, Le Havre,Toulon, Bordeaux et dans une moindre mesure Marseille et Avignon. A l opposé, d autres PTU sont sensiblement plus étendus que leur unité urbaine et sont nettement moins denses que celle-ci. C est particulièrement le cas de Montpellier et Rennes, et dans une moindre mesure de Saint-Etienne, Clermont- Ferrand, Rouen et Strasbourg. Deux autres PTU couvrent en outre un large territoire péri-urbain. Il s'agit de ceux des PTU d'aix-en-provence et de Lens. Dans tous les cas, Les PTU à plus faibles densités sont moins favorables à une desserte en transports publics. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus - Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 13

14 Couverture de l'uu par le PTU ( hab.) Lorient Angers La Rochelle Caen Mulhouse Maubeuge Reims Le Mans 124% 118% 112% 105% 105% 101% 90% 165% Part de la population du PTU par rapport à celle de l unité urbaine (en %) Perpignan Nîmes Saint-Paul Saint-Pierre Dijon Brest Le Havre Pau Saint-Nazaire Chambéry Annemasse Cannes (2) Aubagne (1) Valence Thionville Besançon Fort-de-France Saint-Denis Fréjus Saint-Raphaël Montbéliard Dunkerque Limoges Amiens Poitiers Angoulême Troyes Annecy Le Tampon (3) Bayonne Pointe-à-Pitre Antibes (2) Grasse (2) Fos Martigues (1) 15% 7% 19% 13% 11% 55% 137% 134% 128% 113% 107% 106% 100% 85% 81% 72% 141% 134% 127% 116% 115% 111% 110% 110% 110% 109% 100% 98% 92% 80% 66% 53% 168% Plusieurs réseaux disposent d un PTU qui ne couvre pas la totalité de la population de l UU : - un seul PTU couvre une petite partie seulement de l UU (ex. : Annemasse) - plusieurs PTU couvrent le territoire d une seule UU (ex. : Nice) - A l inverse, d autres réseaux couvrent un PTU qui dessert au-delà de l UU : - un seul PTU couvre deux UU (ex. : Valence) une politique forte de desserte des communes périurbaines est mise en œuvre (ex. : Lorient) Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 14

15 Une bonne couverture de l UU se traduit par un PTU de faible densité ( hab.) Reims Caen Le Mans Mulhouse La Rochelle Maubeuge Angers Lorient Cannes Le Havre Dijon Annemasse Brest Pau Chambéry Saint-Pierre Aubagne Perpignan Saint-Paul Saint-Nazaire Nîmes Bayonne Troyes Annecy Fort-de-France Dunkerque Saint-Denis Montbéliard Antibes Angoulême Amiens Poitiers Thionville Limoges Besançon Valence Fréjus Saint-Raphaël Grasse Médiane de l'échantillon : hab/km² Densité de population au sein du PTU (en hab/km²) La densité de population est très disparate d un PTU à l autre. Elle va de moins de 500 hab/km² dans 14 PTU de l échantillon à plus de hab/km² à Reims et Cannes. Les PTU peu denses sont généralement étendus (ex. : Nîmes). Ils desservent bien les territoires souvent au-delà du périmètre de l UU, vers des communes périurbaines peu denses (ex. : Lorient). Les PTU très denses couvrent plutôt de petites superficies (ex. : Reims). Certains PTU ont une densité élevée car ils couvrent une partie seulement du territoire de l UU, généralement limitée aux communes les plus denses (ex. : Bayonne). Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 15

16 3 Les facteurs de l'efficacité commerciale d'un réseau (offre, fréquence, remplissage, complémentarité bus - TCSP) Novembre

17 Un usage des TCU encore plus contrasté, dans un rapport de 1 à 8 LYON RENNES TOULOUSE LILLE MARSEILLE STRASBOURG GRENOBLE NANTES BORDEAUX MONTPELLIER NICE CLERMONT-FERRAND NANCY ROUEN MULHOUSE SAINT-ETIENNE ORLEANS VALENCIENNES DOUAI Déplacements* par habitant (données insuffisantes sur Douai et Aix-en-Provence) Globalement l usage a progressé sur les réseaux à TCSP depuis 2008 sauf à Montpellier, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne, où les déplacements diminuent ou restent stables. Douze réseaux ont un usage supérieur ou égal à 100 déplacements par habitant. Les autres réseaux ont un usage inférieur ou égal à 80 déplacements par habitant. Au sein d une même catégorie de réseaux, les différences entre réseaux se creusent lorsqu on passe du métro au BHNS. Pour le tramway cet indicateur varie dans un rapport de 1 à 4. DIJON HAVRE (LE) TOURS METZ TOULON AVIGNON LENS AIX-EN-PROVENCE Médiane : 89 déplacements par habitant en 2011 Parmi les réseaux sans TCSP, Le Havre et Dijon ont en 2011 une fréquentation comparable aux meilleurs réseaux à tramway. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 17

18 Un usage très variable d un réseau à l autre et indépendant de la présence ou non d un TCSP Reims Le Mans Caen Angers Mulhouse Lorient La Rochelle Maubeuge Dijon Le Havre Chambéry Brest Cannes Nîmes Pau Annemasse Saint-Nazaire Saint-Pierre Aubagne Perpignan Saint-Paul Nombre de voyages annuels réalisés par habitant du PTU (en voy/hab Le nombre de voyages annuels par habitant du PTU varie fortement suivant les réseaux : près de 1/4 des réseaux ont un usage annuel supérieur à 100 voyages par habitant près de 1/4 des réseaux ont un usage annuel inférieur à 48 voyages par habitant La présence ou non d un TCSP ne permet pas d expliquer systématiquement ces variations. Besançon Annecy Poitiers Saint-Denis Angoulême Montbéliard Dunkerque Limoges Troyes Amiens Bayonne Antibes Thionville Valence Grasse Fréjus Saint-Raphaël L usage des réseaux de Dijon et de Besançon montre que l attractivité d un réseau ne passe pas forcément par la mise en service d un TCSP. L usage du réseau de Maubeuge est faible, malgré une ligne de BHNS. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 18

19 Une offre qui varie du simple au triple RENNES LYON TOULOUSE LILLE MARSEILLE BORDEAUX NANTES ORLEANS GRENOBLE NANCY STRASBOURG NICE ROUEN MONTPELLIER SAINT-ETIENNE VALENCIENNES MULHOUSE CLERMONT-FERRAND DOUAI DIJON HAVRE (LE) METZ TOURS TOULON AVIGNON LENS AIX-EN-PROVENCE Médiane : 35 km par habitant en 2011 Kilomètres totaux* parcourus par habitant du périmètre de transport urbain (km/habitant) La moitié des réseaux a une offre supérieure ou égale à 35 kilomètres par habitant : - Rennes, Lyon, Toulouse et Lille pour les réseaux à métro ; - Bordeaux, Nantes, Orléans, Grenoble, Nancy Strasbourg et Nice pour les réseaux à tramway ou système guidé ; - Dijon, Le Havre et Metz pour les réseaux sans TCSP. L offre est faible à Douai, Aix-en-Provence et Lens et dans une moindre mesure à Marseille, alors que Dijon et Le Havre, qui font partie des agglomérations les moins peuplées, disposent d'une offre forte. D'ailleurs ces deux réseaux ont mis en service un tramway en L'offre a fortement augmenté depuis 2008 sur Bordeaux et Nancy. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 19

20 Des écarts importants sur les kilomètres offerts par habitant du PTU, que l on ait ou non un TCSP Lorient Caen Le Mans Angers La Rochelle Reims Mulhouse Maubeuge Dijon Le Havre Brest Nîmes Saint-Paul Saint-Nazaire Chambéry Pau Saint-Pierre Perpignan Aubagne Cannes Annemasse Angoulême Poitiers Dunkerque Bayonne Besançon Montbéliard Thionville Amiens Annecy Saint-Denis Troyes Limoges Valence Antibes Grasse Fréjus Saint-Raphaël 8,5 14,7 19,5 22,2 22,1 24,1 23,0 23,7 23,1 26,4 29,5 29,3 28,0 31,1 29,7 30,3 32,7 32,1 34,3 33,6 36,2 34,8 36,3 36,4 35,4 37,9 37,8 37,8 36,6 37,8 37,1 40,3 38,9 42,0 41,0 Médiane réseaux à TCSP : 37,0 km/hab 42,0 41,0 Médiane de l'échantillon : 33,6 km/hab Kilomètres annuels offerts par habitant du PTU (en km/hab) Une quinzaine de réseaux de l échantillon ont une offre kilométrique supérieure à 36 km/hab par an : ils se situent au même niveau que les réseaux des grandes agglomérations comme Grenoble, Nantes, Lyon, Bordeaux ou Strasbourg. Parmi ces réseaux, certains n ont pas de TCSP en service en 2011 (ex. : Dijon), voire aucun projet de TCSP dont la mise en service n est prévue avant 2015 (ex. : Angoulême). A l opposé, 9 réseaux réalisent moins de 25 km/hab par an. Leur offre est généralement limitée à quelques lignes. Parmi ces réseaux, certains ont un projet de TCSP dont la mise en service est prévue avant 2015 (ex. : Aubagne), voire un TCSP en service en 2011 (ex. : Maubeuge). Ces réseaux sont généralement implantés sur des PTU peu denses (voir diapo. 15) à l exception de Cannes et, dans une moindre mesure, d Annemasse. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 20

21 Des contrastes très importants sur les intervalles théoriques de passage TOULOUSE LILLE RENNES LYON MARSEILLE Intervalle théorique de passage* par mode et par réseau (en minutes). Cet indicateur rend compte du temps théorique entre deux passages d une rame de TCSP. NICE GRENOBLE NANTES BORDEAUX MARSEILLE STRASBOURG MONTPELLIER LYON ORLEANS CLERMONT-FERRAND SAINT-ETIENNE TOULOUSE ROUEN LILLE VALENCIENNES MULHOUSE NANTES NANCY ROUEN DOUAI L intervalle théorique de passage rend compte d un niveau de service : plus il est petit, plus un véhicule passe souvent et meilleur est le service. Les intervalles théoriques de passage montrent de forts contrastes, y compris pour un même mode. Les réseaux à métros ont de très petits intervalles sauf à Marseille où, en 2011, l amplitude horaire est réduite en soirée. Les intervalles sont plus importants sur les tramways à l'exception de Nice. Sur ce dernier réseau on n observe en effet que peu de variations des fréquences en fonction des horaires, jours de la semaine et période de l'année. Certains BHNS ont des intervalles théoriques de passage réduits, comme le «Busway» de Nantes et le TVR de Nancy ce qui montre une qualité de l offre comparable à de nombreux tramways. métro tramway BHNS Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 21

22 Un intervalle théorique de passage en augmentation sur la plupart des réseaux de TCU Le Mans Reims Mulhouse Caen Lorient La Rochelle Angers Maubeuge Dijon Pau Chambéry Annemasse Le Havre Brest Saint-Nazaire Cannes Saint-Paul Perpignan Aubagne Nîmes Saint-Pierre Dunkerque Besançon Bayonne Poitiers Valence Troyes Amiens Annecy Thionville Limoges Montbéliard Antibes Angoulême Saint-Denis Fréjus Saint-Raphaël Médiane réseaux à TCSP : 45 min Médiane de l'échantillon : 74 min Intervalle théorique de passage des véhicules sur le réseau de TCU (en min L intervalle théorique de passage est inférieur à une heure sur la plupart des réseaux à TCSP. Il est plus élevé à Maubeuge, du fait de l offre kilométrique totale plus faible et d un contexte économique difficile, et à Angers, car le réseau périurbain est très développé. L intervalle théorique de passage est très contrasté sur les réseaux sans TCSP. Il est globalement plus élevé que sur les réseaux avec TCSP, mais certains réseaux, comme Dijon, Dunkerque ou Besançon, ont des performances équivalentes à celles des meilleurs réseaux à TCSP. L intervalle théorique de passage a tendance à augmenter depuis 2008, ce qui s explique généralement par des extensions de PTU ayant conduit à créer de nouvelles lignes à faible fréquence (ex. : Nîmes). Quelques réseaux voient toutefois leur intervalle théorique de passage diminuer depuis 2008, suite à une réorganisation des lignes de bus (ex. : Pau) ou à une augmentation de l offre kilométrique totale (ex. : Thionville). Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 22

23 Des taux d utilisation des TCSP inégaux LYON MARSEILLE RENNES TOULOUSE LILLE Taux d utilisation des TCSP en voyages par kilomètre offert (ratio du nombre total de voyages* sur les km totaux*). L'utilisation des métros par rapport à l'offre kilométrique est élevée à Lyon comme à Marseille, avec un écart important avec les trois autres réseaux à métro léger qui sont moins capacitaires. NICE LYON BORDEAUX NANTES MONTPELLIER MARSEILLE CLERMONT-FERRAND SAINT-ETIENNE MULHOUSE STRASBOURG GRENOBLE ROUEN ORLEANS LILLE VALENCIENNES NANTES NANCY ROUEN DOUAI Presque tous les tramways ont un taux d utilisation compris entre 11 et 15 voyageurs par km offert. Le tramway de Nice se distingue par un taux d utilisation proche de ceux des métros de Lyon et Marseille. Lille, Orléans et Valenciennes sont des réseaux étendus desservant des territoires moins denses, d'où des taux d'utilisation plus faibles. Enfin, à l'exception de Douai, on note que les BHNS sont bien remplis et font jeu égal avec les tramways. Les écarts constatés peuvent s'expliquer, en partie, par des matériels de capacités différentes, des fréquences variables, différentes formes de réseaux TC et une demande inégale de déplacements. Par ailleurs, tous les voyages, quelle que soit la distance parcourue, ont le même poids dans le calcul du taux d'utilisation. Cette approche ne permet pas d intégrer la portée des déplacements et fait chuter les ratios des PTU multipolaires et/ou étendus. métro tramway BHNS Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 23

24 Le taux d utilisation varie dans un facteur de 1 à 10 Reims Mulhouse Le Mans Caen Angers Lorient Maubeuge La Rochelle Dijon Cannes Le Havre Chambéry Annemasse Brest Pau Nîmes Aubagne Saint-Pierre Saint-Nazaire Perpignan Saint-Paul Besançon Saint-Denis Annecy Limoges Antibes Poitiers Troyes Montbéliard Angoulême Amiens Valence Dunkerque Bayonne Thionville Grasse Fréjus Saint-Raphaël 0,5 0,4 3,6 3,6 3,1 2,7 2,1 1,6 1,5 3,4 3,2 2,8 2,7 2,5 2,4 2,3 2,0 1,8 1,6 1,4 1,2 3,5 3,3 3,3 2,9 2,7 2,6 2,3 2,2 2,1 2,0 2,0 1,9 1,4 1,3 1,1 4,4 Nombre de voyages par kilomètre offert sur le réseau (en voy/km) Le remplissage est globalement meilleur sur les réseaux à tramway, grâce à l implantation d une ligne de TCSP sur un axe à forte demande et l utilisation d un matériel roulant offrant une forte capacité. Le taux d utilisation est particulièrement élevé à Reims, ce qui peut s expliquer par un bon remplissage des tramway. Les réseaux de Mulhouse et du Mans sont aussi remplis l un que l autre, mais l offre kilométrique est beaucoup plus importante au Mans. La clientèle potentielle est plus importante au Mans qu à Mulhouse, car la densité y est plus forte. Certains réseaux sans TCSP ont également de bons taux d utilisation, comparables aux réseaux avec TCSP les plus remplis : les réseaux de Besançon et de Dijon ont à la fois un bon remplissage de leurs bus et une offre kilométrique élevée les bus sont bien remplis à Saint-Denis et à Annecy, avec une offre kilométrique modérée Cannes a un bon remplissage de son réseau de bus, mais l offre kilométrique est faible Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 24

25 Des réseaux à deux vitesses? MARSEILLE LYON LILLE TOULOUSE RENNES LILLE MONTPELLIER MULHOUSE ROUEN GRENOBLE CLERMONT-FERRAND LYON VALENCIENNES TOULOUSE STRASBOURG ORLEANS MARSEILLE BORDEAUX SAINT-ETIENNE NANTES NICE ROUEN NANCY DOUAI NANTES 3,9 2,1 3,3 4,0 5,9 6,2 7,8 1,9 1,9 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8 2,8 2,8 3,2 3,2 3,4 4,2 4,7 6,1 11,1 11,6 Rapport d'intervalle (1) entre le TCSP et le bus (exemple de lecture du graphique : À Lyon, en moyenne, pour un passage de bus classique, il passe 6,2 métros et 2,7 tramways). Les écarts d'intervalles entre les TCSP et les bus classiques sont importants, ce qui est normal car les TCSP ont été construits pour offrir une offre de qualité supérieure aux bus. Les écarts sont plus accentués entre métros et bus qu entre tramways et bus. Les rapports d'intervalles entre tramway et bus sont globalement en baisse depuis Cela est dû à des restructurations des réseaux de bus dans les réseaux. Par exemple, Lille, Toulouse, et Bordeaux ont renforcé leur offre bus sur la période. En ce qui concerne les BHNS, les rapports d'intervalle sont en hausse entre BHNS et bus sur les agglomérations de Nantes (hausse de la fréquence du BHNS) et Nancy (du fait d'une baisse de la fréquence bus). Nantes et Rouen positionnent leur BHNS au même niveau que leur tramway. métro tramway BHNS Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP (1) : le terme «intervalle» désigne ici l'intervalle théorique de passage, tel que défini dans le lexique. L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 25

26 Les TCSP sont logiquement plus remplis que les bus MARSEILLE RENNES TOULOUSE BORDEAUX NANTES MONTPELLIER MARSEILLE CLERMONT-FERRAND SAINT-ETIENNE MULHOUSE STRASBOURG GRENOBLE ROUEN ORLEANS LILLE VALENCIENNES NANTES NANCY ROUEN DOUAI Taux d'utilisation des TCSP et taux d utilisation des bus sur les réseaux à TCSP LYON LILLE NICE LYON ,6 1,3 1,8 1,5 1,9 1,6 1,9 2,4 2,1 2,2 2,0 2,3 2,2 2,0 2,7 2,4 2,5 2,9 2,7 3,4 3,2 3,4 3,2 3,5 Comparaison des taux d utilisation des TCSP et des bus, en voyages par kilomètre (voyages/km totaux*). Les TCSP sont logiquement plus remplis que les bus, puisqu'ils sont situés dans les zones les plus denses, où la demande est plus forte. Les écarts entre taux d'utilisation des bus s'expliquent en partie par les démarches de rationalisation et de restructuration des réseaux bus, engagées par plusieurs AOT visant à optimiser leur offre. Ainsi, Lyon, Rennes, Strasbourg, Dijon, Grenoble et dans une moindre mesure Nantes ont à la fois un bon remplissage de leurs bus, mais aussi les plus importantes offres kilométriques globales. L'écart entre l'utilisation du métro et des bus est plus important pour les réseaux à métros classiques (Lyon et Marseille) que pour les réseaux à métro léger. L écart entre l'utilisation du tramway et des bus est plus important à Nice et Bordeaux que sur les autres réseaux. Taux médian d utilisation des TCSP : 12,5 voyages/km Taux médian d utilisation des bus : 2,2 voyages/km Le BHNS de Nantes est aussi bien rempli que les VAL et que la plupart des tramways. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 26

27 4 Évolutions des indicateurs financiers Novembre

28 Des inégalités de richesse importantes RENNES TOULOUSE LYON LILLE MARSEILLE CLERMONT-FERRAND ORLEANS BORDEAUX NANCY GRENOBLE NANTES STRASBOURG ROUEN MONTPELLIER MULHOUSE SAINT-ETIENNE VALENCIENNES NICE DOUAI Rendement du versement transport* (VT) par habitant, ramené à un taux de 1 %. Le rendement du VT met en évidence les potentiels de revenus pour les agglomérations et donc des inégalités de richesse. Ce rendement moyen du VT est passé de 86 /hab à 89 /hab entre 2008 et 2011 Certaines AOTU disposent de ressources importantes en VT comme Toulouse, Rennes, Lyon, et dans une moindre mesure Clermont-Ferrand et Orléans. D autres sont nettement plus défavorisées : Marseille, St Étienne, Valenciennes, Toulon et Nice et particulièrement Lens et Douai. AIX-EN-PROVENCE DIJON METZ TOURS HAVRE (LE) AVIGNON TOULON LENS Médiane : 88 en 2011 Cela peut expliquer parfois des investissements moindres et/ou plus tardifs sur ces villes. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 28

29 Des charges par habitant dans un rapport de 1 à 4,5 LYON MARSEILLE LILLE RENNES TOULOUSE GRENOBLE STRASBOURG BORDEAUX NICE NANTES ORLEANS NANCY MONTPELLIER ROUEN CLERMONT-FERRAND MULHOUSE VALENCIENNES SAINT-ETIENNE DOUAI DIJON HAVRE (LE) METZ TOURS AVIGNON TOULON LENS AIX-EN-PROVENCE % % % 228 8% % nd Médiane : 198 en % 12% 19% 20% 12% 12% 11% 21% 0% 3% nd 12% 8% nd nd nd 21% 17% 13% 32% 11% Charges d exploitation* par habitant (en euros) et évolution en pourcentage par rapport à 2008 ( courant). Les charges d'exploitation par habitant sont directement liées à l'offre kilométrique mais non à l'existence ou au type de mode lourd. Lens, Aix-En-Provence et Douai ont des charges d'exploitation particulièrement faibles, correspondant à une offre kilométrique par habitant également basse. Les charges d exploitation par habitant progressent fortement sauf à Rouen, Grenoble et Clermont-Ferrand qui maintiennent ce coût avec une offre kilométrique totale qui évolue peu pour les deux premiers et plus fortement pour le troisième, notamment du fait de la fusion des PTU de Rouen et Elbeuf. Rennes et Saint Étienne connaissent une situation intermédiaire. Les réseaux performants en termes de déplacement/habitant comme Lyon, Grenoble, Strasbourg ont des coûts d'exploitation forts, en lien avec leur offre. Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 29

30 Charges par km Des réseaux à TCSP plus coûteux? MARSEILLE LYON LILLE TOULOUSE RENNES STRASBOURG MONTPELLIER GRENOBLE CLERMONT-FERRAND NICE ROUEN DOUAI NANCY MULHOUSE NANTES VALENCIENNES ORLEANS SAINT-ETIENNE BORDEAUX AVIGNON DIJON TOULON HAVRE (LE) TOURS METZ AIX-EN-PROVENCE LENS 6,58 6,29 5,39 4,76 7,10 7,10 6,85 6,59 6,56 6,24 6,14 5,90 5,84 5,68 5,64 5,59 5,48 5,28 5,56 5,24 5,06 4,94 4,91 4,41 4,40 4,21 9,71 0% 6% 1% 10% 0% 12% 14% 6% 11% 2% 10% nd 5% nd 11% 17% 12% 2% -7% 14% nd 22% nd 10% 21% nd 9% Charges d exploitation* par kilomètre réalisé (en euros) et évolution en pourcentage par rapport à Les charges d exploitation par kilomètre sont en hausse, sauf sur cinq agglomérations : Lille, Rennes, Nice, Saint Étienne qui maîtrisent leur coût kilométrique et Bordeaux qui le fait baisser. Toulouse et Rennes ont des coûts inférieurs à ceux des villes à métros classiques du fait notamment de l'automatisme du VAL. L'écart avec les charges d'exploitation de Lille, équipé également de VAL, peut s'expliquer par un volume plus important sur ce réseau des charges de sous-traitance. Marseille a des coûts plus importants que les autres, en partie du fait d'une faible vitesse commerciale sur l'ensemble des modes. Les réseaux à bus ont logiquement des coûts moins élevés, pour autant Avignon et Dijon ont des coûts voisins des réseaux à tramway comme Bordeaux ou Saint-Etienne. Strasbourg, Montpellier et Grenoble ont des charges/km plus élevées que les autres réseaux à tramway en lien avec une part de l'offre faite avec un TCSP plus forte que dans les autres réseaux. Médiane : 5,64 en 2011 Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 30

31 Une baisse des taux de couverture entre 2008 et 2011 LYON RENNES MARSEILLE TOULOUSE LILLE MONTPELLIER NANTES STRASBOURG NICE CLERMONT-FERRAND ORLEANS NANCY SAINT-ETIENNE BORDEAUX GRENOBLE MULHOUSE ROUEN VALENCIENNES DOUAI TOURS METZ TOULON HAVRE (LE) DIJON AIX-EN-PROVENCE AVIGNON LENS Participation des usagers aux charges d exploitation 49% 32% 29% 29% 27% 36% 33% 33% 31% 30% 30% 29% 29% 28% 28% 24% 23% 13% 11% 33% 30% 28% 23% 21% 19% 17% 10% Reste à financer par la collectivité 51% 68% 71% 71% 73% 64% 67% 67% 69% 70% 70% 71% 71% 72% 72% 76% 77% 87% 89% 67% 70% 72% 77% 79% 81% 83% 90% Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP Rapport des recettes usagers* sur les charges d exploitation*. Le réseau de Lyon est atypique avec un taux de couverture proche de 50 %. La majorité des réseaux voient leur taux de couverture se dégrader depuis 2008 sauf dans 7 réseaux, notamment Nantes et Grenoble avec des recettes qui ont augmenté plus vite que les charges d'exploitation et que la fréquentation. Les causes de cette progression sont à rechercher dans la restructuration de la grille tarifaire et dans l augmentation des tarifs. Les taux sont les plus faibles à Valenciennes, Douai, Lens, Avignon et Aix-en-Provence, en lien avec un usage plus faible du réseau. Ce ratio est aussi le reflet de politiques tarifaires qui peuvent avoir des volets sociaux forts, mais peut aussi être le reflet d'une augmentation de la fraude. Ces évolutions appellent la question suivante : quelle politique tarifaire mettre en place dans un contexte de crises économique et financière, qui soit acceptable pour les budgets des collectivités? L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 31

32 Un coût du déplacement pour l usager très différent selon l agglomération MARSEILLE LYON LILLE RENNES TOULOUSE ORLEANS NANCY NICE MONTPELLIER SAINT-ETIENNE CLERMONT-FERRAND BORDEAUX ROUEN HAVRE (LE) STRASBOURG NANTES GRENOBLE MULHOUSE VALENCIENNES DOUAI METZ TOURS TOULON AVIGNON HAVRE (LE) DIJON LENS AIX-EN-PROVENCE 0,38 0,32 0,56 0,52 0,50 0,82 0,69 0,62 0,60 0,58 0,58 0,57 0,53 0,52 0,52 0,50 0,50 0,48 0,56 0,53 0,73 0,71 0,80 0,78 0,70 Médiane : 0,57 en ,02 Participation des usagers en euros par déplacement* (montant des recettes usagers* sur les déplacements. Données insuffisantes sur les réseaux de Douai et Aix-en-Provence). Orléans reste un réseau atypique avec une contribution des usagers de 1,02 /déplacement en On y constate une forte part des voyages à tarif plein (plus de 60 %). Marseille, Lyon, Nancy, Metz, Tours et Toulon font plus appel que les autres réseaux à la participation des usagers (plus de 70 centimes par déplacement). La participation des usagers des autres réseaux à TCSP s échelonne de 48 centimes par déplacement à Douai à 69 centimes par déplacement à Nice. Pour les réseaux bus Tours, Metz et Toulon ont une participation relativement élevée des usagers. A Lens, qui a la plus faible participation des usagers, plus d'un voyage sur deux est effectué gratuitement. Depuis 2008, la participation des usagers évolue peu, hormis sur le réseau d'orléans (augmentation de 0,13 ) et de Clermont-Ferrand (augmentation de 0,11 ). Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 32

33 Le produit du VT participe inégalement au financement des charges d exploitation TOULOUSE RENNES LILLE LYON MARSEILLE CLERMONT-FERRAND DOUAI MULHOUSE BORDEAUX ORLEANS NANTES MONTPELLIER ROUEN NANCY SAINT-ETIENNE HAVRE (LE) VALENCIENNES GRENOBLE STRASBOURG NICE AIX-EN-PROVENCE LENS METZ TOURS AVIGNON DIJON HAVRE (LE) TOULON 46% 105% 92% 77% 74% 57% 113% 96% 89% 88% 88% 87% 86% 86% 84% 83% 80% 78% 76% 74% 126% 102% 98% 95% 88% 80% 74% 225% Couverture des charges d exploitation par le versement transport (en %). Le produit du VT est supérieur aux charges d exploitation à Toulouse, Clermont-Ferrand, Lens, Metz et Aix -en-provence, ce qui permet à ces AOTU d'utiliser une partie du VT pour l'investissement en complément des recettes tarifaires avant de mobiliser leur budget propre. Ce n'est pas le cas des autres agglomérations, surtout Nice et Marseille qui ont plutôt de fortes charges d'exploitation et un faible rendement du VT, induisant ainsi un modèle économique différent pour financer les TC. Lens, Douai, Tours et Avignon ont un réseau à la mesure de leur potentiel VT sans trop alourdir les contributions publiques. Médiane : 86,5 % en 2011 Réseau à métro Réseau à tramway Réseau à BNHS Réseau bus Source : enquête annuelle TCU DGITM-Certu-GART-UTP L'astérisque (*) renvoie au lexique en fin de document. Decembre 2013 COTITA CETE Méditerranée 33

34 Un potentiel de rendement du VT par habitant variant du simple au triple selon les agglomérations Le rendement du VT permet de comparer les potentiels de ressources entre les agglomérations de l échantillon. Produit théorique annuel du VT à un taux uniforme Les écarts de entre 1 % rapporté agglomérations à la population sont du 108 PTU importants, (en /hab) ce qui met en évidence les inégalités de ressources entre les réseaux. Caen Le Mans Reims Angers La Rochelle Mulhouse Lorient Maubeuge Dijon Brest Pau Saint-Nazaire Chambéry Le Havre Cannes Nîmes Aubagne Perpignan Annemasse Saint-Paul Saint-Pierre Poitiers Amiens Annecy Antibes Montbéliard Angoulême Besançon Limoges Valence Troyes Dunkerque Bayonne Saint-Denis Thionville Fos Martigues Grasse Fréjus Saint-Raphaël Médiane de l'échantillon : 77 /hab par an Échantillon observé : 38/41 Certaines agglomérations, comme Caen, Amiens et Poitiers, ont des revenus potentiels plus élevés que les autres. Ces revenus sont comparables à ceux des agglomérations de plus de habitants ayant les meilleurs rendements du VT. D autres agglomérations, telles que Saint- Pierre, Fréjus Saint-Raphaël ou Saint-Paul, ont un potentiel de ressources liés au VT beaucoup plus faible, ce qui peut expliquer des investissements moindres et plus tardifs sur leurs réseaux de TCU. Malgré un faible rendement du VT, Aubagne a un projet de tramway pour 2014 car ses charges par habitants sont inférieures à la médiane de l'échantillon (cf. diapo. Suivante). L observation des évolutions sur la période montre que le rendement du VT a progressé de 15 % sur l ensemble de l échantillon, pour une inflation de 20 % pendant la même période (selon la progression de l indice de prix du PIB). Cependant, les projets de TCSP se multiplient dans les villes moyennes et beaucoup d'entre elles disposent de marges pour augmenter leur VT.

35 Des charges d exploitation par habitant dans un rapport de 1 à 8 Reims Le Mans Caen Angers Mulhouse La Rochelle Lorient Maubeuge Dijon Nîmes Le Havre Brest Chambéry Pau Cannes Perpignan Aubagne Saint-Nazaire Saint-Paul Saint-Pierre Annemasse Amiens Besançon Bayonne Poitiers Dunkerque Montbéliard Angoulême Annecy Thionville Troyes Limoges Saint-Denis Valence Antibes Fos Martigues Fréjus Saint-Raphaël Médiane de l'échantillon : 136 /hab par an 261 Médiane réseaux avec TCSP : 166 /hab par an Charges d exploitation annuelles par habitant du PTU (en /hab) Les réseaux à TCSP présentent des charges d exploitation par habitant d'environ 25 % supérieures à celles des autres réseaux de l échantillon, ce qui s explique par une meilleure offre kilométrique et des coûts unitaires plus élevés. Les charges d exploitation du réseau de Reims, comparables à celles de Grenoble ou Strasbourg, sont particulièrement élevées du fait de la circulation en zone dense (qui favorise une faible vitesse commerciale) Les réseaux qui supportent les charges d exploitation par habitant les plus élevées sont ceux qui possèdent les meilleures offres kilométriques par habitant (ex. : Dijon). La mise en œuvre d une politique forte de desserte des communes périurbaines a un coût élevé pour les réseaux (ex. : Nîmes). L observation des évolutions sur la période montre que les charges d exploitation par habitant ont augmenté de 54 % sur l ensemble de l échantillon, pour une augmentation de l offre kilométrique par habitant de 19 % et une inflation de 20 % pendant la même période (selon la progression de l indice de prix du PIB). La mise en place de nouvelles conventions collectives (régimes de retraites) et les 35 h ont probablement contribué à l'augmentation des charges salariales. Échantillon observé : 37/41

36 La Rochelle Le Mans Maubeuge Reims Caen Mulhouse Angers Lorient Annemasse Cannes Brest Le Havre Dijon Saint-Nazaire Saint-Paul Chambéry Perpignan Pau Nîmes Saint-Pierre Aubagne Saint-Denis Besançon Annecy Troyes Limoges Poitiers Angoulême Dunkerque Bayonne Valence Antibes Thionville Amiens Montbéliard Fréjus Saint-Raphaël Participation des usagers aux charges d exploitation 38% 27% 25% 24% 23% 22% 22% 21% 37% 36% 23% 22% 20% 19% 19% 17% 17% 16% 10% 6% 32% 28% 27% 27% 25% 24% 23% 23% 21% 20% 20% 16% 14% 12% 9% Complément apporté par la collectivité 62% Rapport entre le produit annuel de la vente 73% des L usager titres aux du usagers réseau médian et les charges paie 22 % des 75% d exploitation annuelles (en %) 76% charges d exploitation du réseau qu il utilise 77% dans les agglomérations de l échantillon. Cette 78% participation est inférieure à celle relevée sur 78% 79% les réseaux des agglomérations de plus de habitants, qui est de l ordre de 30 %. 63% 64% 77% 78% 80% 81% 81% 83% 83% 84% 90% 94% 100% 68% 72% 73% 73% 75% 76% 77% 77% 79% 80% 80% 84% 86% 88% 91% Une participation des usagers aux charges d exploitation en recul par rapport à la participation de la collectivité En France, la politique de transport des réseaux de TCU intègre une tarification sociale. La compensation tarifaire est importante, ce qui diminue le taux de couverture des charges par les usagers. Le taux de participation des usagers aux charges d exploitation diminue sur l ensemble des réseaux de l échantillon. L usager médian payait 29 % des charges d exploitation du réseau qu il utilisait en Seuls quelques réseaux sont parvenus à stabiliser ce taux pendant la période (ex. : Caen). Cette baisse de la participation s'explique par la hausse des charges d'exploitations car les recettes par usagers sont restées stables sur la période Les compléments apportés par les collectivités (VT ou contributions directes) pour financer l exploitation des réseaux de TCU ne cessent de croître. Échantillon observé : 36/41

37 Une recette moyenne par voyage très variable d un réseau à l autre et indépendante de la présence ou non d un TCSP La Rochelle Maubeuge Le Mans Reims Angers Mulhouse Caen Lorient Saint-Paul Cannes Perpignan Annemasse Brest Saint-Nazaire Le Havre Dijon Pau Chambéry Nîmes Saint-Pierre Aubagne Fréjus Saint-Raphaël Bayonne Dunkerque Troyes Valence Amiens Thionville Grasse Limoges Besançon Angoulême Poitiers Annecy Saint-Denis Antibes Montbéliard 0,00 0,13 0,22 0,31 0,31 0,29 0,34 0,34 0,31 0,30 0,37 0,37 0,33 0,32 0,39 0,41 0,39 0,39 0,38 0,36 0,36 0,36 0,44 0,41 0,39 0,47 0,45 0,43 0,46 0,42 0,52 0,65 0,63 Médiane de l'échantillon : 0,40 /voy 0,68 0,63 1,07 1,12 La recette moyenne est donnée par voyage plutôt que par déplacement. Le calcul de ce dernier nécessite de connaître les taux de correspondance. Cette donnée est moins bien renseignée que les voyages annuels et, lorsqu elle est renseignée, elle est souvent ancienne ou trop fragile. Produit annuel de la vente des titres aux usagers rapporté aux voyages annuels réalisés (en La /voy) recette par voyage varie fortement d un réseau à l autre, sans que la présence d un TCSP ne soit discriminante. Elle dépend de la politique tarifaire appliquée sur le réseau et de la structure de la population du PTU. La Rochelle et Saint-Paul ont des recettes par voyage beaucoup plus élevées que les autres réseaux. Aubagne est passé à la gratuité en La participation des usagers aux dépenses d exploitation ne dépend pas uniquement de la recette moyenne par voyage. Une recette modeste ne signifie pas nécessairement un faible taux de couverture (ex. : Annecy) et, inversement, une recette élevée n assure pas un bon taux de couverture (ex. : Fréjus Saint-Raphaël). Le remplissage est aussi un critère à prendre en compte (voir diapo. 23). L observation des évolutions sur la période montre que la recette moyenne par voyage a augmenté de 21 % sur l ensemble de l échantillon, pour une inflation de 18 % pendant la même période (selon la progression de l indice de prix des dépenses de consommation finale des ménages). Échantillon observé : 37/41

38 Une participation inégale du VT aux charges d exploitation du réseau Maubeuge Caen Angers La Rochelle Mulhouse Le Mans Lorient Reims Pau Saint-Nazaire Brest Aubagne Cannes Dijon Chambéry Le Havre Saint-Paul Saint-Pierre Perpignan Nîmes Annemasse Antibes Fos Martigues Saint-Denis Fréjus Saint-Raphaël Angoulême Valence Amiens Besançon Poitiers Montbéliard Bayonne Limoges Thionville Troyes Dunkerque Annecy 43% 63% 58% 70% 64% 77% 71% 78% 77% 86% 85% 84% 79% 83% 83% 82% 79% 93% 89% 94% 91% 87% 87% 96% 95% 90% 105% 98% 110% 101% 110% 121% Le produit du VT couvre 100 % des charges annuelles d'exploitation 129% 121% 131% 153% 190% Rapport entre le produit net du VT et les charges d exploitation annuelles (en %) Dans la plupart des réseaux, le produit du VT couvre plus des 2/3 des charges d exploitation. Les charges d exploitation sont couvertes par le produit du VT sur 10 réseaux. Cette ressource contribue aux dépenses d investissement prévues sur le réseau de TCU, comme à Pau ou à Antibes. Dans d autres agglomérations, le produit du VT ne couvre en revanche pas les dépenses d exploitation, même en le cumulant avec les recettes tarifaires (ex. : Nîmes). Les collectivités doivent compléter le financement du budget d exploitation, ce qui réduit leur marge de manœuvre pour investir dans le développement de leur réseau de TCU. Ces inégalités entre les agglomérations sont liées au niveau de l offre de service sur le réseau, qui fixe en partie le volume des charges d exploitation, au taux de VT appliqué et au rendement du VT. Échantillon observé : 37/41

39 Conclusion Depuis 2001, les PTU ont tendance à s étendre vers les communes périurbaines. Ces extensions vers des communes souvent peu peuplées et peu denses ne favorisent pas l'efficacité financière des réseaux (charges d'exploitation par habitant). En revanche, on constate globalement une augmentation de l'offre comme de l'usage dans la majorité des réseaux. On observe ainsi souvent que lorsqu'une agglomération met en place une offre importante, notamment par la mise en place d'un TCSP ou d'une offre de bus renforcée, la fréquentation a tendance à augmenter dans des proportions variables liées au contexte local et l'avancement des projets. Toutefois, mettre en service un TCSP ne suffit pas à garantir une fréquentation élevée sur l ensemble du réseau. Des agglomérations de taille équivalente sans TCSP mais avec un réseau de bus performant (comme Dijon ou Besançon) peuvent avoir une fréquentation au niveau de celle d un réseau avec TCSP. Certains réseaux ont des fréquentations comparables à celles des réseaux des agglomérations de plus de habitants, qu ils aient un TCSP (comme Reims) ou non (comme Dijon). L'usager paie environ un tiers des charges d'exploitation. Cette participation est en baisse depuis 2001, ce qui contraint les collectivités à solliciter d autres sources de financement (versement transport, contribution du budget général de la collectivité,...). Le VT permet d alimenter les investissements, en particulier ceux liés au TCSP. Pour les agglomérations de à habitants, il reste des marges de manœuvre d'augmentation du VT, notamment pour celles qui n'ont pas encore initier de projet de TCSP. Le 3ème appel à projet de TCSP lancé en 2013 devrait contribuer à accélérer les efforts d'investissement dans ces réseaux. Enfin, il est toujours important de coordonner toutes ces actions avec des politiques d'urbanisme et de déplacements cohérentes : limitation de l'étalement urbain, politiques de requalification et de densification de certains quartiers, politiques de restriction de l'usage de la voiture (stationnement, parc relais, zones 30...) et le développement des modes alternatifs tels que le vélos et l'aménagement de pistes cyclables.

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de Cliquez la pour mobilité modifier urbaine les styles du? texte du masque Les enseignements des Deuxième niveau dernières

Plus en détail

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité Une importante évolution de la société autour de la mobilité et des déplacements? Mobilité : nombre moyen de déplacements par personne

Plus en détail

Les services publics locaux

Les services publics locaux Les services publics locaux mars 2004 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

L'annuaire pour tirer un échantillon?

L'annuaire pour tirer un échantillon? Journées d'échange sur la mobilité urbaine Recueils et sources de données déplacements L'annuaire pour tirer un échantillon? Paris La Défense 25 et 26 janvier 2010 Sommaire 1. Quand utilise-t-on l'annuaire

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

La flambée des années 2000 a laissé croire que les

La flambée des années 2000 a laissé croire que les 34 3 La flambée immobilière dans les villes françaises, une question d attractivité? Par Claire Juillard, co-directrice de la Chaire Ville & Immobilier (Université/Fondation Dauphine) et Hervé Alexandre,

Plus en détail

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE LE PRIX DU FONCIER* EN ZONE URBAINE ~~~ UNE CRISE RENFORCEE PAR LES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE ou lorsque la logique économique s oppose à la logique écologique * Terrains destinés à supporter

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20 Key Rates 2011 sections class 1 class 2 class 3 class 4 class 5 AiX-en-PRoVence cannes 13.60 e 20.50 e 30.10 e 42.00 e 7.90 e AIX-EN-PROVENCE LA SAULCE 11.90 e 18.00 e 26.20 e 37.30 e 7.20 e AIX-EN-PROVENCE

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 ADHÉRENT CHARTE QUALITÉ Centre de formation enregistré sous le n 53 35 04 28 83 35, adhérent à la charte Qualité des centres de formation de la FIEEC. Les formations Delta

Plus en détail

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14.

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Organisme signataire Type TP Organisme AMC Libellé 01011 CPAM BOURG EN BRESSE RO T Néant 01021 CPAM LAON RO T Néant 01022 CPAM ST QT RO T

Plus en détail

Que peut faire une personne désireuse

Que peut faire une personne désireuse ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.17 JUIN Le baccalauréat constitue la porte d entrée dans l enseignement supérieur mais, pour ceux qui n en sont pas titulaires, il y a la possibilité

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Comment trouver un détective privé en Suisse, en France? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mmes et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 28/03/90 des Caisses Générales

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDPFE/N2006-2033 Date: 29 mars 2006

NOTE DE SERVICE DGER/SDPFE/N2006-2033 Date: 29 mars 2006 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DE LA RURALITÉ Direction générale de l enseignement et de la recherche Sous-direction des politiques de formation et d éducation Bureau des

Plus en détail

Infrastructures de transport Cofely Ineo, partenaire d une mobilité performante et durable

Infrastructures de transport Cofely Ineo, partenaire d une mobilité performante et durable Infrastructures de transport Cofely Ineo, partenaire d une mobilité performante et durable cofelyineo-gdfsuez.com Désormais au cœur des enjeux économiques, sociaux et environnementaux, les transports

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire Les études de L emploi cadre n 2015-32 mars 2015 Cadres du privé et zones d emploi : une forte concentration. Les places fortes de l emploi

Plus en détail

Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS. PME Agile 2014

Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS. PME Agile 2014 Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS 1 PME Agile 2014 Qui sommes nous? Nextiraone est une entreprise de services du numérique, passionnée

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES AVEC : DE DEMAIN AVEC : le financement et la garantie 10-15 16-23 24-29

1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES AVEC : DE DEMAIN AVEC : le financement et la garantie 10-15 16-23 24-29 1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES AVEC : 10-15 le financement et la garantie l investissement 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DE DEMAIN AVEC : 16-23 l innovation les secteurs d avenir l export 3Développer

Plus en détail

La réussite en licence professionnelle

La réussite en licence professionnelle note d information 07.13 AVRIL www.education.gouv.fr La licence professionnelle, mise en place à la rentrée 2000, accueille des diplômés de niveau bac + 2 ; elle se prépare en un an. La réussite des étudiants

Plus en détail

Réunion parents-étudiants. des classes Préparatoires. Économiques et Commerciales

Réunion parents-étudiants. des classes Préparatoires. Économiques et Commerciales Année Scolaire 2009/2010 Mercredi 16 décembre 2009 Réunion parents-étudiants des classes Préparatoires Économiques et Commerciales 2 ème année Ordre du jour Bilan du 1 er trimestre (écrits entretiens de

Plus en détail

- mardi 23 octobre 2007 -

- mardi 23 octobre 2007 - DOSSIER DE PRESSE Premiers résultats et évolutions entre 1999 et 2007 sur l aire urbaine rennaise - mardi 23 octobre 2007 - Contacts Presse Rennes Métropole : Vincent Le Berre - Attaché de Presse Tél.

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE Exploitation régionale des enquêtes ménages déplacements 2007-2009 ETUDE en Cours Présentation des premiers résultats Court Débat ORT 5 mai 2011 Logo région

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 14 juin 2013 JOURNAL OICIEL DE LA RÉPUBLIQUE RANÇAISE Texte 27 sur 118 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 juin 2013 autorisant

Plus en détail

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes Distribution de l eau Assainissement Collecte des déchets Valorisation des déchets Transports urbains Stationnement Réseaux

Plus en détail

Licences professionnelles ouvertes dans les départements GMP de France (version 2009)

Licences professionnelles ouvertes dans les départements GMP de France (version 2009) Licences professionnelles ouvertes dans les départements GMP de France (version 2009) Département GMP (ville) : Aix en Provence Spécialité (ou option) 1 : Ingénierie Intégrée Spécialité (ou option) 2 :

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

L'évolution récente des prix des logements anciens

L'évolution récente des prix des logements anciens L'évolution récente des prix des logements anciens Claude Taffin (DINAMIC) Les Journées de l Economie 14 Décembre 2013 Evolution 1998-2013 des prix des logements anciens (Source : bases notariales) 2 Premiers

Plus en détail

UE 13 Relations professionnelles. Les dispenses avant LMD

UE 13 Relations professionnelles. Les dispenses avant LMD UE 13 Relations professionnelles Les dispenses avant LMD CERTIFICATS D EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Bac +2 BTS DUT Certificat supérieur d organisation et de gestion des entreprises Certificat supérieur

Plus en détail

VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA

VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA 1 INTERVENTIONS INDIVIDUELLES Aides personnalisées ponctuelles En cas de difficultés importantes dues à une situation de rupture (chômage, surendettement, divorce,

Plus en détail

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF CREDIT COOPERATIF Délégation Générale du Nord-Est-Centre, à Paris Pascal LUX T/ 01.47.24.96.43 Pascal.lux@credit-cooperatif.coop DUNKERQUE Directeur : Laurent

Plus en détail

L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients. L autopartage : un potentiel sous-exploité

L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients. L autopartage : un potentiel sous-exploité L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients Cette étude a été réalisée par 6T-Bureau de recherche en partenariat avec France Autopartage et avec le soutien de l Agence de l

Plus en détail

Cofely Ineo, Groupe GDF SUEZ

Cofely Ineo, Groupe GDF SUEZ Cofely Ineo, Groupe GDF SUEZ Cofely Ineo Mai 2013 1 Chiffres clés 2012 GDF SUEZ C.A. : 97 Md 219 300 collaborateurs 70 pays GDF SUEZ Energie Services C.A. : 14,7 Md 78 178 collaborateurs 1 500 implantations

Plus en détail

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE 1 Ces analyses ont été réalisées sur la base des informations communiquées par les notaires de France. Tous les prix correspondent aux prix de vente hors droits,

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 1 du 28 janvier 2010

Bulletin officiel spécial n 1 du 28 janvier 2010 2. Liste des diplômes des établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l'enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master

Plus en détail

URL analysées. Informations générales

URL analysées. Informations générales 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

Les masters en langues

Les masters en langues Traduction-Interprétation Études anglophones traduction littéraire : Paris Études européennes et langues étrangères et échanges internationaux traduction économique et juridique : Juriste international

Plus en détail

Bases de données notariales

Bases de données notariales Chapitre 4 Bases de données notariales 4.1 Description Les données notariales sont, pour le moment, les seules à permettre le calcul d indices de prix trimestriels, basés sur l ensemble des transactions

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Cartographie régionale des risques

Cartographie régionale des risques Direction des Etudes et de l Observatoire Immobilier L investissement en immobilier résidentiel neuf Cartographie régionale des risques Synthèse Juillet 2009 Direction Etudes & Observatoire Immobilier

Plus en détail

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France 2016 COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France APPART CITY PARK&SUITES, UN SEUL GROUPE Pour votre City Break, nous vous proposons au coeur des principales

Plus en détail

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Jeudi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr OBSERVATOIRE DE LA FPI

Plus en détail

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Lundi 11 février (9h-13h30) ENS Cognitique (diplôme d ingénieur CTI, Management des connaissances, Bordeaux) ISTHIA (Université Toulouse

Plus en détail

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France)

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) Congrès Développement Durable Arles 6 et 7 octobre 2014 Laurent Sommerard 1 Sommaire 1/ Le groupe Stanley Black & Decker 2/ Stanley Security en France

Plus en détail

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Branche maladie PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Bourg en Bresse 65,19% 86,38% 75,79% 170,75 226,25 397,00 Laon 85,39% 86,38% 85,89% 223,66 226,25 449,91 St Quentin 91,73% 86,38% 89,06% 240,27 226,25 466,52

Plus en détail

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS EN IMMOBILIER RESIDENTIEL NEUF «SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE Synthèse avril 2010 PAR TEMPS COUVERT SUR L HEXAGONE. LES DYSFONCTIONNEMENTS

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d Assurance Maladie 12/07/96 des Caisses Régionales

Plus en détail

EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008

EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008 Commission Centrale d Arbitrage EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008 PRESENTATION 8 - 1 - Contexte Evènementiel Arbitrage Partenariat But/La Poste 2007-2008 La Fédération Française

Plus en détail

Financement des transports publics urbains

Financement des transports publics urbains Financement des transports publics urbains Agglo V.Daverio Quel bilan à fin 2007? Quelles perspectives? En collaboration avec EDITORIAL Les évolutions sociétales que notre pays connaît conduisent à une

Plus en détail

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance. 20/01/2015 VALEURS DU GROUPE Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.» Antoine JOUVE et Olivier COIN co-fondateurs

Plus en détail

TITRES ET DIPLÔMES FRANCAIS OUVRANT DROIT A DISPENSES D'EPREUVES DU DCG ET DU DSCG - SESSION 2010

TITRES ET DIPLÔMES FRANCAIS OUVRANT DROIT A DISPENSES D'EPREUVES DU DCG ET DU DSCG - SESSION 2010 1 - CERTIFICATS D'EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) 2 - DEUG, DEUST, LICENCES, MAITRISES HORS LMD 3 - CAPET, AGREGATION 4 - CERTIFICAT ET DIPLÔMES DU CNAM 5 - BTS, DUT 6 - DIPLÔME NATIONAL DE MASTER

Plus en détail

L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients. L autopartage : un potentiel sous-exploité. ena.6t.fr

L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients. L autopartage : un potentiel sous-exploité. ena.6t.fr L autopartage : tous les avantages de la voiture sans les inconvénients Cette étude a été réalisée par 6T-Bureau de recherche en partenariat avec France Autopartage et avec le soutien de l Agence de l

Plus en détail

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F 2. Liste des diplômes des établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l Enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master

Plus en détail

Table 1 coût de construction des lignes

Table 1 coût de construction des lignes Coûts de transport en commun pour l application numérique dans le modèle monocentrique Les coûts de production de service de transport en commun et les coûts individuels de déplacements sont les bases

Plus en détail

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF No ÉCOLES HABILITÉES À DÉLIVRER UN TITRE D'INGÉNIEUR DIPLÔMÉ PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille 2 Ingénieur diplômé de l'école polytechnique universitaire

Plus en détail

Les étudiants. Pour en savoir plus - Tableaux statistiques, n 7146.

Les étudiants. Pour en savoir plus - Tableaux statistiques, n 7146. 6 Les étudiants 6 6.1 Les effectifs du supérieur : évolution 170 6.2 Les effectifs du supérieur par académie 172 6.3 Les étudiants dans les formations scientifiques 174 6.4 Les étudiants des universités

Plus en détail

Idée reçue n 1 POUR L UTILISATEUR, LES TRANSPORTS PUBLICS COÛTENT TROP CHER

Idée reçue n 1 POUR L UTILISATEUR, LES TRANSPORTS PUBLICS COÛTENT TROP CHER Idée reçue n 1 Idée reçue n 1 POUR L UTILISATEUR, LES TRANSPORTS PUBLICS COÛTENT TROP CHER Idée reçue n 1 POUR L UTILISATEUR, LES TRANSPORTS PUBLICS COÛTENT TROP CHER FAUX Dire que les transports urbains

Plus en détail

Le palmarès des villes attractives

Le palmarès des villes attractives La situation politique à Villefranche sur Mer - Novembre 2013 1 Le palmarès des villes attractives Institut CSA pour Guy Hoquet l Immobilier Avril 2015 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / Guy

Plus en détail

TITRES ET DIPLÔMES FRANCAIS OUVRANT DROIT A DISPENSES D'EPREUVES DU DCG ET DU DSCG - SESSION 2014

TITRES ET DIPLÔMES FRANCAIS OUVRANT DROIT A DISPENSES D'EPREUVES DU DCG ET DU DSCG - SESSION 2014 1 - CERTIFICATS D'EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) 2 - DEUG, DEUST, LICENCES, MAITRISES HORS LMD 3 - CAPET, AGREGATION 4 - CERTIFICAT ET DIPLÔMES DU CNAM 5 - BTS, DUT p 2 p 3 p 5 p 6 p 7 6 - DIPLÖME

Plus en détail

UE 1 Introduction au droit. Les dispenses avant LMD

UE 1 Introduction au droit. Les dispenses avant LMD UE 1 Introduction au droit Les dispenses avant LMD CERTIFICATS D EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Bac +2 BTS DEUG DEUST DUT Certificat d études juridiques Certificat supérieur d organisation et de gestion

Plus en détail

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT CCN MÉDICO-TECHNIQUE L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT POUR LES SALARIÉS ET LEUR FAMILLE AIDES À LA FAMILLE CESU maternité Lors d une naissance ou d une adoption, un CESU

Plus en détail

UE 12 Anglais appliqué aux affaires. Les dispenses avant LMD

UE 12 Anglais appliqué aux affaires. Les dispenses avant LMD UE 12 Anglais appliqué aux affaires Les dispenses avant LMD CERTIFICATS D EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Bac +2 BTS DEUG DEUST DUT Certificat d études comptables Certificat d études économiques Certificat

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 29 mars 2012 fixant au titre de l année 2012 le nombre de postes offerts aux recrutements sans

Plus en détail

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau 17 juin 2013 La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau La Banque de France s est fortement mobilisée au service de l économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière.

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\...

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\... Page 1 of 9 Statistiques Sigem Classes prépas HEC bloom6.free.fr Qu'est-ce que le Sigem? Synthèse des résulats Classement Sigem Statistiques Sigem Barres d'admissibilité Fiches Sigem par École HEC Essec

Plus en détail

information Les étudiants inscrits dans les universités françaises en 2012-2013 note d 13.11 Enseignement supérieur & Recherche DÉCEMBRE

information Les étudiants inscrits dans les universités françaises en 2012-2013 note d 13.11 Enseignement supérieur & Recherche DÉCEMBRE note d information Enseignement supérieur & Recherche 13.11 DÉCEMBRE En 2012-2013, 1 468 300 étudiants sont inscrits dans les universités françaises (y compris les universités d outre-mer et l université

Plus en détail

Plan de Déplacements Urbains de l agglomération clermontoise

Plan de Déplacements Urbains de l agglomération clermontoise Plan de Déplacements Urbains de l agglomération clermontoise Compte déplacements Référence : RG70549C Date de création : 04/08/08 Version : 4 Préambule Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) de l agglomération

Plus en détail

Annexe 2 : Liste des titres et diplômes français ouvrant droit à dispensesd épreuves.

Annexe 2 : Liste des titres et diplômes français ouvrant droit à dispensesd épreuves. 4 notice DCG Annexe : Liste des titres et diplômes français ouvrant droit à dispensesd épreuves. Consultable ici : http://www.siec.education.fr ; rubrique «examens» ; sous-rubrique «DCG/DSCG» ; onglet

Plus en détail

Avec la. Croix-Rouge française, formez vos jeunes. en service civique. au PSC 1!

Avec la. Croix-Rouge française, formez vos jeunes. en service civique. au PSC 1! Avec la Croix-Rouge française, formez vos jeunes en service civique au PSC 1! Vous accueillez au sein de votre structure des jeunes en service civique pour une mission d intérêt général de 6 à 12 mois?

Plus en détail

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA)

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) MAJ 27/02/13 ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) CIRFA AJACCIO Quartier Général Grossetti Boulevard Albert 1 er 20000 AJACCIO Tel : 04.95.21.61.88

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

Capital Investissement

Capital Investissement Capital Une marque d engagement Des ressources essentielles au service de votre entreprise Capital Premier cabinet d avocats en France Avec près de 1200 avocats en France et des partenaires dans 150 pays,

Plus en détail

solutions d assurances

solutions d assurances GENERALI GENERALI, solutions d assurances En Europe, 1 er assureur en assurance de personnes En France, 6 millions de clients particuliers et entreprises Un réseau de spécialistes Un réseau de spécialistes

Plus en détail

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE 2005

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE 2005 Paris, le 17 janvier 2006 LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE Les statistiques immobilières émanant du notariat français proviennent, avec la Base BIEN pour l'ile-de-france et la base PERVAL pour la

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public Session 2010

Concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public Session 2010 note d informationdécembre 11.25 En 1, 7 462 professeurs des écoles ont été recrutés en réussissant le concours parmi les 38 653 candidats qui s y sont présentés. Ce dernier chiffre est en baisse depuis

Plus en détail

La liste complète des cordées de la réussite

La liste complète des cordées de la réussite La liste complète des cordées de la réussite ACADEMIES DENOMINATION LOCALISATION TETES DE CORDEES AIX MARSEILLE Tandem Marseille Universités Aix Marseille,, AIX MARSEILLE Accompagnement à la scolarité

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien?

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? DOSSIER DE PRESSE Ipsos pour Février 2014 UNE PERCEPTION NEGATIVE DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA)

ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) MAJ 05/11/14 ADRESSES PHYSIQUES DES BUREAUX MARINE CENTRES D INFORMATION ET DE RECRUTEMENT DES FORCES ARMEES (CIRFA) AU CIRFA AJACCIO 18 avenue Colonel Colonna d Ornano 20000 AJACCIO Tel : 04.20.00.70.86

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE

LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE Le Lycée DESCARTES de Tours possède une préparation Economique et Commerciale qui accueille les jeunes gens et jeunes filles, candidats

Plus en détail

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP)

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP) Direction Juridique et de la Conformité du Groupe Droit social et Droit de la fonction publique `çåí~åí d~ääçáëm~ëå~ä q äwmnrrqqnsqs c~ñw bjã~áäw aéëíáå~í~áêéë qçìëëéêîáåéë a~íéçéî~äáçáí ^é~êíáêçìotlmnlomnn

Plus en détail

LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL

LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL SYNTHESE DE L OBSERVATOIRE FPI CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux FT&Consulting 06 73 76 74 98 franckthiebaux@ft consulting.net Lauren

Plus en détail