Les Synthèses - N 50. Observatoire de la transformation des entreprises. assurance : comment négocier le virage des objets connectés?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Synthèses - N 50. Observatoire de la transformation des entreprises. assurance : comment négocier le virage des objets connectés?"

Transcription

1 Les Synthèses - N 50 Observatoire de la transformation des entreprises assurance : comment négocier le virage des objets connectés?

2 ÉDITO Les médias ne cessent d en parler : les objets connectés sont devenus un sujet incontournable! On peut même affirmer sans se tromper qu il s agit d un des buzzwords de l année Mais derrière le buzz médiatique, représentent-ils un vrai sujet? La réponse est oui. À en croire les prévisions, les objets connectés seront en 2020 au nombre de 80 milliards pour un marché estimé par le cabinet Gartner à quelques milliards de dollars. Des chiffres vertigineux et des perspectives plus que prometteuses... Surtout pour les assureurs! Des transports à la santé en passant par l habitation, les objets connectés trouvent leur application sur des marchés clés de l assurance. Et les opportunités qu ils offrent sont nombreuses : attirer de nouveaux clients, optimiser la gestion des risques ou encore développer la connaissance client. Reste que partir à la conquête de ce nouveau marché n est pas sans conséquences. Développer des offres reposant sur le marché des objets connectés remet en cause le métier traditionnel des assureurs, historiquement centré sur l indemnisation des sinistres. Quelles propositions de valeur pour les assureurs? Quels nouveaux business models? Quels rôles pour les assureurs, quelles stratégies de partenariats? Quel marketing pour ces nouvelles offres? Comment relever les défis technologiques? Comment créer un climat de confiance? Autant de questions qui laissent penser que si les opportunités économiques sont immenses, les défis qu elles impliquent le sont tout autant. Face à un marché en pleine construction, les assureurs devront faire preuve d audace mais aussi de prudence. Entre les deux, le passage est étroit. Cette synthèse propose quelques éclairages qui, nous l espérons, aideront à le trouver. Bonne lecture! Philippe Dajean Directeur associé 2

3 AUTEURS : Patrick Durand Avec plus de 10 ans d expérience dans le conseil, Patrick Durand est manager chez Solucom au sein de la practice Business Transformation Banque, Assurance. Il intervient auprès de clients du secteur de l assurance, notamment sur des problématiques de relation client et de marketing des offres. Fabrice Austruy Fabrice Austruy est manager chez Solucom au sein de la practice Architecture SI. Diplômé de l INSA, il intervient depuis 2005 sur des missions de conception et de sécurisation d architecture technique. Raphaël Brun Consultant senior au sein de la practice Risk Management et Sécurité de l information de Solucom, Raphaël Brun est diplômé de l UTT. Depuis maintenant 6 ans, il met au service de nombreux grands comptes son expertise en gestion de crise, protection des données à caractère personnel, continuité d activité et gouvernance de la cyber-sécurité. 3

4 SOMMAIRE Des opportunités à saisir pour les assureurs. Légitimité de l assureur et valeur ajoutée, clés d une proposition de valeur pertinente. Un marché en expansion que se dispute une multitude d acteurs. Business models : une stratégie à adapter à la proposition de valeur. Partenariats : créer des partenariats ou s intégrer à un écosystème d affaires existant? Un nouveau référentiel dans la conception des offres. Objets connectés : un défi technologique pour les assureurs. Objets connectés et vie privée : anticiper les inquiétudes pour créer la confiance. Conclusion : 4 conditions sine qua non pour relever le défi des objets connectés. 4

5 Des opportunités à saisir pour les assureurs Pour les assureurs, les objets connectés sont bien plus qu une mode, ils constituent un gisement de croissance à exploiter. Ces objets se développent en effet sur trois de leurs marchés clés : Transports et Mobilité (sécurité, contrôle et suivi de la conduite, etc.) ; Habitation (équipements, énergie, sécurité, confort, etc.) ; Santé et Wearables (sport, suivi physiologique, etc.). Ils représentent de vraies opportunités pour développer et fidéliser la clientèle. Comment les assureurs parviendront-ils à en faire un levier de croissance? Et quel impact sur leur business model traditionnel? Autant de questions dont les réponses conditionneront l assurance de demain. 5

6 Les objets connectés sont des objets électroniques qui captent des informations liées au mode de vie de leurs usagers (données physiologiques, positions géographiques, performances sportives, etc.) et les convertissent en données numériques. Transmises via différents types de réseaux puis stockées, ces données sont ensuite restituées à l utilisateur via un terminal (ordinateur, smartphone, tablette) pour lui permettre d interagir. des évolutions métier à anticiper Les objets connectés vont faire passer les assureurs d une logique d indemnisation à une logique de prévention, ce qui constitue une vraie rupture avec leur métier traditionnel. Rupture qui se traduit par une modification profonde de leurs offres, de leur mode de tarification, de l intégration de la vente, de la livraison et de la distribution d objets physiques dans leurs processus. L adaptation au «tout connecté» implique de faire évoluer le business model classique des assureurs. La collecte massive de données à caractère personnel génère par ailleurs des inquiétudes légitimes. Surtout lorsqu il s agit de données de santé. Les réseaux permettant la collecte des données sont-ils vraiment sécurisés? La législation actuelle garantit-elle le respect des principes éthiques dans l exploitation des données? Les assureurs doivent s interroger : comment feront-ils pour que l assuré considère que le bénéfice qu il retire des objets connectés est supérieur aux inconvénients qu ils représentent pour sa vie privée? Question incontournable pour les acteurs de l assurance s ils veulent conserver la maîtrise de leur image et la confiance de leurs clients... pour transformer des opportunités en atouts pour le développement Améliorer son image En développant de nouvelles offres en phase avec les innovations digitales, les assureurs vont indéniablement moderniser leur image aux yeux du grand public. Ceux qui proposeront des objets connectés seront aussi perçus 6

7 comme étant plus attentifs à leurs clients. En effet, les objets connectés permettent de proposer aux assurés de véritables services. L exemple des lentilles intelligentes développées par Google et Novartis est révélateur : en mesurant la présence de glucose dans le liquide lacrymal, ces lentilles permettront aux diabétiques de mesurer en temps réel leur taux de glycémie. Dans le domaine de l assurance santé, c est donc l occasion pour eux de sortir d un simple rôle d indemnisation (auquel les récentes évolutions de la règlementation pourraient les cantonner), sans véritable levier de différenciation, pour proposer de nouveaux services et accompagner leurs assurés tout au long du parcours de soins. Ils développeront ainsi la relation de confiance qu ils entretiennent avec ces derniers. De quoi vaincre certaines réticences, côté client, dans l utilisation des objets connectés? Attirer de nouveaux clients Les assureurs peuvent aussi exploiter les objets connectés pour stimuler la consommation en renouvelant leurs offres sur des marchés matures (automobile, habitation, etc.). C est d ailleurs ce qu a choisi de faire Allianz, en lançant avec TomTom son système Pay how you drive, qui permet à l assuré de payer en fonction de son contexte de conduite (routes empruntées, conditions de trafic...). Développer la connaissance client L une des grandes opportunités offertes aux assureurs par les objets connectés est de mieux connaître les comportements et habitudes de leurs clients, en collectant une immense quantité de données (Big Data). Le Health Patch de la société Vital Connect fournit par exemple à l usager un grand nombre d indicateurs physiologiques, comme le rythme cardiaque ou encore le niveau de stress. Mais l intérêt des objets connectés ne réside pas seulement dans l immense quantité de données qu ils collectent. Ils en facilitent également l exploitation grâce à des capteurs dédiés qui enregistrent des informations spécifiques. En recourant à ces technologies, les assureurs pourraient segmenter plus finement leurs portefeuilles et donc proposer des offres commerciales mieux ciblées. 7

8 Optimiser la gestion des risques Les objets connectés peuvent également permettre aux assureurs de réduire leurs coûts en axant davantage leurs offres sur la prévention des risques et également grâce à une intervention plus rapide et plus efficace des services d assistance. Des éléments qui auront pour impact évident de réduire le nombre de sinistres et de limiter les dommages et leur coût en cas de sinistre. On peut citer en exemple la caméra de vidéosurveillance développée par la société française Kiwatch qui permet un accès direct aux vidéos depuis un terminal connecté à internet : les utilisateurs peuvent donc savoir en temps réel si leur domicile ne subit pas d effraction même s ils sont à l autre bout de la planète. Autrement dit : prévenir plutôt que guérir. En dépit des risques, il est évident que les assureurs doivent prendre position sur ce nouveau marché s ils ne veulent pas se retrouver progressivement marginalisés et cantonnés au rôle de «payeur / indemnisateur». D autres acteurs, dotés de moyens parfois considérables se positionnent déjà sur ce marché. Le virage est à prendre maintenant. 8

9 9

10 Légitimité de l assureur et valeur ajoutée clés d une proposition de valeur pertinente Alors que le marché des objets connectés est en cours de construction, comment les assureurs français peuvent-ils se positionner face aux acteurs majeurs du web et aux nombreuses entreprises qui souhaitent y prendre part? Comment se différencier et répondre aux enjeux que présente pour eux ce marché? Quels peuvent être les points clés de leur proposition de valeur? 10

11 L IARD, CHAMP D INTERVENTION NATUREL DES ASSUREURS Pay how you drive, prévention des pannes, conseils de conduite adaptés aux profils des conducteurs, optimisation des interventions d assistance, les applications des objets connectés à l assurance automobile sont nombreuses. C est sans doute sur ce marché que les assureurs peuvent d abord se positionner : ils sont naturellement associés, dans l esprit du consommateur, à la protection de leur véhicule, et ont donc toute légitimité à proposer une offre avant que les géants du web (comme Apple souhaitant imposer son IOS dans les ordinateurs de bords) ou les constructeurs automobiles ne prennent position. C est donc en toute logique qu Axa, via Direct Assurance, ou Allianz par exemple ont lancé leurs premières offres s appuyant sur des objets connectés dans le domaine de l assurance automobile : «You drive» pour le premier, «Allianz Conduite connectée» pour le second. La promesse de payer «le juste prix», et donc l espoir d obtenir une réduction sur le prix de son assurance si sa conduite est vertueuse (jusqu à 6002 d économies annoncés par Direct Assurance pour les conducteurs les plus prudents) peut largement justifier l achat d un boîtier connecté au véhicule et communiquant via un smartphone (le prix du boîtier Tom Tom proposé par Allianz est ainsi de 502). Légitimité de l assureur, force de la proposition de valeur : les ingrédients semblent donc réunis dans l assurance automobile pour permettre aux assureurs de proposer des offres intégrant les objets connectés sous leur marque, de prendre ainsi de nouvelles positions sur un marché aujourd hui mature, d attirer des conducteurs et de renforcer leur positionnement de prévention et d accompagnement. La protection de l habitat et des bâtiments offre également un champ légitime d intervention aux acteurs du marché. Dispositifs anti-intrusion optimisés, alertes en cas de fuites d eau ou d incendies et interventions plus rapides des réparateurs ou des secours constituent des promesses fortes permises par les objets connectés. Pour autant, l impact de l installation de capteurs intelligents et des actions de prévention associées sur la 11

12 réduction des risques reste à préciser. Offrir une réduction significative de la prime d assurance contre l achat de ces capteurs et d une box spécifique pour garantir la collecte de leurs données à tout moment semble aujourd hui délicat. Il est de ce fait difficile de rendre attractive une offre basée sur l achat d objets connectés propres à l assureur (à titre d exemple, le prix d appel de la box et des capteurs associés proposés par Cardif en Italie est de 922). Associer l offre d assurance à une box existante (d un opérateur télécom par exemple) ou venir compléter un service d alarme anti-intrusion semble être une approche à privilégier. Cela permettrait en effet de proposer une offre plus compétitive et donc plus attractive. LE CAS PLUS COMPLEXE DE LA SANTé Dans la santé, les objets connectés peuvent offrir aux assureurs la promesse de passer d un rôle d indemnisation normé par la règlementation et offrant peu de possibilité de différenciation, à un positionnement d acteur dans le système de soin et de prévention. Ils ont l occasion d offrir à leurs assurés une valeur ajoutée bien plus forte car les services imaginables avec les objets connectés sont infinis : prévention des risques via une meilleure hygiène de vie, observance médicale, aide au maintien à domicile des personnes âgées dépendantes Mais la faible légitimité des assureurs à proposer aujourd hui une offre complète d accompagnement, la réticence des français à leur communiquer des données médicales sensibles, les modèles de financement non stabilisés constituent des freins importants au développement rapide d offres totalement portées par les assureurs. Par ailleurs, la menace de voir d autres acteurs (pouvoirs publics, équipementiers, acteurs des télécommunications ou du web) prendre des positions majeures sur ce segment est réelle. S associer à des acteurs aujourd hui plus légitimes, capitaliser sur des offres existantes semblent être les premières voies à explorer pour prendre position, apprendre et construire progressivement cette légitimité aujourd hui manquante. Ainsi, en offrant aux 1000 premiers souscripteurs de son offre de complémentaire santé Modulango 12

13 un bracelet connecté de Withings, Axa profite de la modernité et de l image de prévention véhiculée par son partenaire, et accède aux données issues du quantified self (activité physique, qualité du sommeil, calories dépensées, activité cardiaque). Ces données constituent une base précieuse d apprentissage des impacts des équipements de Withings sur l activité physique et sur la santé de ses clients. Malakoff-Médéric a de son côté lancé, en partenariat avec la CNAMTS et l ARS du Nord, son programme Vigisanté permettant de dépister en entreprise l hypertension artérielle, d offrir aux personnes souffrant de tension artérielle des dispositifs d observance médicale à domicile (mesure de la tension, piluliers connectés ) et d accéder à une plateforme médicalisée d accompagnement par téléphone et internet. Ce faisant, l assureur capitalise sur son programme de prévention en entreprise et obtient la caution des pouvoirs publics pour proposer une offre de soin complète. La modernisation des offres de téléassistance proposées aux personnes âgées (par la proposition d objets connectés permettant d alerter en cas de chute ou d absence de mouvement plus discrets ou plus élégants que les dispositifs actuels) ainsi que leur enrichissement à l observance médicale via des capteurs associés aux piluliers, sont également des pistes à explorer. 13

14 Un marché en expansion que se dispute une multitude d acteurs 14

15 POUR MIEUX COMPRENDRE Objets connectés : Des objets pouvant se connecter à internet pour émettre de l information et éventuellement recevoir des ordres Objets dotés de capteurs et transmetteur de données Objets actifs : Balance connectée Google Glass Apple Watch DES DOMAINES D APPLICATION TRANSPORT & MOBILITÉ Contrôle et suivi de la conduite Assistance à la conduite Sécurité QUI CORRESPONDENT À DES PAY AS YOU DRIVE (PAYD) ACTEURS DU WEB ET DU MOBILE GOOGLE* Produits phares : lunettes connectées (21M de Google Glass vendues en 2018), thermostats, caméras, lentilles de contact... Rachat de Nest Labs, fabricant de thermostats connectés pour 3,2 Md ; Création d une plateforme open source sous Android pour la home automation SAMSUNG* Produits phares : électroménager, bracelets, montres... Investissement d 1,5Md $ sur 10 ans pour soutenir de futurs développements technologiques dont l IoT ÉQUIPEMENTIERS SOMFY* Produits phares en vente directe ou sous une marque blanche : box intelligente, éclairage connecté, volets connectés... Ambition de l entreprise : renforcer sa position de leader européen de solutions domotiques intelligentes SCHNEIDER* Produits phares : lancement d une home box destinée à la gestion énergétique Développement de solutions d économie d énergie à l échelle du résidentiel comme à l échelle de la ville

16 EXPANSION DU MARCHÉ ,08 6,3 Milliards Population mondiale ,84 6,8 Milliards Population mondiale Objets connectés par personne (prévisions Cisco) ,47 7,2 Milliards Population mondiale ,58 7,6 Milliards Population mondiale 500 Millions Objets connectés 12,5 Milliards Objets connectés 25 Milliards Objets connectés 50 Milliards Objets connectés HABITATION Solutions d économie d énergie Solutions de protection de l habitat Électroménager / mobilier Confort / loisirs SANTÉ & WEARABLES Objets de mesure de soi (Quantified Self) Module d assistance et observance Matériel sportif MARCHÉS CLÉS DE L ASSURANCE SÉCURITE DE L HABITATION - ANTICIPATION DES SINISTRES ASSISTANCE / DÉPENDANCE START-UPS WITHINGS* Produits phares : balance, tensiomètre, enregistreur de nuit, module de surveillance enfants Partenariat avec AXA Santé dans le cadre de l offre Modulango FITBIT* Produits phares : bracelet, coachs électroniques, balance intelligente 50% de parts de marché au niveau mondial sur le segment des bracelets connectés qui représente 2,7 millions d unités au Q GRANDS INDUSTRIELS SFR* Lancement d une box home en 2014 avec pour objectif d en vendre unités par an Service de téléassistance à domicile via un médaillon-émetteur ou à l extérieur via un mobile / smartphone GDF SUEZ* Services intégrant un objet connecté : Zenbox, thermostat connecté dolcevita Développement de solutions qui s inscrivent dans le cadre plus large du smart city, enjeu stratégique du groupe à l échelle internationale

17 Business models une stratégie à adapter à la proposition de valeur Pour développer de nouvelles offres sur le marché des objets connectés, les assureurs peuvent être tentés de maîtriser complètement la chaîne de valeur, depuis leur conception jusqu à l offre de service associée. Les impacts associés nécessitent cependant de relativiser l intérêt de ce choix. 17

18 OBJETS CONNECTÉS DANS L ASSURANCE : QUELLE CHAÎNE DE VALEUR? DESIGN PRODUCTION DISTRIBUTION EXPLOITATION OFFRE DE SERVICES 18

19 Si l assureur est légitime sur son marché et qu il a une proposition de valeur forte, une intégration de la chaîne de valeur peut être légitime. Cette stratégie lui permettra de garder la maîtrise de son offre et des gains qu elle génère. En revanche, si la légitimité de l assureur reste à asseoir et si sa proposition de valeur repose essentiellement sur des services venant compléter ceux déjà portés par un objet connecté, alors l assureur choisira la stratégie inverse : mettre en avant l objet, capitaliser sur la marque de son fabriquant, quitte à moins maîtriser la chaîne de valeur. Face à un marché encore incertain, quelle stratégie choisir? Si la réponse ne peut se faire qu au cas par cas, la question est fondamentale pour l assureur puisqu elle conditionne sa maîtrise des données, la gestion de sa relation client et donc le contrôle de son image de marque. On relève trois business models types. Chacun d entre eux propose la maîtrise d un nombre plus ou moins important de maillons sur la chaîne de valeur. MODÈLE N 1 : MAÎTRISER L ENSEMBLE DE LA CHAÎNE DE VALEUR Le premier business model consiste, pour l assureur, à définir lui-même l objet qui va porter son offre, qu il en définisse le design et les caractéristiques techniques avant de le faire fabriquer par un partenaire, ou qu il l achète en marque blanche, pour le distribuer ensuite en son nom. L assureur est alors libre d imaginer et de créer de nouveaux usages sur la base d objets connectés non commercialisés. En achetant un produit en marque blanche, l assureur va pouvoir ensuite le commercialiser sous sa propre marque. Cela lui permet de conserver la maîtrise de l ensemble de la chaîne de valeur, notamment en termes de données collectées et de relation client. Ce modèle impose néanmoins aux assureurs de lourds efforts pour développer de nouvelles compétences : élaboration d une stratégie de sourcing pour choisir les bons partenaires industriels, mise en place d un circuit de distribution et de logistique, gestion de la facturation, maintenance des produits, adaptation du SI, traitement des données collectées (Big Data), etc. Face à un marché jeune et à des perspectives de rentabilité encore incertaines, ce business model est risqué Il a du sens si l assureur a un enjeu stratégique de pénétration d un marché et si l objet est central dans sa proposition de valeur. 19

20 L exemple de bnp paribas cardif IMG CAPTURE PORTABLE PARTENARIATS DE DÉVELOPPEMENT ET/OU DE PRODUCTION ACHAT DE PRODUITS EN MARQUE BLANCHE DESIGN PRODUCTION QUEL PARTENAIRE CHOISIR? DISTRIBUTION EXPLOITATION LOGO BNP PARIBAS CARDIF OFFRE DE SERVICES 20

21 C est ce modèle qu a par exemple retenu Cardif, filiale de BNP Paribas, pour lancer en janvier 2013 son offre (en Italie). Ce système domotique intégré à une offre d assurance permet, via l installation d une Homebox au domicile de l assuré, de prévenir les risques de sinistres et d en limiter l ampleur en détectant les pannes électriques, les fuites d eau et les débuts d incendies. En acceptant de transmettre ce type de données à son assureur, l assuré voit sa prime d assurance réduite. MODÈLE N 2 : EXPLOITER LES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES EXISTANTES Le second business model pousse plus loin la logique de partenariat. Pour l assureur, l idée est de reprendre un produit connecté existant, et de le commercialiser sous une double marque : la sienne et celle du concepteur de l objet. L assureur propose donc une offre reposant sur une solution technologique éprouvée, fiable et attractive (simplicité d utilisation, design moderne, évolutivité technique, etc.). Ce modèle offre une maîtrise amont moindre sur la chaîne de valeur mais il permet à l assureur de se concentrer davantage sur l offre de services à la clientèle. En revanche, l assureur doit veiller à ce que les solutions technologiques existantes correspondent à ses besoins, notamment en ce qui concerne l exploitation des données collectées, l accès à ces données et leur protection. Par conséquent, il devra veiller à définir un cahier des charges précis et s assurer que l objet connecté répond à toutes ses exigences en termes d expérience utilisateur mais aussi en termes techniques (sécurisation des données, etc.). Ce business model est adapté aux assureurs souhaitant renouveler leurs offres en s appuyant sur la dimension attractive et innovante des objets connectés. C est ce modèle qu a privilégié Amaguiz, en lançant en juin 2008 avec Drive Profiler son système Pay as you drive, qui permet à l assuré de payer en fonction du nombre de km parcourus au cours d une année. Concrètement, les données sont transmises via un boîtier installé gratuitement dans la voiture de l assuré par son garagiste. La marque Drive Profiler reste visible au moment de la commercialisation du produit, et c est ce partenaire qui récolte les données brutes avant de les retraiter et de transmettre à Amaguiz les données demandées. 21

22 l exemple d amaguiz DESIGN PRODUCTION DISTRIBUTION EXPLOITATION OFFRE DE SERVICES LOGO AMAGUIZ.COM 22

23 MODÈLE N 3 : SE FOCALISER SUR L OFFRE DE SERVICE AUX CLIENTS À la différence du cas précédent, le troisième business model propose à l assureur d exploiter un objet déjà commercialisé sous la marque de son concepteur. Il s agit de greffer à l offre produit existante, une offre d assurance complémentaire. Le partenariat n intervient qu à partir de l exploitation des données. Ce modèle présente l avantage d épargner aux assureurs de lourdes transformations (mise en place d un circuit de distribution, service après-vente, etc.) et leur permet de se focaliser sur l offre de service. En revanche, l assureur perd en partie la maîtrise de sa relation client. Les utilisateurs peuvent également se montrer réticents à transmettre leurs données. Une inquiétude directement liée à la nouveauté que représente le phénomène des objets connectés. Ce business model proposant des produits sous la marque d un partenaire de référence, permet à l assureur de renforcer sa légitimité sur certains marchés et développer des offres tactiques. C est ce modèle qu a retenu l assureur sud-africain Discovery pour son offre Vitality, qui permet à ses assurés de bénéficier d avantages commerciaux en contrepartie de comportements de prévention, et notamment l usage d objets connectés de fitness tels que l application Adidas micoach, ou encore le bracelet Polar. 23

24 quel business model choisir? BUSINESS MODEL ENJEUX ET OBJECTIFS DE L ASSUREUR FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS MODÈLE 1 Maîtriser l ensemble de la chaîne de valeur Renforcer sa présence sur un marché stratégique Forte légitimité de l assureur Forte proposition de valeur Objet central dans l offre MODÈLE 2 Exploiter les solutions technologiques existantes Renouveler une offre en jouant sur la dimension attractive des objets connectés Les solutions technologiques existantes doivent correspondre aux besoins de l assureur, notamment en termes d expérience utilisateur et de protection des données MODÈLE 3 Se focaliser sur l offre de service aux clients Développer sa légitimité sur un marché via des offres tactiques, en capitalisant sur la marque d un partenaire reconnu Anticiper les inquiétudes clients liées à la protection et à l'exploitation des données collectées 24

25 Partenariats : créer des partenariats ou s intégrer à un écosystème d affaires existant? Proposer des offres liées aux objets connectés, par nature innovantes, dans un marché en construction, suppose pour les assureurs de construire de nouveaux partenariats. On l a vu, les partenaires constituent un élément clé des business models à construire. 25

26 Plusieurs types de partenariats peuvent être à créer, avec des acteurs différents : - Les partenaires industriels : dans le cas où l assureur souhaite proposer une offre intégrant un ou des objets connectés sous sa marque, il lui faudra identifier des fournisseurs capables de proposer ces objets en marque blanche, ainsi que l infrastructure technique associée. Des équipementiers télécoms (Sagemcom, Toshiba, ) ou des acteurs comme Somfy, via sa filiale Overkiz dans l univers de l habitation, sont des exemples de partenaires potentiels. Par ailleurs, certains équipementiers développent eux-mêmes de nouvelles solutions technologiques qui pourraient à terme être le support de nouvelles offres d assurances. Citons Saint-Gobain, qui développe des revêtements de sols et de murs intelligents, qui permettront demain de détecter les fuites d eau et les chutes, ou Air Liquide, qui fournit des appareils respiratoires ambulatoires connectés. - Les spécialistes de l innovation : de nombreuses start-ups se créent aujourd hui autour de l univers des objets connectés. Plus agiles que les grands groupes, elles ont une capacité d innovation forte et tirent parti de leur connaissance des technologies pour imaginer de nouveaux usages, de nouvelles expériences clients. S associer à ces acteurs peut être un moyen pour les assureurs d exploiter leurs solutions technologiques sous leur marque, ou de s associer à eux pour proposer des offres co-brandées. Bonne nouvelle, la France dispose de plusieurs entreprises leader en la matière : citons par exemple Withings et ses bracelets, balances et montres connectés, Sense et son concentrateur «Mother», permettant de connecter différents capteurs dans la maison ou sur soi, ou encore Parrot et ses «mini drones». - Les agrégateurs de services, spécialistes de la relation client. Si les assureurs souhaiteront dans la plupart des cas jouer ce rôle dans le partenariat et maîtriser la relation avec leur client, ils pourront dans certains cas s intégrer à des offres portées par d autres acteurs : opérateurs télécoms et leurs box dédiées à l univers de la maison, énergéticiens On le voit, alors que la demande d objets connectés est encore émergente, les assureurs devront multiplier les initiatives, tester de nouvelles offres, et construire en conséquence de multiples partenariats. 26

27 C est un véritable écosystème d affaires qui pourrait alors se constituer, dans lequel l assureur sera associé à des acteurs de natures différentes (entreprises bien sûr, mais aussi associations de consommateurs, ou consommateurs eux-mêmes, collectivités locales ou administrations dans certains cas) relevant de secteurs d activité divers, avec pour objectif de construire en commun des innovations qui permettront le développement et le succès des offres liées aux objets connectés. La constitution de cet écosystème suppose des modes de partenariats différents, plus ouverts, sans doute moins pérennes que les partenariats classiques, et où l on acceptera que les acteurs associés puissent être à la fois en coopération la plupart du temps mais aussi parfois en compétition, dans une logique de «coopétition». Les entreprises seront alors amenées, en fonction des offres construites, des événements, à jouer le rôle de partenaires, de clients ou de concurrents envers les autres entreprises de l écosystème. Les assureurs peuvent avoir à jouer le rôle de leader dans cet écosystème, à l initiative de sa constitution et de son animation, ils peuvent aussi s associer à des écosystèmes existants. On citera par exemple les initiatives prises dans le cadre des smart cities, dans lesquels des agglomérations (à Nice ou Lyon par exemple) sont associées à des énergéticiens, des équipementiers, des opérateurs de services et auxquels les assureurs pourraient s intégrer. 27

Utilisation des «Health Apps» en biologie Serge Payeur. jeudi 21 mai 2015 Health App et Biologie 1

Utilisation des «Health Apps» en biologie Serge Payeur. jeudi 21 mai 2015 Health App et Biologie 1 Utilisation des «Health Apps» en biologie Serge Payeur Health App et Biologie 1 Sommaire Quantified Self, objets connectés et Health App Contenu, structuration et Big Data Nouvelles opportunités pour la

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

La «maison intelligente» Un lieu de vie. Stephane Henry - ST Microelectronics

La «maison intelligente» Un lieu de vie. Stephane Henry - ST Microelectronics La «maison intelligente» Un lieu de vie Stephane Henry - ST Microelectronics La domotique La domotique est aujourd hui utilisée pour : Objectif attendu La gestion du chauffage Reduire le cout Les systèmes

Plus en détail

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA 15 janvier 2015 COMPTE RENDU A L UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS DU JEUDI 15 JANVIER 2015 A SOPHIA ANTIPOLIS MIAGE NICE Conférence animé par Monsieur Stéphane

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Objets connectés : the next big thing?

Objets connectés : the next big thing? Objets connectés : the next big thing? Le point de vue du grand public Harris Café du mardi 3 juin 2014 Présenté par : Jean-Faustin Betayene, Directeur Département Quali & Expert Digital Jean-Laurent Bouveret,

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET ATELIERS OCOVA ALPMEDNET OCOVA AlpMedNet un projet ALCOTRA pour le développement des entreprises & la valorisation des territoires porté par la Régie Micropolis, financé par l Europe, l Etat français &

Plus en détail

LES OBJETS CONNECTES

LES OBJETS CONNECTES LES OBJETS CONNECTES 01 LE CONTEXTE DÉFINITION Après avoir bouleversé notre vision des relations humaines, le web entame une nouvelle révolution : celle de notre perception des choses. Luc Bretones Vice-Président

Plus en détail

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ Chapitre 6 LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ 127. La sécurisation appliquée aux objets connectés s intéresse au premier chef aux données qu ils émettent ou qu ils reçoivent. Aussi nous interrogerons-

Plus en détail

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers

smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M interconnectez machines et objets pour développer votre activité et accroître l efficience de vos processus métiers smart M2M créer de nouveaux usages industriels, logistiques, urbains, domestiques,

Plus en détail

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Sondage Ifop pour AILANCY 4 juin 2015 N 113049 Contacts Ifop : Frédéric Dabi - Directeur Général Adjoint Alexandre Bourgine Chargé

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de sécurité

Vers un nouveau modèle de sécurité 1er décembre 2009 GS Days Vers un nouveau modèle de sécurité Gérôme BILLOIS - Manager sécurité gerome.billois@solucom.fr Qui sommes-nous? Solucom est un cabinet indépendant de conseil en management et

Plus en détail

Dossier de presse. Solucom dans le secteur de l énergie

Dossier de presse. Solucom dans le secteur de l énergie Dossier de presse Solucom dans le secteur de l énergie Solucom en quelques mots Solucom est un cabinet de conseil en management et système d information indépendant. Fondé en 1990, il est aujourd hui 3

Plus en détail

Les télécoms vont-ils prendre l eau?

Les télécoms vont-ils prendre l eau? LETTRE CONVERGENCE Les télécoms vont-ils prendre l eau? Deux mondes qui convergent vers les mêmes relais de croissance N 26 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. presse@lexsi.com LEXSI.COM. tgraffeuil@oxygen-rp.com. Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89

DOSSIER DE PRESSE. presse@lexsi.com LEXSI.COM. tgraffeuil@oxygen-rp.com. Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89 DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89 tgraffeuil@oxygen-rp.com LEXSI Anne BIGEL presse@lexsi.com LEXSI.COM Sommaire INTRODUCTION 1 LEXSI, cabinet

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique

GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique D O S S I E R D E P R E S S E J U I N 2 0 1 3 CONTACT PRESSE AGENCE SNC Brigitte Nakachdjian 04 37 43 11 11//// 06 07 27 21 02 agencesnc@wanadoo.fr

Plus en détail

«Ton assureur dans ta poche»

«Ton assureur dans ta poche» Séminaire Innovation «Ton assureur dans ta poche» - mars 2013-1 Sommaire Chiffres clés Le champ des possibles et les solutions existantes Ton assureur dans ta poche Déclinaison possible sur d autres offres

Plus en détail

5 novembre 2013. Cloud, Big Data et sécurité Conseils et solutions

5 novembre 2013. Cloud, Big Data et sécurité Conseils et solutions 5 novembre 2013 Cloud, Big Data et sécurité Conseils et solutions Agenda 1. Enjeux sécurité du Cloud et du Big Data 2. Accompagner les projets 3. Quelques solutions innovantes 4. Quelle posture pour les

Plus en détail

TaaS. Cahier des charges application mobile Master MDSI. Transport as a Service. Business Process Reengineering

TaaS. Cahier des charges application mobile Master MDSI. Transport as a Service. Business Process Reengineering Business Process Reengineering Cahier des charges application mobile Master MDSI TaaS Transport as a Service Peter Hartlieb François-Xavier Verriest Table des matières Business Model... 4 Cible... 4 Partenaires...

Plus en détail

LA NOUVELLE TÉLÉASSISTANCE

LA NOUVELLE TÉLÉASSISTANCE Dossier de presse LA NOUVELLE TÉLÉASSISTANCE : des services adaptés, des technologies testées et fiables et une plateforme de chargés d assistance disponibles 24h/24, 7j/7 et formés à l écoute. Mardi 31

Plus en détail

Présentation des nouveautés Sage i7

Présentation des nouveautés Sage i7 Présentation des nouveautés Sage i7 1 - Nouveautés transverses A. Ergonomie B. La dimension Etendue C. Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises.

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises. WEBRTC LE WEB DEVIENT SUPPORT DE COMMUNICATION MULTIMEDIA UNIFIE Dernière innovation du web, le WebRTC à la croisée de l internet et des télécommunications se révèle un outil puissant de la relation client,

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

Nouveautés produits i7

Nouveautés produits i7 Nouveautés produits i7 1 - Nouveautés transverses A-Ergonomie B - La dimension Etendue C- Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1 La Gestion

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE / JUIN 2015 / Donnez de l intelligence à votre montre!

DOSSIER DE PRESSE / JUIN 2015 / Donnez de l intelligence à votre montre! DP-CTBAND-JUIN15_DP-CT-Band-JUIN15 03/07/2015 10:18 Page 1 DOSSIER DE PRESSE / JUIN 2015 / Donnez de l intelligence à votre montre! «CT Band intègre toutes les fonctionnalités nécessaires dans le bracelet

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

Connected World. Débridez la voiture connectée. Opinion Leader. Partagez-le

Connected World. Débridez la voiture connectée. Opinion Leader. Partagez-le Connected World Débridez la voiture connectée Si le nombre de bénéficiaires d une technologie définit la vitesse avec laquelle celle-ci sera adoptée alors le développement de la voiture connectée ne peut

Plus en détail

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité Livre blanc Quelles applications? pour quelle mobilité 2 «À l aube d une ère nouvelle, la mobilité voit ses usages se multiplier dans notre vie quotidienne, privée comme professionnelle. La déferlante

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Aider les startups à grandir et les grandes entreprises à redevenir des startups

Aider les startups à grandir et les grandes entreprises à redevenir des startups Aider les startups à grandir et les grandes entreprises à redevenir des startups 1 Présentation de Keley live 2 Actualité de la rentrée 3 Réalisations récentes Contacts : Benjamin Hannache Tél : 01 80

Plus en détail

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT Avec amaguiz, vous avez le choix entre 2 offres en fonction de votre profil et de l utilisation de votre voiture : al ASSURANCE AUTO CLASSIQUE al ASSURANCE AUTO AU KILOMÈTRE

Plus en détail

SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES

SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES Alerte au tsunami des données : les entreprises doivent prendre la vague maintenant! Quels sont les faits qui sous-tendent cette réalité? Quelles entreprises sont aujourd

Plus en détail

LES COMPTEURS COMMUNICANTS

LES COMPTEURS COMMUNICANTS PACK DE CONFORMITÉ LES COMPTEURS COMMUNICANTS PACK DE CONFORMITÉ SUR LES COMPTEURS COMMUNICANTS Le pack de conformité est un nouvel outil de régulation des données personnelles qui recouvre tout à la fois

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

CHOIX ET USAGES D UNE TABLETTE TACTILE EN ENTREPRISE

CHOIX ET USAGES D UNE TABLETTE TACTILE EN ENTREPRISE Tablette tactile, ardoise électronique 1 ou encore tablette PC, ce terminal mobile à mi-chemin entre un ordinateur et un smartphone a d abord séduit le grand public avant d être adopté par les entreprises.

Plus en détail

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 en avant-première dossier de presse - mai 2014 Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 La «Silver Economy» (économie

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

#BigData Dossier de presse Mai 2014

#BigData Dossier de presse Mai 2014 #BigData Dossier de presse Mai 2014 La valeur du Big Data pour l entreprise Comment permettre l avènement d une culture de la donnée pour tous? Dans un monde porté par la mobilité et le Cloud, non seulement

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Une plateforme unique d interprétation et de suivi personnalisé

Une plateforme unique d interprétation et de suivi personnalisé Une plateforme unique d interprétation et de suivi personnalisé Grâce à la plateforme d interprétation et de suivi, les produits BewellConnect procurent des conseils sur les conduites à tenir en fonction

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

PERSPECTIVES TECHNOLOGIQUES

PERSPECTIVES TECHNOLOGIQUES PERSPECTIVES TECHNOLOGIQUES ET ENJEUX DU M-TOURISME Bernard Benhamou Délégué aux Usages de l Internet auprès du Ministère chargé des PME, de l Innovation et de l Économie numérique Au premier trimestre

Plus en détail

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange dossier de presse septembre 2013 Sylvie Duho Mylène Blin 01 44 44 93 93 service.presse@orange.com 1 la flotte automobile d Orange en chiffres

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale P a g e 1 Transformation digitale Illustrations de grandes pratiques par secteur d activité Ferroudja MEGHENEM 24/11/2014 P a g e 2 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 3 Illustrations de grandes pratiques

Plus en détail

En route vers la troisième révolution industrielle!

En route vers la troisième révolution industrielle! En route vers la troisième révolution industrielle! Transition énergétique, Smart Home, Smart Buildings, Smart Cities Quelle place, quel positionnement, quel avenir pour votre entreprise?... Les Spécialistes

Plus en détail

Big Data et Smart Home, le bilan d étape 2013

Big Data et Smart Home, le bilan d étape 2013 Accueil Acteurs & marchés Entreprises Habitants Politiques énergétiques Territoires & projets Energystream Le blog Energie des consultants Solucom Accueil» Éclairage» Big Data et Smart Home, le bilan d

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities

Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS 1 La révolution du secteur des Utilities

Plus en détail

TIC et Santé à domicile

TIC et Santé à domicile TIC et Santé à domicile Opportunités européennes à l horizon 2015-2020 Présentation Mars 2012 Etude multi clients réalisée par le cabinet CODA Strategies CODA STRATEGIES 4 rue Galvani 75838 Paris Cedex

Plus en détail

Les 8 principaux écueils

Les 8 principaux écueils Les 8 principaux écueils des projets de déploiement de terminaux mobiles et d applications IBELEM 5, boulevard des Bouvets - 92 741 Nanterre Cedex 01 55 17 45 75 - info@ibelem.com Prolifération des Smartphones

Plus en détail

TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé. Shadow IT, la menace fantôme. Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques.

TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé. Shadow IT, la menace fantôme. Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques. TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé Shadow IT, la menace fantôme Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques. Par Sébastien Faivre Chief Marketing Officer de Brainwave Shadow IT, la menace

Plus en détail

2014 Pearson France Stop Google Franck Cazenave

2014 Pearson France Stop Google Franck Cazenave Introduction 1 Introduction Depuis le lancement du moteur de recherche le plus performant d Internet, au fil des années, Google a créé le plus grand aspirateur à données personnelles permettant de constituer

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana www.numerikdays.com 1. Le constat 2. Les «NumerikDays» à l initiative du CNID 3. Nos ambitions 4. Une nouvelle façon d apprendre «Innovation pédagogique» 5.

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPEPME Assurer la sécurité physique de l entreprise Vols, vandalisme, dégradations, atteinte à l intégrité des employés, sinistres

Plus en détail

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information 2 mai 2011 2 Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Introduction Sur un

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société

La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société OCIRPVEUVAGE OCIRPÉDUCATION OCIRPHANDICAP OCIRPDÉPENDANCE La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société 3 avril 2014 Rappel : La Fabrique du centenaire 17

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Xi Ingénierie. La performance technologique au service de votre e-commerce. Comment exploiter les cookies sur vos applications web en toute légalité?

Xi Ingénierie. La performance technologique au service de votre e-commerce. Comment exploiter les cookies sur vos applications web en toute légalité? Xi Ingénierie La performance technologique au service de votre e-commerce Comment exploiter les cookies sur vos applications web en toute légalité? Copyright 2012 Xi Ingénierie Toute reproduction ou diffusion

Plus en détail

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie TABLE DES MATIÈRES LA MOBILITÉ EN HAUSSE... 3 INCURSION DANS L UNIVERS DE

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Dématérialisation et mobilité

Dématérialisation et mobilité Dématérialisation et mobilité Comment gérer le dernier maillon du processus? 1 LA DEMATERIALISATION, UN ENJEU ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE La dématérialisation n est pas un sujet nouveau pour les entreprises,

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. PROCESSUS MOBILE SOCIAL DONNÉES SUR SITE CLIENT DANS LE CLOUD Une plateforme de travail moderne Les technologies mobiles et les

Plus en détail

30% POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE VOUS ÉQUIPER? 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h.

30% POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE VOUS ÉQUIPER? 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h. 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h. 7 FRANÇAIS SUR 10 sont cambriolés au moins une fois dans leur vie et les installations de systèmes d alarme

Plus en détail

LES DONNÉES : VOTRE AVANTAGE CONCURRENTIEL

LES DONNÉES : VOTRE AVANTAGE CONCURRENTIEL Bonjour, LES DONNÉES : VOTRE AVANTAGE CONCURRENTIEL! PHILIPPE NIEUWBOURG @NIEUWBOURG! SAS FORUM ANALYTIQUE MONTRÉAL, 27 MAI 2014 Bienvenue dans le monde des données volumineuses ou massives.! Qui a un

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Technologies mobiles & Tourisme: la révolution? Denis Genevois Marche-en Janvier 2011

Technologies mobiles & Tourisme: la révolution? Denis Genevois Marche-en Janvier 2011 Technologies mobiles & Tourisme: la révolution? Denis Genevois Marche-en en-famenne Janvier 2011 Centre de compétence Programme Introduction Technologies mobiles: le contenant Tactile non, multitouch oui!

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS!

BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS! BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS!! PHILIPPE NIEUWBOURG @NIEUWBOURG! COLLOQUE ITIS BIG DATA / OPEN DATA QUÉBEC, 29 AVRIL 2014 1 Bonjour, Bienvenue dans le monde des données volumineuses ou massives.! Qui

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

Surfer avec la vague mobile

Surfer avec la vague mobile Agenda 1. La «vague mobile», qu est-ce que c est? 2. Qu est ce qui a déjà changé? 3. Ce qui change et change nos vies 4. Nos loisirs, nos voyages 5. Notre maison 6. La publicité, nos achats, nos paiements

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

Smartgrids: un mapping rapide

Smartgrids: un mapping rapide Smartgrids: un mapping rapide - 3 smartgrids (de l amont à l aval) - choc de 3 univers (utilities, élec, IT) - ce qui bouge en 2014 - quel rôle pour les territoires et les individus Smartengy, conseil

Plus en détail

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE PILOTAGE À DISTANCE Je commande mes volets, mes éclairages, mon alarme et mon chauffage à distance PILOTAGE CHAUFFAGE Je fais des économies sur le poste chauffage

Plus en détail