Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant"

Transcription

1 Réseau national des bservatoires desfamilles DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 1 Désir d enfant Note de synthèse n 6 Edito François FONDARD Président de l UNAF Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? Dans son ouvrage, Le recul de la mort, paru en 2006, le sociologue Paul Yonnet mettait le désir d enfant au cœur des transformations de l individu contemporain. La maîtrise des naissances et celle de la mortalité infantile font aujourd hui de l enfant le résultat d un désir : cet enfant désiré est un individu d une nature nouvelle. Face à cette transformation anthropologique capitale, l objectif de cette enquête de l Observatoire des Familles a été d essayer de comprendre ce phénomène social majeur qu est le désir d enfant et de mieux éclairer les conditions concrètes de sa réalisation. La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant Les Françaises ont en moyenne 2,01 enfants, niveau le plus élevé depuis la fin du baby-boom : ce taux de fécondité place la France au second rang des pays de l UE les plus performants en matière de fécondité, bien loin devant l Italie, l Espagne ou l Allemagne autour de 1,3. La fécondité est maintenue notamment grâce aux femmes de plus de 30 ans et surtout à celles de plus de 35 ans. Ce dynamisme des naissances en France révèle un désir fortement répandu de donner la vie, un désir qui parvient, au moins partiellement, à se traduire dans les faits. Il est d autant plus étonnant qu il semble en contradiction avec l image d un pays déprimé, pessimiste et peu confiant dans son avenir. Les clefs et les obstacles de la concrétisation du projet d enfant Au-delà de l expression d un désir d enfant, cette enquête nous permet de mettre en évidence les préalables, les obstacles et les incitations que les individus identifient comme déterminants dans leur décision de concrétiser leur projet. Les incitations renvoient notamment à la politique familiale, dont l un des objectifs est d appuyer la réalisation de ce désir d enfant. Pour autant, y a-t-il un écart entre l idéal recherché et la réalité? La politique familiale encourage-t-elle effectivement les couples dans l accomplissement de leur projet d enfant? Quelle politique familiale semblerait la plus efficace pour réaliser cet objectif? Quelles pistes pour l action publique et associative L enquête a permis d interroger les couples sur des éléments sociologiques qui permettraient de comprendre la décision d avoir un enfant : mobilité géographique, stabilité du couple, ampleur des solidarités familiales, écart d âge souhaité entre les enfants, calendrier prévu et effectif des naissances Pour être au plus près des familles concernées, nous avons ciblé les ménages en situation d avoir des enfants. Les précieux résultats de cette enquête doivent alimenter la réflexion de tous ceux qui concourent à proposer des réponses adaptées aux familles. Décembre 2013

2 2 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT familles participantes Enquête nationale : UNAF MÉTHODE Cette enquête, menée d avril à juin 2012, repose sur un échantillon de adresses sélectionnées aléatoirement parmi les ménages allocataires des CAF vivant sur l ensemble du territoire français métropolitain. Au 31/12/2011, ils ont au moins un enfant à charge et au moins l un des s est âgé de moins de 43 ans au moment de l enquête. Par ailleurs, le questionnaire a été administré par les UDAF et URAF membres du réseau des observatoires des familles. Au total, ce sont familles qui ont été interrogées avec un taux de retour moyen d environ 15 % familles ont répondu au questionnaire. La présente synthèse compare les données nationales aux extrêmes départementaux. Les parenthèses indiquent le département qui obtient la proportion minimale et celui qui obtient la proportion maximale. Enquêtes régionales : Alsace, Auvergne, Haute-Normandie, Limousin. Enquêtes départementales : Aube (10), Calvados (14), Charente-Maritime (17), Doubs (25), Jura (39), Loire (42), Manche (50), Morbihan (56), Nord (59), Oise (60), Orne (61), Pas-de-Calais (62), Haute Saône (70), Somme (80), Territoire de Belfort (90), Hauts-de-Seine (92) Caractérisques de familles répondantes à l enquête nationale Âge du répondant Type de famille Sexe du répondant 19% 16% 10% 7% 36% 29% 90% 93% - de 30 ans 30/34 ans 35/39 ans 40/43 ans En couple Seul Femme Homme Nombre d enfants Nombre d années de vie commune avec le actuel Profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) de la personne de référence du ménage 27% 49% 24% 60% 3% 11% 26% 4% 32% 40% 24% Un enfant Deux enfants Trois enfants et plus - de 3 ans Entre 3 et 6 ans Entre 6 et 10 ans 10 ans et plus Employé, ouvrier Profession intermédiaire Agriculteur, chef d entreprise, cadre, ingénieur... Sans activité professionnelle

3 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 3 Désir d enfant : Fondements et préalables du projet familial Le désir d enfant : un projet lié au désir de fonder une famille Une grande majorité de répondants : 85 % (78 % Manche et 87 % Eure) font le lien entre «avoir un enfant» et «fonder une famille». A travers le désir d enfant, c est bien l objectif de construire une famille qui est présent. Pour 68 % (63 % Nord et 72 % Calvados) des répondants, avoir un enfant permet «d aimer et être aimé». Pour 42 % des répondants (36 % Doubs et 48 % Manche) c est une source d épanouissement personnel. Le croisement de ces trois réponses majeures révèle qu avoir un enfant permet de créer une cellule de solidarité centrée sur la protection et le bien-être de chacun, dans la durée. En revanche, les raisons centrées sur la famille comme «institution» sont beaucoup plus faibles : la transmission du nom (7 %) comme celle du patrimoine familial (5 %) sont marginales par rapport aux raisons proprement liées aux individus. Paul Yonnet 1 étaye avec précision cette irruption, historiquement située, d un désir d enfant pour lui-même, déconnecté d arrière-plan institutionnel : «un désir d enfant qui n a plus rien à voir avec la transmission patrimoniale, les nécessités de la reproduction sociale, le souci de conserver un nom, de perpétuer la trace d une lignée, un désir d enfant qui est au-delà et d un ordre radicalement différent.» 1 Paul Yonnet, Le recul de la mort- l avènement de l individu contemporain, Gallimard, 2006 (op. cit. p 307). Fonder une famille Pour vous, avoir un enfant c est : (3 réponses maximum) Une source d épanoui- votre ssement personnel Aimer ou et votre être aimé 85% Transmettre vos valeurs 68% Transmettre votre nom Consolider votre couple Une nécessité pour la solidarité publique Une nécessité démographique Avoir un soutien pour l avenir Devenir adulte Transmettre votre patrimoine 33% 42% 0% 1% 4% 4% 5% 7% 7%

4 4 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Quels préalables à la réalisation du désir d enfant? La décision d avoir un enfant est certes désormais le plus souvent liée à un désir, mais elle reste «une liberté sous contraintes» 2. Avoir un enfant suppose certains préalables : les contraintes et les exigences des couples combinent des éléments matériels et des éléments liés à la vie de couple. Sur le plan matériel, pour 60 % des répondants, il est important d avoir un logement adapté avant d avoir un enfant (50 % dans le Doubs et 68 % dans le Pas-de-Calais). Pour 43 % (38 % Pas-de-Calais et 54 % Oise), avoir un travail stable est déterminant. Ce sont les préalables essentiels. Mais des éléments non matériels semblent aussi très importants pour décider d avoir un enfant. Pour 57 % (51 % Somme et Doubs et 69 % Jura) des répondants, être en couple stable est important avant d avoir un enfant. Mais seules 15 % (9 % Jura, Corrèze et Creuse, et 17 % Nord) des personnes interrogées voient le mariage comme un préalable à la concrétisation du désir d enfant. La stabilité du couple est donc considérée comme un préalable important, même si elle ne repose pas forcément, selon les personnes interrogées, sur l institution du mariage. Les statistiques de l INSEE 3 confirment que le mariage n est plus un préalable. Aujourd hui, plus d un enfant sur deux (56,6 %) naît hors mariage contre 37,2 % en Si ce taux de naissances hors mariage est élevé dans les départements plutôt ruraux comme l Ariège 66 %, le Lot 65,6 % ou encore la Dordogne 64,4 % et la Creuse 64,2 %, il l est moins dans les départements très urbanisés comme les Hauts-de- Seine 39,7 %, les Yvelines 42 %, le Rhône 43,1 %, la Seine-Saint- Denis 43,7 % ou Paris 44 %. 2 A. Regnier-Loillier, A. Sollaz, «La décision d avoir un enfant une liberté sous contrainte», Politiques sociales et familiales, n 100, juin Source : Insee, Données locales Pour vous, avant que vous ayez des enfants, il était important : (3 réponses maximum) D être marié D avoir profité de ou la votre vie avec votre (e) 24% D avoir assez d argent 27% Que l un de vous votre deux ait un travail stable 36% Que vous ayez chacun un travail stable 43% D être en couple stable 57% D avoir un logement adapté pour accueillir un enfant 60% 15%

5 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 5 Quand l idéal laisse place à la raison : le décalage entre désir et réalité Les enquêtes européennes sur le nombre d enfants désirés par pays font apparaître des écarts moindres qu entre les taux de fécondité. Il y a donc bien un enjeu déterminant dans le passage du désir à la réalisation 4. Un nombre d enfants désiré différent selon les territoires A noter tout d abord, qu avant la naissance du premier enfant, seulement 2 % des répondants ne souhaitaient pas avoir d enfant et 5 % désiraient n avoir qu un seul enfant. Le désir d avoir un enfant unique reste donc assez marginal. Avant la naissance du premier enfant, 44 % des couples répondants (44 % Calvados, Manche, Morbihan, Nord et 53 % Creuse et Haute-Vienne) souhaitaient avoir deux enfants, 30 % d entre eux en voulaient trois (24 % Nord et Creuse ; 36 % Manche et Loire), et 14 % aspiraient à en avoir quatre (7 % Creuse et Haute-Vienne et 15 % Nord). C est donc bien la famille de deux enfants qui est le modèle le plus désiré. Si le modèle des deux enfants est prédominant, le projet de famille nombreuse, c est-à-dire selon la définition de l INSEE une famille de 3 enfants ou plus, reste très présent à ce stade, avec 49 % des répondants. Ce projet de famille nombreuse est assez partagé dans le Calvados et le Morbihan (49 %) ainsi que dans la Loire et la Manche entre autres (respectivement 48 % et 47 %). Il est moins présent dans d autres départements comme la Creuse (34 %), la Haute-Vienne (36 %) ou le Pas-de-Calais par exemple (36 %), mais reste à des niveaux significatifs. Cet idéal du nombre d enfants désiré se heurte à la réalité que les parents entrevoient mieux, par exemple après la naissance du premier enfant. Un écart significatif du désir d enfant avant et après la première naissance Avant d avoir un premier enfant, le nombre moyen d enfants souhaité par l ensemble des répondants était de 2,7 enfants. Après avoir eu un premier enfant cette moyenne diminue à 2,3. 39 % des répondants ont modifié leur nombre d enfants souhaité après le premier enfant. Pour près de 75 % d entre eux, le nombre d enfants souhaité a été revu à la baisse. A noter qu il s agit en très grande majorité de personnes qui désiraient plus de deux enfants. Il y a donc un écart fort entre le désir initial et le désir exprimé après une première naissance. Cette baisse du nombre d enfants désiré se traduit dans la taille finale des familles. En effet, plus de familles ont finalement deux enfants 48 % (44 % Calvados et 55 % Auvergne) ; ce qui logiquement abaisse le pourcentage des familles nombreuses : 23 % (15 % Charente Maritime, Oise et Haute-Vienne ; 27 % Doubs) arrivent à trois enfants alors que seulement 3 % en ont quatre (2 % Manche, Seine Maritime et Corrèze ; 6 % Loire et Nord), soit 11 points d écart avec le projet initial. 4 Voir par exemple Toulemon L. et Testa M., «Fécondité envisagée, fécondité réalisée : un lien complexe», Population et sociétés, n 415, 2005.

6 6 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Un réel écart entre idéal et réalité sur le nombre d enfant autant d enfants qu elles le souhaitent? Pour répondre à cette question, nous avons pris en considération l opinion des parents qui, au moment où ils ont répondu au questionnaire, n ont pas prévu d avoir d autres enfants (soit 70 % des parents répondants). Parmi eux, 68 % n ont pas eu le nombre d enfants qu ils souhaitaient initialement, 53 % en ont eu moins que prévu et 15 % davantage que prévu. Ce sont des écarts considérables entre le désir et la réalité «finale» de leur projet familial. Nous avons d abord interrogé les familles qui ont eu moins d enfants que prévu sur les raisons de ce renoncement. La question de l âge vient en premier (33 %), renvoyant peut-être au décalage dans le temps des premières naissances. Toutefois, 28 % des répondants mettent en cause l exiguïté de leur logement et 28 % expriment que le coût lié à l éducation d un enfant supplémentaire a été un obstacle. Les éléments matériels sont donc bien un élément d explication de l écart entre le nombre d enfants désiré et la réalité. La difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale constitue également une entrave au nombre d enfants prévu : 22 % des répondants considèrent qu ils se sentiraient obligés d arrêter de travailler et mettre de côté leur carrière professionnelle. Concernant les parents qui ont eu plus d enfants que prévu, les explications sont diverses. On voit que pour 44 % (24 % Aube et 56 % Corrèze) leur choix a évolué au fur et à mesure des naissances. Pour 27 % (15 % Corrèze et 34 % Aube) d entre eux, le désir d avoir un garçon ou une fille a joué un rôle ; on retrouve ici ce qui ressemble à un idéal collectif d une fratrie mixte. Un quart des couples (10 % Jura et 36 % Haute-Vienne) ont été surpris par des naissances non prévues. La recomposition des familles est également une cause de l élargissement imprévu, soit parce que le couple recomposé souhaite avoir un enfant qui marquera leur nouvelle union, pour 19 % (8 % Charente Maritime et Morbihan ; 30 % Jura), soit parce que les enfants du issus d une union précédente s ajoutent au foyer, pour 12 % (3 % Morbihan ; 21 % Jura). ou Autre votre avez ou assez votre d enfants 16% Votre choix a ou évolué votre au fur et à mesure des naissances 17% Si vous avez eu moins d enfants que prévu, pourquoi? : (plusieurs réponses possibles) Vous ne vivez pas ou ( plus) en couple 19% vous ou sentiriez votre obligé d arrêter de travailler et mettre de côté votre carrière professionnelle 22% n êtes pas ou en votre assez bonne santé 23% Élever un enfant de plus coûterait trop cher 28% logement est trop petit 28% vous sentez trop âgé 33% 11%

7 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 7 Un réel écart entre idéal et réalité sur le moment des naissances de plus en plus tardif On constate que pour 33 % des répondants, l âge idéal d une femme pour avoir son premier enfant est de 25 ans, pour 14 % de 28 ans et pour 18 % de 30 ans. Pourtant, dans les faits, l âge moyen au premier enfant est de 30,1 ans pour les femmes. Là aussi, un écart existe entre l idéal et la réalité. Pourtant, les naissances étant de plus en plus planifiées, elles devraient correspondre à l idéal souhaité. En réalité, cette «planification» sert surtout à s adapter aux contraintes extérieures. professionnelle 22 % des parents désirent améliorer leur situation professionnelle avant d attendre un nouvel enfant. Cette question renvoie probablement au souhait de stabilité professionnelle, une stabilité qui peut être un préalable au projet d enfant. Cette réponse peut aussi renvoyer aux souhaits de carrière. Il est à noter qu entre le deuxième et le troisième enfant, c est la volonté des femmes d améliorer leur situation professionnelle qui aura le plus tendance à influencer le report du projet d un enfant. l ajournement de l arrivée d un enfant Un tiers des répondants (26 % Loire et 35 % Oise) désirent avoir encore un ou plusieurs enfants mais pas pour le moment. Qu attendent-ils? Des moyens financiers pour 32 % (30 % Calvados et 46 % Oise) et un écart d âge suffisant entre les enfants pour 41 % (33 % Doubs et 55 % Pas-de-Calais) sont les raisons principales de cette attente. Ces deux raisons sont liées. En effet, les premières années de l enfant représentent un coût important pour les parents. L enfant impacte donc fortement le budget des familles et pas seulement à son arrivée. L Unaf édite mensuellement des budgets types par catégorie de famille (accessibles sous 10 postes sont comptabilisés : Alimentation, Transport, Logement, Education, Entretien et soins personnels, Equipements & Mobiliers, Habillement, Information & Communication, Loisirs, Culture & Divers, et Santé. En appliquant une échelle d équivalence, il est possible d approcher un coût de l enfant qui sera variable selon la taille de la famille et l âge de l enfant. Ainsi, les parents préfèreront élargir leur famille à un moment où ils pourront mieux assumer financièrement l arrivée du bébé. La décision rationnelle tient donc compte du facteur économique. entre les enfants Le fait d ajourner l arrivée d un enfant peut aussi s expliquer par la volonté que l enfant précédent ait atteint un certain âge. Même s il n existe pas explicitement d écart «idéal» entre les enfants, on peut néanmoins noter qu un laps de temps est souvent souhaité entre les naissances. D après notre enquête, l écart d âge idéal entre le premier et le deuxième en- Âge Quel est l écart les enfants? Entre le premier et le deuxième enfant Entre le deuxième et le troisième enfant 1 an 3% 2% 2 ans 41% 37% 3 ans 43% 48% 4 ans 7% 9% 5 ans 4% 4% 6 ans 1% 2% fant est de trois ans pour 43 % des répondants. Pour 41 % cet écart d âge entre le premier et le second enfant est de deux ans et pour 7 % il est de 4 ans. Ainsi, pour une large majorité des répondants, l écart d âge le plus adapté entre le premier et le deuxième enfant est de 2 ou 3 ans (84 %). Plus les enfants sont d âge rapproché, plus les premiers mois ou les premières années nécessitent un gros investissement financier mais aussi personnel pour les parents. Les parents souhaitent être sûrs de bien gérer la situation actuelle avant d avoir un nouvel enfant. Les expériences antérieures les ont aidés à prendre conscience du rôle concret de parent. Le facteur du temps prend à ce titre une place prépondérante. Ainsi, avant d avoir un autre enfant, 12 % des répondants (5 % Manche et Corrèze et 14 % Nord et Eure) attendent d être prêts à adapter leur mode de vie et 14 % (7 % Somme et 19 % Nord) d avoir du temps à lui consacrer. On peut également supposer qu un écart de plus de deux ou trois ans est synonyme d une plus grande autonomie de l enfant précédent ce qui permettra aux parents d avoir plus de temps à consacrer au nouveau né.

8 8 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Concernant l écart d âge idéal entre le deuxième et le troisième enfant, 48 % pensent qu il est de trois ans, 37 % de deux ans et 9 % de quatre ans. 80% 70% 60% au moment souhaité? Concernant chacun de vos enfants : 1 er enfant 2 e enfant 3 e enfant La majorité des répondants ont eu leurs enfants au moment où ils le souhaitaient : 66 % (58 % Oise et 70 % Seine-Maritime) ont eu leur premier enfant au moment souhaité, 71 % pour le deuxième enfant et 63 % pour le troisième enfant. 16 % (14 % Eure et 22 % Manche) l avaient désiré plus tôt et 9 % (5 % Haute-Vienne et 10 % Corrèze et Jura) ne songeaient à aucun moment en particulier. Cela révèle que les couples sont assez largement en mesure de maîtriser le calendrier de naissance de leurs enfants. On constate néanmoins des écarts qu il peut être intéressant d analyser. On observe que la naissance la mieux maitrisée est celle du deuxième enfant. La première naissance est soumise aux aléas de la mise en couple et du logement. L arrivée du quatrième enfant semble moins bien programmée. La majorité des couples ayant eu leur premier enfant plus tard que souhaité, ont connu des difficultés pour avoir des enfants : l obstacle principal est donc d ordre médical (58 %), surtout pour le 1 er enfant. L arrivée du deuxième enfant est soumise à l écart d âge avec le premier enfant. L arrivée du troisième enfant est plus particulièrement conditionnée par l amélioration de la situation professionnelle, qui sous-entend une amélioration de la situation financière des parents. 50% 40% 30% 20% 10% 0% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Vous l avez eu au moment souhaité 1 er enfant Vous le souhaitiez plus tôt Vous votre le souhaitiez plus tard Vous ne songiez à aucun moment en particulier Si vous avez eu vos enfants plus tard, pourquoi? Si vous le souhaitiez plus tôt et l avez eu plus tard, c est parce que vous attendiez principalement : 2 e enfant 4 e enfant 5 e enfant ou Vous votre ne songiez pas à avoir d enfant D être d accord avec votre (e) D avoir un logement adapté pour accueillir l enfant D avoir du temps à lui consacrer D avoir plus de moyens financiers D améliorer votre propre situation professionnelle Que l enfant précédent ait atteint un certain âge Vous ayez eu des difficultés à avoir des enfants 3 e enfant

9 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 9 L influence du contexte économique et social sur le projet familial Freins et incitations à la concrétisation du désir d enfant L enquête a permis d identifier des freins mais aussi des incitations qui peuvent avoir influencé les familles dans la réalisation de leur désir d enfant. Les principaux facteurs qui ont freiné les parents dans leur désir d enfant sont la conciliation vie familiale/vie professionnelle (40 %), la taille du logement (34 %) et la perception négative de l avenir (32%). Avec la part grandissante de l apport économique des femmes au sein de la famille, l activité professionnelle féminine s est imposée comme une composante importante du processus de formation de la famille. Concilier vie familiale et vie professionnelle est donc une équation difficile pour un grand nombre des parents. Cette difficulté de conciliation entre profession et famille est accentuée par l insuffisance de modes de garde des enfants qui a été un frein pour 29 % des répondants (23 % Charente Maritime, Manche et Morbihan et 35 % Oise). Le mode de garde a été une incitation pour seulement 6 % (4 % Calvados et 8 % Charente Maritime) des parents. Mais pour la majorité des répondants 65 % (64% Seine Maritime et 72% Morbihan), il n a pas eu d influence. Il ressort également de notre enquête que la taille du logement 34 % (22 % Jura et Manche ; 36 % Oise) et la perception de l avenir (32 % ; 32% Morbihan et 49% Somme) ont un effet très largement négatif sur la taille des familles. La mauvaise conjoncture actuelle peut contribuer à assombrir les perspectives pour l avenir. Concernant le logement, le niveau élevé des prix et des loyers ou les délais d attente pour un logement social peuvent être décourageants. De plus en plus, la contrainte financière pèse sur le choix d un logement, ce qui ne permet pas aux familles de se projeter ou de construire leur projet de famille. Quels sont les facteurs qui ont influé sur votre nombre d enfants? Les facteurs suivants, vous ont-ils incité, freiné ou été sans incidence sur le nombre d enfants que vous avez eu? Les ou modes votre de garde Les prestations familiales (CAF, MSA,...) Les aides financières accordées aux familles La taille ou de votre logement La ou perception votre de l avenir La proximité ou de votre famille La ou pression votre sociale Le ou congé votre parental La ou pression votre familiale La conciliation vie ou familiale/ votre vie professionnelle 65% 78% 78% 48% 53% 72% 83% 73% 93% 49% 29% 34% 32% 9% 13% 9% 6% 13% 10% 18% 14% 20% Incité Freiné Sans incidence 7% 14% 3% 4% 20% 4% 40% 11%

10 10 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Le congé parental apparaît comme une mesure incitative dans la réalisation du désir d enfant pour 20 % des répondants (14 % Aube et 27 % Loire). Ce dispositif correspond donc à une attente réelle d une proportion significative de familles et facilite la concrétisation du désir d enfant. La proximité géographique avec les membres de la famille est un élément majeur. Si pour 72 % des répondants (64 % dans la Loire et 75 % dans le Pas-de- Calais) la proximité familiale a été sans incidence sur le nombre d enfants, elle a été un facteur incitatif non négligeable pour 20 % d entre eux (17 % Charente Maritime et 26 % Loire). Ce facteur permet de relever l importance des solidarités familiales. Elles s exercent par exemple par la garde des enfants confiée aux grands-parents. On sait que l entourage de la famille (y compris les grands parents) est fortement mobilisé en particulier pour la garde des jeunes enfants : selon l étude mode de garde de 2007, sur 2,3 millions d enfant, 4 % sont gardés à titre principal par leurs grands parents (ou autres membres de la famille hors parents) et 11 % sont gardés à titre auxiliaire. Pour 13 % de répondants, les prestations familiales ont constitué une incitation pour avoir le nombre d enfants désiré (12 % Orne ; 7 % Aube, Nord, Oise) : sur les 10 facteurs proposés, elles viennent en 4 ème position. L importance des aides financières aux familles a constitué une incitation pour 10 % des répondants (11 % Orne et Loire ; 5 % Aube). Les aides financières constituent donc un facteur réellement significatif. Réflexions et attentes des familles sur les mesures de politique familiale économique perçu Le désir d enfant révèle la confiance que les familles ont ou n ont pas dans l avenir. Les verbatims issus de notre enquête montrent un pessimisme très fort sur le contexte général du pays, un contexte perçu comme peu favorable au désir d enfant. Les répondants ne sont pas confiants pour l avenir et envisagent une dégradation des conditions pour les familles ; la moitié d entre eux (52 % Manche et 65 % Jura) pense qu élever un enfant sera plus difficile au cours des prochaines années. Les raisons invoquées par les répondants pour expliquer ce pessimisme sont essentiellement d ordre économique. Cependant, les notions de valeurs et d éducation apparaissent également très souvent dans l expression des parents : «C est aux parents d éduquer les enfants, leur apprendre les valeurs de respect, de travail, de la réussite en les encourageant» ; «abandon des règles de bonne conduite et individualisme des familles» ; «Les enfants sont de plus en plus exigeants» ; «La course à la consommation des biens matériels est pesante» ; «Elever un enfant est une question d éducation» ; «Elever un enfant ne dépend pas de la situation économique. Il faut l aimer et être à ses côtés. Il y a de plus en plus de familles explosées. Il n y a plus de repères familiaux pour les enfants» ; «Elever un enfant relève de la rigueur des parents». Pourtant, le désir d enfant semble rester intact. Et ce désir d enfant semble aussi partiellement réalisable puisque, malgré la crise, et après une baisse généralisée de la natalité en Europe, la natalité française reste relativement dynamique, alors même que 71 % des répondants pensent que le contexte socio économique actuel en France n est pas favorable pour avoir des enfants. Il y a une énigme dans le décalage entre la gravité du contexte perçue par les individus et la réalité de leurs comportements. Une partie de la réponse se trouve probablement dans la politique familiale. Au cours des prochaines années, un enfant sera plus ou moins facile? 47% 1% 52% Plus facile Plus difficile Ni plus facile, ni plus difficile

11 DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 11 familiale considérée concrétisation du désir d enfant Dans ce contexte, la politique familiale est très largement considérée comme ayant une influence positive sur la concrétisation du désir d enfant. Les éléments de politique familiale favorables pour avoir des enfants Selon vous, le contexte socio-économique actuel en France est-il favorable pour avoir des enfants? Pensez-vous que les mesures de politique familiale permettent aux familles d avoir le nombre d enfants qu elles désirent? 5% 4% 25% 39% 58% 43% 13% 13% La France est souvent présentée comme un pays qui développe une forte «politique familiale». Pour 69 % des répondants (74 % Nord et Pas-de-Calais ; 64 % Calvados et Eure), les mesures de politique familiale influencent les décisions des familles sur leur nombre d enfants. Cependant, 56 % des répondants (60 % Creuse ; 48 % Loire) pensent que les mesures des politiques familiales ne permettent pas aux familles d avoir le nombre d enfants qu elles désirent. Il n y a pas de contradiction entre ces deux jugements : la politique familiale est ressentie comme positive mais comme insuffisante pour permettre la réalisation complète du désir d enfant. de politique familiale Vous êtes-vous senti soutenu par les mesures de politique familiale lorsque vous avez eu votre ou vos enfants. D une manière générale, pensez-vous que les mesures de politique familiale influencent les décisions des familles à avoir des enfants? OUI tout à fait Les équipements collectifs ou les services (crèches, garderies, transports scolaires, centre de loisirs). OUI plutôt NON plutôt pas NON pas du tout Sur quoi doivent porter les aides des pouvoirs publics? 55% 9% 18% 45% 48% 51% 28% Le soutien financier (prestations sociales et familiales, mesures fiscales, aides des collectivités...) 24% 15% 7% A la question : «sur quoi, selon vous, aujourd hui les aides des pouvoirs publics doivent-elles porter principalement?» 55 % des répondants (44 % Pas-de- Calais et 58 % Haute-Vienne) pensent qu elles doivent porter sur les équipements collectifs ou les services (crèches, garderies, transports scolaire, centres Quelques Verbatims de loisirs etc.) et 45 % (43 % Charente Maritime et Oise et 56 % Pas de Calais) pensent qu elles doivent porter sur le soutien financier (prestations sociales et familiales, mesures fiscales, aides de collectivités). Alors que les répondants des catégories socioprofessionnelles «artisan, commerçant, chef d entreprise, cadre, ingénieur» estiment que les aides des pouvoirs publics doivent porter principalement sur les équipements collectifs (64 % d entre eux), les répondants des catégories socioprofessionnelles «employé et ouvrier» estiment que les aides doivent porter sur le soutien financier (52 % d entre eux). «Difficile d avoir plus d enfants sans diminuer son temps de travail et ses revenus», «C est la crise», «Vie trop chère», «Problèmes de garde, la vie est trop chère», «Crise financière - chômage- violences, l économie en France n est pas au beau fixe», «contexte socio-économique difficile», «Pas d évolution de salaire», «Baisse du pouvoir d achat». «Trop de chômage», «Aides aux familles gelées», «Pas assez de structures pour les enfants».

12 12 RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES I DÉSIR D ENFANT Conclusion : Les clefs du désir d enfant Cette enquête établit que l objectif le plus répandu est de fonder une famille avec deux ou trois enfants, basée sur une stabilité affective (un couple stable) et matérielle (un logement adapté et un travail fixe). Les motivations avancées par les couples se fondent en priorité sur des souhaits d épanouissement personnel et sur l idée de transmission. d enfants qu on le souhaite La majorité des ménages n a pas le nombre d enfants désiré initialement. Ils ont, pour la grande majorité, revu leur nombre d enfants à la baisse. Le passage du 2 ème au 3 ème enfant reste notamment problématique. Le premier obstacle est le coût que représente l éducation d un enfant supplémentaire, viennent ensuite les problèmes de logement. Ainsi la restriction du nombre d enfants provient essentiellement de raisons matérielles. qu on le souhaite Le calendrier des naissances semble assez largement maî- trisé : plus de deux tiers des parents ont eu leurs enfants au moment souhaité. Pourtant, là aussi, des écarts existent. Le cas le plus fréquent est un retard non souhaité, provenant de difficultés à procréer. environnement familial en question Si les mesures de politique familiale ne provoquent pas le désir d enfant en soi, elles semblent exercer une influence positive dans la concrétisation du projet d enfant. C est d autant plus important que le contexte global est perçu comme anxiogène et peu favorable au projet familial. L UNAF tire de ces constats des informations précieuses pour son travail auprès des pouvoirs publics. Ce travail consiste à promouvoir des décisions favorables à la concrétisation du désir d enfant. Le logement et un emploi stable sont devenus les points majeurs des blocages matériels à l épanouissement de la vie familiale. L enquête de l Observatoire conforte sur ce point de nombreuses analyses. D autres aspects sont également à souligner : le coût d un enfant supplémentaire apparaît aussi comme un frein. Les prestations et aides financières sont considérées comme importantes par une proportion significative de répondants. Réduire la politique familiale à une politique de services, ne semble pas correspondre au souhait des familles qui sont assez partagées sur le choix entre prestations financières et équipements / services, y compris dans les catégories «aisées». des pistes d action On constate évidemment l importance de la stabilité du couple comme préalable à l arrivée d un enfant. Même si elle est aujourd hui déconnectée de l institution du mariage, cette forte attente de stabilité requiert davantage d attention pour des actions plus concrètes (conseil conjugal, médiation, accompagnement à la parentalité ). A retrouver sur rubrique «Etudes et recherches» RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES - SYNTHÈSE N 6 I DÉSIR D ENFANT I Décembre 2013 Président de l UNAF : François Fondard - Directrice générale : Guillemette Leneveu Directeur des études : J-P. Vallat - Responsable de la Communication : L. Mondet Traitement et Analyse : H. Boudaoud - Rédaction : H. Boudaoud, F. Ngo Bilong, D. Pinto Maquette et impression : Hawaii Communication Dépot légal : décembre 2013 / n ISSN Tirage : ex 28 place Saint-Georges Paris Tél. : Fax :

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL. I. ÉCHANTILLONNAGE ET PROFIL DES ENQUÊTES p.3

PLAN GÉNÉRAL. I. ÉCHANTILLONNAGE ET PROFIL DES ENQUÊTES p.3 PLAN GÉNÉRAL Introduction p.2 I. ÉCHANTILLONNAGE ET PROFIL DES ENQUÊTES p.3 I.1. Répartition par filières p.3 I.2. Structure démographique de l échantillon p.4 I.3. Composition sociale de l échantillon

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne 7 juin 2010 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour AMUNDI Échantillon

Plus en détail

Accès au logement et immobilier de demain vus par les jeunes

Accès au logement et immobilier de demain vus par les jeunes La situation politique à Villefranche sur Mer - Novembre 2013 1 Accès au logement et immobilier de demain vus par les jeunes Institut CSA pour Guy Hoquet l Immobilier Avril 2014 Vacances Propres - Post

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Internautes et la protection des informations personnelles sur les réseaux sociaux Résultats détaillés

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation Paris, le 4 juin 2014 Communiqué de presse Arbitrages budgétaires : 6 ans après la crise et au-delà des statistiques économiques, où en sont les Français? Alimentation, éducation, solidarité, santé, mode

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 30 ème édition Octobre 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France L Avenir des Retraites Après la vie active? Rapport France Sommaire 4 5 6 7 9 11 14 16 Avant-propos Introduction Principaux résultats Partie 1 - Le départ à la retraite Partie 2 - Les aspirations à la

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

lechômage desfemmes enbretagne

lechômage desfemmes enbretagne emploi recherche femmes recherche chômage Direction régionale du travail, de l'emploi emploi et de la formation professionnelle de Bretagne chômage parcours recherche parcours femmes lechômage desfemmes

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ SEPTEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 759 électriciens en 20 012 soit 7% des salariéss de la production

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1 Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague Des pratiques uniformisées en Europe? Septembre 04 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

Les Français, l Ecole et le métier d enseignant

Les Français, l Ecole et le métier d enseignant Les Français, l Ecole et le métier d enseignant Quel regard aujourd hui? Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro

INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro 106 Bulletin d information statistique L adoption simple et plénière en 2007 : des projets différents Zakia Belmokhtar * En 2007, les tribunaux de grande instance

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail