1. Introduction. 2. Contexte et Problématique Contexte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Introduction. 2. Contexte et Problématique. 2.1. Contexte"

Transcription

1 Une architecture d échange et partage d informations techniques d un produit industriel : transformation et adaptation des connaissances dans un contexte Supply Chain. Hichem M. GERYVILLE 1. Introduction Pour renouveler rapidement leur offre «Produit» et optimiser les processus de développement, les entreprises doivent réagir rapidement et anticiper les changements. Dans le cadre actuel de concurrence générale imposée par la libération des échanges, les industriels doivent cependant réduire les délais et les coûts, augmenter les offres et la qualité des produits et services pour répondre aux exigences de leurs clients. La compétitivité d une entreprise repose donc sur sa faculté à maîtriser l ensemble du cycle de vie de son produit. Aujourd hui, les entreprises n hésitent plus à collaborer et à s associer pour lancer de nouveaux produits sur le marché. Elles sont contraintes d échanger et de partager conjointement, et en permanence, des ensembles d informations sur les produits tout au long de leur cycle de vie. Cependant, la capture effective de ces informations, leur extraction, leur échange, leur partage et leur réutilisation devient de plus en plus critique. Ce qui conduit les entreprises d adopter des solutions pour gérer l échange, le partage et le déploiement d informations et de connaissances. Et ceci permet d échanger des informations de manière synchrone/asynchrone entre différents partenaires, de différents métiers, déployés géographiquement à travers le globe et communiquant avec des applications hétérogènes (ex : ERP, multi-cao, FAO, ). Dans ce travail, nous nous sommes intéressé particulièrement à l étude de l échange et du partage d informations techniques, dans l une des importantes étapes touchée par la collaboration dans le cycle de développement de produit : «la conception». Car la complexité croissante de la définition conceptuelle de produits, pousse les concepteurs à s occuper de leurs compétences dans l entreprise et d externaliser les connaissances complémentaires. Et ceci permet de dire d une manière triviale que la conception est une activité complexe, qui nécessite de faire participer et collaborer des acteurs provenant de différents métiers. 2. Contexte et Problématique 2.1. Contexte La conception de produits manufacturés, est une activité cognitive reposant sur des connaissances formelles constituées par les modèles mathématiques des produits à concevoir, où la collaboration est de plus en plus fondamentale. En effet, de nombreux acteurs collaborent pour atteindre un but commun : la définition d un produit industriel performant et commercialisable. Chacun des acteurs a ses connaissances personnelles, son savoir faire, et

2 ses propres pratiques. Si tout le monde parle du même objet, le produit manufacturé, la représentation que chaque acteur utilise n est pas unique. «La conception de produits industrielles est une tâche collective, distribuée, qui implique de la coopération, de l échange d information et de la coordination parmi les acteurs ayant des compétences et des connaissances spécifiques sur leur domaine» [Riboulet 2002]. Dans ce contexte, la collaboration doit être organisée dans le but d améliorer la communication entre les différents intervenants, qui s exprime par une réduction du temps de conception de produits, donc de mise sur le marché ainsi que par une réduction des coûts de production. Les méthodologies d ingénierie concourante sont ainsi développées afin de prendre en compte les différents points de vues sur le produit intervenant dans son cycle de vie. Cette tendance est poussée par l évolution des produits : la conception de produits complexe nécessite une coopération entre des équipes multidisciplinaires participant à une optimisation globale intégrant chaque point de vue. Plusieurs personnes de différents métiers distribuées géographiquement, travaillant pour des entreprises distinctes peuvent être amenées à travailler ensemble pour le développement d un produit industriel, ce qui implique que différentes informations, contraintes et connaissances spécifiques doivent être prises en compte dans le management du processus de développement du produit. Cette nouvelle exigence de complémentarité et de coopération multidisciplinaire, induit un échange et un partage d ensembles d informations (et de connaissances) adéquats concernant les produits manufacturés, tout au long de leur cycle de vie. De ce fait, ces acteurs recherchent des systèmes capables de leur fournir les bonnes informations au bon moment sous la bonne forme, en améliorant au mieux leur communication et leur coopération dans l entreprise ellemême et avec ses partenaires économiques Définition et formalisation de données La formalisation des données pour les échanger et les partager est une étape importante dans le contexte décrit plus haut. Concernant les données de produit, deux grandes catégories d'information descriptive peuvent être distinguées : les informations qui décrivent les produits de l'entreprise à travers les différentes phases de leur cycle de vie et selon les points de vue propres aux différents métiers, les informations qui se réfèrent aux composants préexistants, qui sont utilisées pour concevoir, fabriquer ou maintenir les produits de l'entreprise. Si ces deux types de données ont de nombreux points communs, par exemple le fait qu'ils décrivent dans les deux cas des objets techniques, plusieurs aspects les rendent différents. En ce qui concerne la définition de produits, trois aspects principaux sont à prendre en compte [EADS 2002] : La description complète du produit (spécifications du client, géométrie et modèle CAO, modèle d analyse, configuration du produit, documentation technique, ) La définition des processus, incluant les informations de fabrication et d industrialisation du produit telles que les gammes de fabrication, la définition des outils, l analyse des processus,

3 La définition du soutien logistique, incluant la définition des éléments soutien, la définition logistique et le comportement du produit, les gammes de soutien, la documentation client et de maintenance, la configuration en service, Définition de Produit (Conception, ) Définition de Processus (Fabrication, ) PLM Document management ERP SCM MRO LSAR Définition du support Logistique (Maintenance, ) Figure 1 : Support à la définition globale du produit d après EADS Cependant, les informations échangées et/ou partagées entre les différents intervenants de différents métiers, en amont et en aval de chaque phase du cycle de vie du produit, sont à caractère évolutif, c-à-d que les informations peuvent changer de forme, de contexte et/ou de définition d une étape à l autre, durant le cycle de vie du produit manufacturé. Et cela signifie que les modifications apportées aux informations existantes, seront en mesure d être propagées en arrière jusqu aux phases concernées, en améliorant le produit par rapport aux exigences des clients et aux propriétés de chaque phase. Dans le cas de la conception, ceci engage les concepteurs d intervenir non seulement dans la phase de co-conception (la plus importante phase d une collaboration industrielle dans un cycle de développement de produit industriel), mais aussi dans différentes étapes du cycle de vie du produit (fabrication, commercialisation et maintenance) et vis versa. Et ceci, dans le seul but d améliorer et d adapter le produit aux exigences des consommateurs. Bref, les informations échangées sur les produits manufacturés entre les différents acteurs, sont de deux natures : descriptive et de management (économique) [Sang 2002]. Le premier type, est lié aux aspects physiques, fonctionnels et comportementaux du produit industriel, il regroupe des méta-données informationnelles sur les produits, des modèles géométriques, d assemblage, et de fabrication, de recyclage et de démantèlement. Par contre, le second type, définit toutes les informations sur les différents aspects économiques (les fabricants, les clients, les prix, la logistique, les catalogues, ).

4 2.3. Objectifs Compte tenu de l importance des premières phases du cycle de vie des produits industriels, les entreprises industrielles veulent obtenir à tout prix de réels atouts sur la concurrence. Ceux-ci sont liés à leur capacité à : Intégrer tous les systèmes de leur chaîne de valeurs utilisés dans la définition des composantes techniques du produit. Bénéfice : réduction des coûts liés au cycle de vie de leurs produits. Synchroniser les processus d ingénierie exigeant une participation de tous les acteurs de leur chaîne de valeurs ; permettre à tous les collaborateurs d accéder aux informations «produit» dont ils ont besoin pour effectuer efficacement leur travail. Bénéfice : réduction du cycle de vie de leurs produits. Permettre à toutes les équipes intervenantes sur le produit de travailler en totale collaboration quelle que soit leur localisation géographique. Bénéfice : optimisation et efficacité accrue de leurs ressources d ingénierie. Créer de configurations «produit» pouvant être gérées, suivies et réutilisées sur tout le cycle de vie d un produit et sur des gammes de produits multiples. Bénéfice : réduction de leurs coûts de développement. Réduire les délais de mise sur le marché de leurs produits en permettant à leurs équipes de conception de collaborer en toute transparence avec leurs équipes de fabrication. Bénéfice : commercialisation rapide de leurs innovations produit. Pour répondre à ces enjeux stratégiques, ce travail propose les objectifs suivants : Proposer et développer un formalisme de structuration (définition) des informations échangées, en reprenant les différentes informations de définition de produits (à travers les phases de développement de produit) et en les adaptant aux différents points de vues d intervenants (conception, fabrication, marketing, transport, maintenance, ) du cycle de vie du produit. Et cela en s inspirant des formalismes existants, comme STEP, EDI, EAI, Proposer une architecture standard, ouverte et évolutive basée sur l échange et le partage d informations (structurées suivant l objectif précédent) en les mettant à la disposition des différents profils multidisciplinaires (points de vues métiers) qui peuvent les réutilisées à leurs guises. Elle permettra aussi la communication de différentes informations liées au produit déjà manufacturé ou à fabriquer au niveau inter-entreprise. Et la collaboration des intervenants en leur offrant, un espace de travail commun en mode asynchrone ou synchrone pour développer de nouveaux produits industriels, ainsi que leurs suivi via les différentes étapes de leurs cycle de vie en faisant participer des acteurs dans de différents métiers (dans le but de diversifier les activités des acteurs et en optimisant les répercussions d effet de boule de neige des modifications dans chaque étape). Et pour faciliter la tâche de la mise en œuvre de cette architecture, nous proposons l élaboration d un sous-système de messages basé sur le principe du commerce électronique, qui s appuiera sur deux types de processus : le premier à caractère commerciale, et le second, de type collaboratif (dans un sens conceptuel). Et cela, dans le but de standardiser les échanges économiques entre les différents acteurs.

5 3. Méthodologie et Organisation Choisies Pour répondre aux trois objectifs décris précédemment, ce travail est organisé en 04 parties distinctes : La première partie s intéresse à la modélisation du processus de conception dans une collaboration multidisciplinaires. (Janvier 2004 Novembre 2004) La deuxième partie s intéresse à la caractérisation et la formalisation des informations échangées (basé sur les connaissances de l intervenant) dans le processus de conception collaborative, et aux différents processus du cycle de vie du produit, ainsi que les processus de qualification et de définition de ces informations au cours des échanges. (Décembre 2003 Septembre 2005) La troisième partie vise à recenser et à classifier les différents messages qui peuvent être échangées entre intervenants dans un processus de conception et de commercialisation dans un cas industriel précis. (Janvier 2004 Janvier 2005) La quatrième partie vise à proposer un modèle pour développer et instrumenter une architecture d échange et de partage d informations produits dans un contexte collaboratif. (Mars 2004 Janvier 2006) Collaboration dans le processus de conception Définition et qualification des informations échangées Intégration des messages intermétiers Intégration des informations matures dans les processus Domaines des acteurs dans ce type de collaboration Facilitation des tâches de collaboration Approche Métier Approche Ingénierie Approche Métier Approche Ingénierie Traçabilité des données et simplificateur de collaboration Les composants métiers au cœur des processus Figure 2 : Organisation des 04 parties

6 1 ère Partie : La modélisation du processus de conception dans une collaboration multidisciplinaire Les activités de conception demandent la mise en œuvre d une collaboration intra et interentreprises (de même métier ou pluridisciplinaire). Cette collaboration induit la création d une «méta-association» spécifique. Nous avons orienté notre analyse sur la modélisation de cette «méta-association» afin que celle-ci intègre de façon efficace les différents acteurs mobilisés dans le développement et le suivi du produit industriel. Cette modélisation permettra de déterminer les différents facteurs à prendre en compte sur le suivi des informations de produit dans une chaîne logistique étendue (Extended Supply Chain) ainsi que les règles d échange et de partage d information entre les intervenants d un même processus de conception. Les tâches de ce lot se résument comme suit : Etat de l art sur la planification et la coordination en conception au niveau intra et inter-entreprise (Décembre 2003 à Octobre 2004) Définition des données impliquées dans la modélisation suivant un schéma XSD (Octobre 2004) Comparaison des pratiques auprès des recherches ayant développé une expertise dans ce domaine. Papier de recherche de synthèse IAE (Septembre 2005) et colloque IPSERA (Avril 2005) Etude et analyse approfondie des processus de développement chez des entreprises industrielles (ex : Renault). 2 ème Partie : Caractérisation et formalisation des informations échangées Ce second lot concerne les informations elles-mêmes, enveloppant les aspects d analyse, de modélisation et de qualification de ces informations. L échange et le partage d information dans un processus de conception collaboratif représentent une nouvelle problématique, dans la mesure où ces informations sont par nature incomplètes, imprécises et incertaines (potentiellement modifiables) donc dynamiques jusqu à la validation partielle ou totale du processus de conception via la phase de prototypage. La qualité d une information suivi par les différents acteurs en s appuyant sur les caractéristiques des informations échangées et sur des dispositifs de jugement propres aux métiers dans lesquels ils évoluent. La définition et la formalisation des informations reposent sur l analyse des pratiques actuelles d échanges synchrones et asynchrones d informations en ingénierie collaborative. Il s agit, au travers de dispositifs de recherche de type «observation participante», d identifier les informations échangées dans différentes tâches collaboratives du processus de conception, et d analyser de quelle manière ces informations sont interprétées, et plus ou moins implicitement qualifiées, par l émetteur comme par les récepteurs. Il s agira alors de déterminer les principales catégories de modes de qualification des informations, en relation avec les usages voulus ou constatés, et en relation avec les acteurs qui les manipulent. Le travail de la 1 ère année de thèse a déjà permis de poser des bases sur cette dimension de

7 caractérisation des informations. Les notions de maturité, précision, fiabilité de l information doivent être définies plus précisément par rapport à des cas industriels réels. Elles s appuis notamment sur les concepts de composant métier et de modèle d accès graduel à l information. Notre objectif est de proposer un modèle de composant métier à accès graduel prenant en compte les notions de : Maturité de l information telle qu elle sera définie dans ce travail via un exemple industriel complet. Pertinence de l information (confidentialité, adaptabilité au contexte d action et de points de vues acteurs) Cette deuxième partie repose sur quatre tâches principales qui couvrent la double approche Métier et Ingénierie. Analyse des informations échangées pour la réalisation de tâches collaboratives relatives au processus de conception dans le cadre : (Décembre 2003 Juillet 2005) o D une entreprise virtuelle de type Client/Fournisseur, o Des échanges inter-métier en analysant les besoins en terme de qualification d information dans les différentes phases du cycle de vie d un produit. Etat de l art sur les travaux liés à la conception collaborative, aux notions de maturité et pertinence de l information. Choix, évolution et spécification d un modèle de composants métiers intégrant les différentes notions exposés plus haut. (Octobre 2004 Septembre 2005) Mise à l épreuve des concepts et des modèles par des confrontations à des cas réels d industrialisation. 3 ème Partie : Recensement et classification des messages Cette troisième partie concerne spécialement l identification et le classement via deux types de processus : commerciale et conception, des messages qui peuvent être échangées dans une collaboration entre acteurs. L objectif de cette partie est de pouvoir référencer et caractériser des scénarios d échange de messages entre les intervenants de même collaboration lors de la conception et/ou de transaction économique entre partenaires, ces messages qui reflète la réalité via un cas industriel complet (ex : fabrication du papier) [Papinet 2003]. Dans le cadre d une transaction économique simple entre un fournisseur et un client quelconque, par exemple pour l achat d un produit, le scénario sera le même pour n importe quel type de produit (physique ou abstrait). Or la structuration des messages de même catégorie sera identique pour les scénarios du même processus. Dans cette partie, nous élargirons cette définition en l adaptant au processus de conception, où chaque acteur pourra être considérai comme étant à la fois fournisseur et client. Cependant, le produit ici n est pas physique, mais une maquette de produit, qui suit des contraintes métiers diverses (fabrication, transport, ). Alors, pour standardiser ceci, il suffit de l adapter aux scénarios d application industrielle recensés dans la première partie.

8 Cette partie repose donc sur trois tâches : Etude du cas Papinet et VICS (Décembre 2003 Mars 2004) Analyse et adaptation du cas Papinet aux processus de commercialisation et de conception (Février 2004 Avril 2004) Recensement des scénarios d application via un exemple industrielle (jusqu à présent la fabrication du papier) (Mai 2004 Janvier 2005) Etat d avancement au 1 er juin 2004 (concernant les lots 1, 2 et 3) Conformément au planning prévisionnel des trois lots, définis précédemment, l état de l art sur la planification et la coordination dans le processus de conception, et celle sur les travaux de conception collaborative, ainsi qu aux notions de maturité et pertinence de l information sont en cour d achèvement pour juillet L achèvement de l étude du cas Papinet [Papinet 2003] liée à l industrialisation du papier, a permis de repérer les principaux profits de la définition et classification des messages. Elle a permis d aboutir à une première vision de la future solution de cette architecture d échange, où nous avons déterminé les principaux points stratégiques de cette étude. Comme la figure suivante le montre, notre proposition est de découper le système en trois parties indissociables. La première permet la réception des messages des différents acteurs, en format XML avec ou sans leur DTD, dans une zone sécurisée non accessible aux utilisateurs. Après l authentification et la validation du message via la liste des messages possible dans le scénario qui a été authentifié, ce message sera instauré dans une base de données provisoire qui suit la définition du processus approprié et sera adapter par la suite au format du récepteur de ce message. Ce dernier format sera transmit automatiquement au destinataire, qui évoquera une réponse suivant le scénario appliqué (automatique ou manuelle). Une partie de cette proposition est représenté dans les deux schémas de la page suivante (figure 3 et 4). Ce dernier est le fruit de la complémentarité du lot 2 et 3. Donc il est applicable dans les deux cas, échange d information «produit» pure conception et échange de message pure transaction économique. En me basant sur mon travail réalisé en DEA, où le livrable était une architecture trois-tiers pour l échange d information technique d un produit industriel via le Web (voir figure 5), a permis l adaptation d un exemple (mini-prototype) de notre proposition, qui sera validé par l équipe grecque (spécialisé dans les systèmes de conception). Cependant, l étude du cas VICS a permit de référencer la globalité des messages existants dans une transaction Supply Chain [Vics 1999], qui définit les différents flux dans les quatre pôles logistiques (Consigee, Shipper, Consolidator et Carrier). A l aide de cette étude, Nous pouvons renforcer la définition et la généralisation pour une étude logistique en plus du cas Papinet.

9 INTERNET/EXTRANET (IE) ZDM INTERNET Système Info. Et Trans. Du Partenaire Système ERP (Interface de fichier) Outil de Transaction Service Message (Interface de fichier) Service Message Pare-feu Réception Message Pare-feu Internet Système info. Et transac. Intégré Transformation du XML au format du partenaire Fonctionnement du Service Message (Validation du schéma, compression, signature, cryptage, reliabilité, authentification, identification et archivage) Figure 3 : Système de gestion des messages Message (Xml) O + DTD Convertir DTD Définie N O Authentifier N BDTD N O = + XML Traduction équivalente O Accepter O Restitution et validation des données BDT Message (Xml) Figure 4 : Schéma d application à la partie 2 et 3

10 Conteneur Web JSP Page Servlet Classes serveur (contient une classe qui génère (données de produit) des fichiers XML) RMI JMS Entreprise Bean Session (points de vues utilisateurs) Conteneur EJB Entreprise Bean Entity (accès aux données) J D B C Base de données techniques Serveur Oracle Base de données. Fichiers Modèle CAO, Assemblage, Graphes et Simulation Interface RMI Connexion RMI Message Driven Bean HTTP SSL Serveur d application (Fat Server) Sérialisation Pare-feu Interface RMI Données de Produit Parseur XML Fonctions Appelées du GUI Menu Recherche, Création, Mise à jour, Download et Upload de fichiers Suppression XML, modèles CAO, Conteneur d application client (Thin Client) : Utilisateur/Concepteur Système de conception CAO Figure 5 : Architecture du système développé (DEA)

11 Les différents travaux sur la gestion, l échange et le partage de données de produit dans une conception collaborative, permet de dire que la plupart de ces outils, offrent à une équipe de collaborateurs (concepteurs, fabricants, sous-traitant, ) une manière de travailler ensemble, en partageant des informations sur le produit [Xiao 2001]. Les fonctionnalités des meilleurs outils de ce type peuvent être regroupées ainsi : l intégration de plusieurs outils de communication, un système de gestion de données techniques, la capacité de visualiser un modèle 3D commun, et parfois de l annoter et de le modifier. L un des leaders de cette approche est le PLM (voir au dessous). 4 ème Partie : Modèle d architecture Cette dernière partie, représente le puzzle qui regroupera les trois lots pour y construire une architecture standard, ouverte et dynamique tantôt pour l échange d informations techniques sur le produit manufacturé et tantôt sur la traçabilité et l évolution de ces informations tout au long du cycle de vie du produit. Elle reposera en partie sur le travail effectuer en DEA (implémentation d une architecture 3- tiers), et sur le projet PLATON pour la modélisation du lot 1 et 2. Cette partie est programmée pour le quatrième semestre, et durera environ 04 mois pour l intégration des différentes parties des lots 2 et 3. L expérience concrète est tracée via l utilisation des médias informatiques pour réaliser les tâches mobilisées dans une collaboration au sein d une entreprise virtuelle. Dans le cadre du projet PLATON, nous proposerons de démontrer l intérêt de l approche en partant observé sur un cas d expérimentation pour réaliser un modèle générique de traçabilité et de simplification basé sur le réutilisation et le partage des expériences précédemment réalisées. L approche composant métier au sein des processus permettra d évoluer le modèle du lot 1 afin d intégrer le modèle composant métier du lot 2 et 3. Les composants métier sont utilisés comme technique de partage et d échange d informations au sein du même processus. L accent sera mis sur les aspects dynamiques des composants dans l évolution du cycle de vie à travers les processus hors la conception, et l évolution comportementale et structurelle des produits en fonction des acteurs et des usages dans les processus. Enfin, notre architecture reposera sur la définition d un système de conception collaborative implémenté sur le Web qui fournirait principalement [Wang 2002] : 1. Un accès aux catalogues et informations de conception des composants et leurs assemblages, 2. Communication et coopération entre des équipes multidisciplinaires (concepteurs, fabricants, fournisseurs, et clients finaux) via des formats multimédia, 3. Authentification des accès aux outils de conception, aux services et documents de conception, 4. Coordination dans les activités de conception d une manière opportune.

12 Exemple d application L objectif de cette partie est d expérimenter la gestion de données technologiques en utilisant le savoir-faire de la chaîne composant/processus/matériel au travers le réseau IIE. L approche proposée, dans la section précédente, pour traiter les problèmes de conception collaborative est basée sur l existant disponible en matière de gestion de la connaissance (documents, images, commentaires, directives, ), des résultats numériques, des données expérimentales et des liens avec les fichiers CAO/Modèle d Elément Fini. Ci-dessous, nous présentons un scénario d application pour un acteur et ses actions sur les informations. Scénario : Le scénario est le suivant : 1. L industriel reçoit du donneur d ordre : Le dessin d une partie du concept et les relations avec les autres parties, La liste de toutes les interfaces avec le donneur d ordre (documents, CAO, ) avec les renseignements sur les délais et la forme attendus pour la livraison. 2. L industriel insère ces données dans le Gestionnaire de Données Technologiques. 3. L industriel peut : Accéder à la copie de référence du dessin du concept à faire évoluer ; Vérifier les livraisons à effectuer (temps et état), Insérer et modifier les données concernant sa partie, son matériel, son processus en ayant une vue complète sur la référence unique enrichie par les évolutions des informations techniques. Bénéfices attendus : Réduction en temps et efforts par la réutilisation du savoir développé en gérant le savoir-faire pour une réutilisation, Amélioration de la réactivité en partageant l information grâce aux technologies du «Web», en accord avec les méthodes des donneurs d ordre, Amélioration des moyens collaboratifs en gérant la non-réplication, la disponibilité des informations techniques, l approche polyglotte,

13 4. Conclusion Avec la globalisation de l activité industrielle et la décentralisation infligée à de nombreux processus comme la conception et la fabrication amènent les entreprises à travailler en relation avec des collaborateurs distribués géographiquement. En plus, en incorporant la tendance actuelle à l intégration plus amont des fournisseurs dans le cadre de «l entreprise étendue» ainsi que le consommateur dans le processus de conception, permettra de fournir des produits personnalisés qui satisferont les différents intervenants (concepteurs, industrielles, consommateurs) et rénovera le rapport gagnant/gagnant. Le teste de cette architecture doit être basé sur un produit industriel existant, ce dernier doit être issue d un projet industriel développé au préalable dans un contexte de Supply Chain. Notre architecture assurera : L automatisation des processus, Grâce à la gestion des processus, notre architecture permettra d intégrer et de consolider l information provenant de sources diverses et de la transformer et l adapter aux différents points de vues métiers. L accès à l information, À tout moment et de n import où, les acteurs d une collaboration disposent de l information pertinente en temps réel tout au long du processus de gestion. La qualité et traçabilité de l information, Il est indispensable que les informations associées aux produits ou aux intervenants soient au bon indice, à la bonne version et qu elles soient authentifiées. A tout moment, les utilisateurs auront la possibilité d avoir une vue de l ensemble d un produit et son historique. La comptabilité à l ensemble du système d information, l architecture proposé est totalement transversale, communicante de façon étroite et efficace avec son environnement (CAO, EDT, ERP, ). Un véritable travail d équipe à distance, Elle permettra d échanger d informations «produit» et des idées. En créant un environnement d échange et de partage d informations techniques efficace. 5. Le planning des tâches à venir Tester la co-conception à distance et notamment étudier l activité de conception de différents participants répartis sur plusieurs sites distants, en échangeant des informations sur les produits manufacturés sous un formalisme d échange basé sur l XML. Adapter le formalisme structurel de génération d information aux exigences de l équipe de recherche grecque dans le cadre de la cotutelle et du projet PLATON. Etudier la pertinence de cette architecture et son impact sur les activités des concepteurs et de manière globale sur le processus via les différentes phases du cycle de vie du produit industriel. Spécifier, à partir des analyses précédentes, des outils fonctionnellement adaptés à cette activité de co-conception à distance. Intégrer le système de messages pour la communication dans le niveau horizontal d une Supply Chain industrielle (via un exemple de produit industriel).

14 Soumission d un Article pour FM 2005 à partir du 24 janvier 2005 (The 13th International Symposium of Formal Methods Europe Newcastle upon Tyne, UK July 2005) IPI De la conception collaborative à la Supply Chain étendue La mondialisation des marchés, le développement des pays émergents et, plus largement, l'accroissement de la concurrence obligent, tout à la fois, l'entreprise à «s'ouvrir» sur le monde et à se «refermer» sur son savoir-faire principal. Si sa compétitivité passe, d'un côté, par l'élargissement de sa zone de chalandise et, de l'autre, par l'accroissement de son niveau d'expertise, elle réclame, par le fait, de s'appuyer de plus en plus sur un réseau de partenaires aux activités complémentaires, et tout aussi pointues dans leurs domaines respectifs. Le nécessaire développement des partenariats qu'ils soient locaux, nationaux ou internationaux, impose donc de repenser l'entreprise en étendant ses frontières fonctionnelles au-delà de la seule limite de son entité juridique. Il exige également de généraliser la mise en œuvre de nouvelles formes de coopérations, dirigées avant tout vers l'extérieur, autrement dit la notion même de «travail collaboratif». Le déploiement du travail collaboratif, de ses outils, de ses méthodes, de ses modes d'organisation et de management est à envisager sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'entreprise, c'est à dire à tous les stades du cycle de vie d'un produit et dans tous les services de l'entreprise : de la conception collaborative à la Supply Chain étendue, en passant par la R&D, les ventes, les achats Mais attention, en revanche, à ne pas transformer ce qui devra devenir une véritable culture d'(inter)entreprise en une simple «Tour de Babel technologique» et à croire que le seul usage des outils technologiques, si appropriés soient-ils (en l'occurrence, les Nouvelles Technologies d'information et de Communication) rendront automatiquement les organisations plus performantes!

15 7. Références bibliographiques [Agrawal 2002] [Burkett 2001] [Calvi 2002] [Cheng 2001] [CoCreate 1998] [EADS 2002] [Erasala 2003] [Giannini 2002] [Huang 2000] [Huang 2001] Agrawal A., Ramani K., & Hoffmann C. (2002) CADDAC: Multi- Client Collaborative Shape Design System with Server-Based Geometry Kernel. Proceedings of ASME 2002 Design Engineering Technical Conferences and Computers and Information in Engineering Conference, September 29-October 2, Burkett W. C. (2001) Product data markup language: a new paradigm for product data exchange and integration. ELSEVIER, Computer- Aided Design. N , pp: Calvi R., LA DAIN M-A., HARBI S., (2002) Le partage de l activité de conception entre un client et ses fournisseurs : quel(s) mode(s) de coordination adopter? Rapport de recherche Cheng K., Pan Y. & Harrison D. K. (2001) Web-based design and manufacturing support systems: implementation perspectives. ELSEVIER, Computer integrated manufacturing. N , pp: CoCreate. (1998) Product data management : understanding the fundamental technology and business concepts. URL: EADS Matra DataVision. (2002) Assurer la disponibilité opérationnelle d un produit complexe est un avantage concurrentiel dans une stratégie d entreprise (Le Soutien Logistique à la convergence de la Design Chain et de la Supply Chain). Erasala N., Yen D. C. & Rajkumar T.M. (2003) Enterprise Application in the electronic commerce world. ELSEVIER, Computer Standards & Interfaces. N , pp Giannini F., Monti M., Biondi D., Bonfatti F. & Monari P. D. (2002) A modeling tool for the management of product data in a co-conception environment. ELSEVIER, Computer-aided design N , pp: Huang G.Q. & Mak K.L. (2000) WeBid: A web-based framework to support early supplier involvement in new product development. ELSEVIER, Robotics and Computer Integrated Manufacturing. N , pp Huang G.Q. & Mak K.L. (2001) Issues in the development and implementation of web applications for product design and manufacture. ELSEVIER, Computer Integrated Manufacturing. N , pp:

16 [Huang 2003] [Mintert 2003] [Papinet 2003] [Riboulet 2002] [Sang 2002] Huang G.Q., Lee S.W. & Mak K.L. (2003) Collaborative product definition on the internet: a case study. ELSEVIER, the Journal of Materials Processing Technology, N , pp Mintert J., Andersen D. & Schroeder T. (2003) Improving efficiency in business-to-business information transfers: a Web-based solution in beef sector. ELSEVIER, International Journal of Information Management. N , pp Riboulet V. & Marin P. (2002) Towards a new set of tools for a collaborative design environment. CSCW Conference Sang Bong Y. & Yeongho K. (2002) Web-based knowledge management for sharing product data in virtual enterprises. IJPE, N , pp [Shin 2002] Shin K. & Leem C.S. (2002) A reference system for internet based inter-enterprise electronic commerce. ELSEVIER, the Journal of Systems and Software. N , pp [Shyamsundar 2001] Shyamsundar N. & Gadh R. (2001) Internet-based collaborative product design with assembly features and virtual design spaces. ELSEVIER, Computer-aided design. N , pp: [Shyamsundar 2002] Shyamsundar N. & Gadh R. (2002) Collaborative virtual prototyping of product assemblies over the Internet. ELSEVIER, Computer-aided design. N , pp: [Trappey 2004] [VICS 1999] Trappey A.J.C. & Trappey C.V. (2004) Global content management services for product providers and purchasers. ELSEVIER, CompInd, N , pp Petersen M. (1999) VICS logistics model [Wang 2002] Wang L., Shen Y., Xie H., Neelamkavil & Pardasani A. (2002) Collaborative conceptual design: a state-of-the-art survey. ELSEVIER CAD, N , pp [Xiao 2002] [Xu 2003] [Xue 2003] Xiao, Choi H-J., Kalkani R., Allen J. K., Rosen D., Mistree F. (2001) A web-based distributes product realization environment. DETC2001/CIE Xu X.W. & Liu T. (2003) A web-enabled PDM system in a collaborative design environment. RCIM, N , pp Xue D. & Xu Y. (2003) Web-based distributed system and data modelling for concurrent design. ELSEVIER, Computer-aided design N , pp:

17 [Yuliang 2004] [Zhang 2000] Yuliang L., Xinyu S., Peigen Li & Qiong L. (2004) Design and implementation of a process-oriented intelligent collaborative product design system. ELSEVIER CompInd, N , pp Zhang Y., Zhang C. & Wang H.P. (2000) An internet based STEP data exchange framework for virtual enterprises. ELSEVIER, CompInd, N , pp

18 Annexe A : Définition des abréviations BTD : Base de Données Techniques. BDTD : Base de DTD. EAI (Entreprise Application Integration) : Intégration des applications d'entreprise, L'EAI désigne à la fois les solutions et les méthodes destinées à assurer l'intégration des différentes composantes du système d'information. Il s'agit de gagner en souplesse et de baisser les coûts de maintenance des interfaces inter-applicatives. Les chantiers d'eai sont souvent un préalable nécessaire à des projets e-business. EDI (Electonic Data Interchange) : Echange informatisé de données structurées d'ordinateur à ordinateur (ou d'application à application) selon des messages préétablis et normalisés via un mode de communication électronique, nous apprend le Dictionnaire de l'edi et du Commerce Electronique, réalisé par EDIFRANCE. Les EDI, sur lesquels les instances nationales et internationales (comme l'onu) travaillent depuis les années 1980, peuvent être considérés comme les ancêtres de l'e-business. Mais la lourdeur des procédures qu'ils mettaient en jeu (codage rigoureux des informations et surtout établissements de liaisons spécialisées entre acteurs économiques désirant faire des affaires ensemble) les ont relégués au second plan au profit de techniques de communication plus légères empruntant le modèle Internet. Note : Estce l'échange qui est informatisé ou sont-ce les données? Les deux évidemment. Mais l'orthographe exacte de l'expression est loin d'être arrêtée. Les termes "échange de données informatisé" et "échange de données informatisées" sont pratiquement aussi utilisés l'un que l'autre. Cependant, le premier est privilégié, car il a été retenu par des organismes officiels, tels que l'iso et la Délégation générale de la langue française. Electronic Business (e-business): Affaires électroniques. Mode de fonctionnement qui consiste à transformer les principaux processus commerciaux d'une entreprise, en y intégrant les technologies Internet et leurs différents apports en matière de relation-clientèle ou de flux logistique. Terme popularisé par de nombreuses campagnes de publicité de IBM. Intégration B to B: L'intégration B to B consiste à permettre la synchronisation de systèmes d'information, par exemple pour automatiser des mises à jour de catalogues produits ou encore pour gérer en ligne des appels d'offres. Une automatisation qui suppose de créer un dialogue inter-applicatif au-delà des murs de l'entreprise. C'est à cette fin que l'on exploite notamment le langage XML et ses différents dialectes. Interopérabilité : Aptitude de deux ou plusieurs systèmes (logiciels ou matériels) à fonctionner ensemble en utilisant des standards communs.

19 Annexe B : Travaux de recherche : gestion, échange et partage d informations techniques pour la conception collaborative (Etude Bibliographique) Ces dernières années, le Web est vu comme étant le système d information le plus avancé et le plus déployé sur Internet. En fait, le développement des technologies informatiques liées au Web a ouvert de nouvelles possibilités pour les environnements de conception collaboratifs. Ceci a conduit à l émergence d une nouvelle génération d outils spécifiques supportant cette nouvelle activité et suivent des modèles d architecture les plus standard que possible. La plupart de ces outils, offrent à une équipe de collaborateurs (concepteurs, fabricants, soustraitant, ) une manière de travailler ensemble, en partageant des informations sur le produit [Xiao 2001]. Les fonctionnalités des meilleurs outils de ce type peuvent être regroupées ainsi : l intégration de plusieurs outils de communication, un système de gestion de données techniques, la capacité de visualiser un modèle 3D commun, et parfois de l annoter et de le modifier. Gestion du cycle de vie du produit Le véritable enjeu des entreprises industrielles est d accroître leur niveau de compétitivité dans un contexte de marché global. Les initiatives passées visant à améliorer les coûts, la qualité et le délai de mise sur le marché des produits, ne sont plus suffisantes pour le garantir. Il faut désormais être en mesure de répondre à une demande changeante pour des produits et services innovants, de plus en plus complexes et personnalisables dans un contexte de contrôle plus strict des dépenses. C est un challenge qui concerne donc toutes les entreprises et que la gestion complète du cycle de vie des produits (PLM) a pu significativement contribuer à relever. Le PLM joue un rôle central au sein du système d information, qui consiste à gérer et surtout à préserver le patrimoine intellectuel de l entreprise. Face à la pression concurrentielle à laquelle elles sont soumises, les entreprises cherchent à investir dans des composants qui leur donnent des avantages compétitifs. Le PLM y répond sous l angle de la stratégie de gestion de l information «produit» tout au long de son cycle de vie, en fonctionnant sur un mode collaboratif permanent, où chacun connaît le travail de l autre et son avancement en temps réel, ou presque. Cela impacte profondément la définition du produit car les activités marketing, vente, industrialisation, retours clients, y contribuent. Comme la figure 6 ci-dessous le montre, Le PLM est basé sur un PDM (Product data Management) pour la gestion des données de produit, où le PDM repose sur l intégrité des données grâce à un «Vault» sécurisé, où toute modification est demandée, contrôlée et enregistrée. Un PDM [Xu 2003] est basé sur deux axes de contrôle de données, le premier est la gestion de données (Data management) [statique], qui est basé sur : la classification des composants (composants organisés en structure hiérarchique simple),

20 la classification de documents (documents relatifs aux composants et assemblages sont classés : dessin, model 3D, ), une structure «produits» (maintient les relations entre composants et assemblages), recherche de données (avoir la possibilité de retrouver un composant, un document selon des critères). Le second axe est la gestion des processus (Process management) [dynamique], qui repose sur : un work management (qui gère ce qui advient des données lorsque quelqu un travail dessus), un workflow management (gestion du flux des données entre les différents acteurs pour sa production, sa validation), change management (gestion des processus de modifications d une donnée), le work history management (conserve la trace des évènement et changements qui interviennent au cours d un projet). Un PDM permet, la : Réduction du temps de mise sur le marché Productivité du design augmenté, pas de perte temps à retrouver l information Exactitude du design augmenté, pas de déchet au design Optimisation de la créativité du travail en équipe, partage des problèmes, risques, solutions. Assurance maintien de l intégrité des données Meilleure gestion des changements Figure 6 : PLM solution intégrée basée autour d un projet PDM

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Ineum Consulting. Pourquoi le PLM. Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» Frédéric Morizot.

Ineum Consulting. Pourquoi le PLM. Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» Frédéric Morizot. Ineum Consulting Pourquoi le PLM Soirée Innovation industrielle «Usage des TIC en mode collaboratif & Industrie» 3 Mai 2010 et votre vision devient entreprise 1 Problématiques de l Innovation et du Développement

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest. Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur

Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest. Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur Le pôle AIP-Priméca Rhône-Alpes Ouest Juillet 2003 Joël Favrel, Directeur Missions du pôle AIP-Priméca RAO Pôle de compétences pluridisciplinaires autour de technologies innovantes s appuyant sur des centres

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Date : 29/10/2015 Version : v 0.4 IDENTIFICATION DU POSTE. Intégrateur d applications Administrateur d outils A ou contractuel de droit public

Date : 29/10/2015 Version : v 0.4 IDENTIFICATION DU POSTE. Intégrateur d applications Administrateur d outils A ou contractuel de droit public FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE ET ADMINISTRATIVE TITULAIRE DU POSTE Nom : Prénom : RESPONSABLE HIERARCHIQUE DIRECT Nom : Aziz Prénom : Bénédicte Visa : Visa : Date : 29/10/2015

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing AUTOMATISATION DU MARKETING Le module d automatisation du marketing dans Microsoft Business Solutions Axapta vous offre une vue détaillée pour gérer des campagnes ciblées et personnalisées à travers tous

Plus en détail

SYSTEMES DE GESTION DE DONNEES TECHNIQUES. Processus d ingénierie et flux d informations techniques. Christophe MERLO Bordeaux, 28 novembre 2005

SYSTEMES DE GESTION DE DONNEES TECHNIQUES. Processus d ingénierie et flux d informations techniques. Christophe MERLO Bordeaux, 28 novembre 2005 SYSTEMES DE GESTION DE DONNEES TECHNIQUES Processus d ingénierie et flux d informations techniques Christophe MERLO Bordeaux, 28 novembre 2005 THEMES ABORDES 1. PROCESSUS D'INGENIERIE ET TRAITEMENT DE

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Canon Business Services. Service BPO de contrôle de documents

Canon Business Services. Service BPO de contrôle de documents Canon Business Services Service BPO de contrôle de documents Aperçu du marché Le marché Que ce soit dans le secteur de l industrie, de l ingénierie, du BTP ou de l énergie, un nombre sans cesse croissant

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

Système d Information

Système d Information 1 sur 9 Brandicourt sylvain formateur Unix,apache,Algorithme,C,Html,Css,Php,Gestion de projet,méthode Agile... sylvainbrandicourt@gmail.com Système d Information Architecture Technique Architecture Logiciel

Plus en détail

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing et Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing P. Reboud - 06.71.18.19.82 / D. Michallet 06 84 95 80 07 September 30 th, 2010 et Insert "IFS Offer, P. Reboud, 19/01/2010" 2 2010 Capgemini. All rights reserved

Plus en détail

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Customer success story Juillet 2015 Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Profil Client Secteur : Services informatiques Société : Lexmark Effectifs : 12 000 Chiffre

Plus en détail

Des services innovants pour l'industrie automobile

Des services innovants pour l'industrie automobile AUTOMOBILE Des services innovants pour l'industrie automobile www.daher.com Concepteur et pilote de services Le secteur automobile est un atout industriel majeur de l Europe. En réduisant les cycles logistiques

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

Plateforme d intégration B2B

Plateforme d intégration B2B Plateforme d intégration B2B B2B : Situation actuelle & Tendances ixpath: plateforme d intégration B2B Services associés Vers l externalisation 2 B2B : Situation actuelle Flux EDI / B2B incontournables

Plus en détail

Formats 3D Critères d utilisation dans les échanges Frédéric CHAMBOLLE PSA Peugeot Citroën Direction des Systèmes d Information

Formats 3D Critères d utilisation dans les échanges Frédéric CHAMBOLLE PSA Peugeot Citroën Direction des Systèmes d Information Formats 3D Critères d utilisation dans les échanges Frédéric CHAMBOLLE PSA Peugeot Citroën Direction des Systèmes d Information Atelier Ingénierie GALIA 30 novembre 2010 Introduction Les travaux de ce

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance CUSTOMER SUCCESS STORY Août 2013 Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance PROFIL CLIENT Secteur: Société de services informatiques Société: Lexmark Effectifs: 12,000

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques

La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques La solution pour gérer, sécuriser et réutiliser vos connaissances techniques et scientifiques TEEXMA est le premier outil collaboratif

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

Travaillez en réseau avec BIM4You

Travaillez en réseau avec BIM4You Travaillez en réseau avec BIM4You La solution 5D intégrale devient une réalité. www.bim4you.eu BIM4You Une planification fiable à chaque phase de projet BIM4You Plus qu une planification et une construction

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

GESTION DE DONNÉES TECHNIQUES

GESTION DE DONNÉES TECHNIQUES GESTION DE DONNÉES TECHNIQUES Démarche d implémentation d un outil PLM adapté au contexte PME Espace Numérique Entreprise 12 février 2008 Written by : X. DANGER DUQUEINE COMPOSITES - Parc d'activités 442

Plus en détail

Optimisez vos échanges commerciaux. avec la Dématérialisation Fiscale de Factures

Optimisez vos échanges commerciaux. avec la Dématérialisation Fiscale de Factures Optimisez vos échanges commerciaux avec la Dématérialisation Fiscale de Factures Mars 2012 Sommaire 1. Pourquoi dématérialiser les factures? Les motivations / le ROI 2. Dématérialiser mes factures oui,

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Microsoft IT Operation Consulting

Microsoft IT Operation Consulting Microsoft IT Operation Consulting Des offres de services qui vous permettent : D améliorer l agilité et l alignement de votre IT aux besoins métier de votre entreprise. De maîtriser votre informatique

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Le Groupe Khiplus SAS KHIPLUS Management Société holding animatrice du groupe SAS KHIPLUS Advance Conseil et ingénierie de Systèmes d Information

Plus en détail

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment)

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) Le CPFR (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) «Redéfinir les rôles et compétences pour réussir la collaboration Supply Chain entre Industriels et Distributeurs» Viviane MARC Directrice

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Formation Drupal Commerce Développeur

Formation Drupal Commerce Développeur Page 1 sur 5 28 bd Poissonnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 contact@ecommerce-academy.fr http://www.ecommerce-academy.fr/ Formation Drupal Commerce Développeur Développeur, indépendant ou en agence

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

PLM Software. Introduction à la gestion des. Des réponses pour l industrie. L i v r e b l a n c

PLM Software. Introduction à la gestion des. Des réponses pour l industrie. L i v r e b l a n c Siemens PLM Software Introduction à la gestion des données techniques Fonctionnalités et avantages majeurs d un système PDM www.siemens.com/teamcenter L i v r e b l a n c Les entreprises mettent en œuvre

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail