Un document de réflexion de Forrester Consulting commandité par SAP AG Le libre service : une capacité essentielle de l informatique décisionnelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un document de réflexion de Forrester Consulting commandité par SAP AG Le libre service : une capacité essentielle de l informatique décisionnelle"

Transcription

1 Un document de réflexion de Forrester Consulting commandité par SAP AG Le libre service : une capacité essentielle de l informatique décisionnelle Avril 2011

2 Table des matières Sommaire... 2 Rôles, motivations et défis des travailleurs de l information dans l économie du savoir actuelle... 3 Tendances des travailleurs du savoir dans différents secteurs d activité... 5 Obstacles à la valorisation optimale du travailleur du savoir... 8 Conclusions de l étude et recommandations...10 Recommandations principales...13 Annexe A : Méthodologie...14 Annexe B : Documents supplémentaires...14 Annexe C : Notes , Forrester Research, Inc. Tous droits réservés. Toute reproduction non autorisée est strictement interdite. Les informations reposent sur les meilleures ressources disponibles. Ce document reflète des opinions situées dans le temps et susceptibles d évoluer. Forrester, Technographics, Forrester Wave, RoleView, TechRadar et Total Economic Impact sont des marques déposées de Forrester Research, Inc. Toutes les autres marques appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Pour plus d informations, visitez 1-IFCWC0 À propos de Forrester Consulting Forrester Consulting est un cabinet d analyse indépendant et impartial au service de la réussite des entreprises. Qu il s agisse d une simple consultation stratégique ou de projets personnalisés, les prestations de conseil de Forrester vous mettent directement en contact avec des analystes qui tirent parti de leurs connaissances pointues pour relever les défis spécifiques de votre société. Pour obtenir davantage d informations, veuillez consulter Page 1

3 Sommaire Un certain nombre de facteurs importants influencent la gestion des entreprises : les processus métier sont de plus en plus intégrés et complexes, les pressions économiques contraignent les entreprises à mettre les bouchées doubles en dépit de ressources réduites et le volume d informations disponible prend des proportions accablantes. Pour répondre à ces évolutions, les entreprises de toutes tailles doivent progressivement accroître la productivité des travailleurs du savoir. Cependant, les flux de travail, les outils et les techniques utilisés par ces travailleurs du savoir sont davantage ancrés dans la pensée de la révolution industrielle et n ont pas été modernisés pour être adaptés aux réalités économiques actuelles. Résultat : un grand nombre de ces travailleurs sont au bord de la rupture, passant de plus en plus de temps à chercher et à trier les informations et de moins en moins de temps à les valoriser. Cette situation crée un potentiel phénoménal de gains de productivité spectaculaires pour les entreprises qui savent affronter cette montée du chaos informationnel. Pour déterminer le bien-fondé de cette hypothèse, SAP a demandé à Forrester, en septembre 2009, d évaluer les besoins, les tendances et les difficultés d utilisation de l information des travailleurs du savoir actuels. Au cours de ses 30 entretiens approfondis avec 24 professionnels de l entreprise et 6 professionnels de l informatique issus de divers secteurs, Forrester a découvert qu indépendamment du secteur, du lieu d implantation et de la fonction, les entreprises s appuyaient massivement sur des informations de toutes sortes pour la prise de décision opérationnelle, tactique et stratégique. Bien que l étude ait été conduite il y a plus d un an, toutes les recherches conduites depuis par Forrester en 2010 et en 2011 (résumées dans le rapport de recherche de Forrester du 31 mars 2011 : «Trends 2011 And Beyond: Business Intelligence», ainsi que dans le Forrsights Software Survey de Forrester du quatrième trimestre 2010), ont confirmé que les résultats de l étude s appliquaient à encore plus forte raison aujourd hui. 1 Nous nous sommes ainsi aperçus que les intermédiaires de l information partageaient tous des caractéristiques communes, quels que soient leur taille, leur secteur d activité, leur fonction ou leur situation géographique. Ils utilisent des données provenant de sources diverses, à la fois internes et externes, et passent un temps considérable à identifier celles qui sont adaptées à leurs besoins. Une fois l information repérée, ils doivent parcourir un vrai dédale pour trouver précisément ce qu ils recherchent. Rien d étonnant donc à ce qu ils aient de plus en plus de difficultés à obtenir les bonnes informations pour accomplir leur tâche. Toutes les personnes interrogées par Forrester ont déclaré qu elles souhaitaient passer davantage de temps à appliquer leur propre savoir-faire créateur de valeur pour leur entreprise. Tombant de Charybde (charges de travail accrues et dictature des résultats) en Scylla (recherche d information interminable), ils se rendent compte que leur semaine de travail s allonge ou qu ils pourraient mettre à profit toutes ces informations si seulement ils en avaient le temps. Mais tout n est pas perdu : l informatique décisionnelle (ID) peut résoudre ces difficultés! Forrester définit l ID comme un ensemble de méthodologies, de processus, d architectures et de technologies qui transforment les données brutes en informations significatives et exploitables utilisées pour améliorer la compréhension et la prise de décision stratégiques, tactiques et opérationnelles. Néanmoins, les infrastructures et applications d ID mises en œuvre pour tenter d aider ces travailleurs du savoir sont bien souvent complexes et coûteuses, et un grand nombre de clients nous disent dépendre fortement du service informatique pour obtenir ce dont ils ont besoin en matière d informatique décisionnelle. Toutefois, il est impossible d en rester là : les responsables ne peuvent pas se permettre d attendre qu un spécialiste informatique mette au point un nouveau rapport, ils en ont besoin maintenant! C est ce qui explique l émergence constatée par Forrester d outils d ID en libre service, simples et polyvalents que les utilisateurs peuvent se procurer, installer et utiliser avec des besoins d assistance informatique nettement moins importants que pour les outils et applications d ID de la génération précédente. Page 2

4 Résultats clés L étude Forrester a permis de dégager trois constats fondamentaux : Des travailleurs du savoir de toutes sortes, exerçant dans les services les plus divers, misent davantage sur leurs ressources propres les départements informatiques devenant plus compacts pour se procurer les informations dont ils ont besoin. Dans la plupart des cas, les applications d ID de génération précédente ne répondent pas aux besoins informationnels des travailleurs du savoir. Parmi les fonctions absentes figurent une interface de recherche et des métaniveaux sémantiques ne nécessitant que peu, voire pas de formation. Ces travailleurs du savoir bénéficieront considérablement de solutions d ID en libre service (simples et polyvalentes) leur permettant de couvrir l essentiel de leurs besoins informationnels en ne faisant appel qu à une assistance minimale de la part du service informatique. Rôles, motivations et défis des travailleurs de l information dans l économie du savoir actuelle Nous vivons dans une économie du savoir, et il ne suffit plus que les hauts dirigeants soient les seuls détenteurs de la totalité des informations. La concurrence raccourcit les cycles d exploitation et contraint les entreprises à accroître leur agilité, transférant la responsabilité des décisions à tous les employés, y compris à ceux situés au bas de la hiérarchie. Toutefois, spécialement parmi les PME, de nombreuses entreprises n ont pas les moyens d investir dans des systèmes d ID d entreprise et d équiper convenablement les employés de bureau des échelons inférieurs ; pourtant, elles attendent d eux une productivité accrue pour répondre aux tendances du marché. Ces employés sont submergés par un déluge constant d informations et ont de moins en moins le temps de se consacrer à la collecte des données. C est pourquoi, nous constatons un intérêt croissant pour les stratégies permettant aux gestionnaires de réduire le temps passé à trier des montagnes de données pour se consacrer davantage à l analyse et à la prise de décision. Pour quelle raison? La banalisation de nombreux produits et services ainsi que l étendue et la complexité accrues des opérations commerciales sont des catalyseurs importants de cette montée en puissance de l ID. L amélioration des connaissances et la prise de décision mûrie et accélérée restent des facteurs croissants de différentiation concurrentielle. Autres moteurs de cette tendance persistante et croissante : Accroissement des données et des volumes de contenu. Réglementations et normes de reporting générales de plus en plus complexes. Essor et complexification des opérations commerciales. Soif de connaissance des processus internes et externes. Pour bien des grandes entreprises et des PME, l ID reste et restera l ultime domaine de différentiation concurrentielle (voir figures 1 et 2). Page 3

5 Figure 1 L ID jouit d une forte priorité dans les grandes entreprises ; les PME suivent de près «Parmi les initiatives suivantes, lesquelles seront probablement les premières priorités de votre département informatique dans le domaine logiciel au cours des 12 prochains mois?» Accroître notre utilisation de l'informatique décisionnelle et des outils et services d'aide à la décision Pas au programme Priorité faible Priorité élevée Priorité critique Ne sais pas Grande entreprise (1 000 employés ou plus) 8% 27 % 45 % 17 % 3% PME (2 à 999 employés) 17 % 32 % 38 % 11 % 2% Source : Forrsights Software Survey, 4 e trimestre 2010 Base : décideurs dans le domaine du logiciel Figure 2 La plupart des grandes entreprises ont déjà mis en œuvre l ID ; les PME arriveront sur la deuxième vague «Quels sont les projets de votre entreprise en matière d'adoption des technologies logicielles suivantes de gestion des informations et des connaissances?» Logiciels d'informatique décisionnelle 11 % 5 % PME (2 à 999 employés) 22 % 7 % 15 % 10 % Grande entreprise (1 000 employés ou plus) 13 % 12 % 17 % 28 % 21 % 35 % 2 % 3 % Pas intéressé Intéressé mais aucun projet en cours Mise en œuvre prévue dans un an ou plus Mise en œuvre prévue au cours des 12 prochains mois Mise en œuvre effectuée, aucune extension prévue En cours d extension/de mise à niveau Ne sais pas Source : Forrsights Software Survey, 4 e trimestre 2010 Base : 934 décideurs dans le domaine du logiciel (le total des pourcentages peut être différent de 100 en raison des arrondis) Page 4

6 Tendances des travailleurs du savoir dans différents secteurs d activité Bien qu appropriée pour définir une catégorie d utilisateurs gestionnaires de l information, l expression «travailleur du savoir» demeure abstraite. Aucun spécialiste des ventes, chef de produit ou analyste financier d entreprise ne se qualifierait lui-même de travailleur du savoir, et peu d entreprises ont créé des postes spécifiques pour optimiser la productivité de ces personnes. Il n en reste pas moins que les intermédiaires de l information passent plus de temps à rechercher les données et le contenu pertinents qu à appliquer leur propre savoir-faire pour créer de la valeur ajoutée. Pour expliciter le concept abstrait de «travailleur du savoir» aux cadres qui bénéficieraient d une productivité accrue, Forrester a interviewé 30 professionnels issus de multiples secteurs afin d évaluer les besoins, les tendances et les difficultés d utilisation de l information des travailleurs du savoir actuels. Parmi les participants à l étude figuraient des responsables ventes, marketing, finances et informatiques : soit 24 professionnels de l entreprise et 6 professionnels de l informatique. Forrester a examiné les fonctions spécifiques de ces professionnels qui : sont de grands consommateurs d information dans leurs activités quotidiennes. se situent à un niveau où ils peuvent influencer considérablement l activité de l entreprise, mais qui n ont pas suffisamment d expérience pour diriger leur propre équipe d analystes. n ont pas un accès quotidien illimité aux ressources informatiques pour diverses raisons économiques, organisationnelles et autres. En général, la majorité de ces professionnels perdent un temps infini, quelle que soit leur fonction, à rechercher et à trier les informations nécessaires à leurs activités. L étude Forrester a montré également que les lignes de démarcation traditionnelles entre les producteurs et les consommateurs d information sont aujourd hui floues. Désormais, les travailleurs du savoir font à la fois office de consommateurs et de producteurs d information et ils peuvent souvent se passer de l aide du service informatique pour configurer leurs moteurs et leurs modèles analytiques. En d autres termes, le point d arrivée de l'ajout de valeur d un travailleur du savoir correspond au point de départ d un autre. Ils sont capables d effectuer les tâches eux-mêmes, mais ils ont juste besoin d aide pour organiser tous les flux d informations, trier les informations pour repérer les bribes de données qu ils recherchent et obtenir les informations dans un format plus compatible avec leurs feuilles de calcul. Il est clair que toutes les réponses des personnes interrogées ont un même fil conducteur, qui suggère la possibilité d offrir davantage de solutions d ID simples et polyvalentes en libre service pour les travailleurs du savoir. Par ailleurs, Forrester s est efforcé de rechercher et d identifier les cas d utilisation spécifiques qui ne sont pas encore entièrement pris en charge par les outils d ID de génération précédente. Des cas d utilisation se présentent dans les conditions suivantes : Un gestionnaire a peu de temps à consacrer aux techniques informatiques. Quels types d analyse, de requête ou de réponse un gestionnaire peut-il effectuer par lui-même sans demander l aide du service informatique? Ainsi, il ne va pas nécessairement rédiger un rapport complexe, tel qu un relevé de compte client/de facturation, mais il souhaitera probablement analyser par lui-même les tendances des ventes par région, par produit et par période avec peu, voire pas, d aide du service informatique. Généralement, ces besoins d informations et d analyse Page 5

7 changent à un rythme quotidien et/ou hebdomadaire. C est pourquoi, le service informatique est souvent débordé par les requêtes. Un gestionnaire ne sait pas exactement par où commencer ni comment s y prendre. Bien souvent, un travailleur du savoir n a pas une question spécifique en tête lorsqu il lance un processus de demande d informations. Par exemple, lorsque l objet de l analyse possède plusieurs «dimensions». La «dimension» est un attribut descriptif (non numérique et non additif), tel que la région, la période, l unité commerciale, etc. Si un tel objet n a que quelques dimensions (comme une transaction sur un compte-chèques), il est facile de savoir par où commencer l exploration. En revanche, si l objet est nettement plus complexe (par exemple un patient participant à un essai clinique) et possède des centaines de dimensions, il est alors souvent difficile de définir exactement à quel endroit l exploration doit commencer. Sur la base de ces critères, l étude Forrester a identifié les opportunités et les cas d utilisation suivants. Opportunités commerciales pour le service des ventes L étude Forrester a porté principalement sur trois types de fonctions exercées au sein du service des ventes : Les responsables des opérations de ventes effectuent la majeure partie des analyses relatives à la performance de vente et servent habituellement d intermédiaires entre le service des ventes et le service informatique. Les responsables des ventes sont chargés de gérer la performance de leur équipe et de rendre compte des progrès et des tendances à leurs supérieurs. Un contributeur individuel est une personne qui gère la relation commerciale avec un grand compte et utilise une masse considérable d informations opérationnelles provenant à la fois de l entreprise et du client. Concernant la manipulation de l information, les difficultés de recherche et d utilisation de l information et l assistance apportée par le service informatique, les personnes interrogées partagent presque toutes la même opinion : «C est vraiment difficile et on ne reçoit qu une aide limitée.» Le plus intéressant toutefois est sans doute que les tendances sont très similaires dans tous les secteurs étudiés : services financiers, électronique grand public, construction automobile, équipements médicaux et produits de consommation courante. Les personnes interrogées étaient toutes très enthousiastes et rapides à identifier les avantages qu elles pourraient retirer d une plate-forme d ID en libre service. Un responsable des ventes pour un investisseur institutionnel de Londres a ainsi déclaré : «Ce serait formidable, nous pourrions économiser trois heures dans notre processus de développement de l argumentaire. Cela signifie que chaque vendeur pourrait présenter nos produits à un client de plus par jour.» Opportunités commerciales pour le service du marketing Le rôle du service du marketing varie considérablement selon l activité considérée (vente aux particuliers, au détail, aux professionnels, etc.). Dans certains cas, il est le moteur de l activité ; dans d autres, il la soutient. Quoi qu il en soit, les responsables du marketing sont presque toujours sous pression et doivent faire la preuve que leurs dépenses d investissement ont un impact sur l entreprise. Aujourd hui, les services du marketing recueillent toutes sortes de mesures et de données, mais ils ont toujours des difficultés à faire le lien entre les informations obtenues et la vraie Page 6

8 valeur pour l entreprise. Ce problème affecte toute la hiérarchie, du directeur du marketing aux échelons inférieurs, dans l ensemble de l entreprise. Ce rapport examine notamment les fonctions suivantes : Les responsables de campagne sont chargés des activités promotionnelles destinées à éveiller l intérêt des consommateurs et à stimuler les ventes. Les responsables du marketing produit sont chargés d élaborer le plan d entreprise pour une famille de produits donnée et d accroître la part de marché de celle-ci. Les responsables de la fixation des prix sont chargés de concevoir des stratégies de tarification efficaces pour les produits et services de la société. Un directeur du marketing d un grand groupe pharmaceutique mondial résume l idée en ces termes : «Si je veux m asseoir à la table, je dois prouver l impact sur les résultats. Si je veux garder mon siège, mon équipe doit faire de même.» Pour comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés les collaborateurs qui ne font pas partie de la direction, nous nous sommes attachés à interroger des chefs de produit, des responsables du marketing de gamme de produits et des responsables de campagne. Quel que soit la fonction, l échelon hiérarchique ou le secteur, toutes les personnes interrogées se sont efforcées de montrer un lien quelconque entre ce qu elles font et la valeur ajoutée pour l entreprise. Opportunités commerciales pour le service financier Les organisations financières sont soumises à une terrible pression, spécialement dans le difficile climat économique du moment. La crise du crédit a suscité un regain d intérêt pour la trésorerie, et le financement d un nombre accru d opérations en cours par le revenu, et non plus par le crédit, constitue un changement majeur. Cela se répercute sur tous les modèles de budgets et de coûts, contraignant l entreprise à évoluer dans de nombreux domaines. Bien que les principales sources de coûts aient été supprimées du bilan des entreprises, les directeurs financiers sont extrêmement attentifs à éliminer les inefficiences et reconnaissent que ces économies proviennent d un examen des processus donnant lieu à une recherche de redondances d une fonction à l autre. Un directeur financier d une grande société technologique nous a ainsi déclaré : «Je pense que nous pourrions tailler dans le budget marketing, mais je ne sais pas exactement où.» Avec le contrôle des coûts strict et l accent mis sur la recherche d économies potentielles, des personnes occupant des postes très divers sont incitées à trouver de nouveaux moyens de réduire les coûts de l entreprise. Les auditeurs révisent les contrats, les politiques ou les informations de sécurité pour identifier les anomalies concernant les paiements, les réglementations publiques ou les procédures internes. Les analystes collaborent avec le service financier pour réviser les fonctions, les budgets et les coûts de l entreprise, et identifier les possibilités d amélioration de la productivité. Les agents de liaison sont les responsables financiers affectés à une unité commerciale ou un service pour aider à l établissement du budget ou à d autres processus métier tout en collaborant avec le service général des finances pour coordonner les politiques, les dépenses et le reporting. Lors de ses entretiens avec des personnes occupant ces fonctions, Forrester a retrouvé des tendances similaires. Ces professionnels découvrent sans aucun doute des potentiels d économie importants dans tous les domaines, mais la Page 7

9 collecte d informations nécessaires à l analyse est extrêmement ardue. Dans certains cas, l extraction de toutes les informations nécessaires à l analyse d un processus multifonctionnel peut prendre des jours. Obstacles à la valorisation optimale du travailleur du savoir Si la demande en applications d ID omniprésentes et exhaustives continue de croître, la complexité, le coût et le travail de mise en œuvre de solutions d ID augmentent en parallèle. Résultat : les exemples particulièrement intéressants de mises en œuvre réussies parmi les clients de Forrester sont généralement moins nombreux que les infrastructures et applications d ID peu performantes. Défis des méthodes d ID de génération précédente Les raisons de ces mises en œuvre peu brillantes ne manquent pas et sont principalement liées à l entreprise : absence de mandat et de parrainage de la part de la hiérarchie, appropriation insuffisamment claire de l information, manque d organisation et de processus de gestion des données adaptés et priorités sectorielles et de front-/back-office conflictuelles. Les architectes d entreprise, les développeurs et les fournisseurs de solutions d ID ont chacun leur part de responsabilité, à savoir des architectures complexes, des empreintes de produit lourdes, la nécessité d un haut degré de personnalisation et d intégration et la longueur des délais pour l obtention de produits livrables tangibles. S il existe une multitude de pratiques d excellence visant à aider les entreprises à concevoir, structurer et mettre en œuvre un environnement et des applications d ID performantes, le libre service par l utilisateur final est probablement l un des plus puissants facilitateurs d une informatique décisionnelle réussie. Pour quelle raison? Contrairement à d autres applications opérationnelles, telles que le progiciel de gestion intégré (ERP/PGI), la gestion de la relation client (CRM/GRC) et la gestion de la chaîne logistique (SCM/GCL), les exigences des applications d ID sont notoirement difficiles à spécifier d emblée pour de multiples raisons : Impératifs métier en constante évolution. De nouvelles opportunités commerciales, de nouvelles réglementations et des obstacles imprévus peuvent surgir à tout moment. À peine l application d ID est-elle spécifiée, conçue, architecturée, élaborée, testée et déployée que le monde qui l entoure a déjà changé. Ainsi, dans le secteur de la finance, la méthodologie dite de BÂLE II pour le calcul des besoins en fonds propres au titre du capital économique (et l analyse de la conséquence des changements) peut évoluer d un jour ou d une semaine à l autre. Forrester a constaté plus d une fois que la majorité des normes de reporting et d analyse (souvent jusqu à 80 ou 90 %) est fixée après la mise en œuvre et le déploiement d une application d ID. Nécessité d une exploration préalable à la définition des normes. En outre, dans de nombreuses situations, les gestionnaires doivent d abord «explorer» les données pour identifier des liens et les analyser pour déterminer leur pertinence et leur signification afin de pouvoir expliquer au service informatique ce qu ils recherchent exactement. On entre donc souvent dans un cercle vicieux avec d un côté «Dis-moi ce dont tu as besoin» et de l autre «Montre-moi ce que tu as et j aviserai». Qui effectue l analyse? Les travailleurs du savoir (les représentants par exemple) recherchent habituellement des informations qui leur donneront une idée ou leur permettront de repérer un problème. Ils ne cherchent pas véritablement un rapport, simplement des idées. En revanche, un utilisateur avancé (un spécialiste des opérations Page 8

10 de vente par exemple) a pour objectif d utiliser les informations afin de créer de la valeur ajoutée pour l entreprise. Bien souvent, les spécialistes de l informatique considèrent que les gestionnaires ne savent pas où ils vont ou ce qu ils attendent d eux. En réalité, la plupart des utilisateurs gestionnaires ont une idée de ce qu ils souhaiteraient pouvoir accomplir, mais ne peuvent le décrire qu en fonction de leur expérience professionnelle (qui n est pas la même que celle des spécialistes de l informatique), alors que les spécialistes de l informatique demandent des spécifications plus précises (que les utilisateurs gestionnaires ignorent). Solutions incomplètes et isolées. Deux composants de l ID (recherche et reporting/analyse) sont pris en charge par des technologies différentes et souvent déconnectées. Les employés de bureau passent trop de temps à rechercher des informations et pas assez à les exploiter. Dans le cadre de la présente étude, Forrester a constaté que, sur le temps total consacré à l exploitation des informations pour la prise de décision, les employés de bureau en passent 42 % à rechercher de l information, et 58 % seulement à les utiliser (faire des rapports, analyser, agir). Difficultés inhérentes à l informatique décisionnelle. Nos clients nous répètent encore et toujours que les applications d ID traditionnelles ne sont pas très intuitives ni conviviales pour les employés de bureau non initiés. Par conséquent, et pour de nombreuses autres raisons, les employés de bureau comptent particulièrement sur le service informatique pour leur fournir des capacités d ID enrichies ou ont recours à des applications d ID propres qui ne sont pas aux normes de l entreprise L ID ne résout pas le problème des «trous noirs». L un des principaux problèmes de l application d ID traditionnelle est que l utilisateur «ne sait pas toujours ce qu il ne sait pas». Chaque rapport et chaque requête devant commencer par une question spécifique, il est important de poser la bonne question pour obtenir la bonne réponse. Le problème est qu on ne sait jamais si l on a posé la bonne question. Par conséquent, Forrester estime que la plupart des employés de bureau non initiés ont recours à des applications d ID de leur propre cru (les feuilles de calcul notamment). Dans cette étude, 88 % des personnes interrogées ont indiqué qu elles utilisaient exclusivement ou principalement des feuilles de calcul pour leurs tâches de reporting et d analyse. Problèmes posés par les applications d ID développées en interne Désireux d obtenir rapidement des réponses à de nouvelles questions, à tous moments et en tous lieux, certains utilisateurs gestionnaires retournent aux bonnes vieilles feuilles de calcul ou se procurent et installent des outils d ID à bas prix, contournant ainsi les normes informatiques et d achat en vigueur dans leur société. Si on ne peut leur en vouloir (après tout, les affaires sont les affaires, et on ne peut pas attendre indéfiniment les réponses du service informatique, sous peine de perdre le contrat), ce comportement est source de multiples problèmes évidents. En effet, ces applications d ID développées en interne : créent souvent des besoins d assistance supplémentaires à long terme. peuvent entraver la réalisation des objectifs de version unique des faits, vers lesquels tend chaque entreprise. ne tiennent pas compte des investissements existants des fournisseurs de solutions d ID. augmentent inévitablement le risque opérationnel. Page 9

11 ne répondent pas uniformément aux impératifs d exploration, de recherche d information et de reporting/d analyse. Le résultat? Une déconnexion. Une perte de sens. En résumé, les méthodes de planification et de préparation traditionnelles ne fonctionnent pas ici. Le scénario qui consiste à bricoler son propre outil pour ensuite demander de l aide ne s inscrit pas dans le cadre traditionnel de l assistance informatique. D où l importance de la mise en œuvre du libre service par l utilisateur final pour la majorité des nouvelles exigences de reporting et d analyse, telles que le concept de «réaction par opposition à la planification». Malheureusement, les applications d ID internes habituelles ne sont pas non plus la solution idéale pour les multiples raisons évoquées plus haut. On comprend mieux alors l éternelle pomme de discorde entre les gestionnaires et les spécialistes TI. Les gestionnaires sont chargés de réagir aux événements et de s adapter aux nouvelles exigences, tandis que les spécialistes de l informatique sont chargés de planifier des infrastructures et des applications contrôlées, normalisées, sécurisées et optimisées. Ces deux forces souvent diamétralement opposées créent une faille dans ce qui pourrait être des processus d ID fluides. Cette faille alimente un contentieux de longue date entre les gestionnaires et les spécialistes de l informatique luttant pour accorder leurs violons. Un grand nombre de dirigeants estiment que les spécialistes de l informatique se cantonnent dans un rôle facile, celui de promouvoir l efficacité et les gains de productivité dans les opérations de back-office, au lieu de favoriser l adaptabilité, l innovation et la compétitivité, gages de croissance et de rentabilité. Toutefois, cette faille et ce décalage entre les gestionnaires et les spécialistes de l informatique sont porteurs d une perspective. Conclusions de l étude et recommandations Existe-t-il un juste milieu entre les aspirations au libre service des utilisateurs finaux et la mission du service informatique qui consiste à contrôler, sécuriser, centraliser et optimiser les environnements d ID? Dans cette étude, Forrester a examiné ce que devraient être les caractéristiques et les critères d une telle solution pour les gestionnaires et les spécialistes de l informatique. Critères des gestionnaires Du point de vue de l utilisateur professionnel, une telle solution offrirait des fonctionnalités en libre service telles que : Exécuter et personnaliser légèrement des rapports et tableaux de bord prédéfinis. Exécuter des requêtes ad hoc. Ajouter des mesures calculées aux rapports existants. Collaborer avec les autres utilisateurs. Remplir leurs besoins d ID avec peu ou pas de formation. Page 10

12 De quelles fonctions utilitaires d ID les entreprises ont-elles besoin pour répondre à de telles exigences d ID? Les portails sont les facilitateurs clés de la collaboration et de la gestion des connaissances propres à l ID. En ajoutant des capacités de collaboration aux applications d ID, les portails servent également de plateforme de gestion des connaissances pour les applications d ID et les autres applications de l entreprise. Les départements informatiques finissent très souvent par créer des milliers de rapports d ID prédéfinis standard de production. À moins que vous ne sachiez ce qui existe et où le trouver, ces rapport finissent souvent par rester dans un coin, gaspillant de précieuses ressources informatiques. Les portails peuvent aider l entreprise à résoudre cette difficulté avec des dossiers et des structures de menu personnalisés, ainsi qu un moteur de recherche pour rechercher des rapports au sein de différents outils et applications d ID. Une couche sémantique isole les utilisateurs professionnels de la complexité du système de gestion de base de données (SGBD). Ce point est particulièrement important pour les requêtes ad hoc, où, au lieu de prendre un rapport prédéfini comme point de départ, on commence avec une page blanche pour construire sa requête à partir de zéro. Comprendre les détails compliqués des structures sous-jacentes des bases de données, souvent avec des noms de tableaux et de colonnes cryptiques et sans signification, des alias déroutants, et aucune corrélation évidente avec la question liée à l activité, n est à l évidence pas à la portée d un utilisateur professionnel lambda de l ID. C est pourquoi la plupart des outils modernes d ID (mais pas tous) introduisent des métadonnées professionnelles ou couche sémantique entre l outil d ID et la structure brute du SGBD. Si vous avez plusieurs outils d ID, un middleware de fédération de données peut souvent être utilisé pour atteindre le même objectif. Si les choses ont été bien faites, cette couche sémantique présentera les données à un constructeur de requête de rapport en termes pertinents pour l entreprise, clairs, descriptifs et facilement reconnaissables. L ID avec une interface de recherche peut répondre au paradoxe «je ne sais pas ce que je ne sais pas». Outre le fait qu elle réduit considérablement le besoin de formation, une interface de recherche ajoute une autre fonction importante de libre service aux applications d ID. Si les rapports, les requêtes ad hoc et les outils OLAP sont parfaitement adaptés lorsque l utilisateur connaît la question exacte, en termes d entreprise, qu il souhaite poser, ces outils sont inefficaces lorsque l utilisateur recherche quelque chose sans savoir exactement quoi. Un vendeur qui se prépare pour une réunion client importante ne connaît pas obligatoirement toutes les informations nécessaires et il peut ne pas être capable de construire efficacement les requêtes appropriées pour extraire les informations dont il a besoin. Il est alors préférable de permettre à ce vendeur d entrer simplement quelques mots-clés pour trouver les dimensions client pertinentes dans la base de données, puis d utiliser une interface graphique pour approfondir sa recherche à partir d une liste de possibilités. En conclusion, une interface utilisateur de recherche réduit voire supprime le besoin de formation, tout en permettant dans le même temps de résoudre l un des plus anciens problèmes de l ID : la nécessité de savoir exactement quelles questions poser pour obtenir une réponse utile. L ID avec interface utilisateur de recherche peut également permettre la navigation à facettes. La navigation à facettes permet d analyser les structures de données qui posent bien des difficultés aux outils OLAP. Les schémas en étoile classiques et les architectures d ID conventionnelles sont principalement conçus pour bien gérer des données simplement structurées, mais ils sont peu efficaces lorsque les structures de données sont très complexes et, pour cette raison, nécessitent souvent la construction de plusieurs dépôts de données. Par exemple, si les structures de données contiennent des hiérarchies déséquilibrées et irrégulières (typiques dans la vente de détail ou la fabrication, où des pièces ou produits différents ne partagent pas les mêmes dimensions), un processus doit Page 11

13 être inventé pour remplir les niveaux hiérarchiques manquants ; mais la conséquence est souvent que l application ne reflète pas la réalité. Ces hiérarchies irrégulières et déséquilibrées sont simplement trop difficiles à prendre en charge pour le reporting et l analyse traditionnels de type ID et OLAP. Certaines architectures de données (index inversé, bases de données associatives) et une ID avec capacités de recherche à facettes sont nécessaires pour analyser des structures de données complexes comportant des milliers de dimensions et des hiérarchiques complexes. Critères informatiques Les personnels informatiques insistent toujours (et à juste titre) sur le fait qu une telle solution doit : soutenir le rapprochement entre les domaines de la gestion et des techniques informatiques. favoriser les initiatives de consolidation et de centralisation des normes, des fournisseurs et des infrastructures. promouvoir l objectif d une version unique des faits. tirer parti des investissements, des infrastructures et de la formation des fournisseurs de solutions d ID. réduire le risque opérationnel en procurant un environnement sécurisé, conforme et dépourvu de risque. fournir un réel retour sur investissement en : o o réduisant, et non en augmentant, les besoins en ressources informatiques. mettant en œuvre des technologies qui stoppent la prolifération des applications et des serveurs. Page 12

14 RECOMMANDATIONS PRINCIPALES Un certain nombre d observations et de recommandations ressortent de cette étude. Observations : Dans les entreprises, les personnes occupant certaines fonctions comptent de plus en plus sur elles-mêmes, et non sur les services informatiques, pour répondre à la plupart de leurs besoins d information. Dans bien des cas, les applications d ID de génération précédente ne répondent pas aux besoins informationnels des travailleurs du savoir. Parmi les fonctions absentes des applications d ID plus anciennes figurent une interface de recherche et des métaniveaux sémantiques ne nécessitant que peu, voire pas de formation. En règle générale, les besoins informationnels des travailleurs du savoir sont satisfaits par des applications d ID élaborées en interne, telles que les feuilles de calcul ou les systèmes de fichiers bureautiques. Les travailleurs du savoir passent une trop grande partie de leur journée à rechercher et non pas à utiliser véritablement l information. Conclusions et recommandations : Les travailleurs du savoir bénéficieront considérablement d une nouvelle génération de solutions d ID en libre service (simples et polyvalentes) leur permettant de couvrir l essentiel de leurs besoins informationnels en ne faisant appel qu à une assistance minimale de la part du service informatique. Les travailleurs du savoir bénéficieront particulièrement d une solution d ID qui intègre de manière cohérente les fonctions de recherche et d informatique décisionnelle. Les travailleurs du savoir bénéficieront considérablement d une solution d ID caractérisée par une interface intuitive de type moteur de recherche, requérant peu, voire pas de formation. En rendant ces applications d ID plus intuitives et simples à utiliser avec peu ou pas de formation, il est possible d étendre l informatique décisionnelle à un plus grand nombre de travailleurs du savoir dans l entreprise. Page 13

15 Annexe A : Méthodologie Dans le cadre de cette étude, Forrester a interviewé 30 professionnels exerçant dans des secteurs divers aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Inde et à Singapour afin d évaluer les besoins, les tendances et les difficultés d utilisation de l information des travailleurs du savoir actuels. Parmi les participants à l étude figuraient des responsables ventes, marketing, finances et informatiques : 24 professionnels des opérations et 6 professionnels de l informatique. Les questions posées aux participants portaient sur leur usage de l information dans le cadre de leurs fonctions, les outils utilisés et leur relation avec les spécialistes de l informatique (s ils étaient gestionnaires). Les personnes interrogées ont reçu une prime (sous forme de points) en remerciement du temps consacré à l enquête. L étude a débuté et s est achevée en septembre Annexe B : Documents supplémentaires Études Forrester connexes «Trends 2011 And Beyond: Business Intelligence», Forrester Research, Inc., 31 mars 2011 «A Practical How-To Approach To Mobile BI», Forrester Research, Inc., 3 mars 2011 «Empower BI HEROes With Self-Service Tools», Forrester Research, Inc., 26 octobre 2010 «Agile BI Out Of The Box», Forrester Research, Inc., 22 avril 2010 «BI In The Cloud? Yes, And On The Ground, Too», Forrester Research, Inc., 26 janvier 2010 «Search + BI = Unified Information Access» Forrester Research, Inc., 5 mai 2008 «BI Workspaces: BI Without Borders», Forrester Research, Inc., 23 juin 2008 Annexe C : Notes 1 «Trends 2011 And Beyond: Business Intelligence», Forrester Research, Inc., 31 mars 2011 Page 14

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Solution de gestion des journaux pour le Big Data

Solution de gestion des journaux pour le Big Data Solution de gestion des journaux pour le Big Data PLATE-FORME ÉVOLUTIVE D INFORMATIONS SUR LES JOURNAUX POUR LA SÉCURITÉ, LA CONFORMITÉ ET LES OPÉRATIONS INFORMATIQUES Plus de 1 300 entreprises de secteurs

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible FICHE PRODUIT CA Clarity PPM agility made possible CA Clarity Project & Portfolio Management (CA Clarity PPM) vous permet d innover avec agilité, de transformer votre portefeuille en toute confiance et

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc TIBCO PM iprocess Suite «TIBCO est le seul fournisseur capable de prendre en charge l éventail complet des processus orientés systèmes et humains.» The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100 La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100, la solution innovante pour les PME à l avenir prometteur Une PME a des besoins de gestion spécifiques, parfois sophistiqués,

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

Gestion des données sur les dépenses

Gestion des données sur les dépenses Gestion des données sur les dépenses Pourquoi cette présentation? Les fournisseurs, les analystes de l industrie et la presse spécialisée portent une très grande attention à l importance des données organisationnelles.

Plus en détail

INFORMATIQUE EN NUAGE POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION

INFORMATIQUE EN NUAGE POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION CONNECT INFORMATIQUE EN NUAGE POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION CONNECT Logiciels de gestion I Informatique en nuage I Service à la clientèle Profitez de la puissance et des fonctionnalités d une plateforme

Plus en détail

Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management

Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management Présentation de la solution SAP SAP Content Management for by OpenText Objectifs Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management Assurez la conformité du contenu

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

État de la transformation IT

État de la transformation IT État de la transformation IT Analyse par EMC et VMware EMC et VMware aident les départements IT à se transformer en fournisseurs de services axés sur les besoins métiers. L État de la transformation IT

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Présentation du portail Global Portal. Centre d information des cadres

Présentation du portail Global Portal. Centre d information des cadres Présentation du portail Centre d information des cadres Canaux de vente en ligne Clients professionnels Premier PremierConnect Processus de commande rationalisé Confirmation des commandes en temps et en

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse

Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse Présentation de la solution SAP SAP Afaria, édition cloud Objectifs Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse Un faible investissement à forte rentabilité Objectifs Un

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

Postes en technologie de l information

Postes en technologie de l information Mutation 2013 Postes en technologie de l information Consultez les témoignages de nos ambassadeurs Suzanne Samson Gestionnaire en technologies de l information Simon Barriault Analyste en informatique

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

SUSE Cloud. Devenez le cloud provider de votre entreprise

SUSE Cloud. Devenez le cloud provider de votre entreprise SUSE Cloud Devenez le cloud provider de votre entreprise Et si vous pouviez répondre plus rapidement aux demandes des clients et saisir immédiatement les opportunités commerciales? Et si vous pouviez améliorer

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

ISO 9001:2015 mode d emploi

ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Optimisation de Numara Track-It!, la solution de Help Desk et de gestion des actifs informatiques de Numara

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Cahier des charges de l application visant à effectuer un suivi de consommation énergétique pour les communes. Partenaires du projet :

Cahier des charges de l application visant à effectuer un suivi de consommation énergétique pour les communes. Partenaires du projet : Cahier des charges de l application visant à effectuer un suivi de consommation énergétique pour les communes Partenaires du projet : 1 Sommaire A) Contexte... 3 B) Description de la demande... 4 1. Les

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public CityTouch LightPoint / GESTION DU PATRIMOINE ECLAIRAGE PUBLIC 3 Un système intelligent pour

Plus en détail

Documentation Matrox Imaging

Documentation Matrox Imaging Sommaire Dans le domaine de la vision industrielle et des systèmes d inspection optique automatisés, les caméras intelligentes obtiennent beaucoup d attention. En fait, elles sont souvent présentées à

Plus en détail