Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009"

Transcription

1 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil et de l'orientation Sulgeneckstrasse Berne Téléphone Fax Site Internet A l attention des directions d école, commissions scolaires et membres du corps enseignant des écoles du canton de Berne Rédigé en accord avec le médecin cantonal Berne, le 13 novembre 2009 Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Mesdames, Messieurs, En août 2009, la Direction de l instruction publique a publié, en accord avec l Office du médecin cantonal, des recommandations à l attention des écoles bernoises sur la façon de réagir face à la grippe pandémique A(H1N1). Selon ces recommandations, des fermetures de classes ne devaient être décidées qu exceptionnellement par le médecin cantonal après consultation du service médical scolaire, du service compétent de la Direction de l instruction publique et de la direction d école. Nouveau contexte Entretemps, la situation a complètement changé, la grippe porcine a continué à se propager. Dans sa dernière évaluation de la situation, l Office fédéral de la santé publique est arrivé à la conclusion qu il n est plus possible d éviter une grande vague pandémique. Plus de fermetures de classes par le médecin cantonal La fermeture d écoles sont une solution extrême qui, à l heure actuelle, ne permet plus d empêcher une plus forte propagation de la grippe porcine. En outre, l évolution de la grippe reste modérée dans la plupart des cas. C est pourquoi le médecin cantonal renonce à ordonner des fermetures d écoles ou de classes. Fermetures de classes pour des raisons organisationnelles (seulement dans des cas exceptionnels) Les directions d école peuvent toutefois fermer des classes ou des écoles en accord avec la commission scolaire si cela s avère nécessaire pour des raisons organisationnelles (membre du corps enseignant malade, un grand nombre d élèves absents). Dans les deux cas, l inspection scolaire compétente doit être informée. Les fermetures de classes et d écoles ont l inconvénient de potentiellement créer des problèmes de garde aux familles dont les parents travaillent. Les mesures de protection et d hygiène sont toujours de mise Les autres mesures de protection dans les écoles restent valables. Les enfants, adolescents et membres du corps enseignant en bonne santé vont à l école. Ceux qui sont malades doivent rester à la maison et ne revenir à l école que 24 heures après la disparition des symptômes grippaux. Il est en outre important de continuer à bien suivre les mesures d hygiène dans les écoles.

2 2 Bref rappel concernant la grippe A(H1N1) La grippe A(H1N1) est causée par un virus qui se transmet d une personne à l autre par l intermédiaire de gouttelettes (par ex. en éternuant, toussant ou parlant), ou par le contact avec des surfaces contaminées (par ex. des poignées de porte ou des mains). La période d incubation de la grippe A(H1N1) est de un à sept jours. La grippe dure en règle générale de trois à sept jours. Un élève contaminé peut retourner à l école 24 heures après la disparition des symptômes. Important - Les élèves et membres du corps enseignant en bonne santé vont à l école. - Les élèves et membres du corps enseignant malades restent chez eux. - Les personnes malades peuvent revenir à l école 24 heures après la disparition des symptômes. - Les mesures d hygiène sont impérativement respectées. - L utilisation de serviettes en tissu est proscrite dans les toilettes ainsi que dans les salles de classe et le savon doit être disponible en quantité suffisante. Mesures de protection pour soi-même et pour les autres A titre de mesure préventive prioritaire, la Direction de l instruction publique recommande aux écoles de tous les degrés d aborder dès la semaine de la rentrée la question de la pandémie de grippe et les principales mesures d hygiène qu elle entraîne (voir aussi les instructions de l OFSP). Cette mesure permettra aussi de rassurer les élèves et de tirer parti de la situation en leur rappelant le caractère essentiel de l hygiène. Les mesures d hygiène suivantes doivent être appliquées en toutes circonstances (même hors période de pandémie) : Se laver soigneusement les mains avec de l eau et du savon plusieurs fois par jour. S essuyer les mains avec des serviettes jetables. Tousser et éternuer dans un mouchoir en papier. Jeter le mouchoir en papier. En l absence de mouchoir en papier, tousser et éternuer dans le creux du coude. Ne pas cracher par terre. Tous les déchets d un malade atteint de grippe pandémique (masques, mouchoirs, couches, protection hygiénique, serviettes en papier ) sont contagieux et doivent être éliminés avec le plus grand soin. Aérer régulièrement (3 à 4 fois par jour pendant une dizaine de minutes).

3 3 Mesures supplémentaires après des contacts avec une personne malade Eviter le contact direct avec d autres personnes comme les embrassades et les bises, ainsi que les poignées de main. Maintenir une distance d au moins un mètre avec toute personne malade. Eviter les activités de groupe comme les sports collectifs. Nettoyer soigneusement les objets touchés par les personnes malades. Ne pas utiliser les effets de toilette des autres membres de la famille. Ne pas utiliser la vaisselle et les couverts d autres personnes. En cas de maladie, nettoyer avec un soin tout particulier. Ne pas utiliser les affaires d un membre de la famille malade. Rester à la maison en cas de grippe constitue une mesure de protection très efficace. Rester à la maison si plusieurs des symptômes suivants apparaissent : subite poussée de fièvre dépassant les 38 ; frissons, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires ; rhume, toux sèche et maux de gorge ; vertiges ou difficultés respiratoires ; douleurs abdominales, diarrhée ou vomissements. Solution pragmatique d enseignement à distance en cas de fermeture d école En général, les écoles ne sont pas équipées pour dispenser un enseignement à distance complet (e-learning via Internet, logiciels, microphones, écouteurs). Si l école ferme une semaine, un tel équipement n est toutefois pas indispensable. Un enseignement à distance minimum doit tout de même être garanti en cas de fermeture prolongée (p. ex. par courriel ou via la plateforme électronique educanet). Les membres du corps enseignant peuvent par exemple donner des devoirs aux élèves par voie postale ou par courrier électronique. Même en cas de fermeture d une semaine ou moins, les écoles qui sont déjà dotées de l infrastructure informatique nécessaire peuvent dispenser certaines séquences d enseignement à distance via leur plate-forme informatique. Il est important de donner aux élèves qui ont manqué des enseignements la possibilité de les rattraper. Les dates d examen doivent, le cas échéant, être adaptées. En cas de fermeture prolongée de l école, les décisions de passage doivent tenir compte des absences. Excursions, camps et voyages d études Les services compétents (direction d école, commission scolaire) décident d organiser ou non des excursions, camps et voyages d études. Les écoles et les personnes accompagnatrices doivent connaître la conduite à suivre en cas de déclaration de la maladie pendant le voyage. Les voyages d études à l étranger sont possibles tant que l Office fédéral de la santé publique n a pas déconseillé de se rendre dans le pays de destination. Liens

4 4 Renseignements Direction de l instruction publique, Office de l enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil et de l orientation, Dominique Chételat Direction de l instruction publique, Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle, Peter Scheidegger Ligne d urgence OFSP Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, nos salutations les meilleures. Le Directeur de l instruction publique Bernhard Pulver Conseiller d Etat

5 5 Recommandations pour les parents et les représentants légaux en cas de pandémie Bref rappel concernant la grippe A(H1N1) La grippe A(H1N1) ou «grippe porcine» est due à un virus qui se transmet d homme à homme par l intermédiaire de gouttelettes (p. ex. lors d éternuements, de toux ou en parlant) ou de surfaces contaminées (p. ex. poignées de porte, mains). D après les observations faites jusqu à présent, le virus de la grippe A(H1N1) n est pas plus virulent que celui de la grippe saisonnière classique. Mesures pour se protéger et protéger les autres Des mesures simples aident les enfants, les adolescents et les adultes à se protéger de la maladie et à réduire sa propagation : - bien se laver les mains régulièrement avec de l eau et du savon - se sécher les mains avec des serviettes jetables - tousser et éternuer dans des mouchoirs en papier - lorsqu il n y a pas de mouchoirs en papier, éternuer ou tousser dans le creux du coude - après utilisation du mouchoir en papier, le jeter dans une poubelle et bien se laver les mains - régulièrement aérer les pièces Mesures supplémentaires après des contacts avec une personne malade - ne pas serrer de mains, éviter les embrassades et les bises - garder si possible au moins un mètre de distance avec les autres personnes - ne pas partager de vaisselle ou de couverts avec d autres personnes Rester à la maison en cas de maladie - Mesure de protection importante : rester à la maison en cas de symptômes afin de ne pas risquer de contaminer d autres personnes. Quand un enfant doit-il rester à la maison? Si un enfant montre des symptômes de grippe (fièvre supérieure à 38, malaise, douleurs musculaires, toux, maux de gorge, maux de tête), il doit être soigné à la maison. Son retour à l école doit avoir lieu au plus tôt un jour après la disparition de tous les symptômes. En cas d évolution de la maladie, il convient de contacter le médecin de famille. Il faut en tous cas éviter d amener l enfant à un service d urgence ou de lui administrer des médicaments antiviraux (p. ex. Tamiflu) sans ordonnance. Les frères et sœurs peuvent continuer d aller à l école tant qu ils sont en bonne santé. Fermetures d écoles dans des cas exceptionnels Les directions d école peuvent fermer des classes ou des écoles en accord avec la commission scolaire si cela s avère nécessaire pour des raisons organisationnelles (membre du corps enseignant malade, un grand nombre d élèves absents). Dans les deux cas, l inspection scolaire compétente doit être informée. Les fermetures de classes et d écoles ont l inconvénient de potentiellement créer des problèmes de garde aux familles dont les parents travaillent. Vous trouverez plus d informations sous : Berne, le 13 novembre 2009

6 6 Annexe 2 : définitions Épidémie: On parle d épidémie lorsque l on assiste à une recrudescence inhabituelle de cas d infection dans une population, qui est généralement limitée géographiquement. Endémie: Une endémie est une maladie infectieuse persistant dans une région donnée. Pandémie: Il s agit d une recrudescence massive, mondiale et limitée dans le temps de cas de maladie dus à une infection (épidémie qui s est propagée sur plusieurs continents). Grippe saisonnière («vraie grippe») : La grippe saisonnière est une maladie infectieuse virale. Il s agit d une infection des voies respiratoires qui est déclenchée par un virus de grippe A ou B et qui apparaît principalement durant l hiver. Elle s accompagne de symptômes respiratoires ainsi que de symptômes systémiques tels que la fièvre, des douleurs musculaires, des maux de tête et des malaises. Grippe aviaire : Ce type de grippe n apparaît pas seulement chez les êtres humains mais aussi chez les animaux, que ce soit les mammifères ou les oiseaux. L agent pathogène de la grippe aviaire est un virus de grippe de type A. Affection grippale : Lorsque l on parle d affection grippale (Influenza-like Illness, ILI) ; il s agit généralement d une maladie virale nettement moins virulente que la «vraie» grippe. Dans le langage populaire, on appelle toutefois souvent cette maladie la grippe. Zoonose : La zoonose est une maladie animale qui peut être transmise à l homme (p. ex. la peste, le SARS ou la grippe aviaire). Pandémie HxNy : On appelle HxNy une nouvelle sous-catégorie de virus de grippe issue d un virus de grippe existant ou futur et qui est en mesure de déclencher une pandémie.

7 7 Annexe 3 : enseignement à distance pragmatique Même lors de fermetures d écoles, il convient d assurer autant que possible, de façon pragmatique et dans une proportion adéquate, la continuité des cours au moyen de l enseignement à distance. Par exemple, si l école est fermée pour une semaine, moins de mesures sont nécessaires que si l école doit rester fermée pendant plusieurs semaines en raison d une pandémie particulièrement dangereuse. D une manière générale, la Direction de l instruction publique part du principe que les membres du corps enseignant organiseront, comme il se doit, un enseignement minimal de façon pragmatique et en fonction des besoins en cas de fermeture d écoles. Diverses mesures sont possibles : Avant la fermeture de l école - Les élèves qui sont habitués à travailler de façon autonome (plan hebdomadaire, enseignement sous forme d atelier, etc.) auront plus de facilités à apprendre même s ils sont séparés géographiquement de l école. C est pourquoi des formes d enseignement et d apprentissage élargies doivent d ores et déjà être appliquées. - Les directions d école et les membres du corps enseignant informent les élèves de la façon dont l enseignement à distance sera organisé le cas échéant. Pour l école obligatoire, la commune doit être impliquée. - Des comptes de messagerie électronique sont créés pour les éventuels élèves qui n en auraient pas encore (hébergeur gratuit tel qu educanet, bluewin, gmx, etc.) - Les numéros de téléphone portable des membres du corps enseignant et des élèves sont échangés. - L intranet est aménagé de façon à ce qu il puisse servir de plateforme d échange, les accès sont donnés, les mots de passe distribués. Pendant la fermeture de l école - Les membres du corps enseignant envoient les devoirs, les corrections, etc. aux enfants par courrier électronique et inversement. - Les membres du corps enseignant peuvent envoyer de courtes instructions par SMS aux enfants. - Lorsque les moyens électroniques manquent, utiliser la poste ou faire appel aux élèves en bonne santé pour qu ils fassent office de coursiers (sans contact direct avec les malades). Après la réouverture de l école - Les élèves qui ont manqué les cours ont la possibilité de rattraper le contenu de ceux-ci. - Les dates d examen sont adaptées. - Lors des décisions de passage, les absences sont prises en compte en cas de fermeture d école prolongée.

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

OSIRIS GRIPPE A H1N1

OSIRIS GRIPPE A H1N1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE État-major opérationnel OSIRIS OSIRIS INFORMATION ÉTAT-MAJOR OPÉRATIONNEL POLICE Genève, le 13 mai 2009 Rapport mensuel Avis de précaution Message urgent GRIPPE A H1N1 Recommandations

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Pandémie & Entreprises

Pandémie & Entreprises Pandémie & Entreprises Dr. Elisabeth Conne-Perréard 29.09.09 28.10.2009 - Page 1 Département Office Qu'est-ce que la grippe et comment se transmet-elle? Comment se protéger contre la grippe? Que faire

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009

MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009 MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009 Le mot du Maire : Les vacances sont finies pour la plupart d entre vous. J espère que vous avez passé de très bons moments en famille ou avec des amis en profitant, notamment,

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1?

Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1? Ce kit contient Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1? Une fiche de préparation à un plan de

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Initiatives en matière d établissement de plans d urgence et de plans d action

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention Santé et privation de liberté Informations pour personnes en détention Contenu Cette publication est disponible dans les langues suivantes : albanais allemand anglais arabe espagnol français italien portugais

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013 Introduction: Champ d application Version du 01.05.2013 Cette procédure est destinée à faire face à l arrivée d un patient potentiellement infecté par le virus Influenza A/H7N9. La survenue d un tel cas

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

repose sur la mise en place d un suivi étroite de médecins vigies relayant

repose sur la mise en place d un suivi étroite de médecins vigies relayant Santé Au moment de la sortie de presse de cet article, la situation de la pandémie grippale aura certainement encore évolué. La surveillance, repose sur la mise en place d un suivi ration étroite de médecins

Plus en détail

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch 0844 448 448 La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Eliminer la rougeole un objectif international

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD

Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD Il faut protéger votre organisation contre la pandémie qui menace «AVEZ-VOUS UN PLAN?» Marcel-M. Boucher MD Fonctions passées et présentes Urgentologue depuis 1977 CH Maisonneuve Rosemont Urgences-santé

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Manuel d actions pour les petites et moyennes entreprises Tsuyoshi Kawakami Projet en rapport avec la grippe aviaire et la grippe

Plus en détail

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE A. EQUIPE PANDEMIE... 1 B. ORGANIGRAMME DEGRADE... 2 C. GESTION DES SERVICES DELEGUES... 4 D. FORMATION

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau Avril 2007 Remerciements Ces questions et réponses ont été élaborées par les départements de l OMS Sécurité

Plus en détail

Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie

Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie Vitalité! le bulletin de votre paef Comment préparer votre entreprise à l éventualité d une pandémie Printemps 2006 La meilleure façon de préparer votre entreprise à une situation d urgence, qu il s agisse

Plus en détail

Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite

Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite Commission de qualité des prestations Internet : www.mss.public.lu/dependance/commissiondequalite Édition : Décembre 2009 Remerciements La Commission

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE Santé et pollution intérieure dans les écoles : Réseau d observation en Europe QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE A compléter par les enfants

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

Santé et privation de liberté

Santé et privation de liberté Santé et privation de liberté Prévention et réduction de maladies transmissibles en privation de liberté Informations pour le personnel pénitentiaire Cette publication est disponible dans les langues suivantes

Plus en détail

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE Deuxième année, mai 2010 NIVEAU Des pilules contre tous les microbes? 2 e ANNÉE Aperçu Dans cette leçon, les élèves examineront la notion des bactéries

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE Exemple de Projet d Accueil Individualisé Circulaire projet d accueil n 2003-135 du 08/09/2003 (Bulletin Officiel n 34 du 18/9/2003) Circulaire restauration scolaire n 2001-118 du 25/06/2001(BO Spécial

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

PANDÉMIE A INFLUENZA HxNy

PANDÉMIE A INFLUENZA HxNy PANDÉMIE A INFLUENZA HxNy PLAN DE SANTÉ PUBLIQUE POUR LA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA «Plan RCJU 2010» SERVICE DE LA SANTÉ PUBLIQUE 2 ABREVIATIONS AJIPA AMCS CDS CFV CNI DFAE DFI DSA EMCC EMS EPAD FMH

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT 22 février 2014 Message à tous les éleveurs et intervenants du secteur porcin du Québec MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT LA DIARRHÉE ÉPIDÉMIQUE PORCINE (DEP) PREMIER CAS DE DEP DANS

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

4.12 Normes et modalités des services de garde

4.12 Normes et modalités des services de garde 4.12 Normes et modalités des services de garde (Résolution : C.C.2014-030) Page 1 sur 22 TABLE DES MATIÈRES 1. NATURE ET OBJECTIFS DES SERVICES DE GARDE 3 2. INSCRIPTION ET PRÉINSCRIPTION 3 2.1 Journée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL PREAMBULE La commune de Plouguiel a mis en place un service de restauration scolaire en 1976. Ce service fonctionne pour l'école publique

Plus en détail

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129.

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129. Journal urinaire À quoi sert un journal urinaire? Nous vous demanderons de remplir ce journal à deux reprises : avant et après les classes d exercices. Les données recueillies nous permettront de mieux

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES LE PRESIDENT FW/GB/ 149-2009 PLAN D ORGANISATIONET DE CONTINUITE DES ACTIVITES DE L ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES EN CAS DE PANDEMIE GRIPPALE (VERSION DU 30 JUILLET 2009) L objectif prioritaire

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision Erziehungsdirektion des Kantons Bern Mittelschul- und Berufsbildungsamt Direction de l'instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Quand vous accueillez les enfants le matin, prenez le temps d observer leur état de santé général. Tâchez de vous assurer qu ils sont assez bien pour participer pleinement au programme et qu ils n ont

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi S O I N S D E L I N C O N T I N E N C E P O U R F E M M E S TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi 0120 REF UR208 V.10 JUN20/07 POUR OBTENIR DE L AIDE: 1-866-560-5690 WWW.URESTA.COM

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

Rubrique «Question juridique» - «Hygiène et normes sanitaires à l école»

Rubrique «Question juridique» - «Hygiène et normes sanitaires à l école» Rubrique «Question juridique» - «Hygiène et normes sanitaires à l école» Hugo SANTIBANEZ JIMENEZ Chargé de mission juridique à la FAPEO La question fréquemment posée par les associations de parents, soucieuses

Plus en détail

Après votre chirurgie à la rétine

Après votre chirurgie à la rétine 2011 Après votre chirurgie à la rétine Le Eye Care Centre Veuillez apporter la présente brochure à l hôpital le jour de votre opération. Après votre chirurgie à la rétine Après la chirurgie...2 Injection

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS PRIVÉES POUR AÎNÉS DANS LES RÉSIDENCES

GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS PRIVÉES POUR AÎNÉS DANS LES RÉSIDENCES GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Avertissement aux lecteurs : Ce guide n est pas un protocole

Plus en détail

Grand froid : Soyons tous vigilants

Grand froid : Soyons tous vigilants Dossier de presse Mercredi 21 novembre 2012 Grand froid : Soyons tous vigilants Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Atelier «Rencontre avec l Expert» Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Béatrice Croze, Christia Gheno, Bruno Jarrige Contexte Sujet d actualité Recommandations SF2H «Air Gouttelettes»

Plus en détail

FEUILLE D'INSTRUCTION N 15

FEUILLE D'INSTRUCTION N 15 Bundesamt für Bevölkerungsschutz Office fédéral de la protection de la population Ufficio federale della protezione della popolazione Uffizi federal da protecziun da la populaziun Département fédéral de

Plus en détail

La grippe A (H1N1) 2009 à Mayotte : mise en place d une surveillance épidémiologique face à la menace de pandémie

La grippe A (H1N1) 2009 à Mayotte : mise en place d une surveillance épidémiologique face à la menace de pandémie Bull. Soc. Pathol. Exot. (211) 14:114-118 DOI 1.17/s13149-1-112-6 ÉPIDÉMIOLOGIE / EPIDEMIOLOGY La grippe A (H1N1) 29 à Mayotte : mise en place d une surveillance épidémiologique face à la menace de pandémie

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée à d autres services d inspection que ceux de l AFSCA, qui effectuent des contrôles dans des établissements où sont

Plus en détail

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle Centre d apprentissage Extraction de cataracte Carnet d'enseignement à la clientèle Janvier 2013 Ma chirurgie est le : Me présenter à l admission #, pour l inscription à heures. AIDE MÉMOIRE POUR VOTRE

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR OBJET Le restaurant scolaire est un service municipal dont le fonctionnement est assuré par des agents municipaux, sous la responsabilité du Maire. ACCES AU RESTAURANT

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Cette école est ton école et tu es le premier responsable du climat de vie qui y règne. Tu as le droit d y

Plus en détail

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE PREAMBULE Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions d

Plus en détail

Le protecteur buccal : tout à fait génial!

Le protecteur buccal : tout à fait génial! Le scellement des puits et fissures : bien sûr! Les crevasses des surfaces masticatrices emprisonnent facilement les débris d aliments et les bactéries, favorisant ainsi la carie. Dès que les premières

Plus en détail

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains

Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Division médecine du travail suva Version août 2011 Factsheet Légionellose: danger de contamination sur les chantiers souterrains Irène Kunz, Marcel Jost Agent pathogène La legionella pneumophila est l'agent

Plus en détail

AUTO QUESTIONNAIRE MOINS DE 15 ANS

AUTO QUESTIONNAIRE MOINS DE 15 ANS Nous vous remercions d avance de bien vouloir répondre aux questions posées dans les questionnaires qui vous sont proposés en suivant les consignes indiquées. QUESTIONNAIRE N 1 Veuillez répondre à toutes

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail