Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e. octobre 99

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e. octobre 99"

Transcription

1 Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e octobre 99

2 1999 OCTO Technology. Tous droits réservés Les informations contenues dans ce document représentent le point de vue actuel d OCTO Technology sur les sujets exposés, à la date de publication. Dans la mesure où les éditeurs cités doivent s adapter aux conditions changeantes du marché, OCTO ne peut pas garantir l exactitude des informations présentées après la date de publication. Les noms de produits ou de sociétés dans ce document peuvent être les marques déposées de leurs propriétaires respectifs. Auteurs : Les auteurs de ce document sont des consultants d OCTO Technology, par ordre alphabétique L. Avignon, T. Brethes, C. Devaux, P. Pezziardi. Pour tous renseignements complémentaires, veuillez contacter P. Pezziardi

3 Constat d évolution Un système d information d entreprise est constitué de nombreuses applications bâties sur des technologies différentes avec des spécificités propres aux contraintes du moment, et qui de surcroît ont évoluées dans le temps. A présent, lors du développement d une nouvelle application, une grande partie du travail consiste à développer les interfaces des applications avec lesquelles elle doit échanger des informations. Dans un contexte où la mondialisation est de mise, ces problèmes prennent une dimension encore plus importante, et deviennent la pierre angulaire des échanges intra-entreprises et inter-entreprises. Les nouveaux concepts et produits de l Enterprise Application Integration (EAI) se proposent de répondre de manière élégante à cette problématique de gestion des flux d information dans le SI de l entreprise. Les enjeux de l EAI L EAI, traduit en français par Intégration des Applications d Entreprise, permet de faire communiquer tout type d applications, que ce soit des développements maison ou des progiciels intégrés. Il ne s agit plus dès lors de développer une nouvelle solution d interfaçage mais de fournir un cadre d intégration souple et robuste. Le fait que l entreprise puisse faire évoluer en douceur son SI en s appuyant au maximum sur l existant est une qualité intrinsèque de l EAI. Le système d information a ainsi la capacité d absorber les changements technologiques toujours plus fréquents. L entreprise peut alors plus facilement réagir aux nouvelles donnes économiques (fusion, acquisition, mondialisation des marchés et élargissement de la concurrence). De ce point de vue, la valeur de l EAI réside bien dans sa capacité à faire perpétuer le système d information, tout en minimisant le coût total du changement (TCC). Cependant, la mise à disposition d information et l échange de données entre systèmes nécessitent une normalisation de leurs formats. Dans ce domaine, les technologies de l EDI ont adressé le problème secteur par secteur (automobile, santé, etc.) en définissant les formats et la cinématique des échanges. Trop complexes et coûteuses à mettre en œuvre, particulièrement pour les PME, elles n ont pas réussi à s imposer à grande échelle. En outre, les échanges de données informatiques s effectuaient jusqu à présent sur un mode point à point. Ce modèle éclate aujourd hui avec l arrivée

4 d une multitude de partenaires et d organisations de toute taille. En effet, l avènement des technologies de l Internet a considérablement allégé les coûts d investissement et ont permis l apparition de nouveaux acteurs. De plus, l apparition de tiers, assurant des fonctions de place de marché (annuaires, catalogues, paiements, commandes, tiers de confiance,...), modifie radicalement la cinématique des échanges. Le format XML, issu du monde du WEB, et les expériences de l EDI apportent un début de normalisation mais un grand travail reste encore à faire, notamment en corrélation avec les éditeurs de progiciels intégrés, sur lesquels de plus en plus d entreprises gèrent leur personnel, leur stock ou leur système de facturation. Au delà de ces raisons économiques, deux facteurs technologiques tirent le marché de l EAI : le développement massif des technologies Internet et la possibilité d utiliser ce réseau et ses protocoles pour y créer de la valeur ajoutée, une adoption généralisée des solutions packagées : Enterprise Ressource Planning (ERP), Customer Relationship Management (CRM), Supply Chain Management (SCM), permettant l émergence de standards métier. Acteurs du marché de l EAI Une solution EAI contient un ensemble d outils que l on peut classer dans les catégories suivantes : Les outils de gestion de processus métier, qui gèrent l ensemble des données métier et assurent le suivi des étapes et des décisions prises, Des moteurs de règles pour le routage et la transformation des flux, plus connus sous le nom de Message Broker, Des connecteurs et adaptateurs de progiciels intégrés permettant une intégration aisée de ces applications dans le système, Des connecteurs vers des formats d échange déjà en usage (EDI, réseaux de clearing, etc), Des passerelles bas-niveau vers les multiples formats de transport (fichier, message, base de données, , etc.), Des middlewares de communications (mode message, transfert de fichiers, Web, messageries).

5 Aujourd hui, aucun éditeur du monde de l EAI ne peut se flatter d offrir l ensemble de ces outils. Certains ont une approche bottom up : ils viennent du monde des middlewares et proposent des solutions de plus haut niveau audessus de leurs technologies existantes. D autres ont abordé ce marché en partant de leur expertise métier ou de leur connaissance en matière de progiciels spécialisés, et ont une approche top down : ils proposent des outils de gestion de processus ou des connecteurs, et peuvent s appuyer sur des middlewares existants. Le spectre des offres actuelles est en pleine ébullition, mais le marché commence à se structurer. La bataille se joue à coup d annonces, d alliances et acquisitions, afin de pouvoir proposer le plus rapidement possible une offre intégrée globale. A ce jeu, le NASDAQ devient rapidement le baromètre des stratégies. Ce livre blanc se propose donc d éclaircir le lecteur sur le pourquoi et le comment des technologies EAI. Une première partie est consacrée à la description de la problématique, la seconde expose les différentes briques d architecture proposées par les éditeurs, et la dernière présente notre vision du marché en date de rédaction! Nous vous souhaitons une excellente lecture, en espérant que vous prendrez autant de plaisir à le lire que nous en avons eu à le rédiger.

6 S o m m a i r e I N T R O D U C T I O N 8 1.VERS L INTEGRATION DES APPLICATIONS D ENTREPRISE ARCHITECTURE EAI MÉCANISMES D ÉCHANGE ECHANGE EN MODE MESSAGE LES SERVICES FONDAMENTAUX DE L EAI Transformations et connecteurs Passerelles techniques La gestion de processus ou Workflow L INTÉGRATION DES APPLICATIONS Les applications client/serveur Les applications 3-tiers Les ERP et autres progiciels métier ADMINISTRATION ET EXPLOITATION GESTION DE LA SÉCURITÉ C O N C L U S I O N 37 3.ACTEURS DU MARCHÉ ACTIVE SOFTWARE BEA SYST EMS C R O S S W O R L D S F O R T É I B M M I C R O S O F T N E O N SOFTWARE TECHNOLOGIES CORPORATION S O P R A T E M P L A T E T I B C O TSI SOFTWARE VIEWLOCITY (EX FRONTEC) V I T R I A 66

7 Table des figures Figure 1 : Flux entrants et sortants d une application 8 Figure 2 : Evolution du SI d une entreprise à travers le temps 8 Figure 3 : Cycle d acquisition des technologies 1 4 Figure 4 : Principe du Hub central 1 5 Figure 5 : Echange basé sur le transfert de fichier 1 6 Figure 6 : Echange de type Extraction 1 6 Figure 7 : Mécanisme de réplication entre SGBDR 1 7 Figure 8 : Echanges via un MOM 2 0 Figure 9 : La couche transport comme première brique de l EAI 2 1 Figure 10 : Le Message Broker comme deuxième brique de l EAI 2 2 Figure 11 : Exemple de reformatage d un flux d information 2 4 Figure 12 : Les connecteurs comme troisième brique de l EAI 2 5 Figure 13 : Passerelle avec les SGBDR 2 7 Figure 14 : Exemple de déclenchement d une transaction à réception d un message 2 9 Figure 15 : Exemples de passerelles vers et en provenance de fichiers 2 9 Figure 16 : Les passerelles comme quatrième brique de l EAI 3 0 Figure 17 : Exemple de processus métier automatisable par un WorkFlow 3 0 Figure 18 : Le Workflow comme cinquième brique de l EAI 3 1 Figure 19 : Exemple de programmation visuelle avec Visual Basic 3 3 Figure 20 : Les outils d exploitation comme sixième brique de l EAI 3 5 Figure 21 : La sécurité : septième brique de l EAI mais généralement pas la septième merveille! Figure 22 : L ensemble des briques d une offre d EAI 3 7 Figure 23 : Positionnement des principaux acteurs du marché de l EAI 3 9 Figure 24 : ActiveWorks Integration System (source ActiveSoftware) 4 1 Figure 25 : BEA elink Solution (source BEA Systems) 4 3 Figure 26 : Architecture CrossWorlds (source CrossWorlds) 4 5 Figure 27 : Forté Fusion Enterprise Application Integration (source Forté) 4 7 Figure 28 : MQSeries au cœur du Business integration (source IBM) 4 9 Figure 29 : Microsoft BizTalk (source Microsoft) 5 1 Figure 30 : NEON Formater et NEON Ruler (source NEON) 5 3 Figure 31 : e*gate (ex DataGate), la solution d EAI de STC (source STC) 5 5 Figure 32 : Bus Applicatif (source Sopra) 5 7 Figure 33 : EIT (sourcetemplate) 5 9 Figure 34: Tib/ Active Enterprise (sourcetibco) 6 1 Figure 35: Architecture Mercator (source TSI) 6 3 Figure 36: Composants de l offre AMTrix (source Viewlocity) 6 5 Figure 37: Composants de l offre BusinessWare (source Vitria) 6 7

8 Constat : les applications d une entreprise sont excessivement liées entre elles. I n t r o d u c t i o n La problématique d Intégration des Applications d Entreprise n est pas nouvelle. En effet, faire communiquer entre elles les différentes applications qui composent le Système d Information n a rien d exceptionnel. Pourquoi une communication entre applications? Tout simplement parce que un Système d Information n est pas constitué d une seule application. Chaque application spécifique ou progiciel répond à un besoin fonctionnel, mais nécessite, d une part, des informations gérées par d autres applications (liste des clients, des produits, etc.) et, d autre part, produit de l information qui intéresse également d autres applications (comptabilité, gestion de stock, etc.). Ce principe est simplement figuré par le schéma suivant, où apparaissent les flux en entrée et en sortie d une application : Au cours du temps, le SI de toute entreprise tend vers l état spaghetti Figure 1: Flux entrants et sortants d une application Cette schématisation, un peu banale certes, présente néanmoins l avantage d introduire l exemple d une entreprise fictive A et son évolution dans le temps : Figure 2: Evolution du SI d une entreprise à travers le temps

9 La détail de la chronologie de notre exemple est le suivant : A c t i o n Mise en œuvre Difficultés rencontrées 1980 Mise en œuvre d une Utilisation d un Mainframe. Monopole du fournisseur, application centrale coût de maintenance de gestion client/produits. élevé Déploiement d une Ecriture de programmes nouvelle application de synchronisation de comptabilité. des bases des deux applications Mise en œuvre de quatre Mise en place d un Difficultés en cas de nouvelles applications système de réplication changement de SGBDR. en régions visant entre les SGBDR des la gestion de nouveaux nouvelles applications. produits. Ecriture des programmes de synchronisation vers les applications centrales Acquisition d un Ecriture d un mécanisme Difficultés rencontrées concurrent. de synchronisation des pour fusionner les bases clients, avec applications de gestion gestion d un identifiant de produits qui resteront unique. Portage de isolées. l ensemble des programmes extrayant des données Migration des Ecriture de divers La mise en place de applications centrales programmes de l ERP est entravée par sous un ERP. synchronisation les nombreuses interfaces permettant la coexistence existantes à reproduire. des trois systèmes. Développements lourds Développements réalisés autour de l ERP. à l aide des outils fournis par l éditeur de l ERP et de compétences externes Création d un Ecriture d un programme Difficultés rencontrées DataWarehouse de suivi d extraction de données pour homogénéiser les de clientèle. depuis le central et les données venant de régions vers la base sources hétérogènes. Infocentre Ouverture d un Web. Mise en œuvre de Délais de mise en œuvre nouvelles interfaces vers énormes en regard de la les systèmes hétérogènes. simplicité du service Développement des Ajout de nouveaux flux interfaces vers l ERP. Duplication des données. Les six questions fondamentales pour évaluer l agilité d un SI. A partir de ces éléments, mettons nous par exemple à la place d un consultant externe et évaluons par une note de 1 à 10 les six points suivants : Flexibilité du système Dans quelle mesure peut-on faire évoluer un projet (une application) indépendamment des autres? Quelle réactivité peut-on espérer pour la mise en œuvre de projets futurs (Time to Market)? Capacité d administration et d exploitation

10 Capacité de suivi des flux, maîtrise de l intégrité transactionnelle de son système: est-on capable de s assurer que tel achat de produit par le client a bien été comptabilisé, envoyé au datawarehouse, etc.? Capacité du système à diminuer les délais d échange Le système est-il capable simplement d évoluer vers du Straight Through Processing (STP) 1, c est à dire de propager instantanément les événements se produisant dans l une des applications vers les cibles? Sécurité Quel est le niveau de sécurité de ces échanges : authentification, contrôle d accès, intégrité, confidentialité? Coût de développement et de maintenance Dans le coût global de ces applications (conception, développement, intégration, exploitation), quelle est la part liée aux échanges inter-applicatifs? Qualité de service vu du client Est-on capable simplement de fournir au client une vision synthétique de ces avoirs dans l entreprise fusionnée A+B, quelle est la fraîcheur de ces informations? Chaque nouvelle application engendre de nouveaux flux d i n f o rmation vers ou en provenance de l existant. Procédons maintenant comme dans certains magazines féminins : faites la somme des notes et reportez vous à la rubrique correspondante. Vous obtenez un total de plus de 30 (la moyenne) : Vous êtes un grand optimiste, la nature vous a doté de ce regard positif et parfois naïf sur tout ce qui vous entoure... en revanche, nous vous proposons de repasser le test avec les éléments supplémentaires suivants : Modifier une application nécessite-t-il de retoucher l ensemble de ses interfaces? L exploitation des flux est-elle globale ou dispersée dans les différents ordonnanceurs et logs? Les flux étant ordonnancés la plupart du temps en mode batch avec extraction, transfert de fichier et import, porter un flux en mode fil de l eau nécessite-t-il une intervention dans les applications? Certains flux ne sont-ils pas issus de programmes batch sous Unix ou MVS, contenant les mots de passe d accès aux bases cibles? En fait, la part de la mise en œuvre des flux dans le coût global des applications dépasse largement les 25% (Source Gartner), (extractions, transformations, routages, imports). Cette part augmente exponentiellement dès que les spécifications des flux dépassent la simple synchronisation de référentiels pour aller vers des processus métier complexes. Vous obtenez un total de moins de 30 : Doué d un sens aigu de l observation, vous savez déceler les problèmes et y apporter des solutions concrètes. Votre brillant intellect vous pousse ainsi à lire avidement la suite de cet ouvrage. Effectivement, ce qui était acceptable à l échelle de quelques applications ne l est plus du tout au niveau des grands Systèmes d Information : on se trouve confronté au syndrome Spaghetti. Chaque nouvelle application nécessite la mise en œuvre de flux d information depuis et vers elle, l augmentation de ces flux est exponentielle par rapport au nombre d applications. 1 La notion de STP vient historiquement du monde de la finance et des réseaux de compensation (comme Swift par exemple). Par exemple, l achat de titres dans une application bancaire de back-office générait une impression qui était ressaisie dans l application de clearing, puis envoyé sur le réseau Swift. Aujourd hui, le processus peut s automatiser, l application envoie directement un message formaté au point d entrée Swift qui le propage.

11 L u r b a n i s m e De la même manière qu un architecte conçoit un bâtiment en fonction des besoins exprimés par ses futurs occupants à un instant donné, un urbaniste prend en compte les exigences d une communauté à faire évoluer dans le temps. A l origine du concept d urbanisme, Jacques SASSOON fait l analogie avec une ville comme Paris et assimile les quartiers aux groupes d applications qui ont été conçues à peu près au même moment avec une architecture similaire. On trouve alors des groupes pour les applications Mainframe en mode Batch ou interactif, les mini-ordinateurs, le client/serveur, et maintenant les nouvelles applications Web. Les urbanistes n aspirent pas à démolir les anciens quartiers à l émergence de chaque nouveau style architectural. Mais, ils s efforcent de maintenir certains standards d infrastucture dans tous les quartiers. L approvisionnement en eau et en électricité est nécessaire quelque soit le quartier. Les nouveaux besoins de la communauté provoquent parfois certains travaux d aménagements des quartiers existants afin d y apposer une canalisation plus grosse par exemple. Alors que les modèles d architecture sont statiques, l urbanisme doit savoir évoluer à travers le temps et prendre en compte les besoins non seulement du présent, mais également du passé et du futur. De cette analogie avec la gestion de la ville, ressort un ensemble de règles et de principes : Le processus métier global d une entreprise est découpé en domaines, contenant chacun des districts, comprenant à leur tour des blocs. Chaque bloc est autonome et capable d assurer seul l accomplissement des fonctions qui lui sont attribuées. Il ne doit pas y avoir de dépendance temporelle entre les blocs, chacun opérant de manière asynchrone par rapport aux autres. Chaque bloc encapsule les données dont il a la charge et qui ne peut être directement accédé par un autre bloc (principe de la technologie objet) Chaque bloc produit des résultats et des rapports avec un format standard sans présumer des destinataires Chaque bloc doit avoir un gestionnaire d évènements d entrée et un générateur d événements en sortie Toutes les communications entre les blocs doivent s effectuer indirectement au travers d un gestionnaire de flux. Les contraintes d interactions asynchrones entre les blocs n interdisent cependant pas d utiliser des technologies synchrones temps réel pour l invocation de méthodes distribuées à l intérieur d un même bloc. Si l adjonction d une application Web à un système existant nécessite un couplage synchrone étroit entre les deux blocs, on assiste alors à une fusion des deux. C est un peu comme la nouvelle façade d un bâtiment. On a alors intérêt à ce que les deux blocs s assemblent parfaitement et que les fenêtres soient bien alignées. Si à l intérieur d un même bloc, il existe des fortes contraintes de standardisation d architecture, une certaine flexibilité entre les blocs est de mise, tant qu un certain formalisme dans les d échanges d information est respecté, par l utilisation par exemple d un format fédérateur comme XML.

12 L EAI répond à la problématique d intégration de hétérogènes au sein du SI mais aussi vers l extérieur : clients et fournisseurs. L entreprise, pour pallier aux problèmes évoqués plus haut, doit s équiper d un système performant pour faire communiquer ces applications. En effet, le SI n est malheureusement pas quelque chose de monolithique. Il évolue dans le temps, et, comme tout autre objet sur ce bas monde, obéit aux principales lois de la physique. En particulier son entropie ne cesse de croître, i.e. le désordre en son sein augmente : évolution des technologies et coexistence de différents paliers technologiques, choix différents selon les branches de l entreprise, fusions/acquisitions, ouverture de canaux de distribution vers les partenaires, les clients, etc. Le décideur est donc confronté à une problématique complexe d intégration de ces systèmes hétérogènes, cette intégration devant répondre aux cinq critères évoqués plus haut : flexibilité, exploitabilité, capacité de gérer certains flux au fil de l eau, sécurité et maîtrise des coûts bien entendu. L objectif principal est de se donner la capacité de fournir au client final un service de meilleure qualité. Le chapitre suivant se proposant de dresser un historique des offres en matière d EAI, nous commencerons donc par plonger dans le passé de ce marché, pour émerger ensuite dans l actualité des offres, et tenter d entrevoir leurs futures évolutions.

13 L éditeur Français SOPRA a été l un des précurseurs dans la gestion des flux de l entreprise. D autres acteurs se sont positionnés à différents niveaux : IBM, Tibco, Microsoft... Certains utilisateurs ont développé leurs propres systèmes de communication interapplicatives. Le modèle de communication de type «Publish & Subscribe» est plus attrayant que le modèle «Point à point». 1. Vers l Integration des Applications d Entreprise Pour résumer le paragraphe précédent, le objectif de l EAI est d échanger de manière performante des informations entre applications ou progiciels, sur plates-formes hétérogènes, dans des Systèmes d Information en constante évolution. Historiquement, l EAI 2 a été le cheval de bataille d éditeurs comme Sopra ou IBM depuis les années 80. Sopra avait développé une technologie de gestion de flux (Règle du Jeux) capable de gérer des transferts de fichiers de façon globale : inventaire, contrôle de flux et transformations. Cette initiative innovante, unique sur le marché de l époque, se positionnait au-dessus du transport des fichiers, pour fournir des services de transformation, de routage et d exploitation grâce à un dictionnaire des flux. IBM proposa aussi assez tôt (à partir de 1993) un middleware asynchrone en mode message (MQSeries), c est à dire de la tuyauterie 3 permettant de développer des applications s échangeant des informations au fil de l eau. Cette technologie se positionnait précisément sur l interopérabilité des applications, centrales dans un premier temps, puis sur l ensemble des platesformes disponibles sur le marché. D autres éditeurs ont par la suite proposé des offres comparables à celle d IBM (DEC, Pipes et plus récemment Microsoft) voire plus évoluées, comme Tibco par exemple. Enfin, beaucoup de clients ont réalisé eux-mêmes leur propre système de messagerie inter-applicative et de gestion de flux. Ces initiatives, justifiables dans le cadre de projets limités, apparaissent finalement peu rentables à terme par rapport à l acquisition de produits, notamment sur les aspects support multi-plate-forme, capacité d administration et d exploitation, gestion transactionnelle, outils de développement... Probablement mal expliqué et mal compris, limité technologiquement et complexe à mettre en œuvre, ces solutions ne se sont pas généralisées et sont restées pour beaucoup des solutions techniques, locales à des besoins particuliers. L exemple de Tibco est assez révélateur : sa technologie de Publish and Subscribe, déployée à Wall Street en 1980, puis dans les salles de marché du monde entier, n a pas réussi à s imposer réellement ailleurs que dans ces niches. Pourtant techniquement, l offre était très attractive, le principe en est le suivant : le publisher poste des messages sans en connaître les destinataires, il publie sur un thème, par exemple trading.achat le s u s b s c r i b e rs abonne aux messages de t r a d i n g et.* reçoit ainsi au fil de l eau ce qui est publié sur les thèmes t r a d i n g. a, c t h r a td i n g. v. e.. n t e Ce principe permet un réel découplage entre les applications, beaucoup plus qu un moniteur de message classique qui effectue ses envois en point à point (directement de l émetteur vers les N récepteurs finaux, via N files d attente). Dans ce dernier mode en effet, les applications émettrices doivent connaître parfaitement l adresse des applications destinatrices. Quel est donc l événement qui bouleverse aujourd hui l état du marché? Pourquoi donc la presse se fait-elle l écho de cette problématique aussi ancienne que les Systèmes d Information? La réponse tient en deux points : d un côté l offre des éditeurs s est enrichie de nouvelles fonctionnalités 2 Qui ne portait pas encore à l époque ce doux acronyme marketing et Gartnerien 3 On parlera dans la suite de Message Oriented Middleware (MOM) pour désigner ces technologies

14 Les utilisateurs réalisent l énorme potentiel des solutions d EAI. simplifiant la mise en œuvre et autorisant une réelle généralisation : passerelles, connecteurs aux formats standards et pour la plupart des progiciels, offre d administration, gestion de la sécurité, intégration dans les outils de développement, etc. de l autre les clients réalisent les coûts et la relative vétusté de leurs infrastructures existantes en la matière 4. Une analogie possible se trouve sur le marché des Systèmes de Gestion de Base de Données Relationnelles (SGBDR). Avant l avènement de la technologie relationnelle, chaque projet réécrivait notamment la gestion transactionnelle, la gestion de lock, la sécurité et l exploitation de ses fichiers de base de données. Puis un jour, certains ont proposé de factoriser ces briques de bases dans des systèmes intégrés de gestion de base de données. La courbe suivante est assez instructive quant aux différentes étapes du cycle d acquisition d une technologie et l évolution du niveau : Figure 3: Cycle d acquisition des technologies EAI : de puissants outils d interconnexion en phase d acceptation Aujourd hui, le marché a bénéficié à ces éditeurs bien sûr, mais surtout aux clients : il serait inimaginable de nos jours de se priver de ces systèmes et des outils de conception, de développement et d administration qui les accompagnent. De la même manière donc, le marché de l EAI se situe en France dans la phase de Début d acceptation (il est un peu plus avancé aux Etats-Unis). Il est enfin perçu comme un puissant outil d interconnexion capable de résoudre des problématiques transactionnelles, sécurisées, à caractère critique et d améliorer la qualité de service des systèmes actuels. Le positionnement est clair : fédérer l ensemble des technologies qui aujourd hui tissent des adhérences fortes entre applications et y apporter une valeur ajoutée. Les échanges sont essentiellement de type : échanges de fichiers, échanges de messages, systèmes de réplication SGBDR, systèmes d extraction de données orientés DataWarehouse. Le syndrome spaghetti évoqué au paragraphe précédent est constitutif de la superposition des technologies mentionnées. Les travers sont nombreux : interdépendance des applications, codage de la logique de transformation et de routage en L3G (C, Perl, Shell, etc.), réplication sauvage des données dans plusieurs référentiels, difficulté de suivi global, mauvaise sécurisation, difficul- 4 Parfois douloureusement puisque certaines entreprises ont réalisé après coup la nécessaire prise en compte des programmes d interconnexion dans les projets An

15 La solution EAI : un bus d échange central fonctionnant en mode «Publish & Subscribe «. tés de passage en mode fil de l eau (STP). Le stratégie étant précisée, la tactique d implémentation consiste à fédérer les échanges d information autour d un Bus d Echange. Le Bus (ou Hub) est un élément focal du Système d Information, il centralise les flux en assurant les transformations et les routages nécessaires. Le système fonctionne par essence en mode Publish and Subscribe, c est à dire que dès qu une information présente dans une application est susceptible d intéresser d autres applications, elle est transmise, non pas aux destinataires finaux, mais au bus d échange. Celui-ci a la charge d en assurer ensuite le routage vers les applications intéressées en y appliquant éventuellement les transformations nécessaires à leur bonne interprétation. Nous détaillerons plus loin les services supplémentaires qui peuvent se greffer au niveau de ce Bus, c est-à-dire son niveau d intelligence. Figure 4 : Principe du Hub central Un puissant outil de gestion du changement Le gain apparaît clairement : tous les aspects d extraction, transformation et émission, auparavant gérés programmatiquement, sont désormais déportés dans un outil adapté. Donc, au-delà du simple gain en terme de coûts de développement, c est la totalité du Système d Information qui bénéficie : d un gain de flexibilité Une modification dans une application n impacte que sur le Bus et non les N destinataires, d un gain de robustesse La centralisation des flux permet un réel suivi, des sauvegardes, des reprises, d un gain en fluidité et en sécurité Nous le verrons au paragraphe suivant, les technologies proposées se fondent sur des mécanismes asynchrones fil de l eau et peuvent proposer une gestion poussée de la sécurité. Ainsi la qualité de service globale s améliore bien entendu : les temps d intégration d une nouvelle application sont réduits, la gestion des flux est sécurisée, la fraîcheur et la sécurité des données augmente. Quelle(s) technologie(s) mettre en œuvre pour implémenter cette fonction? C est l objet du prochain chapitre.

16 Le transfert de fichier est encore aujourd hui le principal mode d échange d information entre applications. 2. Architecture EAI 2.1. Mécanismes d échange Comme nous l avons évoqué précédemment, la majorité des mécanismes d interopérabilité se fondent sur la donnée. On peut en citer trois principaux, par ordre d importance décroissant dans les systèmes actuels : les transferts de fichiers, les systèmes d extraction orientés DataWarehouse, les systèmes de réplication SGBDR. Explicitons rapidement le mode de fonctionnement de ces trois mécanismes. Le transfert de fichier représente l immense majorité des flux d information aujourd hui. Quand deux applications communiquent, le premier mécanisme mis en œuvre consiste à extraire une partie de l information contenue dans l application, puis, pour chaque destinataire, la formater et la transmettre. D une manière générale, les deux premiers points constituent des développements spécifiques (extraction et formatage), le dernier point (transport) étant assuré par des transferts classiques (FTP, partage de fichiers) ou plus évolués à base de progiciels spécialisés (Computer Associates XCOM, Sterling Commerce Connect Direct, Sopra CFT et InterPel, etc.). Figure 5: Echange basé sur le transfert de fichier Les ETL ne se focalisent que sur l extraction de données. Les systèmes d extraction orientés DataWarehouse ( E x t r a c t -Transform-Load : ETL) constituent une avancée dans le domaine puisqu ils prennent en charge la gestion d un dictionnaire mettant en relation les données sources (qui peuvent être sous différentes formes : fichiers, bases relationnelles, etc.) et les données cibles du DataWarehouse. Exemple : pour alimenter la table clients d un D a t a Warehouse, on décrira au niveau d un dictionnaire centralisé où et comment aller chercher cette donnée. En particulier, si celle-ci se trouve dans un fichier, un script automatique sera mis en œuvre grâce au dictionnaire pour transporter le fichier et l importer dans le DataWarehouse (ETI, Informatica, Ardent, Constellar, etc.), de même si elle vient d une base relationnelle, d un annuaire, etc. Figure 6: Echange de type Extraction

17 Les mécanismes de réplication SGBDR sont trop limités en terme de routage et formatage. Les systèmes de réplication SGBDR sont optimisés pour répliquer en mode fil de l eau ou en mode batch des données issues de SGBDR. Les produits les plus avancés étendent leur capacité à d autres sources de données, comme les fichiers VSAM par exemple. Capables de fonctionner en mode événementiel (dès qu un UPDATE base de données est déclenché par exemple), ces outils s appliquent très bien à une problématique d intégration d applications client/serveur. Comme nous le verrons au paragraphe développement, ils permettent d intégrer ces applications sans intervention dans le code. En revanche, ils ne s appliquent correctement qu à ce type d environnement, leur capacité de routage et de formatage d événements n étant pas suffisamment évoluée. Figure 7: Mécanisme de réplication entre SGBDR Si les inconvénients d un système d échange reposant entièrement sur les transferts de fichiers sont bien connus, les limites d une interopérabilité uniquement fondée sur la donnée sont en revanche moins évidentes à appréhender. La réplication SGBDR est bien entendu une niche dans laquelle ne rentrent pas aisément les applications centrales, les ERP et les communications hétérogènes au sens large. Ces outils pourront cependant être complémentaires d une architecture EAI pour adresser des problématiques spécifiques, dans le cas d applications client/serveur par exemple. Les ETL pourraient en revanche constituer un excellent socle technique d interopérabilité. Malheureusement, leur objectif est de créer une nouvelle base de données, pas de diriger des événements vers différents systèmes hétérogènes. En somme, c est une excellente pompe, mais un mauvais routeur 5 : ils mettent en œuvre un référentiel de méta-données décrivant où l information se trouve et ce qu elle signifie, mais pas le référentiel de règles métier décrivant les flux voire les processus complexes. Exemple : la fermeture d un compte déclenche une facturation, le passage d un ordre boursier déclenche sa comptabilisation, etc. Nous le découvrirons en détail dans la suite, les seuls outils à fournir ces deux fonctionnalités sont les Message Broker. Comme leur nom l indique assez bien, ces outils s appuient sur des communications de messages asynchrones. 5 A noter cependant que des acteurs comme Constellar, issus des premières générations d ETL, ont abordé le problème dans sa globalité et offrent aujourd hui une intégration poussée avec les outils d EAI.

18 Synchrone ou asynchrone? Les architectures distribuées et l émergence de technologies de communication entre applications imposent des choix de conception architecturale. Une des décisions importantes à prendre reste le mode de communication : synchrone ou asynchrone? Dans un mode synchrone, l émetteur doit localiser le destinataire sur le réseau, se connecter à l une de ses instances et attendre la réponse. Dans un tel mode, la requête n est jamais perdue. En cas d erreur ou de rejet, l application émettrice en est directement avertie. Les technologies RPC, HTT P, Corba, COM, etc entrent dans cette catég o r i e. A l inverse, dans un mode asynchrone, la disponibilité du destinataire au moment de l émission n est plus indispensable. Celui-ci traitera la requête en temps voulu. Charge au middleware utilisé de garantir alors que la requête ne se perde pas. Les technologies de Message Oriented Middleware comme IBM MQSeries, Microsoft MSMQ, Tibco/Rendez-Vous entrent dans cette c a t é g o r i e. Si l émetteur de la requête a besoin de la réponse avant de passer à une autre tâche, les technologies synchrones sont à privilégier, ce qui nécessite alors un haut niveau de disponibilité à la fois du réseau et des applications destinatrices. Si une telle disponibilité n est pas garantie ou si la réponse n est pas immédiatement nécessaire, il sera alors préférable de mettre en œuvre des communications orientées sans connexion. D une manière générale, il est fortement conseillé de réduire les besoins de synchronisation entre les applications afin d améliorer leur disponibilité et leurs performances. Un mécanisme d échange avec fort découplage: le message. L idée de faire communiquer les applications en mode message est relativement ancienne puisque avant d apparaître dans les Message Oriented Middleware (MOM) actuels, elle est le fondement de la communication entre objets, distribués ou non. Un message peut contenir plus que de la donnée simple. Il pourra, comme dans le cas des communications entre objets, inclure la méthode, c est à dire l action qu il représente. Exemple : envoi d un message commander contenant la quantité, le code de l article ; envoi d un message règler contenant la devise, le client et le montant, etc. Pour assurer le transport de ces messages, nous avons deux principales technologies à notre disposition : les Message Oriented Middleware Des produits comme MQSeries (IBM), Tib Rendez-vous (Ti b c o ), MessageQ (BEA), MSMQ (Microsoft) proposent ce style d offre. les Object Request Broker (ORB) Visibroker (Inprise), Orbix (Iona), ou plus récemment les offres d Application Server (IBM WebSphere, BEA WebLogic, Microsoft MTS, Sun, etc.) qui sont parfois bâties au-dessus d un ORB. L interopérabilité soulève cependant une contrainte forte : ne pas lier les systèmes entre eux. En particulier, le fait que, pour échanger, deux applications doivent être simultanément disponibles en permanence n est clairement pas acceptable.

19 Les services d échanges asynchrones du standard CORBA ne satisfont pas aujourd hui aux besoins complexes de l EAI. Routage et transformation sont assurés par les Message Broker. En ce sens, la vision de l OMG 6 qui propose une communication synchrone d objets à objets est irréaliste dans le cadre de l EAI. Les systèmes doivent demeurer le plus indépendants possibles, et les mécanismes qui les lient le plus asynchrone possible. Le système A doit fonctionner même si le système B n est plus disponible ; à son retour, B récupérera ce qui lui était destiné. Bien entendu, on rétorquera que les ORB disposent de mécanismes asynchrones que sont les Event Services et autre Notification Services. Cependant, on l a vu, le simple transport ne suffit pas. La valeur ajoutée d une architecture EAI se situe au niveau des services de transformation et de contrôle de flux qu elle met en œuvre, voire au niveau d autres services que nous détaillerons plus loin. Dans ce domaine, seules les offres se fondant sur des MOM sont aujourd hui à même de couvrir ce besoin. Que le lecteur ne conclue pas trop vite, les éditeurs d ORB ou de serveurs d applications commencent à intégrer ce type de technologie dans leurs produits. Voir à ce propos Iona et le projet Warhol, Forté Fusion, BEA et son partenariat avec TSI (l éditeur du Message Broker Mercator), Jasmine de Computer Associates, IBM avec WebSphere ou Microsoft COM+. Du reste, même si l asynchrone doit être privilégié dans la mesure du possible, il est des cas où le mode synchrone question/réponse est nécessaire. Par exemple dans le cas d une consultation de référentiel externe, bloquante pour un processus donné. On verra donc dans l avenir des produits s appuyer indifféremment sur du middleware synchrone (HTT P, IIOP, RMI, DCOM, etc.) ou asynchrone (MQSeries, MSMQ, etc.). Bien que le retard de l offre EAI des éditeurs de serveurs d applications soit encore important, il est donc probable que les deux approches fusionnent à moyen terme : les communications en entrée et en sortie du serveur d applications seront pilotées par un moteur d EAI, fournissant des services de bien plus haut niveau que l accès à un protocole technique comme HTTP ou IIOP. Pour les entreprises, il n y a donc pas de choix à proprement parler, pour démarrer un projet d EAI aujourd hui, il faut se tourner vers les offres de MOM et de Message Broker. L important étant de constater qu il s agit d une trajectoire claire du marché, c est-à-dire dans laquelle s inscrivent aussi bien les acteurs historiques du monde de l asynchrone que les ténors du moniteur transactionnel ou du serveur d applications. Nous vous proposons donc au travers des prochains paragraphes de décrire les briques d architecture qui incluent le transport et les services à valeur ajoutée d une architecture EAI : transformations, routages, passerelles, connecteurs, gestion de processus complexes (workflow). Enfin, nous illustrerons les aspects liés au développement d application et la problématique d administration et de sécurité. Message Oriented Middleware : une technologie orienté échange point à point Echange en mode Message Le mode de transport principalement utilisé par les Message Oriented Middleware est du point à point. C est à dire qu une application émettrice poste un message dans une file d attente précise. L application réceptrice R1, quand elle le décide, consomme les messages postés par le programme émetteur. Les deux applications communiquent donc directement, au travers 6 Object Management Group, groupement d éditeurs et d utilisateurs publiant la standard CORBA (Common Object Request Broker Architecture).

20 d une file d attente commue des deux parties. Si l application émettrice doit fournir l information à un deuxième programme R2, elle doit poster le message une seconde fois. Figure 8: Echanges via un MOM La principale fonction d un MOM est de transmettre des messages de manière sécurisée Au-delà de la simple gestion de files d attente, le MOM assure un certain nombre de services pour sécuriser l architecture : Garantie de délivrance Un message, une fois soumis par l application, sera forcément traité par le système : soit l application réceptrice le consomme (et il y a garantie d unicité) soit sa durée de vie expire et il est envoyé dans une file d attente particulière (dead-letter queue) où une action de l exploitant est requise. Notification Il est possible de simuler du synchrone par l utilisation de reply queue dans laquelle l application émettrice attend une réponse en retour de son message. Priorité, groupage des messages Il est possible de marquer les messages comme ayant une priorité particulière ou comme faisant partie d un groupe de messages. Sécurité Il est intéressant de pouvoir restreindre l accès pour des files d attente particulières. Par exemple tout le monde ne doit pas pouvoir publier des messages dans une file d attente paiement sans contrôle. Un message peut être authentifié, son contenu rendu intègre ou confidentiel. Nous détaillerons ces points au paragraphe Sécurité. Triggering Sur l arrivée d un message dans une file d attente, il est possible de déclencher automatiquement un programme. Par exemple, une transaction, une mise à jour de base de données, etc. Transaction Le MOM peut se comporter comme un Ressource Manager vu d un moniteur transactionnel ou d un OTS. Ainsi, il est possible d écrire des composants s exécutant dans un Application Server et qui réalisent une mise à jour de base de données et un envoi de message, le tout de manière transactionnelle. Inversement, le MOM peut aussi jouer le rôle du Transaction Manager, c est le cas par exemple lorsque le MOM synchronise l envoi d un message avec des mises à jour de plusieurs SGBDR

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

Synthèse de son offre logicielle

Synthèse de son offre logicielle Connecting your business Synthèse de son offre logicielle Copyright 2006, toute reproduction ou diffusion non autorisée est interdite STREAM MIND Créateur de produits logiciels innovants dans le traitement

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration

Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration Dr. Benmerzoug D. Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 INTA - Master 2 - Recherche 66 Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification des tâches sans agent Livre blanc rédigé pour BMC Software

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing AUTOMATISATION DU MARKETING Le module d automatisation du marketing dans Microsoft Business Solutions Axapta vous offre une vue détaillée pour gérer des campagnes ciblées et personnalisées à travers tous

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

Performance de la réplication de données Avril 2008. IBM InfoSphere Change Data Capture : Réplication de données hautement performante

Performance de la réplication de données Avril 2008. IBM InfoSphere Change Data Capture : Réplication de données hautement performante Avril 2008 IBM Change Data Capture : Réplication de données hautement performante Page 2 Le saviez-vous? Plus de 500 clients utilisent IBM Change Data Capture pour résoudre de multiples problématiques

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Systèmes d Information pour la Production

Systèmes d Information pour la Production Systèmes d Information pour la Production Introduction générale E. Tranvouez (erwan.tranvouez@univ-amu.fr) Départ. Génie Industriel & Informatique Propos Liminaires Objectif du cours 3 Compréhension des

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés :

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés : BONPRIX BONPRIX fait communiquer en temps réel ses applications RPG Power i au moyen de Web Services avec le logiciel Strategi webservices Contexte et problématique : Bonprix est une société de vente à

Plus en détail

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire BENEFICES POUR LES DSI Réussir les projets de gouvernance dans les délais et les budgets Démarrer de manière tactique tout en

Plus en détail

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc.

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. DRS Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. Les documents les plus importants de votre entreprise sont issus

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

KYOcontrol Enterprise

KYOcontrol Enterprise KYOcontrol Enterprise LOGICIEL DE SÉCURITÉ PERSONNALISABLE ÉLIMINEZ LE DERNIER POINT FAIBLE DE LA SÉCURITÉ DES DONNÉES. LA SÉCURITÉ DES DOCUMENTS EN ENTREPRISE : L AFFAIRE DE TOUS. La sécurisation complète

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre «Augmentez votre chiffre d affaires en prenant le contrôle de vos activités de ventes» 1 Gérer les ventes avec le CRM Servicentre L ÉVOLUTION EN SOLUTIONS INTÉGRÉES Un développeur de logiciels d expérience

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Installation d un ERP gratuit

Installation d un ERP gratuit Installation d un ERP gratuit Tutoriel réalisé par le labo 2 1 Sommaire Introduction :... 3 1 Présentation d un ERP... 3 1.1- Les ERP propriétaires... 4 1.2- Les ERP Open Source... 6 2- Présentation de

Plus en détail

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Remplissant de multiples fonctions et pièce maîtresse en comptabilité et en fiscalité, la facture intéresse

Plus en détail

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER Tirer pleinement profit de l ETL d Informatica à l aide d une plate-forme de Business Discovery rapide et flexible De plus en plus d entreprises exploitent

Plus en détail

Une ergonomie intuitive

Une ergonomie intuitive Une ergonomie intuitive Les solutions de la ligne PME offrent une interface de travail proche des usages quotidiens en informatique. Leur ergonomie intuitive facilite la prise en main du logiciel. Une

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

Les serveurs d applications :une introduction

Les serveurs d applications :une introduction Les serveurs d applications : une introduction Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Octobre 2006 Plan de la présentation

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Arpaweb 2015

Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Arpaweb 2015 Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Table des matières 1. Description du logiciel... 3 Le chapitre Dossier... 3 Le chapitre Plaignant... 5 Le chapitre Action... 6 Le chapitre Document... 7 La page d accueil...

Plus en détail

Le modèle client-serveur

Le modèle client-serveur Le modèle client-serveur Olivier Aubert 1/24 Sources http://www.info.uqam.ca/~obaid/inf4481/a01/plan.htm 2/24 Historique architecture centralisée terminaux passifs (un seul OS, systèmes propriétaires)

Plus en détail

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 Table des matières. CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 QUE SONT LES DISQUES DE BASE ET LES DISQUES DYNAMIQUES? 6 FORMATAGE DES DISQUES ET

Plus en détail

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs :

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs : AVANT-PROPOS Dans un marché des Télécoms en constante évolution, il est important pour les petites et moyennes entreprises de bénéficier de solutions télécoms qui répondent parfaitement à leurs besoins

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires 1. Introduction Augmenter les revenus et réduire les coûts opérationnels représentent pour toute société deux moyens d augmenter leur profitabilité.

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Profil de protection d un logiciel d ingénierie

Profil de protection d un logiciel d ingénierie Version 1.0 moyen-terme GTCSI 11 septembre 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant qui est l objet de l évaluation. 1 Descriptif

Plus en détail

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER ixware permet aux utilisateurs d envoyer et de recevoir des messages depuis leur poste de travail ou même leurs applications

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser

L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser Isabel Corporate Synchroniser Quel est votre niveau d efficience aujourd hui? Aujourd hui, les échanges

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Server. Mac OS X. l Admin. Cahiers. Jacques Foucry. Collection dirigée par Nat Makarévitch. Avec la contribution de Martine Chalmond

Server. Mac OS X. l Admin. Cahiers. Jacques Foucry. Collection dirigée par Nat Makarévitch. Avec la contribution de Martine Chalmond Jacques Foucry Cahiers de l Admin Mac OS X Server Collection dirigée par Nat Makarévitch Avec la contribution de Martine Chalmond, ISBN : 2-212-11282-3 Étude de cas 1 Mac OS X Licences Intégration Facilité

Plus en détail

Points forts : Amélioration du service clientèle grâce aux processus de vente plus efficaces. Amélioration du service au client

Points forts : Amélioration du service clientèle grâce aux processus de vente plus efficaces. Amélioration du service au client GESTION COMMERCIALE La gestion des commerciale dans Microsoft Business Solutions Axapta vous donne les moyens de fournir un meilleur service aux clients et vous aide à réduire les coûts, via l optimisation

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement gestco Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement A ERP SaaS A propos... GESTCO : Progiciel de gestion d activités en ligne Avantages : - Faciliter la gestion et

Plus en détail

OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store.

OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store. Guide Utilisateur 1.1 Présentation d OASIS OASIS est une fabrique à bien commun via l utilisation des applications proposées sur son store. Grâce à OASIS, vous serez capable d acheter ou de choisir des

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple cenitspin Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple CONFIGURE YOUR PLM STANDARD www.cenit.com/fr/cenitspin Tout à portée de main grâce au PLM Desktop.

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail