l'accueil des enfants porteurs de handicaps en alsh

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l'accueil des enfants porteurs de handicaps en alsh"

Transcription

1 l'accueil des enfants porteurs de handicaps en alsh ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction départemantale de la jeunesse et des sports du Val-de-Marne - - Corala.indd 1 9/01/07 10:54:06

2 - - Corala.indd 2 9/01/07 10:54:07

3 INTRODUCTION Générale Introduction Générale La Commission Recherche Action Loisirs Adolescents (CORALA ) qui s est formée en 1995, mène une réflexion particulièrement riche afin d améliorer la qualité de l accueil dans les centres de loisirs du Val de Marne et valoriser le travail éducatif des animateurs et directeurs de ces structures. Celle-ci est composée de la DDJS, de la CAF, du service PMI du Conseil Général et des principaux mouvements d éducation populaire et de jeunesse du département. Après avoir proposé aux organisateurs de centres de loisirs des cadres de références relatifs à l accueil des enfants de moins de six ans et aux accueils périscolaires, la commission a décidé d engager une nouvelle réflexion autour de l accueil d enfants porteurs d un handicap. Les quelques définitions et conseils proposés constituent une synthèse. Chaque enfant étant unique et chaque handicap comportant des degrés variables, il convient donc d adapter ces conseils à chaque situation. Le partenariat avec les familles et les professionnels demeure essentiel. L objet de ce document est de faciliter l intégration d enfants porteurs d un handicap. Il n a pas vocation à suppléer aux missions des professionnels de la santé. Il doit également permettre à chacun de clarifier son rôle dans la démarche d accueil. Ce guide ne saurait être exhaustif et ne peut pas être considéré comme une réponse précise à la multiplicité des situations. * «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle, durable ou définitive d une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d un polyhandicap ou d un trouble de santé invalidant.» Loi pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 C.O.R.A.L.A est une commission propre au Val-de-Marne. Elle est composée de membres représentant les mouvements de jeunesse et d éducation populaire (FRANCAS, JPA, Ligue de l Enseignement, CEMEA, IFAC, Guides et Scouts de France, UFCV, Fédération des centres sociaux du 94), de la PMI du Conseil général, de la CAF et de la DDJS du Val-de-Marne. Son objectif est d être une instance de réflexions, de propositions et d actions dans le champ de l animation socio-éducative sur le département. - - Corala.indd 1 9/01/07 10:54:07

4 - - Corala.indd 2 9/01/07 10:54:07

5 REGLEMENTATION L ACCUEIL DES ENFANTS HANDICAPES DANS LES ALSH Contexte : Règlementation «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits». La déclaration des droits de l homme et du citoyen de «L intégration et l accès aux loisirs des mineurs et de l adulte handicapés physiques, sensoriels ou mentaux constituent une obligation nationale». Loi d orientation du 30 Juin «Les états parties reconnaissent que les enfants mentalement ou physiquement handicapés doivent mener une vie pleine et décente, dans des conditions qui garantissent leur dignité, favorisent leur autonomie, facilitent leur participation active à la vie active». Article 23 de la Convention internationale des droits de l enfant du 20 novembre L instruction n JS du 12 mai 2000 renouvelle le cadre selon lequel des enfants porteurs d un handicap peuvent être accueillis dans les ALSH (accueils de loisirs sans hébergement). Cependant rien n oblige un organisateur à accueillir des enfants handicapés. La dernière réglementation n apporte pas d élément nouveau. Néanmoins, la Loi du 17 juillet 2001 mentionne l obligation pour les organisateurs d accueils collectifs de mineurs d avoir un projet éducatif. L article R du code de l action sociale et des familles demande que ce projet prenne en compte les spécificités de l accueil de mineurs atteints de troubles de la santé ou de handicaps lorsque l organisateur envisage d en accueillir. De même le projet pédagogique doit préciser le cas échéant, les mesures envisagées pour les mineurs porteurs d un handicap. Une charte de déontologie pour l accueil de mineurs handicapés en centres de loisirs a été signée en 1997, posant un certain nombre de critères pour le bon accueil de ces enfants. En revanche, les ALSH sont des Etablissements Recevant du Public (ERP) et sont donc assujettis à la réglementation relative à l accessibilité des ERP aux personnes à mobilité réduite. Mis à part cette dernière disposition, il n existe pas de cadre national défini et contraignant, contrairement à ce qui existe à l école (Circulaire N MEN du 30 avril 2002). La loi N du 11/02/05 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées devrait, avec l appui des communes et des associations, favoriser la mise en place de tels projets. C est ce que rappelle le Directeur de la jeunesse et de l éducation populaire, dans un courrier du 17 janvier Sur le plan des loisirs, un label «vacances adaptées organisées» a été créé. Ce label est agréé par le Préfet de région (art. 48). - - Corala.indd 3 9/01/07 10:54:08

6 - - Corala.indd 4 9/01/07 10:54:08

7 Handicap moteur Les déficiences motrices constituent une diminution de la mobilité, voire un déficit moteur complet. Les origines peuvent être génétiques et/ou accidentelles. Le terme handicapé moteur est un terme générique. Il recouvre plusieurs causes de handicaps (liste non exhaustive) : L infirmité motrice cérébrale (IMC ou IMOC) est une lésion du système nerveux. Elle regroupe un certain nombre d états pathologiques consécutifs à une atteinte cérébrale survenue à la naissance, avant la naissance ou dans les premières semaines de la vie. L atteinte neurologique se traduit par une anomalie de commande du contrôle musculaire (difficultés à coordonner les gestes et les déplacements...) et des difficultés de langage. Handicap moteur Le spina-bifida est une malformation congénitale non héréditaire. Les apophyses des dernières vertèbres ne sont pas soudées (difficultés pour faire bouger ses muscles, perte de sensibilité au niveau de la peau). Les personnes atteintes ne présentent pas de défense à la chaleur et au soleil et souffrent d incontinence. Les maladies neuro-musculaires (myopathies ). Les malformations des membres. La paralysie est une diminution ou une perte de l activité musculaire. Elle est souvent consécutive à un accident. La monoplégie est la paralysie d un membre. L hémiplégie est la paralysie de toute la moitié droite ou gauche du corps ou du visage. La paraplégie est la paralysie des deux membres inférieurs. La tétraplégie est la paralysie des quatre membres. L amputation est l ablation d un membre (suite à un accident ou une intervention chirurgicale). Ce qu il faut savoir : - l enfant peut avoir besoin d une aide extérieure pour les actes de la vie quotidienne. Il peut se fatiguer plus vite que les autres enfants. - il peut être plus lent que les autres enfants dans tous les gestes de la vie quotidienne. - il est important que l environnement matériel soit adapté à sa hauteur quand il est en fauteuil roulant (tables, poignées de portes, robinets ). - - Corala.indd 5 9/01/07 10:54:09

8 Conseils : - De fait, pour faciliter l autonomie de ses déplacements, il est souhaitable que les locaux soient faciles d accès (absence de marches, d escalier, seuils de portes mis à niveau, passages suffisamment larges ). - Il faut se mettre à sa hauteur pour l écouter ou lui parler, lui présenter les objets à portée du regard ou des mains - Pour tous ceux présentant un déficit moteur en fauteuil et/ou appareillé : Vérifier régulièrement que l appareillage ne le blesse pas et ne provoque pas de rougeurs (risque d escarres). S il risque de glisser, il doit être maintenu quand il est assis dans son fauteuil roulant. Pour éviter des troubles du transit liés à la position assise en fauteuil il faut veiller à prévoir une alimentation adaptée (des légumes et des fruits, boire abondamment ). - Lorsqu un enfant est en fauteuil roulant électrique, il faut : Vérifier que les batteries des fauteuils soient chargées. Pour les personnes à mobilité réduite : - Eviter une exposition trop longue au soleil ; - Veiller à ce qu elles soient protégées par une crème solaire ayant un indice de protection élevé (à appliquer régulièrement) ; - Il faut faire attention aux frottements, aux irritations, aux brûlures et aux variations de température ; - Appeler un médecin en cas de modification sensible du comportement. - - Corala.indd 6 9/01/07 10:54:09

9 handicap mental Les déficiences mentales sont des troubles qui sont classés schématiquement par des tests psychométriques. De part la diversité des déficiences, il apparaît difficile de donner des conseils généraux. L équipe est donc invitée à se rapprocher de la famille et des médecins. Ce qu il faut savoir : - Le comportement de ces enfants varie suivant la nature et le degré du handicap. - la déficience se traduit, à des degrés divers, par des difficultés de compréhension, de situation dans l espace et le temps, dès lors les enfants peuvent facilement se perdre. Les notions de passé, présent et futur peuvent être acquises avec un retard. - les difficultés dans l expression orale, l apprentissage et l assimilation des notions abstraites entraînent une limitation de ses facultés à faire face aux situations de la vie. Handicap mental - Toutes les perturbations peuvent être angoissantes. - une personne en situation de handicap mental peut avoir des difficultés pour : * Mémoriser les informations orales et sonores. * Fixer son attention. * Evaluer l écoulement du temps. * Se repérer et se déplacer dans l espace. * Apprécier la valeur de l argent. * Maîtriser la lecture et/ou l écriture. La trisomie 21: La trisomie 21 ou syndrome de Down n est pas une maladie mais une malformation congénitale. Elle est due à la présence d un chromosome surnuméraire sur la 21 ème paire de chromosomes c est à dire qu au lieu d avoir au total 46 chromosomes, l individu trisomique en possède 47. Il n y a pas de traitements contre cette aberration chromosomique mis à part ceux destinés à prévenir ou à corriger les symptômes. Ce qu il faut savoir : - il s agit d une aberration chromosomique entraînant une débilité plus ou moins grave et des déficiences sensorielles parfois associées à des problèmes cardiaques. - L enfant trisomique a la particularité d avoir une langue volumineuse. - Il présente souvent un retard de langage. - - Corala.indd 7 9/01/07 10:54:10

10 - Il présente une hypotonie musculaire et un retard dans les acquisitions motrices. - Il souffre souvent de malformations associées (visuelles ). - Ses capacités intellectuelles sont diminuées mais varient d un individu à l autre. - La plupart des trisomiques sont très affectueux et démonstratifs. Conseils : - la structure proposera un accueil et un fonctionnement ritualisés afin de rassurer l enfant. - L entourage devra savoir canaliser les marques d affection trop «excessives». - L animateur devra aider l enfant à gérer ses angoisses et rassurer les autres enfants. - la communication orale doit être privilégiée et les consignes doivent être courtes et simples. L enfant autiste : L autisme est un handicap mental affectant la communication et l interaction avec les autres personnes et avec le monde qui se traduit par un déficit de la communication caractérisé le plus souvent par des troubles du langage et du comportement. L enfant autiste a souvent des comportements et des habitudes ritualisés. Sa vie relationnelle est parfois difficile. On peut observer des manifestations de colère, surtout quand il veut éviter la relation ou si on le perturbe. Ce qu il faut savoir : - Problèmes d interaction sociale : certaines personnes atteintes d autisme peuvent parfois avoir un comportement agressif : - Quand elles sont dans un environnement inconnu ou envahissant ; - Lorsqu elles sont en colère, frustrées ou douloureusement stressées par leur hypersensibilité aux stimuli. - Problèmes de compréhension : Il arrive que des enfants autistes ne répondent pas à l appel de leur nom et évitent de regarder les personnes. Ils ont souvent des difficultés pour comprendre les gestes, le ton de la voix, les expressions faciales et les émotions exprimées. Ils semblent ne pas se rendre compte des sentiments des autres à leur encontre ni de l impact négatif de leur comportement sur les autres personnes. - Problèmes de communication : Les enfants autistes ne parlent pas ou ont un phrasé inhabituel. Certains parlent par mots uniques, certains répètent la même phrase quelle que soit la situation. Tous ont des difficultés à comprendre le langage. Ceux qui parlent auront un retard dans l acquisition du langage et auront tendance à parler d eux-mêmes en utilisant leur nom au lieu d utiliser le je ou le moi. Ils utilisent le langage de manière peu courante. - - Corala.indd 8 9/01/07 10:54:11

11 - Problèmes de comportement : Certains ont des activités ou des actes répétitifs (balancements, toucher les cheveux) ou des comportements auto agressifs (se mordre les mains ou se cogner la tête ). Les changements dans leur routine peuvent être très déstabilisants. Conseils : - en cas de crise l animateur doit veiller à la sécurité de l enfant, de tous, contacter les secours. - si l environnement le permet : laisser l enfant décharger son angoisse en toute sécurité. - Selon les cas, éviter les contacts physiques qui peuvent décupler son mal être. - Proposer un accueil ritualisé afin de rassurer l enfant. Handicap mental Les déficiences intellectuelles : Elles se traduisent par des difficultés de compréhension définitives ou temporaires (Ex. souffrances périnatales, anomalies chromosomiques dont la plus fréquente est la trisomie 21, traumatisme crânien avec coma, retard congénital ) et se mesurent grâce à des tests psychométriques (QI ). Les autres maladies mentales : Les névroses : Le sujet est conscient du caractère pathologique de son trouble (angoisse, phobie, obsessions, ) mais il ne peut s en débarrasser. Le sujet est en phase avec la réalité. Les psychoses : Le sujet n a pas conscience du caractère pathologique de son état, il y a perte de contact avec la réalité, il est convaincu qu il est dans le vrai. Pour lui les autres se trompent, d où la difficulté relationnelle d approche. La psychopathie : Ce n est pas une maladie en soi, mais plutôt des troubles de la personnalité se caractérisant par des conduites asociales (fugue, transgression de la loi, instabilité ). Conseils : - en cas de crise, l animateur doit veiller à la sécurité de l enfant et de tous et contacter les secours. - il convient d informer la famille en cas de troubles constatés ou de comportements inhabituels. - - Corala.indd 9 9/01/07 10:54:12

12 Corala.indd 10 9/01/07 10:54:12

13 les déficiences sensorielles Ce terme regroupe les déficiences ayant trait à l un des cinq sens. L enfant atteint d une surdité ou d une déficience auditive (exemple : hypoacousie) : Il peut a priori tout faire sans risque particulier et possède toutes les capacités intellectuelles et physiques d un enfant du même âge. Ce qu il faut savoir : - L enfant ne peut pas percevoir un bruit de danger venant de l arrière (véhicules ) ou un signal sonore d alarme. - Il a des difficultés d appropriation du langage oral et écrit, ce qui peut entraîner des problèmes de compréhension. - Les échanges au sein d un groupe sont problématiques pour les sourds et les malentendants. Ils peuvent perdre alors le fil de la conversation et finir par s exclure, se désintéresser. Déficience sensorielle Conseils : - l enfant ne doit pas être isolé par l adulte car il est privé des informations sonores (bruits, paroles ). A contrario, la structure doit lui permettre des moments de calme et de solitude lorsque il en manifeste le besoin. - il appréhende le monde principalement par la vue. Tous les documents visuels (photos, images, dessins ) sont des outils nécessaires. Le mime, le geste, l expressivité globale accompagnant le message oral, peuvent aider à la compréhension. - il a du mal à recevoir le message oral : lui parler normalement à voix d intensité habituelle de face et en pleine luminosité (jamais à contre-jour) en articulant correctement mais sans exagérer. - il a besoin de consignes simples et d explications afin d anticiper les actions et les situations. - Il faut être attentif aux caprices ou aux colères qui peuvent être l expression d une incompréhension de la part de l enfant. - il faut lui expliquer les choses par anticipation et vérifier qu il a compris : le «quand?», «où?», «comment?», «pour quoi faire?», «avec qui?». - il importe que l enfant soit proche et en vis-à-vis de son interlocuteur pour communiquer Corala.indd 11 9/01/07 10:54:12

14 - Amplificateurs traditionnels et implants, contours d oreilles : Faire attention aux prothèses lors des activités (eau, sable, activités physiques et sportives ). Faire attention lors de l habillage ou du déshabillage des enfants. L enfant aveugle ou déficient visuel : Le malvoyant a son acuité visuelle fortement diminuée. Les cas de mal voyance sont très diversifiés et entraînent des conséquences dans la vie quotidienne si différentes qu il est quasiment impossible de donner des conseils précis. Le non voyant est privé du sens de la vue. Ce qu il faut savoir : - la classification OMS de la déficience visuelle est basée sur la mesure de l acuité visuelle de loin et la mesure du champ visuel, c est-à-dire de la portion de l espace perçue lorsque l œil est ouvert et immobile. - certains malvoyants perçoivent relativement bien les objets fixes mais assez mal des objets en mouvement et réagissent différemment selon l intensité lumineuse. - certaines pathologies impliquent des contre-indications pour la pratique des activités sportives même si les enfants tentent de le dissimuler. - se déplacer seul pour un aveugle ou un malvoyant requiert par ailleurs beaucoup de concentration et peut être une cause de fatigue intense. - l enfant peut être gêné pour se déplacer quand il y a du bruit (perte de ses repères). Le bruit peut être une source d angoisse et d isolement. - Ces enfants sont très souvent désorganisés dans tout ce qui concerne le rangement. Conseils : - Il faut doubler l information visuelle par une information sonore. - Favoriser la constitution de repères auditifs. * compte tenu de la complexité de la malvoyance, il est impératif de s informer auprès de l enfant et de ses parents des conséquences réelles de son handicap sur les principaux actes de la vie quotidienne. L encadrement pourra ainsi, en toute sécurité et sans frustrer l enfant inutilement, l aider au mieux à s intégrer dans la limite de ses possibilités. *Déplacements des personnes non voyantes et malvoyantes : - Lorsque le jeune arrive dans un lieu inconnu, un accompagnement est nécessaire pour le repérage des lieux. - Il sera peut être utile de revoir l aménagement du centre, en particulier les salles d activités, afin de limiter au maximum les obstacles Corala.indd 12 9/01/07 10:54:13

15 L enfant aveugle : - il convient de ne pas laisser une porte entrouverte. Elle doit toujours être grande ouverte ou fermée car cela peut constituer un obstacle. - il faut bien s assurer qu il a compris son environnement. Il doit pouvoir prendre ses repères à son rythme (un enfant aveugle est lent dans ses déplacements et dans beaucoup d actes de la vie quotidienne). - un enfant aveugle peut avoir besoin d être sollicité verbalement pour entrer dans une activité. On peut facilement l oublier, ce qui peut amener l enfant à se replier sur lui même. Pour un enfant malvoyant : - Il a parfois du mal à ce que son handicap soit reconnu parce qu on a l impression qu il peut faire «comme les autres». Cependant, il faut que les animateurs soient attentifs et l aident à éviter les obstacles. - Il convient d éviter les contres-jours. Déficience sensorielle - Il est souhaitable d adapter le choix des couleurs en fonction du handicap visuel Corala.indd 13 9/01/07 10:54:13

16 Corala.indd 14 9/01/07 10:54:13

17 LES POLYHANDICAPS L enfant polyhandicapé présente un handicap grave qui associe une atteinte intellectuelle sévère et un handicap moteur. Ce qu il faut savoir : - il est dépendant pour tous les actes de la vie quotidienne (habillage, toilette, repas). Il peut également présenter des troubles sensoriels (vision, audition). - l ensemble de ces atteintes rend difficile la communication qui, souvent, ne s établit que dans des conditions très spécifiques : calme, sentiment de sécurité, partenaires connus. il se présente souvent en fauteuil roulant et peut porter des appareils orthopédiques (corset, sièges moulés, ). - certaines maladies chroniques peuvent être associées au handicap : les cardiopathies, l hémophilie, le diabète, l épilepsie, la mucoviscidose, la spasmophilie, l asthme, les allergies Conseil : - l intégration de l enfant ou du jeune doit se faire en concertation avec le corps médical et les parents. Les encéphalopathies : Polyhandicaps Ce sont des souffrances cérébrales survenues au cours du développement précoce intra-utérin. Cette souffrance laisse d importantes séquelles telles que des déficiences mentales plus ou moins profondes ainsi que des troubles moteurs et sensoriels Corala.indd 15 9/01/07 10:54:14

18 Corala.indd 16 9/01/07 10:54:14

19 élaboration d un protocole pour l accueil d enfants porteurs de handicap Préambule : L accueil d enfants porteurs de handicap dans les centres de loisirs du département vise à changer le regard que nous portons sur les personnes handicapées. Sa mise en œuvre s exprime par un objectif présent dans la plupart des projets éducatifs et qui concerne le «vivre ensemble». Il tiendra compte de l enfant, de sa famille, des liens entre celle-ci et l organisateur ainsi que de la formation des personnels du centre. Il n existe actuellement pas de texte de loi réglementant l accueil d enfants porteurs de handicap dans les structures de loisirs et de vacances. Un certain nombre de textes de référence sert cependant à l élaboration de ce protocole d accueil : Ø Dans la loi d orientation du 30 juin 1975, il est précisé que «l intégration et l accès aux loisirs de mineurs et d adultes handicapés physiques, sensoriels ou mentaux constituent une priorité nationale» Ø Les recommandations du Ministère de la Jeunesse et des Sports de février 2001 visent à favoriser l intégration dans les structures de loisirs en préconisant un protocole d accueil à établir entre l organisme et la famille de l enfant en y associant tous les acteurs du centre (directeur, équipe, personnel technique). Lorsqu un organisme envisage d accueillir un enfant porteur de handicap, conformément au code de l action sociale et des familles, cela devra figurer parmi les objectifs du projet éducatif. Protocole d accueil Les dispositions prises pour l intégration d un enfant handicapé sont incluses dans le projet pédagogique du centre, ce qui suppose que tous les acteurs (organisateur, équipe, famille, enfants) soient informés, voire formés, sur les spécificités du handicap et de ce que cela entraîne en terme d aménagements à effectuer, d attitudes à avoir ou de précautions à prendre Corala.indd 17 9/01/07 10:54:14

20 Mise en place du protocole d accord : Une réunion d information de premier contact doit avoir lieu avant la mise en place du protocole. Cette première réunion a pour objectif de faire un état des lieux de la situation actuelle : souhait, volonté et possibilités de chacun. Elle permet également aux parents d exprimer clairement leur demande et pour tous de prendre connaissance des responsabilités engendrées et des différents paramètres qui devront être pris en compte par la suite. Seront réunis les membres ci-dessous avec les fonctions de chacun : LES PARENTS Ils expriment leur demande clairement. Ils informent du comportement de l enfant, de son handicap, de son vécu. Ils prennent connaissance des conditions d accueil et se positionnent. L ENFANT PORTEUR D UN HANDICAP Il sera invité à exprimer son ressenti. Il apprendra le fonctionnement et les règles du centre. L EQUIPE D ANIMATION Elle se donne les moyens de se renseigner sur le handicap. Elle favorisera l accueil de l enfant en faisant des propositions. Elle met éventuellement à disposition un animateur référent. Elle transmettra les informations sur l accueil au quotidien, l intégration de l enfant, les initiatives prises. L EQUIPE ENSEIGNANTE Elle se donne les moyens de se renseigner sur le handicap. Elle transmettra les informations sur l accueil au quotidien, l intégration de l enfant, les initiatives prises. MEDECIN DE L ENFANT OU PEDO-PSYCHIATRE Il informe sur le handicap. Il assure le suivi de l évolution de l enfant, de son intégration. Il conseille. L ELU ET L ADMINISTRATIF DE REFERENCE Ils représentent la ville. Ils prennent connaissance du projet d intégration envisagé. Ils expriment leurs avis individualisés et s engagent Corala.indd 18 9/01/07 10:54:14

21 Points abordés durant la réunion : Ø La recevabilité de la demande aux regards des possibilités locales (moyens humains, matériels, ). Ø La définition des besoins et particularités de l enfant. Ø La définition d un contrat d intégration précisant les moyens requis (matériel technique et humain). Ø La définition du rôle de chacun. Ø La prise de conscience que l accueil de loisirs reste un centre ouvert à tous et ne pourra peut-être pas répondre à toutes les demandes et souhaits. Dès le début de l accueil de l enfant, un lien privilégié sera créé entre la famille, l enfant et le centre. Ceci s exprimera par : Ø Une visite du centre dès le premier jour. Ø Des temps de discussion et de partage d expérience. Ø Une évaluation par l équipe du degré d autonomie de l enfant (espace, temps). Ø Une définition du rôle de chacun au sein de l équipe d animation avec notamment un interlocuteur référent. Durant toute la période d accueil aura lieu la consolidation du protocole d accord qui sera possible en mettant en place les points suivants : Ø Un travail régulier de l équipe d animation sur les temps de la vie quotidienne, d activités et tout au long de leur relation. Ø Une intégration de l enfant avec les autres enfants. Ø Une évaluation des difficultés, problématiques rencontrées. Ø Une réunion régulière entres les parents, l enfant, le médecin de référence et les animateurs. Ø Une réflexion sur l évolution possible du dispositif dans le respect du cadre installé dès le départ. Protocole d accueil A la fin de l accueil, une dernière rencontre réunira tous les acteurs qui permettra : Ø La réalisation d une évaluation globale. Ø L expression du ressenti de tous. Ø La décision de reconduire le protocole ou de le stopper Corala.indd 19 9/01/07 10:54:15

22 Recommandations : Ø Veiller à ne pas créer un centre spécialisé en préservant à l accueil de loisirs sa vocation collective et ses spécificités éducatives et pédagogiques. Ø Les moyens humains susceptibles d être mobilisés doivent être des animateurs ou des directeurs sensibilisés aux problématiques des handicaps mais pas des éducateurs spécialisés ou du personnel médical. Ø L intégration de un ou plusieurs enfants porteurs d un handicap doit partir du principe que ces enfants pourront participer avec les autres à la très grande majorité des activités proposées. Les enfants intégrés ne peuvent être spectateurs du fonctionnement du centre ou vivre un accueil indépendant des autres. Ø Chaque accueil de loisirs dispose de locaux différemment adaptés à l intégration d enfants porteurs de handicap. Il est donc souhaitable, au regard des spécificités locales (bâtiments anciens, étages, locaux indépendants ), d aborder lors de la première rencontre, la situation pratique de vie quotidienne et les conditions de circulation à l intérieur du centre et dans tous les lieux habituellement fréquentés par les enfants. Ce diagnostic permettra d apprécier les éventuelles contraintes et les mesures envisagées en terme d accessibilité ou d accompagnement. Tous les handicaps ne nécessitent pas d aménagements particuliers. Mais une réflexion préalable favorisera l autonomie et la sécurité des enfants accueillis sous la responsabilité de l équipe d animation Corala.indd 20 9/01/07 10:54:15

23 l accessibilité Pour être considéré comme accessible, le bâtiment doit permettre à la personne handicapée de circuler, se repérer, communiquer avec la plus grande autonomie possible. Par une nouvelle rédaction de l article L du code de la construction et de l habitation, le législateur pose le principe de l accessibilité pour tous, et en particulier des personnes handicapées. Enfin, il élargit le public bénéficiaire, en visant tous les handicaps et non le seul handicap physique. Les établissements recevant du public (ERP) (articles 41, 42 et 43) : Les ERP neufs doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap (critères d accessibilité fixés par décret). Les ERP existants doivent pour les parties ouvertes au public, permettre aux personnes handicapées d accéder, de circuler et recevoir les informations diffusées. Le délai fixé pour leur mise en accessibilité peut varier selon le type et la catégorie d ERP mais sans excéder 10 ans. Il est fait recours aux nouvelles technologies et à une signalétique adaptée afin de diffuser l information à tous, quelque soit le type de handicap. Existe-t-il des dérogations pour les ERP existants? Elles sont exceptionnelles et ne peuvent être accordées qu après avis conforme de la commission consultative départementale de sécurité et d accessibilité aux motifs d impossibilité technique, de contraintes liées à la préservation du patrimoine architectural, de disproportion manifeste entre les améliorations apportées et leurs conséquences. En ce qui concerne les ERP remplissant une mission de service public, toute dérogation doit s accompagner de la mise en place de mesures de substitution. Quels sont les contrôles mis en place? Pour les travaux soumis à permis de construire, que ce soit pour le neuf ou l existant, le maître d ouvrage doit fournir une attestation de la prise en compte des règles d accessibilité établie par un contrôleur technique ou une personne répondant à des critères de compétence et d indépendance. L octroi d aides financières est-il conditionné au respect des règles? L attribution de toute subvention est subordonnée à la production par le maître d ouvrage d un dossier relatif à l accessibilité. Accessibilité Corala.indd 21 9/01/07 10:54:16

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés

Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés dans le cadre des formations au BAFA et au BAFD guide méthodologique à l usage des formateurs Avant propos La participation active

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Mise en Accessibilité des Commerces et Locaux d Artisans - ERP de 5 e catégorie -

Mise en Accessibilité des Commerces et Locaux d Artisans - ERP de 5 e catégorie - Mise en Accessibilité des Commerces et Locaux d Artisans - ERP de 5 e catégorie - Personnes à mobilité réduite : «Toutes les personnes ayant des difficultés pour utiliser les transports publics, telles

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Accessibilité. Janvier 2013

Accessibilité. Janvier 2013 Accessibilité aux commerces Janvier 2013 SOMMAIRE Préambule 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation PREAMBULE Accessibilité aux

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP CONTEXTE Selon la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées «Art. L. 114. - Constitue un

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire L ESPRIT DE LA LOI Nouvelle définition de la personne en situation de handicap Accessibilité

Plus en détail

Qu est-ce que le handicap?

Qu est-ce que le handicap? Qu est-ce que le handicap? Définition de la situation de handicap 85 % des déficiences sont acquises après 15 ans Le handicap reste aujourd hui encore une notion très subjective, souvent mal utilisée et

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel Sommaire Sommaire 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel 2. La réglementation 2.1 Quelles sont mes obligations en tant qu hôtelier?

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Accessibilité des ERP

Accessibilité des ERP Guide pratique Accessibilité des ERP aux personnes handicapées Rappels Il n existe pas de curseur officiel qui déterminerait à quel degré une déficience devient un handicap. Cependant, on estimait en 2005

Plus en détail

Les Cahiers du DESS MRH

Les Cahiers du DESS MRH DESS Management des Ressources Humaines http://www.dessmrh.org ➎ Les Cahiers du DESS MRH Les travailleurs handicapés dans L entreprise 6 - L accompagnement du travailleur handicapé http://www.e-rh.org

Plus en détail

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A > Le guide de la loi > Sommaire La loi du 11 février 2005 - les grandes avancées 3 Le droit à compensation - le financement du projet de vie 4 La scolarité - l insertion en milieu ordinaire 6 L emploi

Plus en détail

La réglementation «accessibilité» en vigueur

La réglementation «accessibilité» en vigueur La réglementation «accessibilité» en vigueur Eric Heyrman Chargé de mission auprès de la déléguée ministérielle à l'accessibilité Ministère de l Écologie, du développement Durable, des Transports et du

Plus en détail

PRÉFECTURE DE L AVEYRON. Sous-commission départementale d'accessibilité

PRÉFECTURE DE L AVEYRON. Sous-commission départementale d'accessibilité PRÉFECTURE DE L AVEYRON Sous-commission départementale d'accessibilité Secrétariat : Direction Départementale des Territoires de l'aveyron 9 rue de Bruxelles - Bourran 12033 RODEZ cedex9 Notice d accessibilité

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement

Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement ACCUEILLIR IR UNE PERSONNE E HANDICAPÉE EN CENTRE DE VACANCES ET DE LOISIRS Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement Comité de suivi de la charte de déontologie pour l'accueil des personnes

Plus en détail

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite. NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.fr Qui est concerné? «Toutes les personnes ayant des difficultés

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Mise en accessibilité des ERP

Mise en accessibilité des ERP Mise en accessibilité des ERP ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Conception-réalisation : DDT 71 Saône-et-Loire - Février 2014 DOSSIER DE PRESSE 12 février 2014 ACCESSIBILITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances

Loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances Loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances L ordonnance du 27 septembre 2014 relative à l élaboration des Agendas d Accessibilité programmé Information du 03/03/15 La Communauté

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ. une démarche interministérielle

DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ. une démarche interministérielle DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ une démarche interministérielle SEPTEMBRE 2006 DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ une démarche interministérielle 2 Définition de l accessibilité une démarche interministérielle

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

REUNION DES MAIRES DU VAL D OISE

REUNION DES MAIRES DU VAL D OISE REUNION DES MAIRES DU VAL D OISE Organisation de la prévention des risques Organisation de la prévention des risques Accessibilité des établissements recevant du public 1 La commission consultative départementale

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Public individuel et groupes

Public individuel et groupes s u o t à le ib s s e c c a e é s u m Un Public individuel et groupes 2010-2011 I. A propos du musée... p. 3 S O M M A I R E II. Accessibilite pour tous III. Visiteurs à mobilité réduite IV. Visiteurs

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie : Ces

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Accessibilité des ERP existants

Accessibilité des ERP existants CONSEIL D ARCHITECTURE D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT DU TARN Accessibilité des ERP existants 27 janvier 2015 www.caue-mp.fr 188, rue de Jarlard 81000 ALBI - Tél : 05 63 60 16 70 - Fax : 05 63 60 16

Plus en détail

La loi «handicap» Loi du 11 février 2005. juin 2012 - Christine Leray

La loi «handicap» Loi du 11 février 2005. juin 2012 - Christine Leray La loi «handicap» Loi du 11 février 2005 juin 2012 - Christine Leray r SOMMAIRE Le handicap en France Les situations de handicap La loi du 11 février 2005 Quels bâtiments sont concernés Quelles obligations

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves :

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui? _ Le projet d accueil individualisé (PAI) _ Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) _ Le plan d accompagnement personnalisé

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

INTERVENANT : Prénom Nom Mon local : quelles normes d accessibilité respecter?

INTERVENANT : Prénom Nom Mon local : quelles normes d accessibilité respecter? INTERVENANT : Prénom Nom Mon local : quelles normes d accessibilité respecter? Daniel Sicre Chargé de mission Accessibilité, Direction Départementale des Territoires de la Dordogne L'accessibilité de votre

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

pour une pratique sportive partagée Sport et Handicaps : GUIDE PRATIQUE

pour une pratique sportive partagée Sport et Handicaps : GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Aquitaine DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jacques CARTIAUX CONCEPTION

Plus en détail

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves :

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves : Répondre aux besoins éducatifs PARticuliers des élèves : quel plan pour qui? _ Le projet d accueil individualisé (PAI) _ Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) _ Le plan d accompagnement personnalisé

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse direction départementale des Territoires Creuse Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

NOTICE D'ACCESSIBILITE

NOTICE D'ACCESSIBILITE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service Expertive Technique Bureau Aménagement Durable, Ecoquartiers et Accessibilité affaire suivie par : Hervé Parrain Tél. : 04 73 42 14 82 Fax : 73 42 16 70

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Avant-propos. Bonne lecture

Avant-propos. Bonne lecture Avant-propos Comme annoncé dans le dossier d inscription diffusé au mois de Juillet dernier, voici la liste des hébergements traités par l équipe du CDSA 64. Celle-ci détaille deux types d hébergement.

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie

Plus en détail

Signalétique Multisensorielle

Signalétique Multisensorielle sigma systems Signalétique Multisensorielle Accessibilité pour Tous dans les Etablissements Recevant du Public sigma systems signalétique des lieux publics Siège Social : ZA de Kerourvois Nord Ergué-Gabéric

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

Accessibilité ERP. Octobre 2012

Accessibilité ERP. Octobre 2012 Accessibilité ERP Octobre 2012 point de départ : une priorité nationale La loi du 11 février 2005 Loi pour l'égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail