Risques liés à l eau : exemples nationaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques liés à l eau : exemples nationaux"

Transcription

1 Risques liés à l eau : exemples nationaux Dr Bruno Coignard Unité Infections associées aux soins et résistance aux antibiotiques Département Maladies Infectieuses, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice 9èmes Journées de prévention des IAS Le Lamentin, Guadeloupe, 10 décembre 2010 L eau dans les établissements de santé Eau : élément essentiel au bon fonctionnement des établissements de santé Peut constituer une source d infections graves en cas de contamination En particulier pour les patients les plus fragiles Risques à connaître pour mieux les gérer 1

2 Risques liés à l eau : exemples nationaux Légionelloses Données de surveillance (MDO, signalements IN) Une épidémie hospitalière Infections à Pseudomonas spp. Une épidémie hospitalière Une épidémie communautaire Infections à mycobactéries atypiques Epidémies récentes, en particulier en médecine de ville Risques liés à l eau : exemples nationaux Légionelloses 2

3 Legionella Bactérie d origine hydrotellurique 64 espèces et sérogroupes (19 chez l'homme) Eaux naturelles : lacs, rivières, sols humides, Eaux artificielles +++ eaux chaudes (froides) sanitaires eaux systèmes de refroidissement des TAR conditions favorables : biofilm, température inférieure à 50 C, débit faible voire stagnation, amibes Légionellose Absence de tableau clinique spécifique Pneumopathie : 0,5 à 5% des pneumopathies communautaires de l adulte Incubation : 2 à 10 jours Létalité : 10 à 20% Agent responsable Legionella Confirmation biologique nécessaire Tan MJ et al. Chest 2000, 116:

4 Légionellose : définition (origine, cas groupés) Cas associé au soins (nosocomial) Certain : hospitalisation durant la totalité des 10 jours avant la date de début des signes cliniques Probable : hospitalisation pendant une partie des 10 jours avant la date de début des signes cliniques Cas groupés (cluster) : au moins 2 cas, survenus dans un intervalle de temps et d'espace géographique, susceptible d'impliquer une source commune de contamination Epidémie (outbreak) : cas groupés de 10 cas et plus Légionellose : mode de contamination Inhalation aérosols avec micro-gouttelettes d eau, diamètre<5µm Micro-aspiration discutée «Fausse route» eau de boisson (personnes âgées) opérés de la sphère ORL Contamination par ingestion: aucun argument en faveur Pas de transmission de personne à personne 4

5 Légionellose : systèmes de surveillance en France Notification et signalement obligatoire des légionelloses (ARS, ARS-DT / InVS St Maurice ) Signalement des infections nosocomiales (ARS, ARS-DT / InVS St Maurice ) Notification du Centre national de référence (CNRL - Lyon) Notification du réseau européen (ELDSNet* ECDC Stockholm) * EWGLI transféré le 1 er avril 2010 à l ECDC Organisation de la surveillance des légionelloses en France EOH CLIN CCLIN Médecins Laboratoires Cire ARS / ARS-DT InVS ELDSNet CNR Déclaration obligatoire Signalement des infections nosocomiales Centre National de Référence Surveillance Européenne (légionellose liée aux voyages) Soutien à l investigation des cas groupés 5

6 Nombre de cas Evolution du nombre de cas et de l incidence de la légionellose en France, N cas Taux d'incidence En 2009, 96% des diagnostics par Ag urinaire (culture : 18%, sérologie : 2%) 2009 = cas incidence 1,9 / décès ; létalité =11% 3 2 Taux d'incidence pour Expositions à risque parmi les cas de légionellose, France, 2009 Expositions N % Hôpital 98 8 Thermalisme 7 <1 Maison de retraite 60 5 Voyage Autre exposition* 69 5 Total * Pas de cas groupés > 10 cas 6

7 Cas groupés de légionellose en France et source probable Paris cas TAR identifiée Rennes cas TAR identifiée Meaux cas TAR hôpital identifiée Sarlat cas TAR hôpital identifiée Poitiers cas TAR identifiée Montpellier cas TAR source probable Lens cas TAR identifiée Soulac cas Réseau de distribution d eau identifiée Lyon Nord cas TAR? source probable Paris Austerlitz cas TAR identifiée Lorquin cas SPA source probable Nice cas TAR? source probable Courrières cas Bioréacteur suspecté Croisement des SIN avec les données MDO, SIN Date du 1 er cas Nom de l établissement DO Date des 1 er signe cliniques Nom de l établissement Durée d hospitalisation Rattachement d un SIN à une ou plusieurs DO Evaluation de l exhaustivité de la DO Evaluation de l exhaustivité du SIN Proportion des cas nosocomiaux certains et probables à partir de l ensemble des données 7

8 Croisement des SIN avec les données MDO, établissements 78 % publics, 13 % privés, 9 % privés à but non lucratif SIN moyen par établissement : 1.61 [1-6] 398 SIN entre 2002 et 2009 (5 % des SIN reçus au total) 386 SIN analysés Environ 48 signalements par an [37-58] 469 cas d infection [1-35] Variation du nombre de SIN selon les interrégions 36 % Sud-Est 33 % Nord 12 % Est 12% Ouest 7 % Sud-Ouest SIN légionellose (N=386) et SIN totaux (N=7 733) par an, France, SIN Legio SIN Totaux

9 Caractère nosocomial et origine de l infection A partir du SIN Caractère nosocomial 41 % nosocomial certain 50 % nosocomial probable 9 % non renseigné Origine de l infection 60 % acquise 10 % importée 30 % non renseignée Après croisement des données de la DO Caractère nosocomial 50 % nosocomial certain 50 % nosocomial probable Origine de l infection 89 % acquise 9 % importée 2 % non renseignée Cas groupés de légionelloses nosocomiales A partir du SIN 386 SIN 285 renseignés dont 12 % de cas groupés 30 Effectif Après croisement des données de la DO 386 SIN 37 % de cas groupés Nombre de cas groupés en diminution Année Cas groupés de légionelloses nosocomiales, (N= 143) 9

10 Actions mises en place par les établissements (pour 342 signalements de cas acquis) Investigations réalisées ou en cours au moment du signalement : 99% (317 réponses renseignées) Mesures immédiate : 90 % (312 réponses renseignées) Mesures à long terme : 65 % (194 réponses renseignées) Besoin d expertise extérieure : 17% (311 réponses renseignées) Quelques épidémies hospitalières (TAR) 10

11 Cas groupés à l HEGP, CRISE Cas groupés à l HEGP, : synthèse 9 cas : 5 M - 4 F Age moyen : 59 ± 10 ans (extrêmes: ans) Diagnostic fait à l HEGP: 7 cas fait à l extérieur: 2 cas Origine des cas 6 cas: nosocomial HEGP certain (chirurgie cardiaque: 5; Néphrologie: 1) 3 cas: nosocomial HEGP probable (chirurgie cardiaque : 2; chirurgie thoracique : 1) Source : G. Kac et al

12 HEGP, : tableau synoptique oct 1-15 nov nov 1-15 déc déc 1-15 jan jan fév fév cas 1 cas 2 cas 3 cas 4 cas 5 cas 6 cas 7 cas 8 cas 9 4CD? D S 7B D CD S D S 3CD D S D 3CD S S D 3 CD CD S D 3 CD D 3 CD S? Source : G. Kac et al HEGP, : origine de la contamination Eau chaude sanitaire (douches) Arguments épidémiologiques douches : 8 cas (dont 6 douches pré-opératoires) indéterminée : 1 cas (pas de douche-séjour en réa) Arguments microbiologiques intensité de contamination 48 % de points d usage positifs à L. pneumophila 1 35% de points > à 1000 UFC/l Source : G. Kac et al

13 HEGP, : hypothèse contamination ECS T insuffisante de production (< 60 C) Sous-dimensionnement de l installation Absence d équilibrage Stagnation de l eau Bras morts Zones défavorisées dans la boucle basse (3è CD) ++ Source : G. Kac et al HEGP, : typage moléculaire des souches (CNR Lyon) Souche Paris Souches environnement HEGP = souche Paris Souches cliniques 6 malades HEGP Souches environnement HEGP = souche Paris Source : G. Kac et al Souches Mondial 98 Souches Montparnasse 99 13

14 Patients HEGP, : mesures de contrôle immédiates Suppression des douches (sauf pré-opératoire) Installation de douches «sécurisées» Limitation des admissions Arrêt des transplantations Antibioprophylaxie de la légionellose (ID) Recherche de cas additionnels (Ag U systématique pour toute pneumonie nosocomiale) Techniques Choc thermique En théorie 3 jours En pratique séquentiel : 21 jours, 22 ETP Chloration continue Purges quotidiennes Source : G. Kac et al HEGP, : autres mesures Arrêt de la TAR immeuble France Television (50m) contaminée à L. pneumophila sérogroupe 1 souche Paris similaire aux souches cliniques A l HEGP augmentation puissance échangeurs équilibrage du réseau ajout 3è production dépose anti-béliers filtres (07/2001) : un cas de légionellose additionnelle Source : G. Kac et al

15 Risques liés à l eau : exemples nationaux Infections à Pseudomonas spp. Signalements d IN à P. aeruginosa Analyse de 332 signalements reçus d août 2001 à juin (21%) correspondaient à des cas groupés Contamination environnementale parfois rapportée Investigation complexe pratiques prélèvements environnementaux typage des souches 15

16 Une épidémie hospitalière, 2005 (1) 8 infections sur cathéter à Pseudomonas en 3 mois P. aeruginosa (n=5), P. putida (n=3) Souches sensibles ceftazidime, imipénème, amikacine, ciprofloxacine 2 services concernés oncologie pédiatrique réanimation néonatale Investigation recensement des cas audit des pratiques prélèvements environnementaux caractérisation des souches Une épidémie hospitalière, 2005 (2) Résultats : épidémie d origine hydrique en oncologie pédiatrique P. aeruginosa dans l eau des douches de 3 chambres plusieurs profils de souches : certains identiques à ceux des cas cliniques perte d étanchéité des pansements occlusifs de KT dont la taille avait été diminuée P. putida dans l eau d un pulvérisateur, rincé à l eau non stérile souche identique à celle d un des cas contamination par le pulvérisateur utilisé pour décontaminer les flacons de perfusion en réanimation néonatale Pseudomonas dans poche de nutrition parentérale et bain préparé avec une eau non filtrée, non stérile souches de profil identique à celles des cas contamination par le bain utilisé pour décontaminer les poches et flacons de perfusion 16

17 Une épidémie hospitalière, 2005 (3) Mesures de contrôle réseau d eau chloration, pose de filtres arrêt d utilisation des points d eau non filtrés mise en place d une boucle de production d eau maîtrisée en onco-pédiatrie avec filtres terminaux expertise du réseau pour comprendre l origine de la contamination distale pratiques arrêt de la préparation dans le service des poches de nutrition parentérale modification des pratiques pour la préparation des flacons de perfusion arrêt de l utilisation des pulvérisateurs en onco-pédiatrie audit des pratiques à distance par le CClin renforcement de l usage des PHA Une épidémie communautaire en Corse, cas de folliculites à P. aeruginosa du 7 au 16 novembre 2004 parmi les clients d un hôtel corse Origine = fréquentation du Spa par une personne atteinte de folliculite, forte fréquentation et entretien insuffisant eau du réseau conforme eau de la piscine et du spa dégradée Etude de cohorte rétrospective (59 clients) : association très significative entre durée de fréquentation du Spa et folliculite Peut concerner aussi des SSR! 17

18 Risques liés à l eau : exemples nationaux Infections à mycobactéries atypiques Mycobactéries atypiques (MA) ou non tuberculeuses Bactéries environnementales (sols, poussières, eau, ) Multiplicité des espèces : chelonae, abcessus, xenopi, fortuitum, marinum Infections sur un terrain d immunodépression locale ou générale (pulmonaires, ganglionnaires, cutanées, ostéoarticulaires, rarement disséminées ) Infections liées aux soins à visée thérapeutique : chirurgicaux ou non à visée esthétique : chirurgicaux ou non 18

19 Epidémie de la Clinique du Sport Exposition des patients entre janvier 1988 et mai 1993 chirurgie du rachis Mauvaises procédures d entretien du matériel chirurgical (rinçage du nucléotome à l eau du réseau) 58 cas diagnostiqués entre 1993 et 1998 dépistage de tous les patients exposés (> 3300) en 1997 Autres cas d infections à mycobactéries atypiques Investigations de 13 signalements d infection nosocomiale de 2001 à 2010 (A. Carbonne et al, CClin Paris-Nord, SFHH 2010) rapports d investigation CClin (PN, SE) et Ddass données du CNR Différents types de procédures thérapeutiques chirurgicales (n=5) thérapeutiques non chirurgicales (n=3) esthétiques chirurgicales (n=2) esthétiques non chirurgicales (n=3) 19

20 Procédures thérapeutiques chirurgicales (n=5) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Jan M. xenopi Genou Arthroscopie Clinique du sport (suites) Information des patients (arthroscopies entre 88 et 93) par l ES : > 4000 patients, pas d autre cas Avr M. wolinskyi Hanche Prothèse? Origine indéterminée Investigation : traçabilité de la stérilisation (RAS), recherche d autres cas similaires (0) Mai M. fortuitum Oreille Implant cochléaire? Août M. fortuitum Bactériémie (7 HC +) Prothèse ilio-fémorale? Origine indéterminée Investigation : envoi au CNR, audit des pratiques, recherche de contacts hydriques dans le mode de vie du patient. Contamination à la piscine? Origine indéterminée Contamination exogène à la piscine (kiné)? Instruments ou solutions contaminées? Fev M. xenopi Genou Arthroscopie? Origine indéterminée Interventions du genou en 1991 et 1998 dans 2 ES différents? Source : A. Carbonne et al. SFHH 2010 Procédures thérapeutiques non chirurgicales (n=3) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Sep M. chelonae Bactériémie KTC? Origine indéterminée Patient leucémique, source inconnue (hospitalisation, soins à domicile?) Dec M. chelonae Cutanée (abcès main, pied, spondylodiscite?) Bains antiseptiques pour eczéma? Origine indéterminée Patient hémodialysé, corticothérapie percutanée étendue (eczéma diffus). Investigations : pratiques (bains antiseptiques : dilution de la bétadine avec l eau du réseau et en concentration insuffisante), CNR (prélèvements eau de dialyse (+ dans 1ES) et du robinet de 2 autres ES en dermato et SSR(+); souches différentes) Aou M. chelonae Cutanée Hémodialyse? Origine indéterminée Patient hémodialysé. Infection communautaire? Investigation : prélèvements eau du robinet et circuit de dialyse (+ mais souche différente) Souche patient différente du cas précédent Source : A. Carbonne et al. SFHH

21 Procédures esthétiques chirurgicales (n=2) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Dec M. fortuitum Cutanée Lifting facial? Origine indéterminée Investigation : envoi au CNR, prélèvements d eau bloc opératoire et salle d hospitalisation (-), audit des pratiques : préparation cutanée insuffisante, maquillage préalable, contamination post-op? Avr M. fortuitum Sein Prothèse? Origine indéterminée Contamination exogène de la cicatrice (retard de cicatrisation) lors des douches à domicile ou lors des soins de toilette à l'hôpital? Investigation : envoi au CNR, revue des pratiques de soins postchirurgicaux, prélèvements d eau (?) Source : A. Carbonne et al. SFHH 2010 Procédures esthétiques non chirurgicales (n=3) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Jan C 5 P M. chelonae M. frederiksbergense Abcès Mésothérapie Nettoyage du pistolet injecteur à l eau du robinet Investigation : envoi au CNR, prélèvements de l eau du robinet (+), du pistolet (-), de solutions et crèmes cutanées (-), enquête sur 111 patients, audit des pratiques Source : A. Carbonne et al. SFHH

22 Procédures esthétiques non chirurgicales (n=3) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Mar C 5 P M. chelonae Abcès Mésothérapie Rinçage à l eau du robinet de la pissette d alcool utilisée pour l antisepsie cutanée Investigation : envoi au CNR, audit des pratiques, prélèvements de l eau (+), souches différentes eau et les 2 cas, courriers d information aux patients (104) Source : A. Carbonne et al. SFHH 2010 Procédures esthétiques non chirurgicales (n=3) Date Cas Bactérie Localisation Soins associés Hypothèse Sep C 7 P M. chelonae Abcès Carboxythérapie Fragilité cutanée due à des soins Aquatiques ; défaut de précaution standard ; ombre élevé d injections Investigation : envoi au CNR, audit des pratiques CCLIN SE, prélèvements eau du réseau (+ 1 million de MA /L mais souches différentes), recherche d épisodes Antérieurs. Mesures : arrêt de l activité, fermeture du centre Source : A. Carbonne et al. SFHH

23 Conclusion Risques liés à l eau multiples et généralement bien maîtrisés par la plupart des établissements de santé Des épidémies peuvent toujours survenir vigilance constante nécessaire investigations complexes, faisant intervenir plusieurs corps de métier (EOH, centre de référence, ingénieur spécialiste des réseaux d eau, ) En dehors du risque «Légionellose», le plus évident et probablement le mieux contrôlé, penser aux autres risques Pseudomonas et apparentés mycobactéries atypiques à tous les types de «soins», y compris hors de l hôpital tubulures, douches, balnéothérapie, maisons de retraite, médecine de ville en particulier pour les patients les plus fragiles Remerciements Aux organisateurs de cette journée! Institut de veille sanitaire Jean-Michel Thiolet, Isabelle Poujol, Sophie Alleaume (DMI/NOA) Christine Campèse, Didier Che (DMI/TILE) CClin Paris-Nord Anne Carbonne HEGP Guillaume Kac Site web InVS : (dossiers thématiques) Site web ECDC : 23

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Philippe GLORION, responsable des Services Techniques Dr Stéphanie EDOUARD, Praticien Hygiéniste CoCLINNOR Mardi

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau*

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Françoise LUCAS, Nicolas RADOMSKI, CEREVE, Université Paris 12, Ecole Nationale des Ponts et Chaussés Laurent MOULIN, Sophie HAENN, CRECEP Laetitia

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales

Signalement des infections nosocomiales Signalement des infections nosocomiales Bilan 00 Journée des CLIN 5 mars 005 C-CLIN Paris Nord Bilan du signalement fin 00 90 fiches de signalement reçues au CCLIN PN 91 besoins d expertise 30 cas d infections

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Epidémiologie de la légionellose en France

Epidémiologie de la légionellose en France Epidémiologie de la légionellose en France Christine Campèse Département des maladies infectieuses SympoLégio, Lyon, 26-27 Novembre 2013 Légionellose : définition de cas Cas = Pneumopathie associée à Confirmé

Plus en détail

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 D. Dejour Salamanca, C. Campese, A. Mathieu, D.Che, H. Isnard (InVS CIRE IDF) Dr Bomnang Ung, C.Cosson, N. Micolas, A. L. Thos, Y. Pavageau

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

L hôpital en quelques chiffres

L hôpital en quelques chiffres LA QUALITE DE L EAU L A L INSTITUT CURIE Un défi d collectif Présentation de l hôpital l de l Institut Curie Septembre 2008 1 - La qualité de l'eau à l'institut Curie : un défi collectif - 30/09/2008 2

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D CHAUDE SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 Valérie Boyer : Infirmière Hygiéniste Catherine Foucou : Praticien en Hygiène PROLIFERATION

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail

La légionellose DOSSIER

La légionellose DOSSIER Référence : La légionellose DOSSIER Sommaire : 1. Quand parle-t-on de légionellose? 2. Comment diagnostique-t-on l infection? 3. Existe-t-il un traitement? 4. Y a-t-il des mesures de prévention à prendre

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables Contexte 1/3 2005 Fiche technique pour la pose des CCI Contexte 2/3 2005 Fiche de Reco. pour la prévention du RI associé aux manipulations

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Françoise Enkiri Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris Académie Nationale de Pharmacie

Plus en détail

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE ANTENNE REGIONALE AQUITAINE GESTION DU RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS LES EHPAD MANUEL D EVALUATION 2011 SOMMAIRE Liste des abréviations... 3 Objectif du manuel d évaluation... 4 Fiche établissement...

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

Risques infectieux et pratiques alternatives

Risques infectieux et pratiques alternatives Risques infectieux et pratiques alternatives Docteur Sophie Fégueux Docteur Khadijeh Shakouri Bureau risques infectieux et autres risques liés aux soins Sous-direction prévention des risques infectieux

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée XVI e Congrès s National de la Société Française aise d Hygid Hygiène Hospitalière Reims, les 02 et 03 juin 2005 Problèmes spécifiques d hygid hygiène en structures de soins de suite et de réadaptation

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Patrice BLONDEL Colette BRUNEL H. HAOUCHINE I. DECASTRO P. BOISTARD Centre Hospitalier de SAINT-DENIS Hôpital DELAFONTAINE : - Court séjour M.C.O.

Plus en détail

PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES

PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES A. GOUOT Technicienne bio-hygiéniste Équipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière Formation initiale IDE 1ère année 8 mars

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX X e JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Jeudi 5 avril 2012 La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Méthode ALARM

Plus en détail

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE H LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE Architecture BERNET C, LAPRUGNE-GARCIA E, SAINT GENIS LAVAL Juillet 2009 Pseudomonas aeruginosa ou bacille

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Pascal ASTAGNEAU Jean Marc BOULANGER Christian PERRONNE Dominique TRICARD Rapport n 2001.043

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP), HCSP Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

La légionellose. Qu est-ce que la légionellose?

La légionellose. Qu est-ce que la légionellose? La légionellose Qu est-ce que la légionellose? RISQUES La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries vivant dans l eau douce appelées légionelles qui prolifèrent entre 20 C

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail