DIRECTIVES POUR L ACCUEIL À LA JOURNÉE DES ENFANTS DE LA NAISSANCE JUSQU À LA FIN DE LA SCOLARITÉ PRIMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIRECTIVES POUR L ACCUEIL À LA JOURNÉE DES ENFANTS DE LA NAISSANCE JUSQU À LA FIN DE LA SCOLARITÉ PRIMAIRE"

Transcription

1 Département de l éducation, de la culture et du sport Departement für Erziehung, Kultur und Sport DIRECTIVES POUR L ACCUEIL À LA JOURNÉE DES ENFANTS DE LA NAISSANCE JUSQU À LA FIN DE LA SCOLARITÉ PRIMAIRE 1 er janvier 2010 Service cantonal de la jeunesse Secteur d accueil à la journée Avenue Ritz 29, 1951 Sion Tél Fax

2 INTRODUCTION Changement des structures familiales : La mutation économique des dernières décennies s est accompagnée d une transformation des structures sociales. La famille reste certes la cellule de base dans la société moderne et joue un rôle de responsabilité première et principale dans l éducation des enfants. Mais la taille et la composition des familles ont changé. Le nombre de familles monoparentales a augmenté. Le rôle des femmes au sein de la famille et dans le monde professionnel a également évolué, parce que les possibilités de formation et les chances d obtenir un emploi se sont améliorées. Aujourd hui, l économie et les employeurs sont tout aussi intéressés par ce savoir-faire qu à l inverse, les femmes et les hommes qui assument des tâches éducatives peuvent être intéressés par des revenus complémentaires. La mise sur un pied d égalité juridique de l homme et de la femme sur le plan des assurances sociales se rattache essentiellement à l activité professionnelle. Ce qui implique qu il faut que les conditions préalables à l exercice d une activité professionnelle soient mises en place. Les enfants ne doivent pas être une source de déclassement professionnel. L éducation est une tâche et une responsabilité primordiales des parents : La garde des enfants est la tâche fondamentale des parents. Cependant, les offres extrafamiliales doivent venir compléter ou suppléer cette garde quand la situation l exige. Il est donc tout à fait opportun que les communes et le canton participent aux coûts de ces offres, dans le sens d une politique sociale et moderne en faveur de la famille, mais également en faveur des exigences de l économie et du marché du travail. Mission importante des communes : La loi en faveur de la jeunesse, entrée en vigueur le 1 er juin 2001, et adoptée à l unanimité par le Parlement, se veut être un outil législatif moderne et ancré dans la réalité du troisième millénaire. Cette législation a inscrit l obligation pour les communes ou des groupements de communes de prendre les mesures utiles afin que l offre privée ou publique réponde aux besoins de places d accueil pour les enfants de la naissance jusqu à la fin de la scolarité primaire. Les communes sont chargées d évaluer les besoins pour de telles structures et d informer les usagers sur l offre et les modalités d utilisation. Le canton pour sa part participe au financement de ces réseaux d accueil à la journée qu il a dûment autorisés sur la base d un contrat de prestations correspondant aux 30 % des salaires et du matériel éducatif reconnus. L autorisation et la haute surveillance de ces structures incombent conformément aux dispositions fédérales et cantonales au canton. Ainsi, des directives cantonales concernant les exigences pour la reconnaissance par le canton des offres d accueil extra-familial d enfants, et par conséquent l accès à l octroi de subventions, garantissent que ces offres satisfont aux exigences en matière de qualité. Les directives actuelles datent de Il est toutefois apparu nécessaire d entamer une révision en profondeur de celles-ci, afin de simplifier leur application par les communes et de les adapter aux nouvelles exigences de ce type d accueil. Investissement et durabilité : L accueil extra-familial des enfants génère certes des coûts, mais il apporte aussi, en plus du soutien aux familles, des avantages à la collectivité. Il s agit essentiellement des domaines suivants : - les parents d accueil à la journée et les personnes qui travaillent dans le domaine de l éducation de l enfance paient des impôts sur leurs salaires ;

3 - là où les deux parents travaillent, cela signifie des recettes fiscales plus élevées ; - l activité professionnelle peut combattre efficacement le risque d indigence et favoriser l hygiène psychologique des personnes actives ; - l accueil à la journée peut permettre au marché du travail d engager une main d œuvre qualifiée ; - la fréquentation d une structure d accueil de jour influe favorablement sur le développement social, cognitif et langagier de l enfant. Elle peut favoriser la socialisation et une meilleure intégration pour les enfants issus de la migration. Elle peut également influencer favorablement l entrée à l école, améliorer les chances de formation et l'intégration ultérieure dans le marché du travail. L accueil à la journée et ses partenaires : Comme on peut le constater, l offre de places d accueil dans le domaine de l enfance incombe à différents acteurs que sont les parents, les communes, le canton, ainsi que la Confédération qui s est investie ces cinq dernières années sur le plan financier. Il est juste et cohérent que cette tâche ne repose pas sur les épaules d un seul des acteurs précités, car tous retirent un bénéfice direct à pouvoir bénéficier de structures d accueil performantes et modernes. Investir pour notre jeunesse, c est investir pour le futur. Fédération des Communes valaisannes Le chef du Département de l éducation, de la culture et du sport Marianne Maret, présidente Claude Roch, conseiller d'état Sion, le 1 er janvier 2010

4 SOMMAIRE Pages Directive 1 Types de structures d accueil 3 Directive 2 Directives pour les structures d accueil à temps d ouverture élargi (plus de 12 heures d ouverture par semaine) 7 Directive 3 Directives pour les structures d accueil à temps d ouverture restreint (temps d ouverture maximum : 12 heures par semaine) 17 Directive 4 Directives pour l accueil familial par un parent d accueil à la journée ou par une professionnelle diplômée dans le domaine éducatif ou pédagogique, à son domicile 21 Directive 5 Salaires admis au subventionnement du personnel éducatif des structures d accueil à temps d ouverture élargi et des réseaux d accueil familial à la journée 27 Chapitre 6 Contrat de prestations 31 Chapitre 7 Fiche signalétique 37 Chapitre 8 Prestations, exploitation, gestion 39 Chapitre 9 Charte de qualité 41 Chapitre 10 Annexe 45 Chapitre 11 Abréviations 53 Afin de faciliter la lecture de ce document, nous avons opté pour la forme féminine, la forme masculine étant sous-entendue.

5 TYPES DE STRUCTURES D ACCUEIL 1 Directive 1 : Types de structures 3

6 Nursery Mission : Accueillir les bébés dans un lieu de vie adapté à leurs besoins. Veiller à leur santé, à leur sécurité et à leur bien-être. Leur offrir des repas sains, équilibrés et adaptés à leur âge. Favoriser l éveil des tout-petits à travers le jeu et les diverses activités proposées. Assurer leur bon développement, en collaboration avec les parents. âge : 1 mois à 18 mois ouverture (à titre indicatif) : avec repas fréquentation régulière et sur inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : 1 poste pour 5 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires Crèche Mission : Accueillir les enfants dans un lieu de vie adapté à leurs besoins. Veiller à leur santé, à leur sécurité et à leur bien-être, en collaboration avec les parents. Leur offrir des repas sains, équilibrés et adaptés à leur âge. Permettre aux enfants de développer leurs potentialités intellectuelles, sensorielles, psychomotrices et relationnelles, ainsi que leur autonomie à travers le jeu et les diverses activités proposées, en respectant les rythmes individuels de chacun. âge : 1 ½ an à 6 ans ouverture (à titre indicatif) : avec repas fréquentation régulière et sur inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : - rapport pour groupes horizontaux : - 1 ½ an - 2 ½ ans 1 poste pour 5 enfants - 2 ½ ans - 4 ans 1 poste pour 7 enfants - 4 ans - 6 ans 1 poste pour 10 enfants - rapport pour groupes verticaux : - 1 ½ an - 6 ans 1 poste pour 8 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires Garderie Mission : Accueillir les enfants dans un lieu de vie adapté à leurs besoins. Veiller à leur santé, à leur sécurité et à leur bien-être, en collaboration avec les parents. Permettre aux enfants de développer leurs potentialités intellectuelles, sensorielles, psychomotrices et relationnelles, ainsi que leur autonomie à travers le jeu et les diverses activités proposées, en respectant les rythmes individuels de chacun. âge : 1 ½ an à 6 ans ouverture (à titre indicatif) : et sans repas en principe fréquentation régulière et sur inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : - rapport pour groupes horizontaux : - 1 ½ an - 3 ans 1 poste pour 7 enfants - 3 ans - 6 ans 1 poste pour 12 enfants - rapport pour groupes verticaux : - 1 ½ an - 6 ans 1 poste pour 10 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires Directive 1 : Types de structures 4

7 Unité d accueil pour écoliers (UAPE) Mission : Accueillir les écoliers dans un lieu de vie adapté à leurs besoins, en dehors des heures d école. Veiller à leur santé, à leur sécurité et leur bien-être. Assurer leur bon développement, en collaboration avec les parents. Offrir des repas sains, équilibrés et adaptés à l âge des enfants. Donner aux enfants la possibilité d effectuer leurs tâches scolaires. âge : 4 à 12 ans ouverture : avant l école, temps de midi et après l école repas fréquentation régulière et sur inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : 1 poste pour 12 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires particularité : certaines UAPE sont ouvertes toute la journée, ainsi que durant les vacances scolaires (selon le planning de l école) Jardin d enfants Mission : Accueillir les enfants dans un lieu de vie dont les buts sont principalement la socialisation et la stimulation des apprentissages au travers d activités créatrices et de jeux, en collaboration avec les parents. âge : 3 à 6 ans ouverture : ½ journée sans repas fréquentation régulière et sur inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : 1 poste pour 12 à 15 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires particularité : il existe des jardins d enfants à temps d ouverture élargi ou à temps d ouverture restreint Halte-garderie Mission : Offrir aux enfants un espace de jeux, d activités et de rencontres avec d autres enfants. Permettre aux parents de confier leurs enfants pour quelques heures sans réservation. âge : 2 à 8 ans ouverture : ½ journée, maximum 12 heures par semaine sans repas fréquentation irrégulière et sans inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : 1 poste pour 10 enfants personnel : pas de formation exigée en lien avec l enfance Directive 1 : Types de structures 5

8 Structure dans un centre commercial, sportif ou de loisirs Mission : Offrir aux enfants un espace de jeux, d activités et de rencontres avec d autres enfants. Permettre aux parents qui fréquentent le centre, de confier ponctuellement leurs enfants, sans réservation. âge : 2 à 8 ans ouverture : selon horaire du centre commercial, sportif ou de loisirs sans repas fréquentation irrégulière et sans inscription rapport «personnel d encadrement / enfants» : 1 poste pour 10 enfants personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires, si plus de 12 heures d ouverture particularité : il existe des structures à temps d ouverture élargi ou à temps d ouverture restreint pas de subventions cantonales Structure d accueil en région touristique Mission : Offrir aux enfants un espace de jeux, d activités et de rencontres avec d autres enfants. Les accueillir dans un lieu de vie adapté à leurs besoins. Veiller à leur santé, à leur sécurité et à leur bien-être, en collaboration avec les parents. Réservée en priorité aux touristes. les normes de fonctionnement dépendent de l âge des enfants accueillis et du temps d ouverture ouverture : en général durant la haute saison structure destinée en priorité aux touristes personnel : 2/3 min. de professionnelles et 1/3 d auxiliaires, si plus de 12 heures d ouverture particularité : il existe des structures d accueil en région touristique à temps d ouverture élargi ou à temps d ouverture restreint pas de subventions cantonales Directive 1 : Types de structures 6

9 DIRECTIVES POUR LES STRUCTURES D ACCUEIL À TEMPS D OUVERTURE ÉLARGI (plus de 12 heures d ouverture par semaine) Locaux et équipement 2.2 Prestations hôtelières 2.3 Documents relatifs au fonctionnement de la structure 2.4 Personnel 2.5 Encadrement éducatif Directive 2 : Temps d ouverture élargi 7

10 2.1 Locaux et équipement POUR LES ENFANTS NURSERY CRECHE GARDERIE ET JARDIN UAPE D ENFANTS Au minimum : une pièce par groupe pour les différentes activités (3 m 2 par enfant, en tenant compte du mobilier) oui oui oui oui Un poste d eau dans la salle de jeux et dans la salle de peinture Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Une salle de repos oui oui Recommandé non Une cuisine ou cuisinette en fonction des besoins oui oui oui oui Une salle à manger polyvalente Recommandé oui non oui Une salle de bain / salle de soins pour le changement des petits, avec table à langer et lavabo oui oui oui non Un WC + un lavabo, adaptés si possible non Pour 8 enfants Pour 10 enfants oui Un vestiaire individuel pour chaque enfant oui oui Recommandé Recommandé Un lieu pour les poussettes, tricycles, et le rangement Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Une bonne aération et un éclairage naturel et artificiel suffisant oui oui oui oui Des locaux de plain-pied Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé POUR LE PERSONNEL NURSERY CRECHE GARDERIE ET JARDIN UAPE D ENFANTS Un téléphone oui oui oui oui Un bureau pour la direction / accueil des parents Un local de détente pour le personnel / lieu de colloque / bibliothèque Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Un vestiaire pour le personnel Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Un WC pour adultes et visiteurs Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Directive 2 : Temps d ouverture élargi 8

11 ESPACE EXTERIEUR NURSERY CRECHE GARDERIE ET JARDIN D ENFANTS UAPE Une surface extérieure (une partie doit être ombragée [arbres, stores, parasols] ; cet espace doit être délimité visuellement par les enfants [barrières]) oui oui oui oui ou une place de jeux disponible à proximité Un local de rangement pour les jeux d extérieur Une place de parc pour faciliter l accès (principalement pour les parents) Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé Recommandé MATERIEL EDUCATIF NURSERY CRECHE GARDERIE ET JARDIN D ENFANTS UAPE Un mobilier adapté à l âge, à la taille et aux besoins des enfants Du matériel ludique et éducatif adapté à l âge des enfants oui oui oui oui oui oui oui oui SECURITE NURSERY CRECHE GARDERIE ET JARDIN D ENFANTS UAPE Une pharmacie de secours oui oui oui oui Conformément à : - la loi sur la protection contre l'incendie et les éléments naturels du 18 novembre 1977, - au règlement organisant l'exécution du service de protection contre l'incendie et les éléments naturels du 12 décembre 2001, oui oui oui oui - l'ordonnance concernant les mesures préventives contre les incendies du 12 décembre 2001, chaque structure d'accueil dispose d'un concept de protection contre l'incendie qui correspond aux dispositions cantonales et communales de protection contre l'incendie. Le chargé de sécurité communal effectue chaque année des contrôles de protection contre l'incendie. Directive 2 : Temps d ouverture élargi 9

12 Le Service cantonal de la jeunesse, par son Secteur d accueil à la journée, vérifie, lors d'une demande d'exploitation ou d'une prolongation de l'exploitation d'une structure d'accueil à la journée, le rapport de contrôle du chargé de sécurité communal. 2.2 Prestations hôtelières REPAS / COLLATIONS NURSERY CRECHE L éducatrice partage ce moment avec les enfants GARDERIE ET JARDIN D ENFANTS UAPE oui oui oui oui Les repas principaux et les collations doivent être variés, équilibrés et de qualité oui oui oui oui 2.3 Documents relatifs au fonctionnement de la structure DOCUMENTS NURSERY CRECHE Chaque structure d accueil doit notamment disposer des documents suivants : GARDERIE ET JARDIN D ENFANTS UAPE - le concept éducatif, - les statuts, - l organigramme, - les prestations offertes, - le règlement de fonctionnement, - les tarifs, - les jours et horaires d ouverture, - le formulaire d inscription, - l âge et le nombre d enfants accueillis, - la liste des enfants, les coordonnées des parents ou des personnes chargées de la garde de l enfant (nom, adresse + tél.), ainsi que les coordonnées du pédiatre (nom, adresse + tél.). oui oui oui oui Directive 2 : Temps d ouverture élargi 10

13 2.4 Personnel Responsable de la structure La responsable de la structure doit être au bénéfice d une formation reconnue dans le domaine de l enfance (cf. chapitre 2.4.3). Une expérience de 2 ans de pratique dans une structure d accueil est en outre recommandée. Lorsque la capacité d accueil maximale autorisée de la structure est de plus de 30 enfants, la responsable de la structure doit être au bénéfice d une formation complémentaire de niveau «Certificate of Advanced Studies» (CAS), ou équivalente, reconnue par le DECS (cf. Annexe). Pour les structures dont la capacité d accueil maximale est de 30 enfants et moins, cette formation de niveau CAS est recommandée. Lorsque la capacité d accueil maximale autorisée de la structure est de 60 enfants ou plus, une formation complémentaire de niveau «Diploma of Advanced Studies» (DAS), ou équivalente, est recommandée (cf. Annexe). Pour le personnel éducatif, issu des anciennes formations du niveau secondaire du domaine de l enfance agréées par le DECS et souhaitant assumer une fonction de direction, un perfectionnement professionnel reconnu par le Service cantonal de la jeunesse est demandé en sus et une expérience de 5 ans est recommandée Rapport entre personnel professionnel et auxiliaire Le personnel d encadrement éducatif doit être constitué au minimum de 2/3 de professionnelles reconnues. Le personnel auxiliaire sans formation reconnue dans le domaine de l enfance ne doit pas dépasser 1/ Personnel d encadrement professionnel Sont considérées comme faisant partie du personnel professionnel, les titulaires d une des formations suivantes : Niveau tertiaire professionnel ES - Diplôme d éducatrice de l enfance ou de la petite enfance Niveau tertiaire professionnel HES ou universitaire - Diplôme d éducatrice sociale ou spécialisée - Diplôme d animatrice socioculturelle - Diplôme de pédagogie curative - Diplôme de maîtresse enfantine - Diplôme de maîtresse primaire Directive 2 : Temps d ouverture élargi 11

14 - Bachelor en sciences de l éducation - Bachelor en psychologie Niveau secondaire II - CFC d assistante socio-éducative «Spielgruppe» - Certificat de Spielgruppenleiterin Formation reconnue pour les Spielgruppen dans le Haut-Valais Remarques : Pour être reconnues comme personnel éducatif formé, les personnes au bénéfice d une formation tertiaire HES ou universitaire devront encore suivre, selon leur parcours professionnel et le type de structure d accueil, des modules de perfectionnement adoptés par le Service cantonal de la jeunesse. Les personnes au bénéfice d anciennes formations du niveau secondaire du domaine de l enfance agréées par le DECS, dont la liste est mise en annexe, sont considérées comme faisant partie du personnel éducatif formé, moyennant la participation à des modules de perfectionnement adoptés par le Service cantonal de la jeunesse. Les écoles qui ne sont pas reconnues dans leur canton d origine ne le seront plus dans notre canton à partir de la date précisée dans l annexe. Les formations étrangères en lien avec la petite enfance sont évaluées par l Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) à Berne, en vue d une reconnaissance de diplôme Personnel d encadrement auxiliaire FONCTION NORMES ET ROLE PROFESSIONNEL QUALITES REQUISES AUXILIAIRE Personnel adulte sans formation spécifique liée à l enfance. Peut travailler de manière autonome sous la responsabilité d une personne formée. Renforcement de l équipe éducative à des périodes bien définies. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. Directive 2 : Temps d ouverture élargi 12

15 2.4.5 Personnel en formation (apprenties et étudiantes) FONCTION NORMES ET ROLE PROFESSIONNEL QUALITES REQUISES STAGIAIRE EN PRE- STAGE Ne compte pas dans le quota du personnel. Travaille sous surveillance. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. APPRENTIE ASE Ne compte pas dans le quota du personnel. Travaille sous surveillance. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. STAGIAIRE D ECOLE ES AU BENEFICE D UN CFC ASE En principe, ne compte pas dans le quota du personnel. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. STAGIAIRE D ECOLE ES Ne compte pas dans le quota du personnel. Travaille sous surveillance. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. ETUDIANTE ES EN FORMATION EN COURS D EMPLOI AU BENEFICE D UN CFC ASE Fait partie du quota du personnel formé, au prorata de son temps de présence dans la structure. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. ETUDIANTE ES EN FORMATION EN COURS D EMPLOI Fait partie du quota du personnel non formé, au prorata de son temps de présence dans la structure. Travaille sous surveillance. Bon contact avec les enfants. Capacité de travailler en équipe. Bon équilibre personnel. Directive 2 : Temps d ouverture élargi 13

16 2.5 Encadrement éducatif Rapport «personnel d encadrement / enfants» DENOMINATION AGE RAPPORT «PERSONNEL D ENCADREMENT / ENFANTS» NURSERY 1 à 18 mois 1 poste pour 5 bébés CRECHE 1 ½ an à 6 ans GROUPES HORIZONTAUX (MEME GROUPE D AGE) : Groupe des petits : 1 ½ an à 2 ½ ans 1 poste pour 5 enfants Groupe des moyens : 2 ½ ans à 4 ans 1 poste pour 7 enfants Groupe des grands : 4 ans à 6 ans 1 poste pour 10 enfants GROUPES VERTICAUX (GROUPES D AGES DIFFERENTS) : Groupe de 1 ½ an à 6 ans 1 poste pour 8 enfants GARDERIE 1 ½ an à 6 ans GROUPES HORIZONTAUX (MEME GROUPE D AGE) : Groupe des petits : 1 ½ an à 3 ans 1 poste pour 7 enfants Groupe des grands : 3 ans à 6 ans 1 poste pour 12 enfants GROUPES VERTICAUX (GROUPES D AGES DIFFERENTS) : Groupe de 1 ½ an à 6 ans 1 poste pour 10 enfants JARDIN D ENFANTS 3 à 6 ans 1 poste pour 12 à 15 enfants SPIELGRUPPE 3 à 6 ans 1 poste pour 12 à 15 enfants UAPE 4 à 12 ans 1 poste pour 12 enfants Directive 2 : Temps d ouverture élargi 14

17 2.5.2 Calcul du taux d encadrement éducatif (cf. chapitre 10 : Annexe) La formule permettant de déterminer le taux d encadrement éducatif, selon une moyenne de fréquentation hebdomadaire, est la suivante : Nombre de postes = moyenne de fréquentation hebdomadaire x temps d ouverture ratio x temps de travail à effectuer Remarques : Le pourcentage du poste de coordination est déterminé en fonction du nombre de places et de la typicité de chaque structure (exemple : pour 10 enfants, environ 10%; pour 20 enfants, environ 20%). Il ne fait pas partie des postes calculés pour l encadrement éducatif. Ce pourcentage est subventionné lorsque la responsable de la structure assume également des tâches éducatives. Les postes d intendance (préparation des repas, ménage, etc.) ne font pas partie des postes calculés pour l encadrement éducatif et ne sont pas subventionnés Encadrement et nombre de stagiaires ES et d apprenties ASE L encadrement et le nombre d apprenties sont régis par l Ordonnance sur la formation professionnelle d assistante socio-éducative. En ce qui concerne les stagiaires ES, le Plan d études-cadre (PEC), élaboré par la Plate-forme suisse des formations dans le domaine social (SPAS), sert de référence (cf. Annexe). Directive 2 : Temps d ouverture élargi 15

18 Directive 2 : Temps d ouverture élargi 16

19 DIRECTIVES POUR LES STRUCTURES D ACCUEIL À TEMPS D OUVERTURE RESTREINT (temps d ouverture maximum : 12 heures par semaine) Locaux et équipement 3.2 Documents relatifs au fonctionnement de la structure 3.3 Personnel 3.4 Encadrement éducatif 3.5 Particularités Directive 3 : Temps d ouverture restreint 17

20 3.1 Locaux et équipement POUR LES ENFANTS Au minimum : une pièce par groupe pour les différentes activités (3 m 2 par enfant, en tenant compte du mobilier) JARDIN D ENFANTS oui HALTE-GARDERIE oui Un WC + un lavabo oui oui Un vestiaire oui oui Une bonne aération et un éclairage naturel et artificiel suffisant oui oui Des locaux de plain-pied Recommandé Recommandé POUR LE PERSONNEL JARDIN D ENFANTS HALTE-GARDERIE Un téléphone oui oui Un bureau Recommandé Recommandé Une cuisinette équipée Recommandé Recommandé ESPACE EXTERIEUR Une surface extérieure (une partie doit être ombragée [arbres, stores, parasols] ; cet espace doit être délimité visuellement par les enfants [barrières]) ou une place de jeux disponible à proximité JARDIN D ENFANTS Recommandé HALTE-GARDERIE Recommandé MATERIEL EDUCATIF Un mobilier adapté à l âge, à la taille et aux besoins des enfants. Du matériel ludique et éducatif adapté à l âge des enfants. JARDIN D ENFANTS oui oui HALTE-GARDERIE oui oui Directive 3 : Temps d ouverture restreint 18

21 SECURITE JARDIN D ENFANTS HALTE-GARDERIE Une pharmacie de secours oui oui Conformément à : - la loi sur la protection contre l'incendie et les éléments naturels du 18 novembre 1977, - au règlement organisant l'exécution du service de protection contre l'incendie et les éléments naturels du 12 décembre 2001, - l'ordonnance concernant les mesures préventives contre les incendies du 12 décembre 2001, chaque structure d'accueil dispose d'un concept de protection contre l'incendie qui correspond aux dispositions cantonales et communales de protection contre l'incendie. Le chargé de sécurité communal effectue chaque année des contrôles de protection contre l'incendie. Le Service cantonal de la jeunesse, par son Secteur d accueil à la journée, vérifie lors d'une demande d'exploitation ou d'une prolongation de l'exploitation d'une structure d'accueil à la journée le rapport de contrôle du chargé de sécurité communal. oui oui 3.2 Documents relatifs au fonctionnement de la structure DOCUMENTS JARDIN D ENFANTS HALTE-GARDERIE Chaque structure d accueil doit notamment disposer des documents suivants : - le concept éducatif, - les statuts, - l organigramme, - les prestations offertes, - le règlement de fonctionnement, - les tarifs, - les jours et horaires d ouverture, - le formulaire d inscription - l âge et le nombre d enfants accueillis, - la liste des enfants, les coordonnées des parents ou des personnes chargées de la garde de l enfant (nom, adresse + tél.), ainsi que les coordonnées du pédiatre (nom, adresse + tél.) oui oui Directive 3 : Temps d ouverture restreint 19

22 3.3 Personnel Responsable de la structure La responsable d un jardin d enfants doit être au bénéfice d une formation reconnue dans le domaine de l enfance. Aucune formation spécifique n est exigée pour être responsable d une halte-garderie Personnel d encadrement Le personnel d encadrement éducatif pour les jardins d enfants doit être constitué au minimum de 2/3 de professionnelles reconnues. Le personnel auxiliaire sans formation reconnue dans le domaine de l enfance ne doit pas dépasser 1/3. La liste des formations reconnues fait l objet d un chapitre spécifique (voir chapitre de la Directive 2). Le personnel d encadrement éducatif pour les haltes-garderies peut être constitué de personnel sans formation reconnue dans le domaine de l enfance. 3.4 Encadrement éducatif : rapport «personnel d encadrement / enfants» DENOMINATION AGE RAPPORT «PERSONNEL D ENCADREMENT / ENFANTS» JARDIN D ENFANTS 3 à 6 ans 1 poste pour 12 à 15 enfants HALTE-GARDERIE 2 à 8 ans 1 poste pour 10 enfants 3.5 Particularités Les structures d accueil liées à une activité ponctuelle et limitée dans le temps, telle que foire, exposition, etc., et dont l ouverture est supérieure à une semaine, se réfèrent aux normes de fonctionnement de la structure dans un centre commercial, sportif ou de loisirs et sont soumises à autorisation. Directive 3 : Temps d ouverture restreint 20

23 DIRECTIVES POUR L ACCUEIL FAMILIAL PAR UN PARENT D ACCUEIL À LA JOURNÉE OU PAR UNE PROFESSIONNELLE DIPLÔMÉE DANS LE DOMAINE ÉDUCATIF OU PÉDAGOGIQUE À SON DOMICILE Locaux et équipement 4.2 Documents relatifs au fonctionnement de l accueil à domicile 4.3 Personnel et encadrement éducatif Directive 4 : Accueil familial 21

24 4.1 Locaux et équipement AMENAGEMENT ET EQUIPEMENT Une salle polyvalente pour jeux et activités diverses (3 m 2 par enfant, en tenant compte du mobilier) PARENT D ACCUEIL non NURSERY / CRECHE / GARDERIE / UAPE A DOMICILE oui Une chambre de repos équipée oui oui Un vestiaire Vestiaire familial oui Une cuisinette Cuisine familiale Cuisine familiale Une salle de bain équipée Sanitaires familiaux Sanitaires familiaux Un téléphone oui oui Un WC pour adultes + enfants Sanitaires familiaux Sanitaires familiaux Une bonne aération et un éclairage naturel et artificiel suffisant oui oui ESPACE EXTERIEUR une surface extérieure (une partie doit être ombragée [arbres, stores, parasols] ; cet espace doit être délimité visuellement par les enfants [barrières]) ou Une place de jeux disponible à proximité PARENT D ACCUEIL Recommandé NURSERY / CRECHE / GARDERIE / UAPE A DOMICILE Recommandé EQUIPEMENT MATERIEL ET EDUCATIF Un mobilier adapté à l âge, à la taille et aux besoins des enfants Du matériel ludique et éducatif adapté à l âge des enfants PARENT D ACCUEIL oui oui NURSERY / CRECHE / GARDERIE / UAPE A DOMICILE oui oui Directive 4 : Accueil familial 22

25 EQUIPEMENT DE SECURITE PARENT D ACCUEIL NURSERY / CRECHE / GARDERIE / UAPE A DOMICILE Une pharmacie de secours Pharmacie familiale Pharmacie familiale Des mesures de protection contre le feu (cf. normes cantonales en vigueur) oui oui* Des barrières pour escaliers oui oui Couverture d assurance obligatoire en cas de transports d enfants oui oui * les locaux doivent être contrôlés par le Service communal du feu 4.2 Documents relatifs au fonctionnement de l accueil à domicile DOCUMENTS Pour les besoins de l accueil familial, un règlement doit être à disposition et contenir les informations suivantes: - la présentation de l association et la description de l offre, - le nom de la responsable, - ses heures de permanence. PARENT D ACCUEIL oui NURSERY / CRECHE / GARDERIE / UAPE A DOMICILE oui Les droits et les devoirs en cas d urgence oui oui Les tarifs oui oui Un formulaire d inscription oui oui Une liste des enfants inscrits doit être tenue à jour, avec : - les coordonnées des parents ou des personnes chargées de la garde de l enfant (nom, adresse + tél.), - les coordonnées du pédiatre (nom, adresse + tél.). oui oui Le concept éducatif à remettre aux parents Recommandé oui Directive 4 : Accueil familial 23

Ordonnance sur différentes structures en faveur de la jeunesse

Ordonnance sur différentes structures en faveur de la jeunesse - - 850.00 Ordonnance sur différentes structures en faveur de la jeunesse du 9 mai 00 Le Conseil d Etat du canton du Valais vu les art. 5,, 5,,,, 6,,, 5, 7 et 5 de la loi en faveur de la jeunesse du mai

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

B.A.-BA de la garde d enfants

B.A.-BA de la garde d enfants B.A.-BA de la garde d enfants pour la Suisse romande Vue d ensemble des variantes de garde les plus fréquentes pour les petits enfants - Crèche - Accueil familial de jour - Nounou - Babysitter, Au Pair

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts de l Association suisse des écoles à horaire continu I. Généralités Art. 1 Désignation, siège

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL Vous allez effectuer un stage dans notre structure. Ce livret d accueil a été rédigé pour vous souhaiter la bienvenue et vous donner quelques informations

Plus en détail

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Inscription pour la rentrée de septembre 20.. Photo Je m inscris pour la formation ordinaire, à plein temps, en 3 ans Je suis intéressé-e par une

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1 Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures page 1 1. Introduction A qui est destinée cette formation? Proposée en emploi, la formation

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Recommandations de la CSHEP et de la CRUS pour la mise en œuvre coordonnée de la déclaration de Bologne

Plus en détail

Guide pour la création d une MAM

Guide pour la création d une MAM LES MAISONS D ASSISTANTS MATERNELS Guide pour la création d une MAM Commission Départementale d Accueil du Jeune Enfant Le cadre législatif La loi n 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons

Plus en détail

Expert-e en finance et controlling Diplôme fédéral

Expert-e en finance et controlling Diplôme fédéral Expert-e en finance et controlling Diplôme fédéral Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures page 1 1. Introduction Pourquoi choisir cette formation? Afin d être concurrentiel sur le marché

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Mission de l'institution

Mission de l'institution Fondation Communale du Grand-Saconnex pour la Petite Enfance Mission de l'institution Offrir aux parents un mode de garde en dehors du lieu familial et ceci dès la fin du congé maternité jusqu à l entrée

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM)

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM) 2013 (MAM) Édito Le Conseil général et la Caisse d allocations familiales du Finistère favorisent le développement des modes d accueil de la petite enfance Le Conseil général du Finistère et la Caisse

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration 78704 Spécialiste en restauration Restaurationsfachfrau / Restaurationsfachmann Impiegata di ristorazione / Impiegato di ristorazione Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste

Plus en détail

Objet et champ d application

Objet et champ d application Ordonnance du DEFR concernant les conditions minimales de reconnaissance des filières de formation et des études postdiplômes des écoles supérieures (OCM ES 1 ) du 11 mars 2005 (Etat le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Public cible Professionnel-le-s des domaines du social, de la santé, des sciences humaines.

Public cible Professionnel-le-s des domaines du social, de la santé, des sciences humaines. CAS / Certificate of Advanced Studies Spécialiste en analyse des pratiques professionnelles dans le domaine de l action sociale, éducative, psychosociale et de la santé & DAS / Diploma of Advanced Studies

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

Formulaire d inscription

Formulaire d inscription Modules complémentaires en vue d une admission dans une filière d une Haute Ecole Spécialisée dans le domaine Santé. Formulaire d inscription Je m inscris aux modules complémentaires en vue d une formation

Plus en détail

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt)

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Ordonnance du 6 mars 2012 Entrée en vigueur : 01.04.2012 sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 24 mars

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

Etude de faisabilité. Une crèche pour l ONU

Etude de faisabilité. Une crèche pour l ONU Etude de faisabilité Une crèche pour l ONU Etude réalisée pour L ONU par Amalthée Sàrl 27 juillet 2012 2 Sommaire 1. OBJECTIF ET CONTENU DU RAPPORT... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Immobilier et mobilier...

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 - Grille salariale 2014 - Grille salariale 2014 des directeurs - Rémunération des enseignants spécialisés remplaçants - Rémunération des

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel?

Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel? Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel? Présentation des masters de Genève, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel Association des étudiants en psychologie/ éducation, en psychologie

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

Dispositions pour les apprentis

Dispositions pour les apprentis Édition 2011 Dispositions pour les apprentis Apprentis qui suivent les cours professionnels intercantonaux dans les Hôtels-écoles d hotelleriesuisse (HE) Spécialiste en hôtellerie CFC Employé-e en hôtellerie

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 11 septembre 2007 80606 Nettoyeuse de textiles CFC/Nettoyeur de textiles CFC Textilpflegerin EFZ/Textilpfleger

Plus en détail

Commune de Préverenges

Commune de Préverenges Commune de Préverenges PREAVIS MUNICIPAL N 9/11 DEMANDE D'UN CREDIT DE FR. 2'400'000.00 POUR L AGRANDISSEMENT DE LA CRECHE-GARDERIE «LES MOUSSAILLONS» MUNICIPALITE DE PREVERENGES Préavis N 9/11 1 Demande

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

CONTENU DU CAHIER DE GESTION

CONTENU DU CAHIER DE GESTION COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP CONTENU DU CAHIER DE GESTION SECTION I CONSEIL DES COMMISSAIRES Règlement fixant le jour, l heure et le lieu des séances ordinaires du conseil des commissaires

Plus en détail

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg Direction des finances Finanzdirektion Service du personnel et d'organisation Amt für Personal und Organisation CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Information à l intention du personnel de l Etat de

Plus en détail

Contrat d'engagement pour chef de chœur

Contrat d'engagement pour chef de chœur Union Suisse des chorales Contrat d'engagement pour chef de chœur Entre (Chœur) Et (chef de chœur) 1. Madame / Monsieur assure la direction musicale de /du choeur 2. L année chorale commence en règle générale

Plus en détail

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne Ecole de commerce EC La voie scolaire vers une formation commerciale Direction de l instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 6 décembre 2006 95004 Agente/Agent d exploitation CFC Fachfrau/Fachmann Betriebsunterhalt EFZ

Plus en détail

Statuts Association Pro Senectute Genève

Statuts Association Pro Senectute Genève . Statuts Association Pro Senectute Genève Préambule Le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique ; ils ont à la fois valeur d un féminin et d un masculin.

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

LE DFS A 1 AN! BILAN DE LA PREMIÈRE ANNÉE DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA SÉCURITÉ. Sion, le 15 mai 2015

LE DFS A 1 AN! BILAN DE LA PREMIÈRE ANNÉE DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA SÉCURITÉ. Sion, le 15 mai 2015 LE DFS A 1 AN! BILAN DE LA PREMIÈRE ANNÉE DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA SÉCURITÉ Sion, le 15 mai 2015 LE DFS, C EST. 11 SERVICES (5 DANS LE DOMAINE DE LA FORMATION ET 6 DANS LE DOMAINE DE LA

Plus en détail

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux

Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux Édition 2015 Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux Apprentis qui suivent les cours professionnels intercantonaux dans les hôtels-écoles

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Contenu du métier. Contenu du métier

Contenu du métier. Contenu du métier FICHE METIER et PASSERELLES ASSISTANT(E) D'ACCUEIL PETITE ENFANCE Domaines : Domaine Services à la personne - Sous domaine : Education et animation Code fiche du répertoire des métiers territoriaux : 06/D/23

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Plan stratégique. Pour la promotion de l intégration des personnes en situation de handicap CONSEIL D ETAT DU CANTON DE FRIBOURG

Plan stratégique. Pour la promotion de l intégration des personnes en situation de handicap CONSEIL D ETAT DU CANTON DE FRIBOURG CONSEIL D ETAT DU CANTON DE FRIBOURG Plan stratégique Pour la promotion de l intégration des personnes en situation de handicap Conformément à l article 197 chiffre 4 de la Constitution fédérale et à l

Plus en détail

MAINTENANCE AGENT DE MAINTENANCE

MAINTENANCE AGENT DE MAINTENANCE Secteur Techn que MAINTENANCE AGENT DE MAINTENANCE Brevet fédéral Préparation aux examens Situation de la formation Domaines Bilans de compétences Coaching Commerce Culture générale (ECG) Finances Formation

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Généraliste en assurances sociales

Généraliste en assurances sociales Généraliste en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II. Programme... 4 1.

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Santé au travail et entreprise

Santé au travail et entreprise Formation postgrade Institut universitaire romand de Santé au Travail Certifiée par la Société Suisse de Médecine du Travail (SSMT) Santé au travail et entreprise Octobre 2015 Novembre 2016 En partenariat

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

Evaluation des besoins en places d accueil préscolaire: Outils pour mener une enquête auprès des familles

Evaluation des besoins en places d accueil préscolaire: Outils pour mener une enquête auprès des familles Jugendamt JA Secteur des milieux d accueil Sektor familienexterne Betreuung Bd de Pérolles 24, case postale 29, 1705 Fribourg T +41 26 305 15 30, F +41 26 305 15 98 www.fr.ch/sej Fribourg, le 1 er juin

Plus en détail

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé ASSURANCES MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé CERTIFICAT Généraliste en assurances sociales Votre partenaire formation continue www.virgile.ch tél. 021 921 19

Plus en détail

PRATICIEN FORMATEUR. Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015

PRATICIEN FORMATEUR. Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 PRATICIEN FORMATEUR praticienne formatrice (PF) Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Former des adultes à une pratique professionnelle dans les métiers du travail social et de la santé. Concept

Plus en détail

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage 80101 Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment Gebäudereiniger/Gebäudereinigerin Pulitore di edifici/pulitrice di edifici A. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage B. Programme

Plus en détail

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011)

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011) Arrêté étendant le champ d application des conventions collectives de travail pour les métiers de la métallurgie du bâtiment soit : CCT pour le métier d installateur en chauffage, ventilation et climatisation,

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Technique, architecture et sciences de la vie (MP TASV) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ *Cette formation continue s adresse également aux candidats masculins. Groupe cible

Plus en détail

GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE

GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE 1 GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE édito La petite enfance est l une des priorités du Conseil général, et en particulier les modes d accueil. L accueil au domicile d une assistante

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail