Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin Numéro 228

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012. Numéro 228"

Transcription

1 Performances Veille Système d Information Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012 Numéro 228

2 TABLE DES MATIÈRES LA GÉNÉRATION Y DÉFIE LA DSI... 2 SOLUTIONS LINUX : BIG DATA ET BI OPEN SOURCE FONT BON MÉNAGE 01 NET ENTREPRISES, MAI PATIENT 2.0 : UN CHANGEMENT PROFOND DE LA RELATION MÉDECIN-PATIENT AYANT UN IMPACT SUR LE SECTEUR DE LA SANTÉ PATIENT 2.0 : UN CHANGEMENT PROFOND DE LA RELATION MÉDECIN-PATIENT AYANT UN IMPACT SUR LE SECTEUR DE LA SANTÉ

3 LA GÉNÉRATION Y DÉFIE LA DSI 01 net Entreprises, Juin 2012 Le phénomène du BYOD (Bring Your Own Device), ou l utilisation de matériel personnel dans le cadre de l activité professionnelle, touche toutes les typologies d entreprises, et tous les profils de salariés. Mais une étude Fortinet, menée dans 15 pays dont la France entre les mois de mai et juin 2012, montre une spécificité liée à la génération Y. En effet, il ressort de cette étude que les salariés de 20 à 29 ans, en CDI, utilisant un appareil mobile personnel dans l entreprise (smartphone, tablette ou ordinateur portable) prennent beaucoup de libertés avec la politique de la DSI. Près de 70 % des répondants considèrent que l utilisation de leur appareil personnel au travail n est pas un privilège, mais un droit. Un droit d accéder au travers du réseau d'entreprise à tout moment à leurs réseaux sociaux et à leur communication privée, qu ils s octroient eux même le plus souvent. Et dans le cas où la société accepterait cet usage à la condition de mettre en œuvre dans ces appareils des solutions de sécurité, 69 % des répondants considèrent que ce n est pas à la société de s occuper de la sécurité de leur appareil, mais à eux-mêmes. Et si les répondants sont conscients des enjeux de sécurité lié au phénomène du BYOD (perte de données, vols ), près d un tiers (30 %) se disent prêts à contourner la politique de sécurité de l entreprise, même si celle-ci visait à interdire tout simplement l usage des terminaux personnels. Par ailleurs, 25 % des répondants se disent prêt à transgresser les directives de l entreprise pour utiliser des applications non certifiées par la DSI (Skype, par exemple). La résistance de la génération Y face à la politique de la DSI visant à encadrer le phénomène du BYOD est donc importante, alors même qu il s agit pour une grande partie d entre elle d obtenir un confort personnel plus important, et pas uniquement de gagner en performance et en autonomie (avec un accès au système d'information facilité par l usage de terminaux mobiles). 2

4 SOLUTIONS LINUX : BIG DATA ET BI OPEN SOURCE FONT BON MÉNAGE 01 NET ENTREPRISES, MAI Entreprise, Juin 2012 Qu il s agisse du framework Hadoop ou des bases NoSQL, les nouvelles infrastructures du big data suscitent une attention particulière des ténors du décisionnel open source. Au-delà de l affinité qui les lie (ils sont, eux aussi, issus du libre), ces nouveaux socles représentent, pour les éditeurs de BI, la promesse de nouvelles sources de données à transformer ou à restituer. Le salon Solutions Linux aura donc permis de découvrir les nombreux ponts récemment érigés entre le reporting et le big data. DES PASSERELLES VERS L ENTREPÔT DE DONNÉES En mars dernier, Talend s ouvrait ainsi aux trois principaux fournisseurs d Hadoop. intégrer l entrepôt de données aux différents points d entrée d Hadoop (son système de fichiers HDFS, son modèle de programmation Map Reduce, les langages Hive et Pig..). Sa solution servira notamment à réinjecter dans l entrepôt de données les traitements analytiques effectués dans Hadoop. Ketle, l ETL de Pentaho, n est pas en reste. Non seulement il dispose de connecteurs équivalents, mais il va plus loin en annonçant aujourd hui, avec Dell, une appliance big data. Laquelle associe, dans un serveur, sa pile décisionnelle avec la distribution Hadoop de Cloudera. QUAND LA BI ATTAQUE DIRECTEMENT HADOOP De son côté, Jaspersoft (qui embarque la plate-forme d intégration de Talend) a rendu ses outils de requêtage et d analyse compatibles avec plusieurs bases big data. Il s est ainsi ouvert aux langages de Hive (qui utilise une syntaxe proche du SQL pour requêter HDFS), de Cassandra (base orientée colonne), de MongoDB ou de CouchDB (deux bases orientées document). Il a même créé de nouveaux langages, notamment pour Hbase, la base orientée colonne intégrée dans la pile Hadoop. A terme, ces différentes passerelles développées pour le big data devraient progressivement contribuer à ouvrir ces nouvelles infrastructures, encore isolées, sur les reste du SI. 3

5 PATIENT 2.0 : UN CHANGEMENT PROFOND DE LA RELATION MÉDECIN-PATIENT AYANT UN IMPACT SUR LE SECTEUR DE LA SANTÉ. 01 Entreprises, Juin 2012 La révolution numérique est à l origine d une véritable métamorphose de notre société. Tous les jours, chacun d entre nous vit à l heure du numérique. Pour se déplacer, on regarde le plan du métro ou d un quartier sur une application sur le smartphone. On se connecte à ses amis ou à ses followers sur les réseaux sociaux pour partager avec eux des photos, des textes, des vidéos. L entreprise, la ville, la maison sont devenus des espaces numériques. Ces bouleversements ont été depuis plusieurs années décrits, commentés, analysés, dans des articles de presse ou des ouvrages dédiés. Mais il reste un secteur dans lequel le numérique est moins déchiffré, celui de la santé. LE PASSAGE AU E-PATIENT La première mutation majeure provient d un changement de comportement des patients, qui sont devenus des e-patients. De 30 % à 60 % des Français (Baromètre Orange, février 2011) ont recherché de l information de santé sur le web. Et la santé est leur septième raison de fréquenter le web (Ipsos Public Affairs, 2010). 89 % des individus cherchant de l information de santé sur le web sont responsables des achats de médicaments pour leur foyer (GFK, Juin 2010), et un quart environ souffrent d une maladie chronique. Le e-patient ne cherche pas que des informations sur une maladie, des médicaments ou des techniques pour rester en bonne santé, il est aussi en demande de dialogue plus approfondi avec son médecin. Ainsi, 17 % des internautes recherchant de l information de santé veulent être capables de poser des questions précises à leur médecin avant d aller le voir. On constate un changement de comportement depuis deux ans. En 2010, les internautes recherchaient des informations de santé sur le web sans aucun lien avec une visite médicale, alors qu en janvier 2012 (Viavoice pour Pasteur Mutuelle), 50 % le font après avoir consulté un professionnel de santé, et 40 % avant de le consulter. Les conséquences sur les consultations ne sont pas neutres. 25 % des individus affirment ne pas avoir demandé l avis d un professionnel de santé parce que l information trouvée sur internet leur était suffisante. Cela révèle un phénomène croissant d autodiagnostic via le web, et 4

6 cela va même plus loin. 14 % des internautes (Baromètre Orange Terrafemina vague 5, 2011) affirment aller chercher des informations sur internet pour choisir médicaments et traitements sans avis médical,signifiant ainsi leur aptitude à l automédication. Enfin, le web 2.0 est aussi devenu un lieu d échange sur les questions de santé. Selon une étude de GfK (2010), quatre qualités sont reconnues aux réseaux sociaux par les internautes en quête d information de santé : ils sont anonymes et faciles d accès ; ils constituent un supplément d information, celle-ci étant à la fois utile, complète, efficace et adaptée ; ils ont de plus une fonction d accompagnement et créent un lien plus régulier que la seule visite ponctuelle chez un médecin ; enfin, l information sur les réseaux sociaux est considérée comme actualisée, fiable et provenant de sources auxquelles on peut faire confiance. QU EN DISENT LES SOCIOLOGUES? Dans un rapport remis au Conseil général de l industrie, de l énergie et des technologies (CGIET), à la demande du ministère de la Santé, et intitulé «LES CONDITIONS DE CRÉATION DE VALEUR DES LOGICIELS SOCIAUX EN SANTÉ ET AUTONOMIE», les sociologues Gérard Dubey et Sylvie Craipeau analysent la valeur potentielle des réseaux sociaux dans le secteur de la santé. D emblée, ceux-ci précisent que l enjeu est majeur : «IL EST CRUCIAL DE S INTÉRESSER AUX MODALITÉS DE DÉVELOPPEMENT DE CES PRATIQUES AINSI QU À LEURS CONSÉQUENCES, AFIN, NOTAMMENT, DE SE POSER LA QUESTION DE L OPPORTUNITÉ D UNE MODÉRATION ET/OU D UNE RÉGULATION DE CES ACTIVITÉS PAR LA PUISSANCE PUBLIQUE, LES PROFESSIONNELS, LES INTÉRESSÉS.» Les deux sociologues auteurs du rapport soulignent les informations anxiogènes et les propos parfois violents circulant sur internet sur la santé, sans aucune modération. Ils mettent en avant deux types de savoirs sur le sujet. Les savoirs «experts», généralement médicaux, fournissent des informations scientifiques sur les maladies et leurs traitements. Ils se propagent de plus en plus sur internet et modifient le rôle du médecin qui était jusqu à présent le seul à détenir de telles connaissances. Parallèlement, un savoir «profane» se construit, pratique et complémentaire du savoir «expert» des médecins. Il se développe sur les forums, les réseaux sociaux et les communautés d associations de patients. Il est constitué d expériences vécues de patients atteints de maladie, et les internautes s échangent alors des bonnes pratiques, des conseils, trouvent un accompagnement sur la durée, parfois traitent de sujets plus intimes. Le rapport de Gérard Dubey et Sylvie Craipeau défend la nécessaire convergence des savoirs experts des médecins et des savoirs profanes des patients, dans un système régulé. 5

7 UN DOUBLE SAVOIR «PROFANE» ET «EXPERT» QUI POSE AUSSI PROBLÈME AUX ENTREPRISES En conclusion, cette évolution vers le patient 2.0 donne un éclairage intéressant à de nombreux marchés, organisations ou entreprises. Dans bien des cas autres que la santé, on constate une croissance du contenu d internautes (les fameux «User Generated Content») et une confiance plus importante des consommateurs envers un contenu sur le web fourni par d autres consommateurs qu envers un autre créé par des entreprises, parfois plus techniques ou commerciales dans leur approche. Aujourd hui, le web est donc un mélange de ces savoirs, qu on peut aussi qualifier de profanes, et de contenus officiels d organisations et d entreprises. Le problème est qu on fait de plus en plus confiance aux premiers, et de moins en moins aux seconds. Un rapprochement de ces savoirs pourrait être la solution à cette perte de confiance, et certaines organisations l ont déjà bien compris. L objectif est de coconstruire du contenu, constitué d une part par des entreprises, des organisations, des experts, et d autre part par le grand public. Mais une question demeure : comment réguler un tel système d information? 6

8 PATIENT 2.0 : UN CHANGEMENT PROFOND DE LA RELATION MÉDECIN-PATIENT AYANT UN IMPACT SUR LE SECTEUR DE LA SANTÉ. 01 Entreprise, Juin 2012 La révolution numérique est à l origine d une véritable métamorphose de notre société. Tous les jours, chacun d entre nous vit à l heure du numérique. Pour se déplacer, on regarde le plan du métro ou d un quartier sur une application sur le smartphone. On se connecte à ses amis ou à ses followers sur les réseaux sociaux pour partager avec eux des photos, des textes, des vidéos. L entreprise, la ville, la maison sont devenus des espaces numériques. Ces bouleversements ont été depuis plusieurs années décrits, commentés, analysés, dans des articles de presse ou des ouvrages dédiés. Mais il reste un secteur dans lequel le numérique est moins déchiffré, celui de la santé. LE PASSAGE AU E-PATIENT La première mutation majeure provient d un changement de comportement des patients, qui sont devenus des e-patients. De 30 % à 60 % des Français (Baromètre Orange, février 2011) ont recherché de l information de santé sur le web. Et la santé est leur septième raison de fréquenter le web (Ipsos Public Affairs, 2010). 89 % des individus cherchant de l information de santé sur le web sont responsables des achats de médicaments pour leur foyer (GFK, Juin 2010), et un quart environ souffrent d une maladie chronique. Le e-patient ne cherche pas que des informations sur une maladie, des médicaments ou des techniques pour rester en bonne santé, il est aussi en demande de dialogue plus approfondi avec son médecin. Ainsi, 17 % des internautes recherchant de l information de santé veulent être capables de poser des questions précises à leur médecin avant d aller le voir. On constate un changement de comportement depuis deux ans. En 2010, les internautes recherchaient des informations de santé sur le web sans aucun lien avec une visite médicale, alors qu en janvier 2012 (Viavoice pour Pasteur Mutuelle), 50 % le font après avoir consulté un professionnel de santé, et 40 % avant de le consulter. Les conséquences sur les consultations ne sont pas neutres. 25 % des individus affirment ne pas avoir demandé l avis d un professionnel de santé parce que l information trouvée sur internet leur était suffisante. Cela révèle un phénomène croissant d autodiagnostic via le web, et 7

9 cela va même plus loin. 14 % des internautes (Baromètre Orange Terrafemina vague 5, 2011) affirment aller chercher des informations sur internet pour choisir médicaments et traitements sans avis médical,signifiant ainsi leur aptitude à l automédication. Enfin, le web 2.0 est aussi devenu un lieu d échange sur les questions de santé. Selon une étude de GfK (2010), quatre qualités sont reconnues aux réseaux sociaux par les internautes en quête d information de santé : ils sont anonymes et faciles d accès ; ils constituent un supplément d information, celle-ci étant à la fois utile, complète, efficace et adaptée ; ils ont de plus une fonction d accompagnement et créent un lien plus régulier que la seule visite ponctuelle chez un médecin ; enfin, l information sur les réseaux sociaux est considérée comme actualisée, fiable et provenant de sources auxquelles on peut faire confiance. QU EN DISENT LES SOCIOLOGUES? Dans un rapport remis au Conseil général de l industrie, de l énergie et des technologies (CGIET), à la demande du ministère de la Santé, et intitulé «LES CONDITIONS DE CRÉATION DE VALEUR DES LOGICIELS SOCIAUX EN SANTÉ ET AUTONOMIE», les sociologues Gérard Dubey et Sylvie Craipeau analysent la valeur potentielle des réseaux sociaux dans le secteur de la santé. D emblée, ceux-ci précisent que l enjeu est majeur : «IL EST CRUCIAL DE S INTÉRESSER AUX MODALITÉS DE DÉVELOPPEMENT DE CES PRATIQUES AINSI QU À LEURS CONSÉQUENCES, AFIN, NOTAMMENT, DE SE POSER LA QUESTION DE L OPPORTUNITÉ D UNE MODÉRATION ET/OU D UNE RÉGULATION DE CES ACTIVITÉS PAR LA PUISSANCE PUBLIQUE, LES PROFESSIONNELS, LES INTÉRESSÉS.» Les deux sociologues auteurs du rapport soulignent les informations anxiogènes et les propos parfois violents circulant sur internet sur la santé, sans aucune modération. Ils mettent en avant deux types de savoirs sur le sujet. Les savoirs «experts», généralement médicaux, fournissent des informations scientifiques sur les maladies et leurs traitements. Ils se propagent de plus en plus sur internet et modifient le rôle du médecin qui était jusqu à présent le seul à détenir de telles connaissances. Parallèlement, un savoir «profane» se construit, pratique et complémentaire du savoir «expert» des médecins. Il se développe sur les forums, les réseaux sociaux et les communautés d associations de patients. Il est constitué d expériences vécues de patients atteints de maladie, et les internautes s échangent alors des bonnes pratiques, des conseils, trouvent un accompagnement sur la durée, parfois traitent de sujets plus intimes. Le rapport de Gérard Dubey et Sylvie Craipeau défend la nécessaire convergence des savoirs experts des médecins et des savoirs profanes des patients, dans un système régulé. 8

10 UN DOUBLE SAVOIR «PROFANE» ET «EXPERT» QUI POSE AUSSI PROBLÈME AUX ENTREPRISES En conclusion, cette évolution vers le patient 2.0 donne un éclairage intéressant à de nombreux marchés, organisations ou entreprises. Dans bien des cas autres que la santé, on constate une croissance du contenu d internautes (les fameux «User Generated Content») et une confiance plus importante des consommateurs envers un contenu sur le web fourni par d autres consommateurs qu envers un autre créé par des entreprises, parfois plus techniques ou commerciales dans leur approche. Aujourd hui, le web est donc un mélange de ces savoirs, qu on peut aussi qualifier de profanes, et de contenus officiels d organisations et d entreprises. Le problème est qu on fait de plus en plus confiance aux premiers, et de moins en moins aux seconds. Un rapprochement de ces savoirs pourrait être la solution à cette perte de confiance, et certaines organisations l ont déjà bien compris. L objectif est de coconstruire du contenu, constitué d une part par des entreprises, des organisations, des experts, et d autre part par le grand public. Mais une question demeure : comment réguler un tel système d information? 9

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

Labs Hadoop Février 2013

Labs Hadoop Février 2013 SOA - BRMS - ESB - BPM CEP BAM - High Performance Compute & Data Grid - Cloud Computing - Big Data NoSQL - Analytics Labs Hadoop Février 2013 Mathias Kluba Managing Consultant Responsable offres NoSQL

Plus en détail

NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS

NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS Une étude pour NOUVEAUX USAGES IT, NOUVEAUX DÉFIS Juin 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur la manière dont les utilisateurs sont en train de modifier leurs usages de l informatique.

Plus en détail

HADOOP ET SON ÉCOSYSTÈME

HADOOP ET SON ÉCOSYSTÈME HADOOP ET SON ÉCOSYSTÈME Mars 2013 2012 Affini-Tech - Diffusion restreinte 1 AFFINI-TECH Méthodes projets Outils de reporting & Data-visualisation Business & Analyses BigData Modélisation Hadoop Technos

Plus en détail

20 ans du Master SIAD de Toulouse - BigData par l exemple - Julien DULOUT - 22 mars 2013. 20 ans du SIAD -"Big Data par l'exemple" -Julien DULOUT

20 ans du Master SIAD de Toulouse - BigData par l exemple - Julien DULOUT - 22 mars 2013. 20 ans du SIAD -Big Data par l'exemple -Julien DULOUT 20 ans du Master SIAD de Toulouse - BigData par l exemple - Julien DULOUT - 22 mars 2013 20 ans du SIAD -"BigData par l'exemple" -Julien DULOUT Qui a déjà entendu parler du phénomène BigData? Qui a déjà

Plus en détail

Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision claire de la stratégie et de l éventuelle mise en œuvre d un Big Data.

Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision claire de la stratégie et de l éventuelle mise en œuvre d un Big Data. Big Data De la stratégie à la mise en oeuvre Description : La formation a pour objet de brosser sans concession le tableau du Big Data. Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision

Plus en détail

Panorama des solutions analytiques existantes

Panorama des solutions analytiques existantes Arnaud LAROCHE Julien DAMON Panorama des solutions analytiques existantes SFdS Méthodes et Logiciels - 16 janvier 2014 - Données Massives Ne sont ici considérés que les solutions autour de l environnement

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

Big Data et l avenir du décisionnel

Big Data et l avenir du décisionnel Big Data et l avenir du décisionnel Arjan Heijmenberg, Jaspersoft 1 Le nouveau monde des TI L entreprise en réseau de McKinsey McKinsey sur le Web 2.0 McKinsey Global Institute, décembre 2010 Emergence

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES

Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES M a l g r é s o n ca r act è r e en apparence multiforme un enjeu central s est progressivement affirmé en matière

Plus en détail

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ

LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Marketing Services LES ENTREPRISES A L HEURE DE LA MOBILITÉ Une étude réalisée en collaboration avec ! Objectif L ÉTUDE Ø Faire le point sur l utilisation des terminaux mobiles en entreprise par des populations

Plus en détail

AVRIL 2014. Au delà de Hadoop. Panorama des solutions NoSQL

AVRIL 2014. Au delà de Hadoop. Panorama des solutions NoSQL AVRIL 2014 Panorama des solutions NoSQL QUI SOMMES NOUS? Avril 2014 2 SMILE, EN QUELQUES CHIFFRES 1er INTÉGRATEUR EUROPÉEN DE SOLUTIONS OPEN SOURCE 3 4 NOS EXPERTISES ET NOS CONVICTIONS DANS NOS LIVRES

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

Big Data. Cyril Amsellem Consultant avant-vente. 16 juin 2011. Talend 2010 1

Big Data. Cyril Amsellem Consultant avant-vente. 16 juin 2011. Talend 2010 1 Big Data Cyril Amsellem Consultant avant-vente 16 juin 2011 Talend 2010 1 Big Data Architecture globale Hadoop Les projets Hadoop (partie 1) Hadoop-Core : projet principal. HDFS : système de fichiers distribués

Plus en détail

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20 5 New Features Developed by 1/20 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Evolutions des studios de développement et améliorations fonctionnelles... 5 3 Portail Vanilla... 6 3.1 Open Street Maps... 6 3.2 Gestion

Plus en détail

Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications. Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be

Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications. Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be Recherche appliquée et transfert technologique q Agréé «Centre Collectif de Recherche» par

Plus en détail

Les technologies du Big Data

Les technologies du Big Data Les technologies du Big Data PRÉSENTÉ AU 40 E CONGRÈS DE L ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS PAR TOM LANDRY, CONSEILLER SENIOR LE 20 MAI 2015 WWW.CRIM.CA TECHNOLOGIES: DES DONNÉES JUSQU'À L UTILISATEUR

Plus en détail

Khalil SLAOUI. Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? What is the BYOD? IUT de Vélizy - UVSQ. 18 ans

Khalil SLAOUI. Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? What is the BYOD? IUT de Vélizy - UVSQ. 18 ans Khalil SLAOUI IUT de Vélizy - UVSQ 18 ans Le BYOD : simple mode passagère, ou système D qui va perdurer? Le BYOD, pour Bring Your Own Device, est un acronyme qui est de bon ton d utiliser aujourd hui en

Plus en détail

Introduction Big Data

Introduction Big Data Introduction Big Data SOMMAIRE Rédacteurs : Réf.: SH. Lazare / F. Barthélemy AXIO_BD_V1 QU'EST-CE QUE LE BIG DATA? ENJEUX TECHNOLOGIQUES ENJEUX STRATÉGIQUES BIG DATA ET RH ANNEXE Ce document constitue

Plus en détail

3 Les bénéfices tirés au quotidien d une solution de communications unifiées

3 Les bénéfices tirés au quotidien d une solution de communications unifiées 1 Analyse des nouveaux besoins de vos collaborateurs 2 Les nouvelles méthodes pour gagner en productivité 3 Les bénéfices tirés au quotidien d une solution de communications unifiées 4 Questions / Réponses

Plus en détail

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées E c o n o c o m Te l e c o m S e r v i c e s s o c i é t é d u g r o u p e p a r t e n a i r e d e v o t r e t ra n s fo r m a t i o n v e r s l e " M o b i l e I T " E c o n o c o m Te l e c o m S e r

Plus en détail

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin)

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin) Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin Evolution de l équipement 2011-2014 France 2011 (Credoc) Bretagne 2012 (Marsouin) France 2013 (Credoc)

Plus en détail

Cartographie des solutions BigData

Cartographie des solutions BigData Cartographie des solutions BigData Panorama du marché et prospective 1 1 Solutions BigData Défi(s) pour les fournisseurs Quel marché Architectures Acteurs commerciaux Solutions alternatives 2 2 Quels Défis?

Plus en détail

Formation Cloudera Data Analyst Utiliser Pig, Hive et Impala avec Hadoop

Formation Cloudera Data Analyst Utiliser Pig, Hive et Impala avec Hadoop Passez au niveau supérieur en termes de connaissance grâce à la formation Data Analyst de Cloudera. Public Durée Objectifs Analystes de données, business analysts, développeurs et administrateurs qui ont

Plus en détail

L écosystème Hadoop Nicolas Thiébaud ni.thiebaud@gmail.com. Tuesday, July 2, 13

L écosystème Hadoop Nicolas Thiébaud ni.thiebaud@gmail.com. Tuesday, July 2, 13 L écosystème Hadoop Nicolas Thiébaud ni.thiebaud@gmail.com HUG France 250 membres sur la mailing liste 30 présentations 9 meetups organisés, de 20 à 100 invités Présence de Cloudera, MapR, Hortonworks,

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

Nouvelle gamme OptiMobile de Paritel. Instantanéité & efficacité au service des PME et des TPE

Nouvelle gamme OptiMobile de Paritel. Instantanéité & efficacité au service des PME et des TPE Dossier de presse Nouvelle gamme OptiMobile de Paritel Instantanéité & efficacité au service des PME et des TPE 02 Édito de Jean-Philippe Bosnet Président 04 Les entreprises passent à la vitesse 4G 08

Plus en détail

Bring Your Own Device (BYOD)

Bring Your Own Device (BYOD) Bring Your Own Device (BYOD) Le phénomène IT qui bouleverse les D.S.I LES CHALLENGES DE L ERE BYOD 45% 90% 54% Des employés trouvent leurs équipements personnels plus pratique que ceux de l entreprise.

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ?

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? L a montée en puissance des fuites de données en tout genre et l explosion des volumes de données

Plus en détail

Votre laisser-passer pour les. Big Data Guide visuel

Votre laisser-passer pour les. Big Data Guide visuel Votre laisser-passer pour les Big Data Guide visuel Les Big Data ont une immense valeur Apprenez à en libérer tout le potentiel Nul doute aujourd hui que les Big Data entraînent une profonde mutation du

Plus en détail

Présentation Société Actulligence Consulting

Présentation Société Actulligence Consulting Présentation Société Actulligence Consulting Conseil et Accompagnement Intelligence économique Veille stratégique e-réputation Actulligence Consulting : Présentation Frédéric Martinet, Consultant indépendant

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Sébastien Tran ISC Paris Emmanuel Bertin Orange Labs Telecom SudParis introduction évolution

Plus en détail

Portail de Management de Visioconférence As a Service

Portail de Management de Visioconférence As a Service Livret technique MyEasyVision Portail de Management de Visioconférence As a Service # Web - ipad&iphone Prérequis Pour pouvoir déployer le service, G2J nécessite que les infrastructures de visioconférence

Plus en détail

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Résumé : L entité Orange IT&L@bs, partenaire privilégié des entreprises et des collectivités dans la conception et l implémentation de SI Décisionnels innovants,

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse

Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse Présentation de la solution SAP SAP Afaria, édition cloud Objectifs Des collaborateurs mobiles sans infrastructure sur site complexe et coûteuse Un faible investissement à forte rentabilité Objectifs Un

Plus en détail

RÉUSSIR SON PROJET BYOD

RÉUSSIR SON PROJET BYOD RÉUSSIR SON PROJET BYOD 330 millions de smartphones vendus dans le monde en 2012 (Gartner) 43% des cadres (entreprises américaines de plus de 500 salariés) utilisent des équipements perso sur les réseaux

Plus en détail

DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION

DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION Pentaho Webinar 30 pour 30 DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION Resources & Conseils Sébastien Cognet Ingénieur avant-vente 1 Vous venez de télécharger une plateforme moderne d intégration et d analyses

Plus en détail

Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html. R.R. Université Lyon 2

Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html. R.R. Université Lyon 2 Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html 1 Plan de présentation 1. L écosystème Hadoop 2. Principe de programmation MapReduce 3. Programmation des fonctions

Plus en détail

Digital DNA Server. Serveur d authentification multi-facteurs par ADN du Numérique. L authentification de confiance

Digital DNA Server. Serveur d authentification multi-facteurs par ADN du Numérique. L authentification de confiance L authentification de confiance Digital DNA Server Serveur d authentification multifacteurs par ADN du Numérique Simplicité Rapidité Economie Liberté Evolutivité Fiabilité FR mar 205 www.loginpeople.com

Plus en détail

Fouillez facilement dans votre système Big Data. Olivier TAVARD

Fouillez facilement dans votre système Big Data. Olivier TAVARD Fouillez facilement dans votre système Big Data Olivier TAVARD A propos de moi : Cofondateur de la société France Labs Développeur (principalement Java) Formateur en technologies de moteurs de recherche

Plus en détail

Présentation KASPERSKY ENDPOINT SECURITY FOR BUSINESS

Présentation KASPERSKY ENDPOINT SECURITY FOR BUSINESS Présentation KASPERSKY ENDPOINT SECURITY FOR BUSINESS 1 Les tendances du marché et leurs impacts sur l IT SOUPLESSE EFFICACITÉ PRODUCTIVITÉ Aller vite, être agile et flexible Réduire les coûts Consolider

Plus en détail

Enquête CRIP Index Stratégie des Devices mobiles. Pierre MANGIN CRIP team Directeur des Etudes & Veille techno

Enquête CRIP Index Stratégie des Devices mobiles. Pierre MANGIN CRIP team Directeur des Etudes & Veille techno Enquête CRIP Index Stratégie des Devices mobiles Pierre MANGIN CRIP team Directeur des Etudes & Veille techno CRIP Index : introduction (rappel) C est une création : Les Baromètres IT = un nouveau service

Plus en détail

DÉPLOIEMENT DE QLIKVIEW POUR DES ANALYSES BIG DATA CHEZ KING.COM

DÉPLOIEMENT DE QLIKVIEW POUR DES ANALYSES BIG DATA CHEZ KING.COM DÉPLOIEMENT DE QLIKVIEW POUR DES ANALYSES BIG DATA CHEZ KING.COM Étude de cas technique QlikView : Big Data Juin 2012 qlikview.com Introduction La présente étude de cas technique QlikView se consacre au

Plus en détail

de Les l Informatique systèmes d information critiques avec Thales Services Nouvelle génération Architectures efficaces Transformation

de Les l Informatique systèmes d information critiques avec Thales Services Nouvelle génération Architectures efficaces Transformation www.thalesgroup.com L évolution des echnologies de Les l nformatique systèmes d information critiques avec hales Services Nouvelle génération Architectures efficaces ransformation Sommaire 1 La nouvelle

Plus en détail

Dématérialisation et mobilité

Dématérialisation et mobilité Dématérialisation et mobilité Comment gérer le dernier maillon du processus? 1 LA DEMATERIALISATION, UN ENJEU ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE La dématérialisation n est pas un sujet nouveau pour les entreprises,

Plus en détail

Business Intelligence, Etat de l art et perspectives. ICAM JP Gouigoux 10/2012

Business Intelligence, Etat de l art et perspectives. ICAM JP Gouigoux 10/2012 Business Intelligence, Etat de l art et perspectives ICAM JP Gouigoux 10/2012 CONTEXTE DE LA BI Un peu d histoire Premières bases de données utilisées comme simple système de persistance du contenu des

Plus en détail

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Philippe Nieuwbourg www.decideo.fr www.b-eye-network.com 17/11/2008 15 : Temps réel» Fantasme de l intelligence artificielle» Il faut réduire les

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

1 Actuate Corporation 2012. + de données. + d analyses. + d utilisateurs.

1 Actuate Corporation 2012. + de données. + d analyses. + d utilisateurs. 1 Actuate Corporation 2012 + de données. + d analyses. + d utilisateurs. Actuate et BIRT Actuate est l Editeur spécialiste de la Business Intelligence et le Reporting qui a créé le projet Open Source BIRT

Plus en détail

quelques chiffres clés

quelques chiffres clés d i v i s i o n d u g r o u p e Pa r t e n a i r e d e v o t r e t ra n s fo r m a t i o n v e r s l e " M o b i l e I T " quelques chiffres clés 15 ans d expérience 140 collaborateurs U N E T R A N S

Plus en détail

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Cloud et scalabilité Auteurs : Raphaël Fournier-S niehotta, Philippe Rigaux, Nicolas Travers prénom.nom@cnam.fr Département d informatique Conservatoire

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

Device Management Premium & Samsung Knox

Device Management Premium & Samsung Knox Device Management Premium & Samsung Knox Domaine Mobile France & International / Growth Area Jacques Després Pourquoi Device Management Premium? contexte le mobile en entreprise change Depuis plusieurs

Plus en détail

Les journées SQL Server 2013

Les journées SQL Server 2013 Les journées SQL Server 2013 Un événement organisé par GUSS Les journées SQL Server 2013 Romain Casteres MVP SQL Server Consultant BI @PulsWeb Yazid Moussaoui Consultant Senior BI MCSA 2008/2012 Etienne

Plus en détail

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Copyright 2013 Pentaho Corporation. Redistribution autorisée. Toutes les marques commerciales sont déposées par leur propriétaire

Plus en détail

Projet Bring your own device

Projet Bring your own device Projet Bring your own device Apportez votre appareil numérique" Mai 2015 Jean-Jacques GOINEAU Professeur - COTIC Introduction : Que signifie Bring your own device? Il s agit de permettre aux usagers, en

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE Il est commun, pour un salarié, d utiliser son véhicule personnel pour ses déplacements professionnels. Et s il en était ainsi pour le matériel informatique? De nombreuses entreprises ont adopté ce concept

Plus en détail

Faire face aux enjeux du Shadow IT : une nécessité pour les entreprises

Faire face aux enjeux du Shadow IT : une nécessité pour les entreprises Livre Blanc Faire face aux enjeux du Shadow IT : une nécessité pour les entreprises Sponsorisé par : Box Karim Bahloul October 2014 INTRODUCTION Avec le Big Data, la Mobilité, le Cloud Computing et les

Plus en détail

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER NewPoint Information Technology Consulting Contenu 1 Big Data: Défi et opportunité pour l'entreprise... 3 2 Les drivers techniques et d'entreprise de BIG DATA...

Plus en détail

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device»)

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») IBM Global Technology Services Livre blanc pour l innovation Juin 2011 Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») 2 Le nouvel espace de travail : Prise en charge

Plus en détail

Thème : Entreprise numérique les facteurs clés de succès, Se réinventer

Thème : Entreprise numérique les facteurs clés de succès, Se réinventer Thème : Entreprise numérique les facteurs clés de succès, Se réinventer Mamadou NAON Club DES DSI DE COTE D IVOIRE www.clubdsi.ci president@clubdsi.ci naonmster@gmail.com 2ème édition des Journées de l

Plus en détail

Big Data On Line Analytics

Big Data On Line Analytics Fdil Fadila Bentayeb Lb Laboratoire ERIC Lyon 2 Big Data On Line Analytics ASD 2014 Hammamet Tunisie 1 Sommaire Sommaire Informatique décisionnelle (BI Business Intelligence) Big Data Big Data analytics

Plus en détail

Une brève introduction aux Données Massives - Challenges et perspectives. Romain Picot-Clémente Cécile Bothorel Philippe Lenca

Une brève introduction aux Données Massives - Challenges et perspectives. Romain Picot-Clémente Cécile Bothorel Philippe Lenca Une brève introduction aux Données Massives - Challenges et perspectives Romain Picot-Clémente Cécile Bothorel Philippe Lenca Plan 1 Big Data 2 4Vs 3 Hadoop et son écosystème 4 Nouveaux challenges, nouvelles

Plus en détail

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement Introduction Phases du projet Les principales phases du projet sont les suivantes : La mise à disposition des sources Des fichiers Excel sont utilisés pour récolter nos informations L extraction des données

Plus en détail

Les usages en matière de Technologies de l Information et de la Communication en Bourgogne 17 Avril 2015

Les usages en matière de Technologies de l Information et de la Communication en Bourgogne 17 Avril 2015 Les usages en matière de Technologies de l Information et de la Communication en Bourgogne 17 Avril 2015 Contacts Anne CAUSSE IDATE a.causse@idate.org 04 67 14 44 63 Nicolas MORENO IDATE n.moreno@idate.org

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

Le passage à l open source, une nouvelle priorité

Le passage à l open source, une nouvelle priorité Le passage à l open source, une nouvelle priorité acquia.com I 888 922 7842 I +01 79 97 25 70 I John Eccles House, Robert Robertson Avenue, Oxford, UK, OX4 4GP Le passage à l open source, une nouvelle

Plus en détail

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne Présentation du produit SAP s SAP pour les PME SAP BusinessObjects Business Intelligence, édition Edge Objectifs En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille

Plus en détail

Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI SYNALTIC 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES

Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI SYNALTIC 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI SYNALTIC 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES Table des matières Edito... 3 Informations pratiques... 4 Accueil des stagiaires... 4 Horaires...

Plus en détail

BIG DATA. Veille technologique. Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette. Commanditaire : Thomas Milon. Encadré: Philippe Vismara

BIG DATA. Veille technologique. Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette. Commanditaire : Thomas Milon. Encadré: Philippe Vismara BIG DATA Veille technologique Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette Commanditaire : Thomas Milon Encadré: Philippe Vismara 1 2 Introduction Historique des bases de données : méthodes de stockage et d analyse

Plus en détail

Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI ALTIC & SYNOTIS - TRAINING CENTER 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES

Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI ALTIC & SYNOTIS - TRAINING CENTER 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES Formations 2015 JASPER, REDMINE, TABLEAU, TALEND, SPAGO BI ALTIC & SYNOTIS - TRAINING CENTER 24 RUE DE L EGLISE 94300 VINCENNES Table des matières Edito... 3 Informations pratiques... 4 Accueil des stagiaires...

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence avec Excel, Power BI et Office 365 Téléchargement www.editions-eni.fr.fr Jean-Pierre GIRARDOT Table des matières 1 Avant-propos A. À qui s adresse ce livre?..................................................

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE LES OUTILS NUMERIQUES LES SMARTPHONES 33,4% d équipement en France en 2011 46,6% en 2012, la progression est rapide Source : Médiamétrie LES CHIFFRES DU SMARTPHONE

Plus en détail

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

Pourquoi utiliser SharePoint?

Pourquoi utiliser SharePoint? Pourquoi utiliser SharePoint? Partage de Fichiers Accès distant aux informations Mise à jour permanente Gestion électronique de documents (GED) Notifications / Alertes Workflow / Flux de travail Extranet

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

aprevotleygonie.wordpress.com >

aprevotleygonie.wordpress.com > Comment marche le big data??? A part être un sujet marketing faisant couler des flots d encre digitale, le big data, ce sont des concepts, des techniques. Le jour est venu pour appréhender en profondeur

Plus en détail

TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3

TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3 TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3 03/11/2014 Plan du TP 2 Présentation de la suite Microsoft BI Ateliers sur SSIS (2H) Ateliers sur RS (2H) 3 Présentation de la suite Microsoft BI Présentation

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Projet Xdata. Cinequant, Data Publica, EDF, ESRI, Hurence, INRIA, Institut Mines Telecom, La Poste, Orange, Veolia

Projet Xdata. Cinequant, Data Publica, EDF, ESRI, Hurence, INRIA, Institut Mines Telecom, La Poste, Orange, Veolia Projet Xdata Cinequant, Data Publica, EDF, ESRI, Hurence, INRIA, Institut Mines Telecom, La Poste, Orange, Veolia Mutualisation des données XData = Cross Data En croisant des données d origine diverses,

Plus en détail

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique?

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique? CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012 Comment bien choisir son équipement informatique? Vous êtes plutôt PC... ou plutôt Mac? o Depuis plus de 20 ans, le couple PC/Windows représente le poste

Plus en détail

Cassandra chez Chronopost pour traiter en temps réel 1,5 milliard d événements par an

Cassandra chez Chronopost pour traiter en temps réel 1,5 milliard d événements par an Cassandra chez Chronopost pour traiter en temps réel 1,5 milliard d événements par an Qui suis-je? Alexander DEJANOVSKI Ingénieur EAI Depuis 15 ans chez Chronopost @alexanderdeja Chronopost International

Plus en détail

Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir

Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir Pentaho lie étroitement intégration de données et analytique. En effet, les services informatiques et les utilisateurs métiers peuvent accéder aux

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

À PROPOS DE TALEND...

À PROPOS DE TALEND... WHITE PAPER Table des matières Résultats de l enquête... 4 Stratégie d entreprise Big Data... 5 Intégration des Big Data... 8 Les défis liés à la mise en œuvre des Big Data... 10 Les technologies pour

Plus en détail

La dernière base de données de Teradata franchit le cap du big data grâce à sa technologie avancée

La dernière base de données de Teradata franchit le cap du big data grâce à sa technologie avancée Communiqué de presse Charles-Yves Baudet Twitter: Les clients de Teradata Teradata Corporation peuvent dan.conway@teradata.com tirer parti de plusieurs + 33 1 64 86 76 14 + 33 (0) 1 55 21 01 48/49 systèmes,

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data

avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data Historique de Big data Jusqu à l avènement d Internet et surtout du Web 2.0 il n y avait pas tant de données

Plus en détail

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data LE BIG DATA Solution EMC Big Data TRANSITION VERS LE BIG DATA En tirant profit du Big Data pour améliorer leur stratégie et son exécution, les entreprises se démarquent de la concurrence. La solution EMC

Plus en détail

Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins

Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins Le bureau virtuel toujours disponible, n importe où, simplement et de façon totalement sécurisée. Desk-inCloud est une solution (Daas)

Plus en détail

OpenScape Business. La solution de communications unifiées tout-en-un pour les PME

OpenScape Business. La solution de communications unifiées tout-en-un pour les PME OpenScape Business La solution de communications unifiées tout-en-un pour les PME Améliorez vos performances et faites passer votre entreprise à la vitesse supérieure grâce aux communications unifiées.

Plus en détail

WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ

WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ WIFI ÉVOLUTIVITÉ - SÉCURITÉ - MOBILITÉ Le wifi, pourquoi? sécurité performance C est une technologie permettant de créer des réseaux locaux sans fil à haut débit. Dans la pratique le Wifi permet de relier

Plus en détail