CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles"

Transcription

1 CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

2 1 LA MALADIE EST DANS L AIR Le chikungunya se transmet exclusivement par le moustique Aedes Aegypti. Ce virus est uniquement transmis à l homme par le moustique (genre Aèdes et principalement Aèdes Aegypti appelé moustique tigre pour sa couleur). Il s agit du même moustique que pour la dengue.

3 2 LE MOUSTIQUE NE JOUE AUCUN RÔLE DANS L ÉPIDEMIE Le moustique se contamine en piquant un malade du chikungunya, ensuite chacune de ses piqûres transmettra la maladie. Le moustique contracte le virus en piquant une personne malade et, quelques jours après, il contamine à son tour ceux qu il pique tout au long de sa vie. Il contamine également toutes ses larves qui sont donc également contaminées. C est une maladie qui peut aussi être transmise par une mère infectée à son nouveau-né (transmission materno-néonatale).

4 3 DES LABORATOIRES ONT LAISSÉ S ÉCHAPPER LE VIRUS Le virus existe depuis des siècles, il a été identifié en 1952 en Tanzanie. Le virus Chikungunya est connu depuis les années 1950, période durant laquelle il a provoqué des épidémies importantes en Asie du Sud-est et en Inde. Il a refait parler de lui récemment en raison d épidémies «explosives» qui ont notamment touché les îles de l Océan Indien en 2005 et 2006, puis l Inde, et au cours desquelles des millions de cas ont été recensés. À la Réunion et à Mayotte, l infection a touché plus d un tiers de la population. Les moustiques Aèdes ont la particularité d avoir des œufs qui résistent à la sécheresse. Probablement présents sur du matériel importé d un pays où le virus existait via des conteneurs, des pneus, etc., ces œufs en sommeil, se sont développés au contact de l eau, à leur arrivée en Martinique.

5 4 C EST UNE MALEDICTION SUR LES ANTILLES Le chikungunya est une maladie qui se répand par les voyages de personnes malades. On la retrouve sur plusieurs continents. Le virus se propage grâce au déplacement de personnes malades. Si un porteur du virus se retrouve dans un pays où des moustiques du genre Aedes sont présents, ces derniers pourront récupérer le virus sur lui et le transmettre localement. C est ce qui a failli se produire en Polynésie Française (arrivée d un Guadeloupéen porteur du virus dans cette région où des Aedes sont présents) ou qui risque fort de se produire dans le Sud de la France métropolitaine (Antillais ou personnes ayant séjourné aux Antilles porteurs du virus qui se feraient piquer par Aedes albopictus présent localement).

6 5 ON PEUT ATTRAPER PLUSIEURS FOIS LE CHIKUNGUNYA Une fois qu on a attrapé le virus, on est immunisé. Chez certains patients, les manifestations de type rhumatologiques, persistent pendant plusieurs mois, voire plusieurs années bien que le virus ne soit plus présent dans l organisme.

7 6 Il N Y A QUE LES POPULATIONS NOIRES QUI CONTRACTENT LE VIRUS Il n y a pas de différence face à la maladie, toutes les populations quelles qu elles soient sont concernées. Le moustique ne fait aucune différence entre les couleurs de peau! Le Chikungunya n a pas épargné l Europe. Des cas sont survenus en Italie en 2007 et dans le sud-ouest de la France métropolitaine en 2010 chez des personnes piquées par un moustique implanté localement (Aedes albopictus).

8 7 L AUTOMEDICATION EST SANS DANGER Les traitements non recommandés par les médecins et les pharmaciens peuvent présenter des risques pour la santé. Il n existe pas de médicaments efficaces contre le virus du Chikungunya. Le traitement de la maladie est donc uniquement symptomatique. À la phase aiguë, il repose principalement sur l administration de médicaments contre les douleurs (antalgiques) et d anti-inflammatoires non stéroïdiens. L aspirine doit être évitée à cause du risque d hémorragies.

9 8 LES POUVOIRS PUBLICS SONT INACTIFS Sous l égide du Préfet, les pouvoirs publics œuvrent au quotidien dans la lutte contre l épidémie, mais il appartient à chacun d éliminer les gîtes larvaires et de se protéger contre les piqures de moustiques. L État, les collectivités, les communes et communautés d agglomérations, les grands opérateurs sont tous mobilisés depuis le début de l épidémie. Chacun à leur niveau ils interviennent dans la prévention, la lutte, la destruction des gîtes, l information, la veille sanitaire etc. Cependant, la lutte contre les moustiques est l affaire de tous, singulièrement quand il s agit d Aedes aegypti, un moustique domestique retrouvé dans des gîtes présents dans chaque maison. Il n y a pas moyen pour les autorités de se substituer à chaque citoyen. Chacun, à titre individuel ou collectif doit éliminer les gîtes dans et autour de son domicile, de manière régulière, et se protéger des piqûres de moustiques!

10 9 LES PULVÉRISATIONS SONT LA SOLUTION POUR ÉRADIQUER LE MOUSTIQUE Les études montrent que le moustique développe une résistance croissante aux produits utilisés pour les pulvérisations. Si la pulvérisation aérienne s avère efficace au début d une épidémie conscrite en un lieu, elle montre ses limites sur une épidémie étendue à toute une île comme la nôtre. La solution la plus efficace est alors protection contre les piqûres de moustiques et la destruction des gîtes larvaires sur l ensemble du territoire qui ne peut se faire sans la participation de tous!

11 10 CERTAINES COMMUNES DE MARTINIQUE NE SONT PAS TOUCHÉES Toutes les communes de la Martinique sont touchées par l épidémie, et il y a des gîtes larvaires partout.

12 CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Point de situation sur le «moustique tigre» dans les Pyrénées-Orientales. Crédit photo : JB Ferré, EID Med

DOSSIER DE PRESSE. Point de situation sur le «moustique tigre» dans les Pyrénées-Orientales. Crédit photo : JB Ferré, EID Med DOSSIER DE PRESSE Point de situation sur le «moustique tigre» dans les Pyrénées-Orientales Crédit photo : JB Ferré, EID Med Conférence de presse Mardi 26 mars 2013 Sommaire Les 6 points à retenir page

Plus en détail

Journées de lutte contre les moustiques Et de prévention du chikungunya et de la dengue 14 et 15 février 2014. Sommaire

Journées de lutte contre les moustiques Et de prévention du chikungunya et de la dengue 14 et 15 février 2014. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Journées de lutte contre les moustiques Et de prévention du chikungunya et de la dengue 14 et 15 février 2014 Présentation de l opération Les partenaires L action de communication L action

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2013

DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2013 DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2013 1 Sommaire Qu est-ce que le chikungunya?... 3 Les symptômes de la maladie... 4 Le traitement de la maladie... 5 Les mesures de prévention et de lutte... 6 La surveillance

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

DISCOURS MOUSTIQUE AEDES

DISCOURS MOUSTIQUE AEDES DISCOURS MOUSTIQUE AEDES Il existe différents types de moustiques, dont le moustique tigre (nom scientifique Aedes albopictus), reconnaissable à sa silhouette noire et à ses rayures blanches, sur l abdomen

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

Dengue et maladies neuromusculaires

Dengue et maladies neuromusculaires Institut Pasteur Unité Postulante Interactions Moléculaires Flavivirus-Hôtes/Institut Pasteur SAVOIR ET COMPRENDRE Dengue et maladies neuromusculaires FÉVRIER 2008 La dengue est une maladie causée par

Plus en détail

URBAIN / PéRIURBAINP. Questions / Réponses. Mode operatoire des traitements de lutte antivectorielle (LAV)

URBAIN / PéRIURBAINP. Questions / Réponses. Mode operatoire des traitements de lutte antivectorielle (LAV) Mode operatoire des traitements de lutte antivectorielle (LAV) l Sommaire Introduction... p 2 Prise en charge du signalement... p 3 Mode opératoire... p 4 Produits autorisés utilisables... p 12 Matériels

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

(transcription inverse et amplification génique par réaction de polymérisation en chaîne)

(transcription inverse et amplification génique par réaction de polymérisation en chaîne) TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Diagnostic biologique direct précoce de la dengue par détection génomique du virus avec RT-PCR (transcription inverse et amplification génique par réaction

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES SOMMEIL SANS INSECTES, SOMMEIL PROFOND Personne n aime l idée de partager son lit avec des invités indésirables, encore moins avec un parasite hautement prolifique

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction prévention des risques infectieux Bureau des risques infectieux et de la politique vaccinale (RI1-3) Personne

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

CONSEILS AUX VOYAGEURS

CONSEILS AUX VOYAGEURS CONSEILS AUX VOYAGEURS Vous devez prochainement partir en mission à l étranger Au cours de votre séjour, vous pouvez être confronté à différents risques : risques infectieux : paludisme, diarrhées, hépatites,

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

DOSSIER QUESTIONS-RÉPONSES SUR LA DENGUE EN GUYANE ÉTABLI PAR L'INPES.

DOSSIER QUESTIONS-RÉPONSES SUR LA DENGUE EN GUYANE ÉTABLI PAR L'INPES. DOSSIER QUESTIONS-RÉPONSES SUR LA DENGUE EN GUYANE ÉTABLI PAR L'INPES. Document validé par la DGS, l'affsaps, le SDD et la DSDS de la Guyane. Le 15 novembre 2006. Direction de la Santé et du Développement

Plus en détail

PRÉFET DES PYRENEES ORIENTALES SERVICE INTERMINISTÉRIEL DE DÉFENSE ET DE PROTECTION CIVILES

PRÉFET DES PYRENEES ORIENTALES SERVICE INTERMINISTÉRIEL DE DÉFENSE ET DE PROTECTION CIVILES PRÉFET DES PYRENEES ORIENTALES SERVICE INTERMINISTÉRIEL DE DÉFENSE ET DE PROTECTION CIVILES Dispositions spécifiques du plan ORSEC départemental relatives à la lutte contre la dissémination du chikungunya

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Foire aux questions (FAQ) FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Pourquoi le Directeur général de l OMS fait-il ces recommandations aux voyageurs et pourquoi maintenant?

Plus en détail

Dengue et chikungunya à la Réunion et à Mayotte

Dengue et chikungunya à la Réunion et à Mayotte CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN REGION OCÉAN INDIEN Bulletin de veille sanitaire N 8/2010 Numéro spécial Editorial Dengue et chikungunya à la Réunion et à Mayotte Page 2-4 Surveillance Epidémiologique

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Pascal DELAUNAY Entomologie Parasitologie-Mycologie CHU de Nice Inserm 1065 Qu est qu un vecteur? INSECTES et Agents pathogènes Compétence + Capacité

Plus en détail

Samoa Américaines - Informations générales

Samoa Américaines - Informations générales Samoa Américaines - Informations générales Langue: samoan et anglais. Régime politique: Sous administration américaine. Habitants: 62.000 Décalage horaire: GMT -11 Indicatif Tél: 00 684 Réseau Tél: correct.

Plus en détail

TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09. Maurice TEKO JJ Boreux

TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09. Maurice TEKO JJ Boreux TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09 1. INTRODUCTION 2. MODELISATION Quelles sont les particularités du virus? Il existe trois types de virus "influenza

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

Application des analyses spatiales avec le logiciel ArcGIS et ses extensions dans le domaine de la Santé

Application des analyses spatiales avec le logiciel ArcGIS et ses extensions dans le domaine de la Santé Institut Pasteur de Guadeloupe Application des analyses spatiales avec le logiciel ArcGIS et ses extensions dans le domaine de la Santé L Marrama Rakotoarivony Unité de Recherche: Epidémiologie et Transmission

Plus en détail

Conseils aux voyageurs

Conseils aux voyageurs Conseils aux voyageurs Informations issues du site du Ministère des Affaires Etrangères en France : http://www.diplomatie.gouv.fr/ Entrée / Séjour : Un visa d entrée est nécessaire pour les ressortissants

Plus en détail

(transcription inverse et amplification génique par réaction de polymérisation en chaîne)

(transcription inverse et amplification génique par réaction de polymérisation en chaîne) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Diagnostic biologique direct précoce du chikungunya par détection génomique du virus avec RT-PCR (transcription inverse et amplification génique par réaction de polymérisation

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes,

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, Introduction «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, d histoires insolites et de mystères inexplicables. Elle vous entrainera dans un chaos thématique prédéterminé afin de vous plonger dans

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers par Dr Robert Anderson Professeur adjoint, département de biologie, Université de Winnipeg Entomologiste provincial spécialiste du virus du

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 D é p a r t e m e n t d e l a s a n t é, d e s a f f a i r e s s o c i a l e s e t d e l é n e r g i e Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 1 Plan 1) Bases légales 2) Données

Plus en détail

Ministère de la santé et des sports

Ministère de la santé et des sports Ministère de la santé et des sports Direction générale de la santé Sous-direction prévention des risques infectieux Bureau des risques infectieux et de la politique vaccinale Personnes chargées du dossier

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction prévention des risques

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction prévention des risques

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

AVIS 1. Anses dossier n 20140053 BOMBEX PEBBYS CS

AVIS 1. Anses dossier n 20140053 BOMBEX PEBBYS CS LE DIRECTEUR GENERAL Maisons-Alfort, le 6 juillet 2015 AVIS 1 de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la première demande d autorisation

Plus en détail

La lutte antivectorielle Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère Texte mis à jour le 28/08/2013

La lutte antivectorielle Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère Texte mis à jour le 28/08/2013 La lutte antivectorielle Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère Texte mis à jour le 8/08/0 Ce texte est présenté sous forme de questions - réponses. Les auteurs répondent aux questions d'un

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE - ASSURANCE VOYAGE RAPATRIEMENT SANITAIRE Diplôme Inter Universitaire, Faculté Médecine Pitié Salpêtrière - Bichat MEDECINE DES VOYAGES SANTE DES VOYAGEURS Dr Olivier CHA Lundi 26 novembre

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

RÈGLE N 1 : SAUVEGARDEZ VOS DONNÉES

RÈGLE N 1 : SAUVEGARDEZ VOS DONNÉES LE GUIDE RÈGLE N 1 : SAUVEGARDEZ VOS DONNÉES On ne le répétera jamais assez : sans protection, les virus, vers et autres chevaux de Troie peuvent s inviter en moins d une seconde sur votre PC. Même si

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Comment voyager sans imprévus avec son animal?

Comment voyager sans imprévus avec son animal? Comment voyager sans imprévus avec son animal? Avant le départ pensez à prendre son passeport et ne négligez pas les points suivants : Certificat délivré dans les 10 jours qui précèdent le départ Identification

Plus en détail

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N Le présent document complète la Convention initiale ainsi

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

MILTIS ASSISTANCE OBSÈQUES

MILTIS ASSISTANCE OBSÈQUES PRÉVOYANCE DÉCÈS Notice d information contractuelle MILTIS ASSISTANCE Le présent document constitue la notice d information contractuelle prévue par l article L.141-4 du Code des assurances. Il reprend

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE. www.lmde.com

GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE. www.lmde.com GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE? www.lmde.com Bienvenue à la LMDE Vous avez choisi la LMDE Centre 601, centre national de Sécurité sociale étudiante, lors de votre inscription dans l enseignement

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Compte rendu PRI EMS OI 2014

Compte rendu PRI EMS OI 2014 Compte rendu PRI EMS OI 2014 Rédacteur(s) : MLC/LL/MA/JBV Objet : Lieu : ½ Journée de formation continue Le Nautile - La Saline les Bains Accueil L ouverture de cette journée a été faite par la responsable

Plus en détail

Terre de Bas des Saintes

Terre de Bas des Saintes Terre de Bas des Saintes Cette île peu fréquentée est plutôt escarpée et montagneuse. Elle fut colonisée au 17 ème siècle par des français et des hollandais. Aujourd hui, l île est très appréciée des touristes

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire Colloque Santé-Biodiversité 27&28 octobre 2014 à VetAgro Sup Sur l initiative et avec le soutien Et des partenaires Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de

Plus en détail

Protocole- cadre en gestion parasitaire Mesures s adressant aux partenaires

Protocole- cadre en gestion parasitaire Mesures s adressant aux partenaires ANNEXE VIII Protocole- cadre en gestion parasitaire Mesures s adressant aux partenaires Réalisé en collaboration avec M. Harold Leavey, Les entreprises Maheu Ltée. Extrait de la brochure Épinglons la punaise,

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

07.09.2015. Médecine du voyage: le point sur la situation en 2015. Aperçu Thèmes choisis. Vos questions

07.09.2015. Médecine du voyage: le point sur la situation en 2015. Aperçu Thèmes choisis. Vos questions Médecine du voyage: le point sur la situation en 2015 3 septembre 2015 Dr med. Urs Führer Centre hospitalier Bienne Aperçu Thèmes choisis Fièvre jaune: 1 x dans sa vie ça suffit? Se protéger contre les

Plus en détail

1. QU EST CE QUE INDOCOLLYRE ET DANS QUEL CAS EST-IL UTILISE

1. QU EST CE QUE INDOCOLLYRE ET DANS QUEL CAS EST-IL UTILISE NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR INDOCOLLYRE 1 mg/ml COLLYRE EN SOLUTION Indométacine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation Divers textes réglementaires prévoient les modalités de lutte contre la divagation des animaux. Celle-ci peut en effet être source d accidents

Plus en détail

Le tourisme à La Réunion : une activité qui peine à décoller UN POIDS MODÉRÉ DU TOURISME À LA RÉUNION

Le tourisme à La Réunion : une activité qui peine à décoller UN POIDS MODÉRÉ DU TOURISME À LA RÉUNION Note expresse N 293 Octobre 2014 Le tourisme à La Réunion : une activité qui peine à décoller É C L A I R A G E L industrie touristique réunionnaise compte près de 4 700 entreprises en 2013. A l instar

Plus en détail

Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3

Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3 Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3 Qu est-ce que la grippe A (H1N1)? -Les grippes sont causées par des virus. Ces virus sont un peu différents les uns des autres. L

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Vous et votre bébé. Hépatite B

Vous et votre bébé. Hépatite B Vous et votre bébé Hépatite B Si vous avez l'hépatite B et êtes enceinte, si vous souhaitez avoir un bébé, si vous venez d'avoir un bébé ou si vous avez des enfants plus âgés, ce prospectus est fait pour

Plus en détail

EURO-ASSURANCE - Règlement «Quiz de l Été»

EURO-ASSURANCE - Règlement «Quiz de l Été» EURO-ASSURANCE - Règlement «Quiz de l Été» Du 8 juillet 2014 au 29 juillet 2014 Article 1 - Présentation de la Société Organisatrice La société EURO-ASSURANCE, filiale du groupe ASSU 2000 (SASU au capital

Plus en détail

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention PUNAISES DE LIT prévention et intervention À quoi ressemble la punaise de lit? La punaise de lit, aussi appelée punaise, est un insecte brunâtre visible à l œil nu qui mesure de 4 à 7 millimètres. Elle

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Les Français et leur santé pendant les vacances

Les Français et leur santé pendant les vacances Juillet 2013 N 111201 UPSA Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Les Français et leur santé pendant les vacances La méthodologie Etude réalisée pour : Echantillon : Echantillon

Plus en détail