Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les salariés de l économie sociale : un profil particulier"

Transcription

1 Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public. À elles seules, les associations regroupent près de 88% de ces contrats et 80% de la masse salariale annuelle. Les emplois à temps complet ou quasi-temps complet sont moins présents dans l économie sociale que dans le reste de l économie, contrairement aux emplois à temps partiel. Les salariés sont globalement plus âgés et 61% des emplois permanents sont occupés par des femmes contre 40% dans le reste de l économie. Les employés et les professions intermédiaires sont plus nombreux dans l économie sociale contrairement aux ouvriers qualifiés. Le salaire médian d un salarié de l économie sociale est sensiblement le même que dans le reste de l économie. Cependant, l éventail des salaires y est plus ouvert. Les10%desplushautssalairessonttroisfoisplusélevésqueles10%desplusbassalaires. Ce rapport dans le reste de l économie régionale atteint 2,5. Après avoir étudié les établissements de l économie sociale, intéressons-nous maintenant à leurs salariés : ont-ils le même profil que les salariés de l économie dite classique? Les salariés seront donc décrits au travers des principaux critères que sont le sexe, l âge, les catégories socioprofessionnelles et le salaire. Pour cela, le regard est porté ici sur l ensemble des salariés présents sur l année 2006 dans un établissement, que ce soit pour une journée, un mois ou l année entière. Pour cela, la notion de contrats de travail issue des DADS (Déclaration Annuelle de Données Sociales) est utilisée, contrats qui se déclinent en emplois permanents ou en emplois occasionnels (cf. encadré 1). Les emplois permanents sont majoritaires dans l économie sociale et seront donc étudiés finement. Entre le 31 décembre 2002 et le 31 décembre 2006, le nombre d emplois permanents a progressé de +3,2% dans l économie sociale contre +1,5% dans le reste de l économie. Cependant, les emplois occasionnels étant proportionnellement plus nombreux dans l économie sociale que dans le reste de l économie, un éclairage leur sera consacré. Les associations regroupent 88% des contrats de travail de l économie sociale Sur l année 2006, près de contrats de travail ont été signés dans le secteur de l économie sociale soit environ 11,3% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public(cf. tableau 1). En 2006,les associations rassemblent près de 88%des contrats de l économie sociale, les coopératives environ 8% tandis que les mutuelles et les fondations se partagent les 5% restant. Tableau 1 : Les différentes formes d emploi en 2006 Unités : nombre, % Temps complet ou quasi complet Emplois permanents Temps partiel Total Emplois occasionnels Ensemble des contrats de travail sur l année Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre Coopératives , , , , Mutuelles , , , , Associations , , , , Fondations , , , , Économie sociale , , , , Hors économie sociale , , , , Total , , , , Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

2 Encadré 1 : Différentes formes d'emploi dans les fichiers de Déclaration Annuelle de Données Sociales (DADS) En fonction des caractéristiques du contrat, il est possible de distinguer plusieurs notions d emplois. Deux grandes catégories d emploi sont appréhendées en fonction du volume de travail effectué. D un côté, les salariés ayant eu un contrat très court ou travaillé très peu d heures ou ayant perçu une rémunération particulièrement faible constituent l emploi occasionnel. (cf. seuils dans le tableau ci-dessous). À l inverse, les salariés présents au delà des seuils fixés ou ayant perçu une rémunération annuelle supérieure à 3 smic mensuels constituent l emploi permanent. Parmi ces emplois, on distingue les postes de travail occupés à temps complet ou quasi temps complet de ceux qui le sont de façon plus partielle. Tableau 2: La masse salariale brute annuelle en 2006 par famille, en euros Masse salariale Unités : nombre, % en euros Part sur le total Part sur l économie sociale Coopératives ,1 12,1 Mutuelles ,4 4,0 Associations ,2 80,4 Fondations ,3 3,5 Économie sociale ,9 100,0 Hors économie sociale ,1 /// Total ,0 /// /// Absence de résultat due à la nature des choses Source : Insee - Clap Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

3 En termes de masse salariale, les associations sont signataires de près de 88% des contrats de l économie sociale, mais elles ne déclarent que 80% de la masse salariale annuelle (cf. tableau 2). Inversement, la masse salariale versée dans les coopératives, les mutuelles et les fondations estproportionnellementplusimportantequelenombredecontratssignéspuisqueles coopératives rassemblent par exemple 8% des contrats mais 12% de la masse salariale. La masse salariale étant dépendante notamment du nombre d heures travaillées, il est utile d observer plus précisément la nature de ces contrats. 38% des emplois sont à temps complet ou quasi complet contre 62% dans le reste de l économie Des emplois occasionnels plus nombreux que dans le reste de l économie Selon le volume de travail effectué, les contrats se décomposent en emplois permanents qui regroupent des contrats qui peuvent être à temps partiel ou à temps complet(ou quasi complet), et des emplois occasionnels (cf. encadré 1). Sur le secteur de l économie sociale, les contrats correspondent à emplois permanents, dont à temps complet (ou quasi complet) et à temps partiel et emplois occasionnels (cf. tableau 1). En 2006, les emplois à temps complet (ou quasi complet) ne représentent ainsi que 38% des emplois de l économie sociale contre 62% pourle reste de l économie. En2002, 41% des contrats de l économie sociale étaient à temps complet (ou quasi complet) contre 60% par ailleurs. Cette plus faible proportion d emplois à temps complet (ou quasi complet) s explique essentiellement par les associations pour lesquelles seul un tiers des contrats sur l année sont de ce type. Cette proportion n excédant pas 12% dans les associations de culture et loisirs et 20% dans les associations sportives ou celles œuvrant dans l hébergement et la restauration. Pour les coopératives, les mutuelles et les fondations, la proportion des emplois à temps complet (ou quasi complet) oscille entre 67 et 73%, proportion supérieure donc à celle du reste de l économie. Elle est cependant plus faible qu en 2002 pour les coopératives et le mutuelles (-3 points) alors qu elle progresse pour les fondations (+7 points). La part des contrats occasionnels est importante dans l économie sociale puisqu elle s élève en 2006 à 31% des contrats contre 21% dans le reste de l économie. Par rapport à 2002, cette proportion a augmenté d un point dans l économie sociale, alors qu elle est restée stable dans le reste de l économie. Selon les familles de l économie sociale, cette répartition diffère. Ainsi, les contrats occasionnels sont plus nombreux dans les associations puisqu ils représentent plus du tiers des contrats (34%), voire deux tiers dans les associations d hébergements et de restauration ainsi que dans celles de culture et loisirs. Inversement, les associations opérant dans le domaine du social notamment l aide par le travail ou l accueil aux personnes handicapées ont une part de contrats occasionnels plus faible (respectivement 5% et 13% des contrats). Dans les coopératives, les contrats occasionnels représentent globalement moinsde14%descontrats,mêmesicetteparts élèveà29%danslescoopérativesdeproduction. Seuls 10% des contrats sont occasionnels dans les fondations et 8% dans les mutuelles. En définitive, la nature des contrats des associations, qui se caractérise par davantage d emplois occasionnels et d emplois à temps partiel, explique en partie la différence entre la part des associations dans l emploi et dans la masse salariale (88% des contrats de travail de l économie sociale pour 80% de la masse salariale). Un taux de rotation des emplois permanents proche de celui du reste de l économie Le taux de rotation des emplois permanents est égal au rapport entre le nombre de salariés employés au cours de l année et le nombre de salariés présents au 31 décembre. Dans l économie sociale, le taux de rotation est de 1,23 en 2006, taux légèrement inférieur à celui du reste de l économie (1,28). Il s élevait à 1,31 en 2002 (1,35 dans le reste de l économie). En 2006, le taux de rotation varie globalement de 1,14 pour les fondations à 1,33 pour les coopératives. Cependant, il atteint 1,76 dans les associations de cultures et loisirs, 1,59 dans celles des services aux entreprises alors qu il n excède pas 1,07 dans les associations d aide par le travail. Pour caractériser les emplois selon le sexe, l âge et la catégorie socioprofessionnelle, seuls les emplois permanents sont pris en compte, qu ils soient à temps partiel ou à temps complet(ou quasi complet). Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

4 Au cœur de l économie sociale et solidaire, un ensemble difficile à quantifier : le bénévolat La capacité des structures de l économie sociale et solidaire à mobiliser sur leurs projets des bénévoles est certaine. D après le Guide des Associations de l Économie Sociale (GAES), chaque année, en France, de 8 à 10 millions de personnes exercent une activité bénévole, que ce soit de façon durable ou occasionnelle. La durée annuelle d activité est, en moyenne, de 200 heures par bénévole. Indispensable au fonctionnement et au développement de l économie sociale et solidaire, le bénévolat est souvent un engagement durable, les 2/3 des bénévoles œuvrant pour le compte d un organisme pendant plus de trois ans. L Insee, grâce à l enquête permanente sur les conditions de vie réalisée en 2002 (cf. Pour comprendre ces résultats), estime le nombre de bénévoles à 12 millions en France. La définition du bénévole retenue dans cette enquête est une personne qui travaille sans être rémunérée ou qui rend des services dans le cadre d une association ou non. D après cette même source, en 2002, qu elles soient membres d une association ou non, personnes dans la région déclarent participer à une activité bénévole, soit près d une personne sur quatre. Avec un taux de bénévolat de 24 %, la région se situe légèrement au dessous de la moyenne nationale (26 %). Des bénévoles qui souhaitent avant tout se rendre utiles à la société La principale motivation exprimée par les bénévoles est le souhait de faire quelque chose pour les autres et par conséquent de se sentir utiles à la société. Bon nombre d entre eux participent également à des activités bénévoles afin de rencontrer des personnes partageant les mêmes préoccupations et de se faire des amis. D autres encore sont motivés par la défense des droits ou de causes notamment les plus âgés ou les plus diplômés. Les bénévoles du Nord-Pas-de-Calais participent pour plus d un quart d entre eux à des activités telles que la collecte, la fabrication ou la vente de produits. Il s agit d ailleurs d une caractéristique régionale car cette activité ne représente que 15 % des services bénévoles rendus généralement en France. Les contributions bénévoles concernent également l organisation d événements, de spectacles ou d expositions ainsi que des activités d animation ou d encadrement. Des bénévoles qui se forment Dans le cadre de ces activités bénévoles, seules 25% des personnes de la région font appel aux compétences acquises dans leur vie professionnelle ou au cours de leurs études. Alors qu en France, plus globalement, elles sont près de 43 % dans ce cas. Par contre, 14% des bénévoles du Nord-Pas-de-Calais ont bénéficié d une formation afin d acquérir de nouvelles compétences dans leurs activités bénévoles. Ils ne sont que 8% en France. Il est possible que la politique mise en œuvre par le Conseil Régional ait eu des effets à ce niveau. Même si les femmes sont majoritaires parmi les bénévoles (51%), les hommes ont un taux de bénévolat plus important. En effet, près d un homme sur trois participe à une activité bénévole contre seulement une femme sur cinq. Plus de bénévoles chez les actifs Les bénévoles sont le plus souvent des actifs ayant un emploi (52%). Cadres et professions intermédiaires notamment témoignent d un véritable intérêt pour les activités du bénévolat avec des taux de participation de plus de 30%. Les retraités s impliquent également aisément avec un taux de bénévolat de près de 29% tout comme les jeunes de la région et notamment les étudiants qui sont davantage impliqués dans les activités bénévoles que dans les autres régions. Chômeurs et autres inactifs, à l inverse, sont moins mobilisés. La participation bénévole s élève avec le niveau de vie ou le diplôme Plus le diplôme ou le niveau de vie est élevé, plus l implication dans le bénévolat est importante, et ce plus particulièrement dans la région. En effet, 40% des personnes ayant un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat se déclarent bénévoles contre moins de 10% des personnes sans diplôme soit un écart de près de 31 points. En moyenne nationale, cet écart est de 22 points Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

5 Des femmes plus nombreuses dans l économie sociale que dans le reste de l économie En 2006, 61% des emplois permanents sont occupés par des femmes contre 40% dans le reste de l économie (cf. tableau 3). Elles sont plus présentes qu en 2002 où elles occupaient 58% des emplois. En 2006, les mutuelles et les fondations sont les deux familles où les femmes sont les plus représentées (respectivement 70% et 71% des emplois permanents), et en forte augmentation (progression de +4 et +10 points depuis 2002). Dans les associations, leur part s élève globalement à 63% (+3 points depuis 2002). Cette surreprésentation s explique notamment par le domaine social très présent dans l économie sociale et qui emploie majoritairement des femmes : plus de 90% des emplois sont occupés par des femmes dans le domaine de l aide à domicile, dans les crèches et garderies ou dans celui de l accueil des personnes âgées. Mais elles sont minoritaires dans le domaine des services aux entreprises(44% de femmes), du social de l aide par le travail (39%) ou dans les associations sportives (37%). Les coopératives offrent environ 4 emplois permanents sur 10 aux femmes(taux inférieur de 3pointsparrapportà2002), mais2emploispermanentssur10danslesseulescoopératives du domaine agricole. Tableau 3 : Les emplois permanents par sous-famille et part des emplois féminins en 2006 Unités : nombre, % Nombre d emplois permanents Part des emplois occupés par des femmes Coopératives ,6 Coopératives du domaine agricole ,0 Coopératives de crédit ,3 Coopératives de production ,3 Coopératives autres ,1 Mutuelles ,1 Mutuelles régies par le code de la mutualité ,6 Mutuelles régies par le code des assurances ,1 Associations ,7 Social dont ,1 Aide à domicile ,4 Aide par le travail ,7 Accueil des personnes handicapées ,3 Accueil des personnes agées ,3 Crèches et garderies ,0 Autres actions sociales ,2 Éducation ,3 Formation initiale ,1 Recherche et Développement, autres enseignements ,9 Formation des adultes et formation continue ,0 Santé ,8 Sport ,4 Culture et loisirs ,9 Hébergement et restauration ,3 Transports ,4 Services aux entreprises ,4 Autres secteurs ,1 Non classé ,5 Fondations ,0 Économie sociale ,0 Hors économie sociale ,5 Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

6 Les emplois occasionnels dans l économie sociale Les emplois occasionnels sont fortement représentés dans l économie sociale : 31% des contrats contre 21% dans le reste de l économie. Des femmes majoritaires Près de 59% des contrats occasionnels sont occupés par des femmes. Cette proportion reste plus élevée que dans le reste de l économie (51%). Que les emplois soient permanents ou occasionnels, la proportion de femmes est quasiment identique dans l économie sociale (autour de 60%) alors que pour le reste de l économie elle est plus importante dans les emplois occasionnels (51% contre 40% pour les emplois permanents). Depuis 2002, l emploi occasionnel s est masculinisé dans les coopératives et les mutuelles (hausse respective de 10 points et 7 points du taux des hommes), au contraire des fondations (baisse de 17 points). Répartition des emplois occasionnels par sexe en 2006 Unité : % Homme Femme Total Coopératives 60,1 39,9 100,0 Mutuelles 34,2 65,8 100,0 Associations 40,9 59,1 100,0 Fondations 27,4 72,6 100,0 Économie sociale 41,4 58,6 100,0 Hors économie sociale 49,5 50,5 100,0 Total 48,2 51,8 100,0 Une proportion élevée de cadres Les emplois occasionnels de l économie sociale se caractérisent par une part importante d emplois occupés par des cadres (18,6% contre 5,1% hors économie sociale), notamment dans les associations et les fondations. Répartition des emplois occasionnels par catégorie socioprofessionnelle en 2006 Unité : % Chefs d entreprises Cadres et prof. intell.sup. Prof Interm. Employés Ouvriers Total Coopératives 0,0 1,2 13,5 32,7 52,5 100,0 Mutuelles 5,6 3,2 13,8 72,9 4,5 100,0 Associations 0,1 19,3 37,6 29,8 13,3 100,0 Fondations 0,0 23,1 17,5 53,5 5,9 100,0 Économie sociale 0,1 18,6 36,5 30,3 14,5 100,0 Hors économie sociale 0,1 5,1 13,2 40,1 41,6 100,0 Total 0,1 7,2 16,9 38,5 37,3 100,0 Des jeunes moins nombreux que dans le reste de l économie La moyenne d âge des salariés ayant un emploi occasionnel s élève à 34,3 ans dans l économie sociale contre 30,5 ans dans le reste de l économie. Un tiers des salariés de l économie sociale a 25 ans ou moins (14% pour les contrats permanents) alors que cette part avoisine les 50 % dans le reste de l économie. La moyenne d âge la plus faible se situe dans les coopératives de crédit (23,5 ans), les associations d hébergement-restauration (25 ans) et les crèches et garderies (26 ans). À l inverse, les salariés en contrats occasionnels ayant la moyenne d âge la plus élevée travaillent dans les associations ayant pour compétence la formation initiale (40,2 ans) ou la formation pour adulte et formation continue (40,0 ans) Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

7 Une structure socioprofessionnelle atypique La répartition des emplois permanents selon la catégorie socioprofessionnelle diffère assez nettement entre l économie sociale et le reste de l économie. En occupant 39% des emplois permanents (+1 point depuis 2002), les employés sont plus représentés dans l économie sociale que dans le reste de l économie (32%). Dans la catégorie des employés, ce sont surtout les personnels des services directs aux particuliers qui sont nettement plus nombreux dans l économie sociale puisqu ils occupent 12% des emplois permanents contre 4% ailleurs. Par grande famille de l économie sociale, la proportion d employés atteint près d un emploi permanent sur deux dans les mutuelles alors qu elle n excède pas un sur quatre dans les coopératives (à peine un sur dix dans les coopératives de production). Dans les associations, 40% des emplois permanents sont occupés par des employés, voire plus de 80% des emplois dans certaines activités associatives comme l aide à domicile ou l accueil des personnes âgées. Les professions intermédiaires occupent également plus d emplois dans l économie sociale (31% des emplois permanents, -1 point par rapport à 2002) que dans le reste de l économie (20%). L écart provient essentiellement des instituteurs et assimilés et des professions intermédiaires de la santé et du travail social qui occupent respectivement 6% et 17% des emplois permanents dans l économie sociale contre seulement 1% et 4% dans le reste de l économie. Cette sur-représentativité des instituteurs et assimilés est principalement concentrée sur certaines activités comme par exemple la formation des adultes et la formation continue ou les associations sportives pour lesquelles ils occupent respectivement 45% et 42% des emplois. De même, les professions intermédiaires de la santé et du travail social sont très présents dans les crèches et garderies (41% des emplois permanents), dans l accueil des personnes handicapées (40%) ou dans les associations du domaine de la santé (33%). Les ouvriers sont deux fois moins nombreux dans l économie sociale qu ailleurs. Ils n occupent en effet que 19% des emplois permanents de l économie sociale (18% en 2002) contre 38% dans le reste de l économie où ils sont majoritaires. L économie sociale se caractérise par une quasi absence d ouvriers qualifiés (moins de 6% des emplois permanents contre 25% dans le reste de l économie), les ouvriers non qualifiés étant dans des proportions comparables au reste de l économie (13% des emplois permanents). Pour certaines sous-familles de l économie sociale, les ouvriers peuvent être présents dans des proportions beaucoup plus élevées comme par exemple les coopératives de production(63% des emplois permanents) ou l aide par le travail dans le domaine social (76%). La proportion de chefs d entreprises et cadres est certes comparable entre l économie sociale et le reste de l économie, environ 10%, mais avec des écarts importants au niveau des familles : les chefs d entreprises et cadres occupent près de 17% des emplois dans les mutuelles ou 14% dans les coopératives contre 10% dans les associations, même si cette part culmine à 42% des emplois dans celles de cultures et loisirs. Répartition des emplois permanents par catégorie socioprofessionnelle en 2006 (%) Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

8 Les apprentis et stagiaires de l économie sociale Environ 500 apprentis ou stagiaires sont présents dans l économie sociale au 31 décembre Ils sont proportionnellement moins nombreux dans l économie sociale que dans le reste de l économie, puisqu ils représentent respectivement 0,4% des effectifs en fin d année contre 1,6%. Les apprentis ou stagiaires de l économie sociale travaillent à plus de 85% dans le secteur associatif, principalement dans les associations sportives ou dans les associations d accueil des personnes handicapées. Près de la moitié des apprentis ou stagiaires sont des employés et un tiers des professions intermédiaires. Des salariés plus âgés que dans le reste de l économie En 2006, l âge moyen des salariés de l économie sociale ayant un emploi permanent est de 39,3 ans soit 2,1 ans de plus que dans le reste de l économie. Les salariés des fondations ont la moyenne d âge la plus élevée avec 39,9 ans devant ceux des mutuelles (39,6 ans). Les salariés des associations ont une moyenne d âge de 39,3 ans, qui peut être bien inférieure selon le domaine associatif : ainsi, elle n excède pas 34 ans dans les associations sportives, 36 ans dans celles de culture et loisirs ou celles de transports. À l inverse, les associations œuvrant dans la formation initiale ont la moyenne d âge la plus élevée (42,9 ans), devant les associations de formation des adultes et de formation continue (41,3 ans) et les associations d aide à domicile (41,1 ans). Les salariés des coopératives ont la moyenne d âge la moins élevée (38,6 ans), même si elle atteint 40,7 ans dans les coopératives du domaine agricole. Les salariés âgés de 46 ans ou plus représentent près de 33% des salariés de l économie sociale contre27%danslerestedel économie.leurpartatteintprèsde44%danslesassociationsde formation initiale et 42% dans les coopératives du domaine agricole. Par contre ils ne représentent que 18% des salariés des associations sportives et 20% de celles de culture et loisirs. À l inverse, les salariés âgés de 25 ans ou moins ne représentent que 14% des salariés de l économie sociale (20% dans le reste de l économie). Ils sont plus nombreux dans les associations sportives (27%), les associations de crèches et de garderie (24%) ainsi que celles des services aux entreprises (22%). Un éventail de salaires plus large dans l économie sociale En 2006, le salaire net mensuel moyen d un salarié de l économie sociale travaillant à temps complet s élève à euros, soit 71 euros de moins que dans le reste de l économie. Selon les familles de l économie sociale, il varie de euros pour les salariés des associations à euros pour ceux des coopératives. Les salariés des fondations gagnent en moyenne euros nets par moistandisqueceuxdesmutuellesgagnent1923euros(cf.graphiques:éventaildessalaires). Le salaire moyen présente l inconvénient d être très sensible aux valeurs extrêmes, tandis que le salaire médian partage les salariés en deux groupes d effectifs égaux. Ainsi, le salaire médian d un salarié de l économie sociale travaillant à temps complet s élève à euros, soit sensiblement le même que dans le reste de l économie (1 453 euros). Cela signifie que la moitié des salariés de l économie sociale travaillant à temps complet gagne moins de euros et l autre moitié plus de euros. Le salaire mensuel net médian est de euros dans les associations et euros dans les coopératives. Il s élève à euros dans les fondations et à euros dans les mutuelles. Cependant, en regardant plus finement ce salaire médian au niveau des sous-familles, on constate qu il est de 657 euros dans le domaine associatif de l aide par le travail et euros dans les coopératives de crédit. Le salaire moyen et le salaire médian sont ainsi globalement très proches entre les salariés de l économie sociale et ceux du reste de l économie. Par contre, le premier décile (salaire tel que 10% des salariés gagnent moins que celui-ci) est beaucoup plus faible dans l économie sociale. Ainsi, 10% des salariés de l économie sociale perçoivent moins de 866 euros par mois contre euros pour leurs homologues hors économie sociale. Inversement, le neuvième décile (salaire tel que 10% des salariés gagnent plus que celui-ci) s élève à euros par mois contre euros hors économie sociale. Comparer ces deux déciles extrêmes permet de mesurer l éventail des salaires. Ainsi, le rapport entre les salaires des 10% les plus élevés et les 10% les plus faibles dans l économie sociale est de 3,0. L éventail, nommé rapport inter-décile, est moins ouvert dans le reste de l économie (2,5). L éventail des salaires est plus large dans les associations du domaine de l aide par le travail, du domaine éducatif de la 34 - Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

9 Pyramides des âges des salariés en emplois permanents Ensemble de l'économie sociale Les coopératives Les associations Les mutuelles Les fondations Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

10 formation initiale ou des associations de culture et loisirs (rapport inter-décile égal à 3,2). Il est plus resserré dans les associations d accueil des personnes âgées ou les associations d hébergements et restauration (respectivement 1,9 et 2,0). Des salaires médians inférieurs dans l économie sociale, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle Selonlescatégoriessocioprofessionnelles,lesalairenetmensuelmédiand unsalariédel économie sociale travaillant à temps complet varie de 993 euros pour un ouvrier à euros pour un chef d entreprise et cadre. Quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, le salaire médian est inférieur lorsque le salarié travaille dans l économie sociale par rapport aux autres salariés. L écart est insignifiant pour un employé (11 euros), il atteint 341 euros pour un ouvrier, ce qui s explique par le fait que les ouvriers de l économie sociale sont souvent peu qualifiés (parmi les ouvriers travaillant dans l économie sociale, deux-tiers sont des ouvriers non qualifiés contre un tiers dans le reste de l économie). Éventail des salaires mensuels nets des salariés à temps complet 2006 Éventail des salaires mensuels nets des salariés à temps complet en 2006 dans les coopératives ou les mutuelles 36 - Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

11 Éventail des salaires mensuels nets des salariés à temps complet en 2006 dans les associations (1/2) Éventail des salaires mensuels nets des salariés à temps complet en 2006 dans les assocations (2/2) Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre

12 Les différents contrats aidés dans le secteur non marchand La loi de programmation pour la cohésion sociale du 18 janvier 2005 a fortement remodelé les contrats bénéficiant d une aide de l État en vue d améliorer l insertion professionnelle et sociale des personnes éloignées de l emploi. Dans le secteur non marchand, le contrat d avenir (CAV), ouvert prioritairement aux bénéficiaires des minima sociaux, ainsi que le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE), destiné aux autres demandeurs d emploi en difficulté, se substituent au contrat emploi solidarité (CES) et au contrat emploi consolidé (CEC). En 2006, des contrats emploi jeune sont toujours actifs mais depuis fin 2002, la création de nouveaux postes n est plus possible contrats aidés dans l économie sociale en Nord Pas de Calais Au 31 décembre 2006, près de emplois de l économie sociale bénéficient d une aide de l État (cf. tableau). À l échelon national, ce sont près de contrats qui sont concernés par cette aide. L économie sociale représente à elle seule plus de 38% des contrats aidés de la région et 42% des contrats nationaux, principalement dans le secteur des associations. En majorité, ces emplois prennent la forme de contrats d accompagnement à l emploi et s adressent aux femmes. Cependant, la part des femmes bénéficiant d un emploi aidé est moins importante dans le secteur de l économie sociale. Elles ne sont en effet que 52% contre 66% dans le reste de l économie du Nord-Pas-de-Calais. Économie sociale Hors économie sociale Ensemble Région Économie sociale Hors économie sociale Ensemble France CAE : Contrat d accompagnement à l emploi Source : DARES, traitement Insee Répartition des contrats aidés au 31 décembre 2006 CAV : Contrat d avenir CNA : Contrat emploi jeune du Cnasea CEC : Contrat emploi consolidé ED : Contrat emploi jeune de l éducation nationale Total nombre % Unités : nombre, % Dont part de femmes (%) Insee Nord-Pas-de-Calais - Dossiers de Profils n 92 - Octobre 2008

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur. et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur. et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 I. Chiffres généraux Année 2010 Nombre d'établissements Effectifs au 31/12 Nombre d'etp Rémunération brute annuelle en Associations

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

Effectifs par discipline

Effectifs par discipline #18 Synthèse régionale Juillet 2011 Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2010 des diplômés de Master mixte 282 diplômés de M2 mixte en 2008 sur 344 interrogés ont répondu à l enquête. Le

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants V0Z-Aides-soignants Synthèse Les aides-soignants délivrent aux patients hospitalisés l ensemble des soins à caractère non médical. Les aides puéricultrices qui travaillent en crèche sont comprises dans

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Décembre 2011 N 4 Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Un vieillissement important des actifs de l ESS Objectif de ce panorama A travers la présentation des chiffres

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés L Economie Sociale et Solidaire Chiffres-clés Préambule : l'economie Sociale et Solidaire et la Chambre Régionale de l'economie Sociale et Solidaire L'Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et

Plus en détail

Dares Analyses. Le temps partiel en 2011 : des profils et des conditions d emploi très contrastés selon que le temps partiel est «choisi» ou «subi»

Dares Analyses. Le temps partiel en 2011 : des profils et des conditions d emploi très contrastés selon que le temps partiel est «choisi» ou «subi» Dares Analyses JANVIER 2013 N 005 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Le temps en 2011 : des profils et des conditions d emploi très contrastés selon

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Numéro 107 : février 2008

Numéro 107 : février 2008 Numéro 107 : février 2008 L économie sociale et solidaire fortement ancrée dans les territoires de Midi-Pyrénées En Midi-Pyrénées, l économie sociale et solidaire compte près de 11 000 établissements employeurs

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

Chiffres-clés de l ESS

Chiffres-clés de l ESS N 2 - Mai 2011 Des services à la personne au secteur industriel, les structures de l'economie Sociale et Solidaire sont présentes dans tous les secteurs d'activité et jouent un rôle primordial dans l'économie

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Tableau de bord statistique

Tableau de bord statistique Note d information : La méthodologie précisant le périmètre statistique du champ Jeunesse et Sports dans le cadre de ce projet, est présentée dans Amélioration la fiche «Guide méthodologique de». la connaissance

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire en - Chiffres clés - octobre 2014 Champ : Le périmètre de l économie sociale a été défini conjointement en mars 2008 par la délégation interministérielle à l innovation

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

CAHIER D AVAL. Un secteur qui compte 50 000 emplois salariés. Avec 50 000 salariés fin 2002, L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN HAUTE-NORMANDIE

CAHIER D AVAL. Un secteur qui compte 50 000 emplois salariés. Avec 50 000 salariés fin 2002, L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN HAUTE-NORMANDIE CAHIER D AVAL N 72 - Mars 2006 L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN HAUTE-NORMANDIE Un secteur qui compte 50 000 emplois salariés Cette publication est le fruit d un partenariat entre l INSEE et la Préfecture

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles ÉLECTRICITÉ, ÉLECTRONIQUE Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles définies selon le niveau de qualification des emplois. Ces trois familles ont connu

Plus en détail

L économie sociale en Basse-Normandie en 2000

L économie sociale en Basse-Normandie en 2000 L économie en Basse-Normandie en 2000 Insee Basse-Normandie - panorama de l'économie en Basse-Normandie Page 1 Préambule L'économie n'avait pas encore fait l'objet d'une étude complète en Basse-Normandie.

Plus en détail

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR 2015 Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION Présentation du portrait communal La fiche synthétique communale correspond à un état des lieux concernant l emploi et l

Plus en détail

de l économie sociale et solidaire en lorraine

de l économie sociale et solidaire en lorraine Juin 2012 >>>>> de l économie sociale et solidaire en lorraine lorraine L économie sociale est un groupement de personnes et non de capitaux, adhérant à des valeurs communes : la liberté d adhésion, la

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Cet ouvrage a pour ambition d analyser conjointement les domaines de l emploi et des salaires. Un effort particulier est fait sur la complétude et la mise en cohérence des différentes sources.

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses decembre 2014 N 099 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi dans les très fin 2013 Un tiers des TPE ont un seul salarié Les entreprises

Plus en détail

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique Synthèse En forte baisse jusqu au milieu des années 1990, le nombre d ouvriers non qualifiés de l électricité et de l électronique s est

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 14 198 386 387 1 297 398 Part dans l emploi 1,1 1,5 Répartition par âge

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMÉRATION PÔLE AZUR PROVENCE & LES COMMUNAUTES DE COMMUNES MONTS D AZUR ET TERRES DE SIAGNE. Avril 2010 POLE AZUR PROVENCE CA DU PAYS DE GRASSE 499

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 «Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 Enquête Réalisée par Nouveaux Armateurs 24 rue Sénac de Meilhan 17000 La Rochelle Page 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Roth Nicole Département emploi et revenus d activité INSEE Plan de la présentation Données de cadrage emploi et salaires Insertion

Plus en détail

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Hors-Série n 1 Juin 2012 L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Editorial Le Pays Sologne Val Sud jouit d une attractivité résidentielle qui se reflète dans le dynamisme démographique de nos communes, la vitalité

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique Synthèse Les techniciens et agents de maîtrise de l électricité et de l électronique rassemblent les salariés qui participent

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011. 1 - Les effectifs

BILAN SOCIAL 2011. 1 - Les effectifs BILAN SOCIAL 2011 PRESENTATION DES PRINCIPAUX ELEMENTS DU RAPPORT SUR L ETAT DES COLLECTIVITES ET ETABLISSEMENTS PUBLICS EN INDRE-ET-LOIRE (affiliés et non affiliés au centre de gestion) L article 33 de

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE

PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE LES DE PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE N 26 OCtObrE 2014 D E L É CO N O M I E S O C I A L E E t S O L I DA I r E Du fait de son ancrage territorial historique, l Économie Sociale et Solidaire est partie intégrante

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail