Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens"

Transcription

1 Observatoire Seine Aval Economie Bonnières-sur-Seine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Conflans-Sainte-Honorine L'immobilier d'entreprise en Seine Aval Poissy n 2 Après une année en demi-teinte, le contexte économique rend le marché 2014 incertain Avec la crise économique, le marché de l immobilier d entreprise est beaucoup plus difficile à appréhender en termes de demande et de rythme de commercialisation. Pour rester attractif, il est donc nécessaire de proposer une offre diversifiée de qualité et facilement accessible, surtout lorsque la demande est majoritairement endogène comme en Seine Aval. Aujourd hui, ce territoire dispose de nombreux atouts pour l implantation des entreprises et notamment une offre foncière élargie proche de l A13. Cependant, les professionnels estiment que l offre essentiellement de seconde main, y est plutôt vieillissante et pas toujours adaptée à la demande. Début 2014, l offre disponible en locaux d activités et en entrepôts sur Seine Aval a augmenté légèrement pour atteindre m2, avec une surface ne en progression. Malgré le contexte économique dégradé, le volume transacté a augmenté en grâce à la vente de plusieurs entrepôts supérieurs à m2. Les surfaces louées sont restées stables par rapport à Transactions* Bureaux Foncier m m m2 2,9 ha *Volume transacté à la vente et évolution L offre de bureaux reste limitée sur le territoire avec près de m2 proposés début Cependant plusieurs programmes neufs ont été mis sur le marché en 2012 et expliquent le pic de transactions observé cette année-là puis la nette diminution de la demande placée en. Offre disponible au 01/01/ m m m2 55 ha Source : OIE - AUDAS "ORIGAMI", Mantes-la-Jolie Globalement, le marché reste difficile et les demandes d implantation se font plus rares. Certains commercialisateurs anticipent même une année 2014 moins favorable. Collectivités locales adhérentes Octobre 2014

2 et entrepôts L'offre 2014 L offre en locaux d activités et en entrepôts s établit à m 2 début 2014, en légère progression (+2,9%) par rapport à grâce notamment à l offre d entrepôts qui représente près des 2/3 des volumes proposés et dont le stock augmente de 4,4% sur un an. Cette tendance s explique par la proportion d entrepôts supérieurs à 2000 m 2 qui augmente de 5 points en un an alors même que le nombre d entrepôts proposés à la commercialisation diminue de près de 10%. Toutefois, les offres inférieures à 500 m 2, qui correspondent à la plupart des demandes d'implantation, restent majoritaires pour les entrepôts et les locaux d activités. Sur un an, la part des biens à la location baisse 2légèrement au profit des produits proposés à la location/vente (+4 points) qui peuvent apporter davantage d opportunités pour les entreprises et les investisseurs dans le contexte économique actuel qui offre moins de visibilité en termes de demande. Seine Aval est un marché de seconde main où l offre en produits neufs est largement minoritaire malgré la construction de nouveaux programmes depuis Elle ne dépasse pas les 10% pour les locaux d activités et reste marginale pour les entrepôts. Ensemble L'offre par secteur géographique Ventilation des biens (nombre de produits) Nombre de produits m 2 Stock Part Stock Part 65-1,5% 59% ,8% 39% 46-9,8% 41% ,4% 61% 111-5,1% 100% ,9% 100% m m m m m m2 Locaux d'activités 91% 92% 9% 8% 100% 98% 2% LOCAUX D ACTIVITES ENTREPOTS Locaux d'activités Seconde Main Locaux d'activités ˆ SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST évolution Les prix s affichés à la location progressent sur un an de 3,8% pour les locaux d activités et de 5,3% pour les entrepôts pour atteindre respectivement 83 et 60 du m 2 /HT/ HC/an en seconde main. Cependant les biens proposés à la commercialisation sont très hétérogènes, ce qui se traduit par une très forte amplitude des prix (coefficient 1 à 4). "POLYDOCKS", Mantes-la-Ville 100% 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% 0% >5000m m m2 <500 m2 5% 6% 9% 8% 12% 15% 18% 20% 43% 29% 22% 36% 43% 41% 43% LOCAUX D ACTIVITES ENTREPOTS ˆ % Location Location 56% 28% Vente 30% 18% Location/ Vente 14% de vente (HT/HD/m2) Seconde main Valeur locative (HT/HC/m2/an) 2014/ Les prix * 83 +3,8% * ,3% Source : Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS. * se rapporte à moins de 5 biens.

3 Les transactions Plus de m 2 ont été vendus en, soit un niveau largement supérieur à 2012 mais en baisse par rapport à Près des ¾ des surfaces ont été commercialisées sur le secteur Ouest notamment grâce à la vente de plusieurs produits supérieurs à 2000 m 2. La demande placée à la location dépasse les m 2 en, soit une quasi stabilité par rapport à Le secteur Centre concentre le volume de location le plus élevé, juste devant le secteur Est. Les locaux d activités représentent en, 48% des surfaces louées contre 22% en Les produits vendus sont majoritairement des entrepôts alors que les locaux d activités représentent près des 2/3 des biens loués. 3En 2012, la part des produits placés dans le neuf (à la vente ou à la location) avait atteint un pic grâce à la mise sur le marché de plusieurs programmes neufs. En, celle-ci a été divisée par trois pour les ventes et par deux pour les locations, sous l effet de leur commercialisation et en l'absence de nouveaux programmes. La part de la demande placée pour les produits inférieurs à 500 m 2 s est contractée en pour tous les types de biens à la vente comme à la location. A l inverse, la part des locaux d activités supérieurs à m 2 s est accrue. A l image du stock disponible, on observe une forte hétérogénéité des prix (coefficient 1 à 3). Vente 1 (m 2 ) Ensemble Ventilation des biens (nombre de produits) 18% 82% 6% 94% 23% Locaux d activités % 10% 90% VENTE LOCATION Seconde Main de vente (1) (HT/HD/m2) % 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% >5000m m m2 <500 m2 13% 27% 60% 6% 11% 8% 12% 41% 41% 0% LOCAUX ENTREPOTS ˆ D ACTIVITES VENTE Locaux d activités Ensemble Location 2 (m 2 ) 26% 63% LOCAUX D ACTIVITES LOCATION Valeur locative (2) (HT/HC/m2/an) 42% ENTREPOTS ˆ Les prix Ventilation par secteur VENTE (1) m2 Tendance LOCATION (2) m2 Tendance SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST "Hôtel d'activités", Freneuse Sources : 1 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. 2 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

4 Bureaux L'offre 2014 L offre en bureaux est limitée en Seine Aval et atteint m 2 début 2014, en très nette baisse (-18,5%) par rapport à qui a été marquée par la commercialisation de plusieurs produits neufs construits en Sur un an, leur part a fondu de moitié pour atteindre 13% des surfaces proposées. Cette diminution de l offre de bureaux touche l ensemble des secteurs géographiques de Seine Aval. Nombre de produits m 2 Stock Stock ,1% ,5% m2 A l inverse, le nombre de produits a augmenté sensiblement (+14%) en faveur des petites surfaces inférieures à 100 m 2 qui sont majoritaires (48%) et au détriment des biens compris entre 200 et 500 m 2 (-21 points). L'offre par secteur géographique 5 405m m2 4 Les parts du nombre de biens et des m 2 de bureaux proposés à la location progressent également. La valeur locative ne des produits de «seconde main» est quasi stable sur un an (+0,7%) et s établit à 151 m 2 /HT/HC/an. Toutefois, la fourchette de prix est extrêmement forte à l image de l hétérogénéité des biens proposés en Seine Aval (coefficient 1 à 3). Ventilation des biens SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST évolution 87% 91% 88% 74% 26% 13% 9% 12% Surface (m2) 2014 Nombre de produits Vente Location/Vente Location "Hôtel d'entreprises", Achères Nombre de produits 100% 90% 80% 70% 9% 5% 9% 4% 4% 5% 5,5% 8% 5,5% % 23% 12% 60% 40% 5% 86% 92% 87% 89% 30% 36% 33% 14% 20% 10% 86% <100m m m2 >500 m2 0% SURFACE M2 NOMBRE DE PRODUITS de vente (HT/HD/m2) Seconde main Valeur locative (HT/HC/m2/an) 2014/ ,7% Source : Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

5 Les transactions m 2 ont été vendus en, soit un volume largement inférieur à 2012 mais légèrement supérieur à Près des 70% des surfaces ont été commercialisées sur le secteur Est, notamment grâce à la vente de plusieurs produits supérieurs à 500 m 2. Sur 3 années d observation, la demande placée à la location atteint en ne m 2 par an sur Seine Aval. A la vente et à la location, les produits de bureaux engendrent moins d une cinquantaine de transactions par an, ce qui explique les fortes variations s observées dans la ventilation neuf/seconde main. La mise sur le marché de nouveaux produits à l image d Origami (en commercialisation depuis ) a contribué à cette tendance en maintenant la part du neuf dans les transactions de bureaux à un niveau élevé. La part des transactions de produits inférieurs à 100 m 2 s est contractée en à la vente comme à la location. A l inverse, la part des locaux supérieurs à 200 m 2 s est accrue surtout à la vente. A l image de l offre disponible, la fourchette de prix pour les transactions est très large, à la vente comme à la location (coefficient 1 à 4). "Technoparc", Poissy Vente 1 (m 2 ) Ventilation des biens placés 94% 94% 93% 73% 73% 63% 95% 83% 83% 64% 64% 78% 37% 6% 27% 36% 27% 22% 36% 6% 7% 5% Surface (m2) Vente SECTEUR CENTRE Nombre de produits SECTEUR EST SECTEUR OUEST 2011 Location SEINE AVAL % 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% 0% % 9% 9% 45% % 11% 21% 63% >500m m m2 <100 m2 28% 56% VENTE Nombre de produits LOCATION Vente (1) (HT/HD/m2) Valeur locative (2) (HT/HC/m2/an) Sources : 1 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. 2 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

6 Paroles d'experts Yves FERRAND, gérant de la société YFIMO, travaille exclusivement sur le territoire de Seine Aval. 6 Quel est le bilan de votre activité pour? L année n a pas été si mauvaise que cela et nous avons atteint nos objectifs. Néanmoins, j ai observé une baisse de la demande assez conséquente. Par exemple, les petits locaux d activités ou les bureaux en location connaissent désormais des temps de commercialisation un peu plus long car ils s adressent à des petites entreprises ou à des artisans qui souffrent de la crise économique. Aujourd hui, il est plus difficile d anticiper sur le rythme de commercialisation d un produit. Comment qualifieriez-vous l offre en locaux d activités sur Seine Aval? L offre est assez hétérogène. Les bâtiments de grande qualité tels que la Fabrique 21 ou Inneos côtoient des locaux des années 90 et 2000 ainsi qu un parc plus ancien qu il est nécessaire de rénover. Dans le contexte économique actuel, la réhabilitation de bâtiments anciens ou dégradés est-elle toujours envisageable? Bien sûr, la réhabilitation de locaux d activités reste possible. J en veux pour preuve la restructuration de la friche Polyfilms débutée en sur la zone d activités de la Vaucouleurs à Mantes-la-Ville, devenue aujourd hui le programme Polydocks. Il propose des surfaces d entrepôts à la vente de 500 m2 à des prix attractifs et suscite un fort intérêt chez les entreprises. Cependant, chaque bâtiment est un cas particulier, la réhabilitation est plus aisée lorsque la structure du bâtiment est bonne ou que le site n est pas pollué, ce qui peut engendrer des surcoûts importants. Par ailleurs, il y a toujours une demande pour des bâtiments plus anciens donc moins chers. Quels types de demandes recevez-vous le plus souvent? Aujourd hui, la demande est plus difficile à appréhender qu auparavant. Néanmoins, l immense majorité des sollicitations portent sur de l activité plutôt tournée vers du stockage. Par ailleurs, plus des 3/4 des demandes sont endogènes à Seine Aval. La moitié des demandes que je reçois portent sur des bâtiments entre 100 et 500 m 2 et un tiers sur des locaux compris entre 1000 et 2000 m 2. Il y a notamment une forte demande à l acquisition pour des lots inférieurs à 500 m 2, très rares en Seine Aval. Or aujourd hui, les taux sont attractifs et le crédit est parfois à peine plus cher que le loyer. Les entreprises ont ainsi l opportunité de se constituer un patrimoine. Par ailleurs, il existe une demande pour les terrains de 1000 à 2000 m 2, encore très rares sur les zones d activités de Seine Aval. D un autre côté, je suis persuadé qu il y a un réel potentiel pour la commercialisation de grandes parcelles foncières pour y accueillir des activités de logistique. A l heure actuelle la demande exprimée pour ce type de biens est relativement confidentielle en l absence d offre. Mais la proximité de Seine Aval avec Paris et la 1 ère couronne ainsi que l axe A13 constituent des atouts indéniables. Comment analysez-vous le marché de bureaux en Seine Aval? La demande en bureaux est relativement restreinte. Plusieurs programmes ont été construits récemment et ont été commercialisés assez rapidement car ils répondaient à une demande largement endogène au territoire. Cependant la commercialisation de produits de bureaux sur «plan» reste compliquée et à l heure actuelle je ne pense pas que le marché soit capable d absorber de grandes entités. Quels sont les principaux critères d implantation pour une entreprise? L accessibilité est sans conteste le critère le plus important. La proximité avec l A13 ou l accès à une gare sont des atouts pour commercialiser un bien. Encore faut-il que les produits proposés par la zone d activités soient en adéquation avec la demande, ce qui n est pas toujours évident y compris pour les sites ayant un accès optimal. Les services aux entreprises et à leurs salariés constituent un élément d attractivité supplémentaire sans pour autant être décisif pour une transaction. Il ne faut pas oublier non plus tous les projets qui participent à l image de Seine Aval et à son attractivité à commencer par l opération d intérêt national, signe de transformation du territoire. La construction de programmes neufs ou la mise en avant des entreprises «phares» du territoire sont également des vecteurs d image très positifs. Avec quel(s) territoire(s), Seine Aval entre-t-elle directement en concurrence? Selon moi, nous ne sommes pas encore en concurrence frontale avec Cergy-Pontoise ou Saint-Quentin-en-Yvelines en l absence d axes de communication transversaux et directs. Il est clair que des projets tels que la RD 28 qui nous relierait à Cergy changeraient la donne. Par contre, je pense que Seine Aval - surtout dans sa partie Ouest - est davantage en concurrence avec l Eure qui propose du foncier et des produits similaires mais à des coûts moins élevés d autant qu il n y a pas de taxes sur les entrepôts ou sur les bureaux comme en Ile-de-France. Comment envisagez-vous l année 2014 en termes d activité? Je pense que l année 2014 va être plus difficile. Malgré tout je reste optimiste pour l avenir car l immobilier d entreprise est un marché cyclique qui finira par retrouver un peu plus de dynamisme.

7 Paroles d'experts Olivia JOSSET, dirige le bureau de GEMOFIS Île-de- France Ouest, basé à Guyancourt (78). Avec son équipe, elle accompagne mandants et utilisateurs dans leurs projets immobiliers sur l'ensemble des territoires de Saint-Quentin-en-Yvelines et de Seine Aval. 7 Quel est le bilan de votre activité pour? L année a été bien meilleure que 2012 où plusieurs transactions n avaient pas abouti. Nous avons été très présents sur les petites et nes transactions offrant 200 à 300 m 2 d activités et un peu de bureaux, mais nous avons également réalisé quelques grandes transactions. Il y a eu beaucoup de demandes à l achat grâce à des taux d emprunt très bas. Cependant, il a été parfois compliqué de trouver sur le marché des produits adéquats en termes de localisation ou de prix. Comment caractérisez-vous la demande sur Seine Aval? Près de 90% des demandes que nous traitons sont endogènes à Seine Aval. Il est difficile d attirer des entreprises extérieures au territoire. A titre d exemple, les implantations d entreprises de Cergy- Pontoise sur l extrême Est du territoire sont rares. L essentiel de la demande porte sur les locaux d activités et les entrepôts. Il existe également une demande pour des surfaces de bureaux récentes d environ 100 à 150 m 2 proches des transports en commun à l image du bâtiment Origami sur Mantes-la-Jolie. Les terrains de 1000 à 1500 m 2 à l acquisition sont également très recherchés. Vos clients s intéressent-ils à l ensemble du territoire Seine Aval lorsqu ils recherchent un local? Si un client est intéressé par le secteur du Mantois, nous lui proposons le plus souvent des biens jusqu au Mureaux. La boucle de Chanteloup et l extrême est de Seine Aval répondent à d autres demandes en termes de localisation. Mais il ne faut pas généraliser, car nous avons eu cette année plusieurs prospects recherchant des locaux sur l ensemble de Seine Aval. L offre proposée en Seine Aval est-elle en adéquation avec la demande? En réalité, c est plutôt l offre qui détermine la demande. Par exemple, il n y a pas de plateforme logistique récente en Seine Aval ou de foncier vacant susceptible d en accueillir. Pourtant, il existe un vrai potentiel d implantation pour ce type de bien à proximité de l A13. Globalement, l offre en locaux d entreprise sur Seine Aval est vieillissante même si des produits de qualité sont proposés dans la plupart des zones d activités. A côté des institutionnels, il y a de nombreux petits propriétaires privés qui ne réalisent pas forcément les investissements nécessaires pour la modernisation de leurs bâtiments et dont les prix ne sont pas toujours au niveau du marché. Pourtant une bonne rénovation vaut reconstruction. Les produits qui restent le plus longtemps sur le marché sont les produits atypiques tels que des bâtiments mixtes avec une forte proportion de bureaux, difficiles à diviser. A l image des locaux d entreprise, la qualité des zones d activités est hétérogène. Certaines proposent des prestations de qualité avec une véritable offre de services (restauration inter-entreprises, salles de réunion, service de reprographie, etc.), alors que d autres n apportent aucun service aux entreprises et à leurs salariés. Au-delà de l accessibilité qui est le 1 er critère d implantation, la qualité du produit est déterminante pour attirer une entreprise. Les produits modulables et flexibles sont d ailleurs plus faciles à commercialiser car ils s adaptent mieux aux demandes. Quel est votre point de vue sur l investissement immobilier en Seine Aval? Sur Seine Aval, une part importante des nouvelles constructions est réalisée en «compte propre» c est-à-dire directement par l entreprise occupante. Avec la crise économique actuelle, l investissement pour des bâtiments en «gris» - partiellement commercialisés - est plus compliqué car les entreprises ont une vision de court terme et hésitent davantage à acquérir des locaux sur «plan». Cependant plusieurs bâtiments sont récemment sortis de terre grâce au soutien financier des acteurs publics locaux qui sécurisent ce type d investissement. C est le cas de la Fabrique 21 ou encore d Inneos. Quelles sont vos prévisions d activité pour 2014? Le marché devrait être moins dynamique qu en, pas forcément en nombre de prospects mais plutôt au niveau de la qualité des demandes. Ainsi, nous avons reçu peu de demandes de la part de groupes ou de PME importantes.

8 Paroles d'experts Olivier LE BERRE, Directeur Adjoint Grands Comptes Industriels et Logistiques chez CBRE, groupe mondial de services en immobilier d entreprise. 8 Quel est le bilan de votre activité pour? A l échelle du territoire francilien cela a été une année compliquée. La demande et les transactions ont été très faibles et se sont même contractées fortement pour la première fois depuis 4 ou 5 ans. Avec la crise économique, les entreprises ont évité d investir dans de nouveaux locaux sauf lorsqu elles y étaient obligées. Comment jugez-vous l offre en locaux d activités sur Seine Aval? L offre du territoire est plutôt ancienne malgré la présence de bâtiments de bonne qualité. Les grandes parcelles foncières supérieures à 1 ha proches de l axe A13 et immédiatement disponibles sont peu nombreuses comparées à d autres départements franciliens qui proposent des prix équivalents et une main d œuvre correspondante. De même, les PME qui recherchent des petits terrains inférieurs à 3000 m 2 pour y construire leurs locaux ont du mal à trouver du foncier disponible. Aujourd hui, l axe A13 est difficile à appréhender pour des entreprises extérieures à Seine Aval, comparé à d autres sites franciliens (par exemple l axe A1) car les zones d activités succèdent à des zones d habitat et des zones commerciales. Pourtant, Seine Aval dispose d un potentiel foncier très important de part et d autre de l autoroute A13, à seulement quelques kilomètres de Paris. Avez-vous des investisseurs intéressés pour la réhabilitation de locaux d activités? A l heure actuelle nous n avons pas ce genre de demande. Pour que les investisseurs s y intéressent, le retour sur investissement doit être assuré. En Seine Aval, les prix à la vente ou à la location des locaux d activités ou des entrepôts ne sont pas forcément très élevés comparés à Paris ou à sa 1 ère couronne. En conséquence, le bien convoité doit réunir plusieurs conditions pour que la réhabilitation soit possible à commencer par un prix d acquisition peu élevé, une structure du bâti de bonne qualité et une localisation optimale. Les grandes infrastructures annoncées sur Seine Aval ont elles un impact sur vos transactions? A ou long termes, elles auront forcément un impact mais pas pour les transactions actuelles. Les entreprises raisonnent à plus court terme alors que les infrastructures comme le RER E ne se réaliseront pas avant Envisagez-vous une reprise de l activité pour 2014? On est plus optimiste pour 2014 et on ressent plus de confiance de la part des entreprises avec d ores et déjà un reprise des transactions. Quels types de demandes recevez-vous sur notre territoire? L immense majorité des demandes proviennent d entreprises de Seine Aval qui recherchent des locaux plus optimisés. Nous recevons tous les types de demande en termes de taille ou de typologie. Quels sont les critères déterminants pour le choix d implantation d une entreprise? Si l accessibilité et la qualité d un bien sont des critères déterminants pour sa commercialisation, l environnement économique est également essentiel. Ainsi, il est plus facile de louer ou vendre un produit à une entreprise si le tissu économique environnant correspond à son activité. De nos jours, la fiscalité locale est également un critère essentiel pour les transactions de locaux d activités mais surtout pour les entrepôts logistiques dont la valeur locative est plus faible. En Ile-de-France, les taxes foncières atteignent parfois 30% du loyer, multipliant alors les risques de départ des entreprises pour d autres territoires plus compétitifs. Les collectivités territoriales doivent donc rester vigilantes pour maintenir l attractivité de leur territoire.

9 Foncier Début 2014, le foncier disponible à la vente en Seine Aval atteint les 55 ha. En 2 ans, l'offre s'est réduite d'environ 10 ha en l'absence de mise sur le marché de nouveaux terrains. En 2011 et 2012, la demande placée s'est maintenue à près de 7 ha puis s'est réduite de moitié en, faute de transactions importantes (> 1 ha). Le prix des terrains viabilisés proposés à la vente est de 68 HT/HD/m 2, mais à l'image des biens immobiliers, on observe une forte amplitude des prix qui oscillent entre 25 et 100 du m 2. Offre disponible (ha) au 1 er janvier 1 64,2 60, , "Technoparc", Poissy 9 Demande placée (ha) / an 2 6,7 6,8 2, Sources : 1 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS. 2 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. Secteur Ouest Secteur Centre Secteur Est Périmètre OIN Seine Aval Source AUDAS

10 Les partenaires Petit lexique Rappel méthodologique L Observatoire de l Immobilier d Entreprise de Seine Aval est réalisé par l AUDAS grâce aux données transmises par les collectivités territoriales membres de l Agence et grâce aux données des commercialisateurs qui s avèrent indispensables pour la mise en œuvre d un tel outil. Bureaux : Peuvent faire l objet d offres ou de transactions de bureaux, les lots ou immeubles dont au moins 70% de la surface est à usage exclusif de bureaux. En particulier, ne sont pas considérées les surfaces de bureaux d accompagnement d un local d activités ou d un entrepôt. : Destinés aux activités de stockage et de distribution. : Destinés aux activités de production ou de petite distribution et permettant de regrouper toutes les fonctions de l'entreprise sous un même toit. Locaux mixtes : L'architecture est de type tertiaire. Ces immeubles associent des bureaux (minimum 40%) et des locaux destinés à des activités légères. Bâtiment neuf : Construction neuve de moins de 5 ans n ayant jamais été occupée, ou bâtiment ayant fait l objet de restructurations lourdes donnant lieu à un dépôt de permis de construire. Bâtiment en gris : Programme lancé après la location ou la vente totale, voire partielle, à un ou plusieurs utilisateurs. : Locaux ayant déjà été occupés par un utilisateur, ou livrés et jamais occupés depuis plus de cinq ans. Demande placée/volume transacté : Ensemble des transactions, à la location ou à la vente, réalisées par des utilisateurs finaux. L observatoire de l immobilier d entreprise en Seine Aval a pour objectif d apporter une vision fine de l offre immobilière et foncière destinée aux entreprises. Cet outil doit permettre à l ensemble des acteurs du développement économique du territoire et des professionnels de l immobilier d entreprise, d optimiser l offre d implantation en Seine Aval par une meilleure connaissance des biens en commercialisation mais aussi des transactions réalisées. Cette publication est réalisée ment et permet d observer les évolutions du marché sur le long terme. L offre disponible calculée dans cet observatoire ne prend en compte que les produits en cours de commercialisation au 1er janvier. Elle exclut les programmes proposés en «gris» ou en «blanc» ainsi que les constructions réalisées en «compte propre» par les entreprises. Les prix s de vente publiés dans cet observatoire sont exprimés en Hors Taxes/Hors Droits/m 2 et sont issus de la base de données «biens» des notaires Paris IDF, au même titre que les transactions. Les prix de location annoncés dans cet observatoire sont exprimés en Hors Taxes/Hors Charges/m 2 /an et sont issus des données commercialisateurs ainsi que des collectivités territoriales. L offre et les transactions s entendent hors hôtel d entreprises et pépinières gérés en direct par le secteur public et qui échappent aux commercialisateurs du secteur privé. Opération d'intérêt National Collectivités locales adhérentes Retrouvez les publications de l Agence sur son site internet ZAE des Chevries Immeuble Autoneum Rue des Chevries AUBERGENVILLE France Conception & réalisation : AUDAS - Crédit Photos, hors mention inverse : AUDAS

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Bilan de l année 2014 - Bulletin N 42 FONCIER. Surface disponible 139.7-65.3. Surface en projet à 5 ans 149 0. Surface aménagée 2 432 0

Bilan de l année 2014 - Bulletin N 42 FONCIER. Surface disponible 139.7-65.3. Surface en projet à 5 ans 149 0. Surface aménagée 2 432 0 L essentiel de la conjoncture économique locale Sommaire > Point de vue P. 1 > Les chiffres clés P. 1 > L offre de bureaux P. 2 > La commercialisation de bureaux P. 3 Le Havre > Les prix des bureaux P.

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Construction & Marchés Immobiliers

Construction & Marchés Immobiliers Observatoire Seine Aval Construction & Marchés Immobiliers Rapport 2015 Les projets d'intérêt national amortisseurs de la crise immobilière en 2014 La construction recule nettement en 2014 (-21%) après

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63. 4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.com Dossier de presse 5 juillet 2011 Signature de la Charte d utilisation

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 OBSERVATOIRE DE L HABITAT 10 ANS DE TRANSACTIONS : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 Dans le cadre de l Observatoire de l Habitat du Pays d Aix, l AUPA a effectué une analyse des

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77)

Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77) Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77) 1 er semestre 211 Les tendances du marché immobilier en Seine-et-Marne 1er sem. 211 / 1er sem. 21 244 transactions 216 315 285 m² commercialisés 38 986

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail

Ile-de-France ViewPoint

Ile-de-France ViewPoint CBRE www.cbre.fr/fr_fr/etudes LES PARCS D ACTIVITÉS EN ILE-DE-FRANCE Erika LEONARD, Chargée d études Senior, France PRÉAMBULE Le marché des parcs d activités est un marché relativement prisé des utilisateurs

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 215 Accelerating success. perspectives Un marché immobilier qui attend la reprise de l économie >L e marché des bureaux francilien a progressé

Plus en détail

PROMOTION IMMOBILIÈRE

PROMOTION IMMOBILIÈRE PROMOTION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PROMOTION

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

Point marché hôtellerie

Point marché hôtellerie Point marché hôtellerie Débat animé par Gérard EZAVIN, Président - GE CONSULT SAS, Président - Collège Hôtellerie du CDIF Mercredi 4 décembre 2013 Intervenants : Olivier CARVIN, Président GROUPE MARANATHA

Plus en détail

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012 Décembre 2012 PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Equipe Projet Romain Dailly Stéphane Krysinski Tristan Landré Anna Lochard Yao Wu Directeurs d'études

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007 Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 27 9 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de la Première Couronne Sud au 4ème trimestre 27 : - De nombreux engagements, -

Plus en détail

L offre en immobilier d entreprise en Seine-et-Marne. SIMI Décembre 2012 présenté par

L offre en immobilier d entreprise en Seine-et-Marne. SIMI Décembre 2012 présenté par L offre en immobilier d entreprise en Seine-et-Marne SIMI Décembre 2012 présenté par Méthodologie Le département a été divisé en 7 grands territoires - le territoire de Marne la Vallée a été élargi et

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 Le marché de l immobilier d entreprise sur le territoire de Plaine Commune en 2013 Le territoire de Plaine Commune s agrandit au 1 er janvier 2013 pour

Plus en détail

L'immobilier d'entreprise

L'immobilier d'entreprise DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE OMIQUE EN PARTENARIAT A R A T AVEC LA CCI C DE BÉTHUNE OCTOBRE 2008 NUMÉRO 2 L'immobilier d'entreprise La CCI et l AULAB ont réalisé une étude chiffrée du marché de l immobilier

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX CONSEIL MÉTROPOLE CHIFFRES CLÉS BUREAUX ème TRIMESTRE 015 ARTEPARC - Lesquin - 1 er bâtiment inauguré en juillet Parc tertiaire 3 ème génération qui proposera à termes bâtiments et 44 000 m de bureaux

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ATOUTS Une situation géographique centrale dans l Est parisien en plein essor Un taux d emploi relativement important FAIBLESSES Une inadéquation entre les emplois et la population

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

bâtir investir valoriser

bâtir investir valoriser bâtir investir valoriser vision une globale ARTEA a placé le suivi des clients au cœur de ses préoccupations en offrant le meilleur service à l ensemble des locataires de ses immeubles. Ce service se caractérise

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Choix d implantation et vision de l environnement de travail : quel Pari(s) pour demain? TNS Septembre 2013 18TJ56

Choix d implantation et vision de l environnement de travail : quel Pari(s) pour demain? TNS Septembre 2013 18TJ56 Rappel de la méthodologie Mode de recueil Echantillon Dates de terrain Interviews réalisées par téléphone. L échantillon est construit à partir des dernières données de l INSEE. Sa représentativité est

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

Construction & Marchés Immobiliers

Construction & Marchés Immobiliers Observatoire Seine Aval Construction & Marchés Immobiliers Bonnières-sur-Seine Rapport 01 L'attractivité : un enjeu majeur pour atteindre les objectifs de développement équilibré de Seine Aval La construction

Plus en détail

Position dans l ensemble régional et gouvernance du CDT

Position dans l ensemble régional et gouvernance du CDT Un accord-cadre a été signé le 24 juin 2013 par le Préfet de Région, le Président du CG des Yvelines, le Président du CG du Val d Oise, le Président de l association Confluence Seine-Oise et le Maire de

Plus en détail

Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013

Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013 Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013 Jeudi 20 Février 2014 - Orléans Raymond Le Roy Liberge, président de l Association OCELOR Benoît Aiglon, président

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Introduction Les surfaces disponibles Les prix La tendance Les axes de développement INTRO CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE Surface

Plus en détail

MÉMORANDUM D INFORMATION TECHNOPÔLE D OUJDA PLACEMENT DES ZONES D ACTIVITÉS DE LA RÉGION DE L ORIENTAL

MÉMORANDUM D INFORMATION TECHNOPÔLE D OUJDA PLACEMENT DES ZONES D ACTIVITÉS DE LA RÉGION DE L ORIENTAL MÉMORANDUM D INFORMATION TECHNOPÔLE D OUJDA PLACEMENT DES ZONES D ACTIVITÉS DE LA RÉGION DE L ORIENTAL TABLE DES MATIÈRES Localisation du site.......... 3 Caractéristiques du site............ 4 Structure

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés

CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés CILGERE en mouvement Dans un secteur en pleine évolution, CILGERE a su prendre le train de la réforme pour consolider son implantation territoriale et

Plus en détail

Cergy - 01 30 30 10 01 eric.yalap@keops.fr. ROISSY EN FRANCE 8 500 m 2

Cergy - 01 30 30 10 01 eric.yalap@keops.fr. ROISSY EN FRANCE 8 500 m 2 4 ème trimestre 2007 VILLEVAUDE 1 280 m 2 BEZONS 3 392 m 2 ARGENTEUIL 3 266 m 2 div. ZI de Villevaudé ZI Bezons Est ZI des Bords de Seine A LOUER entrepôt à proximité de l autoroute A104, deux accès de

Plus en détail

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE IMMObILIER // dossier dossier arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE 66 // 67 market.ch - mai 2012 Aurélia Brégnac L attractivité de l Arc lémanique n est plus à démontrer. De Genève à Montreux,

Plus en détail

www.hubstart-paris.com

www.hubstart-paris.com www.hubstart-paris.com HUBSTART PARIS ACCÉLÉRATEUR DE RÉUSSITE Avec la démarche collective de promotion internationale sous la marque Hubstart Paris, le territoire du Grand Roissy renforce son ouverture

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Décembre 2012 Introduction Alors que, consciente des problèmes graves de logement et d hébergement auquel est confronté notre

Plus en détail

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?»

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» Etude du marché immobilier du Grand Avignon Intervention : Yohan BREUIL, directeur d agence, Adequation L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» www.adequation.fr Le 07 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011 Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 211 1 Une production de logements en baisse pour la dernière décennie 37 logements

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

Les principales spécificités des «résidences de tourisme»

Les principales spécificités des «résidences de tourisme» Les principales spécificités des «résidences de tourisme» «La résidence de tourisme est un établissement commercial d hébergement classé, faisant l objet d une exploitation permanente ou saisonnière. Elle

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 Mars 2012 - 2-1. Le financement des entreprises Le financement des investissements d équipement : le rebond de l activité

Plus en détail

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien Les Quartiers Crêt de Roc et Tarentaize-Beaubrun, dans le dossier ANRU de Saint Etienne L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien La stratégie habitat de la Ville de Saint

Plus en détail

Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle

Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2013 Bilan et perspectives des marchés immobiliers : le Crédit Foncier présente son étude annuelle Un marché immobilier résidentiel en retrait en 2013 Une baisse

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Les bons critères pour choisir son lieu d implantation. Animé par : Laurent LÉTHOREY Véronique-Anne HOURDIN Pierre-Yves LE BRUN

Les bons critères pour choisir son lieu d implantation. Animé par : Laurent LÉTHOREY Véronique-Anne HOURDIN Pierre-Yves LE BRUN Les bons critères pour choisir son lieu d implantation Animé par : Laurent LÉTHOREY Véronique-Anne HOURDIN Pierre-Yves LE BRUN Les critères de choix : Le couple projet/lieu d implantation 1. La localisation

Plus en détail