Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires."

Transcription

1 PATHOLOGIES SIDA Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. Cancers : vue d ensemble. Cancers du poumon. Cancers du sein. Cancers du côlonrectum. Fiche 2.8 Novembre 2010 Contexte L épidémie de l infection par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) / sida qui a débuté en France au début des années quatre-vingts a marqué la fin du XX e siècle. Elle a connu une forte progression jusqu au milieu des années 90 où l introduction des multi thérapies antirétrovirales efficaces s est accompagnée d une forte baisse du nombre de nouveaux cas de sida et a permis d allonger considérablement la période entre contamination par le VIH et stade sida. Le dispositif de surveillance, reposant sur la notification obligatoire des diagnostics de sida depuis 1986, ne permettait alors plus de suivre la dynamique de l épidémie. La surveillance de l infection à VIH a donc été mise en place en mars 2003 avec une notification obligatoire des nouveaux diagnostics d infection par le VIH (sérologies confirmées positives). L Institut de veille Sanitaire (InVS) estime au 31 décembre 2009 le nombre total de cas de sida notifiés depuis le début de l épidémie en France (métropole et départements d Outre Mer) à personnes et le nombre de personnes ayant développé un sida et vivantes à cette même date à En 2008*, près d un nouveau cas de sida sur trois (32 %) concerne une femme (21 % en 1996) : la féminisation de l infection, amorcée entre 1996 et 2004, semble se stabiliser depuis. Près de six cas diagnostiqués en 2008* sur dix (57 %) ont été contaminés lors de rapports hétérosexuels. L âge moyen au diagnostic de sida est de 43 ans en 2008, 41 chez les femmes et 44 chez les hommes. Il a augmenté depuis 2003 (41 ans en moyenne). Même si le nombre annuel de cas de sida diminue depuis 10 ans chez les hommes contaminés par rapports homosexuels et chez les usagers de drogues, ils représentent encore respectivement 34 % (37 % en 1996) et 8 % (25 % en 1996) des cas de sida diagnostiqués en 2008*. La surveillance des nouveaux diagnostics d infection VIH a permis d estimer le nombre réel de découvertes de séropositivité à en France en 2008*. Ce nombre est en diminution depuis 2004 (7 000 cas, selon les estimations de l InVS). Le risque d infection demeure élevé parmi les hommes homosexuels qui constituent le seul groupe pour lequel on n observe pas de diminution des découvertes de séropositivité. Toutefois, le nombre de découvertes de séropositivité chez les homosexuels s est stabilisé en 2007 et 2008*, ce qui représente un constat encourageant, après l augmentation progressive de 2003 à Chez les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2008*, 10 % ont été diagnostiquées tardivement, au stade sida. L essentiel à retenir en Languedoc-Roussillon Le Languedoc-Roussillon reste parmi les régions les plus touchées par l épidémie d infection par le VIH avec plus de 13 nouveaux cas par million d habitants en 2008*. Une contamination par voie hétérosexuelle qui devient aussi prédominante que par voie homo ou bisexuelle ou par usage de drogue parmi les nouveaux cas de sida. Par contre, elle est la première cause de contamination parmi les nouveaux cas de séropositivité au VIH. Des découvertes de séropositivité qui interviennent à un stade tardif (symptomatique non sida ou stade sida) dans un quart des cas. Une mortalité par sida toujours en baisse mais qui reste élevée par rapport à la moyenne nationale. Une spécificité en Languedoc-Roussillon... Dans le cadre du Plan Sida , une volonté des pouvoirs publics en Languedoc-Roussillon est de réduire la contamination par le sida, les hépatites et les infections sexuellement transmissibles et de veiller à une prise en charge de qualité. Plus particulièrement, il s agit de : améliorer les systèmes d information pour permettre notamment un meilleur suivi des personnes atteintes et mieux cibler les actions de prévention ; renforcer les actions de lutte contre le sida en direction des publics particulièrement vulnérables, consolider le dispositif de réduction des risques ; améliorer le dépistage et la prise en charge des malades en adaptant les stratégies à l évolution des modes de transmission ; améliorer la qualité de vie des personnes atteintes du sida. *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration au 31/12/09. 1

2 SIDA 21 nouveaux cas de sida diagnostiqués en 2008* en Languedoc-Roussillon Après avoir atteint un pic au début des années 90, plus précocement chez les hommes que chez les femmes, le nombre de nouveaux cas de sida découverts chaque année a fortement décru à partir de la fin des années 90. Il tourne actuellement autour de 15 cas par an chez les hommes et moins de 10 chez les femmes, alors qu il a atteint au plus fort de l épidémie 171 nouveaux cas masculins et 49 nouveaux cas féminins. Ainsi, le taux brut d incidence des nouveaux cas de sida a fortement décru. Il est maintenant inférieur au niveau national dans la région et dans chacun des départements à l exception du Gard qui a un taux supérieur au taux national. *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration. Nombre de nouveaux cas de sida diagnostiqués en 2008* Nombre de cas de sida cumulés depuis 1980 Taux brut d incidence des nouveaux cas de sida par million d habitants (en moyenne annuelle) Principaux indicateurs relatifs aux cas de sida au 31 décembre 2009 Aude Gard Hérault Lozère P.-O. L-R France métropolitaine Homme Femme TOTAL En 1999** 22,5 28,3 37,7-32,2 30,9 28,2 En 2005** 5,9 21,1 11,1 3,9 11,7 13,0 17,8 En 2006** 6,7 22,3 6,0 3,9 5,3 10,3 15,8 *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration au 31/12/09 **Année centrale pour le calcul de données lissées sur 3 ans Sources : InVS surveillance du sida. Données au 31/12/09 non corrigées pour la sous-déclaration, Insee, exploitation ORS L-R L épidémie de l infection par le VIH/Sida a débuté en région comme en France au début des années quatre-vingt. Elle a connu une forte progression jusqu au début des années quatre-vingt-dix où elle ralentit. En 1982, une surveillance du VIH/ Sida a été mise en place et est devenue obligatoire en Nouveaux cas de sida en Languedoc-Roussillon par année de diagnostic et par sexe au 31 décembre 2009 Unité : nombre de nouveaux cas *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration au 31/12/09 Source : InVS surveillance du sida. Données au 31/12/09 non corrigées pour la sous-déclaration, exploitation ORS L-R 2

3 Une région qui reste parmi les plus touchées par les cas de sida Avec 13,8 cas de sida par million d habitants en moyenne par an entre 2006 et 2008* chez les hommes et 4,5 chez les femmes. Le Languedoc-Roussillon se situe au 11 e rang des régions les plus touchées par l épidémie pour les hommes. Pour les femmes, elle occupe la 14 e place. Taux brut d incidence des nouveaux cas de sida diagnostiqués en * selon le sexe Unité : pour habitants du même sexe Chez les hommes 20,4 SIDA Chez les femmes 8,5 Sources : InVS, Insee - Exploitation ORS L-R *Données au 31/12/2009 non corrigées de la sous-déclaration et en 2008 du délai de déclaration 3

4 SIDA Des cas de sida liés à une contamination lors de relations hétérosexuelles qui rejoignent les cas liés à une contamination homosexuelle Chez les hommes, les cas de sida liés à une contamination lors de relations homo ou bisexuelles ont toujours été les plus nombreux jusqu en Mais en 2007 et 2008*, le nombre de ces cas semble du même ordre que celui lié à une contamination hétérosexuelle ou lors d usage de drogue par voie intraveineuse. Ce mode de contamination est en forte baisse depuis les années quatre vingt dix et représentent aujourd hui environ un cas sur trois en 2008*. Par contre, on observe une augmentation de la part des cas liés à une contamination lors de relations hétérosexuelles, cette cause de contamination rejoint des valeurs proches des cas liés à une contamination homo ou bisexuelle chez les hommes qui jusqu à présent était la première cause de contamination. *Données provisoires au 31/12/2009 Évolution des modes de contamination parmi les cas de sida déclarés parmi les hommes Unité : nombre de cas *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration au 31/12/09 Source : InVS surveillance du sida. Données au 31/12/09 non corrigées pour la sous-déclaration, exploitation ORS L-R Chez les femmes, le nombre de cas étant beaucoup moins élevé, l étude de l évolution des modes de contamination est plus difficile. La contamination par voie hétérosexuelle est le principale mode de contamination depuis le milieu des années 90, alors qu auparavant, c était l usage de drogues par voie intraveineuse. Évolution des modes de contamination parmi les cas de sida déclarés parmi les femmes Unité : nombre de cas *Données provisoires non redressées pour les délais de déclaration au 31/12/09 Source : InVS surveillance du sida. Données au 31/12/09 non corrigées pour la sous-déclaration, exploitation ORS L-R 4

5 Près de 100 nouveaux cas par an de séropositivité au VIH dans la région La mise en place de la déclaration obligatoire de séropositivité au VIH permet de disposer de données d incidence depuis Cependant, il existe une sous déclaration importante des cas, estimée à 25 à 35 %, nécessitant une interprétation prudente des chiffres. Après la phase de montée en charge du dispositif, le chiffre de nouvelles séropositivités déclarées chaque année en région varie autour de 100, les chiffres 2008 étant encore provisoires et sous-estimés. Cela correspondrait en réalité à un nombre de nouvelles séropositivités découvertes qui serait d environ 120 à 130 cas. La région se trouve ainsi placée au 8 e rang des régions françaises en ,9 Taux de découvertes de séropositivité en * Unité : taux pour d habitants (deux sexes) Sources : InVS, Insee - Exploitation ORS L-R *Données au 31/12/2009, non corrigées pour la sous-déclaration et non redressées pour les délais de déclaration pour 2008 SIDA 5 e Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST Le 5 e Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST est basé sur les avis et recommandations rendus en 2009 et 2010 par les différents experts du domaine. Il est également le fruit d une large concertation débutée en juin Le plan VIH/IST a été conçu pour être facilement intégré par les opérateurs nationaux et régionaux de santé et ses différentes composantes. Ainsi, son application en région, par les agences régionales de santé est facilitée. Ce plan s organise autour des objectifs généraux et opérationnels suivants : Objectifs généraux : infléchir en 5 ans la dynamique de l épidémie VIH : réduire de 50 % les nouveaux cas ; réduire la morbidité et la mortalité liées au VIH et au SIDA de 20 % ; combattre les autres infections sexuellement transmissibles. Objectifs opérationnnels : renforcer le dépistage en direction de la population générale, notamment pour atteindre et dépister les personnes qui ignorent les séropositivités ; renforcer la lutte contre la diffusion de l épidémie sur les populations les plus vulnérables et notamment chez les homosexuels de sexe masculin ; améliorer la qualité et la globalité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH. Pour répondre à ces objectifs, le plan est constitué de mesures déclinées en actions qui s organisent autour des cinq axes stratégiques suivants : prévention, information, éducation pour la santé ; dépistage ; prise en charge médicale ; prise en charge sociale et lutte contre les discriminations ; recherche et observation. Sources : Ministère de la santé et des sports - Plan national de lutte contre les VIH/SIDA et les IST

6 SIDA La contamination hétérosexuelle, première cause à l origine des nouveaux cas de séropositivité au VIH Sur l ensemble des 679 nouveaux cas de séropositivité découverts depuis 2003 en région, la contamination lors de relations hétérosexuelles constitue la première cause de contamination, retrouvée dans deux cas sur cinq. Avec plus d un tiers des cas, la contamination lors de relations homo ou bisexuelles vient en deuxième position. La part des modes de contamination inconnus (ou non renseignés) est importante avec près d un cas sur cinq. L usage de drogue par voie intraveineuse est un mode de contamination beaucoup plus rare, environ 5 %. Par rapport au niveau national, on relèvera la part importante des contaminations homo ou bisexuelles ou hétérosexuelles en région ainsi que celles liées à l usage de drogues par voie intraveineuse. Les nouveaux cas de séropositivité au VIH selon le mode de contamination Données cumulées * Unité : % *Données au 31/12/2009 non corrigées pour la sous-déclaration et données provisoires pour 2008 et 2009 non redressées pour les délais de déclaration Source : InVS - Exploitation ORS L-R Dans un cas sur sept, la découverte de la séropositivité se fait au stade sida Dans près de trois cas sur cinq (57,9 %), la découverte de la séropositivité au VIH se fait au stade de la primo-infection (qui suit immédiatement la contamination) ou pendant la phase de latence asymptomatique. Cette proportion est légèrement plus élevée en région qu en moyenne nationale : 57,9 % contre 53,8 %. Dans un quart des cas, en région comme au niveau national, cette découverte se fait à un stade symptomatique, c est-à-dire où des signes de l infection s expriment cliniquement, soit à un stade symptomatique pré sida, soit au stade sida lui-même lorsque l immunodépression est profonde. Dans plus d un cas sur six en région, et plus fréquemment (un sur cinq) au niveau national, ce stade n est pas précisé. Stade de découverte de la séropositivité au VIH Données cumulées * Unité : % *Données au 31/12/2009 non corrigées pour la sous-déclaration et données provisoires pour 2008 et 2009 non redressées pour les délais de déclaration Source : InVS - Exploitation ORS L-R 6

7 Une forte baisse de la mortalité liée au sida depuis les années quatre-vingt-dix Avec un taux standardisé de 4,1 décès pour hommes en moyenne annuelle sur la période , la région reste particulièrement touchée par les décès liés à cette infection : elle occupe la troisième place après les régions Provence- Alpes-Côte d Azur et Île-de-France. Pour les femmes, ce taux est quatre fois plus faible : 1,1 décès pour femmes. Le Languedoc-Roussillon fait également partie des régions les plus touchées pour les femmes à la 4 e place en métropole. La Corse, Provence-Alpes-Côte d Azur et Île-de-France sont les trois régions présentant les taux les plus élevés. Cependant, entre et , soit en 13 ans, la mortalité par sida a fortement baissé, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Ainsi, chez les hommes, la baisse de la mortalité enregistrée en région est de 70,5 %, légèrement moindre que celle notée au niveau national : 78,5 %. Pour les femmes, la baisse est de 60,0 % en Languedoc- Roussillon et de 72,1 % au niveau national. Chez les hommes 2,0 Taux comparatif de mortalité par maladies dues au VIH en (moyenne annuelle) Unité : nombre de décès pour personnes de même sexe Chez les femmes 0,6 1,7-2,1 0,6-1,6 0,3-0,5 0,1-0,2 SIDA Sources : Inserm CépiDc, Insee - Exploitation ORS L-R Près de 300 nouvelles admissions en affection de longue durée en lien avec l infection à VIH en 2007 Pour l ensemble des 3 principaux régimes de sécurité sociale, ce sont 295 personnes qui ont bénéficié d une admission en affection de longue durée du fait d une infection par le VIH en Le groupe d âge le plus représenté avec plus de 100 cas est celui des ans, représentant 37,6 % des nouvelles admissions en 2007 pour cette infection. Viennent ensuite les ans dans plus d un quart des cas (27,5 %). Les moins de 30 ans représentent une part importante également 16,3 % ainsi que les ans (12,5 %). Au-delà de 60 ans, l entrée en ALD pour ce motif est beaucoup plus rare (6,1 %). À eux seuls, le Gard et l Hérault regroupent 224 de ces 295 cas, soit trois quarts des cas, alors que ces deux départements ne représentent que les deux tiers de la population régionale. Nombre d admissions en ALD pour déficit immunitaire grave nécessitant un traitement prolongé en lien avec l infection par le VIH en 2007 Languedoc- Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées- Orientales < 30 ans ans dont ans ou plus TOTAL Sources : Cnam, CCMSA et RSI, ALD 2007, exploitation ORS L-R 7

8 SIDA Novembre 2010 Méthodologie Le système de surveillance des infections à VIH animé par l Institut de veille sanitaire (InVS) repose sur la notification obligatoire des nouveaux diagnostics d infection à VIH devenue obligatoire en mars Depuis cette date, chaque biologiste confirmant une sérologie positive au VIH pour la première fois dans son laboratoire doit en faire la déclaration à la délégation territoriale de l Agence régionale de la santé (ARS). Le médecin prescripteur du test doit également en faire la déclaration à partir d un questionnaire médical adressé également à la délégation territoriale de l ARS qui apparie les volets du biologiste et du médecin. Un système permet d éliminer les sérologies multiples réalisées pour une même personne lorsque les deux volets biologiste et médical sont parvenus à l InVS. Ces deux volets recueillent de nombreuses informations sur les caractéristiques de la personne, les conditions de la prescription, les facteurs de risques, etc. À partir de 2008, l InVS a décidé de prendre en compte les diagnostics positifs au VIH lorsque les biologistes seuls ont fait la déclaration (voir BEH n 45-48), ce qui a pour effet de prendre en compte quelques diagnostics multiples. La sous déclaration des nouveaux diagnostics d infection au VIH est de l ordre de 30 % en France et peut varier d une région à une autre. Une correction de la sous déclaration pour l année 2007 a été faite pour toutes les régions et pour certaines régions pour les années Les nouvelles découvertes de séropositivité d une année ne correspondent pas aux contaminations de cette année. Ce serait le cas si tous les diagnostics d infection au VIH étaient réalisés dans un délai court après la contamination. Taux d incidence du sida ou d infection par le VIH. C est le rapport, pour une période donnée, du nombre de nouveaux cas de sida ou d infection par le VIH, à la population totale au milieu de la même période. Le taux comparatif (ou taux standardisé direct) est le taux que l on observerait dans la région (ou le département) si elle (ou il) avait la même structure par âge que la population de référence (population de France entière au recensement de 2006). Affection de longue durée (ALD) : affection nécessitant un traitement prolongé et une thérapeutique coûteuse prise en charge à 100 % par l assurance maladie. Précisions L infection par le VIH (virus de l immunodéficience humaine), c est-à-dire séropositivité au VIH, précède la maladie qu est le Sida (syndrôme d immunodéficience acquise). Quatre phases définissent l évolution de l infection par le VIH, les trois premières étant pré-sida et la dernière correspondant au sida : - la phase de séroconversion qui suit la contamination durant laquelle le virus se dissémine dans l organisme ; elle se manifeste dans 50 à 75 % des cas par une primo-infection mais peut rester sans symptôme, - une phase de latence avec peu de signes cliniques, - une phase avec des symptômes, - la phase d immunodépression profonde ou stade sida symptomatique. Les décès directement causés par des maladies dues au VIH (cause initiale) sont codés B20 à B24 dans la classification internationale des maladies - dixième révision. Les décès associés au VIH comprennent également le code Z21. Les admissions en ALD sont codées B20-B24, Z20.6 et Z21 dans la classification internationale des maladies -dixième révision. Pour en savoir plus : Base de données Score santé, Fnors Dossiers thématiques : infection à VIH et sida. INVS, mise à jour 2010/07, Dossiers de la santé de A à Z : sida Ministère de la santé et des sports, mise à jour 2010/04, fr/sida-sommaire.html Dépistage de l infection par le VIH en France, Cazein F., Le Vu S., Pillonel J. et al. Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n 45-46, 2010, pp Surveillance du dépistage et du diagnostic de l infection VIH et du sida, France, Cazein F., Pillonel J., Imounga L., et al. BEHWeb, INVS, n 2, 2009, pp. 1-5 Caractéristiques des personnes diagnostiquées avec une infection à VIH ou un sida, France, Cazein F., Pillonel J., Bousquet V., et al. BEHWeb, INVS, n 2, 2009, pp. 1-5 Les maladies transmissibles dans les régions de France : Sida VIH, autres infections sexuellement transmissibles, hépatites virales, tuberculose, grippe, maladies infectieuses intestinales, les vaccinations. Fnors, 2009, 108 p. Rapport d information fait au nom de la commission des affaires sociales sur l étude de la Cour des comptes relative à la politique de lutte contre le VIH/sida. Jeannerot C. Sénat, 2010, 181 p. Avis conjoint du 17 juin 2010 relatif au projet et aux enjeux du futur plan national de la lutte contre le VIH et les IST. Conseil national du sida, Conférence nationale de santé, 2010, 19 p. Population-based HIV-1 incidence in France, : a modelling analysis. Le Vu S., Barin F., Pillonel J., et al. The lancet, vol 10, n 10, 2010, pp Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH. Yeni P. Ministère de la santé et des sports, 2010, 417 p. Les 3 guides de la collection information = pouvoir. Sida, un glossaire. Sida, des bases pour comprendre. Sida, guide des droits sociaux. Act up Paris, 2010, 200 p. Estimation de l incidence de l infection par le VIH en France à l aide d un test d infection récente. Le Vu S., Le Strat Y., Cazein F. et al. INVS, Inserm, CHRU Tours, ANRS, 2009/11, 4 p. Dépistage du VIH : Aides, l ANRS et le Conseil général des Bouches-du-Rhône font bouger les lignes! Dossier de presse : lancement de la recherche ANRS DRAG TEST, 2010/03, 9 p. Comment appeler SIDA INFO SERVICE? Tous les jours, 24 heures sur 24 Anonyme, confidentiel et gratuit à partir d un poste fixe «Où faire un test de dépistage anonyme et gratuit en région?» Aude CH 19 - Avenue Monseigneur de Langle Castelnaudary - Tél CH A. Gayraud CIDAG-CIDDIST - Rte de Saint Hilaire Carcassonne - Tél CIDAG-CIDDIST - 11 rue Pierre Germain Carcassonne - Tél CIDDIST - 5 bis rue du Bois Rolland Narbonne - Tél Maison du département - Avenue André Chénier Limoux - Tél Gard CDAG et DAV - 40 bd Victor Hugo Nîmes - Tél CH Louis Pasteur CIDDIST - 38 av. Alphonse Daudet Bagnols sur Cèze - Tél CH Médecine av. du Dr Jean Goubert Alès - Tél Hérault CDAG-CIDDIST - Hôpital St-Eloi - 80 av. Augustin Fliche Montpellier - Tél CH du Bassin de Thau - Médecine A - Bd Camille Blanc Sète - Tél Espace Perreal - CDAG - 2 boulevard Ernest Perreal Béziers - Tél Lozère CH - CDAG - 8 av. du 8 Mai Mende - Tél Pyrénées-Orientales CDAG - 25 rue Petite la Monnaie Perpignan - Tél CH St Jean - Maladies infectieuses et tropicales - 20 av. du Languedoc BP Tél Maison sociale du Conflent - 32 av. Pasteur Prades - Tél Plus d infos sur l annuaire de Sida Info Service: php?rubrique570 L actualisation de cette fiche a été financée par l ARS. La réalisation de l atlas régional de la santé observée en Languedoc-Roussillon a été initiée par le Conseil régional et l État (Drass). Comité de relecture : Pauline Buffard (ARS) et Béatrice Rougy (Conseil régional). Rédaction de la fi che : Inca Ruiz, chargée d études, Hafid Boulahtouf, technicien d études (ORS L-R) sous la direction du Dr Bernard Ledésert, directeur (ORS L-R). 8 Agence régionale de santé du Languedoc-Roussillon 28 Parc-Club du Millénaire 1025, rue Henri Becquerel CS Montpellier cedex 2 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires Montpellier cedex 5 Conseil régional Hôtel de Région 201 avenue de la Pompignane Montpellier cedex 2

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement VIOLENCES ET ACCIDENTS ACCIDENTS DE LA CIRCULATION Contexte Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement dans la vie quotidienne, les accidents

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

les régions de France

les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS d'aquitaine, Centre, Guadeloupe, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord Pas-de-Calais Les maladies transmissibles dans les régions de France

Plus en détail

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ENFANTS - ADOLESCENTS (1 À 14 ANS) MODES DE GARDE ET SCOLARISATION DES MOINS DE 6 ANS Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ressentir en France depuis

Plus en détail

INFECTION à VIH-SIDA

INFECTION à VIH-SIDA INFECTION à VIH-SIDA Actualité des publications disponibles en ligne Bibliographie sélective Décembre 2013 Sommaire 1. VIH ET SANTE PUBLIQUE... 3 2. EPIDEMIOLOGIE... 4 DONNEES INTERNATIONALES... 4 DONNEES

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Contexte Selon le Baromètre Santé de l Inpes de 2010, 90,2 % des femmes métropolitaines âgées de 15

Contexte Selon le Baromètre Santé de l Inpes de 2010, 90,2 % des femmes métropolitaines âgées de 15 AUTOUR DE LA NAISSANCE Dans le thème «Autour de la naissance» Naissances. Mortalité foetoinfantile. Fiche 5.3 Décembre 2011 Contexte Selon le Baromètre Santé de l Inpes de 2010, 90,2 % des femmes métropolitaines

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire [1],

Plus en détail

Contexte Le cancer de la trachée, des bronches et du poumon a vu sa fréquence augmenter de façon

Contexte Le cancer de la trachée, des bronches et du poumon a vu sa fréquence augmenter de façon PATHOLOGIES CANCERS DU POUMON Contexte Le cancer de la trachée, des bronches et du poumon a vu sa fréquence augmenter de façon considérable depuis les années 1950 dans la plupart des pays industrialisés,

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine

Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Étude comparative de l incidence du sida dans les régions de France métropolitaine Béatrice VALDES Institut d Études Démographiques de l Université Montesquieu-Bordeaux IV. Malgré de nombreuses campagnes

Plus en détail

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE INFORMATION aux PARTENAIRES SOCIAUX et MEDICO SOCIAUX CPMI PASS Miséricorde CAEN 12 Octobre 2011 ARS BN Dr Salaün Marie-Anne, médecin coordinateur Fanny Appia,interne en médecine

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS 2015. de l Artisanat en Languedoc-Roussillon. 169 826 ACTIFS (chefs d entreprise, conjoints collaborateurs, salariés et apprentis)

CHIFFRES CLÉS 2015. de l Artisanat en Languedoc-Roussillon. 169 826 ACTIFS (chefs d entreprise, conjoints collaborateurs, salariés et apprentis) CHIFFRES CLÉS 2015 de l Artisanat en Languedoc-Roussillon 70 368 ENTREPRISES (individuelles et sociétés) 46% D ENTREPRISES en plus depuis 10 ans 169 826 ACTIFS (chefs d entreprise, conjoints collaborateurs,

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

EXAMEN DE PRESELECTION (VALIDATION DES ACQUIS) EN VUE DE L ACCES AUX CONCOURS D ADMISSION DANS LES INSTITUTS DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS 2016

EXAMEN DE PRESELECTION (VALIDATION DES ACQUIS) EN VUE DE L ACCES AUX CONCOURS D ADMISSION DANS LES INSTITUTS DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS 2016 Direction : déléguée de la qualité et de la gestion du risque Département : de l évaluation qualitative Cellule : professions paramédicales Affaire suivie par : Anaïs ALLEMAND Courriel : anais.allemand@ars.sante.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Educateur territorial de jeunes enfants

Educateur territorial de jeunes enfants Filière Sociale Edition Septembre 2013 Educateur territorial de jeunes enfants Catégorie B Services concours Centres de Gestion Languedoc-Roussillon www.cdg-lr.fr 1 Sommaire Référence : Décret n 2013-593

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 ARS et COREVIH en Alsace Dr Géraldine ROSET ARS Alsace ARS - Direction Alsace 8 mars 2011 - Pôle - Initiales de l agent - Date

Plus en détail

Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé

Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé Répertoire des organismes et structures d observation de la santé et de ses déterminants en Mai 2010 Ce répertoire a été constitué au cours de l étude sur l état des lieux de l observation de la santé

Plus en détail

Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes

Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes Les chiffres clés du sida au 1er décembre 2014 Marseille 5, rue Saint-Jacques 13006 Marseille - Tél 04 91 59 83 83 - Nice

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2012 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Filière. Catégorie B. Examen professionnel de Rédacteur principal territorial 2 ème classe. Avancement de grade. Administrative.

Filière. Catégorie B. Examen professionnel de Rédacteur principal territorial 2 ème classe. Avancement de grade. Administrative. Filière Administrative Edition Août 2012 Examen professionnel de Rédacteur principal territorial 2 ème classe Avancement de grade Catégorie B Services concours Centres de Gestion du Languedoc- Roussillon

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

Contexte En France métropolitaine, les cancers sont la première cause de décès chez l homme et

Contexte En France métropolitaine, les cancers sont la première cause de décès chez l homme et PATHOLOGIES CANCERS : VUE D ENSEMBLE Contexte En France métropolitaine, les cancers sont la première cause de décès chez l homme et la deuxième chez la femme après les maladies cardio-vasculaires. Quatre

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

18 octobre 2010. DOSSIER Création-Reprise et Transmission d entreprise artisanale en Languedoc-Roussillon

18 octobre 2010. DOSSIER Création-Reprise et Transmission d entreprise artisanale en Languedoc-Roussillon 18 octobre 2010 DOSSIER Création-Reprise et Transmission d entreprise artisanale en Languedoc-Roussillon 1 2 Les entreprises artisanales démontrent chaque jour leur vitalité et sont l un des moteurs de

Plus en détail

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015 CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN REGIONS BOURGOGNE ET FRANCHE-COMTE Bulletin de veille sanitaire N 2015-4/ Cas graves de grippe novembre 2015 Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés

Plus en détail

Portrait sectoriel. Le Numérique en Languedoc-Roussillon. Edition 2014 Mars 2014. Service Etudes et Statistiques

Portrait sectoriel. Le Numérique en Languedoc-Roussillon. Edition 2014 Mars 2014. Service Etudes et Statistiques Edition 204 Mars 204 Portrait sectoriel Direction régionale Languedoc-Roussillon Le Numérique en Languedoc-Roussillon Sommaire Emploi salarié page 2 DPAE page 6 Offres d emploi page 7 Demandeurs d emploi

Plus en détail

Auxiliaire de soins de 1 ère classe Territorial

Auxiliaire de soins de 1 ère classe Territorial Filière Sociale Edition Août 2012 Auxiliaire de soins de 1 ère classe Territorial Catégorie C Services concours Centres de gestion du Languedoc Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : Décret n 92-866

Plus en détail

Infection à VIH et sida en Midi-Pyrénées

Infection à VIH et sida en Midi-Pyrénées en Situation épidémiologique en 214 ( Le contexte national En France en 214 selon les dernières données de l InVS (redressées des délais de déclaration, de la sous-déclaration et des valeurs manquantes),

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2013 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon

Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon SYNTHESE Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon Retraités de 55 à 74 ans du régime général Exercice 2010 La mise en œuvre d un observatoire des situations de fragilité traduit la volonté forte de

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Épidémiologie de l infection par le VIH

Épidémiologie de l infection par le VIH Épidémiologie de l infection par le VIH 1 Incidence 2 Deux nouvelles méthodes Basée sur le test d infection récente (InVS) ou sur une modification du rétrocalcul (U943) Adaptation à la situation française

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/06.409 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE juin 2015

DOSSIER DE PRESSE juin 2015 DOSSIER DE PRESSE juin 2015 Contacts presse > Christophe Barrières : 04 13 55 82 85 / 06 16 19 29 27 > Coordinatrice semaine Flash test Chrystel Hamadouche-Ferretti 06 26 61 46 84 1 DOSSIER DE PRESSE SEMAINE

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction prévention des risques infectieux Bureau Infections par le VIH, IST et hépatites Personnes chargées du dossier

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Languedoc- Roussillon

Languedoc- Roussillon Statistiques régionales Languedoc- Roussillon A n n é e 04 Retraités résidant en Carsat Languedoc-Roussillon Ensemble des attributions () de droits directs et droits dérivés 36 8 060 30 96 Droit direct

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01 IDENTIFICATION MP-SCP-01 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG PRINCIPALEMENT LE VIH, LE SIDA ET L HÉPATITE B SECTEUR DE GESTION Services complémentaires et particuliers RÉSOLUTION

Plus en détail

Rédacteur principal territorial de 2 ème classe

Rédacteur principal territorial de 2 ème classe Filière Administrative Edition Août 2012 Rédacteur principal territorial de 2 ème classe Catégorie B Service concours Centres de Gestion du Languedoc Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : - Décret

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite C au Canada

L épidémiologie de l hépatite C au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie de l hépatite C au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie de l hépatite C au Canada. Il fait partie d une série de feuillets d information

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Educateur Territorial de jeunes enfants

Educateur Territorial de jeunes enfants Filière Sociale Edition Août 2012 Educateur Territorial de jeunes enfants Catégorie B Services concours Centres de Gestion du Languedoc- Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : - Décret n 95-31

Plus en détail

Agent territorial spécialisé de 1 ère classe des écoles maternelles

Agent territorial spécialisé de 1 ère classe des écoles maternelles Filière Sociale Edition Août 2012 Agent territorial spécialisé de 1 ère classe des écoles maternelles Catégorie C Services concours Centres de Gestion du Languedoc Roussillon www.cdg-fr.fr Sommaire Références

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Assistant territorial Socio-éducatif

Assistant territorial Socio-éducatif Filière Sociale Edition Septembre 2013 Assistant territorial Socio-éducatif Catégorie B Services concours Centres de Gestion Languedoc-Roussillon www.cdg-lr.fr 1 Sommaire Référence : Décret n 2013-593

Plus en détail

Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse

Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse MINISTERE DELEGUE A LA SANTE Contacts presse : Direction Générale de la Santé : Laurence Danand 01 40 56 52 62 e-mail : laurence.danand@sante.gouv.fr

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape)

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) Description: Ce jeu propose aux joueurs d évaluer les risques de contamination du VIH lors d un rapport sexuel en fonction des pratiques

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida Cases «!» Le joueur devra à l aide de cartons vert, rouge ou blanc dire s il est d accord (vert), pas d accord (rouge) ou n a pas d avis (blanc) au sujet de l affirmation énoncée sur la thématique de l

Plus en détail

Autotests : l avis du Conseil National du Sida. François Bourdillon pour le CNS

Autotests : l avis du Conseil National du Sida. François Bourdillon pour le CNS Autotests : l avis du Conseil National du Sida François Bourdillon pour le CNS C est quoi un autotest? C est un test VIH Délivrés sans prescription médicale Réalisées en deux étapes par l intéressé : auto-prélèvement

Plus en détail

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr POUR PLUS D INFORMATIONS CONTACT Siège : ARS LR Parc Club du Millénaire 1025 rue Henri Becquerel 34067 MONTPELLIER CEDEX 2 Tel : 07 82 01 26 58 Courriel : coordination@pole-education-sante-lr.fr ACCUEIL

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Les Cahiers Statistiques

Les Cahiers Statistiques septembre 2010 N 6 DIRECTION REGIONALE Etudes et Statistiques Les Cahiers Statistiques Languedoc-Roussillon Regard sur le marché du travail : En Languedoc-Roussillon, les métiers de l hôtellerie, restauration

Plus en détail

Projet soumis à concertation

Projet soumis à concertation P l a n n a t i o n a l d e l u t t e c o n t r e l e V I H / s i d a e t l e s I S T 2 0 1 0-2 0 1 4 Projet soumis à concertation 06/10/2010 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 I. ELABORATION DU PLAN VIH-IST 2010-2014...

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Attaché Territorial. Filière Administrative. Catégorie A. Edition janvier 2010. Services concours. Centres de Gestion du Languedoc-Roussillon

Attaché Territorial. Filière Administrative. Catégorie A. Edition janvier 2010. Services concours. Centres de Gestion du Languedoc-Roussillon Filière Administrative Edition janvier 2010 Attaché Territorial Catégorie A Services concours Centres de Gestion du Languedoc-Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : Décret n 87-1099 du 30/12/1987

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail