Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec. 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400. Montréal (Québec) H3A 3C2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec. 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400. Montréal (Québec) H3A 3C2"

Transcription

1 Ce document peut être obtenu sur demande en vous adressant à : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec 505, boul. de Maisonneuve Ouest bureau 400 Montréal (Québec) H3A 3C2 Téléphone (voix et ATS) Télécopieur : Courriel : Note : Afin de faciliter la lecture du texte, un seul genre a été retenu pour identifier le féminin et le masculin. Publié par : Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec Dépôt légal 3 e trimestre Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN : X

2 TABLE DES MATIÈRES Remerciements 1 1. Introduction 3 2. État de situation 5 3. La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle 7 4. Autres éléments à considérer En guise de conclusion 19 Annexe 1 21 Annexe 2 33 Annexe 3 43 Annexe 4 47 Table des matières Page i

3 Page ii Table des matières

4 REMERCIEMENTS L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec tient à remercier sincèrement tous ceux qui ont collaboré à la rédaction du document «La communication informatique : rôle des centres de réadaptation pour personnes ayant une déficience visuelle». Le groupe était composé de : Madame Diane Baignée Institut Nazareth et Louis-Braille Monsieur Caroll Bigelow Centre régional de réadaptation La RessourSe Monsieur Pierre Blais Institut de réadaptation en déficience physique de Québec Monsieur Daniel Cyr Centre de réadaptation La Maison Madame Sylvie Doiron Centre de réadaptation Estrie Madame Louise Grégoire C. Institut Nazareth et Louis-Braille Madame Carole Guillemette Institut Nazareth et Louis-Braille Madame Gisèle Hall Association montréalaise pour les aveugles Madame Carol Lavoie Centre régional de réadaptation en déficience physique Jonquière Madame Maryse Lévesque Centre de réadaptation InterVal Nous remercions également Monsieur Paul Barber, Madame Louise Bertrand, Monsieur Pierre Blais, Monsieur Louis Deschênes, Madame Carol Lavoie, Monsieur Alain Plourde et Monsieur Pierre Rondeau pour la production de l'annexe 1. Nous tenons à remercier madame Judith Plante pour son apport précieux à la révision de ce document ainsi que madame Élizabeth Loeub pour son efficacité à la mise en pages. Remerciements Page 1

5 Page 2 Remerciements

6 1. INTRODUCTION Les nouvelles technologies connaissent un essor considérable depuis la dernière décennie. Cette évolution apporte des gains importants pour le développement d outils adaptés aux personnes ayant une déficience visuelle leur facilitant l intégration scolaire, professionnelle et sociale. Le champ d intervention de la communication informatique en réadaptation en déficience visuelle se doit de suivre ce rythme afin de tout mettre en œuvre pour réduire les situations de handicap. Des impacts majeurs s ensuivent au niveau de l offre de services, de l ampleur de la demande et de l adaptation constante des ressources professionnelles impliquées. Face à cette situation, la sous-table en déficience visuelle de la Table des directions cliniques s est donnée comme objectif de faire une réflexion sur le rôle des centres de réadaptation dans ce domaine d intervention. La Table des gestionnaires en déficience visuelle a été mandatée dans le but de faire, dans un premier temps, un état de situation des services offerts en communication informatique dans l ensemble des centres de réadaptation en déficience visuelle et de poursuivre par une réflexion sur les thèmes suivants : La philosophie d intervention et les balises de l intervention en ce qui concerne la communication informatique; Le contenu de la formation offerte aux usagers dans le cadre de l intervention en communication informatique; La formation des intervenants; Les ressources humaines requises par les centres de réadaptation pour ce domaine d intervention; Les services nationaux en communication informatique. La Table des gestionnaires en déficience visuelle a présenté en trois étapes le résultat de ses travaux à la Table des directions cliniques. L objectif de ce document est de simplement regrouper l ensemble de ces travaux. Introduction Page 3

7 Page 4 Introduction

8 2. ÉTAT DE SITUATION En 1999, un comité de travail fut formé afin de faire un état de situation des services offerts par les centres de réadaptation en déficience visuelle en communication informatique. Le rapport final de ce comité fut déposé à la sous-table en déficience visuelle de la Table des directions cliniques en mai 1999 et est présenté à l annexe 1. Les résultats obtenus varient selon le mode de communication utilisé par l usager. Ainsi, une majorité de centres de réadaptation offrent le service d entraînement à l utilisation de l informatique lorsqu il s agit du grossissement et font appel aux centres dispensant des services nationaux en ce qui concerne le mode braille ou sonore. Voici une synthèse des résultats obtenus : Services Grossissement Braille et sonore Transmission de l information Offert par la majorité des centres de réadaptation (traitement de texte) Offert en collaboration avec les centres avec services nationaux (certaines régions sont en mesure d offrir le service) Réception de l information Offert dans environ 50% Offert en collaboration avec les centres avec services nationaux Gestion de l information Adaptation de poste d étude ou de travail Général Offert par tous les centres de réadaptation (besoins relatifs aux notions de base de la gestion de documents) Offert par tous les centres de réadaptation Tous les centres offrent une formation sur les logiciels de revue d écran Offert en collaboration avec les centres avec services nationaux Offert en collaboration avec les centres avec services nationaux Offert en collaboration avec les centres avec services nationaux Évidemment, ces résultats sont sujets à changement. Ils donnent cependant un aperçu des services offerts et les centres de réadaptation recourent à d autres dans le cas des personnes fonctionnellement aveugles qui doivent utiliser le mode braille ou sonore. Ces demandes sont moins nombreuses que celles du grossissement et requièrent des stratégies d intervention différentes. État de situation Page 5

9 Page 6 État de situation

10 3. LA COMMUNICATION INFORMATIQUE : UNE INTERVENTION D'ADAPTATION ET DE RÉADAPTATION EN DÉFICIENCE VISUELLE Les personnes ayant une déficience visuelle vivent une entrave à la réalisation de leurs habitudes de vie en raison des diverses situations de handicap auxquelles elles sont confrontées. Cela peut occasionner des situations de discrimination, de marginalisation, d exclusion, de dépendance et d isolement qui limitent l accès à une participation sociale optimale 1. Le but de la réadaptation est de développer l autonomie fonctionnelle et sociale de la personne. L un des champs importants de la réadaptation en déficience visuelle concerne la diminution des situations de handicap face à la communication écrite (écriture, accès et transmission de l information, gestion de l information). L utilisation de l ordinateur représente, à cet égard, un outil privilégié pour compenser les incapacités découlant de la déficience visuelle. Le rôle de l intervention de réadaptation en communication vise à : Rendre fonctionnelles au niveau de la communication écrite et de l accès, la gestion et la transmission de l information; Favoriser l autonomie de l usager et sa participation sociale. En plus d être un outil de plus en plus utilisé dans les milieux professionnels, scolaires et également dans la vie quotidienne des citoyens de même que pour les loisirs, l évolution de la technologie fait en sorte que l informatique devient de plus en plus le principal moyen de communication et de partage d information sur un plan local, national et international. L informatique représente de plus un outil précieux pour pallier les incapacités découlant de la déficience visuelle et pour assurer à la personne le même accès et les mêmes possibilités d écriture et de lecture que la personne voyante (transmission, réception et gestion de l information). Pour favoriser la participation sociale d une part de plus en plus importante de personnes ayant une déficience visuelle, le processus de réadaptation doit prévoir des interventions spécifiques visant l acquisition de l apprentissage nécessaire à l utilisation d outils informatiques adaptés et la généralisation de cet apprentissage. Les stratégies d intervention doivent être modulées en fonction des profils d une clientèle de plus en plus variée qui veut bénéficier d un accès à l informatique. 1 AERDPQ, Rôle et orientations des établissements de réadaptation en déficience physique, Document de travail, Juillet 2000, p. 18. La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle Page 7

11 Les interventions spécifiques à la communication informatique visent à : Développer l autonomie fonctionnelle en assurant : L apprentissage du fonctionnement de base de l aide; L apprentissage du fonctionnement des logiciels adaptés dans les applications 2 ; L acquisition des habiletés de base dans le système d exploitation, les applications incontournables à la communication (exemple : traitement de texte, Internet, etc.); Soutenir et accompagner l usager dans sa démarche d intégration : En assurant le développement de son autonomie psychosociale; En favorisant l implication du réseau de l usager; En favorisant l adaptation du milieu; Réduire les situations de handicap : En conseillant les organismes concernés dans l accessibilité des technologies; En sensibilisant les autorités concernées aux avantages de nouvelles technologies pour les personnes ayant une déficience visuelle afin d adapter les programmes gouvernementaux. 2 Les applications ne sont pas précisées puisqu elles varient selon les besoins de la personne (type de tâches à accomplir) et selon l évolution des technologies. Elles sont à préciser pour une catégorie de clientèle en particulier et à réviser périodiquement. Les applications priorisées concernent celles incontournables pour le fonctionnement de la personne dans son milieu en tenant compte des exigences de l employeur ou du milieu scolaire, le cas échéant. Ne pouvant être impliqué dans l apprentissage de l ensemble des applications existantes sur le marché, il faut assurer l acquisition de connaissances généralisables par l usager. Page 8 La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle

12 Une intervention centrée sur les besoins de la clientèle L intervenant amorce son intervention auprès de l usager en lui faisant préciser sa demande et en procédant à une évaluation globale tenant compte : Des capacités (physiques et cognitives) de la personne; De ses habitudes de vie; De ses objectifs et attentes; De sa motivation; Du contexte environnemental; Des exigences du milieu d intégration; Du réseau familial et social (personnes significatives pour l usager, organismes de la communauté, ressources du milieu de travail ou scolaire, etc.) et de la qualité de la relation avec les personnes significatives; Des autres dispensateurs de services. L intervenant sera en mesure de définir, avec l usager, les objectifs d intervention. Le choix des moyens d intervention suivra selon le profil du client, les stratégies d apprentissage à privilégier et les ressources du milieu pouvant être mises à contribution. L objectif de l intervention vise le développement des compétences afin que l usager puisse généraliser les connaissances acquises dans diverses applications. Pour favoriser l implication de l usager dans son processus de réadaptation, l intervenant : S assure du choix éclairé de l usager et l informe des investissements (temps et effort) qu il devra lui-même assumer pour la maîtrise de l utilisation de l informatique; Établit une entente avec l usager dans le cadre du plan d intervention reconnaissant les efforts qu il aura à investir et confirmant sa motivation; Voit à l implication continue du réseau de l usager (réseau d aidants et réseau technique). La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle Page 9

13 Le plan d intervention, qui précise les objectifs et moyens en fonction de l évaluation réalisée, doit être partagé avec l usager et devient, en quelque sorte, un contrat d engagement mutuel afin de définir les responsabilités de l intervenant et de l usager. À titre indicatif, l usager sera informé du temps généralement nécessaire d apprentissage avec l intervenant et de l investissement qu il devra lui-même assumer entre les interventions. Une date de révision du plan d intervention est également arrêtée, révision qui permet d évaluer les apprentissages réalisés, d ajuster les objectifs et modalités d intervention ou de mettre fin aux interventions le cas échéant. Les modalités d intervention qui seront choisies dans le cadre du processus d attribution d une aide s adapteront aux particularités propres à chaque individu et prendront des variantes découlant des contextes des clientèles. Chaque programmation doit donc préciser les modalités privilégiées en fonction des profils propres à sa clientèle. L intervenant joue un rôle majeur dans l attribution des aides informatiques et représente l usager auprès des différents agents payeurs. L intervenant possède une connaissance générale des différents produits disponibles et des réglementations des programmes de financement existants, il procède donc à l attribution des aides les plus appropriées pour faciliter la réalisation de certaines tâches, telles que définies dans le plan d intervention. Certains paramètres cliniques pour l attribution des aides (pour l ensemble des aides techniques) ont été définis en fonction de la philosophie partagée par l ensemble des centres de réadaptation du Québec et s appuient sur la réglementation de la RAMQ. Ces paramètres doivent être considérés dans leur ensemble pour guider l intervenant. «Ainsi, il importe d attribuer les aides : En respectant les besoins réels exprimés par l usager de même que ses habitudes de vie; En considérant les caractéristiques personnelles de l usager; En tenant compte de la motivation de l usager et de sa capacité d apprentissage; En s assurant que les aides servent à la réalisation d activités significatives pour l usager; En s assurant que les aides puissent répondre aux besoins de l usager dans un avenir prévisible; En tenant compte du système de relations de l usager : famille, école, travail et communauté; En privilégiant des aides polyvalentes de manière à réduire le nombre d aides nécessaires et au moindre coût; En allant d une aide de modèle plus simple à une aide de modèle plus complexe.» 3 3 AERDPQ, Guide d attribution des aides visuelles à l intention des intervenants, Janvier 1999, p. 4. Page 10 La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle

14 Ainsi, à la suite de l évaluation de la personne et de son système de relations (implication ou support possible de son entourage ou des ressources du milieu), différentes stratégies peuvent être retenues selon le profil de la personne, de ses besoins et de ses capacités : Formation de l usager sur les moyens d adaptation; Formation du réseau de l usager sur les moyens d adaptation : enseignants, formateurs, patrons, collègues, proches, etc.; Soutien à l usager et au formateur dans le cadre d une formation de groupe offerte dans le milieu; Soutien à l usager, au formateur et au réseau technique dans le cadre d une formation individuelle offerte dans le milieu; Apprentissage de la tâche par l intervenant et formation de l usager, à l intérieur d un groupe ayant le même besoin, pour l ensemble de la formation; Apprentissage de la tâche par l intervenant et formation de l usager sur une base individuelle. Ainsi, à la suite de l évaluation, l intervenant déterminera avec l usager des modalités les plus efficientes pour l atteinte des objectifs visés : interventions à l établissement, dans le milieu, sur un mode individuel ou de groupe, intégré ou non dans une formation du milieu, etc. De plus, en fonction de certaines clientèles, chaque programme précise des modalités privilégiées. Par exemple, pour certaines clientèles, l intervention de groupe peut être privilégiée afin de briser l isolement en plus de développer les compétences pour l utilisation de l informatique. Pour une autre clientèle, il peut être plus efficient (en tenant compte de notre objectif de favoriser l intégration sociale et l autonomie) d investir dans le développement d agent multiplicateur dans le milieu. Les moyens retenus devront toujours viser l acquisition des habiletés permettant à la personne de généraliser ses apprentissages et de lui fournir différents outils pour favoriser son autonomie. Évidemment, les capacités de l usager doivent toujours être prises en considération. Ainsi, la clientèle «fonctionnellement aveugle» exige une implication plus importante de la part des intervenants de réadaptation qui peuvent plus difficilement être relayés au milieu naturel. Un consensus s est dégagé quant à la nécessité de distinguer deux grands groupes de clientèle en fonction d un profil fort différent de besoins découlant de leur niveau d incapacité. Pour la clientèle dite «fonctionnellement voyante», les centres de réadaptation ont la responsabilité d outiller l usager avec les adaptations nécessaires. Cependant, l acquisition de certaines habiletés telles que le doigté de dactylo ou l apprentissage de certaines applications peut être réalisée en partenariat avec le milieu scolaire, le milieu du travail ou le milieu communautaire. L intervenant sert de consultant et agit en tant qu agent multiplicateur auprès de ces différents milieux. La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle Page 11

15 Il est par ailleurs reconnu que la clientèle dite «fonctionnellement aveugle» exige davantage d implication et une plus longue durée d intervention de la part du centre de réadaptation en ce qui concerne le braille, les adaptations, les techniques d apprentissage. Les intervenants doivent agir directement dans les divers milieux (enseignement, travail, communautaire) puisque ceux-ci n ont pas les compétences (ou rarement) pour supporter les personnes utilisant le mode braille ou sonore. De plus, la généralisation de l utilisation de l informatique par la population fait en sorte qu un nombre croissant de la clientèle possède, au moment de l apparition de la déficience, les habiletés de base à l utilisation de l ordinateur. Cette situation facilite le recours aux aides adaptées et diminue le temps d intervention, particulièrement dans le cas de l utilisation du grossissement. En bref, les interventions en communication informatique se font en fonction des besoins et du contexte de l usager. Les interventions peuvent varier en intensité et complexité, peuvent être directes ou de nature de support ou de consultation et doivent évoluer avec les besoins changeants de l usager. Les interventions doivent s effectuer en responsabilisant l usager et en le rendant aussi autonome que possible. Nos partenaires Dans le cadre d une intervention en réadaptation, il est essentiel de promouvoir l implication des ressources de la communauté et du réseau naturel dans une optique de diminution des obstacles à une pleine participation sociale. Dans le domaine de la communication informatique, il existe déjà des exemples efficients de partenariat à encourager. Ainsi, dans le réseau scolaire, une complémentarité intéressante, variant selon les régions, existe notamment avec les écoles spéciales et avec les professeurs itinérants. Cependant, l absence d ententes formalisées peut entraîner certaines ambiguïtés face à des rôles et des attentes non clairement définies. Il y aurait donc avantage, de part et d autre, à clarifier nos rôles respectifs et les modalités de suivi par des ententes formelles de collaboration. Au niveau collégial et universitaire, les ressources d aides aux étudiants handicapés sont des partenaires appréciés. Ces ressources représentent des partenaires avec lesquels des liens de collaboration se sont développés sur une base individuelle. Ces liens doivent continuer de s enrichir afin d explorer de nouvelles avenues, de nouveaux projets pour faciliter l intégration des étudiants ayant une déficience visuelle. Pour chacune des clientèles que nous desservons, une réflexion doit être réalisée quant à la possibilité de développer de nouveaux partenariats. Tous reconnaissent l importance de susciter l implication du milieu et la nécessité d y investir afin de multiplier les ressources pouvant supporter la personne ayant une déficience visuelle et également faciliter son intégration dans des groupes de son quartier. Il s agit d alternatives essentielles à développer notamment lorsqu il s agit d utilisation de l informatique à des fins de loisirs ou de développement personnel. Page 12 La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle

16 Outre la contribution de divers organismes, il faut également porter attention à la formation de réseaux d entraide. La démocratisation de l informatique fait en sorte que de plus en plus de personnes sont à l aise avec cet outil et développent des habiletés qui n étaient avant que l apanage d un nombre restreint d experts. Cette situation peut favoriser le soutien par l entourage de la personne (plus facilement dans le mode grossissement) ou la formation de réseaux d entraide. L intervenant doit toujours être à l affût d agents multiplicateurs, notamment pour le soutien technique et doit contribuer activement à les développer. Le contenu des apprentissages nécessaires à l utilisation de l aide informatique Des balises ont été dégagées quant au contenu des interventions visant : L apprentissage du fonctionnement de base de l aide; L apprentissage du fonctionnement des logiciels adaptés dans les applications; L acquisition des habiletés de base dans le système d exploitation, les applications incontournables à la communication (exemple : traitement de texte, Internet, etc.). Celles-ci sont présentées à l annexe 2 et seront appelées à être modifiées en tenant compte des avancées technologiques. Les services nationaux En ce qui concerne les services requis pour les modes braille et sonore, la majorité des centres de réadaptation font appel aux établissements ayant des services nationaux dans ce domaine. Le faible volume de la clientèle visée par ces modes et le développement rapide des technologies font en sorte que la majorité des établissements préfèrent recourir à une entente de collaboration pour l obtention des services requis pour leur clientèle. Cependant, ces services ne sont pas reconnus officiellement à titre de service national par le MSSS et les établissements concernés souhaitent obtenir une clarification de mandat et des modalités de financement. La dispensation de tels services a un impact direct sur les délais pour l obtention des mêmes services pour la clientèle de la région de l établissement et a également un impact budgétaire. Outre les services directs à la clientèle, il est reconnu que les établissements offrant des services nationaux ont également un rôle à jouer dans la formation continue des intervenants en communication informatique de même que dans la recherche et développement de ce secteur particulier. La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle Page 13

17 L intervenant en communication informatique : Des tâches complexes et diversifiées Trois grands volets caractérisent la tâche de l intervenant en communication informatique : les interventions de nature clinique, les interventions de nature technique et les tâches administratives. Les interventions de nature clinique comportent l évaluation des besoins et l ensemble des actions réalisées en vue de développer les habiletés requises à l utilisation de l informatique chez l usager. L intervenant doit être en mesure de réaliser une évaluation globale, maîtriser les stratégies d apprentissage et les approches préconisées en réadaptation, établir une relation de confiance, agir en relation d aide et accompagner l usager dans son processus de réadaptation. Il doit évidemment connaître les différents produits susceptibles de répondre aux besoins de l usager et les divers programmes de financement. De plus, l intervenant peut être appelé, selon les organisations, à jouer le rôle d intervenant-pivot et à coordonner le plan d intervention. Les interventions de nature technique portent davantage sur la technologie et la compatibilité avec les adaptations. Par exemple, l intervenant doit s assurer de l installation et du fonctionnement de l appareil, du fonctionnement avec les systèmes réseaux des milieux d enseignement ou de travail, etc. Des ententes locales avec des fournisseurs ou l organisation interne des services de support peuvent nuancer l implication de l intervenant dans ce type d activité. Il est important d assurer une certaine vigilance afin que les interventions de nature technique ne soient pas prédominantes sur les interventions de nature clinique dans l ensemble de la tâche de l intervenant. Il est également essentiel de collaborer activement avec les partenaires des domaines technologiques en recourant et en développant leurs compétences afin de favoriser une approche systémique. Les tâches administratives sont liées notamment aux exigences de l organisation, comme pour l ensemble des intervenants. Toutefois, les exigences des agents payeurs dans l attribution des aides informatiques et leur mise à jour ont un impact significatif sur la tâche des intervenants. Par ailleurs, l ensemble du contenu du plan d intervention n ayant pas nécessairement à être transmis aux agents payeurs pour fin d attribution, l intervenant peut être dans l obligation de rédiger des rapports distincts. Cependant, l importance du contenu du plan d intervention (évaluation globale, entente avec l usager, stratégies et objectifs retenus) fait en sorte qu il ne doit être circonscrit en fonction des informations nécessaires à transmettre à un tiers. Diverses solutions pour l allègement des tâches administratives ou techniques ont fait l objet de discussion au sein de la Table des gestionnaires en déficience visuelle. Chaque établissement doit poursuivre sa réflexion afin de mettre en œuvre les conditions assurant une utilisation optimale des ressources professionnelles dans le but d offrir des services de réadaptation de qualité aux personnes ayant une déficience visuelle. Page 14 La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle

18 Profil de l intervenant Des discussions ont également permis de dégager le profil général de l intervenant en communication informatique. Il est recommandé que les intervenants en communication informatique détiennent une formation universitaire de préférence dans des domaines reliés à la réadaptation afin d être outillés pour bien répondre aux besoins de l usager incluant les besoins psychosociaux. Des intervenants de niveau technique peuvent également apporter une contribution intéressante dans une équipe. Ils doivent cependant avoir une formation en technologie adaptée à la déficience visuelle, sur les caractéristiques et besoins de la clientèle de même que sur l approche préconisée par l établissement de réadaptation. Formation et développement Le phénomène d évolution fulgurante de la technologie et de son expansion rapide oblige les intervenants à une mise à jour constante de leurs connaissances et l apprentissage de nouvelles applications. L aspect spécialisé de ces formations, logiciel adapté et développement des stratégies d apprentissage à la clientèle ayant une déficience visuelle, fait en sorte qu elles doivent être développées sur mesure par les spécialistes de ce domaine d intervention. Par ailleurs, les changements technologiques fréquents nécessitent une planification à court terme des contenus de formation. Le besoin de formation continue sur une base annuelle des intervenants en communication informatique est reconnu. Dans un esprit de partage, les formations développées ou organisées par un établissement seront rendues disponibles aux intervenants des autres centres de réadaptation en déficience visuelle. La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle Page 15

19 Page 16 La communication informatique : une intervention d'adaptation et de réadaptation en déficience visuelle

20 4. AUTRES ÉLÉMENTS À CONSIDÉRER Pour les enfants, la moyenne des heures de formation peut être plus longue et plus courte pour les adolescents qui sont souvent familiers avec l informatique; Le temps d intervention peut s étendre sur plusieurs mois, voire sur des années pour certains clients; Lorsque des partenaires sont impliqués, le temps d intervention peut s en trouver allongé. En effet, l implication des partenaires n économise pas de temps, mais sert à faire de la généralisation, à approfondir des apprentissages ou à favoriser la pratique par l usager; La technique de doigté de dactylo est préalable et nécessite plus ou moins 15 heures pour les plus jeunes et environ 25 heures pour les usagers qui ont des difficultés d apprentissage ou des déficiences associées. Pour cet apprentissage, il n y a pas d objectif de performance de vitesse, on termine la technique avec une vitesse d environ 20 mots à la minute; Les bases de données, les chiffriers et les agendas, requièrent environ quatre heures de formation en faible grossissement et le double en braille et en fort grossissement; Les systèmes de lecture et les imprimantes braille demandent environ quatre heures de formation; Les logiciels, tels que les dictionnaires, nécessitent plus ou moins deux heures de formation en faible grossissement et le double en fort grossissement et en braille. Autres éléments à considérer Page 17

21 Page 18 Autres éléments à considérer

22 5. EN GUISE DE CONCLUSION Les centres de réadaptation en déficience visuelle reconnaissent toute l importance que prend le champ d intervention de la communication informatique dans leur offre de services à cette clientèle et veulent s assurer de mettre en œuvre les conditions gagnantes pour des services de qualité. Les centres de réadaptation définissent leur offre de service en fonction de leur champ d action en adaptation, réadaptation et intégration sociale. Ils conçoivent donc leur contribution dans le domaine de l informatique d une part, comme un soutien à l usager afin qu il acquière les compétences nécessaires pour une généralisation dans diverses applications et d autre part, comme un agent catalyseur de changement pour faciliter l adaptation du milieu et l implication du réseau de l usager. Pour ce faire, les centres de réadaptation entendent notamment mettre en place différentes conditions favorisant le partage des expertises, la mise à jour des connaissances et l établissement de collaborations. En guise de conclusion Page 19

23 Page 20 En guise de conclusion

24 ANNEXE 1 COMITÉ DE TRAVAIL SUR LA PRESTATION DES SERVICES EN COMMUNICATION INFORMATIQUE DANS LES CENTRES DE RÉADAPTATION ( ) Annexe 1 page 21

25 ANNEXE 2 QUESTIONNAIRE : RÉSULTATS DÉTAILLÉS Annexe 2 page 33

26 ANNEXE 3 CUMULATIF DES RÉSULTATS AUX QUESTIONNAIRES EN POURCENTAGE Annexe 3 page 43

27 ANNEXE 4 CONTENU DES APPRENTISSAGES Annexe 4 page 47

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Soutien en informatique clinique Un projet pilote

Soutien en informatique clinique Un projet pilote Soutien en informatique clinique Un projet pilote Un appui aux intervenants et aux usagers Debbie Furlotte Chef du programme en déficience visuelle adulte et surdicécité Steeve Mathieu Chef des systèmes

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Avril 2014 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

(document de soutien)

(document de soutien) Considérations pour établir les mesures d adaptation à mettre en place en situation d évaluation (document de soutien) Mai 2011 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Direction de l adaptation

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Février 2015 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants [ressource électronique] ISBN: 978-0-7711-4982-5

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE (PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE I ORIENTATIONS GÉNÉRALES La Bibliothèque joue un rôle fondamental en étant au cœur même des activités pédagogiques du Cégep de l Abitibi Témiscamingue (CAT) et

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec 27 juin 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants 12 novembre 2015 Les inspirations d ailleurs et la réflexion

Plus en détail

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur Normes et modalités d évaluation École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur MAI 2015 PRÉAMBULE L article 96.15 de la Loi sur l Instruction publique et la Politique d évaluation des apprentissages obligent

Plus en détail

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES Mise à jour au 28 février 2013 Véronique Bibeau, Conseillère en gestion

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par :

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par : Stratégies pour des avenues de formation aux fins du secteur des contenus numériques interactifs québécois particulièrement pour les industriels du jeu vidéo Résumé du rapport remis aux centres de formation

Plus en détail

Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto

Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto Ce plan d'accessibilité pour 2014-2018 énonce les politiques et les mesures que le CFT entend mettre en place pour offrir de meilleures

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique adoptée au conseil d administration le 12 juin 2000 Politique révisée le 11 juin 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1.

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012 VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL Septembre 2012 Basé sur le modèle de l École secondaire Kénogami et de l École Polyvalente Arvida

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Offre de formation continue par tutorat en ligne destinée aux professionnels de l orientation et du développement de carrière Un groupe composé de deux

Plus en détail

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi 2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi Table des matières 1. CLIENTELE INDIVIDU ADMISSIBLE A L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI... 3 1.1. Conditions générales d'admissibilité des individus

Plus en détail

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Diamond, Centre de réadaptation InterVal Lyne Dufresne,

Plus en détail

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER Sommaire Une riche histoire (1912 à aujourd hui) 4 Le profil du cabinet 5 Nos valeurs 6 Votre stage 8 3 H UNE RICHE 1912 M e Gustave Monette

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail