BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page c1. Associations, Entreprises. Comment créer. un établissement. d accueil. des jeunes.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BrochCreeEtabliss_54P:P1-24 13/01/09 14:27 Page c1. Associations, Entreprises. Comment créer. un établissement. d accueil. des jeunes."

Transcription

1 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page c1 Associations, Entreprises Comment créer un établissement d accueil des jeunes enfants

2 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page c2 Editorial Pour les six années de cette nouvelle mandature, le Maire de Paris m a chargé de la mise en œuvre de la politique municipale de la Petite Enfance, dont l objectif prioritaire est l ouverture de 4500 nouvelles places pour les tout-petits en structures collectives. Cet objectif ambitieux et volontariste prolonge l engagement important de la précédente mandature qui a permis la création d un peu plus de 5800 places en sept ans, de mars 2001 à mars Pour l accompagner dans ce nouveau défi, la Ville de Paris compte sur l ensemble des porteurs de projets, en particulier sur les associations, et s est associée à son principal partenaire financier, la Caisse d allocations familiales de Paris (CAF) pour élaborer ce guide qui leur est destiné. Afin de poursuivre le travail accompli et améliorer encore le service rendu aux familles parisiennes, le dynamisme de tous sera primordial. Les partenariats qui se sont noués ou développés entre la Ville et les associations gestionnaires d établissements d accueil de la Petite Enfance ont en effet permis d offrir un service plus diversifié dans l accueil des jeunes enfants parisiens (multi-accueil, horaires décalés, projets intergénérationnels ) qui vient compléter l offre municipale. La collectivité parisienne, attentive à tout nouveau projet visant à promouvoir l accueil collectif à Paris souhaite, grâce à ce guide, vous aider à monter votre projet en facilitant vos démarches pour le concrétiser. Christophe NAJDOVSKI, Adjoint au Maire de Paris chargé de la petite enfance

3 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 1 Sommaire L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT : 3 TOUTE UNE PALETTE DE POSSIBILITÉS DÉFINITIONS 4 Les définitions réglementaires 4 Les catégories de référence 5 Crèches collectives 5 Haltes-garderies 5 Crèches familiales 6 Crèches parentales 6 Établissements multi-accueil 6 LES MODES DE GESTION 7 La gestion municipale 7 La gestion associative 7 La crèche d entreprise 7 La gestion par une entreprise privée 8 OUVRIR UN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL 9 DE LA PETITE ENFANCE : COMMENT FAIRE? QUELLES DÉMARCHES ENTREPRENDRE? 10 Constituer une personne morale 10 Choisir l implantation 11 S assurer que les locaux sont adaptés 11 Programmer les travaux 11 Rédiger le projet d établissement et le règlement de fonctionnement 14 Élaborer un budget prévisionnel de fonctionnement 14 Prévoir le recrutement de ses salariés 15 Déposer un dossier de demande 15 d autorisation de fonctionnement LES CONDITIONS RÉGLEMENTAIRES

4 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 15:35 Page 2 LES AIDES FINANCIERES 17 Conditions LES AIDES À L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX 18 ET À L ÉQUIPEMENT La Ville de Paris 18 La Caisse d Allocations Familiales 19 Les autres organismes 20 LES AIDES AU FONCTIONNEMENT 21 La Ville de Paris 21 La Caisse d Allocations Familiales 22 LES ANNEXES 25 ANNEXE I : La réglementation : extrait du Code de la santé publique : 26 articles L à 4, L2326-4, R à 48 ; articles 27, 28, 29 et 30 du décret n du 20 février 2007, relatifs aux établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans ; arrêté du 26 décembre 2000 relatif aux personnels des établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans ; articles L3111-4, L et R à 5, relatifs aux vaccinations obligatoires notamment pour les professionnels de la petite enfance ; article 1 du décret n du 17 juillet 2007 relatif à l obligation vaccinale par le vaccin antituberculeux BCG ; Circulaire n DGS/RI1/2007/318 du 14 août 2007 relative à la suspension de l obligation de vaccination par le BCG des enfants et adolescents. Extraits du Code de l action sociale et des familles : articles L133-6 et L relatifs aux incapacités à exercer des fonctions dans un établissement de petite enfance ; Extraits du Code du travail : article R241-48, relatif à l obligation de soumettre tout salarié à un examen médical avant embauchage. ANNEXE II : Pièces à fournir à l appui d une demande 42 d autorisation de fonctionnement pour un établissement d accueil de la petite enfance ANNEXE III : Nomenclature des locaux (surface) 43 pour une crèche collective et une halte-garderie ANNEXE IV : Liste des pièces à produire à l appui d une 46 demande d aide financière pour des travaux et le fonctionnement ANNEXE V : 1-Budget prévisionnel de l établissement 48 2-Fiche d activité de l établissement ANNEXE VI : Liste des écoles d auxiliaires de puériculture, 51 d éducateurs(rices) de jeunes enfants et de puériculture, des écoles d infirmier(ère)s. ANNEXE VII : Adresses des organismes cités dans la brochure

5 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 3 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibili tés L offre d accueil aux parents des jeunes enfants de moins de 6 ans peut prendre diverses formes : accueil de jour, régulier ou occasionnel, à temps plein ou à temps partiel, collectif ou familial, multi-accueil. Mais quelles que soient les caractéristiques du projet que vous souhaitez mettre en œuvre, l important est d accueillir l enfant dans les meilleures conditions, de contribuer à son épanouissement et de respecter ses rythmes. La réglementation récente en matière d accueil de la petite enfance ne fait plus référence aux catégories d établissements répertoriées (crèche, haltegarderie). Cependant ces appellations renvoient à des modes de fonctionnement qui demeurent des références tant pour le public que pour les professionnels, car elles correspondent à des types d organisation et à des prestations différents. C est pourquoi il paraît utile de reprendre, outre la définition réglementaire, celle de chacune de ces catégories

6 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 4 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibilités Définitions Les définitions réglementaires Le Code de la santé publique (annexe I), dans son article R distingue plusieurs catégories d accueil : L accueil régulier et l accueil occasionnel L accueil régulier prévoit des plages d accueil de l enfant régulières, définies pour l année et faisant l objet d une contractualisation préalable avec la famille. Cet accueil régulier peut être à temps partiel. Dans le secteur associatif, l accueil régulier correspond à un engagement régulier, prédéterminé qui peut être inférieur à 2 jours. L accueil occasionnel se caractérise par le fait : - qu il ne correspond pas à une inscription annuelle, - ou qu il est aléatoire, se déroulant sur des plages horaires variables. Dans les deux cas, l admission peut s effectuer en urgence. L accueil collectif et l accueil familial L accueil collectif prévoit que l enfant est accueilli en collectivité, encadré par des professionnels de la petite enfance. L accueil familial organise la prise en charge au domicile d une assistante maternelle agréée par le service de Protection maternelle et infantile, et salariée de l établissement. En fonction de l agrément, l assistante maternelle peut accueillir simultanément entre un et quatre enfants. Celle-ci bénéficie de l encadrement par d autres professionnels de la petite enfance, et de périodes hebdomadaires ou pluri-hebdomadaires de regroupement au cours desquelles les enfants ont des activités collectives encadrées. Le multi-accueil Le même article précise que les établissements ou services peuvent assurer un multi-accueil, associant un accueil régulier et occasionnel, ou un accueil familial et collectif. Afin de s adapter aux divers besoins des parents, les formules multi-accueil organisent au sein d un même établissement, dans le cadre d un projet d établissement adapté, une mixité de ces catégories d accueil

7 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 5 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibilités Les catégories de référence Etablissements d accueil collectif : Crèches collectives Ces établissements accueillent régulièrement durant la journée dans des locaux spécialement aménagés, des enfants de 2 mois et 1/2 à 3 ans (ou jusqu à l entrée en école maternelle). Les locaux et installations permettent d organiser des activités d éveil variées favorisant l épanouissement des enfants, de servir des repas et d organiser les temps de repos et les activités selon l âge des enfants. Les enfants sont accueillis à temps complet ou à temps partiel. Ce mode d accueil s adresse principalement aux familles ayant une activité régulière. Dans le cadre d un projet d établissement en multi-accueil, ces établissements peuvent assurer un accueil occasionnel. Les établissements d accueil collectif, doivent être organisés de telle sorte que la capacité de chaque unité d accueil ne dépasse pas 60 places. Haltes-garderies Ces établissements accueillent des enfants de moins de 6 ans à temps partiel et de manière occasionnelle. Les rythmes de présence varient de 1 heure à plusieurs demi-journées réparties sur la semaine. La réservation est généralement obligatoire. Certaines haltes-garderies peuvent accueillir des enfants de moins de 3 ans en journée continue. Cette offre est subordonnée à la possibilité de leur assurer des conditions de confort adaptées à leurs besoins. En effet, il faut pouvoir servir quelques repas, et organiser un espace pour la sieste. Ainsi ces structures d accueil, généralement de capacité modeste (20/30 enfants présents simultanément) permettent de répondre à des besoins variés : lieux d éveil, préparation à la vie collective pour des enfants gardés à domicile ou besoins d accueil pour des familles ayant des activités à temps partiel, professionnelles ou non

8 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 6 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibilités Accueil familial : Crèches familiales Il s agit d une formule d accueil pour les enfants de 2 mois et 1/2 à 3 ans (ou jusqu à l entrée en école maternelle), au domicile d assistantes maternelles agréées, et salariées de l établissement. Ces dernières sont encadrées par une équipe de professionnels. La capacité maximale d une telle structure est de 150 places. Chaque assistante maternelle accueille de 1 à 4 enfants à son domicile. C est l agrément délivré par le service départemental de protection maternelle et infantile à chaque assistante maternelle qui fixe le nombre d enfants qu elle peut accueillir. Un local commun d accueil est prévu pour permettre le regroupement d assistantes maternelles et offrir des activités d éveil des enfants. Crèches parentales Ce sont de petits établissements de moins de 20 places (25 à titre exceptionnel) créés par un groupe de parents, réunis en association. Les parents assurent le fonctionnement de l association. Selon les modalités définies par l association, les parents s engagent à participer, à un rythme régulier, à la vie de la crèche en assurant à tour de rôle l accueil des enfants, avec le concours de professionnels qualifiés, dont le/la responsable technique de la crèche. Établissements multi-accueil Les structures multi-accueil proposent plusieurs catégories d accueil et offrent une réponse adaptée à des besoins diversifiés. Il peut s agir de l association d une crèche familiale avec une crèche collective, ou bien d une crèche collective avec une haltegarderie, d une crèche familiale avec une halte-garderie. L évolution des besoins des familles doit conduire progressivement pour la plupart des structures à offrir une palette diversifiée de possibilités d accueil. Cette évolution du fonctionnement des établissements, inscrite dans le projet d établissement, doit se faire dans le respect du confort des enfants et requiert une autorisation du président du conseil général, similaire à celle prévue pour la création d un établissement

9 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 7 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibilités Les modes de gestion La gestion municipale A Paris, la majorité des structures d accueil de la petite enfance est gérée en régie directe par la Ville de Paris, avec des personnels de petite enfance de statut municipal. La gestion associative Les premières crèches à Paris ont été créées il y a plus d un siècle à l initiative d associations. Depuis, le dynamisme associatif a maintenu cette tradition. Les personnels petite enfance sont employés par l association qui perçoit les participations familiales. Sous certaines conditions, elles peuvent être subventionnées par la Ville de Paris et la Caisse d Allocations Familiales. Les établissements sont soumis à la législation figurant en annexe I. La crèche d entreprise Un employeur peut décider d offrir un service d accueil à ses salariés. Plusieurs solutions s offrent alors à lui : - il gère directement le service (gestion par la direction ou le cas échéant, le comité d entreprise), - il confie la gestion de sa structure à une association (il peut dans ce cas être représenté au sein des organes décisionnels), - il confie la gestion de sa structure à une entreprise de crèche (société spécialisée) qui intervient en tant que prestataire de service, - il achète des places à un prestataire de service (structure ouverte à plusieurs entreprises, le cas échéant à des familles de la collectivité d implantation). L employeur peut bénéficier, sous certaines conditions, d un crédit d impôt «crédit d impôt famille» égal à 50% des dépenses ayant pour objet de financer la création et le fonctionnement d établissements assurant l accueil des enfants de moins de 3 ans de ses salariés (loi de finances rectificative pour 2008 n du 30 décembre 2008, article 96, parue au JORF n 0304 du 31 décembre 2008)

10 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 8 L accueil du jeune enfant : toute une palette de possibilités Une crèche d entreprise est soumise, comme tout établissement d accueil de la petite enfance, à la réglementation de l accueil des enfants de moins de 6 ans, reproduite en annexe 1. Une structure dédiée à une entreprise peut bénéficier d aides publiques (collectivité locale, Caisse d Allocations Familiales ) si 30 % de son effectif est constitué par des enfants du quartier dans lequel elle est implantée. La gestion par une entreprise privée Depuis quelques années, des entreprises privées se sont constituées avec pour objet social de créer et gérer des services d accueil du jeune enfant. En 2004, suite à la Conférence de la Famille d avril 2003, la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) a décidé d ouvrir son financement à ces gestionnaires. La structure concernée doit rentrer dans le cadre du code de la santé publique, chapitres relatifs aux établissements d accueil des enfants de moins de 6 ans

11 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 9 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? - 9 -

12 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 10 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Quelles démarches entreprendre? Constituer une personne morale Association loi de 1901 Les formalités à accomplir sont relativement simples. L association doit être déclarée à la Préfecture dont dépend le siège de l association. Pour Paris, c est la Préfecture de Police qui est compétente pour l enregistrement de ces déclarations. La déclaration permet à l association d avoir une personnalité juridique et donc de pouvoir, par exemple, signer un bail pour la location d un local, une convention, ou ouvrir un compte bancaire ou postal en son nom propre. Tous les renseignements concernant les associations sont contenus dans la brochure N 1068 éditée par la Direction des journaux officiels. Par ailleurs, la Mairie de Paris met à disposition du public le carrefour des associations parisiennes où toutes informations pourront vous être données (voir coordonnées en annexe VII). Entreprise privée Il vous appartient de déterminer la forme juridique de votre société (à titre d exemple, on peut citer les sociétés à responsabilité limitée (S.A.R.L.) ou une forme unipersonnelle (E.U.R.L.), les sociétés par actions simplifiées (S.A.S.) ) et le montant de votre apport initial. Cet apport, la composition des organes, le nombre d associés, votre responsabilité seront directement définis par les règles propres à chacun des statuts. Pour plus de renseignements, reportez-vous au site de l agence pour la création d entreprise (www.apce.com). Vous pouvez aussi consulter le bureau de la promotion économique et du développement des entreprises de la Direction du développement économique et de l emploi de la Ville de Paris (coordonnées en annexe 7). Vous devrez être inscrit au registre du commerce et des sociétés (R.C.S.) tenu par le greffe du tribunal de commerce dans le ressort duquel se trouve le siège de votre société

13 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 11 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Choisir l implantation Afin de connaître les besoins des arrondissements de Paris, vous pouvez vous adresser à la Direction de l Action Sociale de la Caisse d Allocations Familiales ou à la Direction des familles et de la petite enfance (bureau des actions associatives) de la Ville de Paris (coordonnées en annexe VII). La Direction des familles et de la petite enfance vous donnera également une information sur les priorités de création de la municipalité, laquelle peut ou non financer vos projets. Les mairies d arrondissement peuvent ensuite vous aider à orienter vos recherches et à choisir une implantation dans un secteur où les besoins des familles ne sont pas couverts. Toutefois, c est à vous d entreprendre les démarches auprès des bailleurs. Il convient d éliminer tout local insalubre, non éclairé et non ventilé naturellement ou trop exigu pour votre projet. Un espace extérieur de jeu (jardin, cour, terrasse) est recommandé. Il convient également d éliminer tout local dont l accessibilité aux personnes handicapées est impossible. Il importe de s assurer que le propriétaire du local pressenti accepte de vous donner par écrit l autorisation d ouvrir dans ce lieu une structure d accueil de la petite enfance et de réaliser des travaux. Dans le cas d une copropriété, il est indispensable également d obtenir l accord de la copropriété réunie en assemblée générale, sur l éventuelle implantation d un établissement de petite enfance. S assurer que les locaux pressentis sont ou pourront être adaptés à l accueil de la petite enfance Lorsque l établissement projeté peut donner lieu aux financements de la Ville de Paris pour les places offertes aux familles du quartier (voir conditions au chapitre III ci-après), il est possible d organiser une visite des locaux avec les services techniques de la Direction des familles et de la petite enfance (DFPE) et les services de la CAF. Programmer les travaux d aménagement du local Sur le plan juridique : L autorisation préalable de faire les travaux doit être obtenue auprès du propriétaire du local et le cas échéant de la copropriété de l immeuble (Procès verbal de l assemblée générale de la copropriété)

14 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 12 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Sur le plan technique : Les locaux doivent être adaptés à l accueil, aux repas, au sommeil, à l hygiène, au bien-être des jeunes enfants. La capacité d accueil autorisée dépend de la surface utile (cf. annexe III relative aux normes en vigueur pour les établissements municipaux). Leur aménagement doit bien évidemment répondre aux conditions de sécurité (dont sécurité incendie), aux règles d accessibilité aux personnes handicapées et aux objectifs du plan climat. Il convient de s assurer du concours d un architecte DPLG (diplômé par le gouvernement), car le projet d aménagement nécessitera le plus souvent un dépôt de demande de permis de construire y compris en cas de changement de destination du local pour un classement en établissement recevant du public (ERP), auprès de la Direction de l urbanisme de la Ville de Paris. Il requerra, auprès des services compétents, la vérification de la conformité aux règles de sécurité et d accessibilité de la Préfecture de Police (Bureau des Etablissements recevant du Public) (cf. annexe VII), ainsi que celle relative aux règles de la restauration collective, pour l aménagement de la cuisine (Direction des services vétérinaires de la Préfecture de Police) (cf. annexe VII). Vous (ou l architecte que vous aurez choisi) devez dans tous les cas et bien avant de constituer le dossier technique, prendre connaissance de la nature des formalités administratives et techniques à effectuer pour engager les travaux. Pour ce faire, il vous est recommandé de prendre rendez-vous avec les services de la Direction de l urbanisme de la Ville de Paris (coordonnées en annexe VII) dès que vous avez les plans du local. Les conseils qui vous seront donnés vous permettront : de discerner les points clés d un dossier d aménagement de locaux : nature des locaux ; risques naturels, sécurité, accessibilité aux handicapés, aspect architectural, règles d urbanisme, de savoir si les travaux nécessitent un permis de construire ou une déclaration préalable, d identifier les différents services appelés à donner leur avis sur le dossier de permis de construire: Inspection générale des carrières, Préfecture de Police, Architectes des Bâtiments de France La Direction des familles et de la petite enfance (Bureau des travaux et de la programmation de la Sous-direction de la petite enfance)(cf. annexe VII) peut, de son côté, vous communiquer le cahier des charges techniques en vigueur pour l aménagement des crèches et haltes-garderies municipales et participera à la validation du projet

15 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 13 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Les étapes d une programmation de travaux sur le plan technique et financier s établissent comme suit : PROGRAMMATION DES TRAVAUX 1. Rechercher un architecte, lui demander une esquisse ou étude de faisabilité, passer un contrat avec lui. Entamer la consultation en vue de la désignation d un bureau de contrôle et/ou autre organisme (Bureau d Etudes Techniques (BET) fluides, Santé Sécurité Prévention (SPS) ) 2. Faire réaliser d éventuels relevés, sondages des sous-sols Prendre rendez-vous avec le service du permis de construire de la Direction de l urbanisme de la Ville de Paris pour présenter l avant projet sommaire (APS) établi par l architecte (plans, descriptif, estimation provisoire) afin d obtenir des conseils sur les démarches. Parallèlement, l APS sera présenté à la DFPE pour validation. 4. Faire établir un avant projet définitif (APD) par l architecte (plans, descriptif et coûts définitifs). N.B. : Les plans doivent être préalablement avalisés par les services vétérinaires et par ceux traitant de la sécurité dans les établissements recevant du public de la Préfecture de police. Ne pas omettre, à cette phase, d avoir un avis du bureau de contrôle. FINANCEMENTS Prévoir le règlement d honoraires d architecte et d autres organismes. Prévoir le règlement d honoraires. Prévoir un 1 er plan de financement : travaux + honoraires d architecte = aides financières + prêt bancaire + fonds propres. Déposer les dossiers de demandes d aides financières et les plans auprès des financeurs potentiels (cf. pages18 à 20). - Prévoir la signature du bail, le versement du dépôt de garantie et du 1 er terme de loyer. - Prévoir le règlement d honoraires d architecte. - Affiner le plan de financement. 5. Déposer le dossier de permis de construire ou de déclaration préalable auprès de la Direction de l urbanisme de la Ville de Paris. Compter un délai de 6 mois pour obtenir le permis suivi d un délai de recours des tiers de 2 mois. NB : les travaux ne peuvent débuter qu après notification du permis de construire et extinction du délai de recours des tiers. 6. Sélectionner l entreprise qui effectuera les travaux et approuver un devis qui fixe le coût des travaux. 7. Lancer les ordre de service de début de chantier et suivre son déroulement. 8. Constater la fin de chantier et s assurer de la levée des réserves. N.B. : Prévoir le passage d un contrôleur de sécurité ou de la commission de sécurité de la Préfecture de Police (à demander par écrit un mois avant la fin des travaux, avec transmission du rapport final du bureau de contrôle). Prévoir le règlement d acomptes. Fin des paiements aux entreprises, à l architecte

16 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 14 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Rédiger le projet d établissement et le réglement de fonctionnement En fonction du type d établissement que vous aurez choisi, vous décrirez le cadre de vie proposé aux enfants, les méthodes pédagogiques prévues et les relations instaurées avec les parents. Ces règles de fonctionnement doivent être consignées par écrit dès l origine du projet. Elles pourront être complétées ou évoluer durant la phase de mise au point du projet. Elles constituent le projet d établissement et le règlement de fonctionnement dont les établissements doivent se doter conformément aux articles R et R du Code de la santé publique (voir annexe I). Le projet d établissement et le règlement de fonctionnement feront partie du dossier de demande d autorisation de fonctionnement que vous présenterez au maire de Paris, président du conseil général (cf. annexe II). Elaborer un budget prévisionnel de fonctionnement Parallèlement à la conception de l aménagement des locaux, il convient d élaborer un budget annuel de fonctionnement. Celui-ci tiendra compte des charges de l établissement (charges de personnel et autres charges), des produits (participations familiales, prestations de service de la CAF ), de la capacité d accueil et de la fréquentation (cf. annexe V). Afin de pouvoir recevoir très rapidement les informations sur des alertes de santé publique, il est souhaitable que les responsables d établissements, Présidents et Directeurs, prévoient de disposer dès l ouverture, d une adresse électronique ou à défaut d un numéro de fax

17 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 15 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? Prévoir le recrutement de ses salariés La qualification des personnels chargés de l accueil des enfants que vous devez embaucher est réglementée (cf. annexe 1). Il convient de vous assurer que les postulant(e)s ne sont pas frappé(e)s d incapacité (article L du Code de l action sociale et des familles). Il vous appartient également de faire procéder avant l embauche à l examen médical prévu à l article R qui permettra de s assurer de l aptitude à l emploi des postulants au regard notamment des obligations vaccinales qui leur sont prescrites par les articles L , L et R à R du Code de la santé publique. Pour établir le contrat d embauche des salariés recrutés, il y a lieu d'appliquer, sauf exception, la convention collective nationale étendue des personnels des centres sociaux et socioculturels du 04 juin 1983 (cf. site des journaux officiels, annexe VII et site du SNAECSO annexe VII). Outre le respect de la réglementation, il est recommandé de veiller à la qualité du personnel embauché. Les écoles d auxiliaires de puériculture, d éducateur(rice)s de jeunes enfants et de puériculteur(rice)s peuvent donc être utilement contactées. (cf. coordonnées annexe VI). De nombreux lycées professionnels forment par ailleurs au CAP petite enfance et au BEP sanitaire et social. Enfin, vous pouvez vous adresser à la Direction départementale du travail et de l emploi qui vous informera sur les dispositifs d aides mis en place par les pouvoirs publics pour favoriser la création d emplois ou lutter contre le chômage (www.travail.gouv.fr). Déposer un dossier de demande d autorisation de fonctionnement L article L du Code de la santé publique dispose que si elles ne sont pas soumises à un régime d autorisation en vertu d une autre disposition législative, la création, l extension et la transformation des établissements et services gérés par une personne physique ou morale de droit privé accueillant des enfants de moins de six ans sont subordonnés à une autorisation délivrée par le président du Conseil général, après avis du maire de la commune d implantation À Paris, cette autorisation est délivrée, par délégation du Maire de Paris, Président du Conseil général, par la Directrice des familles et de la petite enfance (DFPE),

18 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 16 Ouvrir un établissement d accueil de la petite enfance : comment faire? et ce, au titre des compétences départementales de la Protection maternelle et infantile (PMI). Cette autorisation se présente sous la forme d un arrêté qui précise, en particulier, l âge, le nombre d enfants maximum pouvant être accueillis simultanément dans l établissement, les types d accueil et la date d ouverture. Cet arrêté est publié au Bulletin municipal officiel. En application de l article R du Code de la santé publique, le dossier de demande d autorisation doit comporter un certain nombre de pièces. L annexe II vous précise la nature de ces documents. Le dossier de demande d autorisation de fonctionnement est à adresser au service départemental de Protection maternelle et infantile (PMI), de la sous-direction de la petite enfance de la Direction des familles et de la petite enfance (DFPE), qui l instruit (coordonnées en annexe VII). L autorisation de fonctionnement est délivrée, sur avis du médecin chef de PMI, au regard du respect des obligations réglementaires : - la sécurité, attestée par le rapport de la commission (ou du contrôleur) de sécurité de la préfecture de police, - le personnel (qualification, respect des obligations sanitaires), - le projet d établissement, et le règlement de fonctionnement. Les conditions réglementaires La législation et la réglementation en vigueur figurent in extenso, en annexe I

19 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 17 Les aides financières Conditions La CAF, en application de son règlement intérieur, et la Ville de Paris, contribuent, selon les modalités décrites ci-après, au soutien financier des structures qui dispensent des activités garantissant la plus entière neutralité politique, syndicale, philosophique et religieuse et permettant ainsi l accès à tout public

20 BrochCreeEtabliss_54P:P /01/09 14:27 Page 18 Les aides financières - conditions Les aides à l aménagement des locaux et à l équipement La Ville de Paris Associations La Ville de Paris est susceptible de subventionner les projets à hauteur d environ 40 % (travaux, études, mobiliers, matériels pédagogiques). Le bénéfice de cette subvention est subordonné à l attribution par la Caisse d Allocations Familiales de Paris (CAF) d une participation complémentaire. N.B. : Une part d autofinancement peut rester à la charge de l association (dons, prêts bancaires). Crèches d entreprises Mêmes conditions que pour les associations mais pour les seules places ouvertes sur l extérieur, si le projet est confié à une association

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

Associations, Entreprises. Comment créer. un établissement. d accueil. des jeunes. enfants

Associations, Entreprises. Comment créer. un établissement. d accueil. des jeunes. enfants Associations, Entreprises Comment créer un établissement d accueil des jeunes enfants Editorial Nous nous sommes fixé un objectif ambitieux : créer 4 500 places de crèches et de haltesgarderies en 6 ans.

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale "micro-crèches".

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale micro-crèches. Dossier pour la création à titre expérimental d une mini structure d accueil de jeunes enfants en Lot-et-Garonne Le cadre de référence Article R.2324-47 du Code de la Santé Publique Décret n 2010-613 du

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

tout savoir sur les MICRO-CRECHES

tout savoir sur les MICRO-CRECHES A tout savoir sur les JUIN 2013 Les micro-crèches constituent un mode d accueil collectif du jeune enfant en pleine expansion. Le Service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Général

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales.

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. L'accueil des tout-petits...... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. Infos générales L'accueil des jeunes enfants est un domaine

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES

2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES 2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES L'immeuble classé ne peut être détruit ou déplacé, même en partie, ni être l'objet d'un travail de restauration, de réparation ou de modification

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissement expérimental Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissements expérimentaux, généralités Article R2324-47 du code de la santé publique (Décret nº 2007-230 du 20 février 2007

Plus en détail

CONCOURS AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE

CONCOURS AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE CONCOURS AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE 80, Rue Marcel Demonque AGROPARC CS 60508 84908 AVIGNON Cedex 9 Téléphone : 04.32.44.89.30

Plus en détail

Avenant n 3 du 27 janvier 2000

Avenant n 3 du 27 janvier 2000 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU TRAVAIL DES PERSONNELS DE LA VIE SCOLAIRE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ET CENTRES DE FORMATION AGRICOLE PRIVES RELEVANT DU CONSEIL NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT AGRICOLE

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions paramédicales et des personnels hospitaliers

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R. 331-6 à R. 331-17-2, A. 331-1 à A.331-4, A331-24 et A.331-25

EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R. 331-6 à R. 331-17-2, A. 331-1 à A.331-4, A331-24 et A.331-25 EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R. 331-6 à R. 331-17-2, A. 331-1 à A.331-4, A331-24 et A.331-25 Article R331-6 Les manifestations sportives qui constituent des épreuves, courses ou compétitions comportant

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels R.A.M. Relais Assistants Maternels Un lieu d informations, de rencontres et d échanges au service des parents, des jeunes enfants, des professionnels de l accueil de la Petite Enfance outil technique à

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE

POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE Département de la Seine-Saint-Denis Caisse d allocations familiales de la Seine-Saint-Denis DEMANDE D AIDES FINANCIERES A L INVESTISSEMENT POUR UN PROJET PORTE PAR UNE ASSOCIATION OU UNE ENTREPRISE Relative

Plus en détail

CADRE REFERENTIEL DEPARTEMENTAL

CADRE REFERENTIEL DEPARTEMENTAL CADRE REFERENTIEL DEPARTEMENTAL relatif aux établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans en Dordogne A l usage des porteurs de projets Conseil départementel de la Dordogne Délibération

Plus en détail

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT Trouver un mode de garde pour son enfant relève parfois du parcours du combattant. Il existe pourtant un ensemble de dispositifs bon à connaître pour se faciliter la

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

!uide pratique de l exercice de la profession d assistant maternel en dehors du domicile

!uide pratique de l exercice de la profession d assistant maternel en dehors du domicile !ans le cadre de la politique de diversification des modes d accueil de la petite enfance, un(e) assistant(e) maternel(le) peut dorénavant accueillir des mineurs dans un local tiers en dehors de son domicile

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

CONCOURS DE BIOLOGISTE VETERINAIRE PHARMACIEN TERRITORIAL DE CLASSE NORMALE

CONCOURS DE BIOLOGISTE VETERINAIRE PHARMACIEN TERRITORIAL DE CLASSE NORMALE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE CONCOURS DE BIOLOGISTE VETERINAIRE PHARMACIEN TERRITORIAL DE CLASSE NORMALE 80, Rue Marcel Demonque AGROPARC CS 60508 84908 AVIGNON Cedex

Plus en détail

Le salaire et les indemnités des assistants maternels

Le salaire et les indemnités des assistants maternels Le salaire et les indemnités des assistants maternels Les assistants maternels sont des salariés à part entière, ils perçoivent donc un salaire mensuel et des indemnités dont les modalités de calcul sont

Plus en détail

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 29 juin 2015 Les parents devront en

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 2008/8930 Direction de l'enfance PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 Commission Education - Petite Enfance du 31 janvier 2008 Objet : Attribution d'une subvention d'investissement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique Décret n [xxx] du [xxx] modifiant le décret n 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l'hygiène et à la

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP)

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) OCTOBRE 2014 #accessibleatous Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) Etablissement recevant du public Le 1er janvier 2015 est la date limite pour la mise en accessibilité

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES

CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES Article 1 - Les parties signataires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10]

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] Références du document 5J-1-10 Date du document 14/06/10 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 J-1-10 N 63 DU 14 JUIN 2010 INSTRUCTION DU 4 JUIN 2010 EXPERTS-COMPTABLES,

Plus en détail

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous.

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous. Département du Lot Confier son enfant à une assistante maternelle Le Département du Lot, proche de vous. Édito La maternité et la petite enfance tiennent une place toute particulière au cœur des missions

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-702 du 19 juin 2015 modifiant le décret n o 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Le Conseil général à votre service Guide d Accueil

Le Conseil général à votre service Guide d Accueil Le Conseil général à votre service Guide d Accueil de votre enfant chez un assistant maternel Sommaire La définition de la profession d assistant maternel... 5 L agrément de l assistant maternel... 6 Une

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR ET REDACTEUR PRINCIPAL DE 2EME CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR ET REDACTEUR PRINCIPAL DE 2EME CLASSE CONCOURS DE REDACTEUR ET REDACTEUR PRINCIPAL DE 2EME CLASSE Standard : 02.47.60.85.00 - Courriel : concours@cdg37.fr - Site internet : www.cdg37.fr L emploi Les Rédacteurs territoriaux sont chargés de

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 26/07/2011 N : 28.11 LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Le Décret n 2011-869 du 22 juillet

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

Code de l'action sociale et des familles

Code de l'action sociale et des familles Code de l'action sociale et des familles Partie réglementaire, livre II, titre II, chapitre VII : mineurs accueillis hors du domicile parental codifié par le décret n 2004-1136 du 21 octobre 2004 Section

Plus en détail

CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS DE 1 ère CLASSE

CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS DE 1 ère CLASSE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES ALPES DE HAUTE PROVENCE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS DE 1 ère CLASSE Filière médico-sociale Catégorie C Chemin de Font de Lagier - BP 9 04130

Plus en détail

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées Métier 6 Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées La loi n 2005-102 du 11 février 2005 «pour l'égalité des droits, des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées»

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL

CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 PREAMBULE TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL TITRE III DISPOSITIONS DIVERSES 1/9 ENTRE LES SOUSSIGNES - La Ville

Plus en détail

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail?

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail? Quel est le rôle de l inspecteur du travail? L inspecteur du travail, assisté de contrôleurs du travail, est chargé d assurer le respect de la législation du travail ainsi que des conventions et accords

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE SOCIAL/EMPLOI/F ORMATION Date : 21/02/07 N Juridique : 13.07 N Social : 11.07 Activités Privées de Sécurité de Surveillance et de Gardiennage.

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-652 du 2 juin 2006 relatif à la formation continue odontologique et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

Agendas d accessibilité programmée. ERP (bâtiment) et IOP

Agendas d accessibilité programmée. ERP (bâtiment) et IOP Agendas d accessibilité programmée ERP (bâtiment) et IOP présenté par Eric Heyrman délégation ministérielle à l accessibilité 1 SOMMAIRE Pages 1 - L accessibilité de tous, partout 3 2 - Les évolutions

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance CHAPITRE 4 L accueil de la petite enfance Les écoles maternelle et élémentaire > L accueil collectif TD13 mémo 6 OBJECTIFS > Caractériser les différents modes d accueil collectif > Énoncer la qualification

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 STATUTS de l'institut UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE LE MANS adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 1 Table des

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail