EVOLUTION MORPHOTECTONIQUE RECENTE DU BASSIN HOUILLER NORD - PAS-DE-CALAIS DANS LE CADRE DE L'EUROPE DE L'OUEST

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVOLUTION MORPHOTECTONIQUE RECENTE DU BASSIN HOUILLER NORD - PAS-DE-CALAIS DANS LE CADRE DE L'EUROPE DE L'OUEST"

Transcription

1 Mai 1999 av* EVOLUTION MORPHOTECTONIQUE RECENTE DU BASSIN HOUILLER NORD - PAS-DE-CALAIS DANS LE CADRE DE L'EUROPE DE L'OUEST UMR 8577, Sédimentlogie et Géodynamique Université des Sciences et Technologies Lille 1, SN5, Villeneuve d'ascq cédex, France

2 AGENCE DE L EAU A RTO I S-P ICA R DI E SCe DOCUMWTATION N D INVENTAIRE t La possibilité de mouvements superficiels de nature néotectonique ou karstique (soustirage) est valide dans le contexte géologique actuel du Nord de la France. Le Boulonnais, l Artois, le Mélantois, l Ardenne sont en période de soulèvement depuis la fin du Crétacé (60 millions d années) et surtout depuis le Néogène (20 Ma), lié à la poussée (compression) alpine ; la fracturation tectonique N-S et les directions voisines sont ouvertes (circulation des nappes phréatiques de subsurface). Au nord du Bassin Houiller et au Nord des massifs granitiques profonds du Massif brabançon (granite des Flandres, Lessine et Quenast, sous la couverture Crétacé et paléozoïque, l extension (ouverture, affaissements) est la composante tectonique actuelle, liée principalement à l ouverture du graben rhénan hollandais et des fractures E-W y guident les aquifères ( W.Devos, com. Pers). Le but de ce travail est de faire un état des connaissances publiées et travaux en cours sur les composantes régionales de la néotectonique, les déformations de nature glacio-isostatique et les perturbations anthropiques. Les informations référencées (B.V.V.L) ou (Mansy) concernent des travaux en cours, avec différents partenaires. I) METHODES ET TECHNIQUES Différents outils sont utilisés pour cette approche. a)- Les Modèles Numériques de Terrain et la topographie. 3 II s agit d une topographie digitalisée à partir des données photogramétriques IGN, à partir d une grille ou d une maille définie. Actuellement nous disposons d un MNT au pas (grille) de 75m qui prend en compte la position des principaux terrils (Visual Média) probablement corrigée à partir des images satellitaires. L IGN commercialise un MNT au pas de 25m (disponible sous condition au Conseil Régional N-PC). II faut noter que la topographie IGN est ancienne (nivellements de 1935) et ne prend pas en compte les affaissements récents (après guerre). Ces MNT peuvent être traités par des techniques de coloration non conventionnelles pour valoriser la gamme d altitude et des ombrages dirigés, voire superposés, prenant en compte par exemple une exagération du relief (planches 1 a 3). La zone correspondant en gros au Bassin Houiller est en bleu sur les images traitées. Les zones hautes sont en rouge violacé, les plus basses en gris violacé. Ces topographies traitées peuvent être analysées pour mettre en évidence des linéaments topographiques exploités par les rivières par ex. ou des anomalies du réseau hydrographique qui percent des lignes de crête ou méandre brutalement (changement de pente de la rivière : haute Somme en amont d Amiens). Ce travail permet de définir des directions structurales identiques à celles que le géologue peut observer sur le terrain et de les intégrer régionalement. Elle valorise également des directions structurales qui n ont pas été mentionnées sur le terrain parce que n amenant pas de décalages lithologiques cartographiables. Elle permet en outre de définir des ((blocs >> à comportement homogène (altitude, régularité de la surface, type de réseau hydrographique).

3 v) a, a, 3 U O > S.- v) a, m

4

5 2 La comparaison entre des campagnes de nivellements topographiques successives permet de mettre en évidence des mouvements relatifs de terrain. Une étude systématique a été effectuée par le BRGM à l échelle de la France, mais elle n est pas encore disponible pour l instant (sauf l étude de Fourniguet, 1987, peu valable dans le secteur envisagé). Les données dont nous disposons sont essentiellement belges, anglaises et nord-américaines, La géodésie spatiale (à partir des satellites) permet de mesurer la déformation et les mouvements à grande échelle qui affectent des régions de centaines, voire de milliers de kilomètres de large. La surveillance depuis l espace y est utile pour des raisons économiques et de sécurité, surtout dans les régions actives où il n est pas toujours facile de contrôler sur le terrain des mouvements significatifs. b) - les enregistrements sédimentaires récents. Ils sont enregistrés soit sous la forme de dépôts littoraux, dépôts de pentes et colluvions alluvions fluviatiles et dépôts éoliens. Ces dépôts enregistrent - en plus des fluctuations climatiques exprimées sous la forme de paléosols, matières organiques, - des déformations de nature (néo)-tectoniques ou co-séismiques (synchrone des séismes) synsédimentaires (contemporaines du dépôt) ou épigénétiques (Superposées a un dépôt préexistent). Ces déformations sont quasiment identiques à celles enregistrées dans les roches consolidées. Les sites, où ces déformations sont enregistrées, sont souvent des lieux sensibles situés sur une faille ou sur une flexure, majeure au niveau de son expression topographique (MNT), alors qu elle n est pas toujours définie par l approche cartographique géologique classique. La manière d appréhender ces déformations et leur signification se fait selon les techniques de stratigraphie séquentielle de milieu continental. L enregistrement est généralement normal (temps croissant avec la profondeur). B? Les techniques de datations sont -1 ) biologiques : palynologie, macrorestes végétaux, diatomées ; faunes et malacofaune (coquilles) etc... -2) archéologiques -3) méthodes physiques de datations sur quartz et feldspath : 10% de marge d erreur thermoluminescence (TL) limitée à ans (300ka), résonance paramagnétique de spin (RPE) limité à 20 Ma : -4) méthodes radiométriques de datation : plus précises sur carbonates Carbone 14, limité 60 ka URh, limité à 200 ka Etc ) rela tive : p é d o s t ra t i g ra p h i e ( s é q u e n c e s d é vé ne me n t s c I i mat i q u es ) Une partie des déformations peut être appréhendée par l altitude du niveau marin (littoral) à une époque donnée (dépôt, signification dynamique, datation) par rapport au standard mondial (Haq et al., 1987) pour le Cénozoïque ; Funnel, 1995 pour le Quaternaire).

6 Echelle Chronostratigraphique des temps post-hercyniens - Ma ERlOD OUA1 f 'a W Z W 13 O w Z Ill CENOZOIC EPOLti W Z W 1 t 1 Pid Zan Mes io: >A' a'i 9ur AGE Piacenzian Zanciean Messinian Tort o n i a n Serrava I l ian Langhian Bu rd ig a l ian 4qr Aq u i ta n i a n Chi 0 - Ri O (3 - O - ' E Chattian Ru pel ian - iipuifl JE my la - O O' a ! W Z W (3 O w z W z W c3 O u1 A $ -66,5 W O W U O 31- g I"'""----- BURDIGALIEN S AQ U ITA N I EN 36, PRIABONIEN - w. BARTONIEN 1 '3- UTETIEN 2, w. YPRESIEN W 2: a II ' I,' -- l..._ 1 --! 1.: -. 1 ;:. - -1, L l -*---' -' -_.--.-l _ _I 1 -r A.- a----=-- THANETIEN x ~ - - i-d DANIEN _-. MAASTRICHTIEN -I 5 1 CAMPANIEN +=/?---" I l l PHASES IROCENIOUES -cvalaque-- O rhodanienne attique slyrienne 0 Save opyreneenne O laramienne.autrichienne oneo-cirn. rnerienne W Z W 0 O W J 2 foc W Z W c) O W frb Priabonian 8rt Bartonian 1 ul Lu te t ian Il W 3 CI I v) v) a U 3 7 OXFORDIEN 1 - CALLOVIEN 1 BATHONIEN \ 7' c_ 1 \ i. BAJOCiEN ittl AALENIEN 1.\.!! 50 Yp Ypresian 5.8 ~eocinme- I rienne ' o r I 1,- i O cn a I U t- 1 TATARIEN j- --.'-. KAZANIEN. -- palatine

7

8 3 2) LES MECANISMES DE DEFORMATIONS Différents types de déformations et de mouvements de la croûte terrestre vont être exposés dans ce travail. Une première proposition de classification des mécanismes de déformations de la croûte a été proposée par J.B.Minster (CNRS) en fonction de leur échelle temporelle (périodes) et spatiale, donnée ici en taux de déformation (déplacement normalisé par la distance). Tectonique des plaques a w t- 1 annec jour heure 2 l Y loo Echeile spatiale (km) A) MOUVEMENTS NON TECTONIQUES L isostasie : C est une déformation de la croûte liée à une décharge (érosion, altération) ou une surcharge (sédimentation, transgression marine). Lors des grandes phases de soulèvement du Tertiaire et du Quaternaire, l énergie du relief est accentuée et l érosion surfacique (ou areolaire) est décuplée. Elle va évacuer les altérites (30 a 60m) du Crétacé et du Paléogène, amenant par-là un allégement ou une décharge du relief, dont la conséquence va être un soulèvement lent, métrique et proportionnel à la masse sédimentaire enlevée. C est la zone plastique (ductile) de la base de la croûte qui va fluer pour compenser la décharge. Le réajustement isostatique a permis notamment l expression de processus d inversion pour certains bassins de la Mer du Nord (Nalpas, 1996). Au Quaternaire, son action est très limitée (Van Vliet-ianoë & Guillocheau, 1993, essentiellement linéaire et n amène que très peu de rééquilibrage. Le pas

9 4 de temps contrôlant son efficacité est, en région de croûte continentale épaisse (>30km) et pour de faibles réajustements, de l ordre de ans et largement inférieur au mm/an. Dans les régions à décharge importante liée à l exploitation de charbon, il faut s attendre à un réajustement important ( de l ordre de 1 à 2mm/an pour un rayon d environ 200km autours des sites selon les modèles) pendant le prochain millénaire (Klein, Jacobi & Smidle, 1997) : dans la Rhur, l histoire géologique cénozoïque suggère une subsidence de 1 mm/an alors que les mouvements actuels attestent d une surrection. La Glacio-Isostasie : C est une déformation de la croûte terrestre liée a une surcharge glaciaire régionale en période froide (calotte glaciaire ou inlandsis). Elle s accompagne par un enfoncement de la croûte de plusieurs centaines de mètres dans les secteurs englacés et par la propagation d un bourrelet réactionnel (forbulge) en aval de la zone englacée, dont l amplitude pourrait atteindre 30 à 60m selon les auteurs. Cette zone déformée est, selon les modèles proposés, sensibles sur quelques dizaines de kms jusqu à 1000km en aval du secteur englacé. Cette surcharge glaciaire engendre une distension en zone englacée et une extension dans la zone de propagation du bourrelet/bombement. Le pas de temps contrôlant son expression est de 1000 ans lors de l installation des calottes et ans en période de réajustement postglaciaire. Ce phénomène induit au sud du domaine englacé des phénomènes de subsidence qui peuvent être de l ordre du mm/an. Englacement Centre of ice mass and of isosiaiic depression B I 1 I staticall\/ depressed land surface Extension de la calotte weichsélienne (20 ka BP) Déglô ciation

10 5 I Le Glacio-Eustatisme. Le glacio-eustatisme est un mouvement du niveau de la mer contrôlé par le stockage temporaire de l eau sous forme de glace au niveau de calottes glaciaires. En chargeant la plateforme exondée en période giaciaire, la remontée du niveau marin au début de l Holocène a induit 1 O une charge pondérale, ralentissant le rééquilibrage résultant de la déformation glacioisostatique et, une déformation à tendance flexurale du bord de la plate-forme selon la géométrie de propagation de l inondation ; 2 une remontée des nappes aquifères continentales en association avec la remontée du niveau de base marin depuis le début de l Holocène. Ce phénomène est bien visible dans les sols de vallées (acquisition récente de caractères hydromorphes). La bordure continentale de la plaine maritime a commence a être ennoyée lors que le niveau marin a atteint la cote -25m NGF. 3 une accumulation sédimentaire (prisme de haut niveau pouvant atteindre une 20aine de mètres d épaisseur) amenant une mise en charge locale (fonctionnelle aujourd hui : ensablement des estuaires): L intensité de ces mouvements est en cours d évaluation, mais est probablement d ordre décimetrique sur ans. Un bon exemple de ce phénomène est donné par le drainage accidentel du lac glaciaire de Bonneville (Utah, USA) suite au rejeu de la faille de Wasatch. Le schéma de gauche donne les isobathes reconstruites a partir des plages fossiles du lac (en pieds) et celle de droite donne le réajustement isostatique du bâti (soulèvement, en pieds) lié à la décharge eustatique.

11 6 Variation de volumes rocheux et nappes phréatiques Les argiles des dièvres et du Paléocène-Eocène sont relativement sensibles a l hydratation. En surface, la capacité de gonflemenvretrait d une argile type réfractaire (kaolinite) est de l ordre de 30%. Elle excède 50% pour les argiles gonflantes (smectites). Ce phénomène est surtout valable pour les formations de surface affectées par les fluctuations saisonnières de la nappe phréatique (Paléocène-Eocène). Son contrôle est strictement climatique. Par contre, il ne doit affecter que très faiblement les dièvres ( zones affleurantes en bord de vallée). Y En profondeur, un autre phénomène peut intervenir. Les exploitations minières étant généralement à température relativement élevée (40 C) la tension de vapeur d eau dans les galeries et leur ventilation ont favorisé la dessiccation des parois. Ceci veut dire que, sauf dans les zones d infiltration active (puits, failles), les films capillaires dans les microfissures de la ---- roche ont disparu. Pottgens (1985) a clairement montre que la mise sous eau des galeries remblayées provoquait un soulèvement. Des expériences de dilatométrie effectuées par Pissart et Prick (1996) ont montré que l hydratation d un échantillon microporeux préalablement desséché en étuve peut amener une dilatation non négligeable (2-3%) lors d une réhydratation. D autre part, l oxydation de schistes charbonneux peut amener un foisonnement et l ouverture de microfissures dans ces matériaux en plus de la détente. La réhydratation des roches consécutive à la remontée progressive des nappes peut donc induire une augmentation de volume modeste par la restauration des films capillaires au sein de la microporosité fissurale, proportionnelle au volume de roches effectivement réhydratées (irrégularités vraisemblables selon les zones préférentielles de circulation des eaux), mais sera limitée par le poids des roches surincornbantes. II faut s attendre à des mouvements d amplitude centimétrique dans une zone localisée à l aplomb des anciennes exploitations. Les zones comblées par l homme sont apparemment moins sensibles que les secteurs foudroyés en raison de la persistance d une porosité d entassement susceptible d accommoder le foisonnement par réhydratation. f!

12 7 B) MOUVEMENTS TECTONIQUES Tectonique des plaques ; ouverture de l Atlantique Depuis le Jurassique, la Pangée ou supercontinent qui s est créé par la suture de différentes plaques tectoniques (phase tectonique varisque) s est fissurée à partir de l Atlantique sud par la création d un rift océanique. Cette ouverture s est propagée vers le nord pour atteindre l Arctique à la fin du Crétacé ; elle va entraîner d abord un soulèvement des marges (côtes) de l Atlantique nord par fonte et décharge de la base de la croûte continentale (cf. Norvège par rapport à la Suède), puis un effondrement (extension) de ces marges en relation avec la charge eustatique et sédimentaire (cf. côte sud de la Bretagne). A l Oligocène, ce phénomène est très marqué et va entraîner l ouverture de rifts a l intérieur de la plaque européenne (graben de la Mer du Nord, graben rhénan, fossés du Massif Central). Elle est associée à une remontée progressive de l Afrique et de l Amérique du Sud vers le nord, avec une légère composante de rotation des continents, qui va notamment générer l ouverture du golfe de Gascogne (faille transformante). Cette remontée va, pour nos régions, engendrer l orogenèse alpine. La mer équatoriale qui existait au Mésozoïque, la Téthys (le résidu actuel est la Méditerranée) va se refermer progressivement. Au début de la période qui nous intéresse (Miocène vers 15 Ma), il n existe pas encore de connexion entre l Atlantique et l océan Arctique et Panama est toujours un détroit (Balboa), La grande régression marine vers 11Ma (base du Tortonien, Haq et al., 1987) est liée à une extension du plancher océanique mondial et à une activité volcanique accrue au niveau du rift atlantique (émersion de l Islande) ; les premières glaciations de l hémisphère Nord apparaissent en conséquence (émersion de terres en position polaire). Vers 4 Ma, après la (crise messinienne >> le Spitzberg glisse vers l est et l océan Arctique s ouvre sur l Atlantique : le détroit de Fram s ouvre. Le phénomène s accentuera vers 3Ma donnant aux continents la morphologie que nous connaissons et le vrai démarrage des glaciations du Quaternaire. L Europe et le Bassin Houiller Les Massifs brabançons et ardennais sont localisés actuellement en position intraplaque dans le domaine de l Europe de l Ouest. La séismicité actuelle et historique est faible, souvent en relation avec des réajustements isostatiques ou eustatiques (Vogt, 1979 ; Müller et al., 1992) ; elle est souvent en relation avec la réactivation de failles hercyniennes (Le Corre et al.,1991) dans le champ de contrainte induit par la poussée de la plaque africaine au Sud de l Europe (Ziegler, 1987,1992). Le champ actuel de contrainte jusqu au niveau du front varisque est compressif de direction N150 depuis le début du Néogène et surtout la crise messinienne aboutissant à un étirement/cisaillement SE-NO du massif (Müller et al., 1987 ; Bergerat, 1987 ; Grellet et al., 1993). Au nord du front varisque, notamment au N de la flexure de Landrethun et de celle du Tunnel (J.L.Mansy) sous la Manche, le champ de contrainte est extensif, en relation avec la structuration de la Mer du Nord (graben) et du graben hollandais. Un domaine majeur de la dynamique européenne est délimité au nord par le front varisque brabançon et au sud par la branche nord du cisaillement sud-armoricain. Entre ces deux fronts, la plaque européenne réagit de manière homogène à grande longueur d onde (2-300km). L ensemble se soulève lors d épisodes compressifs plus ou moins orthogonaux à l axe et s affaisse en période de relaxation. Des déformations a moyenne (50km) et courte longueurs d onde (km) modulent les mouvements a partir des failles majeures (Bray, Seine, Somme

13 , Y Fig. 77. Pliocene framework of North Atlantic domain. Abbreviations: APB-Algero-Provençal Basin, FC-Flemish Cap, GB-Grand Banks, IBM-lberia Meseta, IM-Irish Massif, JMR-Jan Mayen Ridge, MC-Massif Central, MM-Morocco Meseta, NAF-North Anatolian Fault, PB- Pannonian Basin, PT-Porcupine Trough, PYR-Pyrenees, RG-Rhine Graben, RG-Rur Valley Graben, RHB-Rockall-Hatton Bank, VP-Vsring Plateau. b k

14 Sub-Hercynian compressional foreland deformation of Western and Central Europe. ( 2 t'e3i.e p, OLIGO-MIOCENE FORELANO - TECTONICS PRE-CAMBRIAN ûnd NORMAL HRENCM 3 PALAEOZOIC HiGHS FAUL'S, MESOZOIC SEDIMENTARY -TC STEEP QEVERSE j BASINS FAuLTS AREAS Cf RAPIC JURASSIC/ -- - ZECHSTEiN CRETACEOUS SUBSIDENCE SALT EOGE - AREAS OF OLltO - _c_ MIOCENE C)EFORYATIONS '- 1 OCEANIC BASINS Oligo-Miocene cornpressional foreland deformation of Western and Central Europe. ( 2,'e3/ ec, / '3 87 )

15 nn 05 x 3r 3s iz I -_ - *- + - lsm3 NVIYBWV3-3Yd - NVlNOO3lV3 O* 0s oz O1 tvn, O 4 N

16 8 etc...) et de leurs composantes décrochantes (Mansy et al., 1999; Van Vliet-Lanoë et al., 1999 ).? A la limite Jurassique - Crétacé (145 Ma), lors de l ouverture du golfe de Gascogne, l extension des marges européennes est importante et de nombreux bassins se forment comme le bassin du Weald-Boulonnais. Au Crétacé la situation est relativement stable, malgré une activité du rift atlantique importante. A la fin du Crétacé (60 Ma), la première grosse phase de compression alpine (phase Laramienne) engendre quelques mouvements au niveau du front varisque et plus particulièrement du Boulonnais (Lamarche et al., 1997). L accentuation de l ouverture de l Atlantique depuis la fin de I Eocène favorise l ouverture de graben E-W en période de relaxation ou, une extension E-W, complémentaires aux épisodes compressifs nord-sud (Müller et al., 1987; Bergerat, 1987 ; Grellet et al., 1993 ; Ziegler, 1992). Depuis la fin de I Eocène, ces phénomènes vont guider la morphologie du réseau hydrographique de la Flandre et du Bassin de Paris. A l oligocène (38 Ma), l extension est très marquée, c est la période principale de l ouverture du rift européen (grabens rhénan et hollandais). A la fin de l Oligocène, le champ de contrainte prend sa configuration actuelle avec une composante N150 au sud du front varisque, notamment en relation avec une réaccélération du rifting depuis 14 Ma (Géli, 1991) et un transfert majeur de la poussée de la plaque africaine à partir de la zone NW des Alpes (Jura). Ce phénomène accentue le comportement décrochant (glissement latéral le long des failles) des fronts structuraux et des failles hercyniennes majeures, permettant l expression de domaines subsidents, souvent préexistants (Seine, Somme, bassin de Rennes, Bassin Houiller) et de domaines soulevés (Monts d Arhées, Mauges, Ardennes) en contexte compressif décrochant. Ce phénomène est localement accentué par des mécanismes d inversion de bassins sédimentaire : le Weald et le Boulonnais forment un dôme (cf. : Bray, Wessex, Weald : Ziegler, 1987 ; Coward, 1994). Un soulèvement isostatique différentiel lié à l activité du rift européen (Rhin, Massif Central avec activité volcanique en Eiffel et Massif Central) (soulèvement des marges lié à une érosion thermique de la base de la croûte ; ouverture et échappement de magma grâce à l extension ). 3 Pendant ces épisodes, les rejeux se traduisent en surface par des déformations à grande longueur d onde, en général calquées sur les limites de fronts varisques et des soulèvements - basculements de blocs vers le sud. Pendant les épisodes post-compression, une relaxation s opère avec de nouveaux rejeux de blocs, notamment des affaissements différentiels de secteurs précédemment soulevés. De plus, tous ces mouvements se produisent dans un contexte européen transpressif (compression + décrochement), avec des décrochements sur des failles hercyniennes ou tardi-hercyniennes, ce qui induit la formation de bassins subsidents de type pull-apart (en forme de boîte). La sédimentation s y produit généralement seulement pendant les épisodes de relaxation en contexte post-orogenique (cf. grabens Oligocènes, Pliocène moyen), avec formation de failles synsédimentaires. Depuis le début du Néogène (20 Ma, phase compressive Save : arrêt de la sédimentation dans les graben oligocènes) jusqu au Quaternaire récent, le champ de contrainte dans nos régions reste orienté de la même manière (environ N150 ) pendant les épisodes compressifs et le style néotectonique reste le même : inversion des bassins jurassiques. Différents épisodes compressifs ont été reconnus dans le N de la France depuis 1 O Ma : 7-5 Ma, Ma, 1.O-

17 9 0.8 Ma, Ma et apparemment depuis la transition Tardiglaciaire - Holocène (environ ans). C) SEISMICITE ET PALEOSElSMlClTE (secteur compris entre les 2 fronts varisques). b Au Néogène et au Quaternaire, 2 phases tectoniques majeures sont enregistrées au '' Messinien '' (5-7Ma) et au Quaternaire ancien (1-0.8Ma) : elles sont responsables du façonnement de la morphologie actuelle (Van Met-Lanoë et al., 1998a &b) en couplage avec les grandes variations du niveau marin ou variations eustatiques. Nos nouvelles observations ont permis de valoriser la forte fréquence de ces figures entre les 2 fronts varisques (Van Vliet-Lanoë et al., 1997). Les descriptions ont été effectuées sur fronts de taille actifs de sablières et le long de falaises littorales. Une attention toute particulière a été portée aux involutions et / ou aux microplications, aux paléosols et à leur relation avec une microfracturation éventuelle exploitée par les glosses ou I'illuviation d'argiles, aux caractéristiques géotechniques des matériaux, aux indicateurs paléohydrologiques (déferrification et hydromorphie), aux traces de ségrégation de glace en relation avec des indicateurs de l'existence de pergélisol (sol gelé en permanence en profondeur en période froide, en dehors de zones englacées) et de pseudomorphoses de coins de glace (figure de contraction thermique de SOIS riches en glace). Une position stratigraphique de chaque événement est donnée lorsqu'il est scellé par un paléosol, un dépôt littoral ou de versant non-affecté par la déformation ou par une diagenèse périglaciaire. Toutes ces déformations observées sont superficielles, épigéniques, non-périglaciaires, bien que parfois retouchées par une activité plus récente du gel. Elles sont fréquemment retouchées par une microfracturation. Elles ne peuvent pas être expliquées ni par la charge seule ni par le diapirisme. L'effet d'une charge sédimentaire surincombante doit être négligé, étant donnée l'évolution morphologique du relief en France du Nord-Ouest depuis la fin du Pliocène. Par contre, elles nécessitent la présence d'une nappe phréatique élevée pour expliquer la liquéfaction de sédiments saturés et les injections de boue conséquentes. La caractéristique principale des déformations associées aux séismes est justement leur caractère superficiel. Les ondes de cisaillement lors d'un séisme augmentent la pression de l'eau interstitielle en modifiant l'organisation microscopique interne du sédiment, ce qui contribue à la surconsolidation observée. Ce phénomène sera limité s'il existe une charge sédimentaire surincombante. D'autre part, les déformations séismiques sont amplifiées par la présence de masses meubles, surtout si elles sont gorgées d'eau (Audemard & de Santis, 1991). Toutes les figures observées sont identiques à celles décrites dans la littérature et attribuées à des séismites (Kuenen, 1958 ; Sims, 1975) aussi bien dans le cas de bassins tertiaires (Brodzikowski et al,, 1987) que dans les formations glaciaires de Scandinavie (Lagerbak, 1990). Les figures en forme de coins, les microfailles inverses et les micro-effondrements sont l'expression du glissement superficiel d'une masse sédimentaire, inexplicable sur pente très faible, sans l'aide d'un choc. La présence de microfractures est par contre indicatrice d'un statut drainé ou consolidé, surtout lorsqu'elle est exploitée par les glosses blanchies des sols. Certaines fractures peuvent s'ouvrir en milieu engorgé mais consolidé (liquéfaction interne à la fracture) : ce phénomène est fréquent dans les sables éocènes en Flandres belges.

18

19 -4" -2" O" 2" 4" 6" 8" 1 O" SISMOTECTONIQUE DE LA FRANCE MÉTROPOLITAINE dans son cadre géoiogique et gwysique 50" Indices de déformation pl io-q ua ter nai re A Failles inverses A Failles normales # Décrochements senestres 40" H Décrochements dextres / Plis / Mouvement indéterminé * Orientation et mouvement indéterminés 46"

20 I 1 50" Sismicité historique Épicentres d'intensité 2 VI MSK &, a /\ a O I imprécise 18" i. O0 En noir: VI I IO c Vlll MSK En rouge et numéroté: IO 2 Vlll MSK 16" a

21 O / / O

22 -4" -2" SlSMOTECTûNlWE DE LA FRANCE MhROPOLiTAINE danssoncabegedogiqueetgeophysique Types de mouvements potentiels 50' -es types de mouvements potentiels sont déduits de : ' l'extrapolation. sur l'ensemble du segment dune faille najeure, chi type de mouvement observé au niveau d'un ndiœ ponduel cîe dt2cmation récente sur cene faille; l'extension de cette extrapolation aux failles majeures Kodres en tenant compte de leur géométrie et de leur rnentaîion par rapport aux trajectoires des contraintes IctlJelles; la vérification de la ahérence de ces extrapolations avec es solutioris des mécanii au foyer des séismes les plus mpoctanb (M ' 3,q. Composante inverse - décrochante (en pian) a1 48' InVetW déadunle a3 = a2 90' Composante normale - décrochante (en pian) uz =al ff 46 I Nomiale déaochante Decrochanie m l e 03 90' 44

23 I -~ -_ SîSMOTECTONIQUE DE LA FRANCE M~ROfWLlTAlNE dans son cadre géologique et géophysique F a Trajectoires de la \ i. "contrainte maximale \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ des mécanismes au foyer \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ J \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ y- - \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ c;. \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \ \.i

24 SlSMOTECTONlQUE DE LA FRANCE MÉTROPOLITAINE dans son cadre géologique et géophysique Types de déformations actuelles 6: Déformation décrochante - compressive P+ D. Deformation decrochante - distensive Les blocs diagrammes représentent les différents types de déformations actuelles par région independamment de leur intensité. A: Déformation compressive F C: Déformation distensive ' V.c -.' '-: t I t! I

25 I -- '. I

26 . Reguiny Carrière St Fiacre F Pénestin - La Mine d'or O 50cm Détail de la poche A 1 l cl d 5m f3jjl 4; I La Frelonnière / Le Rheu St Renan I 1 COUPE OUATERNAIRE

27 10 Un autre point important est la fréquence de telles figures. Elles ont d'abord été attribuées au siècle passé à des phénomènes de tassements consécutifs à l'altération du matériel. Depuis, elles ont été communément attribuées à une activité périglaciaire. Bovey-Tracey (Devon, Jenkins & Vincent, 1981) et Pénestin (estuaire de la Vilaine, en Bretagne, Rivière et Vernhet, 1962) en sont de très bons exemples. Les observations de Strunk (1983) et d'eisseman (1982) dans les bassins de lignites oligo-miocènes du Rhin moyen et de l'allemagne correspondent clairement en forme et en taille aux figures compressives décrochantes en fleurs positives (cf. Sylvester, 1987) de Pénestin et à celles plus caractéristiques encore de Bovey-Tracey (bassin lignifier oligocène sans trace de gel) (Van Vliet-Lanoë et al., 1997) ; de plus elles sont souvent associées à des figures d'échappement d'eau confondues, elles aussi, avec des traces de coin de glace! Y Les séismites ainsi induites dans les formations superficielles ont souvent été confondues avec des cryoturbations du Quaternaire ancien (déformations plicatives liées au gonflement différentiel de sédiments superposés de compositions granulométriques différentes) alors que les données régionales attestent plutôt d'une installation tardive du pergélisol, apparemment depuis les glaciations du Quaternaire moyen. Cette confusion est d'autant plus fréquente que ces figures Co-séismiques ont pu, étant donné leur position stratigraphique être retouchées par le gel. Néanmoins, une analyse scrupuleuse de ces formes permet de mettre en évidence un certain nombre de critères validant leur initiation Co-séismique. Pour cette raison, beaucoup d'observations de "pergélisol" antérieures au Quaternaire moyen en Europe de l'ouest sont à revoir, du simple fait que leur préservation s'est faite dans de petits graben ou dans des secteurs franchement subsidents comme le N de la Belgique et le complexe des graben rhénans. Cette information est importante pour comprendre la dynamique du climat au cours du Quaternaire : le pergélisol semble être un phénomène tardif dans nos régions (Van Vliet-Lanoë & Hallégouët, 1 998), probablement seulement à partir du stade isotopique 16 (0,6 Ma) si l'on se réfère à la courbe proposée par Shackelton et al, (1991). Glaciations et séismicité La charge glaciaire induit une extension sous les calottes mais bloque la sismicité (Johnston, 1987). En aval de la zone englacée, le bourrelet réactionnel (forbulge) est également extensif.. Dans les zones englacées, une sismicité s'exprime pendant les 1000 ans qui suivent la déglaciation ; elle s'exprime sous la forme d'une microsismicité continue en domaine de croûte souple (Islande) ou de très gros séismes récurrents (Scandinavie) en domaine de croûte épaisse (Lagerback, 1993) : les contraintes sont libérées tant que le contexte reste extensif et les aquifères en charge (fonte des glaces, du pergélisol, augmentation des précipitations). Dans les zones situées au sud des grands inlandsis en cours d'installation, l'arrivée brutale d'un contexte extensif (forbulge) au contact d'un champ de contrainte régional transpressif (domaines varisques), en relation avec un niveau marin encore relativement haut (Glaciaire ancien) amène l'apparition d'une séismicité accrue temporairement, avec des réajustements de blocs inlandsis (Van Vliet-Lanoë et al., 1997) : la séismicité peut être temporairement accentuée en période d'englaciation.

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese www.scotese.com chris@scotese.com Introduction Christopher SCOTESE de l Université du Texas est l'auteur

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

CHAP I : Les climats passés de la Terre

CHAP I : Les climats passés de la Terre CHAP I : Les climats passés de la Terre Les variations climatiques sont étudiées à deux échelles de temps : - le dernier million d années où la continuité des enregistrements géologiques permet d observer

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande. BCPST 1 vendredi 5 février 2010 DS n 4 Géologie Eléments de correction PARTIE I A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles.

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles. La définition des événements naturels dans le régime L auteur Christophe Gadouleau des catastrophes naturelles La prévention et la gestion des risques majeurs en France s articule autour de nombreux textes

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

L influence des astres sur. le climat terrestre

L influence des astres sur. le climat terrestre L influence des astres sur le climat terrestre Laurent LONDEIX Introduction Le Soleil nous apporte chaleur et lumière. Ses conjonctions avec la Terre donnent le rythme des jours et des nuits, des saisons,

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers PREFECTURE DU LOT DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers BASSIN DE RISQUE «CARENNAC A SAINT-CERE»

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias)

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) La présence de certaines roches dans le sous-sol peut permettre de reconstituer le milieu dans lequel celles-ci se sont

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA.

STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA. STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA. Loumi, K. 1, Asses A 1 et Achour, K. 2 1 Faculté des Hydrocarbures et de la Chimie. UMBB. k_loumi@yahoo.fr 2 Division exploration,

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009 Fiche 3.1.1 Page 1 sur 5 3.1.1 Le domaine périglaciaire et le pergélisol Le domaine périglaciaire désigne les zones soumises à des conditions climatiques froides, non glaciaires, où l action du gel et

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Histoire géologique du massif central.

Histoire géologique du massif central. Histoire géologique du massif central. 500 millions d années : Phénomène de distension fractionne un vaste continent en deux domaines au sud (l Afrique) et au nord (l Europe du nord actuelle). Entre les

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Contexte Les communes littorales françaises hébergent plus de 7,5 millions d habitants et ont une capacité d accueil touristique

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O.

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O. UE Planète Terre Julie Perrot - U.B.O. Grands Processus Géodynamiques I - Frontières Divergentes Modèles de rifting Rift Continental Dorsale Océanique II - Frontières Convergentes Subduction Collision

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Tectonique des plaques et création de reliefs

Tectonique des plaques et création de reliefs PREPARATION AGREGATION INTERNE SVT TOULOUSE 27 Novembre 2013 Composition à partir d'un dossier Durée : 5 heures L'usage de tout ouvrage de référence, de tout dictionnaire et de tout matériel électronique

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2009 TRAVAUX PRATIQUES DE SPECIALITÉ DU SECTEUR C Durée totale : 6 heures Géodynamique

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES SESSION 2009 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES DE CRETEIL, LILLE, ORLEANS-TOURS, PARIS & VERSAILLES Proposition de corrigé et barème. Exercice : Hydrates de méthane Saisie d informations Interprétations

Plus en détail

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Michel Séranne, Géosciences Montpellier A. Benedicto, E. Sanchis, P.Labaume, M.Séguret «Tectonique récente de la Provence- Rôle des couches

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen

Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen Guilhem DEVEZE Service Géologie Géotechnique Séance technique CFGI -16 mai 2013 Présentation

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay PRO 2011-05 Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay www.mrnf.gouv.qc.ca/produits-services/mines.jsp Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Gouvernement du Québec,

Plus en détail

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts Buse métallique 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Morphologie H longitudinaux I circonférentiels 4 Morphologie Différentes formes de buses 5 Morphologie Buse arche ou passage 6 Morphologie Arche 7 Morphologie

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/14 DIRECTION DE LA SECURITE ET DU CABINET PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL- 13112-03 modifiant l arrêté n IAL- 13112-02 du 20 aout 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Géosciences; Lycée Victor Schœlcher 1

Géosciences; Lycée Victor Schœlcher 1 Géosciences; Lycée Victor Schœlcher 1 Renouvellement et disparition des fonds océaniques Fabiola Fabiola ARNAUD, ARNAUD TS3 Géosciences; Lycée Victor Schœlcher 2 Mécanismes à l origine de nouveaux matériaux

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1.

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Introduction Qu elles soient anthropiques ou naturelles, la présence de cavités souterraines est un risque

Plus en détail

Les montagnes rocheuses

Les montagnes rocheuses Les montagnes rocheuses 1 / 6 Les montagnes Rocheuses ou «Rocheuses» (en anglais : Rocky Mountains ou Rockies) désignent une grande chaîne de montagnes intracontinentale dans l'ouest de l'amérique du Nord,

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE SESSION 008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE Proposition de corrigé et barème. Olympiades des géosciences

Plus en détail

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles.

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Atelier 1 : La formation d'un gisement de charbon L'origine biologique du charbon est montrée par la présence de fossiles de végétaux dans les roches

Plus en détail

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr - Hydrogéologie - L3 Pro CTH cedric.legout@ujf-grenoble.fr 1 2 2. Bilan d eau en km 3 en France 3 Figure: D après Roux Les enjeux associés aux ressources souterraines : utilisateurs Eaux de surface (hm

Plus en détail

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs.

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Introduction La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Lien démontré entre l abondance du périphyton et l importance des apports en P, principalement liés

Plus en détail

Retrait-gonflement des argiles

Retrait-gonflement des argiles RAPPORTS Service risques et sécurité Unité prévention des risques Février 2015 Retrait-gonflement des argiles Note de présentation de l aléa et de recommandations Préfet du Finistère Direction Départementale

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

"Transfert de sédiments de la côte aux abysses "

Transfert de sédiments de la côte aux abysses "Transfert de sédiments de la côte aux abysses " Axe 4 du LABEX «MER» M. Rabineau (IUEM-Brest) et Gilles Lericolais (Ifremer-Brest) "Transfert de sédiments de la côte aux abysses " Axe 4 du LABEX «MER»

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) N. Pidancier Exercice 1 : Introduction Le relief au niveau de la Terre se répartit

Plus en détail

Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples des vallées des Pertuis Charentais

Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples des vallées des Pertuis Charentais Réunion spécialisée SGF-ASF Géosciences Marines Les incisions et dépôts de la marge atlantique française depuis le Néogène : état des lieux Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

L'ÉTABLISSEMENT DU CALENDRIER GÉOLOGIQUE

L'ÉTABLISSEMENT DU CALENDRIER GÉOLOGIQUE III- L'ÉTABLISSEMENT DU CALENDRIER GÉOLOGIQUE Etablir un calendrier, c'est organiser le temps qui s'écoule en séquences constituant autant de repères chronologiques fiables pour les utilisateurs. Le calendrier

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG.

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail