SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses"

Transcription

1 L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie Articulaires» Nancy, FRANCE Société Française d Arthroscopie (SFA) 3 décembre 2010, Aix en Provence

2 L obésité = nombreuses pathologies chroniques Arthrose Facteurs biomécaniques articulations non portantes (main) Oliveira, 1999 masse graisseuse = volume cartilage du genou Teichtahl, 2009 diminution de la douleur du genou arthrosique : réduction de la masse graisseuse > perte de poids Toda, 1998 facteurs métaboliques associés à l obésité arthrose

3 Leptine : adipokine produite par le tissu adipeux = facteur clé entre obésité & arthrose +++ seule adipokine : taux articulaire > taux sérique la leptine ses récepteurs fonctionnels sur-exprimés dans l arthrose expression de leptine = sévérité de l arthrose Dumond 2003 = facteur local capable de moduler la fonction chondrocytaire +++ contribution et mécanismes?

4 Buts de l Etude Influence de l Indice de Masse Corporel (IMC)? sur l activité phénotypique des chondrocytes expression des gènes : composants de la matrice cartilagineuse : aggrécanes, collagène type 2 anabolisme matriciel : IGF-1, TGF-β, TIMP-2 catabolisme matriciel : MMP-13 inflammation : Cox-2, inos, IL-1 réponse des chondrocytes à la leptine action déficiente comme dans l obésité?

5 Materiel et Méthodes Prélèvements de cartilage genou arthrosique (PTG) n = 25 patients, âge moyen 68,9 ± 9,5 IMC = 31 ± 5,3 (22,5-40,3) 12 patients (4, 8 ) normal ou surpoids : IMC < 30 kg/m 2 13 patients (5, 8 ) obèse : IMC > 30 kg/m 2

6 Extraction et traitement des chondrocytes digestion séquentielle des prélèvements extraction des chondrocytes et centrifugation suspension dans du DMEM + sérum de veau foetal culture mono-couche à confluence (37 C, 5% CO2) ensemencement dans des plaques 6 puits incubation dans du sérum dépourvu de medium hr-leptine 20, 100, 500 ng/ml

7 Extraction des ARN des chondrocytes Expression des gènes d intérêt analysée par qrt-pcr - aggrécanes, collagène type II - TGF- β, IGF-1 - MMP-13 - i-nos, COX 2, IL-1 Analyses des données SPSS software tests non paramétriques U-Mann Whitney méthode de corrélation de Spearman

8 Expression basale des gènes de chondrocytes non stimulés ratio : BMI > 30 sur BMI < 30 Résultats x 3,5 x 7 x 2 x 6 x 6,5 x 1 x 1 sur-expression : aggrécanes, IGF-1, TGF- β, TIMP-2, MMP-13 pas de différence : coll type 2., COX-2 non détecté : inos, IL-1

9 Effet de la leptine sur l expression des gènes de chondrocytes arthrosiques modifié pour les gènes étudiés selon : IMC des patients concentration de leptine utilisée Leptine à 20 ng/ml pas d effet significatif l expression génique excepté pour MMP-13 chez les obèses = action délétère

10 Effet de la leptine sur le collagène type 2 IMC < ng/ml : sur-expression ng/ml : pas d effet IMC > ng/ml : pas d effet 500 ng/ml : sur-expression Effect sur les aggrécanes IMC < ng/ml : pas d effet 500 ng/ml : sur-expression IMC > 30 pas d effet

11 Effet sur le TGF-β expression des gènes non modifiée quels que soient l IMC & la concentration de leptine Effet sur l IGF-1 IMC < ng/ml : sur-expression ng/ml : pas d effet IMC > ng/ml : pas d effet ng/ml : sur-expression réponse identique au collagène type II

12 Effet sur la MMP-13 IMC < 30 pas d effet quelle que soit la concentration IMC > 30 sur-expression pour toutes les concentrations Effet sur la TIMP-2 IMC < ng/ml : sur-expression (x5) 500 ng/ml : pas d effet IMC > 30 pas d effet quelle que soit la concentration de leptine

13 Effet de la leptine sur les médiateurs de l inflammation : - inos - IL-1 - COX-2 pas de modification du taux des ARNm excepté pour COX-2 leptine 100 ng/ml chez les patients obèses

14 Effet de la leptine dépendant de l IMC TIMP-2 sur-exprimé pour IMC < 30 MMP-13 sur-exprimée pour IMC >30 Effet dose-dépendant de la réponse à la leptine IMC < ng/ml : TIMP-2 sur-exprimé IMC < ng/ml : pas d effet sur TIMP-2 IMC > ng/ml : pas d effet pour coll type 2 IMC > ng/ml : sur-expression coll type 2

15 Association négative réponse chondrocytaire - IMC à 100 ng/ml IGF-1, collagène type 2, TIMP-2

16 Association positive réponse chondrocytaire - IMC à 500 ng/ml IGF-1, collagène type 2, MMP-13

17 Discussion chez le patient obèse action déficiente de la leptine sur la régulation du poids et de la satiété malgré un taux sérique élevé de leptine résistance à la leptine +++ réponse des chondrocytes de patients arthrosiques obèses exposés à des taux naturels élevés de leptine normale or altérée?

18 L expression des gènes des chondrocytes de cartilage arthrosique obèses / non obèses patients taux élevé de ARNm pour : IGF-1, TGF-β, aggrécanes, TIMP-2, MMP-13 = chondrocytes arthrosique activité métabolique augmentée dans l obésité +++

19 Une telle sur-expression déjà constatée sur le tissu adipeux sous-cutané de patients obèses chondrocytes et adipocytes expriment des gènes similaires liés à l obésité arthrose & obésité associées à un contexte inflammatoire chronique sur-expression = tentative de réponse adaptative à un environnement inflammatoire

20 TIMP-2 : augmenté chez les patients < 30 diminué chez les patients > 30 MMP-13 : sur-exprimée chez les patients obèses dès les concentrations les faibles de leptine rôle ambivalent de la leptine selon le poids sur le remodelage matriciel régulation de l équilibre entre TIMP-2 et MMP-13 TIMP-2 : empêche la destruction du cartilage chez les patients arthrosiques non obèses MMP-13 : augmente la destruction du cartilage chez les patients obèses arthrosiques

21 Conclusions 1/3 L activité métabolique des chondrocytes des patients arthrosiques obèses de l activité métabolique des chondrocytes des patients arthrosiques non obèses

22 IMC < 30 kg/m 2 leptine protégerait le cartilage des processus dégénératifs : sur-expression : IGF-1, coll type 2, TIMP-2 IMC > 30 kg/m 2 2/3 chondrocytes exposés à un taux élevé de leptine effet ambivalent : protecteur pour les concentrations les + élevées IGF-1, coll type 2 délétères par MMP-13 pour toutes les concentrations

23 L effet IMC - dépendant de la leptine l obésité = facteur de risque d arthrose facteur biomécanique facteurs métaboliques +++ 3/3

INFLUENCE DE L ADIPONECTINE SUR

INFLUENCE DE L ADIPONECTINE SUR INFLUENCE DE L ADIPONECTINE SUR LES FONCTIONS CHONDROCYTAIRES DANS L ARTHROSE D MAINARD, PJ FRANCIN, A ABOT, JB GROSS, D MOULIN, A BIANCHI, P GEGOUT-POTTIE, JY JOUZEAU, N PRESLE UMR 7365 CNRS-UNIVERSITÉ

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Éric Toussirot, Nhu Uyen Nguyen, Gilles Dumoulin, Daniel Wendling Rhumatologie Explorations Fonctionnelles Rénales & Métaboliques Composition

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE?

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? L'ARTHRITE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches contre l arthrite n ait encore été autorisé par Santé Canada ou la

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire. Dr Bernadette Pasquini

Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire. Dr Bernadette Pasquini Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire Dr Bernadette Pasquini La cellulite Pathologie inflammatoire chronique: aucun traitement définitif Différentes couches de graisse différentes

Plus en détail

Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique

Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique SMI LABRHA 02-01-2007 Plan : Qu est-ce qu une articulation saine? Qu est-ce qu un

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soin des articulations Nos articulations subissent usure et déchirure avec l âge et les coussinets cartilagineux des surfaces articulaires se dégradent progressivement. Lorsque

Plus en détail

T-NORM CGY 25 Régulateur physiologique naturel hormonal et musculaire

T-NORM CGY 25 Régulateur physiologique naturel hormonal et musculaire T-NORM CGY 25 Régulateur physiologique naturel hormonal et musculaire La prévention du bien-être, de la forme et santé de l âge mûr masculin Testostérone et andropause De plus en plus d exposés médicaux

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR MEDECINE THÈSE Présentée pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE MONTPELLIER I Discipline : Biochimie et Biologie Moléculaire École doctorale : Sciences Chimiques

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2

TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2 - 173 - TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? MONIQUE ROMON EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2 Tube digestif et obésité de nouvelles perspectives

Plus en détail

Titre : Les injections de concentrés plaquettaires. Auteur(s) : Dr Romain LETARTRE. Catégorie : Traumatologie du Sport

Titre : Les injections de concentrés plaquettaires. Auteur(s) : Dr Romain LETARTRE. Catégorie : Traumatologie du Sport Titre : Les injections de concentrés plaquettaires Auteur(s) : Dr Romain LETARTRE Catégorie : Traumatologie du Sport Date : Novembre 2012 17 ème Congrès IRBMS DIE IDEENSCHMIEDE IN DER MINIMAL-INVASIVEN

Plus en détail

Tendinopathie rotulienne Le point de vue du médecin du sport sur la thérapeutique Dr KAUX Jean-François

Tendinopathie rotulienne Le point de vue du médecin du sport sur la thérapeutique Dr KAUX Jean-François Tendinopathie rotulienne Le point de vue du médecin du sport sur la thérapeutique! Dr KAUX Jean-François Service de Médecine de l Appareil Locomoteur -Traumatologie du Sport SPORTS 2 CHU de Liège AINS

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS RHIZARTHROSE L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS France 2010 HOMMES FEMMES TOTAL POPULATION +80 ANS 1 163 569 2 241 460 3 405 029 ARTHROSE 80% 930 855 1 793 168 2 724 023 POPULATION

Plus en détail

ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL

ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL Dr. Paul MURACCIOLE ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL ACIDE HYALURONIQUE : PRINCIPAL CONSTITUANT DEGRADATION AVEC L ÂGE PAR DIMINUTION DE SON PM MOINS VISQUEUX = LUBRIFICATION DIMINUEE MOINS ELASTIQUE = PROTECTION

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Mardi 20 mai 2014

2012>2020. Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche. Mardi 20 mai 2014 2012>2020 Un continuum du lycée à l université Présentation des projets de recherche Mardi 20 mai 2014 Projet : Effets des beta-glucanes sur la différenciation et caractérisation phénotypique des chondrocytes

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Notre expérience de l Apligraf:

Notre expérience de l Apligraf: Notre expérience de l Apligraf: Dr.Neda Barouti, Dr. Christa Prins Service de dermatologie HUG Ulcères chroniques des membres inférieurs: Définition : plaie cutanée qui n a pas cicatrisé après six semaines

Plus en détail

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C Grande Prématurité : Un accouchement par voie basse a-t-il le même impact chez les singletons et les jumeaux? Etude en population régionale de 2006 à 2010 J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C T E R N

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme?

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? TP2 Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1 : diagnostic d un cas de stérilité

Plus en détail

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES Quel est le rôle de la masse dans un choc frontal entre deux véhicules? Quel est le rôle de la vitesse? Quelle est la force délivrée par chacun des deux véhicules?

Plus en détail

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Joop LENSINK 1, Kees VAN REENEN 2, Hélène LERUSTE 1 1 Institut Supérieur d Agriculture (ISA) Lille, France 2 Animal Science Group,

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Votre corps réclame de l eau Les maux engendrés par la déshydratation chronique

Votre corps réclame de l eau Les maux engendrés par la déshydratation chronique Votre corps réclame de l eau Les maux engendrés par la déshydratation chronique Fatigue L'eau est la plus importante source d'énergie du corps. La déshydratation provoque le ralentissement de l'activité

Plus en détail

THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE

THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE -- Conclusion d une entente stratégique avec le Massachusetts General Hospital

Plus en détail

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD.

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition SOMMEIL ET OBESITE Vendredi 27 mars 2015 17h Dr Jean-Claude GIROD Secrétariat : Mmes JEANNEROD SASSOT TAVERNIER A - INTRODUCTION Pour vivre nous

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

Veille sur les articulations de votre cheval!

Veille sur les articulations de votre cheval! Veille sur les articulations de votre cheval! Voici ce que Cosequin Equine Plus HA peut faire pour votre cheval! Produits vétérinaires COSEQUIN Equine Plus HA est une marque déposée de Nutramax Laboratories,

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

Ostéoporose : quels sont mes risques?

Ostéoporose : quels sont mes risques? Ostéoporose : quels sont mes risques? Surtout les femmes! De quoi s agit-il? L ostéoporose est une maladie de l os qui associe une diminution de la densité de l os et des perturbations de son architecture

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Service de Nutrition Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière Service d'endo et d'métab L hôpital

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

5 CLÉS POUR COMPRENDRE LE FRUCTOSE

5 CLÉS POUR COMPRENDRE LE FRUCTOSE 5 CLÉS POUR COMPRENDRE LE Le Fonds français pour l alimentation et la santé (FFAS) est une structure inédite et fédératrice qui a pour mission l étude et la mise en valeur d une alimentation source de

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

Régulation de la production de cytokines par le tissu adipeux in vivo

Régulation de la production de cytokines par le tissu adipeux in vivo Université de Genève Faculté de médecine Section de médecine clinique Département de medecine interne Service d endocrinologie, diabétologie et nutrition Unité d endocrinologie Thèse préparée sous la direction

Plus en détail

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC Brigitte HOUSSIN PARIS L idée de Bernard ROSA ZINC Dermalgie T7 latérale bilatérale 1 Superoxydismutase (SOD) et ZINC Rôle antioxydant SOD à

Plus en détail

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville L articulation de la cheville met en relation le péroné en externe, le tibia en interne et l astragale (talus). On retrouve également des ligaments qui

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France.

Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France. V e Congrès International d'épidémiologie ADELF - EPITER 12 au 14 septembre 2012, Bruxelles, Belgique Contraintes du travail liées à l hypertension artérielle des soignants hospitaliers en France. S Lamy

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Lichen scléro-atrophique actualités des traitements médicaux

Lichen scléro-atrophique actualités des traitements médicaux Lichen scléro-atrophique actualités des traitements médicaux PHILIPPE BERBIS SERVICE DE DERMATOLOGIE HOPITAL NORD MARSEILLE Les dermocorticoïdes sont efficaces dans 40% des cas L application de DC doit

Plus en détail

Mise en place d une plateforme de gestion de matériels biologiques : quels avantages pour les chercheurs?

Mise en place d une plateforme de gestion de matériels biologiques : quels avantages pour les chercheurs? Mise en place d une plateforme de gestion de matériels biologiques : quels avantages pour les chercheurs? Dr Xavier Manival, Laboratoire IMoPA, CR, CNRS Françoise Tisserand-Bedri, Documentaliste, Inist-CNRS

Plus en détail

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5.

Chapitre 3 : Plan du chapitre. 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Chapitre 3 : Réseau triphasé Plan du chapitre 1. Présentation 2. Tensions simples et tension composées 3. Couplage étoile/triangle i l 4. Mesure de puissance en triphasé 5. Résumé Plan du chapitre 1. Présentation

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Lésions tissulaires & auto-anticorps par LT spécifiques du soi Sclérose en plaques MBP : Myelin Basic Protein/PLP : ProteoLipid Protein/MOG : Myelin Oligodendrocyte Glycoprotein! Dégradation de la myéline

Plus en détail

ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005

ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005 ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005 COMPRENDRE L ARTHROSE C EST D ABORD SORTIR DU CONCEPT MECANICISTE QUI VEUT QUE 2 STRUCTURES INERTES S USENT EN FONCTION DE LEUR COEFFICIENT

Plus en détail

Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme

Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme Les rencontres de l institut Carnot Qualiment 4 février 2014, Nantes Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme Martine Champ CRNH Ouest, UMR PhAN,

Plus en détail

Projet de modélisation des réseaux biologiques et complexes par équations différentielles

Projet de modélisation des réseaux biologiques et complexes par équations différentielles Projet de modélisation des réseaux biologiques et complexes par équations différentielles GIRAUD Sandra MERLET-BILLON Maryvonne 1 Partie I : Etude d un mode le de l ope ron lactose Introduction Le système

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier INTRODUCTION Processus à la fois bien et trés incomplétement connu! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération,

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Pierre ALEXANDRE Kinésithérapeute Cadre de santé. Service central de rééducation Fonctionnelle Pr. Ch.HERISSON

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

Diabète Sucré. Généralités 1. Problème de santé publique: Deux maladies différentes :

Diabète Sucré. Généralités 1. Problème de santé publique: Deux maladies différentes : Diabète Sucré Généralités 1 Problème de santé publique: Mal. en expansion : augmente parallèlement au vieillissement à la sédentarité et à l obésité 3% de la population en France(2 500 000) + les non diagnostiqués

Plus en détail

Cisbio Bioassays HYAL-ELISA, pour le dosage de l Acide Hyaluronique

Cisbio Bioassays HYAL-ELISA, pour le dosage de l Acide Hyaluronique Cisbio Bioassays, pour le dosage de l Acide Hyaluronique Contenu du kit SYMBOLE DESCRIPTION QUANTITE MICROPLATE Microplaque de 96 puits recouverts de HABP 1 plaque 12 barrettes sécables de 8 puits (12

Plus en détail

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO.

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. F. Danion, F. Tubach, C. Rivoisy, X. Mariette, D. Salmon, O. Lortholary, C.

Plus en détail