INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ ET DONNÉES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ ET DONNÉES"

Transcription

1 1 INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ ET DONNÉES De la réflexion au diagnostic local Véronique Tellier, 24 janvier 2013

2 PETITE HISTOIRE ILLUSTRÉE DES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ ET DE LA MANIÈRE DE LES ABORDER À L OBSERVATOIRE WALLON DE LA SANTÉ (OWS) 2 1. L Observatoire wallon de la Santé, ses objectifs, ses fonctions, ses stratégies 2. Prendre en compte les inégalités de santé 3. Contribuer à les réduire 4. Mettre sur pied un diagnostic local DGO5 Véronique Tellier, OWS Université de printemps, 12 avril 2012

3 Objectif général de l OWS (note du GW du 2 octobre 2008) 3 (Contribuer à) améliorer l'état de santé des Wallons.

4 Objectifs spécifiques de l OWS: 4 1. Améliorer la connaissance des problèmes de santé et de ses déterminants 2. Fournir des outils scientifiques de conception, de suivi et d'évaluation des politiques de santé publique 3. Mettre en évidence les inégalités sociales de santé pour contribuer à les diminuer 4. Rationaliser les rassemblements d'informations aux niveaux infrarégionaux en permettant aux acteurs locaux de la santé de tirer parti d'informations et d'outils centralisés au niveau régional

5 Fonctionnement 1/2 Enquête nationale de santé Produire des indicateurs décès/ naissances OWS Répondre à des questions Registre du cancer Créer une mémoire CPAS Recueillir Analyser: stockage, calcul, produire, valider, comparer Diffuser Publier un tableau de bord 5

6 Partenariats-collaborations de base 6 Fournisseur de données ISP, SPW, Registre du cancer, CEPIP Participation aux activités Association Belge de Santé Publique, Point focal pour les données internationales, Hits Belgium, performance du système de santé.. Contacts collatéraux Observatoire Bruxellois du social et de la santé, Vlaamse gemeenschap, CGermanophone OWS Collaborations sur projets Fondation Roi Baudouin, Share, Observatoire franco-belge de la santé Universités, ESP, mutuelles.. Partenariats spécifiques (plusieurs rôles) Cellule d information sociosanitaire de la CF, Observatoires provinciaux Utilisateurs CLPS, associations, pouvoirs locaux, services sociaux, etc.

7 Que sont les inégalités de santé «Des inégalités qui n existeraient pas s il y avait plus de justice sociale» «Un truc à la mode» «une fois qu on sait, on ne peut plus ne pas les prendre en compte» WHO,Closing the gap in one generation

8 Pourquoi s intéresser aux inégalités de santé Maladies plus précoces Plus sévères Avec plus de complications Un recours aux soins difficile Des facteurs de risque qui se cumulent et qui persistent WHO,Closing the gap in one generation

9 Autres conséquences Plus de souffrance, Moins de possibilités d agir (problèmes entremêlés, cercles vicieux..), Coûts plus élevés Personnels de santé frustrés Plus d exclusion sociale, de précarité, de vulnérabilités sociales

10 L Intérêt pour les ISS est mondial Stratégie OMS «Closing the Gap» Intérêt d avoir une modèle conceptuel de référence

11 DAHLGREN, Göran and WHITEHEAD, Margaret, 1991, Policies and Strategies to promote social equity in health. Institute of Future Studies. Stockholm (traduction) La santé : les déterminants sociaux 11 Milieu de travail Conditions de vie et de travail Chômage Éducation Agriculture et production de nourriture Facteurs liés au sexe, à l âge et à la constitution Services de santé Logement

12 La santé : les déterminants sociaux 12 Extrait de la revue Education Santé. N 245 Mai 2009

13 Les 3 dimensions des ISS 13 Le gradient social Le cumul des facteurs de risque L exposition dans la durée Les inégalités sociales de santé ne sont pas un synonyme de pauvreté.

14 Inégalités sociales de santé : le gradient social 14 Que signifie gradient social? Le terme «gradient» évoque un continuum, le fait que la fréquence (p.ex. d un problème de santé) augmente régulièrement en fonction d une caractéristique (revenu, niveau d études, etc.). On parle d un gradient social lorsque la fréquence (p. ex : d un problème de santé) augmente régulièrement des catégories les plus favorisées vers les catégories les plus défavorisées.

15 Etat de santé : santé subjective Proportion d individus qui estiment que leur état de santé est bon ou très bon, 2004, Enquête Nationale de Santé Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

16 Etat de santé : santé subjective: La notion de gradient social Proportion d individus qui estiment que leur état de santé est bon ou très bon par niveau d instruction, 2004 Source : HIS, ISP, Brussels Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

17 Etat de santé :maladies chroniques Proportion d individus souffrant d une ou plusieurs maladies chroniques par niveau d instruction, 2004 Source : HIS, ISP, Brussels Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

18 0-5-30: la sédentarité: gradient social et différence de genre

19 Réf. Tackling health inequalities in Europe, an integrated approach, EUROTHINE final report

20 Consommation d alcool: les abstinents Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

21 ISS et cancers Réf. Tackling health inequalities in Europe, an integrated approach, EUROTHINE final report

22 Etat de santé :cancer des VADS: gradient géographique Taux standardisés de mortalité par cancer VADS des hommes, , pour habitants Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

23 Incidence des cancers tête et cou en 2004 Taux standardisés de diagnostic (hommes, 2004, pour habitants) Ref. Tableau de bord de la santé en Wallonie, 2009

24 Etat de santé :cancer des VADS Taux standardisés de mortalité par cancer des VADS des hommes, , pour habitants Ref Tableau de bord transfrontalier de la santé, 2006

25 ISS et mortalité globale par niveau d éducation chez les hommes Réf. Tackling health inequalities in Europe, an integrated approach, EUROTHINE final report.mackenbach

26 Que peut faire un observatoire Mener à bien ses études Les diffuser auprès des bonnes personnes Aller plus loin que la simple description des faits: Mise en perspective de différentes sources de données Confrontation des résultats aux professionnels et au terrain Émettre des hypothèses

27 Les ISS, une grille de lecture systématique 27 La science n est pas neutre: choix des indicateurs Les questions qu on se pose ne sont pas neutres non plus: Ex: couverture des besoins ou accessibilité prioritaire aux personnes qui ont moins de moyens? Etude de l IAA : le caractère individuel ou structurel ou collectif des déterminants de l obésité ; La manière dont on y répond encore moins: moyenne vs distribution Stigmatisation Le diplôme, un proxy de quoi? Fonction du contexte,

28 Choisir les bonnes variables et les bons seuils Numérateur: exemples et questions Distinction entre obésité et excès de poids par ex Age de la mère pour les grossesses précoces Que fait-on des non réponses Dénominateur Ex:% d obèses parmi les wallons: bien définir ce qu est un wallon! (a-t-on ôté des personnes de l échantillon, qui, comment, pourquoi)

29 Illustration: indice de vieillissement: cumul dans le temps IWEPS, chiffres clefs 2010 Source INS ecodata Tableau de bord de la santé du Hainaut 2006

30 Mesure des inégalités 30 Gradient social: diplôme = proxy: il ne faut pas envoyer tout le monde à l université Emploi: statut de travail plutôt que classification Cut off ou gradient? Ex: secondaire Attention à la stigmatisation Revenu: pas facile sauf revenu médian d une commune par exemple

31 Faire les bonnes analyses Distribution : éviter les moyennes Distribution par rapport à un seuil significatif: ex: niveau de pauvreté Distribution significative de la population: ex 20% les plus pauvres Coefficient de variation Un territoire où il y a beaucoup d inégalités, d hétérogénéité : à la fois un handicap et une richesse Attention à ce qu on compare: Gommer les effets de la structure de la population

32 Ex des taux de mortalité Ref. tableau de bord de la Santé en Hainaut 2006.

33 Bien commenter les résultats Rigueur scientifique dans les mots de tous les jours: Un commentaire de graphique est une formule mathématique exprimée en Français: Exemple autour de la question des non réponses 8% des personnes interrogées ne déclarent pas avoir d activités ou de possibilité de se déplacer vs 8% des personnes interrogées déclarent ne pas avoir d activité ni de possibilité de se déplacer Un commentaire valide a été confronté aux réalités de terrain (relectures, présentations des

34 Bien diffuser les résultats Aux bonnes personnes Agréables et facile à lire

35 35 PLANIFICATION EN SANTÉ Les outils Véronique Tellier, OWS 21 novembre2012

36 Le cycle du projet 36

37 Les étapes de la planification La décision 2. Le diagnostic (assessment) 3. L identification des actions pertinentes 4. Le choix de l une ou l autre d entre elles 5. La mise en œuvre 6. Le suivi et l évaluation

38 Qu est_ce qu un diagnostic local? 38 Etat des lieux de toutes ressources existantes Etat des lieux de besoins de la population Le croisement entre les besoins et les ressources Les caractéristiques de la population L évolution Des statistiques

39 Qualités à avoir pour faire un bon diagnostic 39 La compétence Le temps Gestion des projets Connaitre le terrain Les sources de données Les acteurs Avoir une vision transversale Être plusieurs Avoir du recul Être à l écoute Savoir interpréter les statistiques La motivation, envie de comprendre Gestion du stress Bon sens Être rassembleur

40 1. La décision 40 Initiateur; question de base vs objectif de base Stake holders Pouvoirs publics politiques financeurs bénéficiaires techniciens

41 2. Le diagnostic 41 Participatif Ex de l Unicef et du Pérou 2 fois une après midi au moins On peut partir d un document chiffré ou non (cfr diagnostic local de l OSH)

42 Diagnostic participatif : logical Framework 42

43 3. l identification des actions pertinentes 43

44 4. Le choix des actions qu on va mettre en oeuvre 44 Identifier les Critères: Participation Coût Impact écologique Contribue à réduire les ISS Efficience Efficacité Renforcement d actions existantes (bénéfices marginaux) Compatible avec le programme politique

45 4. Le choix des actions qu on va mettre en oeuvre 45 rw bg bene pcs Fédérateur Réduire les ISS Faisabilité Touche le plus grand nombre Participatif Visibilité du projet 1 efficacité

46 Ecrire un Projet /une Politique 46 Objectifs Globaux Opérationnels Stratégies Comment on va s y prendre pour atteindre les objectifs Moyens Humains: stake holders & opérateurs Financiers Méthodes et fonctionnement Temporalités Début Fin Etapes intermédiaires Evaluation Key performance indicators

47 Comment prendre en compte les ISS dans un projet 47 Critère d attribution des subsides Critère de processus réussi: S intéresse aux ISS Utilise des outils qui permettent de les prendre en compte (ex lentille ISS, diagnostic local) Favorise la participation de tous Indicateurs d évaluation : Idéal: diminuer la pente du gradient mais difficile à mesurer et difficile d attribuer la diminution à notre action! Proxy: mixité des preneurs de décision par ex

48 Méthodes pour un diagnostic local La lentille ISS S assurer que le projet qu on veut mettre en place a tenu compte des éléments nécessaires pour réduire les inégalités sociales de santé.

49 L évaluation 49 Objectifs de l évaluation différents des objectifs du projet!!!: 1. Poursuivre le financement 2. Réorienter l action en fonction des résultats obtenus, de l évolution du contexte 3. Contrôler : non : monitoring Les questions de l évaluation 1. Ai-je atteint mes objectifs 2. Ai-je bien fait mon travail 3. Ai-je bien dépensé mon argent

50 Le monitoring et l évaluation 50 Ne pas attendre oostende pour se rendre compte qu on a pris le train dans le mauvais sens pour aller à Liège Identifier les indicateurs dès le départ grâce au modèle hippopoc : Indicateurs d outputs et d outcomes (résultats, effets et impact) Indicateurs de processus et de qualité Indicateurs pour prendre en compte les facteurs de confusion

51 L évaluation 51 Un processus en soi (pré-évaluation, rassemblement des acteurs et autres parties prenantes) Interne ou externe quantifiée ou non Seulement possible si les objectifs ont été fixés au départ

52 autres outils en planification 52 Les profils locaux La lentille ISS

53 Les profils locaux 53 2 formats: court (4p) basé sur des chiffres long (40p ou +) : commenté ou alimenté avec les acteurs de terrain et les gens

54 La Lentille ISS 54 S assurer que le projet qu on veut mettre en place a tenu compte des éléments nécessaires pour réduire les inégalités sociales de santé.

55 55

56 56

57 Mesure des changements 57 Faisceaux d évidences convergentes Questions d évaluation: 1. Ai-je atteint mes objectifs? 2. Ai-je fait mon travail correctement? (critères fixés) 3. Ai-je utilisé le budget correctement?

58 Sources de données 58 Enquête nationale de santé : Belgique et régions ; rapports et modules interactifs : https://www.wiv-isp.be/epidemio/epifr/index4.htm Données de mortalité + Naissances: SPMA : logiciel développé par l ISP : https://www.wiv-isp.be/epidemio/spma/index.htm Registre du cancer : rapports et analyses interactives : Bureau du plan : populations et projections : Stat bel : institut de statistiques belges (DGSIE) : Eurostat : attention à la validité des données et à leur comparabilité : pas toujours bien expliqué : OCDE : données plutôt économiques et globales pour un pays mais comparables d un pays à l autre :

59 Sources de données 59 WHO/OMS: health for all, santé environnement : Régions : score santé (observatoires régionaux de santé français) : projet i2sare : caractérisation des 270 régions d Europe : Profils locaux : site de l observatoire de la santé du Hainaut : quelles données utiliser au niveau local ; cytise (http://cytisecommunes.gedap.be/asp/interfcst.asp) données démographiques et autres par communes ; capruralité de gembloux : idem Iweps : institut wallon de l évaluation, de la prospective et de la statistique Observatoires de santé de Wallonie dans leur ensemble Définitions indicateurs : insee : projet Echim Logiciels : free ware Cartographie : phil carto + petit logiciel pour faire soi-même des fonds de cartes :

60 60 Pour plus d info: Observatoire wallon de la Santé 100 avenue Bovesse, 5100 Namur Tel 081/ ou 268 Merci pour votre attention!

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général.

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. Salon des mandataires 13-14 février 2014 LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT EN WALLONIE. QUELLE PLACE POUR LES POUVOIRS LOCAUX? Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. 1

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION

SYNTHESE DE L EVALUATION SYNTHESE DE L EVALUATION I. Contexte de l action II. III. La Guilde avait initié, dans les années 80, des dotations aux actions des petites ONG qui venaient présenter leurs actions dans le cadre du Forum

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

Comment construire le projet de service? Quelques éléments de référence

Comment construire le projet de service? Quelques éléments de référence Comment construire le projet de service? Quelques éléments de référence C. Vandoorne, G. Absil, SCPS APES-ULg Demi-journée à destination des professionnels de PSE Bruxelles 15 mai 2013 Plan de l exposé

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Zones d activitås communales - Suivi des dossiers de fonds de concours dans le cadre de l amånagement des zones d activitås communales

FICHE DE POSTE. Zones d activitås communales - Suivi des dossiers de fonds de concours dans le cadre de l amånagement des zones d activitås communales FICHE DE POSTE IntitulÄ du poste : Agent de däveloppement local. Cadre statutaire : FiliÄre : Administrative CatÅgorie : B Cadres d emploi : RÄdacteur Territorial Emploi permanent : Oui Missions : Met

Plus en détail

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be Outils «Agenda 21» scolaire COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles La méthode Méthodologie Guide méthodologique Explication de la méthode et de l objectif des différents documents à rédiger

Plus en détail

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole COMMUNIQUE DE PRESSE Le 9 février 2015 Le Groupe AGRICA présente la dernière vague de résultats de l étude AMI, unique programme de recherche multidisciplinaire sur le vieillissement et la dépendance en

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Note détaillée Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Etude Harris Interactive pour la Fédération Nationale des Marchés de Gros / Cap Les résultats sont issus

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ»

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 «PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 Règlement ARTICLE 1 PRÉSENTATION Toujours plus soucieux de «faire de la Wallonie une terre de Qualité totale» le Ministre-Président apporte son soutien au «Prix Wallon

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

ecomptes est un plan intégré reposant sur un ensemble d applicatifs informatiques déployés à 2 niveaux:

ecomptes est un plan intégré reposant sur un ensemble d applicatifs informatiques déployés à 2 niveaux: Fiche pratique ecomptes Description Dans une volonté de simplification administrative la DGO5 fournit au travers du logiciel ecomptes qu elle distribue dans toutes les communes le modile permettant de

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Comment détecter. les risques psychosociaux. en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise?

Comment détecter. les risques psychosociaux. en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pour respecter l obligation de préserver la santé des salariés. Pour diminuer les accidents du travail, les maladies professionnelles, l absentéisme

Plus en détail

Expérimenter des outils simples d évaluation

Expérimenter des outils simples d évaluation Expérimenter des outils simples d évaluation Radix 26 septembre 2007 Eric Zellweger et Yann Boggio 1 Plan de la présentation L évaluation c est Dessiner une évaluation Quelques outils 5 min 10 min 15 min

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

MTM LEAN EVALUATIONS

MTM LEAN EVALUATIONS MTM LEAN EVALUATIONS SOURCES ET PARALLELES dans la genèse du stress et de la souffrance dans la vie active Dr Margaret Moreau Médecin du Travail MTM = METHOD TIME MEASUREMENT Méthode industrielle, créée

Plus en détail

www.installation-campagne.fr

www.installation-campagne.fr www.installation-campagne.fr Le premier site portail national de l'installation en milieu rural Un portail national entièrement consacré à l installation à la campagne... p 2 Installation-campagne.fr,

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

La mise en place d'une procédure informatisée en matière de GRH

La mise en place d'une procédure informatisée en matière de GRH La mise en place d'une procédure informatisée en matière de GRH L'informatisation sert a faire progresser les pratiques de gestion (dans tous les domaines), elle ne peut donc se limiter à une simple automatisation

Plus en détail

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 L Observatoire des Achats Responsables Vague 3 Novembre 2011 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie et structure de l échantillon page 2 Méthodologie de l

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «SCHEMAS INTERCOMMUNAL D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes Eyrieux aux Serres L

Plus en détail

par l entrée produit MMRICHER A BRANGER IEA S ROUSTEL ISBA ENILBIO POLIGNY STAGE «approche du GA par le produit» 30 mars au 02 04 2010

par l entrée produit MMRICHER A BRANGER IEA S ROUSTEL ISBA ENILBIO POLIGNY STAGE «approche du GA par le produit» 30 mars au 02 04 2010 L enseignement du génie alimentaire par l entrée produit OBJECTIF du stage Produire une méthodologie d approche du GA par le produit Pour cela : Présenter les objectifs du Génie Alimentaire en lien avec

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie.

Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie. Ministère de la Santé Publique Office national de la Famille et de la Population Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie. 1 Place du programme de SR/PF dans

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012 Direction de l'action sociale Service insertion RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19 au CONSEIL GÉNÉRAL Séance du 25/06/2012 Plan stratégique départemental d'insertion 2012-2014. Vingt ans après l instauration du

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

Les méthodes en évaluation foncière

Les méthodes en évaluation foncière Les méthodes en évaluation foncière Le système québécois Jean-Marc Couture, é.a. 8 mai 2008 Présentation Partie no. 1 Le contexte Partie no. 2 Le système Partie no. 3 Les méthodes Partie no. 4 Les technologies

Plus en détail

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Cours Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Situation du cours Outils de recherche d emploi Programme d études Intégration socioprofessionnelle Dimension Choix professionnel

Plus en détail

Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale»

Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale» Le Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale» VegDiag Labellisé le 13 janvier 2014 pour la période 2014-2018 Issu des réflexions du Réseau français pour la santé végétale RFSV RMT RFSV Séminaire

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous?

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous? MODULES DE PERFECTIONNEMENT DE FORMATEURS Chaque thématique est indépendante l une de l autre Ce programme a pour objectifs : d élargir son champ de conscience dans le domaine de la formation des adultes

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

Le management de programmes

Le management de programmes www.apmginternational.com Le management de programmes Réussir une transformation majeure pour réaliser des bénéfices d importance stratégique Jean-Baptiste AVRILLIER Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

L allaitement maternel en Belgique : bilan des dernières années.

L allaitement maternel en Belgique : bilan des dernières années. L allaitement maternel en Belgique : bilan des dernières années. Philippe Goyens, Anne Niset et Serena Debonnet pédiatre hospitalier (HUDERF) et coordinatrices IHAB Bilan : Avant le Comité Fédéral de l

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) Organisme agrée Formation initiale des membres

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT

PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT Administration Comment mesurer l impact social? PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT UN PLACEMENT SOLIDAIRE Quels moyens? Pour quelle utilisation? 24 millions placés par 2100 coopérateurs 954 crédits solidaires

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Exercice 2012 Table des Matières Introduction...3 I.

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 1 Table des matières 1. Introduction...3 2. Le mandat du Musée...3 3. Le bilan 2014-2015...4

Plus en détail

GRILLE DESCRIPTIVE DE SCENARIO PEDAGOGIQUE Mise en place par les élèves d une veille informationnelle autour de leur Projet Personnel

GRILLE DESCRIPTIVE DE SCENARIO PEDAGOGIQUE Mise en place par les élèves d une veille informationnelle autour de leur Projet Personnel GRILLE DESCRIPTIVE DE SCENARIO PEDAGOGIQUE Mise en place par les élèves d une veille informationnelle autour de leur Projet Personnel 1/ Description de la séance Rubriques Commentaires éventuels Auteur

Plus en détail

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS MISSION Par la concertation et la mobilisation des acteurs du secteur, le Comité sectoriel de main-d œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) a pour mission d analyser, développer et diffuser un ensemble d

Plus en détail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail LE STRESS DANS LE MONDE DU TRAVAIL Laura Cipriani TABLE DES MATIÈRES Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail L évaluation

Plus en détail

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles «Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles Plan Définition Historique Technique Modalités pratiques Mise en perspective Conclusions Social freezing: Définition Congélation

Plus en détail

Le bénévolat aujourd hui

Le bénévolat aujourd hui Le bénévolat aujourd hui Enjeux individuels et collectifs Juin 2015 Cécile BAZIN Marie DUROS - Jacques MALET Recherches & Solidarités Un réseau associatif d experts et d universitaires : Sans but lucratif,

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur

assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur PUBLICATIONs de l aec 2010 - document cadre assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur groupe de travail polifonia sur l accréditation ERASMUS NETWORK FOR MUSIC assurance

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Crowdfunding : un autre mode de financement Partenariats & économie collaborative

Crowdfunding : un autre mode de financement Partenariats & économie collaborative Crowdfunding : un autre mode de financement Partenariats & économie collaborative «Emportée par la foule, qui nous traîne, nous entraîne» Edith Piaf 14/04/16 Sommaire 1. Contexte 2. Poids du crowdfunding

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Les prochaines formations de l École de la médiation Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Réaliser des médiations pour tous les publics (2j) 26 et 27 septembre 2016 Modèles d apprentissage

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

IWEPS PHD RESEARCH ACTIVITY / Bourses IPRA

IWEPS PHD RESEARCH ACTIVITY / Bourses IPRA IWEPS PHD RESEARCH ACTIVITY / Bourses IPRA 30 novembre 2011 1 OBJECTIFS... 2 2 PORTEE ET NATURE... 2 3 CONVENTION ET DUREE... 2 4 PROCEDURE DE SELECTION... 3 5 DOSSIER DE CANDIDATURE... 3 6 CRITERES DE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre Un contexte en pleine évolution Crise économique internationale majeure - des acteurs économiques endettés - diminution des aides - avenir incertain Développement

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail

CALENDRIER PREVISIONNEL

CALENDRIER PREVISIONNEL Formation des Cadres et futurs Cadres de la filière automobile en région Nord Pas de Calais et Picardie CALENDRIER PREVISIONNEL 1/2 journée TITRE DE NIVEAU II RNCP «Responsable en Management d Unité et/ou

Plus en détail

Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012. Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris)

Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012. Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris) NOTE-PAYS Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012 Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris) CANADA Pour toute question, contacter : Andreas Schleicher, Conseiller spécial

Plus en détail

Projet SMART : Système Maraîchers en Agroforesterie : création de Références Techniques et économiques

Projet SMART : Système Maraîchers en Agroforesterie : création de Références Techniques et économiques Projet SMART : Système Maraîchers en Agroforesterie : création de Références Techniques et économiques Constat Contexte foncier tendu Contexte agro-environnemental préoccupant Manque de connaissances sur

Plus en détail

«Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15

«Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15 «Les objectifs et les enjeux de la RSE» Atelier n 1 07/10/15 Historique et contexte La révision de la norme ISO 26000 débutera en 2016 et portera notamment sur un développement plus précis des étapes de

Plus en détail

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA)

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3.1 Qu est-ce qu une STA?... 66 3.2 Mise en œuvre sur le lieu de travail... 66 3.3 STA: marche à suivre... 67 3.4 Evaluation des situations de travail

Plus en détail

L'emploi des délinquants: un objectif pour la réduction du risque et des besoins

L'emploi des délinquants: un objectif pour la réduction du risque et des besoins L'emploi des délinquants: un objectif pour la réduction du risque et des besoins L'instabilité de l'emploi constitue un des principaux facteurs de risque et de besoins chez les délinquants (2). Les délinquants

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

JOURNEE DU DEVELOPPEMENT RURAL Direction du Développement Rural (DGO3) 17 décembre 2015, La Marlagne

JOURNEE DU DEVELOPPEMENT RURAL Direction du Développement Rural (DGO3) 17 décembre 2015, La Marlagne JOURNEE DU DEVELOPPEMENT RURAL Direction du Développement Rural (DGO3) 17 décembre 2015, La Marlagne RAPPORT DE PARTICIPATION Objectifs de la journée : souligner l évolution de la définition de la ruralité,

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

Agenda 22 de La Rochelle:

Agenda 22 de La Rochelle: NOTE n 7 - Fondation Jean-Jaurès / Observatoire de l innovation locale - 19 août 2013 - page 1 de La Rochelle: innover dans la prise en compte du Maxime Bono* * Maire de La Rochelle, président de la Communauté

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Conseil d Administration 2 février 2016

Conseil d Administration 2 février 2016 Office de Tourisme des Vallées d Ax Conseil d Administration 2 février 2016 02/02/2016 1 Ordre du jour Ordre du jour 1) Résumé Bilan du Plan d actions 2015 2) Les projets de développement touristique en

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

Favoriser. L Emploi. en Wallonie. Service public de Wallonie. Equiper. Encourager. Soutenir. Promouvoir. Les écoles en informatique.

Favoriser. L Emploi. en Wallonie. Service public de Wallonie. Equiper. Encourager. Soutenir. Promouvoir. Les écoles en informatique. Service public de Wallonie Favoriser Equiper Les écoles en informatique Soutenir les activités créatrices d emploi Promouvoir L insertion professionnelle L Emploi Encourager La formation professionnelle

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

La politique Habitat/Logement de la CIDERAL

La politique Habitat/Logement de la CIDERAL La politique Habitat/Logement de la CIDERAL Séminaire Communauté de communes de Loudéac Communauté de communes du Pays de Châteaulin et du Porzay 14 septembre 2012 Guy Le Helloco, président de la CIDERAL

Plus en détail

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 02/02/2016 Gilles LAURENT 06 21 83 16 58 Le management selon le système ISO 50001 Présentation de la norme Date

Plus en détail

Squale : un projet opensource, recherche, un produit. 10 juin 2008 - Fabrice BELLINGARD -

Squale : un projet opensource, recherche, un produit. 10 juin 2008 - Fabrice BELLINGARD - Squale : un projet opensource, un projet de recherche, un produit 10 juin 2008 - Fabrice BELLINGARD - Plan Présentation et historique Rappel : présentation rapide de Squale Naissance de Squale : une coopération

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION PUBLIC Responsable(s) d agence(s) / secteur ou unité technique ACCOMPAGNER LE CONTEXTUALISATION OBJECTIFS GENERAUX Identifier les évolutions du secteur des voyages et de son entreprise et leurs impacts

Plus en détail

Bienvenue. Guide de formation. des élus locaux. à Sciences Po Aix FORMATION CONTINUE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE

Bienvenue. Guide de formation. des élus locaux. à Sciences Po Aix FORMATION CONTINUE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE FORMATION CONTINUE Guide de formation à Sciences Po Aix Bienvenue des élus locaux 2016 UNE GRANDE ÉCOLE EN PROVENCE Formation des élus OBJECTIFS - Aider

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail