Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le CGFPN propose des modifications à la LGF"

Transcription

1 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS Faciliter la participation Certaines Premières nations ont fait face à des retards après avoir décidé de participer à la Loi sur la gestion financière des premières nations. Des améliorations faciliteront la participation, ce qui permettra aux Première nations d accéder à des capitaux. Réduire le fardeau administratif L expérience des Premières nations a permis l identification des domaines où des améliorations peuvent être effectuées afin de réduire le fardeau administratif, tout en conservant la force de la certification. Renforcer la confiance des investisseurs Les normes et le processus de certification établis par le CGFPN permettent aux investisseurs d avoir confiance, ce qui a un impact sur les conditions d emprunt que l AFPN peut offrir aux Premières nations. La clarification de l application des normes assurera que des conditions d emprunt favorables puissent continuer à s appliquer. Le CGFPN propose des modifications à la Le Conseil de gestion financière des Premières nations (CGFPN) a été établi par la Loi sur la gestion financière des premières nations (). La a également établi la Commission de la fiscalité des Premières nations (CFPN) et l Administration financière des Premières nations (AFPN). En utilisant les services de ces institutions, les Premières nations peuvent accéder à des marchés financiers au même titre que d autres gouvernements au Canada. Ceci permet aux Premières nations d investir dans des projets d infrastructures communautaires, tels que des routes et des systèmes d aqueducs et d égouts. Des propositions se font afin d améliorer la. Ces améliorations découlent de l expérience des Premières nations participantes. Outre les Premières nations qui participent déjà à la depuis un certain temps, de plus en plus de Premières nations décident d y participer. Puisque la est une initiative facultative, les Premières nations qui choisissent d y participer sont inscrites à son annexe. Il y a présentement 148 Premières nations qui ont décidé d y participer et qui sont inscrites à l annexe de la. FNFMB.com 1

2 Quels sont les avantages liés à la certification du CGFPN? L obtention de la certification peut conférer les avantages suivants:» Amélioration de la confiance des membres envers le système de gestion financière et le rendement financier» Amélioration de la reddition de comptes aux membres» Amélioration de la confiance des prêteurs/investisseurs envers votre communauté» Accès à des capitaux à des conditions favorables» Amélioration des ententes de financement avec le Canada Les Premières nations ayant obtenu la certification constatent ces avantages dans leurs communautés. Certaines communautés ayant obtenu la certification ont participé à la récente obligation émise par l Administration financière des Premières nations. Ceci signifie que les Premières nations participantes ont eu accès à des capitaux afin de financer des projets d infrastructures communautaires au bénéfice de leurs membres. L obtention de la certification du CGFPN Le CGFPN travaille présentement de concert avec plus de 100 Premières nations qui progressent dans le processus de certification par l élaboration de lois sur l administration financière, par le renforcement des systèmes de gestion financière et par la mesure du rendement financier. Il y a présentement 52 Premières nations qui ont obtenu une certification et 60 qui ont élaboré des lois sur l administration financière conformes aux normes du CGFPN. L expérience des communautés qui travaillent de concert avec le CGFPN a permis d identifier certains aspects du processus qui pourraient être améliorés. De quelle façon les propositions du CGFPN vont-elles améliorer le processus pour les Premières nations? Ce bulletin d information énonce des propositions faites par le CGFPN pour améliorer le processus. Les pages 3 à 7 de ce bulletin fournissent une description des propositions de même qu une explication de la raison pour laquelle cette proposition est faite, afin d expliquer comment les changements vont améliorer le processus pour les Premières nations. De quelle façon les propositions de la CFPN et de l AFPN vont-elles améliorer le processus pour les Premières nations? Outre les propositions du CGFPN, les autres institutions font également des propositions d amélioration découlant de leur expérience avec le processus à ce jour. Des renseignements concernant ces améliorations peuvent être trouvés sur le site internet de la Commission de la fiscalité des Premières nations au et sur le site internet de l Administration financière des Premières nations au FNFMB.com 2

3 s Liées À La Loi Sur LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS 4 et 9 Clarifier qu un membre emprunteur de l AFPN doit élaborer et maintenir en vigueur une loi sur l administration financière conforme aux normes du CGFPN relative à une telle loi et qui fait l objet d une approbation de conformité du CGFPN en vertu de l article 9. Pour renforcer la confiance des investisseurs en clarifiant que tous les membres emprunteurs de l AFPN doivent posséder une loi sur l administration financière conforme aux normes du CGFPN relatives à la planification financière, la reddition de comptes, l intégrité et la transparence. Cette proposition n imposera pas un fardeau additionnel aux membres emprunteurs actuels ou futurs et est conforme aux pratiques existantes. 9(2) Clarifier que toutes les lois sur l administration financière prises en vertu de l article 9 doivent être conformes aux normes du CGFPN relatives à une telle loi. Pour renforcer la confiance des investisseurs en clarifiant que toutes les lois sur l administration financière prises en vertu de l article 9 par une Première nation inscrite à l annexe non seulement par les membres emprunteurs doivent être conformes aux normes du CGFPN et doivent faire l objet d une approbation de conformité du CGFPN avant d entrer en vigueur. Une Première nation inscrite à l annexe qui possède une loi en vertu de l article 9 qui n est pas présentement conforme aux normes du CGFPN ne serait pas tenue de modifier sa loi afin de la rendre conforme, à moins que la Première nation ne décide de modifier ou d abroger et remplacer cette loi. 9 Prévoir l admission d office d une loi sur l administration financière prise en vertu de l article 9 et approuvée par le CGFPN. Pour réduire les coûts et les fardeaux administratifs pour les Premières nations en autorisant un tribunal à référer et à appliquer une loi sur l administration financière prise et approuvée en vertu de l article 9, et ce, sans avoir à prouver que la loi a été édictée légalement. Il serait nécessaire que de prouver que la loi a été approuvée par le CGFPN. Cette proposition ferait en sorte que les lois des Premières nations prises en vertu de la seraient traitées de la même manière que celles prises par d autres gouvernements au Canada. L admission d office s applique déjà aux lois sur les recettes locales prises en vertu de l article 5 et approuvées par le CGFPN. Cette proposition réduira les coûts et les fardeaux administratifs des Premières nations lorsqu elles sont impliquées dans un litige. FNFMB.com 3

4 3 et 14 Clarifier la signification du terme «compte de recettes locales», tel qu utilisé aux articles 13 et 14. Pour renforcer la confiance des investisseurs et améliorer l efficacité administrative en clarifiant qu une Première nation qui perçoit des recettes locales en vertu de la doit garder ces recettes locales dans un compte distinct au sein d une institution financière et doit rendre compte séparément des autres types de recettes. Cette proposition n imposera pas un fardeau additionnel aux Premières nations et la clarification est conforme aux pratiques existantes. 14 Clarifier que la présentation de l information financière relative aux recettes locales doit être conforme aux normes du CGFPN relatives aux informations financières élaborées en vertu de l article 55. Pour renforcer la confiance des investisseurs en clarifiant qu il y aura une normalisation de la présentation de l information financière relative à toutes les recettes locales perçues en vertu de la. Afin de guider la présentation de l information financière relative aux recettes locales, les agents financiers des Premières nations et les vérificateurs auront à leur disposition des normes du CGFPN publiées, ce qui devrait accroître l efficacité administrative et réduire les coûts. Cette proposition assistera également les contribuables pertinents et les membres d une Première nation à examiner et à comprendre les transactions liées aux recettes locales. 32(1)(a) Clarifier qu une Première nation doit avoir un certificat de rendement financier du CGFPN avant que la CFPN puisse agréer une loi concernant l emprunt de fonds auprès de l AFPN. Pour clarifier, dans un amendement connexe au Règlement sur le financement garanti par d autres recettes, qu un membre emprunteur de l AFPN doit avoir un certificat de rendement financier du CGFPN avant que l AFPN ne puisse consentir à un membre emprunteur un prêt à long terme garanti par d «autres recettes», tel que défini à ce règlement. Pour renforcer la confiance des investisseurs en clarifiant que tous les membres emprunteurs de l AFPN doivent avoir un certificat de rendement financier du CGFPN avant qu ils ne puissent emprunter des fonds auprès de l AFPN. Un certificat sera délivré à un membre emprunteur si ce dernier se conforme aux normes relatives au rendement financier du CGFPN. Les normes relatives au rendement financier évaluent le rendement financier d une Première nation au cours des cinq années précédentes à l aide de ratios financiers pour vérifier le rendement financier. L examen du rendement financier d une Première nation en fonction des normes relatives au rendement financier du CGFPN fournira davantage de renseignements pertinents à l AFPN pour déterminer si une Première nation possède la santé financière nécessaire pour appuyer un prêt en particulier. Cette proposition n imposera pas un fardeau additionnel aux membres emprunteurs actuels ou futurs et est conforme aux pratiques existantes. FNFMB.com 4

5 50(2)(b) Améliorer l efficacité administrative liée à la présentation du rapport du CGFPN dans le cadre de la procédure de certification en mettant l emphase dans le rapport sur les aspects où la Première nation n est pas conforme aux normes du CGFPN. Pour accroître l efficacité administrative et pour réduire les coûts du processus de certification du CGFPN en exigeant que le rapport présenté par le CGFPN à la Première nation indique : que la Première nation se conforme aux normes du CGFPN; ou les normes précises que la Première nation ne respecte pas. Cette proposition n imposera pas de fardeau aux Premières nations. 9 et 50(3) Appliquer le critère d importance lorsque le CGFPN doit déterminer si une Première nation se conforme aux normes du CGFPN. Pour améliorer l accès des Premières nations à la en permettant au CGFPN de déterminer qu une Première nation se conforme aux normes du CGFPN si la Première se conforme «à tous les égards importants». En appliquant ce critère, le CGFPN posséderait la discrétion de déterminer qu une Première nation, même si elle ne se conforme pas nécessairement avec le libellé exact de la norme, se conforme tout de même à cette norme puisque les aspects importants sont conformes. L application de ce critère permettrait également au CGFPN de déterminer qu un groupe de normes connexes tel que, par exemple, les normes relatives aux recettes locales, n a pas à être rencontré si cette Première nation ne perçoit pas de recettes locales en vertu de la. Cette proposition est conforme aux pratiques existantes, n imposera pas de fardeau aux Premières nations et, dans certains cas, pourrait contribuer à réduire les coûts et le fardeau administratif de la conformité avec les normes du CGFPN. 50(4) Clarifier que le CGFPN peut révoquer un certificat si la Première nation n a pas fourni des renseignements corrects ou complets au moment de la demande de certification ou si la Première nation ne se conforme plus aux normes du CGFPN. Pour renforcer la confiance des investisseurs et préserver l intégrité du cadre législatif de la en clarifiant que si le CGFPN a délivré un certificat à une Première nation sur la base de renseignements incorrects ou incomplets fournis par la Première nation, le CGFPN peut révoquer ce certificat. Un certificat pourrait également être révoqué si une Première nation ne se conforme plus aux normes sur lesquelles se basait le certificat. Les certificats du CGFPN sont des éléments de contrôle importants en vertu de la et il importe de préserver la crédibilité de ces certificats. Le CGFPN ne révoquera pas un certificat sans avoir aviser la Première nation de son intention et sans lui avoir donné l opportunité de répondre ou de remédier au problème lié à la non-conformité. Cette proposition n imposera pas de fardeau additionnel aux Premières nations. FNFMB.com 5

6 50 Clarifier que les Premières nations ayant la certification du CGFPN doivent demeurer conformes aux normes applicables du CGFPN. Pour renforcer la confiance des investisseurs et préserver l intégrité du cadre législatif de la en clarifiant que si un certificat a été délivré par le CGFPN à une Première nation, celle-ci doit demeurer conforme aux normes sur lesquelles se fondait le certificat afin de garder cette certification. Si une Première nation ayant la certification fait défaut ou refuse de demeurer conforme aux normes, le CGFPN aurait le pouvoir de révoquer le certificat. Si le certificat d un membre emprunteur de l AFPN est révoqué, la exige que le membre emprunteur prenne les mesures nécessaires pour que le certificat soit rétabli. La politique du CGFPN prévoit que celui-ci communique aux Premières nations tout changement à ses normes. Cette proposition n imposera pas un fardeau additionnel aux Premières nations ayant obtenu la certification. 53(2)(a) Clarifier que le CGFPN a le pouvoir de prendre ou de modifier une loi sur l administration financière d une Première nation dont la gestion a été prise en charge par le CGFPN. Pour renforcer la confiance des investisseurs en clarifiant que si le CGFPN a pris en charge la gestion de la Première nation dans les circonstances spécifiques énumérées à la, le CGFPN peut, à sa discrétion, apporter des changements à une loi sur l administration financière de la Première nation. À titre d exemple, cette action pourrait être proposée lorsqu une disposition de la loi a contribué à la prise en charge de la gestion par le CGFPN. Cette action serait identifiée dans le plan de redressement du CGFPN et serait discutée avec la Première nation dont la gestion a été prise en charge. Cette proposition est conforme aux dispositions actuelles concernant les lois sur les recettes locales et n imposera pas de fardeau additionnel aux Premières nations. 5(1)(g), 5(5) et 53(2) Clarifier le pouvoir d intervention du CGFPN en abrogeant le paragraphe 5(1) (g) et le sous-paragraphe 5(5) et en confirmant le pouvoir d intervention du CGFPN à l article 53. Pour renforcer la confiance des investisseurs et promouvoir l efficacité administrative en confirmant l ensemble du pouvoir d intervention du CGFPN dans la, plutôt que d avoir recours aux lois sur les recettes locales des Premières nations pour identifier certains aspects de ce pouvoir. Cette proposition réduira les coûts et les fardeaux administratifs pour les Premières nations qui imposent des taxes, lesquelles sont présentement tenues d inclure des éléments relatifs au pouvoir d intervention du CGFPN dans leurs lois sur les recettes locales. 76(2) Clarifier qu une Première nation est tenue d avoir un certificat de rendement financier du CGFPN avant que cette Première nation ne puisse être éligible à devenir un membre emprunteur. Pour renforcer la confiance des investisseurs en exigeant qu une Première nation rencontre les normes relatives au rendement financier du CGFPN avant que celle-ci puisse être considérée admissible à devenir un membre emprunteur de l AFPN. Cette proposition n imposera pas un fardeau additionnel aux Premières nations et elle est conforme aux pratiques existantes. FNFMB.com 6

7 133(2) Clarifier que les institutions ne seront tenues de maintenir l assurance exigée par la réglementation que si cette assurance est disponible sur le marché. Pour améliorer l efficacité administrative en clarifiant que l obligation de maintenir une assurance est conditionnelle à la disponibilité d une telle assurance sur le marché. 15 et 145 Clarifier l article 145 afin de prévoir que les règlements administratifs relatifs à l administration ou à la gestion financière pris en vertu de l article 83 de la Loi sur les Indiens ne sont pas transférés sous le régime de la et demeurent en vigueur jusqu à ce qu ils soient abrogés ou jusqu à ce qu une loi sur l administration financière en vertu de l article 9 soit prise. Modifier l article 15 pour clarifier qu une Première nation inscrite à l annexe n a pas le pouvoir de prendre un règlemen administratif sur l administration ou la gestion financière en vertu de la Loi sur les Indiens. Pour améliorer l efficacité administrative, pour réduire les fardeaux administratifs et pour améliorer l accès des Première nations à la en clarifiant qu une Première nation qui s inscrit à l annexe de la contrôle le moment auquel elle décide de remplacer un règlement administratif relatif à l administration ou la gestion financière pris en vertu de la Loi sur les Indiens avec une loi sur l administration financière en vertu de l article 9 de la. De plus, cette proposition va accroître la confiance des investisseurs à l égard des lois sur l administration financière prises en vertu de la en clarifiant que toutes les lois en vertu de l article 9 doivent être conformes aux normes du CGFPN. La modification à l article 15 clarifie qu une Première nation inscrite à l annexe doit exercer son pouvoir en vertu de l article 9 de la, et non en vertu de l article 83 de la Loi sur les Indiens, pour prendre une loi concernant des questions liées à l administration financière. Cette proposition est conforme au traitement réservé aux lois relatives à l imposition foncière pour les Première nations inscrites à l annexe en vertu de la. Règlement sur la mise en œuvre de la gestion des recettes locales, article 20 Clarifier qu une Première nation qui fait l objet d une intervention en vertu de la doit payer au CGFPN les frais de gestion de l intervention. Pour renforcer la confiance des investisseurs et pour améliorer l efficacité administrative en clarifiant qu une fois que le CGFPN transmet une facture à une Première nation pour le remboursement des coûts autorisés liés aux services de gestion d intervention, le montant inscrit sur la facture est une dette due et payable par la Première nation. Cette proposition n imposera pas de fardeau additionnel pour les Premières nations. Les Premières nations devront continuer leur transformation en organismes efficaces en matière de saine gestion de ressources et de risques ainsi que de prise de décisions d investissement. FNFMB.com 7

8 QUESTIONS ET RÉPONSES Pourquoi des propositions sont-elles faites afin de modifier la Loi sur la gestion financière des premières nations? Un examen de la a toujours été envisagé. Maintenant que les Premières nations et les institutions (Conseil de gestion financière des Premières nations, Commission de la fiscalité des Premières nations et l Administration financière des Premières nations) possèdent une certaine expérience avec le processus, il est possible d identifier des aspects du processus qui peuvent être améliorés. Quelles Premières nations travaillent avec le CGFPN? Le CGFPN a signé des lettres de coopération et travaille de concert avec plus d une centaine de communautés à travers le pays. C est grâce à cette expérience que des aspects du processus pouvant être améliorés ont été identifiés. Pourquoi certaines de ces propositions visent à «faciliter l accès»? Certaines Premières nations ont décidé de participer mais ont fait face à des défis liés à l inscription à l annexe de la et à l accès à des capitaux par le biais du processus d emprunt de la. Pourquoi certaines de ces propositions «réduiront le fardeau administratif»? Les gouvernements des Premières nations possèdent des ressources financières et des ressources humaines limitées. De plus, le budget et l étendue des responsabilités de certaines communautés sont relativement plus petits que d autres. Des propositions se font afin de réduire le fardeau administratif pour permettre à davantage de communautés de facebook.com/fnfmb youtube.com/fnfmb First Nations Financial Management Board Pourquoi certaines de ces propositions «renforciront la confiance des investisseurs»? L un des objectifs principaux de la Loi sur la gestion financière des premières nations est d appuyer l accès aux capitaux des Premières nations. L incertitude entourant certaines des dispositions de cette loi pourraient dissuader les investisseurs. Le fait de clarifier certaines dispositions de cette loi contribuera à créer plus de certitude et à améliorer la capacité des Premières nations à accéder à des capitaux à des taux favorables. ADRESSE DE COURRIEL : TÉLÉPHONE : NUMÉRO SANS FRAIS : FNFMB.com 3

SECTION 4 de la LGFPN: ADMINISTRATION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS 13 janvier 2015. Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN

SECTION 4 de la LGFPN: ADMINISTRATION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS 13 janvier 2015. Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN Inclure dans la définition de «recettes fiscales foncières» dans la section 57 de la LGFPN une référence à «paiements reçus d un gouvernement ou autre entité

Plus en détail

Intervention liée à la gestion des recettes locales et d autres recettes Un résumé de la politique

Intervention liée à la gestion des recettes locales et d autres recettes Un résumé de la politique Intervention liée à la gestion des recettes locales et d autres recettes Un résumé de la politique Loi sur la gestion financière des premières nations (LGF) Conseil de gestion financière des premières

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Avec nous, les communautés autochtones prennent leur avenir en main.

Avec nous, les communautés autochtones prennent leur avenir en main. Avec nous, les communautés autochtones prennent leur avenir en main. février 2012 L AUTORITÉ FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS But non lucratif; propriété des Premières Nations à 100%. Conseil d administration

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba.

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba. ALPHA EXCHANGE INC. DÉCISION N 2012-PDG-24 DANS L AFFAIRE intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec Île-du-Prince-Édouard Manitoba Nouvelle-Écosse Nunavut Saskatchewan

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE Financial and Consumer Services Commission Financial Institutions Division 200-225 King Street Fredericton, NB E3B 1E1 Telephone: (506) 453-2315 Commission des services financiers et des services aux consommateurs

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI

ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI 1 ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTRE ET Le gouvernement du Canada, représenté par le ministre de l Emploi et du Développement social

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES.

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. VILLE DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1325-07 (Modifié par 1364-08) PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. PRÉAMBULE : ATTENDU que le conseil municipal de la ville de

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES VILLE DE VAUDREUIL-DORION COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES Numéro de règlement Date d adoption au Conseil

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION BULLETIN D INFORMATION 2002-4 Le 14 mai 2002 Sujet : Assouplissement de certaines mesures concernant l administration des lois fiscales et le recouvrement Le présent bulletin d information expose les modifications

Plus en détail

REMPLACEMENT DU QUADRUPLEX INCENDIÉ MODIFICATION DE L ENTENTE AVEC LA SCHL

REMPLACEMENT DU QUADRUPLEX INCENDIÉ MODIFICATION DE L ENTENTE AVEC LA SCHL Sommaire de la réunion spéciale de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan tenue à la salle 203 du Centre administratif, 1671, rue Ouiatchouan à Mashteuiatsh, le mercredi 17 décembre 2014 de 13 h 10 à 13 h 20. ÉLUS

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p.,

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR Liste de contrôle étape par étape des tâches et des responsabilités d un liquidateur Le travail de liquidateur peut être exigeant

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE et LE GOUVERNEMENT DU CANADA, ci-après désignés

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives Ministère de l'éducation, du Loisir et du Sport 1035,

Plus en détail

FONDS DU PATRIMOINE HISTORIQUE Présentation d une demande Lignes directrices. Introduction ADMISSIBILITÉ

FONDS DU PATRIMOINE HISTORIQUE Présentation d une demande Lignes directrices. Introduction ADMISSIBILITÉ FONDS DU PATRIMOINE HISTORIQUE Présentation d une demande Lignes directrices Introduction BUT GÉNÉRAL Le Fonds du patrimoine historique du Yukon (FPHY) vise à soutenir des projets précis. Il a été créé

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

INFORMATION FINANCIÈRE RELATIVE AUX RECETTES LOCALES NOTES EXPLICATIVES 1 ER AVRIL 2016

INFORMATION FINANCIÈRE RELATIVE AUX RECETTES LOCALES NOTES EXPLICATIVES 1 ER AVRIL 2016 INFORMATION FINANCIÈRE RELATIVE AUX RECETTES LOCALES NOTES EXPLICATIVES 1 ER AVRIL 2016 Tableau 1 LISTE DES DOCUMENTS DE BASE Le tableau suivant contient la liste des documents de base que le Conseil de

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

[TRADUCTION LIBRE] Titre abrégé (modifié) : Loi donnant aux Premières Nations le contrôle de l éducation des Premières Nations

[TRADUCTION LIBRE] Titre abrégé (modifié) : Loi donnant aux Premières Nations le contrôle de l éducation des Premières Nations [TRADUCTION LIBRE] PROJET DE LOI C/S- X, LOI DONNANT AUX PREMIÈRES NATIONS LE CONTRÔLE DE L ÉDUCATION DES PREMIÈRES NATIONS Ce document contient les modifications importantes apportées à l'ébauche d'octobre

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2015-496

Décision de télécom CRTC 2015-496 Décision de télécom CRTC 2015-496 Version PDF Ottawa, le 6 novembre 2015 Numéro de dossier : 8621-C12-01/08 Comité directeur canadien sur la numérotation du CDCI Version révisée des Lignes directrices

Plus en détail

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec :

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : RDV du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : FINANCER SA CROISSANCE PAR LE FINANCEMENT BANCAIRE Quelle est l information qui me sera demandée par une institution financière

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement 144-2014 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaire et la délégation d autorisation de dépenses 2015 ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa

Plus en détail

Numéro consacré aux courtiers en hypothèques

Numéro consacré aux courtiers en hypothèques Issue Numéro 4 5 Le fait le point sur la mise en œuvre de la nouvelle Loi de 2006 sur les maisons de courtage d hypothèques, les prêteurs hypothécaires et les administrateurs d hypothèques, ses règlements

Plus en détail

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ)

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Date limite de présentation des propositions : Le mardi 4 septembre 2012, 17 h 1 Renseignements préliminaires

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Système d information d Emploi Ontario SIEO Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key pour les abonnés des agences de formation par l apprentissage

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

GUIDE D EMPRUNT DE CAPITAUX PAR LES MUNICIPALITÉS :

GUIDE D EMPRUNT DE CAPITAUX PAR LES MUNICIPALITÉS : GUIDE D EMPRUNT DE CAPITAUX PAR LES MUNICIPALITÉS : demande à la Commission des emprunts de capitaux par les municipalités et préparation d un plan municipal d immobilisations Environnement et Gouvernements

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

Règlement sur les prestations de soutien

Règlement sur les prestations de soutien Règlement sur les prestations de soutien Edition 2011 Le Conseil de fondation, s appuyant sur les articles 3 et 4 des statuts de la Fondation vaudoise pour l accès à l enseignement privé du 10 septembre

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie

Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie Impact des changements budgétaires sur les stratégies impliquant de l assurance vie Normand Gervais Vice-président, Administration Assurance et rentes individuelles 1 Conférence Élite, 24 au 31 octobre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Introduction. Application

Introduction. Application Politique sur l accessibilité de Primerica et plan d accessibilité pluriannuel (le «plan d accessibilité») (Règlement de l Ontario 191/11) relatif à la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail