Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens"

Transcription

1 Observatoire Seine Aval Economie Bonnières-sur-Seine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Conflans-Sainte-Honorine L'immobilier d'entreprise en Seine Aval Poissy n 2 Après une année en demi-teinte, le contexte économique rend le marché 2014 incertain Avec la crise économique, le marché de l immobilier d entreprise est beaucoup plus difficile à appréhender en termes de demande et de rythme de commercialisation. Pour rester attractif, il est donc nécessaire de proposer une offre diversifiée de qualité et facilement accessible, surtout lorsque la demande est majoritairement endogène comme en Seine Aval. Aujourd hui, ce territoire dispose de nombreux atouts pour l implantation des entreprises et notamment une offre foncière élargie proche de l A13. Cependant, les professionnels estiment que l offre essentiellement de seconde main, y est plutôt vieillissante et pas toujours adaptée à la demande. Début 2014, l offre disponible en locaux d activités et en entrepôts sur Seine Aval a augmenté légèrement pour atteindre m2, avec une surface ne en progression. Malgré le contexte économique dégradé, le volume transacté a augmenté en grâce à la vente de plusieurs entrepôts supérieurs à m2. Les surfaces louées sont restées stables par rapport à Transactions* Bureaux Foncier m m m2 2,9 ha *Volume transacté à la vente et évolution L offre de bureaux reste limitée sur le territoire avec près de m2 proposés début Cependant plusieurs programmes neufs ont été mis sur le marché en 2012 et expliquent le pic de transactions observé cette année-là puis la nette diminution de la demande placée en. Offre disponible au 01/01/ m m m2 55 ha Source : OIE - AUDAS "ORIGAMI", Mantes-la-Jolie Globalement, le marché reste difficile et les demandes d implantation se font plus rares. Certains commercialisateurs anticipent même une année 2014 moins favorable. Collectivités locales adhérentes Octobre 2014

2 et entrepôts L'offre 2014 L offre en locaux d activités et en entrepôts s établit à m 2 début 2014, en légère progression (+2,9%) par rapport à grâce notamment à l offre d entrepôts qui représente près des 2/3 des volumes proposés et dont le stock augmente de 4,4% sur un an. Cette tendance s explique par la proportion d entrepôts supérieurs à 2000 m 2 qui augmente de 5 points en un an alors même que le nombre d entrepôts proposés à la commercialisation diminue de près de 10%. Toutefois, les offres inférieures à 500 m 2, qui correspondent à la plupart des demandes d'implantation, restent majoritaires pour les entrepôts et les locaux d activités. Sur un an, la part des biens à la location baisse 2légèrement au profit des produits proposés à la location/vente (+4 points) qui peuvent apporter davantage d opportunités pour les entreprises et les investisseurs dans le contexte économique actuel qui offre moins de visibilité en termes de demande. Seine Aval est un marché de seconde main où l offre en produits neufs est largement minoritaire malgré la construction de nouveaux programmes depuis Elle ne dépasse pas les 10% pour les locaux d activités et reste marginale pour les entrepôts. Ensemble L'offre par secteur géographique Ventilation des biens (nombre de produits) Nombre de produits m 2 Stock Part Stock Part 65-1,5% 59% ,8% 39% 46-9,8% 41% ,4% 61% 111-5,1% 100% ,9% 100% m m m m m m2 Locaux d'activités 91% 92% 9% 8% 100% 98% 2% LOCAUX D ACTIVITES ENTREPOTS Locaux d'activités Seconde Main Locaux d'activités ˆ SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST évolution Les prix s affichés à la location progressent sur un an de 3,8% pour les locaux d activités et de 5,3% pour les entrepôts pour atteindre respectivement 83 et 60 du m 2 /HT/ HC/an en seconde main. Cependant les biens proposés à la commercialisation sont très hétérogènes, ce qui se traduit par une très forte amplitude des prix (coefficient 1 à 4). "POLYDOCKS", Mantes-la-Ville 100% 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% 0% >5000m m m2 <500 m2 5% 6% 9% 8% 12% 15% 18% 20% 43% 29% 22% 36% 43% 41% 43% LOCAUX D ACTIVITES ENTREPOTS ˆ % Location Location 56% 28% Vente 30% 18% Location/ Vente 14% de vente (HT/HD/m2) Seconde main Valeur locative (HT/HC/m2/an) 2014/ Les prix * 83 +3,8% * ,3% Source : Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS. * se rapporte à moins de 5 biens.

3 Les transactions Plus de m 2 ont été vendus en, soit un niveau largement supérieur à 2012 mais en baisse par rapport à Près des ¾ des surfaces ont été commercialisées sur le secteur Ouest notamment grâce à la vente de plusieurs produits supérieurs à 2000 m 2. La demande placée à la location dépasse les m 2 en, soit une quasi stabilité par rapport à Le secteur Centre concentre le volume de location le plus élevé, juste devant le secteur Est. Les locaux d activités représentent en, 48% des surfaces louées contre 22% en Les produits vendus sont majoritairement des entrepôts alors que les locaux d activités représentent près des 2/3 des biens loués. 3En 2012, la part des produits placés dans le neuf (à la vente ou à la location) avait atteint un pic grâce à la mise sur le marché de plusieurs programmes neufs. En, celle-ci a été divisée par trois pour les ventes et par deux pour les locations, sous l effet de leur commercialisation et en l'absence de nouveaux programmes. La part de la demande placée pour les produits inférieurs à 500 m 2 s est contractée en pour tous les types de biens à la vente comme à la location. A l inverse, la part des locaux d activités supérieurs à m 2 s est accrue. A l image du stock disponible, on observe une forte hétérogénéité des prix (coefficient 1 à 3). Vente 1 (m 2 ) Ensemble Ventilation des biens (nombre de produits) 18% 82% 6% 94% 23% Locaux d activités % 10% 90% VENTE LOCATION Seconde Main de vente (1) (HT/HD/m2) % 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% >5000m m m2 <500 m2 13% 27% 60% 6% 11% 8% 12% 41% 41% 0% LOCAUX ENTREPOTS ˆ D ACTIVITES VENTE Locaux d activités Ensemble Location 2 (m 2 ) 26% 63% LOCAUX D ACTIVITES LOCATION Valeur locative (2) (HT/HC/m2/an) 42% ENTREPOTS ˆ Les prix Ventilation par secteur VENTE (1) m2 Tendance LOCATION (2) m2 Tendance SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST "Hôtel d'activités", Freneuse Sources : 1 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. 2 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

4 Bureaux L'offre 2014 L offre en bureaux est limitée en Seine Aval et atteint m 2 début 2014, en très nette baisse (-18,5%) par rapport à qui a été marquée par la commercialisation de plusieurs produits neufs construits en Sur un an, leur part a fondu de moitié pour atteindre 13% des surfaces proposées. Cette diminution de l offre de bureaux touche l ensemble des secteurs géographiques de Seine Aval. Nombre de produits m 2 Stock Stock ,1% ,5% m2 A l inverse, le nombre de produits a augmenté sensiblement (+14%) en faveur des petites surfaces inférieures à 100 m 2 qui sont majoritaires (48%) et au détriment des biens compris entre 200 et 500 m 2 (-21 points). L'offre par secteur géographique 5 405m m2 4 Les parts du nombre de biens et des m 2 de bureaux proposés à la location progressent également. La valeur locative ne des produits de «seconde main» est quasi stable sur un an (+0,7%) et s établit à 151 m 2 /HT/HC/an. Toutefois, la fourchette de prix est extrêmement forte à l image de l hétérogénéité des biens proposés en Seine Aval (coefficient 1 à 3). Ventilation des biens SECTEUR OUEST SECTEUR CENTRE SECTEUR EST évolution 87% 91% 88% 74% 26% 13% 9% 12% Surface (m2) 2014 Nombre de produits Vente Location/Vente Location "Hôtel d'entreprises", Achères Nombre de produits 100% 90% 80% 70% 9% 5% 9% 4% 4% 5% 5,5% 8% 5,5% % 23% 12% 60% 40% 5% 86% 92% 87% 89% 30% 36% 33% 14% 20% 10% 86% <100m m m2 >500 m2 0% SURFACE M2 NOMBRE DE PRODUITS de vente (HT/HD/m2) Seconde main Valeur locative (HT/HC/m2/an) 2014/ ,7% Source : Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

5 Les transactions m 2 ont été vendus en, soit un volume largement inférieur à 2012 mais légèrement supérieur à Près des 70% des surfaces ont été commercialisées sur le secteur Est, notamment grâce à la vente de plusieurs produits supérieurs à 500 m 2. Sur 3 années d observation, la demande placée à la location atteint en ne m 2 par an sur Seine Aval. A la vente et à la location, les produits de bureaux engendrent moins d une cinquantaine de transactions par an, ce qui explique les fortes variations s observées dans la ventilation neuf/seconde main. La mise sur le marché de nouveaux produits à l image d Origami (en commercialisation depuis ) a contribué à cette tendance en maintenant la part du neuf dans les transactions de bureaux à un niveau élevé. La part des transactions de produits inférieurs à 100 m 2 s est contractée en à la vente comme à la location. A l inverse, la part des locaux supérieurs à 200 m 2 s est accrue surtout à la vente. A l image de l offre disponible, la fourchette de prix pour les transactions est très large, à la vente comme à la location (coefficient 1 à 4). "Technoparc", Poissy Vente 1 (m 2 ) Ventilation des biens placés 94% 94% 93% 73% 73% 63% 95% 83% 83% 64% 64% 78% 37% 6% 27% 36% 27% 22% 36% 6% 7% 5% Surface (m2) Vente SECTEUR CENTRE Nombre de produits SECTEUR EST SECTEUR OUEST 2011 Location SEINE AVAL % 90% 80% 70% 60% 40% 30% 20% 10% 0% % 9% 9% 45% % 11% 21% 63% >500m m m2 <100 m2 28% 56% VENTE Nombre de produits LOCATION Vente (1) (HT/HD/m2) Valeur locative (2) (HT/HC/m2/an) Sources : 1 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. 2 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS.

6 Paroles d'experts Yves FERRAND, gérant de la société YFIMO, travaille exclusivement sur le territoire de Seine Aval. 6 Quel est le bilan de votre activité pour? L année n a pas été si mauvaise que cela et nous avons atteint nos objectifs. Néanmoins, j ai observé une baisse de la demande assez conséquente. Par exemple, les petits locaux d activités ou les bureaux en location connaissent désormais des temps de commercialisation un peu plus long car ils s adressent à des petites entreprises ou à des artisans qui souffrent de la crise économique. Aujourd hui, il est plus difficile d anticiper sur le rythme de commercialisation d un produit. Comment qualifieriez-vous l offre en locaux d activités sur Seine Aval? L offre est assez hétérogène. Les bâtiments de grande qualité tels que la Fabrique 21 ou Inneos côtoient des locaux des années 90 et 2000 ainsi qu un parc plus ancien qu il est nécessaire de rénover. Dans le contexte économique actuel, la réhabilitation de bâtiments anciens ou dégradés est-elle toujours envisageable? Bien sûr, la réhabilitation de locaux d activités reste possible. J en veux pour preuve la restructuration de la friche Polyfilms débutée en sur la zone d activités de la Vaucouleurs à Mantes-la-Ville, devenue aujourd hui le programme Polydocks. Il propose des surfaces d entrepôts à la vente de 500 m2 à des prix attractifs et suscite un fort intérêt chez les entreprises. Cependant, chaque bâtiment est un cas particulier, la réhabilitation est plus aisée lorsque la structure du bâtiment est bonne ou que le site n est pas pollué, ce qui peut engendrer des surcoûts importants. Par ailleurs, il y a toujours une demande pour des bâtiments plus anciens donc moins chers. Quels types de demandes recevez-vous le plus souvent? Aujourd hui, la demande est plus difficile à appréhender qu auparavant. Néanmoins, l immense majorité des sollicitations portent sur de l activité plutôt tournée vers du stockage. Par ailleurs, plus des 3/4 des demandes sont endogènes à Seine Aval. La moitié des demandes que je reçois portent sur des bâtiments entre 100 et 500 m 2 et un tiers sur des locaux compris entre 1000 et 2000 m 2. Il y a notamment une forte demande à l acquisition pour des lots inférieurs à 500 m 2, très rares en Seine Aval. Or aujourd hui, les taux sont attractifs et le crédit est parfois à peine plus cher que le loyer. Les entreprises ont ainsi l opportunité de se constituer un patrimoine. Par ailleurs, il existe une demande pour les terrains de 1000 à 2000 m 2, encore très rares sur les zones d activités de Seine Aval. D un autre côté, je suis persuadé qu il y a un réel potentiel pour la commercialisation de grandes parcelles foncières pour y accueillir des activités de logistique. A l heure actuelle la demande exprimée pour ce type de biens est relativement confidentielle en l absence d offre. Mais la proximité de Seine Aval avec Paris et la 1 ère couronne ainsi que l axe A13 constituent des atouts indéniables. Comment analysez-vous le marché de bureaux en Seine Aval? La demande en bureaux est relativement restreinte. Plusieurs programmes ont été construits récemment et ont été commercialisés assez rapidement car ils répondaient à une demande largement endogène au territoire. Cependant la commercialisation de produits de bureaux sur «plan» reste compliquée et à l heure actuelle je ne pense pas que le marché soit capable d absorber de grandes entités. Quels sont les principaux critères d implantation pour une entreprise? L accessibilité est sans conteste le critère le plus important. La proximité avec l A13 ou l accès à une gare sont des atouts pour commercialiser un bien. Encore faut-il que les produits proposés par la zone d activités soient en adéquation avec la demande, ce qui n est pas toujours évident y compris pour les sites ayant un accès optimal. Les services aux entreprises et à leurs salariés constituent un élément d attractivité supplémentaire sans pour autant être décisif pour une transaction. Il ne faut pas oublier non plus tous les projets qui participent à l image de Seine Aval et à son attractivité à commencer par l opération d intérêt national, signe de transformation du territoire. La construction de programmes neufs ou la mise en avant des entreprises «phares» du territoire sont également des vecteurs d image très positifs. Avec quel(s) territoire(s), Seine Aval entre-t-elle directement en concurrence? Selon moi, nous ne sommes pas encore en concurrence frontale avec Cergy-Pontoise ou Saint-Quentin-en-Yvelines en l absence d axes de communication transversaux et directs. Il est clair que des projets tels que la RD 28 qui nous relierait à Cergy changeraient la donne. Par contre, je pense que Seine Aval - surtout dans sa partie Ouest - est davantage en concurrence avec l Eure qui propose du foncier et des produits similaires mais à des coûts moins élevés d autant qu il n y a pas de taxes sur les entrepôts ou sur les bureaux comme en Ile-de-France. Comment envisagez-vous l année 2014 en termes d activité? Je pense que l année 2014 va être plus difficile. Malgré tout je reste optimiste pour l avenir car l immobilier d entreprise est un marché cyclique qui finira par retrouver un peu plus de dynamisme.

7 Paroles d'experts Olivia JOSSET, dirige le bureau de GEMOFIS Île-de- France Ouest, basé à Guyancourt (78). Avec son équipe, elle accompagne mandants et utilisateurs dans leurs projets immobiliers sur l'ensemble des territoires de Saint-Quentin-en-Yvelines et de Seine Aval. 7 Quel est le bilan de votre activité pour? L année a été bien meilleure que 2012 où plusieurs transactions n avaient pas abouti. Nous avons été très présents sur les petites et nes transactions offrant 200 à 300 m 2 d activités et un peu de bureaux, mais nous avons également réalisé quelques grandes transactions. Il y a eu beaucoup de demandes à l achat grâce à des taux d emprunt très bas. Cependant, il a été parfois compliqué de trouver sur le marché des produits adéquats en termes de localisation ou de prix. Comment caractérisez-vous la demande sur Seine Aval? Près de 90% des demandes que nous traitons sont endogènes à Seine Aval. Il est difficile d attirer des entreprises extérieures au territoire. A titre d exemple, les implantations d entreprises de Cergy- Pontoise sur l extrême Est du territoire sont rares. L essentiel de la demande porte sur les locaux d activités et les entrepôts. Il existe également une demande pour des surfaces de bureaux récentes d environ 100 à 150 m 2 proches des transports en commun à l image du bâtiment Origami sur Mantes-la-Jolie. Les terrains de 1000 à 1500 m 2 à l acquisition sont également très recherchés. Vos clients s intéressent-ils à l ensemble du territoire Seine Aval lorsqu ils recherchent un local? Si un client est intéressé par le secteur du Mantois, nous lui proposons le plus souvent des biens jusqu au Mureaux. La boucle de Chanteloup et l extrême est de Seine Aval répondent à d autres demandes en termes de localisation. Mais il ne faut pas généraliser, car nous avons eu cette année plusieurs prospects recherchant des locaux sur l ensemble de Seine Aval. L offre proposée en Seine Aval est-elle en adéquation avec la demande? En réalité, c est plutôt l offre qui détermine la demande. Par exemple, il n y a pas de plateforme logistique récente en Seine Aval ou de foncier vacant susceptible d en accueillir. Pourtant, il existe un vrai potentiel d implantation pour ce type de bien à proximité de l A13. Globalement, l offre en locaux d entreprise sur Seine Aval est vieillissante même si des produits de qualité sont proposés dans la plupart des zones d activités. A côté des institutionnels, il y a de nombreux petits propriétaires privés qui ne réalisent pas forcément les investissements nécessaires pour la modernisation de leurs bâtiments et dont les prix ne sont pas toujours au niveau du marché. Pourtant une bonne rénovation vaut reconstruction. Les produits qui restent le plus longtemps sur le marché sont les produits atypiques tels que des bâtiments mixtes avec une forte proportion de bureaux, difficiles à diviser. A l image des locaux d entreprise, la qualité des zones d activités est hétérogène. Certaines proposent des prestations de qualité avec une véritable offre de services (restauration inter-entreprises, salles de réunion, service de reprographie, etc.), alors que d autres n apportent aucun service aux entreprises et à leurs salariés. Au-delà de l accessibilité qui est le 1 er critère d implantation, la qualité du produit est déterminante pour attirer une entreprise. Les produits modulables et flexibles sont d ailleurs plus faciles à commercialiser car ils s adaptent mieux aux demandes. Quel est votre point de vue sur l investissement immobilier en Seine Aval? Sur Seine Aval, une part importante des nouvelles constructions est réalisée en «compte propre» c est-à-dire directement par l entreprise occupante. Avec la crise économique actuelle, l investissement pour des bâtiments en «gris» - partiellement commercialisés - est plus compliqué car les entreprises ont une vision de court terme et hésitent davantage à acquérir des locaux sur «plan». Cependant plusieurs bâtiments sont récemment sortis de terre grâce au soutien financier des acteurs publics locaux qui sécurisent ce type d investissement. C est le cas de la Fabrique 21 ou encore d Inneos. Quelles sont vos prévisions d activité pour 2014? Le marché devrait être moins dynamique qu en, pas forcément en nombre de prospects mais plutôt au niveau de la qualité des demandes. Ainsi, nous avons reçu peu de demandes de la part de groupes ou de PME importantes.

8 Paroles d'experts Olivier LE BERRE, Directeur Adjoint Grands Comptes Industriels et Logistiques chez CBRE, groupe mondial de services en immobilier d entreprise. 8 Quel est le bilan de votre activité pour? A l échelle du territoire francilien cela a été une année compliquée. La demande et les transactions ont été très faibles et se sont même contractées fortement pour la première fois depuis 4 ou 5 ans. Avec la crise économique, les entreprises ont évité d investir dans de nouveaux locaux sauf lorsqu elles y étaient obligées. Comment jugez-vous l offre en locaux d activités sur Seine Aval? L offre du territoire est plutôt ancienne malgré la présence de bâtiments de bonne qualité. Les grandes parcelles foncières supérieures à 1 ha proches de l axe A13 et immédiatement disponibles sont peu nombreuses comparées à d autres départements franciliens qui proposent des prix équivalents et une main d œuvre correspondante. De même, les PME qui recherchent des petits terrains inférieurs à 3000 m 2 pour y construire leurs locaux ont du mal à trouver du foncier disponible. Aujourd hui, l axe A13 est difficile à appréhender pour des entreprises extérieures à Seine Aval, comparé à d autres sites franciliens (par exemple l axe A1) car les zones d activités succèdent à des zones d habitat et des zones commerciales. Pourtant, Seine Aval dispose d un potentiel foncier très important de part et d autre de l autoroute A13, à seulement quelques kilomètres de Paris. Avez-vous des investisseurs intéressés pour la réhabilitation de locaux d activités? A l heure actuelle nous n avons pas ce genre de demande. Pour que les investisseurs s y intéressent, le retour sur investissement doit être assuré. En Seine Aval, les prix à la vente ou à la location des locaux d activités ou des entrepôts ne sont pas forcément très élevés comparés à Paris ou à sa 1 ère couronne. En conséquence, le bien convoité doit réunir plusieurs conditions pour que la réhabilitation soit possible à commencer par un prix d acquisition peu élevé, une structure du bâti de bonne qualité et une localisation optimale. Les grandes infrastructures annoncées sur Seine Aval ont elles un impact sur vos transactions? A ou long termes, elles auront forcément un impact mais pas pour les transactions actuelles. Les entreprises raisonnent à plus court terme alors que les infrastructures comme le RER E ne se réaliseront pas avant Envisagez-vous une reprise de l activité pour 2014? On est plus optimiste pour 2014 et on ressent plus de confiance de la part des entreprises avec d ores et déjà un reprise des transactions. Quels types de demandes recevez-vous sur notre territoire? L immense majorité des demandes proviennent d entreprises de Seine Aval qui recherchent des locaux plus optimisés. Nous recevons tous les types de demande en termes de taille ou de typologie. Quels sont les critères déterminants pour le choix d implantation d une entreprise? Si l accessibilité et la qualité d un bien sont des critères déterminants pour sa commercialisation, l environnement économique est également essentiel. Ainsi, il est plus facile de louer ou vendre un produit à une entreprise si le tissu économique environnant correspond à son activité. De nos jours, la fiscalité locale est également un critère essentiel pour les transactions de locaux d activités mais surtout pour les entrepôts logistiques dont la valeur locative est plus faible. En Ile-de-France, les taxes foncières atteignent parfois 30% du loyer, multipliant alors les risques de départ des entreprises pour d autres territoires plus compétitifs. Les collectivités territoriales doivent donc rester vigilantes pour maintenir l attractivité de leur territoire.

9 Foncier Début 2014, le foncier disponible à la vente en Seine Aval atteint les 55 ha. En 2 ans, l'offre s'est réduite d'environ 10 ha en l'absence de mise sur le marché de nouveaux terrains. En 2011 et 2012, la demande placée s'est maintenue à près de 7 ha puis s'est réduite de moitié en, faute de transactions importantes (> 1 ha). Le prix des terrains viabilisés proposés à la vente est de 68 HT/HD/m 2, mais à l'image des biens immobiliers, on observe une forte amplitude des prix qui oscillent entre 25 et 100 du m 2. Offre disponible (ha) au 1 er janvier 1 64,2 60, , "Technoparc", Poissy 9 Demande placée (ha) / an 2 6,7 6,8 2, Sources : 1 - Données commercialisateurs et collectivités territoriales - Traitement AUDAS. 2 - Base Notaires Paris IdF - Traitement AUDAS. Secteur Ouest Secteur Centre Secteur Est Périmètre OIN Seine Aval Source AUDAS

10 Les partenaires Petit lexique Rappel méthodologique L Observatoire de l Immobilier d Entreprise de Seine Aval est réalisé par l AUDAS grâce aux données transmises par les collectivités territoriales membres de l Agence et grâce aux données des commercialisateurs qui s avèrent indispensables pour la mise en œuvre d un tel outil. Bureaux : Peuvent faire l objet d offres ou de transactions de bureaux, les lots ou immeubles dont au moins 70% de la surface est à usage exclusif de bureaux. En particulier, ne sont pas considérées les surfaces de bureaux d accompagnement d un local d activités ou d un entrepôt. : Destinés aux activités de stockage et de distribution. : Destinés aux activités de production ou de petite distribution et permettant de regrouper toutes les fonctions de l'entreprise sous un même toit. Locaux mixtes : L'architecture est de type tertiaire. Ces immeubles associent des bureaux (minimum 40%) et des locaux destinés à des activités légères. Bâtiment neuf : Construction neuve de moins de 5 ans n ayant jamais été occupée, ou bâtiment ayant fait l objet de restructurations lourdes donnant lieu à un dépôt de permis de construire. Bâtiment en gris : Programme lancé après la location ou la vente totale, voire partielle, à un ou plusieurs utilisateurs. : Locaux ayant déjà été occupés par un utilisateur, ou livrés et jamais occupés depuis plus de cinq ans. Demande placée/volume transacté : Ensemble des transactions, à la location ou à la vente, réalisées par des utilisateurs finaux. L observatoire de l immobilier d entreprise en Seine Aval a pour objectif d apporter une vision fine de l offre immobilière et foncière destinée aux entreprises. Cet outil doit permettre à l ensemble des acteurs du développement économique du territoire et des professionnels de l immobilier d entreprise, d optimiser l offre d implantation en Seine Aval par une meilleure connaissance des biens en commercialisation mais aussi des transactions réalisées. Cette publication est réalisée ment et permet d observer les évolutions du marché sur le long terme. L offre disponible calculée dans cet observatoire ne prend en compte que les produits en cours de commercialisation au 1er janvier. Elle exclut les programmes proposés en «gris» ou en «blanc» ainsi que les constructions réalisées en «compte propre» par les entreprises. Les prix s de vente publiés dans cet observatoire sont exprimés en Hors Taxes/Hors Droits/m 2 et sont issus de la base de données «biens» des notaires Paris IDF, au même titre que les transactions. Les prix de location annoncés dans cet observatoire sont exprimés en Hors Taxes/Hors Charges/m 2 /an et sont issus des données commercialisateurs ainsi que des collectivités territoriales. L offre et les transactions s entendent hors hôtel d entreprises et pépinières gérés en direct par le secteur public et qui échappent aux commercialisateurs du secteur privé. Opération d'intérêt National Collectivités locales adhérentes Retrouvez les publications de l Agence sur son site internet ZAE des Chevries Immeuble Autoneum Rue des Chevries AUBERGENVILLE France Conception & réalisation : AUDAS - Crédit Photos, hors mention inverse : AUDAS

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

Serv Eure est une société de services pour particuliers et. Nous proposons des prestations spécifiques dans les

Serv Eure est une société de services pour particuliers et. Nous proposons des prestations spécifiques dans les Serv Eure est une société de services pour particuliers et Professionnels. Nous proposons des prestations spécifiques dans les domaines suivants: Travaux Immobilier Serv Eure 85 Route de Breteuil 27250

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63. 4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.com Dossier de presse 5 juillet 2011 Signature de la Charte d utilisation

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine La localisation La ville d Argenteuil, 100 000 habitants, 3ème ville d Ile de France, est située

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG Gecina Logistique Valeur du patrimoine 555 M Surface totale 1 016 785 m 2

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE

AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE Qui sommes nous? La franchise AKERYS : AKERYS Immobilier SOMMAIRE Le Marché de l immobilier en France Devenez «courtier en immobilier» Toute une vie à construire

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

L'immobilier d'entreprise

L'immobilier d'entreprise DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE OMIQUE EN PARTENARIAT A R A T AVEC LA CCI C DE BÉTHUNE OCTOBRE 2008 NUMÉRO 2 L'immobilier d'entreprise La CCI et l AULAB ont réalisé une étude chiffrée du marché de l immobilier

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010

ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010 ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010 Analyse du marché départementale : nombre de ventes et locations et chiffre d affaires, prix de la concurrence, attente des prescripteurs et

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

Enquête construction bois Basse Normandie 2009

Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Courant 2009, ProfessionsBois a réalisé une enquête auprès des constructeurs bois intervenant sur la Basse Normandie. 118 entreprises bas normandes ont été

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

Les entrepôts de stockage

Les entrepôts de stockage Direction Régionale de l Equipement Déplacements Transports Les entrepôts de stockage en Midi-Pyrénées depuis 25 ans septembre 2007 Introduction : De plus en plus d acteurs économiques ou politiques mesurent

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion des bâtis de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes Le foncier : une problématique à partager Et en Rhône-Alpes? Quelques éléments d objectivation Retour sur l évolution du prix du foncier Un prix du foncier

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

LILLE S SOLUTIONS IMMO

LILLE S SOLUTIONS IMMO 7 novembre 2013 LILLE S SOLUTIONS IMMO L outil unique pour trouver votre implantation ATELIER DES MÉTHODOLOGIES DU FONCIER Le projet Lille s Solutions Immo Un enjeu pour Lille Métropole Optimisation des

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2-4 Maîtrise du foncier : Objectifs o reconstituer et sécuriser le maximum de titres de propriété (par actes notariés opposables

Plus en détail

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Près d un quart des Français a un projet immobilier dans les mois à venir - 1 Paris, le 18 février 2010 : Depuis 4 ans, le baromètre Orpi-

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan 2013 Conjoncture, environnement et enjeux 2014 2015 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 29 janvier 2014 FNAIM ENTREPRISES : 15 CABINETS À VOTRE SERVICE 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ

Plus en détail

bâtir investir valoriser

bâtir investir valoriser bâtir investir valoriser vision une globale ARTEA a placé le suivi des clients au cœur de ses préoccupations en offrant le meilleur service à l ensemble des locataires de ses immeubles. Ce service se caractérise

Plus en détail

BATITERRE. L immobilier sur Mesure

BATITERRE. L immobilier sur Mesure BATITERRE L immobilier sur Mesure L ÉDITO + Né de la volonté d entreprendre et de la compétence d hommes et de femmes, à bâtir une société immobilière solide, le GROUPE BATITERRE est toujours resté fidèle

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011 Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 211 1 Une production de logements en baisse pour la dernière décennie 37 logements

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURELLE 3SCI

ENQUETE CONJONCTURELLE 3SCI Syndicat des Sociétés de Services et des Conseils en Informatique ENQUETE CONJONCTURELLE 3SCI VOTRE SOCIETE 1. Quelle est la taille de votre entreprise? Taille de l'entreprise 0 ou 1 salarié 46 % 0 ou

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier. 5 mai 2015 Deuxième édition

Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier. 5 mai 2015 Deuxième édition Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier 5 mai 2015 Deuxième édition Sommaire Méthodologie du baromètre En synthèse 1. Bilan des quatre premiers mois de 2015 (janvier-avril

Plus en détail

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011 Petit rappel historique : Originaire de Meung sur Loire voilà 3 générations que l entreprise VIGERY est attachée à la construction, la rénovation, le bâtiment en général et les travaux publics. En premier

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

2 Md dédiés au financement de l immatériel

2 Md dédiés au financement de l immatériel Conférence de Presse 20 MARS 2014 2 Md dédiés au financement de l immatériel Bpifrance révolutionne le crédit aux PME 01. Qui sommes-nous? 2 200 collaborateurs 6 métiers Garantie Crédit Fonds de fonds

Plus en détail

«Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme»

«Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme» programme d humanisation des centres d hébergement Approche quantitative «Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme» Cinq ans après le lancement du programme d humanisation

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 Restructurer votre patrimoine grâce à une stratégie immobilière diversifiée Marie Annick MOURGUIART Directrice Banque Privée Bayonne Pays Basque Bertrand HARRY, Directeur Général

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78)

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Dossier de presse 1 er décembre 2009 Jacques BLANCHARD, MRM Président Directeur Général Olivier LEMAISTRE, CB Richard Ellis Investors Responsable du portefeuille

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Communiqué de Presse le 17 juin 2013 La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Du fait du compactage de ses activités, le site

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

approuvant le rapport de gestion de la Fondation pour les terrains industriels de Genève (FTI) pour l'année 2013

approuvant le rapport de gestion de la Fondation pour les terrains industriels de Genève (FTI) pour l'année 2013 Secrétariat du Grand Conseil PL 11435 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 30 avril 2014 Projet de loi approuvant le rapport de gestion de la Fondation pour les terrains industriels de

Plus en détail

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 OBSERVATOIRE DE L ACCESSION SOCIALE Sommaire La production de lotissements en 2014 p.2 Les lots vendus en 2014

Plus en détail

des parcs d activités économiques du Val d Orge Atlasdes parcs d activités

des parcs d activités économiques du Val d Orge Atlasdes parcs d activités Atlasdes parcs d activités des parcs d activités économiques du Val d Orge 2011 2012 Sainte-Geneviève-des-Bois l Brétigny-sur-Orge l Saint-Michel-sur-Orge l Morsang-sur-Orge l Fleury-Mérogis Villemoisson-sur-Orge

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail