PRIORITE AU DYNAMISME ECONOMIQUE DE PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRIORITE AU DYNAMISME ECONOMIQUE DE PARIS"

Transcription

1 PRIORITE AU DYNAMISME ECONOMIQUE DE PARIS Nos paris pour Paris Communication de Monsieur Bernard IRION, Madame Cécile ANDRE-LERUSTE et Monsieur Patrice BERGEN à l Assemblée Générale de la CCI Paris du 13 décembre 2013, au nom de la Commission «Développement Economique»

2 Cette étude a été réalisée par la commission «Développement économique» de la CCI Paris, installée en mai 2013 et présidée par Bernard IRION. La commission est composée de Cécile ANDRÉ-LERUSTE (vice-présidente), Patrice BERGEN (vice-président), Gérald BARBIER, Marcel BÉNEZET, Gilles CAMBOURNAC, Dominique DAMON, Jean-Michel DELISLE, Arnould d HAUTEFEUILLE, Léon-Bernard KREPPER, Jacques MABILLE, Olivier MELLERIO, Dominique RESTINO et Nelly RODI, tous chefs d entreprises et membres élus ou associés de la CCI Paris. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION A / UNE DYNAMIQUE, DES CONTRASTES, DES INQUIETUDES Quel état des lieux de l économie parisienne? A-1 / Une population qui croit, des emplois en légère baisse et de plus en plus qualifiés, des disparités qui perdurent A-2 / Un tissu d entreprises plutôt jeunes, «internationalisées», souvent innovantes, majoritairement ou de petite taille ou de très grande taille p 7 p 8 p 16 A-3 / Toute la chaîne de l innovation présente à Paris p 25 A-4 / L affirmation de quatre grands ensembles d activité, «ADN» de l économie parisienne : fonctions métropolitaines, économie numérique, économie locale et touristique, industries culturelles et créatives A-5 / Une pénurie de logements, un parc de bureaux diversifié et des zones d aménagements qui couvrent 10% du territoire A-6 / Des difficultés de circulation, de stationnement et de livraisons qui «impactent» l activité de Paris p 28 p 42 p 46 A-7 / Le rôle moteur de Paris dans le rayonnement international de la métropole p 47 B / UN NOUVEL HORIZON POUR PARIS Quelle vision de l économie parisienne? p 50 B-1 / La matrice «Atouts, faiblesses, opportunités, menaces» pour Paris p 51 B-2 / Trois scénarios d évolution de l économie parisienne p 52 C / NOS Pari(s) POUR PARIS Quelle mobilisation en faveur du dynamisme économique de Paris? p 54 C-1 / Le Pari(s) des entreprises p 55 C-2 / Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces p 63 C-3 / Le Pari(s) du tourisme et de la création p 67 C-4 / Le Pari(s) du numérique p 71 C-5 / Le Pari(s) du Grand Paris et de l international p 74 CONCLUSION p 78 TABLEAU SYNTHETIQUE DES PROPOSITIONS p 79 REMERCIEMENTS P 94 ANNEES p 95 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 3

4 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 4

5 INTRODUCTION Paris possède de nombreux atouts. Capitale de la France, elle est aussi le cœur d une grande métropole mondiale, l une des deux plus grandes d Europe, avec Londres. Or aujourd hui, les métropoles jouent un rôle primordial dans la dynamique économique. Ce sont elles qui structurent l économie. C est aussi un territoire très productif où les revenus d activité prédominent, ce qui, dans un contexte de contrainte forte et durable des budgets publics et sociaux, rend Paris (et sa région) moins dépendant que d autres territoires des transferts de revenu. Paris montre d ailleurs une forte résilience : l activité y est moins déprimée, le chômage un peu moins élevé, les créations et les nouvelles implantations d entreprises plus nombreuses que dans de nombreux autres territoires français. Cette situation apparemment favorable doit beaucoup aux atouts intrinsèques de Paris et de la région parisienne : un patrimoine architectural et culturel exceptionnel, une concentration parmi les plus élevées au monde d emplois très qualifiés, de sièges d entreprises créatrices de forte valeur ajoutée et d activités emblématiques d une grande capitale, dont celles liées aux secteurs du luxe et du tourisme. Il apparait cependant que le dynamisme économique parisien est en retrait, comparé à celui de certaines autres métropoles concurrentes, comme Barcelone ou Londres et plus encore relativement aux villes asiatiques (Hong Kong, Singapour, Tokyo, Shanghai ). Le défi pour Paris est de réussir à renouveler la «rente» dont elle profite encore aujourd hui du fait de son capital d innovation accumulé depuis la fin du 19 ème siècle (expositions universelles, importants réseaux viaire, d assainissement, d eau, de transport ). Il lui faut créer de nouvelles valeurs et devenir une capitale numérique, une «smart city»- ce qu elle a commencé à faire- en devant veiller néanmoins à ne pas se faire distancer par d autres. Or, l on estime que 30% de la croissance de l économie française de demain viendra du numérique : c est dire l importance de l enjeu. Le dynamisme encore insuffisant de Paris est un handicap pour la métropole et la région auquel le projet du Grand Paris - qui est venu heureusement corriger les orientations peu propices à la croissance économique du projet de SDRIF de apportera une réponse partielle. La dimension métropolitaine le Grand Paris - est, en effet, essentielle pour retrouver le chemin de la croissance, mais le rôle de Paris dans cette ambition ne l est pas moins. Comment articuler au mieux le développement du cœur de la métropole, où le foncier est rare et donc cher avec le développement des autres territoires de la métropole? Comment favoriser les synergies entre les territoires? Quel doit être le positionnement spécifique de Paris «intra-muros»? Paris ne doit-il pas d abord compter sur ses propres forces pour renforcer son dynamisme économique, lequel se diffusera au sein de la métropole et de la région tout entière et fera que les investissements considérables en infrastructures du Grand Paris auront les effets escomptés de catalyseurs de croissance? Voilà quelques-unes des questions auxquelles cette étude tente d apporter des réponses. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 5

6 Les entreprises parisiennes, acteurs directs du développement économique de la capitale, se heurtent à des obstacles divers qui constituent autant de freins à leur expansion. Sont en cause de multiples facteurs parmi lesquels la contrainte foncière et le montant des loyers, les difficultés qu éprouvent les salariés à se loger dans Paris ou à proximité, l insécurité croissante pesant particulièrement sur les commerces, la dégradation des conditions de déplacement dans la capitale, les difficultés logistiques croissantes (stationnement, livraisons ), la lourdeur des charges et des impôts. Le secteur du tourisme, particulièrement porteur, est certes en croissance mais pâtit du plafonnement de la durée des séjours des visiteurs. L amélioration de l accueil, de l insuffisante propreté souvent dénoncée de la capitale, ou encore des problèmes de sécurité qui ont pu se poser depuis quelques années, pourrait encourager les touristes à séjourner plus longtemps. L organisation de la circulation et du stationnement des autocars de tourisme est également perfectible. De manière plus générale, la CCI Paris pense que le renforcement du dynamisme économique parisien et, ce faisant de l emploi, de la qualité de la vie et de l attractivité de la capitale, passe, d une part, par une meilleure prise en compte des besoins et du point de vue des entreprises par les pouvoirs publics, en premier lieu par la Ville de Paris et, d autre part, par une politique d appui plus ambitieuse, ciblée notamment sur les PME-TPE, à laquelle notre compagnie consulaire est prête à apporter ses compétences, ses moyens et son engagement. En tout état de cause, la stratégie économique pour Paris, soutenue par le CCI Paris dans cette étude, s inscrit en cohérence avec les objectifs économiques 1 du Grand Paris auxquels la CCI Paris Ile-de-France apporte son plein soutien. 1 La CCI Paris Ile-de-France soutient pleinement l objectif du projet du Grand Paris de placer la région-capitale sur un sentier de 3,5 à 4% de croissance par an d ici 2030, de créer dans les 20 ans à venir 40 à emplois par an en moyenne et de construire logements par an (SGP 2010 «le dossier du maître d ouvrage. Le réseau de transport public du Grand Paris»). A titre de comparaison, le Grand Londres prévoit la création de plus de emplois supplémentaires par an d ici 20 ans («London Plan, spatial development strategy for Greater London» Mayor of London 2011). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 6

7 A / UNE DYNAMIQUE, DES CONTRASTES, DES INQUIETUDES Quel état des lieux de l économie parisienne? CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 7

8 A-1 / Une population qui croit, des emplois en légère baisse mais de plus en plus qualifiés, des disparités qui perdurent Paris compte, au 1 er janvier 2010, 2,24 millions d habitants sur 105 km 2 et affiche en conséquence une densité de population particulièrement élevée ( habitants au km 2 ), soit plus du double de celle de l Inner London 2 (9 600 habitants au km 2 ). La population parisienne continue à être caractérisée par une forte proportion de jeunes adultes Les ans sont nettement surreprésentés à Paris sous l effet essentiel d un échange migratoire caractéristique d un centre métropolitain. Les arrivants sont plutôt des jeunes actifs diplômés, ou en voie de l être, pour étudier ou débuter leur carrière et les partants des ménages actifs avec enfants souvent issus des classes moyennes, ou encore des retraités. 29,0% 27,0% 25,0% 23,0% 21,0% 19,0% Part des jeunes âgés de 20 à 35 ans 17,0% Paris Ile de France France Source : Insee-Recensement 2 Périmètre comparable à Paris intra muros comprenant les 7 boroughs centraux (City of London, Westminster, Camden, Islinton, Hackney, Tower Hamlets, Kensington et Chelsea) CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 8

9 2002T1 2002T3 2003T1 2003T3 2004T1 2004T3 2005T1 2005T3 2006T1 2006T3 2007T1 2007T3 2008T1 2008T3 2009T1 2009T3 2010T1 2010T3 2011T1 2011T3 2012T1 2012T3 2013T1 La hausse du taux de chômage ces 5 dernières années a été à Paris moins importante que sur le reste du territoire Le taux de chômage parisien se situe en dessous du taux national depuis début 2008 avec un écart qui se creuse depuis et se situe, depuis 2012, en dessous du taux régional. Evolution du taux de chômage à Paris, en Ile-de-france et en France en % de la population active, séries révisées et corrigées des variations saisonnières 11,0 10,0 9,0 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0 10,5 % 9,1% 8,9% Paris Ile-de-France France métropolitaine Source : Insee Le niveau de vie moyen élevé des ménages parisiens cache des profils socio-économiques contrastés Le revenu médian parisien est 1,15 fois supérieur à celui de l ensemble des franciliens et 1,34 supérieur à celui des français. L écart s explique par un nombre d habitants hautement qualifiés et des revenus mobiliers plus fréquents et plus élevés. Il a, de plus, davantage progressé, entre 2001 et 2010, à Paris qu en Ile-de-France (+25% contre +22%). Mais Paris présente des disparités entre l Est et l Ouest qui se prolongent d ailleurs au-delà du périphérique. Les revenus médians des ménages (par unité de consommation 3 ) habitant les 6 ème, 7 ème,8 ème et 16 ème arrondissements atteignent des niveaux très élevés tandis que ceux des 10 ème, 18 ème, 19 ème et 20 ème sont particulièrement bas. Les disparités ont, par ailleurs, eu tendance à se renforcer entre 2006 et Cartographie APUR 3 Unité de consommation : permet de comparer les niveaux de vie des ménages de taille et de composition différente (1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de plus de 14 ans et 0,3 UC pour les personnes de moins de 14 ans). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 9

10 Les demandeurs d emploi sont de même inégalement «répartis» dans Paris. Les 10 ème, 11 ème, 18 ème, 19 ème et 20 ème arrondissements accueillent près de 50% des demandeurs d emploi. Les 18 ème, 19 ème et 20 ème en regroupent à eux seuls 34%. Le nombre de bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) a progressé à Paris en 2012 par rapport à 2011, mais de façon moins soutenue que dans le reste de l Ile-de-France foyers parisiens ont bénéficié du RSA à Paris, soit 21% des bénéficiaires en Ile-de-France. Le nombre de bénéficiaires a progressé de 1,7% à Paris alors que la hausse a été de 5,1% sur l ensemble de l Ile-de-France. Paris emploie 68% de sa population résidente et reste aussi un pôle d emploi pour les actifs franciliens Les Parisiens sont nettement plus nombreux à travailler dans Paris ( ) qu en dehors. En revanche, si actifs travaillent et habitent ainsi Paris, un peu plus de 1 million y travaille sans y habiter. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 10

11 Paris connait depuis 10 ans une croissance de sa population et une très légère baisse de ses emplois Paris a retrouvé une croissance démographique entre 1999 et 2010 (+0,5% en moyenne annuelle) sous l effet d un solde naturel positif (+0,8%). La capitale accuse encore, en revanche, un déficit migratoire (-0,3% dû au solde entrées-sorties), néanmoins moins soutenu que sur la période (-0,7%). 1,0% 0,8% 0,6% 0,4% 0,2% 0,0% -0,2% -0,4% -0,6% -0,8% Evolution de la population à Paris variations annuelles moyennes évolution globale due au solde naturel due aux entrées sorties 1990 à à 2010 Source : Insee-recensement Le retour à l augmentation du nombre de résidents constaté entre 2001 et 2006 s est renforcé. La hausse moyenne est passée de 0,4% entre 2001 et 2006 à 0,7% entre 2006 et La croissance annuelle moyenne a par ailleurs été plus importante à Paris sur cette dernière période que sur l ensemble Paris-petite couronne (+0,6%) ainsi que sur l ensemble de l Ile-de- France (+0,5%). Du côté de l emploi, un retournement de tendance est observé. L emploi a progressé de 0,2% en moyenne annuelle entre 2006 et 2011 après une baisse de 0,4% entre 2001 et La courbe de l emploi, dépendant de la conjoncture, est ainsi plus fluctuante que celle de la population. Evolution de la population et des emplois à Paris emplois salariés et non salariés population Source : Insee Paris affiche le taux d emploi (ratio des emplois au lieu de travail sur le nombre d actifs résidants dans ce même lieu) le plus élevé d Ile-de-France (1,47). Ce ratio illustre la forte attractivité en termes d emplois de la capitale. Mais cette forte concentration des emplois, plus importante encore que celle des actifs, entraîne de nombreux déplacements domiciletravail. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 11

12 Le taux d emploi est, par ailleurs, inégalement réparti à Paris. Très élevé dans les quartiers d affaires (1 er, 2 ème, 8 ème, 9 ème ), il apparait en revanche faible dans les arrondissements périphériques du nord-est (11 ème, 18 ème, 19 ème, 20 ème ). Le poids de Paris en Ile de France en termes d emploi et d habitant ne recule plus La perte relative du poids de Paris «intra-muros» en Ile-de-France en termes d emplois et de résidants s est interrompue en La part de la population parisienne dans l Ile-de-France est en effet de 19% en 2009 contre 18,9% en 2006 et 19,4% en De même la part de l emploi salarié et non salarié retrouve le niveau de 1999 (31,7%) après avoir été de 31,6% en ,0% 19,5% 19,0% 18,5% 18,0% 17,5% 17,0% 16,5% 16,0% Population : part de Paris en Ile-de-France Source : RP-Insee 40,0% 38,0% 36,0% 34,0% 32,0% 30,0% 28,0% 26,0% 24,0% 22,0% 20,0% Emploi : part de Paris en Ile-de-France Source : RP-Insee CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 12

13 La population et les emplois continuent à être de plus en plus qualifiés à Paris Le poids des emplois de cadres et professions intellectuelles supérieures a continué à augmenter à Paris entre 2006 et 2009 tandis que le recul de celui des employés et ouvriers s est nettement poursuivi. La même tendance est observée pour la population résidente. Parts des cadres et professions intellectuelles supérieures à Paris 50,0% 45,0% 40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% emplois actifs résidents Source : Insee-Recensements Parts des employés et ouvriers à Paris 50,0% 45,0% 40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% emplois actifs résidents Source : Insee-Recensements La très légère baisse du nombre d emplois observée à Paris entre 2001 et 2010 masque des évolutions différenciées Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) Industrie construction tertiaire marchand tertiare non marchand Source Insee-chiffres 2010 provisoires Les emplois tertiaires marchands qui représentent près de 7 emplois parisiens sur 10 ont très légèrement baissé entre 2006 et Les emplois tertiaires non marchands (25% du total) connaissent quant à eux une légère croissance. La baisse des emplois industriels s est par ailleurs poursuivie. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 13

14 Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) La croissance de l emploi non salarié (6,5% de l emploi total) se poursuit entre 2006 et 2010 et de façon encore plus soutenue que sur la période d observation précédente. salariés non salariés Source Insee-chiffres 2010 provisoires Evolution par grands secteurs d activité Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) commerce transport-entreposage Source Insee-chiffres 2010 provisoires Le recul du nombre d emplois dans le commerce (de gros et de détail) et plus encore dans le secteur du transport-entreposage, déjà observé à Paris sur la décennie précédente, s est poursuivi au même rythme entre 2006 et 2010 que sur la période d observation précédente ( ). Ce recul n est pas en corrélation avec le nombre de commerces (de détail) qui lui reste stable depuis plusieurs années Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) hébergement-restauration activités de services (arts, activités récréatives, services à la personne ) Source Insee-chiffres 2010 provisoires Le secteur de l hébergementrestauration voit son nombre d emplois se stabiliser depuis 2007 après une forte augmentation amorcée dès Les activités de services : arts, spectacles, activités récréatives, organisations associatives, services de proximité (réparation, soins de beauté, blanchisserie ), services à la personne (activités des ménages en tant qu employeur ), quant à elles, bénéficient d une forte augmentation de l emploi. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 14

15 Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) activités scientifiques et techniques information et communication Source Insee-chiffres 2010 provisoires En forte hausse entre 1997 et 2001, puis en baisse jusqu en 2003 / 2004, le nombre d emplois s est stabilisé depuis 2005 / 2006 dans les activités spécialisées scientifiques et techniques (activités juridiques, comptables, d architecture et d ingénierie, de gestion, R&D ) comme dans le secteur information et communication (édition audiovisuelle, diffusion, télécommunications, activités informatiques et services d information ) Evolution de l'emploi à Paris (base 100 en 2001) Après une reprise en 2006 et 2007, l emploi dans les activités financières et d assurance poursuit sa baisse. Les activités immobilières, en revanche, connaissent une hausse du nombre d emplois depuis activités financières et d'assurance activités immobilières Source Insee-chiffres 2010 provisoires La tendance à la baisse de la taille moyenne des établissements parisiens se confirme Le lien distendu entre l évolution du nombre des emplois et des établissements se confirme. Paris continue à compter davantage d établissements avec une accélération depuis 2009 (date de la mise en place du statut d auto-entrepreneur) alors que le nombre d emplois total est en très légère diminution sur la même période. Cette tendance s observe également sur le reste de l Ile-de-France mais avec un écart mois marqué. Evolution du nombre d'emplois et d'établissements à Paris (base 100 en 2001) nombre d'établissements nombre d'emplois Source : Insee-chiffres emplois 2010 provisoires CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 15

16 A-2 / Un tissu d entreprises plutôt jeunes, «internationalisées», souvent innovantes, majoritairement ou de petite taille ou de très grande taille Paris reste un berceau de la création d entreprise mais son importance relative s érode Le nombre de créations d entreprises reste élevé à Paris. Il représente encore, en 2012, 34% du nombre total de créations d entreprises en Ile-de-France et 40% des créations hors auto-entreprenariat (statut mis en place le 1 er janvier 2009). Mais en 2007 (avant la mise en place du statut d auto-entrepreneur), cette part était encore plus élevée (37%) et davantage encore en 2001 avec 43%. La «densité» de création (nombre de créations enregistrées rapporté au nombre d habitants) reste particulièrement élevée à Paris avec, en 2012, 204 créations pour habitants contre 113 en Ile de France. En revanche, les créations d entreprise hors auto-entreprenariat ont connu, après une année 2010 particulièrement dynamique, un tassement en 2011 comme en Ile-de-France suivi d un recul plus marqué en Le choix de l auto-entreprenariat a été moins important à Paris que sur le reste du territoire. 46% des créateurs ont opté pour ce statut dans la capitale contre 57% en Ile-de-France (hors Paris) et 58% en France (hors Ile-de-France). Les créations d entreprises individuelles ont perdu en importance depuis la mise en place du statut d auto-entrepreneur (11% en moyenne du total y compris les auto-entrepreneurs entre 2009 et 2012 contre 31% en moyenne sur la même période, avant la mise en place du statut d auto-entrepreneur). Les créations de sociétés (44% du total) qui avaient connu de leur côté une progression annuelle moyenne de 4% entre 2001 et 2007 (+10% sur le reste du territoire francilien) sont restées stables entre 2010 et 2012 comme dans les autres départements franciliens. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 16

17 Nombre de créations à Paris auto-entrepreneurs sociétés entreprises individuelles Insee A Paris, la création d entreprise se concentre de plus en plus dans les activités scientifiques et techniques Les deux premiers postes de créations d entreprises à Paris sont les activités financières et d assurance et les activités scientifiques et techniques (activités juridiques et comptables, gestion, architecture, ingénierie, publicité, études de marché, activités spécialisées de design ). L importance en Ile-de-France des activités scientifiques et techniques est en croissance continue alors qu elle est en baisse dans la finance en La part du secteur de l industrie et de la construction continue de son côté à reculer. Parts en Ile-de-France des créations d'entreprises à Paris 60% 50% 40% 30% 20% 10% activités financières activités scientifiques et techniques services en direction des particuliers autres services aux entreprises activités de type commerce industrie et construction Source : Insee La «régénération» du tissu économique parisien continue de s essouffler Bien que les créations d entreprises soient davantage tournées à Paris vers les secteurs où les entreprises sont les plus pérennes (services spécialisés), les entreprises parisiennes connaissent, selon l enquête SINE 4 de l Insee, le même taux de survie, trois ans après leur création, qu en Ile-de-France (63%). Mais cette spécialisation apparaît particulièrement créatrice d emplois, les entreprises qui survivent à Paris au bout de 3 ans participant à la moitié des créations d emplois des entreprises pérennes de la région. L enseignement, la santé et l action sociale (notamment les organismes de soutien scolaire à domicile) et les activités scientifiques et techniques sont les secteurs les plus générateurs d emplois parmi les créations à Paris. 4 Dispositif SINE (Système d'information sur les nouvelles entreprises) : analyse du profil du créateur, des conditions de démarrage et de développement des nouvelles entreprises, les problèmes rencontrés lors de leurs cinq premières années d existence et les effets sur l'emploi. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 17

18 Le taux de création (nombre de créations rapporté au nombre d entreprises existantes) a nettement progressé à Paris en 2009 et 2010 avec la création du statut d auto-entrepreneurs. Il a en revanche connu un net recul en 2011 et 2012 tout en se maintenant néanmoins audessus des niveaux atteints entre 2001 et Si le taux de création parisien a suivi les mêmes évolutions que sur le reste du territoire francilien, il est, néanmoins, toujours resté plus faible. 16,00% 14,00% 12,00% 10,00% Taux de création (nombre de créations rapporté au nombre d'entreprises existantes) 8,00% 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% Paris IDF hors Paris Source : Insee Par ailleurs, le renouvellement du tissu productif est plus dynamique dans les arrondissements à la périphérie de Paris et encore davantage au nord-est de Paris. Les défaillances ont connu de leur côté une évolution moins défavorable qu en Ile-de-France. En effet, le nombre de défaillances (qui a progressé entre 2006 et 2009 à Paris comme en Ile-de-France) a davantage baissé en 2010 et 2011 à Paris qu en Ile-de-France, pour se stabiliser en Evolution du nombre de défaillances Paris Ile-de-France hors Paris Source : Banque de France, base Fiben / données brutes CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 18

19 L offre immobilière (privée ou publique) et les services spécifiques à l entreprise naissante se sont considérablement développés à Paris ces dernières années De nombreux incubateurs et pépinières accompagnant les créateurs d entreprises, notamment dans la recherche de financement et l élargissement de leurs réseaux, ont vu le jour à Paris ces dernières années. Ils se distinguent en fonction de leur finalité. Ils sont soutenus par la municipalité, la région ou la CCIR Paris Ile-de-France et sont reliés à des institutions de recherche publique, à des écoles mais également au secteur privé. Depuis 2007, la Ville de Paris a stimulé la création d entreprise en poursuivant la constitution d une offre immobilière et de services dédiés à la naissance des entreprises et à leur développement. La Ville de Paris avait créé, en 2007, 5 incubateurs, 6 pépinières et 5 hôtels d entreprises pour une surface totale de m2. Elle compte atteindre, en 2014, une surface totale de m 2. D ici à 2017, les surfaces pourraient être de m 2 environ en comptant les incubateurs d initiative privée à venir, particulièrement la halle Freyssinet de m 2. Deux incubateurs ont été, par ailleurs, créés récemment à côté de l Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière (ICM) et de l institut de la Vision. Paris Biotech Santé, Agonarov sont des incubateurs portés par le Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche. Le projet Paris Parc 5 de son côté apparaît très ambitieux. La CCIR, quand à elle, anime deux pépinières dans la capitale : Paris Soleillet dans le 20 ème arrondissement, créée en 1989, et Paris République, créée plus récemment, en 2010, dans le 10 ème arrondissement. Plusieurs incubateurs destinés à accompagner les anciens élèves de grandes écoles parisiennesnotamment consulaires- dans leurs projets de création (Paris tech Entrepreneurs, Sciences Po entrepreneurs, Novancia, ESCP Europe, Ecole des Gobelins, les Ateliers de Paris, Ecole Boulle ) ont aussi vu le jour dans la capitale. Le phénomène de réorganisation spatiale des activités en Ile de France et d élargissement du centre économique parisien s est renforcé ces 5 dernières années La crise économique incite encore davantage les entreprises à réduire leurs coûts. En matière immobilière, elles sont attirées par une offre proche de la capitale de plus en plus abondante, de qualité, bien desservie et aux loyers attractifs (voir chapitre A5 sur le thème de l immobilier). Selon DTZ Research 6, le loyer prime moyen est de 535 /m²/an dans Paris intramuros, avec des valeurs allant de 330 /m²/an (arrondissements du Nord-Est) à 820 /m²/an (Paris Quartier Central des Affaires). 5 d'ici à , un espace de m² devrait s'installer au cœur de l'université Pierre et Marie Curie (UPMC) à Paris permettant d accueillir près de 40 entreprises, et autant d'équipes de chercheurs, pour créer l'un des plus grands incubateurs de France. 6 DTZ Insight France-coût des bureaux-2012-attractivité des marchés régionaux-décembre 2012 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 19

20 Un certain redéploiement des emplois avec le reste de la région est ainsi venu apporter des légères modifications aux caractéristiques sectorielles de la capitale qui peuvent être décrites de la façon suivante par degré de spécialisation 7 : des sous-spécialisations à Paris (taux inférieur à 100) avec des activités qui déclinent encore dans le transport-entreposage ou se maintiennent dans l industrie, la construction et le commerce. des spécialisations «moyennes» (taux proche de 100) pour des activités qui se maintiennent dans les activités scientifiques et techniques et les secteurs de l information et communication. des surreprésentations (taux supérieur à 100) dans des secteurs qui décroissent nettement comme les activités financières et d assurance, ou se maintiennent comme dans l hébergement-restauration ainsi que dans les activités de services (arts, spectacles, activités récréatives, organisations associatives, services de proximité (réparation, soins de beauté, blanchisserie ), services à la personne (activités des ménages en tant qu employeur ). Indices de spécialisation (part de l'emploi parisien du secteur d'activité dans l'emploi total rapportée à la part régionale) Source : Insee Le solde des transferts d entreprises avec Paris est déficitaire depuis au moins 10 ans En 2012, le solde migratoire des entreprises reste déficitaire à Paris avec la petite couronne (déficit qui se creuse avec la Seine-Saint-Denis) et la province. Le nombre moyen des entrées, sorties et transferts internes d établissements ont, par ailleurs, notoirement augmenté ces 3 dernières années (4 430 entrées en moyenne sur les 3 dernières années contre entre 2000 et 2009, sorties contre et transferts internes contre ) Soldes des transferts d'établissements avec Paris Source : Insee 7 L indice de spécialisation permet de mesurer si un secteur d activité constitue une spécialité d une zone géographique donnée, en comparant son importance relative dans d autres zones. Si le secteur représente par exemple 15 % des emplois dans la zone A et 10 % dans la zone B, on dira que l indice de spécialisation de la zone A est de 150 relativement à la zone B. Si les parts relatives du secteur sont les mêmes, alors il n y a aucune spécialisation particulière et l indice est de 100. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 20

21 Les établissements qui quittent Paris s installent majoritairement dans les communes de la petite couronne limitrophes de Paris, tendance qui s est renforcée entre 2000 et 2012 notamment au nord. Plusieurs types de stratégies d implantations ont été observés ces dernières années Les entreprises font le choix 8 soit de transférer une partie de l entreprise hors de Paris sur des sites si possible reliés par une grande infrastructure (RER, Métro, tramway ) à leur siège maintenu à Paris, soit (et ceci a été observé récemment) de transférer hors de Paris la totalité de l entreprise y compris son siège en regroupant des activités disséminées auparavant sur plusieurs sites. Elles peuvent aussi choisir de se maintenir ou de s installer 9 dans Paris (notamment dans le Quartier Central des Affaires de Paris), malgré le coût élevé du foncier, souvent dans des bâtiments historiques rénovés, pour des raisons d image, et afin de se trouver au cœur d une des principales places d investissement dans le monde, de recrutement, de bonne desserte ou de qualité de vie. On notera aussi que le quartier central des affaires de Paris a tendance à s étendre (et cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines années), au-delà de la Seine vers le 7 ème arrondissement, attractif notamment pour la qualité de son bâti Voir diversité des stratégies d implantation des entreprises en annexe du présent document 9 Si les entreprises pour la plupart internationales du secteur du luxe, des assurances, des activités juridiques, du conseil continuent à s implanter dans le centre économique traditionnel de la capitale, prêtes à payer le prix fort, les acteurs internationaux de la nouvelle économie commencent aussi à y trouver leur place notamment dans le triangle Opéra- Madeleine-Saint Lazare. Ils y installent leur siège pour profiter d un quartier prestigieux de renommée mondiale présentant des facilités d accès (gare Saint Lazare et ses nombreuses lignes de métro, RER A et E, bus...) retenant les salariés et attirant les «talents». 10 La libération par les services de l Etat d immeubles, souvent prestigieux (notamment les m2 libérés après le départ du ministère de la Défense dans le 15ème arrondissement, les locaux libérés par le Conseil Régional ou autres lieux similaires) viendraient par ailleurs apporter une offre supplémentaire très appréciée par les entreprises internationales en recherche de lieux historiques renommés-voir exemples en annexe du présent document. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 21

22 Porté par un secteur tertiaire de plus en plus qualifié, Paris connait une croissance soutenue mais peu créatrice d emplois L écart entre l évolution de l emploi et du PIB s est renforcé depuis Evolution du nombre d'emplois et du produit intérieur brut aux prix courants du marché à Paris (en standard de pouvoir d'achat*) PIB emploi Source : Insee-Eurostat Paris connait une croissance soutenue mais en retrait par rapport à Londres L évolution du produit intérieur brut aux prix courants du marché en Standard de Pouvoir d Achat (SPA) 11 met en évidence une croissance moins importante à Paris qu en Ile-de-France. A l inverse, l Inner London a connu une croissance plus conséquente que le grand Londres. La croissance parisienne a été par ailleurs nettement moins appuyée que celle de l Inner London sur la même période. Evolution produit intérieur brut au prix courants du marché (en standard de pouvoir d'achat*) Ile de France Paris London Inner London Source : Eurostat 11 SPA : unité monétaire artificielle qui élimine des différences de niveaux de prix entre les pays. Un SPA permet ainsi de se procurer la même quantité de biens et de services dans tous les pays. Cette unité permet des comparaisons en volume significatives des indicateurs économiques entre les pays. Les agrégats exprimés en SPA sont calculés en divisant les agrégats à prix courants et en monnaie nationale par les parités de pouvoir d'achat (PPA) respectives. Le niveau d'incertitude caractérisant les prix et les données de comptabilité nationale de base ainsi que les méthodes utilisées pour calculer les PPA impliquent que les différences entre des pays ayant des indices d'une valeur proche ne doivent pas être sur-interprétées. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 22

23 Les exportations parisiennes portent sur quelques produits phares, pour la plupart haut de gamme et les primo-exportateurs sont plus nombreux à Paris qu en région Ile-de-France En écartant les échanges de gaz naturel et d électricité, les principaux produits exportés par les entreprises parisiennes sont par ordre d importance, la joaillerie et la bijouterie, les instruments de musique, les articles d habillement, les parfums, cosmétiques ainsi que les articles de cuir, bagages et chaussures. Il s agit pour la plupart de produits de très grande qualité très prisés par les pays émergents. Les exportations parisiennes ont représenté 17% du montant total francilien en Elles se situent en deuxième position après les Hauts-de-Seine (22,5%). Elles représentent 3% du montant total des exportations françaises. Il est cependant à noter que les ventes à l étranger émanant d entreprises de services dont l activité internationale n est pas négligeable à Paris n entrent pas dans les statistiques du commerce extérieur qui ne comptabilisent que les flux de marchandises. Selon la dernière enquête 12 de conjoncture de la CCI Paris Ile-de-France, 21% des PME parisiennes, interrogées au mois de septembre 2013, ont réalisé un chiffre d affaires à l exportation sur les six derniers mois contre 16% sur l ensemble de l Ile-de-France et 11% en France. Les secteurs les plus gros exportateurs sont l industrie (39%), le commerce de gros (37%) et les sociétés de services (24%). A noter que 19% des commerçants de détail alimentaires ont déclaré avoir réalisé un chiffre d affaires à l exportation (11% sur l ensemble de l Ile-de-France). Paris présente un taux de primo-exportateurs 13 particulièrement élevé (12,9% en 2012). Il est plus important que celui de l Ile-de-France (10,8%) lui-même le plus important en France, devant celui de la région Rhône Alpes (7,8%) et du Nord-Pas-de-Calais (7,7%). Le taux de maintien 14 sur 5 ans y est également de bon niveau (14,2%) mais néanmoins moins élevé que sur l ensemble de la Région Ile-de-France (15,4%) et dans d autres régions en France notamment le Nord-Pas-de-Calais, la Champagne-Ardennes et la Lorraine pour lesquelles le taux est supérieur à 20%. Les primo-exportateurs en ,0% 10,0% 0,0% Ile de France taux de primo-exportateurs taux de maintien des primo exportateurs à 5 ans Paris Source : Douanes 12 Enquête d opinion de conjoncture réalisée auprès de 900 PME parisiennes du 9 au 27 septembre 2013 par Médiamétrie pour le compte de la CCI Paris Ile de France. 13 Les primo-exportateurs sont les sociétés dont le siège se situe dans le département et qui ont effectué des exportations en 2012 pour la première fois depuis 5 ans. 14 Le taux de maintien des primo-exportateurs à 5 ans représente la part des primo-exportateurs de 2007 présents chaque année jusqu en 2012 inclus. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 23

24 L aire urbaine de Paris constitue un des pôles majeurs pour les entreprises multinationales L importance de Paris et de sa région dans les réseaux mondiaux d entreprises multinationales est, avec Londres et New York, l une des plus grandes au monde. 89% des sièges des multinationales franciliennes sont concentrés 15 dans les pôles tertiaires d Ile-de-France (la part est de 58% pour l ensemble des entreprises), attirées par la qualité des infrastructures, de la main d œuvre et du cadre de vie. C est ainsi que 43% d entre eux sont implantés dans la capitale, dont 12% dans le 8 ème arrondissement. Les Hauts-de-Seine (La Défense) concentrent par ailleurs 31% des sièges de multinationales. Ces multinationales font de Paris et sa région la seconde métropole du monde, après Londres, pour le nombre total des liens tissés (de possession et de filiation) en Ile-de-France et dans le monde 16. Selon l Insee 17, la région Ile-de-France comptait, en 2010, établissements et emplois contrôlés par des groupes étrangers. Ces établissements sont essentiellement concentrés à l ouest de la région et dans la zone aéroportuaire de Roissy. Paris en compte (30% du total francilien) et emplois (22% du total francilien) 18. Mais Paris est aussi le département d Ile-de-France pour lequel la part des établissements et des emplois dépendant d un groupe étranger est la plus faible (respectivement 4% et 12%). La capitale concentre un peu plus de la moitié des entreprises du CAC entreprises du CAC 40 ont, en 2012, leur siège situé dans Paris intra-muros, la plupart dans le Quartier Central des Affaires. 11 sont par ailleurs implantées dans les Hauts de Seine, dont 3 à la Défense et 1 dans le Val-de-Marne. Ce sont toutes des multinationales présentes dans le monde entier et qui exercent une influence très importante sur l économie régionale et nationale. Ces entreprises implantées à Paris relèvent de l énergie (Air Liquide, EDF, Technip), de l aéronautique (Safran), de l agro-alimentaire (Danone, Pernod-Ricard), du BTP (Bouygues), des services collectifs (Véolia Environnement), de la pharmacie (Sanofi), de l immobilier (Unibail Rodamco), de l informatique-télécommunications (Capgemini, Orange, Vivendi), de la banque-assurance (Axa, BNP Paribas, Société Générale), de l hôtellerie (Accor), de la publicité (Publicis Groupe) ou du luxe (Kering anciennement PPR, L Oréal, LVMH). 15 IAU-Note Rapide Economie-n 622-Pouvoirs et attractivités de l aire urbaine de Paris dans les réseaux mondiaux d entreprises multinationales-mai Comparaison internationale du rayonnement et de l attraction de L Ile-de-France (voir annexe)- Comme dans la plupart des grandes villes, les liens de possession (siège en Ile-de-France et filiale hors Ile-de-France) sont, à Paris et sa région, plus nombreux que les liens de filiations (siège hors Ile-de-France et filiale en Ile-de-France). 17 Insee- Ile-de-France à la page-novembre 2013-«un emploi francilien sur six dépend d un groupe étranger» 18 Exemples : Accenture, grand groupe américain dans le conseil en systèmes et logiciels informatiques (entre et salariés) installé dans le 13 ème arrondissement. Pfizer, grand groupe américain dans le commerce de gros de produits pharmaceutiques (entre et salariés) installé dans le 14 ème arrondissement. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 24

25 Paris comptait 23 sièges d entreprises du CAC 40, il y a 5 ans. Le siège de GDF SUEZ a quitté Paris pour la Défense et celui du Crédit Agricole pour Montrouge. Par ailleurs, le siège de Publicis, suite à la fusion avec Omnicom devrait être prochainement transféré aux Pays Bas. Localisation des sièges des entreprises du CAC 40 en 2012 province ( 3) Val de Marne (1) étranger (4) Hauts de Seine (11) Paris ( 21) A-3 / Toute la chaîne de l innovation est présente à Paris Paris, «ville monde» constitue un territoire favorable à l innovation. Il réunit l ensemble de la chaîne de l innovation : Une forte présence d investisseurs Paris compte de nombreux fonds d investissement et entreprises de conseil en capital investissement, pour la plupart implantés dans le Quartier Central des Affaires caractérisé par une forte présence de donneurs d ordre et de grands comptes. La présence marquée de ces entreprises vient faciliter les mises en relation entre grands comptes, PME et TPE et favorise le développement de partenariats. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 25

26 Une puissance scientifique et technologique L université, la recherche et l innovation entretiennent des relations étroites à Paris et portent une véritable dynamique pour la capitale, avec notamment la présence de pôles importants dans les domaines biotechnologique et médical. Paris compte étudiants ( en Ile de France), 8 universités (17 en Ile de France) et plusieurs dizaines de grandes écoles. Alors que la plupart des centres de recherche et d enseignement sont éloignés du centre de Londres (Oxford, Cambridge), ils sont, en revanche, très bien implantés dans Paris intra-muros, dans le traditionnel «quartier latin» (5 ème et 6 ème arrondissement) qui se prolonge maintenant jusqu au 13 ème arrondissement (campus universitaire Paris Diderot inauguré en 2007 dans la ZAC Paris Rive Gauche sur m 2 qui accueille aujourd hui étudiants). Un nouveau pôle situé sur Paris et Aubervilliers va, par ailleurs, émerger à l horizon 2018 avec l installation du campus Condorcet sur une surface totale de m 2 ( m 2 à Paris-porte de la Chapelle et m 2 à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis). Paris compte, par ailleurs, de nombreux instituts de recherche de pointe, adossés pour la plupart, à de grands pôles scientifiques parisiens, dans les domaines biotechnologique et médical notamment. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 26

27 Des lieux d accueil de plus en plus nombreux pour le développement d entreprises innovantes Paris compte de plus en plus de structures 19 pour l accueil et le développement d entreprises innovantes (incubateurs, pépinières, hôtels d activité ). Elles sont souvent spécialisées, de taille plus ou moins importante et pour la plupart d initiative publique. Les initiatives privées sont cependant nombreuses, bien qu elles rencontrent des difficultés pour trouver un équilibre financier, dans un contexte de prix élevé du foncier et de concurrence du public. Des plates-formes collaboratrices ou «lieux de coworking» se multiplient également à Paris. Elles offrent des lieux accessibles dans un contexte de coût élevé de l immobilier. Il existait déjà la possibilité de louer des bureaux à la journée (centres d affaires), mais ces nouveaux espaces offrent des occasions d échanges (espaces décloisonnés), d événements organisés sur place favorisant l émergence de projet, de partenariat, d entre-aides. Exemples : la Cantine/Numa (2 ème ), Remix Coworking (3 ème ), Mozaic Coworking (9 ème ), Lawomatic (10 ème ), la Ruche (10 ème ), le tank (11 ème ), la Manufacture (12 ème ), Soleilles Cowork (12 ème ), SW Start Way (16 ème et 20 ème ), Studios Singuliers (18 ème ), BGE coworking (18 ème arrondissement), la Mutinerie (19 ème ), Une offre immobilière diversifiée à Paris propice à l innovation Paris offre la possibilité de trouver à la fois des surfaces propices à la création, notamment dans des bâtiments industriels reconvertis (anciens ateliers de fabrication dans le quartier du Sentier notamment ) et des sites prestigieux confortant l image de l entreprise au plan international. 19 Liste des Principaux accélérateurs, incubateurs, pépinières, hôtels d activité à Paris en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 27

28 Une qualité de vie attractive pour les «talents» et un brassage culturel favorable à l innovation La qualité de vie, que ce soient les infrastructures de transports en commun, le niveau et la diversité des équipements culturels, la qualité et le nombre des commerces et des restaurants, contribue à attirer les créateurs de start up. Paris, haut lieu de la culture, de la mode, de la création artistique et du design favorise, par ailleurs, la créativité et l innovation. De nombreux acteurs institutionnels ou associatifs 20 dédiés à l innovation On peut citer notamment Silicon Sentier, le Laboratoire Paris Région Innovation (PRIL), l échangeur PME-Paris Ile de France (créé par la CCIR Paris Ile-de-France), le Cluster Capital Games, le SPL Paris Mix, l agence Paris Développement, le pôle de compétitivité mondial Finance innovation, le pôle de compétitivité Cap Digital Paris Region, Syntec Numérique. A-4/ L affirmation de quatre grands ensembles d activité, «ADN» de l économie parisienne : fonctions métropolitaines, économie locale et touristique, économie numérique, industries culturelles et créatives L'économie parisienne repose encore en 2013 sur des activités variées qui répondent à la fois à des fonctions productives ou résidentielles. Mais elle peut cependant se décrire à travers quatre grandes «filières» d activité spécifiques couvrant chacune des secteurs économiques diversifiés et agissant en complémentarité les unes avec les autres. Ainsi, par exemple, l essor de l économie numérique peut-il soutenir certaines activités financières ou de création. Souvent emblématiques de la place de Paris, ces quatre filières (activités financières et «métropolitaines» / économie numérique / économie locale / industries culturelles et créatives) sont créatrices de richesse et d'emplois et source de croissance. Elles sont au cœur de l identité parisienne. Paris est structurée par des fonctions caractéristiques d un centre métropolitain d envergure mondiale Les activités financières, de conseil, de gestion, juridiques et comptables, immobilières ainsi que les prestations intellectuelles et fonctions de décision sont très présentes à Paris. Ces activités se caractérisent par une forte création de valeur ajoutée et une forte ouverture internationale. L accès à une main-d œuvre qualifiée, la proximité des centres de décision (institutionnels et privés), le prestige d une adresse parisienne ainsi que l excellente accessibilité (aéroports, TGV, transports en commun) sont des facteurs qui contribuent à renforcer le regroupement de ces activités à Paris et plus particulièrement dans le Quartier Central des Affaires et ce, malgré le coût élevé de l immobilier. Ces activités se singularisent par des emplois de haute qualification aux salaires élevés. Elles structurent l économie de Paris, renforcent son attractivité et favorisent l implantation de TPE/PME et de start-up qui ont besoin de la proximité des donneurs d ordre. 20 Descriptif en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 28

29 Ces activités représentent plus du quart (26%) du total des emplois parisiens en 2012 dont 9% dans les activités financières et d assurance, 14% dans les activités scientifiques et techniques (activités juridiques et comptables, de conseil de gestion, d architecture et d ingénierie, de recherche et développement et d études de marché) et 3% dans les activités immobilières. Cette part a légèrement diminué entre 2006 et 2012 alors qu elle avait connu une progression entre 2001 et Cette baisse est essentiellement due aux activités financières et d assurance dont les emplois de back office, mais aussi plus récemment des sièges sociaux qui ont été transférés en proche couronne. 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% Part dans l'emploi total à Paris 0,0% Activités spécialisées, scientifiques et techniques Activités immobilières Activités financières et d assurance Source : Insee La primauté de la capitale reste néanmoins très affirmée dans le domaine financier. La Banque de France dont le siège a été installé en 1811 dans le 1 er arrondissement, a joué, dès sa création, un rôle central dans le système financier français. Paris concentrait, à la fin du I ème siècle et début du ème, de nombreux sièges sociaux de banques et compagnies d assurance à proximité de la bourse des valeurs (Palais Brongniart). Les emplois à Paris dans le secteur financier et d assurance représentent encore (en 2012) 46% des emplois franciliens dans ce même secteur. La part des emplois dans les activités scientifiques et techniques a, en revanche, progressé sur ces périodes comme dans l ensemble de l Ile-de-France. En 2012, les emplois parisiens dans ces activités représentaient 42% des emplois d Ile-de-France dans ce même secteur. Dans les activités immobilières (de moindre importance en effectifs que les deux activités précédentes), 46% des emplois franciliens se situent à Paris. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 29

30 Paris tient une place centrale dans l économie numérique L économie numérique «traverse» aujourd hui l économie et la société dans leur ensemble : elle concerne autant les différents secteurs économiques qui gagnent en productivité (banque, assurance, automobile, aéronautique, distribution, administration, tourisme ) que le grand public, de plus en plus utilisateur des applications numériques dans ses activités quotidiennes (loisirs, culture, santé, éducation, réseaux sociaux ). L économie numérique ne se limite pas au seul secteur «producteur 21» directement concerné par le numérique (au centre du schéma ci-dessous). D autres activités engendrées par le numérique prennent une importance grandissante (activités «consécutives» autour du noyau central) et sont aussi des acteurs incontournables de l économie numérique. Une approche par code d activité (selon la nomenclature de l INSEE) pour évaluer le poids économique de la filière et de ses composants à Paris donne une estimation imparfaite et d autant plus approximative que le fonctionnement des entreprises dans ce secteur est particulièrement complexe. Aux salariés à plein temps s ajoutent en effet des intérimaires, des stagiaires, des «free-lance», des personnes amenées à travailler dans plusieurs sociétés. Fabrication et commerce de gros d équipements de l information et de la communication, éditions de logiciels, télécommunications, programmation, conseil et autres activités informatiques, services d information, réparation d ordinateurs et d équipements de communication. Activités «consécutives» production de contenus Paris compte, en 2012, établissements dans les activités productives de biens et services directement concernées par le numérique et le nombre d emplois (dont 94% relèvent des services) peut être estimé à L activité se concentre autour des quartiers Opéra- Saint Lazare, du Sentier et du Palais Brongniart. 21 L économie numérique est assimilée dans la statistique publique, aux secteurs qui produisent des biens et services supportant le processus de numérisation de l économie, c est-à-dire la transformation des informations utilisées ou fournies en informations numériques (informatique, télécommunications, électronique ). 22 Voir focus sur l économie numérique en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 30

31 L écosystème numérique parisien est attractif Les start-up de la filière numérique bénéficient à Paris d un territoire parisien favorable à l innovation : proximité des investisseurs pour les levées de fonds, de grands donneurs d ordre et des autres start-up, nombreux acteurs institutionnels dédiés au numérique, très bonne accessibilité, lieux d implantation diversifiés, cadre de vie attractif (commerces, restaurants, cafés et lieux de convivialité en nombre). Elles disposent de lieux d accueil (accélérateurs, incubateurs, pépinières, hôtels d activité, espaces de coworking ) favorisant leur éclosion et leur développement 23. Le quartier du Sentier 24 reste en 2013 un lieu d implantation privilégié pour les établissements. L implantation depuis 2000 de l association Silicon Sentier, rue Montmartre et l installation, fin 2013, de Numa, rue du Caire dans un ancien atelier de confection en est une illustration. Microsoft a inauguré, par ailleurs, en 2013 un nouveau lieu lié au numérique intitulé «Spark» rue du Sentier. La halle Freyssinet 25 devrait accueillir, dès 2017, un millier de start-up sur une surface de m Aldebarian Robotics, entreprise considérée à ce jour comme un leader mondial dans le domaine de la robotique humanoïde, créée à Paris en 2005 et hébergée dans l hôtel d entreprise Paris Innovation Losserand dans le 14ème arrondissement. Criteo, entreprise de reciblage publicitaire, créée à Paris en 2005, hébergée dans l incubateur Agonarov dans le 6ème arrondissement. 24 Le quartier du Sentier situé dans le 2 ème arrondissement est devenu dès les années 1990, lors de la création des premières entreprises d internet, un quartier de choix pour les start-up. Ce quartier a connu, depuis une quinzaine d années, une véritable mutation avec la délocalisation des ateliers de textile qui y étaient initialement installés et la libération des locaux, favorable à l implantation de start-up. Les loyers peu élevés pour un quartier central et par ailleurs bien pourvu en infrastructures techniques ont également favorisé l installation de ces nouvelles entreprises. 25 La halle Freyssinet, située dans le 13ème arrondissement, quartier où sont déjà concentrés recherche, universités et acteurs privés constituerait un des «quartiers numériques» que le gouvernement souhaite mettre en place en France et pour lesquels il prévoit de consacrer un important budget de communication et une enveloppe puisée dans le programme gouvernemental des «investissements d avenir». La reconstruction du lieu serait financée par avier Niel (fondateur de Free). La Caisse des Dépôts et Consignations apporterait une participation et la Ville de Paris aménagerait le site. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 31

32 En tout état de cause, les implantations de grands acteurs internationaux du numérique se multiplient à Paris, notamment dans le Quartier Central des affaires, plus précisément au sein du triangle Opéra-Madeleine-Saint Lazare. Complémentaire de l offre et des nombreuses initiatives visant à développer l économie numérique, l Echangeur PME-Paris Ile-de-France, lancé et animé par la CCIR Paris-Ile-de- France, vise à favoriser la demande et la pratique des nouvelles technologies en apportant aux créateurs, TPE-PME et commerçants, une formation et une sensibilisation à leur utilisation (e-commerce, e-marketing...). Il encourage aussi le financement des entreprises du numérique à travers de nombreuses actions de mise en relation. Paris et sa région bénéficient par ailleurs d une importante concentration d universités et d écoles réputées dans le domaine du numérique formant de très bons ingénieurs, informaticiens, programmeurs, graphistes et game-designers 26. Enfin, des manifestations autour de l économie numérique sont de plus en plus nombreuses et régulières à Paris 27. Les grandes villes, «fers de lance» de l attractivité numérique, sont en compétition Bien qu Internet abolisse les distances, les start-up ont besoin de se regrouper à l exemple de la Silicon Valley dans la région de San Francisco. La compétition pour attirer l ensemble des acteurs du numérique (les talents, les entreprises, les fonds d investissement ) passe ainsi par les métropoles Citons l initiative de avier Niel de créer et financer une école (Ecole 42) dans le 17 ème arrondissement dans un ancien bâtiment de l éducation nationale qui accueille depuis la rentrée 2013 près de 900 étudiants âgés de 18 et 30 ans 24h/24 et 7j/7. Aucun frais d inscription n est exigé et les postulants sont admis sans conditions de diplôme mais sur la base de tests destinés à évaluer leurs capacités. 27 On peut citer : IT Tuesday, Futur en Seine, Paris Web, Start-up Weekend Paris, SM Paris, Dev Com Paris Exemples en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 32

33 L économie locale et le tourisme sont des enjeux économiques majeurs pour Paris L économie locale (commerces et services de proximité, artisanat, tourisme) constitue un ensemble d activités très porteur pour l'économie parisienne et, plus largement, pour la métropole. S appuyant sur de nombreux établissements en pied d immeuble (plus de selon la BDCom 29 et sur une clientèle dense et diversifiée (habitants, actifs, touristes...), souvent à haut revenu, ces activités sont stratégiques du fait de leurs répercussions sur le cadre de vie, sur la croissance et sur les autres entreprises, notamment la filière créationmode-design. Le tourisme, quant à lui, génère d importantes retombées économiques sur les secteurs de l hébergement 30, de la restauration, des transports, du commerce et de la culture 31 et véhicule une image positive de la capitale à l échelle internationale. Le poids du tourisme (loisirs et affaires) est estimé à près de 10% du PIB de la région. Si Paris est leader dans le tourisme de loisirs, la capitale l est également dans le domaine des affaires 32. En 2012, le tourisme d affaires a généré 43% des nuitées dans l hôtellerie parisienne. La dépense des touristes étrangers est néanmoins plus faible à Paris que dans d autres hauts lieux touristiques, New York notamment. Le potentiel de croissance dans le secteur du tourisme est encore très important pour les années à venir. La concurrence est néanmoins de plus en plus vive entre grandes métropoles, tant dans le segment des loisirs que sur celui des événements et des rencontres d affaires. Paris possède encore une exceptionnelle densité et variété commerciale Le shopping à Paris participe à la fois à l attractivité de la capitale et à son économie. 29 BDCom (Banque de données sur le commerce) : inventaire des commerces parisiens dressé au moyen d enquêtes de terrain périodiques (2000, 2003, 2005, 2007 et 2011) effectuées sur la totalité des voies parisiennes. Partenariat Ville de Paris/APUR/ CCID Paris. 30 Arrivées et nuitées hôtelières par nationalité «Le tourisme à Paris-chiffres clés»-otcp 31 Voir en annexe la fréquentation des sites culturels parisiens et le palmarès de la fréquentation mondiale en «Rencontres et événements d affaires à Paris Ile-de-France» (édition 2013) Département Tourisme, Congrès, Salons-CCI Paris Ile-de-France-janvier 2014 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 33

34 Avec commerces et activités de proximité en 2011 (y compris les artisans alimentaires et ceux implantés en pied d immeuble), totalisant environ 4,1 millions de m² de surface, Paris présente un équipement commercial relativement stable depuis 2007, très dense, mêlant des grandes enseignes, des grands magasins et des milliers de petites boutiques et ateliers en majorité indépendants. La densité commerciale parisienne est plus forte à Paris qu à Londres. Paris compte en effet 400 commerces par km 2 (180 à Londres) et 190 commerces pour habitants (156 à Londres). La taille moyenne des locaux commerciaux y est en revanche plus petite : 76 m 2 en moyenne à Paris contre 127 m 2 dans l Inner London. Par ailleurs, le commerce de détail sur rue qui fait la renommée et le charme de Paris est assez largement multi-polarisé. Le territoire parisien est ainsi ponctué d une cinquantaine de «rues marché» (dont les rues Montorgueil, Bretagne, Mouffetard, Cler, Cadet, Martyrs, du Rendez-vous, Daguerre, Passy, Levis, Poncelet et Bayen, Poteau et Duhesme, Dejean, Belleville ), de 72 marchés de plein air dont 3 spécialisés en produits «bio», de 12 marchés couverts (dont le marché Secrétan en rénovation à l automne 2013), de 4 marchés aux Puces et de 7 marchés spécialisés (fleurs, oiseaux, timbres, création). Paris accueille des clients différents et des commerces qui leur sont adaptés A Paris - métropole, capitale de la France, ville touristique, cité dense en habitants et en emplois - «cohabitent» trois principaux types de clientèles qui s adressent, à des moments et à un rythme différents, à des commerces de taille, de gamme et de notoriété très différentes également : o Les riverains et les employés d un quartier fréquentent régulièrement les commerces de leur lieu d habitation ou de travail (notamment les commerces alimentaires, cafés-restaurants, services de proximité..). Certains quartiers ou rues-marché (cf. supra) sont ici particulièrement concernés. o Les Franciliens, notamment, fréquentent à des occasions plus précises (fêtes de fin d année, période de soldes ou de promotions, week-ends ) des commerces plus spécialisés, implantés au sein de quartiers de notoriété régionale (rue de Rennes, cours de Vincennes, quartier Italie, rue de Passy, des Francs-Bourgeois, Ternes-Courcelles, Grands Boulevards ). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 34

35 o Enfin, les touristes d affaires ou de loisirs sont - particulièrement lors de leur premier séjour à Paris - attirés vers les quartiers de réputation internationale où se trouvent le plus souvent, soit des commerces très «touristiques» (rue d Arcole, bas Montmartre, ), soit des commerces de haut de gamme ou de création, portés par des grandes enseignes ou par des boutiques ou ateliers innovants. S agissant de cette dernière catégorie de quartiers ou de commerces, on citera notamment : Le «triangle d or», constitué par la Porte Maillot, le rond-point des Champs-Élysées, les avenues George-V et Montaigne qui propose une offre en matière de haute couture, de prêt-à-porter et de luxe «Saint-Germain-des-Prés, Sèvres-Babylone, rue de Rennes», quartier plus mixé où la haute-couture y côtoie le prêt-à-porter «Haussmann-Saint-Lazare-Opéra», qui concentre les principaux grands magasins en se positionnant aujourd hui sur le segment du luxe ou «luxe abordable» Le Palais-Royal et la rue Saint-Honoré, entre l Elysée et l avenue de l Opéra, valeur sûre du shopping haut de gamme, faisant la part belle à de grands artisans et créateurs Le quartier historique du Marais, dans le centre de Paris, réputé pour son positionnement avant-gardiste, orienté design et créateur La rue de Rivoli, mitoyenne du Marais, pôle commercial de poids grâce à sa pléiade de grands magasins traditionnels et de magasins de chaînes «Montmartre - Sacré-Cœur», haut lieu du tourisme, quartier de charme grâce à ses boutiques vintage, cafés, épiceries fines... On citera aussi «Le Viaduc des Arts», les marchés aux Puces, et les quartiers des Abbesses ou de la Bastille Cette «catégorisation» des clientèles, des commerces et des quartiers est probablement une spécificité parisienne. Elle doit inspirer, en tout cas, les constats, les analyses et les propositions d actions pour un meilleur développement du commerce, des services et de l artisanat parisien. L évolution urbaine ou sociologique, en revanche, de certains quartiers, ou encore les initiatives que les acteurs publics ou privés ont pu y prendre, ont permis d accueillir des clientèles plus larges et de voir des commerces de nature très différentes s implanter et se développer (le partenariat entre le quartier du Haut-Belleville et un tour-opérateur suisse, les rénovations récentes ou en cours des centres commerciaux Beaugrenelle ou les Halles en sont, parmi d autres, des exemples). Le réseau d enseignes est encore minoritaire Le nombre de franchises progresse à Paris 33, mais à un rythme de moins en moins soutenu (+5,2% en moyenne annuelle entre 2003 et 2005, +3% entre 2005 et 2007 et +1,3% entre 2007 et 2011). Le réseau d enseignes représente ainsi (en 2011) 21% des commerces parisiens ( commerces) mais occupe 41% des surfaces commerciales. 33 Apur / Mairie de Paris / CCI Paris-«Les commerces en réseaux tissent leur toile à Paris»-avril 2013 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 35

36 Les modes de consommation sont en pleine évolution Les modes de consommation évoluent et impactent la consommation "classique" et l activité des commerces : la vente par Internet dont l importance est grandissante mais aussi l achat/vente de produits d occasion (Leboncoin.fr, e-bay), la location de produits, l achat groupé (Groupon), le "faire soi-même", les boutiques provisoires ou éphémères Les centres commerciaux se modernisent et revoient leur positionnement Face à la montée en puissance d'internet, qui représente une part croissante du commerce en France, aux effets de la crise sur le pouvoir d achat et au regain en faveur des centreville et donc du commerce sur rue, les centres commerciaux parisiens, à l instar des autres centres commerciaux français, cherchent à se repositionner afin d éviter l effritement de leur fréquentation. Dans ce secteur très concurrentiel, chacun veut se démarquer pour susciter la curiosité et attirer la clientèle. De nouveaux concepts ont vu le jour avec les concentrations commerciales de Bercy-Village ou du Caroussel du Louvre. D autres plus anciens comme Italie 2, ont bénéficié d une réhabilitation audacieuse, voire d une refonte plus profonde (Trois-Quartiers). Parmi les nombreux projets, deux sont particulièrement remarquables en raison de l ampleur de leur requalification : le centre commercial Beaugrenelle (ré-ouvert en octobre 2013) et le Forum des Halles (au cœur d un chantier se terminant en 2017). Les espaces marchands se développent dans les gares Les gares représentent une porte d entrée dans la capitale. Le commerce en zone de transit peut constituer un levier de développement important de l appareil commercial parisien. L ensemble des gares parisiennes développe d ailleurs des projets de développement et de mise en valeur financière de leur potentiel commercial. La gare de l Est a créé en 2007 un espace commercial de m², la gare Saint-Lazare a ouvert, en mars 2012 un vaste centre commercial de m 2, la gare Montparnasse développera d ici 2020 quelques m² de surfaces commerciales et les gares d'austerlitz, de Lyon et du Nord devraient aussi, à l avenir, créer à leur tour une nouvelle offre commerciale. Paris, berceau des plus prestigieuses maisons de couture, accueille toujours plus d enseignes de luxe Les locaux disponibles dans les quartiers traditionnels du luxe (avenue des Champs Elysées, avenue Montaigne, place Vendôme, faubourg et rue Saint Honoré) deviennent rares et les valeurs locatives sur ces emplacements connaissent ces dernières années de très importantes augmentations. D autres quartiers à Paris, à proximité des secteurs traditionnels et des palaces viennent compléter l offre : le quartier de l Opéra, du Marais et, rive droite, le triangle boulevard Raspail-Saint-Germain-des-Près et la rue de Sèvres. Un clivage a d ailleurs tendance à se renforcer dans la capitale entre, d une part, les rues commerçantes renommées et, d autre part, les emplacements secondaires. Les grands magasins parisiens, quant à eux, se transforment, avec un ancrage de plus en plus marqué dans l univers du luxe «abordable» et de la création. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 36

37 La hausse des loyers commerciaux menace la diversité de l offre commerciale parisienne Les valeurs locatives des locaux commerciaux parisiens ont connu d importantes augmentations, non seulement sur les Champs-Elysées, devenus l une des artères commerciales les plus chères au monde, mais également dans de nombreuses autres rues commerçantes de la capitale ; et ce, même si les emplacements plus excentrés par rapport aux axes commerciaux plus denses ne rencontrent pas la même évolution (stagnation relative de la valeur des fonds, des baux et du montant des loyers). Cette augmentation des loyers, en tout état de cause, conduit à la disparition progressive des commerces les plus fragiles, qui ne peuvent supporter des coûts aussi élevés. C est le cas notamment de certains commerces de bouche, dont le nombre diminue régulièrement chaque année. De 2003 à 2011, on a observé une perte de 188 boucheries (- 24%), 90 boulangeries (- 7%), de 22 crémeries-fromageries (-16%). Il est vrai, à l inverse, que d autres commerces alimentaires spécialisés sont en augmentation, comme les cavistes (+ 91 soit + 23%), les torréfacteurs, commerces de thé et cafés (+ 11, soit + 13%) ou encore les chocolatiers (+48, soit + 20%). Les entreprises artisanales rencontrent des difficultés croissantes à s installer et à se maintenir à Paris La présence encore marquée à Paris de l'artisanat et des métiers d art représente une spécificité en comparaison des autres villes monde en Europe. L artisanat parisien compte 34 fin 2013 près de entreprises, employant plus de salariés. Le nombre d entreprises artisanales parisiennes a augmenté ces dernières années, notamment du fait du nouveau statut «auto entrepreneur», mais cette augmentation recouvre des évolutions très différentes selon les secteurs d activité, et au sein même de ces secteurs. Le bâtiment ( entreprises et salariés) a connu une progression bénéficiant d une conjoncture porteuse jusqu en 2011 et d une TVA à taux réduit. Le nombre de magasins alimentaires (2 900 et salariés) a, en revanche, diminué, mais les effectifs ont été en hausse. Le secteur des services ( entreprises et salariés) s est globalement maintenu mais transformé. Le secteur de la fabrication (7 400 entreprises et salariés) connait un recul. Outre les problèmes spécifiques aux conditions de marché (concurrence des pays à faible coût de main d œuvre pour le textile par exemple), ces entreprises souffrent particulièrement de la rareté, de l inadaptation et de la cherté des locaux d activité à Paris. Cette problématique concerne également certains métiers du bâtiment comme les menuisiers. 34 Artisanat parisien en 2013-Chambre de métiers et de l artisanat de Paris-Novembre Parmi les entreprises artisanales comptabilisés par le CMAP, nombre d entre elles font aussi partie des établissements en pied d immeubles recensés dans la BDCom. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 37

38 Source : RM75-URSSAF IDF Globalement, outre les difficultés de marché (concurrence, contraction de la demande, modification des modes de vie, de consommation et d achat), l augmentation des loyers, des garanties et des droits d entrée mais aussi les conflits d usage activités/habitation ou les difficultés d accès motorisé aux locaux sont autant d obstacles au maintien d un artisanat diversifié dans la capitale. Paris possède un parc hôtelier diversifié, qui monte en gamme, mais dont la capacité totale est en faible croissance Selon l OTCP, Paris compte hôtels (dont 80% d indépendants) et chambres (contre seulement en petite couronne). Londres compte également environ chambres concentrées dans un nombre beaucoup plus restreint d établissements (480). La faible croissance de la capacité du parc hôtelier parisien sur les 20 dernières années avait été compensée par une croissance soutenue en petite et grande couronne jusqu en Depuis, la capacité francilienne semble avoir atteint un palier. Paris devrait compter chambres supplémentaires à l horizon 2020 (en l application du plan hôtelier décidé par la Ville de Paris en 2010). A Paris, l hôtellerie 2* et 3* reste prépondérante (62% des chambres). Mais les hôtels haut de gamme y sont en progression. Une chambre sur trois relève dorénavant des catégories 4* et 5* (24% en 2002 relevait des 4* et 4* luxe et 30% en 2006). A Paris, comme à Londres et ailleurs en Europe, le segment du haut de gamme et du luxe (4 et 5 étoiles) se développe le plus vite, représentant près de 35% de l offre nouvelle. En effet, les prix croissants de l immobilier amènent les opérateurs à monter en gamme. Paris compte de plus en plus de palaces et d hôtels rénovés prêt à accueillir une clientèle (souvent étrangère) fortunée, consommatrice de produits haut de gamme. Ces implantations d enseignes haut de gamme et de luxe à la renommée internationale participent à l amélioration de l attractivité touristique de Paris. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 38

39 Le volume de l offre d hébergement conditionne en effet en partie celui des flux touristiques. Si l offre d hôtellerie de luxe est en progression à Paris, la capitale française n occupe néanmoins dans ce domaine (à ce jour) que le 10 ème rang 35 parmi les villes du monde. A ce niveau, Londres a le plus fortement renouvelé son offre hôtelière en Europe à l occasion des jeux olympiques de 2012, près de chambres ont été créées entre 2010 et L emploi dans les activités liées au tourisme s est renforcé au cours des 10 dernières années Le nombre de touristes à Paris, tout hébergement confondu, a été estimé à 29 millions en 2012 par l OTCP. Ce nombre est en augmentation constante (24 millions en 2004, 27 millions en 2007). Selon les statistiques de l Insee, l hôtellerie parisienne a par ailleurs hébergé 7 millions de touristes français et 8,7 millions touristes étrangers en La clientèle d affaires est, de plus, à l origine de 43% des nuitées parisiennes. L emploi généré par le tourisme est en croissance à Paris. La totalité de l emploi présent dans les activités dédiées au tourisme comme l hôtellerie et le surplus d emplois généré par le tourisme dans les activités du type restauration (gastronomique pour un grand nombre), commerce alimentaire et d habillement, transports représenteraient en effet, selon les estimations, 15% de l emploi parisien total en 2012 contre 12% en L emploi croît par ailleurs avec le standing des commerces et services de proximité. L effectif moyen employé par chambre d hôtel passe par exemple à Paris de 0,23 dans l hôtellerie 2* à 1,95 pour les palaces selon une étude de l OTCP. Les industries culturelles et créatives Une longue tradition de carrefour des arts et de la culture positionne Paris comme une place de référence pour les industries culturelles et créatives. Celles-ci jouent un rôle de pourvoyeurs d activités, de richesse et d emplois et participent au lien social par leur rôle d apprentissage et d animation des quartiers tout en contribuant au rayonnement et à la réputation de la capitale dans les domaines du luxe et de l excellence. Paris tient une place majeure dans la filière création-mode-design (secteurs du design, de la mode-stylisme et de l équipement de la personne et de la maison) La filière concentre à Paris, en 2012, établissements et emplois, soit 58% des établissements franciliens de ce secteur, un emploi sur deux et la plupart des sièges sociaux et holdings. Mais, si elle reste encore très bien ancrée à Paris, son poids en Ile-de-France a néanmoins eu tendance à reculer sur les 10 dernières années au profit essentiellement de la Seine-Saint-Denis (grossistes) et des Hauts-de-Seine. 35 Les métropoles devançant Paris sur le marché des palaces sont New York, Hong Kong, Dubaï, Tokyo, Londres, Singapour Shangaï, Sydney et Bangkok Source MKG Hospitality CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 39

40 Le secteur du design demeure néanmoins très présent dans la capitale et son importance s y est même renforcée. L activité de la filière création-mode-design exerce un important effet de levier sur presque tous les autres secteurs économiques parisiens (artisanat, commerce, industrie, services, tourisme ). Aux côtés des grandes maisons, travaillent en effet une grande diversité d artisans indépendants (tailleurs, brodeurs, bottiers, polisseurs, laqueurs, sertisseurs, joaillers, ébénistes, décorateurs, céramistes ). Travailler pour le luxe permet, voire impose, aux fournisseurs des grandes maisons de couture et de joaillerie de continuer à produire en plein Paris et attirer les talents de toutes nationalités dont ils ont besoin. On peut véritablement parler d un exceptionnel «écosystème» de savoir-faire, mis en œuvre par les nombreuses TPE-PME exerçant en «B to B» pour les «grandes maisons» qui font rayonner leurs marques dans le monde entier. La saisonnalité liée à la mode, au design et à l univers de la maison s exprime, deux fois par an, par d importants salons fédérés par la marque «Paris, Capitale de la Création» 36. En lien avec cette saisonnalité, les «fashion weeks» entraînent l organisation de showroom et défilés de mode, nombreux à Paris et impliquant des métiers diversifiés (habilleuses, coiffeuses, maquilleuses, mannequins, techniciens gérant les installations électriques, la lumière, les décors, services de sécurité, personnes en coulisses «backstage», organisateurs de réception, hôtellerie, restauration ) avec là aussi, d importantes retombées économiques pour la capitale. Paris concentre des centres de compétences dans ce domaine, notamment le «lieu du design» 37, les Ateliers de Paris 38, Dock en Seine/ institut de la mode et du design et l institut Français de la Mode (IFM) 39, le Viaduc des Arts 40, des écoles dont La Fabrique Les salons fédérés par la marque «Paris, Capitale de la Création» sont : pour la mode : Who s Next, Tranoï, Première Classe, pour le design : Maison & Objet (janvier & septembre) et pour les métiers d art : Salon «Révélations» (biennale Grand Palais), Salon du patrimoine (Carrousel du Louvre), Carrousel des métiers d art (Louvre), Espace Ateliers d Art de France à Maison & Objet. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 40

41 A cet égard, les grands magasins parisiens (Galeries Lafayette, Printemps, Bon Marché) se positionnent comme des «temples du luxe abordable» qui, à côté de la place Vendôme ou de la rue Saint-Honoré, attirent un nombre croissant de touristes étrangers, venus pour cette «expérience d achat» singulière que représente l acquisition des grandes marques de luxe française dans leur pays d origine. Un pôle musique se renforce dans le nord-est de la capitale Ce pôle se structure autour de diverses associations et clusters comme, par exemple, l association MILA qui apporte hébergement et services aux petites structures de production musicale et qui s est installée en 2003 dans le 18 ème arrondissement, le cluster musical «Paris Mix» qui met à disposition des outils pour aider les professionnels du secteur de la musique à se servir d internet pour se développer et qui s est installé dans le 18 ème pour se rapprocher des nombreux acteurs du secteur ou encore l hôtel d activités boulevard Ney dans le 18 ème arrondissement, dédié aux industries du son, livré en 2006 sur 3 000m 2. Il se renforcera encore avec, la livraison prévue en 2014 de la Philharmonie de Paris 42 dans le Parc de la Villette (19 ème ) qui accueille déjà la Cité de la musique (pôle de référence nationale et internationale entièrement dédié à la transmission de la musique) inaugurée en 1995, le conservatoire national supérieur de la musique et de la danse de Paris (1990) et le Zenith (1984), salle de spectacles de places. La culture est un vecteur de croissance économique en jouant un rôle important dans le soutien de l économie locale et en attirant les «créateurs» Le Louvre a été le musée le plus visité dans le monde en avec entrées payantes, avant le National Museum of Natural History à Washington avec entrées (gratuites), le National Air and Space Museum à Washington avec entrées, le Metropolitan Museum of Art à New York avec entrées et le British Museum à Londres avec entrées. 37 Le lieu du design, rue du Faubourg Saint Antoine dans le 12ème arrondissement qui fédère les acteurs franciliens du design (entreprises, créateurs, écoles, responsables institutionnels ), accompagne les PME dans leurs démarches d innovation par le design et renforce par des actions de promotion l attractivité de Paris et de la Région. 38 Les Ateliers de Paris, structure de la Ville de Paris qui anime un incubateur, établi sur deux sites dans le 12ème arrondissement de Paris, dédié aux jeunes entreprises relevant des métiers d art, du design et de la mode, et qui propose des formations à la création d entreprise pour ces acteurs. Le site le plus récent de cet incubateur, rue Faidherbe - inauguré au mois de mai est plus particulièrement dédié aux anciens élèves des écoles d art parisiennes Boulle, Duperré, et Estienne. 39 IFM, quai d Austerlitz au sein de Dock en Seine / cité de la Mode et du Design, centre de formation, de recherche et d'expertise appliquées aux secteurs mode-design-création qui a pour mission d'accompagner les industries de la mode et du design. 40 Le Viaduc des arts situé dans les arches réaménagées d un ancien viaduc ferroviaire le long de l avenue Daumesnil dans le 12 ème arrondissement, regroupe une exceptionnelle palette d artisans d art (boutiques ateliers et showroom). Une cinquantaine d artisans d art y présentent leurs créations et leur savoir-faire. 41 La Fabrique : école de la CCIR Paris Ile-de-France des métiers de la mode, de la décoration et du design située porte de Champerret dans le 17 ème arrondissement et qui accueille 400 étudiants et apprentis et 300 adultes en reconversion professionnelle. 42 salle de concert de places dédiée aux orchestres de chambre, de jazz ou de musiques du monde 43 source : Theme index 2012 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 41

42 Dans un autre registre, la Fondation Louis Vuitton du groupe LVMH, dont l ouverture est prévue en 2014, dédiée à l art contemporain et installée au bois de Boulogne sera un lieu emblématique parisien du I ème siècle venant confirmer la place de Paris comme haut lieu culturel et de luxe 44. Paris héberge, par ailleurs, d autres structures récentes 45 dédiées aux industries culturelles. A-5 / Une pénurie de logements, un parc de bureaux diversifié et des zones d aménagements qui couvrent 10% du territoire Un parc de logements insuffisant à Paris et en région Ile-de-France 46 Les ménages parisiens consacrent une part élevée de leur revenu à leur logement : leurs taux d effort (prix des logements et des loyers parisiens rapportés aux revenus) ont augmenté entre 1997 et 2001 et de façon plus importante qu en Ile-de-France et en France. Le prix moyen de vente des appartements anciens a en effet été multiplié par 3 entre 1997 et 2011, celui des loyers par 1,6 alors que, dans le même temps, le revenu médian des ménages 47 n augmentait que de 40%. Un parc de logements, certes en augmentation mais qui ne fait pas face à la forte demande Malgré sa progression, le parc de logements parisien ne parvient pas à répondre à la demande des Parisiens et plus largement des Franciliens et fait face à une pénurie de logements économiquement accessibles. Un parc locatif important, aux loyers dissuasifs (parc privé) ou marqué par une faible mobilité (parc social) Le parc locatif privé est largement surreprésenté à Paris (32,8% à Paris contre 19,8% en Ile-de-France). C est essentiellement un parc de début de parcours résidentiel accueillant les jeunes ménages. Il s agit de petits logements qui connaissent une forte rotation de leurs occupants. 44 A New York, le secteur de la culture et de l art représentent le quatrième secteur d emploi de la ville. La Chine prévoit de construire un millier de nouveaux lieux d exposition dans les 10 prochaines années pour atteindre le milliard de visiteurs d ici Notamment, l incubateur «Créatis» consacré à l innovation culturelle (média, audiovisuel, musique, architecture, web culture, design, presse, jeux vidéo, arts plastiques, publicité ), inauguré au mois de juin 2013 et hébergé à la Gaîté Lyrique dans le 3ème arrondissement, l incubateur du Centquatre ouvert en 2012, dédié à la création artistique et situé rue d Aubervilliers dans le 19 ème arrondissement, le Labo de l édition ouvert fin 2011, dédié aux professionnels de l édition et des métiers du livre et situé rue Saint Médard dans le 5 ème arrondissement. 46 Voir «le parc de logements à Paris» (note en annexe). 47 par Unité de Consommation : permet de comparer les niveaux de vie des ménages de taille et de composition différente (1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de plus de 14 ans et 0,3 UC pour les personnes de moins de 14 ans). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 42

43 Le parc social parisien compte près de logements en 2012, dont plus d un quart (55 482) ont été financés entre 2001 et Le taux de mobilité y est faible (5,4% à Paris contre 6,8% en Ile de France) et ainsi peu de logements sociaux sont remis sur le marché chaque année. Aussi, la demande peine à être absorbée et les demandeurs de logements sociaux restent nombreux à Paris ( demandeurs comptabilisés fin 2011) et croissants. Les actifs ont de plus en plus de mal à se loger près de leur lieu de travail C est une forte préoccupation pour les entreprises 49 qui sont pénalisées par les difficultés rencontrées par leurs salariés à se loger à proximité de leur lieu de travail 50. Ces difficultés touchent particulièrement les ménages des classes moyennes, disposant de revenus trop élevés pour bénéficier des aides sociales mais qui subissent néanmoins l augmentation des dépenses contraintes, telles que le logement et les dépenses énergétiques. L hyper-sélectivité du marché immobilier a pour conséquence de sélectionner par le haut la population éligible à un logement à Paris. Un parc de bureaux de premier plan, diversifié, qui se transforme 51 Un parc immobilier de bureaux encore prépondérant à Paris mais qui progresse moins vite qu en périphérie Le territoire parisien intramuros concentre aujourd hui 16 millions de m² de bureaux, dont 50 % sont localisés dans le quartier central des affaires 52 (QCA). Les trois départements de première couronne totalisent davantage de surfaces de bureaux que Paris intramuros depuis Paris et les Hauts-de-Seine accueillent toutefois les premiers parcs de bureau en Ile-de-France, mais leurs poids respectifs s effritent progressivement et Paris perd de son importance relative Au 1er janvier 2011, les logements sociaux représentent 17,1 % des résidences principales de Paris contre 13,4% au 1er janvier Ils sont concentrés dans les quartiers périphériques : 50% d entre eux sont situés dans les 13ème, 19ème et 20ème arrondissements % des chefs d entreprises franciliens interrogés par la CCI Paris Ile-de-France, en 2012, considèrent que leurs salariés rencontrent des difficultés pour se loger à proximité de leur entreprise, soit deux fois plus qu au niveau national, 50 D autant que les locaux disponibles pour les actifs sont diminués du fait que le total des résidences secondaires, logements vacants et logements occasionnels représente 14% des logements totaux à Paris (7% en petite et grande couronne) 51 Voir «le parc immobilier de bureaux à Paris» (note en annexe). 52 Le QCA de Paris, Quartier Central des Affaires de Paris, est formé d une partie des 1 er, 2 ème, 8 ème, 9 ème, 16 ème et 17 ème arrondissements. 53 Entre 2000 et 2009, le parc de bureaux francilien a progressé de 16,4 % sur l ensemble de l Ile-de-France, soit un gain pour la période de 7,1 millions de m² supplémentaires. A Paris, la progression est moins soutenue (+9,2%). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 43

44 Un parc diversifié qui se modernise et se transforme La production de bureaux repose à Paris d une part, sur la reconversion de bureaux anciens, notamment dans le quartier central des affaires et, d autre part, sur la construction neuve dans les nouvelles zones d aménagement (voir chapitre suivant ci-dessous). Cette nouvelle offre de bureaux neufs ou reconvertis à Paris fait ressortir l obsolescence des bureaux vieillissants. Le problème du recyclage des bureaux d ancienne génération existant est posé et aboutit à reconvertir certains bureaux en logements 54. De nombreux projets d urbanisme en cours et à venir Environ 10% du territoire parisien fait, à l heure actuelle, l objet de projets d aménagement, mixant logements, équipements, commerces, artisanat et bureaux, et totalisant plus de 5 millions de m 2. L ensemble des opérations d aménagements en cours ou en projet devrait permettre la construction de plus de 5,25 millions de m² L estimation 55 des créations de surfaces de logements, d équipements, de commerces / artisanat et de bureaux prévues à Paris est la suivante : Nature des constructions Surface (m² SHON) Logements Equipement Commerces et locaux d activité Bureaux Total CCI Paris 2011 o o m² de logements, soit l équivalent de logements pouvant accueillir habitants. Les principaux programmes de logements sont à Bercy-Charenton ( m²), Paris Nord Est ( m²), Paris Rive Gauche ( m²) et Clichy Batignolles ( m²) m² de commerces et locaux d activité. Les principaux programmes d'activités et de commerces sont à Paris Rive Gauche ( m²), Paris Nord Est ( m²), Bercy-Charenton ( m²), Beaugrenelle ( m²) et la Samaritaine ( m²). 54 Depuis 2001, ce sont au total m² qui ont changé de destination pour créer logements. 55 Estimation (CCI Paris) sur la base des programmations de chaque zone d aménagement, compte tenu des constructions déjà réalisées à la date de fin CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 44

45 o m² de bureaux, soit un peu plus de 10% du stock existant. Les principaux programmes de bureaux sont à Bercy-Charenton ( m²), le «Balargone» dans le 15 ème arrondissement ( m²), Paris Nord Est ( m²), Paris Rive Gauche ( m²), Clichy Batignolles ( m²), au GPRU porte de Montreuil ( m²) et la Tour Triangle ( m²). Les opérations d aménagement contribuent au rééquilibrage est/ouest des emplois Les écarts entre l Ouest et l Est en Ile-de-France sont d ordres politique, territorial et social. Historiquement en effet, l Ouest concentre les emplois grâce à l offre importante d immobilier tertiaire située dans les arrondissements parisiens, à la Défense, et dans les communes de l Ouest telles que Levallois, Boulogne ou Issy-les-Moulineaux. Le Nord et l Est, historiquement tournés vers des activités d industrie et d artisanat, connaissent un lent début de croissance, grâce notamment au développement au nord à Plaine Commune, et à l est à Montreuil par exemple. Deux opérations urbaines participent tout particulièrement au rééquilibrage entre l ouest et l est à l intérieur même de la capitale, la ZAC «Paris Rive Gauche» 56 et le GPRU Paris Nord Est La ZAC «Paris rive gauche» s étend sur un périmètre urbain de 130 hectares allant de la gare d'austerlitz aux limites communales de la ville d'ivry sur Seine, suivant la Seine à l Est et la rue du Chevaleret à l Ouest. Elle constitue une très grande opération d aménagement autour de l emblématique Bibliothèque Nationale de France et se distingue par sa grande mixité de programmation. Logements, bureaux et activités, commerces, services, écoles, universités, équipements publics et culturels y voient progressivement le jour sur plus de 2,4 millions de m² de SHON. La ville gagne du terrain sur des espaces non urbanisés jusqu alors (26 hectares de voies ferrées seront couverts). Dix hectares d'espaces verts seront créés et arbres plantés. Ce seront à terme près de salariés, étudiants, professeurs et chercheurs et habitants qui se retrouveront à Paris Rive Gauche. 57 Le grand projet de renouvellement urbain (GPRU) de Paris Nord Est correspond à la mutation d un morceau de ville d environ 200 hectares, situé sur les 18 ème et 19 ème arrondissements, entre la Porte de La Chapelle et la Porte de La Villette. Le périphérique sera couvert pour améliorer les liens avec les communes du sud de la Plaine-Saint-Denis au dynamisme économique important. La ligne T3 du tramway et la création de la gare Rosa-Parks en 2015 amélioreront la desserte du secteur. Des opérations marquantes comme la création du Campus Condorcet ou la réhabilitation de l entrepôt Mac Donald ; la requalification des berges du canal de l Ourcq draineront des populations nouvelles et participeront au renouveau de l image de ces quartiers jusqu ici délaissés. Le programme GPRU Paris Nord Est représente à terme 1,3 millions de m² SHON dont m² de logement (soit nouveaux habitants), d activités, m² d équipements publics, m² de bureaux et m² de commerces. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 45

46 A-6 / Des difficultés de circulation, de stationnement et de livraisons qui «impactent» l activité de Paris Comme toutes les grandes métropoles mondiales, Paris est confrontée à des problèmes de congestion, tant de son réseau de voirie que de son réseau de transports en commun. De par sa densité exceptionnelle, la Ville de Paris est particulièrement impactée par ces phénomènes de congestion. Des retards dans les investissements des transports en commun ont dégradé les conditions de la mobilité, singulièrement aux heures de pointe. Un plan de modernisation dans la région a heureusement été décidé, tant pour la modernisation du réseau existant que pour son extension. Mais ses effets n apparaîtront pas avant plusieurs années. Concernant la circulation routière, et alors même que la circulation automobile a diminué de 25 % en dix ans dans Paris, la vitesse moyenne de circulation a elle aussi baissé 58. Le nombre d heures de travail perdues à cause du temps passé dans les embouteillages ou à chercher un stationnement représente un coût important pour les entreprises. Rappelons que Paris compte un peu plus de places de stationnement, dont environ 60% dans des immeubles privés, 20 % dans des parkings publics et garages commerciaux et 20% sur voirie, et que le nombre de places sur voirie a baissé de depuis Le taux de vide moyen en journée des places de stationnement sur voirie dans les arrondissements parisiens ne dépasse pas 4%, alors qu on considère généralement qu en dessous de 10%, le taux de vide remplit imparfaitement son rôle de régulation en raison d une rotation insuffisante des véhicules stationnés et d une faible offre de places libres. Si la Ville de Paris propose depuis plusieurs années un éventail de cartes de stationnement à destination des professionnels, le manque de disponibilité des places sur voirie limite l intérêt de ces dispositifs. Des flux domicile-travail particulièrement denses à Paris Les 20 arrondissements de Paris et leurs extensions à l ouest (Nanterre, Courbevoie, Puteaux, Suresnes, Rueil-Malmaison, Levallois-Perret et Neuilly-sur-Seine) constituent un «hypercentre» dont les flux réciproques domicile-travail sont particulièrement intenses 59. Les échanges restent également importants entre ce pôle majeur et le bassin Boulogne/Issyles-Moulineaux. Les autres bassins d emplois occupés par des résidents de cet «l hypercentre» sont Saint-Denis, Gennevilliers, Montreuil, Bobigny, Ivry-Vitry et Fontenay- Nogent ou encore des pôles plus éloignés comme Roissy-en-France, Massy-les-Ulis, Versailles, Trappes-Guyancourt ou Marne-la-Vallée. Cette situation induit de forts besoins de déplacements. 58 La baisse de la vitesse moyenne est de 5,4 % entre 2001 et 2011 selon les chiffres de l Observatoire des déplacements de la Ville de Paris (16,6 km/h en 2001 / 15,7 en 2011). La baisse est de 13,4 % entre 2001 et 2013 selon l indice de vitesse de circulation des taxis dans Paris intra-muros calculé par la société G7. 59 «Les sous-bassins de vie et d emploi de l aire urbaine de Paris-quelle réalité en 2010»-juillet 2013-Etude DRIEA-Ile-de- France CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 46

47 1 véhicule sur 5 circulant à Paris est dédié au transport de marchandises Près de 31,5 millions de tonnes de marchandises circulent chaque année dans la capitale, dont 90 % par la route. 20% des véhicules en circulation à Paris sont dédiés au transport de marchandises. L activité parisienne nécessite opérations de livraisons par jour, réalisées avec environ véhicules dont un tiers de poids lourds. Cet enjeu du transport de marchandises est mieux pris en compte depuis quelques années. La signature, en 2006, d une première «charte des bonnes pratiques des transports et des livraisons des marchandises» 60 suivie en 2013, de la signature d une nouvelle «charte en faveur d une logistique urbaine durable» en témoigne, de même que d autres initiatives publiques ou privées concernant la création de plateformes logistiques 61, d hôtels logistique 62 ou l acheminement des marchandises de grandes enseignes alimentaires 63. A-7 / Le rôle moteur de Paris dans le rayonnement international de la métropole Des pôles interdépartementaux, dotés d un rayonnement international et dont Paris est l ancrage, se sont formés au cours des dernières décennies. Ils viennent conforter la place mondiale de la métropole. Le Quartier Central des Affaires de Paris et son extension jusqu au quartier de la Défense constitue un quartier d affaires de rang mondial Le quartier central des affaires de Paris et son extension vers le quartier de la Défense accueille de nombreux sièges sociaux de grands groupes internationaux ainsi que les filières phares de la finance et des services de haute technologie (conseil, télécommunications et informatique). Un prolongement se dessine par ailleurs vers la Plaine-Saint-Denis. Le secteur de la création fortement implanté dans la capitale qui s étend vers les communes de Seine-Saint-Denis connait une renommée mondiale Les industries créatives 64 se concentrent tout particulièrement sur un territoire situé à Paris et sur les territoires de Plaine Commune proches de la capitale (dont la mixité favorise le brassage entre les industries créatives et culturelles et les réseaux intellectuels et marchands). 60 «Charte des bonnes pratiques des transports et des livraisons des marchandises» qui précise les engagements des partenaires a été co-signée en 2006 par la municipalité, la CCIP75 et les professionnels. La ville doit s associer, en parallèle de la charte en faveur d une logistique urbaine durable, à la mise en œuvre des préconisations du PDUIF notamment sur les thèmes suivants : meilleure organisation des sites logistiques et de leurs accès, développement du report vers le fer et les voies d eau (l adoption avec les collectivités concernées des schémas directeurs des implantations portuaires sur le canal Saint Denis et le canal de l Ourcq en est une illustration), incitation au changement de comportement des professionnels et des consommateurs. 61 Plateformes installées pour l essentiel dans les parkings souterrains de la capitale (à Saint Germain l Auxerrois, place de la Concorde et à Beaugrenelle exploités par Chronopost, Porte d Orléans, Saint Germain des Prés, Pyramide) qui assurent la livraison finale de petits colis à partir de véhicules utilitaires parfois électriques ou de type triporteurs 62 Projet engagé (livraison prévue en 2016) d un hôtel logistique de m2 à Chapelle International (18 ème arrondissement) destiné au fret ferroviaire et à la logistique urbaine. Le bâtiment sur deux niveaux réceptionnera l'essentiel de la marchandise par train, avant sa redistribution dans la capitale via des véhicules propres (GNV et électriques), hôtel logistique prévu dans la ZAC Clichy Batignolles porte de Clichy, à l arrière du futur tribunal de grande instance. 63 Exemples : Monoprix : acheminement ferroviaire depuis 2007 avec déchargement dans une halle spécialement aménagée à Bercy dans le 12 ème arrondissement, Franprix : acheminement par péniche depuis 2012 avec déchargement au port de la Bourdonnais. 64 Voir descriptif en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 47

48 Le pôle spécialisé dans les sciences du vivant qui s étend de la rive de gauche de Paris jusqu à Evry est reconnu mondialement La «Paris Biotech Vallée» (précédemment appelée Cône sud-francilien de l'innovation ou Vallée des biotechnologies) est un pôle économique majeur 65 de la métropole. Ce territoire s'étend sur une vingtaine de kilomètres, des grands hôpitaux situés sur la rive gauche de Paris et du campus Paris Diderot jusqu'au Génopole d'evry (Essonne). Le territoire spécialisé média-audiovisuel qui couvre l ouest de Paris, en continuité avec Boulogne Billancourt et Issy-les-Moulineaux, constitue un pôle attractif L audio-visuel et les médias rassemblés dans les 15 ème (France Télévision) et le 16 ème arrondissement (Radio France) en continuité avec Boulogne Billancourt (TF1, CANAL +) et Issy les Moulineaux et rejoints par de grandes sociétés de production 66 constituent un pôle majeur spécialisé. Le potentiel scientifique et universitaire de Paris et les différents pôles scientifiques interconnectés d Ile-de-France connaissent une réputation mondiale Paris intra-muros dispose d un potentiel scientifique et universitaire de premier plan 67 ainsi que d autres «pôles scientifiques» franciliens qui viennent renforcer l attractivité et le rayonnement des universités et des établissements de recherche au niveau mondial. Paris est doté d une infrastructure qui favorise son attractivité et son rayonnement au niveau mondial Un réseau de transport en commun de premier plan et ses pôles d interconnexion majeurs comme ceux de Chatelet les Halles, de la gare Saint Lazare et du Nord favorisent par ailleurs l attractivité et le rayonnement de Paris. La Seine est aussi un axe central qui a toujours accompagné l essor parisien. Les ports de l axe Seine (Paris, Rouen, Le Havre) constitueraient, selon Ports de Paris, le premier complexe portuaire français. 65 Il regroupe notamment le Campus Grand Parc à Villejuif, le pôle santé nutrition à Orly et Rungis ou encore le site Sanofis-Aventis à Vitry. Des incubateurs et pépinières spécialisés dans les sciences du vivant s implantent par ailleurs sur cet axe, aux côtés des grands hôpitaux parisiens comme «Paris Bioteth Santé» à l hôpital Cochin ou encore «Paris Innovation Biopark» dans le 13ème arrondissement sur m2 dédié aux biotechnologies et inauguré en 2006 et aussi la pépinière «Villejuif Biopark» à Villejuif dédié aux entreprises des biotechnologies et de la santé, inauguré en 2011 et géré par la CCID Exemples : Réservoir PROD dans le 16ème, Multimédia France Production, Mac Guff et 2P2L dans le 15ème arrondissement, Pro Deo dans le 16ème et à Boulogne Billancourt ) 67 Des prolongements du pôle universitaire parisien au-delà du périphérique vont voir le jour dans les prochaines années avec notamment l implantation en partie sur Paris (porte de la Chapelle) et sur Aubervilliers du campus Condorcet à l horizon 2018 qui portera essentiellement sur les sciences sociales. L Université Paris Diderot inauguré en 2007 dans la ZAC Rive Gauche dans 13 ème arrondissement a aussi le projet d installer à Ivry (Ivry Conflences) sa future école d ingénieur sur m 2. Elle comprendra notamment une filière en lien avec le domaine digital, projet qui s inscrit dans la dynamique de «Paris Capitale Numérique». Au côté de Paris, le campus «Paris Saclay» se développe en accueillant des établissements de recherche et d enseignement supérieur spécialisé dans les matières scientifiques ainsi que des centres de recherche d entreprises privées. Les premières implantations datent des années Paris intra-muros concentrerait aujourd hui 20% du financement de la recherche publique et Paris Saclay 13%. Le Campus Descartes situé à l'est de la métropole constitue aussi un important pôle d'enseignement supérieur et de recherche d Ile-de-France. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 48

49 Paris est au cœur d une place d attractivité internationale pour le tourisme d affaires Paris représente 45% de la surface globale des centres de congrès et d expositions d Ile-de-France 68 avec notamment le parc des expositions de la porte de Versailles 69 sur m 2 et le Palais des congrès, porte Maillot. D autres lieux de taille intermédiaire sont également répartis dans Paris. Source : OTCP-le tourisme à Paris La concurrence est exacerbée avec l Europe tout d abord, avec notamment Milan et Barcelone qui ont agrandi de façon très importante, ces 10 dernières années, leur capacité d accueil sans oublier les nouvelles destinations (Asie, Afrique du nord et Moyen Orient). 69 Le Parc des expositions de la porte de Versailles va connaitre un nouveau visage avec la rénovation des pavillons et les constructions de la tour Triangle haute de 180 mètres d ici 2017, d un palais des congrès de places (porte Maillot places), d un hôtel de 450 chambres et des commerces. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 49

50 B / UN NOUVEL HORIZON POUR PARIS. Quelle vision de l économie parisienne? CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 50

51 De manière schématique et sur la base d une matrice AFOM 70 (Atouts Faiblesses Opportunités Menaces), nous nous sommes interrogés sur le devenir de l économie parisienne dans les prochaines années. Il ne s agit pas ici de réaliser une prévision, pour autant que cela soit possible, mais plutôt, au vu des forces et des faiblesses de l économie parisienne résultant de l état des lieux, et compte tenu des opportunités et des menaces pour l économie parisienne que nous avons pu identifier, de bâtir quelques scenarios d évolution. Par nature simplificateur, cet exercice peut avoir le mérite de caractériser des évolutions, sinon probables, en tous cas envisageables (de manière caricaturale). Nous avons ainsi choisi de présenter, parmi d autres, trois scenarios. Les deux premiers décrivent des évolutions à notre sens peu souhaitables, à la différence du dernier qui aurait notre préférence : Paris, Ville «musée/dorée» Paris, Ville «hyper-densifiée» Paris, Ville «nouvelle frontière» B-1 / La matrice «Atouts / Faiblesses / Opportunités / Menaces» pour Paris Atouts - Capitale administrative et politique de la France - Notoriété internationale - Position de «hub» mondial (aéroports, TGV) - Qualité du patrimoine et densité commerciale - Qualification, «matière grise», innovation - Tourisme, d affaires notamment - Maillage fin des transports en commun Faiblesses - Logement - Congestion circulation / transport - Liaison avec les aéroports - Sécurité, propreté, pollution de l air - Vie nocturne et dominicale contrainte - contraintes administratives et fiscales - Inégalités territoriales Opportunités - Rôle économique croissant des métropoles mondiales - Montée de l économie de la connaissance, de l économie numérique - Croissance du tourisme mondial - Retour à la proximité, à l ambiance village - Mise en œuvre du projet du Grand Paris - Ecologie urbaine, nouvelle mobilité Menaces - Concurrence des autres métropoles - Fragilité de la place financière parisienne - Inadaptation à l accueil des flux touristiques (hébergement, déplacements) - Montée des tensions sociales / territoriales - Echelle de gouvernance inadaptée - Faiblesse de la croissance française et difficultés de la zone euro 70 Traduction française de la matrice anglo-saxonne «SWOT» pour Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités), Threats (menaces) CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 51

52 B-2 / Trois scénarios d évolution pour Paris Paris, ville «musée/dorée» Grâce à son patrimoine architectural et culturel, Paris développe tout particulièrement ses activités touristiques en attirant toujours plus de visiteurs. L image que l on donne de Paris à l étranger, sur le plan architectural notamment, tend à figer la ville dans un décor à la «Amélie Poulain». Parallèlement, Paris perd progressivement des places dans les activités métropolitaines, du fait notamment du déclin de sa place financière. Les grands groupes internationaux délaissent progressivement la capitale au profit d autres grandes métropoles, notamment Londres. Cette perte de grands groupes rejaillit sur l activité de nombreuses PME et TPE, obligées de se délocaliser ou de fermer. D autant que la hausse des loyers commerciaux et d habitation se poursuit, portée par une demande de riches particuliers (notamment étrangers) d une part, et de grandes enseignes (attractivité touristique oblige), d autre part, accentuant encore la spécialisation dans les activités liées au luxe (palaces et hôtels haut de gamme, restaurants gastronomiques, commerces de luxe ). L uniformisation de l équipement commercial s étend dans tout Paris. Le gain d emplois dans les activités liées au tourisme ne suffit finalement pas à compenser les pertes dans les autres secteurs et c est l ensemble de l économie parisienne qui décline. Dans ce scénario, Paris renforcerait alors sa place en tant que capitale culturelle, mais perdrait de l importance en tant que capitale économique. Paris, ville «hyper-densifiée» Les aménités du cœur de la métropole attirent naturellement les entreprises comme les particuliers. Pour répondre à cette forte demande, il est décidé d exploiter toutes les opportunités foncières (surélévation des bâtiments existants, couverture des voies ferrées, du périphérique, démolition de bâtiment et reconstruction en densifiant partout où cela est possible, ). Cette politique accroît donc encore la densité urbaine de Paris, qui est déjà l une des plus fortes du monde. Le dynamisme économique et démographique est, dans un premier temps, dopé mais se heurte progressivement à des problèmes accrus de congestion et de difficultés de cohabitation entre résidents et actifs. Les entreprises (et les particuliers) préférant rester dans la capitale ou à proximité immédiate, les programmes immobiliers des Contrats de Développement Territorial (CDT) s avèrent plus difficiles à financer et la construction du réseau ferré en rocade risque de s en retrouver retardée. L image de Paris dans le monde se détériore en même temps que sa qualité de vie. Dans un contexte où les touristes sont de plus en plus sensibilisés aux questions d environnement, la destination Paris perd du terrain et les activités liées au tourisme en pâtissent. Les talents dont Paris a besoin pour travailler dans les secteurs de la création (économie de la connaissance, numérique, mode, design, communication..) préfèrent d autres lieux plus agréables à vivre. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 52

53 Paris ville «nouvelle frontière» Ce scénario se caractérise par la recherche d un développement économique intéressant l ensemble de la métropole parisienne, dont Paris constitue le cœur vivant et dynamique. Ainsi, la mise en service du réseau du Grand Paris Express va permettre la constitution de nouveaux pôles urbains réunissant à la fois logements, bureaux, locaux d activités, commerces, équipements publics et culturels. Dans ce cadre polycentrique, l attractivité de Paris bénéficie à l ensemble de la métropole. La densité parisienne reste forte mais sans nuire à la qualité de vie des résidents et des actifs. Les actifs parisiens trouvent plus facilement à se loger grâce à une offre de logements à loyer maîtrisé (logements intermédiaires) dans la capitale et à un accroissement très notable des constructions de logements à proximité de Paris, dans des lieux bien desservis par les transports en commun, ce qui réduit nettement les temps de parcours des actifs travaillant à Paris sans y résider. La densification de la métropole n entraîne pas de congestion accrue grâce à la modernisation des réseaux existants (automatisation de nouvelles lignes de métros) et à la réalisation des nouveaux réseaux (Grand Paris Express notamment) et grâce aussi à l élimination de certains points noirs du réseau routier et à l effacement de l effet de coupure du périphérique. Ces aménagements décongestionnant la zone centrale, s accompagnent du développement des nouvelles mobilités, ainsi que du télétravail, grâce à une forte numérisation de l économie. Le mouvement de desserrement de l emploi se poursuit de manière progressive, confortant le rôle moteur 71 de Paris dans le développement de la métropole parisienne. Ainsi par exemple, ces nouvelles frontières permettent d élargir le territoire des activités créatives et culturelles dont Paris reste le berceau et l ancrage. Plus généralement, Paris constitue alors un immense cluster, une technopole au centre d un écosystème de l innovation. La gouvernance du Grand Paris permet une bonne cohérence entre les différents territoires et facilite l organisation de grands évènements, levier de croissance d une grande métropole mondiale comme Paris. 71 «Capitaliser sur Paris dans la dynamique économique du Grand Paris» est un des axes de proposition du rapport de la CCI Paris Ile de France «la réussite économique du Grands Paris : les quatre priorités des entreprises»rapport de Michel Valache du 5 juillet 2012 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 53

54 C / NOS Pari(s) POUR PARIS Quelle mobilisation en faveur du dynamisme économique de Paris? CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 54

55 Plus de dynamisme économique de Paris ne peut résulter que d un développement plus rapide des entreprises parisiennes, résultat d une meilleure prise en compte de leurs besoins par la Ville et l Etat et d une politique d appui ciblée à la fois sur l implantation de grands groupes internationaux et sur le développement des ETI, PME et TPE. Il ne peut y avoir, en effet, de dissociation entre les différentes catégories d entreprises : les grands groupes constituent un enjeu majeur de la compétition entre les villes-mondes, et induisent de l activité pour les services et produits des PME, TPE et même ETI, lesquelles disposent par ailleurs de potentialités exceptionnelles de développement autonomes dans le terreau économique parisien. Ces dernières peuvent aussi participer, notamment les commerces et cafés-hôtels-restaurants, à l attractivité et à la qualité de la vie dans Paris. Enfin, le lien entre développement économique, emploi et ressources fiscales est bien connu. De fait, les conditions de développement des entreprises parisiennes dépendent de leur environnement local (urbanisme, réglementations, fiscalité locale ) mais aussi de leur environnement plus large (fiscal, législatif, monétaire), dont l influence sur le dynamisme de l économie parisienne est bien sûr très importante. Notre but est de proposer des projets 72 de développement économique pour une capitale mondiale dynamique du Ième siècle se déclinant en cinq orientations. Celles-ci s adressent à tous les décideurs, tout particulièrement aux décideurs politiques et économiques, ainsi qu également à la CCI Paris, prête à apporter toutes ses compétences et son engagement au service du dynamisme économique parisien. Ces cinq orientations, ces cinq «Pari(s)» sont les suivants : Le Pari(s) des entreprises Le Pari(s) de la diversité des commerces et des habitants Le Pari(s) du tourisme et de la création Le Pari(s) du numérique Le Pari(s) du Grand Paris et de l international C-1 / Le Pari(s) des entreprises Un sondage 73 mené au mois de septembre 2013 par la CCI Paris Ile-de-France auprès de 900 entrepreneurs parisiens a permis de mesurer l attachement à l implantation parisienne des entreprises (PME/TPE) interrogées ainsi que leurs attentes pour mieux s y développer Le sondage indique que les principales raisons qui motivent les PME parisiennes à vouloir rester dans Paris sont d abord la proximité des clients et des fournisseurs, puis la notoriété de l adresse et aussi la qualité de vie offerte aux salariés. 72 Dont certains seraient éligibles aux financements européens (FSE, FEDER) 73 Enquête annuelle menée par Médiamétrie pour le compte de la CCI Paris Ile-de-France. Résultats de l enquête réalisée du 9 au 27 septembre 2013 auprès de 900 PME parisiennes. 74 Voir les résultats détaillés de ce sondage en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 55

56 - Interrogés sur ce qui leur permettrait de mieux se développer à Paris, les chefs d entreprises citent en premier lieu, et de loin, la diminution des taxes, puis de meilleures conditions de stationnement et de déplacement et, en troisième rang, l allègement des règlementations contraignantes. - Parmi les raisons qui motivent le transfert de l entreprise hors de Paris, le niveau des loyers et du foncier arrive en premier, suivi des raisons personnelles, puis des difficultés de circulation, de stationnement et d acheminement des marchandises. Dans ce sondage, les entreprises expriment aussi l importance qu elles accordent à la sécurité des biens et personnes et à la propreté, que ce soit en relation avec leur activité spécifique ou en tant que facteurs d attractivité pour la capitale. A partir de ce sondage et de plusieurs entretiens et auditions menés auprès du monde économique, la CCI Paris préconise des mesures concrètes pour aider l entreprise à naître et grandir dans la capitale, résumées dans le slogan : «Paris aime ses entreprises!» Cette prise en compte des attentes et besoins des entreprises est d autant plus justifiée que ces dernières participent de façon importante aux ressources de la Ville ; les impôts dits «économiques», c'est-à-dire grevant les entreprises, représentant à eux seuls 35% des recettes fiscales en 2013, avec une part prépondérante de la CVAE et de la CFE 75. La création de ces deux derniers impôts par la loi de finances pour 2010, suite à la suppression de la taxe professionnelle, s est d ailleurs traduite par une forte augmentation des recettes de la collectivité parisienne qui a toutefois dû reverser le surplus généré (892 M ) au profit du FNGIR 76. Les activités de services, fortement concentrées à Paris, ont été particulièrement défavorisées par cette réforme. Par ailleurs, l assujettissement du monde économique ne se limite pas à cette première catégorie d impôts : les entreprises sont soumises, tout comme les particuliers, aux droits de mutation, aux impôts ménages (voir tableau ci-dessous), à la taxe de balayage ainsi qu à la taxe de séjour pour le secteur hôtelier. Elles versent enfin des redevances d utilisation du domaine public (incluant principalement les droits de terrasses, étalages, contre-étalages, pérennes ou temporaires), dont le montant total s élevait en 2012 à 66 M 77 et dépasse les 69M dans le budget primitif 2013 de la Ville de Paris. 75 CVAE : Contribution de la valeur ajoutée des entreprises ; CFE : contribution foncière des entreprises 76 «Fonds national de garantie individuelle des ressources communales et intercommunales» qui vise à remédier aux déséquilibres financiers engendrés, aux niveaux communal et intercommunal, par la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité locale. 77 Rapport financier de la Ville de Paris CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 56

57 Les impôts économiques Cotisation foncière des entreprises (CFE) : 297 M Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) : M Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) : 9 M Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) : 15 M NB : la TASCOM s applique sur le CA HT annuel / m² pour les commerces ouverts à partir de 1960 avec surface de vente au détail > 400 m², et un CA HT > Les impôts ménages (entreprises et particuliers confondus) Taxe d habitation : 716 M Taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM) : 445 M Taxe foncière sur les propriétés bâties : 964 M La taxe de séjour (entreprises et particuliers): 39 M / la taxe de balayage : 104 M Les droits de mutation (entreprises et particuliers) : 914 M Les redevances d utilisation du domaine public : 69,6 M Rappel : Budget primitif 2013 (hors contribution de la Ville au département et autres neutralisations et hors FNGIR) : 8,1 mds - Produit de la fiscalité (budget primitif 2013) : 4,9 mds Source : Budget primitif 2013 de la collectivité parisienne. Parmi les actions que la CCI Paris appelle de ses vœux figurent les mesures suivantes : Réorienter les choix budgétaires municipaux en faveur des entreprises Les entreprises contribuent bien plus au budget de la collectivité parisienne qu elles n en bénéficient. En effet, selon les documents budgétaires 78 de la Ville, 12% des charges de fonctionnement relevées en 2013 contribuent directement au dynamisme économique et culturel de Paris, sachant que cette rubrique recouvre à la fois les actions économiques, culturelles et sportives ainsi que des opérations destinées à la jeunesse. Quant aux dépenses d investissement, seulement 3% sont dévolues au développement économique et à l enseignement supérieur. Le déséquilibre constaté dans ce bilan conduit à s interroger pour savoir si la trop faible part du budget qui est allouée au monde économique et aux entreprises est compatible avec l objectif d attractivité, notamment économique, que s est fixé la Ville 79. C est une question majeure, eu égard notamment à l impact, en termes de création et de maintien d emplois, des actions dédiées aux entreprises et au développement économique Voir la répartition des dépenses d investissement et de fonctionnement de la collectivité parisienne en 2013 en annexe. «La complexité des comptes» ne nous a pas permis de reconstituer ce qui ressort uniquement des dépenses économiques. 79 Rapport financier 2012 de la Ville (p.12) : «l attractivité, tant dans le secteur économique, universitaire que touristique, constitue une des priorités absolues de la collectivité parisienne. [ ] «Cette attractivité s exerce principalement auprès de 3 publics : les entreprises, les chercheurs et les étudiants, les touristes.» 80 Le rapport financier 2012 de la Mairie de Paris fait ainsi état des résultats positifs obtenus par Paris Développement (p 12), qui se sont traduits par l «accompagnement à la création de emplois et le maintien de 487 emplois sur le territoire parisien». CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 57

58 Un rééquilibrage, même partiel, se traduirait par un déplacement de plusieurs centaines de millions d euros au profit des entreprises qui pourrait prendre la forme prioritairement - d une baisse de la fiscalité parisienne, mais aussi du financement d actions ayant des effets économiques positifs directs sur la marche des entreprises, ou encore d une combinaison des deux. Diminuer ou geler les taxes pesant sur les entreprises Il s agit d un levier qui permettrait aux entreprises parisiennes de relever les défis de la concurrence et de se développer. Les taxes locales parisiennes acquittées par les entreprises, bien que de niveau généralement inférieur à celui observé dans les communes voisines, se sont considérablement alourdies ces dernières années 81. Plus que jamais, la crise économique qui se prolonge, doublée à Paris d une hausse importante des coûts fonciers, fragilisent les entreprises et, en particulier, les plus petites d entre elles. Dans ce contexte difficile, Paris devrait geler, sinon alléger la fiscalité locale grevant les entreprises, de même que les droits de voirie pour les étalages, terrasses, et la taxe sur les enseignes 82, sujet très sensible pour les entreprises commerciales et artisanales. Rappelons sur ce dernier point que la Ville de Paris avait fait le choix en 2008, lors de l instauration de la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (TLPE) 83, de taxer tout de suite l ensemble des supports 84, y compris ceux inférieurs à 7 m 2 alors même que les taxes préexistantes sur les mêmes supports étaient maintenues, provoquant un cumul inéquitable et pénalisant pour les commerces. Ce cumul devrait être supprimé au plus tard en 2014, mais la Ville pourrait aller plus loin, et aider son petit commerce en supprimant la taxation des supports inférieurs à 7m 2. Cette mesure constituerait, au surplus, une incitation à réduire la taille des enseignes, ce que semble souhaiter la Ville. Accroître les investissements destinés au développement économique La réorientation des choix budgétaires de la Ville de Paris devrait également privilégier l investissement au détriment des dépenses de fonctionnement et porter sur des projets ayant un impact positif incontestable sur le développement économique. 81 Entre 2008 et 2012, la taxe foncière à Paris a par exemple augmenté de 68% alors que l augmentation moyenne des communes de France est de 21% (source : études /FRAP octobre 2013). 82 Le montant des redevances d utilisation du domaine public ont augmenté de 10 millions en cinq ans passant de 56 millions d euros en 2007 à 66 millions en 2012, soit une augmentation de 18%. 83 Taxe créée par la loi de modernisation de l économie du 4 aout Par délibération du Conseil de Paris, publiée le 27 octobre 2008 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 58

59 Aider la jeune entreprise parisienne à faire face au coût élevé du foncier Le prix des loyers et du foncier dans Paris est un handicap à l installation ou au maintien des entreprises à Paris. La CCI Paris Ile-de-France 85 a récemment proposé un ensemble de mesures pour aider les jeunes entreprises à s installer dans la capitale visant à : couvrir par un prêt bancaire moyen terme (BPI) le dépôt de garantie et les demandes d immobilisations financières complémentaires. sécuriser et renforcer l attractivité des baux dérogatoires. favoriser la relation entre le bailleur et la jeune entreprise (formation, médiation ). La CCI Paris qui a favorisé l émergence de ces propositions 86 se tient également prête à contribuer à leur déploiement auprès des entreprises, avec l appui de la municipalité parisienne. Développer la mise en réseau des PME-TPE Le tissu économique parisien est constitué de 85% d entreprises de moins de 10 salariés dont beaucoup sont désireuses de briser l isolement dans lequel elles peuvent se trouver en nouant des relations avec leurs homologues, concurrentes ou non. La CCI Paris déploie depuis de nombreuses années des réseaux de clubs de jeunes entreprises 87 dont le nombre et l étendue doivent utilement pouvoir être accrus dans le cadre d un partenariat souhaitable dans ce domaine entre l institution consulaire et la Ville de Paris. Faire du maintien de sa place financière une priorité pour Paris La présence d une place financière forte à Paris constitue un facteur d attractivité puissant pour les grandes entreprises. De plus, elle permet l émergence et le développement de jeunes entreprises innovantes tournées vers la finance et plus largement l avenir de notre expertise financière 88. Elle constitue enfin un levier déterminant pour le développement des entreprises petites ou grandes et un moyen de conserver dans notre pays le contrôle de leurs centres de décision. La place financière parisienne apparaît cependant aujourd hui en phase «descendante» 89, que ce soit en termes d influence ou de capitaux traités. 85 «Le financement des baux commerciaux au service du développement des jeunes entreprises» rapport de la CCIR Paris Ile-de-France présenté par Dominique RESTINO et adopté le 24 janvier La CCI Paris Ile-de-France a conduit un groupe de travail associant des représentants d entreprises (CGPME) et des professionnels de l immobilier d entreprises (ORIE, CBRE, ICADE), ainsi que des consultations auprès des acteurs majeurs du financement des entreprises (OSEO, SIAGI, Fédération Bancaire Française, banques de la place de Paris, Fédération Française des Sociétés d Assurance) 87 Dans ce domaine, citons la création en 2008 de l institut de Mentorat Entrepreneurial (IME) de la CCI Paris Île-de-France qui vise à soutenir le développement des entreprises à fort potentiel de croissance et par là même, le développement de l emploi par le transfert de compétences d entrepreneurs expérimentés et reconnus, ayant à leur actif une réussite entrepreneuriale majeure ou la mise en place du RED, le «réseau d entreprises en développement», lancé par la CCID Paris en En lien avec le pôle de compétitivité Finance Innovation et Paris Incubateurs/Finance créé en mai 2011 grâce au soutien de la Ville de Paris, de la Région Ile-de-France, du Crédit Agricole, de Microsoft et New Alpha. 89 La décision du pétrolier français Total de transférer à Londres d ici début 2014 la gestion de la trésorerie et de la communication financière est sans doute symptomatique de cette perte d importance de Paris. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 59

60 Pour que la place financière de Paris retrouve son rôle moteur, il est nécessaire d améliorer son environnement juridique et fiscal et favoriser un écosystème au profit de l innovation financière en faisant par exemple de Paris le lieu incontournable en Europe des investisseurs «venture capital 90». Le Maire de Paris ne détient, évidemment, aucune compétence institutionnelle en la matière, mais possède un grand pouvoir d influence qu il devrait mettre avec les pouvoirs publics nationaux et les professionnels au service du maintien et du développement de la place financière parisienne. Favoriser l implantation des grands groupes internationaux Paris doit attirer davantage de grands groupes internationaux 91 dont l apport à l économie parisienne est essentiel. Outre leur ouverture sur le monde et leur importance stratégique, leur implantation soutient l activité des PME-TPE, du commerce local voire aussi les activités innovantes et numériques en leur procurant à chacun clients et marchés. Il convient donc notamment, au-delà des mesures fiscales et financières déjà citées, de Mieux communiquer sur les procédures d implantation et les faciliter Offrir aux salariés étrangers des logements abordables sur Paris et des établissements scolaires multi-langues pour leurs enfants (anglais, mandarin, arabe ) Disposer de quartiers d affaires à la hauteur d une grande métropole Paris doit disposer d un (ou plusieurs) quartier(s) d affaires de niveau mondial pour maintenir son statut de «ville monde» et améliorer son attractivité. Il convient donc de Poursuivre la restructuration du parc immobilier dans le quartier d affaires de Paris pour qu il réponde aux standards internationaux (labels HQE). Favoriser la complémentarité avec le quartier de la Défense et d autres pôles d affaires en émergence en Ile-de-France. Accompagner l extension du quartier central des affaires vers le 7 ème arrondissement, riche d une nouvelle offre d hôtels particuliers dont certains sont ou seront libérés par l Etat. 90 Les investisseurs en «venture capital» ou «capital risque» apportent du capital, ainsi que leurs réseaux et expériences à la création et aux premières phases de développement d'entreprises innovantes ou de technologies considérées comme à fort potentiel de développement et de retour sur investissement. 91 Paris Ile-de-France se place en 7 ème position et gagne 3 places dans le classement des investissements internationaux 2013 selon la dernière édition du «Global Cities Investment Monitor»-étude Paris Ile-de-France Capitale Economique et KPMG-2014-voir annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 60

61 Améliorer la fluidité des déplacements et des livraisons Selon le sondage de la CCI Paris Ile-de-France déjà cité, les PME Parisiennes attendent de meilleures conditions de stationnement et davantage de fluidité dans leurs déplacements dans la capitale. Elles sont, par ailleurs, nombreuses à évoquer les difficultés rencontrées dans ce domaine comme étant la raison d un éventuel transfert hors de Paris. L importance économique de la fluidité des déplacements automobiles est attestée par les résultats d une étude de l APUR 92 qui montre que 80 % des déplacements en véhicules motorisés dans Paris ont un motif professionnel. C est dire l enjeu que représente la fluidité des déplacements automobiles pour le développement économique de Paris. La politique de réduction de la part de la voirie dévolue à l automobile individuelle (places de stationnement, voies de circulation) suivie par la municipalité de Paris depuis 2001 est conforme à la tendance des grandes agglomérations, qui répond à des enjeux environnementaux et accompagne une diversification et un changement dans les habitudes de déplacements des citadins. Néanmoins, s il est vrai que la tendance «trentenaire» de réduction de la circulation automobile à Paris s est un peu accélérée sous l effet de cette politique, elle s est malheureusement accompagnée d une réduction de la vitesse des déplacements peu propice au développement économique. A l inverse, notre compagnie consulaire soutient les initiatives de la Ville en matière de modes alternatifs de déplacements tels que Vélib ou Autolib qui apportent un réel service aux usagers et ont un effet positif sur l image internationale de Paris 93. Améliorer la fluidité des déplacements dans Paris nous semble un objectif prioritaire pour l attractivité économique de la capitale et par ailleurs compatible avec la préservation de l environnement, compte tenu des progrès intervenus en matière de réduction des émissions automobiles. Pour ce faire, nous proposons de : Maintenir un réseau principal de voirie structurant, sur lequel la vitesse de circulation (limitée naturellement à 50 km/h) soit rendue plus fluide selon le cas par la réadaptation des aménagements de voirie intervenus (Magenta, St Marcel), ou la rectification de sens de circulation inversés. L extension prévue par la Ville des zones 30 à 560 km de voirie (soit 37% de l ensemble des axes de circulations) devrait être rendue compatible avec la mesure précédente («ilotage» des zones 30 km/h). Faire prendre dans le cadre de l agglomération ou de la région toutes les mesures de façon à éviter que le trafic de transit ne passe par la capitale et à faire préférer l utilisation des transports collectifs pour les déplacements pendulaires (parcs relais dans les gares du GPE). Rectifier certains sens de circulation inversés ayant conduit à la création de véritables labyrinthes, provoquant des pertes de temps importantes pour les livreurs et les professionnels mobiles. 92 ZAPA Etude d impact socio-économique Rapport final 93 On pourra aussi citer le stationnement nocturne et dominical sur les aires de livraison CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 61

62 Rendre plus efficace l action de la police de la circulation avec l aide de la videosurveillance publique pour assurer la fluidité de la circulation et le respect des aires de livraison. Réformer la politique du stationnement à Paris notamment pour favoriser les usages professionnels 94 à destination des entreprises et des particuliers (livraisons liées au e-commerce, réparateurs ). Créer pour l ensemble de ces thèmes de la circulation et du stationnement un comité multi partenarial 95 ad hoc. Moderniser et développer le service des taxis parisiens (utilisation d internet et des smartphones) et celui des Voitures de Tourisme avec Chauffeurs (VTC) récemment apparu ; privilégier la constitution d une flotte de taxis propres (électriques, hybrides) de couleur uniforme, donc facilement identifiables par les clients. Mettre en œuvre la nouvelle Charte marchandises 96 en liaison avec la CCI Paris et les autres signataires (transporteurs, logisticiens, chargeurs ) de façon à améliorer l efficacité de la logistique urbaine tout en contribuant à la préservation de l environnement des parisiens. Renforcer la sécurité des biens et des personnes pour les entreprises et leurs clients La sécurité des biens et personnes est essentielle au bon développement des entreprises. Cette condition vaut tout particulièrement pour Paris et dans certaines professions (commerces de luxe notamment mais aussi, plus récemment, buralistes, boulangers ) et appelle à prendre des mesures concrètes et efficaces. La CCI Paris-Ile-de-France a publié un rapport sur la sécurité des commerces 97 dont les principales propositions sont notamment de : Généraliser la vidéosurveillance sur l espace public, en installant de nouvelles caméras et en fédérant les systèmes déjà existants (RATP, ). Déployer, en liaison avec les CCI et les associations de commerçants des actions de formation et de prévention 98 auprès des entreprises et du grand public (en plus du déploiement de caméras, comme il est fait état au point précédent, qui pourrait être localement étendu et soutenu par les représentants du tissu commercial). 94 Les cartes Sésame «artisan-commerçant» et «réparateur» mises en place par la Ville en 2006 et 2008 ne répondent pas au problème principal qui est la saturation du stationnement de surface. Une réflexion est en cours pour leur remplacement basée notamment sur une étude sur le stationnement des professionnels mobiles menée en 2013 par la CCI PARIS en partenariat avec la Ville de Paris 95 Sur le modèle réussi du comité de pilotage de la charte marchandises. 96 Charte en faveur d une logistique urbaine durable, signée le 18 septembre «Commerçants et insécurité : comment faire face? 20 propositions de la CCI Ile de France» rapport CCIR Ile-de-Francerapport de Marcel BENEZET présenté le 16 mai Notamment faire connaître et promouvoir le site Internet mis en place par la Préfecture de police (cesplussur.interieur.gouv.fr) pour que les petits commerces et professions libérales auxquels il est destiné, s y inscrivent. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 62

63 Inciter une démarche partenariale au titre de la prévention collective en confiant aux CCIR le rôle d interface avec les autorités publiques, en ayant recours aux feuilles de liaison 99 et rendre systématique leur participation aux contrats locaux de sécurité. C-2 / Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces Paris est riche de la grande diversité de ses entreprises, qui lui confère une meilleure résistance et lui permet d amortir les effets des crises sectorielles ou conjoncturelles. Il est donc important pour Paris et ses habitants que perdure cette pluralité d activités diverses et complémentaires, véritable richesse pour un territoire. De même, est-il important que Paris préserve la présence d entreprises de toutes tailles : grands groupes, ETI ou PME/TPE. Cette diversité doit se retrouver dans un meilleur équilibre entre emplois et habitat et par le maintien de populations aux revenus moyens. Or, l'offre de logements intermédiaires à Paris est notoirement insuffisante et les investisseurs institutionnels se sont désengagés de ce segment 100. Pour répondre aux besoins et parvenir à augmenter l offre de logements dans la capitale, Paris devra mobiliser son potentiel de développement foncier résiduel mais aussi compter sur l effet «métropole». C est en effet aussi du développement des constructions hors de Paris, notamment en petite couronne que dépendra le desserrement de la contrainte foncière intra-muros. Lever les freins en matière foncière et financière pour construire des logements supplémentaires à Paris Paris est une ville compacte avec un centre hyperdense et une banlieue étalée qui perd vite en densité 101. Cette répartition est la résultante de siècles d évolution urbaine. A l échelle de la métropole, la densité apparait très contrastée de part et d autre du périphérique. En comparaison, l évolution des densités dans l agglomération londonienne est plus continue. Le centre de Londres est deux fois moins dense que celui de Paris, en revanche, la densité se maintient plus en périphérie en continuité avec la zone centrale. 99 Déjà expérimentées dans le Val de Marne, ces feuilles permettraient aux commerçants de déclarer de manière indirecte à la Police les évènements relatifs à des problèmes de sécurité, qui, s ils s avèrent récurrents, pourraient amener la mise en place d actions spécifiques 100 Sur ce point, voir le rapport de Michel CLAIR du 3 novembre 2011 «Des logements pour les salariés en Ile-de-France : un impératif de compétitivité pour la métropole» Propositions de la CCIP pour faciliter l engagement des entreprises. 101 Voir notamment l étude «Habiter les intermédiaires» réalisée pour l Atelier International du Grand Paris en mars 2013 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 63

64 Densité parisienne comparée à celle de Londres S il est vrai que la solution de la crise du logement doit être posée à la bonne échelle, celle du Grand Paris, encore faut-il exploiter les réserves foncières de la capitale pour accueillir de nouveaux programmes. On pourrait par exemple : Aménager du foncier constructible sur ou au voisinage du périphérique. La couverture du périphérique et/ou la densification de ses abords constitue une possibilité intéressante qui permettrait également de gommer l effet de coupure urbanistique qu il provoque entre l intra et l extra-muros et, au surplus, de réduire les nuisances sonores. On pourrait y construire des logements intermédiaires, des hôtels, des bureaux, des locaux d activité ou des commerces tout en créant un réseau de rues transversales pour favoriser les échanges avec les communes limitrophes de Paris. Surélever les immeubles existants peut être une solution alternative à la précédente, sous réserve de contraintes techniques liées à la construction et à la qualité du sous-sol et acceptable sur le plan de l esthétique. Libérer du foncier et de l immobilier détenus par la Mairie de Paris et par l Etat pour de nouvelles opérations d aménagement. Promouvoir la «restructuration» de logements dans le bâti existant. Par «restructuration», on entend division de logements, réaménagements d annexes, ou encore changement d usage de locaux commerciaux, industriels ou tertiaires. Transformer les bureaux en logements. La transformation de bureaux en logements est une piste qui peut répondre, en partie, au manque de logements à Paris. La reconversion de certains bureaux inoccupés ne répondant plus aux nouvelles normes, situés dans un bâti ancien dans les quartiers centraux parisiens pourrait venir rééquilibrer la mauvaise répartition actuelle emplois-habitants. Mais Paris doit cependant veiller à maintenir une offre de bureaux bien situés (proche des centres de décision), qui certes ne répondent pas aux meilleures normes actuelles de qualité mais qui proposent, en contrepartie, des prix plus accessibles, par exemple à de jeunes entreprises en croissance. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 64

65 Densifier par un urbanisme à la verticale. Au-delà des tours déjà programmées 102 d autres opérations de grande hauteur, et de grande qualité architecturale, pourraient être lancées à l occasion de la couverture du périphérique. Préserver la vitalité et la diversité du tissu commercial et artisanal On a vu dans la première partie du présent document, le rôle essentiel que joue le commerce à Paris. La CCI Paris porte bien sûr cette conviction et mène, souvent en partenariat, de nombreuses actions dans ce sens. Or aujourd hui, dans un contexte de fortes mutations (comportement du consommateur, montée du commerce numérique, pression sur les loyers commerciaux, ), il apparaît que le commerce et les commerçants (notamment indépendants) ont besoin d être davantage soutenus et appuyés. C est le sens d ailleurs du plan d action pour le commerce et les commerçants annoncé en juin dernier par Sylvia PINEL, ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme. Les CCI sont prêtes à prendre toute leur part dans ce plan, qui les implique sur de nombreuses missions, avec le soutien financier de la ville. Un partenariat entre la Ville de Paris, la CCI Paris et d autres acteurs concernés comme les associations de commerçants, devrait être noué et formalisé pour obtenir des avancées en matière de : transmission des entreprises et des commerces déploiement du numérique, animation des quartiers et illuminations festives : quels rôles respectifs des commerçants et de la collectivité? Quels opérateurs publics ou privés? Ainsi, à titre d exemple, dans le domaine des nouvelles technologies, de plus en plus incontournables aujourd hui, la CCI Paris envisagerait un nouvel évènement autour du commerce et du numérique à l instar, par exemple, du prix biannuel «Paris shop design» lancé avec succès en Il conviendrait aussi de faire un bilan - après plusieurs année d existence - du dispositif de protection des linéaires commerciaux instauré par le PLU de Paris en La préemption des commerces est une des pistes d action pour éviter la disparition de certains commerces ou leur réinstallation dans des quartiers en perte de dynamisme commercial ou de mono-activité. Les interventions de la SEMAEST 103 ont été très significatives dans ce domaine. La CCI Paris, partenaire de la SEMAEST, est favorable à poursuivre, voire renforcer ce type d action. 102 Dans des secteurs situés en bordure du périphérique de la capitale : le secteur «Masséna-Bruneseau» (13 ), la porte de Versailles (15 ), les Batignolles (17 ), la porte de Montreuil (20 ), Bercy-Charenton (12 ) et la porte de la Chapelle (18 ). 103 Depuis 2004, 372 locaux ont pu être acquis ou maîtrisés par la SEMAEST (avril 2013) CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 65

66 Il convient également d accompagner les commerçants face aux défis réglementaires, «sociétaux» ou économiques, notamment sur le thème de l accessibilité (obligations issues de la loi de 2005 sur le handicap), de la communication extérieure (enseignes et vitrines) et de l aménagement de la boutique, des services innovants proposés à la clientèle (à l instar du dispositif «La Tournée» de livraison de proximité) outils à privilégier : ateliers, diagnostics individuels, actions collectives ou de communication Les entreprises parisiennes interrogées ont souligné le poids des réglementations très contraignantes qui entravent leur développement. Les hôteliers et commerçants parisiens souvent implantés dans un bâti ancien et des périmètres classés sont amenés à verser des montants très importants pour leurs mises aux normes notamment concernant l accessibilité. Une aide 104 (subventions, ) pourrait être envisagée afin d éviter que se réalise le risque de voir disparaître certains commerces et hôtels indépendants parisiens. Par ailleurs, les nouvelles règles très restrictives adoptées en concernant notamment la taille et la disposition des enseignes conduisent certains commerces à ne plus être suffisamment visibles et impacte défavorablement leur activité. Cette réglementation doit être revue en prenant davantage en compte le point de vue des entreprises. Par ailleurs, symbole d une économie défendant les valeurs de savoir-faire, de proximité et de développement durable, l artisanat est une composante essentielle de la vie économique et sociale parisienne. La localisation à Paris permet aux artisans d être à proximité de leur clientèle (des lieux qu elle habite ou fréquente) et de profiter de la notoriété d une adresse. Les activités alimentaires sont d ailleurs souvent assurées par des commerçants-artisans (boulangers, bouchers, charcutiers, ) Or la hausse des coûts de l immobilier (loyers, murs, droits au bail) et l acceptation de plus en plus difficile de certaines activités artisanales en zone d habitat dense (conflits d usage habitat / activité) handicapent le maintien d un tissu artisanal diversifié à Paris. L artisanat de production est tout particulièrement confronté à Paris à une raréfaction des lieux pouvant accueillir ce type d activités : transformation d ateliers en habitation, artisans de fabrication remplacés par des professions libérales, etc. En tout état de cause, les métiers de fabrication représentent des gisements de savoir-faire, d emploi, de créativité qui font la réputation de Paris et qu il convient de sauvegarder. Cette sauvegarde passe notamment par des conditions d accueil favorables dans les hôtels industriels de la Ville de Paris. La CCI Paris est favorable au soutien de la transmission de PME/TPE parisiennes dans sa dimension qualitative avec l objectif de maintenir le savoir-faire, notamment dans les métiers d'art, du luxe et du patrimoine. 104 A l instar de la politique poursuivie dans d autres villes 105 Nouvelle réglementation de la publicité, des enseignes et des pré-enseignes adoptée par le conseil de Paris de juillet CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 66

67 Enfin, les espaces marchands vont continuer à se développer dans les grandes gares parisiennes dans les prochaines années. Ce renouveau des gares, auquel la CCI Paris ne peut être que favorable, améliore leur fonctionnement et rend ces lieux plus conviviaux, agréables, sécurisés en offrant aux commerces de bonnes conditions d implantation sur des sites très fréquentés. Mais une coordination avec l offre complémentaire générée par les nouvelles gares du Grand Paris Express sera toutefois nécessaire afin de ne pas générer une surproduction 106 au niveau régional. Normaliser le positionnement de l économie sociale et solidaire (ESS) dans le tissu des entreprises parisiennes. En donnant la priorité à l humain plutôt qu au financier, l économie sociale et solidaire 107 participe à une croissance qui se veut éthiquement plus durable et plus équitable et revêt des formes juridiques d associations, de coopératives, de mutuelles ou de fondations. L'entrepreneuriat social, basé sur un modèle économique innovant, est dans une phase de développement dynamique et créateur d emplois. La CCIR Paris Ile-de-France pense 108 qu il est souhaitable de faire progresser, à l avenir, la financiarisation et la professionnalisation de ce secteur économique afin qu il participe au développement économique et à l emploi à Paris. C-3 / Le Pari(s) du tourisme et de la création L industrie du tourisme est une «pépite» du futur qu il convient de développer et de maîtriser. Le constat a en effet montré toute l importance de ce secteur dans l économie parisienne d aujourd hui et de demain. L évolution des flux touristiques internationaux devrait connaitre une croissance annuelle moyenne de 4% d ici 2020 selon l Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Le nombre de touristes supplémentaires en Ile de France est ainsi estimé à 10 millions d ici Devant cet enjeu, des Assises du Tourisme ont été lancées par le gouvernement en novembre 2013 pour s achever au printemps 2014 avec pour ambition d arrêter un programme d actions précis et ambitieux pour dynamiser le tourisme et renforcer l attractivité de la France. Le défi pour Paris est de rester bien positionné, d être capable d accueillir ces flux touristiques dans de bonnes conditions et de mieux tirer profit, en termes de recettes, de l importante fréquentation touristique notamment étrangère en confortant son positionnement en tant que ville d histoire et de culture, mais aussi de «shopping», de mode et de création. Paris doit être mis en situation de profiter de l essor mondial de la consommation des produits de luxe par les visiteurs provenant notamment des pays non-européens ou émergents (Etats Unis et Chine mais aussi Russie, Moyen Orient, Asie du sud Est et Brésil). 106 Note Rapide-IAU-décembre 2013-«Surproduction de surfaces commerciales, vers une bulle immobilière?» 107 Secteur à part entière doté d un observatoire au niveau régional depuis 2010 qui représente en 2010 selon l Insee, établissements à Paris, soit 7,2% des établissements parisiens et emplois ETP soit 8,5% des emplois de la capitale (contre 6,6 % à l échelle de l Ile-de-France). 108 «Pour une politique d accompagnement global de la reprise d entreprise-projet de loi Economie sociale et solidaire- Prises de position de la CCI Paris Ile-de-France-octobre 2013 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 67

68 L amélioration de l offre (service, shopping, hébergement, transport, culture, loisirs, événementiel..) et une plus grande complémentarité entre le tourisme, la filière création-modedesign et la restauration inciteront, par ailleurs, les visiteurs étrangers à allonger leurs séjours et à accroitre leurs dépenses. Rendre la capitale et la métropole plus aptes à accueillir les 10 millions de touristes supplémentaires attendus d ici L importance des enjeux appelle à l élaboration d un véritable plan stratégique pour le tourisme à Paris 109 de manière à anticiper les évolutions à venir et faire en sorte de concilier développement économique et qualité de vie des parisiens. Ce plan, auquel la CCI Paris s engage à être un contributeur actif, pourrait s appuyer sur les nombreux travaux déjà réalisés notamment par la CCI Paris Ile-de-France 110. Ce plan pourrait s articuler autour des trois axes suivants et accorder une place transversale particulière au développement du e-tourisme : La qualité de l accueil Développer la qualité de l accueil des touristes étrangers, notamment en matière de langues et de sens du service, est une priorité. L accueil doit s adapter aux types de clientèle ; sa provenance et ses coutumes tout d abord mais aussi s il s agit d une première visite ou pas, de jeunes ou de seniors, de familles ou de professionnels Dans ce sens, et dans la continuité de l action «Do you speak tourist? 111», la CCI Paris imagine une opération nouvelle et complémentaire, en direction des touristes cette fois. Enfin, l insuffisante propreté de Paris, le harcèlement des touristes par des vendeurs à la sauvette et la présence de nombreux SDF sur la voie publique sont autant de questions à résoudre car elles participent à la qualité de l accueil d une capitale. 109 à l instar de Barcelone qui, en 1988, a élaboré un «Plan Stratégique», issu de la volonté du maire de Barcelone, qui voyait les Jeux Olympiques de 1992 comme une opportunité de développement pour la ville, en réunissant, au sein d'une même structure, la Mairie, la Chambre de Commerce de Barcelone, les représentants du patronat, les syndicats, le Cercle d'economia (important «think tank» de Barcelone) d'autres agents économiques de la ville ( Port de Barcelone, ) et en impliquant le secteur privé dans une politique globale 109. La structure a été maintenue après les Jeux Olympiques et renforcée par l'élargissement du Plan à 35 municipalités autour de Barcelone. Si l'évènement sportif a en effet de facto transformé la ville, la mutation est en grande partie liée au «Plan Stratégique». 110 «Le tourisme, une filière stratégique pour l économie francilienne» rapport de Philippe DEMONCHY du 4 novembre 2010 «Sept conditions pour améliorer l accueil et la mobilité des touristes en Ile-de-France» rapport de Philippe DEMONCHY du 15 décembre Campagne de sensibilisation "Do you speak touriste" organisée en 2013 par la CCI Paris Ile-de-France et le CRT (Comité Régional du Tourisme) auprès des professionnels du secteur du tourisme et destinée à améliorer l'accueil des visiteurs étrangers. Un guide délivrant des informations sur les différentes nationalités visitant Paris et l Ile-de-France (nature de dépenses, durée de séjour, codes de politesse, attentes, selon chaque nationalité ) a été distribué aux commerçants et acteurs du tourisme. Un site internet «doyouspeaktouriste.fr» est aussi mis à disposition. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 68

69 La capacité hôtelière et d hébergement Celle-ci devrait augmenter entre 2010 et 2020 de à chambres supplémentaires en Ile-de-France 112, essentiellement avec des établissements «gros porteurs» à proximité des centres d affaires et sites d exposition. Dans ce cadre, l offre parisienne augmenterait de chambres sur 14 emplacements réservés à la périphérie de Paris. Compte tenu des perspectives d augmentation des flux touristiques, on peut penser que cette nouvelle offre sera insuffisante. Aussi, et particulièrement lors des périodes de haute fréquentation touristique, d autres formes complémentaires d hébergement, comme les chambres d hôtes ou la location meublée de courte durée, peuvent trouver leur place dans un cadre réglementé. Les déplacements des touristes La prise en compte des besoins de déplacements des touristes est cruciale pour une ville comme Paris si l on considère l importance des flux actuels et futurs. Se pose en premier lieu la question de l amélioration des liaisons des aéroports avec la capitale. A cet égard, on peut regretter que les décisions intervenues sur la programmation du Grand Paris Express reportent la desserte d Orly à 2025 et celle de Roissy -CDG au-delà de Aussi apparait-il primordial pour le tourisme d affaires que le projet de liaison directe entre Paris et Roissy-CDG se réalise prioritairement concurremment avec le développement d un pôle d activité sur l ensemble gare de l Est gare du Nord et l amélioration de sa desserte routière. Les déplacements par autocars semblent par contre devoir rester la règle pour le tourisme de loisir pour de nombreuses années encore, impliquant l adaptation des voies autoroutières vers la capitale aux autocars par la création d une voie supplémentaire qui leur serait réservée ainsi qu aux taxis et la mise en œuvre de mesures appropriées pour la circulation, la dépose 113 et le stationnement des autocars de tourisme dans Paris. La CCI Paris, consciente de la difficulté de la question, est prête à mettre ses compétences au service de cette problématique. Poursuivre les actions spécifiques de développement du tourisme d affaires. Les touristes d affaires dépensent globalement plus que les touristes d agrément (nettement plus dans l hébergement, la restauration et les transports mais en revanche moins dans le shopping 114 et les loisirs, faute de temps). Le tourisme d affaires doit faire l objet d une attention permanente en raison notamment d une concurrence de plus en plus vive entre métropoles Estimation avancée par le Comité Régional du Tourisme d Ile-de-France (CRT) 113 Notamment devant ou à proximité des hôtels. 114 Les touristes d affaires français et étrangers ont des dépenses de shopping inférieures à la moyenne des touristes (16 par jour contre 26 )-«le shopping, un pilier du tourisme à Paris-OTCP-étude La création en 2008 de Viparis (filiale détenue à parts égales entre le groupe Unibail-Rodamco et la CCIP), exploitant des sites de congrès et d'exposition de la Chambre de commerce et d'industrie de la region Paris Île-de-France et du groupe Unibail-Rodamco en Île-de-France a certainement permis à Paris et sa région de mieux résister à la crise en matière de tourisme d affaires. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 69

70 La modernisation du site de la Porte de Versailles (l un des rares parcs européens situés en ville) qui se traduira par la création d un hôtel de 450 chambres et d un Palais des Congrès de capacité supérieure à celui de la porte Maillot, constitue une priorité qui viendra renforcer l attractivité de la capitale en termes de congrès et salons et de tourisme d affaires. Appréhender le tourisme parisien à l échelle du bassin parisien La destination «parisienne» doit s intégrer au niveau de la métropole, même si, en matière de tourisme, Paris reste le moteur qui concentre, irrigue et diffuse vers l ensemble du territoire francilien, voire au-delà vers le bassin parisien, l attractivité touristique se structurant autour de la capitale et de quelques autres grands sites (Disney, Versailles, Paris-Nord Villepinte ). Libéraliser l ouverture des commerces le dimanche et en soirée, étendre les zones touristiques L absurdité économique de la situation actuelle en matière d ouverture dominicale des commerces qui aboutit à ce que Londres capte le week-end une partie du «shopping parisien» n est plus à démontrer. Comme le préconise un rapport récent de la CCI Paris Ile-de-France 116, il est temps de réformer cette situation et de poser le principe légal de l ouverture dominicale des commerces. Cette évolution devrait, en revanche, être maîtrisée, par exemple en maintenant une obligation de fermeture le dimanche après-midi des établissements qui exercent à titre exclusif ou principal la vente de denrées alimentaires de détail ainsi que le principe de fermeture hebdomadaire des boulangeries. Dans l attente d une telle mesure, nécessitant une intervention législative, un élargissement des périmètres actuels des zones touristiques dans Paris, à l évidence trop étroits et morcelés 117, devrait être étudié sans tarder par la municipalité, qui en a seule le pouvoir d initiative (la décision finale revenant au Préfet). Cet élargissement permettra alors aux commerces implantés dans ces zones d ouvrir librement le dimanche. A cet égard, cette mesure devra nécessairement concerner le quartier des grands magasins Haussmann. Enfin, une réflexion est nécessaire sur l ouverture des commerces la nuit dans certains quartiers, ou le long de certaines artères, seule manière de créer ou de soutenir la continuité de vie nocturne observée dans les grandes «Villes-monde». 116 «Travail dominical dans les commerces» Rapport de Monsieur Dominique MOCQUA, adopté le 24 octobre On rappellera à ce propos un travail approfondi mené il y a quelques années par la délégation de Paris de la CCIP, prenant en compte trois critères (l attractivité touristique, la forte densité de commerciale et les capacités c accueil et l accessibilité du secteur) et qui aboutissait au classement en zone touristique : o D un périmètre central correspondant aux arrondissements historiques situés rive droite et rive gauche. Ce périmètre englobe le quartier Haussmann-Saint-Lazare o Des zones éclatées ou excentrées : Champs-Elysées, Montmartre, Porte Maillot, porte de Versailles, Bercy-Village, Viaduc des Arts. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 70

71 Accompagner une économie de plus en plus tournée vers la mode, le luxe «abordable» et l excellence Le développement encore plus poussé des activités liées au luxe, à la mode et au design est souhaitable - et possible grâce à l effet d image positif qu exerce la marque Paris en ce domaine. D importantes retombées sont à en attendre en termes d emplois à Paris ainsi qu en Ile de France et en France. La bonne santé des grandes marques du luxe (LVMH, PPR, ) profite aux artisans et sous-traitants. Le luxe parisien doit être l élément dynamique des industries créatives franciliennes. Dans ce sens, il conviendrait de : Créer des lieux évènementiels supplémentaires de qualité, bien situés dans Paris pour organiser des évènements importants attractifs et emblématiques (défilés de mode, ) 118. Se doter d outils de financement des entreprises de création, dont les business models sont loin des standards attendus par les banques (fonds dédié à la création, réseau 119 de business angels spécialisé..). Accroitre le nombre d incubateurs dédiés aux métiers d art et à la mode et favoriser le rapprochement de ces incubateurs et des écoles de mode et de design de grande qualité que compte la capitale (loger ces incubateurs en proximité des écoles et créer des espaces de «coworking» 120 dans ces mêmes écoles par exemple). Enseigner les disciplines de la création (design notamment) dans les écoles de commerce pour décloisonner les formations et casser les préjugés auprès de ces futurs décideurs. Aider ces PME (notamment pour les métiers d art) à «penser international» et les accompagner dans leurs démarche de promotion/prospection vers les marchés étrangers de qualité pour les produits de luxe et de qualité. Poursuivre les opérations de promotion du design dans les commerces 121, par exemple avec l opération «Paris Shop and Design» lancée par la CCI Paris. C-4 / le Pari(s) du numérique Le développement du numérique concerne pratiquement tous les secteurs d activité de la capitale. L économie numérique stricto sensu, représentait selon le cabinet McKinsey, 3,7% du PIB français en 2010 et devrait peser 5,5% du PIB en On parle même du numérique comme étant «l industrie du futur et le futur de l industrie» Il faut saluer sur ce point, la réouverture prochaine (1 er trimestre 2014) du Carreau du Temple après d importants travaux (partenariat-public-privé) qui offrira notamment un plateau de m2 pouvant accueillir des manifestations de type défilé de mode. La halle Freyssinet qui accueillait de nombreux défilés est, en revanche, destinée à d autres fonctions. 119 Un poste d animateur d un réseau business angels dédié au secteur de la mode pourrait être financé par les FSE et FEDER. 120 Un «Fab lab» pourrait être créé pour répondre à la volonté «d'ouverture» de l école «La Fabrique» de la CCI Paris Ile-de-France et au besoin d'accompagnement très spécialisé que requièrent les jeunes entreprises positionnées sur les métiers de la création et aux designers. 121 et, plus généralement poursuivre les actions de sensibilisation du monde du commerce à l intérêt d intègrer le design dans les points de vente, en incitant par exemple les commerçants à participer à des salons comme «Maison et Objets» qui se tient deux fois par an à Villepinte. 122 Audition de M Guy MAMOU-MANY, Président du Syntec Numérique CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 71

72 L innovation et le numérique sont sans conteste des secteurs porteurs de croissance et d emploi pour Paris et des facteurs d attractivité et de compétitivité. Renforcer et promouvoir la «Tech city Paris» L ouverture récente du NUMA 123, et le projet de la Halle Freyssinet contribuent à renforcer le secteur du numérique à Paris. Il faut aller plus loin et, à l instar de Londres et d autres grandes métropoles, soutenir les initiatives privées comme publiques pour faire de Paris une ville du numérique et des start-up à part entière et surtout le faire savoir. Le gouvernement veut faire de la visibilité de l'écosystème numérique français une priorité. La CCI Paris Ile-de-France 124 considère que sa concentration sur le territoire parisien, compte tenu de ses spécificités et de ses atouts, est indispensable pour atteindre la masse critique et être attractif au niveau international. Adopter une marque utilisée par tous, pour servir d étendard au secteur du numérique parisien. Pourquoi pas la «Tech city Paris»? Poursuivre, voire accélérer la numérisation des services et procédures dépendants de la Ville de Paris 125 ainsi que de toutes autres structures publiques et privées, la CCI Paris en premier lieu 126. Promouvoir et développer le rôle de l Echangeur PME/PMI de la CCI Paris Ile-de-France comme outil de diffusion du numérique au sein des entreprises. L Echangeur PME/PMI de la CCI Paris Ile-de-France qui a pour mission d aider les entreprises, et particulièrement les commerces, à intégrer l usage des nouvelles technologies et des nouveaux services offerts par le numérique est encore insuffisamment connu 127. Il pourrait se déployer à Paris dans l accompagnement des acteurs du tourisme (hôtellerie, restauration, commerces, agences de tourisme ) ainsi que des PME exportatrices, compte-tenu de ses spécificités dans ces deux domaines. Etendre le dispositif de Paris-amorçage aux jeunes entreprises de toutes les pépinières et incubateurs de Paris Sensibiliser, informer, former, accompagner les entreprises d activités plus traditionnelles (les commerces par exemple, y compris dans le secteur alimentaire) à l utilisation des outils numériques et aux avantages qu ils présentent en termes de marketing, promotion, notoriété, vente, gestion, dématérialisation ( cf supra sur le rôle de l Echangeur PME/PMI) et sur le projet d un événement autour du commerce et du numérique, à l instar du Prix «Paris Shop Design», lancé en 2012 par la CCIR. 123 Lieu ouvert en novembre 2013, rue du Caire (2 ème arrondissement) et regroupant diverses structures initiées par Silicon Sentier comme la Cantine, le Camping ou la Silicon perience 124 «Le numérique, levier d une nouvelle croissance» rapport de Frederic BRUNET-décembre De nombreux services municipaux et formalités sont aujourd hui déjà accessibles via Internet. Il en est de même pour la CCIR Paris Ile-de-France et pour la CCID Paris : Service en ligne (SEL), Portail des associations de commerçants 126 Le secteur numérique de Grande Bretagne bénéficie de l essor de l e-gouvernement avec des contrats de plus de 700 millions d euros soit 40% de plus qu en France. Source : De la Ville Lumière à la Smart City?-septembre pwc et Paris Ile-de-France Capitale Economique 127 L opération lancée en novembre 2013 de promotion du Web vis-à-vis des PME/TPE d Ile-de-France en partenariat avec Google va dans ce sens. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 72

73 Favoriser les initiatives publiques et privées en faveur de l accueil, de l accompagnement et du financement des start-up numériques à Paris On a vu, dans la partie A de ce diagnostic, le développement important depuis une dizaine d années des surfaces offertes aux porteurs de projet et aux jeunes entreprises innovantes à Paris. Il faut poursuivre et compléter cet accroissement de l offre, en investissant de nouvelles thématiques, et en créant autant de possibilité de rencontres entre les créateurs 128. Créer un pôle d innovation autour de la création (image, cinéma, design, mode, ) 129 en coordination avec les projets dans ce domaine portés dans le cadre des Contrats de Développement Territorial du Grand Paris. Créer à l Echangeur PME/PMI de la CCIR Paris Ile-de-France une cellule de réflexion rassemblant l ensemble de la chaîne numérique pour faire émerger des idées et de nouvelles approches. Dynamiser le financement des startups innovantes. Un déficit 130 de financement existe pour les entreprises innovantes en phase de démarrage. Les fonds d investissement éprouvent par ailleurs des difficultés à rencontrer des projets à haute valeur ajoutée. Face à ce constat et compte tenu du fort potentiel de Paris, des rencontres 131 entre porteurs de projet et business angels doivent être encouragées. Encourager le partenariat grands groupes / start-up. La CCI Paris Ile-de-France 132, préconise, dans le cadre d une nouvelle approche, créatrice de valeurs avec le numérique, de privilégier le principe d horizontalité, notamment d arrêter d opposer les grands groupes et les start up numériques considérant que la croissance des uns dépendra à l avenir de la croissance des autres. Les grands groupes doivent prendre part à la croissance des start-up numériques. Nombreux à Paris, ils doivent encourager et aider les start-up numériques et s appuyer sur elles, pour les alimenter en innovation plutôt que de chercher à le faire en interne. Le partenariat grands groupes / start-up peut prendre aussi la forme du «corporate venture 133». Encourager l évolution de Paris vers une ville «intelligente», tournée vers le futur. Le développement durable et la démarche «smart city», dans laquelle le numérique joue un rôle primordial, sont par nature transversales et concernant pratiquement tous les domaines d intervention de la Ville et tous les comportements de ses résidents et visiteurs. 128 «A l ère du numérique, on est tenté de croire que les idées peuvent se développer au moyen d s ou de chats. C est idiot! La créativité émane de réunions spontanées, de discussions anecdotiques. Vous croisez quelqu un, vous demandez aux uns et aux autres ce qu ils font, vous êtes interloqué et, bientôt, vous concoctez une flopée de nouveaux projets» Steve JOBS p 490 de sa biographie, Walter ISAACSON, édition JC LATTES 129 En s appuyant notamment sur la renommée internationale de l école des Gobelins de la CCI Paris Ile-de-France. 130 «Dynamiser le financement de l amorçage et des start up» Friedlandpapers-mai Reconduire (avec éventuellement un financement européen (FSE, FEDER)) l opération «IT Tuesday» de la CCIR Paris Ilede-France qui invite l entrepreneur à "pitcher" successivement auprès de plusieurs Business Angels sur une soirée. 132 «Le numérique, levier d une nouvellement croissance»- rapport de Fréderic BRUNET-décembre Les grands groupes prennent des participations dans des PME innovantes via des structures d investissement. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 73

74 On citera notamment : L utilisation des véhicules électriques 134 ou propres pour les déplacements en complément des dispositifs de véhicules partagés déjà existants (Vélib, autolib ). La promotion des pratiques en faveur de la protection de l environnement comme par exemple, dans les commerces, l incitation à respecter l environnement à travers les «écodéfis» 135. Aider l entreprise à intégrer la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) dans leur organisation 136. C-5 / et le Pari(s) du Grand Paris et de l international Les grandes métropoles, les «villes monde», prennent aujourd hui une place croissante dans la structuration économique du globe. C est là que se joue de plus en plus la performance d un Etat, d une nation. C est sans doute pourquoi elles font l objet de classements de plus en plus nombreux sur la base de différentes données qualitatives et/ou quantitatives. Largement diffusés, ces classements deviennent par ailleurs, bien que subjectifs, de véritables outils de promotion territoriale. Ces classements considèrent bien sûr les métropoles comme un tout et il serait d ailleurs illusoire de vouloir dissocier l attractivité d une partie de la ville, fut-ce son centre, du reste de sa région. Mais pour autant c est bien le vocable à vocation de marque «Paris» qui est cité dans ces classements et de fait le dynamisme du centre alimente celui de la métropole. Quels enseignements tirer de ces classements 137? La métropole parisienne se place encore aujourd hui dans le «top 4» de la plupart des classements internationaux. Paris et sa région se positionnent parmi les premières métropoles mondiales pour la qualité de ses infrastructures, la présence marquée de services intellectuels aux entreprises, ses ressources culturelles, ses lieux de consommation, l éducation, la croissance démographique, la santé et, dans une moindre mesure, la qualité de la recherche. 134 Selon la mairie de Paris, 700 bornes de recharge électriques seront installées à Paris d ici fin Eco-défis a pour but de valoriser les commerçants et artisans ayant réalisé des actions concrètes en faveur de l environnement sur des thématiques telles que l énergie, les transports, les déchets, les emballages, les éco-produits, ou la gestion de l eau. Les commerçants et artisans engagés dans l opération ont six mois pour relever leurs trois défis tout en bénéficiant d un accompagnement personnalisé dispensé par les conseillers des chambres consulaires. 136 La RSE permet aux entreprises de répondre aux nouvelles contraintes réglementaires, aux demandes croissantes des donneurs d ordre publics et privés et accéder ainsi aux nouveaux marchés potentiels qui s ouvrent concomitamment («green business»...). La maitrise des dépenses énergétiques leur permet de faire des économies et d augmenter par voie de conséquence leurs chiffres d affaires. La «conversion écologique» des activités peut devenir pour les entreprises une opportunité de développement pour améliorer leur process de productivité et conquérir de nouveau marché. 137 Voir en annexe le détail des différents classements internationaux comparés. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 74

75 La métropole est en revanche mal classée du fait du manque de disponibilité de l immobilier et de son coût élevé, du poids des charges et de la fiscalité, du manque d attractivité du marché et de l environnement d affaires, moins considérée que d autres «villes monde» comme lieu propice à «faire des affaires». Elle se trouve distancée en matière de flux financiers, avec une place financière qui perd des places dans les classements. L écosystème numérique parisien se situe, quant à lui, au 2 ème rang en Europe après Londres et à la 11 ème place dans le monde. Il parait urgent que la métropole parisienne regagne des places là où elle en a perdu (la finance notamment). Paris n apparaît pas, par ailleurs, comme une métropole numérique mondiale de référence en dépit de ses atouts indéniables (cf. supra). Il faut que la métropole parisienne «reste dans la course» face à des concurrentes très déterminées et mieux organisées (comme Londres en Europe, mais aussi, dans une moindre mesure, Berlin, Barcelone sans parler de villes concurrentes situées sur d autres continents ). Il faut faire de Paris le moteur qui assure la dynamique de la métropole dans la compétition internationale 138. La CCI Paris énonce ainsi quelques propositions pour que Paris, par son rayonnement et son attractivité, vienne renforcer ou conforter la région 139 dans un monde de plus en plus compétitif face à des métropoles qui n hésitent pas à faire valoir leurs atouts (Londres en premier lieu), et à des villes monde émergentes en plein développement (Shanghai, Beijing ). Le Maire de Paris, premier ambassadeur des entreprises et de l économie parisienne D autres villes, Londres notamment, s investissent fortement dans la promotion économique de leur ville, par exemple pour ce qui est de la «Tech city». La marque «Paris», connue dans le monde entier pour sa culture, n est pas assez valorisée, en termes de marketing territorial et de promotion commerciale. La promotion à l international devra se faire dans un cadre coordonné au niveau du Grand Paris. La mise en place d une gouvernance simple et lisible à l échelle du Grand Paris ne pouvant que favoriser l efficacité de cette action. La CCI Paris est prête à s investir aux côtés du Maire de Paris pour soutenir ses actions de promotion du monde économique. 138 «Paris joue un rôle spécifique dans le Grand Paris. La ville n est pas intégrée dans un CDT mais, de par sa position géographique, elle est à la fois l espace central et le point d appui de la métropole en matière d image, de notoriété à l étranger, d accueil des sièges sociaux et d activités à forte valeur ajoutée. Paris est la vitrine de la région-capitale. La mise en œuvre du projet du Grand Paris aura ainsi pour conséquence la constitution d un système plus polycentrique qui permettra le «désengorgement» de la ville-centre, favorable à une nouvelle dynamique d ensemble des territoires mais où la centralité économique de Paris continuera de jouer son rôle»-extrait du rapport de Michel Valache du 5 juillet 2012 «La réussite économique du Grand Paris : les quatre priorités des entreprises» 139 La Délégation Interministérielle à l Aménagement et à la Compétitivité des Territoires (DIACT) considère aujourd hui qu il est de l intérêt national que Paris soit très puissant en Europe pour pouvoir «tirer le territoire national», les territoires s imbriquant les uns dans les autres, ce qui conduit à réfléchir au niveau du «Bassin parisien» (et même de l axe Seine) dans un contexte marqué par une expansion aux franges de la région Ile-de-France. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 75

76 Organiser et accueillir de grands événements mondiaux L organisation de grands évènements représente un levier de croissance pour la métropole dans son ensemble et pour Paris en particulier. Un rapport récent de la CCI Paris Ile-de- France 140 formule des propositions pour que ce type d évènement puisse être «capté» et bien géré, la Ville de Paris étant bien sûr concernée au premier chef par ces recommandations. Le succès de tels évènements ne peut se concevoir sans une gouvernance à l échelle du Grand Paris 141 et une forte implication de tous les acteurs clés concernés (filières économiques culturelles et sportives, politiques). A cet égard, l échec de la candidature aux JO de 2012 ne doit pas décourager l envie de «rebondir» sur un projet équivalent. Faire des aéroports et des gares parisiennes des portes d entrée accueillantes et performantes Réaliser une liaison entre Roissy et Paris aux standards internationaux Alors que le projet du Grand Paris Express prévoit deux ruptures de charge entre Paris et Roissy CDG, avec une mise en service au mieux prévue dans une quinzaine d années, en 2027, et qu un nombre croissant de touristes est attendu à Paris au cours des prochaines années, il est essentiel comme exposé précédemment de réaliser le plus rapidement possible une liaison directe en complémentarité avec le réseau de transport du Grand Paris 142. Cette infrastructure permettrait d être à la hauteur des standards d accueil internationaux, d accroitre la visibilité et d améliorer l image de Paris à l international pour les investisseurs internationaux, les voyageurs et touristes d affaires. Préserver les arrivées TGV directes à Paris Les arrivées directes en TGV dans Paris (en gares du Nord et de l Est notamment) doivent être préservées en complément des nouvelles gares créées à Saint-Denis, La Défense, Massy et Orly pour permettre aux nouveaux pôles de conforter leur développement et à Paris de continuer à jouer son rôle fédérateur «Les grands évènements : Un moteur pour la croissance économique et touristique du Grand Paris» rapport présenté Par Mme Monique BAILLOT et adopté par l Assemblée générale du 10 octobre Sujet essentiel pour le développement de la métropole parisienne, qui dépasse le cadre des grands évènements, et sur lequel la CCIR Paris-Ile-de-France s est exprimée à plusieurs reprises. 142 La CCI Paris Ile-de-France est intervenue à de nombreuses reprises sur ce thème. Voir notamment «Une Liaison ferroviaire dédiée et directe entre Paris et l aéroport Roissy-CDG-un élément déterminant pour l accueil des visiteurs et l attractivité de la métropole»-février 2012-Bernard IRION 143 «La réussite économique du Grand Paris : les quatre priorités des entreprises»-rapport de M Michel Valache du 5 juillet 2012 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 76

77 Multiplier les gestes architecturaux pour donner à Paris l image d une ville moderne et innovante Les projets de tours en périphérie, que ce soit la tour Triangle de la Porte de Versailles (conçue par les architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron), le projet des tours "Duo" dans le 13 ème arrondissement (conçu par Jean Nouvel) ou le futur Tribunal de Grande Instance dans le 17 ème arrondissement (conçu par l architecte Renzo Piano, auteur du Centre Pompidou inauguré à Paris en 1977) inaugurent une modernisation importante de l architecture parisienne. D autres projets et réalisations extra-muros, à la Défense notamment, participent aussi de cet élan visant à moderniser l image de Paris. La CCI Paris Ile-de-France soutient ces projets dans la mesure où ils seront de grande qualité et s intégreront bien dans leur environnement. Intégrer la Seine dans la stratégie du développement de Paris L axe Seine doit devenir une réalité économique 144 pour l ensemble des entreprises situées sur ce territoire (actions de communication, rencontres d affaires, marketing territorial, réseaux et clubs d entreprises ). A l image de New York et de Londres, le Havre et Paris Seine Normandie pourraient par ailleurs constituer la façade maritime de la capitale. Conforter et dynamiser les liens entre Paris et les diverses polarités du Grand Paris Paris doit pouvoir rayonner au-delà du périphérique dont ce rapport propose par ailleurs de «gommer» l effet de coupure urbanistique qu il provoque actuellement en développant des liens de synergie et de complémentarité avec d autres territoires de la métropole. On peut citer quelques exemples dans des domaines très différents : Un grand centre d affaires mondial en lien avec La Défense, attractif pour les grands groupes notamment internationaux. Un pôle spécialisé dans les sciences du vivant, ancré sur la partie rive gauche de la capitale et s étendant au sud du Grand Paris. L interconnexion des pôles scientifiques et universitaires de renommée mondiale comme Paris-Centre et Paris-Saclay seraient porteur de synergies et vecteur de visibilité à l international 145. le réseau de centres d exposition et de congrès de la métropole. La mise en place du Grand Paris avec la réalisation du Grand Paris Express (dans son étendue et dans les délais définis) ainsi que l émergence de clusters spécialisés à Paris et au sein des CDT 146 vont constituer un ensemble polycentrique au niveau régional dont le dynamisme dépendra du rôle central de la capitale. 144 «Pour une stratégie de développement économique de l Axe Seine de Paris à la Mer-préconisations des entreprises et des CCI»-Octobre 2011-CCI de Paris, de Versailles Val d Oise/Yvelines, de Rouen, du Havre, CCIR de Haute Normandie 145 Dans ses «Préconisations sur la mise en œuvre du Grand Paris Express» du 24 janvier 2013-, la CCI Paris Ile-de-France considère notamment que la desserte du «cluster Paris Saclay» doit être garantie en assurant sa liaison avec l aéroport d Orly et le plaçant à 30 minutes de Paris via les «lignes bleue et verte». 146 Voir carte du réseau de transport du Grand Paris (Grand Paris Express) et des CDT en cours en annexe CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 77

78 CONCLUSION La CCI Paris a dressé un panorama des leviers pouvant être actionnés pour insuffler un plus grand dynamisme à l économie parisienne. Ils sont aussi nombreux que diversifiés, cherchant à couvrir au mieux l écosystème unique de la capitale. Aussi nos propositions concernent-elles : - l amélioration de l environnement économique et urbain des entreprises parisiennes: diminution des charges, des impôts et des taxes auxquels elles sont soumises, adaptation du marché immobilier à toutes les phases de leur développement et réorientation de celui-ci vers les classes moyennes, montée en puissance de l écologie dans l urbain comme par exemple dans la construction, renforcement de la propreté et de la sécurité du cadre de vie, amélioration des conditions de circulation et de livraison dans Paris et depuis les aéroports ; - l accompagnement des initiatives : dynamisation de l entreprenariat, soutien de la place financière de Paris, marketing territorial à l échelle mondiale, renforcement des animations locales et des mises en réseau dans le monde économique, - le renforcement de secteurs économiques porteurs : tourisme, économie numérique, création, mode, design, commerce et activités de proximité, innovation, économie sociale et solidaire, C est donc un vaste ensemble de mesures touchant à de multiples aspects de la vie des entreprises parisiennes qu il nous paraît urgent de mettre en œuvre pour relancer le dynamisme économique de notre capitale. Elles se placent toutes sous la bannière «Priorité au dynamisme économique de Paris!», seule à même de permettre à notre capitale de ne pas se laisser distancer par les villesmonde qui font la course économique en tête. La CCI Paris propose à ses partenaires, au premier rang desquels la Ville de Paris, d aller dans cette direction et d épouser cette ambition. Elle entend, quant à elle, y prendre toute sa part. Ces mesures visant à un meilleur développement des entreprises à Paris ne se feront pas sans une indispensable articulation entre les différentes politiques menées au niveau régional (SDRIF, SDREI, schéma des formations ), entre les échelons (Région, Grand Paris, Métropole, Département, communes, Paris) et une gouvernance mieux adaptée au niveau métropolitain. De plus, le développement de nouvelle polarités urbaines et économiques en proche banlieue, intégrant à la fois les dimensions développement économique et logement, et bien reliées entre elles et à Paris constitue une chance pour le cœur de l agglomération. Ces pôles offriront de nouveaux espaces de développement pour accueillir de nouveaux logements, de nouvelles activités et de nouveaux commerces. Ils ne seront pas des espaces concurrents du cœur de l agglomération, mais des extensions qui renforceront le dynamisme et l attractivité de l ensemble de la métropole. Toutes ces mesures ont pour finalité que les chefs d entreprises, petites ou grandes, puissent affirmer : Paris aime ses entreprises! CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 78

79 TABLEAU SYNTHETIQUE DES PROPOSITIONS Tableau synthétique des propositions de la CCI Paris CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 79

80 Priorité 1 : Le Pari(s) des entreprises Préconisations Réorienter les choix budgétaires municipaux en faveur des entreprises Actions - Diminuer ou geler les taxes pesant sur les entreprises (taxes foncières, droits de voirie pour les étalages, terrasses, taxe sur les enseignes, et en particulier, supprimer la taxation des supports inférieurs à 7m ² - Accroître les investissements destinés au développement économique. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Etat, Région, Ville de Paris Aider la jeune entreprise parisienne à faire face au coût élevé du foncier Développer la mise en réseau des PME-TPE Faire du maintien de sa place financière une priorité pour Paris Disposer à Paris de quartiers d affaires à la hauteur d une grande métropole - Couvrir par un prêt bancaire moyen terme le dépôt de garantie et les demandes d immobilisations financières complémentaires. - Sécuriser et renforcer l attractivité des baux dérogatoires. - Favoriser la relation entre le bailleur et la jeune entreprise (formation, médiation ). BPI CCI Paris, Ville de Paris CCI Paris, Ville de Paris, législateur CCI Paris, Ville de Paris, bailleurs - Accroitre le nombre et l'étendue des réseaux de clubs de jeunes entreprises. CCI Paris, Ville de Paris - Influer auprès des pouvoirs publics nationaux et des professionnels pour recréer les conditions du maintien et du développement de la place financière parisienne. - Poursuivre la restructuration du parc immobilier dans le quartier d affaires de Paris pour qu il réponde aux standards internationaux (labels HQE). - Favoriser la complémentarité avec le quartier de la Défense et d autres pôles d affaires en émergence en Ile-de-France. - Accompagner l extension du quartier central des affaires vers le 7ème arrondissement, riche d une nouvelle offre d hôtels particuliers dont certains sont ou seront libérés par l Etat. Ville de Paris, Etat, CCI Paris Ville de Paris, professionnels Ville de Paris, communes limitrophes, professionnels Ville de Paris, professionnels CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 80

81 Priorité 1 : Le Pari(s) des entreprises Préconisations Favoriser l implantation des grands groupes internationaux Actions -Mieux communiquer sur les procédures d implantation. - Offrir aux salariés étrangers des logements abordables sur Paris et des établissements scolaires multi-langues pour leurs enfants (anglais, mandarin, arabe ). Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés CCI Paris, Ville de Paris CCI Paris, Ville de Paris, Etat Améliorer la fluidité des déplacements et des livraisons - Maintenir un réseau principal de voiries structurantes et : réadapter certains aménagements de voirie intervenus (Magenta, St Marcel ), rectifier certains sens de circulation inversés, rendre plus efficace l action de la police de la circulation avec l aide de la vidéosurveillance publique pour assurer la fluidité de la circulation et le respect des aires de livraison, veiller à ce que l extension prévue par la Ville de Paris des «zones 30» à 560 km de voirie (soit 37% de l ensemble des axes de circulations) ne pénalise pas la fluidité de la circulation. Ville de Paris, Préfecture de Police CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 81

82 Priorité 1 : Le Pari(s) des entreprises Préconisations Améliorer la fluidité des déplacements et des livraisons Actions - Faire prendre toutes les mesures afin d'éviter que le trafic de transit ne passe par la capitale. - Faire préférer l utilisation des transports collectifs pour les déplacements pendulaires ex. parcs relais dans les gares du GPE. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Région, STIF, Préfecture, Ville de Paris Région, STIF, RATP, SNCF, Ville de Paris, - Réformer la politique du stationnement à Paris pour favoriser les usages professionnels à destination des entreprises et des particuliers (livraisons liées au e-commerce, réparateurs ), privilégier le stationnement rotatif au stationnement résidentiel. Ville de Paris, Préfecture de Police, CCI Paris, professionnels - Moderniser et développer le service des taxis parisiens (utilisation d internet et des Smartphones) et celui des Voitures de Tourisme avec Chauffeurs (VTC) ; privilégier la constitution d une flotte de taxis propres (électriques, hybrides) de couleur uniforme, donc facilement identifiables par les clients. Chambre de métiers, sociétés de taxis, Ville de Paris, Préfecture - Mettre en œuvre la nouvelle "Charte en faveur d'une logistique urbaine durable" signée le 18 septembre 2013 de façon à améliorer l efficacité de la logistique urbaine tout en contribuant à la préservation de l environnement des parisiens. - Créer un comité ad-hoc sur les questions de la circulation et du stationnement sur le modèle réussi du comité de pilotage de la charte marchandises. Signataires de la charte : transporteurs, logisticiens, chargeurs, Ville de Paris, Chambres consulaires Ville de Paris, chambres consulaires, opérateurs, milieux économiques CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 82

83 Priorité 1 : Le Pari(s) des entreprises Préconisations Renforcer la sécurité des biens et des personnes pour les entreprises et leurs clients Actions - Généraliser la vidéosurveillance sur l espace public, en installant de nouvelles caméras et en fédérant les systèmes déjà existants. - Déployer des actions de formation et de prévention auprès des entreprises et du grand public. - Inciter une démarche partenariale au titre de la prévention collective. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, Préfecture de Police CCI Paris, associations de commerçants - Confier aux CCI le rôle d interface avec les autorités publiques, en ayant recours aux feuilles de liaison et rendre systématique leur participation aux contrats locaux de sécurité. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 83

84 Priorité 2 : Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces Préconisations Actions Délai de réalisation court terme moyen à long terme Principaux acteurs concernés Lever les freins en matière foncière et financière pour construire des logements supplémentaires, notamment intermédiaires, à Paris - Aménager du foncier constructible sur ou au voisinage du périphérique afin de réaliser des logements intermédiaires, des hôtels ou des locaux d activités ou de commerces afin de «gommer» l effet de coupure urbanistique entre Paris et la banlieue. - Surélever les immeubles sous réserve de contraintes techniques liées à la construction et à la qualité du sous-sol et acceptables sur le plan de l esthétique. Ville de Paris, professionnels, communes limitrophes Ville de Paris - Libérer du foncier et de l immobilier détenus par la Mairie de Paris et par l Etat pour de nouvelles opérations d aménagement. Etat, ville de Paris - Promouvoir la «restructuration» de logements dans le bâti existant : division de logements, réaménagements d annexes, ou encore changement d usage de locaux commerciaux, industriels ou tertiaires. Ville de Paris, bailleurs sociaux - Reconvertir en logements certains bureaux inoccupés ne répondant plus aux nouvelles normes, situés dans un bâti ancien dans les quartiers centraux parisiens. Sous réserve néanmoins que Paris maintienne un certain quota de bureaux bien situés (proche des centres de décision) ne répondant pas aux meilleures normes actuelles de qualité mais proposant en contrepartie des prix plus accessibles. Ville de Paris - Densifier par un urbanisme à la verticale avec des projets de grande qualité architecturale, notamment en liaison avec la couverture du périphérique. Ville de Paris, professionnels CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 84

85 Priorité 2 : Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces Préconisations Actions Délai de réalisation court terme moyen à long terme Principaux acteurs concernés Préserver la vitalité et la diversité du tissu commercial et artisanal - Nouer et formaliser un partenariat entre la Ville de Paris, la CCI Paris et d autres acteurs concernés comme les associations de commerçants, pour obtenir des avancées en matière de transmission des entreprises et des commerces, de déploiement du numérique et d'animation des quartiers et illuminations festives. Ville de Paris, CCI Paris, associations de commerçants - Créer un nouvel évènement autour du commerce et du numérique à l instar, par exemple, du prix biannuel «Paris shop design» lancé avec succès en CCI Paris, commerçants - Faire un bilan - après plusieurs années d existence - du dispositif de protection des linéaires commerciaux instauré par le PLU de Paris en Ville de Paris, CCI Paris, commerçants - Poursuivre, voire renforcer les interventions de la SEMAEST dans le domaine de la préemption des commerces pour éviter la disparition de certains commerces ou leur réinstallation dans des quartiers en perte de dynamisme commercial ou de monoactivité. SEMAEST, CCI Paris, associations de commerçants CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 85

86 Priorité 2 : Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces Préconisations Actions Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Préserver la vitalité et la diversité du tissu commercial et artisanal - Accompagner les commerçants face aux défis réglementaires, «sociétaux» ou économiques, notamment sur le thème de l accessibilité (obligations issues de la loi de 2005 sur le handicap), de la communication extérieure (enseignes et vitrines) et de l aménagement de la boutique, des services innovants proposés à la clientèle (à l instar du dispositif «La Tournée» de livraison de proximité) outils à privilégier : ateliers, diagnostics individuels, actions collectives ou de communication Commerçants, CCI Paris, Ville de Paris - Revoir la réglementation très restrictive adoptée en 2011 concernant notamment la taille et la disposition des enseignes et conduisant certains commerces à ne plus être suffisamment visibles. Ville de Paris - Prévoir des conditions d accueil favorables aux activités de l'artisanat dans les hôtels industriels de la Ville de Paris. - Créer des espaces commerciaux dans les gares parisiennes en coordination avec l offre complémentaire qui sera proposée dans le cadre des nouvelles gares du Grand Paris. Ville de Paris, chambres des métiers Ville de Paris, commerçants, SNCF, CCI Paris, Société du Grand Paris Normaliser le positionnement de l économie sociale et solidaire (ESS) dans le tissu des entreprises parisiennes. - Faire progresser la financiarisation et la professionnalisation de ce secteur économique afin qu il participe au développement économique et à l emploi à Paris. Etat, Ville de Paris, professionnels du secteur CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 86

87 Priorité 3 : Le Pari(s) du tourisme et de la création Préconisations Rendre la capitale et la métropole plus aptes à accueillir les 10 millions de touristes supplémentaires attendus d ici 2020 Actions - La qualité de l accueil - Développer la qualité de l accueil des touristes étrangers, notamment en matière de langues et de sens du service. - Imaginer une opération nouvelle et complémentaire, en direction des touristes cette fois, dans la continuité de l action " Do you speak touriste?" Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés OTCP, CRT, CCI Paris, professionnels CCI Paris, CRT, OTCP - Résoudre les questions de l insuffisante propreté de Paris, du harcèlement des touristes par des vendeurs à la sauvette et de la présence de nombreux SDF sur la voie publique. Ville de Paris, Préfecture de Police - La capacité hôtelière et d hébergement - Accroitre l'offre de chambres d'hôtels pour faire face aux prévisions de flux touristiques (entre 2010 et 2020, à chambres supplémentaires en Ilede-France, dont chambres à Paris, devraient être créées). Ville de Paris, professionnels, Région - Donner une place aux autres formes d hébergement complémentaires, comme les chambres d hôte ou la location meublée de courte durée. Ville de Paris - Les déplacements des touristes - Réaliser prioritairement le projet de liaison directe entre Paris et l aéroport Roissy- CDG concurremment avec le développement d un pôle d activité sur l ensemble gare de l Est gare du Nord et l amélioration de sa desserte routière. ADP, RATP, SNCF, Région, Ville de Paris CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 87

88 Priorité 3 : Le Pari(s) du tourisme et de la création Préconisations Rendre la capitale et la métropole plus aptes à accueillir les 10 millions de touristes supplémentaires attendus d ici 2020 Poursuivre les actions spécifiques de développement du tourisme d affaires Appréhender le tourisme parisien à l échelle du Bassin parisien Actions - Adapter les autoroutes vers la capitale aux autocars par la création d'une voie supplémentaire réservée aux transports collectifs (bus, taxis,...). - Mettre en œuvre des mesures appropriées pour la circulation, la pose/dépose notamment devant les hôtels et le stationnement des autocars de tourisme dans Paris. - Moderniser le parc d expositions de la Porte de Versailles, l un des rares parcs européens situé en ville, avec la création d un hôtel de 450 chambres, et d un Palais des Congrès de capacité supérieure à celui de la porte Maillot. - Intégrer la destination touristique parisienne dans un ensemble métropolitain plus vaste. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, Préfecture Ville de Paris Viparis, Ville de Paris Ville de Paris, OTCP, CRT, Région Libéraliser l ouverture des commerce le dimanche et en soirée dans des zones touristiques étendues - Poser le principe légal de l ouverture dominicale des commerces en maintenant une obligation de fermeture le dimanche après-midi de l alimentaire de détail ainsi que de fermeture hebdomadaire des boulangeries. - Dans l attente d une telle mesure prise au niveau national, revoir les périmètres actuels des zones touristiques dans Paris, à l évidence trop étroits et morcelés, et l'étendre en tous cas au quartier des grands magasins Haussmann. - Mener une réflexion sur l ouverture des commerces la nuit dans certains quartiers, ou le long de certaines artères, afin de créer la continuité de vie nocturne observée dans les grandes «villes-monde». Etat, Ville de Paris, CCI, commerçants Préfecture, Ville de Paris, CCI Paris, commerçants Etat, Ville de Paris, CCI Paris, commerçants CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 88

89 Priorité 3 : Le Pari(s) du tourisme et de la création Préconisations Accompagner une économie de plus en plus tournée vers la mode, le luxe «abordable» et l excellence Actions - Créer des lieux évènementiels supplémentaires de qualité, bien situés dans Paris, pour organiser des évènements importants attractifs et emblématiques (défilés de mode, etc ). - Se doter d outils de financement des entreprises de création, dont les business models sont loin des standards attendus par les banques (fonds dédié à la création, réseau de business angels spécialisé..). - Accroitre le nombre d incubateurs dédiés aux métiers d art et à la mode et favoriser le rapprochement de ces incubateurs et des écoles de mode et de design de grande qualité que compte la capitale (loger ces incubateurs en proximité des écoles et créer des espaces de travail partagé dans ces mêmes écoles par exemple). - Enseigner les disciplines de la création (design notamment) dans les écoles de commerce pour décloisonner les formations et casser les préjugés auprès de ces futurs décideurs. - Aider ces PME (notamment pour les métiers d art) à «penser international» et les accompagner dans leurs démarche de promotion/prospection vers les marchés étrangers de qualité pour les produits de luxe et de qualité. - Poursuivre les opérations de promotion du design dans les commerces, par exemple avec l opération «Paris Shop and Design» lancée par la CCI Paris. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, professionnels Banques, BPI Ville de Paris, CCI Paris, écoles Ecoles, CCI CCI Paris et partenaires CCI Paris et partenaires CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 89

90 Priorité 4 : le Pari(s) du numérique Préconisations Renforcer et promouvoir la «Tech city Paris» Actions - Soutenir les initiatives privées comme publiques pour faire de Paris une ville du numérique et des start-up à part entière et surtout le faire savoir. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, CCI Paris, - Adopter une marque utilisée par tous, pour servir d étendard au secteur du numérique parisien. Pourquoi pas la «Tech city Paris»? Ville de Paris, CCI, partenaires - Poursuivre, voire accélérer la numérisation des services et procédures dépendants de la Ville de Paris ainsi que de toutes autres structures publiques et privées, la CCI Paris Ile-de- France notamment. Ville de Paris, CCI - Promouvoir et développer le rôle de l Echangeur PME/PMI de la CCI Paris Ile-de-France comme outil de diffusion du numérique au sein des entreprises. échangeur PME, CCI Paris - Etendre le dispositif de Paris-amorçage aux jeunes entreprises de toutes les pépinières et incubateurs de Paris. Ville de Paris, CCI, partenaires Favoriser les initiatives publiques et privées en faveur de l accueil, de l accompagnement et du financement des start-up numériques à Paris - Sensibiliser, informer, former, accompagner les entreprises d activités plus traditionnelles, (les commerces par exemple, y compris dans le secteur alimentaire) à l utilisation des outils numériques et aux avantages qu ils présentent (marketing, promotion, notoriété, vente, gestion, dématérialisation - Créer un pôle d innovation autour de la création (image, cinéma, design, mode, ). - Créer à l Echangeur PME/PMI de la CCIR Paris Ile-de-France une cellule de réflexion rassemblant l ensemble de la chaîne numérique pour faire émerger des idées et de nouvelles approches. - Encourager les grands groupes à s appuyer davantage sur les startup pour les alimenter en innovation et à contribuer à leur développement en participant à leur financement. Echangeur PME, CCI Paris, Ville de Paris, Commerçants CCI, Ville de Paris Echangeur (CCI) CCI Paris, entreprises CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 90

91 Priorité 4 : le Pari(s) du numérique Préconisations Encourager l évolution de Paris vers une ville «intelligente», tournée vers le futur Actions - Encourager l utilisation de véhicules électriques (ou propres) pour les déplacements en installant des bornes électriques, venant en complément des dispositifs de véhicules partagés déjà existants (Vélib, autolib ). - Promouvoir les pratiques en faveur de la protection de l environnement comme par exemple, dans les commerces, l incitation à respecter l environnement à travers les «écodéfis». - Aider l entreprise à intégrer la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) dans leur organisation. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, CCI, Entreprises CCI Paris, Ville de Paris CCI Paris, Entreprises CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 91

92 Priorité 5 : le Pari(s) du Grand Paris et de l international Préconisations Le Maire de Paris, premier ambassadeur des entreprises et de l économie parisienne Organiser et accueillir des grands événements mondiaux Faire des aéroports et des gares parisiennes des portes d entrée accueillantes et performantes, bien reliées au centre de la capitale Multiplier les gestes architecturaux pour donner à Paris l image d une ville moderne et innovante Actions - Faire la promotion, dans un cadre coordonné au niveau du Grand Paris, de la marque «Paris», en termes de marketing territorial et de promotion commerciale. La mise en place d une gouvernance simple et lisible à l échelle du Grand Paris ne pouvant que favoriser l efficacité de cette action. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris - Postuler à l'accueil de grands évènements à l échelle du Grand Paris. Ville de Paris, nombreux partenaires, Région, Etat - Réaliser une liaison entre Roissy et Paris aux standards internationaux (voir plus haut). - Préserver les arrivées TGV directes à Paris. ADP, RATP, SNCF, Région, Ville de Paris SNCF, STIF - Moderniser l architecture parisienne intramuros et dans les communes périphériques. Ville de Paris, professionnels, communes limitrophes Intégrer la Seine dans la stratégie du développement de Paris - Créer une identité économique entre Paris, le Grand Paris, la vallée de la Seine et sa façade maritime. Ville de Paris, CCI Paris, Région, Paris Seine Normandie CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 92

93 Priorité 5 : le Pari(s) du Grand Paris et de l international Préconisations Conforter et dynamiser les liens entre Paris et les diverses polarités du Grand Paris, porteurs de synergies potentielles Exemples : Actions - Un grand centre d affaires mondial en lien avec La Défense, attractif pour les grands groupes notamment internationaux. Délai de réalisation Court terme Moyen à long terme Principaux acteurs concernés Ville de Paris, communes concernées, Région - Un pôle spécialisé dans les sciences du vivant, ancré sur la partie rive gauche de la capitale et s étendant au sud du Grand Paris. Ville de Paris, Collectivités locales, Région - L interconnexion des pôles scientifiques et universitaires de renommée mondiale comme Paris-Centre et Paris-Saclay, porteur de synergies et vecteur de visibilité à l international. Région, opérateurs de transport, STIF, Région - Le réseau de centres d exposition et de congrès de la métropole. Viparis CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 93

94 REMERCIEMENTS Remerciements aux personnes auditionnées et consultées Les responsables d'associations de commerçants de Paris, membres du comité de rédaction du "Commerce de Paris", bulletin de liaison des associations de commerçants de Paris (édité par la CCI Paris) Monsieur Jean-Luc BIACABE, directeur Pôle Economie / Direction Générale Adjointe Etudes et Mission Consultative /CCI Paris Ile-de-France Monsieur Arnaud de BRESSON, délégué général de «Paris Europlace» Monsieur Hervé CROU, directeur de cabinet du Président du Groupe UMPPA au Conseil de Paris Monsieur Dominique FRENTZ, chargé de la sous-direction du budget de la direction des finances Ville de Paris Monsieur Philippe HOUZE, président du Directoire du Groupe Galeries Lafayette, membre élu de la CCI PARIS Monsieur Guy MAMOU-MANI, président du Syntec Numérique Monsieur Jean-Louis MISSIKA, adjoint au maire de Paris, chargé de l'innovation, de la recherche et des universités Monsieur Thierry LE ROY, président de l Office du Tourisme et des Congrès de Paris Monsieur Christian SAUTTER, adjoint au maire de Paris, chargé de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité économique. Et l ensemble des conseillers et experts de la CCI Paris et de la CCI Paris Ile-de-France pour leur précieuse collaboration. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 94

95 LISTE DES ANNEES Principaux classements internationaux des «villes monde» «Villes monde numériques»-exemples Diversité des stratégies d implantation des entreprises Principaux accélérateurs, incubateurs, pépinières et hôtels d activité à Paris Principaux acteurs institutionnels ou associatifs dédiés à l innovation L économie numérique à Paris Comparaison internationale du rayonnement et de l attraction de l Ile-de-France La fréquentation des sites culturels parisiens Palmarès de la fréquentation mondiale des musées en 2012 Le parc de logements à Paris Le parc immobilier de bureaux à Paris Les dépenses d investissement et de fonctionnement de la collectivité parisienne en 2013 Réseau de transport du Grand Paris et CDT en cours CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 95

96 Principaux classements internationaux des «villes monde» Paris et sa région se placent encore aujourd hui dans le «top 4» dans la plupart des classements internationaux sur l attractivité des «villes mondes» et présentant de nombreux points forts mais aussi des indicateurs en retrait. Selon le GaWC (groupe de réflexion sur les villes mondiales de l'université de Loughborough au Royaume- Uni), Paris et sa région se classent, en 2010 (comme en 2008), dans la catégorie des villes alpha+, villes mondiales très importantes hautement intégrées au réseau urbain mondial comme Tokyo, Hong Kong, Shanghai, Singapour, Sydney et Chicago qui viennent compléter l offre de services de pointe des villes mondiales les plus intégrées au réseau mondial (villes alpha++) que sont Londres et New York. Dans le classement annuel sur l attractivité des principales métropoles mondiales de Paris Ile-de-France capitale Economique, la métropole parisienne est classée en 2012 au 4 ème rang après New York, Shanghai et Londres. La métropole était au 6 ème rang l année précédente. Parmi les atouts cités figurent la qualité de vie (3 ème rang) et la qualité de l enseignement (4 ème rang). La stabilité politique et la sécurité juridique ainsi que la qualité des infrastructures placent Paris au 5 ème rang et la qualité de la recherche et de l innovation au 6 ème rang. Les faiblesses perçues sont le manque de disponibilité de l immobilier de bureaux (14 ème place) et le poids des charges et de la fiscalité (18 ème rang). La mise en œuvre du Grand Paris pourrait être à l origine de cette progression dans le classement. Ce redressement annoncé par l enquête d opinion est confirmé par la cinquième édition du «Global Cities Investment Monitor» (étude sur l attractivité des métropoles mondiales réalisée par KPMG pour le compte de Paris Ile-de-France Capitale Economique) qui indique que la région parisienne a attiré 119 investisseurs entre octobre 2012 et octobre 2013, la plaçant en 7 ème position après Londres, Shanghai, Hong Kong, New York, Sao Paulo et Sydney, soit un gain de 3 places par rapport à l an dernier. 30% des investissements réalisés concerne le logiciel et le NTIC (38% à Londres), 26% le textile-habillement (12% à Londres) et 13% les services aux entreprises (15% à Londres). Les services financiers, en revanche, décrochent. Ils attirent seulement 2% des investissements contre 6% l année précédente et 8% à Londres. La région Ile-de-France passe, par ailleurs, de la 15 ème place à la 8 ème place pour les fonctions stratégiques, qui incluent notamment les implantations de sièges sociaux, les centres de recherche et les centres de services partagés, malgré une forte baisse des investissements financiers. De plus, la métropole se place, en 2012, en troisième position derrière New York et Londres et devant Tokyo après avoir été à la 4 ème place en 2010 dans le classement des métropoles internationales du Foreign Policy Magazine ainsi que dans le palmarès du Mori Memorial Foundation (Global Power City Index (GPCI)). Paris et sa région sont très bien positionnées pour sa qualité de vie (environnement de travail, coût de la vie, de la sécurité, des institutions de protection de la vie, des services de proximité), pour sa culture (présence de ressources culturelles, de projets novateurs, de lieux de restauration et de consommation) et la présence d infrastructures de transport. Ils le sont, en revanche, un peu moins concernant l attractivité du marché, la vitalité de l économie et l environnement d affaires ainsi que l existence de programmes de soutien aux chercheurs et à la recherche, de la finalité des recherches. Dans le classement mondial 2012 "Cities of Opportunity" de PwC des capitales de la finance, du commerce et de la culture réalisé pour la cinquième année consécutive, Paris passe de la 8 ème place à la 4 ème pour la qualité de vie, son réseau de transport étendu et accessible et une présence marquée de services intellectuels aux entreprises et ce, malgré le coût de la vie de moins en moins raisonnable et les difficultés de faire des affaires. New York reste à la première place suivi de Londres pour son côté business. La métropole parisienne se positionne, en revanche, à la 7 ème place dans le classement du MasterCard Worldwide Centers of Commerce de 2008 derrière Londres, New York, Tokyo, Singapour, Chicago, Hong Kong et juste devant Francfort. Elle ne se retrouve pas dans le top 10 sur le critère «flux financier» CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 96

97 (Londres puis New York et Francfort occupant les 3 premiers rangs) ainsi que celui sur la «facilité de faire des affaires» (Singapour puis Hong Kong, Londres, Toronto et New York occupant les 5 premières places) Le dernier palmarès des centres financiers du Global Financial Centers Index (GFCI) confirme le recul de la place financière de Paris. Elle se positionne, à la 29 ème place (GFCI14) après avoir été 26 ème dans le classement précédent (GFCI13). Londres, New York, Hong Kong et Singapour restent les 4 premiers centres financiers du monde. Francfort passe de la 10 ème place à la 9 ème place et Luxembourg de la 18 ème à la 13 ème. Le classement des écosystèmes les plus favorables aux start-up de Telefonica Digital et du site américain Start-up Génome place Paris à la 11 ème place dans le monde et à la 2 ème place en Europe après Londres. Les start-up parisiennes sont très bien classées en termes de résultats mais seraient en revanche peu novatrices par rapport aux autres capitales comme Berlin par exemple. L étude juge les entrepreneurs mieux formés à Paris que dans la Silicon Valley. Londres, de son côté, se positionne au 7 ème rang, disposant de l écosystème de démarrage le plus dynamique grâce notamment à un réseau de soutien important et des formalités administratives allégées ainsi qu une structure d accueil performante (Tech City). Selon un rapport de l'eiu (service d information économique de The Economist) qui a procédé à une analyse prévisionnelle de la compétitivité de 120 des plus grandes villes du monde, les dix villes suivantes seraient les plus compétitives à l'horizon 2025 : New York (1e), Londres (2e), Singapour (3e), Hong Kong (4e), Tokyo (5e), Sydney (6e), Paris (7e), Stockholm (8e), Chicago (9e) et Toronto (10e). Selon ce rapport, les facteurs les plus déterminants de la compétitivité en 2025 seraient une solide infrastructure de transport public et de télécommunications, une bonne gouvernance environnementale et la qualité de l éducation. La taille ne serait pas, en revanche, un facteur déterminant. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 97

98 CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 98

99 Méthodologies des classements Le classement des villes mondiales du GaWC Le GaWC1 (Globalization and World Cities Research Network) (en français : «Réseau d étude sur la mondialisation et les villes mondiales») est un think tank basé dans le département de géographie de l'université de Loughborough, en Angleterre, qui étudie les relations entre les villes mondiales dans le contexte de la mondialisation. Les résultats de la GaWC1 s appuient sur des enquêtes qualitatives sur les prestations de service orientées vers les entreprises (les sociétés de conseils aux entreprises et des conseillers fiscaux, les entreprises de publicité, le secteur de la finance et des banques, le conseil juridique) Le classement distingue plusieurs catégories : villes «alpha++» : villes mondiales les plus intégrées au réseau mondial : Londres New York villes «alpha +» : villes très importantes hautement intégrées au réseau urbain mondial en complétant l offre de services de pointe des villes alpha++ : Hong Kong Paris Singapour Tokyo Shanghaï Chicago Dubaï Sydney Sondage réalisé par Opinionway pour Paris Capitale Economique avec KPMG Enquête d opinion réalisée chaque année auprès de 500 investisseurs internationaux sur l attractivité des principales métropoles mondiales. Le classement fait l objet de 10 critères d investissement : Stabilité politique et sécurité juridique Croissance économique Infrastructures Accessibilité et taille des marchés Disponibilité de ressources humaines qualifiées Charges, coûts salariaux et niveau de fiscalité Qualité de l enseignement Disponibilité et coût de l immobilier d entreprise Qualité de la recherche et de l innovation Qualité de vie CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 99

100 Global Cities Investment Monitor pour Paris-Ile-de-France Capitale Economique avec KPMG : Le Global Cities Investment Monitor mesure le nombre d investissements internationaux dit «Greenfield», c est-à-dire le nombre d implantations nouvelles créatrices d emplois et d activités nouvelles (ne sont pas prises en compte les fusions, acquisitions ou prises de participation dans les activités existantes, les privatisations et les alliances et les «entreprises communes»). Il compte le nombre d investissements réalisés ou projetés et rendus publics puis répertoriés dans la base mondiale du Financial Times (plus de projets d investissements internationaux et entreprises dans le monde). Les 25 métropoles mondiales sélectionnées sont : Paris, Londres, Barcelone, Madrid, Moscou, Francfort, Amsterdam, Istanbul, Numbai, Tokyo, Séoul, Shanghai, Hong Kong, Beijing, New York, San Francisco, Sao Paulo, Düsseldorf, Varsovie, Dublin, Bangalore, New Delhi, Sydney, Toronto et Abu Dhabi. Classement du Foreign Policy Magazine : La revue américaine Foreign Policy publie son premier palmarès des villes mondiales en 2008 en partenariat avec la firme AT Kearney et le Chicago Council on Global Affairs. Le classement se fonde sur cinq ensembles de données dites qualitatives : Le capital humain : attractivité des populations et des talents, étude des mouvements migratoires, de la qualité des universités, du nombre d écoles internationales, du pourcentage de résidants ayant un diplôme universitaire (30% de la note finale). L'activité économique : analyse de la valeur des marchés de capitaux, du nombre de sièges sociaux de grandes entreprises, du volume de marchandises qui transite par la ville (30% de la note finale). L'expérience culturelle : niveau et diversité des installations culturelles pour les résidents ou les touristes par le dénombrement des événements sportifs d envergure, des manifestations artistiques, des établissements culinaires (15% de la note finale). L'échange d'informations : circulation de l information par l analyse du nombre d agences internationales de presse, du niveau de censure et de la place des nouvelles internationales dans les journaux locaux (15% de la note finale). L'engagement politique : degré d influence de la ville sur les processus de prise de décision et de dialogue au niveau mondial par l examen du nombre d ambassades et de consulats, d organisations internationales, de conférences politiques ou de groupes de réflexion se déroulant dans la ville (10% de la note finale). Classement du Mori Memorial Foundation Classement réalisé par l'institut des stratégies urbaines de la Mori Memorial Foundation établi à Tokyo. Ce palmarès annuel a pour but de situer Tokyo et les autres villes d Asie par rapport aux autres villes mondiales. Il se fonde sur un indice composite qui regroupe six ensembles de données dites qualitatives : L'économie : attractivité du marché, vitalité de l économie, environnement des affaires, politiques, règlements et risques. La recherche & développement : antécédents en recherche, existence de programmes de soutien aux chercheurs et à la recherche, finalité des recherches. La qualité de la vie : environnement du travail, coût de la vie, sécurité, institutions de protection de la vie, services de proximité. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 100

101 L'écologie et l'environnement naturel : place de l écologie, importance de la pollution La culture : présence de ressources culturelles, de projets novateurs, de lieux de restauration et de consommation L'accessibilité : présence d infrastructures de transport Le classement du groupement bancaire MasterCard MasterCard Worldwide Centers of Commerce publie son premier classement des villes possédant un rôle stratégique dans le développement de l économie et du commerce international en L étude classe 75 villes du monde. Il est fondé sur un indice composite qui regroupe sept ensembles de données: Le cadre réglementaire et politique : présence d un système démocratique, d une législation solide, du suffrage universel et d une transparence gouvernementale. La stabilité macroéconomique : présence d institutions de gestion économique, croissance et vitalité de l économie, croissance du PIB et des échanges économiques, contrôle de la volatilité des marchés et de l inflation. Les facilités offertes aux entreprises : protection et évaluation des investissements, qualité des services bancaires, respect des contrats, présence d autres services. Les flux financiers : présence d un réseau d institutions bancaires, financières et d assurances, quantité et qualité des transactions financières, services de soutien à l investissement. Centres d affaires : volume et flux de personnes et de marchandises, de projets de développement immobilier et de centres commerciaux. Création de connaissances et de flux d informations : importance du savoir dans le développement d une croissance économique (nombre d universités, d institutions de recherche, de chercheurs, de publications scientifiques ). La qualité de vie : présence d équipements et de services attractifs. Classement "Cities of Opportunity" Le classement «Cities of Opportunity» du cabinet spécialisé d audit, de conseil et d expertise comptable PriceWaterCoopers (PwC) a examiné la performance sociale et économique de 27 grandes villes du monde. «Cities of Opportunity 2012» est la 5 ème édition. Le classement s établit sur la base de 10 catégories regroupant 60 critères aussi bien économiques que sociaux, allant du nombre l'investissement direct à l étranger, au nombre de touristes étrangers, ou au coût d'un bien immobilier : le capital intellectuel l'innovation et la maturité de la technologie le transport et l'infrastructure, la santé, la sécurité, la durabilité et l'environnement naturel, le poids économique, la facilité de faire des affaires, le coût de la vie, la démographie et le cadre de vie, CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 101

102 la Ville passerelle (une toute nouvelle catégorie visant à mesurer l'attraction globale d'une ville). L'indice Global Financial Centres est un classement de la compétitivité des centres financiers basé sur plus de évaluations des centres financiers. Le classement se fait sur la base d un questionnaire en ligne auprès des services financiers dans le monde entier et regroupe 5 ensembles de données : environnement commercial, développement du secteur financier, infrastructure informatique, capital humain et facteurs de réputation. Le CFCI 14 est le dernier classement connu Classement mondial des écosystèmes les plus favorables aux start-up de Telefonica Digital et du site américain Start-up Génome Start-up Genome a étudié l'attractivité des villes en collectant un nombre important de données. Grâce à ses 200 " commissaires locaux ", le site répertorie plus de créateurs d'entreprise parmi les start-up. Le tout sur une zone géographique qui compte plus de villes dans 138 pays. Le classement a pris pour référence la Silicon Valley en matière d atouts et de faiblesses. Le classement est réalisé sur la base d une enquête menée en 2012, se basant sur des critères spécifiques (production, financement, âge des entrepreneurs, emplois générés, rapidité de lancement des innovations, volume horaire de travail quotidien ). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 102

103 «Villes monde numériques» Exemples «Silicon Valley» à San Francisco (historique) Tel Aviv en Israël, au 2 ème rang après la «Silicon Valley» (palmares de Téléfonica Digital et du site américain Start-up Génome des écosystèmes les plus favorables aux start-up au niveau mondial). «Cornell Tech» à New York qui profite d une des plus grandes places financières du monde. «Tech City» à Londres, lancée en 2008 par le gouvernement et la mairie de Londres dans l élan de l organisation des jeux olympiques de La proximité linguistique et culturelle avec les Etats-Unis est un atout, facilitant les partenariats et les échanges. Ce quartier numérique s étend du cœur de la City de Londres jusqu au parc olympique à l est de Londres. «Silicon Allee» à Berlin qui profite d un foncier bon marché et d un cadre de vie apprécié par les jeunes et qui mise sur les jeux sociaux et les «casuals games». CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 103

104 Diversité des stratégies d implantation des entreprises Exemples Transferts hors de Paris de la totalité de l entreprise y compris son siège avec le regroupement d activités disséminées auparavant sur plusieurs sites : GDF Suez transféré en 2010 sur 2 tours à La Défense (projet de transfert sur un campus à construire à Saint Denis à l expiration du bail (2018)) Crédit Agricole transféré en 2010 sur un campus (Evergreen) à Montrouge pour accueillir salariés à terme (2016) LCL transféré à Villejuif pour accueillir salariés en 2012 SNCF transféré en sur un campus à Saint Denis pour accueillir à terme salariés. Allianz transféré en 2014 dans une tour dont il est propriétaire à La Défense (1er transfert en 2010 à «Cœur Défense») ADP vend en 2013 son siège parisien pour l installer à Roissy sur le site de l aéroport Véolia Environnement transféré à Aubervilliers (Millénaire) en 2016 Transferts d une partie de l entreprise hors de Paris sur des sites si possible reliés par une grande infrastructure de transport (RER, T3 ) avec maintien du siège à Paris : Société Générale : siège à Paris, back office à Fontenay et bureaux à la Défense EDF : siège à Paris (75008), services techniques à Saint Denis et services commerciaux à la Défense, centre de R&D sur le campus de Saclay en 2015 (Palaiseau). SANOFI AVENTIS : siège à Paris (75008) et autres implantations à Gentilly (campus val de bièvre) France Télécom : siège à Paris (75015) et implantations prévues pour 2016 de salariés de la chaîne innovation d Ile de France dans un campus de m2 à Châtillon. BNP PARIBAS : siège à Paris (75009) et autres implantations sur le trajet du T3 ( m2 porte de Montreuil, m2 dans la ZAC Claude Bernard, m2 à Pantin (restructuration des Grands Moulins), m2 envisagé dans le cadre de reconversion de l entrepôt Mac Donald. PSA : siège à Paris (75016) et centre technique à Carrières sous Poissy relié par le RER E (station porte Maillot prévue en 2020). Maintien ou installation dans le Quartier Central des Affaires de Paris : AON France assurance-(installation en 2011) - carré Suffren m2 (précédemment à la Défense). SCOR assurance-(installation en 2011) 5 avenue Kleber m2 (précédemment à La Défense). Zurich assurance (installation en 2011) -112 avenue de Wagram m2 (précédemment à Levallois). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 104

105 Avascent Group conseil en stratégie d entreprise (installation 2012) -59 rue des petits champs a choisi Paris pour installer son siège européen. Google France (installation fin 2011)-8 rue de Londres m2. Criteo (installation mi 2012)-32 rue blanche m2. Extension du Quartier d Affaires vers le 7 ème arrondissement : Le siège de PPR (installation en 2014)-rue de Sèvres sur le site de l ex hôpital Laennec m2 va quitter l avenue Hoche Boston Consulting Group (installation en 2011) rue Saint Dominique (ensemble immobilier comprenant l hôtel particulier Montmorency)-a quitté le 8 ème arrondissement. Capital Fund Management (installation en 2011) - 23 rue de l Université a quitté le 8 ème arrondissement. Cabinet d avocat international Mc Dermott Will et Emery (installation en 2011) - 23 rue de l Université (ancien immeuble des Douanes)-unique implantation en France. Alcatel Lucent (installation en 2010)- 3 rue Octave Gérard a quitté la rue La Boétie CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 105

106 Nombre d emplois à Paris (salariés et non salariés) Variation annuelle moyenne / /2006 Industrie ,9% -1,9% Construction ,8% -0,1% Commerce de gros (estimation) ,7% -4,1% Commerce de détail (estimation) ,4% 1,2% Transport-entreposage ,3% -1,5% Hébergement-restauration ,8% 0,9% Activités scientifiques et techniques (activités juridiques et comptables, d'architecture et ,5% -0,2% d'ingénierie, de publicité et d'études de marché, activités de design ) Information et communication ,6% -0,2% Activités financières et d'assurance ,9% -2,1% Activités immobilières ,4% 2,6% Activités de services (arts, spectacles et activités ,1% 2,6% récréatives ) Administration publique ,1% -1,2% Enseignement ,0% 1,9% Santé humaine et action sociale ,3% 0,4% Total ,4% 0,1% CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 106

107 Principaux accélérateurs, incubateurs, pépinières hôtels d activité à Paris Pépinière et hôtel d entreprises Poissonniers (PRINE): éco innovations, image et numérique Hôtel d entreprises Paris Innovation Losserand : services à la personne, service en ligne, communication ou robotique Hôtel d entreprises Paris Innovation Brûlon Cîteaux : cohabitation entre activités traditionnelles des métiers d art et métiers de la création et des hautes technologies Hôtel d entreprises Paris Innovation Biopark : dédié aux entreprises des biotechnologies et de la santé Incubateur mobilité connectée (Paris Innovation Massena) : partenariat avec Renault Incubateur cleantech (PRINE) : consacré aux éco-activités en Île-de-France. Incubateur jeux vidéo (PRINE): destiné à toute la gamme de jeux vidéos Incubateur du labo de l Edition Incubateur finance : secteur de la finance innovante et durable Incubateur nouveaux médias (PRINE): dédié au secteur du multimédia, des jeux vidéo et de la vie numérique Incubateur Technologies Numériques (PRINE): télécoms, réseaux, logiciels, internet Incubateur créanova (Paris Innovation Belleville): toutes entreprises innovantes Pépinière Paris République : toutes entreprises innovantes Pépinière et hôtel d entreprises Paris Soleillet : toutes entreprises innovantes Incubateur et pépinière Paris pionnière : services innovants dans le secteur des services à la personne et aux entreprises Incubateur des Ateliers de Paris : artisanat/métiers de la création Résidence Créatis : plateforme consacrée à l entrepreneuriat et à l innovation dans les champs culturels Pépinière 27 : développement durable principalement Incubateur du centquatre : croisement des problématiques artistiques et technologiques Incubateur La Ruche : innovation sociale et environnementale IPEPS-ICM-(incubateur et pépinière d entreprises Paris Salpétrière) : accompagnement d entreprises innovantes, naissantes ou matures, travaillant en collaboration dans les axes de recherche de l ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle épinière) Incubateur de l Institut de la Vision : jeunes entreprises innovantes dédiées au domaine de la vision dans les secteurs biotechnologiques, des dispositifs médicaux et du handicap au sein de l hôpital des quinze Vingts Incubateur et pépinière Paris Biotech Santé : santé humaine Incubateur Agoranov : multisectoriel, orienté sur les sciences de l ingénieur, le numérique et les sciences du vivant Incubateur Paris Tech Entrepreneurs : ouvert aux créateurs diplômés et chercheurs de ces d écoles Numa (Silicon Sentier) : dédié au numérique et à l innovation ou se situe notamment l espace de coworking «la Cantine» et l incubateur «le Camping» Incubateur «Social Good Lab» : entreprises innovantes dans le domaine social (environnement, santé ) Incubateur «welcome City Lab» : entreprises innovantes dans le secteur du tourisme et des loisirs Incubateur Paris Parc : pour renforcer le lien entre les sciences et l innovation-accueil d équipes de recherche françaises et étrangères CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 107

108 Principaux acteurs institutionnels ou associatifs dédiés à l innovation Silicon Sentier : association 1901 créée en 2000 et soutenue par la Région et la Ville de Paris qui fonctionne à la fois sur des fonds publics et privés. L association centralise ses activités au sein de Numa (lieu de l innovation et du numérique) au 39 rue du Caire dans le 2 ème arrondissement (1 500 m 2 sur 5 niveaux) dans un ancien atelier de confection de textile du quartier du sentier. Google et Orange sont deux grands partenaires impliqués dans ce nouveau site. Laboratoire Paris Région Innovation (PRIL), association créée en 2009 par la Ville de Paris et la Région au 24 rue de l est Il vient encourager le déploiement de solutions innovantes sur le territoire francilien au travers de : Paris Région Lab qui a un rôle d intermédiaire entre les «fournisseurs» d innovations et les services de la ville et de la région. Il accompagne ceux-ci dans leurs recherches de solutions innovantes et permet aux porteurs de projets de tester leurs projets (efficacité énergétique des bâtiments, aide au maintien à domicile des personnes âgées, mobiliers urbains intelligents ). le grand prix annuel de l innovation de la Ville de Paris qui soutient et récompense les entreprises qui, par leur innovation, améliorent la vie de la cité et développent le tissu économique parisien. une veille sur l innovation en milieu urbain dans le monde (www. Innovcity.fr) Paris incubateurs qui anime une quinzaine d incubateurs d entreprises innovantes en particulier dans le secteur du numérique et dont la majorité est située dans l est parisien. Ces incubateurs proposent hébergement et services généraux, accompagnements individuels et collectifs et connexions aux réseaux de l innovation (investisseurs, organismes publics de financement, grands comptes...) et s ouvrent aux grandes entreprises publiques et privées désireuses de développer des relations business avec les start-up (ex Renault avec l incubateur mobilité connectée). Le Label Paris incubateurs et le niveau d exigence de sélection crédibilisent la jeune entreprises auprès de ces réseaux. L Echangeur PME-Paris Ile de France, créé par la CCIR-Paris- Ile de France propose aux responsables de TPE/PME, commerçants ou professionnels du tourisme des formations et des ateliers de démonstration sur différentes thématiques (création et référencement d un site internet, création d un e-commerce, information sur les réseaux sociaux ) afin de leur faire découvrir les technologies de l information et faciliter leur utilisation. Situé à la Bourse de commerce. Le Cluster Capital Games créé en Hébergé à Paris Région Innovation Nord Express (110, rue des Poissinniers-75018), il mutualise les TPE du secteur du jeu vidéo implantées en France afin de les consolider et les développer à un moment de fortes concentrations et tensions dans ce secteur d activité (phénomène de concentration et de taille critique qui risque de faire perdre le savoir-faire à la française ) Le SPL Paris Mix dédié à la musique, l innovation et la diversité-soutenu par la Ville de Paris, la région IDF et DATAR. L agence Paris Développement soutenue par la Mairie de Paris. Elle assure la promotion économique de Paris et de sa métropole par des actions de prospection auprès des entreprises internationales relevant essentiellement des secteurs des Technologies de l Information et des industries créatives et accompagne leurs projets d implantation. Ses actions s effectuent en partenariat avec l Agence Française pour les Investissements Internationaux, l Agence Régionale de Développement et la Ville de Paris. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 108

109 Le pôle de compétitivité mondial Finance innovation créé en Le pôle a pour mission de promouvoir Paris au rang de centre de savoir financier mondialement reconnu, de favoriser le positionnement compétitif de l'industrie financière sur les marchés innovants, de développer et coordonner des projets de recherche en finance. Le pôle de compétitivité Cap Digital Paris Region créé en Le pôle qui regroupe aujourd'hui près de 700 adhérents (dont 80% de TPE/PME), s'est fixé quatre missions prioritaires : recherche & développement, animation et mise en réseau, développement de sociétés (travail en relation avec les financeurs publics et privés afin de trouver les aides financières appropriées aux projets qu'il labellise), déploiement international (aide les industriels et les équipes de recherche d'ile-de-france à devenir des leaders mondiaux). Syntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises du Conseil et Services Informatiques (SSII), du conseil en technologie et des éditeurs de logiciels qui représente entreprises dont 600 éditeurs de logiciels (25 grands groupes, 75 ETI, 800 PME et 300 start-up). Il représente 80% du chiffre d affaires du numérique en France et emplois -3 rue Léon Bonnat CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 109

110 L économie numérique à Paris La part des emplois du «secteur producteur» (édition de logiciels, télécommunication, programmation et conseil en informatique, traitement de données, réparation d équipements informatiques) dans l emploi total parisien, estimée à 5,4%, connait une légère érosion sur 10 ans (6,3% en 2001 et 5,9% en 2006) en raison notamment d une baisse de l importance des activités de fabrication et de négoce. Si l emploi du secteur «producteur» du numérique est resté quasiment stable entre 2001 et 2012 avec une légère dégradation entre 2001 et 2006 (conséquences notamment de «l éclatement» de la bulle internet) et un rattrapage ensuite, celui des activités «consécutives», a quant à lui, connu une nette progression. La part des emplois parisiens en Ile-de-France dans les services directement concernés par le numérique (secteur producteur) est relativement importante mais en baisse sur 10 ans (32% en 2001, 30% en 2006 et 27% en 2012). La capitale est peu représentée dans les activités de fabrication et de négoce en termes d emplois. Les activités «consécutives» sont en revanche très présentes à Paris avec une concentration de 46% des emplois franciliens, cette part étant restée stable sur 10 ans. En 2012, 48% des établissements franciliens de la filière numérique (activités «productives» et «consécutives») sont localisés à Paris et 16% dans les Hauts-de-Seine. Avec établissements à Paris, la part descend à 38% pour les seules «activités productives» (18% dans les Hauts de Seine). Les Hauts-de- Seine est le deuxième département d Ile-de-France le plus concerné par cette filière avec une répartition plus équilibrée qu à Paris entre fabrication, négoce, services dans les activités «productives» du numérique et activités «consécutives». Les activités de fabrication sont particulièrement importantes en grande couronne dans les départements des Yvelines et de l Essonne en particulier sur le plateau de Saclay. Le nombre de créations d entreprises a augmenté à Paris comme en Ile-de-France dans le secteur du numérique depuis 2009 en lien avec la mise en place du statut de l auto-entreprenariat. Une baisse est néanmoins observée en 2011 avec un léger rattrapage en La progression est en revanche à Paris nettement plus soutenue dans les activités «consécutives» que dans les activités «productives». Le nombre de créations d entreprises a, par ailleurs, moins progressé à Paris dans les activités «productives» que sur le reste du territoire francilien. La tendance est la même dans les activités «consécutives» mais avec un écart moins marqué. Paris reste néanmoins le département d Ile-de-France où se créent le plus d entreprises dans le secteur du numérique. En 2012, 34% des créations dans les activités «productives» se situaient sur le territoire parisien et 18% dans les Hauts-de-Seine. La part monte à 46% pour les activités «consécutives» (16% dans les Hauts-de-Seine). CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 110

111 Comparaison internationale du rayonnement et de l attraction de l Ile-de-France CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 111

112 La fréquentation des sites culturels parisiens CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 112

113 Source OTCP CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 113

114 Palmarès de la fréquentation mondiale des musées en 2012 Source OTCP CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 114

115 Le parc de logements à Paris Le parc de logements est insuffisant à Paris ainsi qu en Ile-de-France. Les ménages parisiens consacrent une part élevée de leur revenu à leur logement : leurs taux d effort (prix des logements et des loyers parisiens rapportés aux revenus) ont augmenté entre 1997 et 2001 et de façon plus importante à Paris qu en Ile-de- France et en France. Le prix moyen de vente des appartements anciens a en effet été multiplié par 3 entre 1997 et 2011, celui des loyers par 1,6 alors que dans le même temps le revenu médian des ménages par Unité de consommation (UC) n augmentait que de 40%. Le parc de logements est pourtant en constante augmentation dans la capitale. Paris totalise, en 2009, logements sur les logements franciliens, soit un quart du parc régional. Selon les recensements de l INSEE, le parc de logements s est régulièrement accru à Paris depuis 1982 avec un gain annuel compris entre 400 et logements. Malgré cette progression, le parc de logements parisien ne suffit pas à faire face à la demande et cette tendance est aussi observée en Ile-de-France. Les parisiens et plus largement les franciliens font face à une pénurie de logements économiquement accessibles. Plusieurs facteurs, tant démographiques que sociologiques viennent alimenter la demande de logements à Paris et plus largement en Ile-de-France : Paris gagne habitants en moyenne par an. L espérance de vie croissante se traduit par des logements sous-occupés et ce facteur risque de s accentuer dans les prochaines années. La taille des ménages n a cessé de décroitre depuis plus d un siècle induisant mécaniquement une hausse de la demande de logements. Selon les recensements de la population, le nombre moyen de personnes par ménage à Paris est ainsi passé de 1,92 personne à 1,88 entre 1990 et Cette taille moyenne est beaucoup plus faible que la moyenne nationale (2,28) ou que la moyenne francilienne (2,33 personnes) - chiffres La hausse du niveau de vie, l individualisation des comportements, la hausse du célibat (particulièrement sensible à Paris), et l éclatement familial dû à la multiplication des familles recomposées, combinent leurs effets pour augmenter la demande de logement. Le marché est faiblement alimenté par la construction neuve. Dans les années 2000, environ logements étaient construits chaque année en Île-de-France, dont quelques centaines à Paris (au mieux 2000 logements neufs, ou moins de 400 en 2006) La construction neuve a connu un effondrement général en 2009, année de crise. La loi du Grand Paris de juin 2010 a posé un objectif de quasi doublement du rythme de construction neuve pour passer à logements par an en Ile-de-France. Et globalement, dès 2010, la courbe des logements neufs s est d ores et déjà infléchie à la hausse. Paris intramuros connait un rythme plus soutenu en offrant désormais entre 2000 et 3000 nouveaux logements neufs chaque année depuis La grande couronne contribue à l effort régional par une mise sur le marché de plus de la moitié des nouveaux logements neufs. Les prix à l achat ont été en forte progression dans la décennie 2000, ce qui rend de plus en plus difficile l acquisition d un bien immobilier. Avec un prix médian (Notaires de Paris IDF-base BIEN) de 8200 /m² dans l ancien à Paris au 2 ème trimestre 2013, les prix à l achat au m² sont très élevés à Paris et se sont envolés depuis le début des années On observe cependant que la hausse des prix se tasse depuis plusieurs mois, les prix ayant même connu une légère baisse de 2% sur un an. Moins d un tiers des ménages parisiens est propriétaire de son logement, contre 50% en Ile-de-France et 60% en grande couronne. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 115

116 Selon le baromètre Capicim (Baromètre Crédit Foncier / Université Paris Dauphine) de la capacité d achat immobilier des ménages français, les prix parisiens sont si élevés aujourd hui, que seul un ménage sur trois est désormais en mesure d y acheter un bien correspondant à ses besoins. Les primo-accédant se trouvent par ailleurs les plus fragilisés. Le parc locatif privé, facteur de mobilité, est largement surreprésenté à Paris (32,8% à Paris contre 19,8% en Ile-de-France) avec des niveaux de loyers de plus en plus dissuasifs. C est essentiellement un parc de début de parcours résidentiel accueillant les jeunes ménages. Il s agit de petits logements qui connaissent une forte rotation de leurs occupants. Au 1er janvier 2013, le loyer mensuel moyen hors charges est de 21,6 /m² à Paris, 15,9 /m² en petite couronne et 13,1 /m² en grande couronne. A Paris, les loyers du parc locatif privé ont augmenté en moyenne de 3,3 % en 2012 (+2,8% pour l ensemble de l agglomération parisienne). Le parc de logement locatif social est en progression. Paris compte près de logements sociaux en 2012, dont plus d un quart (55 482) ont été financés entre 2001 et Au 1er janvier 2011, les logements sociaux représentent 17,1 % des résidences principales de Paris contre 13,4% au 1er janvier Ils sont concentrés dans les quartiers périphériques : 50% d entre eux sont situés dans les 13ème, 19ème et 20ème arrondissements. Le taux de mobilité est faible dans le logement social (5,4% à Paris contre 6,8% en Ile de France) et ainsi peu de logements sociaux sont remis sur le marché chaque année. Aussi, la demande peine à être absorbée et les demandeurs de logements sociaux restent nombreux à Paris ( demandeurs comptabilisés fin 2011) et croissants. Paris est un marché particulier, où la moitié seulement des achats sont réalisés au titre de la résidence principale (71% en France et 83% en Ile-de-France). Paris est effectivement une ville prisée pour les achats de pied-à-terre en particulier par une clientèle étrangère à fort pouvoir d achat. Cette situation contribue à brider une régulation du marché par les prix et participe à rendre plus difficile l accès aux logements pour la clientèle locale. Ces résidents, partiellement présents à Paris, s impliquent aussi moins fortement dans l économie locale. Les arrondissements centraux sont les plus impactés. Le total des résidences secondaires, logements vacants et logements occasionnels représente 14% des logements totaux (7% en petite et grande couronne). Les personnes ont de plus en plus de mal à se loger près de leur lieu de travail. Les prix des logements privés, qu ils soient à l achat ou à la location, se situent à un niveau très élevé à Paris et sont de moins en moins accessibles, en particulier aux classes moyennes. Selon une enquête réalisée en 2012 par la CCI Paris Ile-de-France, 38% des chefs d entreprises franciliens interrogés considèrent que leurs salariés rencontrent des difficultés pour se loger à proximité de leur entreprise, soit deux fois plus qu au niveau national, en raison du prix et la disponibilité des logements. Les employés et les ouvriers, les jeunes de moins de 25 ans et les salariés de 25 à 34 ans, sont les premières victimes de cette pénurie de logements accessibles. L APUR a mené une étude en octobre 2012 «Approche statistique des «classes moyennes fragiles» ayant pour objet de dénombrer l importance numérique des ménages des classes moyennes à Paris et particulièrement des plus fragiles d entre eux (revenus trop élevés pour bénéficier des aides sociales mais qui subissent néanmoins l augmentation des dépenses contraintes telles que le logement et les dépenses énergétiques) sur la base de l exploitation du fichier FILICOM. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 116

117 Selon cette étude, 27% des ménages des classes moyennes fragiles sont propriétaires, disposant de 24m 2 de surface en moyenne par personne et 68% sont locataires (26% dans un logement social, disposant de 25m 2 par personne et 42% dans un locatif privé, disposant de 19m 2 par personne). Les ménages des classes moyennes fragiles sont plus fortement représentés à Paris dans les arrondissements périphériques du nord-est et, dans une moindre mesure, dans le sud de la capitale mais se retrouvent principalement relégués en grande couronne alors que les temps de transport y sont les plus longs. A Paris, l hyper-sélectivité du marché immobilier a pour conséquence de sélectionner par le haut la population éligible à un logement, le jeune ménage de cadres étant l archétype du nouvel arrivant. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 117

118 Le parc immobilier de bureaux à Paris Avec 52 millions de m², le parc de bureaux francilien est le premier d Europe, loin devant ceux des autres métropoles. En Europe, seule Londres, située à la 2ème place avec 42,5 millions de m², détient un parc d une importance comparable. Les parcs des autres villes européennes sont nettement plus modestes puisqu aucun n atteint le seuil des 20 millions de m² : Munich (17,8 millions), Berlin (16,6 millions), Madrid (13,6 millions) ou Milan (11 millions). Le parc immobilier de bureaux est encore prépondérant à Paris mais il progresse moins vite qu en périphérie. Le territoire parisien intramuros concentre aujourd hui 16 millions de m² de bureaux, dont 50 % sont localisés dans le Quartier Central des Affaires (formé d une partie des 1 er, 2 ème, 8 ème, 9 ème, 16 ème et 17 ème arrondissements). Les trois départements de première couronne totalisent davantage de surfaces de bureaux que Paris intramuros depuis Paris et les Hauts-de-Seine restent les premiers parcs en Ile-de- France, mais leurs poids respectifs s effritent progressivement et Paris perd de son importance relative. Entre 2000 et 2009, le parc de bureaux francilien a progressé de 16,4 % sur l ensemble de l Ile-de-France, soit un gain pour la période de 7,1 millions de m² supplémentaires. A Paris, la progression est moins soutenue (+9,2%). En volume, les Hauts-de-Seine se rapprochent de Paris avec 12 millions de m² en Un phénomène de rattrapage est constaté en Seine Saint Denis, en Essonne et dans le Val d Oise. Un desserrement du parc qui profite au reste de l Ile-de-France est ainsi constaté (+18,3 % de surfaces supplémentaires de bureaux en petite couronne et +23,2 % en seconde couronne) Le parc de bureaux parisien est un parc tertiaire mature. Il doit répondre aux évolutions des diverses normes en particulier celles concernant les obligations de performance énergétique des bâtiments imposés par les lois des Grenelles de l Environnement. Le renforcement du maillage de transport au travers de Grand Paris Express va, de plus, entrainer une redistribution spatiale du parc par la création de nouvelles polarités tertiaires, redynamisant certains pôles et accentuant l obsolescence des pôles déqualifiés. De nouveaux sites d implantation sont proposés à Paris dans des opérations d aménagement qui permettront à Paris de rester compétitive face à une offre de première couronne aux loyers plus attractifs. CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 118

119 Cette nouvelle offre de bureaux neufs à Paris (voire dans le nouveau grand Paris) accentue l obsolescence des bureaux vieillissants. Le problème du «recyclage» des bureaux d ancienne génération existant est ainsi posé. La mise à niveau du parc renvoie par ailleurs au maintien ou non des usages tertiaires dans certaines parties du parc dans un contexte marqué par une pénurie de logements accessibles aux salariés. Depuis 2001, ce sont au total m² qui ont changé de destination pour créer logements. Les quartiers haussmanniens de la rive droite ont été les plus concernés. Largement pourvu de bureaux, le quartier central des affaires arrive très logiquement en tête des surfaces transformées, les 8 ème et 9 ème arrondissements étant les champions de la transformation avec des surfaces respectives de et m². CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 119

120 Répartition des dépenses d investissement et de fonctionnement de la collectivité parisienne en 2013 Les dépenses d investissement de la collectivité parisienne en 2013 Petite enfance 4% Sports et jeunesse 9% Enseignement supérieur / développement économique 3% Patrimoine et architecture 9% Culture 4% Services supports et autres domaines 5% Voirie et transports 14% Jardins, espaces verts et propreté 5% Scolaire 8% Social, logement, urbanisme 39% Les dépenses de fonctionnement de la collectivité parisienne en 2013 Services généraux Dynamisme de 5% Paris (culture, sport, jeunesse, emploi) 12% Logement et urbanisme 2% Etats Spéciaux d'arrondissement 2% Charges financières 2% Préservation de l'environnement 12% Mise en valeur de l'espace public 12% Place de l'enfant dans Paris 15% Sécurité des Parisiens 6% Péréquation 5% Solidarité 27% Source : Budget primitif 2013-Ville et département de Paris CCI Paris «Priorité au dynamisme économique de Paris - Nos paris pour Paris» février 2014 Page 120

Etude sur l économie parisienne* Synthèse

Etude sur l économie parisienne* Synthèse Etude sur l économie parisienne* Synthèse Paris possède de nombreux atouts. Capitale de la France, elle est aussi le cœur d une grande métropole mondiale, l une des deux plus grandes d Europe, avec Londres.

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 3 Paris, ville mondiale I. Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de rang mondial Par sa population,

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

«COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? :

«COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? : «COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? : MISE EN ŒUVRE DE MESURES SPECIFIQUES, SOUTIEN DE L INNOVATION, VALORISATION DE LA RECHERCHE ET DU DEVELOPPEMENT, EXPLOITATION

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

É dito E. Investir V illejuif

É dito E. Investir V illejuif Investir V illejuif É dito E n 2014, la ville de Villejuif prend un nouveau cap. Aujourd hui, elle révèle tout son potentiel, sa richesse et sa vitalité, et nous sommes très heureux d accueillir chaque

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République, Monsieur Nicolas SARKOZY Président de la République Palais de l Elysée 55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS JPB/NM/ 09.239 Nicolas MORERE Grand Paris 11 mai 2009 Monsieur le Président de la République,

Plus en détail

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9 Un canton en action CHAMPS-SUR- Mise à jour 2009 SOMMAIRE PRESENTATION 1. La population et son évolution 2. La population selon la catégorie socioprofessionnelle 3. Les ménages et leur équipement LES ENTREPRISES

Plus en détail

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur,

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur, STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9 2015-006/GD/GL/CL Créteil, le 8 janvier 2015 Département Projets de territoire et collectivités Affaire suivie par Catherine LAINE et Raphaël

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS

NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS PARIS LA DÉFENSE, DURABLEMENT ATTRACTIF VERS UN ESPACE DURABLEMENT ATTRACTIF Paris La Défense est aujourd hui le plus grand pôle tertiaire d Europe.

Plus en détail

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Office Avenue Montouge (92) office-avenue.fr Office Avenue office-avenue.fr Espaces Business Montrouge A partir de 97.251 HT Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Montrouge Hauts de Seine

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Document d analyse Edition janvier 2015

Document d analyse Edition janvier 2015 Les cahiers de l observatoire de la MdEF janvier 2015 Document d analyse Edition janvier 2015 Diagnostic ZTEF Grand Lyon Centre et Nord Cette nouvelle publication de l observatoire de la Maison de l Emploi

Plus en détail

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG)

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) SCoT des Coteaux et du Val de Seine Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) Dominique Gaudron dominique.gaudron@algoe.fr Nicolas

Plus en détail

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux Les chiffres clés de la région Ile-de-France (au 31/12/2010) : - PIB : 572 milliards d euros (30% du PIB national) - Nombre d emplois industriels

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon

Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon Synthèse des «Ecoute-Habitants» Ville de Lyon Année 2011 Février 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------- 3 1 > ANALYSE COMPARATIVE DES EVOLUTIONS DE

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises»

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» 18 juin 2013 Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» Les entreprises et acteurs économiques du Grand Orly se mobilisent pour la desserte du pôle d Orly, 2ème pôle économique d Ile-de-France Le territoire

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Les pépinières d Entreprises en Seine-et-Marne NOM DE L ENTREPRISE

Les pépinières d Entreprises en Seine-et-Marne NOM DE L ENTREPRISE Les pépinières d Entreprises en Seine-et-Marne NOM DE L ENTREPRISE Sommaire 3 La Seine-et-Marne en Ile-de-France 8 Nos offres 14 Seine-et-Marne Développement 2 La Seine-et-Marne Au centre d un marché de

Plus en détail

Residhome Asnières Park. Asnières-sur-Seine (92)

Residhome Asnières Park. Asnières-sur-Seine (92) Residhome Asnières Park Asnières-sur-Seine (92) ASNIÈRES-SUR-SEINE, À QUELQUES MINUTES DU CENTRE DE PARIS Entre Paris et La Défense, à proximité des Bords de Seine, Asnières-sur-Seine bénéficie d une situation

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

Aoû t 2011. E t u d e r é a l i s é e p a r B é c u e M a t h i e u e t V i r o l S t é phane

Aoû t 2011. E t u d e r é a l i s é e p a r B é c u e M a t h i e u e t V i r o l S t é phane Aoû t 2011 E t u d e r é a l i s é e p a r B é c u e M a t h i e u e t V i r o l S t é phane L objectif principal de ce rapport est de qualifier les impacts potentiels sur l emploi et ce à court, moyen

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France Dossier de presse Conférence 2 avril 2012 Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France UNE INJUSTICE SOCIALE Ovlej Association constituée de La Jeunesse au Plein Air (La JPA) et de l Union

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Montpellier Méditerranée Métropole Edition 2015

Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Montpellier Méditerranée Métropole Edition 2015 L entreprise innovante, moteur de croissance Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Edition 2015 Seul incubateur français classé dans le TOP 10 mondial UBI

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Yohan Baillieul* Le quart des groupes de sociétés recensés en France exercent leur activité principale dans les services

Plus en détail

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions Le territoire de la Seine-et-Marne 85 km Le plus grand département francilien : 5 915 km² Des infrastructures développées : 4 autoroutes (A4, A5, A6, A104)

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Lyon, une métropole attractive. Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011

Lyon, une métropole attractive. Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011 Lyon, une métropole attractive Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011 Lyon, une Métropole européenne LYON, UNE METROPOLE EUROPEENNE Rhône-Alpes > 6.1 millions habitants LE

Plus en détail

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92)

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92) CENSI BOUVARD 2014 (92) o Prootant du dynamisme de La Défense et de l'attractivité d'une vraie vie de quartier, la résidence Résidhome Paris se situe sur une place bordée de commerces et de restaurants.

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte géographique et économique 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

L indispensable petit plus www.hauts-de-seine.net. HDS.plus. Hauts-de-seine. les chiffres clés

L indispensable petit plus www.hauts-de-seine.net. HDS.plus. Hauts-de-seine. les chiffres clés L indispensable petit plus www.hauts-de-seine.net HDS.plus Hauts-de-Seine Hauts-de-seine les chiffres clés Supplément de HDS.mag janvier-février 2013 4 5 6 7 8 9 10 3 11 2 1 Numéro de pages Sommaire 12

Plus en détail

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas)

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) I. Le fonctionnement d un hub mondial 1. L un des sept premiers aéroports mondiaux Situé à 25 km

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

CROQUIS PARIS, ORGANISATION SPATIALE ET DYNAMIQUES D UNE METROPOLE DU NORD

CROQUIS PARIS, ORGANISATION SPATIALE ET DYNAMIQUES D UNE METROPOLE DU NORD CROQUIS PARIS, ORGANISATION SPATIALE ET DYNAMIQUES D UNE METROPOLE DU NORD Pour le prochain devoir (mercredi 26 mars), vous devez préparer un croquis correspondant au sujet indiqué ci-dessus. Pour le réaliser,

Plus en détail

Une intensification des mobilités entre zones proches.

Une intensification des mobilités entre zones proches. Brique Observation partie 3 Une intensification des mobilités entre zones proches. Avril 2011 2 Sommaire : Des échanges migratoires intenses entre les territoires régionaux..4 Des mobilités domicile-travail

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Résultats d'ensemble des licences professionnelles

Résultats d'ensemble des licences professionnelles Université d'auvergne 009/00 Résultats d'ensemble des licences professionnelles Références de l'enquête : 9 diplômés issus de la promotion 009/00 de l'ensemble des licences professionnelles de l'université

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE ÉDITION 2014 ÉCONOMIE LA PROPRETÉ EN île-de-france Données économiques générales de la région > Les données de l ACOSS présentent des établissements, c est-à-dire

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise 3 e Etats Généraux de l économie lyonnaise Grand Lyon, L Esprit d Entreprise Introduction par Olivier TORRES Chercheur associé EM LYON Spécialité: Management des PME et Territoires 2 3 e Etats Généraux

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012 Décembre 2012 PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Equipe Projet Romain Dailly Stéphane Krysinski Tristan Landré Anna Lochard Yao Wu Directeurs d'études

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la

Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la 1 2 3 Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la Tour. Un espace naturel et récréatif: La Bourbre,

Plus en détail

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Dossier de presse Exemple de crèche réalisée par la société crèche attitude Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Lieu : Ilot M5 - rue d Hozier Marseille (quartier Joliette) - surface 360

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

Rapport annexe. Schéma directeur du réseau des CCI de Paris Ile-de-France

Rapport annexe. Schéma directeur du réseau des CCI de Paris Ile-de-France Rapport annexe Schéma directeur du réseau des CCI de Paris Ile-de-France 1 I Répartition des CCI sur le territoire de la circonscription de la CCIR Paris- Ile-de-France 2 II Chiffres-clés Nombre de ressortissants

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail