CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles"

Transcription

1 CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

2 1 LA MALADIE EST DANS L AIR Le chikungunya se transmet exclusivement par le moustique Aedes Aegypti. Ce virus est uniquement transmis à l homme par le moustique (genre Aèdes et principalement Aèdes Aegypti appelé moustique tigre pour sa couleur). Il s agit du même moustique que pour la dengue.

3 2 LE MOUSTIQUE NE JOUE AUCUN RÔLE DANS L ÉPIDEMIE Le moustique se contamine en piquant un malade du chikungunya, ensuite chacune de ses piqûres transmettra la maladie. Le moustique contracte le virus en piquant une personne malade et, quelques jours après, il contamine à son tour ceux qu il pique tout au long de sa vie. Il contamine également toutes ses larves qui sont donc également contaminées. C est une maladie qui peut aussi être transmise par une mère infectée à son nouveau-né (transmission materno-néonatale).

4 3 DES LABORATOIRES ONT LAISSÉ S ÉCHAPPER LE VIRUS Le virus existe depuis des siècles, il a été identifié en 1952 en Tanzanie. Le virus Chikungunya est connu depuis les années 1950, période durant laquelle il a provoqué des épidémies importantes en Asie du Sud-est et en Inde. Il a refait parler de lui récemment en raison d épidémies «explosives» qui ont notamment touché les îles de l Océan Indien en 2005 et 2006, puis l Inde, et au cours desquelles des millions de cas ont été recensés. À la Réunion et à Mayotte, l infection a touché plus d un tiers de la population. Les moustiques Aèdes ont la particularité d avoir des œufs qui résistent à la sécheresse. Probablement présents sur du matériel importé d un pays où le virus existait via des conteneurs, des pneus, etc., ces œufs en sommeil, se sont développés au contact de l eau, à leur arrivée en Martinique.

5 4 C EST UNE MALEDICTION SUR LES ANTILLES Le chikungunya est une maladie qui se répand par les voyages de personnes malades. On la retrouve sur plusieurs continents. Le virus se propage grâce au déplacement de personnes malades. Si un porteur du virus se retrouve dans un pays où des moustiques du genre Aedes sont présents, ces derniers pourront récupérer le virus sur lui et le transmettre localement. C est ce qui a failli se produire en Polynésie Française (arrivée d un Guadeloupéen porteur du virus dans cette région où des Aedes sont présents) ou qui risque fort de se produire dans le Sud de la France métropolitaine (Antillais ou personnes ayant séjourné aux Antilles porteurs du virus qui se feraient piquer par Aedes albopictus présent localement).

6 5 ON PEUT ATTRAPER PLUSIEURS FOIS LE CHIKUNGUNYA Une fois qu on a attrapé le virus, on est immunisé. Chez certains patients, les manifestations de type rhumatologiques, persistent pendant plusieurs mois, voire plusieurs années bien que le virus ne soit plus présent dans l organisme.

7 6 Il N Y A QUE LES POPULATIONS NOIRES QUI CONTRACTENT LE VIRUS Il n y a pas de différence face à la maladie, toutes les populations quelles qu elles soient sont concernées. Le moustique ne fait aucune différence entre les couleurs de peau! Le Chikungunya n a pas épargné l Europe. Des cas sont survenus en Italie en 2007 et dans le sud-ouest de la France métropolitaine en 2010 chez des personnes piquées par un moustique implanté localement (Aedes albopictus).

8 7 L AUTOMEDICATION EST SANS DANGER Les traitements non recommandés par les médecins et les pharmaciens peuvent présenter des risques pour la santé. Il n existe pas de médicaments efficaces contre le virus du Chikungunya. Le traitement de la maladie est donc uniquement symptomatique. À la phase aiguë, il repose principalement sur l administration de médicaments contre les douleurs (antalgiques) et d anti-inflammatoires non stéroïdiens. L aspirine doit être évitée à cause du risque d hémorragies.

9 8 LES POUVOIRS PUBLICS SONT INACTIFS Sous l égide du Préfet, les pouvoirs publics œuvrent au quotidien dans la lutte contre l épidémie, mais il appartient à chacun d éliminer les gîtes larvaires et de se protéger contre les piqures de moustiques. L État, les collectivités, les communes et communautés d agglomérations, les grands opérateurs sont tous mobilisés depuis le début de l épidémie. Chacun à leur niveau ils interviennent dans la prévention, la lutte, la destruction des gîtes, l information, la veille sanitaire etc. Cependant, la lutte contre les moustiques est l affaire de tous, singulièrement quand il s agit d Aedes aegypti, un moustique domestique retrouvé dans des gîtes présents dans chaque maison. Il n y a pas moyen pour les autorités de se substituer à chaque citoyen. Chacun, à titre individuel ou collectif doit éliminer les gîtes dans et autour de son domicile, de manière régulière, et se protéger des piqûres de moustiques!

10 9 LES PULVÉRISATIONS SONT LA SOLUTION POUR ÉRADIQUER LE MOUSTIQUE Les études montrent que le moustique développe une résistance croissante aux produits utilisés pour les pulvérisations. Si la pulvérisation aérienne s avère efficace au début d une épidémie conscrite en un lieu, elle montre ses limites sur une épidémie étendue à toute une île comme la nôtre. La solution la plus efficace est alors protection contre les piqûres de moustiques et la destruction des gîtes larvaires sur l ensemble du territoire qui ne peut se faire sans la participation de tous!

11 10 CERTAINES COMMUNES DE MARTINIQUE NE SONT PAS TOUCHÉES Toutes les communes de la Martinique sont touchées par l épidémie, et il y a des gîtes larvaires partout.

12 CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS

CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles 1 LA MALADIE EST DANS L AIR Le chikungunya se transmet exclusivement par le moustique Aedes aegypti. Ce virus est

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE Le département de Saône-et-Loire est doté d un plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, deux maladies transmises par le

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance

L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance DOSSIER DE PRESSE 28 février 2014 Circulation de la dengue à Mayotte : L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance Contact Presse : Huguette YONG-FONG - Tél : 02 62 93 94 93 - Port : 06 92

Plus en détail

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida Cases «!» Le joueur devra à l aide de cartons vert, rouge ou blanc dire s il est d accord (vert), pas d accord (rouge) ou n a pas d avis (blanc) au sujet de l affirmation énoncée sur la thématique de l

Plus en détail

Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs. La maîtrise de la reproduction

Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs. La maîtrise de la reproduction Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs La maîtrise de la reproduction Avoir un enfant? Tous les jeunes couples rêvent d avoir des enfants, mais ils peuvent contracter

Plus en détail

Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre

Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre plein les poches. Problème : vous n êtes pas seul!

Plus en détail

Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 09-10/13 du 19 décembre 2013

Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 09-10/13 du 19 décembre 2013 Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 9-/13 du 19 décembre 13 Laurent Guillaumot, Noémie Baroux Activité subventionnée par le Gouvernement

Plus en détail

Note explicative sur la mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue au niveau de la région Rhône-Alpes

Note explicative sur la mise en œuvre du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue au niveau de la région Rhône-Alpes La directrice générale Lyon, le 4 juillet 2014 Affaire suivie par : Valérie Formisyn Direction de la Santé Publique : ars-rhonealpes-environnement-sante@ars.sante.fr : 04.72.34.41.19 Note explicative sur

Plus en détail

Mathématiques discrètes Probabilités discrètes Cours 30, MATH/COSC 1056F

Mathématiques discrètes Probabilités discrètes Cours 30, MATH/COSC 1056F Mathématiques discrètes Probabilités discrètes Cours 30, MATH/COSC 1056F Julien Dompierre Département de mathématiques et d informatique Université Laurentienne 27 novembre 2008, Sudbury Julien Dompierre

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2008

DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2008 DOSSIER DE PRESSE CHIKUNGUNYA 2008 1 Sommaire Qu est-ce que le chikungunya?... 3 Les symptômes de la maladie... 4 Le traitement de la maladie... 5 Les mesures de prévention et de lutte... 6 La surveillance

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

Plan antidissémination. chikungunya et de la dengue. Vaucluse 2011 21/06/2011

Plan antidissémination. chikungunya et de la dengue. Vaucluse 2011 21/06/2011 Plan antidissémination du chikungunya et de la dengue 21/06/2011 Vaucluse 2011 L Aedes albopictus ou «moustique-tigre» est vecteur de deux maladies virales : La dengue Le chikungunya Des épidémies de dengue

Plus en détail

Objectifs Moyens Déroulement Observations

Objectifs Moyens Déroulement Observations Kin Ball Niveau : GS-CP N : 1 / 6 Les élèves en cercle devant le PE Présenter le ballon, le distinguer d une balle, Présenter le cycle, parler de la particularité du Kin Ball : 3 équipes de 4 sur un seul

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Notre organisation favorise des structures démocratiques et décisionnelles

Notre organisation favorise des structures démocratiques et décisionnelles Notre organisation favorise des structures démocratiques et décisionnelles Favoriser l'implication des membres Lorsqu'il s'agit de prendre des décisions, la structure politique du Syndicat des agents de

Plus en détail

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS 1 THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS A. Les avantages B. Les rémunérations C. La sécurité 2 2 Un secteur qui recrute Les Travaux Publics ont besoin

Plus en détail

Les recommandations des hépatants

Les recommandations des hépatants Il y a tout d abord eu la parole de plus de 500 personnes, lors du recueil des attentes pour construire ces rencontres et le programme avec les thématiques d ateliers. Pendant ces rencontres, quels que

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE

LUTTER CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE ARS Rhône-Alpes ORC 2013 CONTEXTE LUTTER CONTRE Depuis 1999, le Ministère de la santé a mis en place un réseau de surveillance du moustique exotique Aedes Albopictus, plus connu sous le nom de moustique

Plus en détail

FICHE ÉLÈVE 5. d après un conte indien. Littérature - Fiche élève 5 / page 1/5. www.cieau.com

FICHE ÉLÈVE 5. d après un conte indien. Littérature - Fiche élève 5 / page 1/5. www.cieau.com Un porteur d eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux deux extrémités d une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules. L une des jarres avait un éclat, alors que l autre conservait

Plus en détail

Les plans départementaux et l'information du grand public

Les plans départementaux et l'information du grand public Risques émergents : le point sur la présence et les risques vectoriels associés au moustique tigre Aedes albopictus en Paca Les plans départementaux et l'information du grand public Philippe ALESANDRINI

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point de situation du «moustique tigre» dans le Gard Conférence de presse Vendredi 11 mai 2012

DOSSIER DE PRESSE Point de situation du «moustique tigre» dans le Gard Conférence de presse Vendredi 11 mai 2012 DOSSIER DE PRESSE Point de situation du «moustique tigre» dans le Gard Crédit photo : JB Ferré, EID Med Conférence de presse Vendredi 11 mai 2012-1 - Sommaire Communiqué de synthèse page 3 La situation

Plus en détail

GENERALITES SUR LA DENGUE RÉPONSES AUX QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES

GENERALITES SUR LA DENGUE RÉPONSES AUX QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES Ministère de la santé et des sports Direction générale de la Santé GENERALITES SUR LA DENGUE RÉPONSES AUX QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES (Document rédigé en fonction de l état des connaissances au 26 févier

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

LA RÉFORME DES RETRAITES : MODE D EMPLOI

LA RÉFORME DES RETRAITES : MODE D EMPLOI LA RÉFORME DES RETRAITES : MODE D EMPLOI 2 Les objectifs de la réforme des retraites Rétablir l équilibre des régimes de retraite en 2018 et sauver notre système par répartition. Maintenir le niveau des

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

La Prévention du Paludisme et des Autres Maladies Transmissibles par les Insectes

La Prévention du Paludisme et des Autres Maladies Transmissibles par les Insectes La Prévention du Paludisme et des Autres Maladies Transmissibles par les Insectes REPULS IF MALARONE DOXY INSECTICIDE Dr. Alex Barbey Illustrations par Helbé 4 ème édition 2 Comment réduire le risque de

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

ACTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE BAZNAT

ACTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE BAZNAT ACTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE LES ASSOCIATIONS MEMBRES DE BAZNAT 1/ Les différents utilisateurs de BazNat Administrateur principal de BazNat : l administrateur principal de BazNat est l association

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Participez à la surveillance du moustique tigre

Participez à la surveillance du moustique tigre Participez à la surveillance du moustique tigre En Dordogne, la surveillance du moustique tigre est assurée par l Établissement Interdépartemental pour la Démoustication du littoral Atlantique (EID Atlantique)

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence EXEMPLE 1 POLITIQUE DU SERVICE DE RÉFÉRENCE Conseil de la bibliothèque publique de Trillium Politique du service de référence Mars 1994 Cet exemple de politique a été inclus dans ce Guide pour vous aider

Plus en détail

Lutte contre le développement du frelon asiatique

Lutte contre le développement du frelon asiatique Lutte contre le développement du frelon asiatique Depuis plusieurs années, le frelon asiatique s est disséminé sur l ensemble du territoire du sud-ouest. Il s agit d une espèce invasive, prédatrice des

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Arboviroses et progression du moustique Aedes albopictus en

Arboviroses et progression du moustique Aedes albopictus en Arboviroses et progression du moustique Aedes albopictus en France métropolitaine mc.paty@invs.sante.fr Marie-Claire Paty Département des Maladies Infectieuses, InVS Journées régionales de veille sanitaire

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale;

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale; ENTENTE DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ CENTRALE VIETNAMIENNE ET L AUTORITÉ CENTRALE QUÉBÉCOISE CONCERNANT LES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES APPLICABLES EN MATIÈRE D ADOPTION INTERNATIONALE Le ministère de

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE Le SCRUM est une méthode de gestion de projet. Elle a pour but d améliorer la productivité des équipes. Ce terme est inspiré du terme Scrum en rugby qui désigne une

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Projet pédagogique Barcelone

Projet pédagogique Barcelone PLAJ des Coteaux 15 rue de l Oeuille 33410 CADILLAC 05 56 27 08 63 Projet pédagogique Barcelone Directeur : Sébastien AUGIAS Animatrice : Charlotte MANO I/ LE PROJET 1/ Rappel du projet : Le P.L.A.J (Point

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

Madame la Ministre, chère Maggie,

Madame la Ministre, chère Maggie, Signature Convention Centre Antipoison Bruxelles-Grand-Duché de Luxembourg, Bruxelles, le 2 juin 2015 à 10.30 heures Discours de Madame la Ministre Lydia MUTSCH Madame la Ministre, chère Maggie, Monsieur

Plus en détail

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION]

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] EXTRAIT DU RÈGLEMENT N O 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC 1. Préambule Par cette section

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté. - 53 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Article 1 er

Plus en détail

Un moustique sous surveillance en métropole depuis 1998

Un moustique sous surveillance en métropole depuis 1998 Un moustique sous surveillance en métropole depuis 1998 Le moustique Aedes albopictus est un moustique originaire d'asie du Sud-Est, également appelé «moustique tigre». Ce moustique est en expansion mondiale,

Plus en détail

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1)

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Octobre 2009 Aide-mémoire à l intention des commissions

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse 30 L enfant avant tout Rubéole : dépistage avant la grossesse Dix pour cent des femmes en âge de procréer n ont pas les anticorps pour les protéger contre l infection rubéolique. Selon l équipe de la division

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 09 NOV 2011 Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n 11- MFPF1130836C Le ministre de la fonction publique A Monsieur le ministre

Plus en détail

COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE

COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE Chapitre I er : Objet et attributions de la Commission Article 1 : Dans l esprit de la Charte Communale de l Intégration de la Personne Handicapée,

Plus en détail

La Formule 1 offre un spectacle qui fascine le public tant par la

La Formule 1 offre un spectacle qui fascine le public tant par la Chimie et voitures de Formule 1 8 CHI MIE ET VOITURES DE FORMULE 1 La Formule 1 offre un spectacle qui fascine le public tant par la vitesse que par la technique qui y est liée. Qui, en voyant ces bolides,

Plus en détail

Comment faire pour le baptême d un tout «petit» enfant?

Comment faire pour le baptême d un tout «petit» enfant? Comment faire pour le baptême d un tout petit» enfant? Prendre contact Pour inscrire votre demande de baptême et vous informer, vous avez deux possibilités au choix : a)-des accompagnateurs vous accueillent

Plus en détail

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV)

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Femme enceinte CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Presque la moitié des enfants en service de garde excrètent ce virus, surtout dans l urine et la salive, et ils peuvent le transmettre à leurs parents et aux autres

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-160 DU 17 DECEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR AL.BER.TI. SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 17 octobre 2005 1 Suites On appelle suite numérique toute application de N ou une partie de N vers R. On notera par u n le terme général d une suite.

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Leçons d échecs 8 ans et plus

Leçons d échecs 8 ans et plus Partenaire de la Fédération Française des Echecs Leçons d échecs ans et plus Leçon Le but du jeu Les échecs se jouent à deux sur un plateau carré de cases blanches (ou claires) et noires (ou foncées) qu

Plus en détail

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Un monde sans cancer du col de l utérus pour les générations futures Il est possible de vaincre le cancer du col de l utérus, l une des

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 AMIFORM Docteur Renaud Gruat Mars 2015 Loi du 4 mars 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Appelée

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

REGLEMENT MUNICIPAL DU CIMETIERE

REGLEMENT MUNICIPAL DU CIMETIERE REGLEMENT MUNICIPAL DU CIMETIERE Département du Puy-de-Dôme MAIRIE DE SAINT-CLÉMENT-DE-VALORGUE 63660 Tél. Fax : 04 73 95 40 72 e-mail : st-clement-de-valorgue.mairie@wanadoo.fr 1 Le Maire de ST CLEMENT

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE

ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE LES SOUSSIGNES : HSBC France, dont le siège social est situé 103, avenue des Champs Elysées, 75008 PARIS, représenté par Madame

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion. 1. Critères d exclusion généraux

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion. 1. Critères d exclusion généraux Politique relative aux enfants malades et à l exclusion 1. Critères d exclusion généraux En tout temps, lorsqu un enfant est en mauvais état général et qu il ne peut suivre les activités du groupe, s il

Plus en détail

Annexe 2. A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4)

Annexe 2. A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4) Annexe 2 A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4) Adoptée à la 94 ème Session du Groupe de Travail des Transports Routier (S.C.1) de la Commission Economique pour

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur

4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur 4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur 4.1 Evolution de l épidémie Plusieurs sources de données ont été sollicitées pour suivre l évolution de l épidémie : 1) les données concernant

Plus en détail

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA PNLS Gouvernement du Bénin Ministère de la Santé BANKENGRUPPE ABMS POPULATION SER VICES INTERN ATIONAL BENIN Questions : 1) Qu est-ce

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne La compagnie Zéotrope : Depuis 1999, la compagnie Zéotrope réinvente sans cesse le rapport spectateur(s) et comédiens(s), privilégiant

Plus en détail

Accord entre l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l Organisation mondiale du commerce*

Accord entre l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l Organisation mondiale du commerce* ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) Accord entre l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l Organisation mondiale du commerce* (du 22 décembre 1995) [Texte publié

Plus en détail

Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux

Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux 1 Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux 2 LE PRÉSIDENT Le président d assemblée, tout comme le vice-président et le secrétaire, est élu par l ensemble de l assemblée, avec des pouvoirs et

Plus en détail

Réponse de l OCRCVM aux commentaires sur le projet d obligation imposée aux courtiers membres de communiquer leur qualité de membre de l OCRCVM

Réponse de l OCRCVM aux commentaires sur le projet d obligation imposée aux courtiers membres de communiquer leur qualité de membre de l OCRCVM ANNEXE G Le 13 novembre 2014 Objet : Réponse de l OCRCVM aux commentaires sur le projet d obligation imposée aux courtiers membres de communiquer leur qualité de membre de l OCRCVM Nous publions la présente

Plus en détail

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Table des matières 1 Fonctionnement Général de la C.I. Idf 1 2 Le fonctionnement des groupes de travail

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Vous et votre bébé. Hépatite B

Vous et votre bébé. Hépatite B Vous et votre bébé Hépatite B Si vous avez l'hépatite B et êtes enceinte, si vous souhaitez avoir un bébé, si vous venez d'avoir un bébé ou si vous avez des enfants plus âgés, ce prospectus est fait pour

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Prophylaxie antipaludique. La protection contre les piqûres de moustiques est indispensable

Prophylaxie antipaludique. La protection contre les piqûres de moustiques est indispensable Prophylaxie antipaludique La protection contre les piqûres de moustiques est indispensable Dominique GENDREL Frédéric SORGE Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Necker, Paris Anopheles gambiae femelle

Plus en détail