Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant"

Transcription

1 Réseau national des bservatoires desfamilles DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 1 Désir d enfant Note de synthèse n 6 Edito François FONDARD Président de l UNAF Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? Dans son ouvrage, Le recul de la mort, paru en 2006, le sociologue Paul Yonnet mettait le désir d enfant au cœur des transformations de l individu contemporain. La maîtrise des naissances et celle de la mortalité infantile font aujourd hui de l enfant le résultat d un désir : cet enfant désiré est un individu d une nature nouvelle. Face à cette transformation anthropologique capitale, l objectif de cette enquête de l Observatoire des Familles a été d essayer de comprendre ce phénomène social majeur qu est le désir d enfant et de mieux éclairer les conditions concrètes de sa réalisation. La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant Les Françaises ont en moyenne 2,01 enfants, niveau le plus élevé depuis la fin du baby-boom : ce taux de fécondité place la France au second rang des pays de l UE les plus performants en matière de fécondité, bien loin devant l Italie, l Espagne ou l Allemagne autour de 1,3. La fécondité est maintenue notamment grâce aux femmes de plus de 30 ans et surtout à celles de plus de 35 ans. Ce dynamisme des naissances en France révèle un désir fortement répandu de donner la vie, un désir qui parvient, au moins partiellement, à se traduire dans les faits. Il est d autant plus étonnant qu il semble en contradiction avec l image d un pays déprimé, pessimiste et peu confiant dans son avenir. Les clefs et les obstacles de la concrétisation du projet d enfant Au-delà de l expression d un désir d enfant, cette enquête nous permet de mettre en évidence les préalables, les obstacles et les incitations que les individus identifient comme déterminants dans leur décision de concrétiser leur projet. Les incitations renvoient notamment à la politique familiale, dont l un des objectifs est d appuyer la réalisation de ce désir d enfant. Pour autant, y a-t-il un écart entre l idéal recherché et la réalité? La politique familiale encourage-t-elle effectivement les couples dans l accomplissement de leur projet d enfant? Quelle politique familiale semblerait la plus efficace pour réaliser cet objectif? Quelles pistes pour l action publique et associative L enquête a permis d interroger les couples sur des éléments sociologiques qui permettraient de comprendre la décision d avoir un enfant : mobilité géographique, stabilité du couple, ampleur des solidarités familiales, écart d âge souhaité entre les enfants, calendrier prévu et effectif des naissances Pour être au plus près des familles concernées, nous avons ciblé les ménages en situation d avoir des enfants. Les précieux résultats de cette enquête doivent alimenter la réflexion de tous ceux qui concourent à proposer des réponses adaptées aux familles. Décembre 2013

2 2 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT familles participantes Enquête nationale : UNAF MÉTHODE Cette enquête, menée d avril à juin 2012, repose sur un échantillon de adresses sélectionnées aléatoirement parmi les ménages allocataires des CAF vivant sur l ensemble du territoire français métropolitain. Au 31/12/2011, ils ont au moins un enfant à charge et au moins l un des s est âgé de moins de 43 ans au moment de l enquête. Par ailleurs, le questionnaire a été administré par les UDAF et URAF membres du réseau des observatoires des familles. Au total, ce sont familles qui ont été interrogées avec un taux de retour moyen d environ 15 % familles ont répondu au questionnaire. La présente synthèse compare les données nationales aux extrêmes départementaux. Les parenthèses indiquent le département qui obtient la proportion minimale et celui qui obtient la proportion maximale. Enquêtes régionales : Alsace, Auvergne, Haute-Normandie, Limousin. Enquêtes départementales : Aube (10), Calvados (14), Charente-Maritime (17), Doubs (25), Jura (39), Loire (42), Manche (50), Morbihan (56), Nord (59), Oise (60), Orne (61), Pas-de-Calais (62), Haute Saône (70), Somme (80), Territoire de Belfort (90), Hauts-de-Seine (92) Caractérisques de familles répondantes à l enquête nationale Âge du répondant Type de famille Sexe du répondant 19% 16% 10% 7% 36% 29% 90% 93% - de 30 ans 30/34 ans 35/39 ans 40/43 ans En couple Seul Femme Homme Nombre d enfants Nombre d années de vie commune avec le actuel Profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) de la personne de référence du ménage 27% 49% 24% 60% 3% 11% 26% 4% 32% 40% 24% Un enfant Deux enfants Trois enfants et plus - de 3 ans Entre 3 et 6 ans Entre 6 et 10 ans 10 ans et plus Employé, ouvrier Profession intermédiaire Agriculteur, chef d entreprise, cadre, ingénieur... Sans activité professionnelle

3 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 3 Désir d enfant : Fondements et préalables du projet familial Le désir d enfant : un projet lié au désir de fonder une famille Une grande majorité de répondants : 85 % (78 % Manche et 87 % Eure) font le lien entre «avoir un enfant» et «fonder une famille». A travers le désir d enfant, c est bien l objectif de construire une famille qui est présent. Pour 68 % (63 % Nord et 72 % Calvados) des répondants, avoir un enfant permet «d aimer et être aimé». Pour 42 % des répondants (36 % Doubs et 48 % Manche) c est une source d épanouissement personnel. Le croisement de ces trois réponses majeures révèle qu avoir un enfant permet de créer une cellule de solidarité centrée sur la protection et le bien-être de chacun, dans la durée. En revanche, les raisons centrées sur la famille comme «institution» sont beaucoup plus faibles : la transmission du nom (7 %) comme celle du patrimoine familial (5 %) sont marginales par rapport aux raisons proprement liées aux individus. Paul Yonnet 1 étaye avec précision cette irruption, historiquement située, d un désir d enfant pour lui-même, déconnecté d arrière-plan institutionnel : «un désir d enfant qui n a plus rien à voir avec la transmission patrimoniale, les nécessités de la reproduction sociale, le souci de conserver un nom, de perpétuer la trace d une lignée, un désir d enfant qui est au-delà et d un ordre radicalement différent.» 1 Paul Yonnet, Le recul de la mort- l avènement de l individu contemporain, Gallimard, 2006 (op. cit. p 307). Fonder une famille Pour vous, avoir un enfant c est : (3 réponses maximum) Une source d épanoui- votre ssement personnel Aimer ou et votre être aimé 85% Transmettre vos valeurs 68% Transmettre votre nom Consolider votre couple Une nécessité pour la solidarité publique Une nécessité démographique Avoir un soutien pour l avenir Devenir adulte Transmettre votre patrimoine 33% 42% 0% 1% 4% 4% 5% 7% 7%

4 4 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Quels préalables à la réalisation du désir d enfant? La décision d avoir un enfant est certes désormais le plus souvent liée à un désir, mais elle reste «une liberté sous contraintes» 2. Avoir un enfant suppose certains préalables : les contraintes et les exigences des couples combinent des éléments matériels et des éléments liés à la vie de couple. Sur le plan matériel, pour 60 % des répondants, il est important d avoir un logement adapté avant d avoir un enfant (50 % dans le Doubs et 68 % dans le Pas-de-Calais). Pour 43 % (38 % Pas-de-Calais et 54 % Oise), avoir un travail stable est déterminant. Ce sont les préalables essentiels. Mais des éléments non matériels semblent aussi très importants pour décider d avoir un enfant. Pour 57 % (51 % Somme et Doubs et 69 % Jura) des répondants, être en couple stable est important avant d avoir un enfant. Mais seules 15 % (9 % Jura, Corrèze et Creuse, et 17 % Nord) des personnes interrogées voient le mariage comme un préalable à la concrétisation du désir d enfant. La stabilité du couple est donc considérée comme un préalable important, même si elle ne repose pas forcément, selon les personnes interrogées, sur l institution du mariage. Les statistiques de l INSEE 3 confirment que le mariage n est plus un préalable. Aujourd hui, plus d un enfant sur deux (56,6 %) naît hors mariage contre 37,2 % en Si ce taux de naissances hors mariage est élevé dans les départements plutôt ruraux comme l Ariège 66 %, le Lot 65,6 % ou encore la Dordogne 64,4 % et la Creuse 64,2 %, il l est moins dans les départements très urbanisés comme les Hauts-de- Seine 39,7 %, les Yvelines 42 %, le Rhône 43,1 %, la Seine-Saint- Denis 43,7 % ou Paris 44 %. 2 A. Regnier-Loillier, A. Sollaz, «La décision d avoir un enfant une liberté sous contrainte», Politiques sociales et familiales, n 100, juin Source : Insee, Données locales Pour vous, avant que vous ayez des enfants, il était important : (3 réponses maximum) D être marié D avoir profité de ou la votre vie avec votre (e) 24% D avoir assez d argent 27% Que l un de vous votre deux ait un travail stable 36% Que vous ayez chacun un travail stable 43% D être en couple stable 57% D avoir un logement adapté pour accueillir un enfant 60% 15%

5 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 5 Quand l idéal laisse place à la raison : le décalage entre désir et réalité Les enquêtes européennes sur le nombre d enfants désirés par pays font apparaître des écarts moindres qu entre les taux de fécondité. Il y a donc bien un enjeu déterminant dans le passage du désir à la réalisation 4. Un nombre d enfants désiré différent selon les territoires A noter tout d abord, qu avant la naissance du premier enfant, seulement 2 % des répondants ne souhaitaient pas avoir d enfant et 5 % désiraient n avoir qu un seul enfant. Le désir d avoir un enfant unique reste donc assez marginal. Avant la naissance du premier enfant, 44 % des couples répondants (44 % Calvados, Manche, Morbihan, Nord et 53 % Creuse et Haute-Vienne) souhaitaient avoir deux enfants, 30 % d entre eux en voulaient trois (24 % Nord et Creuse ; 36 % Manche et Loire), et 14 % aspiraient à en avoir quatre (7 % Creuse et Haute-Vienne et 15 % Nord). C est donc bien la famille de deux enfants qui est le modèle le plus désiré. Si le modèle des deux enfants est prédominant, le projet de famille nombreuse, c est-à-dire selon la définition de l INSEE une famille de 3 enfants ou plus, reste très présent à ce stade, avec 49 % des répondants. Ce projet de famille nombreuse est assez partagé dans le Calvados et le Morbihan (49 %) ainsi que dans la Loire et la Manche entre autres (respectivement 48 % et 47 %). Il est moins présent dans d autres départements comme la Creuse (34 %), la Haute-Vienne (36 %) ou le Pas-de-Calais par exemple (36 %), mais reste à des niveaux significatifs. Cet idéal du nombre d enfants désiré se heurte à la réalité que les parents entrevoient mieux, par exemple après la naissance du premier enfant. Un écart significatif du désir d enfant avant et après la première naissance Avant d avoir un premier enfant, le nombre moyen d enfants souhaité par l ensemble des répondants était de 2,7 enfants. Après avoir eu un premier enfant cette moyenne diminue à 2,3. 39 % des répondants ont modifié leur nombre d enfants souhaité après le premier enfant. Pour près de 75 % d entre eux, le nombre d enfants souhaité a été revu à la baisse. A noter qu il s agit en très grande majorité de personnes qui désiraient plus de deux enfants. Il y a donc un écart fort entre le désir initial et le désir exprimé après une première naissance. Cette baisse du nombre d enfants désiré se traduit dans la taille finale des familles. En effet, plus de familles ont finalement deux enfants 48 % (44 % Calvados et 55 % Auvergne) ; ce qui logiquement abaisse le pourcentage des familles nombreuses : 23 % (15 % Charente Maritime, Oise et Haute-Vienne ; 27 % Doubs) arrivent à trois enfants alors que seulement 3 % en ont quatre (2 % Manche, Seine Maritime et Corrèze ; 6 % Loire et Nord), soit 11 points d écart avec le projet initial. 4 Voir par exemple Toulemon L. et Testa M., «Fécondité envisagée, fécondité réalisée : un lien complexe», Population et sociétés, n 415, 2005.

6 6 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Un réel écart entre idéal et réalité sur le nombre d enfant autant d enfants qu elles le souhaitent? Pour répondre à cette question, nous avons pris en considération l opinion des parents qui, au moment où ils ont répondu au questionnaire, n ont pas prévu d avoir d autres enfants (soit 70 % des parents répondants). Parmi eux, 68 % n ont pas eu le nombre d enfants qu ils souhaitaient initialement, 53 % en ont eu moins que prévu et 15 % davantage que prévu. Ce sont des écarts considérables entre le désir et la réalité «finale» de leur projet familial. Nous avons d abord interrogé les familles qui ont eu moins d enfants que prévu sur les raisons de ce renoncement. La question de l âge vient en premier (33 %), renvoyant peut-être au décalage dans le temps des premières naissances. Toutefois, 28 % des répondants mettent en cause l exiguïté de leur logement et 28 % expriment que le coût lié à l éducation d un enfant supplémentaire a été un obstacle. Les éléments matériels sont donc bien un élément d explication de l écart entre le nombre d enfants désiré et la réalité. La difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale constitue également une entrave au nombre d enfants prévu : 22 % des répondants considèrent qu ils se sentiraient obligés d arrêter de travailler et mettre de côté leur carrière professionnelle. Concernant les parents qui ont eu plus d enfants que prévu, les explications sont diverses. On voit que pour 44 % (24 % Aube et 56 % Corrèze) leur choix a évolué au fur et à mesure des naissances. Pour 27 % (15 % Corrèze et 34 % Aube) d entre eux, le désir d avoir un garçon ou une fille a joué un rôle ; on retrouve ici ce qui ressemble à un idéal collectif d une fratrie mixte. Un quart des couples (10 % Jura et 36 % Haute-Vienne) ont été surpris par des naissances non prévues. La recomposition des familles est également une cause de l élargissement imprévu, soit parce que le couple recomposé souhaite avoir un enfant qui marquera leur nouvelle union, pour 19 % (8 % Charente Maritime et Morbihan ; 30 % Jura), soit parce que les enfants du issus d une union précédente s ajoutent au foyer, pour 12 % (3 % Morbihan ; 21 % Jura). ou Autre votre avez ou assez votre d enfants 16% Votre choix a ou évolué votre au fur et à mesure des naissances 17% Si vous avez eu moins d enfants que prévu, pourquoi? : (plusieurs réponses possibles) Vous ne vivez pas ou ( plus) en couple 19% vous ou sentiriez votre obligé d arrêter de travailler et mettre de côté votre carrière professionnelle 22% n êtes pas ou en votre assez bonne santé 23% Élever un enfant de plus coûterait trop cher 28% logement est trop petit 28% vous sentez trop âgé 33% 11%

7 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 7 Un réel écart entre idéal et réalité sur le moment des naissances de plus en plus tardif On constate que pour 33 % des répondants, l âge idéal d une femme pour avoir son premier enfant est de 25 ans, pour 14 % de 28 ans et pour 18 % de 30 ans. Pourtant, dans les faits, l âge moyen au premier enfant est de 30,1 ans pour les femmes. Là aussi, un écart existe entre l idéal et la réalité. Pourtant, les naissances étant de plus en plus planifiées, elles devraient correspondre à l idéal souhaité. En réalité, cette «planification» sert surtout à s adapter aux contraintes extérieures. professionnelle 22 % des parents désirent améliorer leur situation professionnelle avant d attendre un nouvel enfant. Cette question renvoie probablement au souhait de stabilité professionnelle, une stabilité qui peut être un préalable au projet d enfant. Cette réponse peut aussi renvoyer aux souhaits de carrière. Il est à noter qu entre le deuxième et le troisième enfant, c est la volonté des femmes d améliorer leur situation professionnelle qui aura le plus tendance à influencer le report du projet d un enfant. l ajournement de l arrivée d un enfant Un tiers des répondants (26 % Loire et 35 % Oise) désirent avoir encore un ou plusieurs enfants mais pas pour le moment. Qu attendent-ils? Des moyens financiers pour 32 % (30 % Calvados et 46 % Oise) et un écart d âge suffisant entre les enfants pour 41 % (33 % Doubs et 55 % Pas-de-Calais) sont les raisons principales de cette attente. Ces deux raisons sont liées. En effet, les premières années de l enfant représentent un coût important pour les parents. L enfant impacte donc fortement le budget des familles et pas seulement à son arrivée. L Unaf édite mensuellement des budgets types par catégorie de famille (accessibles sous 10 postes sont comptabilisés : Alimentation, Transport, Logement, Education, Entretien et soins personnels, Equipements & Mobiliers, Habillement, Information & Communication, Loisirs, Culture & Divers, et Santé. En appliquant une échelle d équivalence, il est possible d approcher un coût de l enfant qui sera variable selon la taille de la famille et l âge de l enfant. Ainsi, les parents préfèreront élargir leur famille à un moment où ils pourront mieux assumer financièrement l arrivée du bébé. La décision rationnelle tient donc compte du facteur économique. entre les enfants Le fait d ajourner l arrivée d un enfant peut aussi s expliquer par la volonté que l enfant précédent ait atteint un certain âge. Même s il n existe pas explicitement d écart «idéal» entre les enfants, on peut néanmoins noter qu un laps de temps est souvent souhaité entre les naissances. D après notre enquête, l écart d âge idéal entre le premier et le deuxième en- Âge Quel est l écart les enfants? Entre le premier et le deuxième enfant Entre le deuxième et le troisième enfant 1 an 3% 2% 2 ans 41% 37% 3 ans 43% 48% 4 ans 7% 9% 5 ans 4% 4% 6 ans 1% 2% fant est de trois ans pour 43 % des répondants. Pour 41 % cet écart d âge entre le premier et le second enfant est de deux ans et pour 7 % il est de 4 ans. Ainsi, pour une large majorité des répondants, l écart d âge le plus adapté entre le premier et le deuxième enfant est de 2 ou 3 ans (84 %). Plus les enfants sont d âge rapproché, plus les premiers mois ou les premières années nécessitent un gros investissement financier mais aussi personnel pour les parents. Les parents souhaitent être sûrs de bien gérer la situation actuelle avant d avoir un nouvel enfant. Les expériences antérieures les ont aidés à prendre conscience du rôle concret de parent. Le facteur du temps prend à ce titre une place prépondérante. Ainsi, avant d avoir un autre enfant, 12 % des répondants (5 % Manche et Corrèze et 14 % Nord et Eure) attendent d être prêts à adapter leur mode de vie et 14 % (7 % Somme et 19 % Nord) d avoir du temps à lui consacrer. On peut également supposer qu un écart de plus de deux ou trois ans est synonyme d une plus grande autonomie de l enfant précédent ce qui permettra aux parents d avoir plus de temps à consacrer au nouveau né.

8 8 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Concernant l écart d âge idéal entre le deuxième et le troisième enfant, 48 % pensent qu il est de trois ans, 37 % de deux ans et 9 % de quatre ans. 80% 70% 60% au moment souhaité? Concernant chacun de vos enfants : 1 er enfant 2 e enfant 3 e enfant La majorité des répondants ont eu leurs enfants au moment où ils le souhaitaient : 66 % (58 % Oise et 70 % Seine-Maritime) ont eu leur premier enfant au moment souhaité, 71 % pour le deuxième enfant et 63 % pour le troisième enfant. 16 % (14 % Eure et 22 % Manche) l avaient désiré plus tôt et 9 % (5 % Haute-Vienne et 10 % Corrèze et Jura) ne songeaient à aucun moment en particulier. Cela révèle que les couples sont assez largement en mesure de maîtriser le calendrier de naissance de leurs enfants. On constate néanmoins des écarts qu il peut être intéressant d analyser. On observe que la naissance la mieux maitrisée est celle du deuxième enfant. La première naissance est soumise aux aléas de la mise en couple et du logement. L arrivée du quatrième enfant semble moins bien programmée. La majorité des couples ayant eu leur premier enfant plus tard que souhaité, ont connu des difficultés pour avoir des enfants : l obstacle principal est donc d ordre médical (58 %), surtout pour le 1 er enfant. L arrivée du deuxième enfant est soumise à l écart d âge avec le premier enfant. L arrivée du troisième enfant est plus particulièrement conditionnée par l amélioration de la situation professionnelle, qui sous-entend une amélioration de la situation financière des parents. 50% 40% 30% 20% 10% 0% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Vous l avez eu au moment souhaité 1 er enfant Vous le souhaitiez plus tôt Vous votre le souhaitiez plus tard Vous ne songiez à aucun moment en particulier Si vous avez eu vos enfants plus tard, pourquoi? Si vous le souhaitiez plus tôt et l avez eu plus tard, c est parce que vous attendiez principalement : 2 e enfant 4 e enfant 5 e enfant ou Vous votre ne songiez pas à avoir d enfant D être d accord avec votre (e) D avoir un logement adapté pour accueillir l enfant D avoir du temps à lui consacrer D avoir plus de moyens financiers D améliorer votre propre situation professionnelle Que l enfant précédent ait atteint un certain âge Vous ayez eu des difficultés à avoir des enfants 3 e enfant

9 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 9 L influence du contexte économique et social sur le projet familial Freins et incitations à la concrétisation du désir d enfant L enquête a permis d identifier des freins mais aussi des incitations qui peuvent avoir influencé les familles dans la réalisation de leur désir d enfant. Les principaux facteurs qui ont freiné les parents dans leur désir d enfant sont la conciliation vie familiale/vie professionnelle (40 %), la taille du logement (34 %) et la perception négative de l avenir (32%). Avec la part grandissante de l apport économique des femmes au sein de la famille, l activité professionnelle féminine s est imposée comme une composante importante du processus de formation de la famille. Concilier vie familiale et vie professionnelle est donc une équation difficile pour un grand nombre des parents. Cette difficulté de conciliation entre profession et famille est accentuée par l insuffisance de modes de garde des enfants qui a été un frein pour 29 % des répondants (23 % Charente Maritime, Manche et Morbihan et 35 % Oise). Le mode de garde a été une incitation pour seulement 6 % (4 % Calvados et 8 % Charente Maritime) des parents. Mais pour la majorité des répondants 65 % (64% Seine Maritime et 72% Morbihan), il n a pas eu d influence. Il ressort également de notre enquête que la taille du logement 34 % (22 % Jura et Manche ; 36 % Oise) et la perception de l avenir (32 % ; 32% Morbihan et 49% Somme) ont un effet très largement négatif sur la taille des familles. La mauvaise conjoncture actuelle peut contribuer à assombrir les perspectives pour l avenir. Concernant le logement, le niveau élevé des prix et des loyers ou les délais d attente pour un logement social peuvent être décourageants. De plus en plus, la contrainte financière pèse sur le choix d un logement, ce qui ne permet pas aux familles de se projeter ou de construire leur projet de famille. Quels sont les facteurs qui ont influé sur votre nombre d enfants? Les facteurs suivants, vous ont-ils incité, freiné ou été sans incidence sur le nombre d enfants que vous avez eu? Les ou modes votre de garde Les prestations familiales (CAF, MSA,...) Les aides financières accordées aux familles La taille ou de votre logement La ou perception votre de l avenir La proximité ou de votre famille La ou pression votre sociale Le ou congé votre parental La ou pression votre familiale La conciliation vie ou familiale/ votre vie professionnelle 65% 78% 78% 48% 53% 72% 83% 73% 93% 49% 29% 34% 32% 9% 13% 9% 6% 13% 10% 18% 14% 20% Incité Freiné Sans incidence 7% 14% 3% 4% 20% 4% 40% 11%

10 10 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Le congé parental apparaît comme une mesure incitative dans la réalisation du désir d enfant pour 20 % des répondants (14 % Aube et 27 % Loire). Ce dispositif correspond donc à une attente réelle d une proportion significative de familles et facilite la concrétisation du désir d enfant. La proximité géographique avec les membres de la famille est un élément majeur. Si pour 72 % des répondants (64 % dans la Loire et 75 % dans le Pas-de- Calais) la proximité familiale a été sans incidence sur le nombre d enfants, elle a été un facteur incitatif non négligeable pour 20 % d entre eux (17 % Charente Maritime et 26 % Loire). Ce facteur permet de relever l importance des solidarités familiales. Elles s exercent par exemple par la garde des enfants confiée aux grands-parents. On sait que l entourage de la famille (y compris les grands parents) est fortement mobilisé en particulier pour la garde des jeunes enfants : selon l étude mode de garde de 2007, sur 2,3 millions d enfant, 4 % sont gardés à titre principal par leurs grands parents (ou autres membres de la famille hors parents) et 11 % sont gardés à titre auxiliaire. Pour 13 % de répondants, les prestations familiales ont constitué une incitation pour avoir le nombre d enfants désiré (12 % Orne ; 7 % Aube, Nord, Oise) : sur les 10 facteurs proposés, elles viennent en 4 ème position. L importance des aides financières aux familles a constitué une incitation pour 10 % des répondants (11 % Orne et Loire ; 5 % Aube). Les aides financières constituent donc un facteur réellement significatif. Réflexions et attentes des familles sur les mesures de politique familiale économique perçu Le désir d enfant révèle la confiance que les familles ont ou n ont pas dans l avenir. Les verbatims issus de notre enquête montrent un pessimisme très fort sur le contexte général du pays, un contexte perçu comme peu favorable au désir d enfant. Les répondants ne sont pas confiants pour l avenir et envisagent une dégradation des conditions pour les familles ; la moitié d entre eux (52 % Manche et 65 % Jura) pense qu élever un enfant sera plus difficile au cours des prochaines années. Les raisons invoquées par les répondants pour expliquer ce pessimisme sont essentiellement d ordre économique. Cependant, les notions de valeurs et d éducation apparaissent également très souvent dans l expression des parents : «C est aux parents d éduquer les enfants, leur apprendre les valeurs de respect, de travail, de la réussite en les encourageant» ; «abandon des règles de bonne conduite et individualisme des familles» ; «Les enfants sont de plus en plus exigeants» ; «La course à la consommation des biens matériels est pesante» ; «Elever un enfant est une question d éducation» ; «Elever un enfant ne dépend pas de la situation économique. Il faut l aimer et être à ses côtés. Il y a de plus en plus de familles explosées. Il n y a plus de repères familiaux pour les enfants» ; «Elever un enfant relève de la rigueur des parents». Pourtant, le désir d enfant semble rester intact. Et ce désir d enfant semble aussi partiellement réalisable puisque, malgré la crise, et après une baisse généralisée de la natalité en Europe, la natalité française reste relativement dynamique, alors même que 71 % des répondants pensent que le contexte socio économique actuel en France n est pas favorable pour avoir des enfants. Il y a une énigme dans le décalage entre la gravité du contexte perçue par les individus et la réalité de leurs comportements. Une partie de la réponse se trouve probablement dans la politique familiale. Au cours des prochaines années, un enfant sera plus ou moins facile? 47% 1% 52% Plus facile Plus difficile Ni plus facile, ni plus difficile

11 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 11 familiale considérée concrétisation du désir d enfant Dans ce contexte, la politique familiale est très largement considérée comme ayant une influence positive sur la concrétisation du désir d enfant. Les éléments de politique familiale favorables pour avoir des enfants Selon vous, le contexte socio-économique actuel en France est-il favorable pour avoir des enfants? Pensez-vous que les mesures de politique familiale permettent aux familles d avoir le nombre d enfants qu elles désirent? 5% 4% 25% 39% 58% 43% 13% 13% La France est souvent présentée comme un pays qui développe une forte «politique familiale». Pour 69 % des répondants (74 % Nord et Pas-de-Calais ; 64 % Calvados et Eure), les mesures de politique familiale influencent les décisions des familles sur leur nombre d enfants. Cependant, 56 % des répondants (60 % Creuse ; 48 % Loire) pensent que les mesures des politiques familiales ne permettent pas aux familles d avoir le nombre d enfants qu elles désirent. Il n y a pas de contradiction entre ces deux jugements : la politique familiale est ressentie comme positive mais comme insuffisante pour permettre la réalisation complète du désir d enfant. de politique familiale Vous êtes-vous senti soutenu par les mesures de politique familiale lorsque vous avez eu votre ou vos enfants. D une manière générale, pensez-vous que les mesures de politique familiale influencent les décisions des familles à avoir des enfants? OUI tout à fait Les équipements collectifs ou les services (crèches, garderies, transports scolaires, centre de loisirs). OUI plutôt NON plutôt pas NON pas du tout Sur quoi doivent porter les aides des pouvoirs publics? 55% 9% 18% 45% 48% 51% 28% Le soutien financier (prestations sociales et familiales, mesures fiscales, aides des collectivités...) 24% 15% 7% A la question : «sur quoi, selon vous, aujourd hui les aides des pouvoirs publics doivent-elles porter principalement?» 55 % des répondants (44 % Pas-de- Calais et 58 % Haute-Vienne) pensent qu elles doivent porter sur les équipements collectifs ou les services (crèches, garderies, transports scolaire, centres Quelques Verbatims de loisirs etc.) et 45 % (43 % Charente Maritime et Oise et 56 % Pas de Calais) pensent qu elles doivent porter sur le soutien financier (prestations sociales et familiales, mesures fiscales, aides de collectivités). Alors que les répondants des catégories socioprofessionnelles «artisan, commerçant, chef d entreprise, cadre, ingénieur» estiment que les aides des pouvoirs publics doivent porter principalement sur les équipements collectifs (64 % d entre eux), les répondants des catégories socioprofessionnelles «employé et ouvrier» estiment que les aides doivent porter sur le soutien financier (52 % d entre eux). «Difficile d avoir plus d enfants sans diminuer son temps de travail et ses revenus», «C est la crise», «Vie trop chère», «Problèmes de garde, la vie est trop chère», «Crise financière - chômage- violences, l économie en France n est pas au beau fixe», «contexte socio-économique difficile», «Pas d évolution de salaire», «Baisse du pouvoir d achat». «Trop de chômage», «Aides aux familles gelées», «Pas assez de structures pour les enfants».

12 12 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Conclusion : Les clefs du désir d enfant Cette enquête établit que l objectif le plus répandu est de fonder une famille avec deux ou trois enfants, basée sur une stabilité affective (un couple stable) et matérielle (un logement adapté et un travail fixe). Les motivations avancées par les couples se fondent en priorité sur des souhaits d épanouissement personnel et sur l idée de transmission. d enfants qu on le souhaite La majorité des ménages n a pas le nombre d enfants désiré initialement. Ils ont, pour la grande majorité, revu leur nombre d enfants à la baisse. Le passage du 2 ème au 3 ème enfant reste notamment problématique. Le premier obstacle est le coût que représente l éducation d un enfant supplémentaire, viennent ensuite les problèmes de logement. Ainsi la restriction du nombre d enfants provient essentiellement de raisons matérielles. qu on le souhaite Le calendrier des naissances semble assez largement maî- trisé : plus de deux tiers des parents ont eu leurs enfants au moment souhaité. Pourtant, là aussi, des écarts existent. Le cas le plus fréquent est un retard non souhaité, provenant de difficultés à procréer. environnement familial en question Si les mesures de politique familiale ne provoquent pas le désir d enfant en soi, elles semblent exercer une influence positive dans la concrétisation du projet d enfant. C est d autant plus important que le contexte global est perçu comme anxiogène et peu favorable au projet familial. L UNAF tire de ces constats des informations précieuses pour son travail auprès des pouvoirs publics. Ce travail consiste à promouvoir des décisions favorables à la concrétisation du désir d enfant. Le logement et un emploi stable sont devenus les points majeurs des blocages matériels à l épanouissement de la vie familiale. L enquête de l Observatoire conforte sur ce point de nombreuses analyses. D autres aspects sont également à souligner : le coût d un enfant supplémentaire apparaît aussi comme un frein. Les prestations et aides financières sont considérées comme importantes par une proportion significative de répondants. Réduire la politique familiale à une politique de services, ne semble pas correspondre au souhait des familles qui sont assez partagées sur le choix entre prestations financières et équipements / services, y compris dans les catégories «aisées». des pistes d action On constate évidemment l importance de la stabilité du couple comme préalable à l arrivée d un enfant. Même si elle est aujourd hui déconnectée de l institution du mariage, cette forte attente de stabilité requiert davantage d attention pour des actions plus concrètes (conseil conjugal, médiation, accompagnement à la parentalité ). A retrouver sur rubrique «Etudes et recherches» RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES - SYNTHÈSE N 6 I DÉSIR D ENFANT I Décembre 2013 Président de l UNAF : François Fondard - Directrice générale : Guillemette Leneveu Directeur des études : J-P. Vallat - Responsable de la Communication : L. Mondet Traitement et Analyse : H. Boudaoud - Rédaction : H. Boudaoud, F. Ngo Bilong, D. Pinto Maquette et impression : Hawaii Communication Dépot légal : décembre 2013 / n ISSN Tirage : ex 28 place Saint-Georges Paris Tél. : Fax :

Etre père aujourd hui

Etre père aujourd hui Etre père aujourd hui Une enquête de l Union Régionale des Associations Familiales de Bretagne URAF Bretagne Rue Maurice Le Lannou CS 14226 35042 RENNES Cedex Tél. 02.23.48.25.55 Mai 2015 1 SOMMAIRE Eléments

Plus en détail

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France Dossier de presse Conférence 2 avril 2012 Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France UNE INJUSTICE SOCIALE Ovlej Association constituée de La Jeunesse au Plein Air (La JPA) et de l Union

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre?

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? Manon Bourligueux et Oriane Duchier Le recensement réalisé en 2012 montre que sur les 1396 étudiants en troisième année des Universités Paris

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

«La vie de parent au quotidien» Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne

«La vie de parent au quotidien» Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne 8 ème enquête de l Observatoire départementale de la Famille «La vie de parent au quotidien» Sommaire Introduction... 3 Les difficultés supposées

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Observatoire de la Famille

Observatoire de la Famille Observatoire de la Famille Résultats de l enquête 2009 «Le pouvoir d achat des familles» Synthèse réalisée par Charlotte LE VAN Sociologue et Démographe au CERReV ( C e n t r e d E t ud e et d e R e c

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Se (re)lancer dans la vie

Se (re)lancer dans la vie Se (re)lancer dans la vie Sondage CSA pour le Conseil Supérieur du Notariat Septembre 2013 Sommaire Fiche technique du sondage Principaux enseignements 3 4 1 2 3 4 5 Les Français se (re)lancent dans la

Plus en détail

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013 ét udes et résultats N 839 avril 2013 Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans En janvier 2011, 2,3 millions d enfants de moins de 3 ans vivent en France métropolitaine.

Plus en détail

Le divorce des couples mixtes

Le divorce des couples mixtes Le divorce des couples mixtes Spécialiste de la famille et de l enfance, Gérard Neyrand évoque les résultats d une étude très instructive menée sur le divorce des couples mixtes (du point de vue de leur

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement Fédération Départementale de l Ain (01) Fédération Départementale de l Aisne (2) 03.23.54.53.20 fol02@hotmail.com Fédération Départementale de l Allier (03) 04.70.46.85.23 fal.allier@wanadoo.fr Fédération

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

Avant d être scolarisés, 61% des enfants âgés

Avant d être scolarisés, 61% des enfants âgés Ministère de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement Ministère de la Santé et des Solidarités L entrée à l école constitue une étape très importante dans la vie d un enfant. Il est alors âgé de

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents.

Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents. AFEV 26 bis rue de Château Landon 75010 Paris Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents. Enquête réalisée auprès de 598 familles dont

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

Les enfants scolarisés à 2 ans vont à l école surtout le matin et rarement l après-midi

Les enfants scolarisés à 2 ans vont à l école surtout le matin et rarement l après-midi ét udes résultats et N 779 octobre 2011 Les enfants scolarisés à 2 ans vont à l école surtout le matin et rarement l après-midi D après l enquête Modes de garde et d accueil des jeunes enfants de 2007,

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

URAF Auvergne 2 Rue Bourzeix 63000 Clermont-Ferrand

URAF Auvergne 2 Rue Bourzeix 63000 Clermont-Ferrand URAF Auvergne 2 Rue Bourzeix 63000 Clermont-Ferrand OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE LA VULNERABILITE DANS LA FAMILLE Enquête 2005 / 2006 1 Introduction L'Observatoire Régional de Familles L'enquête

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009.

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009. LA PRESSE Rapport Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle 5 mars 2009 P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MÉTHODOLOGIE... 3 2. FAITS SAILLANTS...

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

Observatoire des familles

Observatoire des familles Observatoire des familles L Essentiel Novembre 2015 Pratiques actuelles d économie d énergie Equipement des logements et énergies utilisées Champagne- Ardenne L énergie dans les logements en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 2014

Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 2014 Delta Lloyd Life présente : Résultats de l Enquête nationale sur les Pensions 4 Delta Lloyd Life félicite les indépendants : ils sont mieux préparés à leur pension et sont prêts à travailler plus longtemps.

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 Baromètre annuel vague 3-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les données chiffrées sont parfois arrondies, en général au plus près de leurs valeurs réelles. Le résultat arrondi d une combinaison de chiffres (qui fait intervenir leurs valeurs réelles)

Plus en détail

Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France

Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France (Résultats d une enquête menée auprès de 5 145 pratiquants) Le phénomène d abandon d une pratique sportive en club touche

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

Parents bénéficiaires de minima sociaux : comment concilier vie familiale et insertion professionnelle?

Parents bénéficiaires de minima sociaux : comment concilier vie familiale et insertion professionnelle? ét udes et résultats N 874 février 2014 Parents bénéficiaires de minima sociaux : comment concilier vie familiale et insertion professionnelle? À la fin 2011, 2 millions de bénéficiaires ont perçu l allocation

Plus en détail

Changer de logement dans le même environnement

Changer de logement dans le même environnement 6 Changer de logement dans le même environnement Christelle Minodier* Les parcours résidentiels sont en grande partie rythmés par les événements familiaux et dans une moindre mesure par les changements

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Contenu du fichier «décès»

Contenu du fichier «décès» Contenu du fichier «décès» Liste des s Code Libellé Page ACTIV Code activité du décédé 2 ADEC Année de décès 2 ANAIS Année de naissance du décédé 2 DEPDEC Département de décès 2 DEPDOM Département de domicile

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

d'entreprise Etude régionale

d'entreprise Etude régionale TRANSMISSION d'entreprise Etude régionale Les besoins des cédants potentiels d entreprise en Provence-Alpes-Côte d Azur Synthèse des 9 874 réponses à l enquête réalisée dans le cadre du programme PERFORMANCE

Plus en détail

Observatoire départemental de l'opinion

Observatoire départemental de l'opinion Observatoire départemental de l'opinion Enquête thématique "Les Finistériens et le logement" - Présentation générale - Juin 2009 RAPPEL DE LA METHODOLOGIE RAPPEL DE LA METHODOLOGIE 500 ménages de 18 ans

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L opinion des demandeurs d emploi sur les contrats aidés

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L opinion des demandeurs d emploi sur les contrats aidés Dares Analyses mars 2013 N 018 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L opinion des demandeurs d emploi sur les contrats aidés Fin 2008 et fin 2009,

Plus en détail

www.interieur.gouv.fr

www.interieur.gouv.fr www.interieur.gouv.fr Sommaire PREAMBULE 2 LES CATEGORIES DE PERMIS PREMIERE PARTIE 3 LES CANDIDATS ENREGISTRES EN PREFECTURE DEUXIEME PARTIE 8 LES EPREUVES THEORIQUES GENERALES TROISIEME PARTIE 13 LES

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

1 - LES PRINCIPALES ÉTUDES PUBLIÉES MINISTÈRE DE LA JUSTICE

1 - LES PRINCIPALES ÉTUDES PUBLIÉES MINISTÈRE DE LA JUSTICE Nouveaux éléments d informations sur les pensions alimentaires pour les enfants 1 depuis le rapport du Haut Conseil de la famille sur les Ruptures familiales d avril 2014 1 - LES PRINCIPALES ÉTUDES PUBLIÉES

Plus en détail

Les aides aux devoirs en dehors de la classe

Les aides aux devoirs en dehors de la classe note d informationfévrier 6.4 www.education.gouv.fr/stateval Les élèves peuvent bénéficier d s aux devoirs scolaires de la part de leurs parents, de frères et sœurs, d amis, de proches ou bien suivre des

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 1 Présentation de l enquête L'Observatoire de l'emploi de l'aire urbaine

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce?

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Répondues : 6 351 Ignorées : 28 Enseignant(e) En phase de reprise d'entreprise Autre (veuillez préciser) En phase de création d'entreprise ou d'auto-entreprise

Plus en détail

Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil?

Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil? Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil? Kamal MELLAKH 4 Introduction La présente contribution cherche, en premier

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

N 294 mars 2004. État de santé et recours aux soins des bénéficiaires de la CMU Un impact qui se consolide entre 2000 et 2003

N 294 mars 2004. État de santé et recours aux soins des bénéficiaires de la CMU Un impact qui se consolide entre 2000 et 2003 En 2003, après trois ans de montée en charge, les caractéristiques de la population bénéficiant de la CMU sont restées proches de celles observées en 2000. Il s agit d une population plutôt jeune, féminine

Plus en détail

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne 7 juin 2010 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour AMUNDI Échantillon

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 4 e vague Novembre 2010 Contexte Presque 2 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008 Évolution différenciée des gradients sociaux homme/femme de consommation de tabac et homogamie sociale : quelle influence sur la concordance des comportements t au sein des ménages? quelle conséquence

Plus en détail